Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 26-07-2013 20:45:20

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

[Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

6253_dsc011551.jpg



Préambule


L’envie de découvrir la Corse à pied me titillait depuis 2 ans.

Certains retours sur RL (en particulier celui de Luccio33  https://www.randonner-leger.org/forum/v … hp?id=9686  et de Flf   https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=17582 ) m’avaient mis en appétence.


J’ai passé beaucoup de temps sur les sites de : 

Corse Sauvage  http://corse-sauvage.com/

Paglia Orbahttp://paglia.orba.free.fr/plan/plan1.htm?a4

et celui de Martin Pierre http://www.martinpierre.fr/pages/treks-en-europe.html

Ainsi qu’à regarder (et rechercher les lieux de prise) les belles photos du livre  de Charles Pujos : «  la Corse des montagnes »

pour orienter mes choix et peaufiner l’itinéraire car même pour 5 semaines, il faut faire des choix !


Pas envie d’une traversée ou de suivre un GR particulier, mais plutôt d’une immersion hors des sentiers battus.
Découvrir différentes facettes des paysages corses, entre mer et montagne, ses villages aux hameaux isolés voir abandonnés, ses bergers et bergeries, le patrimoine des bâtisseurs aux anciennes voies de communication, tout cela agrémenté de gastronomie locale bien sur.


La période départ 07/06 au matin et retour le 13/07/2013 au soir : 34 jours de marche + 2 jours à Propriano.


Quelques chiffres : 500 km et 36000 D+ et D- .


Sur tout type de terrain :

Certaines portions du GR20, Mare à Mare Nord, Tra Mare e Monti, le sentier de la transhumance, Mare a Mare Sud.
Mais principalement des sentiers sans nom, en pointillés rouge ou noir, ou non indiqués sur carte IGN, avec la particularité et la difficulté plus ou moins prononcés du maquis Corse, rendant parfois la progression plus que difficile et lente…

Le point d’orgue : 3 jours dans le Filasorma, sur les vires de Scaffone, qui se rapprochent plus du « ravinisme » et de l’escalade ( facile, à condition de ne pas avoir le vertige) que de la randonnée.


Dodo :

- 26 bivouacs dont

2 sur le GR (bergerie de Vaccaghia et de Matalza)
1 nuit nature à la belle étoile
3  nuits dans des bergeries inoccupées
1 nuit dans un abri-grotte
1 nuit en camping à la belle

- 7 en durs, hors GR.

Pas toujours facile de trouver une zone de bivouacs viables en Corse, mais avec persistance, on finit toujours par trouver une petite zone improbable d’herbe au milieu du maquis, le plus souvent au niveau des cols



Voilà pour la présentation smile



Vue générale de l’itinéraire parcouru:

6253_carte.jpg



Liste matériel:

ici https://www.randonner-leger.org/forum/v … 47#p313247



Retour matos

ici https://www.randonner-leger.org/forum/v … 93#p316893



Points de ravitaillement en eau sur le parcours

ici https://www.randonner-leger.org/forum/v … 46#p366246



Argent liquide et CB

ici https://www.randonner-leger.org/forum/v … 44#p317344

Dernière modification par florencia (05-09-2014 16:35:45)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#2 26-07-2013 20:50:23

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

L’itinéraire :




Partie 1 : La Castagniccia


Etape 1 - Moriani plage - Chapelle San Bartholomeo :  en quête du village abandonné

http://www.visugpx.com/?i=1374851564


Partie la veille au matin, en TGV, pour Marseille avec l’embarquement pour Bastia prévu à 19h00, je mets pied à terre en Corse à le 07/06 à 7h30.
6253_dsc00734.jpg


Le premier bus pour Moriani part à 8h30, juste le temps de prendre un petit café à une terrasse, place St Nicolas.
A 10H15, juste après avoir avalé un casse-croûte, je fais mes vrais premiers pas de ce périple  Corse.
A peine sortie du village et je me retrouve immergée dans une forêt luxuriante, on aperçoit juste les villages de Velone et Orneto sur les hauteurs.
6253_dsc00735.jpg


La bonne surprise c’est que le sentier est balisé  et relativement bien démaquisé ; c’est donc sereine que je m’enfonce dans les terres.


L’eau claire des rivières et ses vasques sont déjà une invitation à la baignade
6253_dsc00736.jpg


6253_dsc007401.jpg


Le pont de l’Enfer m’avait interpellée et intriguée du temps où je rêvais encore sur les cartes.
L’histoire est plus triste : il serait appelé ainsi car d’après les anciens, un jeune homme parti péché est mort en voulant sortir une prise sous un rocher ; son bracelet est resté bloqué et il n’aurait pu dégager sa main…
6253_dsc00745.jpg


Beaucoup de passages de gués, mais sans problème à cette période :
6253_dsc00751.jpg


Par instant, les traces humaines de l’ancien chemin muletier sont bien visibles :
6253_dsc007541.jpg


Je pénètre ensuite dans une immense châtaigneraie aux arbres centenaires qui fait la particularité de la Castagniccia ;
6253_dsc00755.jpg


La nature fait corps :
6253_dsc00758.jpg


L’être humain aussi avec cet abri insolite en planche :
6253_dsc00757.jpg


Décor  qui m’accompagne  jusqu’aux premières maisons de Fiuminale sottano
6253_dsc00759.jpg

6253_dsc00760.jpg


puis de Fiuminale soprano, village en ruines faute d’accès routier  et en cours de restauration grâce aux habitants de Velone-Orneto, ils ont déjà refait la façade et la cloche de la chapelle.
6253_dsc00761.jpg


Pause à la source indiquée sur la carte en amont du village avec un bol de taboulé citron, menthe agrémenté de pignons de pain, tomates et poivrons séchés et oignons grillés : hmm un vrai délice !
6253_dsc00771.jpg


Puis je continue à prendre de la hauteur avec vue sur la côte orientale :
6253_dsc00780.jpg


Traversée d’une forêt un peu fantasmatique ; à tout moment, je m’attends à ce que les arbres se meuvent ou se mettent à parler
6253_dsc0077611.jpg


6253_dsc007781.jpg


puis la végétation se fait plus rase :
6253_dsc00785.jpg


Avant l’arrivée à la Chapelle San Bartolomeo
6253_dsc00786.jpg


Le berger qui occupe les lieux est absent ; dommage, une pancarte proposait fromages, charcuteries et pietra à la vente…
Il est tôt, environ 16h30, je décide de changer de plan ; aucune envie de redescendre sur le village de Monicia-d’Orezza en direction des villages de Piedicroce comme prévu, mais plutôt d’un bivouac sur les hauteurs ; je poursuis donc mon chemin sur les crêtes à G à la recherche d’une petite plate forme herbeuse et d’un bon spot pour le coucher et le lever de soleil :

Chose faite à peine 1H00 plus tard
6253_dsc00794.jpg

6253_dsc00797.jpg

6253_dsc00803.jpg


Au réveil, le soleil se lève au dessus de l’île d’Elbe :
6253_dsc00809.jpg


Plutôt sympa comme 1° bivouac smile




Etape 2 - Chapelle San Bartholomeo – Sous la Pointe de Sambuco: un baptème de ravinisme involontaire et douloureux

http://www.visugpx.com/?i=1374851732


Je me mets en route vers 6h30, le soleil tape et le thermomètre indique déjà 20° ; ça risque de chauffer aujourd’hui ; il ne me reste que 500ml d’eau, je n’ai donc pas intérêt à traîner, car ici aucune chance de me réapprovisionner en eau avant d’atteindre un village.

Bien que ne possédant pas la carte de ce côté-ci, je choisis de poursuivre quand même par les crêtes
6253_dsc00817.jpg


6253_dsc00823.jpg


Pour avoir étudié cette option, un sentier tracé en rouge existe sur fond IGN. Je dois monter jusqu’au sommet culminant aux environs de 1250 m puis prendre une seconde crête à 90°. Enfin, ça c’est la théorie mémorisée, cela se révèlera un peu plus complexe et incertain sur le terrain... car plusieurs sommets de cette altitude se succèdent, la sente les contourne parfois flan Est, ce qui me fait perdre de vue la crête perpendiculaire que je dois rejoindre.

Bref après une bonne heure et un ultime contournement de pics, je trouve une sente compatible à flanc de crête.
6253_dsc00829.jpg


Rapidement, le chemin devient de plus en plus tenu et le balisage est désormais absent.
Une petite voie intérieure me mets en garde et qu’il doit y avoir anguille sous roche..
Mais mon optimisme habituel refuse de l’entendre, d’autant que la végétation est plutôt clémente au départ et que c’est sympa pour les yeux.

Cela alterne entre fougères
6253_dsc00831.jpg


et arbustes assez aérés
6253_dsc00830.jpg


donc pas de soucis..

Mais les Aulnes nains font rapidement leur apparition, en même temps que ronces et autres épineux, et là cela commence à se compliquer ; mais je ne m’inquiète toujours pas, je me félicite même intérieurement de mon rapide apprentissage du franchissement des aulnes même si cela rend la progression plus que lente.
6253_dsc00843.jpg

Il doit être 10H00 quand j’atteins une chapelle, dont le carré herbeux qui l’entoure est plutôt bien entretenu, plutôt rassurant non ?
6253_dsc00832.jpg


A posteriori, le Mare a Mare Nord traverse par là, mais je n’ai rien vu et est beau scruter la photo rien d’évident ne me saute aux yeux.

Bref je poursuis tant bien que mal ma descente

Désormais c’est à 4 pattes ou en rampant dans des espèces de tunnels que je progresse
6253_dsc00845.jpg

Mes avants bras douloureux commencent à ne plus supporter le moindre contact avec les ronces 
6253_dsc00848.jpg

J’entends le sac qui souffre aussi et les bâtons m’handicapent par moment, ils restent souvent coincés dans les branches et cela me demandent des efforts supplémentaires pour les dégager. Cela ne m’amuse plus du tout !

Quand je prends enfin la décision de faire demi-tour, il est trop tard ; les aulnes m’interdisent tout retour en arrière, impossible de franchir 1m en sens inverse, les branches entremêlées ont souvent un sens de pénétration .

Petite ébauche de panique à tournoyer sur moi-même impuissante avant de me calmer et prendre conscience de la gravité de la situation.
Il me reste à peine 10cc d’eau et m’a seule issue est par le bas, coûte que coûte. 
Je n’ai aucunement envie que l’on me retrouve desséchée dans ce maquis inhospitalier !..

Je réunis toute mon énergie et pénètre en force dans le bosquet d’Aulnes récalcitrant et finis par être expulsée ; une énorme branche de ronce à la sortie me lacère le visage au niveau de l’œil droit.
Je l’ouvre et le ferme mais rien, pas de douleur ni de trouble visuel, ouf c’est juste la paupière, l’arête du nez et l’arcade sourcilière qui sont touchées.
Pas le temps de m’apitoyer, j’ai envie de hurler mais rien ne sort…
Je me venge avec rage sur chaque ronce qui ose me barrer le chemin, à l’aide de mon bâton
6253_dsc00847.jpg

Mes contorsions dureront encore près de 2H00 avant d’entendre enfin des aboiements de chiens puis des voix humaines.
L’espoir renaît et 30 minutes plus tard, je prends enfin pieds sur une plate forme avec une bonne piste rejoignant un bâtiment technique.
Je prends le soin de me redonner visage humain, je me repeigne, époussète toutes les épines et branches diverses qui alourdissent mon SAD et mon TS avant de gagner le village.
Je suis curieuse de connaître son nom et de me situer sur une carte.
Je fais une halte au bar du village, commande un grand pichet d’eau et une Pietra pour me remettre.
La tenancière m’amène une carte touristique des sentiers de randonnées du coin.
J’apprends que je suis à Orsini et que Piedicrocce est à 45 minutes en voiture ; j’ai fait très fort…
Heureusement le Mare à Mare Nord passe pas loin, et je peux le rejoindre à partir de Fecce, à quelques 2H00 de marche.
A peine 15 minutes après être repartie, je me sens vidée et réalise que je n’ai rien mangé depuis ce matin, alors qu’il est près de 15H00.
Un énorme bol de semoule me remet d’aplomb et les forces reviennent progressivement.
Je prends un bon rythme, je suis motivée pour arriver sur le plateau situé quelques 600m plus haut avant la tombée de la nuit. Besoin de solitude et d’air frais.

Le Mare à Mare Nord avec sa piste forestière caillouteuse et moussue
6253_dsc008571.jpg

6253_dsc00859.jpg


Il est 20h00 quand je plante l’abri alors que des gouttes de pluie se mettent à tomber.
Je me glisse sous l’abri dans un silence intérieur, les gestes sont mécaniques.

Je prends quand même le temps d’admirer le coucher de soleil
6253_dsc00866.jpg

Avant de faire le bilan de ce début de journée : à peine 8 km de crêtes parcourues dont près de 5 hors sentiers et près de 8H00 d’efforts intenses, et un corps en piteux état : mes jambes me font souffrir, pas étonnant elles sont bardées et déformées par les hématomes et autres oedèmes, le fameux retour de bâtons des branches flexibles des Aulnes nains…
J’ose à peine mettre la photo, juste en tout petit pour ne pas heurter les âmes sensibles  lol
*

Me voilà avertie, chaque erreur d’orientation se payera cash.
Je suis loin des alpages métropolitains ici…





Etape 3 – Sous la Pointe de Sambuco  – San Lucia di Mercurio :
En route pour la chapelle Sant’Alesio, carrefour des anciens chemins muletiers de la Castagniccia


http://www.visugpx.com/?i=1374851888



Le temps est à la grisaille ce matin, mais la suite du Mare est agréable et apaisante, sur cette partie en hauteur
6253_dsc00871.jpg


Le maquis est en fleur
6253_dsc00872.jpg


Les vaches intriguées et curieuses
6253_dsc00887.jpg


Les couleurs sont variées avec parfois une tendance automnale
6253_dsc00888.jpg


ou d’un vert profond
6253_dsc00890.jpg


Je surprends une énorme maman cochon, qui n’a pas perçu ma présence, plus préoccupée à creuser avec son groin au pied de cet arbre, à la recherche de victuailles.
6253_dsc00880.jpg


Quand soudain 2 petits traversent au pas de course en poussant des hurlements stridents ; la mère relève la tête et pousse des grognements intimidants , elle fait même quelques pas dans ma direction avant de faire demi-tour et s’enfuire avec ses petits.
Ouf !
On m’avertira plus tard qu’il faut faire attention avec les mamans à cette période, elle peuvent être agressives..  Bien noté


J’arrive à Pianello, charmant petit village de 22 habitants l’hiver et 47 à la belle saison, m’apprendront 2 charmantes veilles dames
6253_dsc00894.jpg


Elle me raconte l’histoire de l’asphodèle et de son miel très prisé, pour sa finesse et sa douceur
6253_asphodele.jpg
(photo web, vu que la mienne est flou  )

Et m’accompagnent jusqu’à la sortie du village, heureuse de tailler la bavette et rompre leur isolement.


A peine, je les ai quittées que la pluie se met de la partie, 3h00 de déluge sans discontinuité.

Peu avant Castelluccio, je décide de quitter le Mare et sa piste forestière, désormais transformée en chemin boueux où les énormes châtaigniers pleurent toutes les larmes de leur corps, et de tenter de rejoindre le chemin en crête initialement prévu, sans mon erreur d’hier ; je file donc à flanc plein Nord jusqu’au Col Sant Antone, puis me dirige à l’Ouest en direction du Mont Piano Maggiore.
6253_dsc00904.jpg


C’est encore un autre décor qui m’attend avec une végétation entièrement dans les tons vert de gris
6253_dsc009051.jpg


Quelques vestiges et plats herbeux témoignent du temps (avant la première guerre mondiale) où les terres étaient recouvertes de champs de blé
6253_dsc009201.jpg

6253_dsc00921.jpg


La chapelle Sant’Alesio, perchée sur son promontoire, :
6253_dsc00923.jpg


Ma journée s’achève tranquillement au pied de San Lucia Di Mercurio, le soleil et le ciel bleu sont de retour
6253_dsc00930.jpg

6253_dsc00931.jpg


Les sangliers rôderont autour de mon abri cette nuit, mais sans incartade plus en avant, un petit coup de lampe et de bruits et ils s’enfuyaient pour un temps…  smile



Partie II : Le Cortenais


Etape 4 – San Lucia di Mercurio – Sega : Un classique aujourd’hui, les célèbres gorges de Tavignano


http://www.visugpx.com/?i=1374852062




Les derniers contreforts avant de descendre sur Corte
6253_dsc00934.jpg


Un troupeau de chèvre perturbé par mon arrivée,
6253_dsc009371.jpg


L’approche de Corte, contrairement à  ce que je craignais est bucolique jusqu’au bout
6253_dsc00939.jpg


Il est 11H00, j’en profite pour faire mes courses avant de m’attabler devant ma première assiette de charcuterie Corse chez Bip-Bip, la devanture ne paye pas de mine, l’ accueil un peu en dilettante mais la qualité est excellente.
6253_dsc00940.jpg


A 13H00, je me remets en route pour suivre les célèbres gorges de Tavignano.
On emprunte l’ancien chemin de transhumance entre Corte et le Niolo.
Il est encore parfaitement pavé par endroit.
6253_dsc00942.jpg

6253_dsc00947.jpg

Pour moi qui n’ai croisé aucun randonneur depuis 3 jours, c’est un peu l’affluence, au moins une trentaine de personnes croisées ou dépassées ; je mets un coup de collier les 2 premières heures pour me retrouver seule et pouvoir marcher à mon rythme ; le chemin est vraiment agréable et les gorges spectaculaires malgré l’absence de soleil..
6253_dsc00950.jpg

6253_dsc00954.jpg

6253_dsc00958.jpg

6253_dsc00964.jpg

6253_dsc00974.jpg



A 18h00, je m’offre une Pietra sur la terrasse du refuge de Sega, trop de monde et de bruit à l’intérieur…
Au moment de payer, le gardien m’agrippe le bras : «  c’est quoi ça en montrant mes cicatrices ; Aïe, j’ai oublié de baisser mes manches, je lui souris «  un baptême de bienvenu de la part du maquis Corse »  il éclate de rire et reprend d’une voix grave
« attention, ici c’est dangereux le hors sentier »  j’acquiesce de la tête  smile ; on se regarde d’un air complice, «et vous allez où maintenant » « me chercher un petit endroit tranquille, peut-être sur les hauteurs, je vais voir…  « Ok, si vous changez d’avis, repassez nous faire une petite visite ce soir »

Bon, visiblement mes propos ne soulèvent pas de réaction, j’en conclus que j’ai son approbation..

Je remets mes chaussures puis mon sac sur le dos sous les yeux intrigués de 2 randonneurs « vous repartez! ? » "oui..."  smile

Finalement, je retraverse le pont en sens inverse et me trouve un endroit tranquille près du Tavignano pour une toilette rafraîssante et la lessive
6253_dsc00975.jpg


Ce soir au menu, un repas typiquement Corse
6253_dsc00977.jpg

En entrée une bastelle : galette aux blettes, oignons émincés et brocciu
Puis pain charcuterie cornichons
Dessert un fiadone ; du brocciu avec des zestes de citron et du sucre

Plutôt équilibré non? big_smile




Etape 5 – Sega – Bergerie de Colga : En route pour la Punta Artica par les crêtes


http://www.visugpx.com/?i=1374852161



Ce matin 6h30, je commence par emprunter le Mare à Mare Nord pour gagner facilement de l’altitude puis je bifurque en direction des bergeries de Menta puis de Tenneracciola
6253_dsc00983.jpg


et me dirige à vue en direction du Capu di a Candela. Je suis au maximum les sentes animalières  pour me faciliter la progression et m’économiser des forces
6253_dsc00991.jpg

Malgré tout, je dois régulièrement corriger le tir..


J’atteins les crêtes au pied du Capu di a Candela avec une vue privilégiée sur la Paglia Orba
6253_dsc00993.jpg


Direction Capu di u Facciatu
6253_dsc00996.jpg


Je m’aide des quelques cairns que je trouve, jusqu’à cette faille qui ne m’inspire pas du tout…
6253_dsc00998.jpg


Tant pis, je la contourne en descendant droit dans la pente rocheuse, arrivée en bas mes jambes sont un peu flageolantes, en lien avec ma trop grande crispation musculaire, bien que la roche accrochait parfaitement  smile
6253_dsc00999.jpg

J’arrive en vue du Capu di u Facciatu et son névé
6253_dsc01003.jpg

La neige est dure, impossible de tailler des marches avec mes trails malgré mes efforts
J’essaye de grimper entre la roche et le névé mais me retrouve vite coincée, malgré ma taille de guêpe et mon SAD MUL big_smile
6253_dsc01004.jpg


Pas le choix, avec patience et une à une je tape avec mon bâton et la rondelle de toutes mes forces ; quelques 30 minutes d‘effort pour tailler quelques 10 marches et enfin traverser le névé qui me sépare d’une bonne roche smile 
6253_dsc01005.jpg


6253_dsc01006.jpg


La récompense en haut avec une superbe vue sur le lac de Calacuccia
6253_dsc01007.jpg


Puis la Punta Artica et les crêtes qui suivent…
Encore beaucoup de neige visible sur ces dernières, pas fait pour me rassurer
6253_dsc01008.jpg


Sans équipement, je me vois mal tailler des marches avec mes bâtons sur plusieurs passages potentiellement en dévers: L’alternative possible est de descendre par la vallée de Binadelli, même si je sais que cela ne va pas être aisé non plus, entre névés, torrents, désescalade de roches humides, aulnes et épineux…
6253_dsc01010.jpg

mais c’est la voie de la prudence qui l’emporte…  smile


6253_dsc01019.jpg


Après 2H00 d’effort, les bergeries sont en vue
6253_dsc01018.jpg


Je profite de leur abri, pour faire la pause déjeuner
6253_dsc01021.jpg


J’ai eu la tentation de suivre les cairns pour rallier directement les bergeries ruinées de Ceppu
6253_dsc01022.jpg


mais ayant louper un cairn, je file, histoire d’avancer, toute pente en direction du ruisseau de Tavignano
6253_dsc01024.jpg


Trempette bien méritée  tongue
6253_dsc01026.jpg


J’atteins le lac de Nino aux alentours de 18H00 ; Génial, pas âme qui vive, je suis seule sur ce site magique, le pied !  cool
6253_dsc01039.jpg


6253_dsc01042.jpg


6253_dsc01040.jpg


6253_dsc01044.jpg

Arrivée à Bocca a Stazzona, je fais une pause, pour profiter des derniers rayons de soleil, il ne me reste plus que 300 m de descente pour atteindre la Bergerie de Colga, alors rien ne presse…

Oui, mais voilà, j’ai quitté le GR 20 et son balisage tous les 20m, ici 300 m de falaises à désescalader avec une vielle peinture jaune défraîchie  plus qu’épisodique et des cairns disparates qui filent dans tous les sens. Difficile d’opter pour le meilleur choix. Je suis sans cesse à chercher le chemin, parfois je me retrouve à descendre dans le lit d’un torrent, bref c’est galère !
Une trace de peinture et un cairn s’arrêtent devant un nouveau torrent, j’ai beau chercher, je ne trouve aucune alternative ; une fois engagée, je m’aperçois qu’il il y a une chute d’eau de plusieurs mètres au bout !
6253_dsc01045.jpg


J’arrive malgré tout à reprendre pied flanc D,  puis plus rien, aucune trace…
En regardant plus attentivement la carte, je m’aperçois qu’il fallait en fait sûrement traverser et non descendre le torrent. Ah ! me voilà du mauvais côté et hors de question de refaire le chemin inverse, je me suis fait assez peur comme ça…
Je descends désormais avec mon seul feeling, aperçois en bas un replat où le torrent doit pouvoir être retraversé, reste à l‘atteindre ; le jour commence à décliner sérieusement
6253_dsc01049.jpg

Et je m’imagine mal avancer en tournant la manette de ma petite lampe dynamo  big_smile
Et encore moins de passer la nuit au milieu de cette falaise…  roll

Quelques aulnes me séparent encore du torrent, pas de quoi m’effrayer, je fonce les bras tendus à 90° devant moi et ouf, je suis de l’autre côté.


6253_dsc01047.jpg

J‘atteindrais épuisée la bergerie de Colga à 21H30 avec la nuit après plus de 13h00 de marche effective…


Ce soir, j'ai les pieds dans un sale état; La probable conjonction de la durée de l'étape, sur des terrains exigeants, et d'avoir les pieds et chaussures trempés quasi tout le long de la journée entre traversée de névés et de torrents ; la plante est totalement blanche et par endroit crevassée ; il va falloir que je fasse attention pour la suite..


Etape 6 – Bergerie de Colga – Corscia: tentative de longer les rives du Golo


http://www.visugpx.com/?i=1374852331


Pour cette journée de transition, j’avais idée de longer les Berges du Golo jusqu’au pont Génois d’Altu, mais ma tentative sera un échec
Je pourrai m’en approcher seulement à 3 reprises, car les bords sont trop escarpés… sad
Dont une fois pour le traverser, n’ayant pas trouvé de pont, je traverserai avec mes trails aux pieds car pas mal de courant et rochers
6253_dsc01056.jpg

6253_dsc010531.jpg


Du coup, cette matinée se passera principalement en forêt, à suivre des sentes incertaines et multiples.  Ma seule rencontre sympathique sera cette chèvre smile
6253_dsc010541.jpg


Finalement, je rejoins le Mare à Mare Nord au niveau du pont de Muricciolu
6253_dsc01058.jpg

6253_dsc01059.jpg

Et arrive au pied du lac de Calacuccia, à Albertacce, sous une chaleur accablante, 36°C à ma montre
6253_dsc01061.jpg


Il est 13h30, j’ai besoin de faire une pause quand je tombe sur le restaurant « chez Napo »

Une adresse hautement recommandée tongue

Super salade Corse, cannelloni au bruccio, et en dessert un succulent bruccio frais non sucré, zeste d’orange et tranches d’oranges : à tomber. Liqueur de Myrte offerte à la fin.
Une famille corse, assise à  côté de moi, vient chaque année pour déguster sa charcuterie et son bruccio, « les meilleurs du Niolo »
Le hasard aura bien fait les choses et Napo est super sympa, on tchatche montagne pendant un bon moment !
Mon meilleur souvenir gustatif Corse smile

Bref, je repars 2H00 plus tard, les jambes lourdes et l’estomac bien plein
A Calaccucia,je me ravitaille au Spar et aussi dans une épicerie de spécialités Corses.
J’ai potentiellement, si je suis l’itinéraire prévu, 10 jours d’autonomie même si je compte bien m’offrir quelques repas en gîte selon l’opportunité, et compléter si besoin, sur un passage de toute façon obligatoire, sur le GR20.

Je m’installe à une terrasse pour conditionner la bouffe et me défaire des emballages inutiles, et hop une pietra en plus.. smile

Je sens que la fin de la journée va être cool ! big_smile

Ca tombe bien le sentier de la transhumance l’est aussi smile

la montée sur Lozzi effectuée
6253_dsc01062.jpg


C’est un chemin plutôt sympa qui me conduit à Corscia
6253_dsc01065.jpg


6253_dsc010681.jpg


Le Pont de l’Erco
6253_dsc010701.jpg


Il est 19H00 quand j’arrive au pied du sentier de la Scala Santa di regina que je veux emprunter et le bivouac risque d’y être compliqué.
6253_dsc01074.jpg

Je passe un coup de fil au gérant du gîte communal.
Le luxe, il est vide, j’ai la douche pour moi toute seule !
Très bonne nuit smile



Partie III : intrusion dans le Niolo


Etape 7 – Corscia – Scala di Regina - Bergerie de Teghia : sur la trace des bâtisseurs et de l'histoire de la transhumance


http://www.visugpx.com/?i=1374852426


Aux premières lueurs du jour, j’entame le fameux sentier de la Scala Santa Di Regina.
6253_dsc010791.jpg


Il fait partie du sentier de la transhumance, un sentier millénaire qui reliait Alésia à Galeria, c’est à dire la côte orientale à la côte occidentale, longtemps la seule voie de communication entre le Niolo et la plaine.
6253_dsc010831.jpg


6253_dsc010851.jpg


La végétation est dense, malgré l’absence de terre. Elle est littéralement accrochée aux roches de granites rouges, principalement des genévriers et du romarin
6253_dsc01089.jpg


Je suis encore une fois tentée de prendre le chemin des écoliers, pour éviter un long détour, mais après 1H00 de lutte, j’atteins une première crête dont la vue me dissuade de poursuivre dans cette voie...
6253_dsc010911.jpg

J’effectue une pause au niveau d’un pont sans nom et en profite pour refaire le plein d’eau
6253_dsc010941.jpg


Je passe machinalement ma main dans le dos et sens une ‘boule’ accrochée à ma peau.
Mauvais réflexe lié à la surprise, je l’arrache et la jette sans avoir vérifié de quoi il s’agissait !
Aie, une tique forcément, et je n’ai donc pas vu vérifier si j’ai ôté la tête en entier… hier soir à la douche, je n’avais rien senti. Dans le lit ? Je ne vois que cette hypothèse car son corps était déjà bien gonflé. J’apprendrai plus tard en me renseignant que la maladie de Lyme, même si rare, sévit aussi ici. Bref, va falloir que je surveille de près…  roll

Je repars en direction des bergeries de Liccioghia, une belle grimpette en plein cagnard
6253_dsc01100.jpg

Belle récompense en haut, le maquis est très odorant et magnifique avec ces couleurs chatoyantes
6253_dsc01103.jpg


6253_dsc01105.jpg


6253_dsc01106.jpg

Puis je pénètre dans une superbe forêt de pins maritimes dont les écailles sont de véritables tableaux artistiques
6253_dsc011121.jpg

Certaines formes rocheuses, elles, sont pour le moins intrigantes
6253_dsc01109.jpg

Sous le point 1446, je perds les cairns et après de long aller et retour sans réussite pour les retrouver, je décide de monter à vue ; Un groupe de chèvres aux longs poils m’accueille une fois arrivée en haut
6253_dsc01116.jpg

La suite est une longue descente puis remontée pour enfin arriver aux charmantes bergeries de Teghia, située sur un plateau en bord de falaises.
6253_dsc01122.jpg


N’ayant pas trouvé la source indiquée plus en aval, je prie pour qu’il y en ait ici.
Génial, les chasseurs, qui ont déjà refait entièrement la bergerie principale, ont également amené l’eau par captage.

Je m’installe dans l’annexe avec matelas et sommier, belle nuit en perspective smile
6253_dsc01119.jpg


Coucher de soleil sur les aiguilles de Popolasca
6253_dsc011211.jpg




Etape 8 – Bergerie de Teghia – Capu Biancu – Bocca Barnosella Sottana: un sommet en option
http://www.visugpx.com/?i=1374852496


Le site des bergeries au matin
6253_dsc011241.jpg


Je m’amuse à grimper dans les blocs rocheux tant que je peux, beaucoup plus sympa et ludique que le maquis
6253_dsc011261.jpg


Il me faut désormais traverser sans trop perdre d’altitude jusqu’au pied de Capu di u Dente
6253_dsc011281.jpg


Voilà, à la Bocca Bella Bona, il reste plus qu’à filer toute crête enfin c’est vite dit, il y a quand même quelques montées et descentes et autre contournement mais c’est plutôt cool coté végétation
6253_dsc01133.jpg


Mon objectif de la journée est en vue
6253_dsc01129.jpg

et se rapproche rapidement
6253_dsc01138.jpg


En me retournant à mi parcours
6253_dsc011401.jpg

Le Capu a u Verdatu, j’avais aussi envisagé son ascension, mais aujourd’hui, j’ai plus envie de profiter que d’accumuler et je ressens aussi le besoin de me ménager
6253_dsc01141.jpg

et débute tranquillement l’ascension du Capu Biancu, avec les indications de Martin Pierre:
« monter en évitant le sommet du Capu Razino par la gauche et en suivant une trace quelquefois cairnée jusqu’à l’antécime du Capu Biancu. Incliner à droite pour traverser un premier pierrier de gros blocs puis un second d’éboulis rouges avant de longer le pied de la crête faîtière côté E et atteindre le sommet à 2526m »


6253_dsc011461.jpg


La pente se raidie
6253_dsc01149.jpg


Mais les blocs rocheux facilitent bien la montée
6253_dsc01150.jpg


Un Cairn indique je suis sur la bonne voie
6253_dsc01152.jpg


6253_dsc01154.jpg


Attention à ne pas se laisser attirer par son ombre smile
6253_dsc01157.jpg

Enfin le sommet avec vue sur le Mont Cinto, encore bien enneigé
6253_dsc011561.jpg


Un beau moment de contemplation et de bonheur tout court smile
6253_dsc011551.jpg


Une soirée à observer les mouflons
6253_dsc0116111.jpg


ou à être épiée et surveillée par le chef de la troupe, il engage un véritable jeu de cache de cache derrière la crête ; faisant mine de partir dès que mon regard lui paraît trop insistant et réapparaissant dès que j’ai le dos tourné
6253_dsc011421.jpg


Un mouflon qui ne se lasse pas de la vue
6253_dsc011601.jpg


Je n’ai pas pu capter les jeunes de l’année, bien trop vif pour moi et mon objectif, pas grave c’est imprimé dans ma mémoire smile


Je m’endors paisiblement l’auvant ouvert, plein de belles images dans la tête  tongue
6253_dsc01163.jpg



Etape 9 – Bocca Barnosella Sottana – Bocca di Laggiarello: une belle rencontre


http://www.visugpx.com/?i=1374852585


Ce matin, je fais marche arrière jusqu’à la Bocca  di Serra Piana avant de plonger dans la vallée a u Latoncello.
Les 200 premiers mètres sont assez pénibles entre aulnes et roches
6253_dsc01165.jpg

Mais la vallée, elle, est agréable et paisible
6253_dsc01169.jpg

Toute de jaune vêtue
6253_dsc01167.jpg

Navigation entre maquis
6253_dsc01170.jpg


et traversée de torrents où il fait bon se rafraîchir
6253_dsc01171.jpg

j’en profite pour faire ma lessive tranquillement, puis une petite sieste matinale le temps que  les affaires sèchent un peu sur les roches brûlantes, avant de les revêtir et de poursuivre ma descente
6253_dsc01175.jpg

Les eaux du torrent de Pineta se font plus tumultueuses gonflées par la fonte des névés pour se jeter dans la rivière Asco
6253_dsc011741.jpg

6253_dsc01177.jpg


Le pont Génois
6253_dsc01178.jpg


6253_dsc011801.jpg

et ses eaux transparentes d’un beau vert émeraude
Vous pourriez résister, vous ? big_smile
6253_dsc011811.jpg

Une autre petite plage idyllique au loin
6253_dsc01182.jpg


Il est près de 14h00 quand je pénètre dans le village d’Asco.
Je me mets en quête de la fontaine. C’est l’heure de la sieste, et le village est on ne peut plus calme ; quand j’aperçois une vieille dame sur son perron, en discussion avec la postière, dans sa voiture : j’accélère le pas pour l’interpeller avant qu’elle ne se rebariccade au frais!
Elle m’invite à entrée, pour me mettre à l’abri du soleil et file chercher deux bouteilles d’eau de source que son mari va chercher dans la forêt chaque semaine smile
« 1 juste fraîche pour boire toute de suite et une autre glacée pour remplir vos 2 bouteilles de 50cc »
J’ai le même âge que sa fille et en arrivant, elle croyait que c’était une de ces nièces, qui marche comme moi, qui venait lui rendre visite.
Je suis gentiment harcelée de questions sur mon voyage en Corse puis viennent les questions de toutes les grand-mères ou mamans :  « est-ce que vous avez un téléphone, avez vous vérifié s’il fonctionne, vous avez mangé, qu’est ce que je pourrai vous offrir: du fromage, des gâteaux, une orange ? »
J’accepte volontiers le fruit  tongue
Pendant que j’ épluche puis mange mon orange, elle me raconte de manière émouvante et douloureuse l’histoire de sa famille, les larmes aux yeux, après un drame datant de 20 ans dont elle ne s'est jamais remise...
Puis sachant que je désire me rendre à la Bocca di Lagianrello, elle ameute ses voisins du même âge, pour qu’ils me montrent le départ du sentier et le village se met presque en ébullition ; chacun y va de sa remarque, c’est un peu tard pour monter au col, vous n’y arriverez pas !
Je rassure tout ce petit monde. Toute cette attention me touche… smile

Je repars avec une autre orange dans le sac et la promesse de faire une petite visite si jamais je repasse dans le coin un jour  smile

Fin de soirée tranquille un peu en dessous du col avec vue sur le Capu Biancu et le Mont Cinto déjà loin
6253_dsc011861.jpg




Suite récit page 2, ici smile  : https://www.randonner-leger.org/forum/v … 66#p313966

Dernière modification par florencia (19-09-2013 12:26:33)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#3 26-07-2013 21:11:33

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

La liste:

6253_liste_corse_2013_001.jpg
6253_liste_corsica_002.jpg

Dernière modification par florencia (27-08-2013 06:59:06)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#4 26-07-2013 22:52:08

René94
Membre
Lieu : Mont Griffon (du 9-4)
Inscription : 30-12-2009
Messages : 1 293

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Bonjour Florencia,

Tu n'utilises plus ta lampe "Nite Ize domelit tent" (cf. liste Causse Méjean) ? Une raison particulière ?

Merci d'avoir consacré autant de temps à l'île de beauté.
Vu la description de la 1ère étape, je sens que je vais puiser des idées dans ton récit...


"Je ne suis pas ce qui brille..." (F. Marchet)
Mon trombi

Hors ligne

#5 26-07-2013 23:09:21

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011
Messages : 1 856

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Wooohh! En effet, ça donne des idées!
Concernant ta liste, histoire de pinailler, la
Montbell down inner parka me semble garnie de duvet, et donc pas synthétique!!


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)

Hors ligne

#6 27-07-2013 09:01:55

Mosw
Membre
Inscription : 16-02-2011
Messages : 71

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Merci...

J'attend la suite avec impatience !

Hors ligne

#7 27-07-2013 09:43:37

Hareotoko
But alors....
Lieu : Hte Normandie
Inscription : 07-01-2013
Messages : 1 156

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Salut Flo  smile

Réchaud Esbit, ok. Combien de cubes ? Sinon pour l'allumage, quelques allumettes auraient fait l'affaire, non?
Le bol titane, c'est le Snowpeak ? ( allégé par tes soins ?)
Étui APN : DIY ?
Voilà pour les pinailleries d'ordre technique....
Sinon, hâte de voir la suite tongue

Dernière modification par Hareotoko (27-07-2013 09:46:36)


Quand Bruce Banner est énervé, il devient Hulk. Quand Hulk est énervé, il devient......Chuck Norris.

Bénir....ramollit ; Maudire.....tonifie.

Hors ligne

#8 27-07-2013 11:01:34

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

@René94,

j'ai effectivement changé de lampe pour mes randos estivales; plus une volonté de ne pas dépendre de pile.


@Magic Manu:

J'ai corrigé sur la liste, c'est bien le gilet synthétique que j'ai emporté comme seule couche thermique.


@Haerotoko

4 pastilles Esbit de 14 gr.
J'ai opté de manger froid le plus souvent possible, juste du dépannage pour les bivouacs un peu haut en altitude avec conditions
plus froides.
Oui, quelques allumettes suffiraient, simple question d'habitude.
Le bol Snow Peak pèse d'origine 52 gr à vide + 5 gr de couvercle alu.
La pochette APN n'est pas DIY, trouvée dans le commerce, de mémoire une petite 20aine de grammes.


Sinon merci à tous pour le parcours inspirant mais je vous déconseille fortement de suivre à la lettre la trace du jour N°2 si vous tenez à votre intégrité physique big_smile

Ajout jour 2 fait


Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#9 27-07-2013 11:30:56

kstt
carotte
Inscription : 02-10-2012
Messages : 1 457

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Whouhouhou, c'est excellent, bravo smile  Vivement la suite big_smile


« Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n'y a plus rien à ajouter, mais quand il n'y a plus rien à retrancher. » - Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes

Hors ligne

#10 27-07-2013 11:43:15

Hareotoko
But alors....
Lieu : Hte Normandie
Inscription : 07-01-2013
Messages : 1 156

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Et bien, la deuxième étape fût vraiment épique....la rando mode sanglier si pas maîtrisée (équipement requis) laisse de cuisants souvenirs. Cela m'est déjà arrivé par le passé (sur une boucle de la Seine), on ne m'y reprendra plus....
Pour le bol, la capacité affichée dans la liste m'a " enduit " d'erreur  lol
La suite, la suite......


Quand Bruce Banner est énervé, il devient Hulk. Quand Hulk est énervé, il devient......Chuck Norris.

Bénir....ramollit ; Maudire.....tonifie.

Hors ligne

#11 27-07-2013 11:49:27

Ontheroad33
Pandabruti
Lieu : Bordeaux
Inscription : 15-08-2011
Messages : 3 128

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Des hors-sentiers qui se transforment en galères, ça m'arrive tout le temps... roll A chaque fois, je dis "Plus jamais je me ferai avoir !". Puis la sortie suivante, rebelotte... wink J'avoue que les végétaux qui te lacèrent font partie des plus mauvais souvenirs... hmm


"Je ne sais pas où je vais. Ouh ça je ne l'ai jamais bien su. Mais si jamais je le savais, je crois bien que je n'irais plus." La Rue Kétanou, Où Je vais, Album En Attendant Les Caravanes, 2000.

Hors ligne

#12 27-07-2013 12:33:28

JollyJumper
Banni(e)
Inscription : 01-05-2013
Messages : 465

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Ronces, bras

Aussi les miloufs circulent rarement bras nus sur ce genre de terrain.
Oui, ils le paieraient cash.

Hors ligne

#13 27-07-2013 13:52:34

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Jollyjumper a écrit :

Aussi les miloufs circulent rarement bras nus sur ce genre de terrain.
Oui, ils le paieraient cash.

T'inquiètes, j'ai vite appris de cette journée et de cette erreur!

Les 32 jours suivant ont été effectués en manche longue big_smile

De tout façon, mon TS MC n' a pas survécu, lui..  sad

Bien sur, ces éraflures ont été douloureuses sur le coup, mais ce sont bien les épines sous les ongles, entre autre, et un des hématomes en regard de la crête tibiale  qui m"ont handicapés par la suite, et les manches longues n'y auraient rien changé... smile


Flo

Dernière modification par florencia (27-07-2013 13:56:49)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#14 27-07-2013 16:34:43

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Ontheroad33 a écrit :

Des hors-sentiers qui se transforment en galères, ça m'arrive tout le temps...  A chaque fois, je dis "Plus jamais je me ferai avoir !". Puis la sortie suivante, rebelotte...

Pareil pour moi   lol



Jour 3 en ligne


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#15 27-07-2013 20:02:18

domweb
Membre
Lieu : Marseille
Inscription : 19-10-2011
Messages : 2 869

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Joli périple smile

Le sanglier dans les buissons, j'en veux plus: donc ok si bonne vision ou renseignements locaux sérieux.

Je me méfie comme la peste des sentiers en pointillés sur la carte, qui s'arrêtent juste avant une zone qui semble dégagée (non, non, tu tentes pas).

Et la trouille de manquer d'eau (coliques néphrétiques).

Encore bravo, vivement la suite tongue


Si j'avais une pensée profonde à exprimer ici, je serais déjà couché. Alors, je veille...

Hors ligne

#16 27-07-2013 20:09:44

Chouravette
aveuc sin tchiote musette
Lieu : Roubaix
Inscription : 28-05-2012
Messages : 45

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Merci Florencia pour ces photos qui nous font rêver (ou presque big_smile)

Pour les manches longues, quelqu'un connait un tissu qui permet à un randonneur d'affronter le maquis corse avec l'épiderme serein?

Hors ligne

#17 27-07-2013 22:17:27

JollyJumper
Banni(e)
Inscription : 01-05-2013
Messages : 465

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Chouravette a écrit :

Pour les manches longues, quelqu'un connait un tissu qui permet à un randonneur d'affronter le maquis corse avec l'épiderme serein?

Oh les solutions existent, et sont couramment pratiquées par les miloufs, les chasseurs, et les photographes animaliers. Mais aucune n'est tolérée sur ce site de têtes de MUL.
On en trouve même (rarement) en NOMEX, adaptées au climat tropical.

Hors ligne

#18 27-07-2013 22:29:17

TO
Membre
Inscription : 22-02-2013
Messages : 568

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

salut florencia
je plussoie avec DOMWEBB, les sentiers en pointillés corse ( et même ailleurs), c'est souvent galère. mais pourquoi faut il qu'on y aille quand même, c'est un mystère lol
je vois que tu es passée des sacs étanches silnylon au cuben. VERDICT ?
tu ne mentionnes pas d'oubli de carte, tu n'as vraiment rien perdu? c'est la fin d'une légende lol
on attend la suite avec impatience smile
A+

Hors ligne

#19 27-07-2013 22:50:28

Ontheroad33
Pandabruti
Lieu : Bordeaux
Inscription : 15-08-2011
Messages : 3 128

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

JollyJumper a écrit :

Oh les solutions existent, et sont couramment pratiquées par les miloufs, les chasseurs, et les photographes animaliers. Mais aucune n'est tolérée sur ce site de têtes de MUL.

Il semble que plusieurs membres du forum fassent encore une petite erreur d'interprétation de la philosophie MUL. Si on sait préalablement qu'on va traverser du maquis corse, il est pertinent de prendre des vêtements adaptés pour lui résister même s'ils sont plus lourds que ceux dont on a l'habitude d'utiliser dans d'autres conditions moins abrasives.

J'ose par contre dire que florencia n'avait pas prévu de faire le sanglier dans le maquis avant de partir... lol


"Je ne sais pas où je vais. Ouh ça je ne l'ai jamais bien su. Mais si jamais je le savais, je crois bien que je n'irais plus." La Rue Kétanou, Où Je vais, Album En Attendant Les Caravanes, 2000.

Hors ligne

#20 28-07-2013 12:05:48

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Domweb a écrit :

Le sanglier dans les buissons, j'en veux plus: donc ok si bonne vision ou renseignements locaux sérieux.

Salut smile

Je ne suis pas sûre d'avoir bien compris, mais si ta question est de savoir s'il s'agissait bien de sangliers et non de cochons, la réponse est oui, ils ont commencé à tourner autour de l'abri avant la tombée de la nuit, j'ai donc eu tout loisir de les observer sous les 20 cm de surélévation de mon abri  smile
J'en avais déjà croisé lors de la première journée à plusieurs reprises, des femelles avec leurs petits , mais là c'était la fuite
direct  big_smile



Salut TO smile

La galère n'a pas eu lieu sur un sentier en pointillé IGN mais sans pointillé du tout, puisque je me suis trompée de crête..

Mais pour avoir emprunté de nombreux sentiers non indiqués sur Ign, avec un minimum de renseignements pris sur le Web, il y a bien plus de sentes praticables que celles indiquées par l'IGN, en Corse. Bien sur, la vitesse de progression n'est pas la même, et cela demande un bon sens de l'orientation et d'adaptation à la réalité du terrain.

Mon sac Cuben DIY pour les vêtements est dans ma liste de base depuis le printemps 2012 et aucun signe d'usure smile

Ouep!, la légende s"écroule  lol  : une seule perte à déplorer, l'ultime journée lors d'un nouveau ravinisme en Montagne de Cagna, ma boussole-bouton, alors que le noeud n'était pas défait! je n'ai rien compris! big_smile


Ajout jour 4 et 5 smile


FLO


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#21 29-07-2013 07:38:52

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Ajout jour 6  smile


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#22 29-07-2013 09:55:48

denq
Membre
Inscription : 30-05-2007
Messages : 1 538
Site Web

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Bravo! Une belles source d'inspiration pour un prochain séjour en Corse profonde (on a la nostalgie de l'ambiance de la Castagniccia). Merci pour toutes ces infos! smile


Vaut mieux être un peu titane qu'un grand mulet...

Hors ligne

#23 29-07-2013 13:14:48

CLeC
Membre
Lieu : IdF
Inscription : 06-11-2011
Messages : 623
Site Web

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Bonjour,

Bravo pour la balade et merci pour le CR original !


4981875N - 0698785E - 1761m

Hors ligne

#24 29-07-2013 13:18:21

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Merci denq  smile

La Castaniccia a effectivement une ambiance particulière smile
Une autre idée de rando à partager que tu as beaucoup aimé dans le coin?
J'ai déjà envie d'y retourner un de ces 4 tongue


Jour 7 ajouté

Flo

Ajout Salut CleC et merci  smile

Dernière modification par florencia (29-07-2013 13:20:09)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#25 29-07-2013 13:33:48

Hareotoko
But alors....
Lieu : Hte Normandie
Inscription : 07-01-2013
Messages : 1 156

Re : [Récit + liste] Une autre Corse: 34 jours d'itinérance

Salut Flo
C'est en train de devenir le feuilleton à succès de l'été (sur RL), ton épopée...
Je prends beaucoup de plaisir à le suivre en tout cas... Sinon, après le deuxième jour, tu as pû trouver de l'arnica pour traiter tous ces hématomes ?


Quand Bruce Banner est énervé, il devient Hulk. Quand Hulk est énervé, il devient......Chuck Norris.

Bénir....ramollit ; Maudire.....tonifie.

Hors ligne

Pied de page des forums