Annonce

Les inscriptions pour le camp itinérant de cet été 2019 sont ouvertes !
7 jours de randonnée légère itinérante dans les Pyrénées avec l'association Randonner léger, pour se rencontrer et partager notre passion.
La discussion sur le forum.

#1 01-09-2012 10:30:22

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

[Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Petit album photo à travers le Sarek et le massif du Kebnekaise, dans le nord de la Suède. Eté 2012.

Départ de Kvikkjokk, pour traverser le Sarek et rejoindre le lac d'Akkajaure. De là, bateau pour atteindre Ritsem puis cap au nord pour faire le tour du Kebnekaise par des vallées  au nord et rejoindre Nikkaluokta par la vallée de la Vista.

Une ballade de 12 jours en autonomie complète, avec juste ce qu'il faut de pluie et un peu beaucoup trop de moustiques.

677_suede-aug2012-35.jpg

677_kebnekaise_2012.jpg
677_sarek_2012.jpg


Jour 1
Nous quittons Kvikkjokk en début d'après-midi ; le ciel est chargé, le temps assez doux et les sacs d'un poids honnête, peut-être 16 kilos avec nos 12 jours de vivre.
Le sentier de départ suit la Kundsleden donc trace très marquée, presque abimé, et planches pour les parties détrempées.
Après le pont sur la Njahka nous virons au nord vers le village de Parek. L'orage éclate derrière nous et nous voilà sous nos ponchos à chercher un coin pour le premier bivouac que nous finirons par trouver sous le Lulep Varddo.
Il fait doux et les moustiques sont là ; petite mise en bouche !
Pas loin de nous campe un couple de jeunes belges partis pour une virée dans le Sarek et en méthode MUL, très rare sous ces latitudes comme on le verra plus tard.
Détail amusant, nous les retrouverons dans le train du retour. [Salut à vous]

Jour 2
Longue traversée d'une zone de lacs et de marais et là, franchement, on est content de trouver des sentiers de planche. Premiers gués aussi.
Nous montons vers Parek mais ratons complètement le village, indiscernable dans le bois de bouleaux, pour avoir pris un mauvais embranchement.
Les arbres disparaissent complètement pour laisser place à la toundra. Nous virons vers l'est pour contourner Stuor Jierta et rejoindre le pont sur la Gadok, un des 3 ou 4 seul ponts du massif, installés pour des raisons de sécurité. Pour le reste il n'y a aucun équipement au Sarek, sauf un téléphone de secours au centre du massif.
Bivouac sous les sommets du Parte. Les nuages ont envahi le ciel ; il fait plus frais.

Jour 3
Des montagnes alentour il ne reste que le pied. Temps gris et bas.
Nous passons  un col par névés et pierriers sans difficulté pour aller descendre Lullihavagge et rejoindre Sarvesvagge.
Le gué sur Noajdejajja qui descend de Luohttolàkko nous offre quelques difficultés vu le niveau d'eau et la petite gorge dans laquelle il coule. Pour un peu il aurait fallu remonter à Luohhtolàkko. Ce qui aurait été une bonne chose comme nous allons le découvrir un peu plus bas.
Plus bas, première rencontre avec deux randonneurs suédois. Petite causette et bien sûr, énorme étonnement de leur part sur l'aspect plutôt minimaliste, à leur yeux, de notre sac à dos, surtout pour 10 jours encore à venir. Eux sont venus de Kvikkjokk, mais en 4 ou 5 jours et avec 33 kilos sur le dos au départ ! Ils nous déclarent aimer être "confortable" en rando. Bon, j'essaie de leur expliquer que "confortable" avec un poids pareils dans un pierriers ou un gué mal foutu, ça risque de pas le faire mais mes arguments leur glissent dessus comme la pluie du moment sur notre dos.
Nous reprenons donc la trace de rennes pour passer dans Sarvesvagge. Là les choses se corsent un peu. Nous avons perdu de l'altitude et nous voilà empêtrés dans les "willows" sans plus aucune traces de rennes, qui là-dedans préfèrent se la jouer "chacun pour soi et que les autres fassent comme ils peuvent ; à chacun sa m…".
Alors on fait pareils, bataillant contre les basses branches et tordues et leurs crocs en jambe vicieux, douchés par les feuillages qui déversent des litres de flotte à notre passage et pataugeant dans des marais en pente qui nous imbibent les godasses.
Nous pensions abattre un bon morceau en fin d'après-midi, du coup c'est foutu. Atteindre les rives de la rivière ne va pas être une mince affaire et une fois rendus là, progresser entre les willows et les rapides de la rivière non plus.
Bref, histoire d'en finir un peu plus efficacement nous enfilons nos sandales de gué et hardi petit, dans la flotte ! Du coup notre moyenne passe triple d'un seul coup. Petit corollaire, marcher pieds dans la flotte glacée ça refroidit quand même son bonhomme alors nous plantons le bivouac au premier endroit accueillant et pas trop mal foutu qui se présente. Résultat des courses, 3 kilomètres en 3 heures sous la pluie et une bonne heure pour se réchauffer.

Jour 4
La pluie a cessée, le vent est frais mais de petites ondées déboulent encore de l'ouest en vaste draperies grisâtre qui avalent le paysage au fur et à mesure de leur avance. Puis en début d'après-midi les nuages se déchirent un peu et nous passons le col pour atteindre Niejjdarehvagge par quelques névés qui nous évitent de galéjer dans les pierriers humides et glissants.
Un dernier gué pour passer Alggajahka et nous voilà installés dans un coin vraiment très accueillant.

Jour 5
La lumière qui nimbe l'abri depuis 3 ou 4 heures du matin ne trompe pas, il fait beau. Des nappes d'un brouillard léger courent encore dans la vallée mais petit à petit le soleil impose sa loi.
Pour rejoindre Guohpervagge nous empruntons une petite vallée vers le nord pour contourner Lanjektjahkka par l'ouest. De longs névés nous aident à progresser et par un cheminement à flanc, en altitude, avec une vue formidable sur le Padjelanta à l'ouest vers la Norvège, nous atteignons Nasasjaure, le lac "banane".
Dans l'après-midi, traversée de Guohperjakka et remontée de Gasskalavdakvagge pour passer un col et descendre dans Ruohtesvagge.
Ruohtesvagge est certainement la vallée qui permet la traversée la plus accessible du Sarek, de Ritsem à Rinim d'où l'on peut rejoindre la Kundsleden.
Bivouac splendide encore, avec nos petits potes indéfectibles cette année pour cause de douceurs tardives.

Jour 6
En fait nous improvisons quasiment notre parcours au jour le jour donc pour aujourd'hui nous décidons de passer au sud du Gisuris pour rejoindre Ritsem le lendemain. Bien nous en prend. Nous allons ainsi éviter la longue zone de willows et de bois de bouleaux mal foutue au nord du massif. Nous progressons à flanc du Gisuris, assez au-dessus du fond de vallée pour éviter la végétation basse. Un petit gué pour franchir Sierggajahka et ensuite bonne surprise, un long plateau de moraine sableuse, bien plate, sans willows et couverte d'une végétation très rase. Petit moment de doute tout de fois en quittant le plateau morainique pour traverser un bois de bouleaux assez remarquable ; les arbres semblent morts mais on distingue de petites feuilles toutes neuves qui semblent lutter pour sortir enfin et profiter de l'été qui va se terminer.
Sortie du Sarek. Nous retrouvons le sentier de la Padjelanta ; sentier marqué, planches et un peu de monde qui monte vers le refuge, tous chargés à n'en plus pouvoir.
Bivouac imposé par la végétation et les marais sur une terrasse pas trop accueillante. Moustiques en veux-tu en voilà !

Jour 7
Aujourd'hui, atteindre Anonjalme, et arriver à temps pour attraper le bateau qui permet de traverser Akkajaure vers Ritsem.
Partis assez tôt nous croisons une bonne dizaine de groupes en train de plier leur bivouac.
Arrivés avec une bonne heure d'avance nous nous installons dans un "café" same (lapon) pour avaler un thé et une part de gâteau.
Discussions avec deux randonneurs suédois qui rentrent d'un tour de 4 jours dans le coin. Eux aussi parlent du poids de leur sac et restent pantois devant les notre et du temps qu'il nous a fallu pour venir de Kvikkjokk, en traversant le Sarek en plus. Pour eux ça aurait été 12 jours et pas 6 et demi pour le même parcours. Alors on fait un peu de pub sur le concept "randonner léger" mais les vieilles habitudes sont difficiles à combattre.
Rendus à Ritsem nous sommes face à ce que l'on appelle quelque-chose de bien ch… Pour aller vers le nord et le massif du Kebnekaise, il n'y a pas trop de choix, c'est soit 22 km de piste privée et fermée à la circulation touristique, soit le sentier qui la suit avec vue sur la ligne haute tension qui file vers la Norvège toute proche.
L'entrée du sentier n'est pas très engageante, envahie par la végétation. Vu sa tête il va nous falloir une très grosse journée pour arriver au bout et sans paysage bien exaltant avec vue sur la ligne à haute-tension. Alors aux grands maux les grands remèdes : Foncer, bâtons réglés un peu long pour mieux pousser et améliorer le rendement de notre marche et surtout, penser à autre chose !
Et ça marche ; c'est le moins qu'on puisse dire. En attendant, 3 heures plus tard, quand nous décidons à plantons le bivouac, nous sommes pratiquement à l'autre bout.

Jour 8
Toujours aussi moche qu'hier, météo et moustiques compris.
Plus que las de cette foutue piste je force la main de mon fils pour couper par la toundra afin d'aller retrouver le sentier de la Nordkalottleden 6 kilomètres au nord.
Comme le laissait entendre la carte nous progressons à travers marais, gués et un peu de végétation avant de retrouver des planches qui marquent le chemin balisé.
Au pont sur Ainajohka, à la pause de mi-journée, nous devons en convenir, nous sommes un peu cuit et un peu de repos ferait du bien. Donc acte. Tente plantée, sieste, un peu de lavage d'affaires, lecture, recherche de cristaux, bref, les vacances dans les vacances.
Dans l'après-midi, un hélicoptère s'annonce, à basse altitude, en peinant ; il traine une caravane ! Un deux heures plus tard il reviendra avec une seconde.

Jour 9
Il fait toujours aussi gris. Nous nous sentons reposés. Nous reprenons le chemin vers le nord. Le ciel se dégage. Nous passons devant la caravane déposée la veille près du pont sur Raktasjohka, puis le Kebnekaise apparait dans l'échancrure d'une vallée. Un peu plus tard nous quittons la Nordkalottleden pour traverser une large vallée et entamer la montée d'une petite vallée sans nom vers le nord-est.
Nous bivouaquons face aux montagnes norvégiennes qui brillent sur l'horizon.

Jour 10
Un petit col vite atteint puis pierrier moins vite passé, de blocs comme des camions, schisteux, instables un peu glissants. Quelques névés aident au passage, puis à nouveau la toundra et une progression plus rapide.
La Kundsleden s'aperçoit dans Tjaktjavagge et d'aussi loin que nous sommes encore, on distingue du monde, plein de monde, avec tous une petite tache rouge, bien voyante, sur le sac à dos. Rendus sur le sentier j'interroge un passant qui nous raconte qu'ils participent au Fjall Event organisé par une marque très connue (Renard des montagnes), sur la Kundsleden, entre Nikkaluokta et Abisko, 110 km, trail pour les compétiteurs, rando pour les autres. Et foule pour tous !
Alors courage, fuyons ; virage au nord-est pour entrer dans Stuor Reaiddivagge et aller planter un bivouac bien tranquille près du lac.
Etonnamment il n'y a pratiquement pas de moustiques.

Jour 11
Nous remontons vers le col de Unna Raïta, un long vallon qui s'étend au pied des glaciers. J'étais passé par là en 2000, par une journée de brouillard et de pluie. J'avais trouvé le site sympa avec ses cairns carrés, de plus d'un mètre de haut, qui marquaient le cheminement, un tous les 100 mètres. Il n'en reste rien, peut-être balayés par les avalanches l'hiver.
Au col un petit refuge de 2 places, planté là pour la sécurité ; c'est une des très rares cabanes d'altitude de ces montagnes.
La descente vers l'est nécessite de contourner une très haute falaise d'où se jette une impressionnante cascade. Descente alpine dans une pente assez raide.
Quand nous atteignons la bas de la vallée pour entrer dans Visttasvagge, le mauvais temps nous rejoint ; l'orage et la pluie sont derrière nous, sur le col et nous court après.
Le bivouac sera monté sous la pluie battante, une fois de plus au premier terre-plein à peut-près acceptable car courir après un meilleurs endroit en forêt risque de nous amener loin et tard.

Jour 12
Dernier jour. Descente de la vallée vers le sud pour rejoindre Nikkaluokta.
Les parcours en forêt on cette particularité d'être assez frustrants en ce que les arbres masquent le paysage. Par-contre, les petites clairières et les bosses que nous passons sont un moment d'émerveillement à la vue des montagnes qui, doucement, s'éloignent derrière nous.
Petit à petit, la colline qui marque la sortie de Visttasvagge et qui semblait si loin se matin est maintenant dépassée. Nous croisons un groupe qui semble tout frais descendu du bus et tout à coup le macadam est devant nous. Un bout de route puis Nikkaluokta, fin de la ballade.

Dernière modification par chouxrave (01-09-2012 14:28:50)

Hors ligne

#2 01-09-2012 10:51:30

tomi
Qui ça ?
Lieu : Belledonne + Euskal Herria
Inscription : 02-09-2008
Messages : 1 083

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Merci.

(épouvantable la photo des moustiques sous la tente !)


Monsieur Miko, attendez, vous ne pouvez pas faire ça ! - Toi pas t'inquiéter, Miko pouvoir.  (Vuillemin)

Hors ligne

#3 01-09-2012 11:23:27

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 061

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Impressionnant !

Moi j'étais dans le parc du Rago en Norvège début Août, à la même latitude, seulement quelques moustiques et midges, taons gros et petits. Parfaitement vivable quoi. Je m'attendais à pire, je fus agréablement surpris.


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#4 01-09-2012 12:05:08

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 265

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Kikoo chouxrave wink

Merci pour les photos : jolis paysages... mais je reste sur ma faim : un petit descriptif du voyage? quelques anecdotes... j'ai envie d'en savoir un peu plus mintenant wink.

eraz

PS : pour ma part j'ai préféré le bol de riz aux moustiques wink. Miam... plein de protéines.

Hors ligne

#5 01-09-2012 12:41:21

Matt81
Membre
Inscription : 22-02-2008
Messages : 105
Site Web

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Très sympa l'album photo ... c'est vrai que ça manque un peu de texte.
J'adore ce paysage qui ressemble pas mal à la partie nordland de la NordK norvégienne.
Niveau moustique, il a du falloir un mental terrible j'imagine.

Hors ligne

#6 01-09-2012 13:31:40

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Hello tous,

Je vais mettre à jour avec un texte, à la suite de l'intro. Peut-être aussi la liste, mais rien d'extraordinaire de ce côté.

Pour ce qui est des moustiques, faut faire zen de temps en temps, jusqu'au moment où on craque et alors là, génocide, mais très local. Même le WWF ne pourrait pas trop râler !

Hors ligne

#7 01-09-2012 13:49:28

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Mise à jour du texte dans le post de départ.

Hors ligne

#8 01-09-2012 14:08:43

ollé ollé
Itinérances
Lieu : Vouillé (86)
Inscription : 01-07-2010
Messages : 809
Site Web

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

smile  +1


WGS84  43.185958°N   -0.5523334°E   Déclinaison Magnétique = -0.4408°
"Celui qui ne voyage pas ne connaît pas la valeur des hommes." proverbe maure
"L'homme n'est ni grand, ni petit,; il a la taille de ceux qu'il sait aimer et respecter" I Muvrini

Hors ligne

#9 01-09-2012 14:53:43

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 027

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Je me joins au concert : mon dieu tous ces moustiques !  neutral
Même avec des boules quies ça doit être un véritable enfer pour s'endormir, les quelques nuits que j'ai vécu avec des tourbillons de moustiques autour de la tente me rendaient complètement fou.

Merci pour le partage, de biens jolis paysages.


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#10 01-09-2012 15:01:47

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Aucun problème pour dormir. Ces bêtes ont au moins eu ça de bien, le silence. La moustiquaire des sacs les tenait éloignés, le bruit des rivières étouffait leurs quelques zinzonneries" et la baisse de température le soir les faisaient plutôt tenir tranquilles, scotchés à la toile.

Hors ligne

#11 01-09-2012 16:06:18

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 061

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Oui puis dans une tente ou dans une abside ils sont un peu désorientés et attaquent un peu moins. Par contre à l'extérieur dans leur milieu naturel ils sont les rois !


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#12 14-09-2012 21:09:26

chatpacha
Membre
Lieu : nancy
Inscription : 03-10-2008
Messages : 12
Site Web

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Très belles photos, merci!
Où avez-vous trouvé les plus beaux paysages? Pas facile de faire abstraction des conditions météo, c'est vrai!
J'ai parcouru cet été un bout de la Kungsleden et j'ai trouvé le sentier vraiment "usé" avec plein de cailloux saillants, qui rendent la marche "peu roulante".
Avez-vous eu de type de sentier sur la Padjelanta?
Et dans le Sarek...étiez-vous en hors piste tout le temps ou y a -t-il des sentiers +/- tracés?
On a eu moins de moustiques...et moins de soleil (fin août)
J'ai reconnu la petite cabane lapone qui nous a servi de séchoir après une journée pluvieuse :

201208_Kebnekaise_640_SelSD-BorderMaker.jpg

A+
Marie

Dernière modification par chatpacha (14-09-2012 21:10:05)

Hors ligne

#13 14-09-2012 23:56:17

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Salut chapachat,

Nous avons suivi un petit bout de la nordkalotleden. Cet itinéraire à l'ouest du Sarek est nettement moins fréquenté que la Kungsleden. Le sentier est marqué mais pas abimé.
Dans le Sarek, rien, sauf 2 ponts sur des gorges infranchissables. Les seuls "sentiers" qui existent sont en fait des traces de rennes qui existent sur 100, 200 m puis se perdent et ne vont pas nécessairement là où toi tu veux aller. Et c'est ça qui est top dans ce massif. Du coup les sentiers équipés ont un petit air suréquipé pas très plaisant.

Hors ligne

#14 15-09-2012 10:51:46

Profil supprimé 8
Membre
Inscription : 12-02-2012
Messages : 490

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

j'adore les récit à lire les samedi matin avec de la musique en fond avec un rayon de soleil qui pointe par la fenêtre  . Ca me donne l'envie de ( tout) vivre !.
Une question : que d'eau et de moustiques : mais quid le la faune piscicole ? plsu précisément : il y a de quoi pêcher dans ces régions d'après toi et quoi  ?
autre question : à voir la très belle photo avec la tarp jaune et la hutte : il y a de l'élevage dans le coins ? des bergers ?
Je suis preneur de la liste embarquée ! merci

Dernière modification par Profil supprimé 8 (15-09-2012 15:52:26)

Hors ligne

#15 15-09-2012 15:11:41

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 561
Site Web

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Merci de la belle rêverie que vous venez de me déclencher...
cool

Hors ligne

#16 16-09-2012 11:04:52

shyguy
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 10-01-2012
Messages : 821
Site Web

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

hello,

très sympa tout cela ! merci !


<- mes photos sur Flickr en cliquant sur "Site Web".

Hors ligne

#17 16-09-2012 19:10:08

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Salut Reveric,

Côté poisson il y a de la truite dans les rivières et les lacs. On croise parfois des randonneur avec un lancer. Mais je n'en sait pas plus.

Pour ce qui est de la liste je vais te la mettre mais pas cette semaine ; je suis en déplacement.

Hors ligne

#18 16-09-2012 20:02:15

krusaf
Membre
Lieu : Pau
Inscription : 06-05-2010
Messages : 605
Site Web

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Mazette, tous ces moustiques, ça fait pas envie à l'inverse des paysages smile


Si on passe pas le crux, on est cuit !

Hors ligne

#19 16-09-2012 20:26:45

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

D'habitude en août, ce n'est pas comme ça. Cette année juillet a été froid, le beau temps n'est venu qu'en août et les températures douces ont duré plus longtemps.
Et puis les moustiques c'est pénible en statique. Quand on marche ça va mieux ; en général.  roll

Hors ligne

#20 16-09-2012 20:31:36

krusaf
Membre
Lieu : Pau
Inscription : 06-05-2010
Messages : 605
Site Web

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Je sais pas si tu m'as rassuré big_smile


Si on passe pas le crux, on est cuit !

Hors ligne

#21 15-01-2013 20:14:21

Lemming
Membre
Inscription : 02-03-2012
Messages : 3

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Très sympa de lire ton compte rendu et s'attarder sur les photos  smile
Ca t'intéressera peut-être de savoir pour qui étaient ces 2 caravanes. Nous les avons rencontrés mi-Aout.
Elles servaient de logement pendant 2 semaines à 3 ouvriers (dont un ressemblait fortement à un troll, pif et poils compris) qui construisaient un pont métallique surélevé du côté de Nuttejaure pour remplacer les planches emportées chaque année par une fonte plus importante.

Hors ligne

#22 15-01-2013 20:40:07

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Ha, merci de l'info.

J'avais parié sur un scientifique qui allait compter des bestioles.

Pour ceux qui aimeraient comprendre, voici la chose en route :
677_suede-aug2012-378_2.jpg

Et en place :
677_suede-aug2012-404.jpg

Dernière modification par chouxrave (15-01-2013 20:52:09)

Hors ligne

#23 15-01-2013 22:07:45

Lemming
Membre
Inscription : 02-03-2012
Messages : 3

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Et pour éviter de passer la journée sur cette horrible piste, il y a une astuce : le vélo! Nous avons ramené 2 vélos loués par les "touristes" à Ritsem et abandonnés à Sitas au début de la piste. Ils sont équipés d'un porte bagage sur la roue avant (bien assez solide pour les 1/2 MUL que nous sommes). Résultat, 2 heures au lieu d'une journée et les remerciements au bout  wink

Sitas-Ritsem

Dernière modification par Lemming (15-01-2013 22:13:42)

Hors ligne

#24 16-01-2013 08:42:02

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 331

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Alors là, super top !
Quand je pense à cette après-midi infâme sur cette piste.  hmm

Dernière modification par chouxrave (16-01-2013 08:42:49)

Hors ligne

#25 16-01-2013 09:28:19

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 2 821

Re : [Récit + liste] Sarek - Kebnekaise

Super Sympa comme retex!

chouxrave a écrit :

D'habitude en août, ce n'est pas comme ça. Cette année juillet a été froid, le beau temps n'est venu qu'en août et les températures douces ont duré plus longtemps.
Et puis les moustiques c'est pénible en statique. Quand on marche ça va mieux ; en général.  roll

Et puis les moustiques avec une tente complète sous le vent d'un feu, c'est tout de même plus confortable. Mais évidemment c'est alors plus lourd comme solution (on est à 15/20kg, poids de départ, pour dix jours en autonomie sans grande optimisation au niveau du matériel. Ce qui est gérable sur un terrain relativement plat pour un homme de 80kg).

p1050100bn3.jpg

(au passage : le sac à gravât protégeant le sac en avion sert ici de tapis de sol à l'abside de la tente durant la randonnée).

C'est vrai que l'autochtone n'hésites pas à porter lourd, même si c'est de la qualité que l'on garde une vie:
p1050765to6.jpg

Y compris les très expérimentés (gardien de refuge):
sudoismodifiee4.jpg


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

Pied de page des forums