Aller au contenu

Annonce

Réservez vos dates pour le Camp d'été 2024 : 10 au 17 août dans le Queyras !

#1 07-10-2022 14:32:31

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

[Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Salut les MUL,
après avoir pris du plaisir à lire les nombreux retours riches d'anecdotes, de conseils pratiques et de beaux moments de vie pouce pouce pouce , je me sens prêt à partager avec vous mon dernier périple, direction les Alpes !
Bonne lecture et merci de votre patience car la rédaction, même minimale, prend du temps ! 


Préparation

Après une belle HRP en 2018 en mode transition MULET/MUL, j’avais envie de découvrir les Alpes. Non, en fait si je creuse, j’avais plutôt envie de reprendre du temps pour moi et de m’offrir une pause dans ce monde de brutes où tout va très vite. Et je n’ai pas trouvé mieux que la rando sur plusieurs semaines pour ça. Et comme les Alpes pour moi, c’est soit une station de ski, soit le Vercors, et bien ca en fait une destination rêvée. Comme le plus dur est non pas de dire qu’on va le faire et mais de « simplement » bloquer son emploi du temps pour faire une longue rando, c’est chose faite à la fin du printemps : 5 semaines de congés dédiées à ça. Top. Etant d’un naturel un peu flemmard pour étudier les itinéraires et passant déjà bien trop de temps devant un ordinateur par ailleurs, je choisi la facilité pour l’itinéraire en suivant le topo de J. Bonneau Trans’Alpes. 41 étapes sur le papier, mais à la louche un mois me semble jouable sans trop me mettre dans l’esprit défi sportif où je vais en baver. Un bon morceau de préparatif de fait, je le scanne afin d’avoir la version numérisée dans le tél, et j’imprime en réduction les pages pour les mettre dans la poche, 1 A4 pour 16 pages, comme ca, si jamais le smartphone lâche, je sais où je dois aller. Ayant déjà suivi globalement l’itinéraire de la HRP de la version sur laquelle il y a travaillé avec Véron, je sais mieux analyser le topo et son engagement : je sais que ca va passer, même les moments « chauds », ca sera du même niveau que la HRP, donc pas de stress à avoir, je ne lis pas le topo en détail.

Pour la cartographie, j’utilise OruxMaps depuis 2018 sur mon smartphone, donc je reste là-dessus.  avec fond de carte IGN (http://randochartreuse.free.fr , merci, merci pour la procédure à suivre !), OSM et aussi Bugianen pour l’Italie (Piémont et Val d’Aoste) (https://tartamillo.wordpress.com/bugianen/ merci, merci pour cette mise à disposition). Le tout en offline bien sûr. Et j’ai aussi mis en points d’intérêts (POI) les diverses infos sur les cabanes des zones que je traverserai à partir du site https://www.refuges.info/ (merci, merci pour cette mise à disposition), ce qui pourrait éviter des déconvenues.

Lors de la HRP j’avais voulu la faire en autonomie alimentaire complète, et je m’en étais mordu les doigts : pas question de s’alourdir et de galérer à préparer tout avant, je vais aller au plus simple possible. Après délibération, ça sera un mix de ravitaillements dans les vallées et se faire plaisir dans les refuges, pour manger mais aussi pour y dormir. Bref, une rando plaisir sans prise de tête, et avec le moins d’organisation possible. Une lecture rapide du topo et des retours de rando des membres RL me laisse à penser néanmoins qu’un colis de nourriture sera néanmoins nécessaire. Je prépare donc 4kg de vivres pour l’envoyer à Larche, ou le ravitaillement semble être très sommaire. Je fais simple : semoule, soupes en sachets, wasa, saucisson, parmesan, noix diverses et fruits secs, M&M’s, chocolat, etc. J’ai décidé de laisser le réchaud à la maison et de manger/boire froid, c’est moins lourd, et surtout plus de simplicité, moins de choses à penser, préparer, surveiller. Je kiffe d’avance de ne pas me prendre la tête.

Il reste quoi pour la préparation ? roll Ah oui, ce que l’on emmène : et bien je fais un panaché du matériel que j’ai testé et reconnu comme étant OK pour moi lors des dernières randos, sur la base de l’existant. Je ferai mon sac la veille, sans soucis. La liste ci-dessous :

ItemQuoiTypeMasse (g)
PORTAGESac a dosHybride 30 Atelier Longue distance470
BIVOUACTarp + sacPioulou Tipik283
Sardines + sac8 sardines D474
Protection solPolycree 2,3 x 1,5 m56
MatelasTAR NeoAir RW442
sit pad 1 mArklight 12764
oreillerSTS Aeros UL R56
Sursac bivySOL escape bivy lite152
Sac de couchageCumulus Xlite 200, custom 270 g duvet458
sac étanche protectionsac Exped 5l21
Total masse bivouac1 606
CUISINE & BOISSONPopotepot vide plastique fermé40
Cuilleretitane13
Couteauvictorinox24
Sac à bouffeCuben Hilltop packs58
GourdeFiltre Katadyn Befree58
2 bouteilles0,5 litre60
Platypus 2 litres36
Total poids cuisine289
VETEMENTSimper hautHaglofs LIM III220
doudouneEnlightened Equipment Apex 67246
TS Manche longueRab pulse hoody104
Gilet polaireD4 MH100 retaillée137
ChaussettesD433
bonnetD421
pantalon coupe ventGramExpert39
collantD4 wool165
BoxerIcebreaker63
buffD436
kilt pluie3 UF65
sac protectionNylofume31
Total masse vetements1 160
DIVERSLampe frontaleNitecore NU25 modifiée35
duck tape + aguille + fil+ cordellette 5 m + loctite + epingle + kit matelas20
Batterie tamponxmoov 10000mAh178
cables (1 USBC - USBC, 1 USBC - microUSB , cable montre) + chargeur USBC73
CB + ID + billets + cheques29
carnet + stylo44
cartes imprimées + topo1/100 00082
briquet11
Sac fourre toutCuben Hilltop packs19
Balise PLBOcean Signal Rescue me avec GPS114
Total masse divers605
HYGIENEPQ30
Mouchoir en tissu10
Serviette/lingette32
Brosse à dent + dentifrice26
savon alep17
Pansements + médocs (doliprane, smecta, ibuprofène)50
boules quies + coupe ongle14
Crème hydratante36
Creme solaire40
masque Covid4
Stick levre13
Total poids hygiene272
TOTAL SACTotal poids du sac (hors eau et nourriture)4 402
MIAM consommablebouffe2 400
eau1 000
Total masse manger & boire3 400
TOTAL SAC tout comprisTotal poids du sac tout compris7 802
SUR MOIMontre alti GPSCoros Apex 4249
ChaussettesDarn Tough39
ChaussuresAsics Trabuco614
Bas contentionD448
Short trailD4133
T-shirtD4 laine120
LunettesD430
2 Batons avec poignées liègeD4425
chapeau bords largesD486
TelephoneSamsung A41 (batterie de 3500 mAh)162
Total sur moi1 657


Le matos avant le départ ...

7ZNPpYPVM.20220805_171857.jpeg



Coté physique, et bien ce n’est pas top, j’ai les mollets qui sont en souffrance depuis deux mois, des crampes arrivent potentiellement très vite, et une gêne est quasi systématique lors de marches de plus de 10 min. Faut-il renoncer ? Ca serait plus raisonnable. Néanmoins, je ressors des bas de compression et je teste en allant courir, ca à l’air de tenir. Bon, on va essayer comme cela. Je fais donc une sortie test d’une journée dans les Pyrénées pour valider le sac et son chargement, les chaussures, et pour faire au moins une rando dans l’année précédant le départ. +/- 1600 m de dénivelé plus tard, et bien le matériel est validé, les bas de compression aussi, par contre j’ai des courbatures pendant 3 jours…Bon, ça promet, mais en même temps, si le moral est OK, ca va passer, pas de soucis à se faire.

Je prends mon billet de train, et hop, le sac est prêt la veille à minuit, et c’est parti !

edit titre

Dernière modification par cajba (27-01-2023 15:06:20)

Hors ligne

#2 07-10-2022 15:04:04

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J0, Samedi 6 Aout : La Meillerie - Lajoux

Départ de chez moi vers 7h00 pour rejoindre la gare la plus proche…8 heures de train pour arriver à Evian, c’est un peu long, mais permet de lire un peu et de mentalement déconnecter de mon quotidien. Lors d’une correspondance, sur un coup de tête, je m’alourdis d’écouteurs en pensant m’en servir (spoil, ca ne servira pas). J’en profite pour visiter Evian (bof) et je me sens écrasé par le nombre de touristes. Le bus vers La Meillerie passant au moins une heure plus tard, je fais du stop et ne résiste ensuite pas à un petit plongeon dans le lac à l’embarcadère de la Meillerie. L’eau est chaude, mais ça rafraichit quand même par rapport à la température extérieure. Je resterai bien à barboter, mais pas vu d’endroit acceptable pour bivouaquer, entre le lac et la pente, il y a la route et pas grand-chose d’autre.

C’est donc à regret que je me mets en route vers 17h30 pour le début de cette rando, pour 2 heures de montée rude sous une chaleur étouffante. Le mollet est fragile, il faut aller doucement. Heureusement, il y a des belles vues sur le lac, une belle forêt, et l’enthousiasme (certes parfois teinté de : était ce une bonne idée cette rando au fait ?) de fouler du pied les Alpes que je connais que trop peu. Juste après le hameau de Lajoux, j’en ai pour mon compte, il y a un endroit plat et à plus de 200 m des habitations, ça sera parfait pour le premier spot de bivouac. Je tiens compagnie (ou est ce l’inverse) à deux patous en vadrouille, qui sont affectueux mais quand même trop intéressés à mon gout à la charcuterie de mon sac. J’ai du mal à m’endormir, j’ai froid, est ce l’humidité, la fatigue ? En tout cas, je suis trop content d’être là.

Bilan
Dénivelé : +720 m / - 22 m
Temps de marche : 2:11 heures
Distance : 3 km
Kms effort : 10 (calculé après rando sur base : distance parcourue en km + Dénivelé positif / 100 + Dénivelé négatif / 200, d’après une formule du forum RL)
Les + : ca y est, ca devient concret, les vues sur le lac Léman
Les - : mollet, chaleur, pas de spot de bivouac en bas


La trace effectuée

82EUMJMtw.HRA_00.jpeg

disponible : https://www.visugpx.com/M7MJEdwi1P


Le fameux embarcadère, après un plouf rafraichissant

7ZNPq1EBb.20220806_172144.jpeg


Vue du sentier sur la Grande Bleue de la région

7ZNPq4Itv.20220806_180552.jpeg


J'ai pas trouvé la route lol ...

7ZNPq8q0F.20220806_182757.jpeg


Premier bivouac !

7ZNPqbIt1.20220806_200820.jpeg

edit rajout distance / rajout carte trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:29:37)

Hors ligne

#3 07-10-2022 15:11:21

WouinWouin
Membre
Lieu : Soignies
Inscription : 30-03-2021

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Ah un petit récit à lire en plus  cool

Je ne sais décidément pas quand je vais trouver le temps de poursuivre le miens unicorn

Vivement la suite !

Hors ligne

#4 07-10-2022 19:00:44

brons07
Membre
Inscription : 27-06-2015

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Bonjour,
Merci pour ce début de récit.
Au fait tu n'as trouvé une nitécore nu 25 noire sur ton premier bivouac?
Il me semble reconnaitre l'endroit où je l'ai perdue en ....2020. lol
Vivement la suite.

Hors ligne

#5 10-10-2022 14:20:04

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J1, 7 août : Lajoux – Col d'Ugeon

   

Réveil à 6h00, départ à 6h45 sans petit déj, je vais manger plus tard, au soleil, sur un bon spot. Les nuages sont là, coupant la vue vers le lac. Personne. Le mollet droit tire, il est faible et tendu, moi aussi. Je dois m’arrêter sous un télésiège pour me masser et déjeuner, j’ai peur que l’aventure s’arrête trop vite. Je décide d’y aller mollo, et d’être en alerte. C’est triste sous les télésièges comme ca. Avec le soleil je croise les premiers randonneurs, direction la Dent d’Oche et son refuge. Coca au refuge qui a de la gueule, un beau nid d’aigle. Au sommet, belle vue sur la mer de nuage, et le Mont Blanc entre deux nuages. C’est la teuf en bas dans la vallée, ca boit des bières en chantant. Suivant le sentier, il y a soit des dizaines de personnes, soit je suis tout seul. On m’interpelle sur mon sac, « c’est bien un Atelier Longue Distance » ? Je croise donc au moins un MUL qui se cherche !
Le passage sur les crêtes est bien sympa, et je passe en Suisse. A 17h, je me sens claqué, il est temps de trouver un spot de bivouac. Pas de bol, il y a des vaches suisses un peu partout, et très curieuses. Après avoir trouvé 3 spots de bivouac différents, normalement du bon côté des séparations, sorti 3 fois le Pioulou et commencé à l’installer que je m’aperçois qu’en fait, non, et en regard des assauts répétitifs des bovins pour aller fouler le Pioulou de leur pas léger, je rebrousse chemin, repasse en France et me pose sous le col derrière une autre barrière. Vaches suisses 3, Cajba 0. Des crottes, mais pas d’animaux français en vue. Les ruminants suisses me regardent au loin et viennent finir leur course contre la barrière qui nous sépare. Pour cette fois, les frontières ont du bon. Les conditions humides de ce spot m’empêchent de m’endormir comme un bébé, mais je me repose quand même rapidement.    
   
Bilan
Dénivelé : + 1883m / - 1077m
Temps de marche :  8:53 heures
Distance : 17,4 km
Kms effort : 42
Les + : l’ambiance Dent d’Oche, les crêtes, passer en Suisse
Les - : mollet droit, la curiosité des vaches suisses

La trace

82EUVultF.HRA_01.jpeg

https://www.visugpx.com/iHbkswaLqp


Un jeune bouquetin près de la Dent d'Oche

7ZNPqetU8.20220807_141335.jpeg


Sur de verts alpages

7ZNPqhnC7.20220807_152814.jpeg

Edit rajout distance / rajout carte trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:31:22)

Hors ligne

#6 10-10-2022 16:33:37

maylisv
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 01-06-2016
Site Web

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Superbe ces dernières photos !

Hors ligne

#7 10-10-2022 23:13:58

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

WouinWouin a écrit :

#668065Ah un petit récit à lire en plus  cool

Je ne sais décidément pas quand je vais trouver le temps de poursuivre le miens unicorn

Vivement la suite !

Tout pareil !
Mais je m'installe quand-même...


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#8 12-10-2022 10:24:45

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J2, 8 août :  Col d'Ugeon – Le Pron

   
Réveil humide, bof pour le moral, mais celui est vite reboosté quand je passe à coté de mes charmantes adversaires suisses de la veille en les réveillant en chantant. Puis c’est une belle traversée de paysage karstique, et une superbe vue à un col. Je vois le Mt Blanc partout, puis je comprends que c’est aussi le Gd Combin que je vois si bien comme ça. Ce panorama me change des Pyrénées, il n’y a pas à dire ! L’itinéraire pour les prochains jours est là, sous mes yeux qui pétillent. Une sorte de tout droit à travers les montagnes, le top.

Afin de tester si je suis un vrai MUL, je m’astreins à limiter à 0.5 litre l’emport d’eau pour la journée, afin de tester en vrai le « je vais pouvoir boire sans soucis en portant peu ». Oui, un véritable défi, car je suis plutôt de nature à être « potophobe », j’ai peur de manquer d’eau assez souvent. Est-ce parce que la nature m’a dotée d’une capacité à suer dès que je bouge hors du commun ? Peut-être. En tout cas, 500 ml, ce n’est pas facile pour moi mentalement de n’avoir que ca (rappel, avant 2021, je suis à 3 litres tout le temps sur moi, et la pour la rando j’envisage de ne porter que 2 litres au max), je regarde les points d’eau potentiels partout. Bref, un apprentissage à faire.

Je croise des humains, j’arrive dans la vallée et la chaleur de la Chapelle d’Abondance. Il est presque midi, et comme rien que le nom sur la carte me faisait lécher les babines, j’ai deux missions : ravitaillement de nourriture pour les prochains jours, et trouver un endroit sympa pour prendre le déjeuner. Une fois le proxy et la boulangerie dévalisés, les affaires séchées sur le parking et le ravitaillement ré-empaqueté dans le sac, je cherche un restau. Entre un kebab à 18 € et un menu 3 plats à 28€, mon sang ne fait qu’un tour et je suis installé dans une grande salle de restau climatisé à prendre ma coupette d’apéritif, entouré de touristes. Je fais tache en short avec mon sac, mais j’en profite bien pour bien manger tranquillement.
A la sortie, la chaleur et la digestion aidant, le chemin plat me parait difficile, et le sac bien trop lourd. Heureusement, cela monte rapidement (rassurez vous j’ai pris plus qu’un litre d’eau). Je fais un stop au sympathique refuge de Trebentaz et ces yaks, et je continue pour aller poser ma tente plus loin après un col, ou il y a d’autres bivouaqueurs : je suis sur le GR5. Je jette mon dévolu sur le seul endroit plat que je trouve sans vache, prêt d’une ferme abandonnée. Les mollets ont tenu, la vue est sympa, et j’accueille avec plaisir le vent frais du crépuscule avant de me recueillir sous le Pioulou. 

Bilan
Dénivelé : + 1506 m / - 1741 m
Temps de marche :  8:20 heures
Distance : 18 km
Kms effort : 41,8
Les + : un bon restau, la vue de la semaine de marche à venir
Les - : l’humidité du matin, la chaleur dans la vallée

La trace

82EV3tHqN.HRA_02.jpeg

https://www.visugpx.com/UfMn50rGZE


Un bel endroit pour faire sécher son matos

7ZNPql1f6.20220808_121844.jpeg


Il faut assumer sa gourmandise !

7ZNPqnRSD.20220808_141300.jpeg


Dans la vallée...

7ZNPqqzGG.20220808_144810.jpeg

edit rajout distance + trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:32:52)

Hors ligne

#9 14-10-2022 13:47:51

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J3, 9 août :  Le Pron – Cabane Bossetan

   
Départ à 6h40 tranquille, je pense que ça sera le rythme normal pour les départs. Le GR5 n’est pas passionnant, en suivant une longue piste à travers les pâturages et croisant quelques fermes arborant avec fierté le drapeau savoyard. Arrêt au col de Bassachaux et donc le restau ne fait plus gîte depuis plus de 10 ans (comment ca, mon guide Trans’Alpes n’est pas à jour ?), mais bien placé. Je continue dans cette zone touristique, avec de nombreuses remontées mécaniques, utilisées en ce jour pour les VTT. Ca tranche bien avec le calme précédent. Ca cagne aussi, je ne vais pas rester trop longtemps dans le coin. Puis c’est Avoriaz coté français (bof bof), par contre coté suisse, vue magnifique sur les Dents du Midi et ses glaciers, et les Dents Blanches. Ça tue.

Déjeuner avec pour la première fois le TS ML, afin de me protéger un peu du soleil. Je décide d’aller dormir vers la cabane de Bossetan, encore bien loin, mais je n’ai pas le cœur à rester dans cette zone trop passante, je laisse donc la Suisse pour l’instant et continue donc avec les passages en crête bien sympa côté français avant de basculer au col de Coux, et aller côté suisse. Je n’ai plus d’eau, et je pressens qu’il n’y en aura pas vers la cabane, je m’arrête donc dans une ferme pour quémander de l’eau. Je discute avec le papi, qui m’indique que sa source ne fait plus que trois litres par heure au lieu de mille, et qu’il n’a jamais vu ça, et qu’il va devoir redescendre ces vaches, et que ça craint. Il devra peut-être en revendre une bonne partie. Comme quoi le changement climatique, c’est maintenant.

Bien chargé en eau (la précédente discussion m’a refroidi sur le principe de porter peu d’eau, surtout avant le bivouac), je repars à l’assaut du Pas de la Bide après avoir coupé à travers champs pour discuter avec des gens qui descendent du Pas et avoir des infos sur l’occupation de la cabane, d’en bas je me demande bien ou va le chemin, mais ayant vu des gens plutôt normaux en descendre, ça passe ! Je profite de cette belle montée, entre rochers, failles, pâturages et ambiance minérale sur le dessus. Les mollets tiennent le coup, top. Arrivée là-haut, j’ai la cabane de Bossetan pour moi tout seul, et surtout le col et les vues magnifiques sur les Dents Blanches. Je teste un lyophilisé qui trainait dans mes placards depuis trop longtemps avec l’eau froide, et bien ca croque sous la dent, je sais que c’est mon dernier lyophilisé avant longtemps, gloire à la semoule ! Je profite du coucher de soleil sur ces paysages magnifiques, terrible, avec quelques jeunes bouquetins. Je me laisse envahir par l’ambiance de la haute montagne présente tout autour de moi, et je sens que ca y est : la traversée a débuté.     

Bilan
Dénivelé : + 1703 m / - 1203 m
Temps de marche : 9:58 heures
Distance : 18,8 km
Kms effort : 41,8
Les + : les vues sur les Dents, et l’ambiance montagne et traversée qui m’imprègne
Les - : trop de monde et les remontées mécaniques, la chaleur et l’impact de la sécheresse.

La trace

82EV8ojW7.HRA_03.jpeg

https://www.visugpx.com/3wcCGx5YCq


le pas de la Bide de loin...

7ZNPqtLeX.20220809_162001.jpeg


les Dents Blanches

7ZNPqwjFg.20220809_171956.jpeg



La cabane de Bossetan et les Dents

7ZNPqze2e.20220809_174638.jpeg


Lumière du soir

7ZNPqBcjK.20220809_205004.jpeg

edit rajout distance

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:34:02)

Hors ligne

#10 14-10-2022 14:56:30

Dermochelys
Membre
Lieu : Bruxelles
Inscription : 03-02-2022

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Joli coucher de soleil :-)

Hors ligne

#11 14-10-2022 16:35:51

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J4, 10 août : Cabane Bossetan – Refuge Grenairon

   
Mais qui c’est qui m’a réveillé en pleine nuit ? Certes, j’avais laissé la porte de la cabane ouverte, mais ce n’est pas une raison Mr (ou Mme) Bouquetin ! Certes, je ne me suis pas lavé, mais je ne suis pas de la même espèce que vous ! Bref, le regard curieux du bouquetin le nez dans la cabane sous l’éclairage de la lampe frontale, et bien c’est pas tous les jours ! Cela ne m’empêche pas de me rendormir tranquillement, avec les boules quies.

Ce matin la vue est magnifique, les couleurs chaudes de la lumière rasante transcendent les paysages. Direction le Pas au Taureau, ou il faut mettre un peu les mains. Je dois être mal réveillé, mais je ne suis que passablement à l’aise pour les derniers mètres, alors que ca ne me semble pas difficile. Bon, je sais que ca passe, je prend le temps, et j’ai faim, j’ai prévu de déjeuner au col. La vue y est très belle, mais je ne m’attarde que peu après avoir pris ma ration de muesli du matin (qui croque sous la dent, mais la c’est normal). Le pot en plastique, c’est vraiment top, ca fait assiette, bol, tasse, verre, tuperware. Facile à laver quand j’ai assez d’eau, souvent juste rincé avec un peu d’eau que je bois ensuite, et hop la vaisselle est faite.

Puis c’est la descente vers Vogealle et le cirque du bout du monde, je prends le temps pour profiter du paysage et pour ne pas griller le mollet. Arrêt dans un ru pour toilette et lavage chaussettes. Très belles vues sur des 3000m et leurs glaciers, mais c’est plutôt sec. Un stop au refuge Vogealle, là, c’est idyllique : pelouse verte, café (gâteau de la veille offert miam), soleil qui chauffe encore doucement, transat, poules qui se baladent gaiement. Une vraie bonne pause, personne, le top. Je pourrai rester la des heures, mais après une heure et demie le rappel que j’ai une traversée des Alpes au programme me rattrape. Et je continue la descente dans le cirque. L’ambiance walt disney, le semblant d’accueil peu sympathique et la foule de la buvette au chalet du boret me transporte vers un autre monde bien plus que mes pieds : c’est fini l’ambiance montagne au calme, bienvenue au parc d’attraction. Je dois fermer les écoutilles et y aller, je ne suis pas à mon aise. La descente facile du Pas du boret est un plaisir, le plat au fond du cirque, un peu moins : des centaines de personnes en goguette, je cherche vite la sortie…

Comme c’est jour de fermeture de la supérette de Sixt (que j’avais anticipé à La Chapelle), je vais « couper » pour rejoindre directement le refuge du Grenairon, que j’ai appelé, je prends la dernière place. Comme il est midi, et bien, c’est l’heure de manger, et je m’arrête au chalet du fer à cheval pour m’emplir la panse. C’est très bon. J’en profite pour recharger la batterie externe. Vers 14h je repars vers ma destinée, les plus de 5h des panneaux me refroidissent un peu. La traversée de la hêtraie est magnifique, et il n’y a personne sur ce sentier à flanc de montagne. J’aime ca. Puis traversée d’alpages et de hameaux vides, voir abandonnés. Quelques coups de fils à la famille, et j’arrive au refuge à temps pour l’apéro, et ensuite profiter d’un bon repas dans une bonne ambiance. Il n’y a presque plus d’eau, juste une citerne d’un m3 à l’extérieur pour tout le refuge, c’est la crise de l’eau. Bon, ca ne va pas me changer la vie. Le lever de lune sur le massif du Mont Blanc est impressionnant, il s’imprime plus facilement dans ma mémoire via ma rétine que sur les nombreux écrans des téléphones portables de mes congénères d’un soir. Je me couche tôt pour le refuge en appréciant le moelleux du matelas…

Bilan
Dénivelé : + 1637 m / -    1928 m
Temps de marche :  9:22 heures
Distance : 18,7 km
Kms effort : 44,7
Les + : les belles pauses, le calme l’après-midi, les belles vues sur le cirque
Les - : la foule qui m’emporte, la sécheresse omniprésente

La trace

82EVdM2Bu.HRA_03.jpeg

https://www.visugpx.com/psl5UCTDk5


L'aurore et ses beautés lumineuses

7ZNPqDoTh.20220810_061227.jpeg


Le refuge de Vogealle

7ZNPqGaBm.20220810_093113.jpeg


Un bout de cirque du Fer à Cheval

7ZNPqJ88L.20220810_135529.jpeg


Une belle fontaine dans un hameau désert

7ZNPqMzXz.20220810_155002.jpeg

edit rajout distance + trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:35:16)

Hors ligne

#12 16-10-2022 19:11:45

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J5, 11 aout :  Refuge Grenairon – Le Buet

   
Lever à 5h30 pour profiter du frais du matin et avoir une vue avec peu de nuages au sommet du Buet, prévu au programme du jour. Bon petit dej au refuge, et je suis le flot des personnes qui sont déjà sur le sentier. Je vais tranquille, doublant et me faisant doubler. Ca monte sec, et puis j’arrive sur une crête. Je reconnais en contrebas certains des hameaux que j’ai traversé hier, mille mètres plus bas. Un passage de 20 mètres un peu « gazeux » avant d’arriver au plat du Buet et ses lignes électriques, son lac et ses bouquetins.

Je sens une alerte sur le mollet gauche qui doit compenser pour le droit. Je mets donc le second manchon que j’avais pris au cas ou. Pour une fois, j’ai pris un truc au cas ou qui sert, j’en suis presque content ! J’espère que les mollets tiendront. Ambiance minérale, il n’y fait pas chaud de bon matin, la pause fruits secs ne dure pas longtemps. Puis je monte dans la fine poussière noire sur une crête qu’il faudra suivre pour atteindre le sommet. La, ca ne rigole plus, une centaine de mètre de dénivelé à monter sur une crête étroite, aménagée avec des cables. Comme toujours, plus impressionnant avant que pendant ou après, mais il faut bien choisir ou l’on croise des personnes. Le cirque de Sixt semble tout petit d’ici. La fin de la montée se fait bien sur la crête plus large.

Superbe vue au sommet, que je partage par tous ceux qui arrivent de la voie normale que je prendrai à la descente. Mais j’ai perdu mon pari, le Mt Blanc est déjà entouré de nuages, il est 10h. Le reste du massif est juste devant moi, c’est magnifique. Je me change pour ne pas avoir froid et passe une bonne heure en haut à profiter des différentes vues. De nombreux 4000 m, des noms qui évoquent les plus grandes courses d’alpinisme, des glaciers en veux-tu en voilà. La descente est facile, encore beaucoup de monde à la montée. Stop déjeuner au refuge de la Pierre à Bérard, pour une croute (soit une tranche de pain passé au four avec beaucoup de fromage !) et une tarte à la myrtille, puis je descends pour lézarder, lire un peu, me détente, sur un rocher le long du ruisseau, et aussi me laver et faire la lessive. Puis je commence à voir ou je pourrai dormir. Il semble qu’il faille descendre pour avoir du plat, donc en avant toute…Je tâtonne, hésite, et arrive finalement dans le bas de la vallée. Visite intéressante de la grotte à Farinet (un faussaire du coin), et au Buet trouve un endroit un peu en retrait de la route dans les pins qui fera l’affaire pour une bonne nuit. Je suis bien claqué, mais heureux, la semoule du soir est excellente avec un royco des familles.
           
Bilan
Dénivelé : + 1300 m / - 1861 m
Temps de marche :  8:00 heures
Distance :  17,1 km
Kms effort : 39,4
Les + : la montée au Buet, la vue du Buet, la pause dans le ruisseau
Les - : le second mollet qui flanche, 18€ la tranche de pain croute au refuge, gloups…

La trace

82EVikalu.HRA_03.jpeg

https://www.visugpx.com/9HtICJGY60


Le massif du Mt Blanc de bon matin

7ZNPqS9rK.20220811_071602.jpeg


Bouquetins sur la crête

7ZNPqV0nS.20220811_090109.jpeg


La crête à traverser pour arriver au sommet du Buet

7ZNPqXIqp.20220811_090151.jpeg


Un Pioulou sous les arbres

7ZNPr4Bap.20220811_203113.jpeg

edit rajout distance + trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:36:28)

Hors ligne

#13 16-10-2022 20:01:59

wax
Membre
Inscription : 29-08-2006
Site Web

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Super CR et photos magnifiques !

Un grand merci. wink

w.


"Life is known only by those who have found a way to be comfortable with change and the unknown. Given the nature of life there might be no security but only ... adventure"

Hors ligne

#14 16-10-2022 22:18:51

Hervé27
éMULe
Lieu : Thann, Alsace
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Merci  smile !


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi, Récits & Liste(s)
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#15 19-10-2022 16:58:58

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Merci pour les petits messages, ca fait bien plaisir !!  unicorn  rl  smile

Hors ligne

#16 19-10-2022 17:05:45

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J6, 12 aout : Le Buet  – Vallon d'Arpette

Lever 6h01, je suis réglé, ca y est. Super nuit, pas d’humidité, trop agréable de ranger son matos sec directement. Ca faisait longtemps que je n’avais pas dormi en forêt, et bien je le regrette ! Je monte à la fraiche vers le col des Posettes, surplombant Vallorcine. Après une heure, c’est l’heure de trouver un spot sympa pour le petit déjeuner. Et la, paf, le genou droit qui grince, genre c’est pas normal ce qui se passe à l’intérieur. Le stress monte. Je m’arrête sous les œufs, dejeune, et laisse le cerveau commencer une belle spirale négative : mollets faibles (je dois porter les deux manchons toute la journée pour que la sensation de crampe s’éloigne complétement), et la le genou… Purée, pas bon d’avoir dépassé la 40aine !!! Et si j’en peux plus, dois-je faire demi-tour, étant encore en France ? Bon, étant un peu têtu d’après mes proches (pour les entretiens d’embauche, il faut dire persévérant), je décide de continuer, mais encore plus doucement, pour voir.

La magnifique vue sur le Mt Blanc jusqu’au col de Balme m’aide à me remettre dans une boucle positive, et le café au refuge encore plus. 15 min plus tard, hallucination qui me permet d’oublier complétement mon état : le sentier d’en face déverse des dizaines et des dizaines de randonneurs, parlant toutes les langues : bienvenue sur le TMB (Tour du Mont Blanc). Unbelievable ! C’est des randonneurs touristes qui viennent du village suisse du Trient. Je ne vois pas de MUL, mais par contre de nombreux mulets !  Heureusement, je ne prends pas ce chemin mais une variante (et la, vraiment pas grand monde), pour croiser un autre refuge posé en face d’un beau glacier. Enfin, je dis refuge, plutôt cabane car on est en Suisse. Idéal pour ne pas se comprendre, ici la cabane est un refuge gardé.

Le genou a l’air de tenir, je le mets à l’épreuve dans une descente pour rejoindre le chalet du glacier, autre haut lieu touristique au pied du glacier du Trient. Après un repas moyen mais néanmoins nourrissant, je suis le beau torrent blanc pour monter le long du glacier magnifique du Trient vers la Fenêtre d’Arpette. Le genou est moins content en montée, alors j’y vais vraiment cool. Le glacier souffre, mais reste de toute beauté avec son bleu iceberg et en haut ce haut plateau glacier dominé par des arêtes effilées. Je suis à coté, mais c’est clairement un autre monde. Après 1100 m de D+, le col, et je bascule à l’ombre dans une autre ambiance. Il est 17h, le vent est frais, il n’y a plus personne, ambiance minérale. Et un gros pierrier à traverser. Pourtant le topo indique « poussière fine ». Ah bon ? Pour un géant, peut-être ? Je descends et vers 1800 m je trouve un espace sympa plat et sous les arbres pour mettre le Pioulou. Semoule royco indienne ce soir, je suis transporté à Delhi en une cuiller, avec dans le lointain le tintinnabulement des vaches suisses. Claqué, mais heureux, une bonne nuit et le genou sera comme neuf !
           
Bilan
Dénivelé : + 2093m / - 1623 m
Temps de marche :  9:21heures
Distance :  15,4 km
Kms effort : 44,5
Les + : les vues magnifiques, les glaciers (surtout Trient), la semoule + soupe Royco
Les - : le genou, les mollets, la masse de randonneurs sur le TMB


La trace

82EVnx4Jy.HRA_06.jpeg

https://www.visugpx.com/3UkAG9VzGZ


Au col de Balme, le Mt Blanc

7ZNPr74c0.20220812_085105.jpeg


Le torrent de fonte du glacier du Trient

7ZNPrau6w.20220812_123905.jpeg


Le glacier du Trient, vers la Fenetre d'Arpette

807bdPoqZ.20220812_162726.jpeg

edit rajout distance + trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:37:50)

Hors ligne

#17 20-10-2022 14:30:26

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J7, 13 aout : Vallon d'Arpette – La Fouly

   
Bonne nuit, je me réveille comme un bébé à 6h, et suis sur la route une demie heure plus tard. Enfin, sur une piste qui monte doucement, sans être descendu à Arpette et son relais. Je prends le petit dej avant le premier pierrier de la journée, et le muesli agrémenté de myrtilles fraiches du jour est un régal. Je me dis néanmoins que j’aurai pu faire 10 min de marche en plus et profiter des premiers rayons du soleil en même temps, pour réchauffer un peu le corps, trop tard. Le soleil change tout, les couleurs se révèlent : les rochers ressemblent beaucoup à ce que l’on trouve au Canigou, avec les couleurs ocres. J’arrive sur un col (la Breya), d’où j’entraperçois une dernière fois le Lac Léman au loin.

Puis je bascule sur le haut d’un vallon, suivant le sentier qui monte et qui descend constamment, alors que j’imaginai naïvement que ca serait plat (ho le fou !!). Et ca continue à monter doucement pour rejoindre le chemin normal de la Combe d’Orny. Je vois en contrebas les premiers randonneurs, il parait que l’on peut monter via un télésiège un peu. Puis c’est sur la crête de la moraine assez massive que j’avance pour atteindre la fameuse cabane d’Orny à 2800m, en face d’une belle langue de glacier qui fond à vue d’œil.

Le temps est magnifique, il n’est même pas 10h, je vais claquer quelques euros pour une belle tarte et un coup à boire, et je profite du spectacle. Le glacier, la vue sur le Gd Combin, et bien sur le massif du Mt Blanc. Je discute un peu avec les passants, c’est vraiment une destination qui se suffit à elle-même. La cabane du Trient au-dessus est en travaux, et j’hésite longuement sur l’intérêt d’y aller. Je décide finalement de ne pas faire les quelques 350 m de D+ et de rater une belle vue, et de viser une nuit vers La Fouly, ce qui permet de gagner un jour sur le topo, et je n’ai pas envie de dormir dans la cabane d’Orny (c’est assez onéreux, et j’ai déjà bien profité du paysage). Une bise au bouquetin en métal, et je redescends la moraine puis prend à droite vers la Saleina. Belle vallée, de beaux glaciers et de belles tours de granit, des ruisseaux de fontes assez impressionnant, il y a du débit. Il fait chaud, et pas d’animaux, ca en est étrange. Puis ca descend doucement vers la grande vallée.

Je profite de l’eau pour l’habituelle toilette, et je touche le fond de vallée et reprend le chemin du TBM. Certains passages sont aménagés avec une main courante, alors que le chemin (ou plutôt la piste) est large de 3 mètres, et que ce n’est pas très pentu. Je croise quelques groupes dans l’autre sens (oui, la majorité des gens font le TMB en suivant le topo dans le sens anti horaire). Les prévis météo que je capte ne sont pas bonnes, je décide d’aller au camping de La Fouly qui m’a réservé un emplacement par tél. Quand j’arrive, et bien…comment dire. Le camping est gigantesque, la réception bien cachée, et le prix d’un emplacement pour une personne avec une tente est costaud : 27€ ! Bon, je comprends que je peux aller me quicher avec les copaings du TBM pour moins cher, mais à les voir agglutinés les uns sur les autres, je choisis la fierté et mon emplacement tout seul. Ah, je ne vous avais pas dit, parfois je peux être un peu ours ! Je prends quand même une belle douche, recharge la batterie, et j’ai ensuite tout juste le temps de foncer vers le supermarché situé pas loin, j’achète quelques friandises pour les jours prochains, et l’apéro pour maintenant, et je me pose à coté, à regarder vers le camping et surtout le massif du Mt Blanc et ses glaciers juste au dessus. Et je finis cette soirée de luxe avec une pizza et un verre de vin dans le resto d’à coté. La pluie arrive, et je stresse pour la suite, pas d’hébergement à Morgex de disponible sur internet. Je mets les boules quies pour ne pas entendre certains voisins, et malgré l’humidité du soir, je m’endors comme un loir.

Bilan
Dénivelé : + 1471 m / -  1581 m
Temps de marche :  8:08 heures
Distance :  17 km
Kms effort : 39,6
Les + : le glacier d’Orny, le début de descente vers Saleina, les mollets qui assurent, la bière du soir
Les - : le camping après les bivouacs, ca met une claque, et pas qu’au portefeuille.


La trace

82EVslgdB.HRA_07.jpeg

https://www.visugpx.com/0CzWGjWvj6


Glacier d'Orny

7ZNPrdNwX.20220813_103458.jpeg


Camaieu de Crocs dans la cabane d'Orny

808Bew5VZ.20220813_100612.jpeg


En descendant vers Saleina

808BnIpBM.20220813_121844.jpeg


Le sentier avec au fond le Gd Combin

7ZNPrgWmh.20220813_122259.jpeg


C'est l'heure du bain !!

808BxlZvq.20220813_150754.jpeg


Apéro !!!

7ZNPrk7cx.20220813_184906.jpeg

Edit rajout distance + trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:38:51)

Hors ligne

#18 20-10-2022 17:24:48

tacheton
Membre
Inscription : 05-09-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Excellent, je tombe sur ton récit ayant du changer à regret mes plans qui devait m'emmener dans ce coin, je fais un bout du chemin par procuration...Par contre je suis ce qu'on appelle un gros mangeur quand je m'y mets, mais là, manger aux Cornettes et marcher derrière : respect. En général je jeune une journée pour m'en remettre après. wink

Hors ligne

#19 21-10-2022 13:54:11

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

tacheton a écrit :

#668842Excellent, je tombe sur ton récit ayant du changer à regret mes plans qui devait m'emmener dans ce coin, je fais un bout du chemin par procuration...Par contre je suis ce qu'on appelle un gros mangeur quand je m'y mets, mais là, manger aux Cornettes et marcher derrière : respect. En général je jeune une journée pour m'en remettre après. wink

Hé oui, j'ai senti l'embrouille en me mettant à table, et j'ai décidé de me laisser aller et d'en assumer les conséquences...mais la sortie de table a été épique ! Heureusement qu'il n'y avait pas de bancs directement sur le chemin  lol

Hors ligne

#20 21-10-2022 16:10:03

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

J8, 14 aout : La Fouly - Refuge Bonatti

   
6h : j’ouvre les yeux, et je fonce prendre une douche. C’est pas écolo, mais j’en profite. Puis gros petit dej de yaourts, nutella et autres jus de fruits achetés la veille que je ne vais pas transporter. Et je pars vers l’Ouest pour la journée, de la Suisse vers l’Italie. Malgré l’heure matinale, je croise quelques randonneurs TMB sur la route que je suis pendant quelques minutes avant de m’engager dans des chemins moins courus, destination le petit col Ferret (TMB via le Gd a priori). Ca monte doucement, c’est bucolique avec des vues très sympa sur les glaciers à ma droite. Je prends mon temps, j’en profite. Le temps est couvert mais pas de pluie prévue, j’ouvre grand mes yeux.

Bye Bye la Suisse, Buongiorno Italia ! Bon, certes, les cailloux ne connaissent pas les frontières, mais moi je suis content de fouler ce territoire. Je commence à monter vers le bivacco du Fioro le long du glacier du Dolent, et comme celui-ci est tout sec (a bien trop fondu), je laisse tomber, je ne vais pas y dormir donc je redescends. Descente un poil relou dans du mica ou équivalent qui glisse bien sous mes doux pas, la pente est assez importante, je pense que c’est pour ca que le TMB passe ailleurs. J’en profite pour faire une belle pause en bas, déjeuner puis prendre quelques cappuccino (i) au refuge Elena, qui a des airs de restau d’aire d’autoroute tellement il y a du passage. Mais dehors sur un banc, avec des glaciers et le Mt Dolent en face de soi, et un capu dans la main, j’en profite, malgré les épisodes de bruine. J’en profite aussi pour réserver par mail une place dans le refuge Bonatti (la dernière il parait aussi).

Après deux heures, il faut remettre un peu d’entrain pour repartir pour descendre dans le val Ferret, magnifiques vues sur le Mt Blanc, les Grandes Jorasses, le Dolent. Le reste devient invisible à mes yeux tellement c’est impressionnant. A 16h, arrivée au refuge : le coup de cœur. Grand, vaste à l’intérieur, très fonctionnel, dortoir d’une douzaine de personnes mais avec un espace pour son sac et ses affaires, des douches, et surtout à l’intérieur tout plein de photos de la collection de Walter Bonatti dont c’est le refuge. Et ce gars-là, il a eu une histoire extraordinaire, à la fois en tant qu’alpiniste, mais aussi en tant qu’aventurier ensuite. Je passe une heure à voyager avec les photos, de l’Antarctique à l’Equateur. Et ensuite, je ressors et me pose dehors, face aux Gdes Jorasses, et des glaciers. Ca tue. Le vin est bon, le repas excellent, le tout pour une demie pension à 60€, ce qui en fait un excellent rapport qualité prix. Je m’aperçois que j’ai chaud, et que j’ai oublié de mettre le chapeau et ou de la crème, donc coup de soleil ! Je me fais encore avoir comme un bleu…

Bilan
Dénivelé : + 1439 m / - 1000 m
Temps de marche :  7:21 heures
Distance : 15,4 km
Kms effort : 34,8
Les + : les vues sur les glaciers et les sommets du massif du Mt Blanc, le cappuccino, le refuge Bonatti
Les - : le fait que je stresse sur la météo alors qu’il faut que je lâche prise, un peu trop de monde à mon gout dans le val Ferret.


La trace

82EVxmVMh.HRA_08.jpeg

https://www.visugpx.com/QVFttpBtQq


Le matin juste avant de partir

7ZNProb0B.20220814_062743.jpeg


Je me suis souvent arrêté pour profiter de cette vue...

7ZNPrsg13.20220814_153953.jpeg


Capuccino de fête pour l'entrée en Italie !

80aj15XIi.20220814_114919.jpeg


Le refuge Bonatti

80ajc7Ajl.20220814_203748.jpeg


Les montantes ont toujours la côte !

80ajfj8SM.20220814_204924.jpeg

edit rajout distance + trace

Dernière modification par cajba (26-01-2023 14:40:06)

Hors ligne

#21 21-10-2022 22:16:51

Pat85
Membre
Lieu : Les Herbiers
Inscription : 07-11-2020

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Bombadyl a écrit :

#668233

WouinWouin a écrit :

#668065Ah un petit récit à lire en plus  cool

Je ne sais décidément pas quand je vais trouver le temps de poursuivre le miens unicorn

Vivement la suite !

Tout pareil !
Mais je m'installe quand-même...

+1. Merci cajba !


Moins c'est mieux

Hors ligne

#22 24-10-2022 23:37:40

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Oui merci !
J'aime bien ton format de récit. C'est concis, efficace mais on sent bien quand même ton état d'esprit du jour et ce qui t'a marqué.
Très jolies photos bien choisies.
Bref, je reste  big_smile


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#23 25-10-2022 03:47:05

Ruz boutou
Traîne-savates tout-terrain
Lieu : Brest
Inscription : 03-10-2019

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Salut Cajba, bien sympa ton récit.

Tes photos dont vraiment très belles et bien choisies. C'est pris avec ton Samsung?  (d'après ta liste ça doit être ça).

A te lire et à voir les photos, je me dis que ce parcours m'aurais mieux convenu que le GR5 effectué cet été : plus alpin, moins de monde apparemment. Mais bon, comme je ne connais pas bien les Alpes, le GR5 est quand même une belle entrée en matière.

Je regardais ton système de protection pour les jambes : pantalon coupe-vent GramXpert (39 g, le modèle 10D à priori), Jupe de pluie 3F UL (65 g), collant D4 wool    (165 g). J'imagine que cet été, vu les températures et la météo , tu n'as pas dû abuser du collant (en journée au moins), de la jupe de pluie et du pantalon coupe-vent (quoiqu'en août les orages se sont quelque peu multipliés), mais cette formule te satisfait-elle ? Quel avantage par rapport à l'usage d'un pantalon de pluie léger ? La respirabilité du pantalon coupe-vent ?

Sinon, ce serait intéressant que tu mettes le kilométrage journalier afin de mieux se représenter le parcours (Le calcul des km/effort est variable d'une personne à l'autre).

Merci en tout cas, pour ton récit et tes photos qui nous font bien voyager. cool


Moins on porte, mieux on se porte !

Liste lighterpack 2022

Hors ligne

#24 25-10-2022 17:55:20

brons07
Membre
Inscription : 27-06-2015

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Bonjour,
Super récit que je retrouve après une dizaine de jours de rando Vercors  Luberon.
j'ai fait cet itinéraire (trans'Alpes) en 2020 et c'est un grand plaisir de "repasser" au mêmes endroits en suivant ton retour.
Allez la suite!

Hors ligne

#25 26-10-2022 13:43:24

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018

Re : [Récit + liste] 1 mois sur la TransAlpes / HRA du Léman à Menton 2022

Merci pour vos retours, et vos encouragements ! Ca motive pour la rédaction ! pouce


@Ruz boutou :

"Tes photos dont vraiment très belles et bien choisies. C'est pris avec ton Samsung?  (d'après ta liste ça doit être ça)."
=> Oui, les photos sont prises par le Samsung A41, c'est pas mal pour garder l'ambiance.

"A te lire et à voir les photos, je me dis que ce parcours m'aurais mieux convenu que le GR5 effectué cet été : plus alpin, moins de monde apparemment. Mais bon, comme je ne connais pas bien les Alpes, le GR5 est quand même une belle entrée en matière."
=> je ne connaissais pas les Alpes, mais je n'ai pas hésité une seconde : un GR reste pour moi trop en vallée avec trop de gens, et comme j'avais été conquis par la HRP, aucune raison de ne pas partir sur la Trans'Alpes. Le GR5 doit être néanmoins bien sympa aussi, mais n'hésite pas à faire la TransAlpes l'an prochain !!

"Je regardais ton système de protection pour les jambes : pantalon coupe-vent GramXpert (39 g, le modèle 10D à priori), Jupe de pluie 3F UL (65 g), collant D4 wool    (165 g). J'imagine que cet été, vu les températures et la météo , tu n'as pas dû abuser du collant (en journée au moins), de la jupe de pluie et du pantalon coupe-vent (quoiqu'en août les orages se sont quelque peu multipliés), mais cette formule te satisfait-elle ? Quel avantage par rapport à l'usage d'un pantalon de pluie léger ? La respirabilité du pantalon coupe-vent ?"
=> Oui, cela me convient pour mon usage, bien que cela ne semble pas optimisé. Bien sur, la météo chaude la ne m'a pas permis de tester ses limites. Le collant ne me sert que aux bivouacs et certains longs arrêts. Mais j'ai remarqué que dès que je ne marche pas, mon métabolisme est moins bon, et j'ai vite la sensation de froid qui vient de part les cuisses, meme si la température n'est pas objectivement froide et que je suis bien couvert en haut. C'est la qu'intervient le coupe vent, qui donne un bon coup de boost au collant en gardant l'air emprisonné.Pour 40g, je passe des soirées bivouac agréables sans avoir froid.La respirabilité semble correcte, deja dormi avec pour test, par contre jamais marché avec car je n'en ai pas le besoin. Donc je ne m'en sers pas en mouvement. J'avais hésité à remplacer le duo collant + pantalon coupe vent par un pantalon en apex, mais c'est vraiment pour du hors estival je pense. En cas de pluie, c'est seulement la jupe de pluie : je ne suis pas mouillé des hanches au genou, et j'ai pas froid si la pluie est accompagné de forts vents, alors que sans oui. Et c'est facile à mettre/défaire, le corps respire quand même, rien à voir avec le pantalon de pluie qui me fait suer direct, sans parler de la galère pour le mettre...


"Sinon, ce serait intéressant que tu mettes le kilométrage journalier afin de mieux se représenter le parcours (Le calcul des km/effort est variable d'une personne à l'autre).
"
=> oui, tu as raison, je l'ai bien sur un tableau, je le rajoute !

Edit : j'ai oublié de répondre au dernier point.

Dernière modification par cajba (26-10-2022 14:10:29)

Hors ligne

Pied de page des forums