Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 12-10-2010 08:32:33

Doumy
Membre
Inscription : 22-04-2010
Messages : 497
Site Web

Crash test dans les Vosges - Juin 2010

Retour un peu tardif par manque de temps, donc c'est parti.

Du 20 au 23 Juin 2010
Boucle LEIMBACH en passant par la réserve naturelle
http://92.243.18.209/fichiers/Tour09.pdf
Distance : 92,510 km (sans les erreurs et les changements de parcours ;D dont surement plus)
Dénivelé : 2805 m (bah pareil)

Photos du miam-miam empaqueté
A table


Arrivés Samedi soir vers 20h, on décide dormir dans la voiture. On se gare sur le parking du stade de Roderen.
On mange le petit casse croûte, et on commence à revoir le tracé des 5 jours.
Carte sortie... Plein phare vers nous. La Gendarmerie ! Contrôle de papiers en règle.
Super gendarmes, qui prennent nos numéros de portable pour être géolocalisé en cas de problème et surtout pour nous prévenir si notre voiture (que l'on ira garer à la mairie de Leimbach) est vandalisé (dur de porter l'immatriculation 93)
Ils nous indiquent même où trouver une boulangerie pour le petit déj et nous parlent d'une soirée à Bitschwiller (je crois) où l'on brûle un mannequin.
4390_img_0008.jpg

Jour 1

7h: Réveil après une nuit dans le coffre de la saxo... et direction la boulangerie pour manger des mets locaux avec un bon café.

LEIMBACH - HUNDRUCK

7h50 : Départ de Leimbach, on passe devant l'épicerie-boulangerie, puis on commence à grimper.
Au bout de quelques minutes, on voit une grosse masse se mouvoir au dessus de nous. Rencontre avec un sanglier qui n'a pas voulu se laisser photographier.


ROSSENGERG - VOGELSTEIN- COL DU RIMBACH
Quelle chance pour nous, c'est le jour de la fête de la montagne. Arrivée au Rossenberg, on entend de la musique et on aperçoit de nombreux chapiteaux servant toutes sortes de mets et de bières.
Santé!

Problème Charlie a commencé à cramper lors de la montée donc pas d'alcool pour nous.

Il commence à faire froid, on enfile les polaires, puis les coupe-vent (pour ma part la Marmot Mica dont j'ai fait un retour sur le post de zaack77 et pour Charles Coupe-Vent Marmot Trail Wind Hoody que je me permets de commenter car Charles l'a acheté chez AD avant notre départ. Il l'a prise en taille S. Coupe NICKEL.
L'élastique au niveau des avant-bras est bien serré, le vent ne passe pas. Possibilité de serrer avec un tanka au niveau de la taille. La capuche est bien ajustée et ne tombe pas devant les yeux. La couleur vert-citron en jette !).

On n'arrive pas à se réchauffer les mains.

On continue notre progression jusqu'au Vogelstein (Superbe vue).
4390_img_0033.jpg

Puis nous voilà au col du Rimbach où un super abri a été construit par des jeunes et où nous nous arrêterons pour manger.


COL DU RIMBACH - COL DES PERCHES

On a fini de manger, j'enfile mon collant polaire, nous voilà reparti. On suit toujours le petit carré rouge, enfin on pense le suivre. Mais on se rend compte que le chemin ne correspond pas à la carte.
En effet, en arrivant au col des perches on rencontre un local qui nous dit que l'on a raté la bifurcation à gauche, 100m après l'abri (il nous précise qu'il faut vraiment jeter l'oeil sinon on le rate facilement)

Un couple remonte du lac des perches qu'on pensait squizzer et nous conseiller de le faire.
Alors c'est parti pour un petit dénivelé de 120m (source GPS du local) où l'on arrive sur un superbe lac.
Après quelques photos nous voilà reparti.
4390_img_0042.jpg

ROUGE GAZON - REFUGE DE L'UNION
On remonte vers le rouge gazon, dont on comprend très vite son nom.
Puis on avance vers le refuge de l'union qui sera notre bivouac pour la nuit.
Sur le chemin on retrouve le couple qui nous a conseillé le lac des perches, avec lequel on partage un bout de chemin.
En route, on s'arrête au kiosque (vue sur les massifs) puis on continue la descente jusqu'au chalet de l'union (on s'est un peu perdu au col des allemands...)

18H30 : Fin de la marche

Voici une photo d'un magnifique refuge
4390_img_0056.jpg

Petite toilette puis test du P3RS en conditions (toujours aussi efficace. Par contre pour deux j'ai trouvé ca limité. Vu qu'il fallait chauffer 750ml d'eau pour les soupes + la semoule ou la polenta.
On a du chauffer deux fois la popote pour avoir de l'eau bien chaude. On était donc ric-rac en alcool pour finir le séjour), mise au sol du polycree (léger, pas de bruit, bon isolant), 20h dans les sacs de couchage.

JOUR 2

7h40: Réveil après une nuit difficile. On a eu froid comme jamais, pour la simple et bonne raison que l'on n'a pas su allumé le poêle à bois. (Honte à nous)
On se lave les dents avec nos brosses à dents recoupés.

COL DU BUSSANG - SOMMET DU DRUMONT

9h: On décolle du refuge, puis nous atteignons le col en moins de 30 minutes et on commence à la grimpe infernale vers le sommet du Drumont (600m de D+).
On arrive en haut, ca pique les jambes, mais la vue vaut le détour. On aperçoit au loin le ballon d'Alsace, notre prochaine objectif. Au passage nous faisons la rencontre d'un groupe de 40 personnes venant de l'Arièges, tous super sympathique et avec une patate d'enfer (Quelques uns avaient 80 ans...)

COL D'ODEREN - SOMMET du GRAND VENTRON

On redescend du Drumont en compagnie d'un nouvel ami que l'on a baptisé Toto.
4390_img_0069.jpg
Il nous suivra jusqu'au col d'Oderen où nous ferons la pause miam-miam.

Après 30 minutes, on commence l'ascension jusqu'au Sommet du Grand Ventron en passant par le Haut de Felsach, où Toto nous abandonne pour une charmante famille de néerlandais.

Quelques photos prises par-ci par-là dans la réserve.
4390_img_0079.jpg
4390_img_0080.jpg
Arrivée en haut du massif, rencontre avec deux superbes biches.

A noter : les sources d'eau sont rares dans la réserve, on en a trouvé vers la fin.

COL DU POURRI FAING
: Début du calvaire
Nous rejoignons le col où l'on aperçoit une magnifique tourbière.
Nous avions décidé de bivouaquer au refuge de l'ALTENBERG, situé au dessus du col (sur ma carte).

On grimpe, pas de refuge. Charlie commence à craqué, il a les pieds bien endoloris (D4 quand tu nous tiens...).
On est fatigué comme pas possible.

Reste deux solutions : faire un détour par le col de la vierge et dormir dans le refuge ou continuer jusqu'au col de l'étang, où se situe un refuge et qui est sur notre chemin.

ALTERNBERG - COL DE L'ETANG
C'est parti pour rejoindre le col de Bramont. C'est un calvaire sans nom pour Charlie. On arrive enfin au col du Bramont puis nous continuons vers le col de l'étang. Petit arrêt sur une vue magnifique du Bitschwiller.
Moment de faiblesse pour Charles qui commence à être en hypo.
19h10: Ouf ! On voit le refuge, je prépare à manger, pendant que l'eau bout je monte l'abri olivier.
En remuant la Polenta, je pète ma cuillère (cuillère plastique vue dans la liste de Peyo), heureusement que Charlie avait une belle cuillère incassable big_smile (Chacun son tour au petit déj wink )
Miam-miam, pas de toilette, au dodo.


JOUR 3
Il fait froid !
4390_img_0091.jpg
7h20 : Réveil après une nuit interminable, due à la condensation qui a trempé mon duvet. Peu convaincu par l'abri olivier au niveau de la taille pour deux, sachant que Charlie pèse pas lourd. Maxi condensation si l'on ferme la porte et légèrement la porte ouverte.
Tout ceci est peut être dû à mon montage, mes découpes, mes mesures... J'en suis entièrement convaincu.

COL DE L'ETANG - MARKSTEIN
8h20 : Départ
Petit détour sur la source de la Thur pour remplir les gourdes.
Première matinée ensoleillée, on est plein d'entrain on carbure jusqu'au Markestein que l'on atteint à 12h.
Rencontre avec le propriétaire de la buvette... No Comment.

MARKSTEIN - GRAND BALLON

Alors là ça grimpe... On fait un arrêt de quinze minutes au col du Haag pour les pieds de Charlie, manger un bout de pâte d'amandes et c'est reparti.

Arrivé là haut, que du BONHEUR.
4390_img_0112.jpg
Sûrement une des plus belles vues que l'on ait rencontré jusqu'ici.
4390_img_0121.jpg
On monte en haut de la structure où l'on retrace notre parcours avec l'indication des sommets.

On ne s'attarde pas, on a prévu d'atteindre le col d'Amic pour manger à la ferme auberge.

GRAND BALLON - FERME AUBERGE FREUDESTEIN
Grande déception. A partir d'ici jusque la fin de notre parcours le balisage de la GR laisse complètement à désirer.
On redescend du ballon par la GR 5. On arrive au refuge hôtel (à priori la même GR rouge, partait de l'autre côté).
On regarde tant bien que mal comment la rattraper. On redescend la route, où l'on aperçoit un téléski.
A l'instinct on pense que c'est par là, on marche... on retrouve le petit carré rouge. On continue de marcher. Et la plus rien !

On est soulé. On se dit qu'on va suivre les pistes de ski, car la ferme auberge du ballon est en contrebas, on finira donc par tomber dessus.
Pari réussi. On retrouve la GR de l'autre côté de la route. Au bout de 100m un croisement, pas de balisage. Heureusement un local était devant nous et nous aiguille.

Arrivé au col d'Amic, on décide de ne plus manger à la ferme auberge mais d'aller jusqu'au Freudestein en espérant trouver un coin pour bivouaquer.

Petit arrêt dans les ruines du château.

Arrivé à la ferme, pas moyen de bivouaquer.
Charlie est dans un piteux état, on regarde la carte, notre prochain point est le camp de Turenne. On voit qu'en déviant on peut atteindre un abri juste avant la ferme Odestein.


F.A. FREUDESTEIN - F.A. ODESTEIN
Je maudis une fois de plus le balisage de cette partie des vosges.
On bifurque pour rejoindre le soit disant abri. En chemin on rencontre VTTistes armés d'un GPS. Impossible de localiser le refuge.
On continue donc à la F.A. ODESTEIN espérant bivouaquer à côté.

On arrivé à la ferme. ET LA ! On voit un sentier qui remonte vers le haut où il est indique Abri (triade je crois).
On le suit (il est bien rude). Mais voilà... On revient d'un point où nous étions déjà passés mais de refuge.
On commence à craquer, on redescend à la F.A.

On ne voit pas trop où caler la tente sans se faire écraser par des vaches.
Charlie sent une once de motivation et me dit qu'il est chaud pour finir le parcours jusque Leimbach.
On commence à marcher, au bout de 5 minutes je propose un arrêt et je vois qu'il est impossible d'y arriver en moins de 3H.
On aperçoit un coin de bivouac le long du GR, à 300m de la F.A.

20h15 : Fin de la marche.
4390_img_0131.jpg

NUIT 3

Je me permets d'ajouter un paragraphe pour cette nuit qui a été la plus atroce de ma toute petite vie de randonneurs.

22h50 : Charles m'extirpe de mon sommeil. Je comprends vite pourquoi, on entend ruminer autour de nous. Le bruit s'approche de la tente, je propose à Charlie de sortir au plus vite, et d'aller se poser sur la table.
Rencontre avec 5 vaches assez agressives, qui tente de rentrer dans notre abri. On court sur la table (bah ouais ça grimpe pas les vaches).
On essaye de les virer en leur beuglant dessus.

PAF ! Un phare nous éclaire. La lumière s'approche. Le fermier arrive, et nous spot les yeux. Je vois une hache dans sa main . On lui demande si ce sont ces vaches, on lui dit bonsoir... BREF. D'un coup de hache il coupe une branche. Et arrive déterminé vers nous. Je commence à flipper sévère, je saute de la table et passe derrière le banc, je somme Charlie de faire pareil (il n'a pas vu la hache tout de suite).
Le fermier claque les vaches avec sa branche, sans nous lâcher le moindre mot. Il les ramène de l'autre côté pour les enfermer.
Il continue à rôder avec sa frontale. Et la c'est parti je me fais des films.

Je me calme (Heureusement que Charlie était plus serein que moi). On se rallonge, au bout de 10 min. On entend un bruit dans la lisière de le fôret derrière nous.
Ca se déplace vite. Dés que l'on le spote avec la lampe ça arrête et ça recommence dés qu'on s'allonge. Ceci pendant près de 30 minutes.
Je continue à me faire des films...

Bref plus de bruit. On se rendort, enfin pas moi. Si j'ai dormi 1h c'est super... 5h30 il fait jour, on se lève (peur que le fermier ressorte les vaches) on prend le petit déj tranquillement en rediscutant de la veille.
Charlie après un sommeil agité

JOUR 4

6h50: Décollage.

F.A. ODENSTEIN - CAMP DES PYRAMIDES.

Alors là c'est peut être le pire des pires des pires des pires balisage que l'on ait connu...

Heureusement, journée sans nuage, première fois que je retire ma polaire depuis un moment.

Thann

10h15 : Arrivée à Leimbach. On se change et on rentre sur dans notre petit 93 où le béton pointe le bout de son nez...
Content d'avoir fini


A noter : Je critique pas mal le balisage. Je tiens à noter que la majeure partie de notre parcours était très bien balisée.
Nous étions équipés de la carte du club vosgiens 1/50000ème, la prochaine fois je rajouterai une 1/25000ème

C'était pour nous une sortie crash-test. En effet, l'année dernière nous étions partis à 4 dont Charlie et moi avec environ 15-25kg pou chacun d'entre nous.
Nous étions donc en allègement complet (10kg avec 3 litres d'eau et 5 jours de bouffes).
Ce séjour nous a permis de tester beaucoup de matos, de trucs et astuces lus sur le forum.
Il a été très formateur et nous a permis de faire une critique intéressante de chaque équipement embarqué.
Tout cela pour ajouter ce que cette perte de poids s'est grandement ressentie (pas de pauses pour retirer le sac, pas mal dès la première montée...)


On avait prévu de finir au minimum jeudi et au plus tard vendredi.
Et finalement mercredi matin c'était plié.

Dernière modification par Doumy (12-10-2010 19:49:41)


"La culture c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale", Pierre Desproges

Hors ligne

#2 12-10-2010 18:05:11

weenie
Membre
Lieu : autour d'Aix en Pce
Inscription : 14-10-2009
Messages : 177

Re : Crash test dans les Vosges - Juin 2010

Merci pour ton récit smile   et bravo pour l'allègement!

Moi aussi j'ai un peu de mal avec les bruits de la forêt, je préfère dormir dans des zones bien dégagées.

PS :  c'est quoi le "carré rouge" ?

a+

Hors ligne

#3 12-10-2010 18:41:40

taowen
voyages/randos/treks à pieds, vélo, ski...
Lieu : aube
Inscription : 07-06-2007
Messages : 303
Site Web

Re : Crash test dans les Vosges - Juin 2010

Oui, merci, bien sympa ce récit plein de fraicheur (tu ne dis pas quand c'était!)
Certains coins rappellent des souvenirs d'un week-end Velox.
Vous êtes bien allégés, 2 pr3rs pour 2, ce serait peut-être mieux, mais après, il faut une autre popote. Moi à 2, je préfère que chacun se débrouille, sinon j'ai tojours peur que l'autre en prenne plus que moi lol
La nuit des vaches m'a bien fait marrer! qu'est ce que ça va être quand vous allez tomber sur des ours hmm
Au fait vous savez reconnaître une vache d'un taureau  lol
J'espère que "ta toute petite vie de randonneur" va vite s'étoffer, et que Charlie souffira un peu moins pour les prochaines escapades, c'est bien parti.

Hors ligne

#4 12-10-2010 19:54:17

Doumy
Membre
Inscription : 22-04-2010
Messages : 497
Site Web

Re : Crash test dans les Vosges - Juin 2010

PS :  c'est quoi le "carré rouge" ?

C'est le balisage pour suivre la GR5.

Vous êtes bien allégés, 2 pr3rs pour 2, ce serait peut-être mieux, mais après, il faut une autre popote. Moi à 2, je préfère que chacun se débrouille, sinon j'ai tojours peur que l'autre en prenne plus que moi

Tafdak ! Mais le pote avec qui je suis parti avait à peine parcouru le site, donc je me suis occupé de la partie logistique et j'ai galéré avant d'avoir un p3rs qui marche tongue

Merci pour ton récit    et bravo pour l'allègement!

Oui plutôt content de nous sur ce coup là ! Surtout que le SdC était un Sleepin Bed big_smile

La nuit des vaches m'a bien fait marrer!

Ouais bah sur le coup je me suis fait pipi dessus ! Mais c'est vrai que quand l'on raconte cette histoire, c'est avec un grand sourire wink


"La culture c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale", Pierre Desproges

Hors ligne

Pied de page des forums