#1 08-07-2021 16:50:28

Road Tripeur
Plus MUL que babouche
Inscription : 04-07-2014
Messages : 450

[Couture] Tuto sursac imperméable et respirant-300g (sisi)

Bon, étant donné que j'ai pas de récit épique faisant gloire à la randonnée légère je partage mon dernier "bricolage" : un sursac se voulant imperméable, respirant et qui si possible ne soit pas du consommable.

Utilisation prévue
Voyage, principalement en autostop, avec une dominante randonnée mais pas uniquement. Bivouac un peu partout, où j’ai envie et régulièrement où je peux, de petite gelée à 20-25°C la nuit et présence de fils de ***** de moustiques. Climats variés sans être extrêmes et destinations exactes rarement planifiées.
Base de mon système d’abri et complémenté par une toile plate 1,5x3m si temps merdique.


Cahier des charges et conception
D’une première réalisation je retiens :
- imperméable,
- pas besoin d’un tissu très résistant sur le dessus car peu de contraintes, idem pour les coutures en général,
- dessous solide mais pas besoin d’être indestructible car finalement frottements limités et inertie quasi nulle, groundsheet 90g/m2 complètement overkill,
- suffisamment ample pour loger toutes mes affaires au-dessus de ma tête et créer une ventilation mécanique lorsque les nuits sont chaudes,
- moutiquaire au niveau du visage pour pouvoir respirer correctement me protéger de ces fils de ***** de moustiques, mais extrémité supérieure en tissu plein pour limiter l’effet parachute et la perte de chaleur en cas de vent tournant,
- mieux vaut une fermeture éclair trop longue que pas assez, inutile qu’elle soit imperméable car le sursac n’a pas pour vocation d’être immergé. En "L" et au-dessus de la tête afin de pouvoir dormir avec le sursac ouvert si nécessaire.

J’ai depuis longtemps en tête le Soul bivy de MLD, j’ai finalement écarté l’aspect totalement fermé car même si l’idée est séduisante, elle ne survit à mon sens, pas au terrain. J’ai donc privilégié une bonne ventilation pour l’été en sachant que j’aurai une toile ou un abri naturel au dessus de la tête lorsqu'il pleut.

Afin de maximiser l’espace « habitable » et minimiser la quantité de tissu, construction en sarcophage plutôt que superposition de deux grands rectangles.
Pour les mensurations je les ai prises directement sur moi, dans une couette avec 400g de plumes et sur mon matelas en mousse, mon sac au dessus de ma tête.
Largeurs sac-buste-pieds : 60-75-50cm.
Hauteurs sac-buste-pieds : 40-40-30cm.
Moustiquaire sur 30cm de mes épaules jusqu’au au de ma tête et sur toute la largeur du sursac.
Longueur totale : 220cm.

Je vous épargne mes torchons dessins hyper techniques de conception, je les mettrai au propre avec les cotes si j'ai le temps.
Poids espéré autour de 350g, ce qui ne devrait pas être trop compliqué étant donné que le précédent faisait 400g avec un sol presque deux fois plus lourd.


Matériaux
La pénurie temporaire de matériaux et l’incertitude quant à la date de départ m’ont permis de me lancer sur des choix que je n’aurais probablement pas tentés autrement. Une seule commande chez Adventurexpert pour limiter les frais de port et les incertitudes de livraison internationale.

Dessous : Silpoly 20D/PU4000 à 55g/m2. J’ai hésité à propos de l’imperméabilité, puis les tests de XavN et la rupture de stock depuis des mois du groundsheet 10 000 schmerber à 65g/m2 chez Extremtextil m’a poussé à sauter le pas. Dans la même discussion JJ parle d’une bonne résistance à la perforation.
Pas de silnylon, ça glisse trop, c'est l'enfer à coudre et je ne vois pas comment imperméabiliser une jonction silnylon-PU.

Dessus : tissu imperméable (20 000 schmerber) et respirant (50000+ g) 3 couches 6D/7D à 51g/m2.
Le dernier 1,80m « slightly second choice » disponible, le produit n'était même plus affiché en stock.
Un deux couches le plus léger possible aurait également suffit (et aurait été bien moins cher) mais voilà... c'était la hess.

La moustiquaire est un assemblage de chutes que j’ai prélevé sur mon ancien sursac, upcycling ma gueule.
Fermeture éclair "étanche" YKK n°5 avec curseur simple mais double face, je n’avais pas encore terminé de penser la conception du sursac au moment de la commande, sinon j'aurai pris plus gros et non étanche.
Imperméabilisation des coutures à la bande thermocollante spéciale 3 couches de 15mm de large à 1,8g/m., aucune idée si le faire au seamgrip serait plus léger, mais assurément plus long et chiant.

Coût:
- 3m 20D 20D silpoly PU 4000 green tea : 25,87€
- 2m 6D waterproof/breathable 3 layer fabric : 67€
- 2m Water resistant zipper #5 : 8,62€
- #5 YKK zipper slider double sided : 1,16€
- 5m Seam tape lightweight 15mm : 7,7€
Soit un total de 110,35€ hors frais de port, sachant que j'ai payé un peu moins pour le tissu imper-respi (fin de stock) et qu'il me reste assez de silpoly pour me coudre trois sacs étanches de 6L d'après le tuto du wiki "Bricolage", donc moins de 100€ pour le sursac hors tout.


Fabrication
- Toutes les découpes prennent en compte une couture à 1cm du bord - aiguille Microtex 70, 4 points/cm, tension "normale" à 4/9 sur ma machine -
Tofs : Sursac imperméable et respirant-300g

- J’ai commencé par découper le silpoly, qui semble suffisamment résistant à l'abrasion. En revanche la résistance à la déchirure est presque nulle, la différence avec du silpoly est notable.
Vérification de la taille en posant mon matelas, ma couette et mon sac dessus, puis couture des angles pour former une baignoire de 15cm de haut.
7O4KcpIQs.DSC_0106.s.jpeg 7O4KcuR7e.DSC_0109.s.jpeg 7O4Ke77hO.DSC_0006.s.jpeg 7O4KczAi1.DSC_0111.s.jpeg 7O4KcQNBT.DSC_0112.s.jpeg
                                                               (parce que dans la vraie vie on se goure souvent)

- Découpe du tissu imper-respi, les 180cm du lé me permettent de former une baignoire inversée de 160cm de long, 15cm de haut aux pieds et 25cm au niveau de l’épaule (longueur totale du lé, j’ai eu de la chance, plus court j’aurais dû diminuer la hauteur au niveau des pieds et la reporter sur la partie basse, genre 5-25 au lieu de 15-15cm, pour respecter la longueur nécessaire pour une protection efficace).

Découpe d’une bande de moustiquaire de 30x125cm et assemblage à la partie basse avec une couture retournée.
7O4Kd5Dl1.DSC_00071.s.jpeg

- Assemblage des chutes de tissu imper-respi pour former la partie supérieure. Au prix du mètre, dans le cochon tout est bon, et comme cette partie n’est pas censée être exposée à la pluie ce n’est pas gênant, au pire je mettrai de la bande thermocollante.
7O4KdhAjn.DSC_00081.s.jpeg

- Couture de la fermeture éclair à la moustiquaire puis à la partie supérieure avec une couture retournée afin qu’aucun des tissus ne se coince dedans lors de la manipulation (refait deux fois pour l’avoir dans le bon sens, faites pas comme moi c'est 1h30 pour tout découdre proprement...). Longueur finale et arbitraire de 150 cm pour qu’elle débute bien au silpoly d’un côté et forme un petit « L » de l’autre pour rendre l’extraction plus facile qu’avec une ouverture droite.
7O4KdGg29.DSC_0003.s.jpeg 7O4KdVUex.DSC_0005.s.jpeg

- Mesure des deux parties avant assemblage… il y a cinq centimètres de trop sur la partie supérieure. J’ai rajouté 5 centimètres de moustiquaire sur un coup de tête et oublié de la retrancher à la partie supérieure en tissu plein… tant pis, je ferai genre d’ourlet à la couture.
Donc couture depuis les pieds jusqu’à la moustiquaire de chaque côté, repli de 5cm de moustiquaire, puis couture jusqu’en haut, ça tombe pile !

- Découpe de 0.7 du centimètre de marge laissé pour la couture (-5g keumème) et imperméabilisation à la bande thermocollante. Au fer à repasser, je ne peux que conseiller d’investir dans un petit fer à pane plate car le silpoly n’a pas trop apprécié autant de chaleur, à voir si cela a nui à ses propriétés.
7O4KecLDe.DSC_0013.s.jpeg


Résultat
Bon je le balance toute suite parce que je sens bien que vous êtres fébriles : 293 grammes !

Je n’aurais jamais imaginé arriver sous les 300g avec de telles mensurations et une fermeture éclair de 150cm.
Une fois dedans (1,80m pour 75kg, matelas mousse pleine longueur, couette 400g de duvet et sac de 40L au dessus de la tête), j’ai la place de me mettre en chien de fusil au fond, je ne touche nulle part, je pense avoir assez de marge pour caser un Xlite et peut-être même grandir jusqu’à 185cm sans me sentir à l’étroit.

7O4Kej1SF.DSC_0014.s.jpeg 7O4KerSOT.DSC_0015.s.jpeg

Bref, objectif atteint, merci RL ! (et ma grand-mère car je ne crois pas que j'aurai un jour acheté une machine à coudre de ma propre initiative)
R.T.


"Le tourisme c'est envoyer des gens qui seraient mieux chez eux, dans des endroits qui seraient mieux sans eux."
L.F.C.

Hors ligne

#2 08-07-2021 16:51:36

Road Tripeur
Plus MUL que babouche
Inscription : 04-07-2014
Messages : 450

Re : [Couture] Tuto sursac imperméable et respirant-300g (sisi)

Réservé pour retour de terrain.
R.T.


"Le tourisme c'est envoyer des gens qui seraient mieux chez eux, dans des endroits qui seraient mieux sans eux."
L.F.C.

Hors ligne

#3 23-11-2021 17:34:28

tacheton
Membre
Inscription : 05-09-2018
Messages : 669

Re : [Couture] Tuto sursac imperméable et respirant-300g (sisi)

Impressionnant, au final la longueur intérieure utile totale c'est bien 220 ? ou avec les relevés tu perds 10cm ?

En ligne

#4 24-11-2021 08:11:03

CochonDor
Membre
Inscription : 12-09-2020
Messages : 52

Re : [Couture] Tuto sursac imperméable et respirant-300g (sisi)

Voilà une bien belle réalisation !
Qu'est ce que donne le 3 couche imper-respi a l'usage?
Je suis curieux de savoir si tu as eu de la condensation ou si le tissu tien sa promesse de perspirance élevé.
Et pour le silpoly est ce que 4000 hh d'étanchéité suffise sur un sol bien mouillé avec la pression  exercé par le bonhomme  ca ne suinte pas un peut d'eau ?

Hors ligne

#5 25-11-2021 16:37:56

Road Tripeur
Plus MUL que babouche
Inscription : 04-07-2014
Messages : 450

Re : [Couture] Tuto sursac imperméable et respirant-300g (sisi)

Donc cet été je suis parti à vélo et pour des raisons de santé j’ai dû éviter au maximum le dénivelé et la montagne, autant dire que pour ce premier « retour à trois mois », le sursac n’a pas vraiment été utilisé dans les conditions pour lesquelles il a été prévu.

Itinéraire global : Limoges-Cracovie en passant par le Sud de la France et le Nord de l’Italie de mi-juillet à mi-septembre.
Préparation superficielle de l’itinéraire, j’ai suivi les Eurovélo jusqu’à en avoir marre de faire des détours pour rien et ai terminé en regardant simplement les cartes routières pour éviter les grosses nationales (pas toujours possible).

Partie 1 : Limoges-Ljubliana de mi-juillet à fin août, ou Les tropiques dans ton salon.
Une grosse partie des Eurovélo dans ces zones suit les cours d’eau et ce qui a été bénéfique la journée (peu de dénivelé) s’est révélé être un enfer pour le bivouac.
Air très humide donc difficile de réguler la température corporelle, l’arrivée de nuées de moustiques en fin de journée m’a quasi-quotidiennement forcé à me réfugier dans mon sursac alors que mon corps ne s’était pas encore complètement sorti de l’effort de la journée et que le sol dégageait encore toute la chaleur emmagasinée.
L'exception prévue lors de la conception a finalement duré environ 20 nuits. Pour le canal des deux mers en été, prévoir une solution moustiques similaire à la Scandinavie.

Débuts de nuits de merde à suer à grosses gouttes car la température extérieure dépasse largement les 20°C, ma couette (Cumulus M400) en boule à côté de moi car les matins sont frais comparé aux journées et enfiler ma doudoune (D4 synthé) en milieu de nuit s’est révélé être insuffisant.
Au matin ça condensait bien un peu partout, mais vu les conditions c’est normal.
Point positif, le 3 couches est beaucoup plus agréable que le 2 couches sur les bras moites et ne colle pas. Indépendamment de la température excessive, la moustiquaire est assez grande pour respirer sans souci.
Ah oui et comme c’était l’été, pas de tarp au dessus de la tête.

J’ai aussi passé quelques nuits un poil plus haut, dans le Limousin et une dizaine en mode camp de base à 300m d’altitude et environ 1km en ligne droite du Tarn. Air beaucoup moins humide, températures sous les 20°C, j’ai parfois eu un peu de condensation au niveau des pieds mais pas assez pour que ce soit problématique, je mettais ma couette sur le sursac et le temps que je prenne mon café elle était sèche.
Une nuit j’ai dû monter mon tarp en cours de nuit à cause à cause d’un orage de chaleur et pas à mon emplacement initial : le sol étant très sec j’ai posé le sursac « sur l’eau ». Au matin le sol du sursac était très mouillé sous mon matelas mousse mais ça ressemblait plus à de la grosse condensation qu’à un manque d’imperméabilité : bien humide des pieds à la tête de façon homogène, pas de gouttes ou de (toutes) petites flaques. L’évènement ne s’étant pas reproduit je ne peux pas encore trop m’avancer sur ce point.

Partie 2 : Ljubliana-Cracovie de fin août à mi-septembre, ou ... et sans transition l'automne!.
Climat continental donc plus sec, plus vallonné et l’automne qui arrive à partir de Bratislava. Presque plus de soucis de condensation, même sur les derniers jours qui ont été très humides mais avec une température nocturne autour de dix degrés.
À ajouter deux nuits autour de Liège avec grosse pluie, bivouac dans les bois et température autour de cinq degrés. Avec un sol qui draine bien (et un tarp au dessus de ma tête) pas de souci ni de condensation ni d’imperméabilité du sursac malgré la rosée bien présente au matin et de la condensation sous le tarp.

Bilan : la respirabilité montre clairement ses limites en estival humide, cependant dans ces situations la ventilation mécanique est cruciale et en l’absence de tarp au dessus de ma tête (et sans bâtons) j’ai mal géré l’attache qui surélève la moustiquaire et le tiers central du sursac, ceci aucune piqûre pendant la nuit malgré les décibels autour de ma tête, j’ai un bout de fil de fer qu’il faut que je bricole pour tester un genre d’arceau à la MLD.

Je n’ai pas eu l’occasion d’éprouver réellement l’imperméabilité générale mais je dirais qu’elle est suffisante pour du 3 saisons si l’on sait choisir son emplacement.

J’étais dubitatif sur la solidité du Silpoly-PU4000, je pense qu’inconsciemment j’en ai pris (un peu) plus soin que mon précédent sursac dont le sol était en 70D. Je l’ai posé majoritairement sur des sols en terre mais quand même à peu près partout (dont asphalte et aiguilles de pins) durant environ 40 nuits et il ne montre pas de trace d’usure particulière. En revanche j’ai fait plusieurs sacs de rangement avec les chutes et tous ont 1ou 2 petits trous liés à la faible résistance à la déchirure.
Si je savais que mes bivouac sont majoritairement en moyenne montagne rocailleuse je partirais sur plus solide, pour un usage varié comme le mien c'est suffisant.

Comme prévu mon 1,80m, mes 72kg, mon ridgerest "momie" et 400g de duvet rentrent dedans sans souci grâce au long zip et sans compression au niveau des pieds, 30 à 40L/25cm de dispo au dessus de la tête pour le sac. Un peu plus de plume ça passe, plus d'1,85m il faut soit un petit sac soit le laisser hors du sursac.

Dernière chose, la bande thermocollante s'est décollée trois fois au niveau des pieds et surtout du côté du tissu imper-respi, recollée les deux fois au fer ménager.
Je ne sais pas si c'est dû à l'humidité importante à cet endroit ou au fait que le tricot gêne le collage entre la membrane et la bande. J'avais bien vérifié tous les collages et laissé refroidir avant de ranger le sursac mais peut-être que je l'ai mal fait la première fois (comme par hasard juste là où ça condense le plus...) et que les fois suivantes ça a mal tenu car la colle était alors en quantité insuffisante. Je vais refaire l'imperméabilisation de la zone avec une bande neuve et on verra.

Voilà! Pour l'instant satisfait du résultat concernant les dimensions et l'ergonomie. Une trentaine de nuits de plus dans des conditions plus propices seront les bienvenues pour avoir une meilleure idée de la qualité des matériaux.
R.T.


"Le tourisme c'est envoyer des gens qui seraient mieux chez eux, dans des endroits qui seraient mieux sans eux."
L.F.C.

Hors ligne

Pied de page des forums