Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 04-09-2014 13:10:32

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

[Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Salut à tous smile ,

J'ai parcouru la HRP cet été du 20 juillet au 26 août. (Pas tout à fait en totalité: j'ai sauté les 5 premières étapes basques)
Ce parcours, qui est désormais un "classique" sur ce forum, a déjà fait l'objet de nombreux retours. Je ne sais pas si un récit détaillé intéressera toujours!
Je voulais néanmoins partager ici un retour matos, et pourquoi pas commencer un petit récit agrémenté de quelques photo, à voir selon ma motivation et l'enthousiasme du lectorat!
J'en profite aussi pour remercier RL et tout ses contributeurs, grâce à qui j'ai pu apprendre tout un tas de chose ces dernières années, aussi bien d'un point de vue matériel que pratique, et que j'ai pu mettre en application sur cette première rando "longue durée" pour moi.

7495_dsc00816a_12-09-14.jpg

Index:
Liste de matériel
Détails et commentaires matériel
Récit + photos J1/J5
Récit + photos J6/J10
Récit + photos J11/J15
Récit + photos J16/J25
Récit + photos J26/J31
Récit + photos J32/J37




Liste de matériel:

PORTAGE:
   0389 Sac à dos KS Ultralight KS 50 + poche étanche par enroulement + 1 pochette KS + 1 pochette Zpack
   0021 Sitpad/dos Mousse D4 coupée
BIVOUAC:
   0660 Duvet Triple Zéro Quilt 380
   0510 Abri DUOMID MLD silnylon + haubans
   0350 Matelas Therm-A-Rest NeoAir Wr
   0100 Tapis de sol DIY chikara
   0080 Divers Piquets
VÊTEMENTS:
   0290 Vaude Veste imper-respi
   0219 Doudoune Orri Melba Apex100/67
   0147 Collant thermique D4
   0129 Tee Shirt MC D4 mérinos
   0069 Caleçon synthé D4
   0058 chaussettes synthé
   0039 Tour de cou buff
   0054 Zpacks Jupe de pluie
   0050 Bonnet Tour de cou polaire D4
CUISINE:
   0120 Fire-Profi + accessoires
   0099 Popotte Evernew 0.9L
   0023 Bol plastique
   0020 bandana coton fin
   0013 briquet Bic
   0008 Cuillère Spork recoupé
   0006 Groove-stove Réchaud
OUTILS:
   0027 Lampe frontale Petzl E+ lite
   0025 Couteau Opinel n°6
   0009 Boussole Silva
   0030 Lunettes de soleil D4
ELECTRONIQUE:
   0119 Téléphone Samsung B2710
   0182 Liseuse Kindle + pochette étanche
   0055 Chargeur micro USB + 2 batteries (APN et téléphone)
HYGIÈNE:
   0067 Pharmacie + couture divers
TOTAL:
   3973
+ 0250 un piolet Camp corsa nanotech, que j'ai porté les 2/3 de la traversée.

Sur moi: (je n'ai pas pesé les vêtements que je porte)
- Pantalon jambes détachables décathlon
- T-shirt ML Icebreaker Merinos 200g/m²
- Salomon XT Wings 3
- Chaussettes Smartwool
- APN Sony DSC TX-30 (143g)
- Casquette/foulard à visière souple
- Paire de bâtons McKINLEY XTREME LIGHT 800 (sans dragonnes et avec Duct-tape sur le manche)
- Montre-Altimètre Suunto

Dernière modification par Celeph (30-01-2015 13:06:19)

Hors ligne

#2 04-09-2014 13:20:30

ThiX
Ermite sociable
Lieu : Far East (Lorraine)
Inscription : 24-07-2012
Messages : 474

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Celeph a écrit :

Je ne sais pas si un récit détaillé intéressera toujours!

Si si !  smile


En éMULation
Trombi

Hors ligne

#3 04-09-2014 13:26:39

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 672

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Ne t'arrêtes pas en si bon chemin! big_smile

L'expérience de chacun est différente et donc intéressante  smile

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#4 04-09-2014 14:06:36

Alex@ndre
En quête de légèreté
Lieu : Alsace
Inscription : 25-04-2012
Messages : 52

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Tu pourra nous dire ton ressenti/feeling des tes Salomon XT Wings 3 sur le rocher lisse/humide,je reviens d'une semaine dans l'Ariège avec ces chaussures c'était "Hollidays on Ice"  tongue

Hors ligne

#5 04-09-2014 14:07:54

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011
Messages : 1 856

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Va-z-y! Raconte nous!!! Comment as tu géré la nourriture (c'est une de mes grandes préoccupations en ce moment big_smile !)?


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)

Hors ligne

#6 04-09-2014 14:42:01

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

(Merci pour les encouragements smile )
Je continue sur le matos, je ferais un petit récit photo plus tard donc.
Je ferais un point sur la nourriture avant aussi surement.

Par rapport au matériel, je ne recherche pas la légèreté à tout prix.
Je suis davantage en recherche d'un confort globale acceptable, et bien entendu le poids du sac en fait parti, mais ce n'est pas mon objectif final.
J'ai testé parfois des listes plus minimalistes sur 2 ou 3 jours et du matériel plus léger, mais je suis passé sous ma ligne de "confort acceptable" avant d'en être revenu.
Bien qu'elle puisse probablement être améliorée, la liste décrite me convient bien, que ce soit en terme de poids du sac, de praticité et de confort. J'ai aussi inauguré quelques petites choses très peu testés avant le départ.
Bien sur après cette expérience d'un mois, il y a pas mal de choses que je risque de changer!

PORTAGE:

Je l'utilise depuis presque 2 ans, et suis toujours aussi satisfait de ce sac à dos. Le litrage est la plupart du temps trop important, mais en cas de gros ravitaillement supérieur à 6 ou 7 jours, le volume est appréciable.
Un 40L serait probablement suffisant, mais le 50L à l'avantage d'être plus polyvalent (1 seul sac de rando à la maison) , et le matériel n'a pas besoin d'être trop compressé pour rentrer.
A noter toutefois une faiblesse au niveau de la sangle de serrage de la fermeture par enroulement. La couture s'est déchirée au niveau du dos, entrainant l'arrachage de plusieurs couches de tissus qui maintiennent notamment les bretelles  (elle a pu être réparée et renforcée sur le terrain). Le clip en plastique sur cette même sangle s'est brisé il y a 1 an. Il doit donc y avoir de fortes contraintes qui s'exercent ici et qui n'ont pas été forcément prévues dans la conception (mon sac est une version 2012).
Commandée juste avant mon départ, une petite pochette imperméable sur la sangle ventrale m'a permis de stocker à l'occasion 1 à 2 chauffes de bois au sec.

COUCHAGE:

Mon quilt est solidarisé à mon matelas à l'aide de boutons pression Thermarest (d'après une idée originale de florencia). Très rapide et facile à mettre en œuvre le soir, modulable sans prise de tête, j'aime bien ce système.
Dans la Duomid, je dors exactement au milieu en décalant fortement le bâton à l'aide d'une pierre pour le surélever. Sans ça je toucherais la toile au pieds (je mesure 185 cm). Avec ce système, cette tente est vraiment très spacieuse et agréable en solo. Par contre, j'ai rencontré des gros soucis d'imperméabilité par les coutures pendant ma traversée, j'ai du refaire l'étanchéité à l'arrache avec un mélange silicone/white spirit. En cas de fort vent, elle remue beaucoup et c'est plutôt impressionnant, mais elle a tenu bon. Ceci dit ce n'est pas la tente dans laquelle je me sentirais le plus à l'aise pour affronter du gros temps.
Je cherche d'ailleurs sa remplaçante, qui dans l'idéale se comporterait mieux sous intempéries pour un poids similaire ou plus léger!
Je me suis cousu un tapis de sol type cuvette en chikara. Le matériau donne une impression de solidité supérieur au polycree, et je suis plus rassuré pour poser mon néo-air dessus. Sans matelas de secours je n'ai pas le droit à la crevaison!
Concernant les piquets, les clones chinois des sardines alu d4 se sont avérés de très mauvaise facture, et j'en et cassé net deux sans forcer au cours du mois.

VÊTEMENTS:

J'ai un peu de poids à gagner sur cette section je pense, surtout concernant le change dans le sac.
Ma veste imper, après 4 ans de bons et loyaux services, commence à vraiment prendre l'eau, malgré lavage et réimperméabilisation avant le départ. Il faut dire que je la porte pratiquement en permanence au bivouac, le matin et sous le sac à dos quand il y a beaucoup de vent ou qu'il pleut (c'est à dire souvent smile ).
Nouveauté pour moi, la combinaison avec la jupe de pluie par contre est vraiment très pratique: pliée dans la poche de la veste, il suffit de retrousser le pantalon et elle est enfilée en quelques seconde, pour se retrouver totalement protégé de la pluie, et sans crever de chaud excessivement comme avec un pantalon imper. L’inconvénient par contre est la gestion des chaussures mouillées: quand il fait froid on se refroidit encore plus vite, la peau macère plus facilement dans l'humidité et cela peut augmenter les problèmes cutanés, et surtout, les chaussures PUENT terriblement après avoir marché 2/3 jours les pieds mouillé (alors que je ne sens pas trop des pieds en temps normal). Laver les chaussettes? Elles pueront autant qu'avant 30 seconde après les avoir enfilé dans les chaussures!
Les chaussures tiens, parlons-en:
achetées neuves 3 jours avant le départ, elles sont très confortables, mais sont de véritables SAVONNETTES dès qu'il y a un tout petit peu d'humidité! J'ai du me vautrer 3 fois avec la 1ère journée de marche. Pire que mon ancienne paire chez le même fabricant (xa pro 3d), bien que le dessin de la semelle mais laissais présager du contraire. Ça s'améliore légèrement avec le temps quand le caoutchouc se bouffe. Il l'est d'ailleurs quasiment complètement depuis...
La doudoune est un complément thermique très agréable quand le besoin s'en fait sentir, (j'aime trainer dehors au bivouac le soir) et elle fait d'ailleurs un oreiller de luxe...
T-shirt ML mérinos: grammage un poil important pour de l'estival, mais plus solide. Je le traine depuis 3 ans et il est nickel.
2ème t-shirt de rechange: je pense pour les prochaines fois m'en passer. Il ne m'a servi que quelques heures le temps que mon autre T-shirt sèche après lavage. Je remettais souvent l'autre directement mouillé d'ailleurs. La seule utilité que j'y vois encore est pour le porter dans le sac de couchage quand la journée j'ai vraiment beaucoup transpiré et que mon T-shirt ML me parait vraiment sale. Il n'y a qu'une fois ou deux ou j'ai vraiment ressenti le besoin de le faire. Surement dispensable donc.
Le bas thermique est davantage utilisé pour protéger le duvet, il doit aussi y avoir moyen de trouver plus léger (collants féminin testés par d'autres, à essayer?)
Par contre, j'ai oublié d'emporter une paire de gant légers, qui était prévue dans ma liste. Je l'ai vraiment regrettée souvent! Je ne compte pas les fois ou j'ai marché pendant une heure les mains gelés le matin après avoir plié mon abri trempé, arrivant à peine à tenir mes bâtons! Bref, indispensable en montagne à mon avis. (et surtout + de sécurité en traversée de névé aussi!)

CUISINE:

La grande nouveauté pour moi était le réchaud à bois. Testé une fois seulement sur le terrain avant de partir, c'était donc un peu la découverte.
Et bien je suis totalement et absolument convaincu!
Du coup, il faudra que je repense totalement mes listes de bouffe par rapport à ça: je prends toujours de la nourriture optimisé niveau temps de chauffe/économie de combustible et ça limite donc un peu les choix. Avec le réchaud à bois, on s'en fout complètement tongue ! Du riz, des pâtes, des lentilles... 10 minutes de cuisson? Pas de problème! C'est tout un nouveau monde qui s'ouvre à moi!  (oui la nourriture est très importante chez moi big_smile mais j'y reviendrais)
Ne sachant pas si j'arriverais à trouver du bois tout le temps, j'ai pris aussi un petit réchaud à alcool (version top-notch stove) ainsi qu'une pompote d'alcool. Finalement il était presque inutile, les fois ou je m'en suis servi c'était vraiment dans un soucis de rapidité et pour écouler mon alcool. Il est vraiment facile de trouver du bois tout le temps, même en altitude (vive le rhododendron!)
Popote 0.9L: la taille parfaite et polyvalente pour moi. Possible de faire chauffer de l'eau suffisante à un repas pour 2 personnes, et très confortable en solo (1 repas + 1 tisane, 1 maxi soupe garnie ou 250g de pâtes d'un coup tongue )
Bol en plastique: Léger mais dispensable. Emmené car nous devions être 2 sur certaines sections avec 1 seule popote. Et en solo, ancienne habitude complètement débile, qui consiste à ne faire chauffer que de l'eau dans la popote et à manger dans le bol en plastique pour ne pas salir la popote. En perdant cette habitude, j'ai redécouvert le plaisir de la nourriture bien cuite smile, allié à l'utilisation du réchaud à bois.
La spork: pétée au bout de 2 semaines, remplacée par une sea to summit en plastique similaire, pétée 3 jours plus tard, remplacée par une cuillère à café en métal. Le plastique pour moi c'est fini.

OUTILS:

Pas grand chose à signaler, si ce n'est que j'ai cassé la lame de mon opinel en bâtonnant (en même temps c'est pas tellement fait pour...)
Je ne me suis jamais servi de la boussole mécanique de toute la traversée! J'ai vérifié 2 ou 3 fois mon cap à l'aide de la fonction boussole de ma montre, ce fut suffisant.
D'ailleurs, je n'ai pas noté de grosses difficultés d'orientation sur la HRP (tout du moins sur les sections décrites dans le topo), je m'attendais à pire.
Le piolet, que j'ai porté du début de la traversée, jusqu'à l'Ariège environ, ne s'est pas souvent avéré indispensable, mais les rares fois ou je m'en suis servi j'étais bien content de l'avoir! Il y avait des conditions d'enneigement relativement importantes cette année. Dans le topo, quand c'était marqué "parfois névé en début d'été", et bien c'était encore blindé de neige au mois d'août!

ELECTRONIQUE:

J'ai choisi de l'étanche pour ce qui est téléphone et appareil photo, cela me permet d'être très détendu en cas de pluie, de ne plus m'inquiéter pour le matériel, prendre des photos sous la pluie, etc.
Malgré l'engouement général pour ce téléphone, je le possède depuis plusieurs années, et il me saoule et ne me convient plus je pense. Il faut dire que je me sers pas de trekbuddy et autres fonctions liées au gps (vite abandonné après avoir bien galéré 1 ou 2 journée à tester sans trop y arriver). Je justifiais son emport en me disant qu'en cas de problème je pouvais obtenir ma localisation gps, mais à quoi sert cette info si on a pas de réseau pour la transmettre? Info tout aussi inutile si on a du réseau d'ailleurs.  Du coup, son seul avantage (pour moi) reste son étanchéité. Il est lourd, et un tout petit téléphone dans un ziploc au fond du sac ferait très bien l'affaire!
Liseuse: J'ai grandement hésité avant de l’emmener! C'est lourd, ça fait un appareil électronique de plus à gérer, je n'aurais pas le temps de lire etc.
La veille de mon départ, je me suis motivé à scanner en PDF le topo de la HRP que j'ai collé sur ma liseuse, ce qui m'a permis de justifier son emport. Et bien je ne l'ai jamais regretté! Pouvoir vérifier quelques info de temps en temps sur le topo s'est avéré bien utile (je ne comptais pas emmener le topo initialement), et je pense avoir lu 5 ou 6 livres durant le mois! Avoir un objet de distraction m'est finalement indispensable (pour les journées off, les pauses en attendant une accalmie, un bivouac posé tôt etc.). J'ai plusieurs fois regretté d'ailleurs ne pas avoir emmené un petit lecteur MP3.

HYGIENE - PHARMACIE - REPARATIONS
Poste assez minimaliste. Une brosse à dent coupée, quelques pastilles de dentifrices, un bout de savon, une plaque hydrocolloïde 10x10, 2 gel. anti-diarrhéiques, un demi tube d'efferalgan "odis", 2 boules kies mousse, un bout de dyneema, un mini kit de couture (oublié chez moi d'ailleurs!), 1 tire-tiques, 1 coupe ongle léger (pas capable de faire au couteau, de me ronger les ongles, et je ne supporte pas les avoir longs!)

Dernière modification par Celeph (05-09-2014 09:40:41)

Hors ligne

#7 04-09-2014 15:34:30

Eloi
Bigfoot
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-04-2010
Messages : 2 716

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Merci pour ton retour.
je vois dans ta liste beaucoup de similitude avec celle que j'avais emmené sur la HRP l'an dernier.

Concernant le sac à dos, J'ai pour ma part le KS40 qui me convient parfaitement, que ce soit sur la HRP avec des ravitaillements de 7-8 jours ou en week-end hivernal en raquettes avec du matos plus encombrant mais moins de nourriture.
Vu le volume de 50L, je suppose qu'il était sous-rempli. J'ai constaté qu'en fin de rando, quand mon sac est moins rempli, la sangle de fermeture est davantage sollicitée, le clip lache parfois. Je pallie à ce problème en utilisant les cordons latéraux de compression, de façon à réduire la section du sac pour le remplir jusqu'en haut, si tu vois ce que je veux dire. Dans cette configuration la sangle de fermeture ne reprend plus le poids de tout le sac et le clip ne lache plus.

J'utilise la Duomid depuis quelques années et un peu plus régulièrement ces derniers temps. Le montage du bâton en biais augmente l'habitabilité (je mesure 1m87 et je comprends très bien ton problème d'espace) mais nuit à la bonne tension de l'abri. Je lui préfère, lorsque je dispose de deux paires de bâtons, le montage avec deux bâtions en A (en fait les bâtons sont rallongés par un brin d'un autre bâton). Là, l'espace est immense, les bâtons soutiennent les deux grands côtés, ce qui rend inutiles les haubans. Si j'y dors seul, j'essaie d'emprunter une paire de bâtons, et s'il n'y a pas moyen, je mets un seul bâton en plein milieu, ou en léger biais, et je dors en essuyant la condensation avec la footbox sad

J'attends avec impatience ton récit illustré smile

Hors ligne

#8 05-09-2014 09:31:21

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

A Alex@ndre:
j'ai dit 2 mots sur ces chaussures au dessus. Effectivement j'ai eu le même ressenti que toi. Je ferais surement un retour plus détaillé sur le sujet les concernants.

A Eloi:
Merci pour tes remarques,
Tu as probablement raison pour le sac à dos, j'ai d'ailleurs vraiment hésité à le remplacer par un 40L juste avant mon départ. En fait il faudrait que j'essaye, mais j'ai l'impression que j'aurais la même sensation de volume avec le 40L de chez KS qu'avec le mien, car effectivement je perds pas mal d'espace en largeur. Je le remplis très bien en hauteur quand j'ai mon gros ravitaillement, mais il reste toujours des petits espaces en largeur que j'ai du mal à combler. Et le tube supérieur se retrouve assez vite vide. Le 40L serait surement bien mieux rempli, et je ne rencontrerai peut-être pas ce problème de tension sur la sangle, à voir.
Pour la Duomid, je commence aussi à avoir une bonne expérience avec cette tente (> 50 nuits à la louche) et j'ai pu pas mal la tester aussi. Je ne trouve pas qu'elle ai une mauvaise tension avec le bâton très décalé, il suffit de trouver la pierre qui permette de récupérer suffisamment de hauteur, et bien montée ça ne fait pratiquement aucunes différence avec le bâton au centre (je mettrai des photo tu pourras en juger smile ); Par sécurité je rajoute le hauban sommital, qui vient apporter un léger soutien opposé à la direction du bâton. Par contre c'est vrai que ton système avec les doubles bâtons rallongés en A doit être très intéressant sur cet abri, j'avais déjà pensé à récupérer des petites sections de tube en alu pour faire quelque chose de similaire, mais j'avais abandonné l'idée. A creuser.

Dernière modification par Celeph (05-09-2014 09:42:38)

Hors ligne

#9 05-09-2014 20:28:22

Myrtille88
Membre
Lieu : Provence
Inscription : 30-09-2009
Messages : 1 555

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Merci pour tous les détails sur le matériel

Tout à fait d'accord pour l'odeur yikes  des chaussures qui prennent l'eau plus de 2 jours
j'ai vraiment eu du mal à la faire partir

contente de voir que tu as apprécié le réchaud à bois, je serais intéressée de savoir comment tu procédais, j'ai un Evernew Titanium et j'ai dû faire une 15aine d'essais pour être à l'aise...

je ne savais pas que la Duomid avait autant de prise au vent roll , c'est un modèle qui me plait pour l'espace

à bientôt pour lire la suite de ton voyage

Myrtille

Hors ligne

#10 12-09-2014 09:21:45

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Bonjour Myrtille,

Concernant le réchaud à bois, je crois que j'ai tout de suite été très à l'aise avec son utilisation. et j'ai immédiatement adoré m'en servir!

Je crois que c'est le côté réconfortant et la chaleur, l'odeur de la fumée, le mini feu de camp facile à démarrer et entretenir qui m'ont fait l'apprécier! (je pense rejoindre le clan des adorateurs de réchaud à bois big_smile )
Certains soirs je l'ai même fait tourner pendant plus d'une heure!

Je ramasse un peu de bois en fin de journée ou au bivouac, que je détaille en petit morceau avec 2 ou 3 tas en fonction du diamètre. Je commence par bruler le plus petit puis j'alimente avec des morceaux plus gros. Quand il fait assez sec, je démarre le feu avec ma carte de la veille, sinon j'avais 3 morceaux "d'esbit mini" pour m'aider à démarrer en cas de difficultés.

Peut-être que tes difficultés du début proviennent du réchaud? Je ne connais pas le tiens, mais peut-être qu'il est plus difficile à faire fonctionner?

Dernière modification par Celeph (12-09-2014 09:23:08)

Hors ligne

#11 12-09-2014 09:37:29

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Récit:

(La taille de mes photo est pile-poil à la limite de taille acceptée pour le forum, du coup certaines sont redimensionnés automatiquement, d'autres non, ce qui donne aléatoirement 2 tailles de photo...)



Ca y est, je suis en vacances, la date de départ approche pour ma HRP.
J'ai déjà fait le plus gros de l'organisation: liste de materiel, cartographie, prévu la logistique et planifié approximativement les points de rencontre.
Même si je ne suis pas vraiment limité par le temps, j'ai quand même deux impératifs: mon frère doit me rejoindre sur une semaine vers gavarnie, et un ami doit me rejoindre sur 7/10 jours mi-Aout. Je dois quand même calculer un minimum mes dates de passages aux points de rencontre prévus pour pouvoir leur donner une date approximative à 1 ou 2 jours près.
Un contre temps quelques jours avant mon départ m'oblige à le différer de 5 jours. Ce n'est pas grave, je décide de sauter les premières étapes basques, qui de toute façon m'enchantaient moins, et j'attaquerais dans le vif du sujet en commençant directement en moyenne montagne.
Je fini mes derniers préparatifs, dont les plus gros seront la préparation et le conditionnement de l'intégralité de mes 35 jours de ravitaillement prévu.
C'est un sacré boulot de prévoir tant de jours de nourriture, et ça me prend pas mal de temps. Je fait mon sac la veille, et bien entendu j'oublie 2 ou 3 petits trucs, non indispensables, mais quand même génant: j'apprendrais ainsi les jours suivant à me passer de serviette, de tour de cou et de gants!  (bon entrainement d'adaptabilité à la MUL!)



J1:
Je monte dans le bus qui m'ammène à St Jean Pied de Port.
Il pleut. La météo est mauvaise pour les jours à venir, c'est assez bizarre de se dire qu'on pars volontairement se galérer dehors sous la pluie pour plusieurs jours, mais en même temps, je me dit que du mauvais temps je risque d'en manger sur 1 mois, alors c'est pas le moment de se dégonfler...
Mon objectif est de rejoindre la HRP/GR10 pour bivouaquer ce soir vers les Chalets d'Iraty, et de récupérer demain normalement la 6ème étape de la HRP.
Finalement, à coup de stop et de marche rapide sur la route sous la pluie, je récupère assez vite le chemin et arrive vers 14h à mon objectif du jour. Je me décide à poursuivre et tenter de dépasser le Pic d'Orrhy avant la nuit. Je marche toute la partie avant celui ci dans le brouillard complet, je dois sortir ma carte tout les 10mn pour vérifier ma position, et commence à me demander si c'est raisonnable de tenter le Pic dans ces conditions...
A 15h30, je tombe sur une tente dans le brouillard. Une personne sors d'une petite cabane juste à côté.  C'est un anglais, Archy, qui fait la HRP lui aussi, Il est couvert de boue des pieds à la tête, sa veste est déchirée et il a des traces de sang séché sur le menton.
Il me raconte qu'une heure plus tôt, il a essayé de traverser la crête du Zazpigagn (petite partie de crête effilée) pour monter au pic. Il y avait tellement de vent qu'il est tombé de la crête, et a glissé sur une 50aine de mètre dans l'herbe avant de réussir à s'arrêter! Il est un peu sous le choc, mais ne s'est pas vraiment fait mal.
J'hésite à aller voir de quoi il en est, mais il y a vraiment beaucoup de brouillard et de vent, je décide finalement d'être raisonnable et de passer la nuit ici, même si il est encore trop tôt à mon gout...
Une heure plus tard, un couple d'hollandais arrive et décide de bivouaquer aussi avec nous, vu les conditions.
Je passerais finalement une très bonne soirée en leur compagnie, et nous décidons de commencer l'étape ensemble demain matin.


7495_dsc00668_12-09-14.jpg
Débuts pluvieux...


7495_dsc00672_12-09-14.jpg



J2:
Après une nuit pluvieuse et venteuse, nous nous réveillons dans le même brouillard que la veille. Les autres sont hésitants pour tenter le Pic, et ont repéré sur leur carte un sentier côté espagnol qui permet de le contourner.
Nous allons voir un peu plus haut tout de même: Archy nous affirme qu'il y a encore plus de vent qu'hier quand il a essayé de monter, et n'est pas du tout chaud pour essayer.
Avec un petit regret, je me range à la voix de la raison et contourne avec eux par le bas ce 1er pic .
Nous rejoignons la crête frontière plus loin, et c'est vrai que le vent y est vraiment très fort, c'en est même difficile d'avancer tout droit.
Je me sépare d'eux vers 12h car ils souhaitent redescendre pour gagner la fin de l'étape prévue dans le topo. Je leur dit au revoir, et continue seul dans le brouillard.
Mon altimètre sera mon plus précieux compagnon pour l'heure à venir, mais je rejoints rapidement le GR12, non noté sur mes cartes, balisé très récemment et très propremment, et qui semble suivre exactement le tracé de la HRP.
La deuxième moitié de l'étape, 3h sur route, ne présente aucun intérêt puisque je suis totalement dans le brouillard et ne vois rien du "fantastique paysage karstique" décrit dans le topo. J'arriverai finalement à me faire prendre en stop
jusqu'à la Pierre Saint Martin pour zapper la fin de cette route interminable.
Je décide de bivouaquer à côté du refuge "Jandel" (c'est payant!), et je craque pour le diner (très bon commerciaux chez les Jandel...).
Je rencontre des gens très sympathique ce soir la. La soirée se dégage, et c'est du beau temps annoncé pour demain. Ouf!


7495_dsc00673_12-09-14.jpg
Un compagnon de marche dans le brouillard


7495_dsc00677_12-09-14.jpg
C'est beau quand ça se dégage!


7495_dsc00678_12-09-14.jpg
Apparition fantomatique et premières neiges.



J3:
Ciel totalement dégagé ce matin. La première étape "montagne", et il fait beau! Je suis super motivé et attaque la journée d'un bon pas. J'avais prévu chez moi de faire la variante par la table des trois rois, qui a l'air magnifique, mais je ne pense pas être encore assez entrainé pour enchainer 10h30 de marche jusqu'au cirque d'Ansabère, je suis donc finalement l'itinéraire normal. Très belle étape, un peu dommage de repasser en fond de vallée quand même. Je bivouaque au cirque d'Ansabère, dans le nuage, près de la cabane du berger, seul espace plat que j'ai repéré (je suis crevé et ai la flemme de chercher plus)
Et c'est la que je découvre une pratique qui m'était totalement inconnue: le parcage du troupeau pour la nuit! Vers 20h, une centaine de moutons débarquent  guidés par 2 patous et 2 autres chien. Ma tente est à 10m de l'enclos. Les chiens viennent m'inspecter, reniflent mes affaires, puis m'ignorent. Je vais chercher de l'eau, et quand je reviens, ils aboient et n'apprécient plus que je m'approche à nouveau. Avec le vacarme que font les moutons et les chiens, je décide de tout déplacer et d'aller ailleurs. 4 jeunes bivouaquent non loin, je vais leur demander des infos sur la météo: orages prévus demain en début d'après midi. Bon, je partirais tôt pour essayer de passer au travers.


7495_dsc00685_12-09-14.jpg
Le pic D'Anie


7495_dsc00689_12-09-14.jpg
Le dédale rocheux au pied du pic d'Anie est sympa et vaut le détour!


7495_dsc00690_12-09-14.jpg


7495_dsc00697_12-09-14.jpg
rhododendrons (qui deviendront les meilleurs amis de mon réchaud à bois smile )


7495_dsc00698_12-09-14.jpg


7495_dsc00702_12-09-14.jpg
Sieste et séchage au soleil


J4:
Ce matin le ciel est dégagé, les nuages sont descendus plus bas dans la vallée, et j'ai le droit à une petite mer de nuage et un magnifique lever de soleil sur le cirque d'Ansabère, (que je n'avais pas pu voir la veille). C'est magique et c'est  ce genre d'instants que je suis venu chercher smile .J'entame cette journée de bonne humeur et avance énergiquement pour éviter les orages annoncés. Du coup je fini mon étape vers 13h... Comme il fait encore assez beau, j'en profite pour faire une lessive et me laver, puis j'hésite à continuer. Mais le ciel se couvre, et je suis quand même un peu crevé, du coup je profite de mon après midi tranquille. Je retrouve le soir Olivier que j'avais rencontré au refuge Jandel 2 jours plus tôt, nous passerons une bonne soirée à discuter de voyages et de matos MUL smile
A un moment, un groupe passe près de ma tente:
"- Tu as vu la tente la? Elle est bizarre quand même non?
- Mais non, ça c'est juste une tente pour mettre les sacs à dos!" lol
Il y a pas mal d'orages dans la nuit, mais assez particuliers: le ciel flash quasiment en continu très haut au dessus, mais il n'y a pas du tout de vent ni de pluie. Ça donne un super spectacle lumineux et c'est assez cool pour dormir!


7495_dsc00707_12-09-14.jpg
Réveil face au cirque d'Ansabère


7495_dsc00710_12-09-14.jpg


7495_dsc00712_12-09-14.jpg


7495_dsc00714_12-09-14.jpg


7495_dsc00715_12-09-14.jpg


7495_dsc00716_12-09-14.jpg


7495_dsc00718_12-09-14.jpg
Encore une belle mer de nuage le soir



J5:
Réveil sous la pluie ce matin. Je met ma jupe et pars me mouiller. Sur le chemin, il y a un groupe de randonneurs, déjà croisé la veille au refuge, assez impressionnant: il y a parmi eux un aveugle, et une fille paraplégique transportée dans une sorte de chariot à une roue assisté par quelques personnes, et ils avancent, non sans peine, mais tout de même correctement, sur le sentier très escarpé et très mouillé ("pierre à gauche! attention rocher à droite!" etc.)!
Je reste bloqué derrière eux un moment avant de pouvoir les doubler et j'observe leur organisation avec beaucoup de curiosité et d'admiration devant leur motivation!
Dans la descente, je suis très retardé par des champs de fraises des bois qui n'en finissent pas! Au bout d'un moment je tente de m'extirper de ce piège pour pouvoir avancer, mais je retombe toujours sur un lot qui qui à l'air encore plus beau que le précédent! Dans la journée je recroise Olivier, et nous marchons ensemble pour finir l'étape. Nous passons près d'un resto au col du Somport, et je ne peux pas résister à l'idée d'une assiette de frites (je ne recommande pas cette "cafeteria": c'est assez cher et vraiment pas terrible). Après avoir chercher sans succès un emplacement pour bivouaquer près du col (pas d'eau et pas très beau...), nous avançons sur l'étape du lendemain pour bivouaquer plus haut.


7495_dsc00722_12-09-14.jpg

Dernière modification par Celeph (02-10-2014 09:20:48)

Hors ligne

#12 12-09-2014 10:16:56

Seraph'
Randonneur occasionnel et léger.
Lieu : St Maurice La Souterraine
Inscription : 08-02-2011
Messages : 737

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

florencia a écrit :

Ne t'arrêtes pas en si bon chemin! big_smile

L'expérience de chacun est différente et donc intéressante  smile

Flo

Tafdak!!! Et l'œil derrière l'objectif n'est pas le même non plus, ainsi que l'inspiration de la personne prenant le cliché.

Perso, j'adore les "p'tites histoires" de retour de rando. Ces histoires, en fait sont super enrichissantes en tout points, techniquement, poétiquement... (comme les belles histoires de Florencia par exemple...)

Donc, comme dit plus haut: ne t'arrête pas en si bon chemin!!!


"MULisez"-vous l'esprit, vous aurez gagné la moitié de votre vie.

"L'essentiel dans la vie n'est pas de faire ce qu'on veut mais de faire ce qu'il faut. Et des fois ça prend plus qu'une vie".

"La moitié du monde rit de l'autre et la sottise gouverne tout. Selon votre point de vue, tout est bon ou tout est absurde. Ce qui passionne l'un, l'autre le méprise. Celui qui juge de toutes choses à l'aune de ses propres opinions est un insupportable idiot." Baltasar Gracián

Hors ligne

#13 12-09-2014 10:39:02

Eloi
Bigfoot
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-04-2010
Messages : 2 716

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Merci pour ce début de retour.
Tes souvenirs semblent très frais, tu tenais un journal?

Eloi

Hors ligne

#14 12-09-2014 10:53:48

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Tes souvenirs semblent très frais, tu tenais un journal?

Non, il suffit que je regarde les photos et les souvenirs me reviennent.

Hors ligne

#15 12-09-2014 12:42:50

bruno7864
partir, partir et découvrir
Lieu : toujours dans la Lune
Inscription : 11-10-2012
Messages : 1 704

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Salut Celeph,

toujours étonné, pour de si longs parcours de ne voir que rarement figurer dans les listes MUL des moyens de recharger les différents appareils electroniques emportés. Je n'ai pas vu dans ta liste un quelconque chargeur, batterie, etc.... ou .......comment fais tu pour tenir plus d'un mois sans recharger ton telephone ton APN et ta liseuse? wink

sinon, merci pour ton retour et ces belles photos. smile

Dernière modification par bruno7864 (12-09-2014 12:47:34)

Hors ligne

#16 12-09-2014 13:15:48

Eloi
Bigfoot
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-04-2010
Messages : 2 716

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

bruno7864 a écrit :

Salut Celeph,

toujours étonné, pour de si longs parcours de ne voir que rarement figurer dans les listes MUL des moyens de recharger les différents appareils electroniques emportés. Je n'ai pas vu dans ta liste un quelconque chargeur, batterie, etc.... ou .......comment fais tu pour tenir plus d'un mois sans recharger ton telephone ton APN et ta liseuse? wink

sinon, merci pour ton retour et ces belles photos. smile

HS (car je ne suis pas visé par la question) : Ayant fait 3 semaines de HRP l'an dernier, j'avais opté pour un téléphone sobre (le Nokia 100 est supposé tenir 5 semaines en veille) et un appareil photo dont le point fort est la longévité de la batterie. Pour l'APN j'avais pris une batterie de rechange (environ 10gr) et pour le téléphone, j'aurais pu faire pareil, mais ça ne m'a pas semblé utile. J'ai quand même profité de la disponibilité d'un chargeur adapté et d'une prise électrique pour recharger un peu la batterie au bout de 8 jours de marche.

Celeph a écrit :

Pour la Duomid, je commence aussi à avoir une bonne expérience avec cette tente (> 50 nuits à la louche) et j'ai pu pas mal la tester aussi. Je ne trouve pas qu'elle ai une mauvaise tension avec le bâton très décalé, il suffit de trouver la pierre qui permette de récupérer suffisamment de hauteur, et bien montée ça ne fait pratiquement aucunes différence avec le bâton au centre (je mettrai des photo tu pourras en juger smile ); Par sécurité je rajoute le hauban sommital, qui vient apporter un léger soutien opposé à la direction du bâton.

Merci pour l'astuce. J'ai testé ça le week-end dernier et c'était vraiment pas mal. Le hauban sommital était attaché à la dragonne du bâton et traversait la pigeonnière.

Dernière modification par Eloi (12-09-2014 13:36:46)

Hors ligne

#17 12-09-2014 14:25:12

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Je n'ai pas vu dans ta liste un quelconque chargeur, batterie, etc....

Salut bruno,
bien vu, et c'est tout simplement un oubli de ma part. J'avais un petit chargeur qui sert pour mes 3 appareils ainsi qu'une batterie de rechange pour mon tel et mon apn. Je n'ai plus les poids sous les yeux, mais il me semble que le tout faisait entre 30 et 40g. Mes batteries de rechange ne m'ont pas servi, j'ai pu suffisamment économiser les batteries entre chaque petite recharge (1 nuit en camping tout les 6 ou 7 jours)

Dernière modification par Celeph (12-09-2014 14:31:32)

Hors ligne

#18 12-09-2014 14:54:18

bruno7864
partir, partir et découvrir
Lieu : toujours dans la Lune
Inscription : 11-10-2012
Messages : 1 704

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

@ Celeph: es tu certain pour 30-40g chargeur + batterie compris. je suis preneur de plus d'infos sur ceux ci si c'est le cas

@ Eloi: salut et ne le prends pas mal mais ma question n'étais vraiment pas HS... la preuve  smile

Dernière modification par bruno7864 (12-09-2014 14:56:34)

Hors ligne

#19 12-09-2014 14:57:58

Eloi
Bigfoot
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-04-2010
Messages : 2 716

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

bruno7864 a écrit :

@ Eloi: salut et ne le prends pas mal mais ma question n'étais vraiment pas HS... la preuve  smile

C'est ma réponse qui était HS, pas ta question tongue

Hors ligne

#20 02-10-2014 16:29:32

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

@ bruno: effectivement après vérification, je suis encore loin du compte: 55g pour le tout (20 batterie tel, 15g batterie apn, 20g chargeur)  hmm

Hors ligne

#21 02-10-2014 16:30:58

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

J6
Il fait super beau aujourd'hui. Nous avançons d'un bon pas avec l'Ossau en panorama devant nous une bonne partie de la journée. En passant au pied de celui-ci, nous dévions un peu l'itinéraire prévu par le topo pour aller faire un ravitaillement au col du Pourtalet. Nous faisons une énorme bouffe après avoir fait les courses, et nous finirons par rapporter certains articles au magasin, car après avoir fait le point, nous avons tout deux raisonnablement trop de nourriture! (peur de manquer vs poids du sac!) Le petit dej du lendemain avec une baguette et une demi plaquette de beurre trempé dans le café est un délice smile


7495_dsc00725_02-10-14.jpg


7495_dsc00731_02-10-14.jpg


7495_dsc00733_02-10-14.jpg


7495_dsc00736_02-10-14.jpg



J7
L'étape du jour semble être vraiment sympa sur la carte, et il fait encore un super temps, c'est donc bien motivé que nous entamons la journée.
Après avoir repris de l'altitude, le paysage commence à faire plus "haute-montagne", avec pas mal de névés, des lacs à moitié gelés etc., ça commence à devenir sympathique smile
Le "passage d'Orteig" un peu surplombant, décrit par le topo comme impressionnant, est une blague par rapport à ce que nous rencontrerons plus loin.
Après le refuge d'Arrémoulit, nous montons vers le col du Palas et rencontrons un premier névé, facile, mais très long qui nous accompagnera jusqu'au col. Les choses sérieuses commencent ensuite: après une traversée sur un pierrier assez raide et instable, nous visons le port du Lavedan qui est défendu par un névé important avec des passages un peu plus exposés. Depuis le col précédent, nous n'avons vu aucun cairn ni balisage, et pas vraiment de traces sur la neige. C'est donc au jugé que nous traçons notre chemin vers le Lavedan. Mon compagnon n'ayant pas de piolet, nous progressons tranquillement d'ilots rocheux en ilots rocheux par les passages qui semblent les moins exposés. Nous finissons par grimper avec les mains sur ce qui nous semble être le col. De l'autre côté, la descente est franchement verticale, et toujours pas de cairn en vu. Nous désescaladons sur une trentaine de mètre au dessus du vide, et je commence à considérer l'engagement de la HRP  beaucoup plus important que ce que j'imaginais. Nous avions finalement raté le col normal, que nous croisons plus bas, qui a l'air quand même plus facile d'accès que celui que nous avons emprunté... La descente se fait sur un névé encore plus grand et avec certains passages courts franchement exposés.
C'est fatigué et la tête pleine d'émotions de la journée que nous nous posons au refuge du Larribet. Les gardiennes sont très sympa, et je craque pour une omelette, qui sera la meilleure de toute cette traversée! Elles nous informent sur l'enneigement, qui est très important pour cette saison, et sur les cols suivants qui risquent d'être difficile à passer sans équipements (plus hauts que ceux du jour)
Nous bivouaquons un peu plus bas dans le brouillard.


7495_dsc00740_02-10-14.jpg


7495_dsc00741_02-10-14.jpg
Passage d'Orteig

7495_dsc00745_02-10-14.jpg


7495_dsc00749_02-10-14.jpg
Premier névé

7495_dsc00758_02-10-14.jpg


7495_dsc00761_02-10-14.jpg


7495_dsc00768_02-10-14.jpg
On vient du col le plus à droite au fond! (il fallait passer plus bas à gauche)

7495_dsc00770_02-10-14.jpg
C'est bien raide en dessous par endroits

7495_dsc00775_02-10-14.jpg


7495_dsc00776_02-10-14.jpg



J8
Nous nous levons dans le nuage, avant de marcher sous la pluie une bonne partie de la journée. Comme le temps est plutôt mauvais, et avec l'enneigement présumé, nous nous résignons à éviter le col de Cambales pour passer plus au Sud par le col de la Fache, conseillé par la gardienne la veille. Toujours pas mal de neige par ce col. Nous croisons un randonneur qui semble avoir glissé sur un névé et s'est blessé. Comme il est déjà assisté par un petit groupe qui nous fait signe que c'est OK, nous traçons notre route. Nous posons le bivouac un peu après le refuge Wallon, bientôt rejoint par la pluie.


7495_dsc00778_02-10-14.jpg


7495_dsc00780_02-10-14.jpg


7495_dsc00785_02-10-14.jpg


7495_dsc00788_02-10-14.jpg


7495_dsc00791_02-10-14.jpg


7495_dsc00794_02-10-14.jpg



J9
Au réveil, je m'aperçois que de grosses gouttes tombent sur mon duvet. J'imagine que c'est la condensation qui précipite vu l'humidité importante.
Le temps est bien pourri, et nous devons passer un col à 2600m, pour l'heure totalement dans les nuages. Encore une fois nous craignons l'enneigement et la météo, et nous décidons à contrecœur de redescendre plus bas au Pont d'Espagne afin de récupérer la portion du GR10 qui rejoint le pied du Vignemale. Je n'ai jamais vu autant de monde depuis le départ! C'est une véritable flot de personnes qui montent vers le lac de Gaube, heureusement ça se calme passé celui-ci. Nous arrivons vers 17h au refuge de Bayssellance. Il fait un froid glacial, il y a pas mal de vent, et les spots de bivouac sont en terre battue bien tassée. Olivier souhaite bivouaquer ici. Moi j'ai les doigts et les joues gelées, je la sent moyennement la nuit ici, je vais dormir plus bas. J'ai vraiment la pêche en redescendant, je dévale la pente à toute vitesse, c'est vraiment agréable. Bientôt, je suis tout seul sur les sentiers, je surprend des marmottes de tout les côtés, la lumière est belle. Finalement, je continue à marcher et arrive à Gavarnie vers 20h30. Je vais me poser à la tombée de la nuit dans le camping du village, après avoir fait un passage dans une épicerie ouverte.


7495_dsc00802_02-10-14.jpg


7495_dsc00804_02-10-14.jpg


7495_dsc00805_02-10-14.jpg


7495_dsc00812_02-10-14.jpg


7495_dsc00824_02-10-14.jpg


7495_dsc00829_02-10-14.jpg


7495_dsc00836_02-10-14.jpg



J10
Aujourd'hui, c'est journée off. Je dois aller chercher mon ravitaillement au bureau de poste de Luz St Sauveur, et mon frère est sur les routes en stop et doit me rejoindre dans la soirée. Lessive, bouffe, sieste au soleil, journée tranquille. Je retrouve Olivier au camping dans l'après midi, et mon frère arrive le soir.
Ca fait 1 an qu'on ne s'est pas vu, et c'est chouette de se retrouver dans ces conditions smile
Malheureusement pour lui, il rentre du Mexique, et ça fait une semaine qu'il attend ses bagages égarés par la compagnie aérienne. Il a du passer précipitamment chez D4 acheter du matos, et sans trop de réflexion: un sac à dos 70L de 2kg, et un duvet -5° en synthétique qui pèse 2.5kg et fait au moins 30L à lui tout seul (conseillé par le vendeur pour ce qu'il comptait faire...). Son sac doit faire environ 16kg au total avec les 7 jours de bouffe. J'ai un peu peur qu'il galère...


7495_dsc00839_02-10-14.jpg
Ravitaillement

Dernière modification par Celeph (02-10-2014 20:36:25)

Hors ligne

#22 02-10-2014 22:13:26

lchangma
Membre
Lieu : Strasbourg
Inscription : 21-09-2014
Messages : 10

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Hep salut m'sieur Celeph, c'est Olivier, je viens de débarquer sur le forum!
C'est cool ton roman, t'écris si bien que j'ai l'impression d'y avoir été! lol
Merci de faire revivre tout ça!
En ce qui concerne le ravitaillement au col du Pourtalet, petite info pour ceux qui comptent un jour y refaire le plein d'alcool pour le réchaud, ne pas acheter leur alcool de pharmacie soit-disant inflammable: ça brûle moins bien que du schnaps et c'est pas buvable non plus.

Hors ligne

#23 23-11-2014 10:49:17

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Voici la suite du récit:

J11
Départ au lever du jour avec mon frère, qui commence la semaine bien motivé, et par chance, avec un super temps.
Les premiers 1000m de D+ s’avèrent un peu difficile pour lui sur la fin avec le poids de son sac, et nous avançons assez lentement. Il commence à souffrir aux genoux sur la descente qui s'ensuit , et nous décidons de prendre une bonne pause déjeuner, dans un endroit très joli au bord d'un cours d'eau en plein cœur du cirque d'Estaubé.
J'avais initialement prévu de faire une variante sans redescendre sur Héas et passer par le cirque de Troumousse puis quelques cols hors sentier, mais mon frère ayant du mal à se mettre dans le rythme, nous décidons de nous en tenir au parcours classique.
En fin d'après midi, nous recroisons au bord de la route Olivier, qui avait fait la grasse matinée et qui a du nous doubler alors que nous déjeunions. Nous buvons un coup à l'auberge, et nous nous motivons tout les trois pour entamer la montée de l'étape du lendemain. En effet, celle de demain est annoncée durer 9h sur le topo, et nous avons mis la journée complète pour faire celle d'aujourd'hui, estimée à 6h30...
Nous avançons 400 mètre sur la montée, et nous installons notre bivouac près de la cabane d'Aguila. Mon frère est crevé, et je décide de faire un petit point sur ce qu'il a emmené afin de voir si il y a moyen d'alléger son sac. Quelques boxers et chaussettes brûlées plus tard, et quelques offrandes à la cabane (tube de dentifrice neuf, bouteille de savon, papier toilette, pochette avec papiers et feutres pour le stop, etc.), c'est plus d'un kilo que nous avons réussi à gagner. J'hésite à charcuter le sac, mais il est tout neuf et mon frère n'est pas très chaud big_smile .Comme il a pas mal de nourriture, nous tapons dans la sienne afin de l'alléger un peu plus.


7495_dsc00842_23-11-14.jpg


7495_dsc00843_23-11-14.jpg


7495_dsc00846_23-11-14.jpg


7495_dsc00849_23-11-14.jpg


7495_dsc00853_23-11-14.jpg



J12
Olivier décolle avant nous, nous prenons notre temps pour le réveil et le petit déjeuner. Mon frère se charge de peu d'eau, et avec l'allègement et la nourriture déjà mangée, c'est pas loin de 3 kilo qu'il doit avoir en moins sur le dos, ce qui fait quand même une bonne différence.
L'étape du jour est jolie et sauvage, cela contraste pas mal avec les jours précédents autour de Gavarnie et Estaubé où c’était très touristique et les sentiers pleins de monde.
Au fur et à mesure de la journée le ciel se couvre, et vers 13h l'orage éclate alors que nous passons un col. Heureusement, nous redescendons assez vite en altitude et marchons 1/2heure sous un orage et une averse de grêle très violente (celle qui fouette bien les oreilles, même à travers la capuche!)
Il fait bien froid, et nous rentrons nous abriter dans le refuge de Barroude pour déjeuner (Pour info, ce refuge vient de brûler le mois dernier, apparemment frappé par la foudre).
Nous prenons presque 2h de pause, et après un si long arrêt, mon frère a du mal à repartir. Il nous reste pourtant un petit col à passer et ensuite presque 1400m de dénivelé négatif jusqu'à la fin (théorique) de l'étape!
En fin d'après midi, alors que nous passons en fond de vallée qu'il nous faut redescendre pendant encore pas mal de temps, le ciel devient de plus en plus menaçant. Nous hésitons: il y avait plus haut derrière nous une petite prairie accueillante pour bivouaquer, mais nous sommes encore loin de la fin de l'étape, et sur la carte il semble possible de bivouaquer plus bas. Nous décidons de continuer un peu. Mauvais choix: 1/2 heure plus tard, l'orage éclate, avec une averse de grèle encore plus violente, suivie d'une pluie torrentielle. Pas moyen de bivouaquer autour de nous, nous continuons. Plus nous avançons, moins le terrain se prête au bivouac, avec une forêt très dense de petits pins. Il pleut vraiment très fort: Trempés, nous cherchons désespérément un terrain correct, je trouve quelque chose, je pose mon sac et déplie ma tente. Je renonce peu après avoir constaté que le sol se charge d'eau et que mes chaussures s'enfoncent de plusieurs centimètres dedans.
Nous continuons.
Nous arrivons dans la vallée principale, très encaissée avec une route internationale ou les voitures passent à toute vitesse sous la pluie. Bref, c'est pas la joie. Mon frère n'en peux plus, je lui propose quelque chose pour nous remotiver: nous échangeons nos sacs, et nous tentons de rejoindre Parzan 5km plus loin et je lui paye une nuit à l'hôtel. Nous faisons du stop en marchant sans grand espoir. Au bout d'un km, une femme nous prends malgré nos sacs et nos vêtements dégoulinants de flotte, c'est vraiment sympa. Elle nous dépose devant un hôtel, qui par chance a une chambre de libre.
La douche bien chaude est un vrai bonheur, la chambre est remplie de linge et de nos sacs qui forment des flaques partout, nous couvrons le sol de serviettes, je fait marcher le réchaud à alcool dans la salle de bain par terre, c'est assez comique. La pluie va continuer de tomber en quantité toute la nuit, je ne regrette pas d'avoir explosé mon budget avec cette chambre. (pas si chère que ça)


7495_dsc00858_23-11-14.jpg


7495_dsc00860_23-11-14.jpg
Sous l'orage

7495_dsc00862_23-11-14.jpg
Après l'orage

7495_dsc00863_23-11-14.jpg


7495_dsc00867_23-11-14.jpg


7495_dsc00872_23-11-14.jpg



J13
Nous repartons bien reposé et repu (copieux petit déjeuner avec la chambre) pour un début d'étape pas très passionnant : 2 km de route, suivi de 8 km de piste avant de récupérer un sentier. Un 4x4 nous double sur le début de la piste. 2km et quelques gouttes de pluie plus loin, une camionnette arrive, on se regarde, et on lève le pouce. Deux espagnols très sympathiques nous prennent à l’arrière de leur utilitaire. Nous serons obligé de descendre de temps en temps pour pousser la camionnette sur la piste mouillée et défoncée. Ils nous amènent jusqu'au bout de la piste, et sorte une glacière remplie de bière ! Nous buvons un coup avec eux (à 11h du matin:D), et quand nous partons ils veulent nous filer des clopes et de la bière pour la route ! Après cette rencontre agréable, nous poursuivons notre chemin jusqu'à la fin de cette étape de transition, avec un peu de sentiers au milieu puis de nouveau une piste sur toute la fin.
Au moins nous aurons bien récupéré avec cette étape plutôt tranquille, et avec son sac à dos encore un peu allégé en nourriture, mon frère commence à se sentir mieux.
Nous bivouaquons dans la forêt peu après le village abandonné de Viados. Nous sommes embêtés par des bestioles. En regardant de plus près, elles ressemblent exactement à celles qui m'ont déjà bien pourri en Écosse ! J'en avait vaguement entendu parler, mais je suis surpris de trouver des midges dans les Pyrénées. Heureusement qu'il n'y en a pas autant que la bas, car l'abri ouvert aurait été un enfer !


7495_dsc00878_23-11-14.jpg
Granges abandonnées de Viados

7495_dsc00883_23-11-14.jpg


7495_dsc00882_23-11-14.jpg



J14
Le début de cette journée, sur un petit sentier à flanc d'une vallée sauvage et très fleurie, est très agréable.
Nous devons rejoindre le versant français et la vallée d'Aigues-Tortes par le col du même nom. Un passage un peu difficile est à signaler dans cette montée : les cairn sont plutôt éloignés et peu présents faisant parfois un peu douter, notamment lors d'une montée d'une 100aine de mètre de dénivelé sur un pierrier raide longeant le torrent, puis sur un passage en terre et pierres très glissantes en cas d'humidité (mon frère n'a pas trop apprécié). Au col, un névé plonge sans visibilité sur la suite de la descente et sur une partie qui a l'air très raide. Je vais l'inspecter tandis que mon frère reste la haut. Je lui fait signe que c'est OK : la descente est raide mais passe par des sortes de très grosses marches étagées qui la rendent facile malgré le dénivelé important. Cette vallée est très jolie et sauvage, malgré les aménagements hydro-électriques un peu plus bas. Un refuge non gardé tout neuf en bois se trouve dans la vallée.
Nous décidons d'emprunter un sentier visible sur ma carte qui permet d'éviter la descente  vers le refuge de la Soula et conserve de l'altitude pour l'étape du lendemain. Il s'agit d'un sentier avec des passages creusés à flan de falaises, qui devait servir pour les mines autrefois vu les les restes de rails sur certaines portions.
Mon frère décide de tester sa théorie (chaque fois que tu te met au bord d'un chemin pour uriner, alors que tu n'a croisé personnes depuis plusieurs heures, quelqu'un débarque alors que tu commence!) Bingo, voilà quelqu'un ! Tiens, mais c'est Olivier ! Je le pensais loin devant, mais nous l'avons doublé dans la camionnette avec les espagnols la veille (pas de fenêtres à l'arrière).
Nous finissons la journée ensemble et bivouaquons au pied du barrage de Caillauas.


7495_dsc00885_23-11-14.jpg


7495_dsc00886_23-11-14.jpg
Le passage un peu délicat (juste avant le long du torrent)

7495_dsc00888_23-11-14.jpg


7495_dsc00892_23-11-14.jpg


7495_dsc00893_23-11-14.jpg


7495_dsc00894_23-11-14.jpg


7495_dsc00896_23-11-14.jpg



J15
Au programme aujourd'hui : une petite étape, mais un joli col enneigé : le col des Gourgs-Blancs.
La montée se déroule sans problème, avec une alternance de terrains assez ludiques : sentiers de moins en moins visibles, puis champs d'énorme blocs rocheux, pierrier raide puis long névé jusqu'au col. Nous admirons ce paysage qui fait très haute montagne. La descente entre les deux cols est un peu délicate. Il faut éviter les névés très raides en des-escaladant de gros blocs rocheux au milieu, le tout recouvert de petits gravillons bien glissants. Nous sommes passé avec Olivier, mais nous voyons mon frère en difficulté car il a peur de glisser (ses semelles sont un peu lisses). Comme les bâtons ont l'air de le gêner, je lui crie de les lancer dans la neige plus bas. Manque de bol, ils atterrissent pile poil sur un rocher, et la poignée de l'un se brise. Finalement il descend sans problème, mais il a pas mal d’appréhension dans ce genre de passages.
Le reste de l'étape est très sympa aussi, avec un magnifique panorama au sommet de la Tusse,
Nous arrivons tôt au au refuge Jean Arlaud, ou nous craquons pour une assiette de charcuterie, que l'on demande avec un air inquiet : « est-ce copieux ? »
l'assiette est tellement grosse qu'on a chacun du mal à la finir ! Les tranches de saucissons et de jambon font plus d'1 cm d'épaisseur, on a une miche de pain entière, du fromage, du paté...
L'aide gardienne nous demande si ça allait car c'est son 1er jour. Une chance d'être tombé sur elle !
Un peu plus tard, nous nous préparons une semoule dans la salle hors-sac, que nous arrosons avec un pichet de vin. C'est bombance ce soir ! Nos réchauds à alcool suscitent pas mal de questions de la part des autres randonneurs. Nous allons nous coucher d'un bon sommeil après avoir pu faire lessive, toilette etc.


7495_dsc00903_23-11-14.jpg


7495_dsc00905_23-11-14.jpg


7495_dsc00908_23-11-14.jpg


7495_dsc00912_23-11-14.jpg


7495_dsc00916_23-11-14.jpg


7495_dsc00920_23-11-14.jpg

Dernière modification par Celeph (23-11-2014 11:06:53)

Hors ligne

#24 23-11-2014 15:10:29

Popop
Membre
Lieu : Arcueil
Inscription : 29-09-2014
Messages : 143

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Ça fait plaisir de revoir ces paysages et ces noms évocateurs.

J'ai pas mal arpenté cette partie des Pyrénées entre les aiguilles d'Ansabère et le lac de Caillauas depuis fin août mais je n'ai pas eu autant de névé (qui ont l'air de vous avoir posé pas mal de problèmes). La fréquentation est effectivement forte dans certains secteurs proches des accès routiers durant la saison estivale.

C'était un choix de ne pas prendre de crampons en plus du piolet?

Hors ligne

#25 23-11-2014 17:52:45

Celeph
Membre
Inscription : 24-01-2013
Messages : 365

Re : [Récit + liste] HRP 2014 - Celeph

Bonjour Popop,
effectivement c'était un choix de ne prendre que le piolet et pas les crampons (pour des raisons de poids bien entendu).
J'assure la sécurité en cas de glissade, mais il est vrai que je risque de glisser plus facilement. L'inverse pourrait aussi être envisageable (crampons sans piolet) et permettrait un déplacement beaucoup plus rapide et aisé sur la neige, mais pas le droit à l'erreur quand il ne faut pas chuter...
Cette configuration (moi pas de crampons et Olivier rien du tout) nous a conduit à devoir éviter un col (Cambales) , car pas de visibilité sur le névé et sa difficulté, et neige très dur car temps couvert, température froide et tôt dans la journée. Nous avons joué la sécurité et l'avons évité d'office sans savoir à quoi il ressemblait.
Par la suite, Olivier s'est acheté des crampons, et effectivement il avançait bien plus vite que moi sur la neige, qui devait assurer chaque pas.

Dernière modification par Celeph (23-11-2014 17:53:40)

Hors ligne

Pied de page des forums