#1 30-04-2021 11:08:57

Eric le rouge
AnthropoMUL[ET]
Inscription : 13-04-2018
Messages : 722

[Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Avec beaucoup de retard (ouuuuuuuhhh), je prends la plume pour faire un retour sur une petite ascension mulesque avec mon fiston l’été dernier. Olalah, c’est encore bien bavard pour une seule sortie de deux jours ! Heureusement que les vrais randonneurs au long cours sont plus concis…

Un peu de route aujourd’hui pour filer dans la Vanoise : les prévisions météos sont bonnes (après une perturbation qui devrait avoir blanchi les cimes), et nous voilà partis avec mon P’tit Gaby pour un nouveau passage MUL-express vers un gros objectif pour ses petites jambes : l’Aiguille de la Grande Sassière, 3 747 m, connue maintenant (réchauffement climatique oblige) comme la plus haute randonnée de France (après avoir été pendant longtemps une course d’alpinisme facile).
A défaut d’avoir pu expérimenter et partager cet été notre première itinérance un peu longue pour cause de météo capricieuse (cf. https://www.randonner-leger.org/forum/v … ?id=38388), on a troqué la durée pour l’altitude avec un trip quand même bien alpin. Il faudra encore attendre pour déambuler 5-6 jours en autonomie. L’idée est d’expérimenter tranquillement l’altitude avec un bivouac altier à plus de 3 000, le possible sommet n’étant qu’une cerise sur un gâteau poudré de sucre glace. J’ai épluché quelques retours d’ascensions sur le net pour cerner la bête : couper la montée sur deux jours semble tranquille, mon seul doute concerne la possibilité de se ravitailler en haut en eau (contrepèterie ultime). Le cheminement sur une longue échine rocailleuse est plutôt synonyme d’univers aride. Mais une paire de retours évoquent des ruisselets de fonte du glacier accessibles. Ce n’est pas clair, et j’opte pour un supplément d’alcool (à brûler ! Je ne vais pas assommer à coup de rhum mon fiston) pour faire fondre de la neige si besoin.

La remontée vers Tignes réveille les souvenirs des vacances dans ce coin il y a une paire d’années (alors synonyme de simples sorties d’escalade ou randonnées à la journée pour mon fils), trajet un peu paradoxal qui alterne paysages superbes et zones bétonnées ou industrielles de la Tarantaise.

On laisse la route de Tignes (et un auto-stoppeur malheureux qui vient de scratcher la voiture de sa femme à la veille des vacances – et qui nous a confirmé qu’il avait pas mal neigé la veille, et que le mélange fonte puis froid pouvait donner là-haut des patinoires bien dangereuses. Merci des infos… et je ne regrette pas d’avoir glissé crampons UL et piolet au cas où) franchir à droite le barrage pour remonter rive droite le Lac de Chevril sous les ponts de béton, dont on s’échappe rapidement pour remonter en lacets serrés par la petite route du Villaret du Nial jusqu’au parking du Saut (2 280m à l’étalonnage de l’altimètre). Le changement d’ambiance est rapide : même si à l’arrivée vers 13h le parking est bien plein (heureusement, la majorité des gens viennent simplement chercher la fraîcheur du lac du Saut et des sentes alentours), l’environnement a déjà basculé dans le dégradé vert-orange des prairies d’été, le gris enluminé de rouille de grands éboulis et le chant du torrent qui s’échappe du lac de la Sassière qui nous surplombe légèrement. Au-dessus de nous se dressent les flancs toboggan de la Grande Sassière, qui offrent l’échelonnement de l’herbe qui se décharne en terre ravinée se redressant en falaises à cette heure encore blanchies de sucre glacé.

7MieyWwOr.IMG_20200805_141134.jpeg

7Miez0iaN.IMG_20200805_141928.jpeg

C'est parti

Pas de balisage ici, mais guère de doute pour le départ : une trace tranche littéralement l’herbe et la terre. Il ne faut guère de temps pour que la pente se redresse. Le chemin serpente puis contourne par un long détour les parois qui nous dominent. En contrebas, le lac de Tignes miroite le soleil éclatant. On mange doucement le dénivelé, et nous voilà bientôt dans un univers minéral de lauzes austères.

7Miez4ohb.IMG_20200805_153216.jpeg

2 strates, 2 ambiances

7Miez7wrq.IMG_20200805_170851.jpeg

Il y a un peu de monde sur le chemin, plutôt dans le sens de la descente (quelques traileurs font leurs gammes à la montée). P’tit Gaby est encouragé ponctuellement par les adultes pour certains assez fatigués. On discute avec un grand-père assez marrant, qui nous annonce en souriant venir toutes les semaines monter à la Grande Sassière. Nulle forfanterie : je suis sûr qu’il s’agit du célèbre Chamois-man, un retraité qui, suite à la morsure d’un rupicrapin radioactif, a développé une force et une agilité extraordinaire lui permettant d’adhérer aux parois et bondir dans les pentes sans effort. Avec les intonations du vieux sage, il regarde Gaby dans les yeux : « Petit d’homme, persévérant tu devras être dans la pente. Lentement tu monteras. Profondément tu respireras. Ton voyage ne fait que commencer, et il sera éprouvant ». Et oh ! Ce n’est pas parce qu’on est un super(old)man qu’il faut casser le moral des vulgum pecus des montagnes !
En fin connaisseur du terroir, il me conseille de ne pas m’arrêter sur les premiers bivouacs qui sont visibles sur l’arête avant le glacier car trop exposés aux vents, mais de chercher en contrebas d’un grand bloc des zones bien mieux protégées. Puis, guilleret, il nous dit « A demain matin, je vous amènerai les croissants au petit déjeuner » et se jette dans le vide pour disparaître en quelques cabrioles arrogantes.

On évite par la gauche une trace directe qui ferait faire un peu d’escalade scabreuse sur une échine assez compacte. La trace louvoie entre blocs et pentes assez raides pour rejoindre l’arête au niveau d’un long replat. On a passé la cote 3 000, et le paysage qui se dévoile est déjà magnifique. A cette distance, les aménagements de Tignes se fondent dans le modelé du massif de la Vanoise. Le bien mal nommé Mont Pourri trône au premier plan. Avec Gaby, on retrace de l’œil et du doigt des balades à la journée faites sous ses flancs il y a quelques années (pour aller voir son premier glacier à l’époque !). De l’autre côté, le panorama est aussi beau, et la pyramide sommitale de la Sassière est assez impressionnante de raideur vue sous cet angle.

7Miezbib0.IMG_20200805_174825.jpeg

7Miezet7a.IMG_20200805_175008.jpeg

On laisse un premier muret de bivouac pour pousser jusqu’au pied d’un ressaut vers 3 100. Une grande zone plane et des aménagements de bivouac nous tentent, mais nous descendons dans les pentes à droite pour trouver effectivement un super emplacement de bivouac sous une petite falaise. Merci Chamois-man !

7MiezhLr2.IMG_20200805_180141.jpeg

La surface disponible est juste à la taille de notre abri deux places… Et de faire il ne va pas être facile de tendre la toile entre sol rétif et difficultés à tirer les cordelettes. Je ne gagnerai pas aujourd’hui mon diplôme de monteur d’abri. Mais ce n’est pas grave car nous sommes seuls et personne ne pourra se moquer de moi (penser à ne pas publier sur RL de photo de ce montage honteux). Surtout, on est très abrité et protégé d’un possible vent…

7Miezlt1X.IMG_20200805_182757.jpeg
Heureusement que les vrais MUL ne vont pas voir ce montage indigne

7MiezAwNH.IMG_20200805_191635.jpeg

Bon, par contre les témoignages qui parlaient d’eau dans les parages étaient chimériques. Le seul écoulement de fonte du glacier sommital est loiiiiin en contrebas. Plutôt que perdre 1,4l de sueur pour remonter 2l d’eau (version montagnarde du problème de la baignoire qui fuit : combien de voyage un anthropomul(et) doit faire pour récupérer 2,5 litres), j’opte pour l’option « fonte de neige » en sortant le grand jeu :
-    technique du sorbet (enfoncer de la neige dans les bouteilles à moitié remplie, les enrober dans un t-shirt noir, laisser dissoudre au soleil)
-    technique de la chauffe (faire une réserve de neige propre – bien content de m’être alourdi d’un sac plastique, mettre un fond d’eau dans la popote, ajouter petit à petit de la neige sans jamais qu’elle soit majoritaire, répéter l’opération autant que nécessaire, déguster).
D’habitude je fais cela au gaz : je suis assez bluffé de l’efficacité de notre petit réchaud alcool (mais les conditions sont sereines : en temps plus froid/humide/venteux, un réchaud à gaz serait plus sûr).

7MiezpMdL.IMG_20200805_184613.jpeg

7MiezEB6r.IMG_20200805_194958.jpeg

7MiezHYqm.IMG_20200805_195250.jpeg

Il est tôt, et nous pouvons profiter sereinement de ce bivouac magnifique. Moment magique un peu suspendu partagé avec mon fiston. On grignote quelques graines. Lézardons au soleil déclinant. Écoutons la musique du silence (dont une magnifique version de 4’33’’ de John Cage). Rinçons nos yeux d’un panorama renouvelé imperceptiblement par le jeu des ombres et flamboiements du soleil déclinant.
Un petit rongeur vient même nous saluer (mais comment est-il arrivé ici ??).

7MiezLEQp.IMG_20200805_203231.jpeg

Avec la fraicheur vient un dîner express puis Gaby plonge dans son duvet et la lecture… Soudain quelques voix : je sors et découvre irrité un groupe de jeunes randonneurs qui arrivent tardivement pour bivouaquer. Mais qu’est-ce que ces estrangés viennent faire là ! On était bien tranquille, seuls au monde… En plus ils sont bruyants, moches, mal élevés… Et puis ils ont des gros sacs bien lourds même pas optimisés. Et puis… Une petite voix intérieure me dit me calmer et me diagnostique une crise aiguë d’exclusivisme (version randonneuse de l’avarice), un des péchés capitaux du bivouaqueur. C’est un fameux complexe du touriste : aller où d’autres vont, mais vouloir y être seul ! (sur ce sujet, je me permets de faire la publicité de l’excellent essai vivifiant de mon collègue Jean-Didier Urbain : L’idiot du voyage chez Payot-Rivages)

7MiezPcMy.IMG_20200805_205518.jpeg

"Les envahisseurs : ces êtres étranges venus d'une autre planète. Leur destination : la Terre Ton bivouac"

En fait le groupe est très sympa. On papote un peu. Certains viennent juste dormir ici, et quelques membres motivés et en forme partiront demain matin sur le sommet.

La nuit est fraiche mais tranquille. Un peu de vent qui ne nous embête pas. L’abri mollasson ne nous est pas tombé dessus. Je me réveille assez tôt et entend quelques voisins partir à la frontale. Vu les températures, et le fait que là-haut tout doit être bien gelé, j’ai opté pour un départ plus tardif. Je somnole jusqu’au réveil de mon fils. Il a dormi comme un loir. Aucun souci avec l’altitude : je suis épaté.

7MiezS1ns.IMG_20200806_065557.jpeg

Vite le dudu, il fait un peu frais

Petit déjeuner dans le duvet/quilt. Au démontage, se confirme qu’il fait encore bien froid. Un premier faux-départ : la trace est complètement à l’ombre et Gaby est gelé. On redescend un peu se poser au soleil levant, et attendre tranquillement que la lumière rattrape le cheminement. Mon fils n’arrive pas à se réchauffer les mains : je lui ajoute mes gants par-dessus les siens.

7MiezW0nx.IMG_20200806_081238.jpeg

Trop froid, trop tôt #modediesel

7MiezYX6Y.IMG_20200806_081248.jpeg

7MieA8Vum.IMG_20200806_083604.jpeg

Cette fois c’est la bonne. Le chemin remonte bien droit un premier ressaut en se glissant entre les barres. Un passage final oblige à quelques pas d’escalade faciles et on débouche sur le glacier de la Grande Sassière que l’on va longer sur sa rive gauche. On suit à un rythme tranquillou (l’altitude se fait un peu sentir, mais le fiston est ragaillardi par le soleil) la longue arête en replat qui surplombe à droite les pentes détritiques qui plongent sur le val du lac du Saut. On comme à être rattrapé par des coureurs et marcheurs vifs partis très tôt ce matin du parking.

7MieAiBPv.IMG_20200806_085326.jpeg

7MieArQFS.IMG_20200806_085755.jpeg

7MieAw8p3.IMG_20200806_094210.jpeg

Nous arrivons au pied du dernier bastion, l’ascension de l’Aiguille proprement dite. Il reste 400m de dénivelé, entre ombre et lumière, et avec un vent qui forcit (pentes et masses d’air ensoleillées créent ici des thermiques puissantes) on remet toutes les couches.

7MieAIVHb.IMG_20200806_101306.jpeg

La neige a presque complètement fondu les jours précédents, mais les ruissellements sont gelés, verglaçant de nombreuses sections de la trace qui monte en zigzag serré dans la pente schisteuse bien raide (quelques sections à 35°). Il n’est pas nécessaire de sortir les crampons ni le piolet, mais c’est un terrain limite où les conditions peuvent vite les rendre nécessaire. Je n’ai aucun regret de les avoir emportés. A la montée, je ne sors pas non plus la corde : Gaby a un pied bien assuré, il est très attentif à jouer avec les passages gelés, et je me place juste derrière lui dès qu’il y a le moindre doute. Le souffle du vent forcit, le nôtre s’accélère dans l’effort et l’altitude.

7MieAM43J.IMG_20200806_102614.jpeg

Reprendre son souffle

A petit pas, on grignote le dénivelé. Mais c’est difficile pour mon fiston, d’autant plus que l’on est doublé par quelques adultes à grandes jambes : ils ont beau encourager le p’tit montagnard, ça lui casse un peu le moral. Moment de doute. On mange une barre et on repart lentement… Coup d’œil à l’alti… Il reste 150m. … … … 130m… … 110m… … C’est bizarre me dit mon fils, « le sommet à l’air proche ». Mais je sais que la vision est trompeuse et le désillusionne. On croise alors un randonneur qui félicite Gaby d’être quasi arrivé. Visage radieux : « Alors, tu vois ! ». J’avais oublié d’étalonner mon alti ce matin, et je suis presque 100m sous l’altitude. Ouf, c’est mieux dans ce sens.
Cela donne des ailes à mon fils qui s’envole vers le sommet, où l’on retrouve les randonneurs croisés auparavant, une vierge verte de gris accueillante et un panorama à 360° époustouflant.

7MieAQfXd.IMG_20200806_102911.jpeg

Bravo P’tit Gaby ! On se prend dans les bras. 3 747m : Il rayonne d’avoir réussi ce défi et fait voler son précédent record d’altitude (sur les flancs du Goléon). Il a surtout atteint un magnifique belvédère. Tour d’horizon vertigineux des sommets entre France, Italie et Suisse : Queyras et Viso, Écrins et Pelvoux, Grande Casse, Vanoise, Beaufortain, Mont Blanc versant sauvage, Grand Paradis, Cervin (« Mais si, tu vois, le Toblerone »), Mont Rose… N’en jetez plus !

7MieATHaV.IMG_20200806_103512.jpeg

7MieAWugL.IMG_20200806_105055.jpeg

Après une longue pause bien méritée, il est temps de redescendre. Cette fois, baudrier pour mon p’tit loup : je sors la corde pour l’assurer en mouvement. A la descente, avec la fatigue, je préfère éviter un déséquilibre et une glissade qui serait bien dangereuse sur ce terrain. On croise de plus en plus de monde : c’est maintenant une foule bigarrée qui se déploie sur ce fil : traileurs en collant-pipette, cafistes en grosses de cuir, randonneurs dilettantes un peu égarés et même deux VTTistes allumés (d’accord, pas sur le dernier ressaut, mais le reste de la descente sans quasi porter : chapeau)…

7MieB0EpC.IMG_20200806_114851.jpeg

7MieB4gMQ.IMG_20200806_125121.jpeg

Ça souffle et ça ahane à la montée, et c’est plus tranquille pour nous à la descente. On prend notre temps. Profitons des lieux. On s’arrête manger au soleil toujours à 3 000.

A un moment, on recroise Chamois-man : il n’a pas menti sur son retour, mais il a oublié les croissants. Il félicite Gaby et repart prestement à la montée.
Avec la fatigue et le terrain un peu cassant, la descente paraît bien longue… Encore un faux plat, encore un mur, encore un contournement… Bientôt on retrouve les pentes herbeuses qui plongent vers le parking et ses foules.

7MieB71m5.IMG_20200806_155817.jpeg

On n'est pas fatigué!


Tandis que l’on se déchausse dans la chaleur estivale, mon fils regarde l’Aiguille et retrace des yeux la bambée du jour. « Tu sais, c’était chouette comme sortie. Mais bon, maintenant que je suis allé si haut, la prochaine fois j’aimerai bien une balade plus tranquille. Tu sais, comme pour le Lubéron, pas de grand sommet, pas de grand froid ».

"Promis", dis-je…

... Quoi, j’avais croisé les doigts de pied ?! C’est pas très joli cela.
… Mais il y a tant de belles montagnes à gravir et partager.

Hors ligne

#2 30-04-2021 11:38:41

Joy Supertramp
MiMulette
Inscription : 25-03-2019
Messages : 1 575
Site Web

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

smile

C'est drôlement joli par chez vous, et puis il a la forme le p'tit Gaby ! Bravo a vous deux, ça donne envie ! Du coup l'altitude ne vous a pas posé plus de problèmes que ça ?


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Liste montagne été top confort

Hors ligne

#3 30-04-2021 11:59:50

Eric le rouge
AnthropoMUL[ET]
Inscription : 13-04-2018
Messages : 722

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Merci Joy... L'herbe est-elle toujours plus verte (fluo) chez les voisins ? Parce que je me dis la même chose avec vos beaux récits pyrénéens et ariégeois  lol

Pour l'altitude, cela a été une bonne surprise... J'ai la chance perso d'y être peu sensible (cela ne m'a pas empêché plus jeune de faire un MAM en expé), mais c'est toujours un point de vigilance, en particulier avec un jeune qui découvre l'altitude.
Ces dernières années, on y est allé quand même par étape (presque 3000, 3000, un peu >3000), avec des bivouacs à 2400 max. Mon fils n'a jamais eu mal à la tête ou autres symptômes.
Là, c'était un gros cran au-dessus, donc j'étais très attentif à son état et ses sensations. Et au moindre doute, faire demi-tour (idem pour la nuit : si coup de calgon pendant la nuit, le terrain de la première partie permettait si besoin de repartir et perdre de l'altitude assez aisément).
Mais RAS, à part le souffle un peu plus court pour mon fils, mais rien que de bien normal à ces altitudes.
Donc c'est cool  cool (je dis cela parce que j'ai des amis qui sont très sensibles à l'altitude, et c'est pas la même !)

Hors ligne

#4 30-04-2021 12:32:04

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 2 368
Site Web

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Merci du partage de cette expérience familiale , à quand le premier 4000 m  wink


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#5 30-04-2021 12:49:56

vef
Membre
Inscription : 07-10-2020
Messages : 30

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Merci pour le partage et les zolis photos smile

Hors ligne

#6 30-04-2021 13:01:42

reno 08
Membre
Inscription : 11-11-2008
Messages : 719

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Épatant très ! Bravo tous deux . Voilà qui ressemble à la naissance d'une vocation à aller plus haut encore .
À quelle période au juste y êtes - vous allés ?
Histoire d'aller y faire un tour à l' occasion itou en mode rando - idéal pour préparer le ' plus haut ' justement .

Hors ligne

#7 30-04-2021 13:25:29

Joy Supertramp
MiMulette
Inscription : 25-03-2019
Messages : 1 575
Site Web

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Eric le rouge a écrit :

#609915Merci Joy... L'herbe est-elle toujours plus verte (fluo) chez les voisins ? Parce que je me dis la même chose avec vos beaux récits pyrénéens et ariégeois  lol

Pour l'altitude, cela a été une bonne surprise... J'ai la chance perso d'y être peu sensible (cela ne m'a pas empêché plus jeune de faire un MAM en expé), mais c'est toujours un point de vigilance, en particulier avec un jeune qui découvre l'altitude.
Ces dernières années, on y est allé quand même par étape (presque 3000, 3000, un peu >3000), avec des bivouacs à 2400 max. Mon fils n'a jamais eu mal à la tête ou autres symptômes.
Là, c'était un gros cran au-dessus, donc j'étais très attentif à son état et ses sensations. Et au moindre doute, faire demi-tour (idem pour la nuit : si coup de calgon pendant la nuit, le terrain de la première partie permettait si besoin de repartir et perdre de l'altitude assez aisément).
Mais RAS, à part le souffle un peu plus court pour mon fils, mais rien que de bien normal à ces altitudes.
Donc c'est cool  cool (je dis cela parce que j'ai des amis qui sont très sensibles à l'altitude, et c'est pas la même !)

Tant mieux ! Et oui, vous ête chanceux, moi j'y suis assez sensible, parfois dès 2000m  sad


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Liste montagne été top confort

Hors ligne

#8 30-04-2021 13:37:12

divad
Membre
Lieu : 14
Inscription : 30-07-2018
Messages : 444

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Je ne sais pas si il s'en rend compte mais le petit Gaby a vraiment beaucoup de chance! Une belle idée de rando que je garde dans un coin de la tête. Est-ce que c'est une destination très prisée ou faut-il plutôt s'attendre à une affluence modérée?

Merci

D

Hors ligne

#9 30-04-2021 14:01:30

Eric le rouge
AnthropoMUL[ET]
Inscription : 13-04-2018
Messages : 722

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Merci pour le passage et les petits mots : je sais que Gaby va les lire avec plaisir. smile

@Magne2 : Pour le 1er 4 Ø00 on va attendre un petit peu. big_smile On change de terrain, et là, il va falloir redescendre en altitude pour prendre le temps de doucement apprivoiser les glaciers, les pentes de neige, les crabes, tout ça.

Après, comme l'écrit Reno08, il y a des envies à aller regarder un peu ces terrains (et pour l'instant un peu moins le rocher haute montagne). Ce qui compte surtout, c'est le plaisir (et la magie des lieux).

On était début août, et c'est généralement bien sec (malheureusement, on sait pourquoi). Il faut quand même faire attention aux possibles chutes de neige, et au verglas-glace vu qu'on est assez haut (et qu'il y a du vent).
Tôt en saison, ce n'est pas la même histoire.

@divad : j'avais eu écho qu'il y avait du monde, mais j'ai été étonné de la densité. Il faut dire que c'est tentant : un peu plus de 1 500D+ pour arriver si haut (c'était d'ailleurs le jeu avec mon fiston), sans terrain technique (mais il faut quand même faire gaffe aux conditions).
Du coup, je trouve que notre option en deux temps permet d'être à contretemps : monter l'après-midi, bivouac super sympa, décollage tôt (avant le gros des troupes) et redescente dans la foulée...

@Joy : alors là, je compatis, parce que cela rend désagréable la fréquentation des hauts lieux yikes

Hors ligne

#10 30-04-2021 14:09:25

Stéphane_33
Membre
Lieu : Bordeaux
Inscription : 05-12-2018
Messages : 589

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Bonjour,
Quel bivouac magnifique ! Une belle expérience pour vous 2 smile
Stéphane.

Hors ligne

#11 30-04-2021 14:21:06

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017
Messages : 88

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Merci Eric pour le récit et bravo à Gaby !

Eric le Rouge a écrit :

Pour l'altitude, cela a été une bonne surprise

Pour info, si ça intéresse : les enfants ne sont pas plus sujets au MAM (Mal Aigu des Montagnes lié à l’hypoxie d'altitude) que les adultes (source médicale + expérience perso) : ils peuvent donc en souffrir. En revanche, ils se refroidissent plus vite et plus on monte, plus il fait froid...

Hors ligne

#12 30-04-2021 16:59:45

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 1 536

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Et tu nous avais caché ça depuis 6 mois . Bravo gaby. Good job !


Profil / trombi ici

Hors ligne

#13 30-04-2021 21:35:34

Cat 09
Membre
Inscription : 04-03-2020
Messages : 298

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Joli tour ! Voilà un père et son fils qui ne semblent pas malheureux. Un grand bravo au fiston !

Hors ligne

#14 01-05-2021 00:15:54

einganien
Membre
Lieu : Marseille
Inscription : 30-12-2015
Messages : 2 283
Site Web

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Aaaaah ! ça fait longtemps que je lorgne sur la grande Sassière;
Je sais que depuis le réchauffement climatique, le glacier d'en haut a fondu pour laisser un passage aux randonneurs.
Comme tu l'as écrit, il parait que c'est le plus haut sommet qu'un randonneur peut atteindre sans équipement.
Il parait aussi qu'il ne faut pas partir trop tôt pour arriver au sommet vers midi, soit après le gel.

Sinon, bravo au fiston, il m'a bluffé !! smile

Hors ligne

#15 01-05-2021 13:35:07

Eric le rouge
AnthropoMUL[ET]
Inscription : 13-04-2018
Messages : 722

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Merci à toutes et tous pour les commentaires. (plus si) P'tit Gaby lit vos retours avec délectation big_smile

@Azerty : il m'aura fallu une petite insomnie matinale pour prendre le temps de concocter ce retour... 6 mois, c'est pas joli joli quand même lol

@Pogo : Il faut en effet bien rappeler que les enfants et les jeunes sont tout à fait sensibles à l'altitude et exposés au mal aigu des montagnes. Il faut donc bien être attentif (sans être parano) avec ses loulous en montagne.

@Einganien : C'est un très beau belvédère. Tant qu'à faire le déplacement, il y a plein de jolis sommets et traversées dans les parages (éviter juste les domaines skiables, comme on l'a vu dans la traversée des Alpes d'Hervé27).

Hors ligne

#16 01-05-2021 13:51:54

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 1 536

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Pourquoi pas bientôt une sortie MUL avec tous les enfants ?


Profil / trombi ici

Hors ligne

#17 01-05-2021 13:54:01

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 5 344
Site Web

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Coucou Eric,
je voudrais bien me faire piquer par un rupicrapa radioactif moi aussi !

"Trop froid, trop tôt #modediesel"
Tu n'as jamais eu de problème avec la DDAAS ? En plus, il le dit lui-même "la prochaine fois une balade plus tranquille", le pauvre.
Bourreau d'enfant.

Moi je vous aurais bien accompagné mais juste sur la partie herbeuse  big_smile

En tous cas, chouette connivence père-fils. Merci pour le partage.

Dernière modification par tolliv (01-05-2021 13:54:52)


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits désopilants publiés sur RL : la liste ici
Mes bricolages et idées saugrenues : la liste ici

Hors ligne

#18 02-05-2021 09:32:42

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 484

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Salut Eric et Gaby,

Merci pour ce récit, un chouette bivouac (je passe sur le montage de l'abri big_smile) et bien beau panorama au sommet, bravo  cool

"Une petite voix intérieure me dit me calmer et me diagnostique une crise aiguë d’exclusivisme (version randonneuse de l’avarice), un des péchés capitaux du bivouaqueur. C’est un fameux complexe du touriste : aller où d’autres vont, mais vouloir y être seul !
Et oui, souvent le bivouaqueur n'est pas partageur  big_smile
Faudra que je jette un œil sur l'essai  "L’idiot du voyage chez Payot-Rivages", sûrement plein de vérité wink

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#19 05-05-2021 13:22:23

Eric le rouge
AnthropoMUL[ET]
Inscription : 13-04-2018
Messages : 722

Re : [Récit + liste] Bambée sévère à la Grande Sassière (5-6/8/2020)

Merci pour les petits mots.

@Azerty : c'est une chouette idée une sortie avec kids ! Bon la difficulté sera de trouver un terrain pour se rapprocher parce qu'à lire les quelques récits avec progéniture, on est bien aux quatre coins de la France  hmm

@Tolliv : Non, pas dénoncer ! Pas dénoncer !
Vous savez comme c'est, les enfants maltraités (j'avais partagé une preuve sur mon trombi: https://www.randonner-leger.org/forum/v … 4#p529714) reproduisent souvent avec leur progéniture.
Même en restant dans les alpages, ce serait un plaisir pour Gaby et moi de partager un bout de chemin  tongue

@Florencia : L'essai de Jean-Didier est très vivifiant, et il aide à prendre du recul avec humour sur nos propres travers... Si tu le lis, n'hésite pas à me partager ton avis  smile

Hors ligne

Pied de page des forums