#1 05-09-2014 17:53:41

Oliviereide
Membre
Lieu : Marseille
Inscription : 14-04-2013
Messages : 117

[Récit + liste] 3 jours autour et suspendu au Viso

Il y a quelques années j’avais fait la Vallée des Merveilles et avais lorgné sur le Viso, me disant que serait un truc sympa à faire. Un peu après, un ami, Patrice, publia quelques photos de cette course et mon envie de grimper sur le Roi de Pierre se fit à nouveau sentir. Au printemps de cette année, des amis prévoient de faire un tour large du Viso, cependant étant en Corse à cette période, je ne peux me joindre à eux. Afin de préparer le GR20, je me rends en librairie pour acheter quelques cartes et livres. En fouinant dans les rayons, je tombe sur un topo des tours du Viso proposé par les frères Vallot. Je parcours avec délice ce topo, en apprécie les belles photos, l’humour, son toucher agréable et me dis, tout en me dirigeant vers la caisse le topo en main, que ce sera un projet pour septembre.

  Une fois ce topo englouti avec bonheur, je me décide pour un tour serré du Viso sur 3 jours qui emprunterait des passages un peu aériens et une tentative d’ascension du sommet. L’itinéraire que je vais emprunter est inspiré du Giro Stretto 4 ou GS4 ; le Technique que l’on trouve dans le topo.
  J’ai proposé à 2 amis de se joindre à moi, cependant la concordance entre la météo et les calendriers personnels ne nous permettront pas de nous unir. Je partirai donc seul après avoir guetté la fenêtre météo la plus favorable sur le site de l’ARPA.

Liste de matériel

7731_liste_tour_du_viso_05-09-14.jpg
7731_liste_tour_du_viso_2_05-09-14.jpg

Tracé prévisionnel du tour tiré de la carte du massif (IGC 106) :

7731_img_4211_bis_05-09-14.jpg

Tracé définitif du tour tiré de la carte du massif (IGC 106) :

7731_img_4211_bis_2_05-09-14.jpg

Jour/Etape 1, Castello-Refuge Boarelli,  5.8km, 1210m D+, 3h00

  Nous sommes mardi 2 septembre, journée un peu spéciale en France, c’est la rentrée. Hier, comme un écolier j’ai préparé méticuleusement mon sac, me suis couché tôt, plein d’attente, me demandant comment allait se passer les journées à venir. Je pars de Marseille vers 6h00, faisant route vers le nord-est, les massifs commencent à se dessiner sur fond mandarine, le lever du soleil me les offre en ombre chinoise. J’arrive à Castello (Italie) vers 10h00, me gare sur le parking situé près du refuge Alevé, les places sont rares, surement du fait de mon arrivée tardive.

  Je pars donc du refuge Alevé, 1600m, par le sentier forestier U9. Ce chemin est assez large et prend vite du dénivelé pour se stabiliser sur la courbe de niveau du vallon de Vallanta. Je le suis sur à peu près 3km pour arriver à la bifurcation avec le sentier U11. J’avais prévu d’emprunter le sentiero Chiavazza e Girone, un peu accidenté, qui permet d’arriver au Bivouac Berardo sous le Rocce di Viso mais étant seul je me dis, pour plus de sécurité, qu’il vaut mieux rester sur le sentiero Ezio Nicoli bien plus fréquenté. Ce dernier monte sévère plein est par le vallon delle Forciolline, d’abord forestier en sous-bois, il devient vite une sente glissante par la présence de terre et de pierres meubles (surement l’érosion de la fonte de neige). La dernière partie, très encaissée, se fait en sautant de bloc en bloc. Après 3h00 de marche, j’arrive au Bivouac Boarelli, il est 13h00.

7731_p1030348_05-09-14.jpg

7731_p1030353_05-09-14.jpg

  Le Bivouac Boarelli est bien luxueux, 12 couchages + une mezzanine plus spartiate, 2 grandes tables relevables afin d’offrir une capacité d’accueil supérieure. Il est situé sur un plateau à l’ambiance minérale, près du lac delle Forciolline qui sert de point d’eau.
Au bivouac, je discute avec 3 italiens qui viennent de redescendre du sommet. On évoque leur ascension, la météo. Tout s’est bien passé pour eux, il n’y a pas de névés délicats à franchir, la voie est facilement lisible, pas de nécessité d’encordement. Ils me conseillent cependant de porter un casque. Avant de partir, l’un d’eux, habitué à ce bivouac, me conseille une place particulière pour m’installer. Je le remercie et m’installe donc à l’entrée du bivouac, matelas de droite. Je suis tout seul.

7731_p1030357_05-09-14.jpg

  Le lieu est très calme, je fais le tour du propriétaire. Un bouquetin est dehors. Il vient me voir à la fenêtre du bivouac, il doit se dire « encore un, on est jamais tranquille ici ! ». Je profite pour faire un peu de lecture, d’abord un bouquin de Jamel Balhi, Un thé à Shangaï que j’ai emporté. Puis, je jette un œil sur le livre d’or du Bivouac. C’est un moment toujours amusant, toutes ces personnes qui sont passées là avant toi. Je me demande quelles étaient leurs motivations, leurs attentes, leurs craintes. Etaient-elles semblables aux miennes ? Certains les confient dans le livre, d’autres y croquent quelques moments de vie au bivouac. Au fil des pages, un nom revient souvent, Ralf Unterriener. Son écrit est toujours le même : son nom, sa ville, son pays, le numéro de l’ascension, la durée et parfois on trouve un commentaire sur les conditions météo de la journée. Il en est à sa 102ème ascension du Viso. Je me demande à quoi il ressemble, je l’imagine robuste et endurant et je ris en disant à haute voix « Deutsche Qualität ».
  Je m’étends sur le lit, ferme les yeux, le soleil commence à lécher la face ouest du bivouac, ses rayons transpercent les vitres et mes pieds ont l’impression d’être au coin du feu, je m’endors. Un grand boom se fait entendre, j’ouvre les yeux. La porte du bivouac s’ouvre un couple entre, nous nous saluons. Je comprends que la solitude est terminée, le bal des arrivées commence. On essaie de se saluer à chaque fois que quelqu’un arrive, quelques mots sont échangés. Vraisemblablement, tout le monde est là pour grimper sur le Viso, étonnant, non ?
 
7731_p1030365_05-09-14.jpg

  Je passe un bon moment à discuter avec le couple, ils sont sympathiques et projettent de partir à la même heure que moi demain matin. Si ça se trouve on fera le chemin ensemble. La place que j’occupe est juste à côté de l’entrée, près des tables, elle n’est surement pas la plus calme mais elle me permet de rencontrer tout le monde, de voir la valse des entrées et sorties, d’entendre les préoccupations, discussions des uns, des autres.
  Il doit être 17h00 quand un homme assez grand et maigre fait son entrée, calmement. Il porte un short de running noir très court laissant s’échapper de longues jambes aux muscles fusiformes conséquents, ses bras sont du même acabit. Il porte des lunettes de glacier très sombres. Sa peau est tannée et carbo-bronzée par le soleil. Après avoir fait un tour d’horizon avec la tête, il salue un italien qui se trouve sur la couchette opposée à la mienne. L’italien lui répond, ils échangent quelques mots, un « Ralf » retenti dans la conversation. Je prête un peu plus l’oreille. Ce type serait-il le Ralf aux 102 ascensions ? Il a enlevé ses lunettes, une marque de bronzage digne de Pat, mono à l’Alpe d’Hu me fait esquisser un sourire tant je pense au sketch d’Elie Semoun. (https://www.youtube.com/watch?v=HSBxNE2acio)
  Plus tard, j’aurais l’occasion de discuter un peu avec Pat, pardon avec Ralf. Il monte régulièrement sur le Viso, c’est sa grande passion, il s’est aménagé une petite couche dans un des locaux techniques du refuge. Il y grimpe du bivouac Boarelli en des temps plutôt courts, du style 1h20 quand il fait beau. Je ne le sais pas encore mais je mettrai 3h30.

7731_p1030381_05-09-14.jpg

  Ca s’active dans le bivouac, il est 19h00. La table près de mon lit voit atterrir les assiettes et réchauds de la plupart des occupants du bivouac, du coup, je suis un peu la tour de contrôle, « oui, vous pouvez vous installer », « non, ça c’est au mec qui est dehors », je suis de toutes les conversations, c’est assez amusant et agréable. Le couple que j’ai rencontré plus tôt vient vers moi, ils me disent qu’ils partiront un peu plus tard que prévu. Dans les minutes qui suivent un gars vient nous voir et nous demande vers quelle heure on décolle pour le sommet. Le couple répond 6h00, il laisse une moue transparaitre et dit que 5h00 l’arrangerait. C’est l’horaire qui me convenait, je lui propose de me joindre à lui, il accepte. A deux c’est quand même plus sécurisant.

  Bientôt l’heure du dodo, je règle le réveil à 4h20 et m’endors en me disant que je ne connais même pas le prénom de mon futur coéquipier.

Edit 1 : Correction orthographique de Ralf et pas Ralph, rendons honneur à Ralf, allez un pastaga! wink

Dernière modification par Oliviereide (05-09-2014 18:27:37)


Un Mulet qui aimerait être une mul...
GR20 2014, Viso 2014

Hors ligne

#2 05-09-2014 18:09:53

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 997

Re : [Récit + liste] 3 jours autour et suspendu au Viso

Salut oliviereide,

Très belle écriture, les mots glissent d'eux-mêmes smile

Un coin que j'aimerai approfondir un jour, donc hâte de lire la suite tongue

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#3 05-09-2014 18:23:07

domweb
Membre
Lieu : Marseille / Jausiers (04)
Inscription : 19-10-2011
Messages : 2 884

Re : [Récit + liste] 3 jours autour et suspendu au Viso

D'accord, mais ça manque un peu de pastaga wink


Si j'avais une pensée profonde à exprimer ici, je serais déjà couché. Alors, je veille...

Hors ligne

#4 05-09-2014 21:12:22

TO
Membre
Inscription : 23-02-2013
Messages : 568

Re : [Récit + liste] 3 jours autour et suspendu au Viso

salut olivier
j'ai parcouru le tour du viso ya 5 ans, depuis le refuge du VISO , QUEYRAS.
Mais sans monter au sommet, hélas
j'attend la suite avec beaucoup d'interrêt
A+
@DOM , pas de pastis la haut, plutôt du génepy , ou de l'hysope
en italie on fait passer la polenta avec de la grappa, mais tu le sais mieux que moi  wink

Dernière modification par TO (05-09-2014 21:15:28)

Hors ligne

#5 06-09-2014 22:57:01

Myrtille88
Membre
Lieu : Provence
Inscription : 30-09-2009
Messages : 1 662

Re : [Récit + liste] 3 jours autour et suspendu au Viso

Bonsoir Oliviereide

Quand j'ai vu Viso,  j'ai été attirée. En effet j'ai toujours voulu y aller mais toujours pas eu l'occasion

J'aime beaucoup ton récit et j'ai très envie de lire la suite tongue
Le bivouac semble vraiment agréable et bien clair.
Le monde a ses avantages si tu peux trouver un partenaire pour l'ascension...

Myrtille

Hors ligne

Pied de page des forums