#26 04-01-2022 20:51:59

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 948

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Trop confiant, d’autant plus qu’un bouleau m’offre son écorce, je bâcle le montage. Ça ne prend pas. L’écorce brûle sans communiquer la flamme aux brindilles ramassées par terre à la hâte. Je recommence en m’appliquant. Bâtonne des branchettes sèches, en émiette quelques-unes, fais des copeaux, rassemble des aiguilles de pin. Rien à faire. Entre les allumettes qui cassent, celles qui s’éteignent sur-le-champ, et le petit bois qui ne prend pas…

Se hâter pour allumer le feu est la plus sûre recette pour l’échec. Pas facile à tenir quand ça caille. On se fait toujours prendre malgré l’expérience.

Les allumettes étaient courantes dans ma jeunesse (avant les briquets jetables). On s’en servait pour plein de chose. Depuis 40 ans je m’en sert rarement. On a des briquets, des piezo, des inductions…

C’est compliqué de se servir des allumettes surtout quand les doigts sont gourds et/ou humides. Si en plus il souffle une petite brise…c’est clair que pour un jeune c’est un truc qu’il faut apprendre.

Sinon pour le réchaud, j'imagine que tu te servais de la fente latérale pour alimenter avec de gros morceaux de bois? 

7SJ981PTi.Tomshoo.jpeg


Parfois, si on a une scie et une bonne lame, on peut aussi utiliser la technique de la buchette fendue en 4 puis remise en carrée.

Quelques idées ici : https://www.youtube.com/watch?v=6eQCKCSu5vs


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#27 04-01-2022 21:05:26

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Merci, ith. J'imagine que repérer le bon bois, c'est surtout une histoire d'expérience smile
Je poserai des questions précises une fois ce petit récit terminé. L'écrire permet de prendre du recul. Mais vos conseils sont bienvenus dès maintenant bien sûr.

Avec la flamme du briquet, une écaille est censée prendre très facilement ? Si oui, c'est valable aussi pour le sapin ?

Une fois j'ai vu un sapin à moitié couché par terre et je pensais qu'il était mort, mais en y regardant de plus près j'ai repéré des gouttes de sève gelées.

Aussi, est-ce que si ça suinte sur le feu, c'est forcément parce que le bois est vert (sève), ou ça peut être de l'eau ?

Dans les jours qui ont suivi, faire du feu est devenu moins critique car j'ai trouvé du gaz. Cependant j'ai essayé à la moindre occasion (ça a permis d'occuper ces longues soirées smile ). Je n'ai jamais réussi à refaire un feu comme celui-ci (stabilisé, brûle des bûches assez grosses, pas besoin de le surveiller). J'ai eu de la chance en fait ce premier jour d'avoir un pin sec (mort, j'imagine), à proximité. Les autres jours, les branchettes de sapin ne partaient pas. Il faut dire qu'elles étaient couvertes de gel, et retirer cette couche gelée au couteau n'était pas d'un grand secours. Au final, le meilleur bois que j'ai trouvé, c'est du bouleau (qui traînait par terre, sûr que mort), bâtonné et découpé en fines allumettes. Du coup, même le "petit bois", j'ai dû le préparer. Ça prend beaucoup de temps.

Les pieds ça allait. Il n'a pas fait très froid (en gros -15 à Helsinki, -5 à Oulu et -20 à Rovaniemi) et j'avais les grosses salomon toundra. Par contre j'ai eu rapidement mes deux paires de chaussettes humides (suite à une erreur mais pas que, j'en rediscuterai plus en détail plus tard), et du coup les chaussures humides également, bien froid le matin, et les chaussures de plus en plus rigides, de plus en plus difficiles à enfiler (erreur de pas les desserrer complètement le soir) etc. Sans vrai gros feu, pas moyen de faire sécher. Mais les pieds se réchauffaient rapidement en actif.

Juste le dernier jour, j'ai voulu tester les chaussons Olan de Valandré en les gardant au petit déj. Absorbé par la préparation du thé etc, je n'ai pas prêter attention au fait que je commençais à avoir vraiment froid aux pieds. Il faisait quand même -20 avec un léger vent (mais je ne m'en suis pas rendu compte, étant bien couvert par ailleurs). Après le petit déj je suis retourné dans le sac de couchage pour réchauffer les orteils (mais pas assez longtemps). Quand je suis reparti, toujours par -20 avec les salomon et chaussettes humides, les orteils se sont rapidement refroidis de nouveau et même en forçant le rythme et en les bougeant, je n'arrivais pas à les réchauffer. Ça picotait (rassurant !) mais je sentais que je perdais en sensibilité. C'est finalement revenu après une heure de marche.

Ca m'a rappelé les discussions qu'on avait eues sur les VBL, chaussons amovibles etc. J'avais ma paire de chaussettes imper en fond de sac, ça aurait été probablement l'occasion de tester. Mais j'étais proche de la civilisation (je rentrais à Rovaniemi) et n'ai pas pris la peine.

Hors ligne

#28 04-01-2022 21:12:47

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011
Messages : 2 493

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Relire Jack London « construire un feu ». Ou dans sa nouvelle traduction dans la Pléiade par Chenetier (une merveille!)
Et rester très humble  lol ! J’en ai passé, des soirées avec You, auprès d’un feu qui ne partait pas, à regarder les étoiles…! smile


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)
Le kilt? La meilleure façon d’être en « burnes out »!
Trombi

Hors ligne

#29 04-01-2022 21:16:08

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

ith a écrit :

#637995Les moufles sont beaucoup plus efficientes que les gants. Après le froid dans les mains dépend beaucoup du niveau d’activité et du reste de l’isolation.

Durant l’effort les mains c’est les radiateurs. Si on a chaud le sang circule beaucoup et les réchauffent. Si on a froid le corps coupe la circulation.

En revanche quand on marche longtemps par -20c contre le vent, c’est difficile de garder les mains au chaud. Et plus encore une fois à l’arrêt avec les moufles humides.

L’hydratation, la fatigue et la nourriture interviennent aussi.

J'étais bien équipé niveau mains :
- sous-gants mérino (en permanence)
- gants polaires (pour manipuler, même si j'ai vite pris le coup de main pour manipuler avec les moufles camp, qui sont assez fines, on garde une dextérité correcte)
- sur-moufles (je les appelle "moufles de travail", imper donc pour manipuler la neige, mais permet aussi de protéger les moufles quand je manipule du bois, quand je lave la casserole etc. c'est la paire qui prend cher).
- gants softshell (peu utilisés, même si vent, moins efficaces que les moufles)
- moufles camp (devenues ma paire principale)
- moufles valandré oural (surtout utilisées comme doudou dans le sdc wink , bien confortable quand il faut se réchauffer vite après avoir manipulé longtemps dans le froid, je n'ai pas eu à les utiliser en actif.

Je n'ai jamais eu de grand vent. Seulement des petites brises (assez traîtres par contre, ça refroidit vite sans qu'on s'en rende compte).

ith a écrit :

Les allumettes étaient courantes dans ma jeunesse (avant les briquets jetables). On s’en servait pour plein de chose. Depuis 40 ans je m’en sert rarement. On a des briquets, des piezo, des inductions…

J'ai trouvé les allumettes finlandaises (cf. photo, en gros du bois compacté avec un bout inflammable en grattant) très efficaces. Ça crée même en soi une certaine chaleur, en cas d'urgence. En revanche la flamme d'un briquet ne chauffe pas grand chose...

Hors ligne

#30 04-01-2022 21:19:40

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Magic Manu a écrit :

#638000Relire Jack London « construire un feu ». Ou dans sa nouvelle traduction dans la Pléiade par Chenetier (une merveille!)
Et rester très humble  lol ! J’en ai passé, des soirées avec You, auprès d’un feu qui ne partait pas, à regarder les étoiles…! smile

Bien sûr ! Adapté dans une belle BD par Chabouté smile Je n'ai pas lu la nouvelle version. Je trouve dommage d'avoir changé la traduction du titre !
Les autres nouvelles du recueil éponyme sont également excellentes smile

Hors ligne

#31 04-01-2022 21:20:20

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005
Messages : 2 542

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Manu, on avait dit que nous n'évoquerions jamais cette histoire de réchaud à gaz ouvert à fond sous le foyer trempé sur un forum public !
En plus yavait pas d'étoile, vu ce qui tombait...


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)
Si Edition sans raison indiquée : GolgOrth, Sainte Axe, petites précisions diverses...

En ligne

#32 04-01-2022 21:26:03

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

You a écrit :

#638005Manu, on avait dit que nous n'évoquerions jamais cette histoire de réchaud à gaz ouvert à fond sous le foyer trempé sur un forum public !
En plus yavait pas d'étoile, vu ce qui tombait...

Ah bah ça me rappelle mon Noël dans le Jura l'hiver dernier... C'est peut-être bien comme ça que j'ai bousillé mon précédent réchaud  yikes

Hors ligne

#33 04-01-2022 21:29:57

Doc
Membre
Lieu : Région Parisienne :(
Inscription : 19-04-2015
Messages : 1 268

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Oui, même avec un réchaud à gaz comme allume feu, quand ça veut pas, ça veut pas. "Mais put***, c'est quoi ce bois de m*rde" lol

@Ytreza, tu sais quand tu repars ?


L'humour est une disposition d'esprit qui fait qu'on exprime avec gravité des choses frivoles et avec légerté des choses sérieuses - Alfred Capus -

Hors ligne

#34 04-01-2022 21:31:37

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Doc a écrit :

#638009@Ytreza, tu sais quand tu repars ?

Dès que j'aurai oublié à quel point -20 c'est froid ? cool

Hors ligne

#35 04-01-2022 21:55:17

fab
Membre
Inscription : 02-02-2006
Messages : 1 273
Site Web

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Ytreza a écrit :

#637979

ester a écrit :

#637973Des aimants dans les moufles ???

Alors ce sont les moufles air mitt de Camp. Comme tu le vois sur le dessin sur le site, elles ont une ouverture au milieu qui permet de sortir les doigts rapidement (très pratique pour prendre une photo). On voit également les deux aimants sur la grande photo du site : un au bout des doigts, un au niveau du poignet. Ca permet de maintenir la partie amovible repliée en place. La seule utilité que j'ai trouvé c'est pour faire pipi. Ca devient très chiant quand il faut gérer une boussole.
A la base cette paire de moufles était censée être ma paire de secours. Mais en fait, elle a fait le taf jusqu'à -20°C (avec juste des sous-gants fins en dessous) !! J'étais vraiment surpris, et au final je les ai gardées quasi tout le temps.

Pour info dans le même genre mais en plus épais (200g/m² sur le dessus, 133g/m² dans la paume) il y a ceux ci :
https://www.montura.it/fr_fr/finger-min … jd0x-1502/

Ils n'ont pas d'aimants.

Hors ligne

#36 04-01-2022 22:43:36

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011
Messages : 2 493

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Doc a écrit :

#638009Oui, même avec un réchaud à gaz comme allume feu, quand ça veut pas, ça veut pas. "Mais put***, c'est quoi ce bois de m*rde" lol

@Ytreza, tu sais quand tu repars ?

Une (petite, certes, mais entière) cartouche de gaz entièrement!!! roll


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)
Le kilt? La meilleure façon d’être en « burnes out »!
Trombi

Hors ligne

#37 04-01-2022 22:54:24

Serval
Carpe diem
Lieu : Entre deux longues marches...
Inscription : 15-06-2018
Messages : 1 297
Site Web

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Magic Manu a écrit :

#638000Relire Jack London « construire un feu ». Ou dans sa nouvelle traduction dans la Pléiade par Chenetier (une merveille!)

Il y a des loups en Finlande ? cool

Ytreza, je découvre ton récit... c'est un pur bonheur de te lire. smile


(Modification non justifiée = orthographe, typo, etc.)
Trombi | GR34 : de Concarneau à Auray | De Paris au Salento : Liste 2020/Récit 2020/Récit+Liste 2021 |
« Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans [les voyages] que j'ai faits seul, et à pied. » (J.-J. Rousseau)

Hors ligne

#38 05-01-2022 12:41:31

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Chapitre 2 – La neige et la nuit

27/12. Hier soir, il faisait -12 dehors mais j’avais chaud dans la tente, sans gants, et j’ai passé la nuit avec seulement le duvet. C’est qu’il fait -4°C dans la tente ! La condensation a mouillé le sac de couchage, et la collerette est givrée, bien que je prenne soin de respirer à l’extérieur. C’est d’ailleurs désagréable, de garder le nez à l’air sous -5, et le moindre tissu placé dessus est rapidement trempé.

Leçon numéro 4 : éviter d’utiliser le duvet seul

J’ai eu du mal à faire du thé ce matin. Quand enfin l’eau était sur le point de frémir, le réchaud s’est renversé. Au total, le petit-déjeuner, plus le rangement du camp, me prend deux heures.

Il fait autour de -10 ce matin. Grand beau : ça valait le coup de monter là-haut plutôt que de prendre la pluie dans les Vosges ! Le soleil jaunâtre stagne sur l'horizon. Quelle est belle, cette lumière délicate de l'hiver !

7SJ8MKHfN.PXL_20211227_081738929.s.jpeg

Je marche d’un bon rythme et la polaire suffit. Je prends le temps d’enlever le collant polaire alors que j’approche d’Espoo, pour ne pas transpirer. J’appelle S. Nous nous donnons rendez-vous à Helsinki ce soir. En attendant, elle me conseille d’aller visiter l’île de Lauttasaari. Comme il n’y a pas de trajet direct depuis Espoo, je prends un premier bus jusqu’à la côte, vers Matinkylä. Je me dis que ça peut être agréable de faire le reste à pied. D’abord, aller voir la mer Baltique.

C’est une immensité blanche à perte de vue, piquetée de silhouettes noires. Je longe la glace, bouche bée. Et voilà que deux promeneurs viennent dans ma direction, depuis la mer. Alors je m’engage sur leurs traces, guère confiant. Mais nombreux sont ceux qui marchent, skient, patinent, jusqu’à loin de la côte. Je suis les traces de pas, faisant confiance aux prédécesseurs. Les bottes accrochent bien sur la fine couche de neige, en-dessous de laquelle on trouve une glace noire, aussi lisse qu’une patinoire. J’avance à pas prudents, quoique de plus en plus sûrs. Les gens se font rares. Un skieur me dit de ne pas aller trop loin. Pourquoi ? La couche de glace s’affine ? Je risque de me perdre ? De finir gelé ? De me casser une jambe ? Me laisser piéger par la nuit qui, déjà, menace ? Le skieur est reparti aussi vite qu'il est apparu. Je reste seul. Avec une idée. Je voulais rallier Lauttasaari par la côte. Ce sera plus rapide en ligne droite, par la mer. Par la mer ! C’est surréaliste.

7SJ8PlQxM.PXL_20211227_114902280.s.jpeg 7SJ8RLti7.PXL_20211227_120102110.s.jpeg

Par la mer donc, d’île en île, en cap direct. Bientôt, il n’y a plus de traces. Mais j’ai pris confiance et, sans être tout à fait à l’aise, sans oublier qu’il y a sous mes pieds une profondeur d’eau glaciale, sans oublier que j'ignore l'épaisseur de la couche de glace, j’avance sur la banquise vierge.

La côte paraît bien loin désormais. Me voilà perdu au large. Le soleil tombe. Sa lumière dessine des reliefs sur la glace. Des sculptures figées. Des vagues de neige. Parfois, la glace vive apparaît. J’avance alors avec une extrême prudence. Je m’arrête, contemple le reflet orangé du soleil qui miroite sur la glace. L’ambiance est incroyable.

7SJ8YPPa9.PXL_20211227_131734940.s.jpeg 7SJ8UhrnG.PXL_20211227_124426212.s.jpeg 7SJ8VXF4S.PXL_20211227_124823275.s.jpeg 7SJ95kHFC.PXL_20211227_134516150.s.jpeg 7SJ92e9y8.PXL_20211227_132349981.s.jpeg

7SJbvKHD2.PXL_20211227_124936506_stitch.jpeg

Galvanisé, je me sens en pleine forme, et mes jambes ne souffrent pas du poids du sac - pesé à 13.2 kg par la balance de l'aéroport, sans compter le bagage cabine, c'est le poids de l'inexpérience et de mes craintes ! Mais l'entraînement des derniers mois paie !

Des îles surgissent, piquetées d’arbres vert sombre et de cabanes rouges. Impossible d’accoster, la glace est trop fine sur le rivage. Je connais le piège, courant en haute montagne, au bord des névés.
Terre en vue ! Je slalome entre les îles, contourne Lauttasaari jusqu’à une sorte de baie. Des enfants jouent sur la plage. J’accoste, content de retrouver la terre ferme, un terrain sûr. Il était temps, le jour s’éteint.

7SJ90UxyY.PXL_20211227_132049816.s.jpeg 7SJ9RzCk0.PXL_20211227_132542282.s.jpeg

Toujours impressionnant de voir le port d’Helsinki pris dans la glace, les voiliers prisonniers.

7SJ96Es70.PXL_20211227_144759322.s.jpeg

Helsinki est plus animée que le soir de Noël. Il y a du monde vers la gare, où je retrouve S. et sa sœur M. Je m’offre un thé chai latte, accompagné d’une énorme part de gâteau au chocolat. Quel délice, après huit kilomètres de marche sur la banquise !
R., le copain de M., nous rejoint. Cette compagnie impromptue est très agréable. Nous passons une excellente soirée avant de nous séparer à la gare. Mon train pour Oulu part à 23h.

Hors ligne

#39 05-01-2022 13:02:21

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 948

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Marcher sur la mer gelée au large de la Finlande, il y a des précédents fameux…par exemple la traversée décisive effectuée à pieds par une armée impéraile russe venant de Finlande, nouvellement conquise, vers la Suède aux XIXème.

Anglais : https://en.wikipedia.org/wiki/%C3%85land_Offensive

Français : https://fr.rbth.com/histoire/85368-russ … ande-suede

wink


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#40 05-01-2022 13:16:01

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 4 830

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Tout est possible en Finlande, faut juste pas oublier les amphèt'

https://www.warhistoryonline.com/instan … rious.html

Hors ligne

#41 05-01-2022 13:42:33

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005
Messages : 2 542

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Pour protéger le haut du duvet du givre, une bavette en polaire c'est pas mal. Idéalement, le sac de couchage ne devrait pas monter au dessus de la base du cou, l'isolation de cette zone se faisant par col montant, écharpe, passe-montagne ou balaclava.

Le réchaud qui se renverse : vécu aussi. plus l'embase est large et basse, mieux c'est. C'est pour ça que je préfère les feux ouverts là-haut. Ou le gaz inversé, stable. Et la bouilloire, qui même si elle est chahutée, risque moins de voir son contenu largué au sol.

Quant à la glace... ah, la glace tongue

Merci encore pour les photos.


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)
Si Edition sans raison indiquée : GolgOrth, Sainte Axe, petites précisions diverses...

En ligne

#42 05-01-2022 13:53:50

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

J'en profite pour référencer ici ton compte-rendu du lac Inari, qui m'avait passionné smile

https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=20216

Je me souviens de cette phrase, j'étais écroulé de rire :

You a écrit :

le soleil se lève vaguement au sud le matin, monte vaillamment jusqu'à un angle de 20° en milieu de journée, youhouuu, et retourne paresseusement se coucher plus ou moins au sud le soir.

Dernière modification par Ytreza (05-01-2022 13:56:14)

Hors ligne

#43 05-01-2022 14:06:20

ludof
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 24-08-2021
Messages : 128
Site Web

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Merci de nous faire partager tout ça, quelles ambiances magiques, et marcher sur la mer gelée est juste surréaliste ...

En ligne

#44 06-01-2022 11:42:08

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

ith a écrit :

#637997Parfois, si on a une scie et une bonne lame, on peut aussi utiliser la technique de la buchette fendue en 4 puis remise en carrée.

Quelques idées ici : https://www.youtube.com/watch?v=6eQCKCSu5vs

Ah je suis passé à côté de cette partie de ton message... Intéressant !

Sinon, deux questions me sont venues :
1/ Est-ce que les aiguilles de pin vertes font un bon allume-feu ?
2/ Est-ce qu'on a plus froid lorsqu'on est déshydraté ?

Hors ligne

#45 06-01-2022 13:31:14

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 948

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Ytreza a écrit :

#638172Sinon, deux questions me sont venues :
1/ Est-ce que les aiguilles de pin vertes font un bon allume-feu ?
2/ Est-ce qu'on a plus froid lorsqu'on est déshydraté ?

1/ selon mon expérience, non.


Mais Les sèches fonctionnent. Même si ce n’est pas in bon allume feu selon moi :

Le problème avec les allumes feux devant être secs c’est que c’est génial sur YT au 15 août mais beaucoup moins quand il s’agit de les collecter et de les utiliser sous la pluie dans le froid. Certains captent même l’humidité de l’air. Mais si on les a secs dans la poche c’est okish.

Au passage du parle de résineux avec des «  boules gelées ». Tu etais certain que ce n’était pas de la résine? En l’état c’est utilisable et parfois un indice de bois gras.

2/ oui.

D’une part la déshydratation affaiblie rapidement le corps et nos performances. On force plus, on transpire plus et on a froid (surtout en phase d’arrêt). Ou on ralentit, on produit moins de chaleur et on est exposé plus longtemps.

D’autre part cela dimiuerait le volume sanguin et la fluidité, ce qui perturberait la circulation dans les vaisseaux périphériques et les capillaires. Or c’est surtout la circulation qui repartie la chaleur dans le corps. À commencer par les extrémités.

Pipi foncé dans la neige : pas bon !  neutral

( Dans la Verte, c’est de la responsabilité du chef de groupe de vérifier les traces de mixion de son groupe. Pour des raisons culturelles les femmes peuvent limiter plus souvent que les hommes l’apport hydrique en sortie neige en terrain dégagé. Se mefier aussi des combis et salopettes et promouvoir les thermos. En revanche la constipation touche potentiellement tout le monde par grand froid.)


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#46 06-01-2022 13:42:10

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

ith a écrit :

#638187Au passage du parle de résineux avec des «  boules gelées ». Tu etais certain que ce n’était pas de la résine?

Oui, j'ai confondu sève et résine.
On peut avoir des coulées de résine sur arbre mort ?
J'ai vu dans une vidéo ce matin que la résine faisait un bon allume-feu d'ailleurs, je pensais que c'était à éviter au contraire.

ith a écrit :

2/ oui.

Ok, ça peut expliquer, au moins en partie, pourquoi j'ai eu plus froid vers Oulu à -5°C que vers Helsinki à -15°C. La fatigue aussi, probablement (pas physique mais manque de sommeil après un train de nuit pas confortable).

ith a écrit :

Dans la Verte

C'est quoi la Verte ? Je ne connais que l'aiguille smile

ith a écrit :

En revanche la constipation touche tout le monde par grand froid.

Plutôt l'inverse pour moi, avec un régime à base de semoule, soupe tomate, arachides...

Hors ligne

#47 06-01-2022 13:44:00

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 948

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

La Verte : les miloufs, le club Med, l’armée.

Frotter un allume feu médiocre du genre mouchoir avec de la résine l’améliore on peut aussi mélanger. Cela permet de brûler plus fort et plus longtemps. Une fois le feu pris cela brûle bien.

Quand un arbre meurt ce n’est pas instantané. Il se produit souvent une montée de sève/résine  qui s’accumule dans le bois. A terme cela donne le bois gras.

Si un arbre a une blessure et émet en surface de la résine, elle va persister après sa mort et devenir un bon allume feu.

Le top c’est le résineux coupé vert depuis plusieurs années à 1m, le bois va lentement pourrir en surface le coeur sera un bloc de bois gras. Mais on en trouve aussi souvent à la base des branches mortes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bois_gras

Sinon tu peux aussi collecter de l’amadou ou du chaga assez courant dans le Nord.


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#48 06-01-2022 15:10:42

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

28/12. Autant je dors sans trop de difficulté dans un train de nuit sans couchette, autant lorsque c’est dans le carré famille en face de deux Russes bruyants qui prennent toute la place pour les jambes… Le train est surchauffé, j’étouffe. Content d’arriver à Oulu au petit matin. Je prends un petit déjeuner dans un café. Au centre commercial, je trouve une bouteille de gaz (230g) et un masque de ski assez grand pour mes lunettes, ce qui achève de compléter ma liste.

Je traverse la ville sous un temps gris. Pas beaucoup de lumière. Les parcs dorment sous la neige, sauf quelques écureuils qui cherchent désespérément à se rappeler l’emplacement de leurs cachettes. Les rivières gelées se jettent dans la baie de Botnie.

7SKUXptTj.PXL_20211228_074305308.s.jpeg

Je me dirige vers la forêt, un peu au hasard. L’improvisation a ses gloires et ses misères. Mieux vaut oublier ces kilomètres entre zones industrio-commerciales sous ciel grisâtre. Je suis heureux d’atteindre l’orée de la forêt après une heure de marche dans cette banlieue !
Je prends un rapide déjeuner. Il ne fait que -5 mais il souffle une légère brise, glaciale. Curieusement, j’ai l’impression d’avoir plus froid que sous -15 à Helsinki. Pas assez alimenté ? Pas assez hydraté ? Fatigué ? Vêtements mouillés ?

Mieux vaut avancer. Les arbres blancs s’ouvrent régulièrement sur des lacs gelés. Je fais abstraction des nuages et du bruit de l’autoroute qui glisse sur la neige. J’emprunte au hasard les chemins forestiers, alternant entre pistes à la neige bien tassée et sentes couvertes de poudreuse. J’ai bien fait de ne pas louer de raquettes. Pas sûr qu’elles auraient été d’une quelconque utilité tant la poudreuse est fine. Et comme je n’ai pas d’objectif per se, ça ne me dérange pas de ramer.

7SKVQNG3k.PXL_20211228_1051043142.s.jpeg 7SKVSomnk.PXL_20211228_1052368432.s.jpeg 7SKVTJMbL.PXL_20211228_1114067532.s.jpeg

Jusqu’à ce que le chemin se retrouve barré par des branches ployant en arc de cercle sous leur masse de neige. Impossible de continuer, à moins de ramper. De toute façon, à 1° sous le cercle polaire, le jour décline déjà. Il est 14h30, je monte le camp dans cet endroit tranquille.

J’essuie un demi échec pour le feu. Même les gros allume-feu n’arrivent pas à faire partir le petit bois non écorcé. Avec un peu de persévérance, j’arrive tout de même à obtenir un petit quelque chose, mais pas à faire brûler de grosses bûches. C’est comme si les flammes ne montaient pas assez haut pour les lécher. Le foyer creuse la neige et descend, s’éloignant du combustible. A essayer la prochaine fois : placer des bûchettes sous le départ de feu, qui partirait non pas via les flammes mais les braises, et isolerait le foyer de la neige.

J'ai essayé de documenter cette tentative en photos :

7SKVV7wEF.PXL_20211228_115300199.s.jpeg 7SKVWul01.PXL_20211228_120503064.s.jpeg 7SKVXAJbk.PXL_20211228_171302576.s.jpeg 7SKVZngV5.PXL_20211228_172001049.s.jpeg

Leçon numéro 5 : ne pas essayer de faire brûler du bois non écorcé, même des fines brindilles. Utiliser des fines allumettes bâtonnées au cœur d'une grosse bûche.

Heureusement, le réchaud fonctionne à merveille. Joie d’un thé brûlant, préparé sans effort. J’allume une bougie qui vacille dans la nuit.
Même si les températures sont clémentes – chaudes pourrait-on dire ! – j’ai froid ce soir. Pourtant j’ai bien mangé. C’est peut-être parce que mes gants et chaussettes sont humides, ainsi que le pantalon. Pas évident d’en être certain. Difficile de se rendre compte au toucher si les choses sont mouillées, givrées, ou juste froides. En tout cas, c’était clairement une erreur d’utiliser mes deux paires de chaussettes en actif. En fait, à Helsinki, je ressentais une douleur au niveau de la cheville, et je pensais que des chaussettes plus épaisses résoudraient le problème (en réalité, mes chaussures étaient trop serrées). Du coup, je n’ai plus de paire dédiée pour le bivouac.

Leçon numéro 6 : garder une paire de chaussettes dédiée pour le bivouac et changer de paire aussitôt que le camp est monté.

Le sac de couchage étant mouillé, à cause de la condensation d’il y a deux jours, je ne dors que sous le quilt et place le duvet sous mon corps dans l’espoir de le faire sécher. Le quilt seul est quand même limite par -5°C, à cause des courants d’air, même si je le sangle correctement. La chaleur s’échappe par le moindre défaut dans l’isolation.

29/12. Journée tranquille. Trois heures de balade dans un jour gris. Je ne croise personne. Je longe la rivière Kalimenoja, toujours plus ou moins au hasard. Paysage de ponts gelés et bouleaux blancs de la tête aux pieds.

7SKW0yqjJ.PXL_20211229_095853221.s.jpeg 7SKW3SXK4.PXL_20211229_104443919.s.jpeg

Je bifurque vers le sud peu avant Kalimeenkylä. Je me rends compte que j’ai perdu mon petit couteau, celui qui m’avait accompagné dans mon vagabondage des Alpes aux Vosges. Il est sans doute tombé de ma poche quand j’ai sorti une barre de céréales. Je me rends compte aussi qu’il ne me reste que deux sachets de thé ! Dans les préparatifs précipités la veille du départ, j’ai compté deux sachets par jour, sans penser à la fonte de la neige…

Nouvelle tentative de feu. Cette fois, je prépare le bois correctement. Des petites bûchettes bâtonnées et fendues, à partir de bois trouvé par terre, pour être certain qu’il soit mort. J’obtiens un petit quelque chose, stable pendant un bon quart d’heure, mais les plus grosses bûchettes ne prennent pas. Je n’aurais sans doute pas dû attendre que le petit bois prenne avant de les placer sur le feu. Attendre trop, c’est rompre la chaîne. D’autre part, Florencia avait écrit qu’il était primordial de préparer le bois à l’avance. Tout le bois. Mais quel travail de bâtonner tout ça pour gagner le cœur sec !

Tout à mon affaire, je ne réalise pas que de la neige tombe sur la pelle qui me sert de siège. Mon pantalon est trempé, et jusqu’à mon caleçon et mes fesses ! Je me rends compte que je suis gelé.

Leçon numéro 7 : s’asseoir sur quelque chose de vraiment étanche. Emporter un surpantalon imperméable ? Le sac à dos semble faire l'affaire, à défaut d'un bout de mousse*

*délibérément pas pris pour réduire le volume, sachant que je reste proche de la civilisation, je peux prendre le risque que le matelas crève. Mais moins de confort au camp, dans la neige, c'est sûr !

Je me rends également compte que j’ai beau avoir une polaire et deux doudounes, si j’ai le cou à l’air, ou les oreilles, j’ai froid. Il faudra d’ailleurs que j’emporte une ceinture la prochaine fois. Quand je me penche pour préparer le feu, je me retrouve souvent avec le bas du dos à l’air… Tout comme avec le quilt, la chaleur s’échappe par le moindre interstice.

En fait, j’ai sous-estimé ce petit -5°C. Je n’ai pas fait assez attention, et me voilà mouillé et plus frigorifié que dans les -15°C des jours précédents. Sans compter le manque de sommeil et, probablement, la déshydratation. C’est clair que je ne bois pas assez, erreur classique l’hiver. D’autant plus que ne pas avoir de réchaud à gaz les premiers jours, et dans le Jura l’an dernier, m’a fait prendre la mauvaise habitude d’économiser l’eau.

Leçon numéro 8 : -5°C, c’est froid.

Leçon numéro 9 : Boire, et encore boire. Au moins toute la flasque de 500 mL que je garde contre moi.

Trois bougies dans la nuit. Bon dîner au gaz. Vraiment pratique, ce réchaud…

Le temps passe vite quand on s’amuse. Déjà 21h, au dodo. Je garde contre moi la flasque remplie de thé brûlant. Le luxe !

Bonne nouvelle : le sac de couchage est à peu près sec. La technique de le laisser sous moi hier a fonctionné. Je fais la même chose cette nuit avec le pantalon et le caleçon long. Ça me rassure beaucoup de voir que l’humidité est réversible, même en l’absence d’un énorme feu.

Hors ligne

#49 06-01-2022 15:35:58

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 3 948

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

e prends un rapide déjeuner. Il ne fait que -5 mais il souffle une légère brise, glaciale. Curieusement, j’ai l’impression d’avoir plus froid que sous -15 à Helsinki. Pas assez alimenté ? Pas assez hydraté ? Fatigué ? Vêtements mouillés ?

Le vent c'est l'ennemi.

Sinon classiquement (et en imaginant...): tu passes une nuit à transpirer dans tes vêtements (minimum sous vêtements) dans un wagon bien chauffé. Tu sors et marche directement, comme les vêtements sont chauds c'est ok au début même avec la différence de froid.

Avec l'effort de la marche et le dégagement de chaleur c'est aussi OK à la longue. Comme il fait seulement un peu froid et que c'est humide tes vêtements se gorgent insidieusement encore plus d'humidité.  D'autant plus que le petit vent te fait fermer les écoutilles (aérations mécaniques). Tu t'arrêtes, plus de génération de chaleur, l'humidité fait son oeuvre sur les isolants et au contact de ta peau tu te gèles. Encore plus après avoir mangé (sans affluant au ventre). Si en plus tu es fatigué, peu hydraté et mal nourris c'est jackpot : glagla.



Toi t'es pas copain avec Ormuz!

7SKVV7wEF.PXL_20211228_115300199.jpeg

Je vois des brindilles pleines de lichen (éponge à humidité) posées plus ou moins directement sur la neige (fournisseur insatiable d'humidité à la chaleur) : la déconvenue est inévitable.

On fait une plate forme sèche (idéalement bûchette sèches fendues coeur vers le haut), on dispose les brindilles sèches et/ou écorcées sans lichen dessus, on a le petit bois, le moyen bois et le gros bois disposé à porté bien isolés de l'humidité (pas au contact de la neige), on fait gaffe au vent et on amorce la chaîne pyrotechnique boute feu + allume feu en essayant de maximiser  le contact comburant+carburant tout en limitant les sources de refroidissement (humidité, vent..) en prenant bien soin de concentrer la chaleur produite (surtout au départ).

Plus facile à montrer qu'à expliquer. Encore plus facile à rater en le démontrant.   big_smile

En tout cas, c’était clairement une erreur d’utiliser mes deux paires de chaussettes en actif.

Une baffe!   big_smile  big_smile

(la prochaine fois c'est direct JJ ! )


Mais quel travail de bâtonner tout ça pour gagner le cœur sec !

Proverbe paysan...Le bois cela réchauffe 4 fois : quand on le coupe, quand on le transporte, quand on le fend et une dernière fois quand on le brûle.


Tout à mon affaire, je ne réalise pas que de la neige tombe sur la pelle qui me sert de siège. Mon pantalon est trempé, et jusqu’à mon caleçon et mes fesses ! Je me rends compte que je suis gelé.

On a toujours, toujours, un bout de mousse (repose cul) quand on bivouac dans la neige. Les russes (et affiliés) qui ont une bonne expérience de la neige transportent avec eux cette protection de séant.

ex : https://www.youtube.com/watch?v=z7h4hn8QaEw

Je me rends également compte que j’ai beau avoir une polaire et deux doudounes, si j’ai le cou à l’air, ou les oreilles, j’ai froid. Il faudra d’ailleurs que j’emporte une ceinture la prochaine fois.

C'est facile de se protéger du froid à l'exception des extrémités. C'est bête c'est ce qui gèle en premier.

La ceinture (cordon) c'est une des innovation de la Jacket Field M 43. En compartimentant le vêtement on peut renforcer grandement l'isolation ou au contraire le ventiler.

1677d.jpg


Quand je me penche pour préparer le feu, je me retrouve souvent avec le bas du dos à l’air… Tout comme avec le quilt, la chaleur s’échappe par le moindre interstice.

Ici on passe beaucoup de temps à peser les trucs et à discuter de la performance d'un isolant en parlant de cuin ou clo. C'est secondaire, les grosses pertes au niveau des vêtements ont lieu par convection.

Le truc important c'est donc qu'un vêtement extérieur et/ou isolant ferme bien, couvre le plus possible et ne bouge pas quand on est fait des mouvements. Le reste c'est moins important.

On met l'ensemble de ses vêtements, on lève les bras à la verticale, on touche ses pointes de pieds et si on le vêtement remonte ou pire si on voit un bout de peau c'est que c'est pas bon.

En fait, j’ai sous-estimé ce petit -5°C.

+5°C/-5°C= centre de la zone de mort (+10°C/-10°C)

Boire, et encore boire. Au moins toute la flasque de 500 mL que je garde contre moi.

Plus il fait froid plus on perd de l'eau lors de la respiration. L'effort est aussi plus important du fait des conditions.  Comme en plus on mange en général du lyo ou du sec (sinon ce serait du béton) on doit boire beaucoup (beaucoup) plus que de normal.

wink


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#50 06-01-2022 16:40:34

Ytreza
Têtu comme un mulet
Lieu : Déraciné
Inscription : 06-01-2020
Messages : 1 082

Re : [Récit + liste] Le pays blanc : premiers pas en Finlande

Merci, ith, c'est exactement le genre de réaction que je recherche (pas trop fortes, les claques ! wink ). J'ai bien fait d'avoir pris ces photos du feu. Je prends bonne note de toutes les remarques (au sens littéral, dans mon calepin smile )

ith a écrit :

on a le petit bois, le moyen bois et le gros bois disposé à porté bien isolés de l'humidité (pas au contact de la neige), on fait gaffe au vent et on amorce la chaîne pyrotechnique boute feu + allume feu en essayant de maximiser  le contact comburant+carburant tout en limitant les sources de refroidissement (humidité, vent..) en prenant bien soin de concentrer la chaleur produite (surtout au départ).

A quel moment on doit ajouter du bois, augmenter le calibre ? J'imagine que trop tôt ça étouffe, trop tard il n'y a plus assez de chaleur et ça ne prend plus (la chaîne est rompue) ? Comment savoir ?

ith a écrit :

Plus facile à montrer qu'à expliquer. Encore plus facile à rater en le démontrant.   big_smile

C'est sûr que l'apprentissage autodidacte kinesthésique du feu c'est pas le plus efficient, mais je m'amuse bien à barboter dans la neige tongue

En tout cas, c’était clairement une erreur d’utiliser mes deux paires de chaussettes en actif.

C'est marrant aussi de voir que rester en sécurité, proche de la civilisation, fait faire des erreurs que je n'aurais certainement pas faites sans solution de repli...
En revanche, un problème que je n'ai pas résolu, c'est l'humidité des chaussures. Même en changeant de paire de chaussette en arrivant au camp, il faut bien remettre les chaussures si on veut rester dehors (les chaussons duvet ne suffisent pas). Comme les chaussures sont humides, au bout de quelques heures la paire de chaussettes sèche le devient également.
Je vois trois solutions :
1/ faire sécher les chaussures près du feu (en admettant que j'arrive un jour à faire un feu qui chauffe wink )
2/ VBL en actif, de sorte que les chaussures sont toujours sèches (mais bonjour l'état des pieds qui marinent...)
3/ double VBL au camp, un entre pieds nus et chaussettes de bivouac (pour protéger les chaussettes de la transpiration), un entre chaussettes et chaussures (pour protéger les chaussettes de l'humidité de la chaussure). Comme on transpire beaucoup moins au camp, il y aurait moins le problème des pieds qui marinent ?

ith a écrit :

Le truc important c'est donc qu'un vêtement extérieur et/ou isolant ferme bien, couvre le plus possible et ne bouge pas quand on est fait des mouvements. Le reste c'est moins important.

On met l'ensemble de ses vêtements, on lève les bras à la verticale, on touche ses pointes de pieds et si on le vêtement remonte ou pire si on voit un bout de peau c'est que c'est pas bon.

Je pense que le dernier investissement que je vais devoir faire, c'est une grosse doudoune qui descend bas.
Je m'interrogeais aussi sur la pertinence des longs manteaux avec capuche en fourrure (aussi en actif).

ith a écrit :

Comme en plus on mange en général du lyo ou du sec (sinon ce serait du béton) on doit boire beaucoup (beaucoup) plus que de normal.

En vivres de course, j'ai tourné au jambon cru, pain (grosse miche, ce n'est pas devenu du béton, seulement un peu congelé en surface (et toujours coupée proprement)), et classiques arachides / barres céréales. J'ai aussi un morceau de beurre, à sucer tel quel ou avec du pain. Et du chocolat aux noisettes. Je crois que c'est tout. Pour le dîner, semoule et soupe déshydratée.

Hors ligne

Pied de page des forums