Outils du site

Vous n'êtes pas identifié(e).


faq_de_la_randonnee_legere_mul

FAQ de la randonnée légère (ou MUL)

Cette FAQ a pour but de:

  • répondre aux questions fréquentes sur la randonnée légère
  • répondre aux questions fréquentes du forum, souvent liées à la technique et pas toujours spécifiques à la rando légère.

  • Pour toute question liée à l'utilisation du wiki, consultez la notice du wiki.

Cette page est verrouillée mais vous pouvez proposer vos idées sur le forum dans cette discussion .

QUESTIONS

1. Questions fréquentes liées à la randonnée légère

2. Questions fréquentes liées à la randonnée en général

REPONSES

1. Les réponses aux questions fréquentes liées à la randonnée légère

1.1 Que signifie MUL ?

C'est l'acronyme de Marcheur Ultra Léger ou Marche Ultra Légère. Voir aussi le lexique pour les autres mots ou acronymes barbares utilisés sur le site.

1.2 Qu'est-ce que la randonnée légère (ou la M.U.L ) ?

La quête d'un équipement minimaliste en adéquation avec nos propres aptitudes et les nécessités du terrain, dans le but de randonner en sécurité avec le maximum de plaisir. C'est une démarche forcément personnelle, donc particulière, il n'y a pas de recette-qui-marche-à-tous-les-coups à appliquer !

Voir aussi la présentation et l'histoire de l'équipement léger d'escalade et de randonnée.

1.3 Le concept de randonnée légère s’applique-t-il aussi aux treks lointains, très engagés ?

Oui ! Et il est parfois indispensable pour la simple raison que c’est la seule approche possible. La traversée de l’Himalaya de Poussin et Tesson ou l’expédition Artic 1000 en sont de bons exemples (entre autres).

1.4 A partir de combien de kilos est-on MUL ?

On parle parfois de XUL pour dire eXtreme Ultra Légers, de marcheurs ultra-légers, de marcheurs légers, ou ultra lourds (!) en y associant un barème de poids, mais il faut bien comprendre que certains sacs de 8 kg sont bien plus optimisés que d'autres de 4 kg, tout dépend du terrain et des autres paramètres. Se baser uniquement sur le poids du sac n'est donc pas un critère fiable pour déterminer le degré d'aboutissement de la démarche: il n'existe pas de limites de poids, de barème universel qui permette de déterminer si l'on est MUL ou pas.

1.5 Quels sont les objets indispensables ?

Dans l'absolu, aucun. Il n'existe pas de matériel indispensable. Certains randonnent sans sac, d'autres sans vêtement de pluie, parfois sans abri ou sans réchaud. Randonner léger c'est rechercher l'essentiel, l’adéquation idéale entre son matériel, ses aptitudes et le terrain : le nombre de solutions est donc infini, présenter une liste de matériel indispensable bride l'imagination et cette recherche d'essentiel, indissociables de la pratique de la M.U.L.

1.6 Tout le monde peut-il pratiquer la randonnée légère ?

Oui ! Mais cela nécessitera parfois une grosse remise en question ! De quoi ai-je vraiment besoin pour cette randonnée ? N'y a-t-il pas une alternative à cet équipement, une nouvelle astuce à mettre en pratique ? Si l'on n'a pas grande expérience en randonnée et qu'on veut mettre en pratique le concept, l'important est d'y aller progressivement: ne pas se lancer dans des randonnées engagées après avoir allégé d'un coup son équipement de moitié. Ceux qui pratiquent la randonnée depuis longtemps ont souvent compris l’intérêt de cette optimisation (certains pas du tout !), mais il subsiste certaines barrières mentales plus faciles à dépasser en échangeant avec les autres pratiquants. Enfin certains ne peuvent pratiquer la randonnée que dans sa variante légère: après avoir arrêté la marche à cause de problèmes de dos, d'articulations, ils s'y sont remis en découvrant ce concept.

1.7 La randonnée légère coûte-t-elle cher ?

« Light » « Ultra-light », les marques font du marketing et associent souvent léger avec performant, donc cher. Mais il existe une autre approche qui découle immédiatement du principe d’adéquation matos/bonhomme : le « fais le toi même » ! Puisque les marques vendent cher un matériel qui ne correspond pas toujours exactement à nos besoins, pourquoi ne pas le fabriquer soi-même. Le maître mot ici est entre-aide, chacun s’échange ses petites astuces et ses trouvailles. Voir l'atelier des bricoleurs. On économise aussi du fait qu’en diminuant le nombre d’articles emportés, on évite aussi de gaspiller de l’argent dans de l’inutile. Enfin, un sac de 30L coûtera toujours moins que le modèle de 70L dans la même gamme ! Voir aussi cet exemple.

1.8 Se met-on en danger en randonnant léger ?

Mis en pratique correctement le concept ne présente pas un plus grand danger que la randonnée « classique », au contraire. La réflexion portée sur l’adéquation matériel/ bonhomme/ terrain ne peut être que bénéfique sur le plan sécurité. En recherchant ce qui nous est vraiment indispensable, on accède à une meilleure connaissance de soi, de son matériel et du terrain.

Randonner léger apporte aussi une sécurité sur le long terme: porter un sac lourd est une pratique à haut risque pour vos articulations (dos, genoux, chevilles) et ne fait qu'accélérer leur usure ou augmenter le risque de traumatisme. Portez léger le plus tôt possible: votre corps vous dira merci avant longtemps ! Voir aussi: la sécurité liée au concept.

2. Réponses aux questions fréquentes liées à la randonnée en général

2.1 Peut-on boire l'eau des sentiers ?

Rares sont les eaux pouvant être considérées à priori comme totalement exemptes de pollution par micros organismes ou substances chimiques (pesticides, métaux lourds, etc). Mais il faut savoir faire la part des choses en apprenant à déterminer quel est le dispositif le plus adapté (filtre, charbons actifs, pastilles, aucun, etc) en analysant les risques. Une eau de surface (rivière, lac) aura plus de chance d'être polluée (surtout si elle coule lentement et/ou loin de la source) qu'une eau de source qui est naturellement filtrée par le sol (mais peu en terrain calcaire). En montagne en altitude la pollution chimique est absente mais les animaux peuvent être à l'origine d'une pollution par micros organismes (virus, bactéries, parasites).

Enfin relativisons, il est souvent plus risqué de manger sans se laver les mains, que de boire de l'eau non traitée en montagne ! Lisez aussi cette discussion du forum.

2.2 Comment éviter les ampoules ?

Commencer par choisir la bonne chaussure. Comment savoir laquelle ? Le mieux est de trouver un vendeur qui a des notions de podologie et qui a du temps à vous consacrer (rare !). Il saura déterminer quel est votre type de pied, type de foulée et d'appui au sol pour choisir les bonnes chaussures, c'est souvent loin d'être simple. Certains seront plus sujets aux ampoules, quelques soit les chaussures. Donc ce n'est pas la peine de blamer systématiquement les chaussures et d'en racheter une paire chaque saison. Mieux vaut garder celles dans lesquelles on se sent bien et appliquer les recommandations suivantes. Pratiquez suffisamment pour que la peau s'adapte aux zones de frottement (certains pros traitent aussi leur peau pour la renforcer avec du citron ou de l'Ephydrol). Mettez de l'élasto aux endroits sensibles (si l'ampoule commence à se former quand même, retirer la bande avant qu'elle soit vraiment formée). Pendant la rando, l'application de crème anti-frottement ou l'utilisation de chaussettes doubles diminuent les frottements, pensez à vous arrêter dès que vous avez un doute et déchaussez régulièrement (à chaque pause). Voir aussi Les ampoules , et ce lien.

2.3 Comment soigner les ampoules ?

Si la douleur est supportable, le mieux est de ne pas y toucher (permet de limiter les risques d'infection), sinon, désinfecter la peau, percer avec une seringue désinfectée, aspirer le liquide et injecter de l'éosine, recouvrir d'un pansement double peau et d'élasto pour qu'il tienne bien en place. Eviter de trop boiter à cause de la douleur, au risque d'en développer d'autres ailleurs, voire même des tendinites. Marcher le plus “normalement” possible ! Voir aussi Les ampoules.

2.4 Gore-tex efficace ou pas ?

Le Gore-tex est un modèle de membrane imper-respirante parmis plusieurs autres, assez similaires: Sympatex, eVent, MP+ (membranes imper-respirantes). Oui ces membranes sont efficaces et oui elles apportent un plus par rapport aux anciennes vestes cirées: comme ces dernières, les membranes sont étanches (le vêtement l'est aussi seulement si les coutures sont bien étanchées) mais elles sont aussi “respirantes”. Ces membranes ont bien sûr des limites, on peut finir trempé sous un vêtement imper-respirant même si la membrane n’a pas laissé passer une goutte d’eau : → les vêtements “respirants” ne vous empêcherons pas de transpirer si vous êtes habillée trop chaudement dessous (!), leur but est simplement de permettre à un maximum d'humidité intérieure d'être évacuée vers l'extérieur. → cette respirabilité ne peut avoir lieu que si le tissu extérieur sur lequel est “collé” (laminé) cette membrane reste sec, s'il se gorge d'eau, l'humidité ne pourra plus être évacuée et de la condensation apparaîtra sur la face intérieure. D'où l'importance du traitement déperlant de la surface du vêtement: il est indispensable pour que l'ensemble du vêtement puisse “respirer”. → le vêtement peut être mal conçu : infiltration d’eau par la fermeture éclair, coutures mal étanchées, etc.

2.5 Auto-gonflant ou pas ?

(En travaux) Soutien de la colonne vertébrale … Pour permettre à la fatigue musculaire et nerveuse de disparaître, le couchage doit impérativement maintenir la colonne vertébrale droite. Le relâchement musculaire est ainsi complet. Réduction des points de compression… Le couchage doit épouser la forme du corps et ne laisser aucune partie du corps sans contact avec le matelas sans quoi des points de pression apparaîtrons, gênant la circulation sanguine. On change sans arrêt de position. On ne se repose pas.

2.6 Drap de couchage = +5°C confort ?

A ceux qui veulent éviter d’investir dans un nouveau sac de couchage plus chaud, on conseille souvent de rajouter un drap de couchage pour diminuer (eh oui !) la température confort. Il en existe en coton, en soie ou en polaire. D’un point de vue thermodynamique, le coton et la soie n’apportent pas une grande isolation thermique à cause de la finesse du tissu. Mais le facteur psychologique n’est pas négligeable : comparé au polyester souvent utilisé en tissu intérieur des sacs de couchage, soie et coton sont vraiment plus confortables et peuvent limiter la désagréable sensation du contact avec des zones froides (qui ne dure en fait que quelques instants puisque le polyester est très rapidement réchauffé par le corps). Seul le drap polaire (d’une épaisseur suffisante) peut vraiment apporter une isolation supplémentaire, mais étant donné son poids (400g environ) elle sera de toute façon bien inférieure à celle procurée par l’équivalent en garnissage mis dans les compartiments… Certains sacs de couchage sont d’ailleurs quasiment aussi légers que ces draps polaire et apporteront une isolation bien meilleure. Bref, cette solution est essentiellement intéressante au niveau budget et confort, sans oublier qu’elle permettra d’éviter de salir le sac de couchage. Voir aussi: Choisir son sac de couchage.

2.7 Chaussures à tiges basses ou pas ?

La chaussure est un élément essentiel de l’équipement et un choix très personnel qui dépend très précisément des capacités de chacun. Ainsi il est impossible de répondre à une question du style « Puis-je faire le GR20 en chaussures de trail ?»… Les paramètres à prendre en compte lors du choix des chaussures sont nombreux, le terrain n’est que l’un d’eux et pas forcément le plus important. Le vécu du randonneur, sa physiologie, le poids de son sac, son équilibre, etc peuvent être tout aussi importants à prendre en compte. Donc la réponse dépend de chacun. Voici le bilan d’une expérience personnelle en chaussures de type raid.

2.8 Réchaud gaz ou alcool ou essence ?

Une page du wiki y est consacrée: choisir son réchaud. Et n'oubliez pas qu'on aussi se passer de réchaud (et de vaisselle !): voir cette discussion.

2.9 Plats lyo ou pas ?

Retirer l’eau des aliments permet un gain de poids non négligeable, surtout quand il faut emporter plusieurs jours d’autonomie alimentaire. Deux techniques principales existent : la lyophilisation et la déshydratation. La lyophilisation consiste à retirer l’eau de l’aliment à basse température. L’intérêt, c’est que le goût d’origine est mieux préservé que lors de la déshydratation (nouilles asiatiques et « Bolinos » par exemple) qui se fait à haute température. Comparé aux lyos, l’intérêt du déshydraté est son faible coût de revient (3 à 4 fois moins cher). L’aliment du plat lyo doit être fragmenté en petits morceaux pour permettre la lyophilisation et une réhydratation optimale, donc il ne faut pas s’attendre à déguster une belle entrecôte. Différentes marques existent et différentes qualités, certains plats sont meilleurs que d’autres : ne pas s’arrêter à une première impression ! Deux intérêts supplémentaires des plats lyo : pas besoin de faire mijoter (donc économie de carburant), pas de vaisselle à faire (le plat se réhydrate dans son sachet).

2.10 Sursac, tarp ou tente ?

Tout va dépendre de ce que vous savez faire et de ce que vous avez envie de faire: vous serez plus à l'abri sous un tarp bien monté qu'une tente mal montée.

Avec l'expérience dormir sous un abri fermé ou une tarp avec sursac vous tiendra au sec et au chaud aussi efficacement qu'une tente.

2.11 Où trouver du tissu ?

Les adresses intéressantes sont postées dans la section “bricolage” du wiki, dans la page “où trouver ses matériaux”.

2.13 Quelle température confort pour un sac de couchage dans Alpes/Pyrénées 2000-3000m en été ?

Entre -20°C et 15°C… Ce n'est pas une réponse de normand, c'est la seule réponse englobant la grande majorité des cas possibles, de la frileuse fatiguée qui bivouaque à 3000m lors d'une vague de froid sur un matelas fin, au gaillard pas frileux qui bivouaque à 2000m en pleine forme lors d'une vague de chaleur et sur un matelas bien isolant.

Le leitmotiv de la MUL revient encore une fois: “Il n'y a pas de réponse unique”. On doit prendre en compte les 3 facteurs: bonhomme, matos, terrain. Pensez à donner le maximum de précision quand vous posez vos questions.

2.14 Quel volume de sac à dos pour 3 jours de marche ?

Cf deux lignes au dessus ;-) .

faq_de_la_randonnee_legere_mul.txt · Dernière modification: 2015/10/26 18:00 par oli_v_ier