#26 27-02-2017 10:04:26

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Pas mal le coup des rennes qui se cachent derrière les arbres maigrelets.
Finalement l'endroit semble plus sympathique que je ne l'imaginais, hormis les marécages bien sûr tongue

Ah si j'étais un peu moins frileux... J'aimerais bien tenter l'aventure dans la neige, mais plutôt en raquettes.

Hors ligne

#27 06-03-2017 16:17:01

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 050

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Jour suivant posté, celui où je suis tombé dans l'eau.
Je sais que certains ici partent bientôt là-haut, donc faites attention à ça. wink

je copie colle la partie intéressante, si vous voulez discuter des meilleures stratégies à adopter dans ce cas de figure :

La glace porte un peu mieux ici, la neige est skiable, mon attention se relâche sans doute légèrement, j'accélère pour me mettre plus rapidement à l'abri du vent.
Soudain, une de mes spatules s'enfonce et bloque sur quelque chose. Je fais un soleil, lâche les bâtons, réception sur les coudes. Plouf. Les bras et les jambes ont traversés la glace, je me suis également bien éclaboussé le visage, il n'y a heureusement pas beaucoup de fond là où je suis.
Je me redresse comme je peux, m'emmêle dans mes skis, reperds l'équilibre et tombe sur le côté, cette fois c'est le bonhomme qui passe entièrement à l'eau, tête comprise.
Sûrement moins d'un mètre de fond, j'ai souvenir de l'impression d'une grosse claque sur le visage. Je crois m'être roulé dans la neige pour sortir, j'ai peut-être aussi retiré mes skis alors que j'étais dans l'eau, je ne sais plus.

La première couche, ma veste en laine est trempée. je ne portais pas me frontale au front, elle ne me semblait pas indispensable pour progresser, mais j'avais préventivement accroché sur le zip de ma veste une petite e lite pico. Vite, me changer, la veste en laine est plus trempée qu'une serpillère. Je me souviens très clairement m'être félicité de savoir à l'avance où était chaque élément dans mon sac. J'ai en revanche noté que beaucoup de mes sous-vêtements étaient noirs, et que dans la précipitation, si j'avais été moins organisé, ça aurait pu m'empêcher de facilement attraper le vêtement voulu.

Me vlà torse poil en plein vent, et trempé. J'ai rudement bien fait de ne pas retirer l'énorme zip en métal de ma veste. Et un zip long, ça permet aussi de retirer un vêtement bien plus facilement !
J'enfile mon gilet forclaz 50 (j'ai là aussi bien fait d'ouvrir le zip à l'avance), remets par dessus la veste en p&p, enfile un bonnet sec, ferme toutes les écoutilles. Tant pis pour le bas. Mes chaussures sont trempées, le caleçon aussi, mais j'ai pas le courage pour le moment.
Check list en ultra accéléré, je me rends compte que j'ai perdu ma Nalgene. Celle que je portais contre mon ventre. Quand je suis tombé à l'eau, elle a profité que les aérations de ma veste soient totalement ouvertes pour glisser. Je la repêche, récupère mes bâtons, demi-tour fissa, direction le lappole pour faire sécher tout ça !

Comme une galère n'arrive jamais seul, c'est ce moment que vont choisir mes skis pour méchamment botter, me voilà marcheur avec des pieds de plusieurs kilos et d'1m80 de long !

Discussion sur les "griffes" que l'on peut porter autour du cou pour aider à avoir prise sur la glace et pouvoir s'extraire en cas d'immersion : clic

Ça ne m'aurait pas été utile dans ce cas précis, mais ça aurait pu être autrement plus compliqué dans un endroit où je n'aurais pas eu pied. Il est illusoire d'espérer pouvoir compter sur ses bâtons pour cet usage, sauf à traverser temporairement une zone que l'on sait à risque, et donc à se préparer à les utiliser.


Quelles autres stratégies ?

En amont : Choisir des vêtements séchant vite. Mettre à l'abri tout ce qui craint l'eau, avoir à portée de main (mais tout de même au sec) des vêtements de rechange. Savoir précisément où est chaque vêtement dans son sac. Si possible les avoir de couleurs différentes. Anticiper que l'on puisse perdre sa lampe, et donc multiplier les sources de lumières. En avoir toujours une disponible immédiatement. Un morceau de mousse facilement accessible permettra aussi de ne pas avoir à s'asseoir dans la neige lorsque l'on sortira de l'eau. Avoir de quoi allumer son réchaud même avec une dextérité réduite. Savoir monter son abri même avec deux neurones.

Pendant : Essayer de ne pas paniquer. Penser si nécessaire à décrocher le sac et/ou les skis.

Après :
se mettre à un endroit sûr. S'asseoir sur son morceau de mousse. Se changer, en apportant une attention particulière aux extrémités (vous n'avez pas envie d'allumer votre réchaud avec les dents parce que vos doigts sont gelés, je suppose), puis se réchauffer. Soit par l'activité physique (faire des squats par exemple), soit en buvant une boisson chaude.


D'autres idées ?

edit : Très bon site abordant le sujet

Dernière modification par Archimboldi (06-03-2017 16:57:46)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#28 07-03-2017 09:00:46

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 942

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Sur la gestion d'un "plouf"....

Il me semble que le grand danger c'est de se trouver empêtré dans un harnais de pulka, skis, bâtons, raquettes et qu'on devrait s'exercer à se se libérer (en général dans les lieux douteux on retire les lanières et on relâche les fixations) . Et s'exercer aussi à utiliser les griffes.

Sur la technique pour sortir : on trouve souvent le conseil de penser à sortir de l'eau par le coté où on est rentré (faire demi tour en général). L'idée c'est que la glace vous a porté jusque là et que c'est donc le chemin le plus sûr.

Sur la technique pour gérer immédiatement la suite.
- Pas évident qu'il soit avantageux de se déshabiller. En fait cela dépend de la nature de ses vêtements et des conditions météo.
- On propose souvent de se rouler dans la neige poudreuse qui va "absorber" une partie de l'eau présente dans les vêtements. Parfois on trouve le conseil de se mettre sur le dos les jambes en l'air pour vider au maximum l'eau des chaussures/bottes.
- Se déshabiller par grand froid veut dire se refroidir très vite, au point de ne plus pouvoir se rhabiller. Encore plus vrai si les vêtements risquent de geler.
- Si on a des vêtements hydrophobes (ex : de type polyester ou polypro peu denses) il peut être avantageux de les garder sur soi. Ceux au contact du corps vont vite se réchauffer à l'effort.

Personnellement j'aurais peut être gardé seulement ton P&P (après avoir viré le woolpower). Mais cela dépend des conditions. C'est très important de se mettre à bouger au plus vite pour éviter que les extrémités ne gèlent. 

Pour la suite :
- Chercher un abri pour s'abriter du vent au plus vite.
- Dans les zones boisées avoir de quoi allumer un feu très rapidement.


Il me semble qu'on ne peut pas avoir de recommandation "générales". Cela dépend de l'équipement, des lieux, de la météo... Ce qui reste important à mes yeux c'est que les vêtements chauds, ceux pour les extrémités et le sac de couchage doivent être dans des emballages étanches. On doit aussi se poser la question de la répartition des effets dans le sac à dos ou la pulka.


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#29 07-03-2017 12:34:41

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 535

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Brrr, le pire cauchemar ton Plouf roll
Judicieux que de chercher à ressortir de par là d’où l’on vient, je retiens…

Moi, le premier grondement sourd, j’ai cru que c’était un coup de feu big_smile, bon après le 4°, jamais dans la même direction, je me suis dit qu’il devait s’agir d’autres choses big_smile, avant d’apercevoir ces longues fissures sur le lac wink

Ah ben j’ai pas vu le sauna à Suovasaari, d’ailleurs il n’est pas noté sur retkikartta ?

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#30 07-03-2017 13:34:57

N_75
hamacoeur
Lieu : loin des livres !
Inscription : 29-11-2012
Messages : 939

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

ith a écrit :

Personnellement j'aurais peut être gardé seulement ton P&P (après avoir viré le woolpower). Mais cela dépend des conditions. C'est très important de se mettre à bouger au plus vite pour éviter que les extrémités ne gèlent.

Google traduction a écrit  Entièrement immergé dans l'eau au milieu de l'hiver, sera-t-il sécher en 15 minutes.........................Sécher en moins de 15 minutes
yes !  cool

Archimboldi a écrit :

Le lieu est magique, je ne suis pas croyant pour deux sous, mais être là, seul, dans cette atmosphère, ça donne des frissons.

clic+vidéo

Hors ligne

#31 09-03-2017 12:31:06

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 050

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

@ Ith : merci, je n'avais même pas pensé que la glace qui venait de me porter était forcément plus sûre.  roll

@Flo : je viens d'ajouter la journée (de repos) suivante, tu vas comprendre pourquoi il n'est pas indiqué !  lol
C'est un très vieux sauna, j'ai vu gravé des dates d'avant 1970.

@N_75 : oui, la buffalo systems est vraiment une super veste. Mais j'ai choisi de me changer parce qu'à ces températures (- 2 ? -3 ?), je suis limite confort avec rien en dessous. Et surtout, je m'étais mis ce schéma dans la tête :
"Si tu tombes à l'eau, tu retires ta veste qui seras trempée et la remplace par le gilet polaire."
Et pour le bas ?
"Pour le bas, tu écoutes ton corps, s'il ne te dit pas de te changer, tu marches ! "

J'ai appliqué cette procédure. Ce n'était peut-être pas la meilleure, mais avoir un plan prédéfini m'a évité de perdre trop de temps. Le gros avantage d'un gilet, c'est vraiment que ça s'enfile très rapidement et facilement. Mais je reparlerai de tout cela lorsque je commenterai ma liste.


Très chouette vidéo de l'église également. Sans neige et avec de l'herbe, ça ne ressemble pas du tout à ce que j'ai vu, hahaha !  tongue

Dernière modification par Archimboldi (09-03-2017 12:37:12)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#32 09-03-2017 22:20:33

kodiak
Pas assez léger, mon fils!
Inscription : 09-06-2014
Messages : 2 965

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Je réalise seulement maintenant que tu as ajouté des infos sur le post initial. Merci de me faire découvrir que Maggie Reilly a aussi chanté en solo (et de me faire rajeunir quelques instants!).
Le sauna qui pue la fumée, et l'odeur qui ne veut plus partir à vouloir se rouler dans la neige... souvenirs!
Merci pour ce retour du pays-du-requin-qui-pètewink


Lâche ce clavier, attrape ton sac et pars marcher!
Il y a toujours un objet plus léger que celui que tu portes dans ton sac : celui que tu as eu le courage de laisser chez toi.
« Strong, light, cheap, pick two » (*)

| k

Hors ligne

#33 09-03-2017 22:41:17

N_75
hamacoeur
Lieu : loin des livres !
Inscription : 29-11-2012
Messages : 939

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Archimboldi a écrit :

C'est un très vieux sauna, j'ai vu gravé des dates d'avant 1970.

ah oui, effectivement, une réelle antiquité lol ...merci !

Archimboldi a écrit :

à ces températures (- 2 ? -3 ?), je suis limite confort avec rien en dessous.

Je n'aurais skié qu'une fois dans ces contrées, c'était mi-avril, les températures comportaient quasiment un zéro de plus, et on ne distinguait le lac que par son étendue plane, pas par la glace car il était recouvert d'un manteau neigeux.

Ton point d'interrogation indique que probablement comme moi tu te balades sans thermomètre, mais pour avoir celui de la voiture, j'ai utilisé la Buffalo à -7°C, temps humide, avec un tee-shirt fin dessous juste pour repousser le lavage, et je n'avais pas froid en skiant. Le TS récupérant la transpiration, je crois volontiers que le vêtement est plus performant porté à même la peau. Je suis donc étonné que tu indiques une limite aussi haute pour toi.
A l'opposé, je situerais la limite haute à +10°C, et là s'il n'y a pas de vent, ça chauffe déjà bien dessous.
Sinon, bien d'accord, c'est vraiment un chouette concept ce vêtement équipé d'origine avec sèche-linge et climatisation. Et en plus ne pue pas du tout, malgré de bonnes suées suite à deux hivers consécutifs qui n'en sont pas vraiment, et juste un lavage à la fin de la saison.

Dernière modification par N_75 (09-03-2017 22:59:33)

Hors ligne

#34 10-03-2017 08:52:31

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 804

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Kikoo à tous wink

florencia a écrit :

Brrr, le pire cauchemar ton Plouf roll
Judicieux que de chercher à ressortir de par là d’où l’on vient, je retiens…

Le Plouf est relativement facile à gérer à pied... par contre beaucoup plus dangereux à skis.

A pied, le poids du corps est réparti sur une surface très faible (2 pieds), donc en ressortant par là où l'on est tombé, on va s'appuyer sur un rebord de glace qui va résister à un poids moindre (la personne est pour partie dans l'eau - bien penser à marquer un petit temps d'arrêt pour reprendre son souffle et laisser l'eau s'écouler de son haut de corps/sac à dos pour s'alléger) avec un haut de corps qui a une surface plus importante que les pieds : donc la glace devrait supporter le poids du randonneur.

Dans le cas d'un skieur, la surface de portage est importante : les 2 skis et lorsque la glace se rompt, la surface seule du haut de corps risque d'être insuffisante = le bord de glace va se briser. La technique consiste alors à utiliser ses skis, les poser perpendiculairement à son torse/voie de sortie sur le bord de glace afin d'augmenter la surface de portance. Cela signifie garder suffisamment de sang froid pour ne pas paniquer, prendre suffisamment de souffle pour défaire ses skis sous l'eau (en se maintenant au bord de glace pour ne pas couler) et de ne pas les abandonner au fond, tout cela dans une eau glacée ... bref, un truc pas évident sad .

L'utilisation d'un sac à dos imperméable est AMHA fortement conseillée (il sert de bouée et évite de se charger en eau).

eraz

Hors ligne

#35 10-03-2017 09:03:56

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 535

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Kikoo smile

Utiliser les bâtons pour répartir le poids me parait plus simple que d'enlever les skis, non ?, même si ces derniers peuvent gêner la sortie...

Comme ici :

PS : tiens, ça me fait penser que les pitons à glace peuvent servir d'ice claw.

Flo

Dernière modification par florencia (10-03-2017 09:06:05)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#36 10-03-2017 20:19:53

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 050

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Eraz a écrit :

défaire ses skis sous l'eau

Un autre grief des fixations x trace : c'est chiant à retirer : une sangle à enlever, deux si celle du bout du pied est récalcitrante, mais il faut encore maintenir l'arrière de la plaque pour pouvoir dégager le pied, et ça ne peut pas se faire autrement qu'avec la pointe d'un bâton, ou la main.
La norme 75mm semble elle permettre de se dégager bien plus facilement.


N_75 a écrit :

Ah oui, effectivement, une réelle antiquité lol ...merci !

Ce n'est pas du tout ce que je voulais dire !  lol

Les refuges dans cette région semblent être de plus en plus aménagés. Quand on lit des récits, même datant d'il y a seulement quelques années, on voit que de plus en plus sont équipés de réflecteurs, les anciens poêles façon "cube de fonte" sont remplacés par des poêles plus grands et avec vitres, d'anciens laavus deviennent des refuges, certains sont agrandis, on y ajoute des pièces, on trouve des gazinières (avec gaz) dans presque toutes. J'espère que ça ne deviendra pas aussi luxueux qu'en Norvège, où les refuges étaient payants (super chers), avec matelas, et plus équipés que ma maison.  hmm
Tout ça pour dire que c'était un sauna qui n'avait pas encore été rénové.

Excuses acceptées ?  tongue


Quant à la veste Buffalo, je me suis mal exprimé, désolé : La limite confort avec uniquement la Buffalo et rien en dessous doit tourner autour des -10 pour moi, sans doute même un peu plus bas. Mais je chauffe beaucoup dès que je m'active, et les courants d'air contre la peau deviennent franchement désagréables dès que l'on passe dans les négatifs. Comme j'arrive à supporter la superposition de ma veste Woolpower 600 et de la Buffalo dès les environ 0° (aérations grandes ouvertes, petit rythme, et tout de même les aisselles et le dos qui transpirent), je mets les 2 dès que je passe dans les négatifs. Ça me permet de ne plus sentir les courants d'air des aérations, et de ne pas avoir le froid directement contre le torse lorsque j'ouvre la veste pour boire.

Ce n'est pas le système le plus optimisé du monde, c'est très bien si on est constamment sous les -10, au dessus c'est inutilement lourd.

Dernière modification par Archimboldi (10-03-2017 20:21:19)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#37 10-03-2017 22:49:43

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 804

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Kikoo florencia wink

florencia a écrit :

Kikoo smile

Utiliser les bâtons pour répartir le poids me parait plus simple que d'enlever les skis, non ?, même si ces derniers peuvent gêner la sortie...

Comme ici :

PS : tiens, ça me fait penser que les pitons à glace peuvent servir d'ice claw.

Flo

C'est une vidéo d'exercice, avec les intérêts et les inconvénients. L'inconvénient majeur ici, c'est que l'exercice est réalisé sur une glace hyper solide découpée à la tronçonneuse, donc qui ne risque pas de casser. Dans la vraie vie, la glace qui a cédé sous ton poids (équipé de skis) ne fait que quelques cm d'épaisseur et reste extrêmement fragile sur plusieurs mètres. Les bâtons sont une solution bancale car peu de tenue/portance sur la glace comparé à des skis bien plats. De plus il va falloir ramper sur ceux-ci, se déplacer avec jusqu'à ce que la glace redevienne suffisamment solide. Pas possible de ramper/se déplacer sur des bâtons AMHA...

La zone la plus dangereuse sur un lac semble être la zone de courant se trouvant en aval d'une embouchure de rivière : l'eau courante de la rivière circule encore sous la glace du lac qui est en général plus mince à cette endroit. Cette zone de fragilité peut s'étendre sur plusieurs centaine de mètres (dépend de la taille de la rivière, de son débit, etc).

eraz

EDIT : après visionnage de ta vidéo, l'aide bâtons est bien adaptée à cette sortie de la lac qui est une sortie pour patineurs : la portance des patins à glace est faible (assez proche d'un marcheur AMHA) et cela n'a effectivement rien à voir avec la portance des skis importante = glace fine qui ne résiste pas à priori au poids d'un homme.

Hors ligne

#38 24-03-2017 12:34:29

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 050

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Le récit n'avance pas, mais je vous poste ma liste. Si j'avais attendu d'avoir terminé le récit pour m'y mettre, j'aurais eu la flemme d'y revenir.

Elle est faite de mémoire, je n'avais pas de liste écrite en faisant mon sac, j'oublie peut-être des choses.

 
DANS LE SAC
PortageNomPoids
Sac à dos+sitpadGossamer Gear Mariposa 2010521
 
Dodo
TenteTerra Nova Zephyros813
Tapis de solPolycro44
Ancres à neigeDIY28
MatelasNeo air X therm445
MatelasArkmat133
Couette (dans sac étanche 13L)CSC L 500817
Sdc x lite 250 (dans sac étanche 4L)Cumulus456
Sursac apex 133 (dans sac étanche 8L)DIY605
 
Cuisine
RéchaudOptimus Vega178
BouilloireYellowstone 1.4L173
Cuillère titaneVargo14
Poche à eauDromlite 4 L145
 
Vêtements
Cagoule mérinosWoolpower 20045
BonnetWeft Knitting59
Polaire sans manchesForclaz 50171
Moufles imperExtremities40
ChaussettesWoolpower 20032
ChaussettesWoolpower 40090
 
Divers
Pelle à neigeSnow claw169
CouteauMora96
TrepiedPedco ultrapod50
Masque skiUvex GGL 300118
Sac pliantD450
Frontale+pilesZebralight H 502d43
Boussole thermomètreD430
Cordelette 10mAuchan19
HygièneBrosse à dents+savon50
 
 
 
SUR MOI
Haut
Buff mérinosWoolpower52
T shirtWoolpower 600786
Veste P&PBuffalo Systems Active Shirt860
GantsForclaz 20 recoupé en mitaines20
MouflesBuffalo Systems85
 
Bas
BoxerLidl55
Pantalon polaireD4196
Pantalon polaireD4166
PantalonForclaz 50222
ChaussettesWoolpower 20032
ChaussuresColumbia Bugaboot plus III1450
 
Autre
BâtonsKomperdell Titanal 2416
Skis+fixEon madshus+x trace3200
Apn+seconde batterie+housseCanon sx700hs300
GPSEtrex 20140
TéléphoneLogicom E 350111
Poche à eauPlatypus 1 L27
GourdeNalgene 0.5L70
Lampe+pileFenix LD0122
Lampe+pileE gear pico8
Ziploc diversDIY150
 
 
Totalsac à dos5434
Totalsur moi8368

Commentaires :

Le sac à dos : Eh oui, toujours pas cousu le mien. J'ai passé tellement de temps sur mon Frutti Sunrise légèrement modifié que j'ai eu la flemme de m'y mettre tout de suite après. J'imagine qu'il sera prêt pour l'hiver 2019.  roll
En tout cas, ce Mariposa est toujours aussi bien. Toujours pas d'armature utilisée, inutile vue la charge portée. Même avec les 4.4 kilos de nourriture, le gaz (une cartouche de 430 gr) et les skis, je devais avoir moins de 14 kilos le premier jour. Easy !
Pour porter les skis, j'ai repris mon système allarash utilisé en Norvège, bien qu'il aie déjà prouvée sa relative inefficacité : passer des cordelettes dans les sangles sur les côtés du sac, pour y glisser les skis, puis enrouler lesdits skis avec les 10 m de cordelette, pour qu'ils ne bougent pas du tout.
Inutile de dire que c'est un système pénible, peu adapté au portage des skis.  tongue
Autre point à noter, le nylon 70 deniers n'aime pas le frottage des carres. Vous ne vous en seriez pas doutés !  tongue  tongue
Un seul petit trou à déplorer, cependant, qui ne s'est pas élargi.

Tente : pas eu le temps de siliconer mon Frutti Sunrise avant de partir. Comme de la pluie était annoncée, j'ai pris un abri dont j'étais sûr.
Double toit uniquement, et pas les petits mats des extremités. Très bien, facile à monter, et températures pas suffisamment basses pour que le polyester se rétracte.
L'absence de chambre fait que l'on se retrouve parfois vaporisé de condensation gelée lorsque le vent secoue un peu la tente, mais j'avais énormément de marge sur mon couchage, ajoutons à cela la profusion de cabanes, ça ne valait pas la peine de se charger davantage. De toute façon, je dors sur le côté ou le ventre, et avec ma capuche.
Quant à l'absence d'autoportance, bof, j'ai toujours pu me débrouiller, même avec très peu de neige et un peu de vent.

Polycro : le même, été comme hiver, depuis des années maintenant. Taillé pas très large, donc risque d'avoir la couette qui touche la neige, mais en positionnant judicieusement son sac à dos, son sac de bouffe et ses chaussures autour du matelas, cela n'arrive pas très souvent. Et encore une fois j'avais beaucoup de marge en matière de couchage.

Ancres à neige : Données par Nif, selon ce tuto. Je n'en ai pris que 4. La tente a 12 points d'ancrage, en utilisant les skis, les bâtons, la pelle et le terrain, c'est bien assez. On peut carrément s'en passer et compter sur les branchages, mais ça peut vite devenir compliqué si la neige est profonde, donc ce sont quelques grammes très utiles.

Matelas : le mousse pour les pauses rapides, ou pour éviter de marcher pieds nus sur le sol dans les cabanes. La conjonction matelas mousse+sitpad est très intéressante en cabane, un va sous les fesses, l'autre sous les pieds nus. smile
Et le X therm, toujours aussi confortable.

Sacs de couchage : j'ai laissé l'ancien poids du sursac apex, mais je l'ai un peu modifié : Il faisait au départ (et de mémoire) 2m40 de long, tissu en nylon 10deniers seulement sur la face extérieure, apex apparent à l'intérieur. Et fermé seulement sur la moitié de la longueur, donc une sorte de quilt.
Dans la neige, et sans vrai tapis de sol, c'est pénible : ça ramasse la neige, les petites saletés, accroche les scratchs des vêtements, la barbe, et si c'est humide, les fibres d'apex gèlent et collent entre elles lorsqu'on compresse le tout.

Du coup, j'ai retiré une quinzaine de cm en longueur, et cousu une bande de tissu sur le haut, là où se trouve la bouche et tous les scratchs un peu pénibles (capuche).
Mais finalement, je ne l'ai jamais utilisé : trop pénible de devoir faire attention à ne pas accrocher les fibres avec les scratchs des moufles ou de la veste. Je vais tout découdre et rajouter un tissu sur toute la face intérieure. Facilité d'utilisation, moins de prise de tête !

Si la température était autour des -5, je ne dormais qu'avec la couette, très peu habillé. Le problème d'une couette, c'est qui est difficile d'y garder quelque chose au fond, comme son eau ou son gaz, ça finit toujours par glisser en dessous (surtout avec un matelas gonflant) et se retrouver à l'air libre... Du coup, je glissais tout ça dans mon x lite 250, X lite 250 dans lequel je glissais les jambes si la température descendait, la couette allant par dessus.
Pour le haut du corps, si la température passait sous les -10, je dormais avec la veste woolpower 600 et la veste en P&P. Cette combinaison est très chaude, sans doute trop, j'ai relevé deux fois -17 au matin, même en étant fatigué, la couette seule me suffisait pour le torse.

Réchaud : peu utilisé, mais toujours très bien lorsque j'ai du le faire. J'ai toujours une inquiétude du fait de l'absence de kit d'entretien, faisant que s'il se retrouvait bouché, la situation pourrait devenir compliquée. Mais peu de risque dans cette région, beaucoup d'arbres et de cabanes, aucune raison donc de prendre plus lourd, comme un réchaud à essence.

Bouilloire : En alu. J'en avais commandé une en titane de Chine, elle n'est jamais arrivée, donc j'ai refait avec encore une fois. Pas besoin de plus pour une personne, à mon avis, c'est plus tendu lorsque l'on est deux.  wink

Cuillère très longue : me permet de manger dans ma Nalgene, et aussi de piocher au fond des ziplocs sans m'en mettre plein les doigts.

Poche Dromlite : toujours bien d'avoir un grand contenant en hiver. Je lui fais de plus totalement confiance pour le mettre au fond de mon sac de couchage. Au matin, je vide son contenu dans Platypus et nalgene, que je garde contre mon ventre. On peut envisager de se passer de la Platypus, et avoir directement l'outre contre le ventre, mais le bouchon prend trop de place. A noter qu'une nouvelle version de ce bouchon est sortie cette année.

Cagoule mérinos : pas utilisée : je n'aime pas cette sensation d'avoir le nez un peu écrasé, et quelque chose devant la bouche. Alors même les nuits à -15, ça a été bonnet rabattu sur le visage, et buff relevé sur le menton. Bout du nez un peu frais, pas d'autre désagrément.
Ça n'aurait pas été la même histoire à -25. wink

Bonnet : utilisé seulement les nuits les plus froides, le buff et la capuche me suffisaient lorsque je marchais. Il est très long, et peut se rabattre jusque sur le nez, pratique la nuit !

Polaire sans manche : utilisé comme oreiller, et couche thermique de secours : ne pas avoir de manches permet de l'enfiler facilement, même sur un vêtement trempé.

Moufles imper : pas utilisées

Chaussettes Wool 200 : 2 paires, que j'essayais d'alterner à peu près régulièrement. L'argument anti odeur du mérinos est une blague, à moins que mes pieds ne soient frappés de la malédiction d'Yrfoul.

Chaussettes Wool 400 : utilisées uniquement la nuit. Très chaudes, mais lourdes et assez encombrantes. La prochaine fois, elles seront remplacées par de simples chaussettes en coton, pour aider à sécher les chaussures le soir.

Snow claw : pas besoin de plus quand on ne construit pas un abri de neige.

Couteau : indispensable pour refendre du bois, faire des hérissons pour démarrer le feu (je n'avais pas d'allume feu, juste quelques bougies au cas où).

Masque de ski : pas utilisé. Cher, lourd, fragile, encombrant. Pour cette destination sans risque de fort vent, à remplacer par de simples lunettes de vélo à verres jaunes, le premier prix est à 5€.

Frontale : chère, mais utilise une seule pile AA, les mêmes que dans mon gps. Faisceau très large (120°), excellente restitution des couleurs, lumière très agréable. Un régal à utiliser dans la forêt, dans les cabanes. Et sur les grandes étendues vides ? Bah on ne voit pas grand-chose, mais il n'y a de toute façon pas grand-chose à voir. Et même une lampe avec un faisceau plus concentré ne donne pas l'impression d'une meilleure visibilité.
Impossible de trouver des piles AA au lithium dans les magasins. J'ai d'ailleurs pas mal cherché, même après cette sortie, on dirait que c'est totalement introuvable en magasin physique, désormais.
Je suis donc parti avec de simples alcalines. Aucun problème à signaler même à -20. On m'a dit qu'à -30, on ressentait bien une petite perte de puissance, mais que la chaleur du front et de la capuche suffisait à y remédier. Quand on voit le prix des piles au lithium, les quelques grammes gagnés n'en valent sans doute pas la peine.

Moufles buffalo systems : le rembourrage s'en va désormais nettement au niveau des ongles, et les paumes sont usées, avec quelques trous par ci par là.
Elles ne sont plus du tout comme neuves, mais encore largement suffisantes pour me protéger en activité, avec en dessous les mitaines polaire et les passes-pouces de ma veste en laine.

Boxer : en synthétique. Pas terrible je dirais. Même en essayant de conserver une bonne hygiène et en le lavant, les odeurs deviennent fortes au bout de 4 à 5 jours. Utilisateurs de boxers en laine, j'aimerais savoir quelles marques vous me conseillez ? smile

Pantalon forclaz 50 : pas du tout imperméable, mais suffisamment coupe-vent pour cette destination. Sèche très très vite. La coupe ne met pas en valeur mes fesses. J'ai perdu 5 kilos entre le moment où je l'ai acheté et cette sortie. J'ai encore perdu du poids pendant cette balade. La bande élastique étant un peu lâche, il va me falloir coudre une ceinture. tongue

Chaussures : pas imperméables, sèchent très difficilement, même bourrées de journal. Franchement déçu au regard du prix payé, mes décathlon à 40€ faisaient un meilleur boulot.

Skis : je les ai refartés le mois dernier, la semelle était blanche, ils en avaient bien besoin. Leur absence de glisse est donc entièrement ma faute, j'aurais du refarter avant de partir, la fois d'avant datait d'il y a un an.
En revanche, ces fix sont vraiment à éviter : la sangle avant gêne le bon déroulement du pied, empêche de facilement retirer la chaussure (on doit souvent retirer les deux sangles). La neige s'accumule entre la sangle et la chaussure, et se transforme en glace au fil de la marche. Ça appuie sur les orteils, et rabote les lacets des chaussures.
Bref, c'est naze, et dès que j'aurai les sous, je remplacerai par des N75 + chaussures adaptées.


Il m'a manqué

De petits crampons pour verglas, type Yaktrax auraient été bien bien utiles.
De vrais bâtons de skis m'auraient sûrement permis de pouvoir me propulser plus efficacement sur la glace.
Un vrai système pour facilement accrocher mes skis sur le sac.


Nourriture


Je n'ai pas pris de notes, donc pas de chiffres précis. Il y avait 2 paquets de chips, un paquet de cacahuète, des fruits secs (séchés avec mon déshydrateur), des barres chocolatées diverses. En repas plus consistants, il y avait aussi du hachis parmentier (des bolinos, auxquels j'ai rajouté de la purée nature et des épices. Parce que les bolino, c'est pas donné...), de la viande bolognaise (faite avec le déshydrateur) et des coquillettes à cuisson de 3 minutes, ainsi que des légumes à couscous et de la semoule. Et des Vichy. C'est bon les Vichy !

Poids total de 4,4 kilos avec les sachets. Comme mon sac, j'ai préparé tout ça un peu à l'arrache, en me disant que je complèterais en ville si besoin. Je ne l'ai pas fait, et ça a été un peu juste, mais je n'ai pas dépassé le stade du "tiens, je grignoterais bien quelque chose", donc ça va.
L'oubli de thé a été plus difficile à gérer. wink

Vu le prix d'un déshydrateur premier prix, entre 30 et 50€, si vous consommez quelques lyo par an, l'achat vaut vraiment le coup. On prend beaucoup plus de plaisir à manger le soir en randonnée, et il est facile de varier ses repas.
Bien sûr, une fois réhydraté ça ne vaut pas le repas fraichement cuisiné. Ça ne vaut pas non plus un lyo Fuizon, et tous les aliments ne se réhydratent pas biens (impossible pour ce qui me concerne d'avoir un poulet correct après réhydratation). Mais ça vaut la peine d'essayer, ne serait-ce que pour faire son kiwi séché. Ou ses bananes ou patates douces.

Dernière modification par Archimboldi (09-05-2017 11:22:14)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#39 09-05-2017 11:25:04

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 050

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Salut, je ressors ce fil de l'oubli !  smile

J'ai enfin fini le commentaire de ma liste, et j'ai rajouté le jour suivant au récit. C'est bientôt la fin, je vais tâcher de finir ça rapidement.

N'hésitez pas si vous avez des questions, j'ai sûrement oublié des choses.


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#40 09-05-2017 21:10:30

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 535

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Salut Archimboldi,

Merci pour la liste et les commentaires qui vont avec  smile

Je patiente pour la suite  wink

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#41 10-05-2017 00:44:41

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 050

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Salut Flo, merci de ton passage ! smile

Récit enfin terminé, merci à tous de votre patience. En relisant vite fait, j'ai repéré des fautes et des répétitions.
Ne m'en veuillez pas, il se fait tard et j'étais sur ma lancée.  smile


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#42 10-05-2017 06:57:14

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 804

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Kikoo Archimboldi wink

Merci pour la fin de ton récit, les chouettes ambiances et les anecdotes de tous les jours : c'est 15 minutes de vacances avant le boulot wink.

eraz

Hors ligne

#43 10-05-2017 10:46:06

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 942

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Salut,

Merci pour le récit et les détails.  smile


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#44 10-05-2017 13:56:27

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 2 291

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Bonjour Archimboldi,  smile

Idée pour pour remplacer le thé vert au citron.
Il me semble que certaines aiguilles de pin* sont comestibles en infusion ! J'en ai préparé plusieurs fois dans le Jura, l'été dernier (j'essayais de repérer les pins blancs -> vu sur une petite pancarte au pied d'un pin blanc en forêt) et je suis toujours en vie !

* : Attention, certains conifères sont toxiques !

Incompréhensible pour bien des gens, mais le top sur Rl :
- Archim, raconte-nous ta plus belle journée de vacances !
- Un jour, dans une cabane isolée en Laponie, j'ai coupé suffisamment de bois pour y laisser plus de 4 jours d'approvisionnement et pour me faire un sauna ! Une toilette au seau pour enlever l'odeur de la fumée, et un grand bol d'eau chaude ! J'étais le plus heureux des hommes ! cool

Merci pour ce super récit et pour le dépaysement par procuration ! smile

Dernière modification par ester (10-05-2017 15:15:08)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#45 10-05-2017 15:15:48

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 2 291

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Je viens de m'apercevoir qu'aucun de tes récits lapons n'est dans le wiki !  neutral
Tu captives tellement tes lecteurs qu'on en oublie la trace finale !
Ré-pa-ré ! smile smile

S'il y a des erreurs (nb de jours, pays), fais signe, ou modifie !  wink

Edit : Ah mais flûte, je me disais aussi !
Tout est déjà bien classé en Srn et Raquette, tout en bas des récits !
(une section où je ne vais pas souvent !)
Correction effectuée

Dernière modification par ester (10-05-2017 20:58:34)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#46 10-05-2017 21:21:35

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Ahhh génial ce récit !

je me fais la réflexion que cela ressemble "au pet d'un énorme requin dans une gigantesque baignoire"

lol J'ai failli m'étrangler avec mes spaghettis bolognaise !

Hors ligne

#47 11-05-2017 15:21:54

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 050

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Merci. Ce n'est pas un récit qui révolutionnera la MUL, mais si ça distrait et peut chasser quelques fausses idées sur la nuit polaire, ça valait la peine de l'écrire. smile

ester a écrit :

Incompréhensible pour bien des gens, mais le top sur Rl :
- Archim, raconte-nous ta plus belle journée de vacances !
- Un jour, dans une cabane isolée en Laponie sans internet, j'ai coupé suffisamment de bois pour y laisser plus de 4 jours d'approvisionnement et pour me faire un sauna ! Une toilette au seau pour enlever l'odeur de la fumée, et un grand bol d'eau chaude ! J'étais le plus heureux des hommes !

J'ai apporté une petite modification, qui suffira à rebuter la majorité des gens !  tongue

Merci pour la wikifisation. Du coup je vais aussi rajouter le récit de Nif en SRN l'hiver dernier, il était très bien !
On ne le voit plus Nif, d'ailleurs. J'espère qu'il va bien, mes derniers mails sont restés sans réponse.  sad


Pour illustrer l'effet "râpe à fromage" des fixations des skis sur les lacets, je viens de prendre une petite photo :
6593_p5110110_11-05-17.jpg
C'est un peu moins impressionnant à l'oeil nu, mais tout de même ! Je pensais tout d'abord que c'était le fait de tirer tous les matins sur des lacets gorgés d'eau ou gelés, mais le tissu autour a également souffert.


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#48 12-05-2017 20:35:51

remi
Membre
Inscription : 12-03-2008
Messages : 44

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Bonjour,  et merci pour ce beau récit.
J'ai un peu tremblé tout du long en lisant tes déplacements sur la glace.

Toujours délicat de donner des conseils sécurité sur un forum, mais vu que le sujet est lancé, je rajoute quelques conseils de patineur :

Tu as bien noté l'importance des griffes et des vêtements de rechange accessibles et dans un sac étanche.
Les vêtements pour le haut au dessus des vêtements pour le bas car on change le haut en premier (éviter le ruissellement)
Le sitpad pour faciliter le changement du bas.
Un serviette microfibre est un plus.
Pour les chaussures que l'on ne peut pas changer: deux paires de chaussettes l'une sur l'autre avec un sac plastique intercalé entre les deux permet de garder les pieds au sec un moment.
L'objectif si on veut éviter un trop grand choc thermique est de flotter. Pour cela un sac à dos sur-dimensionné et tous les sac étanches gonflés d'air créent une bouée.
Il faut éviter que cette bouée remonte dans le dos et nous plonge la tête en avant. Pour cela, ajouter une sangle sous-cutale.
La chute à ski est en effet très dangereuse. Retirer ses ski d'une main sous l'eau ne doit pas être évident et on a forcément avancé loin sur de la glace non portante.
Je dirais qu'il vaut mieux les retirer en cas de doute sur la glace.
Les patineurs s'équipent d'une corde que l'on jette à ses compagnons. Cette corde attachée à la ventrale aide à alléger les appuis sur la glace qui casse lors de la remontée.
Seul à ski dans une eau profonde le risque de casser la glace sur long et de s'épuiser est très fort.
Comme pour tous les gestes de secours, l'entraînement est essentiel. Faire cela encordé et avec des personnes expérimentées permet de vaincre le choc émotionnel du bain glacé et entraîne les bons réflexes.

Pour éviter de tomber à l'eau, une formation sur la glace et un pic adapté pour la sonder :http://www.issakerhet.se/utrustning/ispik

Bonnes balades sur ces belles étendues glacées et soyez prudents !

Remi

Hors ligne

#49 15-05-2017 01:21:31

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005
Messages : 2 532

Re : Nuit polaire sur le lac d'Inari

Oui.
Et sinon, sur l'Inarijarvi :
Partir un peu plus tard en saison
Regarder l'historique des températures des semaines passées
Regarder les prévisions, aussi. Un gros redoux persistant : pas bon.
Sur place, à Inari, demander aux locaux ! Les saames bossent aussi l'hiver, et le lac leur sert de route en skidoo.
Sans compter que les finlandais du coin y font faire un tour aux touristes tous les jours: hors de question d'y noyer une demi-douzaine de japonais en lune de miel...

Et en cas de doute, passer par les tunturis c'est sympa aussi.


Pour mémoire (merci les québécois)
165_glaceseicuritaire_15-05-17.jpg
165_chartedeformationdesglaceeneaudouce_zpse28a23bf_15-05-17.jpg


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)
Si Edition sans raison indiquée : GolgOrth, Sainte Axe, petites précisions diverses...

En ligne

Pied de page des forums