#26 11-01-2011 18:43:00

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 208

Re : Gaston Lagaffe en Islande

J'imagine le vent islandais emportant au loin les contrats de De Mesmaeker qu'on avait confié à Gaston pour qu'il y travaille pendant ses vacances...
"Menfin ! Les contrats !"
big_smile


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#27 11-01-2011 20:34:27

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 774

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Kikoo à tous wink

Argh ça va être dur de répondre à tout le monde wink.

Mais pour faire simple, le truc qui m'a vraiment mis dans le rouge, c'est d'utiliser toutes mes affaires pour "pourrir" la toile. Vu la neige qui passait un peu sous la toile... j'ai sorti toutes mes affaires et tout ce qui avait un peu de poids pour les poser à l'intérieur le long de la toile pour minimiser les entrées de neige : le moins qu'on puisse dire c'est que le résultat était pas top.

Et pour la nalgène Spy, ben cela faisait 500gr à poser sur le silnylon wink. Pour mes lentilles (journalières) j'avoue que d'habitude je les garde sur moi dans mon sac de couchage pour éviter d'avoir à les dégeler (sous les aisselles) mais la nalgène c'était pas sensé craindre vu que j'allais faire de l'eau chaude le matin. J'avais prévu de me lever vers 6/7h pour attaquer assez tôt et arriver au passage plus délicat après le col avec le point du jour. Ce sera pour l'an prochain wink.

En passant, j'ai bu l'eau la plus dégueu que j'ai jamais eu en faisant fondre de la neige. Je me trouvais à moins de 10km de l'éruption de Mars dernier et il y avait plein de cendres dans la neige... Elle était grise... de gris clair à gris foncé... et l'eau de fonte, on aurait dit de la boue... Je l'ai filtrée 2 fois et c'était buvable...

Et j'avais un pied photo : je l'utilise d'ailleurs ensuite, mais sans grande réussite non plus smile.

eraz

Dernière modification par eraz (11-01-2011 20:34:55)

Hors ligne

#28 11-01-2011 22:42:49

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 774

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Kikoo à tous ;)

Voilà la suite de mes tribulations:

3 JOURS EN SNAEFFELSNES

Bon je suis décidé à en découdre... mais ce sera sans mes skis :(. La température est passée de -17°C à +8°C en 3 jours!!! Avec une de ses descente de flotte dont l'Islande a le secret : toute la neige de TOUTE l'Islande a fondue en 2 jours... :(. Le minibus qui me ramenait a été bloqué à cause des inondations qui coupaient la route N°1... mais on fini par passer après un détour... en roulant pendant 1km dans l'eau, en suivant un chemin qui était devenu une petite rivière...

Comme j'ai été bloqué 1 journée par la pluie et l'absence de bus, j'ai eu le temps de faire un peu de couture sur mon abri Olivier qui est mieux profilé au vent (2 sangles bâtons et arceau). Quand à mes noisettes, je trouve la parade absolue : je les entoure de ductape, le côté collant à l'extérieur. Elles sont maintenant parfaitement maintenues et je suis confiant : elle ne glisseront plus... ;). J'abandonne du coup mes skis, bâtons et piolet à la consigne de la gare et hop : me voilà paré pour l'aventure, mais en mode rando classique ce coup-ci.

Mon idée est de partir d'Hellisandur et de faire le tour du Snaeffelsjokull, avec un passage un peu plus marrant le dernier jour pour traverser par le col entre 2 glaciers. Mais rien de terrible, le point culminant de ma rando étant à 600/700 m, mais c'est globalement que du plat et la distance devrait faire genre 70/80 km en flânant.

1er JOUR (Petite pluie intermittente - plafond nuageux très bas - vent moyen Temp :+2/+3°C)
Je me met en route 1h avant le lever du jour pour pouvoir profiter un maximum : mauvaise idée, je ne trouverais jamais le départ du chemin... Ils ne sont pas du tout indiqués dans le parc et souvent pas du tout visibles : je n'ai jamais vu de chemins aussi étroits de toute mon expérience de rando : ils se réduisent souvent uniquement à une dizaine de cm de large (sur des km...). A croire que les gars avancent exprès en mettant un pied devant l'autre. Comme ils sont souvent creusés de 10 à 20 cm, c'est très désagréable à emprunter... Certains sont indiqués par un piquet de bois tous les 50m... autrement c'est du hors piste. Vous me direz pas grave : ben on avance pas terriblement vite dans les champs de lave. Donc je tourne une bonne paire d'heures dans les champs de lave, mais c'est assez fun et finalement bien cool. Je visite plein de coins sympas, des abris à poissons, des cratères de volcans comme s'il en pleuvait : le ciel est désespérément gris mais avec le volcan qui est recouvert de neige, c'est franchement romantique. Je vais me promener 9h comme cela pour finalement arriver près d'un phare : le point lumineux m'a guidé les 2 dernières heures. Cela fait 4 h que je marche de nuit et j'ai bien pris la flotte ces dernières heures. Viens le moment de vérité : le bivouac :).

1ere NUIT : REBELOTE ET 10 DE DER (Pluie - vent assez fort)
Je décide de me poser au pied du phare. Il y a 2 maisons à quelques centaines de m de là, mais elles semble désertes en cette période de l'année. Le terrain est nickel : petit gazon bien plat : rien ne peut m'arriver (t'as qu'à croire...).
Je décide faire de l'eau : facile : il pleut! Ben que dalle, c'est des cendres un peu partout et la région est réputée pour son absence de source : la flotte est immédiatement bue par le sol. Je traine une bonne demi-heure, y compris dans les chaos de lave ou je pense trouvé un petit tas de neige planqué dans une crevasse ou sous un rebord. Que dalle, il a fait trop doux. Je finis par me dire que je vais profiter de la mer proche pour me faire une bonne soupe à l'eau de mer (coupée avec une moitié d'eau douce, pas fou quand même). Mais les abords sont franchement falaiseux et vu la nuit noire, je me rabat sur une flaque pas terrible que je trouve sur le chemin...

Ensuite je sors mon tarp et là : mais quel c.., j'ai laissé mes bâtons à la consigne avec mes skis... :( (un jour je vais carrément oublier mon sac-à-dos...). Je me rappelle avoir vu une morceau de bois un peu pourri dans les chaos de lave... et je fini par le retrouver. Et finalement il est tellement pourri que je me décide à utiliser mon trépied photo à la place (en carbone, ultra léger...). Je prépare ensuite ma bouffe... pour découvrir qu'il manque une petite pièce à mon réchaud essence : la petite pièce qui stoppe le jet d'essence vertical pour le diffuser dans la coupelle d'allumage. J'ai un flash : je me voit en train de taper mon réchaud (que j'avais utiliser pour pourrir mon tarp) et qui était pris dans la neige gelée... La pièce a du sauter à ce moment là... Le réchaud est tout simplement inutilisable : malgré plusieurs essais et bricolages, dès qu'il monte en température, les mini explosions finissent par souffler la flamme... :(
Je me débrouille finalement par réchauffer plus ou moins mon litre d'eau en faisant brûler l'essence, que je verse dans la coupelle de combustion et que j'allume (le plus prudemment possible) mais franchement c'est super foireux, cela explose à moitié à chaque allumage et je fais très attention après chaque combustion d'attendre que la coupelle ne soit plus brûlante avant de recommencer et remettre de l'essence. Mon réchaud, gamelle et paravent sont super encrassés par la suie grise de la combustion... mais j'ai 1l d'eau suffisamment chaude pour ma soupe et mes pâtes.

Après ce super repas, je monte mon abri d'Olivier noisette version ductape (cela devient super technique ;)). Nickel. J'en profite même pour me mettre du côté protégé du vent par le phare qui est à 5m ;). Et je me pose comme un roi, avec toutes mes affaires bien rangées dans mon sac cette fois. Et m'endors du sommeil du juste. Je me réveille avec un grand BOUM. Je suis hors de l'abri... ou plutôt je n'ai plus d'abri et je me fais rincer copieusement. Celui-ci vient de passer au-dessus de ma tête et le bruit, c'est celui de mon trépied qui s'est écrasé quelques mètres plus loin :(. Mais c'est pas vrai : je suis maudit!!! Qu'est-ce qui a bien pu se passer ce coup-ci? J'inspecte mon abri : Ah, ma noisette entouré de ductape a bien tenu, trop bien même : je n'ai plus qu'un trou de 5cm dans ma toile en silnylon là ou elle se trouvait! Quand au vent il a simplement changé du tout au tout : rafales de 50/60 km/h maintenant et diamétralement opposé au vent dominant quand je me suis couché... :(. Cela n'explique quand même pas que ma sardine en titane reliée au trépied ai lâchée. Elle est toujours accrochée à mon hauban principal : elle est pliée au milieu, un angle de 90°... :(.

Je fais ni une ni deux, je prend mon sac et mon abri explosé et vais me mettre à l'abri dans le retrait de la porte du phare : je finirai ma nuit comme ça, dans mon sursac ;). Mon trépied a un pied cassé, mais en bloquant cet élément, je pourrais quand même l'utiliser (mais avec 20 cm de moins sur ce pied).

2e JOUR (Temps gris sans pluie - 3/4°C - vent moyen).
Je mange froid toute la journée... Je me suis mis en route avant l'aube et retourne sur mes pas pendant 1 heure : il est indiqué que les couleurs des falaises sont superbes et je suis arrivé hier de nuit et par les champs de lave. Le bord de mer est splendide, malgré la grisaille ambiante. Les falaises de basalte plongent dans la mer, certains endroit sont découpés en hexagones plus ou moins réguliers, un peu comme la chaussée des géants en Irlande. Les quelques chaumes de bord de mer semblent des taches d'or au milieu de ce paysage monochrome : le basalte et les cendres noires, le ciel gris et le Snaeffels qui émerge comme une montagne de glace à l'horizon.

Je vais randonner en bord de mer toute la journée (très courte) et la nuit tombée je me dirige plein nord pour retrouver la route. Les bords de falaise sont devenus un terrain peu sûr... et je n'ai quasiment pas suivi de chemin depuis plusieurs heures. J'avance bon train alors et je vois un panneau magique : Hôtel HELLNAR... et ce n'est qu'à 2/3 km. Je me dit qu'avec un peu de chance, je vais manger chaud ce soir et autre chose que des barres de céréales... ;). Tu parles, il y a vaguement une vingtaine de maisons dans le hameau ou j'arrive, hameau à l'islandaise avec une maison tous les 200m. Il y a parfois une lumière allumée devant une porte, mais je ne trouve que des maisons éteintes, à l'exception de l'église, qui est éclairée et chauffée. Il y a même un livre d'or, un américain du Maine y est passé aujourd'hui. Je ne suis peut-être pas le seul randonneur ;). Je trouve l'Hôtel vanté par le panneau en bord de route : il est en construction... Enfin des fenêtres éclairées et une Islandaise me confirme : tout est fermé ici, peut-être un endroit ou manger à Arnastrapi, le hameau voisin qui est plus grand.

Je prend le chemin côtier pour m'y rendre, qui serpente dans les coulées de lave au bord de mer. Malgré le fait que la température soit négative et que le fond du chemin est recouvert de glace, ce n'est pas du tout exposé et j'arrive tranquillement à Arna. Effectivement c'est beaucoup plus grand, il y a même un géant pour m'accueillir à l'entrée (une statue en l'honneur du géant qui sommeille dans le Snaeffels ;)). Plusieurs maisons sont éclairées et je croise au bout d'un moment trois jeunes qui se promènent : tout est fermé, il y a quelques personnes qui sont venues passer les fêtes ici (genre maison de campagne) mais pas moyen de trouver un endroit où manger.
Passer par le col, j'ai décidé de ne pas le tenter finalement car je n'ai pas d'abri sérieux en cas de tempête, je n'ai pas de réchaud... et en 2 jours je n'ai jamais vu plus haut que 500/600m. Je suis sûr de trouver le col sous la neige et dans le brouillard : trop paumatoire pour risquer de rater le seul bus qui part demain aprem à 16h : ensuite il n'y a plus rien avant 3 jours (31 et jour de l'an fériés) et je rate mon avion de retour... Et le stop ici avec 2 voitures par jour...

La marche de nuit est vraiment cool : j'écoute de la musique, marche dans le noir en suivant la bande centrale blanche que je distingue à peine, et le Snaeffels veille sur ma droite, masse plus claire vaguement perceptible. Je vais à peine marcher 3h... une voiture (la seule que j'ai vu aujourd'hui) passe et s'arrête, dedans se trouvent les 3 jeunes croisés plus tôt et leur mère : ils me déposeront à 2km d'Hellisandur. Je me dirige vers l'Hôtel sans y croire : l'hôtel est ouvert 24h/24 : il suffit d'appeler le numéro sur la porte. Pour une fois que j'ai un portable : pas de repas chaud mais la douche est vraiment délicieuse et les draps bien moelleux. C'est cool ;).

3e JOUR (Pluie forte - vents forts - 5°C)
Je me décide pour une ballade le long du littoral en suivant les conseils du gars de l'Hôtel (je suis le seul client, étonnant non?). Je me fais rincer quelque chose de propre, vent moyen de 30/40 kmh avec des rafales de 50/60. La pluie est dense mais la ballade est superbe : je ne vais que crapahuter (sans sac-à-dos laissé à l'hôtel) dans les basaltes qui ondulent, craquelés au milieu des algues, des plages de sable noir et des chaumes. Quelques oiseaux m'accompagnent, c'est magique.

Au retour, je suis parfaitement sec sous ma veste Marmot de 200g et mon surpantalon. Je suis franchement enchanté de cet équipement pluie (prévu pour la neige...). Par contre mes bottes blindées de 2kg ont bues tout ce qu'elles pouvaient... par les coutures de la semelle à mon avis... Elles ne sont pas du tout étanches, contrairement à ce que leur aspect pouvait faire penser (et au fait que je n'ai eu aucun problème lors de plusieurs journées à brasser de la neige dans les Vosges).

CONCLUSIONS
- je vais modifier sérieusement mon abri d'Olivier avec des points de fixations renforcés et cousus : ma prochaine promenade sérieuse est au Spitzberg dans 2 mois et demi... il faudra qu'il tienne sérieusement ;). J'étudie une version avec une zone de couchage fermée.
- un réchaud à essence, bah c'est comme un réchaud à gaz... une fois que c'est en panne, il n'y a pas beaucoup de bricolage possible... :(. Mais cependant on peut toujours brûler l'essence (la consommation était assez faible en tant que combustible direct en plus)
- c'est très compliqué de randonner et de profiter des plus beaux endroits : le jour étant tellement court, il faut sans arrêt essayer de faire des plans du genre : "je pars de nuit environ 2h avant le jour pour arriver au coin que j'ai envie de voir, ensuite foncer pour profiter des quelques heures où l'on voit le paysage, pour ensuite marcher assez longuement de nuit pour rejoindre un autre lieu que l'on découvrira le matin". J'ai du passer à côté d'endroits splendides sans en avoir la moindre idée... :(
- le Snaefellsnes est une région splendide. Et je n'en ai eu qu'un tout petit aperçu, sans voir les sommets et par temps pas terrible. J'imagine en été, ça doit être une tuerie. Je la conseille fortement.
- j'ai qu'une envie : c'est d'y retourner

eraz

Dernière modification par eraz (11-01-2011 22:46:47)

Hors ligne

#29 11-01-2011 22:54:14

mad
Jaguar anar
Lieu : Essonne et reste du monde
Inscription : 06-07-2007
Messages : 3 121

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Ouaip - bon  sad - indépendamment du fait que c'est bien écrit, avec humour et qu'on aurait d'abord envie de sourire, ce que je retiens surtout, te connaissant, c'est que tu as du sacrément en baver ...
Amitiés et à bientôt  smile !


Un bon hamac vaut mieux qu'un long discours !

Hors ligne

#30 11-01-2011 23:04:32

lataboge
Breiz pyrénéist
Lieu : Gers
Inscription : 12-02-2010
Messages : 486
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

eraz a écrit :

il n'y a aucune neige au sol... uniquement dans les ravines ou zones d'accumulations (et bien sûr je m'y installe pas avec une tempête... pas envie d'être enterré sous 3m de neige au matin).

Ce n'était pas justement le meilleur endroit pour faire son trou à l'abri du vent?

Hors ligne

#31 11-01-2011 23:09:11

Guybrush84
Threepwood
Lieu : Aix en Provence
Inscription : 02-08-2010
Messages : 3 505

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Tu es extraordinairement optimiste !
J'ai ris aux larmes, mais sans jamais avoir envie d'être à ta place. Il faut une sacrée expérience pour relativiser comme ça et rebondir comme tu l'as fait. Bravo !

Hors ligne

#32 11-01-2011 23:10:25

ChP
Membre
Inscription : 13-09-2006
Messages : 2 101
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

eraz a écrit :

- le Snaefellsnes est une région splendide. Et je n'en ai eu qu'un tout petit aperçu, sans voir les sommets et par temps pas terrible. J'imagine en été, ça doit être une tuerie. Je la conseille fortement.
- j'ai qu'une envie : c'est d'y retourner ...eraz

Ah, ton pote le vent, j'espère que tu le garderas avec toi au Spitzberg wink .

Il y a quinze ans de cela , Marie-Laure et moi avons traversé du Nord au Sud le "Snaeffelsjokull" en été ... sous une pluie d'enfer et une température de 5 °C. Arrivés au sud , nous avons planté la tente dans un champ détrempé où nous nous sommes fait attaquer par des sternes arctiques : nous étions dans leur zone de nidification !

Pas mieux l'été, mais j'y retournerais bien aussi.

Cordialement.

Pierre


Alzheimer mais ne se rend pas wink !

Hors ligne

#33 11-01-2011 23:21:29

waluyo
rêve de grands voyages
Lieu : Rauma, Finlande
Inscription : 16-10-2006
Messages : 1 479
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

As-tu croisé un seul autre randonneur durant tout ton séjour?! il ne doit pas y en avoir des masses...
Comment réagissait les locaux en te voyant arriver?   smile


Xavier

Hors ligne

#34 11-01-2011 23:30:30

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 777

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Bonsoir,  smile

Un petit détail technique : il me semble que la pièce absente de ton réchaud était la plaque posée au dessus du gicleur permettant de créer le vortex. C'est le point faible sur les réchauds modernes essences multicarburants. On l'égare très facilement et elle est fragile. La génération plus ancienne (genre whisperlite) est moins performante mais n'a pas ce défaut.

smile

coupelle d'un optimus

Dernière modification par ith (12-01-2011 18:30:26)


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#35 11-01-2011 23:57:23

scal
pense profond, pense spéléo !
Inscription : 12-09-2005
Messages : 1 221
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

eraz a écrit :

Ensuite je sors mon tarp et là : mais quel c.., j'ai laissé mes bâtons à la consigne avec mes skis...

lol  lol  lol  j'adore et je comprends parfaitement ce qu'on peut ressentir dans ces
délicieux moments  wink


" L'homme on a dit qu'il était fait de cellules et de sang. Mais en réalité, il est
comme un feuillage. Il faut que le vent passe pour que ça chante " Giono

Hors ligne

#36 12-01-2011 08:26:01

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 774

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Kikoo à tous wink

Pour te répondre Mad, ben non c'était assez cool en fait. En fait à chaque fois que j'ai une "surprise", je me marre tout seul et je suis tout excité à l'idée de ce que je vais faire pour m'adapter ou de ce qui va suivre : en fait en anticipation de tous ces délicieux moments de surprise qui en fait finissent souvent par être les meilleurs souvenirs et les faits les plus marquants de mes randonnées. En fait je m'ennuie presque quand tout se passe pile poil et que je pars à l'heure, mon sac bien propre et bien rangé... pour arriver encore à l'heure et sans la moindre anicroche... J'aime quand il y a a un minimum (maximum?) d'imprévu. C'est probablement pourquoi je prépare si peu mes sorties (outre le fait que je suis un gros fainéant).

Et Waluyo, je n'ai croisé absolument personne lors de mes sorties... ni vu la moindre empreinte ou trace d'un randonneur. Les locaux étaient toujours sympas et se distinguaient en 2 catégories je pense :
- les "paysans" qui élèvent leur bétail, s'occupent de leurs champs et en voient franchement de toutes les couleurs et sont habitués à bien pire que le petit temps moyen que j'ai eu (ils n'étaient pas surpris de me voir randonner et ne trouvaient pas cela cinglé)
- les citadins (de Reykjavik pour ceux que j'ai croisé) qui eux venaient passer les fêtes à la maison de campagne ou voir leur famille : ils étaient davantage circonspects et étonné que j'ai envie de randonner en hiver
Mais il faut relativiser, un citadin Islandais, ça doit correspondre à un marin breton smile. J'ai eu pas mal de conseils d'Islandais et certains m'ont effectivement déconseillé de m'aventurer seul en hiver. Et toujours avec les recommandations de donner son itinéraire, prévenir les gens, s'arrêter aux fermes que l'on croise pour dire ou l'on va, etc. Toujours empreint d'une réelle envie de m'aider, on sentait les gens réellement concernés, et également attristés par les accidents et disparitions qui arrivent malheureusement parfois. Mais bon, j'avais un abri (hum...) de la nourriture et de quoi me tenir au chaud wink. Et honnêtement je n'ai à aucun moment été en danger... tout au plus en galère une fois pendant la première nuit durant la tempête de neige.

Et lataboge, j'ai très souvent planté mes tarps dans des petites zones d'accumulation dans les Vosges et c'est nickel. Mais quand j'ai vu la différence en Islande entre les zones ventées, ou il n'y a aucune trace de neige et les zones d'accumulations qui elles étaient chargées avec parfois 1m de neige (alors que la moyenne en plaine était de 5 cm) je me suis décidé pour le sommet wink. Je pense que j'ai eu tord et raison : raison lors de mon retour, ces zones étaient surchargées de neige (plus d'un mètre de neige fraîche) et cela aurait posé un problème sérieux la nuit (poids, ventilation, enterré) et tord car une zone intermédiaire (accumulation moyenne) m'aurait permis de passer une nuit sans problème : de la neige pour m'installer confortablement et fixer mon abri, abrité du vent, pas plus de 50 cm au matin ce qui est gérable. Mais je n'ai pas vu d'endroit propice lorsque j'ai cherché à poser mon bivouac, mais je suis d'accord avec toi, la solution aurait simplement été de continuer ma rando jusqu'à ce que je croise un point plus confort. Mais j'avoue que je voulais également voir comment se comportait mon abri avec un vent sérieux, vu que je ne l'avait testé que la semaine précédente dans les Vosges (vent léger).

eraz

Dernière modification par eraz (12-01-2011 08:31:52)

Hors ligne

#37 12-01-2011 09:10:55

arnom
Membre
Inscription : 09-06-2009
Messages : 505

Re : Gaston Lagaffe en Islande

En été, ça peut être effectivement pas beaucoup mieux (un peu plus chaud certainement). J'ai fait en 2003 la traversée de Anarstapi vers Olafsvik. Un départ sous un beau soleil... Une heure après, c'était pluie, vent et brouillard. On a finalement marché pendant au moins 6 heures sans rien voir de ce fameux volcan qui devait être très joli, sans rien manger (il faisait trop mauvais, une seule envie arriver...) et sous la pluie battante. Arrivé à Olafsvik, le camping était assez "marécageux" !

Et tout ça deux jours après notre arrivée et avec ma compagne qui n'avait pas trop envie d'aller en Islande au départ et nous restions 4 semaines. La soirée fut un peu tendue  big_smile

Mais j'y retournerais bien, pays magique  roll

Hors ligne

#38 12-01-2011 15:31:45

oli_v_ier
Administrateur
Inscription : 24-01-2005
Messages : 13 247
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

eraz a écrit :

Le sol est donc gelé à coeur (il a fait -17°C la veille), les cendres mélangées aux cailloux sont dures comme de l'asphalte et pas moyen d'y planter la moindre sardine (bien sûr pas d'ancre à neige non plus). Les pierres présentes sont toutes enchâssées dans le sol et gelées à mort également (j'ai mis 5 min à dégager un petit caillou de la taille d'un poing...).

Je reviens sur la problématique de l'ancrage sur sol gelé: Dieter avait pris une broche à glace pour pouvoir monter sa tente lors de la traversée du Bruarjokull. Elle lui permettait de faire un trou dans le sol glacé dans lequel il pouvait ensuite coincer ses sardines. Il a été très satisfait du résultat. Penses-tu que ça aurait pu être utile ?
Ou sinon la solution signalée par Iksar: utiliser des vis. Ou plutôt une vis qui permet de faire le trou pour rentrer les sardines - à faire avec le bon angle pour qu'elles tiennent par coincement bien sûr.
Le récit de Dieter: http://www.isafold.de/bruarjokull03/tag_09.htm (traduction)
Photo 1 , Photo 2


La marche ultra-légère n'est pas un but, mais un moyen. "Un sac lourd est un sac bourré d'angoisse."
Mon équipement pour l'Islande 2008 en détail.

Hors ligne

#39 12-01-2011 16:11:00

highpictv
dit "Hichpyche"
Lieu : Talence, Bidart ou Aragnouet
Inscription : 01-06-2005
Messages : 9 529
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Pas bête, mais il faut alors prendre des sardines en bois qui vont gonfler dans le trou, parce que les sardines métalliques vont "flotter", surtout qu'avec le froid elles vont se contracter. Déjà les broches à glace si on les laisse longtemps dans la glace elles sortent comme dans du beurre.

Dernière modification par highpictv (23-02-2011 21:05:19)


- Mieux vaut être mort en vallée d'Aure que vivant en vallée de Campan (proverbe local) -
Mes randos dans mon trombino.

Hors ligne

#40 12-01-2011 16:30:34

SpySNL
modo
Lieu : Plus près des Vosges
Inscription : 07-06-2006
Messages : 6 045

Re : Gaston Lagaffe en Islande

highpictv a écrit :

Pas bête mais il faut alors prendre des sardines en bois qui vont gonfler dans le trou parce que les sardines metaliques vont "flotter" surtout qu'avec le froid elles vont se contracter. Déjà les broches a glace si on les laisse longtemps dans la glace elles sortent comme dans du beurre.

Pourquoi pas mettre un peu d'eau ou de neige tassée dans le trou avec la sardine ? (bon, pour de démontage le matin, bon courage... faudra se soulager dessus big_smile)

Hors ligne

#41 12-01-2011 16:40:59

arnom
Membre
Inscription : 09-06-2009
Messages : 505

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Et des broches à glace dans de la glace, ok, mais dans de la terre ou du rocher  sad .
Ca vaut cher ce genre de truc il me semble et en plus ça risque de ne pas s'enfoncer ? Les utilisateurs de broches à glace vous en pensez quoi ?

Hors ligne

#42 12-01-2011 17:57:59

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 208

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Votre solution de faire un avant-trou avec un outil (les crochets sont trop courts, faudrait un taraud à avant-trou bois, et même pas évident de forer un trou assez profond avec pour y enfiler correctement une sardine, sans compter les cailloux et graviers sur le trajet...) est peut-être intéressante. Toutefois elle ne résout pas non plus le problème de l'extraction de la sardine le lendemain matin, un sol gelé (qui n'est pas de la glace pure) travaille et la sardine se met à faire corps avec. Au matin c'est figé comme l'épée d'Excalibur ! Faut la dégager au couteau, en en profitant pour esquinter celui-ci.

C'est pourquoi des petits crochets vissés sur quelques cm si le sol est homogène avec une bonne consistance bois, que l'on peut dévisser au matin très facilement est peut-être meilleure, mais oblige bien sûr à emporter du poids et du matos en plus.

J'ai acheté des crochets à vis en acier zingué (50x25, "6,4g pièce") je testerai dès que ça gèle, ou bien je mettrai un carré de terre au congélo lol

Par contre se méfier des petits matins "dégel" ou ensoleillés, ou redoux pluvieux, les crochets vont sauter les uns après les autres...


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#43 12-01-2011 22:52:25

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 774

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Kikoo à tous wink

Bah je l'aurais un poil mauvaise de bousiller une broche à glace à 20/30 euros pour faire des trous dans les cailloux... sad. Car c'est de la cendre mais mélangée avec de la caillasse bien sûr... Les dents de la broche vont pas durer bien longtemps là-dessus. Sans compter que si tu tombes sur une pierre, il faut recommencer à côté.

Pour ma part la meilleure solution dans ce cas reste à trouver quelques rochers solides pour l'ancrage principal, de prendre des pieux titane beaucoup plus solides sur lesquels on peu taper sérieusement sans les plier et éventuellement quelques vis, du genre crochet qui fait un coude droit à 90° (4/5 cm de long maxi). Avec un petit tube (clé de réchaud gaz, etc) on peut faire un serrage efficace si on arrive à faire prendre le crochet.

Si on est sur un glacier : pas de problème. La on utilise la broche à glace dans la glace bien dure (2 trous à 90°) et ensuite on passe une cordelette pour l'ancrage. Je ne parle pas Allemand, mais apparemment Dieter a bien utilisé sa broche sur de la glace, et pas sur un sol de cendres/cailloux gelé.

Ceci dit, il y a suffisamment de variété dans les sols Islandais pour chercher un peu et trouver un sol plus adéquat (ce que j'aurais du faire wink).

eraz

Dernière modification par eraz (12-01-2011 22:54:14)

Hors ligne

#44 12-01-2011 23:58:59

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 208

Re : Gaston Lagaffe en Islande

J'ai retrouvé l'auteur du post sur les crochets dans le sol gelé, c'est Waluyo wink

https://www.randonner-leger.org/forum/v … 512#p32512

+ un retour d'Abimael un peu plus loin dans le fil.


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#45 16-01-2011 22:40:19

Zwav
Membre
Inscription : 25-04-2009
Messages : 20

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Content pour toi que ça ne se soit pas passé autrement. Derrière une apparence humoristique, je trouve ce récit presque dramatique.
Amitiés.

Hors ligne

#46 17-01-2011 08:53:24

Bison
OpaRando
Lieu : Quaregnon - Belgique
Inscription : 05-01-2007
Messages : 4 266

Re : Gaston Lagaffe en Islande

En effet, ce qui pourrait tourner au drame pour beaucoup reste "humoristique" pour notre ami Eraz.

Au risque de mettre à mal sa modestie naturelle ...

1. Eraz  est une personne avec "du répondant" :  réserve physique, réserve d'expérience, et surtout réserve mentale. Quand le mental va, tout va. La forme physique et l'expérience d'autres situations "non idéales"  contribuent fortement à "avoir le mental" (garder le moral, éviter la panique, préserver ses forces). Mais il y a quand même quelque chose d'inné dans cette faculté là.

2. Eraz n'a pas eu froid, parce qu'il était bien vêtu (expérience).

3. Pas froid, une bonne forme physique, le bon "mental" => que représente face à cela une mauvaise nuit?

Quiconque s'embarque dans une rando engagée (aventureuse, avec des inconnues, succès non garanti) a intérêt a être en forme, à avoir un bon "vécu" des embrouilles, des situations pourries, et à avoir un bon mental.

Rien n'empêche de préparer une sortie au mieux ... mais ne faut quand même jamais compter sur "zéro embrouille / tout prévu".


La balance n'est pas un maître, mais un serviteur

Hors ligne

#47 17-01-2011 23:31:32

Yann
MUL Pyrénéen
Lieu : Bordeaux
Inscription : 26-01-2005
Messages : 498

Re : Gaston Lagaffe en Islande

ça ne manque pas de croustillant ton compte rendu... mais ça manque de photos  tongue

Ci-dessous, 2 photos prises au sommet du Snaefellsjokull  à 1446m en juillet 2007, sur la première photo, étonnante perspective, on a l'impression que l'océan touche la neige. Sur la deuxième, c'est un peu crevassé.

Snaefellsjokull (1446m)


Toujours au sommet


16 juillet 2007 : Ascension du Snaefellsjokull (1446m)

Dernière modification par Yann (18-04-2012 17:43:21)

Hors ligne

#48 18-01-2011 00:49:29

YOYO
Humeur...
Lieu : Gasconha
Inscription : 28-01-2006
Messages : 1 127
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Caisse t'es allé faire en Islande? Y'avait 60 cm de neige à Thionville!!!!  wink

Hors ligne

#49 06-02-2011 15:14:37

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 208

Re : Gaston Lagaffe en Islande

J'ai campé cette nuit à 1700m, le sol était assez gelé pour assez m'embêter, les clous carbone de ma Laser sont arrivés à rentrer un peu dans le sol, mes deux grosses sardines alu aussi, j'ai rajouté un rocher sur ces deux-là, mes 3 sardines titane fines sont entrées bien comme il faut, en poussant bien fort toutefois.
Par contre le sol n'était pas assez gelé pour que j'utilise et teste donc mes crochets courts à vis...
On a donc pas mal de possibilités de configuration de sols gelés.
Les titane fines semblent les sardines les plus polyvalentes. Mais je ne sais pas si elles entreraient dans du gelé de chez gelé !


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#50 18-02-2011 09:17:19

simon
PRO
Lieu : France
Inscription : 31-10-2006
Messages : 1 361
Site Web

Re : Gaston Lagaffe en Islande

Spécialement pour Eraz wink
Lu ce matin dans le journal

708_histoire.jpg


Carnets d'aventures : mon trombi
Laisse ton esprit s'évader et tes pieds suivre tes rêves.

Hors ligne

Pied de page des forums