Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 30-01-2017 17:37:35

wax
Membre
Inscription : 29-08-2006
Messages : 4 576
Site Web

[Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Bonjour,

En Aout 2016 j'ai eu la chance de pouvoir me rendre au Ladakh pour un mois. J'en ai profité pour faire quelques randos.

Ma première rando consistais à traverser la chaîne du Ladakh, du Nord au Sud. Cette traversée peut se faire de plusieurs façons. La plus courante est de partir du village de Hunder et d'arriver au village de Phyang. Pour ma part j'ai choisi de le faire entre les villages de Patchatang (ou Patsathang) et de Tia (ou Tea ou encore Teya, au Ladakh, l'orthographe des noms propres est souvent approximative). Ce sentier est beaucoup moins fréquenté que les autres puisqu'il n'a été autorisé qu'assez récemment.

On peut trouver des infos sur cette rando dans le numéro « Hors série Himalaya Indien - Decembre 2014/Janvier 2015 » de Trek Magazine. Un reportage d'Ulysse Lefebvre qu'on peut aussi retrouver en ligne.

Je vais essayer de mettre un maximum d'informations pratiques dans ce compte rendu, j'espère que ça ne rendra pas la lecture trop « aride ». wink

Préparatifs.

Avant le départ de cette rando, il faut passer dans une agence de trekking pour faire faire un permis pour accéder à la vallée de la Nubra. Pour cela, il faut y laisser votre passeport et payer 650 Rps. Les délais sont assez courts (24h) et l'obtention du permis est automatique. Avant le départ pour la vallée de la Nubra, il faut également faire 4 photocopies de ce permis pour en laisser une à chaque « Check point » (et en avoir un peu de rab au cas ou).

598_pachathang_-_tea_1_30-01-17.jpg
Spot de bivouac en fin de deuxième journée. L'abri est discrètement posé en bas à gauche.

Jour 1 : Beaucoup de transports, un peu de marche.

Départ de Leh à 6h du matin. Il faut se rendre au « Polo Ground » pour y trouver des taxis collectifs qui vont franchir le fameux Khardung La (à 5360m) pour se rendre dans la vallée de la Nubra qui se trouve au nord. La place coute 400 Rps et il faut eviter les places à l'arrière car c'est la ou on se fait le plus secouer. En effet, même si la route est très bonne jusqu'à South Pullu, après ce check point et jusqu'à l'autre coté du col (North Pullu), ca secoue fort. hmm

Petit arret à South Pullu, le chauffeur vous prend une photocopie du permis et va la déposer au bureau des militaires. Autre petit arrêt en haut du col pour admirer la vue et prendre quelques photos. Encore un arrêt à North Pullu pour un autre dépôt de permis. Et enfin un arrêt au petit bled de Khardung pour boire un thé et manger un bout. Tout ça (ainsi que l'état de la route) fait qu'on met bien 4h pour arriver à Diskit. Ensuite il faut trouver un moyen de continuer sur la route principale vers l'Est (Hunder, Thoise …). Soit en bus, soit en stop, soit avec une voiture privée. Pour ma part, comme c'était un Dimanche (pas de bus), j'ai du faire du stop. D'abord jusqu'à Hunder. Là, au niveau du croisement avec la route principale, j'ai fait mon dernier repas « normal » dans un boui-boui Penjabi assez « local ». J'en ai profité pour bien me remplir le ventre. Ensuite j'ai été pris en stop par un camion militaire jusqu'à … l'entrée du camp militaire. Et finalement, dans une jeep louée par un couple d'indiens, jusqu'au croisement avec la route de Patchatang.

598_pachathang_-_tea_2_30-01-17.jpg
Arrivé des deux "horse men" au deuxième bivouac.

Laissé au croisement, il est déjà 16h quand je commence à marcher pour aller au village. Je ne connais pas exactement la distance à parcourir. Quelque chose entre 6km et 12km. Au bout d'une heure, j'entends un bruit derrière moi : une camionnette arrive qui va au village. Les occupants, aussi surpris que moi, me font monter dans la partie « coffre », entre les bouteilles de coca et les paquets de chips. En effet, sur la banquette arrière, une mamie, la cheville fraîchement emplâtrée, gémit à chaque soubresaut de la voiture sur cette piste précaire. Au bout d'une demi-heure de route, on traverse un pont au dessus du ravin et on arrive au village. Beaucoup de monde pour accueillir la voiture. Tout le monde hallucine de me voir là, tout seul avec mon sac à dos. Il faut dire que les étrangers viennent rarement dans ce coin paumé. Et lorsqu'ils viennent pour faire de la rando, c'est avec un guide, un cuisinier, un « horse man », un « adjoint du horse man », des chevaux ou des mules … bref toute une caravane roll . Donc de voir débarquer un seul étranger avec un sac assez petit, ça surprend pas mal les gens. Je demande à quelqu'un ou est-ce que je pourrais poser ma tente pour cette nuit et tout ce qu'on m'indique c'est un petit espace de deux mètres carré, au milieu du village, devant la mosquée. Petit espace en ciment ou je ne peux pas planter de sardines. Je pourrais y dormir à la belle étoile mais je pense que j'aurais alors à gérer la curiosité de tous les gamins du village et je n'ai pas vraiment l'envie (ou l’énergie) nécessaire pour ça. Je décide donc de continuer un peu pour sortir du village et peut-être trouver un endroit plus discret pour planter ma tente.

Comme un peu partout au Ladakh, la construction de route est très active dans ce coin et les grosses machines, pilotées par de pauvres népalais en guenilles, créent beaucoup de poussière. Au passage j'admire l'ingéniosité de ces forçats modernes a construire une route dans des coins aussi paumés et dans des conditions aussi difficiles roll . En continuant sur cette piste qui sera sans doute goudronnée d'ici peu, je trouve leur campement de misère, fait de toile de parachute rafistolée et de bout de tarps raccommodés.

598_pachathang_-_tea_3_30-01-17.jpg
Deuxième bivouac: les chevaux "fêtent" à leur manière la fin de la journée.

Pas beaucoup d'endroits pour planter la tente alors je continue jusqu'au prochain village de Largyap Yogma. Juste à l'entrée de celui-ci je trouve une petit panneau « camping » qui indique un bout de terrain bosselé sans source d'eau. Ignorant ce panneau, je poursuis jusqu'au centre du village ou je suis accueilli par deux ladakhis hilares et assez imbibés. Eux aussi hallucinent de me voir débarquer tout seul, sans « caravane » de guide, cuisinier … Ils veulent bien que je campe en plein milieu du village étant donné que je ne prendrai visiblement pas beaucoup de place. Les enfants du village débarquent alors en force et sont très très curieux du contenu de mon sac à dos. Je leur offre le spectacle du montage de l'abri Oli_v_ier mais ça ne leur suffit pas. Ils veulent examiner le fin fond de mon sac à dos pour y trouver le fameux chocolat. Car c'est bien connu, les touristes ont toujours du chocolat en rab ! lol Devant mon refus, et voyant la nuit tomber, ils finissent par rentrer chez eux en embarquant mon bol en plastique comme souvenir. C'est donc dans le noir que je grignote rapidement quelque chose avant de me coucher. La journée a été longue même si je n'ai pas beaucoup marché.

Jour 2 : Largyap Yogma à Camp 4400 m

Réveil le lendemain pour voir les villageois commencer à travailler dans les champs. Je mange quelques gâteaux en rangeant mes affaires et, alors que je m’apprête à partir, on vient me rendre visite pour me réclamer … un paiement pour le « camping » ! En effet, un grand jeu des Ladakhis consiste à demander aux randonneurs de payer un droit de « camping » chaque nuit. Parfois la situation est claire comme ici. Parfois c'est moins évident. Par exemple lorsque vous dormez au milieu de nulle part, que vous repartez le lendemain matin, que vous passez un col à 5200m, que vous descendez dans une autre vallée et que la-bas, à des kilomètres de votre lieu de bivouac, quelqu'un vous affirme qu'il est officiellement responsable du bout de terrain ou vous avez dormi la nuit dernière et que du coup, vous lui devez des sous ! yikes Et pour prouver tout ça, il vous sort un carnet de reçus avec le nom des vallées avoisinantes dessus. Les sommes réclamées ne sont jamais énormes (150 Rps) mais le principe en lui même est parfois … déroutant. Du coup, au lieu de se fâcher, la solution la plus sympa est de négocier un peu sur le ton de la rigolade. Ça permet d'une part de créer un contact moins « commercial » et plus « humain ». Et puis, on a moins l'impression d’être des porte-feuilles ambulants. Du coup on repart parfois avec un bon chapati tout chaud dans le sac à dos. Chapati qu'on dégustera à la prochaine pause avec un bout de chocolat noir.

598_pachathang_-_tea_4_30-01-17.jpg
Sur le sentier le troisième jour.

Après avoir réglé la taxe « camping », je continue mon chemin sur cette piste qui est de moins en moins marquée. J'arrive à une rivière en contre bas. Descente jusqu'à l'eau puis remontée de l'autre coté pour atteindre le joli village de « Largyap d'en haut ». Au détour du chemin je tombe tout à coup sur un groupe d'une quinzaine de randonneurs avec leur guide. Ils vont en sens inverse et ont donc presque terminé leur rando. Je demande au guide si le sentier est bon et il me dit que tout est « OK ». Je traverse ce village sympa en diagonale, m’éloignant un peu de la rivière. Au passage je croise quelques villageois qui ont l'air très détendus. Ensuite je suis un petit canal d'irrigation jusqu'à retrouver la rivière que je traverse par un petit pont. Là, je mouline un peu dans la semoule pour trouver le chemin parce que la description que j'ai sur le papier ne correspond pas à ce que je vois sur le terrain. Je décide finalement d'aller jusqu'aux petits « chortens » ou je retrouve un sentier qui quitte la rive de la rivière pour monter à droite, sur une butte. Le sentier n'est pas très marqué mais il est quand même là et c'est plus facile/rapide de cheminer dessus que d'improviser autre chose. Le seul problème c'est que ma description du trek parle de rester sur l'autre rive de cette fameuse rivière. Or, j'ai beau scruter, je ne vois aucun sentier par la-bas. Et comme le sentier sur lequel je suis m'a l'air assez fréquenté, je décide de poursuivre de ce coté.

Donc je continue sur cette (vraie) rive gauche en espérant ne pas avoir à retraverser la rivière à l'arrache d'ici quelques heures. Pari réussi, puisque même si le sentier à parfois tendance à disparaître, il réapparaît toujours, quitte à devoir marcher tout au bord de l'eau et à faire quelques montées et descentes. Vers 15h, j’atteins un espace ouvert ou la rivière s’étale un peu en plusieurs petits bras. Il y a un abri aménagé pour les bergers ainsi que des traces de troupeaux. Il est encore tôt mais je sens que l'altitude fait son effet et que la fatigue est déjà présente dans mon corps. En plus il fait beau et le coin est très joli. Je continue un peu puis me rends compte que je ne croiserai pas un aussi joli spot avant quelques heures. Donc je reviens sur mes pas et pose le camp.

598_pachathang_-_tea_5_30-01-17.jpg
Sur le sentier, toujours le troisième jour.

Je suis rejoins en fin d'après-midi par deux « horse men » qui faisaient partie de la caravane des randonneurs que j'ai croisé plus tôt. Ils repartent avec une dizaine de chevaux dans l'autre sens pour trouver une autre caravane de randonneurs et continuer à travailler durant cette courte saison estivale. Leur tente est un grande bâche qu'ils installent avec beaucoup d'aisance en tipi. Dedans ils entreposent tout leur matos. Ils ont un gros réchaud à pétrole, beaucoup de couvertures, de la nourriture … Avec leur dizaine de chevaux, ils peuvent se permettre d'avoir du matos « lourd ». Je discute un peu avec eux en partageant notre nourriture et puis je rejoins ma petite tente pour une bonne nuit de sommeil.

Jour 3 : Camp 4400 m à Alpage Spangpoche

Le lendemain, je pars beaucoup plus tôt qu'eux car ils doivent s'occuper des chevaux mais je sais très bien que, montagnards nés, ils vont me rattraper et me dépasser en cours de journée. Je continue donc sur ce petit sentier et au bout de quelques heures je repère un camp de bergers où se trouvent un bon paquet de yaks et ils me font gentiment signe de venir les rejoindre. Épris de curiosité (et encore un peu naïf roll ) je fait un petit détour pour les retrouver. Pour eux c'est une excellente occasion d'interrompre leur besogne pour venir mater l'étranger bizarre qui se balade tout seul dans leur vallée. Après les questions habituels (Ou est ton équipe de « guide-cusinier-horse men » ? D’où viens-tu ? Ou vas-tu ? De quel pays ?), et une petite tasse de thé, ils me sortent tout aussi gentiment … leur petit carnet de reçus et me réclament 150 Rps pour la future nuit que je vais passer sur « leurs » terres ! Quand je vous disait qu'ils étaient a-do-rables lol . Après une petite séance de négociation sympathique pendant lequel je fait baisser le prix en leur expliquant que les chevaux que je n'ai pas ne risquent pas de brouter beaucoup d'herbe sur leurs terres, je repars avec un bourse légèrement allégée et un peu de fromage de yak tout frais. tongue

598_pachathang_-_tea_7_30-01-17.jpg
Troisième jour, le premier alpage. Chaque point noir est un énorme yak ...

Le sentier continue parfois à 20m au dessus de la rivière (avec parfois un peu de gaz) pour arriver sur un grand plateau en pente avec pas mal de yaks qui broutent paisiblement. On perd alors encore une fois le sentier pour le retrouver plus loin à coté de la rivière. On laisse alors la rivière à gauche et on monte sur une petite sente pour arriver sur un autre alpage en forme de bol immense. On doit alors aller jusqu'à la source du torrent en gardant la rivière à gauche pour trouver un grand replat couvert de blocs et un mini lac à coté. Sur ce champ de blocs, on aperçoit vaguement quelques cairns qu'il faut suivre pour finalement traverser la rivière. Maintenant sur la (vraie) rive droite, on se dirige vers la source de l'eau en préférant un cheminement sur l'herbe plutôt que sur les cailloux. On atteint alors un grand cairn ou se trouve le sentier assez bien marqué qui grimpe sur des blocs pour nous mener au dernier alpage de la journée. On peut alors soit aller camper sur la petite bosse qui se trouve légèrement sur la gauche ou préférer être plus proche du torrent principal et aller tout droit.

598_pachathang_-_tea_8_30-01-17.jpg
Troisième jour, entre le premier et le deuxième alpage.

Je pose donc le camp sur cette petite bosse et je me rends compte que cette journée avec cette longue montée faite de faux plat, de petite montées et descentes, de recherche de sentier, a été assez éprouvante. La météo n'a pas l'air très bonne : ciel lugubre, vent froid, nuages noirs, … je me lave, fait une lessive rapide, prépare une petite soupe bien chaude et espère pour que la météo sera bonne pour le lendemain.

598_pachathang_-_tea_10_30-01-17.jpg
Bivouac du troisième jour.

598_pachathang_-_tea_11_30-01-17.jpg
Bivouac du troisième jour.

Jour 4 : Alpage Spangpoche – col de Zamjunmo-la (ou Tia-la) – Dakstang Yogma.

Réveil sous un ciel un peu voilé. Étrange. En été, au Ladakh, le ciel est d'habitude tout bleu. Mais visiblement la météo a l'air d'avoir pas mal changé au cours de ces dernières années. Le ciel gris d'hier soir, ces nuages ce matin. J'ai l'impression que le fameux « changement climatique » est assez présent ici ce qui est dommage étant donné la réputation de cette région pour la qualité particulière de sa lumière en été. Après avoir mangé un bout et rangé tout le matériel, je me dirige directement vers une sorte de fente évidente dans un gros tas de rochers que je dois traverser ce matin. Je fais l'erreur de m'y engager sans chercher le vrai sentier qui se révélera être plus à droite. Ce sentier monte un peu plus que nécessaire mais est beaucoup plus facile à emprunter que le chaos de blocs dans lequel je me suis empêtré. Je retrouve donc ce vrai sentier lorsque j'arrive dans un autre alpage en forme de bol. Je suis les quelques cairns avec attention. Arrivé en haut d'une petite montée, je perds un peu de temps en orientation. L'astuce consiste à traverser la rivière une première fois, faire quelques dizaines de mètre sur la (vraie) rive gauche avant de retraverser pour continuer à monter en rive droite. Je m'approche tout doucement du col en attaquant la moraine. Les traces du sentier ainsi que quelques cairns continuent à me guider. Pour la n-ième fois je perds le sentier mais, au lieu de regarder de l'autre coté de la langue de neige et de glace, je continue à grimper espérant trouver un terrain plat pour traverser cette langue. C'est une erreur. En fait il faut effectuer cette traversée à un niveau assez bas. Le but du jeu n'est pas de faire une longue traversée sur du terrain assez plat mais de faire une traversée plutôt courte sur du terrain en devers pour utiliser au maximum la zone caillouteuse qui se trouve de l'autre coté de cette langue de neige et de glace.

598_pachathang_-_tea_12-1_30-01-17.jpg
Quatrième jour: traversée de cette langue de neige. En rouge le parcours effectué. En vert le parcours que j'aurai du effectuer.

Du coup, emporté par cette fausse théorie de la "traversée à plat" je continue a grimper et l'air se faisant de plus en plus rare, mes pauses deviennent de plus en plus nombreuses. Je fini par me risquer sur la neige sans voir aucune trace et décrit un parcours en grand arc de cercle en assurant au maximum chacun de mes appuis. Je me dis que si je commence à glisser ici, j'ai de grandes chances de me faire mal à l'arrivée en bas et que, du coup, ça ferait un vrai test pour ma balise de secours (si je suis assez conscient pour l'activer). Au bout d'une bonne demi-heure qui me paraît interminable je retrouve des cailloux sous mes pieds et me sens plus en sécurité. Le col offre une vue spectaculaire de la vallée dans laquelle je vais descendre. Le vent est glacé et les nuages sont toujours présents. Je m'amuse à remettre en place quelques drapeaux de prière et mange un morceau tout en écoutant de la bonne musique.

598_pachathang_-_tea_13_30-01-17.jpg
Vue du col.

598_pachathang_-_tea_14_30-01-17.jpg
Vue du col sur un autre bassin d'accumulation.

Descente un peu raide au départ puis qui devient plus facile. Les deux heures suivantes, la descente continue « par paliers » avec de jolis vues au détour des virages. On arrive à un lieu de bivouac évident, juste avant d'avoir à traverser la rivière. Comme le vent est assez présent, je choisi un spot à coté d'un gros caillou, sur l'autre rive. Puis la cérémonie traditionnelle de montage d'abri, de toilette et de petite lessive. Ce passage de col dans la neige, en hors entier ainsi que la marche en l'altitude m'ont un peu fatigués. Je sens que je vais bien dormir ce soir. wink

598_pachathang_-_tea_15_30-01-17.jpg
Dans la descente.

Jour 5 - Dakstang Yogma – Tia - Tingmosgang.

Réveil assez tôt, rangement des affaires et je démarre sur la rive droite de ce torrent que je vais plus ou moins suivre tout au long de la journée. Une journée marquée encore une fois par un ciel nuageux. Aujourd'hui on se croirait sous un ciel gris « parisien » : la météo au Ladakh « c'est plus ce c'était  ma pauv ' dame ! » lol . Je traverse au bout de 15 minutes en suivant les indications des cairns pour rester sur la rive gauche pour le reste de cette journée tout en descente. J'aurai à traverser des mini torrents qui viendront sur la gauche gonfler le cours de cette rivière de temps à autre. Comme au cours de journées précédentes, le sentier joue parfois à cache cache mais la direction générale est assez évidente. Il faut tout de même essayer de le suivre au maximum juste pour pouvoir marcher sans avoir à trop faire attention aux cailloux qui sont au sol. Du coup on avance non seulement plus vite mais on peut mieux profiter des paysages. Je croise de temps à autre quelques yaks dont un jeune plutôt agressif que je prends soin de contourner paisiblement.

598_pachathang_-_tea_16_30-01-17.jpg
Pas loin du spot de bivouac au soir du quatrième jour.

Vers 4000m, des ruines de murs sont visibles de l'autre coté du torrent. Petit à petit les vestiges d'un village apparaissent. Pour traverser ce village il n'est pas indispensable de le contourner par la gauche. On peut se permettre de passer « a travers » en faisant tout de même attention à ne pas abîmer les petits murets en pierre qui se trouvent un peu partout. Je croise une vache morte, la gorge grande ouverte. Sans être un expert j'ai l'impression que « l'incident » n'a pas du se produire il y a très longtemps. Je continue sur le sentier qui me paraît le plus fréquenté tout en prévoyant de dévier en fin de village sur la gauche pour emprunter un petit sentier qui remonte un peu et fait passer par un collet, en laissant la rivière partir à droite dans une petite gorge.

598_pachathang_-_tea_17_30-01-17.jpg
Un yak à contourner dans la descente.

Ensuite une petite descente fastidieuse qui mène à une fourche. A droite un petit bâtiment vide puis un petit temple ou on a essayé d'installer un moulin à prière relié de façon plus ou moins efficace à un petit cours d'eau. L'ingéniosité de cette « machine à prière » est surprenante. On peut voir une route goudronnée de l'autre coté de la rivière mais on ne sait pas trop comment traverser celle-ci étant donné qu'au cours de la descente elle est devenue beaucoup plus imposante. L'astuce consiste, à partir du moulin à prières, à traverser le petit canal artificiel (en se mouillant les pieds), à continuer vers la rive en descendant un peu, à y trouver un petit pont assez miraculeux et à se retrouver de l'autre coté, sur du goudron bien lisse. On se rend alors compte qu'il n'y a pas d'autre pont avant un bon bout de temps et que si on avait continué sur la branche gauche de la fourche, on allait passer encore de pénibles heures à marcher sur des cailloux sans pouvoir traverser.

598_pachathang_-_tea_18_30-01-17.jpg
Début des moissons dans le village de Tia.

Ensuite il ne reste plus qu'à suivre la route. Soit on descend tout de suite vers le cœur de ce petit village, soit on continue tout droit et on arrive à une Gompa. La, on peut discuter un peu avec un petit prêtre sympa qui vous offrira peut-être une petite Tukpha (soupe) poivrée délicieuse. Plusieurs options à partir de là. Soit on continue à randonner pour se diriger vers Domkhar en deux ou trois jours. Ou alors on reste dans une « Home Stay » à Tia qui à l'air d'être un petit village encore bien authentique. Ou encore, et c'est l'option que j'ai choisi, on va rejoindre Tingmosgang par la route et y trouver une « Home Stay ». Si on choisit cette dernière option alors il ne faut pas hésiter, à partir du centre de Tingmosgang, à s'engager sur la route de Ang pour y trouver des « Home Stay » sympas et agréables.

Remarques:
- Comme dit plus haut cette rando est peu fréquentée donc ça donne des avantages (sentiment de solitude dans la nature) et des inconvénients (chemin peu tracé, pas trop de passage en cas d'ennui).
- L'ajustement à l'altitude n'a pas été évident. J'avais pris soin de passer 4 jours entiers à Leh (à 3500m) mais ça ne m'a pas permis de passer le col à 5200 en sifflotant big_smile . Au delà de l'essoufflement en montée, il y avait surtout un sentiment de fatigue généralisé qui ne correspondait ni à la distance parcourue, ni au dénivelé (assez faible) de cette rando. Sur les autres randos, cette fatigue a été moins importante car mon corps a tout de même fini par s'adapter au manque d'oxygène. 
- La connaissance de quelques mots de ladakhi est un grand plus. Ça permet non seulement de pouvoir échanger quelques banalités mais ça marque aussi un certain respect pour des gens qui ont, dans leur culture, un sens de l'hospitalité très développé.

w.

Edit: ajout de liens sur les autres CRs et sur la liste le 14/02/17
Edit: ajout du lien sur "complément d'infos" le 20/02/17

Autre CR: Ladakh: Rumtse - Korzok
Autre CR: Ladakh: Yagang - Chang Sumdo

Liste: ici
Petit complément d'informations sur le Ladakh: ici.

Dernière modification par wax (20-02-2017 17:41:51)


"Life is known only by those who have found a way to be comfortable with change and the unknown. Given the nature of life there might be no security but only ... adventure"

Hors ligne

#2 30-01-2017 17:48:58

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 1 930
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

bonsoir

beau récit , magnifiques photos , merci du retour .


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#3 30-01-2017 19:02:20

steves
Membre
Inscription : 16-10-2012
Messages : 207

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

woaaa. Merci de ce retour, quelle beauté!

Hors ligne

#4 30-01-2017 19:09:14

einganien
Membre
Inscription : 30-12-2015
Messages : 1 372

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Très beau récit et très belles photos.
J'attends ta liste avec impatiente et j'aurais quelques questions de débutant (pas pour la rando, mais pour la haute altitude).
Concernant donc l'altitude et partant seul, n'as-tu pas peur d'avoir un mal de la montagne ou un œdème cérébral ou pulmonaire ?
Cette question m'a toujours chagriné sachant que pour arriver à ces altitudes il faut faire des paliers pour habituer son corps.
Et pourtant, nous voyons des randonneurs de tous ages partir en trek à l’étranger avec des agences sans avoir pu évoluer à ces hauteurs avant.

Hors ligne

#5 30-01-2017 21:34:09

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 562

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

wax a écrit :

Remarques:
- Comme dit plus haut cette rando est peu fréquentée donc ça donne des avantages (sentiment de solitude dans la nature) et des inconvénients (chemin peu tracé, pas trop de passage en cas d'ennui).
- L'ajustement à l'altitude n'a pas été évident. J'avais pris soin de passer 4 jours entiers à Leh (à 3500m) mais ça ne m'a pas permis de passer le col à 5200 en sifflotant big_smile . Au delà de l'essoufflement en montée, il y avait surtout un sentiment de fatigue généralisé qui ne correspondait ni à la distance parcourue, ni au dénivelé (assez faible) de cette rando. Sur les autres randos, cette fatigue a été moins importante car mon corps a tout de même fini par s'adapter au manque d'oxygène. 
- La connaissance de quelques mots de ladakhi est un grand plus. Ça permet de pouvoir non seulement d'échanger quelques banalités mais ça marque aussi un certain respect pour des gens qui ont, dans leur culture, un sens de l'hospitalité très développé.

w.

PS: Liste à venir


Cool merci, je compte m'y rendre en septembre, peut-être ici aussi. Ca a l'air joli, même si la balade est courte en elle-même, faut que je regarde si y a moyen de relier tout ça.

- Tu n'as pas ré-éclairé le yak sous Photoshop comme un cochon?


- accoutumance à l'altitude: 1 jour suffisait à Leh, mais tu aurais dû faire un autre 24h à glander à 4400m  amha;-)

- pourquoi ne pas avoir essayé de ne pas payer? Je suis contre le fait de clochardiser/putifier les gens, il n' y a aucune prestation là ! De plus, je ne connais pas le Ladakh, mais ailleurs en Inde si tu ne négocie pas hyper dur et avec acharnement les gens te méprisent.

Hors ligne

#6 30-01-2017 22:58:26

guy62
Membre
Lieu : Val de Marne
Inscription : 09-05-2006
Messages : 499

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Bilbox a écrit :
wax a écrit :

Remarques:
- Comme dit plus haut cette rando est peu fréquentée donc ça donne des avantages (sentiment de solitude dans la nature) et des inconvénients (chemin peu tracé, pas trop de passage en cas d'ennui).
- L'ajustement à l'altitude n'a pas été évident. J'avais pris soin de passer 4 jours entiers à Leh (à 3500m) mais ça ne m'a pas permis de passer le col à 5200 en sifflotant big_smile . Au delà de l'essoufflement en montée, il y avait surtout un sentiment de fatigue généralisé qui ne correspondait ni à la distance parcourue, ni au dénivelé (assez faible) de cette rando. Sur les autres randos, cette fatigue a été moins importante car mon corps a tout de même fini par s'adapter au manque d'oxygène. 
- La connaissance de quelques mots de ladakhi est un grand plus. Ça permet de pouvoir non seulement d'échanger quelques banalités mais ça marque aussi un certain respect pour des gens qui ont, dans leur culture, un sens de l'hospitalité très développé.

w.

PS: Liste à venir


Cool merci, je compte m'y rendre en septembre, peut-être ici aussi. Ca a l'air joli, même si la balade est courte en elle-même, faut que je regarde si y a moyen de relier tout ça.

- Tu n'as pas ré-éclairé le yak sous Photoshop comme un cochon?


- accoutumance à l'altitude: 1 jour suffisait à Leh, mais tu aurais dû faire un autre 24h à glander à 4400m  amha;-)

- pourquoi ne pas avoir essayé de ne pas payer? Je suis contre le fait de clochardiser/putifier les gens, il n' y a aucune prestation là ! De plus, je ne connais pas le Ladakh, mais ailleurs en Inde si tu ne négocie pas hyper dur et avec acharnement les gens te méprisent.

Dans le Ladakh, les habitants se rapprochent plus du népalais ou du tibétain que de l'indien. De plus, ils sont plus souvent boudhistes qu'hindou.
D'ailleurs, il me semble que wax a expliqué qu'il négociait un peu quand même.

Edit : merci wax pour ce très beau retour.

Dernière modification par guy62 (30-01-2017 23:03:50)

Hors ligne

#7 30-01-2017 23:03:04

guy62
Membre
Lieu : Val de Marne
Inscription : 09-05-2006
Messages : 499

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

einganien a écrit :

Très beau récit et très belles photos.
J'attends ta liste avec impatiente et j'aurais quelques questions de débutant (pas pour la rando, mais pour la haute altitude).
Concernant donc l'altitude et partant seul, n'as-tu pas peur d'avoir un mal de la montagne ou un œdème cérébral ou pulmonaire ?
Cette question m'a toujours chagriné sachant que pour arriver à ces altitudes il faut faire des paliers pour habituer son corps.
Et pourtant, nous voyons des randonneurs de tous ages partir en trek à l’étranger avec des agences sans avoir pu évoluer à ces hauteurs avant.

Les agences font souvent un palier à 3500m d'altitude ( exemple : le tour des Annapurnas ) pour s'acclimater à l'altitude. Comme Leh se trouve à cette altitude, il suffit de rester quelques jours pour bien être acclimaté.
De plus, au Ladakh, si tu passes des cols à 5000m environ, tu dors plus bas.
Ceci dit, les gens ne sont pas égaux devant l'altitude. Je connais un pote très sportif qui a toujours du mal au-dessus de 3500m.
Si tu n'es pas d'un naturel nerveux, c'est plus facile d'être bien acclimaté.

Hors ligne

#8 30-01-2017 23:03:59

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 1 930
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

l'Acoutumance à l'altitude est quelque chose de très personnel  smile


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#9 30-01-2017 23:05:40

wax
Membre
Inscription : 29-08-2006
Messages : 4 576
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

@Magne2, @steves, @guy62: merci pour vos compliments.
@einganien: c'est vrai que c'est une question qui se pose. Personnellement j'avais déjà randonné en haute altitude sans problème et, dans ce cas précis, j'ai essayé a la fois d'être très prudent au niveau de l'acclimatation à l'altitude et aussi d'être très à l'écoute de mon corps pour essayer de déceler d’éventuels symptômes le plus rapidement possible. Mais c'est vrai qu'il existe toujours un petit risque. 
@Bilbox:
- en Septembre il y aura beaucoup moins de monde mais ... la météo sera également un peu plus aléatoire.
- non, pas comme un cochon mais sans doute comme un ... yak !  lol
- pour l'altitude, je serai content d'avoir ton retour sur ta méthode (24h à 3500m et 24h de plus à 4400m à glander). Ça se trouve ça fonctionne super bien.
- le Ladakh, AMHA ce n'est pas vraiment l'Inde. Les gens sont beaucoup plus cools et respectueux qu'ailleurs en Inde. Cela vient peut-être du bouddhisme. Ou peut-être d'autre chose. En tous cas, malgré une présence touristique de plus en plus forte, les relations sont rarement conflictuels. Ce que j'ai fait par la suite c'est simplement éviter les "tentes-péages" en faisant parfois des petits détours. C'est plus ludique et moins désagréable qu'une confrontation directe. wink

w.

Dernière modification par wax (30-01-2017 23:07:07)


"Life is known only by those who have found a way to be comfortable with change and the unknown. Given the nature of life there might be no security but only ... adventure"

Hors ligne

#10 31-01-2017 02:47:32

claudius
Membre
Inscription : 02-02-2009
Messages : 110

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

beau récit et belles photos;merci de partager.

Hors ligne

#11 31-01-2017 07:57:43

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 562

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

wax a écrit :

- pour l'altitude, je serai content d'avoir ton retour sur ta méthode (24h à 3500m et 24h de plus à 4400m à glander). Ça se trouve ça fonctionne super bien.
- le Ladakh, AMHA ce n'est pas vraiment l'Inde. Les gens sont beaucoup plus cools et respectueux qu'ailleurs en Inde. Cela vient peut-être du bouddhisme. Ou peut-être d'autre chose. En tous cas, malgré une présence touristique de plus en plus forte, les relations sont rarement conflictuels. Ce que j'ai fait par la suite c'est simplement éviter les "tentes-péages" en faisant parfois des petits détours. C'est plus ludique et moins désagréable qu'une confrontation directe. wink

w.


merci des conseils (les népalais hindous sont plus cools que les indiens, amha ça vient de la montagne!), pour l'altitude ma part la 1e fois au Népal: à l'arrache, et c'était pas bon (maux de tête); pour la 2è (4 mois) j'ai en effet fait 2 paliers de 24h(une bonne fois pour toutes): 1 à 3500m et 1  à 4300m , c'est ce qui est recommandé officiellement en fait; très bien passé, mais je sentais bien les clopes à plus de 5000m tongue , le sommeil était plus léger et entrecoupé de réveils au-delà de 4500m, comme si je faisais de petites pauses respiratoires qui me réveillaient.

Je passerai tout septembre en effet mais je serai bien équipé; tu as eu quelle T°C en août?

Dernière modification par Bilbox (31-01-2017 21:51:51)

Hors ligne

#12 31-01-2017 10:13:36

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 375

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Kikoo wax wink

Merci pour le super retour, les super photos et la super envie de partie au Ladakh qui résulte de tout cela wink.

eraz

Hors ligne

#13 31-01-2017 13:05:55

shyguy
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 10-01-2012
Messages : 821
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Hello,

merci !

trop sympa de partager cela, c'est sont des randos que je ne ferais certainement jamais, et qui restent enchanteresses à lire  smile


<- mes photos sur Flickr en cliquant sur "Site Web".

Hors ligne

#14 01-02-2017 09:55:28

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 2 593
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Waw ça fait rêver. Et une destination de plus dans ma liste, une... big_smile

Les photos sont très belles.
On aura une liste ? Je viens de voir ton PS.

Tu avais appris quelques mots de Laddakhi spécialement pour l'occasion ?

Dernière modification par Shanx (01-02-2017 09:56:48)


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#15 01-02-2017 22:15:40

CLeC
Membre
Lieu : IdF
Inscription : 06-11-2011
Messages : 621
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Bonjour,

Original en effet, et de belles photos qui font envie : merci !


4981875N - 0698785E - 1761m

Hors ligne

#16 01-02-2017 22:51:21

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 562

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Bilbox a écrit :

Je passerai tout septembre en effet mais je serai bien équipé; tu as eu quelle T°C en août?


2 autres petites questions si ça ne te dérange pas, je pense acheter du gaz à Conaught Place à Dehli, mais pour la bouffe je ne sais pas encore, y a des nouilles déshydratyées à Leh je pense, pour ta part tu as fait comment?
Faut que je passe voir au Vieux s'ils ont des cartes aussi... et compléter par Google earth.

Dernière modification par Bilbox (02-02-2017 20:28:51)

Hors ligne

#17 02-02-2017 07:00:32

DOM42
Membre
Inscription : 17-03-2009
Messages : 185

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Merci pour ce récit et ces magnifiques paysages  smile

Hors ligne

#18 02-02-2017 20:09:54

azurine
Membre
Inscription : 08-02-2016
Messages : 124

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Quel dépaysement ! Bravo et merci pour ce chouette récit illustré.

Curieuse de découvrir ta liste.

Hors ligne

#19 02-02-2017 20:25:16

wax
Membre
Inscription : 29-08-2006
Messages : 4 576
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Bonsoir,

Juste un petit mot pour vous dire que je n'oublie pas vos questions, je suis juste un peu à la bourre.
Quelques réponses dès demain  wink

w.


"Life is known only by those who have found a way to be comfortable with change and the unknown. Given the nature of life there might be no security but only ... adventure"

Hors ligne

#20 02-02-2017 21:31:01

reno 08
Membre
Inscription : 11-11-2008
Messages : 538

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Bilbox a écrit :
Bilbox a écrit :

Je passerai tout septembre en effet mais je serai bien équipé; tu as eu quelle T°C en août?


2 autres petites questions si ça ne te dérange pas, je pense acheter du gaz à Conaught Place à Dehli, mais pour la bouffe je ne sais pas encore, y a des nouilles déshydratyées à Leh je pense, pour ta part tu as fait comment?
Faut que je passe voir au Vieux s'ils ont des cartes aussi... et compléter par Google earth.

Il faut savoir que fin septembre les cols routiers commencent parfois à fermer - notamment sur la route Leh-Manali. Surprises toujours possibles.
Par ailleurs, peut-être plus là bas encore qu'ailleurs en Inde: attention aux maladies. Quoique dûment vacciné, y ai contracté une typhoïde en 2003, et les voyageurs et trekkeurs occidentaux tombaient comme des mouches, se pressant aux consultations pas forcément très rassurantes du dispensaire de Leh...

Hors ligne

#21 02-02-2017 21:48:46

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 562

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

reno 08 a écrit :

Il faut savoir que fin septembre les cols routiers commencent parfois à fermer - notamment sur la route Leh-Manali. Surprises toujours possibles.

C'est ça qui est bon big_smile

Merci des infos smile smile , je pars début septembre (inch'Allah/Brahman/Bouddha), le retour on verra bien, par ailleurs je continue dans la même région ensuite.

Hors ligne

#22 03-02-2017 12:45:29

wax
Membre
Inscription : 29-08-2006
Messages : 4 576
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Bonjour,

Quelques réponses à vos questions:
- températures: j'ai du avoir du -2 au plus froid: un peu de neige (sur une autre rando) et quelques gouttes de pluie.
- langue: oui j'ai appris quelques mots avant de partir. J'avais fait ma toute première rando au Ladakh il y a ... 11/12 ans ! big_smile J'en avais ramené un petit guide pour apprendre le Ladakhi. C'était sympa de pouvoir échanger quelques mots avec les gens.
- carburant: j'ai utilisé de l'alcool à 70 trouvé dans une pharmacie à Leh. Je pense qu'on peut aussi trouver des cartouches de gaz à Leh. Par contre, prendre l'avion entre New Delhi et Leh avec une cartouche dans les bagages ...   hmm

w.


"Life is known only by those who have found a way to be comfortable with change and the unknown. Given the nature of life there might be no security but only ... adventure"

Hors ligne

#23 03-02-2017 17:09:52

domweb
Membre
Lieu : Marseille
Inscription : 19-10-2011
Messages : 2 869

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Enfin, le retour wink


Si j'avais une pensée profonde à exprimer ici, je serais déjà couché. Alors, je veille...

Hors ligne

#24 03-02-2017 17:21:28

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 562

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

wax a écrit :

Bonjour,

Quelques réponses à vos questions:
- températures: j'ai du avoir du -2 au plus froid: un peu de neige (sur une autre rando) et quelques gouttes de pluie.

. Je pense qu'on peut aussi trouver des cartouches de gaz à Leh. Par contre, prendre l'avion entre New Delhi et Leh avec une cartouche dans les bagages ...   hmm

w.


Merci, en partant qques mois jusque décembre j'ai ce qu'il faut question T°C


Sinon

Rs. 1365 per person, pour le bus, contre Rs 6000 et des brouettes au minimum pour l'avion, souvent le double tongue   ... ce sera les 50h sans dormir...


Pour les cartes, achetées au vieux campeur, sur le net, sur place?? Pas de carto?

PS: je reviens du Vieux Campeur, avec une seule carte générale de l'Himalaya indien, les autres dont trop cher... 15 balles la carte neutral

Dernière modification par Bilbox (04-02-2017 19:11:58)

Hors ligne

#25 08-02-2017 16:56:51

wax
Membre
Inscription : 29-08-2006
Messages : 4 576
Site Web

Re : [Récit + liste] Ladakh: Patchatang - Tia

Une petite suite pour la rando:

Jour 6 - Tingmosgang - Yangthang

Une nuit passée dans une "Home Stay" dans le village de Tingmosgang. Le lendemain je repars tranquillement pour le village de Ang. Malheureusement la seule option consiste à marcher sur la route qui est en plus ou moins bon état. Heureusement, pas beaucoup de circulation sur cette route car elle se termine à Ang. D'ailleurs ce village est vraiment charmant avec un aspect beaucoup plus traditionnel que Tingmosgang.

598_mini-dscn2820_08-02-17.jpg
Tingmosgang.

Depuis Ang, on peut continuer à pied vers l'Est pour atteindre Hemis Shukpachan. C'est le sentier du "baby Trek". Pas mal de randonneurs sur ce sentier mais des paysages magnifiques. Surtout au col. Malheureusement on y voit aussi le bulldozer à l’œuvre: d'ici à l'année prochaine une route sera construite. Cette route permettra un meilleur approvisionnement pour les villages concernés mais elle aura aussi pour effet de rendre cette randonnée beaucoup moins intéressante. Du coup je ne suis pas sûr que ce soit un choix judicieux pour la population locale. Car de plus en plus de personnes misent sur le tourisme pour gagner leur vie. hmm

598_mini-dscn2620_08-02-17.jpg

Je continue jusqu'au prochain village de Yangthang. Ce village a deux parties: la partie "haute" et la partie "basse" qui est proche de la rivière. J'opte pour la partie basse et y trouve une "Home Stay" sympa. Cette maison n'est pas desservie par la route. Le propriétaire a pourtant bien pris le soin d'indiquer très clairement (avec des flèches bleues) le chemin pour y arriver. Le monsieur est tout seul dans sa grande maison. Toute la famille est partie voir le Dalai Lama à Choglamsar (à coté de Leh). Du coup on se retrouve tous les deux dans cette magnifique maison traditionnelle juste au bord de la rivière.

598_mini-dscn2356_08-02-17.jpg

En y entrant je me rends compte qu'il a entrepris de gros travaux d’agrandissement: il a fait construire, juste à coté, un nouveau bâtiment avec 3 chambres, 2 salles de bain, un salon ... Et tout ça en amenant les matériaux à dos d’âne ! yikes Du coup, il est très fier d'avoir bientôt 5 chambres au total et de pouvoir accueillir une vingtaine de voyageurs. Je me demande comment il va pouvoir remplir toutes ces chambres dans ce petit village paumé. Surtout si la construction de routes remet en cause l’intérêt de randonner dans le coin. En plus, la saison touristique étant courte, les chambres risquent d'être vides une grande partie de l'année. Mais lorsque je lui fait part de mes doutes, tout cela n'a pas l'air de le perturber le moins du monde. Il est confiant que les gens viendront randonner dans son coin, "même en hiver !" dit-il. Je n'insiste pas et espère sincèrement avoir tort.

598_mini-dscn3335_08-02-17.jpg

Jour 7 - Yangthang - Leh

Le lendemain, je reprends le sentier pour aller jeter un coup d’œil au monastère de Rizong (marqué comme Chulichan Chomoling sur G**gle Earth). Sur les indications de mon hôte, je traverse la rivière sur le petit pont qui est juste à coté de la maison puis j'essaye de suivre la rive vers le sud. Au départ le sentier n'est pas vraiment marqué mais il faut persévérer un peu. Au bout de quelques petites heures dans un gorge assez encaissée, on arrive à une piste qui amène finalement à une route goudronnée. Le monastère est également très calme avec la plupart des moines partis voir le Dalai-Lama. Une demi-heure passée à visiter les différents temples et je reprends la route pour arriver finalement à la grande route qui borde l'Indus.

598_mini-dscn3949_08-02-17.jpg

Je trouve quelques boutiques ainsi que l'arrêt de bus. J'ai de la chance, il ne tarde pas à arriver. Comme d'habitude, il est bondé. Et, comme d'habitude, je vais sur le toit, me caler entre les bagages, les bidons d'essence et les sacs en tous genre, pour profiter de la vue qui est toujours grandiose ! cool

Voilà, merci d'avoir pris le temps de lire tout ça (ou de juste regarder les images wink ). Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser sur ce fil de discussion.

w.

Edit: ajout de liens vers les autres CRs et vers la liste le 14/02/17.
Edit: ajout du lien sur "complément d'infos" le 20/02/17

Autre CR: Ladakh: Rumtse - Korzok
Autre CR: Ladakh: Yagang - Chang Sumdo

Liste: ici
Petit complément d'informations sur le Ladakh: ici.

PS: pour la carto, j'ai téléchargé le fond OpenCycleMap sur mon téléphone grâce à Maverick. wink

Dernière modification par wax (27-02-2017 23:05:11)


"Life is known only by those who have found a way to be comfortable with change and the unknown. Given the nature of life there might be no security but only ... adventure"

Hors ligne

Pied de page des forums