Outils du site

Vous n'êtes pas identifié(e).


choisir_son_sac_de_couchage

Critères pour choisir son sac de couchage

Les discussions concernant ce wiki sont ici sur le forum : http://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?id=1626

Un tableau comparatif des sacs de couchage du marché.

Températures

Il sera beaucoup question dans les paragraphes suivants de “Température-Confort”. C'est un paramètre indicatif de la thermicité d'un sac de couchage, de son domaine d'utilisation. Sa définition officielle est donnée plus loin au paragraphe concernant la norme EN 13537. Attention aux utilisations approximatives, voire abusives trouvées ici et là sur le net.

L'éternelle question...

“Quelle température confort pour des bivouacs en été vers 2000-2500 mètres d'altitude ??”

En règle générale, on considère que pour de la rando estivale (juillet-août) jusqu'à ces altitudes (Alpes, Pyrénées), -5°C est assez confortable et laisse de la marge.

Pour randonner 3 saisons (de mars à novembre), il est en général conseillé de passer à un sac de couchage de t°confort -10°C.

Pour l'hiver en moyenne montagne, -15°C semble être un minimum (ou un maximum si vous préférez), il vaut mieux jouer la sécurité en hiver!

Pour la haute montagne hivernale ou des régions très froides, il faut s'orienter vers le coûteux monde des sacs extrêmes (-25°c/-35°C confort).

Ces conseils températures sont uniquement basés sur des situations types.

Plusieurs éléments doivent être pris en considération pour évaluer la température confort nécessaire et comprendre pourquoi elle peut parfois être insuffisante.

Les facteurs influençant le confort thermique

Ces facteurs sont de trois ordres :

Facteurs externes
  • Le vent : il crée une perte thermique par convection.
  • L'humidité : à température égale, un froid humide est bien moins supportable qu'un froid sec.
  • L'altitude: moins d'oxygène diminue la capacité de votre organisme à produire de la chaleur.
  • La localisation : en montagne tout particulièrement. Un bivouac sur versant est ou sud-est sera rapidement baigné de soleil le matin. Alors qu'au nord et à l'ouest, donc dans l'ombre, la matinée sera nettement plus fraîche et humide. La diminution de température liée à l'altitude est d'environ 1°C par 150m.
Facteurs personnels
  • La fatigue : cet état induit une désagréable sensation de froid
  • La faim : chaleur = calories…
  • La soif : une bonne hydratation aide à lutter contre le froid
  • L'habitude et l'entraînement : On peut s'acclimater au froid et un bon entraînement physique aidera votre système cardio-vasculaire à réagir rapidement et efficacement aux changements de température.
  • Vos connaissances techniques: un sac de couchage moderne est un produit technique qu'il faut apprendre à utiliser.
  • Votre “frilosité” : on le sait tous, certains sont du genre bouillotte, d'autres pas, sachez bien vous connaître et en tenir compte !
Facteurs matériels
  • Le port de vêtements pour dormir : permet d'affronter des températures inférieures au confort prévu du sac.
  • Le matelas : primordial! C'est LE complément du sac de couchage, le garnissage de celui-ci écrasé par votre poids, est quasi inefficace. Le matelas vous isole donc du sol en diminuant les pertes par conduction. Veillez à bien le choisir en fonction de la température du sol et à son type: herbe, cailloux, neige ne conduisent pas la chaleur de la même façon.
  • L'abri de bivouac : un abri fermé vous protégera du vent; un tapis de sol, de l'humidité; un abri double-toit semble créer un peu d'isolation.

On voit donc bien que dormir au chaud en rando n'est pas qu'une simple affaire de chiffres dans un catalogue!

La norme EN 13537

La norme EN 13537 est une norme européenne créée pour standardiser les mesures de températures des sacs de couchage construits et/ou vendus en Europe.

Attention au fait que toutes les marques ne s'y sont pas pliées. Cela est bien sûr toujours clairement indiqué.

Avant son apparition, il était courant que les vendeurs conseillent des sacs 5 degrés plus chaud que les températures indiquées par l'ancienne norme. Cette norme semble donc être une bonne référence, privilégiant la sécurité.

Elle consiste en la mesure de 4 températures :

  • Limite supérieure : la température à laquelle un homme peut dormir sans transpiration excessive. Elle est calculée zip et capuche ouvertes avec les bras hors du sac.
  • Confort : Température à laquelle une femme passera une nuit confortable.
  • Limite inférieure : Température à laquelle un homme passera une nuit confortable.
  • Extrême : Température limite de survie pour une femme.

Notez que les tests tiennent compte du port de sous-vêtements et de l'utilisation d'un matelas épais. Le mannequin utilisé reproduit un dégagement de chaleur standard. Elle vise donc le grand public. Si vous êtes entraîné et habitué au bivouac frais voire froid, elle peut paraître pessimiste.

Pour des raisons de reproductibilité des conditions (entraînement du dormeur, humidité, …), techniques et vêtements employés par cette norme ne s'appliquent pas aux sacs militaires et pour températures extrêmes.

Isolants

Techniquement, un sac de couchage n'est pas chaud, en fait son garnissage retient plus ou moins la chaleur que vous émettez, il vous isole.

Deux types de garnissages sont disponibles dans les sacs de couchage :

Le duvet

Avantages:

  • Le duvet est tout simplement le meilleur isolant connu!
  • Le principal avantage du duvet est donc son excellent rapport chaleur/poids et sa compressibilité exceptionnelle. Les sacs en duvet sont petits et légers mais retrouvent rapidement un gonflant impressionnant. C'est clairement l'isolation préférée de beaucoup de MUL!
  • Le confort de ce type de sac est aussi indéniable, la plume est légère, aérée… On “étouffe” moins facilement dans le duvet, l'amplitude d'usage est assez grande.
  • Dernièrement, le duvet de qualité a une très longue durée de vie. On peut espérer garder un duvet bien entretenu pendant toute sa vie de randonneur.

Inconvénients:

  • La plume est naturellement hydrophile… elle aura donc tendance à absorber l'humidité ambiante et à perdre en chaleur au fil de la nuit. Bien que les tissus modernes résolvent grandement ce problème, le duvet n'est pas le couchage des conditions franchement humides.
  • L'entretien n'est, de ce fait, pas des plus aisés. Le séchage, surtout, peut prendre plusieurs jours.
  • Le prix est malheureusement à la hauteur des performances. Un bon duvet atteint rapidement les 200 euros, voire plus selon la chaleur désirée et la qualité du produit.
  • Attention aussi aux éventuelles allergies.
  • Notez que si un sac en duvet venait à se déchirer, son contenu s'en échapperait facilement. Si le trou n'est pas trop grand on peut facilement le réparer avec du tape ou quelques points de couture.

Comprendre les caractéristiques d'un duvet

Plusieurs facteurs caractérisent le garnissage :

  • Le rapport duvet/plumettes : exprime le pourcentage de duvet et de plumettes. Un rapport de 90/10, par exemple, signifie que le sac contient 90% de duvet et 10% de plumettes. Plus il y a de duvet plus le garnissage est de qualité. Néanmoins il faut toujours des plumettes pour assurer la bonne cohésion de l'ensemble.
  • Le “Fill Power” (FP) ou pouvoir gonflant : exprime le volume (en cube inches ou cuin soit 16,39 cm3) occupé par une once de duvet (28,35g). Plus le duvet est gonflant plus il occupe d'espace plus il isole. Exemple : pour un duvet 700 cuin, une once occupera 700 cube inches. Quand la valeur cuin est suivie d'un “+”, cela signifie que cette valeur est le minimum certifié.
  • Oie ou canard : le duvet d'oie est de meilleure qualité. On constatera vite que si l'on veut que les deux caractéristiques précédentes soient élevées, le canard est à écarter.

Actuellement, un duvet de qualité oscille entre 90/10 et 96/4 et 650/700 à 860+ cuin (parfois 900!). On ne trouve d'ailleurs plus de duvet inférieur à ces spécifications pour la bonne simple raison que dans ce cas un garnissage synthétique coûtera moins cher et offrira des performances équivalentes voire peut-être supérieures.

Tubes utilisés pour mesurer le Fill Power :

fp.jpg

A droite une fibre synthétique de piètre qualité et ensuite différentes qualités de duvet (de 450 à 800).

Les fibres synthétiques

Si nous avons vu que le duvet s'attire facilement les faveurs des randonneurs légers vu son rapport chaleur/poids exceptionnel, les fibres synthétiques présentent malgré tout quelques avantages de taille.

Avantages:

  • La résistance à l'humidité, aussi bien venant de l'extérieur (projections de pluie, fonte de l'abri de neige, tasse de café…) que de l'intérieur (transpiration, expiration, séchage d'habits mouillés dans le sac de couchage)
  • Isole même mouillé.
  • La rapidité de séchage.
  • La facilité de lavage.
  • Le sac synthétique est aussi et surtout beaucoup moins cher qu'un équivalent en duvet!

Inconvénients:

  • Le rapport chaleur/poids et la compressibilité sont nettement moins bons par rapport au duvet. Ces sacs sont donc globalement plus lourds et encombrants. Ce sont le plus souvent des fibres de polyester creuses.
  • L'amplitude d'utilisation est moins grande, on aura donc plus facilement trop chaud (ou froid) dans un sac synthétique.
  • La durée de vie des fibres est plus faible, on constatera une perte de gonflant après quelques années. Cela dit, avec des fibres de haute qualité, comme le Polarguard, une fois qu'un certain tassement s'est fait, le taux d'isolation reste constant pendant très longtemps.

Le synthétique est donc plutôt l'isolant des conditions humides et difficiles, des sursacs étanches, des conditions hivernales, des très longs voyages où un nettoyage peut s'avérer nécessaire… ainsi qu'à des personnes qui ont d'autres choses à gérer que le taux d'humidité de leur sac de couchage, comme par exemple des alpinistes dans une voie difficile, des photographes en prises de vues complexes et les militaires.

Les deux grandes catégories des fibres synthétiques

Les fibres synthétiques qui simulent la construction et les propriétés du duvet naturel

Exemple: Le Primaloft, commandé par l'Armée Américaine pour reproduire le duvet naturel de façon synthétique, se constitue de petits morceaux qui ressemblent au duvet d'oiseau. Le Primaloft est donc mécaniquement presque aussi pliable et compressible que le duvet. Sa malléabilité convient donc particulièrement bien aux vêtements, où il peut suivre le contour de corps avec plus de précision. Mais le Primaloft nécessite des coutures plus régulières pour être tenu en place sans créer des “cold spots - points froids”. Cette construction en morceaux rend le Primaloft également plus sensible à l'usure de la compression et de la décompression de vêtements et sacs de couchage.

Les fibres synthétiques conçues sur des principes de construction et des propriétés sans aucun lien avec le duvet naturel

Exemple: Le Polarguard se construit à partir d'un seul fil synthétique, très long, qui revient sans cesse sur lui-même, pour créer une sorte d'ouate indéchirable. Le Polarguard bénéficie donc structurellement d'une plus grande rigidité et résistance à l'usure. Mais de ce fait, il perd en souplesse et compressibilité.

Les différentes fibres du marché

Une quantité phénoménale de fibres différentes s'offre aux fabricants de matériel et à leurs clients: Polarguard, Primaloft, Quallofill, Thermolite, MTI, Softie, Dryloft… qui utilisent l'un des deux principes de fabrication expliqués plus haut.

Les fabricants des fibres tendent à vanter leur produits et à cacher leurs parts de marché réels.

L'opinion générale, quoique empirique et souvent basée sur des expériences personnelles ainsi que les prix, tend à classer le Primaloft et le Polarguard dans le haut de gamme des fibres synthétiques.

Constructions

Si on sait maintenant choisir l'isolant idéal, encore faut-il que la construction du sac soit à la hauteur. Plusieurs points à étudier :

La forme générale

La couverture

www.randonner-leger.org_forum_uploads_5428_rsb.jpg Les sacs couverture de part leur forme rectangulaire présentent de nombreux désavantages. Ils sont lourds et volumineux et leur largeur au pied, bien que confortable, crée des zones froides dans les coins inférieurs…

Rien ne sert de s'étendre plus amplement, vous aurez compris que ce type de sac ne doit pas entrer en ligne de compte dans le choix d'un sac MUL. D'ailleurs il n'existe pas de sac couverture réellement performant, ni léger…

Le sarcophage

www.randonner-leger.org_forum_uploads_5428_10108964x1011898_zm.jpg Tous les sacs de montagne sont de forme sarcophage (mummy en anglais) donc plus étroits vers les pieds et munis d'une capuche.

Cette forme présente beaucoup d'avantages :

  • Gain de poids
  • Gain de volume
  • Optimisation de l'isolation et donc de la chaleur

Certains diront qu'ils sont moins confortables mais le rapport performance/poids est à ce (petit) prix…

Les cas particuliers du top bag, du quilt et du pied d'éléphant

Le top bag, le quilt et le pied d'éléphant sont en quelques sortes des demis sacs de couchage.

En effet, le top bag n'est rembourré que sur sa face supérieure et le dessous présente une simple couche de tissu permettant d'y glisser et de maintenir en place le matelas.

Le quilt n'est lui aussi rembourré que sur le dessus mais le dessous est ouvert et présente généralement 2 ou 3 sangles. Celles-ci permettent d'attacher le matelas et surtout de faire varier la circonférence du sac et donc ses capacités d'isolation.

Ces types particuliers résultent du constat suivant : étant donné que le garnissage inférieur est écrasé par votre poids, il est donc inutile et remplacé par l'isolant qu'est le matelas.

Le gain de poids est appréciable mais la simplicité de ces sacs rend parfois le confort plus rudimentaire. Ils n'ont pas forcément de capuche (un bonnet est utile), ni de fermeture éclair.

Ces sacs nécessitent une adaptation de l'utilisateur et une expérience des bivouacs pour être utilisés au mieux.

L'envers d'un quilt : www.randonner-leger.org_forum_uploads_5428_arc-alp-bottom.jpg

Le pied d'éléphant (ou half bag) quant à lui est en fait un sac de couchage qui ne monte qu'à la poitrine (140-150cm environ). Le concept consistant ici à dormir avec la doudoune qu'on emporte pour le bivouac.

Le matelas s'utilise normalement. Longtemps utilisé par les alpinistes, le pied d'éléphant tend à revenir sous la pression ultra-légère.

www.randonner-leger.org_forum_uploads_5428_akula--jkt.jpg

Ce sont toutes deux, les solutions MUL ultimes!!

Cloisonnement des sacs en duvet

www.randonner-leger.org_forum_uploads_5428_duvet.jpg Le cloisonnement du duvet est primordial! C'est lui qui maintient le duvet (très mobile) en place, évitant les points froids tout en lui permettant de développer au mieux son gonflant.

  1. Le cloisonnement simple est le plus ancien : utilisé dans les sacs et vestes très légères. Il présente une piètre isolation mais est très économe en tissu donc en grammes.
  2. Le double cloisonnement, inventé par Pierre Allain vers 1952 : c'est en fait deux sacs de couchage en un. Utilisé dans les sacs les plus chauds pour une tenue sans faille du duvet et une absence de points froids. Plus lourd car plus gourmand en tissu.
  3. Le faux double cloisonnement ajoute une couche de tissu et peu d'isolation en plus : il est utilisé par des fabricants connus dans des vestes de duvet (North Face)
  4. Le compartimentage (développé d'abord par Valandré). Le plus courant actuellement. Il permet un bon développement du gonflant sans couture traversant la structure et sans utiliser trop de tissu. Certains modèles de ce type se voient ajouter un cloisonnement latéral empêchant le duvet de voyager de la partie supérieur à la partie inférieure du sac. D'autres n'en ont pas ce qui permet de faire varier l'isolation.
  5. Le système boite en V n'est plus guère développé.

Cloisonnement des sacs en synthétique

www.randonner-leger.org_forum_uploads_5428_camp65.jpg Les sacs rembourrés de fibres synthétiques sont moins complexes à décrire… En effet, les cloisonnement ont peu d'importance puisque les fibres sont moins mobiles et qu'on peut les coudre au sac. Vérifiez néanmoins que le sac présente un cloisonnement évitant les points froids et répartissant bien l'isolant.

On trouve des simples couches, des doubles, des chevauchements de tuiles,…

La fermeture éclair

Les zip alourdissent un peu le sac de couchage (50 g chez Triple zero) et diminuent l'isolation. On trouvera donc des sacs sans zip ou avec un zip plus court.

Un zip court sur le Valandré Mirage :

Notez qu'une fermeture intégrale avec deux curseurs permet d'aérer sans ouvrir complètement le sac. Le couchage devient donc plus polyvalent.

Le rabat isolant derrière le zip est indispensable!

Collerettes, serrages et capuches

On notera encore la présence ou l'absence de collerette aux épaules, les serrages et la structure de la capuche.

Des éléments qui, eux aussi, peuvent aider à augmenter ou diminuer l'isolation.

Le sacs très légers et peu chaud n'en sont pas toujours équipés alors qu'à contrario ce sont des éléments primordiaux dans un sac pour températures froides.

Les coutures

Vérifiez bien leur qualité, elles doivent être solides.

Hormis celles du zip et du pourtour de la capuche, aucune couture ne doit traverser le sac de part en part, exception faite du cloisonnement simple dont c'est le principe de base.

Dans un duvet si l'une d'elle lâche, le duvet sortira du sac… ce n'est pas le cas avec les fibres synthétiques.

Tissus

Les tissus des sacs de marque de qualité sont globalement assez performants. On citera par exemple les nylons Pertex qui sont probablement les plus réputés et utilisés par plusieurs grande marques. http://www.pertex.com

Il serait difficile de comparer les tissus utilisés par chaque marque. Mais il est important de vérifier certaines de leurs caractéristiques :

  • Une bonne déperlance assurera la résistance à l'eau (bruine, condensation tombant des parois de l'abri,…). Spécialement important pour les duvets. Bien que le synthétique craigne moins l'eau, autant qu'il n'en absorbe pas trop non plus.

Il existe aussi des tissus imperméables et respirants très efficaces (Pertex Endurance par exemple). Certains randonneurs mettent en garde contre un éventuel risque de formation de condensation dans le sac en conditions froides par manque de respirabilité du tissu. Cette hypothèse n'est encore étayée par aucune expérience de terrain.

  • Le tissu ne doit pas laisser passer le duvet (down proof). C'est parfois le cas avec des sacs plus bas de gamme, ces articles sont à éviter! Les fibres synthétiques ne passent pas au travers des tissus.
  • Certains tissus sont très légers (environ 32g/m2 pour le Pertex Quantum) et donc moins adaptés à un usage “musclé” et des conditions difficiles. A vous d'être en adéquation avec vos besoins.

Méthode pour comparer et évaluer les températures des duvets

Si on fait abstraction de toutes les autres caractéristiques (construction du sac entre autres), il suffit de multiplier la masse de la garniture (en kg) par le pouvoir gonflant (en cuin) pour obtenir une sorte d'“indice de chaleur” (en kg.cuin) qui mesure le volume occupé par la masse totale de duvet et donc, très grossièrement, la capacité d'isolation du sac. Ainsi deux sacs de construction comparable et d'index de chaleur identiques devraient avoir une température de confort similaire.

Exemple: Pour un sac garni de 150 g de duvet de cuin 750, l'indice de chaleur (IC) sera égal à 0,150 (masse du duvet en kg) multiplié par 750 (cuin du duvet), soit 112,5.

Ci-dessous un tableau qui classe les sacs en indice de chaleur croissant. En ce qui concerne l'indication des températures confort, la première colonne correspond aux données fabricant, la deuxième aux mesures Vieux Campeur (quand elles existent) et la troisième à l'estimation faite à partir du calcul expliqué ci-dessus. Il ne faut pas prendre ces chiffres comme unique critère de choix, ils sont seulement donnés ici pour faciliter la comparaison.

(Cliquer sur les colonnes pour les ordonner)

Marque et modèlepoids total (g)masse duvet (g)pouvoir gonflant (cuin)indice de chaleur (kg.cuin)t°confort fab.t°confort AVCt°confort calculvolume (cm*cm;L)
Lafuma Warm'n Light 600 600 150 650 98 +11/+8 +12/+6 +10/+5 x ;
Yeti Feather 200 Gold 430 160 860 138 +5/0 nc +8/+3 x ;
Yeti Feather 200 470 200 700 140 +5/0 nc +8/+3 x ;
Millet XP 500: avis sur le forum 477 (450) 250 700 175 +8/+3 +9/+2 +7/+1 x ;
Lestra Light Compact 790 300 600 180 -1/-3 +6/0 +6/+1 x ;
Marmot Atom (Reg) 595 226 850+ 192 +10/+6 nc +6/0 x ;
Lafuma Warm'n Light 800 800 300 650 195 +5/0 +6/+1 +6/0 15×25 ; 5 l
Yeti Boulder 300: avis sur le forum 680 300 700 210 0/-5 nc +5/0 x ;
Yeti Boulder 300 Gold 630 250 860 215 0/-5 nc +5/-1 x ;
TNF Kilo Bag (Reg) 975 382 600 229 +3/-2 nc +4/-1 x ;
Mountain Hardwear Phantom 32° (reg) 640 288 800 230 0 +4/-1 +4/-1 x ;
TNF Beeline 900 545 263 900 237 +8/+4 nc +4/-2 x ;
Lestra Himalaya Light: avis sur le forum 1100 400 600 240 -1/-10 +3/-2 +4/-2 x ;
Lestra Meije 500+ 1150 500 500 250 -1/-8 -1/-8 +3/-2 18×32 ; 8,1
Marmot Hydrogen (Reg) 709 311 850+ 264 +4/-1 nc +3/-3 x ;
Sierra Designs Wicked Fast (reg) 680 340 800 272 -1 n.c. +2/-3 x ;
Yeti GT400 Gold 820 320 860 275 0/-5 nc +3/-4 x ;
Yeti GT400 900 400 700 280 0/-5 nc +3/-4 x ;
Valandré Mirage: avis sur le forum 624 350 800 280 -1 +1/-6 +3/-4 x ;
Alpkit Pipedream 400 (reg): avis sur le forum 750 400 750 300 -3 n.c. +1/-4 21×20 ; 6,6
Rab Quantum 400 900 400 750 300 -3 nc +2/-5 25×15 ; 4,4
Millet Camp 1300 550 560 308 +2/-3 +2/-5 +1/-5 x ;
Yeti Boulder 450 Gold: avis sur le forum 720 360 860 310 -2/-10 nc +1/-5 x ;
Lestra Summit 1700 600 520 312 +2/-3 +1/-6 +1/-5 x ;
Yeti Boulder 450: avis sur le forum 810 450 700 315 -2/-10 nc +1/-6 x ;
Triple Zéro Ansabère 400: avis sur le forum 800 400 800 320 0/-5 nc +1/-6 x ;
Valandré Classic 500 1060 500 650 325 -2 +1/-4 +1/-6 x ;
Lestra Quantum 500 1300 500 650 325 -1/+5 n.c. 0/-6 x ;
Lestra Meije 700+ 1350 700 500 350 -5/-12 -6/-18 0/-7 20×32 ; 10
Mountain Equipement Helium 600 1000 600 600 360 +1/-7 n.c. 0/-7 x ;
Millet Hiker 1400 650 560 364 0/-6 -1/-8 -1/-8 x ;
TNF Blue Kazoo (Reg) 1253 624 600+ 374 -4/-10 -3/-7 -1/-8 x ;
Triple Zéro Astazou 500FL: avis sur le forum 975 475 800 380 nc nc -2/-9 x ;
Yeti GT600 Gold 980 480 860 413 -5/-13 nc -3/-10 28×17 ;
Simond MAKALU 1 DOWN L (Decathlon) 1280 750 560 420 0/-6 nc -3/-10 35×25 cm ; 17 L
Yeti GT600 1100 600 700 420 -5/-13 nc -3/-11 x ;
Valandré Lafayette 980 550 800 440 -8 -7/-16 -4/-12 x ;
Rab Q600: avis sur le forum 1100 600 750 450 -15 nc -4/-12 30×18 ; 7,6
Rab Q600 Endurance 1180 600 750 450 -12 7/-13 -4/-12 35×21 ; 12,1
Valandré Classic 700 1270 700 650 455 -5 -5/-12 -5/-12 x ;
Marmot Helium (Reg): avis sur le forum 879 552 850+ 469 -2/-8 nc -5/-13 x ;
Triple Zéro Ansabère 600: avis sur le forum 950 600 800 480 nc nc -6/-14 x ;
Valandré Blue 600 1200 600 800 480 -15 -7/-15 -6/-14 x ;
TNF Hightail (Reg) 910 565 850 480 -6/-13 nc -5/-13 x ;
Western Mountaineering Versalite (Reg) 907 566 850+ 481 -12 nc -5/-13 x ;
TNF Superlight (Reg) 1517 826 600+ 495 -9/-16 nc -6/-14 x ;
Marmot Pinnacle (Reg) 1134 637 800+ 509 -5/-12 nc -6/-15 19×40 ; 13
Yeti GT750 Gold 1100 600 860 516 -9/-18 nc -7/-15 x ;
Yeti GT750 1250 750 700 525 -9/-18 nc -8/-16 x ;
Mountain Hardwear Banshee SL (reg) 1530 680 800 544 -17 -10/-18 -8/-16 x ;
Millet XP1500 1500 840 650 546 -4/-11 -6/-18 -8/-17 x ;
Valandré Classic 900 1490 900 650 585 -20 -9/-18 -10/-19 x ;
Rab Q800 1300 800 750 600 -23 -11/-19 -11/-20 35×21 ; 12,1
Rab Q800 Endurance 1380 800 750 600 -18 -11/-19 -11/-20 40×24 ; 18,1
Valandré Shocking Blue 1400 768 800 614 -12 -12/23 -11/-20 x ;
Yeti GT900 Gold: avis sur le forum 1230 730 860 628 -16/-24 nc -12/-21 x ;
Yeti GT900 1400 900 700 630 -16/-24 nc -12/-21 x ;
Triple Zéro Astazou 800FL 1300 800 800 640 nc nc -12/-22 x ;
Mountain Hardwear Phantom 0° (reg) 1190 803 800 642 -17 n.c. -12/-21 x ;
Marmot Lithium (Reg) 1247 793 850+ 674 -16 nc -13/-23 x ;
Nanok Performance WGD-20 1680 980 700 686 -20 nc -14/-23 x ;
Marmot Couloir (Reg) 1446 878 800+ 702 -11/-18 nc -14/-24 x ;
Valandré Freja 950 1530 950 800 760 n.c. -19/-29 -17/-27 x ;

On constate que le classement par indice de chaleur correspond à peu près au classement par température de confort (quand elle est indiquée par le constructeur et/ou le Vieux Campeur). Ça permet de faire rentrer dans la comparaison des sacs dont la température de confort est inconnue ou douteuse.

On peut aller un peu plus loin dans le raisonnement après avoir constaté que la température de confort (telle que mesurée par le Vieux Campeur) dépend approximativement linéairement de l'indice de chaleur:

 T(confort) = -0,0413 x IC  +14.1

où T est en °C et l'indice de chaleur IC est en kg.cuin. Pour la deuxième température (limite confort), on trouve:

 T(limite confort) = -0.0491 x IC  +9.92

Ainsi pour une température confort de 0°C if faut IC~340, soit 400g de duvet FP850 ou 520g de duvet FP650.

Pour -5°C, il faut IC~460 soit 540g de duvet FP850 ou 710g de duvet FP650

Empaqueter, stocker et entretenir

Avoir un bon sac est une chose, conserver ses performances en est une autre…

Empaquetage

Qui dit que les housses de stockage sont toujours trop petites, ne sait probablement pas s'y prendre!

Il n'existe à ma connaissance qu'une bonne technique pour cela et qui, en plus, est simplissime:

  • Ouvrez complètement le zip
  • Déserrer tous les serrages
  • Bourrez le sac de couchage en vrac dans son contenant en commençant par la tête

Ce faisant, vous ne martyrisez pas la tirette et vous rangez le sac de manière différente à chaque fois. Plier un sac toujours de la même manière, c'est le meilleur moyen d'abîmer le garnissage (surtout le synthétique) aux endroits des pliures et donc créer des points froids!

Aucun sac ne résiste à cette méthode (nécessite une bonne poigne avec certains modèles synthétiques volumineux).

Stockage

www.randonner-leger.org_forum_uploads_5428_house-rangement.jpg Si vous le gardez compressé en permanence, cela détériorera le garnissage et le sac perdra en gonflant donc en chaleur…

Stocker donc le sac non-compressé dans un grand filet aéré (maille ou coton) dans un endroit sec. (le plus souvent fourni à l'achat)

Le mieux serait encore de le stocker à plat mais cela prend de la place. Eviter de le pendre pour ne pas que le garnissage se tasse sur lui-même.

Ces recommandations sont valables pour les deux types de garnissage.

Nettoyage

Duvet

Laver un duvet est toujours une opération délicate. En effet, vu le prix des sacs autant être précautionneux. Certaines marques proposent un service nettoyage professionnel (Valandré et Triple Zéro, par exemple)

Si vous choisissez de le faire vous-même, voici quelques recommandations :

  • (Proposition : Si le duvet est très sale, le faire tremper dans l'eau à 20° avec un peu de lessive pendant au moins 6h ou plus avant de le laver pour que la crasse devienne susceptible de partir au lavage qui va suivre, et même brosser doucement les parties les plus imprégnées).
  • (Proposition : Retourner le duvet avant de le mettre en machine pour éviter de trop esquinter la déperlance du tissu externe.)
  • Laver à basse température : 30°
  • Utiliser une lessive pas trop agressive (style savon de Marseille) ou le 1/3 de la dose normal d'un autre détergent ou encore un détergent “spécial duvet”
  • Utilisez le programme “laine” ou “délicat” de votre lave-linge
  • Vérifier l'absence de zone acérée dans le tambour de la machine pour éviter les accrocs (possibilité d'utiliser un sac en filet)
  • Mettre des balles de tennis dans le tambour pour limiter la mise en boules du duvet
  • Bien rincer, plutôt 2 fois qu'une (voire plus)
  • Le séchage est l'étape la plus importante
  • Utiliser soit un sèche linge à basse température pendant plusieurs heures puis laisser sécher en plein air (l'été c'est mieux) à plat (retournez le temps à autre)
  • Défaire les paquets de duvet humide à intervalles réguliers pendant le séchage
  • Le séchage complet peut être long ( > 24 heures )
  • Vérification : Peser le sac de couchage, s'il est plus lourd qu'avant, le duvet est encore humide. Continuez le séchage

Si le lave-linge vous fait peur, une grande bassine ou la baignoire sont bien indiquées (En profiter pour bien faire tremper un moment avant lavage).

Après pas mal d'années d'utilisation, un bon lavage redonne du gonflant au duvet. Il n'est cependant pas conseillé de laver son duvet fréquemment.

Synthétique

Les recommandations sont les mêmes que pour le duvet mais la phase de séchage sera beaucoup plus rapide. De plus, le garnissage ne formera pas de paquet évitant le fastidieux travail de remise en place du duvet.

Comme nous l'avons déjà dit, le synthétique est donc bien plus simple à entretenir!

Des lavages trop fréquents détérioreront la fibre et diminueront son gonflant.

Liners, upgrades, bivys et VBL

Doublures

Les liners sont idéaux pour protéger l'intérieur du sac des salissures, évitant de le laver trop souvent et augmentant donc la durée de vie.

Ces “sacs dans le sac” sont soit en coton, soit en soie.

Cette dernière est très légère (environ 130g) et apporte 1-2 degrés de chaleur supplémentaires. Le choix du MUL se portera sur la soie s'il décide de s'encombrer d'un liner. Elle a malheureusement le désavantage d'être assez coûteuse.

Le coton quant à lui est lourd (300-350g) et non-thermique mais peu cher.

Doublures thermiques

Il arrive parfois qu'un sac de couchage soit un peu juste en température pour l'activité envisagée et que votre budget vous interdise d'en acheter un plus chaud.

Les doublures thermiques sont alors une bonne solution bien que pas toujours très légères…

On trouve le plus souvent des upgrades en polaires. Lourds (400-500g) et encombrants, le gain de température est d'environ 5°C.

Une doublure thermique bien plus légère est apparue ces dernières années. Elle est constituée de Thermolite (une fibre utilisée dans les sacs de couchage) et développée par la marque Sea-to-Summit.

http://www.seatosummit.com.au/showdetail.php?Code=AREACTOR

Le gain de température annoncé est de 8°C mais il semblerait qu'il soit plus proche de 4-5°C. Ce qui, pour son poids (265g), est très intéressant!

Si un gain de chaleur plus élevé est nécessaire, on trouve aussi des liners en fibres synthétiques comme le “Mummy Primal Liner” de Integral Designs.

On peut aussi les utiliser seuls comme couchage pour conditions chaudes.

Sursacs de bivouac

Alternative ou complément à un abri non-fermé, le bivy sack (ou bivy bag) est un sac étanche dans lequel on glisse son sac de couchage et éventuellement son matelas.

Les modèles fabriqués à partir de laminés Gore-tex ou eVent sont destinés à être utilisés tels quels pour bivouaquer au sec. C'est la méthode utilisée dans les forces armées.

Des modèles plus légers et moins chers serviront plutôt de compléments sous un petit tarp, pour protéger le sac de couchage dans un abri de neige ou tout simplement en urgence si vous êtes forcé de passer une nuit dehors.

Le gain de température d'un sursac est évalué par la norme EN 13537 à 4°C (donnée recueillie pour le Bivanorak de Hilleberg)

Il peut également être utilisé pour ajuster la température d'un sac de couchage trop chaud pour les circonstances.

Vapor Barrier Liner

Le VBL est une doublure particulière pour les conditions extrêmes.

Elle est totalement étanche et pas du tout respirante.

Elle stoppe la perte de chaleur causée par l'évaporation de votre transpiration imperceptible, l'eau qui émane constamment de votre peau qui, elle, n'est pas étanche comme un sac plastique! Elle empêche aussi l'évaporation de la transpiration perceptible, celle que vous produisez lorsque vous surchauffez dans le sac. Il est donc très important de réguler votre température avec attention (couche de vêtements,…).

Le VBL est donc d'une importance cruciale en condition de froid extrême : il empêchera la vapeur d'eau de migrer dans le garnissage, de s'y condenser voire d'y geler… plutôt utile!

Utilisé correctement, ce liner peut vous permettre de dormir 5°C plus bas que la température nominale du sac! Une mauvaise utilisation sera inconfortable, vous donnant l'impression de camper en pleine jungle…

choisir_son_sac_de_couchage.txt · Dernière modification: 2015/11/12 17:37 par romseguy