#1 31-07-2020 18:03:49

Artaios
Membre
Inscription : 18-09-2019
Messages : 26

[Récit + liste] 50km sur le GR de Pays de Mélusine

Après bien des péripéties, c’est enfin fait !

J’ai déjà parlé dans un autre post de mon rêve de montagne et de rando au long cours… Ce qui a entraîné beaucoup de conseils et un petit débat sur les risques et le bon sens. Je m’étais tout de même décidé à faire le tour des Pérics, mais quelques jours avant la météo (orages 3 jours sur 4) m’a bien refroidi et poussé à réfléchir à ce que je faisais, à mon état de forme, etc.

Je me suis alors décidé à tout changer. J’étais trop fatigué par les 6 derniers mois de travail, je n’avais plus de forme physique… Alors j’ai choisi de prendre quelques jours de repos après mon retour en France avant de me lancer sur les sentiers.

J’ai donc pris la décision de me lancer sur le GR de Pays de Mélusine !

Pourquoi ? Parce que c’est à côté de là où j’allais être en vacances, dans ma famille, tout simplement. 

L’idée n’était donc plus de réaliser mon rêve de montagne, mais simplement de voir où j’en étais physiquement, de tester mon matos et mes compétences et aussi simplement de prendre l’air.

Vous verrez que, même si je ne l’ai pas achevée, cette rando a été instructive !

L’itinéraire choisi partait de Fontenay-le-Comte et faisait une boucle de 115km. Je m’étais donné 3 à 4 jours pour le faire.

J’ai galéré à choisir ce parcours car je n’avais aucune info dessus. Je savais juste qu’il existait, mais il n’existe ni topo-guide, ni rando-fiche. J’ai contacté la FFR de Vendée, sur Facebook et par mail, pas de réponse. L’office de Tourisme de Fontenay-le-Comte n’avait pas d’info non plus.
Il y avait d’autres GRP dans le département, mais c’était beaucoup moins accessible pour moi. J’ai donc dessiné le parcours moi-même sur iphigénie puis l’ai imprimé sur 4 feuilles A4 au 1/25000.

Ce parcours étant quand même beaucoup moins engagé qu’un sentier de montagne, j’ai décidé d’y aller un peu ‘à l’arrache’. Comme je viens de loin et que j’ai débarqué en avion, je n’avais pas la place pour tout emporter et on m’a prêté quelques trucs (casquette, tapi de yoga pour le matelas...).
J’ai fait avec ce que j’avais, avec des trucs que j’avais achetés pour ma rando, une moustiquaire achetée à la dernière seconde et c’est tout.

La météo attendue était chaude et un peu venteuse.

Oui, je suis parti avec un SdC prévu pour 0ºC :-p C’est tout ce que j’avais ! Et puis bon, c’est bien aussi de tester où en est mon corps et comment il réagit avec un sac un peu lourd !

Petite anecdote : je suis parti de chez moi, en Espagne, sans mes chaussures de rando… Que j’avais achetées et usées spécialement pour ce voyage… J'ai donc dû marcher avec mes chaussures de running…

SàD Forclaz 40611
Bivouac
Tarp D4616
Sardines ultralight10
aubancordelette D420
sur-sac imper-respi Karrimortesté : réellement imper-respi278
SdcD4 0ºC610
Matelastapi yoga230
FrontaleD4 ultra basique, à pile66
*Bâtonsanti-choc D4524
moustiquaire de tête40
Vêtements
Veste Imper-respiD4 trail227
Pantalon-shortD4340
*short de runningD4 trail130
Buff35
1 paire de chaussettes courtes30
*1 paire de chaussettes courtesde running, avec semelle renforcée pour l'amorti30
*chaussure de rnning
*lunettes de soleilD423
*t-shirt runningsèche rapidement95
t-shirt runningsèche rapidement105
t-shirt manches longuesrunning, sèche vite174
*casquette protège nuque69
Cuisine
FiltreKatadyn Beefree60
aquatabs5
2 Bouteilles1L40
Opinel nº37
Cuillère en plastiquerécup5
Top Notch16
alcool à brûlerdans gourdes de compotes + ziploc380
verre plastique20
groove stove16
briquet17
conserve74
Hygiène
brosse à dent + bicarbonate + ziploc33
masques dans ziploc12
serviette microfibre45
soins25
crème solaire (tube de voyage)70
lingettes dans leur emballage85
Divers
Nikon coolpix118
cartes dans ziploc22
portable éteint dans le sac172
batterie de rechange37
carte identité, bleue + argent liquide (dans ziploc)20
siflet boussole28
chiffon25
paquet de mouchoirs25
Poids de base :4748
sur soi (sans batons) :347
bouffe5230
eau2000
TOTAL12325

Je suis parti le 27 juillet, et j’avais prévu de faire mes derniers achats le samedi 25… Mais un gros imprévu m’en a empêché… C’est donc le matin même que j’ai été contraint de faire mes courses en catastrophe… J’ai pris ça comme un entraînement pour les ravitaillements au long cours. J’ai donc improvisé en fouillant les rayons du Leclerc pour trouver les aliments utiles.
Vous vous en doutez, j’ai fait une grosse connerie !

J’ai acheté un peu de tout en calculant de tête (je visais 3000Kcal/jour) et j’ai rempli 4 pompotes d’alcool à brûler (1 par jour). Je me suis donc retrouvé avec ce résultat ahurissant :

NomKcal/100grtotal Kcal
tipiak céréales méditéranénnes3704001480
céréales fourrés choco-noisette4734001892
lait en poudre496200992
petits beurres chocolat/choco au lait4935002462
just break chocolat noir5035402716
comté4143501449
cacahètes salées6028004800
alesto mélange fruits secs et céréales495200990
TOTAL3846339016781
TOTAL / JOUR847.54195.25

4200Kcal/jour et non 3000 ! Le tout pour 847gr par jour ! Une catastrophe totale…

La première erreur était d’avoir oublié que j’avais les mélanges Alesto dans mon sac. La seconde, encore plus bête et de m’être rendu compte pendant la rando que les paquets de cacahuètes étaient de 200gr et non 100 ! J’avais donc 800gr de cacahuètes à balader avec moi… Du grand n’importe quoi !

Poids total sur soi + sac + bouffe + eau  : 12 325gr + les bâtons (525gr)


Le départ :

Lundi 27 juillet, 12h00

Avec 3h30 de retard, je suis sur la ligne de départ !
Il y a un grand soleil, une petite brise, c’est parfait pour les premiers kilomètres de ce qui, je le pensais, à tort, allait être une longue rando de 115 km !

Au bout d’une heure trente, je commence à avoir un petit creux, je me pose donc au bord d’un cour d’eau, à l’ombre d’un arbre et savoure ce petit moment en profitant de la brise qui me rafraîchit et des libellules qui m’improvisent un petit spectacle.


7Fhh7fSAK.DSCN0014.s.jpeg

Le moment est si agréable que je ne me rends même pas compte que 45 minutes sont déjà passées. J’avais pour objectif de faire au moins 30km par jour, pour me tester et voir si j’en étais capable. Pour aujourd’hui ça me semblait peu raisonnable étant donné le temps perdu, mais je voulais essayer de rattraper la moyenne.

Les premiers kilomètres sont les plus beaux, je traverse la forêt de Morvent avec son relief, ses ruisseaux et ses sentiers étroits. C’est vraiment agréable et les minutes filent sans que je ne m’en rende compte. 

7Fhha3UIB.DSCN0016.s.jpeg

Malheureusement, au bout de 5 ou 6 km, c’est déjà fini et je sors de la forêt.
Je me lance alors sur les chemins de campagnes, en alternant près à vaches et champs de maïs ou de colza.

Le sentier est agréable car je suis entouré de verdure et de d’oiseaux qui chantent à longueur de journée. Le balisage est parfait, même pas besoin de la carte (mais je l’utilise quand même car j’aime ça et je veux suivre précisément ma progression !), et  le sera sur presque tout mon parcours.

Au passage, je vois un peu de patrimoine grâce aux quelques châteaux qui bordent le chemin :

7FhhbGEA9.DSCN0019.s.jpeg

7FhhderGq.DSCN0022.s.jpeg

7Fhhgh7LA.DSCN0023.s.jpeg

Je fais quelques pauses, mais je garde un bon rythme. Je transporte toujours 2 litres d’eau car il fait chaud et les cours d’eau sont assez espacés. Je filtre avec le befree et je désinfecte avec les aquatabs. C’est super rapide.

Alors que je marche, je laisse mes pensées vagabonder, ça faisait très très longtemps que je n’avais pas eu l’opportunité de faire ça. Simplement marcher seul, et pouvoir penser à tout et à rien pendant longtemps. C’est extrêmement agréable.
J’ai rapidement un bon rythme de croisière et je ne prête même plus attention à mon environnement. Je fais une petite pause de 5 min par heure pour boire et rester un peu à l’ombre. Sinon, je marche. C’est tout. Mon esprit est ailleurs. Au début, j’aimais vraiment ça. Mais rapidement, je me rendrai compte que c’est symptomatique d’un GR qui ne me correspond pas.

En fin de journée, après plus de 25km parcourus, je me rends compte que la fatigue commence à me gagner. J’oublie de surveiller le balisage un peu trop souvent. Je m’oblige à être vigilent et peu après je décide de commencer à chercher un coin où me poser pour la nuit.

Il me faudra plus d’une heure pour le trouver. Tout n’est que champs et pâturages. Rien d’autre. Le soucis, c’est que je ne peux pas dormir avec un troupeau de vache et que je veux éviter tout accident avec un tracteur au petit matin. Il est donc hors de question de me poser au bord d’un champ de maïs !

Au bout d’un moment, j’en ai marre, je commence à être de mauvaise humeur, et je pose là où je suis.

C’est pas beau, c’est pas confortable, c’est couvert de terre sèche qui salit tout, c’est plein de tiges de blé dures qui ressortent et menacent mon sur-sac et mon tarp, mais tant pis. Il n’y a RIEN d’autre.
Le ciel se couvre et le vent se lève. Je dispose mon tarp bien comme il faut. Il me protégera parfaitement toute la nuit.


7FhhpB7TB.85f29baf-3d4c-479c-8ca9-3b0e20.s.jpeg
7FhhqRN4Y.4cb23dae-da9c-46f4-b888-016b0a.s.jpeg

J’ai trop la flemme de cuisiner, en plus ce serait stupide d’allumer un feu avec tout ce blé sec autour de moi (il faudrait que je m’éloigne juste pour cuisiner). Alors je jette simplement mon dévolu sur le comté, les cacahuètes et un just break en dessert.
Bilan de la journée : j’ai mangé 200gr de cacahuète et j’ai marché 34km !

J’ai un peu mal aux clavicules, j’ai les jambes en compote et je redoute les courbatures du lendemain mais, franchement, ça va. Je sens que je serai capable de refaire la même chose demain, voire même plus.

Par contre, je suis un peu plus mitigé sur ma journée. Est-ce vraiment ce que j’attendais ? Les paysages sont inexistants (on ne voit rien, on est toujours entouré d’arbre et de haies (bocage)) et une trop grosse partie se passe sur du bitume. De plus, ce bivouac moche gâche un peu ma soirée.

Je me couche en me disant qu’une bonne nuit me motivera pour demain.

En réalité, je ne vais presque pas dormir. Déjà, je n’ai pas sommeil. Il fait chaud. Je dors donc dans mon sur-sac avec mon sdc et mon tapi de yoga comme matelas (super confortable, pour le coup!) Ensuite, des insectes n’arrêtent pas de me courir sur le visage. Je mets donc ma moustiquaire de tête, mais la chaleur à l’intérieur est étouffante. Ensuite, le vent a fait claquer ma toile toute la nuit. De petites averses me bercent par moment, mais malheureusement elles ne durent pas… Finalement, vers 5h00, je m’endors pour me réveiller deux heures plus tard. Je reste couché, puis replis tout et repars sur les routes vers 9h00.

Les chemins se suivent et se ressemblent. C’est le constat que je fais, alors que je petit-déjeune vers 10h00. J’en profite pour contacter mes proches et les informer du doute qui m’assaille depuis hier : ai-je vraiment envie de poursuivre ce GR ? Est-ce vraiment ce que j’attendais de ce voyage ?
Les céréales et le café me font du bien.   Je continue, mais cette pensée désagréable me poursuit dans un coin de ma tête.

Au bout d’une heure, je commence à avoir une gêne sous le pied.

Après 16km ce jour-là, ma décision est prise. J’en ai assez. Je me pose et contacte une personne de ma famille pour qu’elle vienne me chercher car mon résultat est simple : je m’ennuie.

Physiquement, je suis bien. Quelques douleurs par endroit, mais rien d’handicapant. Sauf que… après avoir fait 40 minutes de voiture, c’est tout autre chose ! La petite ‘gêne’ que j’avais commencé à sentir sous le pied s’est transformée en cloque ! Alors même que je ne marchais plus… ou justement parce que je ne marchais plus ?
Bref, pendant à peu près 20h il m’a été impossible de marcher correctement sur ce pied… Et je suis convaincu que c’est la faute des trop longues portions de bitume que je me suis tapées ce matin-là. Vous croyez pas ? Je me demande ce que ça aurait été si j'avais continué. Surtout que je n'avais jamais eu de cloque SOUS le pied !

Pourquoi j’ai arrêté ?
Ce GR ne répondait pas du tout à mes attentes. Purement et simplement. J’ai parcouru un peu plus de 50km sur ce dernier et je peux tout vous résumer avec ces deux photos :


7FhhtwG7K.DSCN0025.s.jpeg
7FhhuNQNe.DSCN0026.s.jpeg

Les panoramas sont très rares, on passe son temps dans un tunnel : on voit devant et derrière. Point. Je voulais des points de vue sur des collines verdoyantes, des forêts, etc. Et on passe beaucoup trop de temps sur le bitume. Trop. Vraiment trop.

Il y a d’autres GRP en Vendée qui semblent correspondre un peu plus à ce que je cherchais. J’ai choisi le plus proche, en pensant que ça irait, mais sans avoir d’info… J’ai raté mon coup !

Je ne regrette pas cette rando, j’ai appris pas mal de choses, mais je ne me vois tout simplement pas faire ça sur 115km. Je veux des paysages, des étendues ! Là, elles sont là, mais cachées derrière les haies.

Pour moi, la rando, c’est la contemplation. C’est marcher en rêvant, certes, mais c’est aussi avoir envie de sortir son appareil photo, son carnet de croquis, des dizaines de fois par jour ! C’est faire des pauses et devoir repartir à contrecœurs, c’est faire des bivouacs mémorables !
Je n’ai pas eu ça.

Tous les lieux que j’ai photographiés sont sur cette page.

Toutes les pauses que j’ai faites on été très rapides.

Combien de fois ai-je fait 1 ou 2 km supplémentaires pour trouver un coin agréable ou m’asseoir ? TOUTES les fois. Et à chaque fois inutilement. C’est tout bête, mais c’est fatiguant. Toutes mes pauses, je les ai faites sans rien avoir à admirer, si ce n’est la première. A chaque fois, j’étais au bord d’une route, de terre ou de bitume. C’est pas vraiment agréable.

Alors oui, j’ai préféré arrêter, dans l’espoir de trouver un GR qui me plaise plus. Mais là, tout de suite, c’est la canicule alors c’est un peu raté encore une fois. On verra la semaine prochaine !

Bref, je ne veux pas paraître méchant avec ce GRP, ni râleur, c’était quand même très bien alors voici ce que je retiens de cette expérience :
- je garde un très bon souvenir de cette expérience et elle m’a apporté beaucoup.
- c’est génial de randonner, de marcher beaucoup et d’être un peu plus proche de la nature.
- tout a fonctionné comme je le voulais : chaque élément de mon sac a eu son utilité, sauf le SdC bien sûr.
- j’adore lire une carte.
- bivouaquer, même quand c’est fait dans des conditions pas terribles, c’est vraiment sympa.
- le bruit de la pluie sur une toile est le son le plus beau et apaisant que je connaisse (c’est ma madeleine de Proust, mes meilleurs souvenirs d’enfance sont concentrés dans ce son). Je suis sûr que j’aurais mis 20/20 à mon bivouac s’il avait plu un peu plus.
-  j’ai marché plus que ce que je pensais. Et plus facilement que ce que j’imaginais. Vu mon état de forme physique, c’est extrêmement surprenant et ça augure de bonnes choses pour quand je me serai remis en état.
- mon sac, malgré son prix et son poids, ne m’a pas posé trop de problèmes. J’ai porté les + de 12kg sans ressentir trop de douleurs. Cela dit, je n’ai marché qu’à peine plus de 24h et je pense que 12kg est vraiment sa dernière limite (et la mienne aussi).
- la FFR et ses bénévoles sont géniaux et on a un chance incroyable de les avoir chez nous.
- je devrais faire ça plus souvent.

Bref, contrairement aux apparences, pour moi cette expérience, bien qu’abrégée, est vraiment positive et très très utile dans mon apprentissage ! Je croise les doigts pour pouvoir ressortir la semaine prochaine.

Hors ligne

#2 31-07-2020 18:44:15

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 4 217

Re : [Récit + liste] 50km sur le GR de Pays de Mélusine

Mafwa, il y a en effet des GR plutôt moyens, autant se l'avouer... ça t'as donné l'occasion de tester ta liste sur terrain facile , c'est déjà pas mal...tu ajouterais/retrancherais quoi?

Hors ligne

#3 31-07-2020 23:18:35

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 3 888
Site Web

Re : [Récit + liste] 50km sur le GR de Pays de Mélusine

J'ai l'impression que certains GRP sont purement commerciaux, juste pour que des randonneurs viennent voir ces villages vides et achètent dans les épiceries.

Pour moi, un GRP est fait pour découvrir une région et ses atouts.
Là, comme tu le racontes, ça ne donne pas trop envie.
Tu n'as pas dû choisir le bon GRP.
Pas de chance.

Mais bon, aurais-tu pu faire plus de km avec ton ampoule ?
Il y a plein de personnes qui abandonnent parce qu'ils essayent d'en faire trop au début !


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits désopilants publiés sur RL : la liste ici
Mes bricolages et idées saugrenues : la liste ici

Hors ligne

#4 01-08-2020 08:11:39

marcheur75
Membre
Inscription : 22-02-2009
Messages : 3 139

Re : [Récit + liste] 50km sur le GR de Pays de Mélusine

Artaios a écrit :

#579661
...

je suis parti de chez moi, en Espagne, sans mes chaussures de rando…

...

Bref, je ne veux pas paraître méchant avec ce GRP, ni râleur, c’était quand même très bien alors voici ce que je retiens de cette expérience :
- je garde un très bon souvenir de cette expérience et elle m’a apporté beaucoup.
- c’est génial de randonner, de marcher beaucoup et d’être un peu plus proche de la nature.
- tout a fonctionné comme je le voulais : chaque élément de mon sac a eu son utilité, sauf le SdC bien sûr.
- j’adore lire une carte.
- bivouaquer, même quand c’est fait dans des conditions pas terribles, c’est vraiment sympa.
- le bruit de la pluie sur une toile est le son le plus beau et apaisant que je connaisse (c’est ma madeleine de Proust, mes meilleurs souvenirs d’enfance sont concentrés dans ce son). Je suis sûr que j’aurais mis 20/20 à mon bivouac s’il avait plu un peu plus.
-  j’ai marché plus que ce que je pensais. Et plus facilement que ce que j’imaginais. Vu mon état de forme physique, c’est extrêmement surprenant et ça augure de bonnes choses pour quand je me serai remis en état.
- mon sac, malgré son prix et son poids, ne m’a pas posé trop de problèmes. J’ai porté les + de 12kg sans ressentir trop de douleurs. Cela dit, je n’ai marché qu’à peine plus de 24h et je pense que 12kg est vraiment sa dernière limite (et la mienne aussi).
- la FFRP et ses bénévoles sont géniaux et on a un chance incroyable de les avoir chez nous.
- je devrais faire ça plus souvent.

Bref, contrairement aux apparences, pour moi cette expérience, bien qu’abrégée, est vraiment positive et très très utile dans mon apprentissage ! Je croise les doigts pour pouvoir ressortir la semaine prochaine.

Le conclusion est très positive, bien que le récit ne soit pas trop enthousiasmant.

Je crois que comme toute chose en ce bas monde, il ne faut pas trop attendre, mais laisser venir les plaisirs simples, comme tout bêtement le plaisir de marcher, et prendre ce qui se présente. Tu as pu ressentir des plaisirs qui vont te manquer et que tu attendras d'autres balades, et dont tu rêveras peut-être la nuit : la musique de la pluie sur la toile d'abri !

Si tu habites l'Espagne, qui possède aussi beaucoup de sentiers de randonnée, tu auras peut-être l'occasion de marcher dans ce magnifique pays.

tolliv : historiquement les GR ont été créés pour revitaliser des régions en voie de "désertification". Le but était donc bien de développer la consommation locale en y faisant venir des touristes pédestres.


Je n'ai pas lu tous les livres, hélas ! Mais la chair est réjouissante...

Hors ligne

#5 01-08-2020 10:47:42

Manche
Membre
Inscription : 27-08-2018
Messages : 590

Re : [Récit + liste] 50km sur le GR de Pays de Mélusine

Artaios a écrit :

#579661Petite anecdote : je suis parti de chez moi, en Espagne, sans mes chaussures de rando… Que j’avais achetées et usées spécialement pour ce voyage… J'ai donc dû marcher avec mes chaussures de running…
...
Lundi 27 juillet, 12h00
Avec 3h30 de retard, je suis sur la ligne de départ !
Il y a un grand soleil,
...
Bilan de la journée : j’ai mangé 200gr de cacahuète et j’ai marché 34km !
...
Au bout d’une heure, je commence à avoir une gêne sous le pied.
...
La petite ‘gêne’ que j’avais commencé à sentir sous le pied s’est transformée en cloque ! Alors même que je ne marchais plus… ou justement parce que je ne marchais plus ?
Bref, pendant à peu près 20h il m’a été impossible de marcher correctement sur ce pied… Et je suis convaincu que c’est la faute des trop longues portions de bitume que je me suis tapées ce matin-là. Vous croyez pas ? Je me demande ce que ça aurait été si j'avais continué. Surtout que je n'avais jamais eu de cloque SOUS le pied !

Bonjour Artaios,
Merci pour ton récit plein de franchise.
Je crois aussi que tu a fait une trop longue étape pour démarrer, surtout en plein après midi sous le soleil et avec des tronçons de bitume, et des chaussures que tu n'avais pas prévu.
Il y a des conseils pour prévenir les ampoules sur le wiki : https://www.randonner-leger.org/wiki/do … s_ampoules

Hors ligne

#6 02-08-2020 08:45:40

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 022

Re : [Récit + liste] 50km sur le GR de Pays de Mélusine

Peut-être que le renoncement à ton rêve de balade en montagne, que tu avais beaucoup investi, a joué un rôle dans ta déception, même si je te l'accorde, je déteste aussi les cheminements sur bitume...

Ce sera forcément mieux la prochaine fois smile

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#7 02-08-2020 11:33:17

divad
Membre
Lieu : 14
Inscription : 30-07-2018
Messages : 214

Re : [Récit + liste] 50km sur le GR de Pays de Mélusine

Salut Artios,

'Tu es le chemin' smile Je ne sais plus où je suis tombé sur cette citation mais je trouve qu'elle correspond assez bien à ma conception de la randonnée. Les GR ne sont in fine qu'accessoire te garantissant que le droit de passage, un entretien généralement régulier du sentier tout en évitant les axes à trop forte circulation (dans certaines régions, il est difficile d'éviter le tarmac!). Pour ta prochaine ballade, pourquoi ne pas réfléchir un parcours un peu plus fréquenté où les rencontres au détour d'un chemin ou d'une pause sont un ingrédient presque indispensable d'une rando?

Bonne continuation

D

Hors ligne

Pied de page des forums