Aller au contenu

Annonce

Réservez vos dates pour le Camp d'été 2024 : 10 au 17 août dans le Queyras !

#51 25-09-2015 17:53:25

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Salut guichen, le principal est d'être encore là pour en parler smile Et à défaut de pouvoir les éviter toutes... de rester toujours en alerte. C'est peut-être ça finalement, que je retiens le plus.

Toujours en parlant de la deuxième phase sur le névé (progression sur la courbe de niveau) : relativement à la direction dans laquelle je marchais la partie montante était à ma droite et la partie descendante à ma gauche, comme dans l'illustration. J'aurai pu me passer du bâton de droite mais pas celui de gauche, c'était un peu ma "barrière de sécurité avant la ravin" (c'est une image il n'y avait bien sûr aucun ravin), et je l'ai d'ailleurs aussi utilisé pour caler mon pied gauche en butée à certain moment, comme dans les étapes 1 à 4 mais de côté. Totale confiance en ma main gauche donc, mais beaucoup moins en ma droite. Utiliser le piolet avec c'est un peu comme si tu me demandais d'écrire de la droite (et mon écriture n'est déjà pas belle du tout de la gauche sad )

guichen a écrit :

Faudra bien un jour t'y coller wink !!!

Merci pour ta question car je réalise que compte-tenu de ce que je viens de dire juste au dessus, pour la droite assurément !

Dernière modification par mknod (25-09-2015 17:53:56)


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#52 26-09-2015 00:49:29

xROMUx
Membre
Inscription : 31-05-2008

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Salut,

juste pour le fun, j'ai retracé le plus fidèlement possible ton tracé via géorando, j'ai obtenu 2330m de D+, sachant que chaque fois que j'ai fait ça j'enlevais 10m de D par tranche de 100m de D, ce qui ferait d'après ce calcul totalement pifomètrique mais que j'ai toujours trouvé satisfaisant lors de mes traçages à main levée, 2330 -233 = 2097, environ, (sans mettre le petits haut et bas, on peut rajouter 20m par tranche de 1000, bah ça fait ~2150m). Du coup ça correspond à tes calculs finaux.
C'est farfelus, mais pas complètement dingue comme méthode. de tout façon, à moins d'avoir un satellite militaire avec laser pointé sur notre front et qui nous suit, rien ne saurait être précis réellement...déjà que les gps sont rarement précis en deçà de 10m...voir plus...


D'où ma conclusion...putain, j'en ai marre, sur ce forum, de voir des extraterrestres bouffer 2000m de D+ comme ça...j'ai fait ça 2 fois dans ma vie, j'étais mort à la fin de la journée..mais vraiment! Ça me dégoute de la montagne et de la rando, car je me sens comme un papy qui ferait un rando de 5km me dimanche...comparé à des rando de 50km...

(cela dit, superbe région que ce coin là que je n'ai pas encore visité...peut-être jamais...j'suis dégouté là).

Hors ligne

#53 26-09-2015 12:57:30

kodiak
Pas assez léger, mon fils!
Inscription : 09-06-2014

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Je suggère que ceux que cela intéresse poursuivent la discussion crampons/piolets sur ce fil (par ailleurs très instructif), pour laisser mknod nous raconter le reste de sa rando.


Lâche ce clavier, attrape ton sac et pars marcher!
Il y a toujours un objet plus léger que celui que tu portes dans ton sac : celui que tu as eu le courage de laisser chez toi.
« Strong, light, cheap, pick two » (*)

| k

Hors ligne

#54 26-09-2015 17:22:50

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

mknod a écrit :

En tous les cas tu n'y es peut-être pas totalement pour rien si j'ai moi même décidé de me lancer dans l'écriture d'un récit smile.

Tu n'as pas idée comme ça me fait plaisir de lire ça.  smile
Ecrire un récit me prend beaucoup de temps (pour les Pyrénées, plus d'une heure par "épisode", entre le tri et l'upload des photos et la rédaction proprement dite), mais j'ai tellement plaisir à lire les retours de terrain, en fait la seule partie du forum que je lis intégralement, que je le fais avec plaisir.  smile  smile

Par contre, je ne me souviens pas du tout de cette blague. En général, les "épisodes" étaient écrits et publiés d'un seul jet, puis j'y revenais dans la journée en corrigeant quelques fautes (il en reste toujours, aïe aïe aïe...) et reformulant quelques passages qui ne me semblaient pas clairs. La blague a peut-être sautée parce qu'un peu "tendancieuse" ? J'ai parfois un humour grinçant, mais je ne cherche pas à choquer ou blesser le lecteur.


Attention à la préparation de la nourriture dans la frigo. J'ai essayé, j'ai déjà réussi à partir avec un sac pratiquement sans nourriture. Deux fois. Et je ne parle pas des innombrables oublis de saucisson et babybel, qui font que je n'en emmène plus désormais. lol

-"héhé, c'est super d'avoir un sac léger pour courir attraper son train"

Arrivé sur place le samedi soir, on se rend compte qu'on passera la journée du lendemain à boire du thé et manger des petits beurres.  tongue



J'arrête le blabla, je vais patiemment attendre la suite !


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#55 26-09-2015 22:45:24

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

@Archimboldi

Tu parlais d'un truc que tu avais "conçu" pendant ta randonnée et dont tu étais fier même s'il n'était pas très réussi (impossible de retrouver sans TOUT relire). Le mot entre guillemets devrait te mettre sur la piste. Très grinçant en effet, mais j'adore l'humour grinçant  big_smile . Possiblement choquant donc, mais tu n'obliges personne à adhérer à cet humour qui par ailleurs se trouve dans TON récit. Ça ou le trombi, c'est un peu chez toi ! (enfin c'est ce que j'ai compris du fonctionnement du forum). J'aurai pu t'envoyer ça en MP mais la question de la censure n'est pas inintéressante je crois.

Pour la nourriture je parlais essentiellement de la réunir, si nécessaire la reconditionner, et de mettre le tout au frigo dans un sac étanche en attendant smile

@xROMUx

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de vérifier, ça confirme ma méthode et la tienne au passage. Tes 10m par tranche de 100m ne sont pas loin de mes 13% de taux d'erreur, comment as-tu trouver cette valeur initialement ? L'expérience ? Si tu veux tester avec la trace originale je peux te la transmettre. D'ailleurs pour la première fois j'ai vu mon GPS afficher une précision de 2 mètres par moment, contre 3 habituellement.

Désolé pour le moral sinon roll Je te rassure je ne serais pas capable d'enchainer plusieurs journée comme ça indéfiniment, mais j'aime bien mettre les gaz le temps de prendre de l'altitude et/ou de m'éloigner du point de départ (le premier jour suffit). Avec toute l'énergie et la pression accumulée sur Paris le reste du temps... c'est pas trop difficile ! En règle générale j'aime bien marcher vite mais je dois me retenir si je veux me préserver sur la durée. Je ne fais jamais la course, sauf avec moi-même hmm

En tout cas j'espère que tu plaisantes pour ta dernière remarque smile Difficile d'en débattre d'avantage car chacun a ses propres raisons de marcher et de dépasser ou non ses limites, mais rien ni personne n'a dit qu'il fallait aller vite je crois... on n'est pas là pour faire du sport après tout. En tout cas pas au sens compétition que j'associe fortement à ce terme... je lui préfère "activité physique" dans le cadre de notre activité.

La suite arrive très vite mais je privilégie la rédaction à la publication avant que ma mémoire ne flanche. C'est que j'ai la pression maintenant  lol  lol


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#56 27-09-2015 16:18:17

Arnaud
Membre
Inscription : 08-12-2011

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Salut,

et désolé pour avoir lancé le HS sur les dénivelés dans ton post, je complète un peu pour répondre à une de tes questions.

Concernant l'enregistrement des traces par le GPS, j'ai été confronté aux mêmes problèmes que toi et je pense qu'il n'est utile que pour la route elle même.

Les dénivelés cumulés sont faux car:
- si tu enregistres l'altitude par la pression, le vent fausse les mesures de pression ( je me souviens que je cassais la croûte et que mon dénivelé cumulé augmentait à chaque rafale  lol )
- si tu enregistres l'altitude par le GPS, l'erreur de la position GPS (4m?) dans une traversée raide à flanc fait que tu mesures un coup 10m plus haut, un coup sur ton sentier, un coup 20m plus bas...

La distance aussi est souvent surestimée (mais moins) car l'erreur du GPS crée des zigzags artificiels.

Avec les lissages on retombe plus ou moins sur ses pieds.

Pour ma part, en préparation de rando, sur mon ordi,  j'utilise le logiciel gratuit Basecamp de Garmin avec les cartes gratuites Topopirineos, pour avoir une idée de la faisabilité de mon parcours en dénivelé et distance.

Par exemple pour ton 1er jour, j'ai reconstitué plus ou moins ton parcours:
6342_basecamp_trace1_mknod_27-09-15.jpg

et ça donne le profil suivant:
6342_basecamp_trace_mknod_27-09-15.jpg

soit 18,2Km +2158m -691m, ce qui est déjà bien costaud !

(zut, je remet en cause la distance aussi lol , mais là c'est mon tracé qui est approximatif wink )

Vivement la suite de l'histoire  smile

Hors ligne

#57 27-09-2015 17:14:44

oli_v_ier
Administrateur
Inscription : 24-01-2005
Site Web

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Mille mercis à mknod.
Pour l'avoir vécu je sais que ce genre d'aventure peut apporter énormément d'expérience à celui qui s'est trouvé face à ses erreurs, ses peurs et qui s'en est sorti, mais en faire un retour sur expérience (retex) est aussi un cadeau en or pour ceux qui ne l'ont pas encore vécu.
Certes rien ne vaut le vécu, mais écrire ce genre de retex peut sauver des vies. Il ne s'agit pas ici d'en tirer des grands principes universels et intemporels (ils sont rares), mais plutôt de permettre au lecteur de faire des aller-retours entre le récit, les commentaires et son vécu pour y contribuer, en apprendre, ou les deux smile .

L'erreur qui m'a le plus marqué dans ton "hors piste" c'est l'impossibilité de faire demi-tour. D'abord par faiblesse psychologique, puis par manque de technique.
C'est quelque chose auquel je fais très attention après plusieurs erreurs que j'ai failli regretter.
La seule chose que j'ai à me prouver désormais, c'est que je suis capable (techniquement et psychologiquement) à tout instant de faire demi-tour. C'est mon crédo sur le terrain.
Mais je sais que chacun a son caractère : certains ont besoin de se pousser à continuer, j'ai une tendance naturelle être jusqu'au boutiste tongue , à continuer coûte que coûte, même quand c'est objectivement débile, donc j'ai désormais ce crédo comme assurance vie. Et l'esprit : "allons voir si ça passe" m'apporte beaucoup de bonheur.


La marche ultra-légère n'est pas un but, mais un moyen. "Un sac lourd est un sac bourré d'angoisse."
Mon équipement pour l'Islande 2008 en détail.

En ligne

#58 27-09-2015 20:13:31

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

@oli_v_ier

oli_v_ier a écrit :

Mille mercis à mknod. [...]

C'est marrant, je réalise seulement maintenant l'impact de ce retour d'expérience. Comme dit en introduction je me contente "seulement" de raconter les choses telles que je les ai vécues (j'y reviens juste en dessous justement), et je ne m'attendais certainement pas à autant de remerciements ou de retours positifs concernant cet épisode en particulier. Pour être très honnête j'avais franchement peur de l'inverse, surtout de la part des anciens justement. J'entendais déjà leur voix de daron résonner dans ma tête.

Je suis heureux que cela puisse servir à tous et engendrer autant de connaissances sur le sujet. Ça va même un peu trop vite pour moi big_smile ...  j'espère que le serveur est backupé régulièrement car je risque de lire et relire les discussions pendant un petit moment avant de pouvoir mettre tout ça en application. Ajout à ma todo list : identifier le névé le plus proche de Paris.

oli_v_ier a écrit :

L'erreur qui m'a le plus marqué dans ton "hors piste" c'est l'impossibilité de faire demi-tour. D'abord par faiblesse psychologique, puis par manque de technique.

+1000. La première est la plus grave au fond. La deuxième... c'est le genre de cauchemar que je n'ai pas envie de faire lol

oli_v_ier a écrit :

C'est quelque chose auquel je fais très attention après plusieurs erreurs que j'ai failli regretter. La seule chose que j'ai à me prouver désormais, c'est que je suis capable (techniquement et psychologiquement) à tout instant de faire demi-tour. C'est mon crédo sur le terrain.

Je prends un peu de temps à répondre pour diverses raisons, mais je suis en pleine rédaction du Jour 6 et j'étais précisément en train de relever ce dernier point quand tu as posté ton message.

Je me spoil moi-même :

"[...] Ayant appris du Jour 2, je décide de m’y engager prudemment, toujours en vaillant particulièrement à pouvoir faire demi-tour si nécessaire. Il s’agit cette fois d’une désescalade, donc un repli devrait à priori être toujours plus facile que la progression elle-même. [...]"

oli_v_ier a écrit :

Mais je sais que chacun a son caractère : certains ont besoin de se pousser à continuer, j'ai une tendance naturelle être jusqu'au boutiste tongue , à continuer coûte que coûte, même quand c'est objectivement débile, donc j'ai désormais ce crédo comme assurance vie. Et l'esprit : "allons voir si ça passe" m'apporte beaucoup de bonheur.

Je suis comme toi et c'est justement cette "faiblesse psychologique" à laquelle je dois faire attention et qui me fait un peu peur parfois. Je sais désormais que je suis à la fois mon meilleur ami et mon pire ennemi quand je suis seul en montagne. Je pense qu'il s'agit bien là d'un de ces "grands principes universels et intemporels" dont tu parle plus haut.

Mais quel bonheur de dingue comme tu dis roll

Juste pour terminer, il y a quand même eu un facteur chance extrêmement important que tout le monde n'a peut-être pas relevé : ces "50 cm" de largeur sur lesquels la glace et la roche se rejoignaient. Sans eux mon seul moyen de ne pas finir sous le névé aurait probablement été de sauter dessus les jambes d'abord, et de prier pour me faire le moins mal possible à l'arrivée (j'y ai pensé).

@tous

Puisque l'honnêteté est à double tranchant, j'ai reçu un MP au moment même où oli_v_ier postait son message.

Je me permets d'y répondre en public en citant le message original avec l'accord de son auteur :

Salut [mknod],

Ton retour fait des vagues...

Plutôt que le dire en public sur le forum, je préfère te dire ça par MP :

J'étais alléché par le titre de ton récit mais après avoir lu ça :

mknod a écrit :

"Peu avant, je croise un type assez âgé, une gueule cassée qui sent le vécu, posé sur son rocher avec ses deux genouillères et son tabac à rouler. Il vient d'Ariège via le GR10, chapeau l'artiste ! J'espère pouvoir en faire autant à son âge. Il a de quoi être autonome mais me demande de prévenir le refuge d'Espingo qu'il arrive en espérant qu'il restera de quoi manger, ce que je ne ferai pas par manque de temps. La lumière baisse très vite une fois le soleil passé derrière la crête, et ce moment approche à grand pas. Je ne peux me permettre ce crochet avec l'objectif que je veux atteindre."

J'ai arrêté ma lecture, tu débute en montagne ok, mais ça c'est vraiment nul, l'esprit et la solidarité montagnarde sont aussi (voire plus) importants que les techniques d'évolution en montagne.
Bref des valeurs morales.
Faire un détour au refuge d'Espingo prend cinq minutes, allez dix minutes avec la discussion pour prévenir le gardien.

Je ne suis pas le seul à le penser sur le forum et ça m'a un peu déçu, je ne sais pas si je finirai de lire ton récit.

Jobig avait déjà relevé ce passage au dessus, et je tiens à préciser que je suis d'accord à 100% avec ce MP. En d'autres termes : je ne suis absolument pas fier de ce comportement en particulier.

La question de la vérité (transformation ou omission) ne s'était pas posée quand j'ai commencé à écrire. J'ai par contre été obligé de l'évacuer assez rapidement puisque cet épisode s'est produit au Jour 1. Au moment de rédiger ce passage j'avais plusieurs possibilités :

- ne pas parler de cette rencontre,
- parler de cette rencontre sans parler de sa demande,
- parler de sa demande mais ne pas préciser la suite, "ils se diront forcément que j'y suis allé de toute façon",
- ou encore une fois me contenter de raconter les choses telles qu'elles se sont produites et sans autre filtre que celui de mon objectivité et de ma sensibilité

J'ai tout naturellement opté pour cette dernière solution puisque les autres choix consistaient à mentir par omission, manipuler la réalité, et donc le lecteur. On n'était plus vraiment dans le récit et c'était la porte ouverte à d'autres manipulations futures (voire à la fiction... je découvre avec joie qu'écrire, et bien c'est plutôt fun en fait !).

La seule et unique raison pour laquelle je pourrai omettre un détail est la suivante : il n'a aucune pertinence dans le récit et/ou il ne s'intègre pas dans son cadre. En y réfléchissant et pour un mec amoureux des détails, ça n'arrive pas souvent.

Ce passage en particulier ne me rendant pas à l'aise, il avait donc TOUTES les raisons de figurer dans le récit, quitte à me faire taper sur les doigts. Je préfère 1000 fois ça que de mentir (à moi-même par la même occasion).

Pour conclure donc :
- j'ai définitivement été un peu maladroit, ça saute aux yeux avec le recul mais c'était un peu plus nuancé quand ça s'est produit, surement parce que dans ma lancée et dans "l'ivresse" du moment (quand je dis que je mets les gaz le premier jour je déconne à peine),
- je ne cherchais pas à causer du tort,
- j'approuve à 100% les valeurs morales propres à la montagne et aux environnements/activités à risque en général (j'attendais le retour matériel pour en parler mais c'est d'ailleurs la SEULE raison pour laquelle j'ai pris un téléphone portable : je m'en serai voulu de rencontrer une personne en difficulté et de ne jamais savoir si j'aurai pu ou non appeler les secours)
- je persiste par contre à penser que ce détour m'aurait pris beaucoup plus de 10 minutes tout compris,
- je l'aurai fait malgré tout s'il n'avait pas eu de quoi être autonome ou que ça avait été plus grave que "je fume ma clope j'espère qu'il y aura encore à manger",
- comme dit à Jobig, on n'était quand même loin de l'engagement moral et explicite, plus un "Okay" au détour d'une phrase, faut aussi remettre les choses dans leur contexte smile
- avouer cette petite faute en public est aussi un moyen de me la pardonner à moi-même !

Bref, je veillerai bien sûr à ce que ce genre de chose ne se reproduise pas, expérience à l'appui.

Désolé d'en avoir choqué certains.

Dernière modification par mknod (28-09-2015 01:22:29)


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#59 27-09-2015 20:30:24

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Salut mknod,  smile

J'ai posé la question parce que je souhaitais, sans émettre de jugement, que tu pousses la réflexion jusqu'au bout, pour toi-même. L'appréciation de ce qui s'est passé appartient à ton Ariégeois. Si cette expérience porte ses fruits chez toi, et bien j'applaudis de bon cœur ! smile

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#60 27-09-2015 20:37:53

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Merci Jobig, c'est maintenant chose faite. Je note quand même qu'entre ça et les dénivelés, vous n'en loupez pas une !  lol  lol  (c'est précisément pour ça que je le soumet à votre lecture bien sûr).


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#61 28-09-2015 09:11:02

Guybrush84
Threepwood
Lieu : Aix en Provence
Inscription : 02-08-2010

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Dans l'épisode du névé, pourquoi es-tu aller chercher le piolet après sa chute ?
Je dis ça car il ne me semble pas qu'il était sur ton chemin pour t'en sortir au plus vite. Mais je n'y étais pas hein !

Hors ligne

#62 28-09-2015 11:50:09

anthony50
Membre
Inscription : 16-03-2013

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Salut mknod,

merci pour lé récit, il est vraiment prenant, et comme d' autres j' y retrouve des souvenirs de "pourquoi je me suis foutu dans cette merde", ce qui arrive assez souvent  hmm .

Par contre, c' est marrant, moi ce qui me choque dans l' épisode avec la gueule cassée, c' est plus le fait qu' il t' ait demandé de prévenir alors qu' il est à 5 minutes et qu' il est en train de se fumer une clope... j' oserai pas faire ça.

Hors ligne

#63 28-09-2015 21:40:51

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Guybrush84 a écrit :

Dans l'épisode du névé, pourquoi es-tu aller chercher le piolet après sa chute ?
Je dis ça car il ne me semble pas qu'il était sur ton chemin pour t'en sortir au plus vite. Mais je n'y étais pas hein !

Ce n'est peut-être pas clair dans le récit (si c'est le cas je veux bien des précisions en MP), mais je n'avais AUCUNE autre issue. Si le piolet n'avait pas chuté je ne sais pas si j'aurai eu le courage ou même l'idée d'aller sur le névé (ce qui impliquait d'abord de redescendre à son niveau...). Ce piolet est peut-être une bénédiction finalement. Je n'ai absolument aucune idée de ce qui aurait pu se passer autrement, tout ça s'est joué à très peu et je m'estime bien chanceux.

anthony50 a écrit :

Par contre, c' est marrant, moi ce qui me choque dans l' épisode avec la gueule cassée, c' est plus le fait qu' il t' ait demandé de prévenir alors qu' il est à 5 minutes et qu' il est en train de se fumer une clope... j' oserai pas faire ça.

Je suis plutôt d'accord en soit (je l'avais d'ailleurs plus ou moins signifié en réponse à Jobig), mais une fois que j'ai dis "oui" ce n'est plus la question.  wink

Pour les autres questions concernant l'épisode du névé je vous propose de passer en MP (quitte à rendre public après coup si c'est pertinent pour tout le monde).


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#64 29-09-2015 10:45:44

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Jour 3 - 1er sept. 2015

Distance parcourue : 17km
Durée totale avec pauses (à ± 10min) : 09h19

Liens vers la cartographie.

Profil altimétrique :

9369_pyr8j2015_06j3_profiles_elevation_28-09-15.jpg

Altitude min/max : 1346 / 2755m
Altitude moyenne : 2074m
Dénivelé positif : 1501m
Dénivelé négatif : 873m

Répartition temps de marche :

9369_pyr8j2015_06j3_profiles_time_05-10-15.jpg

Vitesse moyenne : 2,7km/h
Vitesse ascensionnelle moyenne : 355m/h
Vitesse de descente moyenne : 451m/h

Récit

L'orage a duré plusieurs heures et je n'ai pas souvenir qu'il ait réellement perdu en intensité à un moment ou à un autre. Il a été suivi d'averses toute la nuit. À 6h, il pleuvait encore. J'attendrai que ça se calme avant d'émerger.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1333_ns_29-09-15.jpg

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1334_ns_29-09-15.jpg

07h30, 2024m. Bivouac de la veille. La forme du sol s'est révélée être beaucoup plus irrégulière que prévue une fois les herbes couchées, et j'ai été obligé de passer toute la nuit en chien de fusil. Je n'ai vraiment pas besoin de grand chose pour bien dormir après une journée de marche, mais s'il y a bien un détail auquel j'accorde beaucoup d'importance, c'est justement la possibilité de pouvoir dormir les jambes parfaitement tendues. Mes genoux apprécient et je suis persuadé que je récupère mieux ainsi. Je veillerai également systématiquement à plaquer l'arrière de mon abri au sol à partir d'aujourd'hui, et ce quelque soit la météo apparente.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1336_ls_29-09-15.jpg

07h52, même endroit. Les nuages chargés s'éloignent en direction des hauteurs de la Valle de Benasque, le soleil commence à se dévoiler et fera rapidement sécher l'herbe. Il est temps de partir !

Je devine d'après ma carte que cette journée devrait être très simple : il s'agit de terminer la descente de la Valle de Lliterola entamée hier, de traverser perpendiculairement la plus importante Valle de Benasque située 500m plus bas, et finalement de rejoindre le versant opposé pour attaquer la montée vers l'Ibón de Cregüeña, qui se situe à environ 2,5km à vol d'oiseau au nord ouest de l'Aneto.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1339_ns_29-09-15.jpg

08h32, 1788m. La pente n'est pas très prononcée mais la surface est chaotique et camouflée par une herbe trempée des averses de la nuit. Les muscles et articulations encore un peu engourdis ne sont pour le moment pas d'un grand secours pour maitriser parfaitement son inertie.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1340_ls_29-09-15.jpg

08h42, 1715m. Même ici, les conditions pour commencer une journée de marche ne sont pas idéales : le sol est constitué de nombreux petits pièges et il ne retransmet pas l'énergie efficacement.

Quitte à ce que le cardio s'emballe un peu, je préfère mille fois démarrer en montée. Le travail concentrique m'apparait plus naturel et moins douloureux sur des muscles courbaturés, ce qui me permet d'aller à mon rythme et de m'échauffer progressivement. Les articulations sont épargnées par la même occasion puisqu'elles ne subissent pas les nombreux petits chocs liés à une retenue encore un peu aléatoire.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1341_ls_29-09-15.jpg

08h52, 1634m. Après un court passage très agréable en forêt, j'arrive finalement dans la Valle de Benasque et j'atteins l'A139 qui y passe. À défaut de lire systématiquement les panneaux en randonnée, je les prends toujours en photo car ils constituent une mine d'informations très riche pour le retour (le nom du sentier y figure d'ailleurs déjà, mais je ne l'associe pas encore au réseau plus vaste auquel il appartient).

C'est donc parti pour une petite portion de route bien roulante. En temps normal je déteste le bitume mais c'est cette fois une occasion en or pour se reposer et continuer à s'échauffer tranquillement, j'en profite donc pour faire de la marche active à 6-7km/h environ. Encore une fois, la grande polyvalence offerte par les trails et des plus appréciables.

J'essaye quand même de rester attentif à la configuration de la route puisque pour rejoindre le versant opposé, je vais devoir très rapidement bifurquer vers l'est et emprunter le Puente de Cregüeña. Il me permettra de traverser la rivière qui coule en ce fond de vallée.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1344_ls_29-09-15.jpg

09h01, 1599m. Route déjà parcourue. Comme souvent je préfère prendre en photo ce qui se trouve derrière moi plutôt que devant. Je sais que je vais le regretter à la phase de tri et d'identification, mais c'est plus fort que moi. Heureusement j'arrive à m'en sortir à peu près en comparant l'heure à la position des ombres (quand il y en a !). Je viens donc de passer la bifurcation visible à droite, elle est toute en lacets et rejoint le Baños de Benasque, sorte d’Hôtel SPA perché à 1720m.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1346_ns_29-09-15.jpg

Faut pas avoir vu Shining.

Ce moment est vraiment agréable et ressourçant. Plus besoin de réfléchir pour marcher, je rêvasse et me laisse porter. Peut-être même un peu trop d'ailleurs !

J'ai beau rester attentif, je ne vois pas où je suis censé tourner pour quitter l'A139 et passer le pont.

Je réalise très vite que j'ai forcément manqué la bifurcation, mais je continue à marcher à la recherche d'un repère visible sur la carte. Les quelques tunnels traversés n'en seront pas puisque non représentés.

Me voila donc à l'affût du moindre détail — mot qui ne semble pas faire partie du vocabulaire de l'IGN espagnol —, comme par exemple la proximité soudaine de la route avec la rivière qui coule plus bas. Je parviens à faire le lien mais refuse d'y croire vraiment. Je finirai bien par trouver un élément irréfutable pour me localiser précisément. J'aurai bien sûr pu faire demi-tour beaucoup plus tôt, mais je hais les demi-tours et je n'ai pas envie de chercher une bifurcation qui n'existe pas.

Cet élément irréfutable finit par tomber : un grand bassin de rétention, puis un barrage. Réflexion du moment : "Uh¿¡". Je ressors ma carte, plusieurs secondes sont nécessaires pour que mes yeux balayent les quelques centimètres qui séparent l'endroit où je pense être de l'endroit où je suis réellement. Par chance, l'emprise de ma carte A4 — définie par mes soins à l'avance — est juste suffisante pour couvrir le barrage. Dans le coin inférieur gauche.

Ça m'apprendra à ne pas estimer les distance à l'avance ! Sur du plat en plus, je n'ai aucune excuse. Je note quand même au passage qu'il est définitivement plus facile de se perdre chez les humains qu'en pleine nature (c'est presque une tradition chez moi).

Le barrage peut heureusement être traversé à pied et rejoint un sentier visible sur la carte. Ça ne sera ni plus ni moins que le GR11. Sur le moment, la vision de ces balises rouge et blanche si françaises me procure un effet particulier. Je l'emprunte sur quelques centaines de mètres puis continue tout droit, le long de la rive. Quitte à revenir sur mes pas, je préfère que cela se fasse par un autre chemin. Après la marche active sur route, j'attaque doucement le D+ sur chemin non carrossable. C'est parfait pour prolonger cette petite séance d'échauffement improvisée avant ce qui m'attend. En randonnée plus qu'ailleurs, je trouve toujours du positif quelque soit la situation. Ce n'est pourtant pas spécialement un de mes principaux traits de caractère !

L'erreur peut paraître extrêmement grossière sur la trace GPS, surtout si on ne prends pas en compte les dénivelés. En réalité, il ne s'est déroulé qu'une trentaine de minutes entre le moment où j'aurai du bifurquer et le moment où j'ai posé un pied sur le barrage. Quand on rêvasse un peu et qu'on a passé les deux derniers jours en pleine montagne à compter en heures des passages de D+ et de D- sur des distances semblables à vol d'oiseau, ça va très vite !

En tout et pour tout, ce petit détour m'aura pris 1h30 pour environ 7km. Ce n'est pas bien méchant.

J'arrive finalement au niveau du pont que j'aurai du emprunter plus tôt. J'irais bien essayer de comprendre ce qu'il s'est passé mais j'ai perdu assez de temps, je verrai ça sur une carte 1:25.000 à mon retour. Résultat : il fallait visiblement sortir de la route par la terre et faire du hors-sentier sur une centaine de mètres pour rejoindre une route environ 60m plus bas. Ce n'est toujours pas très clair.*

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1350_ls_29-09-15.jpg

10h44, 1480m. Les choses sérieuses commencent. Avec une prime une belle rature ainsi que'un chiffre inscrit à la main. Réflexion du moment : "«y'en a qu'ont essayé, ils ont eu des problèmes»".

J'avance d'un mètre de D+, le premier des 1200 qui me mèneront jusqu'à la pointe de l'Ibón de Cregüeña. La suite n'est que du bonheur.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1351_ls_29-09-15.jpg

11h10, 1670m. Une forêt magnifique et luxuriante jusqu'à 2000m. Sa végétation est dense et frappée verticalement par les rayons filtrés d'un soleil qui atteindra bientôt son zénith. Je vis un petit moment de grâce et en oubli complètement la difficulté liée à l'effort physique. Cette photo représente peut-être les seuls quelques mètres de plat du sentier. Le reste du temps ça grimpe dur, très dur.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1354_ls_29-09-15.jpg

12h23, 1995m. Une portion aride s'installe brutalement, la vue se dégage et la lumière se rallume.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1355_ls_29-09-15.jpg

12h36, 2013m. Je vis toujours la transition entre la forêt et les grands espaces d'altitude comme une récompense ultime. Réflexion du moment : aucune je crois smile.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1357_ls_29-09-15.jpg

12h44, 2043m. En voila un qui n'a pas choisi la facilité. Réflexion du moment : "toi, je t'aime bien !".

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1362_ls_29-09-15.jpg

14h14, 2479m. Je me retourne pour apprécier le chemin parcouru. Pas difficile avec une telle vue.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1363_ls_29-09-15.jpg

14h30, 2548m. Plus que quelques efforts à fournir avant d'atteindre l'Ibón de Cregüeña.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1367_ls_29-09-15.jpg

14h57, 2642m. Qui ne se dévoile véritablement que si l'on continue à grimper.

J'atteins le lac en 4h20, soit 1h10 de moins que ce qui était annoncé. Entre temps la ciel s'est couvert et annonce la couleur pour les prochaines heures.

Quand la lecture de terrain ne me permet pas d'identifier à coup sûr une voie pour évoluer aux abords d'un lac et que ma carte n'est pas d'un grand secours, je décide toujours de continuer à prendre de la hauteur pour marcher sur une courbe de niveau. J'ai ainsi l'impression d'avoir plus de marge pour contourner un éventuel obstacle par la gauche ou par la droite. Je n'ai certainement pas envie de me retrouver dans un cul-de-sac au bord de l'eau avec pour seule issue une escalade au résultat incertain ou pire : un demi-tour. Le point de vue offert me permet généralement d'y voir plus clair et d'envisager de redescendre un peu plus loin. Ma trace prévisionnelle indique bien que le passage est possible, mais celle-ci est dominée par le scepticisme que j'éprouve sur le moment. Avec ses 701 points (contre 18685 effectivement enregistrés en fin de randonnée) je vous laisse imaginer sa définition, et donc le degrés de confiance que je peux avoir en elle lorsqu'il s'agit de rentrer dans le détail.

16h15, 2639m. Je suis monté en hors-sentier jusqu'à 2755m, mais voyant le temps passer j'ai décidé de rejoindre à nouveau la rive du lac. Il est évident que je n'irai pas beaucoup plus loin aujourd'hui et je préfère commencer à réfléchir tranquillement au bivouac de la nuit. À la vue de la carte 1:25.000 au moment où j'écris ces lignes, je suis presque sûr que j'aurai pu continuer ainsi jusqu'au Pico de la Maladeta.

Bientôt, une odeur nauséabonde s'empare de moi. Son origine est rapidement identifiée : il s'agit d'un cadavre plutôt frais, je le prends en photo pour identification future. J'apprendrai au dernier jour de ma randonnée qu'il s'agit d'un Isard, la version pyrénéenne plus petite et plus rustique du chamois des Alpes (jusqu'alors alternativement nommé Chamois ou Bouquetin par l'ignorant de citadin que je suis !). Le contraste est d'autant plus marqué que les odeurs ne semblent pas faire partie de la palette de stimulus qui est habituellement offerte aux visiteurs de cet environnement haut-perché.

La météo continue à se détériorer et l'herbe se fait bien rare pour l'instant. J'ai la chance d'être resté totalement sec jusqu'à maintenant et j'aimerai si possible établir mon campement avant qu'une éventuelle averse se déclenche. Je tombe régulièrement sur des abris de fortune exploitant les formes et cavités de ce terrain accidenté. Je ne le pense pas souvent, mais pour des constructions d'origine humaine je trouve qu'elles s'intègrent plutôt bien au décors !

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1372_ls_29-09-15.jpg

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1373_ls_29-09-15.jpg

Je n'envisage pas de tenter un montage de la Wild Oasis sur rochers. Ce n'est pas le grand luxe à l'intérieur mais j'aurai au moins de quoi m'abriter au cas où.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1375_ls_29-09-15.jpg

16h39, 2641m. Je continue de longer la rive nord du lac encore vingt bonnes minutes après cette photo lorsque soudain...

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1376_ls_29-09-15.jpg

...des humains ! J'en ai croisé deux ou trois de très loin beaucoup plus tôt dans la journée, mais je ne m'attendais certainement pas à ça ici, et à cette heure. Aucune logique derrière tout cela, j'étais juste persuadé d'être totalement seul. Ils n'ont pas l'air d'être équipés pour passer la nuit en montagne mais ne donnent pas l'impression d'être pressés pour autant.

Ils se dirigent vers moi, je me dirige vers eux, toujours à la recherche d'une zone de bivouac. La rencontre est inévitable : il s'agit d'un père, d'une mère et de leur fils. Il doit avoir 11 ou 12 ans. Ils sont espagnols mais ce dernier s'exprime dans un Anglais quasi-parfait à faire pâlir mon visage rougi par le soleil et l'effort. Facile, il a un prof particulier !

Ils reviennent d'une randonnée à la journée et vont bientôt redescendre à l'endroit où leur voiture les attend. Je ne crois pas me tromper en disant que le seul endroit à la ronde où l'on peut faire stationner une voiture se situe précisément là d'où je viens, soit environ 1300m plus bas. Ils ne sont pas encore arrivés mais je ne m'inquiète pas pour eux. Ils ont franchi le Collada de Cregüeña, conaissent visiblement bien le coin et il leur reste quatre heures avant qu'il fasse nuit noire. Même en descendant à 400m/h ils seront arrivés à temps.

De l'endroit où nous discutons j'aperçois deux choses :
- des herbes rases au loin. Ils y étaient plus tôt et me confirment que je pourrai y planter mon abri. Cool !
- le Collada de Cregüeña, c'est à dire l'objectif de demain matin. L'Aneto se trouve derrière un peu plus à l'est. Si tout va bien je pourrais envisager de le faire demain via le glacier de Coronas.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1377_ls_29-09-15.jpg

En règle générale il m'en faut un peu pour m'impressionner, là je suis servi. Vu d'ici ce mur paraît presque infranchissable. À plusieurs reprises d'ailleurs je constaterai que ma vision aplatit le relief et accentue la pente des flancs de montagne. Exactement comme sur cette image. Ça se soigne docteur ?

La voie se trouve juste à gauche de la coulée, pile en dessous du col. Ça a beau être impressionnant, je sais au fond que je n'ai en fait absolument aucune raison de m'inquiéter. Et puis ne pas se faire avoir par le mental : le soir, tout est plus grave.

17h23, 2643m. Fin de journée. J'ai enfin trouvé l'endroit idéal pour passer la nuit. Comparé à hier c'est carrément du 5 étoiles. Ces photos ont été prises une heure plus tard, il commençait à peine à pleuvoir.

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1379_ls_29-09-15.jpg

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1384_ls_29-09-15.jpg

9369_pyr8j2015_06j3_pics_dscf1388_ls_29-09-15.jpg
(oui, j'ai entre temps inversé le sens du sac de couchage)

Ce soir j'ai du temps. J'en profite pour me relaxer, faire un peu de lessive, un brin de toilette dans le ruisseau qui coule juste à côté, et manger ce qui sera le dernier repas chaud de ma randonnée.

* voir message #65 juste en dessous

Morceau du jour, "Balade en forêt de Cregüeña" :

9369_pyr8j2015_06j3_soundtrackthumb_28-09-15.jpg
Rei Harakami - Come Here Go There (infos)

Dernière modification par mknod (05-10-2015 17:47:57)


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#65 29-09-2015 10:54:33

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Voici l'extrait de la carte 1:25.000 de l'IGN espagnol où j'ai raté la bifurcation, sans puis avec la trace pour plus de clarté.

9369_pyr8j2015_06j3_extra_mp_wotrck_29-09-15.jpg 9369_pyr8j2015_06j3_extra_mp_wtrck_29-09-15.jpg

La section en pointillés et celle que j'aurai du prendre. La carte que j'avais pendant la randonnée était la version 1:50.000 (imprimée au 1:25.000). Pourquoi ? Parce que impossible d'avoir du 1:25.000 effectivement imprimé en 1:25.000 tout en restant lisible, j'y reviendrai !

J'avais donc beaucoup moins de détails, sans compter l'impression, la trace qui se superposait, etc.

La bifurcation pour passer de l'A139 à la route qui se trouve en contrebas se fait visiblement au niveau d'un tunnel.

Quelques questions en vrac histoire de m'endormir moins con la prochaine fois :
- qui est déjà passé par là et se souvient de la configuration de l'endroit ?
- quelle est la signification des deux rangées de pointillés qui démarrent avant le tunnel et qui terminent au Refugio de Pescadores ? j'ai depuis acheté la carte Alpina 25 de la Maladeta mais ils n'y figurent pas (alors que le fond de carte est identique... ils me rendent fou avec toutes leurs variantes de cartes et de MOTS ces Espagnols...)
- si par ailleurs quelqu'un possède une légende de ces cartes, je prends aussi !

Merci


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#66 29-09-2015 20:38:24

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Salut mknod,

Pour avoir descendu cette route en voiture, au pas, derrière un immense troupeau de vache en pleine transhumance, j’ai eu tout le temps d’admirer ce qui m’entourait… roll

Pas souvenir, au niveau du premier tunnel, d’un départ de chemin. D’ailleurs la carte au 1/25000 de topo Espagne n’en indique pas (selon ma lecture et interprétation smile ), ni aucun n’est décelable sur satellite.
Par contre, il y a bien une petite route qui descend en épingle à cheveux, juste avant le barrage. C’est là que les vaches ont enfin libéré la route wink

Je pense que le plus simple aurait été de plutôt descendre directement sur le chemin longeant la rivière, au niveau du Plan de Turpi.

Merci beaucoup pour ce récit détaillé cool

PS : à 2 jours près, on aurait pu se croiser smile

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#67 29-09-2015 23:12:53

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Site Web

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Bonsoir

les  tirets noir parallèles sur la carte version internet c'est aussi dans d'autres endroits que le refuge des Pescadores ....je ne vois pas à ce cela peut correspondre ....


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#68 30-09-2015 00:11:06

Thrawn
Membre
Inscription : 09-05-2011

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Bonsoir

Tout d'abord merci pour ce récit, notamment cette étape qui suit une partie d'une grosse rando faite jeudi dernier (Pico Cordier).
Je n'ai pas souvenir d'avoir vu une piste/sentier montant directement vers la route principale au niveau des pointillés.

Vivement la suite.

@ +

Dernière modification par Thrawn (30-09-2015 00:14:54)

Hors ligne

#69 30-09-2015 00:27:02

kodiak
Pas assez léger, mon fils!
Inscription : 09-06-2014

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Magne2 a écrit :

les  tirets noir parallèles sur la carte version internet (...) je ne vois pas à ce cela peut correspondre ....

C'est indiqué dans la légende des cartes IGN Espagnol (ici) : le double tireté long représente une Via Pecuaria, en français une draille.


Lâche ce clavier, attrape ton sac et pars marcher!
Il y a toujours un objet plus léger que celui que tu portes dans ton sac : celui que tu as eu le courage de laisser chez toi.
« Strong, light, cheap, pick two » (*)

| k

Hors ligne

#70 30-09-2015 08:08:07

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Site Web

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

kodiak a écrit :
Magne2 a écrit :

les  tirets noir parallèles sur la carte version internet (...) je ne vois pas à ce cela peut correspondre ....

C'est indiqué dans la légende des cartes IGN Espagnol (ici) : le double tireté long représente une Via Pecuaria, en français une draille.

Merci Kodiak
les cartes Alpina ne reprenne pas cette signalétique,elles ont d'ailleurs fait des progrès depuis 30 ans ( je vient de racheter celle de l'Aneto ) restent à savoir quand l'IGN E met son fond de carte à jour, une graille cela se perd si ce n'est pas utilisé  smile


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#71 30-09-2015 20:17:26

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Superkodiak a encore frappé  big_smile . Je n'en n'espérais pas tant, et pas si rapidement, merci.

Détail intéressant sur l'article Wikipédia correspondant : "Mais en toponymie, il faut plutôt l'analyser comme talweg ou couloir d'avalanche et donc plus généralement "vallon" : ne pas croire qu'en haute montagne il garantit la présence d'un chemin praticable".

Comprenne qui pourra. J'ai balayé vite-fait la légende de ma carte de l'Ossau (française donc) sans trouver d'équivalent.

@florencia, avec ton goût très prononcé pour le orange tu aurais surement entendu ton nom résonner dans la vallée wink

florencia a écrit :

Je pense que le plus simple aurait été de plutôt descendre directement sur le chemin longeant la rivière, au niveau du Plan de Turpi.

Cf. la photo de la route dans le récit  hmm

Dernière modification par mknod (30-09-2015 20:18:01)


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#72 01-10-2015 18:13:06

azer
Membre
Lieu : Romans sur Isère
Inscription : 20-11-2010

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

mknod a écrit :

Ajout à ma todo list : identifier le névé le plus proche de Paris.


2 h de OUIGO jusqu'à Valence TGV, 20 mn de voiture jusqu'à la maison puis, 1h30 pour la station de ski  du col du Rousset  ou 2h pour Chanrousse mais, pour les névés il faut attendre fin mars.

C'est une invitation ferme pour faire de "l'école de neige".

Hors ligne

#73 01-10-2015 19:13:18

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

Après l'École du Grand Nord de Mike Horn, l'École de La Neige d'azer ? wink

Je t'ai répondu en MP.

PS : je me disais bien que Paris était loin de tout neutral


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

#74 02-10-2015 11:47:48

enrico
Membre
Lieu : Rhône-Alpes
Inscription : 13-08-2013

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

mknod a écrit :

...
- le Collada de Cregüeña, c'est à dire l'objectif de demain matin. L'Aneto se trouve derrière un peu plus à l'est. Si tout va bien je pourrais envisager de le faire demain via le glacier de Coronas.
...

Très beau et sauvage, cet Ibón de Cregüeña.
Merci pour ce retour et ces photos smile
Je suis impatient de voir la suite, et on est déjà demain lol


"De côtes en vallons, de plaines en plateaux, marcher en silence, le regard en paix"

Hors ligne

#75 04-10-2015 21:57:05

mknod
Banni(e)
Lieu : Paris
Inscription : 08-01-2015

Re : [Récit + liste] 8 jours autour de l’Aneto au départ de Luchon (J7)

enrico, tu n'es surement pas sans savoir qu'en montagne et plus généralement dans le cadre de la pratique de la marche le temps passe très différemment tongue


A vegan, an atheist and an ultra-light backpacker walk into a bar - I only know because they told everyone within the first three minutes.

Hors ligne

Pied de page des forums