Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 26-07-2018 14:08:07

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 27-10-2017
Messages : 585

[Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Bonjour à tous !

Voici le récit d’une balade que je viens de faire dans les Vosges. Rien d’extraordinaire mais l’occasion de sortir avec un sac que j’allège de plus en plus, mais aussi le fruit de premières expériences MUL avec ce qui me plaît, me plaît moins, bref je commence à affiner et affirmer mes choix. Et puis un itinéraire construit au jour le jour qui m’a bien plu et que je vous propose.

Les fois précédentes je n'avais pas fait de récit précis, là je me lance, attention je suis littéraire, ça va être long big_smile

L’itinéraire (repris à la hache en rentrant, je marche sans GPS et les chemins ne sont pas tous indiqués sur OSM) est ici :

http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/car … 378/6.7991

11646_carte_26-07-18.png

Jour 1 – Départ de Remiremont / Chalet de l’Impératrice

Je prends le train à Paris gare de l’Est à 8h20 pour Nancy, puis changement, et TER tortillard jusqu’à Remiremont où j’arrive un peu avant 13h. Je déjeune dans une des brasseries du centre-ville, puis attaque la marche. La montée dans les bois du Corroy au Sud de Remiremont se fait dans une ambiance sonore pétaradante, puisqu’il y a un rallye de 205 tunées à cette sortie de Remiremont, et le bruit des moteurs résonne dans les montagnes.

Je tombe tout de suite sous le charme de la forêt vosgienne que je ne connais pas, ces sapins mélangés aux hêtres, des dizaines de nuances de vert, la mousse, le calme, la montée ferme mais pas brutale comme dans les Alpes ou les Pyrénées.

11646_dsc03324_26-07-18.jpg

Je marche tout l’après-midi en alternant forêt et descente vers des minuscules hameaux, en suivant différents sentiers, notamment ceux tracés par le Club Vosgien. Mais je fais mon itinéraire un peu comme je veux, avec une direction très large : le ballon d’Alsace (donc grosso modo, Sud Sud-Est, en passant par le chalet des Gardes, la Croisette d'Hérival, le chalet de la Beuille sur le GR7).

Je suis surprise de l’absence totale de randonneurs, même à la journée, dans les bois, alors que nous sommes en période de vacances, et un samedi. Bon, tant mieux, comme ça je suis tranquille. Ça se confirmera les jours suivants à ma grande surprise. Je m'élève tranquillement sur les hauteurs, que je ne quitterai plus trop dans les 2 jours suivants.

11646_dsc03336_26-07-18.jpg


En fin d’après-midi, le ciel s’assombrit et je crains l’orage. Pour la première fois, je suis partie avec seulement un tarp (acheté pas cher chez D4, pour tester). Vus mes essais assez foireux de montage dans le parc public de ma banlieue, je suis moyennement rassurée de n’avoir qu’un abri pas encore maîtrisé alors que l’orage gronde. Je me dirige donc vers une cabane indiquée sur la carte.
J’arrive au chalet de l’Impératrice (royal !) vers 19h. Je cherche où monter mon tarp en me disant que je me réfugierai dans le chalet en cas de souci. Mais je n’y arrive pas bien, j’ai du mal à trouver un endroit plat, je suis fatiguée, je m’énerve toute seule.

J’abandonne et m’installe à l'intérieur. Soirée paisible en bouquinant devant la cabane. Finalement pas d’orage. La nuit est un peu dure sur le plancher, mais bonne.

Jour 2 – Chalet de l’Impératrice / étangs noirs

Levée à 7h, je prends mon temps pour manger, ranger mes affaires. Départ à 8h. Je grimpe dans les bois et atteint mon premier étang (l'étang Fenot), paisible dans la lumière du matin.

11646_dsc03353_26-07-18.jpg

Les lumières sont vraiment magnifiques, c’est incroyable. Le silence aussi. Je marche dans des bois aérés au sol couvert de plants de myrtilles (de brinbelles comme on dit dans ce coin). Je ne sais pas si je suis distraite par le paysage, pas réveillée ou confuse à cause des sentiers de coupe de bois, mais je tournicote pendant presque une heure dans les bois avant de retrouver le chemin que j’avais voulu suivre. C’est pas grave, c’est beau.

J’arrive à midi au Col du Mont de Fourche, où un bistrot « de pays » (c’est marqué dessus) me tend les bras. Au diable la viande séchée et le fromage en tranches, je m’offre une saucisse comtoise et une bière. L’ambiance est villageoise, il y a foule autour de monsieur le maire qui offre l’apéro. Je profite de mon déjeuner solitaire pour observer discrètement, attraper des discussions, me réjouir de la bonne ambiance qui règne ici, goûter l’accent vosgien qui se perpétue chez les vieux et les jeunes.
Les gens me questionnent un peu sur ce que je fais, avec mon sac à dos et mes bâtons de marche. Comme chaque fois, ça surprend qu’une femme seule se balade dans les bois sur plusieurs jours. On m’explique un peu les alentours (le col est à la limite entre la Haute-Saône et les Vosges, et quand on parle de l’Alsace qui est à 20km, c’est « là-bas chez les Alsaciens », genre le pays d’à côté).

11646_dsc03342_26-07-18.jpg

Je repars tôt, dans une chaleur assez forte, mais heureusement les bois reviennent vite et avec eux un peu de fraîcheur. Pause recherche d’eau chez un agriculteur qui élève des poneys adorables dont des petits nés quelques semaines plus tôt, on dirait des peluches. On discute du temps, évidemment. Des ruisseaux qui sont secs (c’est à cause de la « tournande » - tempête - de 1999 qui a détruit le système hydrographique par les nombreux arbres tombés dans les ruisseaux et sur les sources, me dit-il : invérifiable). Des randonneurs, peu nombreux. Du -22°C enregistré cet hiver. Bref, la vie. C’est l’avantage d’être seule je trouve, on prend plus facilement le temps de discuter, et on est plus accessible aussi.

La fin de l’après-midi se passe dans une alternance de montées et descentes sur les crêtes qui longent la vallée de la Moselle. J’entends le bruit des camions et des motos en contrebas, la pollution sonore ça n’est pas rien…

Les reliefs ne sont pas si hauts que ça (je ne dépasse pas les 800m ce jour-là), mais les pentes sont raides et les chemins ne s’encombrent pas de lacets. Je termine la journée par une montée éprouvante pour arriver, au dessus du village de Ramonchamp, aux Noirs Étangs. Je commençais, à partir de 18h, à chercher où me poser pour la nuit. Je veux tester le tarp. Problème : il n’y a que des pentes ! Vraiment que des pentes, et les chemins que je prends sont en balcon dans ces pentes. Impossible de trouver où poser mes quelques mètres carrés, à part au milieu du chemin, et encore faut-il qu’il soit assez large. D’où les étangs, qui ont l’avantage d’être au sommet d’une montagne, donc d’avoir un peu de plat.

11646_dsc03367_26-07-18.jpg

Ces étangs sont vraiment beaux et tranquilles, je ne croise toujours personne. Je cherche un petit coin pour me poser, teste d’abord un endroit parfait mais le sol est recouvert de plants de myrtilles, qui vont déchirer mon tapis de sol en polycree. Un instant je regrette ma bonne vieille tente au tapis de sol increvable, que je peux poser partout. Et je ne vais quand même pas arracher des plants de myrtilles, sacrilège !
Je finis par trouver un autre endroit où je tends simplement le tarp entre deux arbres. J’ai même un coin salon pour bouquiner contre un rocher à côté, et écouter les poissons sauter dans l’étang. Elle est pas belle la vie ? smile

11646_bivouac_atang1_26-07-18.jpg
11646_bivouac_atang2_26-07-18.jpg

La nuit est d’un calme absolu, si ce n’est quelques saletés de moustiques qui me mangent les mains en début et fin de nuit. En même temps, à côté d’un étang, c’est le jeu ma pauv’ Lucette ! J'écoute les petites bêtes de la nuit faire leurs petites affaires, j'ai accroché mon sac de nourriture à un arbre, comme ça je suis tranquille. J'apprécie ce côté "presque à la belle étoile".

Retour matos : j’ai eu trop chaud dans la nuit, j’avais mis le sursac par précaution contre la rosée et l’humidité de la nuit. En fait je l’ai retiré assez rapidement, j’avais l’impression d’être dans une étuve. J’avais déjà trop chaud avec mon duvet 0-5°C… et du coup la circulation d’air sous le tarp était la bienvenue.

Jour 3 – Étangs noirs / Chalet de la petite Chaume

3e jour, j’ai une patate d’enfer. Et ça me sera utile, parce que c’est la journée des grimpettes.

Je démarre à 8h par une descente sur la route (mais pas croisé une voiture en 20 min) jusqu’au col des Croix, où je rencontre un petit groupe de scouts mal réveillés et un peu perdus. J’oriente, j’ai connu ça, c’est en se perdant qu’on apprend.

11646_dsc03374_26-07-18.jpg

Je prend un petit chemin appelé « sentier de l’Enfer », mais qui s’avère être charmant, et qui me conduit sous des anciennes mines datant des ducs de Lorraine. Je ne visite pas car il est trop tôt et j’ai la flemme d’attendre l’ouverture.

11646_dsc03379_26-07-18.jpg

Une bonne montée dans les bois plus tard, j’arrive au chalet de Longeligoutte, en balcon au-dessus de Saint-Maurice sur Moselle. Je prends un bon casse-croûte et attaque vers 10h30 la montée du Ballon de Servance. L’approche est longue, mais se termine par une montée casse-pattes d’une heure (un petit 400D+ sur même pas 1km à vol d’oiseau…) très jolie dans les bois, mais très casse-pattes…

11646_dsc03382_26-07-18.jpg

C’est là que je constate que je monte bien mieux qu’avant. Parce que j’adore les sommets, mais traditionnellement je suis une piètre grimpeuse, j’ai le cœur qui s’emballe, je m’arrête tous les 10 mètres, je souffle comme un bœuf etc. Mais je monte toujours, même à deux à l’heure.
Bref là, pas de ça : la montée est certes rude, mais je tiens le temps que je me suis fixé (et qui était indiqué par le petit panneau du Club Vosgien en bas), je m’arrête moins, suis moins essoufflée, je n’ai plus l’impression d’être au bout de ma vie.

Je me pose la question (vraiment) des raisons qui font que je souffre moins : sont-ce les environ 2 kgs de moins que sur ma liste écossaise dans mon sac (donc environ 4 kgs de moins que mes précédentes sorties en montagne, j’avais déjà entamé l’allègement pour le Cape Wrath Trail) ? Le fait que je monte sous le couvert des arbres ? Que j’ai un tout petit peu maigri ? Que je suis globalement moins stressée dans ma vie qu’avant ? Pas mal de questions, que je me suis posées tout au long de ces jours où j’ai enchaîné les dénivelés sans réellement souffrir (bon, en suant à grosses gouttes quand même parce qu’il faisait très chaud).

Le haut du Ballon de Servance est magnifique, couvert d’herbes et de myrtilles. Je m’arrête déjeuner au chalet, à côté d’une plaque à la mémoire de deux aviateurs US avec une sorte de compression à la César de leur avion écrasé sur la montagne (j’espère que ce n’était pas l’état réel de leur avion…). J’y croise deux cueilleurs de myrtilles habitués des lieux. Ma seule rencontre depuis la veille.

11646_dsc03387_26-07-18.jpg


Descente ensuite dans les sous-bois, puis remontée vers le Ballon d’Alsace, bien moins dure. Les deux Ballons sont presque à la même hauteur mais rien à voir en montée, du moins du côté Ouest du ballon d’Alsace. Arrivée en haut, je discute avec une dame qui s’avère être du syndicat d’initiative et qui me propose très gentiment une douche dans les locaux du syndicat. Bénie soit-elle ! Une tarte aux myrtilles et une bière plus tard, je termine les quelques mètres de grimpette qui restent avant le sommet du Ballon. La vue est magnifique sur les alentours. Il y a pas mal de monde, mais là encore je suis la seule avec un « gros » sac de rando. Que des promeneurs à la journée.

11646_dsc03399_26-07-18.jpg

Je redescend du Ballon vers l’Est, avec l’idée d’aller dormir quelque part sur les crêtes. La descente est assez vertigineuse (j’ai le vertige), puis la remontée vers le sommet suivant un peu rude, mais ça passe. L’heure tourne et à nouveau je vois qu’il n’y a pas un endroit de plat pour poser un tarp. Ça devient ennuyeux cette affaire ! Alors je pousse jusqu’à un petit chalet indiqué sur le versant opposé, la Petite Chaume. Je dérange une biche qui se faisait un festin de myrtilles, et je m’installe pour la nuit.

11646_dsc03356_26-07-18.jpg
11646_dsc03418_26-07-18.jpg

Les couleurs du soir sont splendides, je suis loin de tout, j’ai la flemme de monter mon tarp alors qu’il y a du plat, parce que j’ai un super bouquin à lire qui m’attend. Je rigole seule en me disant que je vais me faire engueuler sur RL, mais je m’en moque. Et donc dodo dans la cabane. Je me sers du sursac comme d’un tapis de sol sous mon matelas gonflable, ça le protège et ça atténue un peu la dureté du sol.

11646_dsc03421_26-07-18.jpg

Jour 4 – La Petite Chaume / Chalet des meules

Réveil à 6h30 : un type entre dans la cabane ! Sursaut. Ce n’est qu’un ramasseur de brinbelles qui est au moins aussi surpris que moi. Heureusement que je ne dors pas à poil ! Je lui indique un coin que j’ai repéré la veille, il s’en va. Je peux m’habiller et prendre mon café tranquille.

La descente vers Saint-Maurice sur Moselle est splendide. D’abord un bois profond où les lumières obliques du matin donnent une atmosphère magique, puis une ancienne route bordée de framboisiers sauvages et de fraises des bois, où je me régale.

11646_dsc03430_26-07-18.jpg

L’arrivée au village est moins drôle : tout est écrasé de chaleur, c’est l’enfer. Je longe la route pleine de camions, jusqu’à un restaurant où je me fais chouchouter pour le déjeuner. Le patron et la serveuse sont adorables.

Mais j’ai un problème de vallée. Je ne suis pas dans la bonne vallée. Je vous explique : je n’ai pas prévu grand-chose pour cette rando, mais j’avais noté deux endroits où je voulais aller. Le Ballon d’Alsace (c’est bon, c’est fait), et le village du Haut-du-Tôt, pour des raisons personnelles que vous apprendrez au jour 5 (teasing). Et je ne sais pas ce que j’ai fabriqué avec mes cartes mais je n’avais pas vu qu’il y a deux vallées parallèles, celle de la Moselle et celle de la Moselotte, et au milieu des petits sommets à 1000m à nouveau. Or je n’ai que 5 jours devant moi et j’en suis au 4e, donc il va falloir tracer.

Je retourne le problème (et mes cartes) dans tous les sens, et décide d’aller chercher le point le plus étroit entre ces deux vallées. Problème : ça implique 8km sur cette affreuse route de fond de vallée où voitures et camions roulent à touche-touche.

Je me met en mode bourrin et pars, à 13h en plein cagnard, sur la voie verte qui longe plus ou moins la route. Et j’arrache mes km les uns après les autres sur cette piste cyclable pas fréquentée du tout à cette heure tant il fait chaud.

Je récupère mon chemin à Remonvillers, en face quasiment de mon étang du jour 2, et je remonte sur les crêtes sans faire de pause. Une fois arrivée dans les bois, je souffle de ces 2h30 de gros bourrin. Ça m’apprendra à mal estimer les choses et à marcher le nez au vent.

11646_dsc03441_26-07-18.jpg

La suite de l’après-midi est splendide, au fond des bois, sur des sentiers en balcon complètement isolés. Mon objectif est de rallier Vagney (dans la 2e vallée, donc) pour le lendemain matin. Seule petite inquiétude : les ruisseaux sont tous secs, j’ai du mal à trouver de l’eau. Et j’ai oublié mes Micropur. Je finis par me ravitailler péniblement à un filet d’eau qui coule entre des pierres, plus de 10 min pour sortir un litre et demie d’eau. C’est agaçant.

J’ai repéré un chalet où je pense pouvoir trouver du plat ou dormir à l’intérieur si je suis trop fatiguée. J’y arrive vers 19h, et là, c’est le drame : il y a du monde.
Parce qu’un chemin carrossable y monte…

11646_dsc03457_26-07-18.jpg

Le spectacle en arrivant au chalet est assez cocasse. 3 types, 40, 60 et 80 ans à vue de nez. Deux des trois (40 et 80) sont en fauteuil roulant. Et le 3e et seul valide essaie péniblement de démarrer un barbecue. Et tout ça tourne au pastis. Avec un chien qui répond au doux nom de Napoléon.
Dans un monde normal, je dis bonjour poliment et je fuis plus loin. Dans mon monde à moi, je suis fatiguée et j’ai envie de me poser.
En fait ces trois joyeux drilles sont très sympathiques et m’assurent qu’ils vont repartir pas trop tard (faut coucher le Vieux, de toutes façons). Ils aiment monter en forêt faire des barbecue et attendre voir si le gibier sort à la tombée de la nuit (ce qui ne risque pas d'arriver avec le feu, le bruit et le chien). Ils ont des bonnes têtes, deux des trois sont invalides alors je ne risque pas grand-chose. Je leur démarre leur feu, j’accepte un pastis, puis un 2e, puis une côte de porc, puis un camembert rôti à la braise : bref, je reste.

On rigole bien, on mange bien. Ils me disent que je suis barge de me balader seule comme ça, moi je trouve que ce sont eux qui sont barges de se balader en fauteuil roulant en forêt : on est quittes. Et ils partent à 22h, me laissant avec le feu mourant et un dernier pastis « pour finir la soirée ».

Jour 5 – Chalet de la Meule / Le Haut du Tôt / Remiremont

Il sera dit que dans cette balade je me fais réveiller. Ce matin, ce sont 3 gars de l’ONF. Je les entends arriver dans un demi sommeil à 6h45, j’ai juste le temps de m’habiller. Je sors, ils prennent un café devant le chalet en attendant de démarrer à 7h. Ils m’offrent une tasse de café, énième discussion sur « c’est pas trop risqué une femme seule en forêt comme ça ? », ça commence à m’agacer. Mais ils sont gentils alors je répond poliment, pour la énième fois, que non ça n’est pas trop dangereux, à moins que eux se considèrent comme dangereux.

11646_dsc03464_26-07-18.jpg
La roche Mortevieille, sur la descente vers Nol.

J’entame la descente vers Nol et Vagney, à vitesse soutenue. Je veux arriver au plus tôt au Haut du Tôt pour ensuite redescendre à Remiremont attraper un train en fin d’après midi. Quand même une boucle d’une grosse vingtaine de km avec pas mal de dénivelé. J’arrive à Vagney avant 10h, café au centre du village, puis j’entame une douloureuse montée en plein cagnard vers le Haut du Tôt, village le plus haut des Vosges (et fier de l’être). J’y arrive pour déjeuner, je m’offre un pâté lorrain au resto du coin. Puis j’entame mon pélerinage familial.

Parce que voilà, la raison pour laquelle je voulais passer là, c’est que ce village a été le théâtre de combats sanglants en novembre 1944. Les Commandos de France, troupe de jeunes résistants évadés de France vers l’Algérie, ont remonté la France depuis la Provence pour aller « ouvrir » l’Alsace et en chasser les dernières troupes allemandes. Et en novembre 1944, dans la neige, ils ont livré de terribles combats dans ce hameau, laissant 60 types morts en 3 jours. Dont mon grand-oncle. Mon grand-père venait tous les ans aux cérémonies de commémoration, très intenses dans ce village où le souvenir s’est perpétué. Il m’avait promis de m’y emmener, il est mort trop tôt. Alors je voulais y aller toute seule.
C’est assez émouvant, dans le village il y a plusieurs plaques, des croix de souvenir, des plaques de la commune qui remercie ses libérateurs, des Commandos qui remercient le village, etc. Je vous passe les détails historiques et familiaux, mais c’est assez touchant.

11646_dsc03481_26-07-18.jpg
11646_dsc03489_26-07-18.jpg


Je termine en redescendant la route vers Remiremont pour trouver le gros monument aux Commandos, sous l’orage qui gronde. Arrivée presque à l’endroit du monument, c’est le déluge. Je me mets à l’abri, puis lorsque ça se calme un peu je vais me recueillir un peu devant ce monument isolé dans la montagne, à la mémoire de ce grand-oncle inconnu, et héroïque.

11646_dsc03491_26-07-18.jpg

La pluie continue à tomber, mais en revenant sur la route une voiture s’arrête et me propose de redescendre à Remiremont. La jeune femme qui la conduit est débardeuse de bois, on papote un peu, elle ne trouve pas de boulot ici parce que les hommes sont trop machos pour laisser une femme travailler dans les bois, alors elle bosse dans le Doubs. Du coup elle veut qu’on s’entraide entre femmes. Du coup elle me prend en stop. J’acquiesce, et je lui raconte toutes ces réflexions que je reçois en randonnant seule. Jolie rencontre fortuite.

Voilà, l’arrivée à Remiremont, le train du retour. Déjà fini. Belle balade dans les bois, découverte d’un coin magnifique et de gens fort sympathiques.



Vosges – Juillet 2018
LISTEQUANTITÉPOIDS (en grammes)COMMENTAIRE
Sur moi1098
Chaussures randonnée Tecnica GoreTex1780retour aux tiges hautes multi-éprouvées (mais dont le talon commence à être usé…) De vrais chaussons. Ok elles sont lourdes, mais tant que je n’ai rien trouvé de mieux…
Chaussettes135Testé la mono-chaussette (d’habitude j’en mets 2 paires contre les ampoules). Aucun souci
bermuda coton1140En fait utilisé la nuit, j’ai conservé mon pantalon pour la journée. Besoin de me changer le soir à cause de la sueur…
tshirt jour (respirant)145
Sous-vêtements198
Portage1410
bâtons de marche Forclaz 7002510Achetés un peu au pif à D4. Un jour il faudra que j’investisse dans des plus légers, mais enfin ils font très bien le job
Sac à Dos Forclaz 40 Air1900retour au sac avec armatures, préférable pour moi avec le poids et les dénivelés. Celui-ci est très bien aéré dans le dos, agréable en cas de grosse chaleur
Sac à dos
Vêtements (dans le sac)981
chaussettes de rechange2703 paires de chaussettes pour 5 jours : pas inutile avec les fortes chaleurs
tshirt de rechange / nuit1104difficulté : pas d'eau aux bivouacs, très peu d'eau en tout. Pas de lessive possible (j'ai juste une fois lavé mon tshirt et remis sur la bête immédiatement).
pantalon rechange / nuit1325utilisé le jour, et le bermuda la nuit
doudoune Uniqlo1163pas inutile en hauteur quand la nuit tombe
casquette145indispensable...
Sous-vêtements124
veste coupe vent / pluie Decathlon1225pas utilisée même sous l’orage
gants125pas utilisés (pris pour prévenir les frottements mains / bâtons)
Bivouac2174
Tarp Decathlon1530Je continue à galérer dans le montage. Je pense que le modèle n’est pas top, mais il faut que je continue à tester des trucs avant d’investir dans plus léger / plus cher ou de coudre
sardines titane12120je prends large avec 12 sardines pour avoir du large pour des tests
Sac de couchage Millet Alpine ATK 800 + housse1754trop chaud pour la saison mais c’est le seul que j’ai
Sursac Sol Escape lite bivy1150trop étouffant mais la précaution n’était pas inutile
Feuille polycree / tapis de sol165nickel
Matelas Therm a Rest Prolite Women + housse1535toujours impeccable.
Cordelette 2 mm / 10 m120pour compléter la tension du tarp
Cuisine525
Réchaud MSR Rocket1110
cartouche de gaz 100 Primus1215cartouche pleine
Quart métal154
Couteau Opinel n°6126
spork110
Bouteilles d’eau 1L260
Éponge + briquet150
Toilette / Secours228
Serviette microfibre148
Savon Marseille130
Trousse toilette  / pharmacie1150
Divers1504
Lampe frontale165
batterie de recharge1300utile pour recharger le smartphone, mais lourde. Faudrait que j’en rachète une moins lourde
sacoche argent / CB / CNI / Clés180
2 cartes IGN11853519OT et 3619OT. Irremplaçables quand on part sans itinéraire bien prévu
téléphone portable1176
Appareil photo Sony Cybershot DSC RX-1001276
Liseuse électronique Kobo1293
câble chargement129
TOTAL SAC HORS NOURRITURE ET EAU6822
Nourriture (au départ)1500
TOTAL8322

edit : ajout de la liste

Dernière modification par Adrienne (26-07-2018 14:26:27)


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#2 26-07-2018 14:22:40

Opitux
Jeune padawan
Lieu : 06
Inscription : 13-01-2013
Messages : 5 207

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Adrienne a écrit :

j’ai la flemme de monter mon tarp alors qu’il y a du plat, parce que j’ai un super bouquin à lire qui m’attend. Je rigole seule en me disant que je vais me faire engueuler sur RL

lol
Hé mais tu fais bien comme tu veux wink
Allez, je me garde le reste à lire pour ce soir.


Plus je marche moins fort, moins j'avance plus vite...

Si vous me contactez pour l'association, mieux vaut passer directement par wink

Hors ligne

#3 26-07-2018 15:10:52

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 635

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Chouette, une super lecture !

Je me suis régalée !

La scène pantagruélique tout à fait improbable est savoureuse. smile

A la question universelle "Vous n'avez pas peur, toute seule ?", ma réponse sempiternelle c'est "De quoi ?".
Si c'est un gars seul qui la pose, je sors la variante "Et vous ?". tongue

En fait, les gens n'attendent pas vraiment une réponse, ils projettent leurs propres peurs sur nous (randonneuses solo qui adorons ça !). Et ce sont leurs peurs que je découvre grâce à ce "De quoi ?". Les réponses sont aussi diverses et variées que la vie. C'est assez amusant.

Merci pour ce partage, Adrienne ! smile

Dernière modification par ester (26-07-2018 15:12:39)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#4 26-07-2018 22:01:07

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Adrienne a écrit :

La jeune femme qui la conduit est débardeuse de bois, on papote un peu, elle ne trouve pas de boulot ici parce que les hommes sont trop machos pour laisser une femme travailler dans les bois, alors elle bosse dans le Doubs. (...)

Ah ! c'est celle qui fait partie de la horde de bucheronnes qui donne des sueurs nocturnes à tolliv... big_smile

Merci, Adrienne, pour ce délicieux compte-rendu, alerte et bien écrit. smile

Jobig

edit : ponctuation

Dernière modification par Jobig (26-07-2018 22:09:47)


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#5 27-07-2018 00:21:04

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 2 578
Site Web

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Jobig a écrit :

Ah ! c'est celle qui fait partie de la horde de bucheronnes qui donne des sueurs nocturnes à tolliv... big_smile

Et bien merci Jobig, je pensais aller me promener par là-bas mais maintenant j'ai trop peur !

Un grand merci Adrienne pour cette bouffée de résine, de barbecue et de pastis. Tes photos de forêt sont superbes.
PS: persiste pour le tarp. Tu seras plus autonome. Ou alors achète un radeau gonflable. Au moins tu es sûre d'être sur du plat sur les lacs.

Hors ligne

#6 27-07-2018 05:23:29

patou
Membre
Inscription : 11-05-2014
Messages : 219

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Bonjour Adrienne
Chouette récit de mul solitaire comme j'aime. Merci !

Ester a écrit :

A la question universelle "Vous n'avez pas peur, toute seule ?", ma réponse sempiternelle c'est "De quoi ?".
Si c'est un gars seul qui la pose, je sors la variante "Et vous ?". tongue

lol Tout pareil !
Belle journée à vous cool


Mul part ailleurs

Hors ligne

#7 27-07-2018 06:43:21

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 27-10-2017
Messages : 585

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Merci pour vos retours enthousiastes ! smile

@Opitux : je sais bien que je fais ce que je veux, ça m'a juste fait rire de penser à la réaction des gens du forum lorsque j'ai décidé que non, flemme, manger des myrtilles et bouquiner c'était plus cool que monter un tarp big_smile

@Tolliv : faut pas avoir peur des bucheronnes, enfin !  big_smile
Je vais persister avec le tarp oui, retenter des montages pendant les vacances

@ester : oui je crois que les gens projettent leurs propres peurs, et ne réalisent pas forcément que c'est assez irrationnel. Cela dit, même si je réponds toujours avec humour ou d'un ton décalé comme toi, ça m'agace quand même parce que je pense au nombre de filles qui n'iront jamais marcher seules parce que trop conditionnées par ces discours de peur.


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#8 27-07-2018 07:39:36

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Bonjour Adrienne,  smile

(...) ça m'agace quand même parce que je pense au nombre de filles qui n'iront jamais marcher seules parce que trop conditionnées par ces discours de peur.

Je rebondis un peu sur cette dernière phrase : il ne faut pas perdre de vue qu'au début du 20ème siècle encore, et aussi au cours des décennies suivantes dans certaines régions, il était très mal vu qu'une femme se déplace seule à pieds dans les rues des villes ou sur les chemins de campagne ; elle courait le risque d'être assimilée à une prostituée ou à une vagabonde, des délits punis par la loi, ou pour le moins de se voir gratifiée d'une réputation de femme de mauvaise vie. Le conditionnement par la peur dont tu te fais l'écho, qui s'opère de façon inconsciente dans nos sociétés sécuritaires, presque par inertie, est objectivement une entrave à la jouissance du droit fondamental de circuler librement (en tuant tout simplement l'envie) roll . Je crois aux vertus de l'exemple et je pense que multiplier les témoignages comme le tien (ou comme ceux d'ester ou de Flo) contribue à casser les préjugés (teintés de misogynie ou de sexisme) et les fantasmes qui sont en cause.  smile

Jobig

Dernière modification par Jobig (27-07-2018 07:41:35)


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#9 27-07-2018 08:33:45

Opitux
Jeune padawan
Lieu : 06
Inscription : 13-01-2013
Messages : 5 207

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Merci pour ce retour, j'y étais smile

Bon, sauf pour le pastis, j'aime pas mais c'est une autre histoire lol

Adrienne a écrit :

Je me pose la question (vraiment) des raisons qui font que je souffre moins : sont-ce les environ 2 kgs de moins que sur ma liste écossaise dans mon sac (donc environ 4 kgs de moins que mes précédentes sorties en montagne, j’avais déjà entamé l’allègement pour le Cape Wrath Trail)

Rajoute donc 4 litres d'eau dans le sac, tu seras vite fixée wink

Pour revenir à l'abri, le tarp est présenté ici comme le saint graal MUL mais je ne suis pas sûr que le D4 soit le meilleur pour débuter. Il manque d'élasticité et d'accroches notamment (tu peux en rajouter avec un peu de couture ou sur place avec des attaches noisettes). Ce qui rend certains montages vraiment compliqués, voir impossibles.

Après avoir commencé avec, le mien ne me sert plus pour ces raisons. Je suis ensuite passé à l'abri Olivier puis au tipi qui présente (à mes yeux) tous les avantages dans nos contrés : ouverture haute - on rentre sans se contorsionner - on tient en position assise sans soucis, on peut y popoter si il pleut... Le tipi est aussi ultra simple à monter : 4 sardines pour former le rectangle, un bâton et zou. Un vrai plus quand la pluie arrive.

Si tu es "tarp persévérante", je suis sûr que tu peux trouver quelqu'un pour t'en prêter un dans la section ad-hoc du forum (x-tarp, KS...). Y'en a bien un qui traîne dans un placard et cela te permettra de tester la différence smile


Plus je marche moins fort, moins j'avance plus vite...

Si vous me contactez pour l'association, mieux vaut passer directement par wink

Hors ligne

#10 28-07-2018 05:33:38

Ezequiel54
MULimaliste
Lieu : Lorraine
Inscription : 19-10-2016
Messages : 1 396
Site Web

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

L'ambiance y est, et je crois que tu as bien compris les subtilités de considération entre Lorrain et Alsacien  lol  lol

Jolie balade Aérienne ! Et à l'impro comme j'aime  big_smile

Hors ligne

#11 09-08-2018 19:16:50

Jeff68
Membre
Inscription : 13-02-2011
Messages : 17

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Bonjour,

Très joli récit avec une fin bien émouvante. A quelques centaines de mètres de marche tu avais une belle exposition photo à ciel ouvert; comme chaque année.
http://2018.sentiersdelaphoto.fr/

Ca aurait apporté, à mon avis, une belle touche de fin à ta randonnée et à ton pèlerinage.

Quant au montage du tarp j'ai trouvé cette marcheuse solo comme toi, parmi d'autres ressources sur le web :
https://www.youtube.com/watch?v=O-oKxShuDXU
https://www.youtube.com/watch?v=mJ-gg268fT8

Bonne continuation


une salière, une poivrière et surtout un soupçon de vanille

Hors ligne

#12 09-08-2018 20:43:44

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 2 578
Site Web

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Adrienne,
juste une question en passant, tu as un RX100 qui possède un capteur au ratio 3:2, alors pourquoi photographier au format 4:3 ce qui te fait "perdre" des pixels ?
(personnellement, je préfère prendre les photos en mode paysage 3:2, et les photos en mode portrait 4:3, mais ce n'est que mon avis).

Hors ligne

#13 09-08-2018 21:46:46

Serval
Carpe diem
Lieu : Entre Monts Martre et Parnasse
Inscription : 15-06-2018
Messages : 481
Site Web

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Bonjour Adrienne,
Pas connecté fin juillet, j’avais loupé ton chouette récit... J’ai adoré. Tu le qualifies de « littéraire » et c’est assez vrai smile : c’est bien écrit, plaisant à lire et plein d’anecdotes et de remarques personnelles attachantes ! Merci, on en redemande.  smile


Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans les voyages que j'ai faits seul, et à pied. (J.-J. Rousseau)
Trombinoscope | Tour de Bretagne (GR 34) - De Concarneau à Auray

Hors ligne

#14 09-08-2018 23:03:39

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 588

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

coucou adrienne

moi aussi j'avais loupé ce chouette recit drole et touchant.

merci de ton retour et bravo pour les progrés dans l'allègement  smile

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#15 10-08-2018 10:12:04

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 27-10-2017
Messages : 585

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Merci pour vos messages d'hier !

@Jeff68 : j'ai vu pour le sentier de la photographie, et des gens rencontrés sur la route m'en avaient parlé. Mais lorsque j'étais au Haut-du-Tôt je voyais l'orage énorme arriver du Sud, et j'ai préféré aller voir le monument aux Commandos, puisque c'est pour ça que je venais. Mais on m'a dit beaucoup de bien de ces expositions !

@Tolliv : bonne question sur les photos ! Je dois avouer que je ne touche que très peu l'appareil, je suis assez nulle pour les réglages, mais je vais regarder un peu plus tout cela.  On me l'a offert il y a quelques années mais ça fait partie des outils dont je sais à peine me servir  hmm

@Laxmimittal et @PhV : merci pour le soutien ! smile


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#16 10-08-2018 10:22:45

vogesus
Membre
Inscription : 06-01-2011
Messages : 817

Re : [Récit + liste] Balade sur les crêtes vosgiennes (5 jours)

Salut  smile

Merci d'avoir pris le temps de rédiger ce récit, un secteur que je ne connaissais pas du tout, si ce n'est le Haut du tôt !

J'ai bien aimé le : "là bas , chez les alsaciens" big_smile 

@+


Se prononce voguézus  big_smile

Hors ligne

Pied de page des forums