Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 07-09-2014 19:28:29

morgan
Membre
Lieu : ploemeur
Inscription : 04-09-2013
Messages : 16

[Récit + liste] 10 jours dans l'Atlas Marocain

Liste du matériel
8206_liste_materiel_07-09-14.jpg
Ma liste de nourriture, j'ai utilisé celle d'Olivier comme modèle, merci à lui wink
8206_capture_daeicran_2014-09-07_ai_210837_07-09-14.png
Le trajet:
Trace Openrunner

Transfert place Bab Ghmat à Marrakech - Telouet  en 4h par vieux car bondé Express Tichka. Immersion directe avec les locaux, laborieux chargement des bagages et victuailles en tout genre. Pause 30mn à Taddard : très bonne tajine légumes en bord de route!
8206_p1090984_01-09-14.jpg

1ère nuit :
erreur de parcours... il y a + d'un Said au Maroc ! Et gare à la prononciation des villages, l'écriture latine aidant peu pour beaucoup. Nous voilà conduit à l'auberge Camping au village de Tazga au lieu de notre résa à Tizga. Sans regret... dernière nuit confortable avec douche et bon large lit avant les 9 prochaines. Super accueil dans ce havre de paix retiré, très arboré et à la source bien fraîche. Said, sa famille en vac et son personnel sont à la fois très discrets et chaleureux.  Situé sur le parcours du GTAM, c'est aussi un très bon restaurant où l'on mange de délicieux et généreux plats typiques.

1er jour  (env 12Km):
Pas très matinaux, mais après un excellent petit déjeuner, nous prenons la piste. Nous suivons la route pour ensuite bifurquer vers un village Timjoujte afin de retrouver le chemin que nous avons perdu. Nous remontons le cours d'eau en amont de Timjoujte jusqu'à la source afin de profiter de l'eau pure. Ce petit détour nous éloignant du chemin, nous traversons des combes pour y revenir. Fin de la journée : hésitant à gravir la montagne à cette heure, nous décidons de rester bivouaquer au pied du mont.
8206_p1090996_06-09-14.jpg
8206_p1100001_06-09-14.jpg
8206_p1100005_06-09-14.jpg

2ème jour (env 15Km):
Nous souhaitons passer par la vallée, donc on ne va pas suivre le GTAM aujourd'hui. Première montée... à 2500m, difficile à plus de 30 deg. Nous croisons notre premier muletier. Terrain très caillouteux, la pierre à certains endroits est rouge : on a l'impression d'être sur Mars ! Une fois là-haut, la vue est magnifique sur la vallée. Une grande descente nous attend, ça va aller vite. Un cours d'eau qui semble sortir de la montagne nous offre le grand plaisir de nous baigner et laver nos vêtements. Après avoir traverser une suite de villages, on recommence à monter sec par un tout petit chemin avec des parties assez dangereuses, il faut sauter des éboulis, pas le droit à l'erreur sinon on se retrouve 10m plus bas. On choisit une jolie bute pour établir notre 2ème bivouac parmi des petits sapins aux aiguilles douces sur un tapis de terre à nouveau rouge. Nous y avons salué plusieurs hommes parcourant ce chemin reliant des villages, et entendu les chants joyeux des jeunes marocains entassés sur le plateau des camions roulant sur la route sinueuse en contrebas.
8206_p1100006_06-09-14.jpg
8206_p1100008_06-09-14.jpg
8206_p1100011_06-09-14.jpg
8206_p1100012_06-09-14.jpg
8206_p1100017_06-09-14.jpg
8206_p1100020_06-09-14.jpg
8206_p1100033_06-09-14.jpg
8206_p1100025_06-09-14.jpg

3ème jour (env 21km):
Nous reprenons le petit chemin qui rejoint une piste descendant vers Taddart. Nous croisons les vieux fourgons Mercedes bondés de nos jeunes chanteurs.  Il fait chaud. En traversant Taddart on s'est laissé tenté par des boissons fraiches, une bouteille de jus de pomme et une d'orange. Autant le jus d'orange est standard, mais le jus de pomme gazeux est beaucoup trop sucré! Gros contraste avec notre alimentation de trekking. En temps normal on n'aurait pas eu autant cette impression.
De Taddart on remonte vers Afra sur une piste en plein soleil à nouveau. Ce village en haut de la montagne semble abandonné dans un décor désertique. Mais une fois qu'on l'atteint, de l'autre côté de la montagne nous voilà dans un oued très verdoyant. Une fois de plus le contraste est surprenant. Nous trouvons une petite mare pour nous rafraîchir.
On continue de descendre l'oued jusqu'au village Assadesse, nous le quittons pour installer notre tente près de la rivière. Des jeunes femmes sont venues cueillir des fruits de cactus.
8206_p1100027_06-09-14.jpg
8206_p1100039_06-09-14.jpg
8206_p1100042_06-09-14.jpg
8206_p1100046_06-09-14.jpg
8206_p1100048_06-09-14.jpg
8206_p1100049_06-09-14.jpg

4ème jour (env 15km):
La nuit a été douce comparée aux précédentes, donc bien plus agréable. Nous continuons à descendre l'oued jusqu'au village Ouat Zat. Descendus à 1300 mètres d'altitude, il faut maintenant remonter jusqu'au plateau Yagour, cette montée est très longue sous un soleil de plomb et une chaleur accablante qui ralentit notre progression. Il doit faire dans les 35 degrés !! La première partie est un chemin dans des bosquets à flan de montagne. Ensuite nous rejoignons à nouveau une piste jusqu'au village Azibs n’Ikkis qui est l'entrée du plateau Yagour. Nous nous arrêtons pour nous rafraîchir à la source du village. Nous y faisons une bonne pause car il faut attendre son tour, plusieurs femmes viennent remplir leurs gros bidons. Nous avons de la peine pour elles car elles portent ainsi au moins une trentaine de kilos sur leur dos.
Nous reprenons notre route pour traverser le plateau Yagour, les paysages sont époustouflants, il y a par ci, par là des maisons berbères avec leurs énormes troupeaux de moutons, brebis et chevaux. La vie doit être très rude ici toute l'année et surtout l'hiver. Nous approchons de la fin du plateau. On y installe notre bivouac sur une petite butte au pied de roches noires. On aperçoit de gros insectes impressionnants de la taille de tarentule avec un gros corps et de longues pattes ! Pas des araignées car seulement 6 pattes. On questionne un berger qui passe près de nous, on comprend qu'ils sont inoffensifs. Nous pouvons admirer tranquillement le coucher du soleil sur ce magnifique plateau où pour la première fois de notre trekking on sort les coupe-vent car la température est plus fraîche.
8206_p1100055_06-09-14.jpg
8206_p1100063_06-09-14.jpg
8206_p1100075_06-09-14.jpg
8206_p1100077_06-09-14.jpg

5ème jour (env 15km):
Un très fort vent se lève aux premières lueurs de l'aube, nous obligeant à écourter la nuit et à replier la tente de peur de l’abimer.
On commence doucement à redescendre le GTAM qui suit un canyon où de nombreuses maisons de berbères sont construites contre les roches. On fait une pause pour essayer malgré le vent de prendre notre petit déjeuner retardé.
Nous nous trompons de chemin pour descendre dans une vallée au lieu de prendre le chemin qui passe par les cimes et descend vers Ouigrene, cette erreur nous oblige à remonter pendant au moins 3/4 d'heure sous une chaleur accablante car le vent de ce côté s'est apaisé.
De retour sur le GTAM, nous précédons deux muletiers qui nous interpellent pour nous proposer gentiment de nous soulager. Valérie accepte de monter sur la première mule et ils prennent soin d’attacher nos sacs sur la deuxième. Ils se rendent au Moussem (c'est une grande foire annuelle) à Sti Fatma. En cours de route l'un des deux s'arrête pour cueillir des figues de barbaries, c'est le fruit des cactus. Ils sont heureux de nous les préparer à la rivière à notre arrivée à Sti Fatma. C'est une première pour nous, nous savourons ces fruits très juteux et sucrés. Nous dormons au village ce soir-là qui en raison du Moussem et de la période estivale est très animé.
8206_p1100080_06-09-14.jpg
8206_p1100092_06-09-14.jpg
8206_p1100102_06-09-14.jpg
8206_p1100095_06-09-14.jpg

6ème jour (env. 12km):
C'est la première journée du Moussem aujourd'hui, il y a beaucoup de monde au village. Des centaines de muletiers ont passé la nuit dans les parties asséchées de l'oued. Tout le monde s'affère à monter les stands... Nous empruntons la piste qui monte vers Timichi puis nous suivons le tracé du GTAM qui suit parallèlement la piste pour la rejoindre plus tard. Mais nous nous perdons dans les multiples plateformes de culture en espalier. Lassés de perdre une heure dans ce labyrinthe nous décidons de retourner sur la piste. Nous voilà enfin dans la bonne direction pour une longue journée de grimpe. Il fait très chaud encore aujourd'hui, mais la piste n'est pas très caillouteuse, c'est un moindre mal. Après une succession de villages berbères, nous décidons de faire une pause rafraîchissante en sirotant un délicieux « whisky berbère » au gîte d'étape de Timichi. L'accueil dans ce lieu verdoyant est très chaleureux et incite à s’y reposer plus longuement. Cette étape nous permet de vivre d’heureux moments dans une maison berbère construite par Brahim un ancien guide. Le couscous est énorme pour deux personnes, légumes et délicieuses poires du jardin.
Cette nuit dans le gite sera très récupératrice.
8206_p1100095_06-09-14.jpg
8206_p1100119_06-09-14.jpg
8206_p1100113_06-09-14.jpg

7ème jour (env. 21km):
Après un bon petit déjeuner berbère, nous nous apprêtons à reprendre le GTAM. Brahim nous offre un pain berbère. Au programme de la journée, une montée de plus de 1000m de dénivelé. Il fait toujours très chaud, mais heureusement de petites rafales de vent nous rafraîchissent le visage et le dos. Le chemin est toujours aussi rocailleux. Cette montée nous semble interminable car à chaque fois que l'on croit atteindre le sommet, un autre apparaît ensuite. Parvenus en haut de Tizi n’Tacheddirt, nous descendons rapidement jusqu'au niveau de Tachedirt. Notre prochaine ascension est Tizi Likemt, mais au pied de la montagne nous nous rendons compte qu'il est un peu tard pour la tenter aujourd'hui. Assin, un sympathique randonneur qui campe au pied de Tizi Likemt pour s'y attaquer le lendemain matin, nous en dissuade définitivement. Il connaît bien le chemin car il l’a déjà grimpé 3 fois. Il nous reste que trois jours pour suivre le GTAM jusqu'au lac d'Ifni et ensuite gravir le Toubkal, ce qui risque d'être un peu juste.
Nous décidons de rejoindre Imlil par la route et de se diriger directement vers le Toubkal. Nous profitons d'un taxi qui passe sur cette route très peu utilisée pour faire lift. Une fois à Imlil c'est à nouveau un changement d'univers. C'est un village très animé, avec des touristes européens et marocains donc beaucoup d'hôtels. On sent bien que c'est une destination prisée par les nombreuses excursions organisées vers le Toubkal.
Le jour touche à sa fin et il nous faut trouver un endroit pour bivouaquer, pas facile car c'est très peuplé. On se dirige vers Sidi Chamharouch sur la route du Toubkal, pour s'éloigner de la foule d'Imlil. On trouve finalement un petit plateau de culture à l’herbe déjà coupée, non loin du chemin mais à l’abri des regards sous des arbres.
8206_p1100119_06-09-14.jpg

8ème jour (env 10km):
On se réveille assez tôt sachant que le chemin d’excursion proche va être bien vite emprunté. Notre campement replié, la propriétaire du petit plateau est déjà au travail sur le plateau au-dessus. Elle nous sourit largement, nous lui donnons des sachets de céréales et de fruits secs. Elle nous remercie et fait quelques pauses pour en déguster. Elle nous montre ses gants usés, et c'est avec regret que nous lui répondons que malheureusement nous n'avons pas cet équipement avec nous.
Au programme aujourd'hui, la montée depuis Imlil jusqu'au refuge du Toubkal. Ce n'est pas très long mais le dénivelé est de 1000 mètres et la chaleur est toujours supérieure à 35 degrés même si l'on est à plus de 3000m d'altitude.
Nous y arrivons en début d'après-midi. Nous avons le choix entre plusieurs hébergements, les chambres luxueuses du refuge des Mouflons, les dortoirs du refuge Toubkal, le camping payant avec les tentes fournies ou non dans l'enceinte de terre des refuges, ou gratuit à l’extérieur et plus intime. On est de suite tentés par un agréable parterre bien vert où coule une petite source entre de gros rochers, une tente y est déjà installée. En y posant les pieds on se rend compte que c'est très humide, à certains endroits on s'enfonce dedans. On trouve tout de même une petite parcelle bien sèche et assez épaisse pour pouvoir passer une nuit agréable. On sympathise avec nos voisins marocains, un couple travaillant dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie à Essaouira. Nous dégustons ensemble un thé à la menthe à la terrasse du refuge. Le jour commence à se coucher et nous nous préparons à passer une nuit bien fraiche et agréable en montagne.
8206_p1100131_06-09-14.jpg
8206_p1100129_06-09-14.jpg

9ème jour (env 5km)
C’est en effet la première fois de toute la randonnée que nous avons eu besoin de nous engouffrer complètement dans nos sacs de couchage. Réveil vers 7h00, petit déjeuner tranquille au soleil, nous voilà motivés pour la montée du Toubkal vers 8h15. Elle n’est pas très longue mais assez pentue avec des passages raides et graillonneux qui rendent l’ascension glissante. Nous arrivons au sommet le plus haut de l’Afrique du Nord, il y a quelques groupes et il faut attendre son tour pour prendre des photos du cairn moderne, symbole du sommet du Toubkal. Nous y restons une heure environ dans une ambiance solidaire et joyeuse, avant de redescendre au refuge. La descente est bien plus scabreuse comme on s’y attendait.
Nous arrivons vers 14h00 au refuge. On consacre le reste de la journée au repos, pour profiter de la magnifique vue sur les montagnes alentours.
8206_p1100159_06-09-14.jpg
8206_p1100142_06-09-14.jpg

10ème jour (env 10km):
Nous redescendons vers Imlil,  descente est assez facile que nous connaissons déjà. Nous nous arrêtons à Sidi Chamharouch pour prendre un jus d’orange pressée. Heureuse surprise, nous y retrouvons nos amis Wafa et Assin qui ont fait une halte pour le repas du midi. Wafa a cuisiné un plat de lentilles et nous convie à le partager ! C’est très délicieux, nous le dégustons à la méthode marocaine : avec trois doigts.
Nous reprenons ensemble le chemin jusqu’à Imlil, nous avons plein de questions sur la vie et les coutumes Marocaines, ils nous répondent avec beaucoup de gentillesse. Cette dernière journée est très agréable, merci beaucoup à eux deux.
8206_p1100179_06-09-14.jpg

Conclusion :
Les dix jours ont été plaisants et tranquilles, les paysages du haut Atlas Marocain sont variés. La chaleur assez forte a ralenti notre progression et a alourdi nos sacs, car nous consommions environ chacun 2,5 à 3 litres d’eau par jour. De plus, au début du parcours, n’étant pas sûrs de trouver facilement les sources, on portait souvent au moins un litre de plus chacun. Nous avions aussi toute la nourriture, je me suis alors demandé si nous faisions vraiment partie de la communauté des MULs, avec des sacs aussi lourds ☺.



Retour sur le matériel :
Les chaussures : elles ont soufferts car les chemins ont été souvent très caillouteux, mais elles peuvent encore faire deux ou trois centaines de kilomètres. Nous avons particulièrement apprécié les grips efficaces lors des nombreuses ascensions et descentes.

La tente : rien de particulier, elle est très légère et compacte et assez facile à monter. Le matin où le vent s‘est levé et a soufflé très fort j’ai eu peur qu’elle se déchire, c’est pour cela que l’on s‘est réveillé assez tôt.

Eau : nous avions placé à l’intérieur de nos sacs nos poches Salomon utilisées aussi pour les trails. Elles sont sans Phtahallate, sans BPA, sans bisphénol et sans PVC. Plus pratiques d’utilisation que les bouteilles et l’eau y restait fraiche plus longtemps.
Nous ne voulons pas utiliser du Micropur pour filtrer l’eau, car cela doit détruire la flore intestinale : risque d’être plus exposés aux microbes, et donc plus facilement malades. Effet pervers de cette technique.
Nous utilisions un filtre Sawyer acheté aux USA l’année dernière. La plupart du temps cela n’aurait pas été nécessaire car il y a des sources en abondance dans l’Atlas. Il faut juste choisir celles qui proviennent directement de la montagne et non celles qui sont passées par un village.

Les matelas : les terrains étaient souvent très durs et quelquefois en pente, ce qui n’aide pas à trouver la bonne position pour dormir. Les premiers jours nous mettions beaucoup de temps à nous endormir et changions souvent de positions durant la nuit. Nos matelas sont légers ce qui fait qu’ils sont fins, je pense les remplacer par des NeoAir XTherm. Nous fourrions les pochettes des sacs de couchage de nos vêtements en guise d’oreillers.

GPS : après avoir préparé le parcours sur OpenRunner, je l’avais téléchargé sur mon Iphone avec l’application Iphigénie. Je suis impressionné par cette application, c’est vraiment la meilleure de toutes. Pour recharger mon Iphone j’avais un petit panneau solaire intégrant une batterie, il fallait 2 jours pour la recharger. Je pense que c’est le rendement maximal pour mon panneau étant donné le fort ensoleillement au Maroc. Une bonne partie du parcours étant balisée j’ai pu économiser la batterie. Dans ces conditions je sais que je suis en positif en terme d’énergie. Mais quid de l’utilisation en Europe du Nord et à d’autres saisons où les journées sont plus courtes ? je vais rechercher un panneau avec plus de rendement et/ou voir ce qui se fait en batterie externe pour Iphone. Avez-vous des recommandations à ce sujet ?

La nourriture : j’avais prévu à peu près 2600kcal par personne et par jour, pour un total de nourriture de 12Kg. Je pensais que cela serait juste, mais en réalité nous en avions trop. Avec la chaleur Valérie n’était pas enjoué par les barres Ovomaltine …que je me faisais un plaisir de dévorer. Par contre certains matins j’étais un peu lassé des céréales qu’elle appréciait toujours. Nous ne finissions pas nos sachets de mélanges de fruits secs, la moitié aurait largement suffit. Nous en avons distribué régulièrement.
Pour un trek de 10 jours la prochaine fois j’essaierai de varier un peu plus les repas. Les babybel ont tenu 10 jours hors du frigo ! étonnant non ?
Je pense que nous devions consommer environ 2200/2400 Kcal par jour et par personne.

Dernière modification par morgan (07-09-2014 20:45:58)

Hors ligne

#2 07-09-2014 19:44:11

Opitux
Jeune padawan
Lieu : 06
Inscription : 13-01-2013
Messages : 5 211

Re : [Récit + liste] 10 jours dans l'Atlas Marocain

Je m’apprête à lire ton compte rendu avec un plaisir certain, mais une remarque rapide en passant, tes listes sont vraiment difficiles à lire...


Plus je marche moins fort, moins j'avance plus vite...

Si vous me contactez pour l'association, mieux vaut passer directement par wink

Hors ligne

#3 07-09-2014 20:22:27

morgan
Membre
Lieu : ploemeur
Inscription : 04-09-2013
Messages : 16

Re : [Récit + liste] 10 jours dans l'Atlas Marocain

Je suis d'accord avec toi, mais pourtant mes images sont de bonnes qualités avant de les importer.  sad

Hors ligne

Pied de page des forums