#1 04-03-2020 10:52:16

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

[Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Comme promis, un petit compte rendu sans prétention d’une balade effectuée cet hiver en Ecosse.

Jour 0 - Samedi 22 février.

Essayant d’éviter autant que possible l’avion, je passe la journée dans le bus de nuit depuis Lille vers Londres, puis train Londres Glasgow où j’arrive à midi. Durant ce trajet, bien que très mal placé dans le train bondé (dos au sens de la marche avec seulement 10 cm de fenêtre), je constate que tout est bien trempé, de nombreux champs sont inondés et pas mal de rivières sont manifestement sorties de leur lit.

Le temps de changer de gare (le train de Londres arrive à Central et celui que je dois reprendre vers le Nord part de Queen street, à 2 rues de là), première déconvenue: en raisons d’inondations, le train que je devais prendre est annulé...

7Br8wHE3s.06CB3B19-A0DE-45CA-9145-D698D2.jpeg

A la place, on me conseille d’en prendre un premier jusqu’à Stirling, puis de là un bus de remplacement jusqu’à Perth où je pourrai reprendre un autre train pour Inverness.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Au passage, je constate que la météo est très changeante: rien que dans l’heure de bus entre Stirling et Perth, on a du soleil, de la pluie, de la neige fondante, de la grêle et du vent que j’entends forcer à travers le joint de la porte du car... puis un retour du soleil.

Le dernier segment de train qui m’emporte vers Inverness travers les Cairngorms et ses noms enchanteurs (Dalwhinnie...). Le paysage est cette-fois ci tout blanc.
7Br8WXDsN.BF3D332E-A887-40A7-AF57-D0F672.jpeg

J’arrive finalement à Inverness, une heure après le car que je devais prendre vers mon lieu final de destination (Cannich). Passant en revue les quelques options disponibles, (par exemple dormir sur Inverness et partir de là le lendemain matin, en changeant mon programme, sachant que le dimanche le bus en question ne roule pas), je me décide à prendre le dernier car pour Drumnadrochit puis un taxi pour Cannich, ce qui m’allège de 33 livres...

Arrivée vers 21h15. Le gérant du camping, très sympa, habite sur place. Il m’explique qu’en cette saison les facilités sont encore limitées (pas de bar, une seule toilette,...), en plus du pod (cabane) que j’ai réservé (pour ne pas m’embêter avec la tente ce premier soir), chauffé s’il vous plait, je vois seulement une caravane et un camping car.

Après une bonne douche chaude et une repas frugal (pain irlandais et saumon à l’écossaise achetés au M&S d’Inverness en attendant le car), la nuit est excellente.


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#2 04-03-2020 10:58:23

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 4 059
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Et bien au niveau météo, ça promet !


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits désopilants publiés sur RL : la liste ici
Mes bricolages et idées saugrenues : la liste ici

Hors ligne

#3 04-03-2020 21:48:47

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 965

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Lutosa,

vas-y, on a mis l'imper/respi, tu peux commencer ton récit. Je sens que ça va être super.


(Question au modo : Serait-il possible de mettre le futur récit de Lutosa juste à coté du récit sur le désert mauritanien histoire d'aller se réchauffer quelques minutes entre deux averses et giboulées)

smile  smile  smile  smile

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#4 04-03-2020 23:24:01

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Dimanche 23 février - jour 1.

Debout à 7h30. J’observe le temps pendant que l’eau chauffe pour le petit déj (café et flocons d’avoine), il neige mais cela ne tient pas au sol.

Départ à 8h30. En quittant le village, un dernier petit coup de fil à la famille, il n’y aura plus de réseau avant mardi.

Le chemin commence par une petite route entre les dernières maisons puis devient très vite un chemin forestier. A mesure que je m’élève, le paysage blanchit, la neige de ce matin semble avoir tenu ici. Mais le soleil pointe le bout de son nez entre deux nuages, c’est très agréable.

7BrTbb2di.8F617BA5-D4B2-4E02-AD3F-CA2AF6.jpeg

7BrTbfRFY.3813C0A3-8A40-4485-B87F-784CEE.s.jpeg

7BrTblmh7.39007361-A458-476A-8AB4-527C5A.jpeg


La première partie de cette rando est sur des chemins, en forêt. Le temps est toujours très changeant, entre pluie et neige.

J’atteins la rivière Affric en fin de matinée, à proximité des dog falls. C’est ici qu’est situé un parking, et un point de départ pour des randonnées à la journée. Deux voitures seulement en ce dimanche matin, mais on devine que c’est un endroit couru, le parking est payant en saison et je suis admiratif devant l’organisation: il y a des toilettes « classiques » + une toilette sèche pour l’hiver.
On passe sur la rive sud, que je suivrai jusqu’à la fin de la journée.


7BrTbozwA.ACFD5BA0-FE94-4758-9E9C-7E5C43.jpeg


Un peu plus tard, un petit panneau attire mon attention sur la droite du chemin. Je grimpe quelques marches... première belle vue sur le Loch et première claque...


7BrTbrsUC.4BE489EA-4670-4C4E-93E7-FFD7C3.jpeg


C’est d’autant plus magique qu’avec ce temps particulièrement « versatile » ( wink Redfish), la lumière change dès que je me retourne...

Malgré la pluie et le vent, je suis bien au sec et plutôt content de mon couvre sac « avec capuche », que je teste.

7BrTbvmkf.8552DB90-4978-40E9-B9C8-CFCF34.jpeg

En principe, j’évite les couvre-sacs, mais pour l’Ecosse et en prévision d’avoir des précipitations tous les jours, j’ai fait une exception. Celle-ci a deux défauts: elle est lourde (220 grs) et ajoute une capuche supplémentaire à gérer, mais au moins elle protège efficacement le dos du sac et évite qu’il ne devienne une éponge. J’avais surtout peur qu’elle s’envole trop facilement, mais un test dans les prémices d’un tempête (on en a eu notre lot deux semaines de suite) a montré que deux pinces à linge sur la pectorale lui permettait de résister sans problème à des vents de 80 km/h.
Autre avantage, que je découvre, la housse permet de couvrir l’ensemble du sac lorsqu’il est posé, sans gêner l’accès au sac sur le flex capacitor, qui s’ouvre sur l’arrière du dessus. Au passage: de quel poids en eau peut s’imprégner le flex capacitor ? Réponse: à peine 450 grs...

Je suis content de mon choix de « couches »: le temps est hyper changeant, mais je n’ai rien du enlever de toute la journée pour le haut, ce qui est une première, j’ai juste joué sur les ouvertures et ventilations. Pour le bas, j’ai quand même du enlever puis remettre le pantalon de pluie, je sentais la transpiration poindre au soleil.

Le temps de prendre quelques photos comme il se doit, un nouveau crachin m’indique qu’il est temps de reprendre la marche...

Au fur et à mesure, les vues sur le Loch se font de plus en plus ouvertes.

7BrTbCcC2.9DE1F02A-8527-4E14-BADA-1F0B07.jpeg


Je dépasse bientôt Glen Affric Lodge, magnifique propriété, louée pour des chasses dans le glen. Il y a d’ailleurs à présent pas mal de clôtures dont je ne sais si elles sont destinées à garder les cerfs à l’intérieur d’un certain périmètre ou à les exclure de zones à reboiser ? A cet endroit, je penche plutôt pour la première hypothèse. C’est la dernière demeure habitée en permanence que je verrai avant plusieurs jours. Habitée par le personnel, pas les propriétaires, of course.


7BrTbIT12.A7C2113D-1618-45C9-AAE1-20BE8F.jpeg

J’ai à présent dépassé les 20 kms, l’après-midi s’avance, je commence tout doucement à réfléchir à mon endroit de bivouac pour ce soir.
Le terrain à proximité immédiate du chemin ne s’y prête pas vraiment: légèrement en pente, et d’une couleur brune qui ne m’inspire pas confiance. Par contre, il y a pas mal de pins en vue.


7BrTbRO7C.E1228CF0-6938-4059-A087-0D8BAC.jpeg


Je poursuis en espérant secrètement tomber par magie sur un bivouac de rêve, à savoir:
- avec vue directe sur le loch,
- un sol plat et sec,
- en dessous de pins pour être à l’abri du vent et sur un tapis d’aiguilles,
- et sans devoir sortir du chemin.

Je croise les doigts et décide d’avancer... Hélas, mon spot rêvé restera un fantasme, j’arrive au bout du loch...

Ceci dit, quand je découvre cette vue...


7BrTc4125.1F2DA66C-2ADE-4208-8CB1-B8DB86.jpeg

... ni une ni deux, ce soir je dormirai sur la plage !

(Vous ne le voyez sans doute pas sur la photo dans cette résolution, mais il y deux beaux grands cerfs en train juste à côté de la cabane).

Il ne me reste qu’un petit chemin à descendre. Je m’y engage sans crainte mais non sans coup férir. A peine quelques pas et je me retrouve par terre !

C’est un phénomène que j’ai déjà connu mais que j’avais oublié. Je marche avec des Altra Lone Peak, je les adore. Cette fois-ci j’ai des mid imperméable, mais les sensations après 25 kms sont aussi bonnes qu’avec les basses que j’utilise en été.

Mais chaque année, lorsque j’aborde la première descente un peu raide et glissante, il faut que je m’étale (littéralement, façon Dupont et Dupont, avec les jambes qui passent par une phase horizontale) deux ou trois fois avant d’avoir le réflexe de marcher en canard. Je n’y couperai pas cette fois-ci non plus.

7BrYGF7rl.02B0AEED-CB47-4591-AC42-436AE4.jpeg

J’étais sec jusque là, j’ai à présent les deux mains trempées et un pied mouillé, malgré les gants et les chaussures, l’eau étant rentrée par les brefs moments où j’étais au sol.

J’hésite un instant à installer la tente sur le sable, mais en essayant d’y planter une sardine, je me rends compte que cela n’accroche absolument pas et que le sable est gorgé d’eau. J’écarte aussi l’idée de bivouaquer sur la terrasse en bois de la cabane de chasse (bien évidemment fermée, je n’ai pu m’empêcher de vérifier), sans tente, trop exposée au vent.

Par contre, j’en profiterai pour y cuisiner au sec et en tout confort...

7BrTcgW02.5AE6BF89-A600-40D7-98D5-BB04CD.jpeg

Je ne trouve rien de sec, mais le tyvek fait son effet et me protège du sol, par contre, j’ai l’impression de m’assoir sur de la glace, bien que l’eau ne soit pas gelée donc au dessus de zéro.

Petit soirée sans encombre, la mid X se monte toujours aussi facilement et se montre royale dans cette configuration (sans moustiquaire), une cathédrale.

Et avec une vue que je place immédiatement sur la première marche de mon top 3 des mes bivouacs préférés... Le lauzanier est détroné.

7BrTce9g3.021AE024-7D84-4A95-8B4B-413782.jpeg

Bilan de cette première journée: environ 25 kms, mais sur du chemin (très) roulant (pour l’Ecosse), nature sauvage et magnifique (j’ai croisé deux personnes le matin près du parking, puis plus d’humains. Par contre, déjà pas mal de cerfs). N’étaient ces trois petites chutes sur les 100 derniers mètres qui ternissent un peu le tableau, ce serait une rando proche de la perfection.

Édit: ortho et ajouts

Dernière modification par Lutosa (04-03-2020 23:42:46)


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#5 04-03-2020 23:47:14

Redfish
Chat schizophrène...
Lieu : Marseille
Inscription : 16-11-2017
Messages : 5 457
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Miam !
smile

Lutosa a écrit :

C’est d’autant plus magique qu’avec ce temps particulièrement « versatile »

simonh14.gif

Lutosa a écrit :

C’est d’autant plus magique qu’avec ce temps particulièrement « versatile » ( wink Redfish)

Y a eut un edit là !
redface.gif

Dernière modification par Redfish (04-03-2020 23:48:36)

Hors ligne

#6 04-03-2020 23:58:10

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 641

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Salut, c'est magnifique ! Quel bonheur d'avoir un tel premier bivouac !


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Hors ligne

#7 05-03-2020 00:17:28

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Redfish a écrit :

#558948Miam !
smile

Lutosa a écrit :

C’est d’autant plus magique qu’avec ce temps particulièrement « versatile »

https://forum-images.hardware.fr/images … monh14.gif

Lutosa a écrit :

C’est d’autant plus magique qu’avec ce temps particulièrement « versatile » ( wink Redfish)

Y a eut un edit là !
https://forum-images.hardware.fr/icones/redface.gif

J’étais sûr que cela ne t’échapperai pas, donc je me suis dit, autant aller jusqu’au bout du clin d’œil smile

Pour être tout à fait clair, c’est un combat que je soutiens également ! Entre don Xichottes...

Dernière modification par Lutosa (05-03-2020 00:20:03)


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#8 05-03-2020 08:19:43

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Jour 2 - lundi 24 février

La nuit a été en demi-teinte. J’ai eu un peu froid à certains moments (valandré mirage + sol escape light en sursac).
De plus, je me suis inquiété, vers le milieu de la nuit, d’entendre des vagues alors que je n’en avais pas entendues hier-soir. Et de cogiter pendant quelques minutes: est-ce que l’eau serait en train de monter ? Serait-ce un loch qui connaît un effet de marée, comme certains fleuves côtiers ? Suis-je assez loin du bord ? Est-ce que je ne devrai pas rassembler mes affaires pour être prêt à déguerpir au cas où une vague s’inviterai dans la tente ?
Puis-je décide que je me fais sans doute trop de mouron, qu’autant essayer de dormir, on verra bien demain...
De fait, le lendemain matin en question, je constate que l’eau n’a pas monté mais au contraire plutôt baissé: j’aperçois à présent le plancher de la jetée qui était sous eaux la veille (je croyais d’ailleurs qu’il avait été démonté pour l’hiver, ayant bien vu les poteaux qui dépassaient).
Quand à l’explication des vagues, c’est simplement le sens du vent qui a changé: il s’est inversé durant la nuit.

Il fait morne et l’eau des flaques aux alentours a gelé et blanchi, mais pas de givre dans ma bouteille. J’en déduis qu’il a du faire autour de 0 degré et un ou deux sous la tente.

7BrTcvNVs.E5056120-5E34-44DB-BC63-3FCB68.jpeg

Comme la veille, je profite de la terrasse couverte de la cabane pour faire chauffer l’eau. La cabane est une construction moderne, deux marches en bois en font le tour, sur 3 côtés. Alors que je monte d’un côté et veux redescendre par un autre, je m’étale une nouvelle fois de tout mon long. Cette fois-ci, les chaussures ne sont pas en cause: la marche en question est glissante comme une patinoire, sans doute à cause du vent.
Bilan: un gros hématome à l’endroit où mon dos a heurté le coin de la marche supérieure. Il se  rappèlera à moi chaque fois que j’enfilerai le sac à dos et se fait toujours sentir au moment d’écrire ces lignes, 10 jours plus tard.
Heureusement, rien de cassé, mais je frémis à l’idée de ce qu’aurait pu provoquer une fracture du coccyx ou une blessure sérieuse à la colonne vertébrale à cet endroit, sans réseau...

Dernière petite surprise: mes gants, que j’avais déposés sous la tente hier trempés à l’extérieur et humides à l’intérieur sont à présent complètement trempés à l’intérieur ??? Je me dis sur le coup que j’ai du les laisser un peu trop près du bord de la tente, qu’avec le changement de vent, ils ont peut être pris l’eau.

C’est donc cahin caha que je me remets en route. Heureusement, le cécemel remonte le moral, ainsi que la nature toujours présente et superbe. Je vois par exemple deux magnifiques oiseaux blancs venir se poser sur le lac (des oies, des grues, ? C’est pas censé migrer quand il fait froid ces bêtes là ?).
Ainsi que, comme la veille, de magnifiques cerfs dont la ramure impressionnante se détache de la ligne de crête.

7Bsy24yyQ.BE39876D-3D52-4676-BFE8-AB874D.jpeg

7BrTcylGM.586BDB33-388A-4C60-925C-8B5315.jpeg

Par contre, contrairement à la veille, le temps n’oscille plus entre soleil et neige, mais entre gris et tout blanc. Au fur et à mesure de ma progression, il neige de plus en plus, avec beaucoup de vent, heureusement de dos.

7BrTcBlDL.6C75100E-4C6A-49BC-8048-8429BE.jpeg

Il est un peu moins de midi quand j’arrive à proximité de l’auberge de jeunesse (Alltbeithe), évidemment fermée en cette saison. Il fait cette fois tout blanc, avec une belle couche de neige partout (20 cm). Je mets un peu de temps à trouver l’abri d’urgence, qui est en fait le deuxième bâtiment à l’arrière, très accueillant (une dizaine de lits, dont deux avec matelas mais rien pour faire du feu), où je me restaure un peu.

7BrTcPpR5.9D25EE84-BC3A-4B76-804E-E38948.jpeg

Je repars ensuite vers l’ouest et Morvich, dans un environnement qui ressemble de plus en plus à une tempête de neige: le ciel est blanc, le sol est blanc, la neige poussée par le vent est blanche aussi, je distingue de moins en moins les reliefs.
Je repense à ce moment à un échange que j’avais eu sur l’utilité d’emporter un masque. Je n’en ai finalement pas pris, c’était une erreur. Heureusement, j’ai principalement le vent dans le dos, et je parviens tant bien que mal à me protéger les yeux avec mes lunettes de soleil, mais avec un vent de face, c’eut été autre chose...

7BrTcMOy0.6F0FA2D5-0927-4D30-BAD0-8E89D6.jpeg

Le chemin reste pour l’instant assez évident, mais la couche de neige qui augmente ne facilite pas la progression.

7BrTcRZ2j.20061453-2B61-4C27-9FFC-305505.jpeg

Quelques kilomètres plus loin, je devine la silouhette du Camban bothy.

7BrTcVhcr.F98FA753-80DD-4367-9F3A-9A9DDA.jpeg

Il n’est pas encore 14 h et j’ai à peine fait quelque chose comme 10 ou 12 kms, mais vu la météo, je décide assez vite de m’arrêter ici pour la journée.
Je pense que je pourrai certes « forcer » pour arriver encore à Morvich aujourd’hui en début de soirée, mais sans doute en étant exténué à cause de la neige. Mais surtout, ce qui m’embête le plus, c’est que je rentre en principe dans la partie la plus majestueuse de la balade et qu’en cet instant, je ne vois rien à plus de 100 ou 200 m.
J’estime proche de zéro la possibilité que le temps soit pire le lendemain, mais qu’au contraire il y a une chance sur deux qu’il soit plus dégagé.
J’investis donc les lieux jusqu’au lendemain.

7BrTcYk8r.9375FCAB-67D3-462E-AED0-2F307D.jpeg

L’après-midi sera notamment consacré, après la lecture du livre d’or et des infos sur l’historique  de cet abri, à essayer de faire sécher au moins un peu mes gants et les chaussettes en mérinos que je porte depuis la veille (sauf pour la nuit).
La bouilloire que j’ai emporté, ma popote habituelle me semblant trop petite et pas assez stable sur le réchaud déporté, tient très bien la chaleur. La méthode est donc la suivante: faire chauffer de l’eau mais sans la faire bouillir pour ne pas remplir la pièce de vapeur, éteindre le gaz et poser les chaussettes ou les gants sur les anses pour l’heure qui suit.
Ca marche pas mal sur les chaussettes (les gants, peine perdue) et ça occupe l’esprit...

Il continuera de neiger toute l’après-midi, mais le temps finit par se calmer en début de soirée. Mon pari est peut-être le bon... je croise les doigts pour demain.

7BrTd0Epa.E1ED7264-D752-4BE6-B52B-7DBCBE.jpeg


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#9 05-03-2020 09:06:21

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 28-10-2017
Messages : 792
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Oh que c'est beau !!

Cette région est vraiment magique, on dirait que plus la météo est dure plus c'est beau...

Vivement la suite smile


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#10 05-03-2020 09:12:57

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Quand on voit le paysage c’est quand même pas plus mal.

Mais effectivement, la météo fait partie du charme, de la magie du lieu.

Dernière modification par Lutosa (05-03-2020 09:58:04)


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#11 05-03-2020 11:45:23

gafyroots
Membre
Lieu : Bordeaux
Inscription : 10-02-2017
Messages : 997

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Merci Lutosa, c'est chouette en plein hiver, faut oser mais c'est beau! smile


Marcher, c'est retrouver son instinct primitif, sa place et sa vraie position, son équilibre mental et physique. C'est aller avec soi, sans autre recours que ses jambes et sa tête. Sans autre moteur que celui du coeur, celui du moral. J. Lanzmann

https://lighterpack.com/r/x4high

Hors ligne

#12 05-03-2020 15:04:33

Phil82
Membre
Lieu : Montauban
Inscription : 22-08-2019
Messages : 1 086

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Salut Lutosa,

Chouette voyage écossais, mais tu indiques ceci et je ne trouve pas d'infos sur un tel modèle, DIY? Tu peux en dire plus stp?

Malgré la pluie et le vent, je suis bien au sec et plutôt content de mon couvre sac « avec capuche », que je teste.

Dernière modification par Phil82 (05-03-2020 15:04:49)

Hors ligne

#13 05-03-2020 16:03:17

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

C’est un « hoody raincover », de Jack Wolfskin. Ça existait en 3 tailles, mais je crois qu’ils ne le font plus.

J’y reviendrai dans ma conclusion.


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#14 05-03-2020 16:44:47

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 2 176
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Phil82 a écrit :

#559031Salut Lutosa,

Chouette voyage écossais, mais tu indiques ceci et je ne trouve pas d'infos sur un tel modèle, DIY? Tu peux en dire plus stp?

Malgré la pluie et le vent, je suis bien au sec et plutôt content de mon couvre sac « avec capuche », que je teste.

Mystery Ranch en fait, vendu par
À..Z.N


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#15 05-03-2020 17:16:02

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

C’est le même concept, en effet mais l’exécution semble plus soignée chez Mystery Ranch. et plus spécifiquement pensée pour être compatible avec leur gamme de sac.

Le prix n’est pas le même non plus. Je crois que j’avais payé le mien une trentaine d’euros.


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#16 05-03-2020 17:48:32

Olly
Membre
Lieu : Liège
Inscription : 03-05-2019
Messages : 392
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Salut Lutosa,

En effet les paysages sont magnifiques.. dommage que tu ait glissé, tu aurais pu te faire très mal ...  hmm

Merci pour ce retour en tous cas.

Édit :

" Plus de réseau jusqu'à mardi"

Chouette me dis-je

"Je me fait très mal en glissant"

Ha ouais ça calme tout de suite...

Dernière modification par Olly (05-03-2020 17:51:35)


Lorsqu'il m'est arrivé de rencontrer un immigrant qui chancelait sous un paquet contenant tout son bien -énorme tumeur, eût-on dit, poussée sur la nuque- je l'ai pris en pitié, non pas parce que c'était cela tout son bien, mais parce qu'il avait tout cela à porter.

- Henry David Thoreau -

Hors ligne

#17 05-03-2020 18:06:40

Phil82
Membre
Lieu : Montauban
Inscription : 22-08-2019
Messages : 1 086

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Merci pour le lien Mystery Ranch, il semble y en avoir en effet de plus légers (147g) et plus basiques comme le Hoodie Pack Cover.
J'attends avec impatience de lire ton retour sur le tien Lutosa... tongue

Hors ligne

#18 05-03-2020 18:16:28

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Jour 3 - Mardi 25 février.

La nuit a été excellente. Température dans l’abri: environ 3 degrés si j’en crois ma montre accrochée au clou.

Vite un coup d’œil par la fenêtre, ouf, ca semble moins bouché qu’hier.

7Btcx1Cwb.EBE99A56-BFC6-48E2-8E0D-DEB23B.jpeg

Café, flocons d’avoine. Je replie et range consciencieusement mes affaires, en prenant tout mon temps. D’habitude j’essaye plutôt de faire au plus vite, ce matin, je profite du rituel.

Un dernier coup d’œil pour vérifier que je ne laisse rien derrière moi et me voilà parti.

Bien entendu, si les cieux sont plus cléments aujourd’hui, la couche de neige qui est tombée hier elle a bien tenu. On ne voit plus trop bien le chemin par endroit.

7BtcFf12q.10607E9A-7C2C-4705-965C-0F4FE1.jpeg

Heureusement, quelqu’un m’a fait la trace en venant à ma rencontre...

7BrTd3Gxr.D8E794D9-E7A5-43C9-99F0-043595.jpeg

J’ai bien l’impression, vu l’absence de tonte et l’endroit où il se trouve en cette saison, qu’il s’agit d’un mouton sauvage.

Cela me rappelle  novembre 2018: j’avais traversé le Vercors en suivant des traces de loup dans la neige fraîche depuis pratiquement Tiolache du milieu jusqu’à pré Perret.

Ici, il n’y a manifestement pas de loups (autres que bipèdes).

J’essuierai quand même un petit grain dans l’heure qui suit, mais il se dissipe très vite.

7BtdoD34P.FDEAB72B-5FBC-4E92-9426-8C6186.jpeg

J’arrive ensuite au verrou rocheux qui ferme la vallée, avec les magnifiques chutes de la rivière Grannda.

7BtdTFHiJ.9CE697B3-21AE-4177-9995-7DFFFE.jpeg

L’endroit est de toute beauté, la neige, l’eau, le minéral et toujours les cerfs...

7Bte1jJ2n.9BBC7A0A-1CDC-443F-8D6D-9BFA3F.jpeg

Dont un a apparemment raté une marche par ici...

7Bte4pucq.61B445DD-52DC-4420-ACF7-0C0CDA.jpeg

Au fur et à mesure que le chemin descend, la couche de neige en fait de même.

Puis je débouche dans la dernière partie de la vallée... (le Kintail).

Dont les 5 sœurs se sont drapées le buste de blanc...

7BtehpSR1.DC81D81B-32A1-43F3-AD33-6C4C0B.jpeg

Je ne peux m’empêcher d’être ému, une petite pause s’impose un peu plus bas pour profiter du spectacle.


7BtevPNmS.E8582136-1CB5-41A3-BB74-F5E1CC.jpeg

7Btey69XO.2320E1A5-11E6-45CB-ABD5-C684F4.jpeg

Ces quelques photos et ce moment représentent la quintessence de ce pourquoi je suis ici.  Ce sont bien ces associations de couleurs, du vert au brun puis au blanc que je suis venu chercher si loin de chez moi...

7BteW53zz.2CC6FD0C-E671-4B9B-A476-B059C9.jpeg

Je poursuis mon périple dans ce qui me semble être une vallée des merveilles.

7Btgnq9uR.8AD050D0-9FF5-4130-BD13-374489.jpeg

Toujours au milieu de dizaines de cerfs, mais aussi de moutons (cette fois-ci d’élevage avec passage régulier chez le coiffeur et piercings à l’oreille). Un rapace m’accueille au dessus du refuge.

C’est le retour relatif à la civilisation. Arrivé au bout du chemin, deux fermes, la bâtisse du centre Outdoor Kintail, 3 maisons.

Il est 13h environ, je m’assieds à une table de pic-nique le long de la rivière pour réfléchir à la suite de mon voyage.
Par chance, il y a du réseau et même de la 4G. Petit coup de fil à la famille pour rassurer tout le monde, en fait ils ne sont pas du tout inquiet  lol

On est mardi. Reprendre le Cape Wrath vers le sud pour rejoindre Glenfinnan me semble trop juste, je veux absolument être vendredi soir au plus tard à Fort Williams. Par contre, je suis assez tenté de continuer vers le Nord, jusque Strathcarron ou Craig (puis train vers Inverness), j’ai grosso modo 3 jours alors qu’en été c’est faisable en principe en deux.

Je consulte l’application du met office, qui annonce de sérieux avertissements de neige et de glace pour aujourd’hui et demain. Euh... la prévision pour l’endroit où je suis actuellement, c’est un froid ressenti de - 10° alors qu’il fait sans doute pas loin de 5°... je suis dehors, sans gants et sans ressentir le froid.

Du coup, je me dis qu’ils exagèrent sans doute un peu et que je n'aurai pas de soucis. En fait non, mais je suis dans le déni...

Je prends la direction des chutes de Glomach, en ayant pour objectif de bivouaquer à leur proximité. 8 kms à peine et il me reste plus de 4 heures de jours, qu’est-ce qui pourrait tourner mal ?

Une petite heure plus tard, pour la première fois depuis le début de mon périple, j’ai très chaud et il pleut à nouveau abondamment. Cette fois-ci, jouer sur les ouvertures ne suffit pas, il faut que j’enlève la polaire (sous la pluie puisqu’évidemment il n’y a rien pour s’abriter).

Puis j’entame la montée vers un plateau. Cette fois-ci, la pluie a cédé la place à la neige, qui tombe à gros flocons.

7Bthodig6.A3A221DA-64BB-43DE-88AD-7D1208.jpeg

J’attends avec impatience d’arriver en haut, mais lorsque j’y suis, je ne distingue plus du tout le chemin. Et cette fois-ci, pas de mouton pour m’indiquer la voie...  hmm

Le sol, tout blanc, le ciel, tout blanc, le vent qui envoie de la neige partout, le chemin que je ne vois pas, les reliefs complètement estompés... je me dirige à l’estime et sors le GPS tous les 100 pas, je lutte pour avancer mais je n’en mène pas large.

J’essaye de viser un des maigres points de repère que je peux trouver dans mon champ visuel, comme un rocher qui dépasse au loin, mais comme j’ai beaucoup de mal à voir vers quoi j’avance entre les deux (est-ce que ça monte, est-ce que ça descend ? Congère, trou ? ), j’ai beaucoup mal à progresser. A plusieurs reprises, la jambe s’enfonce jusqu’à la taille, la chaussure traverse l’épaisseur de neige puis atterrit dans la végétation et la flotte en dessous. Heureusement que j’ai des bâtons pour me dégager, en les mettant à plat pour m’appuyer dessus.

Pas de photo ici, j’ai d’autres priorités pour l’instant.

De manière assez étonnante, je commence à y voir mieux quand le soir est tombé.

Il est passé 18h quand j’arrive enfin au bout de ce p**** de plateau (pourtant pas bien long), je n’ai plus qu’à redescendre d’une centaine de mètres pour arriver sur la « terrasse » que je visais au bord de la rivière

7Bti8hRYD.107F62BB-0AF9-4967-8C13-3E8F89.jpeg

J’installe la tente tant bien que mal, plutôt mal que bien d’ailleurs, car je ne pense pas à bien tasser la neige sous la surface, cela fera des creux et des bosses ensuite.
Heureusement, le temps s’est calmé, il n’y a plus de vent ni de neige.

Je crains d’avoir froid cette nuit, notamment à cause du matelas (S2S ether light insulated), donc j’installe le sol bivy dans le duvet et dors avec collant en bas, 1ère couche + polaire + doudoune D4 trek 100 en haut. En fait, j’ai l’impression d’avoir presque trop chaud.

Avantage d’un réchaud super stable (kovea spider) et d’une tente immense pour une personne (X-mid), je me fais chauffer de l’eau sans problème sous la tente  et profite d’un bon cécemel, d’une soupe, d’un lyo, d’un café. Tout est prêt pour me faire une bouillotte avec la nalgène au cas où, mais ce ne sera finalement pas utile.

Bilan, j’ai un peu stressé à cause de l’expérience de manque de repères sur le plateau, mais en fait tout va bien et je m’endors sans problèmes.

Édit: ajout du reste de la journée et corrections

Dernière modification par Lutosa (06-03-2020 13:41:05)


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#19 06-03-2020 15:04:32

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Jour 4 - mercredi 26 février.

La nuit s'est passée sans encombre, mais ce matin le vent s'est clairement levé et se fait entendre. Je constate également que le volume intérieur de ma tente semble s'être réduit. Je risque un oeil à l'extérieur: il a encore pas mal neigé durant la nuit, et le vent ce matin accumule des paquets de neige sur la toile...

Je ne pratique pas le "pipi-zip-de-nuit", et je le regrette car je sens que les breuvages de la veille au soir ont terminé et attendent dans le hall de sortie. Malgré tout,  je lézarde un peu bien au chaud dans le sac, la flemme de sortir, changer de chaussettes, retirer le caleçon et mettre le pantalon, enfiler les chaussures.

Mauvaise idée.

Lorsque je me décide enfin, je constate que la pression sur ma vessie m'empêche de m'asseoir correctement et d'atteindre mes pieds. J'arrive à retirer les chaussettes, mais impossible de mettre les chaussures  mad

Finalement pressé par une urgence abolue (faut-il insister ?), je jette mon sitpad à deux mètres de la tente et sors à pieds nus (dans la neige...) pour me soulager. Evidemment, mon corps met un certain temps à comprendre le message et la miction se fait attendre.

Lorsqu'enfin je peux me retourner plus sereinement pour revenir vers la tente, je constate:

1) que j'avais laissé la porte ouverte;
2) que le vent qui s'est engouffré à l'intérieur a arraché une des sardines de coin;
3) qu'une partie de mes affaires, dont le duvet, sont en train de se couvrir d'une pellicule de neige... sad

Je refixe la sardine en question tant bien que mal (rappelez-vous qu'à ce stade je suis toujours à pieds nus) et essaye épousseter mon duvet du maximum de flocons et de replier bien vite dans sa housse, que je fourre dans le sac à dos.

Je me change enfin de manière à pouvoir sauver dans le liner tout ce qui doit et peut encore rester au sec. C'est un peu plus compliqué pour le matelas, car bien évidemment la neige y a fondu (au dessus comme en dessous), et je dois éponger chaque alvéole avec une microfibre.

Ce moment de stress passé, je me fais un cécémel, fais le tour du propriétaire et commence à explorer un peu les alentours.

7BuASm8lR.IMG_2616.jpeg


Très vite, je comprends, comme je m'en doutais, que la descente par les Falls of Glomach est à oublier. Le sentier a la réputation d'être glissant et exposé... Je ne parviens même pas à en voir le début !
Je sais qu'il faut descendre après le panneau "danger" pour voir les chutes et trouver cette trace, mais il y a tellement de neige que je n'ose même pas m'approcher du bord...

7Buz3w3yE.IMG_2619.jpeg

Ce qui ne me laisse que deux options. Soit faire demi-tour, soit remonter la rivière vers l'est sur environ un km puis bifurquer à gauche sur un autre chemin qui descend et rejoint celui que je devais prendre, vers Carnach.

Par là, le premier bothy,  Maol-bhuidhe est à environ 12 kms, le second, qui a plus chance d'avoir une réserve de bois pour faire du feu, Bendronaig Lodge,  à 19 km. A priori, un jet de pierre...  Sauf que je ne peux m'empêcher de réfléchir à ma bagarre d'hier pour arriver jusqu'ici.
Or, je constate que la grande majorité de ces 12 kms se fait à une altitude identique ou supérieure à celle où je suis actuellement. Je suppose qu'aux environs de Carnach ça va rouler, mais de là ça remonte progressivement jusqu'à 450 m avant de redescendre jusqu'à 350m au bothy. Il y a neuf chances sur dix que j'y mette la journée et que je n'atteigne pas le bothy suivant avant le lendemain. Et devoir encore galérer par la suite pour arriver soit à Craig (plus facile selon le guide, un seul col à passer) avec encore 3 ou 4 kms de route pour arriver à la gare d'Achnashellach, ou de prendre une piste moins évidente vers Strathcarron ou encore de poursuivre par une piste plus évidente jusque attadale, mais avec à nouveau quelques kms de route jusque Strathcarron, option que mon guide indique comme étant déconseillée et à réserver à des situations exceptionnelles.

Je crains en réalité deux choses: la première, devoir bivouaquer une nouvelle fois dans la neige avec un duvet dont je crains qu'il ne soit humide voire mouillé. La seconde, me battre contre la montre pour progresser dans des congères pour attraper un train.

Face à ces considérations, je décide de reprendre le chemin de la veille, la mort dans l'âme car je le vis comme un échec.

Je replie tout et essaye de retrouver mes pas de la veille, très vite effacé dès que je commence à m'élever.

J'essuie un nouveau grain dans la montée, du même acabit que la veille: vent,  de face cette-fois-ci, grésille, ...). Je suis régulièrement obligé de me retourner car ça pique le visage, malgré les lunettes de soleil et le buff remonté jusqu'au nez.

Ça se dégage arrivé au dessus. La vue est à nouveau magnifique, exceptionnelle.

7BuBy1Qpz.IMG_2621.jpeg

Je reste songeur en pensant que ces sommets, de seulement quelques centaines de mètres, auraient toute leur place dans un panorama de"géants" des Alpes...

7BuBiYIPp.IMG_2620.jpeg

coup d'oeil dans le rétro...

7BuBuuzhO.IMG_2623.jpeg
La progression est toujours lente.

Une nouveau grain que je vois clairement arriver sur moi quand j'entame la descente. Je sais que je n'y couperai pas avant d'atteindre le couvert de la forêt.


7BuBvUA8i.IMG_2625.jpeg

Celui-ci était déjà moins violent.

Arrivée sur Morvich.

7BuBQeEIL.IMG_2627.jpeg

Les cerfs sont définitivement chez eux...

7BuBUmQMb.IMG_2629.jpeg

Il est pratiquement 13h00 quand j’atteins la même table de pique nique que la veille. J'aurais mis à nouveau plus de 4 heures pour 8 malheureux kilomètres, cette fois-ci sans même devoir m'inquiéter outre mesure de l'orientation. Ca contribue à me convaincre que j'ai fait le bon choix, même si j'en garde encore un pincement au cœur.

Plus qu'a patienter pour reprendre le bus à 17h00 vers Fort william. Je croise un randonneur qui débouche du même chemin que moi la veille. C'est un étudiant français, qui est parti de Drumandochit dimanche. Il vient de découvrir la randonnée en Norvège et a choisit l'Ecosse ensuite...Il me demande si je peux lui indiquer un restaurant et/ou un endroit pour dormir.

Il a un côté très mul: je soupçonne qu'il n'a pas de tente (il a dormi dans l'écurie de Glen Affric Lodge et à l'annexe de l'auberge de jeunesse), pour ce soir s'il ne trouve rien il me dit qu'il demandera aux habitants. Comme nourriture il n'avait que des fruits secs pour 4 jours...  Pourquoi s'inquiéter ?

Nous échangeons un peu sur le parcours. Il a eu la même émotion que moi en débouchant sur la dernière partie du chemin, le Kintail et les 5 soeurs.

La liste et mon bilan ce soir...


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#20 06-03-2020 15:27:15

Serval
Carpe diem
Lieu : Paris
Inscription : 15-06-2018
Messages : 919
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Salut, merci pour ce récit. Et bravo d'avoir fait demi-tour. Ce n'est pas un échec, c'est de la lucidité. smile


Modification non justifiée = orthographe, typo, etc.

Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans les voyages que j'ai faits seul, et à pied. (J.-J. Rousseau)
L'escargot ne recule jamais. (A. Vialatte)
Trombi   |   À pied de Paris à Syracuse : (1) Liste prévisionnelle / (2) Récit + Liste

Hors ligne

#21 06-03-2020 15:35:52

Adrienne
Apprentie MULe
Lieu : Région parisienne
Inscription : 28-10-2017
Messages : 792
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Oh que c'est beau... smile
Voir ces paysages sous la neige, ça me donne une envie dingue d'y retourner en hiver !

Tu as bien fait de faire demi tour : la descente des chutes aurait été très dangereuse par ce temps, et les 2 bothies suivants étaient longs à atteindre, notamment Maol-bhuidhe, et ensuite dans mon souvenir une bonne heure de crapahutage au milieu de mottes de tourbes pour rejoindre le chemin vers Bendronaig Lodge.
Tu te serais mis dans des conditions un peu complexes, seul et pas forcément au sec.

Hâte de lire ton bilan, mais merci de nous offrir ces paysages sublimes !


Si tu n'arrives pas à penser : marche. Si tu penses trop : marche. Si tu penses mal, marche encore.
(Jean Giono)

Trombi

Hors ligne

#22 06-03-2020 15:50:47

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Merci.


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#23 06-03-2020 18:34:02

Olly
Membre
Lieu : Liège
Inscription : 03-05-2019
Messages : 392
Site Web

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Que tes proches ne s'inquiètent pas prouve l'estime qu'ils ont de toi.
cool


Lorsqu'il m'est arrivé de rencontrer un immigrant qui chancelait sous un paquet contenant tout son bien -énorme tumeur, eût-on dit, poussée sur la nuque- je l'ai pris en pitié, non pas parce que c'était cela tout son bien, mais parce qu'il avait tout cela à porter.

- Henry David Thoreau -

Hors ligne

#24 06-03-2020 21:34:14

Lutosa
Membre
Lieu : 50ieme parallèle N
Inscription : 21-11-2018
Messages : 437

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

La liste



CatégorieObjetDétailPoids (grs)
Portagesac à dosSD flexcapacitor1200
1464linernylofume30
coverJack wolfskin Hoody234
AbriDurston mid Xtoile extérieure510
784soltyvek160
sardinesswisspirhana 2*15 cm et 10*12 cms86
houssesmd pod pack28
couchageduvetvalandré mirage 3/4755
1497bivysol escape light152
matelass2s etherlight XT insulated Reg518
oreillerEaglecreeck72
vêtements nuitcalecon long mérinosD4190
1013doudouneD4290
haut mérinos MLD4180
calecon mérinos (rechange)60
chaussettes mérinos (rechange)80
chaussettes mérinos nuitbridgedale courte60
surmouffle imperD430
mitainesExtremities20
chaussonsmontane fireball + housse103
hydratationbouteille 50 claquarius30
177filtrekatadyn befree 1L60
bouteilleNalgene 1l87
cuisineréchaudkovea spider160
833bouilloires2s summit kettle180
cartouche gazcoleman extrem (-27)  (dans popote)320
tasseS2S42
cuillère15
briquet14
Sacsmd pod pack28
servietteà tout faire17
sac pour la nourritureEaglecreek pack it specer shoes30
firesteel27
électroniquefrontalepetzl34
417batterieanker 10 000 mh195
cables15
écouteursapple airpods pro56
chargeuraukey50
adaptateur UK47
sac20
diversportefeuille77
326pharmacie70
couteau suisse36
sifflet / boussole / thermo / loupe29
baume lèvre24
lunettes soleil + lunettes soir90
hygièneserviette70
325PQ + pelle + gelds zip140
dentifrice30
brosse à dents15
shampoing / gel / douche70
Total dans sac6836
sur moichaussuresaltra lone peal 4 mid RSM840
chaussettes étanchesbridgedale storm knee165
pantalonpatagonia467
couche de basepatagonia aircrew198
polairepatagonia R1 hoody pullover345
veste pluieOutdoor research foray414
guêtrestrekmates gtx courtes97
gantsExtremities furnace pro100
cache oreillesmontane29
smartphoneIphone 11 pro + coque208
pantalon pluieUltimate direction Ultra V290
bâtonsFizans voyagers500
total sur moi3453

Je n'ai pas pesé la bouffe,  mais je tourne essentiellement avec des portions individuelles et pour cette rando j'avais prévu très large:

par jour:
- un hotcemel (cecemel - ce sont des gros sachets, sans doute 30 grs pièce, mais c'est délicieux !)
- 1 sachet de flocons d'avoine multifruit (quacker oats express) - 40 grs
- un baybel (trop marre du fromage qui coule dans le sac en été, même si ici il n'y avait pas de risque, c'est une habitude que j'ai prise);
- 3 barres par jour (genre cliff ou équivalent, soit +- 170 grs)
- une soupe royco
- un lyo de 100 / 120 grs (j'aime bien la marque expeditions food).
- 3 sachets de nescafé

J'avais également : un saucisson; une boite de conserve de pain (je vois pas comment appeler cela autrement ?), un tube de lait concentré sucré et un sachet de mélanges de noix.

Le pain en conserve, c'est un truc allemand que j'avais acheté il y a quelques années (le DCL de préférence se compte en années, mais on arrivait au bout donc c'était l'occasion d'essayer). C'est une sorte de pain de seigles, en formes de cylindre et en tranches prédécoupées.
Sans doute pas beaucoup d'intérêt du point de vue nutritif, mais çà se laisse manger si on veux faire "un vrai repas" le midi ou le soir en complément de la soupe / du lyo. et hyper pratique avec le couvercle en plastique. Emporter du pain sur plusieurs jours, à fortiori dans des coins humides, c'est vite un casse-tête sinon. Ici, volume et prise de tête réduits au minimum.

Pour l'eau, évidemment pas de soucis dans cette région. Vu la quantité de cerfs et de moutons, j'ai principalement fonctionné avec la nalgène  que j je remplissais au fur et à mesure + 1 pastille micropur.

Bilan nourriture: c'était lourd... au départ, mais en définitive je devais être aux alentours de 600/700 grs par jour. Je n'ai jamais eu faim, même si je suis en déficit calorifique avec ce régime, je peux facilement le tenir 15 jours, sans doute plus.

Beaucoup de déchets d'emballage, on est d'accord et du très industriel donc pas le plus sain. faudrait que j'y travaille, par exemple pour la soupe.  Mais j'aime bien les portions individuelles pour savoir exactement ce que je dois prévoir et où j'en suis jour par jour.

Le hotcemel, en tout cas en hiver, est gravé dans le marbre pour mes prochaines sorties !

Bilan vêtements:

- les chaussures; ras. Sensations tout à fait identique aux basses aérées avec lesquelles je marche en été;

- la première couche patagonia aircrew: cher (100 €), mais c'est génial. C'est un genre de tricot à 50 % mérinos, super aéré, chaud et respirant. Je valide à 100 % pour ce genre de rando. Porté 5 jours et 5 nuits, pas d'odeur significative, jamais beaucoup transpiré. Du coup, le TSML mérinos supplémentaire prévu pour la nuit s'est avéré complément inutile, j'aurai pu faire sans.

- la polaire patagonia R1 pullover hoody. J'aime bien le zip qui descend jusqu'au nombril, la matière, la coupe  et l'absence d'odeurs également (même si elle sentait un peu à la fin, mais rien de comparable avec la D4 que j'avais avant). Les passes-pouces, c'est pas mal mais pas indispensable car s'il fait assez froid pour qu'ils soient utiles, c'est le moment de mettre des gants et la capuche m'a carrément gênée. Je préfère largement un buff. Elle sera prochainement à vendre et sans doute remplacée par sa cousine (R1 pullover tout court).

- la veste outdoor research foray: elle a fait le job. Les aérations complètes sont pas mal, un peu lourde, ne se justifie que pour une rando où elle sera plus souvent portée que dans le sac. Je suis resté au sec, et je l'ai portée tout le temps. J'ai découvert de l'humidité / condensation un jour, mais je crois que c'est à cause de la raincover hoody du sac...

- JW raincover hoody: comme expliqué, c'était un test. Comme toujours, c'est une question de compromis entre plusieurs variables, réflexion faite celui-ci ne me semble pas optimal. L'intérêt, c'est de protéger tout le sac, comme un poncho, sans avoir autant de prise au vent. Le problème, c'est que ce raincover ne se justifie pour moi que dans un environnement où elle sera plus souvent sur le sac que dans le sac. Pour rappel, c'est porter 220 grs pour s'épargner 400 à 500 grs (grand max) de flotte. Je ne la prendrai pas pour une rando dans les alpes en été, où les chances d'être trempé tous les jours pendant une semaine sont quand même minimes. Si par contre  c'est un endroit / saison où il fait très humide et venteux, elle demande obligatoirement à être complétée par une hardshell en bonne et due forme. Et dans ce cas, ça rajoute une épaisseur, une capuche, et l'ensemble perd en respirabilité et en simplicité. Je l'ai repliée le dernier jours, c'est pas plus mal finalement, je crois que je n'en servirai pas souvent, sauf peut être dans certaines conditions et alors avec une veste dont la capuche se replie dans le col.

- les gants: extremities furnace pro. Pas du tout adaptés finalement. Je cherchais des gants chauds, imperméables, respirants, avec une certaine dextérité et surtout le tactile. Les furnace pro cochaient toutes ces cases. Sauf qu'ils ont un énorme défaut: la journée, la partie en laine se gorge d'eau. Pas grave, la membrane est en dessous. Le soir, forcément, on les enlève. J'ai constaté à deux reprises que le matin, on retrouve les gants trempés de l'intérieur. Je pense que d'une manière ou d'une autre, l'humidité de la laine passe à l'intérieur. Ils restent faciles à enfiler et chauds, heureusement, mais c'est désagréable. Je vais les garder pour la ville où ils ont plus leur place (petits matins frisquets à attendre le train par exemple)

- J'ai découvert par contre que les surmoufles D4 imperméables fonctionnent pas trop mal avec le téléphone (ça répond à environ 70 % à travers le tissu très fin). Avec des mitaines, c'est un très bon combo. Je n'ai pas transpiré.

- chaussettes étanches bridgdale: je n'ai pas eu vraiment l'occasion de les essayer, seulement portées le dernier jour et pas de rivière traversée finalement. Pas convaincu, j'avais les pieds moites, et l'impression d'avoir trop chaud, tant qu'à faire, j'ai préféré les Monnet 68 % mérinos (superconfort);

- chaussons montane: superconfort. Je me souviens des soirées en chaussettes dans les cabanes du Vercors en novembre. Ici, on ne sent pas du tout le froid et on peut même sortir un peu, le pertex protège de la pluie et la semelle résiste bien à l'abrasion

-pantalon de pluie: porté 80 % du temps. En complément de petites guêtres, il m'a gardé bien au sec, notamment dans la neige malgré la friction durant des heures, ce pourquoi il n'est pas fait. Seul bémol, il manque 5 ou 10 cm d'ouverture pour pouvoir l'enfiler ou le retirer facilement avec les chaussures au pied.

bilan matériel:
- la tente: parfaite, presque trop grande, bonne résistance au vent et c'est de loin la tente la plus facile à monter que je connaisse.
- sardines swiss pirahna; très légères, couleur facile à retrouver. Pour un terrain comme l'écosse, j'aurai peut être quand même pu prendre le modèle 15 cm pour les 4 coins de la tente (en plus des tendeurs) plutôt que les 12 cms, je n'aurai sans doute pas eu le problème du dernier matin.

- réchaud + bouilloire: supercontent, ça change la vie d'avoir quelque chose de très stable, beaucoup plus sûr qu'un réchaud droit et une petite popotte tout en hauteur (qu'il m'est déjà arrivé de voir se renverser par conditions venteuses). La bouilloire de 1,3 l garde l'eau chaude très longtemps avec ses parois en silicone, ce qui est appréciable. 340 grs au total hélas, (au lieu de 150 habituellement) mais pour l'hiver, je vais garder l'ensemble.

- sdc valandré mirage 3/4: a résisté mieux que je ne le pensais à l'humidité (j'ai constaté quand je l'ai ouvert le dernier soir qu'il avait encore tout son gonflant, malgré l'épisode matinal).
- matelas S2S ether light insulated. J'avais des craintes, mais j'ai eu bien chaud lorsqu'il faisait le plus froid. donc finalement pas si catastrophique.

- portage: toujours satisfait du flexcapacitor, dont les 60 l étaient remplis au départ. J'ai eu mal aux épaules à la fin du premier jour, peut être à cause du poids avec le max de nourriture et/ou du manque d'entrainement, mais je ne l'ai plus senti par la suite. J'utilise pas mal de petits contenants pour m'organiser (SMD pods par exemple), encore une centaine de grammes en plus, mais je ne me vois pas m'en séparer, je trouve cela tellement plus facile de pouvoir trouver ce que je cherche en 10 secondes.

Bilan personnel:

- si j'avais eu une boule de cristal, j'aurais emporté des raquettes et cela aurait été une tout autre rando (mais cela ne m'avait même pas effleuré...). Mais bon, tant de choses seraient différentes avec une boule de cristal. Par contre, j'avais hésité, mais j'ai regretté de ne pas avoir pris de masque.

- tout ne s'est pas déroulé comme prévu, mais je suis content de l'avoir fait: c'était une bonne expérience, qui m'a permis de mieux me connaitre, mes limites, les points à améliorer.  Par exemple, il faut impérativement que j'apprenne à maîtriser la technique du "zip pipi de nuit". lol Mais globalement, j'ai l'impression d'y avoir gagné en compétences 'hivernales". Je sais par exemple à présent que mon duvet résiste mieux à l'humidité que je ne le pensais. A refaire, cela pourrait m'inciter à continuer là où je m'étais arrêté.

- l'Ecosse reste définitivement quelque chose de spécial, un endroit où tout est possible, notamment en matière de météo wink J'y retournerai sans doute, je n'ai pas encore goûté à la traversée de rivières en crues lol

Merci et chapeau à ceux qui ont tout lu wink

Edit 1: précision bouffe

Dernière modification par Lutosa (06-03-2020 21:35:18)


« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n'y a plus rien à ajouter mais quand il n'y a plus rien à retrancher » Saint-Exupéry

"Sutor, ne supra crepidam"

Hors ligne

#25 07-03-2020 00:39:32

Phil82
Membre
Lieu : Montauban
Inscription : 22-08-2019
Messages : 1 086

Re : [Récit + liste] Affric Kintail Way en hiver

Merci pour ces retours intéressants. smile
Pourquoi tu n'utilises pas tout simplement un mini stylet tactile?

Hors ligne

Pied de page des forums