Aller au contenu

#1 04-08-2022 10:29:30

Clem_Ly
Membre
Inscription : 27-08-2020

[Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

Haute Traversée de Belledonne, du 24 au 31 juillet 2022

Cela faisait près d’un an que me trottait dans la tête l’idée de faire la Haute Traversée de Belledonne, nom de code GR738, et c’est donc tout naturellement que j’ai décidé de m’y lancer cette fin juillet, sans objectif de temps, et en me réservant la possibilité de pauses ou de détours.

Les plus sportifs réaliseront le trajet Aiguebelle – Vizille en 7 jours ou moins, j’aurais au final pris 8 jours pour rejoindre Aiguebelle à Chamrousse sans faire la dernière étape de descente vers Vizille.

JourEtapeDistanceD+D-
1Aiguebelle - Le Pontet14,91133584
2Le Pontet - Refuge de la Perrière15,81638660
3Refuge de la Perrière - Refuge de la Pierre du Carre12,511981299
4Refuge de la Pierre du Carre - Lac du Léat18,914091423
5Lac du Léat - Refuge de la Martinette9,114821129
6Refuge de la Martinette - Refuge du Habert d'Aiguebelle15,916741002
7Refuge du Habert d'Aiguebelle - Lac Blanc13,916801222
8Lac Blanc - Chamrousse19,812801797

J1 : Aiguebelle – Le Pontet : 14,9 km, D+ 1133 m, D- 584 m

Après une série de correspondances ferroviaires (Gare de Lyon – Lyon Part-Dieu – Chambéry – Aiguebelle), je me retrouve sur la ligne de départ vers 13h20, par plus de 30°, sous un soleil bien décidé à accabler tout individu ayant mis un pied dehors.

A cette heure, seul un groupe de trois personnes et moi-même nous élançons.

Avant de profiter des sommets, il faut déjà pouvoir y accéder, et c’est donc au travers de chemins forestiers pentus que s’effectue cette première journée de randonnée.

7Y9qY0m4B.IMG_20220724_163813.jpeg

Fort heureusement, les arbres et la végétation apportent un peu d’ombre dans ces montées très raides, mais l’air étouffant et la chaleur entravent ma progression.

Pour couronner le tout, les sources et cours d’eau figurant sur Osmand et Iphigénie sont à sec, tandis que je n’ai pris qu’un litre d’eau à Montgilbert, soit peu après le départ.

J’aurais souhaité m’arrêter près du refuge non gardé de la Batterie de Roche Brune, mais pas le choix, je dois pousser jusqu’au Pontet pour me ravitailler en eau.

7Y9r0SBmK.IMG_20220724_172845.jpeg
7Y9r3tCGp.IMG_20220724_173232.jpeg
Refuge de la Batterie de Roche Brune et sa vue

Une fois ravitaillé, je poursuis mon chemin jusqu’à la sortie du village où je me pose à même un sentier en dehors du GR, pour un bivouac on ne peut plus quelconque.

Mon quilt (Hyberg Loner Lite 450) est grand ouvert et clairement trop chaud pour les températures à cette altitude d’environ 900 mètres de hauteur.

J2 : Le Pontet – Refuge de la Perrière : 15,8 km, D+ 1638 m, D- 660 m

Le début de cette journée fait office d’un remake de la précédente, à la différence près que j’ai levé le camp vers 7h30 et que cela change tout ! Au programme de la matinée, pas loin de 1000 m de dénivelé positif en un peu moins de 3h.

La montée se fait par de jolis chemins forestiers, toujours aussi raides.

7Y9rjvbSP.IMG_20220725_090653.jpeg
Ambiance forestière

Arrivé au Col du Grand Chat, à 1977 mètres, l’air arrive enfin et rend supportable la chaleur qui monte depuis le milieu de matinée. Le chemin qui se dessine sur le fil de la montagne est très agréable.

7Y9rqhhvu.IMG_20220725_103729.jpeg
7Y9rxYTT5.IMG_20220725_105738.jpeg

Ici encore, depuis le début de matinée et jusqu’au Col d’Arbarétan, à 1866 mètres d’altitude, pas d’eau hormis un léger filet au début de la montée. Le lac des Grenouilles, situé au niveau de ce col, est quasiment sec et ce n’est que par la suite que plusieurs ruisseaux me permettent de me ravitailler.

A partir d’ici, le ravitaillement en eau ne sera plus un problème.

Les sources du Gargotton sont l’occasion d’une bonne pause à l’ombre, bercé par le bruit de l’eau.

7Y9rBtOOo.IMG_20220725_125241.jpeg

Vers 13h30 j’entame la montée jusqu’au Col de la Perrière, à nouveau sous une chaleur écrasante. Cette montée est particulièrement pénible et me pompe pas mal d’énergie, aussi je décide de m’arrêter pour aujourd’hui au refuge de la Perrière un peu plus loin, et tant pis pour un potentiel bivouac, je n’ai pas envie de risquer une insolation.

7Y9rFvkvf.IMG_20220725_143659.jpeg

Je commence à bien connaître mes limites physiques et elles sont en passe d’être atteintes. Ce sera donc une après-midi de repos agréable qui se profilera, entre détente, lecture, lessive et contemplation du paysage. Comble du luxe, des panneaux solaires alimentent des prises électriques permettant de recharger ses appareils électroniques.

Une faible pluie s’invitera en fin de journée, rapidement balayée par le soleil.

Les randonneurs arrivent au fur et à mesure de la journée et nous finirons à une bonne vingtaine à l’intérieur.

J’y croiserai le groupe de trois personnes de la veille, dont deux d’entre eux sont certainement des MUL, avec leurs sacs Zpacks. Je ne les recroiserai pas sur ma route lors de ma traversée car ils poursuivront leurs chemins, et à très bon rythme je pense.

Les refuges m’inspirent toujours des sentiments opposés : d’un côté, le fait d’inciter à la rencontre, d’échanger avec d’autres sur leurs parcours, leurs pratiques, leurs vies, sont des aspects qui me plaisent, d’autant plus que je marche souvent seul la journée ; d’un autre côté, le refuge reproduit une société miniature avec des gens conciliants, joyeux, ouverts d’esprits mais aussi certains grincheux, bruyants ou sans-gêne. Je passerai une soirée sympathique avec un groupe de jeunes randonneurs et leur guide et nous admirerons le coucher de soleil ensemble.

7Y9rL8OyG.IMG_20220725_205538.jpeg

J3 : Refuge de la Perrière – Refuge de la Pierre du Carre : 12,5 km, D+ 1198 m, D- 1299 m

Ce matin, je suis ravi de constater que les températures ont chuté et que le soleil a décidé de marquer un temps d’arrêt.

C’est donc dans la fraîcheur et la brume matinale que je démarre très motivé ma journée.

7Y9rIgm2C.IMG_20220726_081401.jpeg

La brume s'intensifie par moment, donnant un côté à la fois lugubre et magique à la montagne.

7Y9rX0NEV.IMG_20220726_093053.jpeg

La matinée avance et le voile nuageux perce petit à petit.

7Y9s58QEg.IMG_20220726_105557.jpeg

Le refuge des Férices propose un cadre magnifique et c’est certainement ici que je me serai arrêté si j’avais continué ma journée hier.

7Y9rOj90t.IMG_20220726_111707.jpeg

La descente vers le chalet de Pré Nouveau puis la montée vers le col de Claran se font dans un cadre verdoyant.

7Y9saOpse.IMG_20220726_123359.jpeg

Près du refuge de Claran, un berger a eu la bonne idée d’implanter son enclos de brebis au droit du sentier, et deux d’entre elles gambadent joyeusement à l’extérieur, pile sur le chemin, accompagnées d’un patou qui ne manquera pas de me faire sentir que je ne suis pas le bienvenu. Trois autres patous sont aussi présents, mais eux dans l’enclos.

N’ayant pas peur des chiens, je ne me laisse pas démonter et les laissent m’aboyer dessus quelques minutes, immobile, pour qu’ils s’habituent à ma présence.

Emprunter le chemin, c’est le conflit assuré, aussi je décide donc de contourner en marchant dans les buissons autour, en signalant bien ma présence aux chiens, qui ne se montreront finalement pas très agressifs. Ce sont les seuls que je rencontrerai de mon séjour.

Le col de Claran permet d’admirer la vallée en contrebas, avant de rejoindre le refuge de la Pierre du Carre, où je peux me ravitailler en eau.

7Y9sgWj1x.IMG_20220726_150544.jpeg

Je bivouaquerai un peu au dessus du refuge et me joindrai le temps du repas à certains randonneurs déjà croisés la veille au refuge de la Perrière. J’y rencontre également deux randonneuses qui font le GRP du Tour du Pays d’Allevard, avec qui le courant passe bien.

7Y9spkzqa.IMG_20220726_204952.jpeg7Y9ssN8Ao.IMG_20220726_205049.jpeg7Y9svRlLx.IMG_20220726_205125.jpeg

J4 : Refuge de la Pierre du Carre – Lac du Léat : 18,9 km, D+ 1409 m, D- 1423 m

Comme nous avions bien sympathisé la veille, je décide de poursuivre ma route avec les deux randonneuses, quitte à avancer plus vite à un moment donné si le rythme ne me convient pas.

Une première descente bien raide jusqu’au plan de l’Ours nous met tout de suite en jambes et met mes pieds à rude épreuve, suivie d’une montée plus douce jusqu’au refuge de l’Aulp Bernard qui offre un cadre très agréable.

7Y9sBMJ9T.IMG_20220727_104640.jpeg7Y9sEVVIc.IMG_20220727_111202.jpeg

La redescente dans la vallée s’accompagne d’un retour de la chaleur et la montée vers l’Oule se fait sous un soleil de plomb.

7Y9sMlTip.IMG_20220727_151422_1.jpeg
L'Oule, vue du haut

Tandis que mes randonneuses rejoignent le refuge de l’Oule, je poursuis ma route jusqu’à la Croix du Léat puis au lac du même nom, bien décidé à bivouaquer. Cette section de chemin est très plaisante, en surplomb de la vallée et de la montagne alentour.

7Y9sTiKCH.IMG_20220727_163322.jpeg

Arrivé au lac du Léat, je découvre un superbe spot de bivouac et par chance, pas trop fréquenté. Certains dorment dans le refuge qui lui fait face, où je retrouve certains marcheurs des jours passés. Le soir, je fais la connaissance d’un photographe amateur qui partagera avec moi ses connaissances sur les prises de vues de la voie lactée et du ciel nocturne. Belle expérience et belle rencontre.

7Y9sYWLTe.IMG_20220727_195829.jpeg
7Y9tc2QNI.IMG_20220727_204733.jpeg
7Y9t5f6rQ.IMG_20220727_210313.jpeg7Y9thKKUs.IMG_20220727_212734.jpeg
Aeon Li en configuration ouverte

Jour 5 : Lac du Léat – La Martinette : 9,11 km, D+ 482 m, D- 1129 m

Ce matin, je contacte mes amies de la veille avec qui j’avais échangé mon numéro de téléphone pour leur proposer de m’arrêter également au refuge de la Martinette, histoire de faire une journée relâche, après les jours précédents plus sportifs.

C’est donc à un rythme insoutenable que je démarre cette journée avec une contemplation du lac et de la vue sur les différents massifs qui m’entourent, en attendant mes comparses qui ne débarqueront que vers 10h30 !

Nous marchons ensemble jusqu’au chalet de la Fouetterie où c’est déjà l’occasion d’y faire une pause déjeuner. Tandis qu’elles préfèrent descendre directement en vallée vers la Martinette, je décide de suivre la voie officielle du GR par le haut (à ce propos, la cartographie OSM est erronée sur ce tronçon). La redescente se fait ensuite par des sous-bois qui apportent un peu de fraîcheur au marcheur.

7Y9tqRgF8.IMG_20220728_130000.jpeg7Y9tvzQMG.IMG_20220728_130159.jpeg7Y9txYLkY.IMG_20220728_140709.jpeg

Nous arrivons séparément au refuge à une dizaine de minutes d’intervalle.

7Y9tCt4td.IMG_20220729_073427.jpeg
Refuge de la Martinette

Dormir à la Martinette est l’occasion d’y faire le plein de vivres pour les jours à venir, avec un choix relativement conséquent et des quantités adaptées pour l’itinérance. La gérante était très sympathique mais je la sentais assez tendue, ce qui était compréhensible eu égard au fait qu’elle courait partout et gérait quasiment seule l’établissement.

Jour 6 : La Martinette – Habert d’Aiguebelle : 15,9 km, D+ 1674 m, D- 1002 m

Aujourd’hui je n’ai pas vraiment de plan précis, je sais juste que je veux éviter l’orage qui s’annonce pour ce soir, en privilégiant si possible un refuge non gardé. Je ne me sens pas encore tout à fait à l’aise avec le fait de bivouaquer sous un orage et pour cette première itinérance en moyenne/haute montagne je préfère jouer la carte de la sécurité.

L’un des randonneurs présents a un fils travaillant parmi les secours en montagne ; un appel plus tard, il nous annonce le démarrage de la pluie vers 11h00.

Mes amies randonneuses raccourcissent leur trajet du GRP sur le conseil de la gérante du gîte et optent pour un itinéraire alternatif qui leur évitera une journée de près de 9h de marche. Quant à moi, je démarre énergiquement la journée par la montée vers les Lacs des Sept Laux, en faisant un détour par la cascade du Pissou.

7Y9tP7mLb.IMG_20220729_075243.jpeg

En montant, on sent qu'on atteint la partie sud du massif, avec son côté plus minéral.

7Y9tYT2T9.IMG_20220729_094411.jpeg
7Y9u476eQ.IMG_20220729_102156.jpeg

Arrivé aux lacs, le charme n’opère pas.

Si la taille des lacs impressionne, leur faible niveau en eau et la présence de nombreuses infrastructures EDF en béton entachent le caractère des lieux.

7Y9u2bEgx.IMG_20220729_103813.jpeg

Le passage du Lac du Cos s’associe aux premières pluies qui tombent drues. Un refuge de berger se trouve droit devant et je file m’y abriter pour attendre une accalmie. Un randonneur s’y trouve déjà et nous serons ensuite rejoints par une mère et ses deux fils trempés (sans aucun vêtement de pluie…) venant du Col de la Vache.

Dans le petit cagibi où nous nous trouvons, je tue le temps en y faisant ma pause déjeuner, grâce au ravitaillement récupéré hier qui fait du bien au moral.

Au bout de 45 minutes, la pluie décroît et je pars monter le Col de la Vache, à 2556 m d’altitude, précédé par l’autre randonneur au pas plus assuré que moi car je le perdrais rapidement de vue.

La montée sous la pluie dans les pierriers m’oblige à la prudence, de même que sa redescente sur des pierres et de la terre à présent bien humides. Pour passer le temps et me motiver je chantonne sous la pluie, ce qui à défaut de révéler chez moi un talent fou, m’occupera un peu l’esprit.

En haut, les paysages sous les nuages me donnent l’impression d’être dans un décor de film et je savoure ces images malgré la pluie qui ne discontinue pas, heureusement sans grande violence. Je n'ai en revanche pas trouvé la vache, qui s'est certainement mise à l'abri des intempéries.

7Y9ucrLRB.IMG_20220729_130534.jpeg
Vue depuis le Col de la Vache

7Y9ufPLx0.IMG_20220729_134935.jpeg
Dans la descente vers le Pas de la Coche

Arrivé au Pas de la Coche, la fatigue commence à se faire sentir et j’ai le moral (et accessoirement, de l’eau) dans les chaussettes en voyant la pluie forcir et en pensant à l’orage du soir.

Je décide donc de descendre au refuge du Habert d’Aiguebelle : pas de fierté mal placée, il faut savoir s’arrêter à temps et je n’ai pas envie de me dégoûter par une soirée passée trempé et potentiellement sous le tonnerre.

La douche et la nuit en refuge me permettent de refaire le plein d’énergie, surtout après le copieux repas du soir, à discuter avec mes colocataires.

Je me rends compte que bien que j’apprécie de marcher et bivouaquer seul, je suis confronté comme d’autres à l’envie de partager cette expérience, ce que permet plus aisément la vie dans les refuges. Ceci dit, marcher seul c’est aussi s’ouvrir à l’autre plus facilement et c’est d’ailleurs le cas au fur et à mesure des rencontres que je fais au cours de mon périple !

J7 : Habert d’Aiguebelle – Lac Blanc : 13,9 km, D+ 1680 m, D- 1222 m

L’orage n’a finalement pas éclaté et au matin, je songe au fait que j’aurais pu bivouaquer hier. Ceci étant, il est toujours aisé après coup de faire le « meilleur choix » et je me dis qu’avec toutes les données en ma possession la veille, j’ai fait celui qui me semblait le plus juste à l’instant T. Pas de regrets à avoir donc.

Dans la montée pour rejoindre le Pas de la Coche, je retrouve un autre randonneur de mon âge parti un peu plus tôt du refuge et qui marche également seul. Je ferais avec lui le chemin qui mène au col de la Mine de Fer.

Les paysages minéraux dominent désormais le parcours et les habitants des montagnes se font moins timides : je croise plusieurs oiseaux (je n'ai pas su les identifier), une marmotte et plusieurs bouquetins au cours de la journée, en revanche aucun chamois à l’horizon.

7Y9urASGH.IMG_20220730_084049.jpeg
7Y9uwEfGv.IMG_20220730_102110.jpeg
7Y9uytqOO.IMG_20220730_102315.jpeg
7Y9uDYCLs.IMG_20220730_103727.jpeg

Dans la descente vers le refuge Jean Collet, je fais un détour par le lac de Crop afin de récupérer un peu d’eau car j’ai sous-estimé la quantité dont j’avais besoin au matin. Détour dispensable sur le papier, mais qui m’a valu une rencontre assez rapprochée avec un couple de bouquetins et leur petit.

7Y9uK2YEI.IMG_20220730_115235.jpeg
7Y9uOhRlK.IMG_20220730_135452.jpeg

Une fois près du refuge, je dévie directement du chemin pour monter au Lac Blanc et terminer ma journée en milieu d’après-midi. Je flâne alors en bouquinant avant de monter ma tente au milieu d’un cercle de pierres.

7Y9uQPIyA.IMG_20220730_141719.jpeg
7Y9uTN3L6.IMG_20220730_170811.jpeg

La Aeon Li a peu d’emprise au sol, ce qui constitue un gros avantage, en revanche le sol caillouteux ne m’aide vraiment pas. N’ayant pas l’habitude du bivouac en montagne, j’ai pris davantage de sardines avec moi : en plus de mes 6 DAC habituelles, j’ai rajouté 4 sardines de type fil, qui m’auront été au final bien plus utile et qui me conduisent à penser que le ratio aurait dû être 6 fil / 4 DAC, voire 6 fil tout court.

Certaines sardines ne voulant désespérément pas s’enfoncer dans le sol, c’est le système D qui va primer en fin de montage : entassement de cailloux et pierres sur les irréductibles résistantes afin de sécuriser les points d’attache qui ne sont pas très glorieux. La nuit sans véritable vent m’aura facilité la tâche.

Au bivouac, outre un magnifique coucher de soleil, les bouquetins s’invitent à la fête, rendant ce moment encore plus magique.

7Y9uY6KTA.IMG_20220730_205901.jpeg7Y9uZWXOe.IMG_20220730_210647.jpeg

J8 : Lac Blanc – Chamrousse : 19,8 km, D+ 1280 m, D- 1797 m

Après un réveil matinal, je me lance à l’assaut de la Croix de Belledonne.

7Y9vauNPY.IMG_20220731_063320.jpeg7Y9vcdd8R.IMG_20220731_063917.jpeg

A priori mal réveillé, je suis un groupe d’alpinistes qui m’indique m’être trompé de chemin : pour le col de Freydane c’est le chemin en face ! Qu’à cela ne tienne, pour ne pas perdre de temps je coupe à travers les pierriers tel un bouquetin et m’en sors sans trop de mal pour regagner le bon sentier.

Cette montée est raide mais largement faisable. C’est d’ailleurs le passage le plus pentu de la journée, la montée à la croix étant relativement douce.

7Y9v601qZ.IMG_20220731_081735.jpeg
7Y9vgVDYg.IMG_20220731_095535.jpeg

En redescendant de la Croix, je recroise mon coéquipier de la veille, qui décide de me suivre après avoir vu la cohorte de marcheurs qui s’y rendait. J’ai en effet eu de la chance en arrivant avant 9h30 au sommet ; passée cette heure le flux des randonneurs s’est considérablement accru.

La descente vers les lacs du Grand et du Petit Doménon est superbe, à tel point que j’y fait une pause par anticipation pour profiter de la vue.

7Y9vn776O.IMG_20220731_111748.jpeg
7Y9vrlBQT.IMG_20220731_125609.jpeg

Celle après le Col de la Pra l’est tout autant, avec ses lacs et ses paysages verdoyants.

7Y9vx0QiO.IMG_20220731_132647.jpeg7Y9vyAv33.IMG_20220731_133606.jpeg7Y9vAhi8y.IMG_20220731_134240.jpeg

Au fur et à mesure de la descente, la chaleur fait son grand retour et je la supporte encore une fois très moyennement. Les paysages deviennent moins intéressants, balafrés par intermittence par les installations humaines telles les remontées mécaniques. Le monde afflue davantage sur ces sentiers.

Mon arrivée à Chamrousse en milieu d’après-midi et cette chaleur persistante ont raison de mon envie de poursuivre jusque Vizille, et ce d’autant plus que les coins de bivouac intéressants se raréfient. Je sais que cette dernière étape n’a que peu d’intérêt et n’ayant pas envie de revivre le scénario de ma première journée, je décide de rentrer en région parisienne en conservant l’excellent souvenir de cette journée.

Liste :

CatégorieDescriptionQtéPoidsSàDSur moiConsommables
SAC A DOS
Sac à dosSuperior Wilderness Designs Movement 40L1773773
Liner en nylofume12727
800800
VETEMENTS/MATERIEL SUR MOI
CasquetteD414747
Buff protection soleilBuff UPF 50+13333
Sifflet avec cordeletteSOL166
Chemise manches longuesD4 Desert 9001172172
Pantalon modulable (short)D4 Trek 100 - short seul (jambes dans sac)1246246
Boxer merinosOrtovox Competition Light M14848
ChaussettesDarn Tough light hiker with cushion16161
GuêtresUltraGam13838
ChaussuresD4 Evadict MT21630630
TéléphoneXiaomi Redmi Note 7 avec coque1224224
Bâtons de randonnéeBlack Diamond Carbon FLZ1378378
Lunettes de soleilOu de vue : 24 g13737
Chevillères anti-ampoulesEzeefit 1mm+12222
19421942
VETEMENTS DANS LE SAC
Doudoune manches longues avec capucheD4 MT 100 en duvet1279279
T-shirt merinos manches longuesOdlo 100% Merinos Warm - pour bivouac1215215
Pantalon modulable (jambes)D4 Trek 100 - jambes1100100
Caleçon rechangeD4 Merinos17272
ChaussettesD414949
Buff merinosBuff14949
CollantD4 Running Run Warm - pour bivouac1179179
Veste de pluie imper-respiranteHaglofs LIM Comp1213213
Jupe de pluie3F avec pochon1101101
Étui à lunettes12323
Lunettes de vueOu de soleil : 37 g12424
13041304
BIVOUAC ET COUCHAGE
Tente mono-paroiTarptent Aeon Li (avec son sac de rangement)1500500
Tapis de solFeuille Polycree pour Aeon Li14949
Matelas gonflable courtStS Ultralight Insulated XS1373373
Matelas mousse recoupéTrangoworld14343
Oreiller gonflableBig Agnes AXL Air Pillow14747
Quilt -2° confortHyberg Loner Lite 4501650650
Sac étanche 20LSea to summit ultra sil15050
Sardines filx4 no name13333
Sardines DACx6 Hilleberg V Peg17676
18211821
HYDRATATION
Bouteille plastique  50 cl500 ml11111
Poche souple 2LEvernew 2L14242
Filtre à eauKatadyn BeFree Tactical 1L18787
140140
CUISINE
PopoteToaks Titanium Light - 650 ml17676
Filet popoteToaks11212
Cuillière plastiqueD4 Quechua177
CouteauVictorinox classic12121
Réchaud à gazMSR Pocket Rocket Deluxe18383
Cartouche de gaz (hors combustible)MSR1113113
Eponge découpée122
Sac étanche nourritureLighterHike13030
342342
ELECTRONIQUE - DIVERS
Lampe frontaleNitecore NU25 avec bandeau ultra léger13131
Chargeur + fil15353
Batterie externe 10 000 MahNitecore NU100001151151
Kit réparationDuct tape + Super glue + élastiques + match matelas13535
CordeletteD4 - 2mm d'épaisseur - 10 m12020
Clé maison + vigik14040
MulesArklight16363
Mousqueton177
Porte-monnaieHyberg avec CB+Carte vitale+Carte identité+billets12424
Fourre-toutAtelier Longue Distance - XPAC12929
453453
HYGIENE
Ziplock 1LLidl166
Savon de Marseille11515
Déodorant solideLamazuna177
PelleDeuce of Spades #211717
Papier toilette14242
Gant de toilette microfibreDIY11111
Serviette micro fibreD4 Nabaji recoupée12424
Brosse à dent11212
DentifriceEchantillon11919
Ziplock 3LLidl199
Boules quiesHema155
Crème solaireD4 Roll on 50+17676
167167
PHARMACIE
Ziplock 1LLidl177
Compresse de gaze stérile1x2144
Compresse de nettoyagex1155
Serum physiologiquex1177
Pansementsx4133
Pansements anti-ampoulesx3155
Rouleau de strap11010
Stéri-strips155
Dafalgan 1000 mgx4177
Spasfonx2122
Anti-diarrhéique1 plaquette155
Tire-tiques122
Miroir11616
Pince à épiler188
Anti-inflammatoire dosx4177
9393
CONSOMMABLES
Gaz1100100
Eau110001000
Nourriture5 jours (matin-midi-soir + 3 matins)129322932
40324032
LOISIRS
Crayon de bois122
Mots fléchés2 feuilles recto verso122
Livre pocheSylvain Tesson - L’axe du Loup1163163
167167
TOTAL11263512219424199

Retour matériel :

- Sac à dos Superior Wilderness Designs Movement 40L :

J’en ferai un retour sur un topic dédié prochainement, il le mérite amplement. Le tissu principal est de l’ultra 200. Très confortable et supportant une charge de 10 kg sans sourciller, ça a été un plaisir de marcher avec. La ceinture de type anatomique qui suit le mouvement des hanches est un réel plus. L’armature, une barre en aluminium qui traverse le centre du sac jusqu’à la ceinture assure parfaitement le report de charge.

- Quilt Hyberg Loner Lite 450 :

Hormis le 1er soir où il était clairement trop chaud, je l’ai beaucoup apprécié et ai très bien dormi dedans, alors qu’avec mon sac de couchage ou mon autre quilt moins chargé, j’ai tendance à avoir froid la nuit. C’est confirmé, je suis définitivement frileux ! En revanche, je ne suis pas entièrement persuadé qu’il tienne la route jusqu’à -2° mais c’est peut-être une fausse impression. Dommage que je n’ai pas eu de thermomètre pour mesurer les températures. Au doigt mouillé, je tablerais sur des nuits à 5°, pas plus froid. Je me méfie aussi de mon ressenti car avec les chaleurs de la journée, la température de la nuit peut être ressentie différemment du fait du contraste.

- Matelas Sea to Summit Ultralight Insulated court (XS – 128 cm) :

Validé mais je savais à quoi m’en tenir ayant déjà la version S – 168 cm. Je l’ai complété avec un bout de matelas mousse qui sert aussi de mousse dorsale pour mon sac à dos. Seul souci constant avec ce matelas StS, c’est une vrai savonnette et même sur terrain bien droit, il bouge pendant la nuit.

Il faudrait que je réfléchisse à un moyen de le stabiliser : je crois que certains font des points de Seam Grip pour lui donner plus d’adhérence ? Sinon changer mon matelas mousse qui complète le bas du gonflable par un Arkmat en 100 cm ?

- Tarptent Aeon Li :

J’ai enfin testé la configuration en ouverture complète (les deux absides repliées), c’est très chouette et pas très compliqué à mettre en place. J’ai ainsi une vue dégagée sur ce qui me fait face et je peux ainsi admirer le ciel nocturne facilement bien au chaud.

En revanche elle ne pardonne pas question montage, si c’est approximatif adieu l’habitabilité alors que sur ma X-mid il y a un peu plus de marge.

- Chaussures de trail D4 MT2 :

Je ne vais pas m’appesantir dessus, elle commence à être connue ici. J’en suis ravi comme beaucoup, de par sa légèreté, son accroche et son adhérence. La semelle commence à montrer quelques très légers signes d’usure après un peu plus de 200 km au compteur.

- Guêtres :

Courtes, pour aller avec les MT2, elles sont l’accessoire indispensable pour s’éviter les cailloux et autres débris dans les chaussures.

- Chevillière Ezeefit 1mm+ :

Globalement satisfait, si ce n’est qu’elles connaissent leurs limites par les temps de forte chaleur comme ces temps-ci. Elles se gorgent en effet de sueur et font friper la peau à la longue. Je pense ne pas avoir ce problème par temps plus frais.

- Mules de chez Arklight :

Item confort par excellence, mais ces 63 grammes me changent la vie pour profiter des soirées car je n’aime pas me coucher directement dans la tente, je préfère flâner dehors le plus longtemps possible sans pour autant garder mes chaussures de marche.

- Chemise D4 Desert 900 :

Très content de cette chemise, avec un indice UPF 40. Ses points forts sont sa modularité (remonter ou rabaisser les manches et le col, ouvrir ou fermer des boutons sur le torse), ses ventilations en filet tout autour du torse (quelques peu neutralisées quand on porte un sac à dos mais pas totalement) et un surcol qui protège bien le cou. Niveau point faible, c’est du polyester non traité Polygiène ou autre traitement anti-odeur, donc au bout du 2ème jour la chemise commence un peu à sentir mais moins que je pensais. Je pense en faire mon principal vêtement d’itinérance aux beaux jours. Par temps plus frais je pense rester sur un t-shirt merinos manches longues.

Réflexions diverses :

- Nourriture : Je cherche trop à optimiser la nourriture. Pour les midis, j’avais au départ fait le choix de ne pas prendre de pain pour accompagner fromage et saucisson, du fait de son ratio poids/calorie. C’est tout bête mais mes repas perdaient beaucoup de saveur et je ne prenais pas plaisir à manger. J’ai corrigé le tir avec mon ravitaillement à la Martinette.

- Vêtements : J’ai retiré volontairement la polaire de ma liste (bonne idée car elle ne m’aurait jamais servi) et oublié mes gants (qui m’ont un peu plus manqué).

- Trousse à pharmacie : je vais troquer les pansements individuels contre des bandes à découper, plus adaptables et pratiques à mon sens.

- Hygiène : J’ai emporté un reste de savon de Marseille un peu fin pour partir. Erreur car il s’est rapidement émietté en plusieurs tous petits morceaux, un peu pénibles à manipuler. Mieux vaut découper un morceau de type bloc carré dans un savon complet afin qu’il supporte mieux les manipulations.

- Électronique : J’ai eu accès à plusieurs points de recharge pour mon téléphone ce qui a peut-être biaisé ma perception de mon autonomie en batterie, mais j’ai le sentiment qu’avec une utilisation raisonnable et ma Nitecore NB10000 chargée à bloc au départ du trajet, je suis en mesure de tenir une dizaine de jours sans recharge.

- Gestion des déchets : Parti avec un petit sac poubelle, je me suis vite rendu compte que c’était loin d’être pratique : volume, fragilité, etc. Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas songé à partir avec un ziplock en guise de poubelle.

- Sardines : J’ai l’impression qu’en montagne mieux vaut avoir des sardines fil au risque de ne pas savoir planter sa tente ?

Edit : Modification coquilles/oublis sur ma liste

Dernière modification par Clem_Ly (05-08-2022 13:55:17)


Edit sans précision = correction de l'orthographe, de la grammaire, de la syntaxe, mise en forme, etc.

Mon Trombinoscope et mes récits

En ligne

#2 04-08-2022 10:59:38

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

Superbe rando ! Merci pour ce retour.
J'ai le même matelas que toi (en Regular) et j'ai le même souci de glissades ! Si tu trouves une solution je prends !


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste 2/3 jours montagne 3 saisons

Hors ligne

#3 04-08-2022 13:50:18

Clem_Ly
Membre
Inscription : 27-08-2020

Re : [Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

Merci Karibou ! J'ai vraiment adoré cette rando, l'expression "en prendre plein les yeux" n'est pas volée. Seul point négatif les fréquentes redescentes en vallée mais c'est le lot de tous les GR.

Pour le StS je donnerai des nouvelles sur le fil dédié si je trouve la solution.  smile un sujet sur les matelas qui glissent vient de ressortir il y a peu et la solution la plus efficace semble être l'Arkmat 127.

Comme mon sac nécessite une mousse dans le dos pour le maintien et éviter de sentir l'armature, l'Arkmat 127 pourrait avoir ce double usage.

Dernière modification par Clem_Ly (04-08-2022 13:50:46)


Edit sans précision = correction de l'orthographe, de la grammaire, de la syntaxe, mise en forme, etc.

Mon Trombinoscope et mes récits

En ligne

#4 04-08-2022 13:52:55

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

ok
j'ai un arkmat mais jamais servi encore, le STS n'étant pas le plus light des matelas, je ne me vois pas encore embarquer l'arkmat en plus juste pour ne pas glisser..Je réfléchis en plus à acquérir un matelas plus large et long, c'est un peu juste pour moi la largeur classique.


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste 2/3 jours montagne 3 saisons

Hors ligne

#5 05-08-2022 10:38:36

Wander
Membre
Inscription : 13-06-2022

Re : [Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

Super ce récit. Je devrais recevoir mon Hyberg 450 dans les semaines qui viennent, ce sera l'occasion de confirmer les températures de confort. Rassuré de savoir qu'il t'a convenu la plupart du temps.

Hors ligne

#6 05-08-2022 13:44:59

Clem_Ly
Membre
Inscription : 27-08-2020

Re : [Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

Merci Wander ! Pour le quilt 450, je pense que tu ne seras pas déçu, surtout que tu bénéficieras des améliorations de la version 2022 discutées dans le sujet dédié du forum (à partir du message #21).

Je profite aussi de ce message pour rajouter le détail de ma liste de nourriture emportée :

NourriturePoidskcal/100 gMoment de la journéeNombre de repas
Céréales (mix avoine + muesli croustillant)990394Petit-déjeuner8
Café19Petit-déjeuner8
Lait en poudre demi-écrémé80430Petit-déjeuner8
Mélange gourmand Alesto (oléagineux + raisins)200532Matinée ou après-midi5
Mélanges fruits secs et camberries Alesto240495Matinée ou après-midi6
Beef Jerky118263Midi2
Tuc101479Midi5
Saucisson200382Midi5
Comté200417Midi5
Lyophilisés624500 miniSoir4
Soupe4012Soir4
Semoule100343Soir1
Tisane20Soir8
TOTAL2932

Sachant que mange assez peu le midi, que j'ai fait durer plus longtemps le saucisson et le comté que les 5 jours prévus, et que les tucs n'ont été entamé que tardivement, à partir du J4.

J'ai emporté les tisanes sans jamais les consommer, la faute certainement à la chaleur. Idem pour les soupes je n'en ai bu que deux, dont une avec ma semoule pour la parfumer.

Je n'ai pas du atteindre mon quota journalier de calories à mon avis.

Les deux repas en refuges gardés m'ont permis de compenser le déficit en calories.

Au ravito de la Martinette, j'ai repris un pain de 150 grammes, 100 grammes de semoule, 125 grammes de purée, 350 grammes de saucisson et 120 grammes de fromage, qui ont été entièrement consommés sauf la semoule et la purée.

Dernière modification par Clem_Ly (05-08-2022 13:56:10)


Edit sans précision = correction de l'orthographe, de la grammaire, de la syntaxe, mise en forme, etc.

Mon Trombinoscope et mes récits

En ligne

#7 06-08-2022 12:24:51

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

Re : [Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

Merci Clem_Ly pour le partage, on sent que tu t'es régalé et ça fait plaisir. Belle réussite pour une première en montagne, vivement la prochaine !

Hors ligne

#8 06-08-2022 16:34:50

Clem_Ly
Membre
Inscription : 27-08-2020

Re : [Récit + liste] Haute Traversée de Belledonne : 24 - 31 juillet 2022

Merci pogo ! J'ai en effet pris grand plaisir à cette sortie, et j'ai encore plein de projets en tête à réaliser.  smile


Edit sans précision = correction de l'orthographe, de la grammaire, de la syntaxe, mise en forme, etc.

Mon Trombinoscope et mes récits

En ligne

Pied de page des forums