Aller au contenu

#26 13-02-2022 11:47:31

fab
Membre
Inscription : 02-02-2006
Site Web

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Merci pour ces retours.

Par température vraiment froide, est-ce qu'un thermos (si on a un réchaud qui fonctionne) ne serait pas un plus pour se réchauffer rapidement ?

Hors ligne

#27 13-02-2022 13:08:18

Gand'
Membre
Inscription : 28-11-2021

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

fab a écrit :

#643192Merci pour ces retours.

Par température vraiment froide, est-ce qu'un thermos (si on a un réchaud qui fonctionne) ne serait pas un plus pour se réchauffer rapidement ?

Les thermos c'est gros, c'est lourd, tu peux pas boire dedans (faut un verre), quand ça gèle c'est l'enfer et ça fait une mauvaise bouillotte.

Hors ligne

#28 13-02-2022 13:38:03

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

J'ai pris un thermos lors de mes 2 dernières balades là-haut, dont une avec des T°C très froides, souvent en dessous de -30°C. Il a été très appréciable d'avoir une boisson bien chaude immédiatement disponible à l'arrivée.
Le mien possède un bouchon qui sert de verre et il a des bords plastiques, ce qui permet de boire sans se geler les lèvres. il n'a jamais gelé, pourtant placé dans la pulka pour faciliter l'accès sans dépose de sac.
Par contre effectivement, il ne peut pas servir de bouillote, mais une Nalgène de 500 ml en complément fait le job.
Certes 418 g de contenant, mais ça fait parti désormais pour moi de ces grammes, non indispensables, mais qui peuvent faire la différence, et qu'une pulka permet d'emporter sans trop se pénaliser. D'ailleurs j'hésite pour une prochaine longue balade à en emporter une d'un litre...

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#29 13-02-2022 14:23:47

lynx18
mulberry
Inscription : 27-12-2008

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Merci pour ce récit qui me rappelle une mésaventure finlandaise dans ce coin il y a une dizaine d'années ( un seul réchaud essence qui se met à faire des siennes, pas de thermomètre, pas de ressenti de la chute brutale des températures, morsures redoutables du froid favorisées par la déshydratation , etc.. ) pour finir en stop avec les pulkas  le long d'une route norvégienne hmm

une photo de ma thermos isolée

7TJv12QYL.housse-thermos.s.jpeg

J'avais aussi une Nalgène en complément

Hors ligne

#30 13-02-2022 16:35:29

Gand'
Membre
Inscription : 28-11-2021

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

florencia a écrit :

#643206J'ai pris un thermos lors de mes 2 dernières balades là-haut, dont une avec des T°C très froides, souvent en dessous de -30°C. Il a été très appréciable d'avoir une boisson bien chaude immédiatement disponible à l'arrivée.

Faudrait demander l'avis de Grand Pas, qui a plus souffert a eut un ressenti différent du froid que Doc et moi ^^

Hors ligne

#31 13-02-2022 17:17:40

Doc
Membre
Lieu : Vercors :D
Inscription : 19-04-2015

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Une thermos, ce serait du luxe, si j'en prenais une, ce serait en remplacement d'une des deux Nalgenes. Mais je n'en ai jamais ressenti le besoin, et le réchaud, le temps qu'il a fonctionné était assez rapide le soir pour avoir rapidement une boisson chaude (du thé au beurre ! Une idée de génie en rando hivernale pouce) en arrivant au bivouac. En plus en étant plusieurs on pouvait facilement se répartir les tâches (montage de l'abri, corvée de bois et corvée d'eau).

Edit : Tout ça pour dire qu'a priori, non je n'en emmènerais pas non plus la prochaine fois. Par contre sur des sorties weekend avec nuit en refuge de prévu, je glisse ça facilement dans mon sac, parce que oui, c'est agréable d'avoir une boisson chaude dispo en permanence.

Dernière modification par Doc (13-02-2022 17:19:51)


He likes it cold !

Hors ligne

#32 13-02-2022 17:34:52

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Doc a écrit :

en étant plusieurs on pouvait facilement se répartir les tâches (montage de l'abri, corvée de bois et corvée d'eau)

Exact, le fait d'être en groupe change la donne, randonnant en solitaire, et souvent à plusieurs jours de villages (mais pas de cabane), je ne vois plus le thermos comme un luxe, mais une sécurité, y compris pour "multiplier" l'eau en cas de panne de réchaud ou échec d'un feu.
Mon thermos remplace effectivement la seconde Nalgène, donc surplus de 348 g -70 g.

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#33 13-02-2022 18:22:10

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Merci beaucoup pour ce récit documenté. smile

+1 pour le back-up réchaud à essence, dans mes lectures de balades à ski sur la durée, beaucoup font le choix d'emmener un joint de rechange et même une pompe entière, en plus de pièces pour le réchaud.


Doc, personnellement j’emmène une pompe complète de rechange ( avant j’avais le kit de réparation). J’ai une rouge, mais maintenant qu’ils ont la grand froid bleue ce sera elle.

Ceci dit le gaz a tellement d’avantages…surtout avec les melanges hiver et les réchauds inversables modernes. Le défaut c’est que l’entretien n’est pas toujours facile.

Personnellement, sur le thermos c’est vrai que je balance pas mal. Mais quand je suis seul, je prends un thermos…Thermos. Je ne randonne pas non plus en tente chaude…mais je n’ai rien contre les cabanes.

Pour l’isolation. Il me semble indispensable d’avoir un coupe vent couvrant le séant et le bas ventre. Et même si ça descend sous ce niveau c’est mieux.

De même, pour le bivouac il me semble indispensable de pouvoir se couvrir les jambes avec une couche isolante supplémentaire.

Il faut faire attention au phénomène d’hypothermie lente. Si on a un déficit léger où si le corps lutte trop pour conserver la chaleur…petit à petit on rentre dans l’hypothermie. C’est d’autant plus insidieux que c’est imperceptible.

A cela s’ajoute la fatigue accumulée. Les anglo saxons parlent d’exhaustion. C'est ce qui amène à l’hypothermie lente.

Vous n’avez pas eu de vent?


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#34 13-02-2022 19:02:22

Doc
Membre
Lieu : Vercors :D
Inscription : 19-04-2015

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Non, pratiquement pas de vent. Vraiment en terme de météo, à part la -30°C que l'on avait pas complétement anticipé (et encore, sans les soucis de réchaud, on aurait beaucoup mieux géré), on a eu un temps absolument idéal smile

Pas de vent et pratiquement pas de neige non plus d'ailleurs.


He likes it cold !

Hors ligne

#35 13-02-2022 19:08:17

Gand'
Membre
Inscription : 28-11-2021

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

ith a écrit :

#643229A cela s’ajoute la fatigue accumulée. Les anglo saxons parlent d’exhaustion. C'est ce qui amène à l’hypothermie lente.

Épuisement ou éreintement en français, ou alors ils rajoutent une subtilité supplémentaire ?

Hors ligne

#36 13-02-2022 19:19:37

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Gand' a écrit :

#643236

ith a écrit :

#643229A cela s’ajoute la fatigue accumulée. Les anglo saxons parlent d’exhaustion. C'est ce qui amène à l’hypothermie lente.

Épuisement ou éreintement en français, ou alors ils rajoutent une subtilité supplémentaire ?

Ils y associent une notion mélangeant hypothermie et fatigue.

En fait on meurt rarement « de froid », on meurt plutôt de fatigue du fait des conditions difficiles et de l’effort (c’est lié)..ce qui fait qu’épuisé on s’abandonne au froid. Souvent il y a aussi un problème de déshydratation. La faim installée ou simplement un déficit étant un facteur très aggravant.

Sans compter qu’avant cela on a généralement accumulé les erreurs du fait de la situation, pas facile de réfléchir quand le froid nous saisit, ce qui hâte la conclusion.


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#37 13-02-2022 19:23:59

Chat Mauve
Membre
Lieu : Pas trop loin de Fontainebleau
Inscription : 25-07-2019

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Avez-vous trouvé la cause de la panne du réchaud ?
En 40 ans d'utilisation exclusive de réchauds à essence (mais pas par grand froid, ni avec un MSR réchaud à réservoir/pompe déportés, j'ai eu plusieurs fois des problèmes de pompe qui ne coulissait plus, et j'emportait systématiquement une petite fiole d'huile…

Dernière modification par Chat Mauve (14-02-2022 06:35:28)


La paresse est mère de l'ingéniosité (maxime MUL)

Hors ligne

#38 13-02-2022 19:59:28

fab
Membre
Inscription : 02-02-2006
Site Web

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

ith a écrit :

#643229Merci beaucoup pour ce récit documenté. smile

+1 pour le back-up réchaud à essence, dans mes lectures de balades à ski sur la durée, beaucoup font le choix d'emmener un joint de rechange et même une pompe entière, en plus de pièces pour le réchaud.


Ceci dit le gaz a tellement d’avantages…surtout avec les mélanges hiver et les réchauds inversables modernes. Le défaut c’est que l’entretien n’est pas toujours facile.

Ça fonctionne par moins 35°C le gaz ?

Hors ligne

#39 13-02-2022 21:28:06

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Merci à tous les trois pour ce retour détaillé et ces analyses à postériori, ce sera sans doute utile à d'autres.
Ce récit permet de rappeler (comme l'ont fait Florencia ou Ith ci-dessus) pas mal de fondamentaux cruciaux l'hiver là-bas.

- Toujours suivre la météo, et effectivement la confronter à la réalité du terrain (redoux=fonte possible, humidité; effondrement des T° = risque accru de casse sur tout le matos plastique ou métallique, difficultés des manipulations fines, hypothermie possible).

- Tester toutes ses couches avant de partir, à fond.
     -Pas de jour possible aux jointures (poignets, reins, cou etc)
     -Pas de couches qui se superposent exactement (élastiques),
     -rien qui ne serre, nulle part (chaussettes, chaussures, taille, aisselles etc)
     -ou n'entrave les mouvements (hauts de tailles croissantes, pour éviter d'être engoncé).
     -Pouvoir porter ses sous-gants (ou gants) AVEC ses moufles, avoir une couche de moufles de travail pour bucheronner et ne pas flinguer moufles et/ou sous-gants.

- Ne jamais transpirer, toujours savoir évacuer l'humidité (vive les chaussons amovibles dans les pompes, les deux paires de chaussettes à faire sécher près du poële de rencontre !) Je vois que vous avez apprécié le combo Aclima-Buffalo, ça fait plaisir smile

- Ne jamais compter sur ce qui n'est pas archi-rustique. Un réchaud, c'est fragile, l'essence, c'est chiant à manipuler par -30°C... Là-haut, il y a des forêts, du bois, et faire un feu est une seconde nature chez les finlandais. La tente chauffée, c'est luxueux mais étroit, on a tôt fait de faire des trous à ses fringues en heurtant le poële, surtout à 3. Un feu ouvert réchauffe moins (quoique), oblige à rester dehors et graviter autour, mais quel bonheur ! Et franchement là-haut à cette saison, à priori, avec de bons allumes feux et en étant méthodique, ça flambe. Surtout en s'y mettant à trois pour récolter le bois mort sur pied (il y en a en abondance dès qu'on s'éloigne des sentiers battus)

- La bouilloire, c'est le bien. Le couvercle ne se barre pas, on peut la poser dans le feu, l'ouverture est assez grande pour la charger de neige, et c'est simple à manipuler. Plus qu'une popote. On en trouve de 3 à 5 litres à Ivalo et dans toutes les grandes surfaces là-bas. Et la flotte n'y prend pas ce goût de cendres "Lapsang-Souchong" si particulier big_smile Alors oui c'est volumineux, mais bon, avec une pulka, est-ce un souci ?

- Le pulkas, c'est bien sur la neige. Dans la caillasse ou sur le gravier, faut charger le matos sur le dos. De l'intérêt d'avoir un sac à bretelles dessus.

Bref, que du bon votre retour ! Bravo !



Vous y retournez quand ?


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)
Si Edition sans raison indiquée : GolgOrth, Sainte Axe, petites précisions diverses...

Hors ligne

#40 13-02-2022 21:33:13

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

La thermos Thermos d'un litre, j'en ai une, j'aime beaucoup, elle garde vraiment bien la chaleur et l'inertie du volume y est sans doute aussi pour quelque chose, mais ça fait trois fois que je ne la prends pas... A deux ou trois, je n'ai ai jamais éprouvé le besoin.
Mais seul, nul doute que je l'envisagerais sérieusement, à la place d'une de mes nalgene (les rigides en HDPE)


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)
Si Edition sans raison indiquée : GolgOrth, Sainte Axe, petites précisions diverses...

Hors ligne

#41 13-02-2022 21:57:56

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

fab a écrit :

#643244Ça fonctionne par moins 35°C le gaz ?

Non, je ne le pense pas*. Mais je dois dire que je n’ai jamais essayé par -30c. Quand j’ai rencontré en bivouac ces températures j’avais un réchaud essence fonctionnant à l’essence voiture.

Mais cela fonctionne (avec précautions) jusque vers -20C. Ce qui représente tout de même le cas le plus courant.

C'est inhérent à la B 188 EN417:2012 (les cartouches à visse les plus courantes désormais :

B188 https://www.lindalgroup.com/products/b188

EN417:2012 https://standards.iteh.ai/catalog/stand … n-417-2012

4.2.6 Gas cartridges shall be so designed and constructed that they do not leak at temperatures from

–20 °C to + 70 °C.

En gros : Les cartouches de gaz doivent être prévues et construites pour ne pas fuir pour des températures comprises entre -20°c et +70°C


De plus ici le mode de camping comprenait une tente chauffée. Comme le rappelle YOU le feu est le moyen le plus commode en zone boréale quand du bois est disponible. Il est très difficile de randonner dans le froid constant sans chauffage.



* On parle ici des réchauds "ordinaires" que l'on utilise dans nos contrées. Il existe (ou a existé) des réchauds fonctionnant au 100% propane en mode liquide. Dans ce cas cela peut fonctionner théoriquement jusqu'à -35°C.

zenstove : http://zenstoves.net/Canister.htm

Mais dans la vie réelle la conception du réchaud (métaux utilisés, facilité d'usage, entretien...) est tout aussi important à ces températures. La majorité des métaux atteignent le point qui leur fait perdre leur élasticité. Pour les joints ordinaires c'est bien avant. 

Par grand froid les trucs simples type "réchaud non pressurisé" reprennent le dessus, mais c'est difficilement transportable pour des randonneurs.

Toujours sur Zenstove : http://zenstoves.net/MusherCooker.htm

[EDIT] précisions et références de l'argumentation.

Dernière modification par ith (14-02-2022 11:04:20)


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#42 13-02-2022 23:29:14

Doc
Membre
Lieu : Vercors :D
Inscription : 19-04-2015

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

fab a écrit :

#643244

ith a écrit :

#643229Merci beaucoup pour ce récit documenté. smile

+1 pour le back-up réchaud à essence, dans mes lectures de balades à ski sur la durée, beaucoup font le choix d'emmener un joint de rechange et même une pompe entière, en plus de pièces pour le réchaud.


Ceci dit le gaz a tellement d’avantages…surtout avec les mélanges hiver et les réchauds inversables modernes. Le défaut c’est que l’entretien n’est pas toujours facile.

Ça fonctionne par moins 35°C le gaz ?

A -35°C, non ou alors mal, ça commence à être galère à partir de -20°C, le gaz inversé aide, mais ce n'est pas magique non plus, mais ce qui est important c'est la température du gaz, par de l'air ambiant, du coup il y a plein de manière de tricher, en réchauffant la bouteille sous sa veste, avec une bougie chauffe plat, en la gardant entre les mollets pendant que ça chauffe (réchaud déporté). Et sur le réchaud à gaz, il n'y a pas de préchauffe (une petite avant de renversé la bouteille, mais le réchaud est fonctionnelle avant), du coup on peut interrompre la chauffe pour réchauffer ou remplacer la bouteille et recommencer 5min plus tard sans s'emmerder à refaire préchauffer le réchaud.

You a écrit :

Merci à tous les trois pour ce retour détaillé et ces analyses à postériori, ce sera sans doute utile à d'autres.
Ce récit permet de rappeler (comme l'ont fait Florencia ou Ith ci-dessus) pas mal de fondamentaux cruciaux l'hiver là-bas.

- Toujours suivre la météo, et effectivement la confronter à la réalité du terrain (redoux=fonte possible, humidité; effondrement des T° = risque accru de casse sur tout le matos plastique ou métallique, difficultés des manipulations fines, hypothermie possible).

- Tester toutes ses couches avant de partir, à fond.
     -Pas de jour possible aux jointures (poignets, reins, cou etc)
     -Pas de couches qui se superposent exactement (élastiques),
     -rien qui ne serre, nulle part (chaussettes, chaussures, taille, aisselles etc)
     -ou n'entrave les mouvements (hauts de tailles croissantes, pour éviter d'être engoncé).
     -Pouvoir porter ses sous-gants (ou gants) AVEC ses moufles, avoir une couche de moufles de travail pour bucheronner et ne pas flinguer moufles et/ou sous-gants.

- Ne jamais transpirer, toujours savoir évacuer l'humidité (vive les chaussons amovibles dans les pompes, les deux paires de chaussettes à faire sécher près du poële de rencontre !) Je vois que vous avez apprécié le combo Aclima-Buffalo, ça fait plaisir smile

- Ne jamais compter sur ce qui n'est pas archi-rustique. Un réchaud, c'est fragile, l'essence, c'est chiant à manipuler par -30°C... Là-haut, il y a des forêts, du bois, et faire un feu est une seconde nature chez les finlandais. La tente chauffée, c'est luxueux mais étroit, on a tôt fait de faire des trous à ses fringues en heurtant le poële, surtout à 3. Un feu ouvert réchauffe moins (quoique), oblige à rester dehors et graviter autour, mais quel bonheur ! Et franchement là-haut à cette saison, à priori, avec de bons allumes feux et en étant méthodique, ça flambe. Surtout en s'y mettant à trois pour récolter le bois mort sur pied (il y en a en abondance dès qu'on s'éloigne des sentiers battus)

- La bouilloire, c'est le bien. Le couvercle ne se barre pas, on peut la poser dans le feu, l'ouverture est assez grande pour la charger de neige, et c'est simple à manipuler. Plus qu'une popote. On en trouve de 3 à 5 litres à Ivalo et dans toutes les grandes surfaces là-bas. Et la flotte n'y prend pas ce goût de cendres "Lapsang-Souchong" si particulier big_smile Alors oui c'est volumineux, mais bon, avec une pulka, est-ce un souci ?

- Le pulkas, c'est bien sur la neige. Dans la caillasse ou sur le gravier, faut charger le matos sur le dos. De l'intérêt d'avoir un sac à bretelles dessus.

Bref, que du bon votre retour ! Bravo !

Vous y retournez quand ?

Pour l'allumage du feu, pendant le début d'hypothermie de Grand Pas, on a essayé et à moitié réussi (avec beaucoup d'essence et un bon bout de chambre à air), on commençait à avoir des braises, mais comme on a fait ça dans l'urgence, avec les restes de bois de la veille, stocké en vrac sur la neige (donc gelé, alors qu'on les avait ramassé mort sur pied, tout comme il faut), ça a mit du temps et c'était pas les feus de la Saint Jean, au moment ou l’éleveur est arrivé, le feu était encore trop petit pour réchauffer quoi que ce soit. Autant je sais allumer, entretenir et gérer un feu sous la pluie, autant dans le froid comme ça, ça demande une certaine rigueur et on était pas forcément dans de bonne condition pour une première, on serra mieux préparé la prochaine fois.

On y retourne quand ? Seulement l'hiver prochain malheureusement, il aurait fallu repartir immédiatement, mais le ras le bol du matos a mis quelque jour à se dissiper après le retour et maintenant sur le reste des vacances, ça fait court.

Dernière modification par Doc (13-02-2022 23:32:57)


He likes it cold !

Hors ligne

#43 14-02-2022 07:37:27

fab
Membre
Inscription : 02-02-2006
Site Web

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Merci pour ces réponses sur le gaz.

Pour le buffalo, vous avez une idée du grammage de la polaire ? Ça ne serait pas trop chaud pour du ski de randonnée en France l'hiver ?

Est ce que la version veste n'est pas plus polyvalente ?


Petite question concernant le beurre, vous l'avez transporté dans quoi depuis la France, ça ne fond pas trop durant le trajet ?


Concernant la partie hypothermie, est ce qu'un Windsac ou une couverture de survie épaisse comme la space blanket aurait pu aider ? Ou les deux ?

https://hilleberg.com/eng/shelters/windsack/

Dernière modification par fab (14-02-2022 07:53:24)

Hors ligne

#44 14-02-2022 08:16:09

Gand'
Membre
Inscription : 28-11-2021

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

fab a écrit :

#643267Petite question concernant le beurre, vous l'avez transporté dans quoi depuis la France, ça ne fond pas trop durant le trajet ?

Pour le beurre du thé au beurre c'est du beurre clarifié stocké dans des poches à glaçons souples (ça fait des doses individuelles, très pratiques).
Et on avait aussi du beurre salé en plaquettes classiques.

Dans les deux cas ça ne fond pas à température ambiante en hiver.

Hors ligne

#45 14-02-2022 12:00:30

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Je me permet...

Blouson D4 Hiver SH 100 X-warm 1200g
La fois dernière, j’étais parti avec la grande sœur SH500 U-warm, qui m’avait tenu trop chaud, je suis donc parti avec un modèle plus léger. Je n’en =suis pas très content. Déjà, le changement de couche est laborieux (s’arrêter, enlever le sac, le manteau, l’attacher sur le sac, remettre le sac, repartir ……), il vaut mieux un vêtement chaud directement modulable et une couche coupe vent à mettre qu’en cas de mauvais temps. Ensuite, contrairement à U-Warm, la X-Warm ne couvre pas les fesses et mine de rien, quand il faisait -30, je me pelais littéralement le c**… En fait, dès qu’il a commencé à faire froid, je perdais de la chaleur par le fondement, ce qui a probablement contribué à mes déboires thermiques. De plus, les poches filets internes sont toutes petites et pas pratiques.
Du coup, je pense passer sur une veste buffalo, en me passant par la même occasion de polaire.

https://www.decathlon.fr/p/blouson-hive … R-p-329759


2e6e1e55bff89f2aa8f589fde32b4a4a1c6971.jpg

Ce blouson semble seulement imperméable et pas "respirant". Il intègre une couche de ouate de 200-150g/m² sur le corps. Il est donc difficile de gérer l'évacuation de l'humidité avec à moins d'avoir une discipline très rigoureuse. A défaut, on est peu confortable et les propriété thermiques des couches portées dessous se dégradent.

Comme tu le notes, le "tout en un " rend très galère le séchage des affaires le soir. Surtout si le bivouac est froid. L'humidité s'accumule de jour en jour et le vêtement est de moins en moins isolant. Le corps doit lutter pour rester confortable.

Il aurait été préférable d'avoir un blouson de type "anorak années 70" en ouate dans une enveloppe en nylon sans enduction ou membrane. C'est difficile à trouver de nos jours. Ce n'est pas l'idéal en action car la ouate s'oppose au transfert de l'humidité mais c'est bien mieux qu'une membrane, surtout une membrane "non respirante".

En revanche, même si la coupe exige le port d'une salopette ce qui était le cas avec les Bomber dont il est inspiré (on en parle plus haut), il a l'avantage d'avoir une revers sur le zip principal. Cela permet de laisser souvent le zip ouvert en activité et surtout si le zip "saute" il reste une protection contre les éléments. Par grand froid (à partir de -30°C) les élastiques sont parfois déficients, or il est important de ne pas avoir d'entrée d'air par le bas.

Le passage à une veste (shirts) de type Buffalo devrait être un changement important pour toi. C'est un vêtement qui permet de gérer très efficacement la transpiration tout en offrant une bonne protection contre le vent et une protection correcte contre l'humidité.

Toutefois comme  le modèle le plus courant n'est pas très long (c'est une coupe escalade) il faut là aussi bien soigner l'isolation du bas ventre. Et au repos il est important de bien isoler les fémorales, sauf si on saute de suite dans son sac de couchage.

Relativement court :
7TKYRzFZh.IMG_8229.jpeg

Relativement long :
7TKZbFOXm.DSC06392.jpeg

La Buffalo est très bien ventilée et fonctionne "fittée" directement sur la peau ou sur un truc très respirant (ici du synthétique). Mais, même si on perd des avantages, cela peut être aussi une simple couche intermédiaire large.
88e3adc3dc.img_8227_10-12-13.jpeg

EDIT : modifs avec photos explicatives.

Dernière modification par ith (14-02-2022 12:41:03)


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#46 14-02-2022 12:24:57

Chat Mauve
Membre
Lieu : Pas trop loin de Fontainebleau
Inscription : 25-07-2019

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

ith a écrit :

#643280Le passage à une veste de type Buffalo devrait être un changement important pour toi.
…/…
Toutefois comme  le modèle le plus courant n'est pas très long (c'est une coupe escalade) il faut là aussi bien soigner l'isolation du bas ventre. Et au repos il est important de bien isoler les fémorales, sauf si on saute de suite dans son sac de couchage.

Pour les vestes Buffalo, je ne sais pas.
Pour les "shirts", les mes modèles Special-6 et Active Shirts descendent sous les fesses.

Edit :
Comme ces vêtements doivent être portés assez ajustés, et que la longueur augmente avec le tour de poitrine, un utilisateur grand et mince n'aura peut-être pas les fesses couvertes.
En longueur, Special-6 > Active > Mountain.

Dernière modification par Chat Mauve (14-02-2022 12:55:49)


La paresse est mère de l'ingéniosité (maxime MUL)

Hors ligne

#47 14-02-2022 13:27:00

fab
Membre
Inscription : 02-02-2006
Site Web

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Est-ce que la gamme Vapor Rise n'est pas une version modernisée de ce concept :
https://rab.equipment/eu-fr/vr-summit-jacket
980788fbb86556e9813a0021ba9356ba8f1d31.jpg

Hors ligne

#48 14-02-2022 15:49:22

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

fab a écrit :

#643285Est-ce que la gamme Vapor Rise n'est pas une version modernisée de ce concept :
https://rab.equipment/eu-fr/vr-summit-jacket
https://rab.equipment/media/catalog/pro … eng=/w_900

En effet, le principe a l'air le même. Mais le système de ventilation est différent (grand zip central, pas de zip latéraux)


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)
Le kilt? La meilleure façon d’être en « burnes out »!
Trombi

Hors ligne

#49 14-02-2022 16:02:27

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

Magic Manu a écrit :

#643301

fab a écrit :

#643285Est-ce que la gamme Vapor Rise n'est pas une version modernisée de ce concept :
https://rab.equipment/eu-fr/vr-summit-jacket
https://rab.equipment/media/catalog/pro … eng=/w_900

En effet, le principe a l'air le même. Mais le système de ventilation est différent (grand zip central, pas de zip latéraux)

Il me semble que c'est plus proche de la Marmot Driclime qui existe depuis....pfffff.

Ce sont des vêtements valables pour l'action, mais la résistance à la pluie est minimale. Il faut artiller pour ne pas être mouillé et avoir froid sous une petite pluie. Alors qu'avec une Buffalo quand on est mouillé la marge est bien plus grande.

video
ex (2013) : https://www.youtube.com/watch?v=OPbsWVfFPOQ
ou (2014) : https://www.youtube.com/watch?v=PDL3BAZpEMc

Test récent chez UKC : https://www.ukclimbing.com/gear/clothin … cket-13745
Testée en 2010 sur BPL à 25 CFM. https://backpackinglight.com/forums/topic/70722/


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#50 14-02-2022 19:57:03

fab
Membre
Inscription : 02-02-2006
Site Web

Re : [Récit + liste] De Ivalo à Tromsø à ski... ou pas

ith a écrit :

#643307

Magic Manu a écrit :

#643301

fab a écrit :

#643285Est-ce que la gamme Vapor Rise n'est pas une version modernisée de ce concept :
https://rab.equipment/eu-fr/vr-summit-jacket
https://rab.equipment/media/catalog/pro … eng=/w_900

En effet, le principe a l'air le même. Mais le système de ventilation est différent (grand zip central, pas de zip latéraux)

Il me semble que c'est plus proche de la Marmot Driclime qui existe depuis....pfffff.

Ce sont des vêtements valables pour l'action, mais la résistance à la pluie est minimale. Il faut artiller pour ne pas être mouillé et avoir froid sous une petite pluie. Alors qu'avec une Buffalo quand on est mouillé la marge est bien plus grande.

video
ex (2013) : https://www.youtube.com/watch?v=OPbsWVfFPOQ
ou (2014) : https://www.youtube.com/watch?v=PDL3BAZpEMc

Test récent chez UKC : https://www.ukclimbing.com/gear/clothin … cket-13745
Testée en 2010 sur BPL à 25 CFM. https://backpackinglight.com/forums/topic/70722/

OK. C'est pas trop chaud pour du ski de rando à la montée ?

Pour l'instant j'utilise une rab alpha direct (polartec alpha 120 plus pertex quantum air). C'est ma softshell fétiche que j'utilise avec juste un t-shirt woolnet. C'est génial mais rab a arrêté de la fabriquer et je ne trouve rien d'équivalent. Je me demande si une buffalo pourrait la remplacer mais je ne voudrais pas quelque chose de trop chaud et lourd pour monter à peau de phoque.

Dernière modification par fab (14-02-2022 20:06:39)

Hors ligne

Pied de page des forums