Aller au contenu

#51 12-10-2022 20:00:53

WouinWouin
Membre
Lieu : Soignies
Inscription : 30-03-2021

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Au moins, avec cette pluie, cela m aura permis de voir que mon hybride n était plus tout a fait étanche. J ai eu quelques gouttes dans le sac.
Après vérification, il y avait un petit trou dans le tape DCF sur une couture.
Le problème étant résolu, l'eau ne rentre plus  cool

Hors ligne

#52 12-10-2022 22:35:20

lenainrouge
Membre
Lieu : Strasbourg
Inscription : 20-07-2020

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Hello,

Et moi, le fond du sac était bien humide, malgré le couvre sac. Heureusement, tout était emballé étanche. Mais quelle pluie, je n'avais jamais eu à affronter de telles conditions météo.

Merci Hervé pour l'organisation du circuit, les breztels, et le stollen, et le récit !

Bravo à nos deux amis belges pour la motivation malgré la mauvais météo.

J'ai eu beaucoup de chance d'être pris en stop sur cette route. On a croisé aucune voiture dans la descente vers Kruth.

Merci pour les photos. Le temps était si exécrable que je n'ai pas sorti mon tél de ma poche de la journée.

édition suite à la relecture du très beau récit d'Hervé, quelques précisions sur le matériel :
Pour la nuit, j'ai pas mal hésité (au point de changer 2 fois le contenu de mon sac la matin même !). S'il était entendu que je repartirai avec le Matelas Uberlite Thermarest, de retour de SAV la veille (valve qui fuyait), mais testé au préalable, le choix du sac de couchage, à la vue des températures annoncées m'incitait à partir avec le Valandré Lafayette. Toutefois, j'avais du mal à fermer le sac à dos (28l) avec ce sac, et j'ai voulu faire comme Hervé, j'ai donc emporté mon sac de couchage Cumulus X-Lite 200, et un sol escape bivy. Pour éviter le froid, j'ai dormi avec tout un équipement qui peut aussi tenir chaud au bivouac. Un Pantalon en apex 67, des choonies apex 100, un T-shirt Woolpower 200, une polaire fine Decathlon MH20, une doudoune Uniqlo, une veste sans manches en apex 100, plus un bonnet polaire Solignac.
J'ai tenté le début de nuit sans la veste et les choonies apex. Je me suis relevé au bout d'une heure pour les mettre.

La veste de pluie et le pantalon en 6D 3 layer WPB laminate (Berghaus hyper 100 et Gramxpert wind pant) offrent une protection correcte contre la pluie et le vent, mais après quelques heures de marche, je me suis senti mouillé, sans que je sache vraiment dire si c'était du à l'effort ou à des entrée d'eau.

Dernière modification par lenainrouge (12-10-2022 23:11:35)

Hors ligne

#53 12-10-2022 23:41:54

Prkl
Membre
Inscription : 05-04-2021

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

lenainrouge a écrit :

#668417La veste de pluie et le pantalon en 6D 3 layer WPB laminate (Berghaus hyper 100 et Gramxpert wind pant) offrent une protection correcte contre la pluie et le vent, mais après quelques heures de marche, je me suis senti mouillé, sans que je sache vraiment dire si c'était du à l'effort ou à des entrée d'eau.

Vues les conditions, il n'est pas improbable que la veste ait percée à force, surtout avec un sac que je suppose sans armature ?

Pour le pantalon par contre, qui ne subit quasi pas de pression, c'est étrange. As-tu bien étanchéifier les coutures qui ne le sont pas d'origine ?


Liste PCT 2022

"Carry as little as possible, but choose that little with care." Earl Shaffer

Hors ligne

#54 12-10-2022 23:58:57

lenainrouge
Membre
Lieu : Strasbourg
Inscription : 20-07-2020

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Pour le pantalon, je suis presque sûr que c'est à cause de la veste, qui est assez courte, et qui se roule sur elle-même au niveau de l'abdomen, elle ne recouvre pas correctement le pantalon. Il faut que je réajuste ça souvent pour que la veste couvre bien le sur pantalon, mais c'est une question de quelques cm à peine. De l'eau a coulé de la veste dans le pantalon. La Berghaus Hyper 100 est vraiment courte et serrée. Taille S, 94g, mais il ne faut vraiment pas avoir d'embonpoint. Je fais 1.75 et 55kg, et elle me va juste juste. Plutôt serrée.

Hors ligne

#55 02-04-2023 11:56:31

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Les Poissons dans l'eau !

Un petit avant-goût pour les candidats au Tour de la Thur maudit.

Ne nous mentons pas. Azerty et moi étions convenus de longue date de nous retrouver pour un joli week-end vosgien et printanier, profitant d'un déplacement professionnel du breton pour le rapprocher du marseillais normand de l'alsacien. Nous ne nous étions plus vus depuis notre séparation à l'Hospitalet à l'été 2020, lors d'une Acherpééééééé ! d'anthologie ...

Date et lieu étaient donc fixés, hors de question de laisser le moindre obstacle empêcher les retrouvailles.

aucun obstacle !
84lHMk8Fy.2023-03-30-01.jpeg

j'attends azerty
84lIy0Ix5.2023-03-30-02.jpeg

L'ami azerty arrive chez moi en voiture vers 19h le jeudi soir, le coffre chargé à bloc dans son auto pas MUL. J'y gagne une polaire D4 neuve qu'il me ramène wink  après avoir pillé toutes les réserves de l'enseigne pour l'avenir prévisible. C'est pour s'amuser à des découpages, dit-il ... Juste le temps de se mettre en tenue, et à 20h nous partons de chez moi à pied, pour basculer instantanément dans la montagne.

Forcément, avec une prévision météo apocalyptique, on va essayer de faire au mieux. La soirée est encore annoncée sèche, avant que dans la nuit n'arrivent de fortes pluies et une brusque montée du vent à 100 km/h au petit matin. J'ai plein d'options à proposer pour aller dormir "en dur" dans la montagne, et se laisser le loisir de prendre nos décisions d'itinéraire au matin. Les options raisonnables étaient une série de cabanes du Club Vosgien sur les versants Est du massif  des Thannerhubel & Rossberg (respectivement 1183 et 1191m), donc abrités du vent annoncé d'Ouest/Sud-Ouest, mais nous sommes joueurs et optons pour aller dormir sur la terrasse abritée du Refuge du Rossberg (1100 m) (idem que lors de la sortie des "Naufragés Volontaires"). Il ne doit pas faire trop froid (5°C annoncés), et les lieux permettent une redescente directe vers la vallée par le versant protégé du vent.

La montée des 850 m D+ au jour finissant puis à la nuit sont particulièrement agréables. Le ciel est mieux dégagé que ce que l'on nous annonçait, au point qu'une belle Lune au 3/4 pleine et très haute dans le ciel nous dispense des frontales. Nous passons vite les 2 belles cabanes les plus proches de chez moi (à 1/2 h puis 1 h de marche), puis redescendons momentanément par le Col du Hundsrück (748m). Nous y rattrapons le GR5 que nous empruntons en direction de la Méditerranée, pour la jolie montée vers le Rossberg. Un vent modéré est déjà établi quand nous traversons la large selle de prairie qui sépare les sommets arrondis des Thannerhubel et Rossberg, pour atteindre à 22:30 le refuge fermé à cette date.

Arrivant sur la terrasse visée, surprise ! Il y a de la lumière à l'intérieur et le refuge a donc dû être réservé par un groupe. Nous allons toquer à la porte vitrée d'où vient la lumière, et c'est le gardien bénévole de l'association gestionnaire qui se trouve tout étonné de notre présence. L'association avait organisé un week-end à 40 personnes (!) pour refaire les stocks de bois, mais tout vient d'être annulé en raison de la tempête annoncée. Seul lui et son épouse sont montés pour ouvrir et chauffer le refuge pour ces 3 jours, car pas question de fermer les lieux si le calendrier de l'association avait programmé une ouverture : des randonneurs égarés auraient pu se casser le nez ... Forcément, pourquoi dormir sur une terrasse si un refuge chauffé vous ouvre ses bras sans même vous demander de payer (NB : nous laisserons au matin 2 billets pour les bonnes œuvres de l'association) ?

Nous voilà donc au chaud et attablés, à taper la discut' avec le couple qui nous raconte l'histoire des lieux tandis que nous déballons nos casse-croûtes. Pas besoin d'allumer nos P3RS ou Top Notch, la bouilloire circule pour les boissons chaudes.

au déballage, il est vite constaté qu'on a trop chargé nos sacs en victuailles. En cet instant je fais une démonstration de chips broyées dégustées à la petite cuillère tongue
84lLq6ITv.2023-03-30-23.jpeg

Il est minuit quand azerty et moi allons occuper un vaste dortoir pour 20 personnes. Il y fait plus frais que dans le reste du bâtiment, car la porte avait été laissée fermée avant notre arrivée inopinée. Il y fait tout de même 12°C, alors que nous avions prévu des couchages 0°C : on n'aura pas froid ! Le breton dort comme un  bébé. Pour ma part je me fait vieux, le changement d'environnement me garde longtemps éveillé. Trop confortable dans mon duvet, j'y transpirerai lorsque le sommeil finira par avoir raison de mon insomnie ...

Au matin pendant notre petit-déjeuner une pluie intense vient battre un temps sur le toit de la terrasse, avec un peu de "brumisation" qui vient en mouiller les bords. L'actualisation des applis météo indique néanmoins un vent moins fort (rafales à 80 km/h au lieu de 100) et des pluies moins intenses (<1 mm / h) pour la journée. Nous décidons de tester l'itinéraire principal, juste sous la crête allant du Rossberg au Vogelstein. Le large sentier y est plutôt protégé, et lorsque nous nous mettons en chemin la pluie a cessé, même si quelques gouttes circulent à l'horizontale. Une grosse masse orageuse circule mais passe au Sud : notre direction vers le septentrion semble moins menaçante ...

Refuge du Rossberg, effleuré par une nouvelle masse orageuse
84lHMovn0.2023-03-31-08.jpeg

De là, le temps se tient. Mon appréhension des chutes de branches sinon d'arbres est toujours présente, mais le vent établi (~40 km/h) semble rester juste en-dessous du seuil de danger. Je reste cependant aux aguets des arrivées de rafales (~80 km/h), mais notre position juste à l'Est et sous la ligne de crête est suffisamment protectrice. Nous cheminons donc, psychologiquement préparés à une pluie qui va et vient sans jamais se lâcher franchement. Je tire et enlève la capuche de ma veste de pluie dans un cycle toujours recommencé.

Le sentier déroule, nous ne faisons que passer au Col du Belacker et sa ferme-auberge (nous virons au loin pour ne pas susciter l'appétit), puis le Col du Rimbach et sa mignonette "cabane des jeunes", abri minuscule pourvu d'une table sans pieds, car suspendue au toit par 2 chaînes. Qui veut y dormir doit prévoir d'avoir les pieds dépassant par la porte ! Par sécurité je voulais d'abord passer par la piste pour rejoindre Col des Perches et Rouge Gazon, mais les conditions semblent suffisamment clémentes pour nous permettre d'emprunter la crête intégralement boisée du Rimbachkopf (1195 m). Là où le Club Vosgien a récemment déplacé le GR5, pour éviter un passage "dangereux" jusqu'à il y a peu pourvu d'une échelle métallique, nous empruntons l'ancien sentier. Le détour est récent car ne datant que de l'année dernière : le chemin reste praticable mais il faut s'attendre à ce que, faute d'entretien, il s'efface peu à peu sous les glissements de la pente et les chutes d'arbres. L'échelle du passage "délicat" a été retirée, mais celui-ci est franchi en 3 pas faciles. Il y faut neige et verglas pour justifier le qualificatif.

Sous un ciel chargé le Soleil arrive malgré tout à percer, nous offrant de belles couleurs encore hivernales à ces date et altitude.

azerty sorti d'hibernation retrouve la montagne
84lHMqROh.2023-03-31-09.jpeg

La pluie annoncée ne vient toujours pas, et peu à peu je prends confiance sous la canopée remuée par un vent ronflant, mais pas au point de vouloir nous tomber sur la tête. Aux aguets des grincements et craquements éventuels, rien de sérieux ne semble menacer. Au Col des Perches, j'invite donc azerty sur un joli détour pour aller chercher notre 1er lieu  de pause au Chalet de la Haute Bers, après avoir contourné par la hauteur le Lac des Perches. Le sentier perché offre toujours d'aussi belles vues, j'adore ce passage !

Sous la pluie intermittente, sortir le téléphone de son étui est peu pratique. La plupart de mes photos sont donc faites à travers le plastique, donnant cette touche artistique baveuse ...

Lac des Perches
84lHMtfJH.2023-03-31-10.jpeg

azerty perché
84lHMvlEm.2023-03-31-10.jpeg

Finalement le "bol" où niche le lac, bien qu'ouvert vers l'Ouest, est plutôt abrité du vent. Cette traversée est paisible, jusqu'à ce que nous débouchions sur les prés de la Haute-Bers. Les quelques centaines de mètres restant jusqu'à la cabane sont bien ventés, mais plus d'arbre assez grand ici risquant de nous tomber sur la tête. Nous prenons de l'eau à la source qui crache un jet violent, puis rallions la cabane de rondins.

Toujours aussi pittoresque, elle a perdu en confort avec une vitre brisée remplacée par une feuille de plastique (mal) tenue au duct-tape. Il doit être désormais bien difficile de chauffer les lieux avec le poêle. C'est toutefois largement suffisant pour notre besoin de l'instant : pause-café et grignotage. Toujours un peu de soleil à l'extérieur, nous sommes décidément chanceux par rapport au sort auquel nous nous attendions.

ma cabane au Canada ...
84lHMzXpB.2023-03-31-10.jpeg

Nous repartons dans l'autre sens pour basculer vers la petite station de Rouge Gazon, vite traversée. Par une tourbière nous passons le col et basculons sur les flancs abondamment boisés de la Tête des Neufs Bois (1228m).

Les Neufs Bois, azerty trop fort !
84lHMDOdt.2023-03-31-12.jpeg

Le sentier s'accroche à une pente raide, puis se transforme en piste qui nous fait passer devant le Chalet St Hubert, superbe petite cabane rénovée en 2018 (terrasse abritée, mezzanine pour dormir, bonne isolation ...). La vieille cuisinière à bois que j'avais encore vu en novembre a été remplacée par une bien plus moderne et design. Un abri bien confortable pourvu qu'on se soit équipé pour faire son bois : il n'y a plus là qu'un manche de scie sans lame ... La visite est rapide, et nous descendons maintenant au Col de Bussang. L'axe routier est franchi sans temps perdu, et nous remontons quelques lacets de chemin pour rejoindre la petite route du Drumont. Tout cela est vite raconté, mais ce sont déjà 2h30 qui se sont écoulées depuis la 1ère pause. Le temps est toujours clément, mais nous savons que sur la crête du Drumont (1200m) nous serons bien exposés. C'est donc le bon moment pour faire ici la seconde pause, et nous avons pour ce faire un joli étang et son île-kiosque offrant une bulle de quiétude abritée.

Pendant notre casse-croûte nous faisons le point sur les différents sites d'atterrissage possible pour ce soir. Malgré les 20 km déjà parcourus, j'estime qu'il nous reste encore a minima 1000 m D+ devant nous avant d'envisager le bivouac en dur ... Je commence à me demander si cette journée n'est finalement pas trop ambitieuse ...

Etang Jean et sa cabane aux canards
84lHMGB5G.2023-03-31-13.jpeg

Jusqu'ici la journée avait été clémente, mais repartant de notre cabane aux canards la pluie s'installe dans les 400 m D+ de la montée du sentier des Russiers. La pente abondamment boisée est exposée au vent, et quand finalement nous débouchons sur la crête du Drumont la pluie nous fouette par la gauche. Nous progressons dans cet inconfort jusqu'à la table d'orientation du sommet, puis rattrapons vite la suite de la crête. Le sentier y court à l'orée du bois, protégé du vent par le rideau d'arbres et nous nous en portons mieux.

Nous ondulons jusqu'à la tête de Fellering (1223 m),  et je ne peux m'empêcher de lorgner sur les quelques spots de bivouacs qui parsèment le parcours, avec de belles vues vers la vallée de la Thur. Il s'ensuit une longue descente un peu raide vers le Col d'Oderen. Les bornes en pierre siglées "F" et "D" rappellent le tracé de la frontière de l'annexion allemande. Aujourd'hui nous sommes juste à cheval entre le Haut-Rhin (68) et les Vosges (88). Moi c'est Hervé27 (c'est malin  hmm  !).

Redescendus enfin au col routier d'Oderen (884 m), plus tranquille en terme de fréquentation que celui de Bussang, nous nous engageons sans attendre dans la remontée vers le Haut de Felsach (1161 m), toujours sous la pluie.

azerty au sommet
84lHMIXq1.2023-03-31-16.jpeg

Le sentier est très agréable et ondule avec de petits dénivelés, mais le cumul est appréciable. Nous passons la cabane des Wintergés (3 murs autour d'un large foyer ouvert), refaite à neuf à l'été dernier. Cette très jolie section boisée semble interminable et un peu déroutante, car le sentier se répète et se ressemble. Je crois souvent être déjà arrivé à la Tête du Chat Sauvage (1153 m), puis au Petit Ventron (1155m), mais chacune de ces éminences boisées se révèle toujours un peu plus loin.

le chat miaule à la Tête de l'azerty sauvage
84lHMLxiD.2023-03-31-17.jpeg

C'est dans ce secteur que nous faisons la 1ère rencontre du périple, un joggeur avec ses écouteurs. Nous n'avions croisé absolument personne sur le chemin depuis le départ de chez moi la veille. Ce sera le seul de cette journée.

La pluie s'est calmée et, sous l'épaisseur de nos systèmes 3 (pour moi) et 4 couches (pour azerty qui doute de son imper-respi vieillissante), nous évoluons dans une bulle de chaleur qui sèche gentiment transpiration et condensation des efforts précédents. Devisant des bonnes stratégies face à la pluie, azerty précise que le pire c'est quand la pluie vous tombe dessus à 1/2 heure de se mettre à l'abri, pourrissant les fringues juste quand il n'y aura plus moyen de les sécher. Nous sommes à 1/2 heure de l'abri visé, c'est donc là que la pluie reprend, plus vive et plus froide ...

Nous nous faisons mouiller en passant au sommet du Ventron (1204 m), en contrebas duquel nous allons chercher le refuge du CAF (fermé) pour faire le plein d'eau à sa fontaine. Encore quelques centaines de mètres, et nous voila dans l'abri de la Mereuille. Au final, nous avons fait exactement la même étape qu'à l'automne dernier, avec juste en plus l'escapade par le lac des Perches et la Haute Bers.

Avant de nous changer et sécher, nous passons 1/4 h à récolter du bois (trempé) aux alentours, histoire d'en mettre à sécher pour les suivants. Il y a une petite quantité de bois sec qui doit permettre de démarrer un feu : si cette première chauffe pouvait sécher un peu de ce que nous avons ramené, nous pourrions espérer une soirée confortable. Il y a à côté du poêle plusieurs grosses pièces de bois bien sec, mais aucun outil pour les découper ou fendre. Il faut donc faire avec le peu de petit bois pour tenter de faire brûler la seule bûche sèche disponible. Je vais y user un peu de mon alcool et 4 allume-feux de ma réserve, mais rien à faire : mes feux vivotent quelques instants puis s'endorment dans une combustion lente pour s'éteindre. Je finis par abandonner  sad .

Dans cet abri froid (5°C) et saturé d'humidité (95%), nous allons nous réfugier après dîner dans nos couchages. Azerty a suspendu ses vêtements mouillés, tandis que j'ai disposé les miens entre mon matelas et mon duvet pour que leur enfilage soit moins pénible demain matin. Pour éviter de communiquer trop d'humidité à mon sac de couchage, j'ai ajouté le sursac.

La pluie va battre sur la toiture toute la nuit. Dans son quilt confort +4°C azerty va avoir froid, et en effet mon thermomètre finira la nuit à 3.5 °C. Avec mon confort 0°C ma situation est meilleure, mais la fin de nuit sera plus difficile. L'inconfort viendra surtout de l'humidité saturée, et au matin duvet et sursac seront mouillés en ce qui me concerne. Azerty comme moi avons enfilé nos doudounes en supplément pendant la nuit.

Au matin nous prenons le temps d'un petit déjeuner calorique : il faut tenter de brûler nos réserves trop pondéreuses, et la motivation nous manque pour rejoindre la pluie froide à l'extérieur. Je suis d'une inefficacité et d'une lenteur extrêmes, et azerty m'attend patiemment pour un départ après 8h30 ... Nos vêtements ont été renfilés bien humides, il va falloir s'activer pour retrouver un équilibre thermique. Que de regrets de n'avoir pu faire convenablement démarrer le poêle ! Cela nous laisse un souvenir sinistre du sombre et humide abri de la Mereuille.

Plusieurs sentiers du massif du Ventron sont fermés en hiver, afin de réserver des zones de quiétude pour la faune sauvage. C'est encore le cas en ce 1er avril et nous contraint à suivre la petite route bitumée sur une paire de km. J'en profite pour une fois pour aller jeter un œil à la cabane suivante des Blancs Murgers qui aurait pu être une option, mais c'est sans regrets : le local est tout petit et peu engageant, des carreaux sont cassés, pas de bois sec et aucun outil ...

Malgré l'eau qui ruisselle abondamment, nous empruntons ensuite le sentier du GR531 jusqu'au Col de Pourri Faing, d'où après les planches glissantes de la tourbière il nous faut prendre une nouvelle déviation (pas déplaisante) pour respecter une autre zone d'interdiction saisonnière. A passer dans le ruissellement les chaussures ne sont plus mouillées mais trempées. Ce n'est pas spécialement inconfortable tant que l'on produit de la chaleur, mais fait appréhender le bivouac suivant si il y est tout aussi difficile de faire du feu. L'optimisme reste néanmoins de mise pour ce matin : nous avons pris nos marques sous la pluie, et sommes assez contents d'avoir pu nous en tenir exactement à l'itinéraire prévu jusqu'à présent. A l'heure du départ avant-hier soir, je n'y aurai pas cru une seconde !

Tourbière de Pourri Faing : ça ressemble à la Norvège ?
84lHMPRhL.2023-04-01-09.jpeg

Encore un petit col routier au Bramont (955 m), et nos nous élevons légèrement pour contourner la Cime de Ronde Tête. Là nous passons par le point de vue qui marque symboliquement la mi-parcours de mes tours de la Thur, avec la perspective dans la vallée vers le lac de Kruth-Wildenstein. Pluie et brume limitent la vue, mais bientôt nous allons virer vers le Sud pour amorcer le retour par l'autre côté de la vallée.

mi-parcours !
84lHMUi3d.2023-04-01-10.jpeg

Au Col de l'Etang nous passons un autre abri à 3 murs, ainsi que la seconde et donc dernière rencontre du périple : une promeneuse sous un large parapluie jaune et son chien qui nous fonce dessus, puis détale en piaillant  lol . Nous amorçons la remontée dans la pluie froide par quelques lacets du sentier, où le tapis de feuilles mortes a été récemment lessivé par les pluies. Tant mieux, c'est moins glissant ainsi ! Nous coupons d'abord la "Route des Américains", pour prendre enfin un sentier latéral et passer à la Source de la Thur, juste sous la Route des Crêtes.

l'homme des bois
84lHMSci6.2023-04-01-10.jpeg

la Thur est remontée !
84lHMZevp.2023-04-01-11.jpeg84lHMWVtF.2023-04-01-11.jpeg

D'ici nous avons quasiment rejoint le GR5, et la section pour revenir vers Thann est extrêmement roulante. Avec la satisfaction d'avoir su garder l'itinéraire des dernières 36 heures, nous sommes bien motivés pour affronter la suite. Pourtant nous allons nous faire surprendre par la violence du vent une fois proche de la crête exposée. Ce n'est pas qu'il est plus fort qu'hier, mais à ces températures bien basses (j'enregistrerai 1°C) la pluie chargée en grésil vient nous fouetter tantôt de côté, tantôt de face. Le vent qui devait avoir tourné au Nord-Nord-Ouest est encore au Sud-Ouest et nous fouette violemment.

Nos couches imper-respi sont collées contre nous par la force du vent, et nous basculons vite dans l'inconfort. Nous marchons par la route fermée à la circulation plutôt que d'aller chercher le GR5 au-dessus de nous, probablement plus exposé encore. Un point carto nous dit que nous pourrons décrocher vers un itinéraire plus bas et moins exposé d'ici 2 km, que nous effectuons à marche rapide pour limiter la casse.

Azerty a raison de ne pas jouer au dur et de me dire qu'il prend froid : je me sens encore armé pour avancer, mais la différence de ressenti entre nous deux n'est que d'une dizaine de minutes. Redescendre de cette altitude glacée, ventée et mouillée n'est soudain plus un confort mais une nécessité. Il y a bien tout près l'abri du Neurod, solide cabane du Club Vosgien, mais si nous nous y posons ce sera pour nous mettre au sec et dans nos duvets pour n'en plus bouger avant l'accalmie ! A hautur du refuge du Hus nous quittons donc la route pour une piste qui redescend en pente douce. Le vent se calme peu à peu et nous retrouvons la protection des arbres, mais la température ne remonte que lentement : 2°C, puis 2,5°C ...

En quelques instants notre optimisme a basculé, et nous convenons que nous avons trop joué de notre chance de la première moitié. Désormais, c'est direction la vallée ! Si la ferme-auberge Schafert, 250m D- plus bas, avait été ouverte, nous nous y serions certainement arrêtés. Peut-être qu'après une mise au sec et au chaud, un bon repas attablé nous aurait remis d'aplomb. Elle est fermée, alors nous descendons, descendons, par la piste devenue route puis par un sentier. Je me dis que si nous pouvons trouver une cabane dotée en bois, nous pourrions y faire arrêt et nous chauffer / sécher avant d'envisager une suite plus tranquille. Il y en a bien une que nous croisons, magnifique au-dessus du village de Kruth : il y a là fontaine, stock de bois abrité et ... 5 gros 4x4 montés par la piste pour occuper les lieux.

En bas dans la vallée, il y a le village de Kruth, et la gare pour rentrer à Thann. Toute motivation lessivée, c'est la direction que nous prenons ... Comme pour nous narguer, les éléments s'assagissent alors et un rayon de soleil nous accompagne jusqu'à la gare. Là le tram-train de la vallée attend, moteur tournant et wagons chauffés. Nos esprits ne résistent plus, nous rentrons un jour plus tôt ...

Sur 6 "Tour de la Thur" en 2 ans, c'est le 3ème échec face à la météo : 1 en solo, 2 en groupe. La balade est exigeante et ne se fait décidément pas dans n'importe quelles conditions.

Maintenant, au vu de la météo dont nous disposions, il était inespéré de pouvoir en parcourir toute la 1ère moitié comme nous avons pu le faire. J'en tire pour ma part 2 enseignements :

1) notre réussite relative de la 1ère moitié nous a placés dans une confiance excessive quant à notre capacité à aborder la difficulté météorologique de la 2ème moitié. Elle était annoncée, et avant de partir j'estimais déjà que le tracé initial était infaisable, et qu'il faudrait se décaler vers des altitudes intermédiaires. Avoir voulu tester malgré tout nous a lessivé en quelques instants. Il ne faut pas tenter ce que le bon sens dicte de ne pas tenter. Un enjeu pour moi cet été sera de rester suffisamment connecté aux données météo, et rester protégé quand les conditions devront aller à la limite de ce à quoi je me suis préparé.

2) je n'ai pas eu le temps d'enfiler la couche protectrice supplémentaire que j'avais prévu (le coupe-vent que j'aurai mis sous l'imper-respi). Je m'y serai trempé et refroidi encore plus vite : enlever momentanément l'imper-respi dans la neige fondue fouettant en rafales, non merci ... Pour azerty qui portait déjà ces 2 couches, cela ne l'a pas aidé pour autant. Son pantalon de pluie s'est vite gorgé d'eau et collait à ses jambes, participant de son refroidissement rapide : je m'en sortais finalement mieux avec mon collant sous la jupe de pluie qui ne retenait que très peu d'eau. Mon système fonctionne bien aux températures négatives (en dynamique j'évolue assez bien jusqu'à -10°C ressentis), mais c'est la 2ème fois que je me fais surprendre par des températures positives basses (+1 ou +2°C), faites de neige fondue fouettant dans un vent fort. Le problème n'est alors pas tant l'inconfort d'être mouillé (je l'étais déjà par la pluie / transpiration / condensation qui avait précédé), c'est la perte thermique inarrêtable qui est alors déconcertante. Je dois de toute façon partir avec une veste de pluie neuve (l'actuelle est encore pertinente mais je ne peux prendre le risque qu'elle me lâche en chemin à force d'usure), c'est l'heure de se poser les bonnes questions !


au séchage !
84lHN1zK7.2023-04-01-17.jpeg

Jour 0 (marche de nuit)
10 km D+857 D- 105 Marche 2h28

J1 35 km D+ 2017 D- 2017m Marche 8h53

J2 22 km D+ 688 D- 1306 Marche 4h47

TOTAL : 67 km D+3562m D-3428m Marche 17h08


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#56 02-04-2023 12:10:50

oli_v_ier
Administrateur
Inscription : 24-01-2005
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Merci pour le récit Hervé ! Pluie durable, vent et 1 ou 2 °C, c'est le pire. Je préfère -10°C, neige et vent.


La marche ultra-légère n'est pas un but, mais un moyen. "Un sac lourd est un sac bourré d'angoisse."
Mon équipement pour l'Islande 2008 en détail.

Hors ligne

#57 02-04-2023 12:27:20

azerty
[i]RL
Inscription : 08-01-2018

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Ma foi, cette montagne à vaches était l’endroit idéal pour un stage de remise en forme façon mulvivor smile

Sous la pluie froide je repensais au premier jour de HRP en 2020 quand nous étions occis par la chaleur

7FKfBTSmg.J01-02.jpeg

Mais hier, sur la route du retour je suis resté dubitatif devant un présentoir

84m2EcZjH.8F52AE73-D206-4962-9960-418299.jpeg

Merci pour la balade, à bientôt.

Dernière modification par azerty (02-04-2023 12:27:37)


«Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait 10 fois le tour du monde, mais celui qui a fait le tour de lui-même. »

Profil / trombi ici

Hors ligne

#58 02-04-2023 15:24:20

lenainrouge
Membre
Lieu : Strasbourg
Inscription : 20-07-2020

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Bravo Hervé pour cette belle détermination à sortir, quelque soit la météo, pour faire découvrir les Vosges à tes amis !
Merci pour les photos, et tes récits sont toujours un régal à lire.

Hors ligne

#59 02-04-2023 17:56:28

Ruz boutou
Traîne-savates tout-terrain
Lieu : Brest
Inscription : 03-10-2019

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Merci Hervé pour ce retour super intéressant !  pouce

Hervé 27 a écrit :

c'est la 2ème fois que je me fais surprendre par des températures positives basses (+1 ou +2°C), faites de neige fondue fouettant dans un vent fort.

Entre 0°C et 5 °C, avec pluie continue et vent fort, c'est ce que je déteste le plus. Pour ma part, je considère que c'est quasiment ingérable sur une journée complète. Si ça dure plusieurs jours, sans trop de possibilités de faire sécher efficacement, ça ruine le moral très rapidement. Même avec un système de vêtements bien étudié, j'ai toujours fini trempé de l'intérieur. Au final, la couche extérieure dont le tissu se sature d'eau ne permet plus l'évacuation de l'humidité intérieure générée par la transpiration. ça condense et on se retrouve avec à peu près le même effet que si on avait un ciré Cotten : les couches intérieures gorgées d'eau. Comme tu le décris, le vent vient plaquer tout ça contre la peau, évacuant les couches d'airs entre les vêtements et on se refroidit par conductivité du fait que tout est trempé. La décision d'arrêter et de se mettre à l'abri est certainement la meilleure dans ces cas-là. Il m'est arrivé plusieurs fois d'en arriver là (Islande, Norvège, Pyrénées, ...). Il ne reste plus alors qu'à monter l'abri, se sécher, se changer et se mettre dans son duvet pour faire remonter la température du corps.

Pour les solutions, je serai très intéressé si quelqu'un sait comment procéder. Peut-être en randonnant avec une combi néoprène ? lol

Dernière modification par Ruz boutou (02-04-2023 21:13:43)


Moins on porte, mieux on se porte !

Liste lighterpack 2022

Hors ligne

#60 02-04-2023 18:40:11

Joy Supertramp
Sempervirens
Inscription : 25-03-2019
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Ça ne donne pas tellement envie, merci de nous faire un peu moins rêver que tous les autres récits de grand nord du moment, ça permet d'être un peu moins dégoûtée  lol


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Liste montagne été top confort

Hors ligne

#61 02-04-2023 22:03:35

Cat 09
Membre
Inscription : 04-03-2020

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Joy a écrit :

Ça ne donne pas tellement envie, merci de nous faire un peu moins rêver que tous les autres récits de grand nord du moment, ça permet d'être un peu moins dégoûtée  lol

+1  lol

Et ouaip, mieux vaut -10°C avec neige et vent que 2°C avec pluie et vent...

Je vous admire pour la motivation malgré la météo annoncée  pouce .

Hors ligne

#62 03-04-2023 00:51:11

Prkl
Membre
Inscription : 05-04-2021

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Ruz boutou a écrit :

#679342
Pour les solutions, je serai très intéressé si quelqu'un sait comment procéder. Peut-être en randonnant avec une combi néoprène ? lol

Pas de solution magique à ma connaissance. Comme l'a relevé Hervé, une meilleure solution permet seulement de gagner du temps mais en aucun cas d'être confortable sur le long terme par de telles conditions.

Toutefois, gagner du temps reste intéressant. Ce genre de conditions durent rarement plus de 48h en France (sauf peut-être sur la côte océanique ?).

Quelques éléments de réponse pour gagner éventuellement quelques précieuses heures :

- Veste gore-tex avec de grandes aérations et une grande capuche protectrice réglable pour le visage. Si possible couplée à une casquette avec une grande visière.
- Une polaire qui n'absorbe pas l'eau. Comme les anciennes en Polartec. Le truc tu le sors de la machine à laver, tu te demandes si la machine est bien partie tellement ça n'absorbe pas l'eau. C'est pas respirant pour un sou, tu auras pas mal d'humidité sous la veste imper mais comme la polaire n'absorbe pas l'eau, elle garde ses propriétés thermiques.
- Un sac dos filet. Ca réduit la transpiration et donc l'humidité. Ca réduit aussi l'effet désagréable du "j'ai chaud dans le dos, je transpire et j'ai froid sur le reste du corps".
- Le Polartec Power Stretch (Pro) que ce soit pour des collants, des gants ou en polaire, ça absorbe facilement l'eau mais la matière est étonnamment coupe-vent. Ce qui limite les échanges thermiques. La chaleur du corps va donc réchauffer l'eau, on est trempé mais on a pas froid. J'ai pendant des années randonné sans protection imperméable au niveau des mains grâce à des gants dans cette matière. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est confortable mais c'est supportable. Par contre ça met des plombes à sécher. Dans une moindre mesure, la laine (merinos) aide également à rester au chaud même trempé.
- En montagne les conditions et les terrains sont très variables. On perd par exemple 0,65°C en moyenne par 100m d'altitude. La solution peut donc être de monter au-dessus de la limite pluie/neige, la neige étant bien plus facile à gérer que la pluie si on a les couches thermiques adéquates. A l'inverse, nos vallées sont souvent protégées voire même boisées ce qui procure un abri au moins contre le vent.


Liste PCT 2022

"Carry as little as possible, but choose that little with care." Earl Shaffer

Hors ligne

#63 03-04-2023 08:05:04

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Merci prkl  smile

Effectivement gagner du temps sur le refroidissement pour permettre d’atteindre ou monter un abri (et là je pense à la Norvège) est la seule chose que je sache envisager en pareil cas.

Le début de réponse simple et « légère » à la question (parce qu’on peut toujours faire « lourd » et emporter un ciré) me paraît effectivement reposer principalement sur la couche chaude intermédiaire entre maillot de corps et imper-respi, et donc sur la polaire. Il faut pouvoir maintenir le plus longtemps possible une épaisseur d’air suffisante entre la peau et l’imper-respi, malgré la pression du vent et la pénétration de l’eau.

La polaire que je portais (la D4 MH20) avait déjà de l’usure et perdu de l’épaisseur / gonflant, ce qui n’aidait pas. Je compte repartir avec une polaire neuve, mais sans doute alors faut-il aller la chercher d’emblée plus épaisse.

Sinon et pour les cas d’urgence, dans les trucs et astuces il est possible d’enfiler comme un gilet mon petit matelas Klymit Inertia X-Lite, et protéger ainsi la face du torse … Son emport est hélas réservé aux régions plus clémentes, donc je ne l’aurai pas avec moi .,,


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#64 03-04-2023 08:53:54

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Amha prends une vraie 3 couches pour la Norvège. Tu auras une coque plus rigide plus résistante au vent et plus étanche.

https://youtube.com/watch?v=PO_eWJzzfoM … dWJzdWQ%3D

Hors ligne

#65 03-04-2023 09:59:11

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Bilbox a écrit :

#679377Amha prends une vraie 3 couches pour la Norvège. Tu auras une coque plus rigide plus résistante au vent et plus étanche.

Tu commences à me connaître wink : je cherche la modularité qui permet de jouer avec des configurations multiples sans accumuler les poids morts. Je m'attends à une plage de températures pour les temps de marche allant de 0°C à 30°C, et au-dessus de 8-10°C j'ai vite fait de transpirer abondamment sous une veste de pluie. Ceci étant dit, dans la même catégorie de poids que la Raidlight (165 g) que je dois renouveler de toute façon, il y a effectivement des choses pertinentes et bien moins chères. Explorons !

lol  c'est pour que je change le fond musical ? Chiche ? lol


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#66 03-04-2023 10:17:34

tolliv
Sérénitude
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Salut Hervé,
chouette retour !
As-tu regardé chez UNDER ARMOUR, ils font des slips fourré en Polartech Alpha !
big_smile


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits , mes bricolages et quelques idées saugrenues : ---->> ICI <<----

Hors ligne

#67 03-04-2023 10:22:03

tacheton
Membre
Inscription : 05-09-2018

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Excellent, tu aurais une petite carte ? pour ceux qui ne connaissent pas du tout le coin ?

Hors ligne

#68 03-04-2023 10:56:56

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

tolliv a écrit :

#679383Salut Hervé,
chouette retour !
As-tu regardé chez UNDER ARMOUR, ils font des slips fourré en Polartech Alpha !
big_smile

Cher ami, cessez de fourrer votre nez dans les affaires des autres lol lol lol  !


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#69 03-04-2023 11:01:32

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

tacheton a écrit :

#679387Excellent, tu aurais une petite carte ? pour ceux qui ne connaissent pas du tout le coin ?

Salut Tacheton smile

Je viens de mettre notre parcours ici, juste modifié au départ de la Gare de Thann pour vous éviter de sonner directement chez moi wink  !

Le Tour de la Thur consiste, au départ de Thann, à combiner GR5 et GR531 pour fermer une boucle. Juste 2 marques à suivre : rectangle rouge et rectangle bleu. Bien sûr, on peut l'améliorer par des petites excursions de droite et de gauche wink, ce dont je ne me prive pas !


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#70 03-04-2023 11:42:33

lynx18
mulberry
Inscription : 27-12-2008

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

tolliv a écrit :

#679383Salut Hervé,
chouette retour !
As-tu regardé chez UNDER ARMOUR, ils font des slips fourré en Polartech Alpha !
big_smile

Sinon, on trouve ça aussi lol

84nyV8e0N.20230127_110741.s.jpeg

84nyYKXNi.20230127_110818.s.jpeg

Hors ligne

#71 03-04-2023 16:53:27

azerty
[i]RL
Inscription : 08-01-2018

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Hervé27 a écrit :

#679392

tolliv a écrit :

#679383Salut Hervé,
chouette retour !
As-tu regardé chez UNDER ARMOUR, ils font des slips fourré en Polartech Alpha !
big_smile

Cher ami, cessez de fourrer votre nez dans les affaires des autres lol lol lol  !

Coup bas smile surtout que Herve marche désormais avec un short running. Il en a sûrement marre de nos remarques lol


«Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait 10 fois le tour du monde, mais celui qui a fait le tour de lui-même. »

Profil / trombi ici

Hors ligne

#72 03-04-2023 17:50:43

tolliv
Sérénitude
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Hervé27 a écrit :

#679392Cher ami, cessez de fourrer votre nez dans les affaires des autres lol lol lol  !

Ah ah ! Cela me rapelle que comme je suis très petit et que je prends les transports en commun le matin, j'ai souvent la tête dans le cul mais .. jamais le mien !


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits , mes bricolages et quelques idées saugrenues : ---->> ICI <<----

Hors ligne

#73 03-04-2023 22:34:13

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Merci pour ce nouveau récit Hervé.

Question peut être idiote mais: pourquoi ne pas avoir enfilé la doudoune en plus lorsque vous avez senti que l'hypothermie n'était pas loin ?
Certes on n'a pas envie de retirer la veste de pluie même 30 secondes.
Certes la doudoune sera vite mouillée par la transpiration.
Mais c'est tout de même une barrière efficace pour éloigner la veste de la peau et se réchauffer très (trop) rapidement en actif.

Dans l'optique de gagner du temps avant de se mettre à l'abri, pas pour marcher des jours sous la pluie : j'ai l'impression que ça aurait été mon réflexe en sentant la situation glisser.
Bien sûr il faut que les températures nocturnes permettent de se passer de la doudoune mouillée au bivouac suivant, mais si on vise un abri en dur...

J'ai tout faux ?


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#74 03-04-2023 23:07:01

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Salut Bombadyl  smile

Dans la pluie / grésil / neige fondue violemment soufflée par le vent, les doudounes auraient été trempées avant même de les enfiler, et nous aurions été frigorifiés encore plus vite à seulement essayer de nous changer dans pareilles conditions. Il eut fallu les enfiler par-dessus nos polaires et sous nos vestes de pluie elles-mêmes déjà mouillées.

Les doudounes auraient bien trop vite perdu toute utilité. Au mieux nous aurions amélioré notre situation quelques minutes, au prix de la perte d’une ressource essentielle pour notre sécurité pour la suite.

C’eût été un acte désespéré et fort heureusement nous n’en étions pas là : il était bien plus simple de quitter la zone exposée, perdre de l’altitude et regagner en température.

Dernière modification par Hervé27 (03-04-2023 23:08:03)


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#75 04-04-2023 13:07:56

Baloofix
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 03-12-2017

Re : Ascension des Vosges 2024 : 7 au 12 mai

Salut Hervé,
Dans ces conditions, et je pense aussi à ton futur périple (je parle sans connaître), une couche supplémentaire d'isolation synthétique (polartec alpha ou autres) n'aurait elle pas été la bienvenue?
Compressible, craint beaucoup moins l'humidité, existe en mode gilet ou manches longues, potentiellement faisable maison (cf les bricolages de Tolliv) et compressible. Par contre, à utiliser en actif.
J'ai eu un gilet manches courtes qui m'a longtemps servi et rendu service. Les copains se moquaient de moi car ça ne ressemblait à rien, mais l'appoint nécessaire sans rien compromettre niveau emport (la taille d'une grosse pomme).
Vive les Vosges.
Un Lorrain expatrié dans les Alpes
Édit: correction parenthèses

Dernière modification par Baloofix (04-04-2023 13:09:28)


Je préfère le vin d'ici à l'eau de là.
Il n’est de merveille sans rareté, il n’est de rareté sans quête.
"Les esprits valent ce qu'ils exigent, je vaux ce que je veux" Paul Valéry
Edit sans précisions = corrections orthographiques

Hors ligne

Pied de page des forums