Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 14-04-2016 16:50:13

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

[Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Escapade dans le Mortainais (50)

J 1 : Mortain (14 h), forêt de la lande pourrie – 16 km

Je vous offre une petite bouffée d'oxygène sans prétention.
Ça commence par de l'Histoire, pas drôle du tout, de l'Histoire, quoi… mais une bonne nature reprendra le dessus !

J'ai quelques jours de libres… ça commence aussi souvent comme ça…
Mais la météo n'est pas des plus favorables et les bâtons dans les roues ne manquent pas… Je finis par faire fi des prévisions météo, désolantes, et qui varient d'un jour à l'autre, et du reste…

3 jours d'autonomie dans le sàd, une vieille carte ign 1/25 000ème de Tinchebray, batterie de l'Apn chargée, et hop, direction Mortain ! 37 km de voiture… et le dépaysement commence !

A seulement 37 km ?
C'est que j'habite un « pays » de « frontières » !
Je quitte les fortifications bretonnes pour atteindre les fortifications normandes !

Mortain s'est protégée des Bretons…
Mais est passée sous le pouvoir des Normands, des Anglais, des Français, a été attaquée par les Huguenots, par les Chouans... 

Et, plus récemment, en août 44, elle a été le lieu de la Contre-Attaque pendant 7 jours.

6077_dsc06439_13-04-16.jpg

D'abord occupée par les Allemands de 42 à 44, la position stratégique de la ville fut reprise par une division d'infanterie américaine, « le bataillon  perdu », installée sur le point culminant (appelé « point 314 » ou « Côte 314 »). Seuls 356 des 950 soldats de ce bataillon survécurent…

Je grimpe humblement la colline.
Ma seule adversité, en ce début d'après-midi, c'est la pluie !
Et qui plus est, je sais qu'elle ne durera pas… C'est bon de relativiser, parfois...

Le 7 août 44, en début d'après-midi, le brouillard se leva enfin. Les chasseurs-bombardiers alliés fondirent par vagues sur les colonnes blindées allemandes. Les divisions allemandes, clouées sur place, perdirent plus de 150 chars en quelques heures. Au soir du 7 août, Hitler perdit son dernier coup de dé en Normandie.

Mes parents racontaient que des fusées éclairantes étaient tirées par avion, et qu'il fit jour toute la nuit, chez eux, à une trentaine de km de là (je ne sais pas de laquelle de ces nuits il s'agit).
Dans la campagne de Ger, un ancien m'a raconté la même chose.


Voilà pourquoi vous ne trouverez pas, à Mortain, le charme pittoresque de la Normandie (bienheureusement, le patrimoine nature des cascades est préservé).
Tout est reconstruit en granit, des immeubles de quelques étages qui se ressemblent tous un peu.
Dans toutes les villes bombardées par les Américains pour couper les routes (et ponts, voies de chemins de fer), on retrouve ce style d'architecture. Et de victimes civiles.

La colline, gardienne de mémoire.

6077_dsc06438_13-04-16.jpg

6077_dsc06443_13-04-16.jpg

Plus prosaïquement, je comptais pique-niquer avec un beau point de vue… car cette colline, lieu de passage de pèlerins vers le Mont-Saint-Michel dès le Moyen-âge, offre le premier point de vue sur le Mont !

6077_dsc06444_13-04-16.jpg

Mais pour aujourd'hui, je me contenterai d'un point de vue sur le piton panoramique, lequel n'a curieusement pas été pilonné par les obus.
Aux environs, la pente ressemble à un champ de tir sur lequel la végétation aurait repris ses droits.


J'aurais aimé dormir du côté de la Fosse Arthour (il y a un point d'eau).
Mais en quittant « le bourg » à 14 h… ça semble fort compromis… en ce début d'avril frisquet…

Bienvenue en Normandie... De nombreux vergers de pommiers jalonnent le sentier !

6077_dsc06446_13-04-16.jpg

Des chemins creux à n'en plus finir !

6077_dsc06448_13-04-16.jpg

Vu le taux d'humidité, ces derniers jours, c'est pataugeoire et patinoire quasi non-stop !
Il faut sans cesser regarder où mettre les pieds.

J'essaie de filer le plus vite possible, mais avec ce terrain, la progression n'est pas celle que j'escomptais.
Qu'importe, je pourrai bien dormir ailleurs.
Mais il me faudra frapper chez l'habitant pour demander de l'eau.

La forêt de la Lande Pourrie me rend méfiante. Elle est entourée de grillage de 2 m de haut, des dizaines de postes d'affût sont installés pour les chasseurs.


Je rejoins un hameau pour remplir une bouteille d'eau (ça devrait me suffire en attendant de passer à la Fosse Arthour).
J'avance avec la bouteille bien en évidence et je sors un sourire de circonstance.
Le couple anglais qui me remplit la bouteille est fort sympathique et se désole de me voir repartir.
Le vent de l'aventure a frappé à leur porte. Ils en garderaient bien quelques effluves.
Ils ont une chambre libre, une grande maison chauffée ! Et ça sent délicieusement bon la volaille rôtie !

Ce n'est pas facile de décliner leur accueil…

Je repenserai à ce couple généreux.
Ils ont bien rénové leurs bâtiments. Le terrain est coquet. So British, obviously !
Installé ici depuis 12 ans, le mari ne parle toujours pas Français.
Retraités, retirés du monde, d'une certaine façon, quelle vie sociale ont-ils ?
Beaucoup d'Anglais ont fait comme eux. Le prix de l'immobilier, ici, est très attractif !
La campagne, quasi-désertifiée, est tranquille.

Mais lorsque les chasseurs sont à leur affût, il ne doit pas faire bon jardiner autour de leur  maison...

Je repars cependant pour planter à quelques kilomètres de là, à l'abri des affûts et sur un replat.
Finalement, une grange inoccupée et ventée fera mon affaire pour la nuit.

6077_dsc06449_13-04-16.jpg

Pour me couper du vent, j'étale la TI sur mon duvet.

C'est glacial !

Edit : changement du titre...

Dernière modification par ester (21-01-2018 07:19:57)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#2 14-04-2016 17:04:37

velox
R.I.P
Inscription : 21-08-2006
Messages : 10 324

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Tiens, tiens, un coin ou j'ai posé mes roues il n'y a pas si longtemps. Mais c'était plus vert. wink

Hors ligne

#3 14-04-2016 17:12:11

guichen
Membre
Inscription : 05-05-2013
Messages : 781

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Salut la beurretonne... smile

Merci pour cette minute d'histoire...

Fallait être motivée pour sortir par un temps pareil!

Quel stock de bois!

T'avais ton réchaud à bois?

Hors ligne

#4 14-04-2016 18:59:54

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 673

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Chouette, un retour d'ester smile

Difficile, effectivement de ne pas faire un fil tendu avec l'histoire, en ces lieux ...

Je doute qu'ester soit partie sans son réchaud adoré, si ?   big_smile
Bon, là, il fallait avoir de quoi bâtonner tongue

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#5 14-04-2016 20:48:42

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Bonjour Velox,  smile

Velox a écrit :

Tiens, tiens, un coin ou j'ai posé mes roues il n'y a pas si longtemps.

J'aurais pu mettre "sur les traces de Velox" en sous-titre...  big_smile
En mettant les pieds sur la voie verte, au retour vers Mortain, j'ai pensé à toi !  tongue


Bonjour Guichen, smile

Guichen a écrit :

Fallait être motivée pour sortir par un temps pareil!

Comme tu dis !  lol


Bonjour Flo,  smile

Guichen et Florencia a écrit :

Quel stock de bois!
T'avais ton réchaud à bois?

Je doute qu'ester soit partie sans son réchaud adoré, si ?   big_smile
Bon, là, il fallait avoir de quoi bâtonner tongue

Gagné ! Trop forts tous les 2 !
Vous avez-vu mon efficacité lorsqu'il s'agit de préparer des stocks de bois pour mon wood stove ?

Mais, bon, je  n'ai fait que ramasser des brindilles au sol... Mon Bc a des besoins modestes....
J'ai aussi gratté quelques écorces de bouleau... trois fois rien, ça a démarré du premier coup !  smile


Merci à vous d'être passés dans le Sud Manche !  cool


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#6 14-04-2016 21:58:10

CLeC
Membre
Lieu : IdF
Inscription : 06-11-2011
Messages : 623
Site Web

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Bonsoir,
Encore un retour original : merci c'est intéressant ; il y aura peut-être des idées à reprendre pour moi !
Et merci aussi pour la leçon d'histoire, qui complète bien vu le lieu.


4981875N - 0698785E - 1761m

Hors ligne

#7 15-04-2016 05:27:11

velox
R.I.P
Inscription : 21-08-2006
Messages : 10 324

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Pour ceux qui veulent plus de précisions sur les terribles (en particulier pour les populations) combats d'Aout 44 dont parle ester, les mots clés sont "percée d'Avranches" - "opération Cobra", suivie de "Contre attaque de Mortain" -"Opération Lüttich".

Dernière modification par velox (15-04-2016 05:42:33)

Hors ligne

#8 15-04-2016 06:55:14

E Pericoloso Sporgersi
Membre
Inscription : 28-01-2013
Messages : 1 073

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Contre attaque qui si je ne m'abuse a débouchée ensuite sur la poche de Falaise.
Pour donner une idée de ce qui reste après un bombardement massif, le net regorge de photos de Falaise avant/après.
Miam miam la guerre.

Hors ligne

#9 15-04-2016 08:02:17

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Bonjour Clec,  smile
Bienvenue dans le Mortainais !  smile


Merci Velox et E Pericoloso pour les précisions historiques.  smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#10 15-04-2016 10:29:04

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

J 2 - 10 avril : du côté de la lande Pourrie – Lonlay-l'Abbaye - Ger… sous une pinède – 27 km ?


J'ai peu dormi. C'est souvent comme ça, la première nuit de bivouac, pour moi.
Il y a une ligne aérienne régulière, très haut en altitude ; ce bruit de fond régulier me rappelle les Pyrénées.
Des petits animaux ont parcouru les tas de bois. Des chevreuils ont aboyé une partie de la nuit d'une manière inhabituelle ; je pense à ces hauts grillages qui doivent les enfermer…

Rosée blanche au petit matin !

Evidemment, en plus de couper le vent, la TI a joué la couche étanche. Le duvet est humide de condensation. C'était à prévoir.

Je profite du soleil matinal pour sécher un peu le sdc.

6077_dsc06450_13-04-16.jpg

Et je prends le temps de chauffer l'eau de mon café en utilisant des brindilles ramassées dans la grange, et un peu d'écorce de bouleau bien sèche.

Au moment d'enfiler mon sàd, je cherche à nouveau la ceinture ventrale… J'ai oublié de la remettre après avoir lavé mon sac en rentrant des Pyrénées. 85 g  involontaires d'allègement du sàd ! Le poids économisé me servira-t-il ?
La ceinture pectorale restera toujours bouclée.
Le bilan en est que j'ai trouvé plus de souplesse au niveau des hanches ; les abdos et les fessiers ont mieux « travaillé ». Un vrai point fort pour la ligne !:)
Par contre, les trapèzes sont un peu douloureux (au retour de la rando).
Habituellement, j'accroche mon Apn à la ceinture ventrale, cette fois, il restera souvent dans le sac...
Je suis épatée du confort du Mariposa (ancien modèle), à 5,5/6 kg, sans ceinture ventrale (également sans sidpad, sans armature) ! Bien sanglé sur les épaules, il se tient mieux et a moins l'allure de « patate », doux nom qu'un éminent membre du forum lui a attribué pendant l'été… tongue

Je dois encore contourner longuement la réserve. Des dizaines d'affûts défilent.

6077_dsc06451_13-04-16.jpg

Je goûte la liberté d'évoluer sans contraintes seule dans la nature !
Enfin, pas si seule.
Si certaines empreintes simples de chevreuil me réjouissent, j'ai du mal à en identifier d'autres. Comme celle-ci :

D'après Etimul, c'est une empreinte de sanglier ! (Merci ! smile )

6077_dsc06452_13-04-16.jpg

Et ça, c'est quoi ? Un blaireau* ! ? Belette ? (Merci Lamarmotte ! smile )

6077_dsc06453_13-04-16.jpg

Il y a tellement d'animaux que tous les plants sont protégés.
Comme dirait JP Kauffmann  dans « Remonter la Marne », la région est giboyeuse !
L'idée d'associer les animaux à du gibier ne me ravit pas plus que ça, mais j'adhère avec ce qu'il dit au sujet de la prononciation du mot (qui rend bien l'idée de profusion) et la référence qu'il fait à Bachelard, d'après qui « l'odeur serait restée dans le mot », est savoureuse.

6077_dsc06455_13-04-16.jpg

Il faut constamment regarder où mettre les pieds. Ça glisse, c'est boueux, parfois le sentier n'est que flaques. Les trails ont leurs limites… avec mes chaussures hautes, je passerais plus aisément.

Pendant toute la rando, pour éviter les bains de pied, je franchirai de nombreuses clôtures, avec tous les cas de figures.
Rarement sans talus… talus avec ou sans clôture ; avec ou sans ronces ; par-dessus les fils, par-dessous… entre les fils… de 1 à 3 fils, au gré de la chance… Il n'y a pas d'électricité en ce moment, c'est déjà appréciable.
Le solo ayant ses limites, je découvre que le bâton D4 ultra-light est parfait pour soutenir le fil le temps de se faufiler par-dessous.

Je contourne par des bois, des prairies, des champs...

Sortie momentanément des bois, voici les prairies !
Quand je vous dis, que c'est « un peu » humide !

6077_dsc06456_13-04-16.jpg


Un peu d'architecture, pour changer… tour en ruine au « sommet » :

6077_dsc06457_13-04-16.jpg

Je sors l'Apn pour fixer une jolie pinède où j'aurais pu planter :

6077_dsc06459_13-04-16.jpg


Puis reprennent de magnifiques sentes dans la forêt.

6077_dsc06461_13-04-16.jpg


J'entre dans le parc.

6077_dsc06460_13-04-16.jpg

Me souvenir qu'à l'automne, je n'aurai peut-être pas à aller jusqu'à Brocéliande pour écouter le brâme...

Le printemps n'a pas encore déposé sa palette multicolore.

6077_dsc06462_13-04-16.jpg

Dans cette nature aux couleurs fauves toujours hivernales, les talus moussus rayonnent !

6077_dsc06463_13-04-16.jpg

Ces éclats de vert sont comme des éclats de rire dans l'hiver.

Je suis arrêtée, tout à cette considération, sourire aux lèvres.

Concentrée sur mon idée, je n'aperçois le cavalier qui arrive face à moi que bien tard. Je m'écarte pour libérer le passage, le cheval n'a pas l'air content de devoir partager la sente. Je pose mon bâton au sol ...
« Vous êtes perdue ? ». Non, non, pas vraiment…[en fait, pas du tout, hein !]
D'où je viens, où je vais, et par où me mènent mes pas.
La discussion est agréable, l'homme donne le change.

Le prix de l'immobilier est attractif aussi pour les Français retraités, n'ayant plus à se soucier de leur travail. Ici, des grandes bâtisses, des terres pour les chevaux, le calme, la tranquillité, les sentiers…
Par contre, il vaut mieux ne pas y vivre seul (ça, c'est moi qui le dis)...

Je me rends compte que j'ai oublié de prendre en note une petite partie à l'est de mon itinéraire, la partie hors carte, en fait…

Comment ça, je vais passer à Lonlay-L'abbaye ? Vous croyez ?

Je repars par les chemins trempés (celui-ci  est très facile, ça passe des deux côtés du fleuve ! Et il n'y a ni talus, ni ronces, ni barbelés !)

6077_dsc06465_13-04-16.jpg

Lorsque je ne suis pas dans les bois, ou sur des « crêtes », les prairies sont souvent sillonnées par des cours d'eau, qui serpentent, tournent, se plient et se déplient, ondoient dans le paysage.
Ici, on ne coupe pas où on veut, il faut chercher le gué !
Bien sûr, ce ne sont pas des torrents glaciaires islandais…

6077_dsc06466_13-04-16.jpg


J'arrive sur le site de la fosse Arthour. Un peu fréquenté, le week-end… familles, joggers…
Les environs du plan d'eau auraient été plaisants pour y planter la tente.

6077_dsc06467_13-04-16.jpg

6077_dsc06469_13-04-16.jpg


Et puis, ça tombe bien, il est presque midi. Je profite des sanitaires du parking pour ma toilette, et je reprends un peu d'eau. Je m'attable même pour le pique-nique !

Le lieu tient son nom du célèbre Roi Arthur !
Arthur et Guenièvre auraient chacun établi leur chambre dans une grotte, située de part et d'autre de la rivière. Arthur ne devant rendre visite à sa femme chérie qu'après le coucher du soleil. Mais la chair est faible l'amour fut plus fort que la raison ! Un jour Un soir donc, Arthur n'attendit pas les derniers rayons du soleil… Un gouffre se creusa alors dans le torrent, emportant Arthur. De désespoir, Guenièvre s'y précipita.

Ne voyant personne s'y jeter sous mes yeux, je me garde du précipice et grimpe jusqu'au calvaire du Roc !


6077_dsc06473_13-04-16.jpg

6077_dsc06472_13-04-16.jpg

Là-haut, ça a des airs de lande bretonne, je suis bien toujours dans le massif Armoricain, pas de doute ! Tout juste si on ne se croirait pas dans les Monts d'Arrée  Montagnes Noires ! tongue big_smile (merci Jobig ! smile )

6077_dsc06476_13-04-16.jpg

Je suis tellement sous le charme que j'ai envie de faire des photos sous tous les angles ! Mais mon apn me rappelle à la réalité : mémoire saturée !

6077_dsc06474_13-04-16.jpg


Flûte ! Supprimer des photos prend beaucoup d'énergie, et je n'ai pas emporté mon chargeur ! Il faudra faire sans… moins de photos donc ! Moins de souvenirs aussi !

Lesquels vais-je sacrifier dans la fosse d'Arthur et Guenièvre ?

Pour adoucir ce sacrifice, j'arrive sur un site inattendu : le château de la bière !
C'est ouvert même le dimanche ! Gloups !

6077_dsc06477_13-04-16.jpg


Et lon, lonla, lonlay, long est le chemin jusqu'à Lonlay !
Il se passe à franchir fils et clôtures pour éviter d'avoir de la boue jusqu'aux chevilles.
Histoire de penser à autre chose, je suis portée par l'espoir d'une pause dans un café du bourg !
Mais point de café au bourg !

Seulement une abbaye démesurée pour la taille du bourg.

Et la fameuse biscuiterie ! En arrivant, des parfums sucrés enchantent les papilles !

Je suis sortie de ma carte… par l'est. Ça a beau être normal, j'ai quand même oublié par où je voulais passer… Cierges, dévotions, et sucreries n'y changeront rien...

Bienheureusement, je croise UNE dame !
Elle a l'air malicieux :  « il y a bien un chemin, mais il est peu connu, et c'est plus long que la route ! »
« ça me va ! »
Petit schéma griffonné sur un papier… Je la remercie vivement.

Les sentiers sont toujours les mêmes : chemins très creux, talus très hauts, hauteur de boue… à la hauteur du reste !
Le beau chemin peu connu de la dame arrive pile sur celui que j'ai passé au fluo sur ma carte… C'est celui que j'empruntais autrefois, lorsque j'avais encore de la mémoire vive sur mon disque dur… !

Avant d'arriver à Ger, à la sortie d'un chemin creux, je glisse et manque de m'étaler dans un bain de boue… La poésie est au rendez-vous ! Les mots ne sont pas du meilleur registre…
Et comme dans un film bien structuré, c'est pile le moment où arrive, par un autre sentier, tout un groupe d'un club voisin… hilare… avec lequel je finirai le dernier km jusqu'à Ger.

A Ger, belle surprise, un bar est ouvert !
A Lonlay, c'est fermè ! A Ger, c'est ouvert ! En voilà de la rime, en voilà !
Moquez-vous bien, derrière vos écrans… et venez voir ce que ça fait, tous ces kil les yeux sur la gadoue, les pieds dans la gadoue, le bâton pour tâter le fond… « Flouft ! Ah non, pas là ! » ; « Plic, plic, hop, oui, là ça passe » ; « zzzououou !  Oups ! Rester debout ! » ; le  barbelé qui retombe pile quand tu es dessous… surtout quand tu es dessous ! C'est bien sûr le plus rigolo !

Trêve de plaisanterie, je m'arrête, donc, prendre un verre de lait et je remplis une bouteille d'eau ! La météo est correcte jusqu'au lendemain, me dit-on !

Je choisis non-pas l'itinéraire le plus beau, par les berges de l'Egrenne. Mais un autre, un peu plus à l'ouest, sur lequel j'ai repéré quelques replats un peu cachés. Effectivement, non loin des éoliennes et de la haute tension qui semblent faire bon ménage, je trouve mon bonheur ! J'installe la PL sous une pinède, sur un replat moussu. Il me semble entendre des roulements de tonnerre depuis quelque temps, mais la météo est bonne et mes oreilles pas très fiables… Je ne m'inquiète pas.
J'ai tort !
J'accélère pour planter les dernières sardines et coupe à toute vitesse des branches mortes pour ma Buscooker party. A présent, c'est sûr, sous peu il n'y aura plus le moindre fétu de bois sec dans la pinède.
Je me réfugie sous la tente !
J'aurai droit à deux belles parties d'orages… rapides, mais spectaculaires !
Le timing éclair/son est tout de go à 3 secondes, on n'est pas là pour rigoler !
Mais ça ne descend pas sous les 2 secondes.

Ouf, les oiseaux rechantent… mi-temps !

Je cuis ma soupe de nouilles...
6077_dsc06478_13-04-16.jpg


Le temps d'envoyer quelques messages et la deuxième séance commence !

Comme la première !
En plus rapide et plus spectaculaire !
Le timing descend sous les 2 secondes.
En moins de 5 minutes, et en quelques coups de tonnerre, tout est fini ! Mais quels coups de tonnerre !
J'ai mis le tél en mode avion et suis allongée. Des vibrations me parviennent par le sol. C'est beaucoup moins impressionnant que ce que j'ai vécu aux étangs de Bassiès, il y a 2 ans, mais quand même, là, ce n'est pas tombé bien loin !

Ce soir, ni chouette, ni chevreuil, ni rien du tout… chacun reste coi (and so I'm quiet !)...


Edit : * Merci à Lamarmotte63 pour la patte antérieure de blaireau !  cool
et à Etimul pour l'empreinte de sanglier !  cool

Dernière modification par ester (24-04-2016 10:23:32)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#11 15-04-2016 13:12:24

lamarmotte63
Randonneur
Lieu : au milieu des volcans
Inscription : 07-01-2011
Messages : 642

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

guichen a écrit :

Fallait être motivée pour sortir par un temps pareil!

Les Bretonnes et les Bretons ne reculent devant rien!
5385_104377412_15-04-16.jpg

Sympa le coin,je devrais aller là bas début juin,mais plutôt vers la côte.

La trace est celle d'un blaireau, patte antérieure me semble t'il. Trace fraîche de la nuit, avec cette boue, on voit même le cinquième doigt.
Si c'était une belette ,elle aurait séjourné à Tchernobyl un certain temps  big_smile  big_smile


Pour marcher au hasard,il faut être seul. Dès qu'on est deux,on va toujours quelque part

Hors ligne

#12 15-04-2016 13:17:09

edel85
Membre
Inscription : 05-03-2015
Messages : 53

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Sympa la balade !  smile

Hors ligne

#13 15-04-2016 14:43:24

velox
R.I.P
Inscription : 21-08-2006
Messages : 10 324

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Là, c'est plutôt la Normandie, mais il y pleut au moins autant qu'ailleurs. big_smile
Très agréable à lire, ce CR. Bien à l'abri, bien sûr.

Hors ligne

#14 15-04-2016 19:22:20

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 673

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Je plussoie, toujours aussi agréable à lire  smile

« Vous êtes perdue ? »

Tiens, tiens wink

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#15 15-04-2016 19:44:46

le samarien
Membre
Lieu : PICARDIE
Inscription : 05-09-2015
Messages : 31

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

florencia a écrit :

Je plussoie, toujours aussi agréable à lire  smile

    « Vous êtes perdue ? »

Tiens, tiens wink

j'ai déjà lue ça quelque part. lol

référence historique, sympa à lire, belles photos.

ça donne envie d'aller voir. smile

Hors ligne

#16 15-04-2016 20:30:08

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Bonjour Edel, et merci de ton passage ! smile


Merci, Lamarmotte63, pour les empreintes de blaireau !
Il y a des connaisseurs, sur ce forum !  cool
Belle rando à toi dans le Cotentin ! 


Velox a raison smile , le Mortainais, c'est en Normandie.
Et le Sud Manche est une partie du Massif Armoricain.


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#17 15-04-2016 20:44:10

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Flo et Le Samarien a écrit :

"Vous êtes perdue ?"
Tiens, tiens...

Oui, ça fait partie des petites phrases d'entrée en contact... smile
La suivante étant généralement : "Et vous venez d'où ?"

Phrase à laquelle il est plus délicat de répondre...
d'où, c'est-à-dire...

- ce matin ?
- Au début de ma rando (ça peut être il y a 3 semaines !) ?
- ou bien ça peut vouloir dire "de quelle région êtes-vous ?"

Ceci dit, j'ai comme l'impression que le "Vous êtes perdue ?" s'adresse plus souvent aux femmes qu'aux hommes...
Mais c'est peut-être un a-priori taillé à l'emporte-pièce...

Et forcément, celui qu'on a face à nous, lui, ne se considère pas comme "perdu"...  tongue big_smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#18 15-04-2016 21:02:14

Etimul
Membre
Inscription : 13-03-2013
Messages : 371

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Salut.
La première empreinte, je dirai de sanglier.
Quant à l'ambiance humide, l'adore le récit.

Hors ligne

#19 16-04-2016 08:10:23

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Merci Etimul, pour l'empreinte de sanglier. 
Et pour le commentaire sympa. smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#20 16-04-2016 14:06:14

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

J 3 : Ger (aux environs)/Chaulieu/Sourdeval – 26 km ?

La nuit a été moins froide.
Sous les pins, il fait sombre, je mets du temps à émerger.
Le ciel est bleu ! La vue sur le petit étang m'enchante.
Je suis bien, ici !

6077_dsc06479_13-04-16.jpg


En suivant l'Egrenne, je fais un petit détour jusqu'au pont du gué Angot.

Je suis d'ailleurs surprise de trouver un pont. Je pensais qu'il s'agissait d'un gué...
J'avais envisagé de monter au Nord par là. Une bonne demi-journée de plus, quasiment que des chemins ! Cependant, j'abandonne le détour prévu au nord. Tous ces chemins magnifiques, je les garde pour une autre fois, quand la sécheresse aura sévi au moins 3 mois successifs !

J'ai envie de savoir si ça passe…

6077_dsc06480_13-04-16.jpg

Et comment ! En 1106, Henri 1er Bauclerc, fils de Guillaume le Conquérant, y fit passer ses  40 000 soldats !  Il allait déloger le comte de Mortain, établi au château de Tinchebray ! (il  y a un petit panneau qui explique tout ça à côté!)


6077_dsc06481_15-04-16.jpg

Henri 1er Bauclerc, étant donc le fils du vainqueur de la bataille d'Hastings (en 1066 – il y a 950 ans ! ), je repars en me reprochant de n'être toujours pas allée admirer la tapisserie de Bayeux qui en retrace l'épopée !


Le sentier longe l'Egrenne, c'est bucolique et très agréable.

En parcourant parfois de petites routes, je profite du patrimoine bâti. Ici, le moulin du Fresne, dont les roues à aubes tournent toujours !

6077_dsc06482_13-04-16.jpg

J'observe aussi la débocagisation modérée du paysage.
Les haies parallèles aux courbes de niveau ont été conservées, elles servent à retenir les terres sous l'érosion due à l'écoulement des eaux. Un évidement à chaque bout des haies permet au tracteur de passer...

6077_dsc06483_13-04-16.jpg

Le remembrement a été tardif, par ici.
Il a donc pu s'enrichir des erreurs commises ailleurs, dans le Nord Ille-et-Vilaine, par exemple !


Aux environs du Fresne-Poret, les terres semblent différentes : moins trempées, mieux drainées, moins glissantes.
Je profite de l'accueil d'une entrée de champ pour le séchage de la tente (plein vent, plein soleil) et pour le pique nique de l'entrée de champ voisine, quant à elle à l'abri du vent et au soleil ! Je débarrasse un vieux chêne de son lierre sec, ce qui me chauffe mon café en un clin d'oeil !

6077_dsc06484_13-04-16.jpg

J'ai utilisé toute mon eau. Je pense en quémander dans une ferme en passant, ou faire le détour dans le petit village de Chaulieu.
Mais les rares personnes que j'aperçois semblent toutes très occupées (pas de salut, pas de regard de leur part).
Cette façon de se comporter n'est pas un hasard. Je ne force pas et continue mon chemin. Pas grave, je n'ai pas soif. Et je ne cherche pas non-plus les relations sociales forcées.

J'arrive à Chaulieu ! Un petit cimetière entoure l'église. Point d'eau ! Le tour du bourg est vite fait… ni sanitaires, ni point d'eau ! Personne dans le bourg.
Une des cheminées fume, indiquant par là que la maison est occupée… Je ne fais pas le détour. Sourdeval n'est pas si loin.

Le bourg de Chaulieu culmine à 368 m. Un observatoire panoramique de 8 mètres y est installé. Je grimpe jouer à la vigie sur la hune… Personne à l'horizon…
Le panorama me semble assez décevant.
Au premier plan : deux relais téléphoniques, le clocher…
Juste au-dessous, un jardin agréable dans lequel plus personne ne doit s'installer pour prendre le soleil…

Sourdeval semble toute proche, mais un long détour par le nord permet de profiter encore de beaux chemins.

6077_dsc06485_13-04-16.jpg

Pendant que j'observe des traces d'animaux au fond d'un des innombrables chemins creux, je reçois une pluie de drôles de grêlons.
Un tracteur passe dans le champ au-dessus de moi (le champ est 2 mètres au-dessus de moi !). Il est en train de traiter ses cultures avec cette chose-là (les petits grêlons blancs)… J'en ai dans les cheveux, coincés sur le sàd, un peu partout…
En plus de ses cultures, voici traités, par la même occasion, le chemin, et les audacieux qui osent s'y promener  !

6077_dsc06488_13-04-16.jpg

Pas de salut, pas de regard… Décidément, aujourd'hui, les autochtones ne sont pas très avenants...

A l'entrée de plusieurs hameaux, les barriques de cidre recyclées font office de poubelles (un couvercle qui se soulève est installé sur le haut du fût)… tongue

6077_dsc06489_13-04-16.jpg

Puis j'arrive à la piste cyclable ! 6 km pour joindre Sourdeval…
Il  n'y a pas encore de panneau indiquant l'éminent passage de Velox sur son vul l'an passé, mais c'est en cours d'organisation ! tongue


La voie est  baptisée Fulgence-Bienvenüe, en hommage à l'ingénieur (breton !)  initiateur de cette ligne de chemin de fer qui relia Fougères à Vire, incontestable progrès pour l'industrie dans une zone de bocage réputée infranchissable à l'époque !

En 44, la progression des divisions américaines fut encore bien ralentie dans le bocage.

Fulgence-Bienvenüe, un nom qui doit parler aux Parisiens… ? C'est aussi l'ingénieur du métro de la Capitale !

6077_1124826080_16-04-16.jpg
(photo vélo-voies vertes)

Après les magnifiques chemins creux parcourus, marcher sur cette voie monotone me semble sans intérêt. Je marche vite. Une heure plus tard, les 6 km avalés, j'arrive au bourg de Sourdeval !

Rue Guy Degrenne ! Car Sourdeval s'est honorée des usines Guy Degrenne !
Y a-t-il un lien autre que phonétique entre le nom de l'Egrenne (la rivière) et Degrenne ?

Le camping est fermé.
Mais à l'Office du Tourisme, on met tous les moyens en place pour que je puisse y dormir !
C'est même la 1ère adjointe de la Mairie qui viendra m'ouvrir les sanitaires !
4,50 € la nuit… Et je suis traitée avec respect !
Quel accueil et quel dévouement de leur part !

Quand je lui parle de débocagisation modérée, elle me corrige : « A Sourdeval, le bocage est intact, aucun remembrement n'a eu lieu ! »

Au village, tout le monde parle de l'orage d'hier soir. Imprévu, il a créé la surprise.
Sa rapidité et sa force, inhabituelles, ont marqué les esprits…
Je ne suis pas prête de l'oublier non-plus...

Dernière modification par ester (16-04-2016 14:08:46)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#21 16-04-2016 16:11:58

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

hé ben il faut être motivé pour randonner dans un tel pays, avec de l'eau et de la boue partout  lol
Je suis admiratif

Hors ligne

#22 16-04-2016 19:29:52

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Bonjour Rouquemoute,  smile

Rouquemoute a écrit :

hé ben il faut être motivé pour randonner dans un tel pays, avec de l'eau et de la boue partout  lol
Je suis admiratif

tongue  big_smile
Je reconnais que de devoir toujours regarder où je pose les pieds, alors que les chemins sont aisés, c'est un peu usant moralement.
Mais c'est aussi dû au choix des trails. Avec des chaussures hautes, ça passait plus aisément. Pas partout non plus, hein !

Et puis, c'est quand même de la "bonne" boue, j'entends, ce n'est pas de la boue qui colle aux semelles (comme la glaise du bassin de Rennes, par exemple) !

Et puis, il n'a pas plu ! (à part quelques gouttes au départ, et les orages, mais j'étais à l'abri de la pluie sous ma tente !).

Et au retour, ce n'est plus la boue qui se voit, mais le bronzage !

Et pour tout dire, je préfère des balades dans la boue à observer les empreintes de sanglier, de chevreuil et de blaireau plutôt que des tours en ville ou en lotissements à pied sec ! tongue   cool

Merci pour ton passage, Rouquemoute ! smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#23 16-04-2016 19:54:22

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 639

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

J 4 – Sourdeval – Mortain – 12 km ?

Je n'ai pas la carte de Mortain (ce n'est pourtant pas faute de l'avoir cherchée), du coup je me contente du Grp qui descend plein sud.
Une dizaine de km pour rejoindre Mortain… Des beaux chemins… pas mal de petites routes aussi…

Je connais un peu ces chemins, ma sensibilité s'est dans doute émoussée, je ne ressens pas l'envie de sortir l'appareil photo.

En arrivant à Mortain, dernier petit souvenir de ces rivières qui serpentent… ici, le ruisseau de Breffeland

6077_dsc06490_13-04-16.jpg

Je pense à  JP Kauffmann qui a fidèlement longé les berges de la Marne pendant plus de 500 km, de Charenton à Balesmes.
Belle idée ! Et quelle constance !
Et avec un sac de 30 kg au départ (sans nourriture, sans couchage) !
L'auteur ne s'intéresse au matériel que de façon accessoire. Ce sont les rencontres, l'histoire, l'urbanisme, les paysages, l'évolution de la Marne (dans l'histoire, dans les esprits, dans son aspect, ses couleurs, ses odeurs) qui l'intéressent.
J'aime son regard perçant sur le monde, son choix des mots justes et rares !

Moi, avec frivolité, je suis passée d'un cours d'eau à l'autre…   la rivière St Jean, la Sonce, l'Egrenne, le Cançon.


A Mortain,  je ne descends pas vers les cascades, les plus grandes du grand ouest (25 m de haut !), ce n'est pas par dédain, elles valent le détour à elles seules !
C'est juste que j'y suis passée il y a moins d'une semaine…
C'est d'ailleurs ce qui m'a donné l'envie de cette escapade ! 

Après avoir retrouvé ma voiture, je me suis rapprochée de la côte.
J'avais quelques idées en tête pour mettre un point d'orgue de rêve à cette escapade, mais, pour diverses raisons, ça ne pourra pas se faire.

Du coup, en guise de clôture au Mortainais, voici quelques paysages marins  :

6077_dsc06491_13-04-16.jpg

Au loin, orage sur Cancale (je vois les éclairs zébrer le ciel là-bas)

6077_dsc06495_15-04-16.jpg

mode provoc' :
Car ce qui est génial, des côtes normandes, c'est qu'on peut y admirer à loisirs les côtes bretonnes !

6077_dsc06496_13-04-16.jpg

Et un petit bonjour au Mont qui dans sa folie…

6077_dsc06500_13-04-16.jpg

   T H E    E N D   


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

En ligne

#24 17-04-2016 09:22:40

clems190
Membre
Lieu : Vichy
Inscription : 02-10-2013
Messages : 329

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

Salut,

Belle ballade, t'as réussi à avoir un peu de soleil quand même ou les lunettes sont restées au fond du sac?


"Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple."  Jacques PREVERT

Hors ligne

#25 17-04-2016 11:40:20

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : [Récit + liste] Escapade dans le Mortainais

coucou

Après les magnifiques chemins creux parcourus, marcher sur cette voie monotone me semble sans intérêt. Je marche vite. Une heure plus tard, les 6 km avalés

Ah ouf, je vois que je ne suis pas le seul à parfois marcher sur des voies vertes... C'est fou comme cela peut être long...  neutral  Mais bon des fois il n'y pas le choix.

Hors ligne

Pied de page des forums