#1 26-05-2010 18:43:00

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 611

Col du midi : une nuit sans sac de couchage par -12°C

Ce titre est un peu racoleur, parce qu'en fait j'avais un sursac thermique de couchage! wink

Je raconte ici une sortie du 08 et 09 mai dernier à l'Aiguille et au col du Midi.

L'objectif secondaire était de refaire un peu d'exercice, après deux mois d'interruption à cause d'une lésion à l'astragale… Donc, contrairement aux gentilles suggestions des camarades MULs qui me conseillaient de dormir dans un congélateur industriel (https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=12394), je voulais sortir !

L'objectif principal était de tester quatre nouveaux équipements :

1) la pelle Arva « Snow Claw »

2) le réchaud à gaz à cartouche déportée MSR Windpro (195g + base alu 17g)

3) les chaussures Columbia Wintertrek pesées à 1040g la paire en 43 (doublées de Thinsulate et censées supporter jusqu'à -32°C)

4) une tenue de couchage composée de :
- doudoune Haglofs LIM Down Hood avec capuche doublée, construction cloisonnée, tissu DWR 32g/m² (taille M, 650g dont 336g de duvet 800 cuin)
- pantalon PHD Minimus Down Trousers (taille L, 250g dont 100g ? de duvet 800 cuin), coutures traversantes
- chaussons Warmth, construction cloisonnée, tissu Q15 37g/m² (taille L, 200g dont 120g de duvet 700 cuin)
- Moufles Warmth Dry Gold, construction cloisonnée, tissu 50g/m² (taille L, 100g dont 50g de duvet 860 cuin)
- Chaussettes Patagonia Merinos Heavyweight (taille L, 170g)

Cette tenue a été testée par dessus un maillot (manches longues +col zippé) en mérinos Icebreaker 260 et un pantalon softshell, et dans un sursac de couchage thermique sans capuche Quechua, garnissage synthétique (470g), le tout sur un Thermarest Z-lite de 185cm.

Les items 2 à 4 étaient testés en prévision d'une tentative d'ascension de l'Aconcagua (6960 m.) en décembre prochain, en mode MUL. Il s'agissait surtout de tester une solution de couchage nouvelle pour moi, tout en étant bien connue des alpinistes. Je prévois de dormir par -15°C (moyenne des températures nocturnes fin décembre à 5500 mètres d'altitude) puis de marcher jusqu'au sommet (moyenne des températures diurnes -25°C, sans compter le windchill) avec la même tenue.

J'ai choisi d'aller bivouaquer au col du midi (3530 m.), entre l'Aiguille du midi et le Mont-Blanc du Tacul. C'était le seul endroit suffisamment froid que je pouvais atteindre facilement depuis Paris par le train puis grâce au téléphérique, pendant un week-end. A cause de l'astragale, je ne pouvais pas envisager de grands dénivelés. J'avais prévu de faire cette sortie dans la première quinzaine d'avril, mais il y a eu une longue grève à la SNCF. Ensuite, j'ai été désespéré de voir que les températures de la deuxième quinzaine d'avril étaient trop élevées pour que mon test ait la moindre valeur (-5°C à l'Aiguille du Midi !). C'est pourquoi j'ai sauté sur l'occasion quand j'ai vu que la météo annonçait du froid pour le weekend du 08 mai….

Mon fils m'a accompagné. Après un piquenique au soleil sur une des terrasses de l'Aiguille du midi, nous avons descendu l'arrête du départ de la vallée blanche avec piolet et crampons avant de chausser les raquettes et de rejoindre, en une heure, le col du midi, où nous avons monté la Twin Sisters. La pelle Arva a démontré son efficacité pour préparer la fosse dans laquelle nous avons monté l'abri. A 14h, le thermomètre enregistrait alors +2°C (-2°C avec le windchill). Le soleil jouait à cache-cache avec de gros nuages.

Nous avons alors… fait une sieste de plusieurs heures (on sortait tous les deux d'une semaine crevante, soit à cause du travail, soit à cause d'un rhume). Nous sommes sortis de notre torpeur pour commencer à préparer notre dîner ; à 18h, le thermomètre mesurait dans la tente +4,7°C, tandis que le réchaud chauffait l'atmosphère et l'eau de nos soupes puis de nos pâtes. A 20h, à l'heure de se coucher, la température dans la tente était tombée à -1,8°C.

J'ai ensuite installé le thermomètre ADC dans un ziplock, dans la neige à l'extérieur de la tente. C'est un thermomètre électronique qui garde la mémoire des températures aux heures rondes sur 24h, ce qui donne :
21h : -6,8°
22h : -8,2
23h : -10,1
24h : -8,9
01h : -10,6
02h : -11,8
Pendant ce temps, la tempête agitait l'abri : nous avons eu un vent assez fort, et au matin nous avons mesuré 20 centimètres de neige fraiche.
J'ai alors placé le thermomètre à l'intérieur, sur le sol.
03h : -9,2
04h : -9,3
05h : -8,6
06h : -5,7 (dehors, très beau lever de soleil)
07h : +0,8 ; cela correspond à un moment où j'étais en train de m'agiter pour préparer le petit déjeuner, tandis que le soleil illuminait la twin sisters.

Le bilan du système de couchage est très encourageant :
-    je me suis senti bien, à la limite du trop chaud, en haut (mains comprises) ;
-    j'ai ressenti que c'était correct, à la limite d'un petit peu froid, aux jambes ;
-    j'ai eu un peu froid aux pieds.
Pour voir en combien de temps elle gelait, j'avais choisi de laisser dans l'abri mais sans protection une gourde Nalgène remplie aux 2/3 d'eau chaude au moment du dîner. La glace a commencé à prendre vers 5h du matin, moment à partir duquel je l'ai secouée pour l'empêcher de se solidifier. Pour l'Aconcagua, je prévois de mettre cette gourde pleine d'eau chaude aux pieds, ce qui devrait compenser le froid ressenti au Col du Midi.

Je pense donc que cette solution de couchage pourra faire l'affaire jusqu'à -15°C ; je réfléchis aux marges de sécurité que je pourrais me donner pour des températures plus basses. Entre autres, je pense prendre un matelas plus performant du point de vue thermique.

Pour l'ascension finale de l'Aconcagua, je pense renforcer la tenue avec un pantalon coupe-vent par-dessus le pantalon de duvet, et une veste coupe-vent sous la doudoune.

Pour le petit déjeuner au Col du Midi, ce fut raté, car j'avais emmené deux cartouches de gaz usagées : la veille nous en avions terminé une en amenant à ébullition environ 2,5 litres d'eau (en trois fois) ; je ne me suis pas senti malin quand j'ai réalisé que la deuxième cartouche ne voulait pas démarrer simplement parce qu'elle était… vide ! roll
Et oui, j'ai été assez crétin pour trimballer une cartouche épuisée depuis je ne sais combien de temps… Le genre d'erreur que j'espère ne pas commettre quand ma vie en dépendra ! En attendant, du coup je n'ai pas pu tester comment fonctionnait le réchaud Windpro au petit matin. Ce n'est pas trop grave, car je peux utiliser mon congélo personnel pour cela…

Pas grand-chose à dire sur les chaussures qui n'ont pas été soumises à rude épreuve : je n'ai pas eu froid en marchand par -2°C et elles sont restées imperméables à la neige pendant quelques heures de raquette.

Le plus difficile de toute la sortie, ce fut de remonter l'arrête de neige de l'Aiguille du Midi alors que le téléphérique déversait en sens contraire des dizaines de skieurs empêtrés avec leurs skis et sans aucun savoir-vivre consistant à laisser passer celui qui monte, lui-même empêtré dans de la neige jusqu'à mi-cuisse….

De retour à Chamonix pour le déjeuner, nous avons pris une fondue sur une terrasse dans la rue principale, où régnait une ambiance étrange de station balnéaire hors-saison… Ensuite, en attendant notre train, on est allé visiter le musée Alpin : une expo sur Frison-Roche assez linéaire et hagiographique mais avec quelques documents intéressants, et des collections permanentes dont je retiens surtout la salle consacrée aux observatoires qui ont été installés à la fin du 19e siècle au sommet du Mont-Blanc ou aux Grands Mulets, et le panneau consacrée aux femmes. J'ai apprécié d'apprendre que la toute première ascension hivernale du Mont-Blanc a été réalisée par une femme en 1876 (I.Stratton)… Ca me scandalise de penser qu'il faudra attendre presqu'un siècle de plus pour qu'en France une femme puisse ouvrir un compte bancaire et exercer une activité professionnelle sans l'autorisation de son mari !

On est loin de la MUL, là, d'accord!

Hors ligne

#2 26-05-2010 21:40:34

Grandhoub
Membre
Lieu : Aube
Inscription : 12-10-2007
Messages : 494

Re : Col du midi : une nuit sans sac de couchage par -12°C

jeronimo a écrit :

En attendant, du coup je n'ai pas pu tester comment fonctionnait le réchaud Windpro au petit matin. Ce n'est pas trop grave, car je peux utiliser mon congélo personnel pour cela…

Je suis interressé par le détail de ton expérience, avant achat.
En te remerçiant, et te souhaitant une bonne préparation & ascension futur.
A +

Hors ligne

#3 26-05-2010 22:20:31

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 803

Re : Col du midi : une nuit sans sac de couchage par -12°C

Kikoo jeronimo wink

Tu ne penses pas que tes vêtements duvet vont être trop chauds pour l'ascension?

Cela dépend bien sûr des conditions, mais cela me semble overkill en faisant un effort violent. On est monté en hiver par -10°C (en plein soleil il est vrai) avec un simple tshirt ou mérino (pas que moi, tout le groupe...). Par contre dès la pause, tout le monde s'est mis à l'abri.

Pour avoir utilisé quelques fois ma solution de couchage en marche, je supporte la doudoune (bien moins chaude et synthétique) mais difficilement le pantalon en ascension. L'as-tu essayé lors de cette sortie en marche?

eraz

Hors ligne

#4 28-05-2010 08:08:23

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 611

Re : Col du midi : une nuit sans sac de couchage par -12°C

Kikoo Eraz,

non, je n'ai pas encore essayé de marcher avec ma tenue de couchage, c'était clairement trop chaud! smile
En fait, pour l'Aconcagua j'affronterai deux inconnues personnelles:

1) les effets de l'altitude au-delà de 5700 m; ce que j'en sais jusque là est que le coeur bat très vite pour compenser la faible teneur de l'air en oxygène; donc je marche très très lentement, je ne fais pas ce que tu appelles un "effort violent" et donc je ne transpire pas comme dans les montées sportives qui me réchauffent par -10°C aux altitudes que je connais en Europe.

2) le froid au delà de -17/-18°C; or les indicateurs météorologiques indiquent qu'il est très fréquent que le windchill produise des températures de -35/-40°C au sommet en été (en ce moment même, début d'hiver, c'est -50 à -65°C! http://www.snow-forecast.com/resorts/Ac … /6day/top).
Donc, non, je n'ai pas peur d'avoir trop chaud si le vent souffle un peu, ce qui est probable... Si par extraordinaire il n'y avait pas un souffle de vent, j'ouvrirai la doudoune, et/ou je mettrai le pantalon de plume dans mon petit sac de sommet...

Bref le test du Col du midi ne valait que pour approcher les températures de couchage, mais pas celles pour la marche.

Hors ligne

#5 28-05-2010 20:19:53

patbald125
Membre
Inscription : 01-08-2008
Messages : 1 436

Re : Col du midi : une nuit sans sac de couchage par -12°C

Salut Jeronimo,

Juste pour toi un petit article tiré de Kairn: http://www.kairn.com/news_montagne~7202 … ml?#n72026


C'est la fin mais ça pourrait être pire!

Hors ligne

#6 30-05-2010 09:30:37

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 611

Re : Col du midi : une nuit sans sac de couchage par -12°C

Merci Patbald!

Hors ligne

Pied de page des forums