Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 13-10-2018 21:47:17

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

[Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Plantons le décor de la balade   smile


Situation géographique : Tout au Nord de la Laponie finlandaise, entre les latitudes 68.3° au plus bas et 69.5° Nord pour le point le plus haut, soit entre 300 à plus de 400 km au Nord du cercle polaire, données somme toute importantes à prendre en compte.
Entre 350 et 900 m d'altitude, mais plutôt majoritairement entre 400-600 m, soit l'équivalent entre 1000-2000 m par chez nous.

Point de départ, Kilpijärvi, l’idée, longer d’Ouest en Est la frontière avec la Norvège sans y pénétrer, je ne ferais qu’une exception de quelques kms, et ce jusqu’où les vents voudront bien me porter.
Finalement, j'arriverai à Utsjoki, où je déciderais de mettre fin à la balade, même si j'avais le temps de poursuivre encore un peu, c'est-à-dire jusqu'à Nuorgam. J'ai écouté ma tête, et elle a dit non wink A la place, 4 jours bonus de pure tranquillité et oisiveté sur les hauteurs cool

6253_lapland_traca_13-10-18.jpg



A la recherche de paysages plus variés que dans le reste du pays et surtout partir à la découverte d'un milieu que je ne connais pas. Car même si je m’y suis déjà rendu à 2 reprises en hiver, du côté d’Inari et entre Nuorgam et Sevettijärvi, l’absence de neige change littéralement le décor et le terrain.

Alternance entre taïga, avec ses forêts de bouleaux ou d’épicéas principalement, relativement clairsemées (ou pas wink), les pins se trouvant surtout en basses vallées. Entrecoupées de zones lacustres et marécageuses nombreuses. Et enfin de la toundra +/- sèche, le tout parsemé de Tunturis, littéralement les montagnes aux sommets arrondis, où peuvent fleurir de vastes zones de pierriers.

Les arbres disparaissent souvent dès 500-600 m d’altitudes et dès 300 m tout au Nord, laissant place à une végétation rase, et à de vastes zones largement exposées et ventées, où le climat subarctique se fait bien ressentir.

Map legends :  https://retkikartta.fi/Merkkien_selitys.pdf

Les plus importantes à reconnaître :

6253_legends_13-10-18.png



Isolement : La Finlande compte une population de 5,3 millions d’habitants pour une superficie de 338 145 km2, soit une densité de 15 habitants au km² en moyenne, autant dire que dans cette zone, c’est encore bien moins. La garantie de vastes étendues désertiques wink, avec tout ce que cela implique au niveau de l’organisation, de l’autonomie alimentaire à la marge de sécurité nécessaire et suffisante.

Au-delà d’une ou 2 journées de marche des quelques pistes ou routes pénétrant ou longeant ces Wilderness aeras, ou en dehors des sentiers balisés tels que dans le parc du Lemmenjoki ou le Kevon Reitti Trail, dans le parc de Kaldoavi, la fréquentation est quasi nulle.

Seulement 4 routes croisées, en quelques 600 km parcourus, certes pas toujours par le cap le plus direct, parfois par choix, mais aussi parce que les distances d’un point A à un point B à vol d’oiseau ne sont pas représentatives de ce qu’implique la réalité du terrain.

Seulement 5 personnes, dont 3 randonneurs, rencontrées hors sentiers en tout et pour tout sad, un finlandais en solitaire venant interrompre, à mi-chemin, 8 jours de solitude (et encore je l’ai croisé sur un sentier en pointillé longeant une rivière), un couple de finlandais dans une cabane, située à 2 jours d’une piste, et 2 locaux en barque à moteur, remontant une rivière que je descendais.

D’après les notes laissées dans les cabanes croisées (et non accessibles par une piste) la fréquentation se résume la plupart du temps à 2 ou 3 passages dans le mois précédent, parfois moins, pour donner une idée. Au passage, uniquement des finlandais, pas vu un seul mot en anglais ou autre.

Autant être prévenu, en cas de soucis, il ne faut pas trop compter obtenir de l’aide directe, lorsque l’on est hors sentier.

Par contre, dès qu’il y a un accès par piste ou sentier balisé, la fréquentation est supérieure, jusqu’à un maximum de 15 personnes ! sur une même journée (Parc du Lemmenjoki) big_smile.

Les Trails, équivalent de nos GR sont bien balisés et souvent équipés pour les passages difficiles, ponts, passerelles, planches en bois etc.

Les pistes (marquées en pointillées sur la carte) sont majoritairement des grosses pistes sillonnées par les quads ou des monstres à 6 roues. Si parfois leur présence est un soulagement pour progresser plus facilement et rapidement pendant quelques kms, ce n’est pas forcément une sinécure, outre le désagrément visuel. Elles tracent souvent et allègrement au cœur des marécages, enfin, certainement pas au pire endroit, mais comme cela finit par creuser d’énormes sillons, s’étalant et se démultipliant sur la largeur, c’est parfois plus complexe que de tracer sa propre route, et source de nombreux détours pour la retrouver un peu plus loin...

La vitesse de progression est donc très variable, de très lente en terrain marécageux à beaucoup plus rapide sur la toundra sèche des Tunturis, variable en forêt selon son encombrement.

Bilan : sur 600 kms, les 2/3 ont été réalisé en hors sentier, le reste sur pistes, routes ou sentiers balisés.
Ce ratio aurait pu être plus important, si j'avais osé plus quand à la partie navigation, ou fait le choix de ne pas pénétrer dans certains parcs nationaux.

Journée de 0 à plus de 30 km par jour, selon l'envie, et l'expérience acquise au fil du temps, car le hors sentier est quand même assez usant, surtout au début, aussi bien physiquement que mentalement ...

En pratique, il m'aura fallu 32 jours pour réaliser la traversée (dont une journée où j'ai dû faire demi-tour ), sans compter le premier soir (1.5 km wink), + 1 jour off J7, + 2 jours off pour cause de ravitaillement, et 4 jours à profiter encore un peu sur les hauteurs d'Utsjoki, mon petit sas de respiration, avant de rejoindre la civilisation wink


Période : Du 11 Août au 21 Septembre, voyage compris.

Avant tout motivé par l’envie de voir naître l’automne, la ruska et son explosion de couleur tongue
Sans oublier qu’à partir de la mi-août, les moustiques sont normalement moins nombreux et moins voraces qu’en début de saison estivale. Ce qui s'est avéré exact. En dehors de quelques piqûres à déplorer  les quinze premiers jours, je n'ai vraiment pas souffert de leur présence, juste lors de certaines pauses, et encore rien de méchant. A priori, ils ont eu du mal à survivre à la canicule (dixit un finlandais), et l'apparition des premières fraîcheurs et le vent assez omniprésent ont fait le reste.
Conséquence : j'ai renvoyé depuis Hetta la chemise anti-moustique, juste gardé le DEET et la moustiquaire de tête.

Par contre, il existe aussi des petits moucherons piqueurs, enfin qui arrachent des petits morceaux de peaux, les cératopogonidés de leurs petits noms, qui peuvent être assez vite insupportables dans certaines zones marécageuses. Ils attaquent principalement au niveau des chevilles, juste quand on a envie de s'aérer enfin les petons, ou de se faire une partie de pêche en sandales crocs, pas glop neutral


Températures : De grandes amplitudes rencontrées y compris au sein d'une même journée, avec des gelées nocturnes fréquentes (dès le 20/08 me concernant), à de fortes chaleurs en cas de journées très ensoleillées, au-dessus de 25°C. Je crois que j’ai été particulièrement gâtée, avec 2 semaines de quasi beau temps en continu tongue. Mais aussi plusieurs jours successifs de temps gris, pluvieux et très venteux. En dehors des belles journées, les T°C moyennes se situaient plutôt entre, 0-5 °C au réveil,  5-10° le matin et 10-15 l’après-midi, environ. La présence de vent faisant largement descendre les températures ressenties, surtout en zone de toundra.


Mode de déplacement :

Tout naturellement, associer la marche à la possibilité de naviguer sur l’eau a émergé.

Sur le papier, cela augmentait significativement les possibilités d’itinéraire, en restant à distance des quelques pistes ou routes, ou en particulier pour la traversée de certaines rivières parfois très larges (100 à 200 m), sans pont disponible ou à moins de faire d’énorme détour.

Sur le terrain, les choses se sont révélées souvent plus complexes. La faible hauteur d'eau à cette saison, d'autant plus, après la canicule exceptionnelle qui a sévit pendant l'été, ici aussi, a rendu les petites rivières impraticables. Sur les plus grosses, j'ai aussi souvent été refroidi par le faible niveau d'eau, et de ce fait par la hauteur des berges, rendant l'embarquement et débarquement compliqué, sans compter l'omniprésence de grandes zones marécageuses barricadant l'accès et la sortie de l'eau. Bref, ce n'était pas simple dans la tête de s'engager dans une descente, sans certitude de pouvoir s'en extirper. Là aussi, la lecture des cartes a été primordiale, et j'ai dû prendre sur moi big_smile
D'autres fois, les éléments n'étaient pas favorables, entre la pluie, le froid et les vents qui étaient souvent contraires..., mais j'ai eu aussi de bons moments favorables, sous un beau et grand soleil compensant les quelques petites déceptions.
Bref, même si je n'en ai pas autant profité qu'imaginé (environ seulement 50 km sur l'eau), je ne regrette rien, ni son emport et ses kgs, ni les renoncements.

Lien de la préparation packraft et pêche : https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=33389



Préparation en amont

Liens utiles :

Pour l’historique
http://www.wunderground.com/history/
http://www.infoclimat.fr/observations-m … 02827.html

Lever et coucher de soleil
http://dateandtime.info/fr/citysunrises … ?id=656657

Pour le prévisionnel
http://en.ilmatieteenlaitos.fi/observations-in-finland
http://en.ilmatieteenlaitos.fi/weather/ … eter=daily

Horaires de bus
https://www.matkahuolto.fi/en/

Cartes et commodités
http://www.retkikartta.fi/index.php?lang=en
http://kartat.hylly.org/ (Carte garmin gratuite finlandaise)
http://www.nationalparks.fi/
http://www.patikka.net/Eramaa_alueet.htm

Mobile Phone Coverage Maps in Finland
https://elisa.fi/kuuluvuus/
https://kartat.dna.fi/Peittokartta/

Permis de pêche et réglementation avec cartes
https://www.eraluvat.fi/en/fishing/fish … rness.html


En dehors du questionnement sur le choix du matériel, la détermination du point de départ, de l’étude des liens pré-cités, cela a principalement consisté à télécharger la carte sur mon GPS avec les coordonnées du large réseau de cabanes ouvertes et livres à disposition, et d’étudier toutes les rivières potentiellement navigables par une novice, en prenant soin d’ajouter les waypoints de tous les rapides présents.


Orientation :

J’avais pris une boussole recta clip, mon Gps, et des photocopies de carte de l’ensemble de la Laponie au-dessus de la latitude 68°N, à l’échelle 1/120 000.

Les cartes papiers, en dehors de l’avantage d’une vision générale pour se donner des objectifs et de se situer plus largement, se sont révélées inefficaces pour se déplacer sur le terrain.
La vision des marécages est totalement insuffisante pour faire les meilleurs choix quant à leur classification, de facile à très difficile, voire impossible, selon le descriptif, et leur emplacement exact.

La boussole est une aide pour marcher au cap, mais elle est aussi insuffisante (en tout cas pour moi), pour naviguer sur ce genre de terrain :
Souvent sans repère au sein de la taïga, avec souvent l’impossibilité de progresser en ligne droite, entre les branches basses, les arbres écroulées au sol, les zones plus touffues, les zones lacustres, on est continuellement à faire des détours. Sans refaire le point régulièrement, je me retrouvais souvent à plusieurs degrés de ma ligne directrice, voire pire yikes
Et encore moins pour se situer face à une barrière marécageuse à traverser, si possible sur sa largeur minimale et au meilleur endroit (cf classification).
Bien sûr, l’œil avec l’expérience acquise au fur et à mesure, apprend à repérer les bons passages, encore faut-il se trouver comme déjà dit au bon endroit, parfois large de seulement quelques mètres.

Le GPS me semble donc indispensable, muni de la carte identique à celle qui fait référence en ligne, de chez Retkikartta. Top évidemment pour se situer précisément.
Inconvénient, pas pratique et long pour trouver le meilleur itinéraire de déplacement, ne serait-ce que pour une journée, de par sa vision rétrécie à un zoom suffisant.
Tu trouves un passage "libre" entre les différents marécages, tu poursuis le déplacement du curseur, et tu t’aperçois que c’est sans issue, donc demi-tour, recherche d’une autre voie, jusqu’à trouver un itinéraire complet le plus viable possible, cela prend du temps et bouffe les piles…

En pratique, chaque veille au soir, je me suis donc astreinte à marquer les waypoints de chaque meilleur passage des zones délicates, pour avoir une fois en route le cap général à suivre, entre chaque point, sans avoir à zoomer au maximum. Une fois atteint, un coup de zoom pour me situer plus précisément
Conséquence : une consommation énergétique très supérieure à d’habitude, 2 jeux de pile + une 3° paire entamée… alors que lors de mes balades de même durée, un seul jeu de pile me suffisait largement, cad avec de la réserve à la fin.


Avec tout le matériel de randonnée avec bivouac, celui dédié à la navigation, la large autonomie alimentaire nécessaire, et la marge de sécurité suffisante de par l’isolement et la non connaissance du milieu, la question du poids était forcément encore plus primordiale que d’habitude.

Amenant à faire des choix

Pas de portage d’eau, une simple Kuksa à portée de main me permettant de me servir directement dans les sources, ruisseaux, rivières et lacs. La Laponie est réputée pour ses eaux limpides et pures, je confirme smile

Pas de filtre emporté finalement, mais une plaquette de Micropure au cas où, que je n’ai d’ailleurs pas eu à utiliser.  Seulement à 2 reprises, j’ai préféré faire bouillir l’eau. Après la récolte d’eau à la seule source disponible indiquée sur ma carte, un mince filet d’eau non totalement stagnant et très chargé en impureté, et à la source d’un ruisseau quasi à sec, là aussi, très mince filet d’eau au milieu d’une bouillasse marécageuse. Bilan, aucun désagrément vécu.

Pas de réchaud.
Des micro-feux, des campfires déjà existants, des campsites marqués sur les cartes, ou comble du luxe, les poêles à bois des cabanes, voie même pour certaines, des plaques à gaz, feront que je mangerai chaud matin et soir sans souci.
Le bois mort est omniprésent, en dehors de la toundra (et encore), il n’y a qu’à se baisser pour ramasser des petites branches au sol, et l’écorce de bouleau, le meilleur des allume-feux.

Des réserves de bois existent au niveau des campsites et des cabanes, il est même désormais pré-découpé, même plus besoin d'utiliser de gros outils tranchants...

(Nota : Interdiction en Laponie de couper du bois vivant ou mort sur pied, y compris de brûler les troncs ou grosses branches au sol, en raison du climat sub-arctique, de nombreux mois sous la neige et des températures hivernales très froides, la pousse est très lente, et les éléments au sol servent aussi à la survie de la faune).

J’ai juste pris 12 pastilles de 4 g d’alcool solide en secours, pour les bivouacs trop pluvieux et en particulier le petit café du matin. Je n’en utiliserai que 3.

Emport également d’une platypus de 2 L pour le bivouac.

Le strict minimum en réserve alimentaire, 300 g par jour en moyenne, basé sur de précédentes expériences. Principalement des féculents, de l’huile, des noix, et de quoi agrémenter et varier le goût avec des légumes séchés et tout un tas d’herbes et épices.

6253_sans_titre-105_13-10-18.jpg
Légumes séchés cuisinés


Le premier tronçon ne devant pas excéder 12 jours de marche, je compléterai les 3,6 kg dédiés avec un surplus de 550 g, justement avec tous ces petits ingrédients peu ou pas caloriques et difficiles à réapprovisionner en cours de route, et qui feront pour l’ensemble de la balade.

Seulement 2 ravitaillements en cours de route, le premier à partir de Palojärvi, avec un aller-retour jusqu'à Hetta J12 (j'aurai pu me contenter de la petite épicerie de Palojärvi, mais en raison de soucis matériels divers, j'ai dû me rendre dans la ville la plus proche) et le second à Inari à partir de Njurgalahti (village au point de départ du Lemmenjoki, mais sans aucune épicerie) J26. Là aussi, seul le stop est disponible, pas de bus. D'où la nécessité de prendre une journée off, à chaque fois, routes pas très fréquentées, il faut un peu de chance. Pour ma part, elle a été au RDV tongue

En arrivant à Palojärvi, la tenancière du seul bar-resto-épicerie-station essence-camping, bref qui fait tout big_smile, m'ignore complètement en faisant des allers-retours dans l'arrière cuisine, alors que je patiente devant la caisse et qu'il n'y a personne d'autre dans la salle... Quand enfin, elle se décide à venir me voir, je lui explique que j'ai besoin de me rendre à Hetta. Elle me désigne la route et le pouce. Bien, bien..., affamée je lui prends un succulent sandwich au saumon, sa mine renfrognée se détend un peu wink Elle me demande d'où je viens. "Kilpijarvi by foot". "A pied, toute seule, non, incroyable", désormais un franc sourire embellit son visage. Ni une ni deux, elle appelle un gars qui s'occupe de la station service et d'autres choses et qui fait l'aller-retour chaque jour sur Hetta, où il habite. 1 petite heure plus tard, je serais en route cool

A Njurgalahti, pressentant que dans ce sens, direction Inari, et le matin, il fallait forcer le destin, je me suis mise en route à 7h00 du mat, j'ai à peine eu le temps de faire un petit km, qu'une voiture arrive et s'arrête, 2 hommes finlandais à l'intérieur. Ils m'expliquent que c'est mon jour de chance, celui au volant est chauffeur de bus chez Eskelisen Lapin Linjat, une des grosses compagnies de bus finlandaise, et il doit conduire un groupe touristique dans une heure justement à Inari. Et si je veux, il pourra même me ramener le soir, vers 16h30  cool cool Il aura droit à une tablette de chocolat et une bière bien fraîche, il dort dans le même camping que moi wink

Ration minimale qui sera complétée :
- au gré de la cueillette des baies, principalement des myrtilles, ou myrtilles arctiques, les camarines noires et les mûres arctiques. Un bon complément sucré et vitaminé, à consommer tel que, dans du muesli, en réduction pour faire un sirop et accompagner les pancakes, et même une succulentes tarte aux myrtilles tongue

6253_sans_titre-107_13-10-18.jpg


6253_sans_titre-104_13-10-18.jpg



- de champignons, abondants à cette saison, même si je me contenterai d’une seule espèce, les leccinums, les seuls que j’identifiais rapidement à 100%, donc sans risque de me tromper… Ils sont gros et bien dodus, avec seulement 3 spécimens, on a largement que quoi faire pour un ou 2 repas. Seule précaution à prendre, les faire bouillir dans leur jus avant, sinon ils donneraient mal au ventre. Aucun problème digestif à déplorer, et j’en ai mangé plusieurs kilos big_smile

6253_sans_titre-106_13-10-18.jpg


6253_sans_titre-111_13-10-18.jpg


Un site intéressant pour la reconnaissance des différentes baies, plantes et champignons, même si succinct : https://www.arktisetaromit.fi/
Au museum d'Inari, j'ai trouvé des planchettes très détaillés sur les champignons comestibles bien plus complètes, mais uniquement en finlandais, dommage.

- Et bien évident la pêche smile

Beaucoup de brochets, de trop rares ombles communs et truites de lacs.

Je n'ai pour diverses raisons, problème de matériel puis interdiction à compter du 01/09, quasiment pas pu pêcher en rivière, mais j'ai eu plutôt de la réussite dans les lacs quand je prenais le temps, même si j'aurai préféré moins de brochets pour plus, de toute autre espèce big_smile, mais bon, je n'allais pas faire la difficile, même si sur la fin, je les relâchais...

6253_sans_titre-108_13-10-18.jpg


6253_sans_titre-109_13-10-18.jpg


6253_sans_titre-110_13-10-18.jpg



Bilan, perte de 8 kg, surtout sur les 2-3 premières semaines, je pense, mais j'avais besoin d'allègement wink
Ce qui m'a manqué, du CHOCOLAT, enfin des petits aliments plaisirs et sucrés.
Rien pris avec moi sur le premier tronçon, seulement 200 g de chocolat lors du premier ravito, dès sa fin inéluctable j8, c'est devenu une obsession jusqu'à Inari big_smile, là achat de 600 g, juste ce qu'il fallait pour finir sereinement wink

J'ai pris conscience que compléter ses rations par la cueillette, et encore plus la pêche, prend du temps, sauf à de rares exceptions (un brochet après 5 petits lancés, une fois), et qu'après 20 ou 30 km en hors sentier, avec déjà les tâches de mise en place du bivouac (et même avec une cabane au bout), la recherche du bois, etc, on a souvent plus envie de se poser qu'autre chose. Surtout quand il faut, après avoir déjà patauger toute la journée, retourner se plonger dans les marécages bordant quasi systématiquement les lacs...
Sans parler, que là aussi, les conditions ne sont pas toujours favorables, pluie, froid, vent etc...
Bref, les occasions ne sont pas légions en itinérance, ou alors il faut faire moins de kms, pour y dédier plus de temps. Ce que je faisais quand j'en ressentai le besoin, avec de plus petite journée, disons de 10-15 km max.


Retours matos, un peu plus tard... juste avant, je vous raconterai mes premiers jours un peu chaotiques coté matos et ma première vraie rencontre avec les marécages, à croire que j'aime bien les baptêmes neutral (souvenirs corses wink)
Et peut-être des petites vidéos, permettant de mieux visualiser la diversité du terrain, si j'ai le courage de les monter et télécharger...

Tout ça pour dire que traverser la Laponie finlandaise n'est pas toujours un long fleuve tranquille, qu'il m'a fallu apprendre, dépasser mes appréhensions, faire preuve d'adaptation, mais que ce fut une belle balade, qui m'a encore appris beaucoup de chose sur moi-même, et voir petit à petit s'embraser la toundra restera inoubliable cool

Pour les amateurs de grands espaces, en toute liberté smile


Quelques petites photos en attendant, pas forcément représentative de la balade, j'ai sortie le téléphone surtout dans les bons moments et très peu, pour des raisons d'économie d'énergie:)

6253_sans_titre-89_13-10-18.jpg
Le mont Saana au lendemain du premier bivouac


6253_sans_titre-90_13-10-18.jpg
Première gelée au réveil


6253_sans_titre-91_13-10-18.jpg
Première longue balade sur l'eau, lac de Pöyrisjärvi


6253_sans_titre-102_13-10-18.jpg
Sur la rivière éponyme


6253_sans_titre-97_13-10-18.jpg
Petite pause, sur la rivière Lemmenjoki


6253_sans_titre-93_13-10-18.jpg
L'heure du repos et du séchage


6253_sans_titre-125_13-10-18.jpg
Un autre joli bivouac


6253_sans_titre-95_13-10-18.jpg
L'heure de se réchauffer et de se sustenter


6253_sans_titre-94_13-10-18.jpg
Bon appétit, merci pour les pommes de terres offertes par un couple de finlandais sur le Golden Trail du Lemmenjoki smile


6253_sans_titre-126_13-10-18.jpg
Campsite


6253_sans_titre-5_13-10-18.jpg
Lumière de fin de journée


6253_sans_titre-101_13-10-18.jpg
Brume du lever du jour


6253_sans_titre-100_13-10-18.jpg
Miam, les beaux marécages


Mais aussi de belles petites cabanes, bien douillettes, où il fait bon se poser de temps en temps :

6253_sans_titre-113_13-10-18.jpg
Matti Musta


6253_sans_titre-115_13-10-18.jpg
Vaskolompolo


6253_sans_titre-116_13-10-18.jpg
Puussasvaara


6253_sans_titre-123_13-10-18.jpg
Kurtojoki, perdu au milieu de nulle part


6253_sans_titre-124_13-10-18.jpg
Kota


6253_sans_titre-112_13-10-18.jpg
Kammi




Et puis l'automne arrive petit à petit, non, il est déjà là :

6253_sans_titre-120_13-10-18.jpg


6253_sans_titre-96_13-10-18.jpg


6253_sans_titre-98_13-10-18.jpg


6253_sans_titre-99_13-10-18.jpg


Vidéo part 1

Vidéo part 2

Vidéo part 3

Vidéo part 4

Vidéo part 5

Vidéo part 6

Avec cartes parcours ci-jointes


Liste matériel

Présentation et bilan matériel


Flo

Dernière modification par florencia (26-11-2018 13:33:43)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#2 13-10-2018 22:13:18

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 27-10-2017
Messages : 591

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Cet après midi je disais à un ami que très certainement mon prochain gros départ serait en Finlande.

Et hop ce soir, la promesse d'encore un très beau récit ici, plein de détails pour apprendre et d'occasions de rêver avant de partir smile

J'ai hâte de te lire, ce premier post met l'eau à la bouche ! Surtout quand on a suivi de loin tes préparatifs il y a quelques mois.


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#3 13-10-2018 22:19:00

Glop^2
Membre
Inscription : 19-04-2013
Messages : 525

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Bonsoir Florencia,
après une soirée fatigante je n'aspirais qu'à aller vite au dodo mais quand je suis tombé la dessus ... forcément j'ai retardé l'appel du lit. Même si je n'ai lu ton récit qu'en diagonale pour l'instant je suis une fois de plus admiratif de tes balades, et cette fois avec un paquebot dans ton sac en plus, ouahhhh !!! Et toujours de belles photos. Bon, je file vite au dodo afin de pouvoir revenir plus tôt sur ton récit demain.
Merci à toi.


Si on randonnait plus souvent, on aurait moins la tête aux bêtises.

Hors ligne

#4 13-10-2018 22:27:59

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011
Messages : 1 858

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

De même! En Touraine pour le week-end, je survole ton texte.
Je me plongerai dès mon retour dans une lecture plus détaillée, et un épluchage des liens!
Merci, et bravo à toi!
300g de nourriture/j (si j'ai bien compris...), cela me semble bien peu...


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)

En ligne

#5 13-10-2018 22:41:40

Serval
Carpe diem
Lieu : Entre Monts Martre et Parnasse
Inscription : 15-06-2018
Messages : 487
Site Web

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Très impressionnant... Respect.
(et les photos dont superbes)


Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans les voyages que j'ai faits seul, et à pied. (J.-J. Rousseau)
Trombinoscope | Tour de Bretagne (GR 34) - De Concarneau à Auray

Hors ligne

#6 13-10-2018 22:51:05

taowen
voyages/randos/treks à pieds, vélo, ski...
Lieu : aube
Inscription : 07-06-2007
Messages : 303
Site Web

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Ça nécessite en été une sacrée préparation et organisation. En traversant ces zones marécageuses en hiver plus ou moins dans les mêmes coins (il y a 30 ans !), je m’étais dit que ça devait être difficilement accessible en été. Tu as résolu en partie le problème avec le packraft. Je n’ai encore pas tout lu dans les détails. Ce qui m’impressionne toujours, c’est que tu arrives à te débrouiller hors sentier dans de tels paysages, mais bon, tu commences à avoir une belle expérience. Tu as fait des choix judicieux, vues les contraintes de poids, pas de réchaud, pas de filtre, et comme il y a de l’eau partout…et ces fameuses cabanes finlandaises avec poêle et bois ! Tu ne parles pas à priori des Lapons et des rennes, peut-être pas dans ces coins-là à cette époque. En tous cas bravo pour ce bel engagement, il fallait oser !

Hors ligne

#7 14-10-2018 08:28:53

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005
Messages : 1 917
Site Web

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Rhâââ  tongue
Merci pour ce retour et ce courant d'air frais !
Hop, référencé dans le wiki.


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)

En ligne

#8 14-10-2018 08:37:59

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 640

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Bonjour Flo,  smile

Suis passée en coup de vent lire aussi en diagonale avant la nuit... Bilan, j'ai rêvé de grands espaces, de cabanes, du "floc-floc" des pagaies, de brochet...

Tafdak pour le temps nécessité par les cueillettes pour le repas et la gestion du bivouac.

Tu réalises encore un pas en avant dans l'exploration. Chapeau bas !

Et merci pour partage et le rêve par procuration ! smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#9 14-10-2018 09:52:00

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 393

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Kikoo Florencia wink

Merci pour ce superbe début de retour smile. L'aventure est vraiment au rendez-vous, hâte de lire et voir la suite!

eraz

En ligne

#10 14-10-2018 10:30:23

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Alors, déjà, merci à tous pour vos petits mots sympas smile

Ah, ben, moi, qui pensais avoir fait un retour assez complet big_smile
Bon, comme dit en "intro", je raconterai quelques circonstances ou anecdotes, mais pas envie de me lancer dans un récit au jour le jour, trop long et pas forcément intéressant.
Je répondrai volontiers aux questions par contre, s'il y en a wink


@taoewen : Effectivement, pour l’eau, il y a en a partout, c’était aussi mon raisonnement avant le départ pour ne pas en porter. Je suis d’ailleurs passé un peu vite sur le sujet smile

En réalité, l’eau non marécageuse, selon les secteurs, peut-être malgré tout rare, 1 à 2 points sur une journée d’une 20aine de kms m’est arrivé à plusieurs reprises, donc bien s’imaginer ne boire que 2 fois en tout et pour tout, et sans choisir le moment évidemment wink

Il y a bien sûr les rivières traversant le cœur des marécages. L’eau, si tant est qu’elle soit relativement claire et suffisamment non stagnante, n’est pas toujours facile à atteindre. Il faut savoir que beaucoup sont bordés de touradons, des mottes plus ou moins arrondies, de 40 centimètres à plus d'un mètre de haut, pas toujours très stables, souvent bordées d’eau de la même hauteur, et sur lequel on se déplace tant bien que mal, avant de sauter de l’autre côté. Je dois dire que l'’équilibre instable enlevait chez moi toute envie de me baisser pour en récolter wink

Après, il y a le facteur humain, j’étais souvent plus préoccupée à me retrouver de « l’autre côté », et prendre de l’eau, le cadet de mes soucis du moment. Si bien, que c’était seulement vraiment une fois au sec que je me disais, ah mince, t’aurais dû t’arrêter prendre de l’eau big_smile

Il faut dire que l’eau, paradoxalement, n’est pas une obsession chez moi, à condition que je boive bien le matin, et que je sache que je pourrai m’hydrater à volonté le soir. Je n’en ai jamais eu de conséquences physiques, parfois quelques petites douleurs tendineuses aux pieds, qui me rappelle à l’ordre et me font être plus vigilantes, jusqu’à ce qu’elles disparaissent...

M’apercevant de tout cela, et réalisant que j’étais assez mal coordonné avec l’eau, pour toutes ces raisons à la fois, en dehors des petits ruisseaux tranquilloux, où le déclic était quasi systématique, je me suis mise à faire régulièrement la cueillette de camarines noires en particulier, omniprésentes, et abondantes sur un petit espace, donc facile et très rapide à ramasser en quantité, selon besoin.
Elles sont très peu sucrées, ont un goût très doux, sans amertume ou acidité, et gorgées d’eau. Je recrachai juste la peau, épaisse, et les pépins. Si en plus, j’avais une petite faim, je privilégiais les myrtilles smile
Et avec 2-3 kuksa de 200 ml par jour, cela m’allait très bien smile

Flo

Dernière modification par florencia (14-10-2018 10:31:33)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#11 14-10-2018 10:38:00

fredlafouine
Fouinez!
Lieu : bretagne
Inscription : 24-05-2009
Messages : 10 667

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

florencia a écrit :

pas envie de me lancer dans un récit au jour le jour, trop long et pas forcément intéressant.

Ah non, ne nous la refais pas! lol
De toute facon tu vas finir par craquer, et nous faire rever encore un peu.

PS : desole clavier sans accent.


´·.¸¸.·´¯`·.¸ ><((((((º>

Hors ligne

#12 14-10-2018 10:46:30

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Oui, mais cette fois, je suis déterminée big_smile

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#13 14-10-2018 11:08:02

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 27-10-2017
Messages : 591

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Sans faire du récit au jour le jour super détaillé comme ton récit sur l'Islande, je suis quand même assez preneuse d'infos et détails sur ton parcours wink

(J'avoue, c'est super intéressé de ma part. Mais comme tu racontes bien, c'est d'abord pour le plaisir, ensuite pour me documenter en vue d'une balade, forcément moins longue et moins engagée)

Si tu as le temps et l'envie bien sûr, mais vois l'enthousiasme des MUL dès que tu as commencé à poster ! big_smile


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#14 14-10-2018 11:45:23

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

taowen a écrit :

Tu ne parles pas à priori des Lapons et des rennes, peut-être pas dans ces coins-là à cette époque.

Concernant la faune, je n’ai pas parlé des rennes, mais en réalité, ils ont été mes plus fidèles compagnons de route  tongue

Rarement une journée, sans voir un spécimen, et plutôt au moins une petite ou grosse troupe quotidienne et des individus en couple ou plus rarement isolé. Ils sont à la fois craintifs et curieux, donc restant à distance sécuritaire mais pas forcément très loin non plus (sauf si je surprenais un individu trop occupé à brouter, ou peut-être en raison du vent contraire, parfois à 3-4 m de moi, là c'était sauve qui peu big_smile). Souvent, ils faisaient mine de s’éloigner au galop, puis je les retrouvais un peu plus loin, m’observant, voire faisant mine de s’approcher.

J’ai pu apercevoir également 3 élans, un duo, juste eu le temps d’apercevoir leur énorme stature et ornement, puis leur arrière train de mixte de cheval, impressionnant, et un autre en solitaire, sans bois, avec ses grandes oreilles dressées, qui m’a observé, de loin, pendant plusieurs secondes avant de disparaître dans la forêt.

Beaucoup d’oiseaux, évidemment de nombreux lagopèdes, qui me faisaient régulièrement des frayeurs big_smile, s’envolant en groupe, à 3-4 m de moi, alors qu’ils étaient masqués par la végétation, dans un grand claquement d’ailes, en concert, telle une détonation.

Des oies sauvages, au bord du lac de Vaskolompolo, à la naissance de la rivière Vaskojoki, un site enchanteur, un beau ciel bleu, plus un souffle de vent, un sentiment de grande quiétude, je pêche tranquillement sans trop y croire, pas un gob à la surface, juste pour le plaisir de l’instant à regarder et apprécier ce qui m’entoure, quand soudain 3 oies sauvages viennent se poser en face de moi, dans un sonore et majestueux bruissement d’ailes, suivit d’une superbe glissade sur l’eau, elles batifolent quelques instants, avant de reprendre leur envol, un moment magique en toute simplicité, le sentiment d’être privilégiée, bien loin de tous les tracas du monde…

D’autres que je n’ai pas identifié, en particulier, un, à prédominance, noir, avec un liseré blanc, à l’extrémité de sa queue, avec un drôle de cri, ricanant ou moqueur, et vu et surtout entendu à de nombreuses reprises.

Quelques lemmings, pas tant que ça finalement, peut-être une année « sans », leur population est très fluctuante d’une année sur l’autre.

Pas vu de glouton ni d’ours wink

Sinon, j’ai traversé 2 villages lapons, enfin je crois, au moins d’éleveurs de rennes, l’un près du lac de Salvasjärvi et un autre près du lac de Kämppäjärvi, mais pas âme qui vive.


Flo

Dernière modification par florencia (14-10-2018 11:48:15)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#15 14-10-2018 11:50:19

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Adrienne a écrit :

je suis quand même assez preneuse d'infos et détails sur ton parcours

Pas de soucis pour préciser et donner des infos plus précises sur le parcours, ici ou en MP wink

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#16 14-10-2018 13:12:33

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Bonjour Flo,  smile

J'étais déjà au lit quand tu as posté (!), donc je découvre les prolégomènes de ton récit lapon seulement maintenant. Moi aussi je suis demandeur de quelques "détails" supplémentaires ! wink

La cueillette a ses propres contraintes qui vont impacter forcément l'organisation de la journée de marche et celle du bivouac. Tu as l'air d'en tirer un bilan positif malgré tout ; gain de poids, diversité alimentaire et plaisir gastronomique ont dû être au rendez-vous.

Dans l'attente d'en savoir - encore - un peu plus sur ces contrées marécageuses situées au-delà du cercle polaire (très belles collines, superbes couleurs !), cool

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#17 14-10-2018 13:24:41

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 27-10-2017
Messages : 591

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Florencia a écrit :

Pas de soucis pour préciser et donner des infos plus précises sur le parcours, ici ou en MP

Merci smile
Je vais poser ici celles qui me semblent pouvoir intéresser d'autres personnes, éventuellement en MP celles qui n'ont pas forcément vocation à être publiques

J'ai une 1ère question un peu générale sur ton itinéraire : tu as l'air de dire que la 1ère partie était très taïga / marécages, la 2de davantage toundra sèche. Pourrais-tu situer sur ton itinéraire ces 2 grands espaces ? J'imagine que ce n'est pas un changement brutal de paysage, mais ça m'intéresserait de savoir à peu près où ça bascule.

Et si j'ai mal compris et que c'est marécageux partout, est-ce que c'est marécageux principalement au sol "ploutch-ploutch", ou tu enfonces la cheville, ou carrément jusqu'aux genoux ? (si jamais tu as une échelle de comparaison avec le hors-sentier en Écosse, ça m'intéresse ^^)
Est-ce que les traversées de rivières étaient compliquées, ou plutôt simples (largeur, profondeur, courant) ?

(Pour être claire : je ne suis pas sûre d'avoir envie de refaire 3 semaines uniquement dans du marécage ++ / spongieux comme l'an dernier, je n'ai pas de souci avec un peu d'humidité mais je privilégierais bien un terrain un peu plus ferme)

Est-ce que dans la partie toundra plus sèche tu trouves de l'eau facilement ?

Merci d'avance si tu as le temps et l'envie de répondre smile


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#18 14-10-2018 15:43:23

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 608

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

aaahhhhhh

la Norvège avec René et la Laponie avec Florencia.

En voilà un automne qui s'annonce magnifique smile smile smile smile

L.

edit : correction Norvège

Dernière modification par laxmimittal (14-10-2018 18:04:39)


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#19 14-10-2018 15:44:38

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Je réponds déjà sur la question des marécages, les rivières suivront smile

Non, pas vraiment de région exsangue, les marécages sont présents un peu partout, y compris sur les flancs des Tunturis wink

Par contre, les zones les plus hautes en altitudes sont les plus épargnées, à savoir celle de Käsivarsi, à la pointe NO de la Laponie avec le mont Halti, le point cuminant de la Finlande, et je dirais la Wilderness area de Kaldoavi, la pointe NE, mais aussi parfois quelques zones plus au centre.

Ou sinon, en dehors de mon trajet, il y a la partie montagneuse du Parc urho kekkonen, mais probablement plus fréquenté.

Pour mieux se rendre compte de leur présence, il faut vraiment se plonger dans les cartes en zoomant au minimum au 1/15000è, encore plus parlant au 1/4000è. Tout ce qui n’est pas strictement blanc (forêt) ou jaune pâle bariolé jaune (toundra), sont des marécages, simplement de nature différente. Du gris ou bleu pâle, au bleu plus foncé, jaune caca d’oie comme je les ai bien nommés, et enfin les bleus ou verts barrés transversalement (les plus difficiles à impossibles)

Les variantes de bleu sont des secteurs peu ou pas profonds, mais au sol très chaotique, des mottes de petits arbustes, entrecoupées de pierres et de trous emplis d’eau. Les trous étant leur principal danger et le jeu de saute-mouton assez usant à la longue. Ils précédent (et succèdent...) souvent les marécages jaunes caca d’oie, mais on les trouve aussi isolés à flanc de tunturis ou dans les forêts.

Les jaunes caca d’oie :

Cela va du simple pataugeage sur un sol ferme ou spongieux à beaucoup plus boueux et collants voire avec gros effets ventouses.

La hauteur est variable, et dépendante également des conditions météos précédentes ou du jour même.
Du simple "ploutch-ploutch" à la cheville ou mi- mollets principalement, jusqu’aux genoux (voir beaucoup plus) est rare et souvent ponctuel.

Il m’est arrivé une fois d'enfoncer une jambe entière dans un marécage de boue, pas glop du tout, j’ai cru ne jamais arriver à l’extirper avec encore une chaussure au bout du pied, mais secteur un peu exceptionnel de ma traversée, à la frontière avec la Norvège, après Puussasvaara.

Ils sont définis sur les cartes papiers comme « facile à peu difficile ».
J’émettrai un gros bémol, tout dépend de leur surface, et des conditions météos.
J’ai bien vu la différence entre les 2 semaines du début de la balade, plutôt sous la pluie, et les 2 suivantes sous un grand soleil, cela m’a permis de traverser des zones que je n’aurai certainement pas tentées ou probablement réussi à traverser à moins de gros détours…

Et un maître mot, sonder +++


Le vert barré transversalement, disons qu’il faut éviter au maximum. Je me suis aperçu, parfois après coup, que j’en avais traversé quelques-uns, mais sur des passages très courts. A réserver strictement quand on ne peut pas faire autrement et que l’œil et le sondage des bâtons confirment que c’est possible. Sur les plus larges, il peut vraiment, y avoir de véritables petits lacs, sans parler de la teneur du sol…


Flo

Dernière modification par florencia (14-10-2018 18:23:31)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#20 14-10-2018 16:13:41

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Concernant les rivières, rien de comparable avec l’Islande, mon seul comparatif, en tout cas au niveau de la force du courant, mais on parle bien d’une balade Lapone se déroulant à la fin de l’été et début automne, donc cela peut être très différent au mois de Juin, avec la fonte des neiges.

La particularité, un fond quasi exclusivement fait de gros rochers entremêlés.

Un avantage dans un certain sens, car cela limite largement l’immersion dans l’eau.
Cela implique de traverser où l’on voit le fond, le mieux, au niveau des petits rapides, ou juste en amont.
Car entre les pierres, il peut y avoir de gros trous d’eaux, avec le risque inhérent de se faire potentiellement très mal.
Par chance, où alors j’avais les semelles miracles big_smile, les pierres ne sont pas spécialement glissantes, et ce, malgré la présence d’algues et de mousses, donc les traversées se passent plutôt bien.

Largeur variable, 5 à 15 m, pour disons les moyennes.

Profondeur, là encore très variables, pour les moyennes hautes, disons mi-mollets, à mi cuisses, en suspension sur les rochers, sinon, je ne sais pas, plus forcément wink

Au-dessus, les rivières sont l'équivalent de nos fleuves, nettement plus gros et pas traversable « à pied », possible à la nage, pour un bon nageur, ou en packraft, sur les zones larges et calmes.

Ce fut le cas pour ma part pour traverser de la rivière Lätäseno (170 m) (sinon, il faut passer tout au Nord, à hauteur de la cabane de Tenomuotka, et sans garantie, hauteur variable selon les années) et celle de Vaskojoki (80 m).

J’en ai passé 2 autres plus petites en bateau. L’une parce que le mic-mac de pierres, au seul endroit possible, ne me plaisait pas et que le courant sans être très fort, n’était pas très engageant pour passer de pierres en pierres immergées, exercice somme toute bien différent que de glisser son pied sur un sol relativement régulier.

Et une autre, parce qu’exceptionnellement le sol était un mixte de sable boueux pour le moins collant, 20 m de large environ, sans courant, mais avec une profondeur à la taille. J’ai préféré renoncer, car j’ai eu peur qu’une fois au milieu je n’arrive à soulever mes pieds, précision, je n’avais plus qu’un seul bâton, et j’avais déjà du mal à les décoller en m’appuyant sur un tronc incliné sur la berge…

Après, il y a encore les rivières au cœur des marécages, là, le courant n’est jamais un problème, par contre leur profondeur est parfois surprenante en comparaison de leur faible largeur, possiblement mi-cuisses à la taille…

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#21 14-10-2018 16:32:45

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Adrienne a écrit :

Est-ce que dans la partie toundra plus sèche tu trouves de l'eau facilement ?

L'eau y est forcément plus rare, bien que toundra ne veut pas forcément dire sec, effectivement, c'est entrecoupé de zones marécageuses au niveau des grands plateaux, et donc de petites rivières. Et il y a généralement des ruisseaux qui descendent des "ravins" qui entrecoupent les zones de tunturis. Attention, certains peuvent être à sec ou très réduits à cette saison.
Là encore, la lecture des cartes permet de se faire une idée ainsi que des distances entre chaque point d'eau.
Perso, je ne m'en occupai pas, cf le poste sur l'eau, un peu plus haut.


Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#22 14-10-2018 16:57:52

kodiak
Pas assez léger, mon fils!
Inscription : 09-06-2014
Messages : 2 597
Site Web

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

L'automne arrive avec ses prix littéraires, et le florencia de la rentrée s'annonce aussi bon que les précédents!
Moi qui relisais justement quelques uns de tes itinéraires pyrénéens, pour préparer la trace d'une prochaine virée...

Merci de m'avoir appris ce qu'était le Ruska. Je vais le ranger aux côtés du Pétrichor dans mon lexique personnel.


Lâche ce clavier, attrape ton sac et pars marcher! |k|
« Strong, light, cheap, pick two' » (Keith Bontrager)

Hors ligne

#23 14-10-2018 17:43:30

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 678

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Merci à toi, de mon côté, je ne connaissais pas Pétrichor big_smile

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#24 14-10-2018 20:17:00

discret
Membre
Lieu : neuf-deux
Inscription : 13-09-2014
Messages : 132

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Argh  je sens le spleen arctique me reprendre.

Merci pour cette nouvelle dose de rêve. cool


discret n'est pas l'un des 7 nains.

Hors ligne

#25 15-10-2018 00:29:21

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 27-10-2017
Messages : 591

Re : [Récit + liste] Ruska in Lapland - Finlande

Un très très grand merci Florencia pour tes explications sur les marécages et les rivières.

C'est lu, à relire plus sérieusement avec des cartes sous la main. Très précieux en tous cas, je te remercie beaucoup smile

(Ensuite à moi de me demander si je veux plonger là dedans ou pas ! Mais l'appel du Nord est quand même très très fort...)


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

Pied de page des forums