Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 13-10-2019 16:52:31

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 65

[Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Bonjour à tous,

Plus de deux mois apres mon départ, je ressens le besoin de partager le récit de mes aventures pyrénéennes. J'ai, vous le verrez, besoin d'aller plus loin dans ma démarche d'allègement, pour pouvoir profiter encore plus d'aventures comme celle-ci, mais je vais commencer par raconter mon périple, afin de vous permettre de cerner un peu plus ma pratique et mes besoins. La liste viendra donc plus tard, ce qui va me laisser le temps d'investir dans une balance plus précise big_smile
La liste est postée ci-dessous !

Vous trouverez ici le récit de ma traversée des Pyrénées dans le sens Ouest - Est, démarrée le 11 Aout 2019, et réalisée en semi-solo : je voyage accompagnée de ma chienne Mousse, croisée border collie de bientôt trois ans, et si ce n'est pas pareil que de voyager à plusieurs, ce n'est pas non plus comme voyager seule.


Prologue


Je viens de Bretagne, et je l'ai quittée il y a seulement un an pour venir m'établir en Ariège. Si j'avais déjà consacré du temps à la randonnée, je n'avais jamais eu la chance de vivre si près des montagnes et donc, de pouvoir en profiter régulièrement, toujours accompagnée de ma chienne qui ne demande elle aussi qu'à profiter des grands espaces. J'ai pas mal bourlingué à droite à gauche cependant, en mode auto-stop et sac à dos, et même si je n'étais jamais seule, celà m'a quand même apporté une bonne connaissance du (long) voyage, de l'organisation d'un bivouac, de la gestion de l'hygiène, de la nourriture et de l'eau sur le long cours.

Ceci étant, mon expérience de la montagne tient dans un petit cahier de 10 x 12 cm, dans lequel j'ai noté consciencieusement toutes mes sorties. La première, l'ascension du mont Fourcat (2001m), totalise 9,8 km pour 810m de dénivelé positif, et a été effectuée en 4h24. C'était le 8 octobre, et, depuis, je suis allée marcher en montagne dès que possible, seule la plupart du temps.

Je me suis équipée progressivement tout l'hiver, en tenant compte des retours trouvés sur ce forum, et en essayant d'adapter le matériel à ma pratique et à mes besoins pour respecter la célèbre équation, et aussi pour respecter mon budget ... peine perdue, j'y ai laissé quelques billets, mais je suis globalement contente de mon matériel, et rien ne me fera défaut, sauf mes !@£*!§ de chaussures !

Un beau jour de la fin d'hiver, je lisais tranquillement un nième récit de traversée sur RL, en songeant à quel point cette aventure devait être extraordinaire, à la chance inouïe qu'avaient leurs auteurs de pouvoir réaliser telle épopée, et tout et tout, quand tout à coup, bing, une lumière s'est allumée quelque part : " mais pourquoi pas moi ?!" Ca tombe bien, j'ai du temps cet été, peut-être pour la dernière fois avant longtemps puisque mon activité de maraîchère n'est pas encore lancée ... C'est comme une lame de fond venue de très loin, qui avancerait lentement, prudemment : l'idée est là, d'abord floue, un peu faible, mais elle avance, inexorablement, dans ma tête, jusqu'au jour où j'annonce à mes proches que j'ai décidé de traverser les Pyrénées à pieds cet été. Nous sommes en mars, j'ai encore du temps pour me préparer, et toutes mes soirées y seront consacrées. Je lis sur tout, je prends des notes, pour plus tard : les itinéraires qui me plaisent, les variantes, les bonnes adresses ; les zones à éviter et potentiellement vertigineuses sont annotées d'un gros "???", doutant de ma capacité à les traverser.

Je comprends rapidement qu'il n'est pas question pour moi de suivre un GR de bout en bout, ce serait trop facile et je n'ai jamais aimé les sentiers battus. Je veux me créer mon itinéraire sur mesure, d'autant que je dois aussi composer avec les interdictions faites aux chiens. Le Parc National me sera donc inaccessible pour cette fois, et, lorsque je le comprends, je suis un peu dépitée de ne pas pouvoir visiter ces lieux qui m'ont tant fait rêver. Tant pis, pas d'Arremoulit, pas de Pombie, pas de Gavarnie, je préfère ma chienne ! big_smile

Je me procure les 12 cartes de rando éditions au 1/50 000 grâce auxquelles je peux commencer à tracer mon itinéraire. Mon salon se transforme cetains soirs en QG de l'armée et j'observe, pensive, les lignes rouges tracées par les sentiers. Avec l'aide de mes précieuses notes, je parviendrais à créer 46 étapes, d'Hendaye à Banyuls : une semaine sur la HRP au pays basque, jusqu'aux cabanes d'Ansabère où le PN me contraint à passer côté espagnol, une dizaine de jours sur le GR11, jusqu'au refuge de Colomers, avant de reprendre la HRP jusqu'à Airoto. De là, je repasserais en Ariège par le port de Salau pour rattrapper le GR10, car je souhaite traverser les villages et les vallées qui occupent mon nouvel espace de vie, et je veux en rencontrer les habitants. Je serpenterai ensuite entre les réserves naturelles de Mantet et de Py, pour, enfin, rattrapper le GR10 et la HRP qui font quasi route commune sur la dernière portion, jusqu'à atteindre, finalement, la mer.

La veille du départ, tout est bouclé, les itinéraires, tracés sur calculitineraires.com, sont enregistrés sous forme de traces gpx dans mon téléphone, et j'ai enfin compris comment marche Iphigénie. Les colis de ravitaillement sont prêts et mon ami est briefé sur leurs dates d'envoi : 6 colis, pour 6 semaines de traversée, me permettront de la réaliser en autonomie, pour Mousse et pour moi. C'est la solution la plus en adéquation avec mon envie de ne pas me prendre la tête pour l'approvisionnement en nourriture, humaine et canine, quitte à porter un sac plus lourd, d'autant que j'ai choisi de ne rien faire porter à Mousse, ce seront donc 2,1 kg de croquettes que je porterais chaque semaine sur mon dos. J'adresse donc quelques prières au dieu des genoux qui me font facilement souffrir en descente, et, finalement, programme mon réveil à 3h30 du matin, le dimanche 11 Août 2019.

La liste, peut-être à lire après le récit car il s'y cache quelques spoils tongue

itemmarqueNombre ou  joursP.Upoids totalsur moidans sac
ABRI18001800
Tenteferrinolightent 2118001800
0
COUCHAGE17201720
Duvetferrinolightec 10001950950
MatelasTherm-a-restprolite +1670670
oreillerD4gonflable1100100
PORTAGE20002000
SacOspreyAura AG 50120002000
dry sacSea to summit8L15858
CUISINE411411
popote"Titane 750 ml + couvercle"Lixada19090
tasseTitane 420 mlLixada15555
Réchaudmsrpocket rocket 217373
CouteauOpinel13030
sporktitaneLixada11010
CombustibleCartouche gazprimus19090
filtre a eauKatadynBe Free 1L16363
VETEMENTS20658751190
T-shirt MCD4Merinos1105105x
T-shirt MCD4Merinos simond1150150
MicropolaireD4simple sans capuche1270270x
Pantalon/shortD4convertible1410410x
doudouneBlack DiamondFirst light hybrid hoody1450450
collantD4Mérinos1150150
Veste Imper respiPatagoniaTorrentshell1300300
ChaussettesD415050x
chaussettesX socksTrek summer15050
CulotteIce breakersiren merino11010x
BoxerIce breakersprite hot merino12020
BrassièreIce breakersprite racerback13030x
Gantsd4running13030
BuffD4merino14040
CHIEN155155
tapisD4mousse recoupée17070
crème coussinetsSolipatreconditionné13030
laisseD4escalade diam. 3 mm15555
CONSOMMABLES81658165
Lyophilisédivers1140140
puréeU250100
semouleU270140
nouilles chinoisesmaison1150150
porridgemaison7100700
saucissonmaison730210
Graines & fruits secsmaison740280
snack salés745315
thémaison7535
pain compactbjorg770490
fromage740280
soupes16060
dessert semoulemaison625150
chocolatu61590
gâteauxdivers540200
paté champibjorg1125125
pompotes1100100
lait en poudre625150
Ail + oignons15050
gaz1100100
CroquettesD4Proteines + hypo63001800
eau2,510002500
HYGIENE592592
Brosse à dents12020
Dentifrice12020
savonD4biodégradable1120120
gant toiletteDIYmicrofibre11010
servietteD4Microfibre recoupée16060
crème solaireavèneSPF 3015050
mouchoirs32060
bouchons oreille122
pharmacie1250250
DIVERS14102401170
panneau solairestodeus1275275
lampepetzlarctic core17070
chargeursamsung14040
argent15050
papiersPasseport + CB13535
téléphonesamsunggalaxy J3 20161135135x
cartes13030x
bouquin1300300
lunettes soleil+ étui18080
chapeauD4larges bords17575x
kit reparationrustines, tire tiques, crayon15050
tongsD41150150
Cahier + stylo1120120
EXTERIEUR155015500
chaussuresMilletLD High route111001100x
bâtonsD42225450x
0
TOTAL SAC SEC9038
AVEC CONSOMMABLES17203
AVEC SUR MOI19868


Cette liste est donc ma liste de départ, pour 7 jours d'autonomie alimentaire pour Mousse et moi.
Tout mon matériel avait été testé plusieurs fois avant le grand départ, et j'ai emporté tout ce qui me semblait nécessaire, avec toutefois deux "Au cas où" : Mes lunettes de soleil, que je n'ai utilisées que le dernier jour car j'avais oublié mon chapeau, mais qui représentent un back up inévitable en cas de casse de mes lunettes de vue sans lesquelles je ne suis rien. L'autre item, c'est la bottine pour Mousse en cas de blessure au coussinet, ça ne m'a pas servi et je ne pense pas que je repartirai avec sur un terrain comme les Pÿrénées, donc je l'ai déjà enlevée de la liste.

Voici mes retours sur les différents items :

La tente : Très protectrice, imperméabilité 8000 mm sol et toit, facile à monter, bonne tenue au vent, j'ai parfaitement confiance en cette tente. Par contre, elle pourrait être plus petite : avec ses 120 cm de large, c'est largement assez pour moi + Mousse + mon sac, dans une optique d'allègement je pourrais réduire la taille. En revanche, j'apprécie d'y tenir assise et 'y rentrer sans me contorsionner. Avec Mousse, je ne souhaite pas passer au tarp car je ne veux pas qu'elle soit aux aguets toute la nuit, là elle a bien identifié que la tente c'est sa maison, et à l'air de s'y sentir en sécurité. Je n'ai pas besoin d'un auvent plus grand, juste une place pour laisser mes chaussures au sec, c'est très bien. Elle condense aussi beaucoup mais je pense que c'est lié à la présence de Mousse dans la tente. Bref, je l'aime beaucoup, mais elle est trop lourde : c'est un item pour lequel j'attends vos suggestions, en sachant qu'il me faut absolument une entrée latérale et que la grande longueur soit du côté opposé à l'entrée (ou bien qu'il y ait deux entrées), pour que Mousse puisse dormir à l'entrée de la tente et ainsi ne pas marcher partout les pattes pleines de boue...

Le duvet : Ferrino fait des bonnes tentes, je ne suis pas déçue par ce duvet, donné pour 0 degrés confort. Selon la formule du wiki, on arrive à 7° confort, si je me souviens bien, car il est garni de 300g de 550 CUIN. Ca pourrait paraître peu, mais je n'ai jamais eu froid, même lorsqu'il a gelé. Parfois, je me suis couchée avec ma polaire, que j'ai systématiquement retirée au bout d'un moment en me réveillant car j'avais trop chaud. En revanche, le sac de couchage est trop grand pour moi : je mets du temps à réchauffer le volume d'air intérieur, surtout aux pieds, qui bénéficient l'une large foot box. Je fais 175 cm et 60 kg, pour information. Je n'ai quasiment jamais eu trop chaud non plus, car il bénéficie d'un zip long. En fait, je crois que d'une manière générale je n'ai jamais eu trop de soucis pour réguler ma température corporelle la nuit, j'ai rarement trop chaud ou trop froid. La matière interne n'est pas des plus agréables, mais je m'y suis faite car je dors en "pyjama". Je ne compte pas le changer tout de suite, car son poids et son volume me conviennent !

Le matelas : Autogonflant, ça m'inspirait plus confiance au niveau résistance qu'un matelas gonflable, et j'avais peur du bruit. J'en reviens un peu après avoir pu observer différents matelas gonflables et discuté avec leurs propriétaires, je pense que je pourrais sauter le pas bientôt. Par contre, rien à dire niveau confort pour ce Prolite Plus, ou plutôt si : il est parfait pour moi, j'y dors extrèmement bien, mais je dors toujours extrèmement bien de toute façon. Au niveau longueur, je dors sur le côté et jambes pliées, j'aurai donc pu prendre un Women au lieu d'un Regular, sans souci. Son gros point faible : son poids, et surtout son volume une fois plié. Avec  la tente et ce matelas dans mon sac, il est déjà bien rempli, j'ai vraiment envié les gens avec un gonflable sur ce point. Donc, je cherche un gonflable qui s'approcherait au maximum de celui-ci en terme de R-value (3,8), sans bruit de paquet de chips et costaud (pour ne pas risquer la crevaison d'un coup de griffe malencontreux), pas forcément XUL mais de toute manière, ça sera toujours plus léger que 670gr !

Oreiller Habituellement, je n'emporte pas d'oreiller, mais lors de mes derniers bivouacs, j'avais mal dormi à cause de ça, car mes habits dans mon sac étanche, ça n'était pas assez moelleux pour moi. Vu que le sommeil, c'est la vie, j'ai donc décidé de l'emporter, et je n'ai absolument pas regretté. Je pourrais sûrement m'en passer à terme, avec la pratique, mais pour l'instant, je le garde. Pour le prix, c'est un modèle absolument parfait pour moi.

Le sac à dos J'ai marché pendant 10 ans avec un sac décathlon pas adapté à ma porphologie qui m'a toujours fait mal quelque part, alors quand j'ai cherché un nouveau sac, j'ai opté pour le confort absolu en choisissant ce Osprey Aura AG 50. Comme c'est une taille S, il ne fait en fait que 47 L, mais c'est suffisant puisque j'arrive à tout faire tenir dedans, y compris la tente, avec mes 7 jours d'autonomie. Je trouve ce sac parfaitement adapté à ma pratique, car je ne suis pas toujours soigneuse avec mes sacs mais là, c'est du costaud. J'aimerai ceci dit pouvoir essayer un sac plus léger type Eja, mais je ne connais personne qui en possède. Comme il est neuf, je n'ai pas envie de le changer pour l'instant, mais par contre je réfléchis à m'acheter un sac autour de 30 Litres qui me servirait pour les sorties avec bivouac sur un week end seulement, et qui, à terme, pourrait devenir mon sac principal si j'arrive à réduire le volume et le poids de ce que j'emporte au longs cours donc là aussi, j'attends les suggestions des connaisseurs (même si j'ai déjà pas mal lu sur le sujet).

Dry sac Surement un peu plus lourd que d'autres, mais je m'en suis rendue compte après l'achat. Il me permet de ranger mon duvet et mes vêtements de rechange, et le tout se range dans la poche du bas de mon sac à dos. Il fait le job, mais je n'ai pas essuyé de grosses pluies pour le tester vraiment, alors je le garde !

Le kit cuisine popotte + tasse Alors là pareil, j'ai bien hésité ! Pour la popotte, c'est nikel, la taille est idéale pour ce que je fais : j'y range la cartouche de gaz, mon réchaud, mon mini bout d'éponge et ma cuillère. J'ai hésité à prendre la tasse, mais je voulais pouvoir faire chauffer l'eau du thé pendant que je mange mon muesli, et je n'avais pas d'autres contenants légers, alors je l'ai prise. Au final, un bête bol plastique marcherait aussi bien MAIS : j'ai découvert les desserts type crème brulée en poudre, théoriquement à cuisiner chez soi, mais ça marche aussi très bien en rando avec du lait entier en poudre à la place de la crème. Du coup, je fais chauffer le dessert, puis je le mets à prendre le cul de la tasse dans l'eau fraiche, pendant que je mange dans l'autre popotte, je ne pourrai pas le faire avec un bol plastique. Par contre, je pourrais décider de manger mon dessert bien après mon plat et je gagnerai 55gr ... c'est sûrement ce qui va se passer.

Le réchaud On ne le présente plus, RAS il me convient parfaitement.

Les couverts J'aurai pu me passer du couteau qui ne me sert que pour le saucisson, il sortira de la liste au prochain tour. Côté cuichette, elle fait le job mais le manche est trop court pour aller facilement au fond du sachet de lyo ou même de la popote, donc à voir pour en changer car c'est pénible de s'en mettre plein les doigts, mais pas insurmontable non plus.

Le filtre à eau Après avoir testé le saywer mini, je lui préfère largement la gourde BeFree pour une question de simplicité. Avec le Saywer, il faut un temps fou pour remplir les bouteilles, alors que là c'est extrèmement simple. Vraiment, pour moi, il n'y a pas photo. Niveau fltration, il doit faire le boulot puisque je n'ai eu aucun désagrément à signaler, mais je ne prends pas l'eau n'importe où non plus : toujours à la source ou presque, et courante, et j'ai ajouté trois fois une pastille de micropure si je n'étais pas sûre. D'ailleurs, j'ai de nombreuses fois sensibilisé les utilisateurs de filtre au fait que ceux-ci ne filtraient pas les virus, la plupart des gens ne le savaient pas et prenaient de l'eau n'importe où "comme dans la pub", avec les désagréments qui s'en suivent...

Vêtements Je le savais déjà, mais le Mérinos, pour moi, c'est top. C'est donc sans surprise la matière qui compose mes T-shirts, mon legging pour la nuit, et mes sous-vêtements, à 100 %. Pour rien au monde je n'en changerai, c'est pour moi la seule matière capable de rester agréable après trois semaines sans lessive. Pour les laver : une micro goutte de savon sous chaque bras, je frotte un peu et je rince, c'est tout. Je dois avouer que je ne transpire pas beaucoup de base. Je trouve que ça sèche très bien dès qu'il y a un peu de soleil, sinon il faut attendre un peu plus et il m'est parfois arrivé de remettre un T-shirt humide, mais ça n'est pas un problème puisque la laine garde ses propriétés isolantes même mouillé, on n'a donc pas froid.
En revanche, l'un de mes deux T-shirts provient du rayon escalade HOMME de chez décath (les seuls à avoir le droit au 100 % merinos !), et il est plus épais que l'autre ce qui fait une différence de poids de 50gr. Du coup, il est plus agréable en pyjama mais moins au quotidien, je pourrais en changer. Et puis la coupe homme, c'est pas forcément très seyant pour une femme même si c'est quelque chose de secondaire  wink Je réfléchis aussi à en avoir un manche longue pour les inter-saisons et l'hiver, éventuellement à demi-zip pour pouvoir moduler comme il faut.

Le pantalon convertible, c'est pas le plus léger, mais ça me convient bien sur le principe : je partais très souvent en pantalon pour continuer en short après quelques temps. Et le soir, hop, pas besoin de se changer pour gagner les quelques degrés supplémentaires, c'est vite fait. Je l'avais apprécié aussi en sortie d'hiver à la journée, où il fait chaud à l'effort mais froid dès qu'on s'arrête. Ceci dit, je devrais pouvoir en trouver un plus léger que celui de décathlon, qui est tout de même bien pratique avec ses 4 grandes poches zipées : l'une pour le téléphone et la carte, l'autre pour le buff et la patée pour chien  yikes , les deux autres pour ... les jambes du pantalon ! En réalité, il est pratique, mais je pourrais m'en passer en été pour fonctionner uniquement avec un short et un leggins, auquel cas je choisirai ce dernier un peu plus épais que celui que j'ai, parfait en temps que pyjama mais un peu léger si je devis le porter le soir.

La polaire : R A S, elle fait le job, et pour le prix, je dis oui ! Sans capuche puisque j'en ai déjà une sur ma doudoune, avec deux poches parce que je suis perdue sans poches. Je ne marche jamais avec ma polaire, elle me sert uniquement au bivouac ce qui fait qu'elle reste relativement propre, c'est un plaisir de s'y glisser ! Pour 270 gr, je trouve ça pas mal.

La doudoune : gros sujet ! Ma veste Black Diamond, je l'ai achetée au départ pour les sorties hivernales où je voulais pouvoir marcher sans avoir trop chaud par temps froid. Pour ça, c'est certain que c'est une veste idéale, d'autant qu'avec son dos en mérinos, elle est bien adaptée au port du sac. Elle coupe le vent et respire, et déperle franchement bien, même après plus d'un an d'utilisation quasi quotidienne (je m'en sers pour tous les jours). Par contre, en mode rando estivale, je l'ai trouvée moins adaptée : si j'ai apprécié de pouvoir marcher avec les matins un peu frisquets et ainsi garder ma polaire toujours propre, je l'ai trouvé un peu limite en terme de couche thermique pour les soirées un peu fraiches. Je n'ai jamais eu franchement froid, mais je n'étais pas non plus très large. Etant donné qu'elle pèse lourd (450gr), je l'ai d'ores et déjà remplacée par une doudoune Trek 500 plume de décathlon (50€), qui pèse 250 gr pour un apport de chaleur sensiblement similaire d'après moi, mais  un volume et un poids bien réduit, sans casser la tirelire. Et puis je l'ai choisie jaune, pour des raisons de sécurité, je n'avais aucun vêtement de couleur visible, et je me suis dit que parfois, on peut vouloir être vu !

La veste imper-respi : j'ai troqué mon vieux K-way D4 pour une patagonia torrenshell, dont je ne suis pas fan. Elle n'a jamais pris l'eau (mais je n'ai jamais pris de grosse pluie), par contre je suis toujours mouillée par ma propre sueur quand je la met. Je pense que c'est surtout lié au fait que je marche en manches courtes et que donc il n'y a pas de tissu pour évacuer la chaleur vers l'extérieur, mais ce n'est pas très agréable. Après, niveau poids/solidité, j'en suis satisfaite alors pour l'instant, je pense la garder !

Les chaussettes : je ne conseille pas les décathlon MH500. C'est du synthétique, ça pue et la sensation est désagréable. Ceci dit, elles sèchent vite aussi ! Au niveau longévité, rien à dire, elles ont tenu le coup, portées en alternance un jour sur deux avec les TREK SUMMER X SOCKS, que j'ai largement préférées. Pour le coup, bonne gestion de la chaleur et de l'humidité, aucune ampoule, aucun échauffement du pied, je pense que j'en prendrai une seconde paire la prochaine fois, ou bien une paire en mérinos !

Les sous-vêtemens IceBreaker : le top du top, solide, doux, sèche très vite (entre mon matelas et mon duvet la nuit, par exemple). J'envisage de changer tous mes sous-vêtements pour ceux-ci, quand j'aurai gagné au loto ! lol

Les gants : j'étais heureuse de les avoir à bien des moments ! Légers, pas chers, ils remplissent leur fonction. Par contre, dès qu'il y a du vent, ils ne servent plus à grand chose, il m'en faudrait une autre paire pour l'hiver, je vous écoute ! big_smile

Le buff : très peu utilisé au début puis quasi quotidiennement sur la fin, je ne partirai plus sans. En mérinos lui aussi, il est toujours dans ma poche pour pouvoir le dégainer facilement aux cols sans enlever le sac, en général suffisant pour attaquer la descente dans de bonnes conditions. Le soir au bivouac, il me sert de bonnet si je veux pouvoir être moins gênée qu'avec ma capuche. J'ai parfois dormi avec aussi, quand il faisait vraiment froid.

Le matos pour chien : Eh oui, Mousse aussi à besoin de son petit confort ! Je lui ai donc pris un petit matelas, soit un tapis de sol de camping décathlon premier prix que j'ai recoupé à la bonne taille, de quoi lui permettre tout juste de se coucher en boule dessus. Il me sert aussi de sit-pad, donc c'est parfait ! Au niveau résistance, j'ai eu un peu peur au début quand j'ai vu les traces laissées par ses griffes , mais finalement, RAS.

Sa crème pour les coussinets, je ne m'en suis jamais servie, donc je l'ai laissée derrière moi quand je me suis arrêtée. Dans le pire des cas, je lui aurait mis du baume à lèvre que j'emporte toujours avec moi car j'ai souvent les lèvres gerçées.

Sa laisse, c'est en fait une corde d'escalade de 3 mm de diamètre et 10m de long que j'ai pliée puis tressée pour obtenir une laisse d'environ deux mètres avec une poignée. J'y ai fixé un mousqueton. Cette laisse m'a servi à assurer Mousse une ou deux fois, elle aurait aussi pu me servir à consolider le haubannage de ma tente en cas de soucis, ou bien de fil à linge. En fait, elle m'a surtout servi à ne pas faire tomber mon sac dans le lac !!!  lol Sinon, Mousse marche avec un harnais, plus pratique qu'un collier pour la porter un peu si besoin.


Hygiène : Je ne me suis pas servi ou presque de la crème solaire, j'aurai pu m'en passer étant donné que je travaille dehors et suis donc déjà bien tannée lorsqu'arrive l'été. Le savon décathlon liquide, je l'ai trouvé très bien, j'avais hésité à prendre un savon d'alep à la place mais je trouve que les pains de savon, on ne sais jamais comment bien les ranger pour qu'ils ne suintent pas partout. Et le savon d'Alep, je trouve ça dur à rincer sur les vêtements !
Côté gant de toilette, je m'en suis fabriqué un dans une vieille serviette microfibres, c'est parfait pour se laver correctement avec pu d'eau, je ne partirais jamais sans. J'aurais peut-être pu le remplacer par le buff, mais alors je n'aurai pas pu me servir du buff comme apport de chaleur au bivouac. En revanche, côté serviette, j'ai tout à refaire : j'ai amené avec moi un morceau de 25x25 cm de cette même vieille serviette. Au niveau taille, c'est parfait, peut être encore un peu grand, mais en fait, je ne sais pas, car je ne m'en suis quasiment jamais servi pour m'essuyer ! Dès le départ, elle m'a servi à essuyer la condensation de la tente, et ma chienne pleine de boue avant qu'elle y rentre, et était donc crado, un peu trop pour que j'ose m'essuyer dedans. En fait, si c'étais à refaire, j'en prendrai un petit bout supplémentaire pour me servir de torchon ! J'ai pensé après coup que j'aurai pu la couper en deux sur place ...

Au niveau pharmacie, je ne me suis pas servie de tout mais là, c'est normal. J'avais amené deux flacons d'huiles essentielles, Tea tree et Gaulthérie, malheureusement le flacon de gaulthérie a fui dès le départ et s'est répandu dans tout mon ziplock "pharmacie" ... Le Tea tree me sert en application sur les pieds après lavage, pour éviter toutes mycoses, ça marche bien ! Sinon, quelques pansements, quelques dosettes de désinfectant aussi bien pour moi que pour Mousse, des pansements anti-ampoules que j'ai surtout distribué autour de moi, une plaque stéri-strip. Ah, et un flacon en plastique rempli d'huile à l'arnica dont je me suis servie quand même plusieurs fois, surtout au début, pour soulager les courbatures. A refaire, je partirai avec deux fois moins de produit !

Divers : Le panneau solaire Stodeus, dont on trouve plusieurs reviews  sur le forum, m'a pleinement satisfaite. je n'ai jamais été en rade de batterie sur mon téléphone, même à l'utiliser quotidiennement pour la carto (iphigénie et la position activée), quelques SMS et/ou appels de temps en temps et un peu de navigation internet. J'ai rechargé ma frontale dans les campings, il ne me servait donc que pour le téléphone. Ceci dit, j'ai vraiment été gatée par la météo, donc je ne sais pas ce qu'il en aurait été autrement. Je n'ai jamais pris soin d'optimiser sa position lors de la marche, il était en permanence fixé à l'arrière de mon sac donc la plupart du temps dans une position pas optimale puisque je marchais vers l'est. C'est donc une solution qui m'a pleinement convenu, mais je viens de changer de téléphone pour un Xiaomi Mi A2 Lite dont la batterie en utilisation quotidienne tiens déjà une semaine, donc je ne suis pas sûre d'avoir encore besoin d'emporter un panneau solaire, peut-être qu'un simple accu pourrait servir, à condition de maintenir ce rythme d'une semaine entre deux prises.

La lampe Petzel : un cadeau, beaucoup trop puissante pour mon utilisation, ca me pique les yeux si je veux lire et ceux de mes voisins si je les regarde. J'aimerai en changer pour une moins puissante et, pourquoi pas, moins lourde. Par contre, je trouve très pratique le sytème de recharge par batterie ou à piles, et j'aimerai le conserver.

Mon téléphone est décédé peu de temps après mon retour, j'en ai profité pour en choisir un avec une meilleure autonomie et surtout une meilleure qualité de photo, parce que là, c'était vraiment limite. Pour l'instant, il me satisfait pleinement sur ces points !

J'ai amené des livres. Je n'arrive pas à me résoudre à passer à la liseuse, car je ne pense pas pouvoir choisir un livre sur internet. Quand je choisi un livre, je l'ouvre, en lis des passage, je le sens, le soupèse. C'est quelque chose de physique et je crois que j'y tiens. Ceci m'a contraint à porter jusqu'à trois livres, soit quasiment 800 grammes ! J'aimerai pouvoir emprunter une liseuse pour faire l'expérience, car il y a pas mal à gagner sur ce poste !

Mon chapeau : mon meilleur ami vestimentaire, toujours vissé sur ma tête. Hyper protecteur pour le soleil mais aussi pour la pluie. En revanche, quand il y a trop de vent, il se retourne et c'est parfois pénible, mais grace au cordon il ne s'envole jamais. L'essayer, c'est l'adopter !

Mon kit réparations : quelques rustines pour le matelas, du seamgrip, un tire tiques, du fil et une aiguille. Jamais servi et tant mieux !

Les tongs : j'ai hésité, et je pense que j'ai bien fait de les prendre, compte tenu de la hâte que j'avais à retirer mes chaussures tous les soirs. Je n'ai pa pris le modèle le plus léger car je voulais un peu de solidité, je n'ai rien à déplorer de ce côté là. Cependant, les tongs, c'est bien quand il fait chaud mais pas quand il fait froid, j'aimerai trouver quelque chose qui me permette de garder mon pied relativement au chaud le soir, tout en restant léger, any idea ?

Extérieur : Bon, les chaussures ... vaste sujet ! J'ai tenu ma promesse, et je me suis acheté une paire de Salexa speed beat GTX en rentrant. Basses mais protectrices, légères (700 gr en 40 ), je les ai testées sur quelques sorties et j'en suis ultra fan ! La semelle est relativement épaisse ce qui me permet de ne pas subir toutes les aspérités du terrain, et l'adhérence me semble bonne bien qu'un peu moins performante sur caillou mouillé que mes millet, mais à priori ça pourait vouloir dire aussi une meilleure résistance à l'abrasion. Pas trop souples, pas trop rigides, pour l'instant, elles sont adoptées ! Je n'ai pas eu trop de mal à m'habituer à la différence, et j'ai vraiment apprécié le confort et le maintien. Elles sont destinées au "fast hiking", j'ai donc testé les descentes en courant un peu, ça passe merveilleusement mieux ! Et mes Mammut, je ne sais pas encore quoi en faire, je n'ose plus les mettre de peur de retrouver ma douleur, alors que pourtant je les ai portées avec plaisir pendant deux semaines ...

Les bâtons : J'ai du changer un baton en cours de route car la pointe avait sauté, le système de réglage de la hauteur se desserre parfois mais j'ai pris l'habitude de les resserer régulièrement, la poignée est agréable mais fait transpirer. Bref, ce sont des bâtons à 15 € / pièce et ils ne font pas de miracles mais remplissent leur rôle !


Consommables : outre  les deux kilos de croquettes qui m'ont vraiment fait suer, j'ai apprécié la nourriture emportée. J'avais acheté des légumes deshydratés pour agrémenter nouilles et semoule, j'ai beaucoup apprécié les purées Mousline céréales & potimarron ou lentilles & curry, les soupes, l'aligot en poudre. Côté lyo, ma préférence va largement chez Summit to eat, mais je trouve les portions un peu chiches. Une journée classique serait la suivante : le matin, muesli 5 céréales + lait d'amandes en poudre + sucre + fruits secs + noix de coco rapée, le tout est déjà mélangé dans un ziplock pour la semaine. Je le délaye dans un peu d'eau froide, c'est très bon et ça économise du gaz. Parallèlement, je me fais un thé, que j'ai amené en vrai dans un ancien pot à épice en plastique, et je me sers d'un sachet en coton réutilisable pour l'infuser. Vers 10h, je grignote quelques fruits secs et des amandes, parfois un biscuit si j'en ai. Vers 11h30 - 12h, je mange ! J'ai beaucoup aimé les galettes de céréales, finalement plus que le "pain" bjorg qui en plus ne se garde pas bien. Donc 3 galettes, un peu de fromage et un peu de saucisson, et je prenais une boîte de paté végétal en plus / semaine, ou bien quelques carrés de Kiri (excellents dans la soupe ou la purée en plus !). J'ai aussi fini par avoir toujours du beurre avec moi, sans aucun problème de conservation. Pour le dessert, un carré de chocolat et parfois une pompote ou un fruit si j'ai croisé un magasin plus tôt. Parfois dans l'après-midi, si j'ai un coup de mou, j'avale une barre de céréales. A l'arrivée au bivouac, je me fais souvent un thé ou une tisane, accompagné de quelques cacahuètes ou noix de cajou salées. Puis, le soir, un repas chaud. Si c'est une soupe, je complète avec de la semoule dessert (+ lait en poudre + sucre + vanille, j'adore !) ou bien une préparation toute faite. Et puis je me venge sur le chocolat si j'ai encore faim  roll
Dans les faits, j'ai perdu quasiment 5 kilos au milieu de la traversée, mais je les ai repris sur la fin car je croisais plus souvent des magasins et je me suis fait plus plaisir. Je n'ai jamais eu vraiment faim mais j'ai été assez omnubilée par la nourriture, c'est dur de se rationner quand on a de la nourriture dans son sac ! Si c'était  refaire, j'emporterai moins de choses sucrées, car le sucre appelle le sucre, je m'en suis rendue compte sur la fin. Et puis, j'ai eu du mal à arrêter d'en consommer en rentrant alors qu'habituellement, j'en mange très peu. J'ai cruellement manqué de fruits et légumes frais, mais je pense que c'est inévitable si comme moi on ne veut pas descendre en vallée tous les deux jours.


Voilà, merci déjà d'avoir lu jusque là, et en avant pour la suite !

Edit : ajout de la liste et des commentaires.

Dernière modification par Joy Supertramp (10-11-2019 22:56:56)

Hors ligne

#2 13-10-2019 17:03:43

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 636

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Bonjour Joy,  smile

Tu sembles enchantée par ton expérience ; et moi autant par l'expectative de venir lire les 46 jours qui s'annoncent.
C'est un nouveau périple qui se prépare pour toi aussi, au travers de cette transmission.

Merci ! smile

Edit : répét

Dernière modification par ester (13-10-2019 17:04:28)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#3 13-10-2019 17:08:38

Api-eep
Membre
Inscription : 21-02-2015
Messages : 145

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Salut Joy,

Vite vite la suite  big_smile

Hors ligne

#4 13-10-2019 17:23:23

06chamois
Membre
Lieu : Là-haut
Inscription : 13-11-2018
Messages : 301

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Bonjour Joy

Chouette un nouveau récit de HRP avec visiblement un peu en dehors des sentiers réguliers.
D'autant plus avec ta chienne qui va je pense agrémenter ton récit d'anecdotes ou de réflexions sur la randonnée avec un chien.

En tout cas bravo pour avoir porté dans ton sac à dos les croquettes de ta chienne smile

Vivement la suite pour la lecture.


La montagne entretient à la fois la tête et le corps, alors plus d’hésitation = vive la randonnée  big_smile

Mon trombi :   https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=35338

En ligne

#5 13-10-2019 17:26:31

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 669

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Bonjour Joy, smile

Je comprends rapidement qu'il n'est pas question pour moi de suivre un GR de bout en bout, ce serait trop facile et je n'ai jamais aimé les sentiers battus. Je veux me créer mon itinéraire sur mesure

Je sens que le récit et l'état d'esprit vont me plaire, je m'abonne wink

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#6 13-10-2019 17:42:23

Serval
Carpe diem
Lieu : Entre Monts Martre et Parnasse
Inscription : 15-06-2018
Messages : 482
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Bonjour Joy, bonjour Mousse,

florencia a écrit :

#541989Je sens que le récit et l'état d'esprit vont me plaire, je m'abonne wink

Où c'est qu'on signe ? wink


Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans les voyages que j'ai faits seul, et à pied. (J.-J. Rousseau)
Trombinoscope | Tour de Bretagne (GR 34) - De Concarneau à Auray

Hors ligne

#7 13-10-2019 17:53:16

Etimul
Membre
Inscription : 13-03-2013
Messages : 370

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Joy Supertramp a écrit :

Je me procure les 12 cartes de rando éditions au 1/50 000 grâce auxquelles je peux commencer à tracer mon itinéraire.

Le plaisir des cartes papier...
Rien que pour ça, merci  smile

Hors ligne

#8 13-10-2019 18:40:14

trois flèches
idéaliste mul
Inscription : 26-01-2019
Messages : 763

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Salut Joy, j'ai hâte de savoir comment s'est passée votre traversée  smile , en espérant que tes genoux et les coussinets de Mousse n'aient pas trop souffert.


"La morale, c'est comme la brosse à dents, chacun la sienne."  Charlie Bauer

Hors ligne

#9 13-10-2019 19:02:25

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 590

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

aaaahhhhhh

le retour
le retour
le retour;

smile  smile  smile  smile  smile

celui-là, je l'attendais impatiemment.

en fait, on est comme des gosses à qui on va raconter une belle histoire;

on ne s'en lasse pas.


L.

Dernière modification par laxmimittal (13-10-2019 19:03:49)


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#10 13-10-2019 19:38:36

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 65

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Merci pour vos encouragements, j'attaque tout de suite  !

Jour 1 - dimanche 11 Août [ 19 km + 900m - 615m ]

Après mes trois heures et demie de sommeil, j'avale rapidement mon petit déjeuner et rejoins, à 4h25, Sonia, avec qui j'ai RDV à 4h25 devant ma porte, pour qu'elle m'amène en covoiturage jusqu'a Hendaye. Un dernier regard en arrière, une dernière gratouille derrière l'oreille pour les félins, et c'est parti. La nuit est exceptionnellement claire et chaude, d'ailleurs nous aperçevrons plusieurs étoiles filantes. Je fais des voeux dont vous pouvez imaginer la teneur ! Pour Sonia aussi c'est un grand départ, elle part en espagne rejoindre son père qu'elle n'a pas vu depuis ses 11 ans. Ceci étant, nous ne sommes pas exactement dans le même état d'eprit : alors que j'aspire à la contemplation et au calme, après le rush de ces derniers jours, Sonia, elle, est surexitée. C'est la première fois qu'elle part seule, la première fois qu'elle conduit sur l'autoroute, la première fois qu'elle fait du covoiturage, la première fois qu'elle conduit plus de 3h d'affilée, bref, c'est la première fois, à 42 ans, qu'elle quitte sa routine. Elle profite donc du trajet pour me poser toutes les questions qui lui viennent à l'esprit sur la manière de se débrouiller seule, chose qui m'amuse au début puis, petit à petit, me crispe. Elle est tellement captivée par ce que je lui dis qu'elle en oublie fréquemment de regarder la route, et je dois sans cesse lui signaler tout ce qu'elle ne voit pas ( les STOP, les voitures en face, les feux, les voies d'insertion, les virages...). Passé Luchon, il se met à pleuvoir des trombes, c'était annoncé, et ça ne me gêne pas outre mesure pour marcher (j'suis bretonne j'vous dis !  lol ), mais par contre, ça ne fait que renforcer mon anxiété quant à la probabilité d'un accident ... Bref, j'arrive à Hendaye entière mais au bord de la crise de nerf après 4h30 à serrer de toute mes forces la poignée de la voiture. Comme Sonia est, malgré ses piètres talents de conductrice, malgré tout très sympa, nous partageons un jus d'orange sur une paillotte au bord de la plage, pendant que Mousse, inconsciente de ce qui l'attend, s'en donne à coeur joie sur le sable.

Dès l'instant où je me mets en route, housse de pluie en place sur le sac et veste imper respi fermée jusqu'en haut, je suis soulagée de toutes mes préoccupations de type " est-ce que j'ai oublié quelque chose?", et malgré la pluie, la fatigue, et les émotions de la route, je suis extrèmement heureuse d'être où je suis. Il n'en va pas de même pour Mousse, qui traîne la patte 20 mètre derrière : elle n'aime ni la pluie, ni marcher sur le bitume, et me le fait savoir. Je passerais donc les premières heures de la journée à me retourner pour vérifier qu'elle n'est pas en train de fomenter une grève-des-chiens-mouillées-qui-veulent-être-secs un peu plus loin (elle n'est attachée que lorsque c'est obligatoire).

Finalement, j'arrive à Biriatou, heureuse de mettre une image sur ce nom qui marque tous les débuts de récits de HRP dans le sens Ouest-est. Certes, l'église est mignonne mais c'est surtout son cimetière qui m'intéresse : je refais le plein d'1.5L d'eau. Après Biriatou, le GR suit un nouveau tracé, ni sur ma carte, ni sur mon GPS. Je m'inquiète un peu, ne sachant quelle sente suivre, puis je me souviens des propos de Grande Loutre, alors je suis le balisage du nouveau GR10.
Dans la montée pour Xoldokogaina, le soleil daigne apparaitre : ni une ni deux, c'est le moment rêvé pour un pique nique, et pourquoi pas une petite sieste ? C'est raté, subitement, c'est comme si tous les GR10stes du jour s'étaient donné rendez-vous ici, et défilent devant moi, certains un peu perdus par la confusion du balisage. Je repars donc, et j'atteind péniblement la redoute de la Baïonnette. Il est 15h, c'est décidé, je m'arrête ici ! Je gère très mal le manque de sommeil et, malgré le retour du soleil, je me sens fatiguée et ne souhaite pas continuer. Un rapide coup d'oeil à mon prévisionnel d'étape, et je me rends compte que je n'ai même pas réalisé les 2/3 de ce que je voulais, je souhaitais m'arrêter au col de Lizarrietta. Mince, ça va être dur à rattrapper demain ça, allez, je décide de me remettre en route, mais d'abord, une sieste ! Je me couche donc sous un petit chêne (?) pendant que Mousse dit bonjour aux gens qui passent à ma place, pratique ! Je ne le sais pas encore, mais avoir un chien particulièrement sociable changera complètement mon périple ...
Une demi heure plus tard, reposée, je repars en direction de l'horrible col d'Ibardin. J'y croise un homme qui hurle sur son enfant d'une manière particulièrement odieuse, peut-être que la surconsommation pousse à la violence ? Je me faufile entre les voitures et les gens chargés de sacs, alors que l'eau vient à manquer dans mes gourdes. J'ai 2,5L d'autonomie pourtant, et il n'a pas fait chaud, mais j'ai mal géré. J'avise une source un peu plus loin, que j'avais au préalable reportée sur ma carte, et pour laquelle j'ai un point GPX qui semble s'enfoncer un peu dans les bois. Je laisse mon sac sur le bord du chemin et pars en mode sanglier trouver l'hypothétique ondée salvatrice. C'est un échec, je trouve la source mais elle est réduite à un mince filet d'eau boueuse au ras du sol, que je ne peux capter même avec ma gourde Katadyn BeFree qui a pourtant le goulot large. Mince, la prochaine est super loin et ni mousse ni moi n'avons envie de continuer, mais nous n'avons pas le choix, il nous faut de l'eau. Je repars chercher mon sac et reprends la route, quand tout à coup, au milieu des palombières se met à scintiller un robinet ! Euréka ! Le saint Grââl est de surcroît accompagné d'une cabane très propre, en bois, et de belles tables de pique nique, le tout protégé du troupeau de vaches voisin par une barrière, c'est parfait ! Je profite de l'eau courante pour me faire un brin de toilette, et m'installe ensuite pour le repas, avant d'aller m'installer dans cette cabane de chasse, si accueillante par ce temps incertain. Si cette fin de journée présage de la suite, alors je signe direct !

7xLIeLidv.20190811_090648.jpeg
Voici Mousse, à la pause repas lors du premier rayon de soleil de la journée !

7xLJz51Hw.20190811_100342.jpeg
C'est vert et c'est couvert !

7xLIn4s4D.20190811_190209.jpeg
Mon lieu de repos ... il est écrit sur la cabane que ce refuge ne doit être utilisé qu'en cas de conditions climatiques difficiles. En d'autres termes, on n'y vient pas pour passer le week end si on n'est pas chasseur !


edit : ajout d'une photo et fautes de frappe.

Dernière modification par Joy Supertramp (13-10-2019 19:57:31)

Hors ligne

#11 13-10-2019 19:40:53

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 65

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

laxmimittal a écrit :

#542000aaaahhhhhh

le retour
le retour
le retour;

smile  smile  smile  smile  smile

celui-là, je l'attendais impatiemment.

en fait, on est comme des gosses à qui on va raconter une belle histoire;

on ne s'en lasse pas.


L.

Merci, et tu verras, j'ai beaucoup pensé à toi à un certain moment ... suspense !

Hors ligne

#12 13-10-2019 20:31:19

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 886

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

J’ai également pris mon abonnement  wink  ! Les zigzags autour des PN vont nous faire découvrir plein de variantes ...


“La foi transporte les montagnes. C’est vrai. La raison les laisse où elles sont. C’est mieux” Pierre Bourgault
Hervé27-éMULe - ma liste 3.2 kg / 3 saisons
GTA2017 Menton-Modane 12j
HRP2018 Hendaye-Cerbère 35j
HRA2019 Menton-St Gingolph 24j

Hors ligne

#13 13-10-2019 21:40:40

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 1 929
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Idem pour moi, c'est chouette de repartir en vacances  smile


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#14 13-10-2019 21:55:46

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 65

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Jour 2 - Lundi 12 Aout [24 km + 1065m - 737m]

Je me suis réveillée heureuse et reposée, j'ai dormi 11h ! L'herbe détrempée et les rafales entendues dans la nuit me confirment mon choix d'hier soir, j'ai bien fait de dormir à l'abri. Le matelas Prolite plus a parfaitement rempli son rôle même sur un sol en bois. Il est lourd, mais j'y dors comme dans mon lit, alors, pour l'instant, je l'aime bien. C'est le premier matin, je mets donc du temps à faire mon sac. Il fait 47 litres, et j'y loge toutes mes affaires, y compris ma tente 2 personnes double-toit, ainsi que 7 jours de nourriture pour Mousse et moi, mais chaque chose à sa place sinon ça ne rentre plus !

Le temps est toujours couvert et très humide, mais Mousse tire moins la tronche qu'hier. En 1h45 je rejoins par un joli sentier le col Gonmendia, où il doit être possible de bivouaquer même s'il n'y a pas d'eau. Je mange quelques fruits secs en Espagne pendant que Mousse fait une micro-sieste en France, et je repars en suivant la frontière jusqu'au col de Lizuniaga, puis par une piste jusqu'à celui de Lizarietta. Il y a là deux restaurants encore vides et une petite fille qui dégobille son petit dej' entre ses deux parents visiblement blasés, et moi, qui me suis abritée pour manger dans une cabane en bois verte fermée sur trois côtés. Au moment où je m'installe, la pluie commence à tomber, j'en profite pour faire une micro-sieste le temps que ça s'arrête. J'essaye de m'adapter au rythme de Mousse, qui n'a pas encore l'habitude de marcher plus de deux jours d'affilée, et profite de chaque pause pour dormir un peu. Je me suis jurée avant de partir de démarrer doucement pour ne pas nous rincer, je le respecte.

Avec le retour du soleil, je prends la direction des palombières d'Etxalar, où je croise quelques promeneurs à la journée. Je me rends compte que je suis le balisage du GR11, qui ne prends pas le même chemin que celui que je m'étais tracé mais qui va au même endroit en m'évitant un peu de dénivelé, tant mieux !

7xLMPReGA.20190812_125739.jpeg

Pendant toute l'après-midi, la piste s'égrène lentement, c'est assez monotone. Je dois à plusieurs reprises m'abriter de la pluie, tant et si bien que je me dis rapidement que je ne vais pas pouvoir terminer l'étape 2 telle qu'elle était prévue, car avec le retard pris hier, ça me paraît faire une trop grosse journée. Je fais donc une autre pause en milieu d'après-midi, et je laisse Mousse se reposer près d'une fontaine pendant que je lis deux chapitres de mon roman : quitte à faire une longue journée, autant faire des pauses !

Lorsque je repars, avec le plein d'eau, je vise une hypothétique mais prometteuse "fontaine bivouac" signalée sur mon gps. J'ai en effet téléchargé avant de partir une liste des points d'eau sur ce site, et, malgré l'épisode d'hier avec la source, je lui fait encore confiance.

C'est long, c'est long, cette piste, alias GR11, n'en finit plus, et moi, j'en ai marre. Les averses rythment ma progression avec les inévitables pauses pour mettre en enlever ma veste imper-respi Patagonia Torrentshell, dans laquelle je suis rapidement mouillée à cause de ma transpiration si je la garde trop longtemps. A la fin, je me fais bien saucer par une belle averse de pluie verticale, et on s'abrite comme on peut adossées à un caillou, juste après Eskisaroiko Lepoa. Ah ben non en fait, ce n'est pas la fin, qu'est-ce que c'est que ce bug GPS ?! La position qu'il me donnait n'était pas la bonne, grrr, je grince des dents, du genou qui commence à me faire souffrir, et je repars.

Ca fait plus de 10h que je suis partie quand j'arrive à cette fameuse "fontaine bivouac" : s'il y a bien une fontaine, je ne vois absolument aucun endroit bivouaquable par içi, c'est tout pentu ! Rhah, je continue, tant pis, je vais terminer l'étape d'hier et boucler celle d'aujourd'hui, et moi qui voulait commencer mollo, c'est rapé ... Cinq minutes avant d'arriver au plano Ametzi, la pluie reprend de plus belle. Je m'abrite comme je peux au pied du chêne bienveillant et me lance dans la préparation du repas : ce soir c'est nouilles chinoises de ma fabrication, j'ai hâte de goûter ça ! Le site serait parfait s'il y avait moyen de s'abriter : du plat, un robinet, à l'ombre de magnifiques chênes.

Pile à ce moment-là, une dame arrive en promenant son chien, sous la pluie donc, et me propose gentillement, en espagnol, d'aller m'abriter sous le préau de la maison voisine, inhabitée en ce moment. Madame, serait-ce la providence qui vous envoie ?! Je vais voir en courant de quoi il retourne, mince, le sol est en béton, impossible d'y planter la tente (pas autoportante donc ...), tant pis, c'est l'intention qui compte, merci madame !

Je retourne à mes pâtes qui finalement me laissent perplexe, puis me décide à monter la tente à la faveur d'une accalmie. Raté, ça reprend de plus belle, tout est trempé. Je sacrifie donc ma serviette pour éponger d'abord le sol de la tente, puis Mousse, qui dort dedans et qui est couverte de boue des pieds à la tête, et je m'installe pour dormir. Toutes proches, les cloches des brebis carillonnent, demain est un autre jour !


7xLOTwsQx.20190812_155704.jpeg




Jour 3 - Mardi 13 Août [20 km + 600m - 1000m]

En effet, 11h plus tard, la journée commence ! Mal. Je ne sais pas comment c'est possible, mais mon portable est vérouillé et me demande, pour pouvoir s'allumer, un code PUK. J'ai voulu l'éteindre hier, pour économiser la batterie alors qu'il était en train d'être rechargé par mon panneau solaire Stodeus. Je suppose que j'ai du faire trois faux codes PIN en dormant même si ça me paraît improbable ... C'est un peu la panique, je n'ai aucune idée de comment on récupère un code PUK, je crois savoir qu'il est noté sur la boîte du téléphone, que je me souviens avoir jetée il y a peu ... Je m'imagine bloquée à Elizondo le temps de recevoir une nouvelle carte SIM, car il m'est impossible de continuer sans téléphone. Au delà du fait que c'est une sécurité quand on randonne seule, il contient aussi toutes mes cartes via Iphigénie, cartes que j'ai bien pris soin d'archiver sur ma SIM avant de partir " au cas où je casserais mon téléphone " ! Je me maudis d'y avoir pensé ... surtout qu'aujourd'hui, c'est le SEUL jour de la traversée où je n'ai pas de carte papier en back up car le tracé que j'ai choisi se trouve dans un "trou" entre la carte du pays basque Ouest et celle de l'Est... La poisse, on l'a ou on l'a pas !

En attendant de trouver une solution dans mon cerveau qui fourmille (un lecteur mieux réveillé que moi à ce moment là aura compris que non, un code PUK n'est pas sur une boîte de téléphone puisqu'il est lié à la carte SIM) ; je tente de faire sécher la tente. Avec un taux d'humidité d'environ 99 %, c'est peine perdue, je remballe tout mouillé et tant pis, de toute façon, je ne sais pas quoi faire.

A ce moment là, une jeune promeneuse passe, Mousse file lui dire bonjour et moi, j'en profite et l'alpague d'un résigné mais déterminé cri du coeur : "Necessito ayuda ! " Mon castillan me reviens plutôt bien même si je n'ai pas pratiqué depuis le lycée, et ma bienfaîtrice du jour me prête son téléphone. En deux clics, j'obtiens mon code PUK sur le site de mon opérateur, BINGO ! C'était tout bête en fait, pas la peine de paniquer, et c'est toute guillerette que je repars, un peu à la bourre à cause de toutes ces péripéties, vers 10h30. J'arrive à Elizondo une heure plus tard et je me dirige vers le supermarché.

7xLROJ5WC.20190813_102824.jpeg
La descente vers Elizondo, le coeur léger !


J'ai besoin de racheter de la nourriture pour Mousse, car, vu l'heure tardive du départ, j'ai décidé de couper l'étape du jour en deux : j'étais supposée terminer au col d'Hauzay, soit 30 km et 1800m de D+, ce qui me semble un peu trop ambitieux maintenant que j'y suis. Le problème des supermarchés, c'est qu'il y a plein de trucs à vendre à l'intérieur, et je ressors alourdie comme jamais : des tomates, des abricots, des pains au lait et du beurre (bretonne, vous avez dit bretonne ?), une baguette, du fromage, des nouilles carbonara lyophilisées, 4 crèmes aux oeufs et 300gr de paté pour chien. Pourquoi j'ai acheté tout ça ? Je ne sais pas. La peur de manquer sans doute. Je fais rentrer tout ça tant bien que mal dans mon sac, et prends quelques minutes pour chercher un autre itinéraire sur internet. Je n'ai finalement pas confiance en la trace que je me suis fabriquée et j'ai peur qu'elle me fasse passer par des portions impraticables, bref, j'ai peu confiance en moi aujourd'hui, et j'enchaîne les erreurs en tentant de me rassurer.

Je me retrouve donc à monter pendant une heure dans les ronces, les fougères et les branchages, mon sac doit peser presque 20 kilos (mesdames messieurs restez assis s'il vous plait !), et j'ai mal au tendon du genou gauche. Il clignote, il crisse, il croustille, c'est pas bon. J'analyse rapidement la situation : en voulant diviser l'étape en deux, j'ai du prendre plus de nourriture, résultat : mon sac est trop lourd et je fatigue encore plus. J'aurai largement du attendre et racheter ce qui m'aurait manqué quelques jours plus tard, mais je ne suis pas encore au point. Je m'arrête faire une pause massage à l'huile essentielle de Gaulthérie, je jette les crèmes aux oeufs dans la nature (sans les emballages, évidemment), bois plein d'eau, et je repars. C'est sûrement psychologique mais ça fonctionne, je suis ensuite le GRT5 jusqu'au col de Berdaritz où je me fais un deuxième casse-croute, histoire de m'alléger encore un peu. Il ne me reste ensuite plus qu'a descendre sur les Aldudes, où j'arrive 45 minutes plus tard.

C'est pas terrible les Aldudes en fait, je longe la route principale sur 1 km à la recherche d'une épicerie dont j'ai lu que le tenancier acceptait qu'on mette la tente dans son jardin, mais quand j'y arrive c'est un genre de ferme pédagogique sans pédagogie autre que vendre du saucisson à des touristes. Je pose quand même la question à la serveuse, qui m'envoie "près du vieux poste EDF au centre du village".  Je refais donc 1km en sens inverse sur le goudron, trouve le poste EDF, allez, vendu, ça ira pour cette nuit ! La route est proche mais je ne suis pas trop visible, et de toute façon, il va bientôt faire nuit... [Note : si certains envisagent d'y bivouaquer après lecture de mon CR, sachez qu'au fond du pré se trouve un emplacement de bivouac bien plus agréable, au bord de la rivière, un peu en retrait de la route. Je ne l'ai vu qu'après avoir monté la tente et je n'ai pas eu le courage de me déplacer]

7xLRUCWww.20190813_171507.jpeg
Vue sur les Aldudes.

Hors ligne

#15 14-10-2019 02:58:11

bensbens
Beer Grillz
Lieu : À l'ouest
Inscription : 09-05-2016
Messages : 669

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Une FILLE (récente sur le forum) + un récit HRP, GR10: tu vas avoir plein de fans ici  lol  lol . Ah bah apparemment c'est déjà le cas... Même si on est sur RL et que ton sac pèse 20kg, roll
Edit: tu auras des points bonus si tu utilises un sac KS, un quilt EE et un abris Olivier (ou un Tipik ça marche aussi)  lol

Dernière modification par bensbens (14-10-2019 03:10:47)

Hors ligne

#16 14-10-2019 06:51:56

patou
Membre
Inscription : 11-05-2014
Messages : 219

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Chouette alors : un nouveau feuilleton et au féminin en plus ! Et que je vais essayer de suivre de loin puisque c'est à mon tour d'aller baguenauder sur les chemins (je pars demain).
Mais déjà, je te dis Bravo pour le périple avec chien et croquettes ! Et merci d'en faire le récit, le début commence très bien. Vivement la suite...
cool


Mul part ailleurs

Hors ligne

#17 14-10-2019 07:57:33

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 65

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

bensbens a écrit :

#542030Une FILLE (récente sur le forum) + un récit HRP, GR10: tu vas avoir plein de fans ici  lol  lol . Ah bah apparemment c'est déjà le cas... Même si on est sur RL et que ton sac pèse 20kg, roll
Edit: tu auras des points bonus si tu utilises un sac KS, un quilt EE et un abris Olivier (ou un Tipik ça marche aussi)  lol

Coucou, le but n'est pas d'avoir des fans  lol , mais tant mieux si ça plait, j'en suis heureuse ! Pour info, ma liste de base est à 8,5 kilos, d'oû le fait que j'aie besoin d'aide  smile

Hors ligne

#18 14-10-2019 09:01:16

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 406

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Joy Supertramp a écrit :

#542005l'église est mignonne mais c'est surtout son cimetière qui m'intéresse

Ça va être un chouette récit pour Halloween lol
je m'abonne aussi.

Dernière modification par azerty (14-10-2019 09:01:28)


profil / trombi ici

Hors ligne

#19 14-10-2019 10:13:34

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 590

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

ah ah ah.

la razzia à l’épicerie smile

ça me rzppelle quelque chose.

super début.

on est tous pendus à ton clavier.

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#20 14-10-2019 11:59:32

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 65

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Face à la demande générale, je continue !

Jour 4 - Mercredi 14 Aout [16km +1102m - 783m]

Ce matin, il fait enfin grand beau ! Les journées précédentes n'ont pas été si terribles que ça rétrospectivement, mais jamais le soleil n'a vraiment brillé non plus, c'est donc particulièrement enthousiaste que je sors de ma tente à 8h. Ceci étant, elle est encore à l'ombre, et il fait particulièrement froid et humide dans ce pré en cuvette. Je tente de faire sécher la tente, passe chercher de l'eau à la fontaine et du pâté pour chien à l'épicerie voisine : Mousse est comme moi, elle mange plus que d'habitude, et je ne voudrais surtout pas qu'elle manque. Il est donc 10h quand je m'élance à l'assault du col Lepeder. La montée passe bien, pas de douleurs, je suis en forme ! J'ai toujours été plus à l'aise en montée qu'en descente, mais là, je sens que mon rythme commence à être bon, malgré le sac trop lourd. Ce sac d'ailleurs, le Osprey Aura AG 50, reste particulièrement confortable même chargé, et c'est très appréciable ! Le point négatif, c'est qu'il pèse 2kgs à vide, soit quasiment le quart de mon poids de base...

7xMJp0vKf.20190814_111921.jpeg
Il fait beau je vous dit !


Aujourd'hui, l'objectif est de finir l'étape d'hier, soit de m'arrêter au col d'Hauzay, à 10 km. Le but est de récupérer du tendon avant d'attaquer des plus grosses journées. Je dois toujours composer avec le rythme de Mousse, qui réclame de temps en temps des pauses : elle passe devant moi, et se couche sur le bord du chemin, le message est clair ! Finalement, j'avance bien, les paysages me plaisent, et j'arrive au col d'Hauzay en 3h30. Je prends le temps de manger, et décide finalement de continuer encore un peu, je n'ai pas envie de m'arrêter si tôt, et tant pis si ça décale encore tout mon prévisionnel d'étapes. En fait, j'ai préparé à l'avance tous mes points de bivouacs, en choisissant des endroits à priori plats et avec de l'eau, ce qui fait que lorsque je décide de rallonger ou de raccourcir une étape, je ne sais pas où je vais m'arrêter le soir. C'est donc un peu plus insécurisant mais aussi un peu plus fun !

Je prends donc la direction du Lindus, non sans avoir profité de la quadruple fontaine du col pour me laver. J'y croise d'ailleurs mes premiers HRPistes, un couple, chacun portant sur son dos le même sac que moi ! Je gravis le lindus, vaste coline pelée culminant à 1220m d'altitude, mon plus haut point de vue depuis le départ. Au loin, je sais qu'il y a le pic d'Orrhy, mais je n'arrive pas alors à l'identifier.En redescendant, je croise un espagnol qui baragouine en gueulant des trucs incompréhensibles pour moi. A un moment, alors que je m'éloigne, je crois même qu'il me traite de "Loca !" ... étrange !

7xMJxdkBe.20190814_160846.jpeg
Depuis le Lindus.

Vers 17h, j'arrive près d'une maison forestière, à mi-chemin entre le Lindus et Roncevaux. Il y a là un robinet fonctionnel, et de l'espace pour planter la tente, même si la cabane est fermée, ça sera très bien pour cette nuit. Je suis consciente que depuis le début, je n'ai pas trouvé d'endroits de bivouac particulièrement beaux, mais je me dis que j'ai le temps ... Je profite des derniers rayons du soleil pour faire sécher mes vêtements fraichement lavés, et pour bouquiner en mangeant des cacahuètes, j'adore ces moments de relaxation après la journée de marche. Je n'ai emporté que deux T-shirts, deux culottes et deux paires de chaussettes, je m'astreinds donc à les laver à chaque bivouac, pour pouvoir en remettre des propres le lendemain. Avec ce genre de climat changeant, ça implique de remettre parfois les vêtements encore humides, mais le tout est en 100% Mérinos alors ce n'est pas trop un problème (la laine garde au chaud même mouillée !). Je me couche tôt ce soir, car demain je voudrais réussir à partir avant 9h, et à prendre enfin le rythme !


Jour 5 - Jeudi 16 Août - aux alentours de 24 km

Je réussis donc, enfin, à me lever quand le réveil sonne, c'est à dire à 6h30, quand il commence à faire jour ! D'ailleurs, il a fait quasiment jour toute la nuit, c'était étrange ... la lune sûrement ! Le temps de sortir les affaires de la tente, et il se remet à pleuvoir ! Je déjeune à l'abri du préau, bien pratique dans ces conditions. J'observe Mousse avec inquiétude : elle semble avoir du mal à marcher, ses oreilles tombent et sa queue est rentrée, et lorsque j'essaye de la faire courir, elle se couche. Je la palpe de partout, elle n'a pas l'air d'avoir d'endroits sensibles, je met donc son état sur le compte des courbatures et décide de partir quand même, on verra au col de Roncevaux ce qu'il en est.

7xMK0QNqp.20190815_112004.jpeg
'fait pas beau ...


Finalement, au col, on ne voit rien ! Nous sommes complètement dans le brouillard, sous la pluie fine qui mouille bien comme il faut. Tout d'un coup, je me souviens qu'un jour, Mousse n'avait pas voulu se lever de son panier un matin, et que le véto avait résolu la chose en lui vidant les glandes anales ! Pour ceux qui n'ont pas de chien, ces glandes sont situées de part et d'autre de l'anus du chien et lui servent à déposer ses odeurs lors de la défécation . Parfois, elles peuvent se boucher et donc devenir douloureuses pour le chien. Ni une ni deux, je cherche sur youtube un tuto " Comment déboucher les glandes anales d'un chien ?" (Poésie du matin !  lol ); et me voilà, sur le parvis de cette église, dans le brouillard, un mouchoir dans une main et la queue du chien dans l'autre, à lui presser l'anus pour tenter d'en faire sortir quelque chose ! lol lol  Cette scène est complètement ridicule et me fait quand même rigoler, bien que je ne parvienne à aucun résultat. Je réfléchis rapidement, elle n'a pas l'air de souffrir le martyr non plus, je décide donc de continuer encore à marcher.
Je prends la direction du col Lepoeder d'un bon pas, moi je suis en forme aujourd'hui, je n'ai plus mal nulle part, et mon sac me paraît léger alors même que je porte 3L d'eau (pour rien, puisque je n'ai pas soif compte tenu de la température extérieure et de l'humidité ambiante ... il faut vraiment que j'arrête d'avoir peur de manquer !).
Après le col, je commence à croiser quelques pèlerins sous leur pèlerine (!), ils ont tous l'air blasé de celui qui s'attend à une journée de marche sous la pluie. Je reçoit quelques "Buen camino ! " qui m'amusent au début, puis m'irritent. J'ai du mal avec la dévotion, et puis ça se voit non que je ne marche pas dans le même sens qu'eux ?! J'ai même le droit à la blague du siècle : "Eh, c'est pas par là !" Haha. Cette file de gens ininterrompue m'insupporte presque, je ne sais pas comment ils font pour marcher tous comme ça à la queue leu leu, mais je suis tout de même soulagée de voir du monde car je n'ai quasiment croisé personne depuis le début.
J'en croise un paquet sur le bord du chemin, poncho fluo qui s'envole, en train de vider leurs Salomon remplies d'eau et d'essorer leurs chaussettes. Moi, j'ai les pieds au sec dans mes Millet High route GTX, d'ailleurs je suis vraiment contente de ces chaussures !

Je quitte un peu plus loin le camino pour aller au refuge Aspegi, où je prendrai ma pause casse-croute et ma désormais classique micro-sieste. Sur le chemin, je croise un basque qui engueule son border collie qui, à peine sorti de la voiture, s'est jeté sur le troupeau de vaches en faisant fi du contre-ordre de son maître. La mienne à l'instinct du troupeau mais reste toujours contrôlable et à l'écoute, mais je l'attache quand même, par sécurité. Le gars me regarde longuement puis me dit : "Vous n'êtes pas perdue au moins ? - Non non, je vais à Aspegi ! - Aaaah, vous allez à la Méditerrannée ! " Le gars doit avoir l'habitude de croiser des HRPistes dans son champ !

Cette rencontre me fait sourire : si loin de la mer et pourtant déjà dans cette ambiance de grande traversée, où les habitués savent reconnaître ceux qui marchent longtemps. Plusieurs fois par la suite, je me rendrai moi aussi compte qu'il est facilement assez facile de différencier les marcheurs du GR de ceux de la HRP ...

7xMNBTgaq.20190815_115926.jpeg
Après les pèlerins, à la queue leu leu avec les vaches !


Mousse semble en meilleure forme, il faut dire que le ciel se découvre petit à petit, peut-être était-ce seulement à cause de la pluie ?! Je marche à présent sur la route qui mène du col d'Orgambide à la grotte d'Harpéa, car je ne descend pas sur Béhérobie. J'ai prévu de bivouaquer à Nekez Eguina, d'après le récit de Grande Loutre, ça a l'air de correspondre à mes critères de bivouac.

7xMMDNXKX.20190815_153911.jpeg


Aux cabanes de berger, je rencontre mon premier Patou de la traversée. Il faut savoir que j'ai une peur bleue de ces chiens, qui peuvent être particulièrement agressifs lorsqu'on se promène avec un chien sur leurs terres, j'aurai plusieurs histoires à raconter à ce sujet ... J'ai donc attaché Mousse, qui elle gère la rencontre comme un chef en faisant profil bas, il nous laisse donc passer sans autres formalités que d'aboyer jusqu'à ce que nous ayons disparues dans le virage, ouf ! Je m'asseois quelques instants pour me remttre de mes émotions, j'ai le palpitant à 200. Il me faut ensuite descendre à flanc vers la rivière, sur un sentier récemment éboulé, pour atteindre le pont sur Harpeko Erreka. Je m'engage quand même, je dérape, je glisse, première chûte, je jubile, haha, HRP, me voilà ! J'attendais avec impatience de quitter les pistes et sentiers trop bien marqués, nous y voilà ! En remontant vers le col d'Errozate, je croise d'ailleurs deux HRPistes, presque arrivés eux. L'un deux me lance une étrange prophétie qui me fait sourire " Quand toi aussi tu auras la barbe, c'est que tu sera presque arrivée !" Je note ce conseil dans un coin de ma tête et me jure de m'arrêter avant si la barbe commence à pousser lol .

Ca grimpe dur jusqu'au col mais je suis encore en forme, et, à nouveau, apprécie ma capacité à grimper vite et bien, droit dans l'pentu ! En haut, je ne comprend pas tout de suite qu'il me faut marcher dans le lit de la rivière, probablement que si j'avais eu un topo ça aurait été marqué dedans. S'en suit une pénible traversée à flanc sur les sentes de vaches, sur plus de trois kilomètres, avant d'arriver à Nekez Eguina. Ca me va, j'y monte la tente tout en repoussant avec l'aide de ma fidèle Mousse les tentatives d'approche des vaches locales. Je suis fatiguée, mais très contente de cette première journée un peu fun, qui correspond avec l'image que je me faisait de la HRP au pays basque !

7xMNNPaxE.20190815_171803.jpeg

7xMNR1pfE.20190816_085337.jpeg

Hors ligne

#21 15-10-2019 09:33:11

Olly
Membre
Inscription : 03-05-2019
Messages : 48

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Merci pour ce retour et tes chouettes expériences!.. Que tu raconte très bien..

Les glandes annales le matin c'est pas top lol
Comment se comporte ta chienne la nuit?

Ça veut dire quoi HRP? (Hors piste?)


Édit : ortographe...  lol

Hors ligne

#22 15-10-2019 11:17:54

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 1 929
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Haute Randonnée Pyrénéenne  smile


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#23 15-10-2019 11:53:54

martie
Membre
Inscription : 04-03-2011
Messages : 635

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

...ou Haute Route Pyrénéenne
... ou Haute Route des Pyrénées...

PS1: je ne sais pas je préfère le terme "route"...
PS2: merci Joy pour ton récit...
PS3: la HRP un must sur ce forum... j'y songerai sans doute un de ces jours (je me suis contentée du GR10!et comme je me contente des GR je me dispense de faire des retours!)

Dernière modification par martie (15-10-2019 11:59:48)

Hors ligne

#24 15-10-2019 12:34:15

Olly
Membre
Inscription : 03-05-2019
Messages : 48

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Merci  wink


Édit : ortographe...  lol

Hors ligne

#25 15-10-2019 16:57:40

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 65

Re : [Récit + liste] HRP - GR11 - GR10, la traversée avec ma chienne.

Olly a écrit :

#542195Merci pour ce retour et tes chouettes expériences!.. Que tu raconte très bien..

Les glandes annales le matin c'est pas top lol
Comment se comporte ta chienne la nuit?

Ça veut dire quoi HRP? (Hors piste?)

Merci a toi pour ton retour !
Ma chienne dort avec moi dans la tente. La nuit, elle dort ! Ceci étant dit, moi je peux dormir sur mes deux oreilles car je sais qu'elle ne dort que d'une seule : si quelqu'un ou un animal s'approche, elle grogne. Mais par contre elle n'est pas du tout du style à rester aux aguets pendant des heures ce qui me permet de dormir tranquille, elle ne protège que les abords de la tente qu'elle a très vite defini comme sa maison. J'ai répondu à la question ?

Hors ligne

Pied de page des forums