#26 21-07-2019 20:43:08

fredlafouine
Fouinez!
Lieu : bretagne
Inscription : 24-05-2009
Messages : 10 932

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Ca serait pas vachement + chouette si on habitait tous en ville, et chaque ville isolée des autres villes par d'immenses parcs nationaux 100% sauvages sans aucun entretien/chemins/panneaux? :) Juste quelques autoroutes de connexion 8×8 voies, on utiliserait les aires de repos comme départs de rando. :)
Pis on boufferait juste des pâtes, faudrait juste des champs de blé autour de chaque ville. :D

Super ton récit Grandeloutre, ça me rappelle tellement de bons souvenirs ! :)


´·.¸¸.·´¯`·.¸ ><((((((º>

Hors ligne

#27 21-07-2019 20:46:55

Amateur38
Membre
Inscription : 27-11-2017
Messages : 89

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Merci GrandeLoutre, c'est un régal.
On ne joue pas sur la même planète, mais je prends des notes sur la liste et les mille et une manières de gérer sa fatigue et ses douleurs.


Merci aussi au râleur de service, c'est très sain de venir rappeler opportunément qu'on est toujours l'intégriste d'un autre !  lol

Hors ligne

#28 21-07-2019 21:09:24

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Hervé27, je pense qu’une heure peut encore être gratté chaque jour mais au détriment du repos, au delà je n’aurais pas pu récupérer.

Ho t’inquiete pas pour moi je me soigne a grands coups de repas de famille pour la forme et de siestes pour la tête. Seul soucis ma tendinite tibiale qui va mettre quelques semaines à partir je pense. Mais je n’en ai pas encore trop parlé elle a vraiment commencé jour 8…

bruno7864 tout d’abord désolé de pratiquer autrement la rando que toi, mais moi c’est comme ça que je m’éclate (dans tous les sens du terme). Tu es tout à fait libre d’ignorer mon récit, je me vexe pas si facilement lol

Alors justement, si tu lis un peu mon récit et même si je le précise pas toujours, j’essaie au maximum d’égrainer des euros sur mon passage. Je ne me ravitaille certes pas en chemin, dors ou prend des repas en refuge mais j’essaie quand même de « consommer » dans la limite de mes moyens. Boissons, gâteaux, etc. Au final c’est mieux je trouve car quand je me ravitaille au fil du chemin je ne dépense qu’a un seul endroit, la où j’achète tout et après plus rien. Ca me donne l’impression de trop dépenser. M’enfin bon je fais comme je veux aussi hein…

Pour la raison écologique, ok, j’ai utilisé un plein pour faire mon week end test et faire mes déposes. Mais est ce que tu sais qu’au quotidien ce plein la il est économisé depuis longtemps? Je fais attention toute l’année pour m’en foutre une fois par an et penser qu’a mon plaisir personnel.
Mes déposes été pour moitié dans des gites, pour les autres j’y suis allé à la pelle ferrée si tu veux tout savoir, le tout recouvert de gros cailloux, alors la fouine, le chien, le loup, ou le sanglier vont s’amuser.

Et toi ton bilan carbone de ta traversée de l’Europe il en est ou?


fredlafouine, non sans exagérer y’a certaine zones de France qui mérite un ré-ensauvagement! big_smile
Merci pour le soutient!

Amateur38
Ho t’inquiete pas on est bien tous sur la même planète…
J’ai eu beau gérer la fatigue et la douleur en continuant purement et simplement aussi vite qu’avant, ca m’a pas évité la blessure. Mais j’accepte ce cout à payer pour cette fois ci. (Et uniquement cette fois ci)

J’ai toujours rêvé d’être un intégriste lol


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#29 21-07-2019 21:46:07

Balipit
Membre
Lieu : Sud
Inscription : 05-02-2017
Messages : 1 956

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Selon son régime alimentaire on ne peux pas toujours consommer la nourriture de refuge - pâtes ,biscotte ...
Mais il y a la solution poste restante /relais colis .
Perso j’ai déjà fait 2000m de D- en fin de journée pour une orgie de fruits/crudités lol

Hors ligne

#30 21-07-2019 22:50:25

Ezequiel54
MULimaliste
Lieu : Lorraine
Inscription : 19-10-2016
Messages : 1 606
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Hey Grande Loutre !
Je savais que tu étais un ogre sur ce coup, mais en plus tu racontes tout ça avec talent  smile
C'est un régal à lire  wink

Hors ligne

#31 22-07-2019 11:54:22

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Balipit, oui tout a fait, il a la solution poste restante, mais vu les horaires et le peu de postes sur la HRP, il faut avoir du temps à perdre. Là c’était pas l’optique…
Tu serais pas intolérant au gluten toi par hasard?
L’appel des fruits et légumes haha! J’ai fais une bonne rasia de pêches, nectarines et pommes à Gavarnie, même si j’ai oublié de le préciser

Ezequiel54 t’as toujours le petit mot gentil qui fait plaisir toi, je vais finir par t’appeler Saint Eze lol

-----------------------------------

J’en finirai avec les messages négatifs et limite HS avec ceci : ce récit et cette traversée sont les fruits de ce que je peux faire en m’allégeant, grâce à ce site et vous tous, même ceux qui aiment pas ce que je fais ou comment je le fais. Je voulais voir jusqu’où on peut aller grâce à un sac léger, et pour ma part je pense avoir trouvé la barrière entre le possible et l’impossible avec MES capacités. Lecteurs, qui que tu sois, expert ou débutant, sache le, et prend le en compte pour lire et comprendre ce récit. Merci. Terminé.

-----------------------------------

Jour 8, Lundi 8 Juillet 2019 : orages, pluies, glaciers, gros névés, journée combo!
Aujourd’hui, ma définition de conditions suffisantes pour passer un col de montagne a sérieusement pris un coup. Cette journée est surement la plus dingue de toute la quinzaine. Mais voyons ça :

Réveil, 6h, départ 6h20, aujourd’hui ca rigole pas, le programme est chargé et le temps le sera normalement aussi selon les prévisions. Pas de temps à perdre, encore moins aujourd’hui. Cependant c’est sous un beau ciel bien dégagé que commence cette journée. Au départ de la cabane cazeneuve tout est calme, serein, même pas frais. Je pars donc en TSML, fleur au fusil, plein d’espoirs que la météo se soit encore trompée. Comme prévu le lac Pouchergues ne déborde pas et je passe aisément le lit du torrent à sec. Deuxième découverte pour moi le chemin taillé dans la parois qui mène au ancienne mine au dessus du refuge de la soula. En ce doux matin l’ambiance y est toute particulière. Un mélange d’effrayant avec le coté abandonné et d’attrayant avec l’envie d’en visiter plus et d’aller voir au fond de la mine si il reste pas un mec en train de creuser.

Bref je m’égare. 7h35, lac Caillauas, je commence à entrevoir des nuages arriver. 8h15, lac des Isclots, ça commence à se couvrir. Quand j’attaque le glacier des Gourgs Blancs à 9h, s’est tout couvert, mais les nuages sont encore assez hauts. Je chausse les micro crampons pour la première fois. Quand je les avais acheté j’avais pas prévu d'avoir des chaussures aussi grandes un jour. Normalement je fais du 42,5 mais avec mes semelles ortho très épaisses de boiteux je dois prendre du 43 voir 43 1/3 en chaussure de sport. Pour la rando c’est grand minimum 43,5 mais la chez Altra je suis à 44,5. Ça commence à faire un sacré différence. Les micro crampons Kahtoola, pour ceux qui ne connaissent pas, sont vendus en différentes tailles car c’est une bande en élastomère qui les maintient (matière élastique, résistante et agrippante). J’ai du M alors que le fabricant conseil du L à partir de 44. Ça sert un peu mes pieds et c’est tendu comme un string mais ça va! J’avais pas pensé à vérifier avant de partir mais c’est sans incidence.

Vu le temps qui se couvre je ne pensais croiser personne mais si! Pile au col je rencontre trois espagnols qui descendent à la Soula, eux aussi avec des micro crampons, eux aussi pas très sereins avec les nuages qui monte. Une petite pluie s’invite. La descente du col des Gourgs Blanc est bien abrupte, à moins que ca ne soit moi qui est choisi le mauvais passage. Pourtant dans ce sens la j’ai choisi le moins pire, car sur la gauche (nord) dans le sens de la marche ca chute d’un coup bien sévèrement.

Pour monter au col du pluviomètre attaque d’abord par les rochers sur la gauche puis je fini sur le névé/glacier. J’en ai déjà marre d’enlever et remettre les micro crampon. On peut marcher avec sur la roche mais je préfère y faire attention.

09h52, col du pluviomètre.
09h53 début de la descente
09h54 pluie
09h55 premier grondement
09h56 je raccourcis mes bâtons au maximum et les tiens le long de ma jambe plutôt que de les mettre pointe vers le dans mon sac
09h57 premier gros grondement
09h58 je marche plus vite et en baissant la tête
09h59 ça pète dans tous les sens
10h00 des murs d’eau me tombe dessus en plus des éclairs qui déchirent le ciel juste au dessus de ma tête à quelque centaines de mètres, voir moins. Quelle joie d’être sur les crêtes à ce moment là.
10h30 arrivée au refuge du portillon

Bon bah voila je suis baptisé, premier vrai gros orage en montagne avec nul par où s’en protéger. Ça se calme juste quand j’arrive au refuge, évidemment. A ce moment la je me dis que ma journée est terminée. Je vais pas continuer dans ces conditions de fou furieux le jour de l’étape la plus technique! Je me suis fait piéger « une fois mais pas deux ».

La dernière fois que je suis venu dans ce refuge, le 14 juillet 2015, il avait fallu batailler pour avoir un diner tellement le refuge été plein à craquer. Aujourd’hui, c’est l’exact opposé. Une femme lit dans la grande salle et c’est à peu près tout.

« Bonjour, c’est une bonne idée d’attaquer le col Inférieur de Litérole aujourd’hui?
Le gardien : - Heu… à ton avis?
Moi : Bah je demande on sait jamais lol »

J’essaie de faire sécher mes affaires et moi aussi par la même occasion. Pour me remonter le moral je prend un chocolat chaud et un sandwich au saucisson. J’essaie de me faire à l’idée que je vais rester la pour la journée. En continuant de gratter des informations au gardien, pas grand chose de positif en ressort. Ça sera ce temps toute la journée et pire demain. Ha oui mais la je vais pas passer deux jours enfermé ça va pas aller ça! Et merde!

Pourtant en scrutant l’extérieur coté vallée française c’est « bien » lavé.

« Le gardien : Ton sac est léger?
Moi : Ho oui plutôt, 7 ou 8 kg max aujourd’hui.
Le gardien : T’as des crampons?
Moi : Des micro oui.
Le gardien : Bon… visiblement il y a une éclaircie, si tu vas assez vite avec ton sac léger ça peut le faire. Par contre de l’autre coté ca descend d’un coup juste après le col et il doit pas y avoir de trace encore. Et puis bon se mouiller fait partie de l’aventure. Après c’est à chacun de prendre le risque ou pas… »

Il ne m’en fallait pas plus pour me décider. Ce bref échange me remonte le moral et me boost à fond  pour pas passer deux jours à attendre. Merci encore au gardien. C’était pas grand chose mais il me fallait ça. Au pire je redescend ici si je vois que ça tourne mal. Petite prise de risque oui, peut être, mais calculé et « controlé ». Je suis idiot mais j’ai pas encore envie d’appeler le 112.

5 minutes après j’ai disparu du refuge. 12h15 au col. C’est couvert mais pas de pluie ou d’orage. Je suis monté sans mettre les crampons ca monte sans soucis, même avec les chaussures de trail. Rahlala je suis content. Mais vite vite il faut continuer pour se mettre loin de ces crêtes et pic-aimant-à-foudre.

Effectivement c’est raide coté espagnol, heureusement que j’ai les Kahtoola, mais il y a un semblant de trace, je la suis. Le reste se fait sans soucis jusqu’au Forca de Remune et au Ibones de les Arenals. C’est après où ça se complique pour moi. Soulagé d’avoir passé le col je suis envahie par une vague d’émotion et je reste dans mes idées. Tellement que j’en perds le chemin et me retrouve à faire un peu n’importe quoi jusqu’à la Pleta de Remune. Quand je dis n’importe quoi, j’inclue les 5 passages à gaie pour changer de rive car il y en falaise du coté ou je suis, les ponts de neige très incertains, une glissage qui me vaut un doigt en sang et l’impossibilité de rester sur ce foutu chemin. Pour rajouter une peu d’aventure à tout ca, à mi chemin depuis le col vers l'Hospital de Benasque un nouvel orage éclate. Cette fois ci loin de moi, je me fais juste rincer copieusement. Somme toute, un bon test d’étanchéité pour mon Sac à Loutre en X-Pac! La veste Haglofs Lim III elle, est toujours au top vue les conditions extrêmes que je lui impose.

16h00 - Départ de l’Hospital de Benasque, après un coup de fil à ma copine et la réception d’un message m’indiquant que je serai tonton dans les prochaines heures. Pas de temps à perdre alors! Direction les Molières! Ma remise en route sonne le retour de la pluie qui s’était arrêtée lors de ma pause. Une bonne grosse heure à se mouiller encore. C’est pas très sérieux mais je suis bien décidé à avancer et voir comment je suis mangé.

18h00 - 2300m - Le vent pousse les nuages et un trou béant s’ouvre au dessus de moi dans la vallée. J’ai bien fait de tenté ma chance!

19H30 - Tuc des Molières. Pas un nuages à 500 à la ronde autour de moi. La dance du beau temps a marché. Selon moi c’est bien plus facile de suivre les cairns pour aller direct au sommet qu’au col, la vision du chemin à suivre est plus aisée, et puis ça fait un 3000! Je reste juste le temps de la photo et descend au col 60 mètres plus bas. J’ai croisé 10 personnes aujourd’hui, dont 7 dans les environs de l’Hospital de Benasque. Pas de doute je serai tout seul pour me débrouiller avec le col. Je suis pas franchement rassuré d’aborder un passage aussi technique tout seul, même si ca craint pas tant que ca. Je prend 30 secondes pour respirer profondément, me calmer et me concentrer, puis j’attaque la cheminée. La fois précédente c’était plus simple pour s’orienter et choisir le bon passage, j’avais quelques personne devant moi (que je suivais fourbement). De mémoire j’arrive à trouver le bon passage, prend bien mon temps, vérifier bien la où je pose mes pieds et mes mains. Tout se passe bien, la cheminée est passée.

Ha merde, il sort d’où ce névé glacé bloqueur de route et bcp trop abrupte au pied de la cheminée? J’avais pas prévu ça moi! Bon, je vous passe les détails mais j’ai bien galéré pendant un quart d’heure pour faire une petite centaine de mètres à flanc. La suite sera bien simple en comparaison.

20h45 Cabane des Molières. Vide. Je pouvais pas espérer mieux après un telle journée. Autant physiquement que mentalement cette journée m’a beaucoup sollicité. J’avais pas le droit à l’erreur. C’est très fier et heureux de tout pouvoir faire sécher que je me couche. Ha oui et pour l’histoire de mon tibia, bah maintenant je me retrouve avec toute cheville droite enflammée en enflée comme si j’avais une entorse, sauf que c’est une tendinite tibial antérieur. Un boudin-pied quoi…

Pour ce jour : 36km, 2700D+, 2300D-, 353km au total. Aux vues des conditions c’est une grande victoire. Vivement demain lol

12478_cazeneuve_22-07-19.jpg
Au revoir cabane Cazeneuve

12478_dans_le_roc_22-07-19.jpg
Ça c’est du chemin!

12478_beau_temps_22-07-19.jpg
De quoi je me plains, il fait beau!

12478_moins_beau_temps_22-07-19.jpg
Lac des Isclots, moins beau temps.

12478_ca_reste_haut_22-07-19.jpg
Les nuages restent hauts ca va aller…

12478_les_gourgs_22-07-19.jpg
Les Gourgs Blancs plus très blancs.

12478_lac_glaca_22-07-19.jpg
Lac Glacé, il nous a menti il y a pas eu d’orage!

12478_jai_une_ouverture_22-07-19.jpg
Petit trou deviendra grand dans la montée aux Molières.

12478_tuc_des_moliares_22-07-19.jpg
Le Tuc de Molières à portée de pieds.


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#32 22-07-2019 12:04:54

Balipit
Membre
Lieu : Sud
Inscription : 05-02-2017
Messages : 1 956

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

DSL pour le HS
Pas vraiment intolérant mais pour améliorer l' assimilation intestinale , il est fortement conseillé de bien réduire et remplacer les aliments contenant du gluten par du quinoa , riz , maïs ... avant et pendant la période d' effort.
Testé et approuvé  ex  : tu manges une polenta à midi sous l' arbre tu peux repartir direct en trotinant sans aucune géne intestinale .
Et pour boire régulièrement pendant de longues heures d' effort non stop - et donc éviter les problèmes aux articulations - il vaut mieux avoir une poche à eau ou des gourdes sur les bretelles .

Dernière modification par Balipit (22-07-2019 17:09:57)

Hors ligne

#33 22-07-2019 21:23:17

bruno7864
partir, partir et découvrir
Lieu : toujours dans la Lune
Inscription : 11-10-2012
Messages : 1 933

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut Grandloutre,

J’ignore si nos pratiques sont vraiment si différentes, seul j’étale aussi les km m, par contre je ne fonce plus comme avant et ne regarde que l’heure pour savoir s’il est encore temps d’en faire un peu ou de s’arrêter.

Loin de moi l’envie de dénigrer ta pratique, C’est normal d’être fier d’avoir accomplit quelque chose qui peut-être pouvait avant te sembler insurmontable, y’a pas de mal à ça. C’est d’ailleurs un de mes buts de la traversée d’Europe, prouver qu’on peut faire ce gente de chose sans être un grand sportif. Un autre en même temps que moi veut prouver le contraire. En faire un exploit, être le premier. Il va falloir qu’il revoit sa copie, ou bien il ne terminera même pas.
Pour ces raisons je pense que ton récit gagnerait à ne pas trop relater tes exploits.

Concernant les déposes, je ne te mets pas en cause. Je trouve tout simplement que ce n’est pas une bonne pratique, tout comme faire du feu, et même si je l’ai aussi pratiqué.

Hors ligne

#34 22-07-2019 21:40:10

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 3 544
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

bruno7864 a écrit :

Un autre en même temps que moi veut prouver le contraire. En faire un exploit, être le premier. Il va falloir qu’il revoit sa copie, ou bien il ne terminera même pas.

Encore une fois tu sembles faire une fixation sur quelqu'un qui n'a pas la même pratique que toi. C'est pas nouveau.
Qu'est-ce qu'il y a ? Tu as un complexe d'infériorité, et tu ne supportes pas que quelqu'un assume d'aller plus vite que toi ? (vraie question : je trouve ton insistance sur ce point un peu dérangeante)


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#35 22-07-2019 21:58:36

Balipit
Membre
Lieu : Sud
Inscription : 05-02-2017
Messages : 1 956

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

« Pour ces raisons je pense que ton récit gagnerait à ne pas trop relater tes exploits. »

lol

Il relate SON aventure , pas un exploit  et 15 j c’est pas un record .

Dernière modification par Balipit (22-07-2019 21:59:27)

Hors ligne

#36 22-07-2019 22:33:45

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 2 342
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Et oui KJ a été plus rapide  lol


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#37 22-07-2019 22:47:58

Balipit
Membre
Lieu : Sud
Inscription : 05-02-2017
Messages : 1 956

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Encore un inconscient de traileur qui part sans matos :
11033_d85140f3-b331-4e9b-b327-16f572aef3e2_22-07-19.jpeg

lol

Dernière modification par Balipit (22-07-2019 22:51:05)

Hors ligne

#38 24-07-2019 01:56:35

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Balipit, j’avais pas pensé mais c’est pourtant évident merci! Pour l’eau j’avais 600ml sur chaque brettelle, c’était nickel.
Moi aussi je peux mettre ma photo tout nu dans les Pyrénées? big_smile

Magne2 parlons pas de record ou même de quelque chose qui s’en rapproche, je vais me faire insulter après lol

——————————————————

Jour 9, Mardi 9 Juillet 2019, pluie et brouillard, mais pas d’orage!

Elle belle journée à regarder ses pieds! C’est comme ça, ça arrive de temps en temps. Malheureusement la rando c’est pas toujours que du plaisir de A à Z. Je dirais pas que j’en ai fait une vidéo mais un peu quand même lol

Réveil un peu dur sur les coups de 6H30. La pluie sur le toit de l’abris en bruit de fond annonce une belle et douce journée sur ce paisible sentier pyrénéen.
Départ un peu tardif vers 7h sous une bonne pluie. J’y vois pas à 50 mètres, ça tombe bien c’est mes pieds qu’il faut regarder.

Pause téléphone à Hospital de Vielha avec une accalmie. C’est bon c’est validé je suis tonton, je peux lâcher les chevaux pour rentrer!

La montée au port de Rius est bien plus longue que dans mon souvenir, il y a quand même 750D+. A ma grande surprise il y a plusieurs groupes qui bravent la pluie avec moi, contrairement à hier avec les orages ou c’était plus Grande Loutre vs Wild.

10h port de Rius, 11h30 Restanca, 14h Colomers. Tout s’enchaîne un peu de façon monotone aujourd’hui. La visibilité est nulle ou pas super, il pleut une heure sur deux, j’ai mal au tibia, je suis fatigué, il y a du monde sur les chemin à partir de la Restanca. Bref, après la journée exceptionnelle d’hier, c’est bien longué.

Peu après le Lac Cloto de Baish je rencontre deux sympathiques francais. En couple évidemment. Ariègois, ils se font la HRP par section. J’ai rien contre les mulets, (chacun fait vraiment comme il veut, aller vite, lentement, reculer, chargé lourdement, pas chargé du tout), mais j’ai quand même du mal à comprendre comment on peut remplir un sac de 70L et partir, sans se poser 2 min et se demander si c’est bien raisonnable… M’enfin ils ont l’air de prendre bcp de plaisir à faire cette section, à leur façon, alors on ne parle même pas de poids du sac (enfin que brièvement wink ). Je ne veux gâcher le plaisir de personne wink

Tout le col du Tuc de Gran de Sendrosa se fera sous la pluie et le brouillard une nouvelle fois… Ma tentative de sanglier de rejoindre la piste qui monte au refuge Saboredo sans aller jusqu’au refuge est pas des plus simple avec une vision à 20m. Merci le GPS sur le téléphone. Je trouve finalement la piste au niveau du barrage, grâce à mon oreille tendue vers les bruits d’eau. UP, une nouvelle technique d’orientation!

17H10 - Port de la Bonaigua. Toujours aussi peu joli et en travaux ici. Mais y’a un peu de réseau, pour se changer les esprits de ce brouillard sans fin. En garçon gentil, je suis les sentes au départ de la route sans trop me poser de questions. Ca a l’air d’aller dans la bonne direction. Erreur de randonneur fatigué que de ne pas toujours vérifier qu’il est bien sur la HRP! Un peu plus et je me retrouvais sur le col de Montanhon! Bon, ça va, c’est pas non plus très loin du vrai chemin. Par des plus ou moins vrai chemins, je rejoins non sans un peu de mal le Petit Étang de Carrabea, puis le vrai.

Deux tentes, quatre personnes, il scrutent l’horizon, vêtues de poncho, sous une belle pluie fine. Euh… je sais pas vous mais moi les soirées pluvieuses c’est sous le duvet à roupiller!

A partir de la je fais vraiment n’importe quoi. Déjà je me ramasse sur un énorme rocher en glissant et me rappe copieusement tout le tibia droit, comme si il avait pas déjà son lot de souffrance. En suite, en éternel optimiste je me dis que je trouverais peut être un chemin que personne n’a encore trouvé dans cette zone hors sentier de la HRP. Un coup au nord, un coup à l’est, un coup à l’ouest, à gauche, à droit. Et vas y que je monte, que je redescend. STOP! Réfléchir c’est visiblement pas mon truc. A ce moment là, la visibilité est pas mal, j’y vois à travers la vallée. Ca va être simple, je prends un cap, en l’occurence l’Etang supérieur de la Rosari, et je m’y tiens, peu importe ce que j’ai devant moi. De toutes façons j’ai vu la vallée y’a pas de danger à faire du tout droit.

Que ça fait du bien de ne pas réfléchir en fin de journée!

20h - Col sans nom entre l’Estany Superior del Rosari et le Refuge d’Airoto. Y’a plus qu’a descendre en suivant le chemin, vu que là, y’en a un, et pas perdre de vu la cabane orange fluo. Jusqu’à 100m avant le refuge c’est super simple, mais d’un coup, pouf! La cabane disparait, le chemin aussi et il faut faire confiance à son flaire (ou suivre le tuyau d’alimentation d’eau de la fontaine) pour trouver la-dite cabane. Je rêve qu’elle soit vide. Il a plus toute la journée ca serait pas étonnant!

Mauvaise pioche, en collant ma tête à la vitre je vois bcp de monde et de matériel. Heureusement en passant la tête par la porte je ne vois vraiment que 3 personnes, il reste un lit pour moi! Chouette!

20h30 - Repas sous la bruine, à l’entrée de la cabane. Je voulais les laisser dormir mais une fois mon repas avalé et mes affaires rentrées je me rends compte qu’ils dorment pas du tout et qu’ils veulent même un peu discuter. Merde alors. Idiot jusqu’au bout. 3 HRPiste, une allemande, un sud africain et un hongrois (j’ai peur de mal me rappeler et dire une bêtise pour le dernier). Ca s’internationalise la HRP dis donc!

Je leur explique que j’ai trouvé la journée un peu longue sous la pluie et le brouillard. Ils sont tout à fait d’accord, mais par ce qu’ils ont passé la journée enfermés dans la cabane à attendre que le mauvais temps passe. Ha oui d’accord, relax! Pas trop le temps de discuter plus que ça, c’est l’heure des douleurs aux jambes et d’essayer de dormir lol

Pour ce jour : 39km, 2630D+, 2800D- et 392km total. Quand même.


12478_rius_24-07-19.jpg
Lac de Rius

12478_restanca_24-07-19.jpg
Lac de la Restanca

12478_bonaigua_24-07-19.jpg
Port de la Bonaigua, pas bcp de photos aujourd’hui désolé!


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#39 24-07-2019 10:29:41

06chamois
Membre
Lieu : Là-haut
Inscription : 13-11-2018
Messages : 490

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Magnifique parcours big_smile , moi aussi je suis en admiration de ce que tu as fait ........ et laissons faire chacun comme il veut et comme il peut.
De toute façon on peut toujours polémiquer sur tout. C'est impossible de satisfaire tout le monde car sur dix personnes cinq seront d'un avis favorable et cinq seront d'un avis défavorable et tous auront leurs arguments.

On est là en randonnée pour se faire plaisir cool .

Moi j'ai une question : visiblement tu n'as que deux flasques de 600 cl soit 1,2 litre alors sur une journée combien bois tu au total ?
Là je sens que je vais rester plus qu'admiratif mais là c'est la même chose nous n'avons pas tous les mêmes organismes et mêmes habitudes.

En tout cas continue comme cela, mais en prenant soin de ton corps pour ne pas trop le pousser régulièrement dans ces retranchements ou juste pour te tester mais de temps en temps ce qui est très bien pour l'entretenir.

P.S. Tu as raison n'écoute pas les détracteurs lol .


La montagne entretient à la fois la tête et le corps, alors plus d’hésitation = vive la randonnée  big_smile

Mon trombi :   https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=35338

Hors ligne

#40 24-07-2019 10:52:50

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

06chamois Merci à lui(le parcours)!
Quand tu dis « admiration » j’espère que tu exagère pour me flatter uniquement smile

Plus trop envie de débattre d’autant que là visiblement c’est pas 50/50 mais plus 1/99. On est à une exception près tous d’accord pour faire ce qu’on veut tant qu’on embête personne.

J’ai deux fois 600ml sur l’avant oui mais j’ai aussi 1,25L à l’arrière si besoin de transporter plus ou pour filtrer.
Je pensais au début le calculer comme j’avais fait en 2015 mais finalement j’ai pas pris la peine. Avant par pleine chaleur en mode demi mulet c’était 1L/H. La je prend bien un litre le matin au réveil, en journée c’est 1L/15km sur du plat pas trop chaud donc environ 4-5L sur une de mes étapes plus 1-1,5-2L le soir(ça dépend de ma soif et de ce que je mange). Je sais que c’est pas une super idée de boire bcp le soir mais je préfère rester bien hydraté et aller au toilette toutes les nuits vers 2-3h du mat que l’inverse.

Oui la c’est exceptionnel de pousser autant la machine, normalement je fais le bourrin mais j’arrête quand ça fait trop mal lol

Dernière modification par GrandeLoutre (24-07-2019 10:58:52)


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#41 24-07-2019 11:22:18

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 3 544
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

GrandeLoutre a écrit :

J’ai deux fois 600ml sur l’avant oui mais j’ai aussi 1,25L à l’arrière si besoin de transporter plus ou pour filtrer.
Je pensais au début le calculer comme j’avais fait en 2015 mais finalement j’ai pas pris la peine. Avant par pleine chaleur en mode demi mulet c’était 1L/H. La je prend bien un litre le matin au réveil, en journée c’est 1L/15km sur du plat pas trop chaud donc environ 4-5L sur une de mes étapes plus 1-1,5-2L le soir(ça dépend de ma soif et de ce que je mange). Je sais que c’est pas une super idée de boire bcp le soir mais je préfère rester bien hydraté et aller au toilette toutes les nuits vers 2-3h du mat que l’inverse.

Tu es sûr que tu bois assez ? Si on compare avec ce que boivent des cyclistes pro, tu es très, très loin du compte... C'est peut-être ça qui a causé tes différentes douleurs ? (tu l'avais déjà dit dans un de tes messages je crois)
Perso je compte environ 0,5l/h sur du plat, et c'est mon minimum. Si je peux je bois plus...

Boire beaucoup le soir me semble au contraire une bonne idée : ça permet au corps de se reposer et de se ressourcer avec toute l'eau dont il a besoin. Certes ça fait se lever, mais je pense que sur le long terme c'est meilleur.

(Ce message se base sur une étude au doigt mouillée faite par mes soins et selon mes besoins, donc à ne pas forcément prendre pour argent comptant big_smile )


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#42 24-07-2019 11:22:39

06chamois
Membre
Lieu : Là-haut
Inscription : 13-11-2018
Messages : 490

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Merci pour ta réponse (très rapide .........comme le reste  big_smile )

Autre question : Tu as trouvé de l'eau régulièrement ?   Au maximum combien de temps entre chaque complément d'eau ?


La montagne entretient à la fois la tête et le corps, alors plus d’hésitation = vive la randonnée  big_smile

Mon trombi :   https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=35338

Hors ligne

#43 24-07-2019 14:31:35

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Shanx, mon estimation est aussi au doigt mouillé pour la journée. En y réfléchissant, j’ai pas compté toute l’eau que je buvais au moment de remplir mes bouteilles, et ça, ça fait encore plusieurs litres.. Mais n’ayant pas de chiffre précis difficile de creuser le sujet pour savoir si ça a été un problème pour mon corps ou pas.

Un mauvaise idée sur le plan du sommeil mais sinon oui tout à fait d’accord, pour récupérer c’est essentiel, d’où mon choix.

06chamoix
De l’eau régulièrement oui. C’était début juillet, dans les Pyrénées ça coule de partout avec tous les névés qui finissent de fondre. Seuls soucis ça a été :
-jour 3 avant et après le pic d’Orhy jusqu’à Belagua et de Belagua à la cabane de Pedain. Un point d’eau tous les 20 et 10 km... mais aussi je ne suis pas passé par Iraty et Ardané.
-le dernier jour, au départ d’Amélie les Bains jusqu’a Banyuls. Il y avait ce qu’il fallait par ce que je vais vite mais sinon les points d’eau sont assez éloignés.

Tout le reste du temps c’est une sources ou un cours d’eau par heure minimum (encore une estimation au doigt mouillé). C’est pour ça que certain te diront qu’ils ne fonctionnent qu’avec 0,5L sur une hrp et une bouteille en réserve si besoin.


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#44 24-07-2019 17:53:08

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Jour 10, 10 Juillet 2019, le jour le plus lonnnnng :

Bon, aujourd’hui ça rigole pas, hier c’était un peu long à cause de la pluie mais finalement c’était pas une si grosse journée. Objectif du jour : rejoindre le gite de Mounicou, à Auzat, en Ariège pour un lavage intégral, et le dernier gros ravitaillement que j’avais laissé là bas au préalable.C’est pas la meilleure idée qui soit de faire la plus grosse journée de la traversée en sachant qu’il y a du hors sentier pour commencer la journée. Mais bon j’ai pas vraiment choisi, c’est tombé comme ça.

Départ bien tôt avant 6H30. Avec du duc tape je me strap le tibia comme je peux pour que mon tendon arrête de se balader dans tous les sens. A certain moment je le sens littéralement grincer sur mon tibia et mon péroné. Aujourd’hui ne fera pas exception malgré ce dispositif. Je prend tout de même le temps de discuter un peu avec mes colocataires de la nuit. Le hongrois me prend en photo quand je leur dit que j’essaie de boucler la traversée en 15 jours. Je crois qu’on peut très distinctement voir la gène extrême sur mon visage sur la photo (en plus des yeux gonflés de fatigue en mode couilles d'hirondelle)… Je suis personne pour être pris en photo.

6h55 - Collada del Clot de Moredo - Le mauvais temps se lève petit à petit avec le soleil. C’est bien agréable de marcher au frais.

7h45 - Bordes de Moredo, jusque là tout va bien, le chemin est existant et facile à suivre.

7h50 - Plus de chemin, il faut se débrouiller pour descendre sur Alos d’Isil à travers champs et forêts.  Je sais pas si c’est la meilleure option mais je continue plus ou moins à flanc depuis le hameau, plein nord, vers le cours d’eau Comabiera. En suite par des chemins de chèvres je continue en perdant de l’altitude doucement pour arriver un peu en dessous de Borda de Sanc. De la je file tout droit à travers champs vers Alos d’Isil. Même pas eu besoin de faire le sanglier à travers la forêt! Il y a eu quelques rosiers récalcitrants et le mesh extensible de mes bretelles n’a pas trop aimé. Ce ne sont que des petit trous. Tout reste fonctionnel. Finalement j’ai pas tant perdu de temps…

8h20 - Alos d’Isil - Je vide mes poubelles, je prends un peu d’eau et c’est reparti. Très beau petit village, pour un séjour tranquille, je reviendrai! 1 ou 2 km de route pour rejoindre le Parc Natural de l’Alt Pirineu au niveau de Bordes de Pina et j'enchaîne avec 1200m de D+ bien raides. Pourtant je reste en vest imper + polaire, il fait encore frais. Je pense aussi que ma polaire est mouillé de transpiration ce qui rafraichi, aussi. Les sacs sans armature c’est bien mais dès que je cambre le dos pour boire il y a toujours un petit coup de vent pour me glacer le dos et me rappeler que je n’ai pas le filet tendu.

11h05 - Coll de la Cornella - C’était facile de suivre le bon chemin, il est cairné depuis la route. De l’eau sur toute la montée (mais avec des vaches). C’était éprouvant, comme 1200D+, avec quelques petit névés, mais la satisfaction de ne plus avoir tout ce dénivelé à faire aujourd’hui  adoucit chaque pas. Je prend les plus grandes précautions dans les descente, il semblerait qu’un effort trop brusque puisse entrainer la rupture du tendon qui me fait mal. Très rassurant!

Slalom entre deux lacs, Bassa Xica de la Tartera et Estanyel de la Tartera. Le pays des noms à rallonge vous avez dit?

11h30 - Coll Curios - Enfin, un peu avant pour suivre le ruisseau qui coule depuis Bassa de Curios.

11h50 - Col sans nom dans le Circ de la Gallina. Depuis le Port de la Bonaigua je me sens dans un espace relativement sauvage comparé au reste de la traversée. D’accord il y le village d’Alos d’Isil, mais sinon ça sent bon le calme et le serein des endroits qui ne voit pas trop les hommes. J’aime beaucoup, tout comme j’aime beaucoup la continuelle alternance de milieux, paysages et de décors sur la HRP tout en ayant une vraie unité.

Pour aller à la cabane de Mont-Roig c’est plutôt tres glissant! De l’eau partout sur le sentier et bcp de dalles/pierres/rochers humide. J’ai toujours pas trouvé la solution pour traverser le déversoir de l’Estany Inferior de la Gallina sans faire un saut de 2 mètres par dessus l’eau (faut pouvoir pousser, et surtout bien se réceptionner!)

Pause à cette cabane. Pour la première fois depuis les Gourgs Blancs j’enlève ma veste imper. Je fais aussi sécher les pieds. Rester à macérer toute la journée m’a un peu tané la peau bizarrement, enfin la peau est plus sèche et plus dure qu’avant, mais un peu rouge. Je me gave. Micro sieste de 10 minutes, la première! Je crois que je commence à être un peu fatigué… La fraicheur physique du début s’est envolée. Les jambes sont la, il n’y a pas de doute, peut importe la pente, les km, la technicité, du matin au soir je peux marcher et même un peu pousser le rythme sans avoir de crampes. C’est le bonheur si on met de coté les douleurs nocturnes… Cependant l’organisme se fatigue et c’est bien normal, je n’en suis absolument pas surpris.

J’aurais bien dormis un peu plus mais je suis attendu ce soir! La descente sur Noarre est un régale, bucolique à souhait, j’en quitte même ma polaire.

14h30 - Noarre - Chaleur écrasante. Début de la deuxième grosse montée du jour, 1000m pour le Coll de Certascan. J’oublie de prendre de l’eau. Avec cette chaleur mon idiotie se confirme. Toutefois je sais qu’un peu plus haut un torrent pourra étancher ma soif. A partir du petit lac sans nom en dessous des Estanys de Guerossos le chemin se complique un peu, j’utilise plus mes mains que mes bâtons pour m’aider à avancer. Je peine un peu. Ce terrain technique me fait relever le nez trop souvent pour savoir vers où je vais et j’avance pas comme je voudrais. A partir des lacs la montée se fini facilement.

16h30 - Coll de Certascan - De bon gros névés coté Est. Je chausse les micro crampons sur le premier, bien raide mais me laisse glisser sur le fesses pour les suivant. Finalement en glissant c’est pas si abrupte et je me freine avec un bâton si besoin.

17h20 - Refuge de Certascan - Un coca, du pain d’épice et j’enchaine. Je me fourvoie un peu dans la Serra de Llurri, un bon hors sentier à pic me ramènera sur le bon chemin en direction de Romedo de Baix. Avant le barrage le sentier s’agrippe sur la falaise et c’est vraiment un superbe passage, au milieu des rhododendron en fleur. Le Port de l’Artigue se fait au mental, uniquement. Je suis vidé. Dans ces cas là, je me concentre sur mes pieds, je ne regarde surtout pas à plus de dix mettre et j’avance, je me met à fond dans le moment présent et j’oublie que le col à une fin. Quand je sors de ma bulle je suis arrivé. A chacun de trouver sa méthode.

19h15 - Port de l’Artigues - Les 3000/3200D+ du jour (selon les sources) sont enfin terminés, ouf! Ne reste plus que l’une des plus grosses descente de la traversée et je pourrais me reposer. 1400D- qui commencent avec un champ de rochers (si quelqu’un a le nom exact de ce type de lieu je suis preneur). Je met de coté les bâtons et je saute de caillou en caillou. Si vous êtes en mal de proprioception c’est le terrain e jeu idéal pour s’entrainer. Quelques passe de funambule plus tard c’est fait. Y’a plus qu’a dévaler les 1000 qui reste. Figurez vous que trottiner en descente ne me fait presque pas mal du tout au tibia. Je me jette donc à corps perdu dans la brèche de la non souffrance pour finir la journée.

Depuis le parking de l’Artigue jusqu’a Gite Mounicou je suis au bout. Mes articulations, mes muscles de toutes mes jambes demandent que cette journée s’arrête. Je suis exténué mais j’ai tenu le programme. L’idiot est heureux.

21H30 - Gites de Mounicou - Plus de 15h après mon départ de la cabane Airoto j’arrive enfin! Le gérant me dit qu’il commençait à s’inquiéter de ne pas me voir arriver. Je suis finalement la! Il me montre les lieux. Je suis seul avec un Américain du nom de Tomas, lui aussi sur la HRP, et de très bonne compagnie. Il est déjà tard mais je prend le temps de prendre une douche, laver mes vêtements, manger, gérer la nourriture que je vais emporter sur la prochaine section. J’ai deux ravitaillements de 4 jours sur les bras car je pensais avant de partir faire aussi le retour. Vu que ce n’est plus au programme je me goinfre jusqu’à plus faim de tout ce qui passe. J’adapte ma nourriture à ma façon de randonner qui est un peu différente de mes prévisions. La semoule le soir ne me plait plus tant que ca. Je décide de ne plus en prendre, donc plus d'huile et d'épices. Je jète le pot pour la faire gonfler et en compensation prends plus de noix de cajou, de cacahuètes, de Clif bar, de snikers et de pain d’épices. Traduction : manger plus la journée et moins le soir. Je n’ai aucune idée de si c’est bien ou pas mais c’est comme ça que je le sens!

Mon tibia m’inquiète bcp ce soir. Ma jambe droite, en dessous du genou est TRES enflée. La raison me dit de prendre un jour de repos demain. Ou au moins de ne pas mettre de réveil et voir, mais vu l'état de la chose ce n'est pas un jour de repos qui fera une grande différence...

Pour ce jour : 47km, 3050D+, 4200D- et  439km au total. C’est tout simplement énorme.

12478_sierra_de_pilas_24-07-19.jpg
Montée à la Sierra de Pilas

12478_col_de_la_cornella_24-07-19.jpg
Col de le Carnella

12478_guerossos_24-07-19.jpg
Guerossos

12478_romedo_24-07-19.jpg
Barratye de Romedo de Baix

12478_port_de_lartigue_24-07-19.jpg
Champ de roche dans la descente du port de l’Artigue


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#45 24-07-2019 18:19:28

Eloi
Bigfoot
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-04-2010
Messages : 3 322

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut GrandeLoutre,

C'est la première de tes étapes que je lis. Jusque là je me contentais de regarder nostalgiquement quelques photos.
Je suis impressionné par la distance et le dénivelé du jour ! Surtout avec un soucis de tendon.

Je pense qu'avec ton soucis, tu va être forcé de faire un choix. A mon palmarès, j'ai deux HRP réalisées dans l'autre sens à un rythme qui me semblait soutenu jusqu'à ce que je te lise. Je n'ai terminé aucune des deux. La première parce qu'il n'était pas prévu d'aller au delà du Portillon, et la seconde à cause d'une tendinite que je qualifierais de bénigne quand je vois ce que tu te traînes. Tout ça pour dire que je ne suis pas allé jusqu'au bout et que je le vis bien.

Eloi

Hors ligne

#46 24-07-2019 18:37:30

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut Eloi,
Je m’excuse de mélanger les temps dans mon récits ça donne l’impression que je l’écris au jour le jour.
J’ai bien terminé la traversée en 15 jours du 1 au 15 Juillet et avec la tendinite jusqu’au bout.
L’interet de suivre ce récit c’est de voir comment je m’en suis sorti lol

Je n’aurais pas mal vécu de ne pas terminer mais sur ce coup ci j’ai poussé à fond pour voir.


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#47 24-07-2019 19:00:32

Eloi
Bigfoot
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-04-2010
Messages : 3 322

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Ah ah ! J'étais surpris qu'il reste encore autant de neige au Col de Certascan. j'aurais dû lire la date tongue

[Edit] : ça y est, j'ai tout lu et j'ai bien aimé. Merci pour ce récit, j'attends la suite smile

Dernière modification par Eloi (25-07-2019 13:18:54)

Hors ligne

#48 25-07-2019 23:33:45

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 154
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Eloi, avec grand plaisir!

---------------------------------------

Jour 11, 11 Juillet 2019 : mes limites sont bien loin, derrières moi

J’espérais dormir un peu ce matin sans mettre de réveil mais mon horloge biologique est réglée sur « Réveil à 6h00 ». Je reste au lit jusqu’a 7h pour continuer de me reposer. A 8h00 je finis de déjeuner tout en me demandant si c’est bien sérieux de continuer vu l’état de ma jambe. Un jour de repos n’y fera rien et s’arrêter alors que je peux quand même avancer m’embête un peu dans l’objectif que j’ai d’aller jusqu’au bout ou que mon corps ne puisse plus avancer. C’est pas sérieux, c’est dangereux, il faut pas le faire, il faut pas le dire que j’ai fait ça mais j’ai continué. Départ 9h.

Mounicou, 1088m, mais que c’est bas, passer par tous les départements Pyrénéens ça se mérite. Je dois remonter à 2645m en même pas 10 km. L’Ariège… Pas un coin à être mou du mollet!

Bizarrement les premiers centaines de mètres de d+ passent plutôt bien, alors que je suis déjà claqué, dans la forêt, au frais, bien raide. C’est un fois arrivé aux étangs du Picot que je commence à trouver ça long. En chemin je rattrape Tomas parti bien avant moi, à 7h. Je croise aussi des pêcheurs avec une 2Secondes sur le dos. Je leur exprime mon admiration de porter un tel fardeau sur le dos. « On est sportifs, nous! » Roh ça va je sais que je me traine aujourd’hui pas besoin de me le rappeler lol

Les deux mains courantes se font bien malgré le sac chargé. Attention, l’une d’elle retient un énorme rocher de 3 ou 4 m3 qui s’est détaché de la montagne. Les attaches sont visiblement TRES solide pour le retenir. Je suis impressionné.

Du col sans nom, petite descente, traversée de bons névés puis remontée à un autre col sans nom. De la, et comme la dernière fois que j’y suis passé, je perds le chemin, trop peu emprunté, et me retrouve à faire le sanglier dans une pente bcp trop raide, bcp trop mouillée et bcp trop exigeante pour mon tibia. Je m’en sors avec une glissade controlé et un autre doigt en sang.

12h30 - Refuge de l’Etang Fourcat. Toujours aussi tranquille, très peu de monde malgré le beau temps qui règne. Juste trois randonneuses qui déjeune sur la terrasse avec moi. Je prends aussi un pause pour manger. Une demie heure plus tard je repars avec une saucisse sèche en plus de mes 4 jours de ravitaillement. J’avais rien demandé, mais visiblement j’ai une tête à débarrasser du poids superflu les randonneuses qui rentrent à la maison lol Rien ne peux me faire plus plaisir que du saucisson. Désolé la planète pour l’emprunte carbone, mais ça va, il est ariégeois, c’est local.

14h - Etang de Goueille - Vraiment pas simple les chemins ici. C’est très rocailleux, il faut souvent mettre les mains ou du moins les bâtons sont inutiles assez souvent. En toute honnêteté je commence à en avoir marre des chemin technique. Je rêve de chemin lisse ou il est facile d’avancer, ou on a même pas besoin de regarder ses pieds, juste à avancer et se laisser porter. Bon. Je suis pas au bon endroit pour trouver de la montagne facile. J’arrête de rêver. M’enfin avec ces bêtises je me retrouve au Port de Goueille et pas en direction du Port de l’Albeille. Petit coup de sanglier.

14h30 - Port de l’Abeille - Des nuages sortis de nul part refroidissent l’air en un clin d’oeil, je n’y reste même pas faire une photo. Ça y est je suis en Andorre! Je vais vite le comprendre, le chemin sont pris d’assaut alors qu’à quelques km de la il est difficile de trouver autre chose que des cailloux. Mon niveau de fatigue est extreme aujourd’hui. Depuis que je suis parti, et même si j’avance, je lutte à chaque instant pour avancer. Plus la journée passe, plus ça deviendra compliqué, très compliqué.

Du coup, puisque j’ai le moral dans les chaussettes, j’appelle ma douce. (Haaa l’Andorre et son réseau 4G…) Cela me permet d’avancer, pendant bien 2h, sans trop penser à ce que je fais. Ca me permet de me ramasser la tête la première sur la route à la sortie d’El Serrat et de me retrouver allonger en plein milieu de la chaussée. Une chance que personne ne soit passé par la à ce moment la… (ou pire, qu’un promeneur me gueule dessus par ce que j’ai marché vite et donc que je pratique une activité dangereuse…)

17h00 - Refuge de Borda de Sorteny - 500 mètres plus loins, au milieu des sapins, des ruisseaux et des cailloux : pause imprévue. Gros coup de fatigue. Eau fraiche, bretzels et saucisson seront mes remontants du moment.

18h45 - Col de Meners - Mon combat sans fin contre la fatigue continue. Une nouvelle victoire contre un col avec 1200D+ (depuis El Serrat). Wouha, la je repousse mes limites. Prenez moi pour un fou mais je trouve ça délicieux. Je suis comme sur un petit nuage mais je guette la chute, il y en a toujours une après un moment d’euphorie… Niveau paysage, c’est grandiose l’Andorre avec la lumière de fin de journée. Quel beau terrain de jeu ce pays pour pousser la journée jusqu’à la nuit tombée. De toutes façons je savais que je ne ferais pas le programme du coup je l’ai modifié. Moins de D+ aujourd’hui mais plus demain, vu que de ce point de vu la il n’y en avait presque pas à part monter au Carlit.

Avant la cabane de Coms de Jan, et à ma grande surprise, j’apprend qu’il est possible de faire de la moto cross sur les chemin de montagne en Andorre. Mince alors… Ils ont vraiment le droit ou ils se donnent le droit vu qu’il est tard et que y’a presque plus personne sur les chemins…? Cette question à moi même est restée jusque là sans réponse. Passer à coté de la cabane Cams de jan est un peu un arrache coeur. Je n’ai qu’une envie c’est d’aller au lit, et il est là juste à 100 mètres. NON! Je vais plutôt pousser un peu, histoire de m’arracher encore un peu. lol

Autant vous dire que les 400D+ pour monter au col Pales de les Bases de les Salamandres m’a paru aussi longue de son nom. Mais comme à chaque fois que c’est dure, je me met dans ma bulle, un pas, puis l’autre, concentré sur le moment présent, rien d’autre.

20h35 - Col Pales de les Bases de les Salamandres - A bout de forces, un vague d’émotions positives, de bonheur presque m’envahie. Je ne saurais retenir quelques larme de joie. C’est pas tant d’être arrivé au col qui me fait cet effet, mais plutôt d’être arrivé au bout de moi même, au bout de mes capacités. Je donne tout pour cette traversée, je suis venu pour ça, et je trouve en cela tout ce que je cherchais. Il me reste encore quatre jours à marcher, et j’espère pouvoir finir et arriver à Banyuls, cependant, pour moi, ce soir, c’est déjà une réussite, mon but est atteint. Je peux arrêter demain si il y a un soucis je serai tout de même des plus heureux.

21h00 - Cabane Sorda - Fin de la séquence émotion. Une cabane vide et parfaitement équipée m’attend pour une bonne nuit de repos, que demander de plus?

Pour ce jour : 34km, 3330D+, 2150D- et 473km au total. Pour une journée ou j’ai ramé depuis la sortie du lit bah c’est un records de D+. Comme quoi avec un peu de mental, on peu faire des choses incroyable sur le papier.

12478_picot_25-07-19.jpg
Sur le chemin en allant à l’Etang Fourcat

12478_etang_de_goueille_25-07-19.jpg
Etang de Goueille

12478_andorre_25-07-19.jpg
Etang de Ransol


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons, à fond!
Mon Sac à Loutre

Hors ligne

#49 26-07-2019 01:18:07

philip
achemeneu !
Lieu : Nice
Inscription : 25-05-2010
Messages : 1 086
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut GrandeLoutre ! smile

Chouette balade et chouette récit ! Je suis admiratif devant ta détermination ! cool
J’espère que tes tendons vont mieux,  penses-tu t’être suffisamment hydraté sur cette traversée ?

GrandeLoutre a écrit :

Mon niveau de fatigue est extreme aujourd’hui. Depuis queCa me permet de me ramasser la tête la première sur la route à la sortie d’El Serrat et de me retrouver allonger en plein milieu de la chaussée. Une chance que personne ne soit passé par la à ce moment la… (ou pire, qu’un promeneur me gueule dessus par ce que j’ai marché vite et donc que je pratique une activité dangereuse…)

lol lol lol  J’ai bien ris ! wink


"On n'accumule pas, on élimine. Le sommet de l'éducation ramène toujours à la simplicité" B.WILLIS

"Ce que nous persistons à faire devient plus facile, non que la nature de la tâche ait changé, mais parce que notre capacité à l'accomplir s'est accrue." R.EMERSON

Hors ligne

#50 26-07-2019 05:38:16

Ezequiel54
MULimaliste
Lieu : Lorraine
Inscription : 19-10-2016
Messages : 1 606
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

philip a écrit :
GrandeLoutre a écrit :

Mon niveau de fatigue est extreme aujourd’hui. Depuis queCa me permet de me ramasser la tête la première sur la route à la sortie d’El Serrat et de me retrouver allonger en plein milieu de la chaussée. Une chance que personne ne soit passé par la à ce moment la… (ou pire, qu’un promeneur me gueule dessus par ce que j’ai marché vite et donc que je pratique une activité dangereuse…)

lol lol lol  J’ai bien ris ! wink

Et en montagne, n'oublie pas le facteur aggravant tongue

Hors ligne

Pied de page des forums