5 jours en autonomie, moins de 7 kilos, nourriture inclue (sauf l'eau)

Il s'agit d'une liste typique de ce que l'on emporte pour randonner en été pendant 5 jours à deux dans les Pyrénées.

Donc cette liste n'est pas LA référence, mais un exemple parmis d'autres (voir le forum de randonner-leger.org) : certains randonneurs légers sont plus équipés que nous, d'autres le sont moins. L'essentiel est de trouver l'équipement qui correspond à ses besoins, lesquels dépendent de chacun et du lieu où l'on va (voir le Concept), c'est pourquoi il n'y a pas grand intérêt à comparer les listes de deux personnes différentes (et encore moins le nombre d'objets emportés). Il y a peu de chances qu'elle soit parfaitement adaptée à vos besoins: sur-équipé ou sous-équipé, il vous faudra la personnaliser.
Par cet exemple de liste, nous espérons simplement vous permettre d'y puiser quelques idées pour constituer votre sac idéal . N'hésitez pas à venir demander conseil sur le Forum !

Le symbole "*" signifie qu'il s'agit d'un poids à multiplier par le nombre de jours de randos, moins un jour: un gros petit déj. avant de partir, une bonne bouffe en vallée le soir du dernier jour (je prévois de ne pas arriver tard en général).
Ce qui donne (avec la nourriture): 4,4kg pour 2 jours / 5,1kg pour 3 jours / etc...

Nous randonnons presque tout le temps à deux: on partage le poids de certains articles.
Lorsque j'indique "/2" dans la liste, c'est le cas (avec ma copine j'en prends un peu plus bien sûr!).
Le poids de l'eau n'est pas définit ici: il est très variable selon que les points d'eau sont abondants ou pas sur le chemin.


Sac à dos Masse (grammes)
Sac à dos 500
Housse anti-pluie 30
Vêtements  
Doudoune 466
Blouson 254
Gants 52
Paire chaussettes 40
Cuisine  
Réchaud 100/2
Pare-vent 5/2
Gaz 160/2/4*
Briquet 10/2
Casserole 120/2
Tasse 50/2
Cuillère 6
Toilette  
Savon
Serviette
Brosse à dent
10*
34
5
Pharmacie  
Détails pharmacie 100/2
Couchage Masse (grammes)
Matelas 200
Sac de couchage 920
Abri 502/2
Couverture de survie 66
Divers  
Papiers, cheque, argent
Stylo
20
5
Frontale 74/2
Boule quiès 2
Pastilles purification eau 5
Moustiquaire faciale 18
Couteau 28
Fil à coudre, aiguille 3
PQ 10*
Sifflet 8
Bidon 2,4L + Bidon 0,5L + Porte-bidon 39 + 30 + 10
Piolet 200

Appareil photo, pellicules
250/2

Total sans nourriture

3706g
Aliments  
Tout sur nos "petits plats" ! 701*

Total pour 5 jours
(sans eau)

6510 g
Hors sac  
Sur soi
Pas de ...
 

Retour en haut de page


Sac à dos

Salomon Fasttrack, 20L   (67 euros)

Remplissage:

A l'extérieur:

J'ai cousu 4 bouts de sangle sur le dessus, je m'en sers pour fixer le matelas de sol . L' abri est roulé dans le matelas de sol.
Sur un côté j'ai rajouté une sangle qui maintient le bidon de 2,4L et de l'autre côté est fixé le piolet .
La grande poche filet de devant et les poches latérales accueillent casserole avec réchaud dedans, le reste de bouffe et tout ce dont je pourrai avoir besoin en journée ou rapidement: couverture de survie , pharmacie , sifflet , pastilles pour l'eau, PQ , couteau.
Dans les poches ceinture j'ai appareil photo et barres de céréales.
Accroché en bas des sangles des épaules: le petit bidon d'eau pour pouvoir boire souvent et le blouson .

Réglages:
Le fait qu'il n'y ai pas d'armature n'est pas gênant vu qu'on porte léger. C'est différent d'avec les sacs lourds: on met environ 50/50 épaules/hanches.
Jusqu'à 9-10kg le confort est ok, mais faut pas pousser au-delà.
Pour les randonnées supérieures à 5 jours ou plus techniques (hiver), j'utilise un sac de 30L (Salomon raid 30).

Retour en haut de page


Housse anti-pluie

Normalement tout ce qui craint la pluie est mis dans le sac, mais en cas de grosse averse, l'eau rentre. La housse est bricolée sur mesure en nylon ripstop 50g/m² (7 euros).
Certains utilisent aussi un sac poubelle.

Retour en haut de page


Matelas

En mousse simple 8mm d'épaisseur. L' abri est roulé dedans.
En hiver, je prends le Ridge-rest qui est plus isolant. Les matelas auto-gonflants? : faut les gonfler (!), c'est lourd, c'est cher et on peut les crever.

Retour en haut de page


Sac de couchage

Hyper important comme choix: c'est l'article le plus lourd et le plus volumineux du sac.
Pour réduire poids et volume, j'ai opté pour un sac garni en duvet.
J'en ai choisi un de bonne qualité, donc cher: 209 euros. Marque: REI.

Caractéristiques:

Pas d'oreiller gonlable ou autre: j'utilise soit la doudoune, soit la housse de sac de couchage mise sous le duvet et remplie de bricoles: bouffe ou autre.

Les garnitures synthétiques sont moins sensibles à l'humidité que le duvet et moins chères, mais elles ne rivalisent cependant pas encore avec le duvet pour ce qui est du rapport gonflant/poids (donc chaleur/poids).

Retour en haut de page


Abri


Autres photos .

Le poids d'un sursac de bivouac avec le volume intérieur d'une tente.
Comment le fabriquer?

Il s'agit d'une toile tendue ayant pour armature quatre bâtons de randonnée: plus de risque de casse d'arceau !

Dimensions approximatives (dépend des réglages):
- aux épaules: 1m70
- hauteur: 105cm à l'entrée
- 2m70 de long
- vestibule: 60cm

Avantages:

Inconvéniants: absence de moustiquaire, pas de tapis de sol.

Comme pour une tente, l'idéal est l'herbe ;-) : les piquets de sol tiennent bien et la terre dessous fait éponge. Il nous est arrivé de monter l'abri sur un sol trempé, au bout de quelques minutes on est surpris de constater que la terre sèche, l'eau est absorbée par le sol. Evidemment, si le sol n'aborbe plus, on baigne ! Mais que ce soit avec une tente ou un abri, en général on baigne dans ce cas là, à moins que votre tapis de sol soit resté non percé, absolument étanche ce qui est rare après quelques nuits passées sur les sols agressifs de montagne.

Ca m'intéresse ! Comment le fabriquer ?

Pour ceux qui veulent absolument une tente, la Sarracénia du Vieux Campeur est pas mal et pèse 1,7kg.
Pour avoir le poids total du sac en remplaçant l'abri par cette tente, ajouter 635g si rando à deux (1,7-0,470)/2=0,635). Pour la fixer sur le sac à dos de 20L, on peut l'attacher dessous.

A propos des piquets de sol, préférer ceux en aluminium (dural) à l'acier bien sûr.

Retour en haut de page


Couverture de survie

C'est le modéle fin classique censé n'être utilisé qu'une fois.
Remarque: la couverture de survie peut servir à plein de choses mais elle ne protège pas du "froid du sol". Sa principale caractéristique est de réfléchir les rayons calorifiques, pas d'isoler comme le fait la polaire ou le duvet. Asseyez vous sur la neige sur votre couverture de survie, vous aurez vite froid au cul ! L'intérêt de mettre la couverture par terre est qu'elle est étanche et donc protège de l'humidité venant du sol.
Si la nuit promet d'être plus froide que prévu, mieux vaut la mettre par dessus le sac de couchage (ou dedans si c'est extrême) plutôt que dessous. Si le sol est trop froid et que le matelas de sol ne suffit pas, le sac à dos, des vêtements en rab, de la bouffe ou des branches placés aux bons endroits feront bien mieux l'affaire que cette pauvre couverture !

Retour en haut de page


Réchaud

 Il s'agit de l'alpine micro de chez Primus. Puissance 2800 W.
Fonctionne sur cartouches à valve à vis (Primus, Coleman, Markill) que l'on peut donc démonter pour ranger dans le sac.

Gaz ou essence?

Les réchauds essence sont plus polyvalents mais tellement moins pratiques que le gaz.

J 'ai utilisé un multifuel de primus: essence ou gaz, on a le choix avec ce modèle. Eh bien j'utilisais le gaz dès que possible.
Avantages du gaz: pas de préchauffage, possibilité de régler facilement la puissance de chauffe, réchaud léger et petit, simplicité d'utilisation, rapidité de mise en fonctionnement.
Inconvéniants: carburant plus cher que l'essence, parfois difficile à trouver dans certains pays, par temps très froid il faut apporter un peu de chaleur à la cartouche sinon le gaz se vaporise difficilement.

Les réchauds à essence sont lourds, gros, chers, crades (suie dégagée au préchauffage), long à mettre en oeuvre comparé au gaz: préchauffage, chauffage et purge du circuit, nécessitent un entretien. Mais ils sont plus polyvalents, c'est vrai.

On trouve des cartouches de gaz presque partout et concernant le froid, si c'était vraiment un problème, on verrait pas des expé sur le K2 emporter des réchauds gaz dans les derniers camps.
Seules les expéditions polaires utilisent exclusivement l'essence apparemment.

Il existe aussi des réchauds à combustible solide (Esbit ou La Rocade). Légers, petits et pas chers, j'ai arrêté de les utiliser: ils ne chauffent pas suffisamment et surtout pas assez vite.

Retour en haut de page


Pare-vent

 Le meilleur que j'ai trouvé, c'est tout simplement du papier alu alimentaire: léger, pas cher et facile à placer.
Prendre une bonne longueur et la plier en plusieurs couches pour faire un rectangle de 20cm de haut et 40cm de long environ.
Attention à ce que la cartouche de gaz ne chauffe pas trop.

Retour en haut de page


Gaz

Pour 5 jours en été: la tout petite cartouche coleman 100 (4 euros) suffit pour deux.
Une cartouche 100 pèse 160g pour 4 soirs, soit 160/4/2 g par jour chacun.

Une si petite cartouche suffit parce qu'on n'a aucun plat à faire mijoter (voir bouffe ): ni pate, ni riz ou autre. Il nous suffit de chauffer l'eau jusqu'à ébullition et on peut arrêter de chauffer.
Eau à chauffer chaque soir: 2*150mL (plats lyos) + 2*200mL (soupes). Soit environ 3L à chauffer en tout pour les 4 soirs.

Retour en haut de page


Briquet

Tout simple, au cas où l'allumeur piezo ne fonctionne plus.

Retour en haut de page


Casserole, couvercle , Tasse et Cuillère

 Tout en alu (le titane c'est mieux mais plutôt cher!) avec poignée sur la tasse, casserole ET le couvercle !
Capacités: 0,8L pour la casserole et 0,4L pour la tasse. Marque: La Rocade.

Le même rituel tous les soirs: on fait chauffer l'eau, hop une partie dans les plats lyos , l'autre partie pour les soupes . On déguste la soupe pendant que les plats se réhydratent.

Pas besoin de produit vaisselle, ni d'éponge: pour les plats lyos, on mange dedans puis ils servent de poubelle.  Pour la casserole et la cuillère: un peu d'eau pour rincer la soupe, un coup de langue sur la cuillère et c'est prop'!
Le petit déj est pris dans la tasse ou la casserole.

La cuillère est en plastique et longue, pour pouvoir finir les plats lyos!
Pas de fourchette: pas besoin.

Retour en haut de page


Doudoune


Marque Vertical, modèle Guronz.
C'est une petite doudoune synthétique garnie de micro-fibres ressort (idem sac de couchage).
L'extérieur est en nylon ripstop très fin et déperlant.
L'isolation thermique est double de celle d'une polaire du même poids, donc c'est tout bon !
La capuche intégrée permet de se passer de bonnet.

Retour en haut de page

 


Blouson

Gri-gri de Francital (MP+).

Incroyable ce modèle ! Il est étanche (j'étais plus que sceptique quand je l'ai reçu), très respirant (on fait pas mieux actuellement) et élastique.
  Sèche très très vite. Testé (entre autres) en footing par temps pluvieux: pas une goutte de condensation à l'intérieur, même après l'avoir gardé sur moi une fois rentré! Rare...
Par contre il est très fragile et une fois abimé, impossible de le réparer: le tissu étant élastique on ne peut rien coller dessus pour le réparer.
Dans sa housse il prend très peu de place, elle est fixée en bas d'une des bretelles du sac à dos.
Pas de poncho: trop galère quand il y a du vent, on voit pas où on met les pieds et on sue trop dedans.

Retour en haut de page


Gants

Utiles sur la neige et quand il y a du vent. En polyester Polartec.

Retour en haut de page


Paire chaussettes

Jusqu'à présent: les LTH de la marque Thorlo's. Fibres fraiches polyester. Pas de coton.

Pour la traversée des Pyrénées, modèle Rywan à double chaussette, avec du coton (40%). Ne sèche pas vite mais tellement confortable.

Compter environ 8 euros pour ce type de chaussette.

Oui c'est le seul vêtement de rechange que je prends!
Oui il m'arrive de puer en rando !
Mais si possible je fais une petite toilette tous les soirs pour garder le sac de couchage sain (et mieux dormir), je dors torse nu ou en doudoune. Je lave T-shirt et caleçon (c'est vite fait) quand l'occasion se présente : s'il fait chaud, je les remets mouillé, s'il fait bon je repars torse nu avec T-shirt et caleçon qui sèchent sur le sac (ils sèchent très vite), s'il fait pas chaud, je mets la doudoune.

Cela dit, si j'avais à ajouter quelque chose à ce sac, ce serait en premier lieu un T-shirt et/ou caleçon de rechange, soit 200 ou 300g.

Retour en haut de page


Affaires de toilette

Serviette: j'utilise un morceau de serviette-éponge, très absorbante.

Savon: de Marseille (biodégradable). En moyenne 10g par jour ( équivalent à 1 petit savon genre ceux des hôtels) suffit en général pour ma toilette et la lessive. Mais je vais pas en montagne pour sentir la rose (ça va pas améliorer la réputation des Français!).
Le shampoing au savon c'est pas super mais ça va.

Brosse à dent: non je coupe pas le manche! Pas de dentifrice: un médecin m'a expliqué qu'il avait un rôle minime dans la prévention des caries (seul le fluor joue peut-être un rôle). Le meilleur traitement anti-carie est un bon brossage, donc...
Oui je sais, le dentrifice rafraichit l'haleine, mais personne s'est pleint pour l'instant !

Retour en haut de page


Papier, chèque, argent, stylo

Vive l'euro! Surtout dans les Pyrénées. Ne pas oublier la carte CAF si vous l'avez. On évite de dormir dans les refuges payants donc pas de carte.
On prend toujours une carte téléphonique. Stylo: en cas d'urgence et pour rédiger quelques notes.
J'emballe tout ce qui est sensible dans de tous petits sacs congélation. Ils sont aussi très utiles pour emballer la bouffe . Une fois vides, ils me servent de poubelle.

Retour en haut de page


Frontale

Tikka de Petzl. Une révolution. Grande autonomie, mais elle n'éclaire pas loin. Comme on marche pas la nuit... Idéale au bivouac. En cas ne nécessité, elle permet de marcher la nuit, sur un chemin facile à suivre.

Retour en haut de page


Boules Quiès

Peut faire la différence entre une excellente nuit et une nuit horrible. Indispensable quand il y a du vent... ou quand on est près des refuges !

Retour en haut de page


Pastilles de purification d'eau

 Le produit le plus pratique semble être les Aquatabs (des labo Sovedis): l'OMS le cite comme désinfectant de l'eau dans le nouveau kit sanitaire d'urgence.
Il suffit de 30 min pour que l'eau soit traitée. Multiplier les délais par deux si l'eau est très froide.

S'achète en pharmacie. Prix: 8,15 euros pour 60 comprimés (un peu moins cher que les Micropur).
Une boite ne pèse que 14 g et permet de traiter 60 litres d'eau.
L'eau traitée par Aquatabs doit être consommée dans les 24h, à la différence du micropur forte (3 à 6 mois de conservation grâce aux ions argent).

Attention le traitement chimique de l'eau n'est efficace que pour une eau claire.

Les filtres: encombrants, lourds, chers et peu pratiques. Il faut pomper, c'est long et ils s'encrassent et saturent rapidement avec de l'eau trouble. Ils ont cependant deux avantages: ils retirent le mauvais goût que pourrait avoir l'eau puissée et on peut la boire tout de suite. Après avoir autant pompé, on en a besoin !

Retour en haut de page


Moustiquaire faciale

Parce que des fois on a des visiteurs pénibles quand on cuisine le soir. La moustiquaire avec la casquette, la capuche et le pantalon dans les chaussettes, plus de problème.
Je trouve les anti-moustiques à pulvériser désagréables et pas efficaces longtemps (mauvais souvenirs au pays basque).

Retour en haut de page


Couteau

Petit Opinel acier inox, surtout pas d' "acier carbone" (s'oxyde tout de suite).               

Fil à coudre, aiguille

Volume et poids sont dérisoires et ça m'a rendu de grands services.

Retour en haut de page


PQ

De multiples usages s'ajoutent à celui pour lequel il est fait: compresse provisoire, éponge vaisselle, mouchoir, etc.

Retour en haut de page


Sifflet

 J'espère que j'aurai pas à m'en servir.
Pas de fusées de détresse, balise lumineuse, fumigène, etc.
De toute façon je prendrais plutôt un téléphone portable. Je suis pas pour le principe, pas contre non plus. Dans mon cas, j'ai pas envie d'être rassuré par ce type de matériel. Mais c'est tout un débat.

Retour en haut de page


Bidons d'eau

 Il s'agit d'une gourde souple de marque Platypus de volume 2,4L et d'une gourde type cycliste de 0,8L.
Le plastique de la Platypus blanchit assez rapidement, mais sa résistance est remarquable.
La gourde 0,8L est portée au niveau de la ceinture, elle est à goulot large pour pouvoir être remplie rapidement et facilement dans les sources, et pour pouvoir y mettre l'isostar du matin sans problème (trop galère avec petites bouteilles de soda type Orangina).

Donc 3,2L d'autonomie, mais j'en porte rarement plus de 0,8L. Elle est d'ailleurs souvent vide quand il y a des sources partout: je bois un peu à chaque source (énorme gain de poids).
Pour l'instant, j'ai jamais eu de problème avec l'eau bue en montagne: il suffit de rajouter une pastille quand on a un doute (paturages, origine inconnue, etc).

Retour en haut de page


Appareil photo

Petit appareil compact: le µ2 d'Olympus. 2 pellicules de 36 suffisent en général.

Retour en haut de page


Piolet

Le Ghost de Cassin. Il est en alliage mais il suffit pour arrêter une glissade sur névé.
La marque Black Diamond commercialise une lame de piolet amovible ( photo ) que l'on peut fixer sur ses bâtons de randonnée. Ce système évite d'avoir à changer entre bâtons de rando et piolet et semble très pratique. A tester.

Retour en haut de page


Bouffe

Alors là c'est vraiment perso : chacun ses goûts. Certains sont difficiles (pas moi en rando), d'autres mangent très peu ou n'importe quand. Je prends un méga p'tit déj' (200g de céréales, 1000kcal env), je grignote et je bois à chaque pause.
Pour s'alléger davantage certains se passent de réchaud, mais le soir je dois manger quelque chose de chaud.

Question vitamines, je ne me suis pas beaucoup penché sur la question, mais rien que pour le petit déj, vu ce qui est écrit sur les boîtes de céréales, avec 40g on a 25% à 55% des AJR (apports journaliers recommandés) et 15% à 25% en minéraux. Alors avec 200g ! Choisir quand même des céréales compactes (type Muesli) sinon ça rentre pas, ou bien les "compacter" soit même...
En plus c'est des vitamines bonnes pour l'effort (B etc). Pour la vitamine C, l'isostar en contient beaucoup.
En tout, il y a environ 3000kcal/jour.
Je ne bois ni thé, ni café.

  Poids, par jour  
Lait + sachet 15*   Lait en poudre demi-écrémé pour déguster les céréales.
Céréales + sachet 200*   Les mêmes qu'à la maison ! Elles sont enrichies en vitamines de l'effort.
Isostar + sachet 90*   Apporte vitamines C et glucides rapides pour les premiers kilomètres.
  .  
Raisins secs + sachet 40*   Vivres de "courses" mangées durant la journée, il en reste souvent pour  le soir. Les proportions et la nature de ces vivres varient souvent.
Cacahuètes + sachet 70*
Barres céréales 3*25*
Biscuit + sachet 50*
  .  
Soupes 25*   Gratinées ou soupe de pêcheur à 0.9 euros, j'adore.
Plat lyophilisés 96*   Bien meilleurs que les plats déshydratés (Bolinos, nouilles asiatiques) â mon goût.
Dessert 40*   Papy Brossard ou autre...

Retour en haut de page


Pharmacie

Je ne suis pas un fan de médicaments d'habitude. En montagne encore moins. Si je suis malade au point de devoir prendre un antibiotique ou un anti-inflammoire, je redescends voir un médecin et me soigner.

Enlever toutes les pochettes sans oublier de joindre aux comprimés une petite fiche avec les noms, descriptions, date de péremption et application des comprimés, en veillant quand même à séparer ceux qui se ressemblent !
Le tout tient dans une pochette plastique.

Si l'itinéraire est plus engagé, j'augmente un peu la quantité et j'ajoute (sur les conseils de Dominique et de son médecin, que je remercie):

N'oubliez pas que chacun doit évaluer avec son médecin traitant, ce qui lui convient ou non (Immodium, Clamoxyl, sont disponibles uniquement sur ordonnance).

Retour en haut de page


Sur soi

Je marche en général en pantalon (nylon supplex). Très confortable, léger, sèche très vite, un peu coupe vent.
Je réfléchis à l'option short très léger, genre footing avec pantalon étanche (200g) dans le sac. Mais j'aime bien le fait de pouvoir garder toute la journée ce pantalon supplex: pas froid le matin et soir, un peu chaud à midi quand ça cogne, mais ça va (c'est peut-être pas mal les jambes dézipables).
Pour l'instant je préfère avoir le pantalon nylon non étanche un peu mouillé par une petite pluie et qui sèche dès qu'elle s'arrête, qu'un imper-respirant qu'il faut mettre/enlever, etc parce qu'on a trop chaud dedans.

Bâtons:
Ils sont téléscopiques avec pointes tungstène et tiges en aluminium zicral anodisé. Longueur maxi: 145cm.
Très utiles: efficaces en montée, ils permettent aussi de mieux contrôler la descente.
Tenus ensemble sur le côté, ils permettent de prendre appui en arrière et descendre en ramasse sur névé.
Servent aussi pour monter l'abri: ce sont ses armatures (d'où sa résistance au vent et sa légèreté!).

J'utilise des embouts caoutchouc de protection des pointes ou je scotche les extrémitées ( détails ).

Montre:
Suunto (Vector) bien sûr. J'ai cassé la tirelire sur ce coup là! La boussole n'est pas très précise mais ça me suffit. Une boussole de secours traine dans la poche porte carte de pantalon.

Cartes:
Je fais des photocopies couleurs: c'est léger, les originaux restent neufs, je gribouille dessus, ça tient dans une petite poche, je peux zoomer/dézoomer certaines parties, je les mets recto/verso dans une pochette plastique type scolaire. En tout, moins de 20g. Je fais aussi parfois des photocopies de topo guide quand c'est compliqué (itinéraire d'escalade) mais c'est rare, des notes suffisent et permettent de mieux mémoriser.

Chapeau/casquette:
Pasque des fois ça cogne! Et puis pour la moustiquaire de tête.

Lunettes, crème solaire.

Retour en haut de page


Pas de ...

Aspi-venin
Couteau rambo
Fumigène
Fourchette
Oreiller
Topo-guide
Poncho
Médicaments contre diarrhées et maux de ventre
Sandales bivouac

Retour en haut de page