Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 22-10-2012 21:48:27

ThiX
Ermite sociable
Lieu : Far East (Lorraine)
Inscription : 24-07-2012
Messages : 474

[Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

... ou les mésaventures d'un jeune Padawan.

PRÉAMBULE :

Presque six ans que je n'avais plus randonné vraiment. Seulement un peu par-ci par-là à la journée. J'ai déjà englouti pas mal de kilomètres à pied avec ma compagne, à la journée ou en mode "itinérant tout confort" (repas et nuit en gîte/refuge). Je me souviens notamment avec plaisir (et nostalgie?) de notre traversée du cirque de Mafate sur l'île de la Réunion, entre Saint-Denis et Cilaos.

Au début de l'été je décidais de reprendre la randonnée pédestre. Pour plus de libertés - et pour un autre rapport à la marche et aux milieux traversés - mon projet s'orientera vers la marche itinérante en autonomie. Vraisemblablement en solo dans un premier temps. C'est pendant ce cheminement et ces réflexions que je tombais sur RL début juillet, qui deviendra ma lecture quotidienne.

RÉCIT :

Je préparais donc ma première randonnée en solo, en autonomie et bivouacs, les trois aspects étant des nouveautés pour moi. Ce sera une centaine de kilomètres sur le GR5 qui passe à côté de chez moi. Pas très exotique mais je préfère jouer la prudence pour tester le matériel et me tester.
7063_gr5_3jours.jpg

J'étais prêt à partir depuis un petit moment, sans réussir à trouver un créneau. Quand enfin mes diverses obligations m'en ont laissé l'opportunité, j'ai rassemblé mes affaires.

Vendredi 12 octobre je passe donc la soirée à réunir mon matériel et à préparer la nourriture. Je teste à nouveau la plupart des équipements, notamment les nouveautés comme le matelas gonflable. Je n'ai plus de piles pour la lampe et décide d'en acheter sur le chemin le lendemain matin. Il est prévu que ma compagne me dépose vers 10h à la sortie de Rombas pour rejoindre le GR5 qui monte vers la tour de Drince, direction le sud.

Le lendemain matin, nous retrouvons finalement un blister de piles que je m'empresse de mettre dans la frontale... pour constater qu'elle a rendu l'âme. Boucler mon sac me prendra plus de temps que prévu et il faudra s'arrêter au D4 le plus proche pour acheter une nouvelle lampe. Il est plus de 11h30 quand nous sortons du magasin, une Tikkina en poche, et je rattrape finalement le sentier dans un village non loin de la zone commerciale.

Le ciel est voilé et il fait environ 10°. Je marche en short, t-shirt et veste imper-respi. Les pluies régulières des dernières semaines rendent le chemin boueux et glissant. A chaque appui qui se dérobe sur la terre humide je réalise le confort que m'apportent la légèreté du sac et les bâtons de randonnée que j'emporte pour la première fois. Les paysages sont vallonnés et j'avance d'un bon pas de sentes agricoles en sous-bois faisant détaller quelques geais et écureuils. Je ne rencontre pas grand monde sinon quelques habitants qui me proposent de me ravitailler en eau. Plus haut sur les collines, j'entends plusieurs déflagrations de fusils ; les chasseurs aussi sont de sortie et j’en croiserai plusieurs groupes sur ma route.
7063_2012_10_13_gr5_1_sentier_campagne.jpg7063_2012_10_13_gr5_2_sentier_foraat.jpg

Vers 14h30, après deux heures de marche, un rayon de soleil pointe et m'invite à faire une pause déjeuner à Scy-Chazelles, sur les collines boisées à l'ouest de l'agglomération de Metz, à côté du lavoir. Presque chaque village traversé dispose du sien, souvent restauré. Lorsque je repars, le ciel commence à se charger. Je passe à côté du fort de Plappeville, datant des années 1870, et je m’accorde quelques minutes pour y jeter un coup d’oeil. Après les chasseurs... les militaires.
7063_2012_10_13_gr5_3_pause_lavoir.jpg7063_2012_10_13_gr5_4_terrain_militaire.jpg7063_2012_10_13_gr5_5_fort_de_plappeville.jpg

Un peu avant Ars-sur-Moselle, je repère un coin sympa pour le bivouac. Il n'est que 17h45 et bien qu'une pluie fine et froide s'installe, j'ai encore envie de marcher. Je décide alors de passer le prochain village avant de m'arrêter.  Je fais le plein d'eau auprès du pharmacien d'Ars et repars rapidement. La pluie s'intensifie et, quand à la sortie du village je vérifie l'état du sac à dos, je constate qu'il est déjà très humide. Je sors le sac poubelle emporté pour protéger le pied du sac de couchage pour improviser un sur-sac à dos en coinçant le sac poubelle sous les bretelles.  Mon short et mon caleçon sont trempés et je commence à avoir sérieusement froid aux mains qui sont ridées comme à la sortie d'un long bain.

La pluie redouble et je voudrais trouver rapidement un spot de bivouac. Mais ce sentier, visiblement peu emprunté, serpente à flan de colline entre des parcelles de jardins privés délimitées par des grillages ou des murets. Je m'arrête cinq minutes sous le auvent d'un chalet posé sur une des parcelles pour regarder la carte. Il semble bien qu'il n'y aura pas de lieu adapté au montage de l'abri avant la sortie du prochain village, Ancy-sur-Moselle, quand le chemin remonte dans la forêt. L'heure tourne et, nuages d'averse aidant, la luminosité décline rapidement.

A ce stade donc : il pleut sérieusement, le vent se lève, mes vêtements du bas sont trempés, j'ai froid aux mains et cela gagne doucement le reste du corps lorsque je m’arrête, il fait de plus en plus sombre... réjouissant !

Le mal étant fait, je ne sors pas mon pantalon de pluie et accélère le pas. Je suis soulagé d'entrer dans la forêt assez dense après Ancy qui me protège un peu de l'averse. Dès lors, mon souci principal sera de trouver un endroit pour monter le bivouac mais le chemin, encaissé, monte sans cesse et je réalise qu’il faudra que j'atteigne le sommet de la colline. Les derniers hectomètres se feront au pas de course.

Dès que je trouve un terrain approximativement horizontal je largue mon sac contre un arbre pour débarrasser à grands coups de pieds la zone des branchages.  Mes lunettes sont embuées et toutes « schmirées ». C'est quand je veux ouvrir mon sac que je me rends compte que mes doigts sont complètement engourdis ; un début d'onglée s'est sournoisement installé sous le vent et la pluie glaciale. L'ouverture des différents sacs – surtout de la pochette de piquets – me semble durer une éternité. Sans compter la difficulté à tourner le système de blocage des bâtons pour les régler à la bonne hauteur. Alors quand des rafales de vent viennent encore compliquer le montage de la tarp - qui se fera finalement assez rapidement – je me surprends à crier aux arbres que, pour un premier bivouac, je me serais bien épargné cela. Et j'en souris.

Dès le montage de l'abri expédié j’agrippe mon sac et m’accroupis sous la toile. Il doit être aux alentours de 19h00 et la nuit s'installe. Mes doigts engourdis cherchent le couteau pour ouvrir le blister de la frontale achetée ce matin que je n'avais pas pris le temps de déballer. La mise en place des piles dans la pénombre s'avèrera délicat et quand la lumière finit par fonctionner je souffle quelques minutes pour m'organiser.

Je déplie le polycree au dessus des feuilles en décomposition sur une terre détrempée. Il colle sous l'effet de l'humidité et ne se met pas facilement en place. J'enlève ensuite mes chaussures pour les poser à l'entrée de l'abri, puis mon short mouillé et ma veste pour enfiler un caleçon long, le pantalon de pluie et une polaire restés bien au sec dans un sac étanche. Je reste alors assis un certain temps, les mains dans les poches pour les réchauffer, à écouter la pluie et le vent en tentant de contenir quelques tremblements dus au froid. Au fur et à mesure que mes doigts se réchauffent, l'engourdissement fait place à une légère douleur.

Je me force un peu à sortir de ma torpeur et préparer mon repas. Le P3RS qui avait fonctionné correctement lors des tests à la maison semble avoir froid lui aussi. L'eau dans la popote ne bourra pas mais sera suffisamment chaude pour le plat lyophilisé et un verre de lait en poudre. La chaleur du gobelet dans mes mains est au moins aussi appréciable que le fait d'avaler une boisson chaude. La purée de pois cassés reconstituée n'est vraiment pas bonne, fade et insipide. Je la termine malgré tout.

La pluie se calme alors que le vent persiste. Chaque rafale fait tomber l'eau des feuilles de la canopée. Les piquets enfoncés rapidement sous l'averse ne tiennent pas dans la terre très meuble. Je refais un tour de l'abri pour parfaire le montage et ajouter quelques points d'ancrage.

Une fois le matériel de cuisine rangé, j'installe le couchage. Le sac à dos est trempé, c'est alors que je réalise que j'ai perdu le sac poubelle « sur-sac à dos » sur le chemin. Le sac du matelas a pris l'eau à travers le sac à dos et le matelas est en partie humide. Le sac de couchage a été relativement épargné à l'exception de la petite ouverture au niveau du tanka du sac étanche.

Je me glisse prestement dans le duvet avec l'espoir de m'y réchauffer rapidement. J’éteins la lampe et m'installe sur le ventre pour regarder la forêt. Le vent se calme. Malgré quelques craquements de branches suspects alentours je m'endors rapidement et, hormis quelques réveils pour changer de position, je dormirais étonnamment bien.

Je me réveille avec le jour vers 7h00 ce dimanche 13 octobre. Il n'a pas plu cette nuit et la température est d'environ 6-7°. Après quelques minutes à hésiter à sortir de mon duvet je finis par aller me dégourdir et je redécouvre l'endroit où je me suis installer urgemment la veille au soir. J'apprécie de ne pas avoir de pluie et prends le temps d'un petit-déjeuner réconfortant avant de démonter le campement et de poursuivre ma route.
7063_2012_10_13_gr5_6_bivouac_1.jpg7063_2012_10_13_gr5_7_bivouac_2.jpg7063_2012_10_13_gr5_8_bivouac_3.jpg

Le sentier continue à flan de colline avec quelques points de vue sur les alentours.7063_2012_10_13_gr5_9_point_de_vue.jpg
Après une heure de marche la pluie refait malheureusement son apparition, relativement faible mais continue. Je marche encore une heure et entame la montée à travers bois après le village de Gorze. Je commence à avoir à nouveau très froid aux mains et le besoin d'une pause et d'en en-cas se font sentir. J'avais repérer un abri au début de la montée vers lequel je redescends. Le sol sous l’abri est recouvert de sciure, cela ressemble à un atelier où l'on débite des planches.

L'activité physique interrompue, je me refroidis encore un peu plus. Le ciel est chargé et laisse augurer une journée de pluie. Comme la veille, une légère douleur apparaît au bout des doigts au fur et à mesure que mes mains se réchauffent. Je grignote très lentement comme pour repousser un peu plus la décision mais je commence à me dire qu'il serait plus raisonnable de m'arrêter.  Et après une bonne demi-heure de réflexion, je me décide à allumer mon téléphone pour appeler ma compagne afin qu'elle vienne me récupérer.

Il lui faudra une heure pour arriver. Le temps pour moi de rejoindre le centre du village et de digérer ma déception.

----------

Malgré mon ressenti sur le terrain, en regardant les relevés météo en rentrant, les conditions n’ont pourtant pas été dantesques :

  • environ 10mm de pluie le soir avec, au plus fort de l'averse (au montage du campement) des débits entre 18 et 24 mm/h. Taux d’humidité de l’air 95% pendant la nuit.

  • température de 7° ; avec le vent et la pluie j’estime la température ressentie vers 2-3°.

  • des vents vers 20km/h avec des rafales aux alentours de 40-45 km/h.

  • Le dimanche il a effectivement plu toute la journée, jusque tard dans la nuit ;  je pense tout de même que j’ai bien fait de déclarer forfait..

----------

LISTE :
5,6 kg hors eau et nourriture pour une première sortie « allégée ».

PORTAGE
   658 g Gossamer Gear Gorilla 2011 - 46 L
   40 g Sea to Summit Sac étanche Ultra Sil 13 litres
   30 g Sea to Summit Sac étanche Ultra Sil 8 litres
   19 g Granite Gear Sac de rangement AIR BAG 5 litres
   747 g --------------------
BIVOUAC
   846 g Cumulus LiteLine 400
   434 g Exped Synmat 7 UL
   336 g Gossamer Gear Spinn Twinn Tarp
   100 g Six Moon Designs L Stake Alu (*10)
   86 g Arklight Design PolyCree 1,5 X 2,5 m
   1,80 kg --------------------
VÊTEMENTS
   175 g Crivit Haut ML Thermique
   141 g Crivit Caleçon Long Thermique
   66 g Kalenji Caleçon
   49 g Lafuma Chaussettes Trekking
   549 g Lafuma Polaire Eco (?)
   487 g Lafuma Doudoune sans manche
   399 g Lafuma Light Stretch Jacket
   164 g Quechua Pantalon Rain Cut
   2,03 kg --------------------
CUISINE ET HYDRATATION
   68 g Bouteille plastique 1,5l (*2)
   24 g DIY P3RS
   3 g Feuille alu paravent
   160 g Quechua Popote Alu 750ml
   63 g Quechua Couvercle popote Alu
   30 g Gobelet plastique
   10 g Light My Fire Spork
   358 g --------------------
OUTILS
   102 g Victorinox Spartan
   81 g Petzl Tikkina²
   34 g Silva Boussole Evasion
   20 g Carte feuilles A4
   237 g --------------------
ELECTRONIQUE
   116 g Samsung Galaxy S2
   --------------------
HYGIÈNE
   35 g Serpillère microfibre
   30 g PQ
   19 g Pharmacie
   15 g Savon
   14 g Brosse à dents de voyage
   5 g Dentifrice
   118 g --------------------
CONSOMMABLES
   100 g Alcool
   31 g Bouteille 30cl pour alcool
   131 g --------------------
AUTRES
   50 g Sac poubelle 50 litres
   18 g Clé+CI+20€
   68 g --------------------

HORS SAC
   66 g Kalenji Caleçon
   49 g Lafuma Chaussettes Trekking
   942 g Salomon XA Pro 3D Mid GTX
   146 g Quechua Short
   118 g Quechua TS Synthétique
   476 g Leki Makalu Softlite

   5,61 kg DANS LE SAC
   1,80 kg HORS SAC
   131 g CONSOMMABLES
   7,40 kg TOTAL

J'avais 2 kg de nourriture pour 3 dîners, 3 petits-déjeuners et 4 déjeuners (+ pauses matin et après-midi).
7063_nourriture_gr5_4_jours.jpg
Au maximum, j'ai eu 3 litres d'eau sur moi. Au total, un sac de 10,5 kg maximum pour 4 jours en autonomie.

BILAN MATERIELS :

Les + :

  • Le LiteLine 400 a parfaitement répondu à mes attentes. Malgré l'humidité le duvet a été efficace. Je l’ai trouvé un peu étroit pour vraiment bouger à mon aise mais cela a certainement contribué à me réchauffer rapidement.

  • Le matelas Exped Synmat 7 UL est vraiment confortable. Relativement facile à gonfler en une vingtaine d'insufflations, il se dégonfle bien et se range parfaitement dans son petit sac. Le système à deux valves (gonflage/dégonflage) est ingénieux et pratique. Aucune sensation de froid. Pas de souci de glisse ou de bruit. Un petit bémol pour le tissu qui prend l’humidité.

  • Sac à dos Gossamer Gear Gorilla : rien à dire pour le confort de portage, je suis bluffé qu’un sac de 650 g soit aussi confortable que mes précédents sacs de 1,5 kg tout en laissant une vrai impression de solidité. Le Sitpad m’a bien rendu service pour isoler mon postérieur du froid au bivouac. Les différents éléments (armatures, mousses, ceinture) s’enlèvent et se remettent très facilement. Je n’ai malheureusement pas eu l’opportunité de tester le portage à 10 kg sans les mousses et l’armature. Il faut simplement que je revois ma liste pour mieux protéger les affaires de la pluie (sac étanches supplémentaires, poncho, sur-sac...)

  • Tarp Gossamer Gear SpinnTwinn (empruntée via RL). Poids ridicule (je viens d'une tente de 2,5 kg!), facilité de montage, polyvalence, spacieux. Ce qui m’a dérangé : le montage standard (et protecteur) en canadienne tout en longueur, pratique pour tout ranger mais finalement peu d’option pour s’installer assis si ce n’est sous le plus grand bâton.

  • Les sacs étanches Sea to Summit : le système de fermeture fait perdre un peu de volume mais permet d'adapter la taille du sac et est vraiment étanche.

  • La lampe Tikkina : arrivée de dernière minute mais rapport poids/autonomie/prix intéressant. Suffisante pour le bivouac, à voir pour la marche à la tombée de la nuit.

  • Spork : juste ce qu'il faut

  • Vêtements : sous vêtements thermiques en pyjama pour le bivouac, chaussettes et caleçon mouillés de la journée qui ont bien séché la nuit avec moi dans le duvet

Les - :

  • Sac étanche Granite Gear : contrairement aux Sea to Summit, le système de fermeture par tanka n'assure pas une étanchéité complète. Alors quand c’est le duvet qui est dedans...

  • Le couteau suisse : too much

  • Vêtements : Polaire trop grosse et trop lourde, veste imper-respi pas imper ou pas respi (humidité à l'intérieur quand je l'ai enlevée le soir), la membrane n'a pas aimé les zones de contact avec le sac à dos (sorte de bulles à l'intérieur)

Mitigé/à revoir :

  • le polycree : léger et semble vraiment résistant mais assez peu pratique à mettre en place, notamment mouillé.

  • Le P3RS : la solution est éprouvée, j'en déduis donc que ce sont les miens que ne sont pas optimisés. A refaire. Assez instable sur la terre mouillée.

  • J'aurais pu ma passer de la doudoune sans manche


Avec le recul, je pense que si j’avais prévu des gants cela aurait changé la donne. Je ne pensais vraiment pas que mes mains souffriraient ainsi du froid.

Je retiens aussi que j’aurais pu (dû?) m’arrêter plus tôt ; soit au premier spot aperçu vers 17h45 alors que la pluie commençait à tomber, soit sous le auvent du chalet sous lequel j’ai regarder la carte (malgré le risque de me faire éconduire par le propriétaire s’il osait braver la météo).

La solution de la tarp m’a finalement bien convenu. Mes craintes relatives à une moindre protection au vent ou à la pluie ne se sont même pas posées (ceci dit j’étais obnubilé par le fait de me réchauffer). Je dirais même que le fait que l’abri soit ouvert a participé à me rassurer ; lorsque je me réveillais je jetais parfois un rapide coup d’oeil alentour. Même si une nuée de moustiques s’est invitée sous l’abri tant que j’avais la frontale allumée, je n’ai pas été dérangé la nuit (j’étais bien emmitouflé quand même). J’ai juste retrouvé quelques traces gluantes et des traces rouges (sang?) sur mon matelas : aurais-je dormi en compagnie de limaces et écrasé quelques-unes?

En moins de 24 heures j’ai effectué environ 35% du trajet prévu (36 km, environ 700m D+/D-), sans forcer. J’étais donc sur un rythme qui m’aurait amené à boucler les 100 km en terrain vallonné en 2 jours et demi environ, bien plus rapidement que ce que j’avais envisagé.


Sinon, depuis trois jours, il fait 25° avec un grand soleil... arghh ! Qui a dit scoumoune !?

Dernière modification par ThiX (22-10-2012 22:11:23)


En éMULation
Trombi

Hors ligne

#2 22-10-2012 21:58:13

ThiX
Ermite sociable
Lieu : Far East (Lorraine)
Inscription : 24-07-2012
Messages : 474

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

... et là, le message d'erreur au moment où j'ai validé le message  mad

Il ne semble pas s'être perdu dans les limbes du forum  cool

Dernière modification par ThiX (22-10-2012 21:59:16)


En éMULation
Trombi

Hors ligne

#3 23-10-2012 08:04:14

highlight
Membre
Lieu : Metz (Lorraine)
Inscription : 29-03-2012
Messages : 85

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Hello ThiX,

Sympa de lire ton retour et d'y retrouver des coins connus. Effectivement, à une semaine près, ton expérience aurait été toute autre (j'ai pris des couleurs ce week-end sur les sentiers du coin!)... mais peut-être moins enrichissante!

Dernière modification par highlight (23-10-2012 08:04:33)


Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. [...] J'irai par la forêt, j'irai par la montagne... (Victor Hugo)

Hors ligne

#4 23-10-2012 11:09:46

ThiX
Ermite sociable
Lieu : Far East (Lorraine)
Inscription : 24-07-2012
Messages : 474

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Salut Highlight !

je suis un peu navré d'être parti le pire weekend de ce début d'automne. La pluie ne m'a pourtant jamais empêché de marcher ; je me suis vraiment fait surprendre.

Par contre, comme tu le dis, cela reste une expérience très enrichissante et le matériel et le bonhomme ont été "bien" testé  big_smile

Tu m'avais proposé une rencontre et dans la précipitation du départ j'ai complètement oublié. Désolé ! Nous ne sommes pas très éloignés, ce n'est que partie remise.


En éMULation
Trombi

Hors ligne

#5 23-10-2012 20:15:54

petitjean
Membre
Inscription : 06-07-2011
Messages : 59

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

sympa le CR smile
pas de conseil à apporter en tant que débutant et tjs mulet (belle liste!)

Hors ligne

#6 23-10-2012 21:04:56

Oscar
Membre
Inscription : 01-02-2005
Messages : 2 826

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Pour protéger tes affaires de la pluie, et surtout puisque tu prends un grand sac poubelle, pourquoi ne pas mettre ce sac poubelle à l'intérieur de ton sac à dos, et toutes tes affaires dedans ?

Tu auras pu t'arrêter plus tôt. Tu aurais pu aussi te protéger correctement de la pluie, sachant que tu avais manifestement les vêtements pour. Surpantalon en particulier. Il est aussi primordial de garder le sac de couchage sec. Une bonne solution si la protection pluie de ton sac à dos laisse à désirer, c'est de mettre un petit sac poubelle à l'intérieur de ton sac de compression du duvet.

Enfin, je comprends un peu ta déception. D'un autre côté, puisque tu sembles avoir envie de repartir, j'imagine que cette expérience te sera fort utile, et que tu sauras en tirer les meilleures conclusions.

Dans ce type de conditions météorologiques, j'essaie de me protéger au mieux de la pluie, quitte à m'arrêter. Car une fois les vêtements mouillés, surtout en automne, c'est très difficile de les faire sécher. Et également d'avoir toujours un rechange sec dans le sac à dos, même si ce n'est pas toujours facile, surtout pour les chaussettes. Quand je n'en n'ai pas, j'apporte une attention toute particulière à ne pas mouiller les vêtements que je porte. Pas toujours facile non plus. Il ne s'agit pas simplement d'enfiler ses vêtements de pluie, mais aussi quelquefois de gérer son effort pour ne pas les mouiller de l'intérieur avec sa sueur, en marchant trop vite. Par exemple.

Quand on marche, et que l'effort apporte une relative chaleur, on a souvent tendance à ne pas s'arrêter pour se changer lors des premières gouttes de pluie. Penser à comment cela se passera lorsqu'on va s'arrêter : a t on des vêtements secs en quantité suffisante, comment et quand vont sécher ceux qui sont mouillés, etc.

Sur une période courte, la météo est relativement fiable. Alors quand de la pluie est prévue, et qu'il faudra marcher tout de même, je n'hésite pas à prendre aussi un petit parapluie, s'il n'y a pas trop de vent. C'est une très bonne protection.

Globalement, de mon point de vue, les quelques centaines de grammes "superflu" pour bien gérer une bonne pluie permettent de ne pas devoir interrompre prématurément une sortie : sacs plastiques, pantalon de pluie, éventuellement parapluie, surmouffles, éventuellement redondance veste/cape de pluie ou poncho.

En te souhaitant de bien tirer toute l'expérience de cette sortie pour progresser quant à tes choix d'équipements et décisions sur le terrain. Et surtout de finalement n'avoir pas besoin de mettre en pratique ces réflexions lors de ta prochaine rando, que je te souhaite passer sous un soleil radieux.

Hors ligne

#7 24-10-2012 08:35:53

Bison
OpaRando
Lieu : Quaregnon - Belgique
Inscription : 05-01-2007
Messages : 4 266

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Oscar a donné le bon débriefing!

Contre la pluie, deux précautions valent mieux qu'une.
La pluie, ou la neige fondante, entre 0 et + 5, ce sont les pires conditions pour randonner.

Si on ne se protège pas bien, pas assez tôt, on se trouve vite misérable ...

Il est possible que le froid aux mains/début d'onglée soit du au fait que toute l'énergie normalement disponible pour les réchauffer ait été mobilisée ailleurs.


La balance n'est pas un maître, mais un serviteur

Hors ligne

#8 24-10-2012 11:14:19

ThiX
Ermite sociable
Lieu : Far East (Lorraine)
Inscription : 24-07-2012
Messages : 474

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Bonjour Oscar,

merci pour ce retour constructif.

Oscar a écrit :

Pour protéger tes affaires de la pluie, et surtout puisque tu prends un grand sac poubelle, pourquoi ne pas mettre ce sac poubelle à l'intérieur de ton sac à dos, et toutes tes affaires dedans ?

Triple buse que je suis ! "Formater" aux housses de pluie par dessus le sac je n'ai pas penser sur le terrain à le mettre à l'intérieur... et cela m'aurait en plus évité de le perdre.

Oscar a écrit :

Tu auras pu t'arrêter plus tôt. Tu aurais pu aussi te protéger correctement de la pluie, sachant que tu avais manifestement les vêtements pour. Surpantalon en particulier.
[...]
Quand on marche, et que l'effort apporte une relative chaleur, on a souvent tendance à ne pas s'arrêter pour se changer lors des premières gouttes de pluie.

Leçon retenue. Et en marchant, je n'avais pas froid. Je n'ai effectivement pas assez anticipé l'arrêt de l'effort et ses conséquences.

Je n'ai pas mesuré l'impact de cette pluie "anodine". Et je n'ai pas exploité les solutions potentielles : arrêt plus tôt et/ou enfiler les protections. D'autant que je suis parti avec une panoplie de vêtements assez large, justement pour pouvoir m'adapter...

Alors que je suis parti avec une liste "prudente", j'ai été plus porter par l'envie d'avancer que soucieux de la gestion des conditions climatiques.

Oscar a écrit :

Il est aussi primordial de garder le sac de couchage sec. Une bonne solution si la protection pluie de ton sac à dos laisse à désirer, c'est de mettre un petit sac poubelle à l'intérieur de ton sac de compression du duvet.
[...]
Et également d'avoir toujours un rechange sec dans le sac à dos, même si ce n'est pas toujours facile, surtout pour les chaussettes.

J'avais prévu trois sac étanches :
- un Sea To Summit Ultra Sil 8 litres pour la nourriture
- un Sea To Summit Ultra Sil 13 litres pour les vêtements : tout rentrait, y compris la "grosse" polaire et la doudoune (compressée par un élastique)
- un Granite Gear Air Bag 5 litres pour le duvet

Aucun souci avec les sacs Sea To Summit. Les vêtements et la nourriture étaient secs le soir au bivouac.
Le duvet n'a pas été beaucoup mouillé, peut être une auréole de 5 centimètres de diamètre au niveau de l'ouverture tanka du Granite Gear.

De ce côté là (affaires bivouac au sec, confort), je suis plutôt satisfait. Le bivouac à proprement parler s'est bien passé, si ce n'est le montage sous l'averse et le fait d'être coincé sous l'abri.


Oscar a écrit :

Penser à comment cela se passera lorsqu'on va s'arrêter : a t on des vêtements secs en quantité suffisante, comment et quand vont sécher ceux qui sont mouillés, etc.
[...]
Car une fois les vêtements mouillés, surtout en automne, c'est très difficile de les faire sécher. Quand je n'en n'ai pas, j'apporte une attention toute particulière à ne pas mouiller les vêtements que je porte. Pas toujours facile non plus. Il ne s'agit pas simplement d'enfiler ses vêtements de pluie, mais aussi quelquefois de gérer son effort pour ne pas les mouiller de l'intérieur avec sa sueur, en marchant trop vite. Par exemple.

Rien n'aurait séché cette nuit là je pense. Le short du premier jour était toujours trempé le lendemain matin. J'ai glissé les sous vêtements mouillés avec moi dans le duvet la nuit et ils ont séché. Mais pour la marche, j'ai dû repartir avec le caleçon long et le pantalon raincut.

J'ai eu des soucis d'humidité avec la veste imper/respi (Lafuma Light Stretch Jacket) : infiltration ou condensation?
Je portais uniquement un t-shirt sous la veste et n'ai pas eu "trop" chaud : j'opterais donc plutôt pour des infiltrations.
La veste est pratiquement neuve... il faudrait que je fasse des tests (sous la douche?) pour faire jouer la garantie le cas échéant.


Oscar a écrit :

Sur une période courte, la météo est relativement fiable. Alors quand de la pluie est prévue, et qu'il faudra marcher tout de même, je n'hésite pas à prendre aussi un petit parapluie, s'il n'y a pas trop de vent. C'est une très bonne protection.

La veille du départ, les différents sites météo visités annonçaient des pluies intermittentes et pas de vent. La pluie continue du dimanche n'était pas prévue non plus. La fiabilité est donc toute relative.

J'ai lu que plusieurs membres aimaient bien la solution du parapluie. Je n'y suis pas très favorable pour le moment ; mains déjà souvent occupées (bâtons, appuis, photos) et vriament pénible à gérer avec le vent.

Globalement, de mon point de vue, les quelques centaines de grammes "superflu" pour bien gérer une bonne pluie permettent de ne pas devoir interrompre prématurément une sortie : sacs plastiques, pantalon de pluie, éventuellement parapluie, surmouffles, éventuellement redondance veste/cape de pluie ou poncho.

Oscar a écrit :

Enfin, je comprends un peu ta déception. D'un autre côté, puisque tu sembles avoir envie de repartir, j'imagine que cette expérience te sera fort utile, et que tu sauras en tirer les meilleures conclusions.
[...]
En te souhaitant de bien tirer toute l'expérience de cette sortie pour progresser quant à tes choix d'équipements et décisions sur le terrain. Et surtout de finalement n'avoir pas besoin de mettre en pratique ces réflexions lors de ta prochaine rando, que je te souhaite passer sous un soleil radieux.

Pour sûr je vais repartir. Je ne dois cette interruption prématurée qu'à mon comportement et à mes choix d'utilisation (ou non dans ce cas) du matériel.
J'en retiens pour le prochaine fois :
- anticiper
- savoir s'arrêter
- prendre le temps de choisir les meilleures options (d'habillement notamment) dès que la météo évolue

Cela paraît basique, mais je me suis laisser diriger par mon envie d'avancer, pour finalement ne plus avancer du tout.


En éMULation
Trombi

Hors ligne

#9 24-10-2012 11:15:29

ThiX
Ermite sociable
Lieu : Far East (Lorraine)
Inscription : 24-07-2012
Messages : 474

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Bison a écrit :

Contre la pluie, deux précautions valent mieux qu'une.
La pluie, ou la neige fondante, entre 0 et + 5, ce sont les pires conditions pour randonner.

Si on ne se protège pas bien, pas assez tôt, on se trouve vite misérable ...

Ça y est, je me suis fait vacciner  big_smile


En éMULation
Trombi

Hors ligne

#10 29-10-2012 21:06:51

jpopeck
Ours marcheur
Lieu : Versailles
Inscription : 01-05-2007
Messages : 475
Site Web

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

En bivouac, le choix du matériel est essentiel.
Lorsqu'on dort en dur, le fait de pouvoir faire sécher des affaires la nuit pardonne quelques erreurs. en bivouac, c'est plus difficile.
Mais on ne devient pas un king de la rando MUL en bivouac du jour au lendemain, l'expérience est importante.


Traversée du GR5 Jura - Vosges - Alpes
http://www.gr5.fr

Hors ligne

#11 29-10-2012 21:36:54

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 382

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Kikoo ThiX wink

J'aime bien ton retour, il est assez typique des situations vécues au début, des incertitudes et des choix à faire : les bons comme les mauvais. Et ta sortie est tout près de chez moi, je reconnais quelques lieux et paysages sur les photos wink.

Je ne critique pas du tout ton choix de t'arrêter, il était justifié si tu en avait envie wink. Si tu aurais voulu continuer, tu aurais pu bricoler un ou 2 trucs pour te dépanner (je pense surtout à tes mains) : utiliser ta paire de chaussettes de rechange comme gants (solution un poil bof car tu risque de ne pas avoir de chaussettes sèches pour la nuit...), découper un petit morceau de polycree pour protéger tes mains du vent (effet wind chill redoutable à ces températures...), bien sûr simplement rentrer tes mains dans les manches de ta veste, ou utiliser tes poches... Et tu aurais pu récupérer facilement un ou 2 sachets plastiques à cet effet, ou des gants dans une station service (moins facile car de moins en moins de stations en dehors des autoroutes).

Enfin c'était juste pour te donner quelques idées de détournements ou d'adaptations qui te permettent parfois de supporter un mauvais moment en attendant des conditions plus clémentes.

Pour ce qui est de sécher tes affaires le soir, il n'y a pas de miracle en conditions pluvieuses et automnales. En bivouac léger sou sabri ouvert, la seule vraie solution et d'utiliser ta chaleur. Les chaussettes et autres vêtements légers sèchent très bien posés sur les épaules ou sur la poitrine (ventre, etc...) entre ta première couche et une polaire par exemple, sans trop de refroidir. Le matin c'est sec et tu peux repartir avec des chaussettes, caleçon, etc secs wink.

Au plaisir de te croiser à l'occasion wink.

eraz

Hors ligne

#12 30-10-2012 10:53:19

OranginaRouge
Apprenti MULot
Lieu : qq part entre Nmdie et IdF...
Inscription : 03-07-2012
Messages : 236
Site Web

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Merci de ce retour intéressant (surtout très bien condensé sur un seul billet).

ThiX a écrit :

Je n'ai pas mesuré l'impact de cette pluie "anodine". Et je n'ai pas exploité les solutions potentielles : arrêt plus tôt et/ou enfiler les protections. D'autant que je suis parti avec une panoplie de vêtements assez large, justement pour pouvoir m'adapter...

Si il y a quelques choses que j'ai appris de mes quelques randos c'est de ne pas hésiter à changer de vêtement pour coller au mieux au besoin que l'on a sur le moment.

En général, ça ne prends que 2-3 minutes de se changer et c'est utile pour 1h, 1 après-midi, 1 journée, 1 rando entière...


« Vous n'échouez jamais jusqu'à ce que vous arrêtez d'essayer. » (mon profil)

Hors ligne

#13 30-10-2012 16:01:00

sabbish
Sabbish
Inscription : 01-02-2007
Messages : 57

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Ce weekend la, j'étais au crêt de la neige dans le Jura et les conditions climatiques étaient similaires (5 ou 6°C et vent important). Lors de la montée, je n'avais qu'une veste de pluie et un merinos ML. J'ai commencé à me refroidir en arrivant au sommet à cause de l'exposition au vent. J'ai rajouté une mini polaire, des gants de soie, et un bonnet. J'ai fait une pose casse-croûte  à l'abri du vent et ai pu finir ma rando sans pb.

        Mon pantalon, mes chaussures mesh était trempé, mais j'étais bien au chaud au dessus des hanches. Même si les températures n'étaient pas négatives, les gants et le bonnet n'étaient pas de trop. Certe, ils étaient mouillés mais je ne ressentais pas le froid.

        Et ce point la est important, car outre le fait que le temps fût dégueulasse et que je n'ai rien pu voir de la chaîne des alpes, j'étais ravi de marcher sous la flotte, alors que si j'avais eu froid, j'aurais certainement fait demi-tour car le plaisir n'y était plus.

Hors ligne

#14 31-10-2012 10:32:59

ThiX
Ermite sociable
Lieu : Far East (Lorraine)
Inscription : 24-07-2012
Messages : 474

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

Sympas ces retours d'expériences smile

Bonjour jpopeck smile
J'ai beaucoup parcouru ton site ces derniers mois ; ravi de te lire.

jpopeck a écrit :

En bivouac, le choix du matériel est essentiel.
Lorsqu'on dort en dur, le fait de pouvoir faire sécher des affaires la nuit pardonne quelques erreurs. en bivouac, c'est plus difficile.
Mais on ne devient pas un king de la rando MUL en bivouac du jour au lendemain, l'expérience est importante.

Cette expérience est bonne à prendre, même si elle n'a pas été des plus agréables. Je pense avoir bien préparé la rando, notamment l'aspect bivouac, mais cela s'est joué sur "d'importants détails". Et certainement aussi sur la capacité d'adaptation du bonhomme. Je réagirai différemment la prochaine fois.

J'avance...

--------------
Salut Eraz smile
Nous sommes effectivement voisins. J'ai pu discuter avec Ambrose Chapelle quand je lui ai rendu son abri, a priori je travaille à deux pas de chez toi. Nous finirons bien par nous croiser.

eraz a écrit :

Kikoo ThiX wink

[...] Si tu aurais voulu continuer, tu aurais pu bricoler un ou 2 trucs pour te dépanner (je pense surtout à tes mains) : [...]

Enfin c'était juste pour te donner quelques idées de détournements ou d'adaptations qui te permettent parfois de supporter un mauvais moment en attendant des conditions plus clémentes.

Je ne vais pas réécrire l'histoire et rien ne sert de regretter de m'être m'arrêter, même si j'aurais pu faire autrement. Avec le recul j'ai le sentiment de ne pas avoir fait preuve d'assez de détermination et d'adaptation. Le fait d'avoir une solution de repli, d'être près de chez moi, a peut-être eu un impact ; si j'avais eu deux heures de marche pour redescendre dans la première vallée, j'aurais peut-être appréhender la situation différemment.

Et tes suggestions sont bienvenues. Je les gardes dans un coin de ma tête pour la prochaine fois.

--------------------------
Bonjour OranginaRouge smile

OranginaRouge a écrit :

Si il y a quelques choses que j'ai appris de mes quelques randos c'est de ne pas hésiter à changer de vêtement pour coller au mieux au besoin que l'on a sur le moment.

En général, ça ne prends que 2-3 minutes de se changer et c'est utile pour 1h, 1 après-midi, 1 journée, 1 rando entière...

Tout pareil !

--------------------------
Hello sabbish smile

Bonnet et gants feront je pense dorénavant partis de ma liste automne/hiver.
Ton témoignage confirme qu'avec ces quelques grammes supplémentaires, j'aurais certainement continué.

Edit : orthographe

Dernière modification par ThiX (31-10-2012 19:29:04)


En éMULation
Trombi

Hors ligne

#15 31-10-2012 19:05:44

jpopeck
Ours marcheur
Lieu : Versailles
Inscription : 01-05-2007
Messages : 475
Site Web

Re : [Récit + liste] Ma 1ère sortie "allégée" : sur le GR5 (Rombas/Nancy)

ThiX a écrit :
jpopeck a écrit :

En bivouac, le choix du matériel est essentiel.
Lorsqu'on dort en dur, le fait de pouvoir faire sécher des affaires la nuit pardonne quelques erreurs. en bivouac, c'est plus difficile.
Mais on ne devient pas un king de la rando MUL en bivouac du jour au lendemain, l'expérience est importante.

Cette expérience est bonne à prendre, même si elle n'a pas été des plus agréables. Je pense avoir bien préparé la rando, notamment l'aspact bivouac, mais cela s'est jouer sur "d'importants détails". Et certainement aussi sur la capacité d'adaptation du bonhomme. Je réagirai différemment la prochaine fois.

J'avance...

De toute façon, il y a certains détails qu'on ne découvre que quand on y est confronté. Une liste de matériel sur le papier ne suffit pas à faire face à tous les imprévus.

Le fait d'avoir bien préparé sa rando, allié à une intelligence de situation, fera qu'on trouvera une façon de s'en sortir. Ce ne sera pas forcément la meilleure. Mais ça te forcera à y réfléchir et la prochaine fois ce sera mieux.

PS : heureux d'avoir contribué à ta rando  smile


Traversée du GR5 Jura - Vosges - Alpes
http://www.gr5.fr

Hors ligne

Pied de page des forums