Aller au contenu

Annonce

Terminé ! ✅ Camp de base / Camp itinérant 2023 du 8 au 15 juillet en Ariège.
La discussion sur le forum. ✅

#1 12-09-2023 18:09:03

René94
Membre
Lieu : Mont Griffon (du 9-4)
Inscription : 30-12-2009

[Récit + liste] Dolomites V2

========== récit en cours (21/23) ============

Pour mon premier été au statut de retraité, j'avais choisi de retourner au Japon mais au vu du prix des billets d'avion,
j'ai finalement décidé de retourner dans les Dolomites pour concrétiser mon projet de rando de 2009 : faire un grand tour de pays en reliant les altas vias 1 et 2 et en passant par des via ferrata.

J'ai choisi ce titre "Dolomites V2" car c'est un itinéraire qui s'adresse plutôt à des personnes qui connaissent déjà cette région dans le sens où il évite certains endroits majeurs : la Marmolada, les Cinque Torri, les refuges Averau et Nuvolau.

Pour diverses raisons, j'ai fait très peu de rando cette année et je suis à la limite du surpoids (76 kilos pour 1m75).
Ma principale activité physique est de sortir le chien (environ 1h30 par jour) et je traîne une sciatique depuis quelques mois.
Donc une condition physique médiocre, voire insuffisante, pour envisager une rando itinérante avec des via ferrata dans les Dolomites.
J'ai donc prévu des étapes relativement tranquilles en kilomètres et dénivelés que je ferai à un rythme lent.
Mon expérience MUL compense cette mauvaise condition physique car je pars en ne portant que 7 kilos (je portais environ 11 kilos en 2009).
J'espère donc avec cette rando me refaire une santé et perdre ces quelques kilos superflus.
Cette remise en forme a été réussie : aucun bobo, la sciatique a disparu et, ayant maigri de 5 kilos, je me sens bien plus en forme !

En 2009, cette rando m'avait donné énormément de plaisir mais aussi des regrets :
- en premier, ne pas avoir fait l'ascension du Monte Pelmo ;
- n'avoir pas fait la liaison sud et avoir bâclé la liaison nord ;
- ne pas avoir tout fait à pied.

Cette rando est donc très différente de celle de 2009 :
- j'ai pris la tente pour ne pas être tributaire des refuges et être un maximum dans la nature ;
- je suis passé régulièrement dans des villages pour me ravitailler sans être trop chargé en nourriture (maxi 4 jours entre 2 ravitaillements) ; ce qui donne un parcours bien plus varié qu'en restant sur les altas vias ;
- tout à pied : ni stop, ni usage des remontées mécaniques ;
- les passages enneigés en 2009 ne l'étaient plus (je m'en doutais donc je n'ai pris ni piolet, ni crampons) ;
- les gens randonnent avec leur chien (si c'est autorisé) alors que je n'ai aucun souvenir de chiens dans ma rando de 2009 ;
- j'ai fait beaucoup moins de via ferrata qu'en 2009 à cause d'un manque de condition physique mais aussi d'un manque d'envie ; donc une rando bien plus contemplative que sportive.

Pour maximiser mes chances de réussir l'ascension du Monte Pelmo, je choisis de faire ce grand tour dans le sens horaire afin d'arriver bien entraîné au Monte Pelmo.

Le leitmotiv qui a piloté cette rando a été "j'avais prévu de faire ça mais ai-je vraiment envie de le faire ?".
J'ai donc beaucoup moins suivi que d'habitude mon itinéraire prévisionnel et le programme a été écourté (23 jours au lieu de 31 jours).

Budget
Les refuges des Dolomites sont chers (entre 60 et 75€ la demi-pension).
Votre budget dépend donc essentiellement du nombre d'étapes où vous dormirez en refuge ou dans un hôtel.
En revanche, les prix dans les magasins alimentaires des villages ne sont pas plus chers qu'en France.
Les campings que j'ai vu sont moches (ci-dessous, celui juste avant d'arriver à Falcade), je n'ai donc eu aucune envie de m'arrêter dans un camping.
88uIXJ8u4.P8090205.jpeg

Synthèse des étapes

Je prépare toujours ce type de tableau avant mes randos mais c'est la première fois que je le diffuse. Il me permet de m'assurer que mes étapes sont homogènes en terme de kilomètre-effort. Là, je l'ai diffusé pour bien montrer que mes étapes ne sont pas homogènes.

Légende :
colonne "R" : indique un ravitaillement en cours d'étape
colonne "H" type d'hébergement : "bé" belle étoile, "b" bivouac sous tente, "C" cabane, "R" refuge en 1/2 pension
colonne "Alt" : altitude au bivouac
colonne "kme avant coeff" : calculé avec la formule "km" + ("D+" 0 x 0,008) + ("D-" x 0,003)
colonne "coeff tech" : s'il est supérieur à "1", il indique subjectivement la difficulté technique de l'étape ; cette difficulté peut avoir de multiples causes (via ferrata, alpinisme facile, pierriers instables, sentier embroussaillé, traversée de lapiaz, difficulté d'orientation en hors sentier, gués difficiles à traverser) ; la difficulté est précisée entre parenthèses dans la colonne "Lieu de bivouac".
colonne "kme", obtenu par la formule : ("nombre de km" + ("D+" 0 x 0,008) + ("D-" x 0,003)) x coeff.technique

Sans ce "coeff technique", on voit que l'étape E09 demande un peu plus d'effort que l'étape E07 alors que l'E07 est clairement plus difficile que l'E09. Mais il n'est pas facile de déterminer ce coefficient technique avant la rando.

DateRHLieu de bivouac – stats wikilocAltkmD+D-kme avant coeffcoeff techkme
01/08/2023mardiE01train regionale 16854: 7h56 Mestre – 9h31 Ponte nelle Alpi400
Pestesure (sentier encombré, orientation)800161210810281,131
02/08/2023mercredibE02Roncoi di Dentro8201987085029129
03/08/2023jeudiCE03Cabane de Camporotondo (terrain piégeux)17601722501310391,247
04/08/2023vendrediRbE04Bois de Don di Gosaldo - ravito Coop de Don123012630116021121
05/08/2023samediCE05bivacco Menegazzi (pluie pendant plus de 24h)173035000717
06/08/2023dimanchebE06forcella Col dei Cistri (forcella delle Mughe) plein d’eau à Prati Fosne car pas d’eau au col dei Cistri15701210001160231,126
07/08/2023lundiRE07refuge Pradidali (3 vf : Dino Buzzati, Velo della Madonna et Porton)228081580870231,330
08/08/2023mardibE08Casera di Focobon (passo delle Farangole)18801713201720331,239
09/08/2023mercrediRbE09Valfredda - ravito Coop de Falcade209014100079024124
10/08/2023jeudibE10Ciampac20901711401140301,132
11/08/2023vendrediRbE11Avant hameau de Lorenz (vf dei Finanzieri) - ravito alimentari de Pénia15901213401840281,337
12/08/2023samediRE12refuge Pisciadu (forcella Pordoi, vallon Pisciadu)2590161700700321,135
13/08/2023dimanchebE13Bivouac avant La Villa (Val Setus)1550169602000301,133
14/08/2023lundiRRE14lac Lagazuoi - ravito à La Villa2190231770113041141
15/08/2023mardibE15Malga Travenanzes1970840062013113
16/08/2023mercrediRbE16Col Tondo (Sara del Minighel, sentiero Astaldi) - ravito à Cortina14301711901730321,238
17/08/2023jeudiRRE17refuge Croda da Lago - ravito à Zuel204020133072033133
18/08/2023vendrediRE18refuge Venezia (via forcella Val d’Arcia)19501310101100241,127
19/08/2023samedibE19-1A/R Pelmo voie normale (Cengia di Ball) (3h montée, 2h30 descente)19501013501350251,332
E19-2Fontaine avant le village de Coi16205120450717
20/08/2023dimancheRbE20avant le refuge Vazzoler - jour de marché et ravito à Mareson1740201180106033133
21/08/2023lundibE21baita Valentino Angelini16901811401190311,134
22/08/2023mardiRE22refuge Pian de Fontana (Viaz de l’Ariosto)16201512301300291,132
23/08/2023mercrediE23Fin de rando à Casa Bortot (vf Marmol)7001610601980301,133
totaux3442728026980643712
22jours de marche (23 jours – 2 demi-journées de repos)moyennes16124012262932

88uILk474.DOL2023R-iti-global.jpeg
Itinéraire global

Récit

Les traces fournies dans ce récit sont les traces enregistrées au GPS que j'ai ensuite corrigé sommairement (suppression des erreurs d'itinéraire et des localisations archi-fausses).

L'avant rando
J'avais réservé un vol Transavia Orly - Venise : 131 € avec juste un bagage cabine.
Mon vieux bâton de rando sans pointe et les sardines Vargo titane sont passés sans problème au contrôle d'embarquement.
J'avais aussi réservé une chambre à l'hôtel Meininger à Mestre (40 € dans un dortoir de 4 lits) : Excellent rapport qualité/prix et proche de la gare de Mestre.

E01 - mardi 01/08/2023 : de Ponte nelle Alpi à Pestesure
16 km, D+ 1210m, D- 810m, coeff 1.1 (état du chemin, orientation), 31 kme, trace
88uIHSgN4.DOL2023-E01R-Pestesure.jpeg

Je démarre donc la rando à Ponte nelle Alpi avec un passage au Décathlon, proche de la gare, pour y acheter une tasse et un Opinel ; un bon plan aussi pour y récupérer une cartouche de gaz commandée préalablement sur le site italien de Decathlon) : chercher "cartuccia gas forclaz".

Après 10 minutes de marche, il se met à pleuvoir ; une pluie plutôt forte mais pas de vent.
J'enfile donc le poncho. Cela va durer une bonne heure et mes chaussures finissent par être trempées.
La pluie tombera par intermittence tout au long de la journée.
88uILyuOX.P8010002.jpeg
Les prévisions météo sont mauvaises pour ces premiers jours ; c'est donc une bonne chose de commencer par cette liaison sud où je peux rester à des altitudes assez basses.

Je commence à croiser des gens au bout de 10 km, dans le secteur de Casa Bortot ; ça ne m'étonne pas vu le mauvais état du chemin avant le col de Roanza.
88uILKXD7.P8010007.jpeg

Initialement, j'avais prévu de refaire cette partie au retour pour finir la rando à Ponte nelle Alpi mais aucune envie de repasser par là ; je finirai donc cette rando, classiquement pour l'alta via 1, à Casa Bortot.

88uIM6BDm.P8010020.jpeg
Une belle maison à vendre (travaux à prévoir)

Pour cette première étape, j'avais prévu de bivouaquer près de la chapelle de Santa Giustina (il y a une fontaine proche de la chapelle).
88uIMirRP.P8010022.jpeg
Mais il n'y a que des herbes hautes et tout est trempé dans ce secteur.
88uIMtD00.P8010024.jpeg
Je fais donc juste le plein d'eau et je continue en quête d'un bivouac sympa.
Comme mon matelas est très léger (Arkmat de 70g), je suis exigeant sur l'emplacement du bivouac et je peux passer beaucoup de temps à chercher le bon endroit ;
idéalement, il doit être plat, ne pas être un écoulement d'eau en cas de pluie et sur un terrain peu sujet à la condensation. L'Hexamid Solo me facilite cette recherche car il me suffit de visualiser 2m² d'espace plat pour l'installer.

88uIMBrwF.P8020025.jpeg
Finalement, à 19h, je me pose sur une terrasse abritée où, le beau temps revenu, je passe une bonne nuit à la belle étoile.

E02 - mercredi 02/08/2023 : de Pestesure à Roncoi
19 km, D+ 880m, D- 870m, coeff 1, 29 kme, trace
88uIHZJdx.DOL2023-E02R-Roncoi.jpeg

Cette étape s'est déroulée en 2 parties : première partie jusqu'à Sospirolo et seconde partie essentiellement sur route jusqu'à Roncoi.

Départ vers 7h. Avec la pluie d'hier, la végétation est trempée donc mes chaussures sont vite trempées aussi.
Etape agréable et facile jusqu'à Sospirolo.
88uIMRdA4.P8020033.jpeg

88uIN9CiU.P8020036.jpeg
On trouve de l'eau en chemin car il y a des fontaines.

88uIMY1HT.P8020035.jpeg
La belle passerelle Peron enjambe le torrente Cordevole. Détruite par une crue en 2018, elle a heureusement été refaite au printemps 2021.

J'arrive à Sospirolo à 14h ; j'avais prévu de bivouaquer aux alentours du village.
88uINko1J.P8020038.jpeg

Mais les prévisions météo pour demain sont mauvaises (orages) et j'avais prévu un itinéraire difficile pour demain en passant par le Monte Fornel (trace prévisionnelle).
Le type d'itinéraire à ne pas faire seul par mauvais temps. Je décide donc de sauter cette étape et d'avancer le plus loin possible afin de me rapprocher du bivacco Palia (où j'avais prévu de dormir demain soir).

Malheureusement, il n'y a pas de chemin à une altitude intermédiaire et je dois faire 3 km sur une route passante puis 2 km sur la petite route qui mène à Roncoi di Dentro. Il fait très chaud cette après-midi et j'ai peur d'avoir des ampoules en marchant sur le bitume.
je rejoins enfin une piste et peu après, je m'arrête dans un virage qui satisfait mes critères de bivouac ; cerise sur le gâteau, il y a une table avec bancs smile
88uINvRVQ.P8020039.jpeg
Il est 17h20. Cette étape est clairement la moins intéressante de cette rando mais c'est important pour moi de faire totalement à pied la liaison sud entre les 2 altas vias.

E03 - jeudi    03/08/2023 : de Roncoi à Camporotondo
16 km, D+ 2250m, D- 1310m, coeff 1.2 (terrain karstique piégeux), 47 kme, trace

Le grand écart : De toute la rando, l'étape d'hier était la plus facile techniquement et celle d'aujourd'hui est la plus difficile mais je ne l'ai compris que beaucoup plus tard. Et je ne croiserai personne de toute la journée (c'est d'ailleurs le seul jour où je n'ai croisé personne).

Départ à 7h car je voudrais aller jusqu'à la cabane de Camporotondo.
88uINFv88.P8030040.s.jpeg
petit passage sur route entre 2 pistes.

Itinéraire facile jusqu'à la forcella Intrigos où j'arrive vers 10h.
88uINL1EA.P8030042.jpeg
Aucune vue, je suis dans les nuages. Le passage par le Monte Fornel n'aurait pas eu beaucoup d'intérêt sans la vue.

C'est ensuite que ça se corse, le terrain devient plus technique puis il faut traverser un pierrier qui me semble instable (le premier pierrier de la photo).
88uINScIY.P8030044.jpeg
J'hésite à passer mais je n'ai pas d'autre alternative sauf le renoncement, alors j'y vais et finalement, ça passe plutôt bien.

Il y a ensuite une petite via ferrata. Je m'équipe donc mais ce n'est pas difficile. On y enjambe même un petit torrent où j'en profite pour reprendre de l'eau.
88uIPkAmj.P8030051.jpeg

Il pleut par intermittence. Plus loin, c'est un alpage mais il faut se méfier à chaque pas car c'est un terrain karstique avec des hautes herbes.
88uIPEVoT.P8030055.jpeg
Je marche lentement pour ne pas risquer l'entorse.

88uIPQgQK.P8030059.jpeg

Un orage arrive vers 13h. Je suis à nouveau bien content de ne pas être sur les crêtes du Monte Fornel. Vu le terrain piégeux et étant seul, je décide de m'arrêter le temps qu'il passe. Je pousse jusqu'à un bosquet d'arbres pour être abrité un minimum et je m'assois sur mon sac avec le poncho sur moi. Au bout d'une demi-heure, ça se calme alors je reprends ma route.

88zwhUHmH.Gusela-Val-del-Burt.jpeg
Attiré par la Gusela (l'aiguille) de la Val del Burt, je loupe la bifurcation à gauche. Un peu de temps perdu pour revenir sur mes pas et retrouver le balisage.

88uIPWhkY.P8030061.jpeg
Malga Errera au loin

Après le passo di Forca, c'est un peu plus facile mais il y a énormément d'escargots sur le chemin (normal, vu toute la pluie des derniers jours) et je dois faire attention à chaque pas à l'endroit où je pose le pied pour ne pas les écraser.
Je fais le plein d'eau quand je passe près d'un rocher où l'eau coule bien. A partir de là, je peux bivouaquer si je trouve un endroit où planter la tente. Mais avec ce terrain karstique, aucun endroit ne me convient.

Je débusque 2 lagopèdes au cours de la descente vers Malga Errera.
Je passe près de Malga Errera à 19h. Il me reste 3 km de piste pour atteindre Camporotondo où j'arrive à 20h15.

Un peu avant la cabane, je vois 2 biches (ou chevreuils ?) sur la piste.

88uIQ3yeY.P8030069.jpeg
La cheminée fume. Il y a un randonneur italien, Gabriel, qui est un habitué de cette cabane. Il est seul aujourd'hui mais un ami le rejoindra demain. Nous passons une bonne soirée dans la cuisine, près du feu de la cuisinière à bois où nous faisons sécher chaussettes et chaussures. Il m'apprend qu'il y a beaucoup de cervidés dans ce secteur qu'il connaît bien.
Il y a de l'eau au robinet de l'évier ; elle provient probablement d'une citerne. Gabriel me propose de partager sa soupe. Merci à lui, ça fait du bien de manger chaud.

Coucher à 22h30 ; un compagnon sympa et un bon feu aident à oublier la fatigue du jour smile


E04 - vendredi 04/08/2023 : de Camporotondo à Don di Gosaldo
12 km, D+ 630m, D- 1160m, coeff 1, 21 kme, trace corrigée
88uIIfCcD.DOL2023-E04R-Don-di-Gosaldo.jpeg

Petit-déj et lavage des chaussettes avant de partir à 7h15. Gabriel est encore couché.

88uIQdJr8.P8040073.jpeg
Le secteur de Camporotondo est idéal pour des balades à la journée.

Aujourd'hui, on commence par 1100m de descente, essentiellement en sous-bois. Le chemin est facile à suivre sauf à un moment où la piste s'arrête et il y a une marque de balise sur un rocher qui induit en erreur. Il faut revenir sur ses pas et prendre le chemin à gauche. Dans la descente, je croise un groupe de 8 jeunes, très chargés ; ils montent à Camporotondo. Je me dis que j'ai eu de la chance d'avoir eu une soirée tranquille près du feu hier soir car la cuisine de la cabane et trop petite pour accueillir autant de monde.

88uIQxFnZ.P8040081.jpeg
Quand j'arrive à la rivière, je traverse au gué qui est le plus facile (image ci-dessus). Mais il n'y a pas de chemin en face et je galère pour retrouver le chemin. En fait, il faut traverser la rivière plus en aval comme l'indique la trace corrigée.
Un couple qui randonne à la journée arrive pour traverser et je leur indique l'endroit où passer pour qu'ils ne fassent pas la même erreur que moi. Ils renoncent car il faut se mouiller jusqu'aux mollets et le gars n'en a aucune envie.
88uIQLbyB.P8040086.jpeg

A partir de Zavat, je marche sur la route (2 km entre Zavat et Don di Gosaldo) mais elle est peu passante.
J'arrive à Don à 14h mais la Coop n'ouvre qu'à 16h. En écrivant ce récit, je me dis que c'est dommage d'avoir glandé 2h et que j'aurais pu utiliser ce temps pour aller voir California et la mine de mercure.
88uIQlgUd.P8040078.jpeg

En cherchant sur le net, je trouve l'excellent site tchorski qui relate l'histoire de cette période.

88EkuVEiD.California_site_tchorski_mine.jpeg
L'entrée de la mine de mercure (source : https://tchorski.fr/8/dimenticata-07.htm)

88uIQSclZ.P8040090.jpeg
A la Coop, je trouve tout ce qu'il me faut : fruits, tomates, yaourts, saucisson, fromage et gâteaux secs ; ça sera à peu près les mêmes achats aux autres points de ravitaillement. Puis je fais le plein d'eau à la fontaine car j'ai dans l'idée de bivouaquer dès que possible.

88uIR6b1J.P8040091.jpeg
Je trouve mon bonheur dans les bois, près du château d'eau semi-enterré. Il est 17h15. Je monte la tente et je me pose pour écrire le récit de la journée sur mon carnet. Mais je dois vite me mettre dans la tente car il commence à pleuvoir.
Et il va pleuvoir toute la soirée.


E05 - samedi 05/08/2023 : de Don di Gosaldo au bivacco Menegazzi
3 km, D+ 500m, D- 0m, coeff 1, 7 kme, trace
88uIIne8q.DOL2023-E05R-bivacco-Menegazzi.jpeg

Il a plu toute la nuit et ça continue ce matin. Je regarde les prévisions météo sur le smartphone : il pleuvra toute la journée mail il y aura une accalmie d'environ 2h à partir de 13h. Mon souci est que je vais bientôt arriver dans un secteur où j'avais prévu d'enchaîner des via ferrata. Je décide donc de faire une étape très courte : monter au bivacco Menegazzi où je pourrai faire sécher la tente et ne faire les via ferrata que le surlendemain pour que le terrain ait le temps de sécher.

Donc ce matin, c'est mots croisés sous la tente. La pluie s'arrête à midi et je pars en direction du refuge Malga Cavallera.
88EomJ2gg.P8050092-avant-malga-Cavallera.jpeg
Les pistes sont très boueuses. Au cours de la montée, je vois encore des lagopèdes.

Quand je passe au refuge Malga Cavallera vers 13h, il est fermé (on me dira plus tard que c'est juste une fermeture temporaire le midi) alors je fais le plein d'eau au robinet de la ferme après avoir demandé l'autorisation car je sais qu'il n'y a pas d'eau au bivacco.
88EoKgrjz.P8050098.s.jpeg

88uIRRaGE.P8050099.jpeg
Il se remet à pleuvoir et j'arrive au bivacco à 13h30.
88uISbZSN.P8050100.jpeg

88Eop5oV3.P8050101-bivacco-Menegazzi.jpeg
Il n'y a personne, je fais sécher poncho, tente et duvet et j'en profite pour faire une toilette complète. Au cours de cette après-midi pluvieuse, un trailer et des randonneurs passeront. En particulier, 2 couples : les femmes avaient fait une rando dans ce secteur il y a 30 ans et, s'étant perdues, elles n'avaient jamais trouvé ce bivacco. Et aujourd'hui, elles montent donc ici pour la première fois. 

J'écris dans le livre d'or et le feuillette complètement : aucun français n'y a écrit. En fait, très peu de français font de la rando itinérante dans les Dolomites. On a plus de chance d'y croiser un néerlandais où un randonneur des pays de l'Est. Mais, à part les italiens, la grande majorité des randonneurs sont allemands.

Vers 17h, cinq trentenaires italiens arrivent pour dormir ici. Par chance, l'une des italiennes parle français (elle travaille à Bruxelles), ce qui nous permet de communiquer plus facilement. Ils démarrent le feu sur la cuisinière à bois pour y faire chauffer leurs plats.
Ce soir, on a une belle nuit étoilée smile


E06 - dimanche 06/08/2023 : du bivacco Menegazzi au col dei Cistri
12 km, D+ 1000m, D- 1160, coeff 1.1 (forcella delle Mughe), 26 kme, trace corrigée
88uIItXhK.DOL2023-E06R-Col-dei-Cistri.jpeg

Hier soir, les jeunes ont dormi dans la pièce du bas pour me laisser le dortoir. Ce matin, départ à 7h15 sans les déranger et je déjeune au soleil vers 8h.
88uISoJK9.P8060105.jpeg

88uISBqNe.P8060110.jpeg
La fin de la montée à la forcella delle Mughe n'est pas facile, il faut mettre les mains parfois (dans cette 1ère partie d'étape jusqu'à Tréviso, se fier au balisage et non au GPS qui localise mal à cause des falaises environnantes). Puis c'est la descente vers le refuge Tréviso où j'arrive à 11h30. En arrivant à Tréviso, c'est la fin de la liaison sud puisque l'Alta Via 2 (AV2) passe par ce refuge.
88uISOgjU.P8060115.jpeg

J'en profite pour manger un bon plat de pâtes. A partir de là, je croise beaucoup de monde jusqu'au parking de Cant el Gal car je suis dans le très touristique Val Canali. Et beaucoup de ces marcheurs à la journée sont avec leurs chiens (je n'ai jamais vu autant de chien en rando).

88uIT0DPZ.P8060121.jpeg
Fontaine de Malga Canali

Après Cant del Gal, il y a environ 2 km à faire sur une petite route peu passante. Je cherche un endroit de bivouac mais rien ne me convient et vers le bel alpage de Prati Fosne, beaucoup de pancartes "propriété privée".
88uITbkyK.P8060125.jpeg

Après avoir fait le plein d'eau à Prati Fosne, je continue mon chemin vers la via ferrata Dino Buzzati.

Au carrefour de Rodena, je tente ma chance en allant vers la forcella dei Cistri. J'arrive au col à 16h45 ; un bel endroit bien plat, abrité du vent et avec une belle vue n'attend que moi. Et bien voilà, j'arrive !
88uITloXX.P8060126.jpeg
Je suis au bord du chemin mais il ne passe pratiquement personne en cette fin de journée.

88uITuOTx.P8060127.jpeg
La vue au bivouac

Les propriétaires de la seule maison des alentours n'ont peut-être jamais vu de campeur ici alors ils s'approchent de moi et me regardent sans me parler ni me sourire, du genre "on a bien vu que t'étais là, monsieur l'intrus".
En revanche, moi, ça me fait sourire.

Demain, j'entre dans le vif du sujet avec l'enchaînement de quelques via ferrata. Mais je ne suis pas spécialement inquiet car ma journée "forcella Intrigos" m'a donné confiance quant à mes capacités physiques et techniques.


E07 - lundi    07/08/2023 : du col dei Cistri au refuge Pradidali
8 km, D+ 1580m, D- 870m, coeff 1.3 (via ferrata), 30 kme, trace
88uIIC9Fn.DOL2023-E07R-refuge-Pradidali.jpeg

La tente est ensoleillée tôt et je prends le petit-déj au soleil. Départ à 8h15.

88uITEoQB.P8070128.jpeg
Le Cimerlo

D'abord la via ferrata Dino Buzzati : elle est plus courte que je le pensais et finalement beaucoup de marche.
88uITMQDW.P8070129.jpeg
88uIUaXm7.P8070137.jpeg
88uIUzZqu.P8070141.jpeg

88uIUJNVs.P8070144.jpeg
Arrivé au refuge Velo della Madonna à 13h30, je suis obligé d'acheter une bouteille d'eau à 3€ car ils ne veulent pas me donner d'eau du robinet (ça sera la seule fois où j'achèterai de l'eau). C'est une chose qui m'a étonné lors de cette rando, le nombre de gens qui achètent des bouteilles d'eau dans les refuges.

88uIUTWgZ.P8070147.jpeg
Les 2 autres via ferrata, Velo della Madonna et Porton, ne sont pas difficiles. Le plus difficile, ce sont les passages d'éboulis sans câble d'assurance.
88uIV59R1.P8070153.jpeg

88uIVjV1y.P8070157.jpeg
Il ne reste presque plus de pédales en forme de point d'interrogation présentes en 2009, la grande majorité a été remplacé par des barres en U.

88uIVsoL4.P8070159.jpeg
J'arrive à Pradidali à 17h30 ; comme le refuge n'est pas complet et que je n'ai plus d'eau, je prends la demi-pension (62€). On peut choisir son menu au diner (choix entre 3 entrées, 3 plats et 2 desserts) ; j'aurai aussi ce dîner au choix dans les autres refuges.

Je suis dans un dortoir avec une famille de 5 personnes et leur guide Toni. Ils habitent à Clamart et ils ont pris un guide pour 6 jours. Avant le dîner, je lave chaussettes, boxer et chemise.

Au diner, je suis avec un couple du CAF Auvergne. Lui a 68 ans et elle, 65 ans (j'ai oublié de leur demander leurs prénoms). Ils m'apprennent que le jour où j'ai eu 24 heures de pluie, ils arrivaient au refuge Boé et qu'il a neigé le soir et la nuit. Ils ont marché dans la neige le lendemain matin.
Comme moi, ils sont en rando itinérante avec leur tente mais ils portent plus lourd (lui 13 kilos et elle 11 kilos) et n'ont pas l'équipement de via ferrata (mais ce sont des grimpeurs). Ils font aussi de la rando en Europe et ils me déconseillent la via Dinarica pour son ambiance austère et son mauvais balisage.


E08 - mardi    08/08/2023 : du refuge Pradidali à la Casera di Focobon
17 km, D+ 1320m, D- 1720m, coeff 1.2 (passo delle Farangole), 39 kme, trace
88uIINa9I.DOL2023-E08R-Casera-di-Focobon.jpeg

Les ados du couple râlent ce matin car, n'ayant pas de boules Quiès, ils ont très mal dormi à cause des ronflements de leur guide Toni.
Quand je descends au petit-déjeuner à 7h15, le couple d'auvergnat est déjà parti. Je discute avec un couple néerlandais qui font des randos itinérantes de 4 ou 5 jours de refuges en refuges ; ils ont beaucoup aimé la Géorgie et l'hospitalité des géorgiens.

Départ à 8h15. Aujourd'hui, je suis l'AV2 jusqu'au refuge Mulaz.

88uIVKew6.P8080162.jpeg
88uIVVh2A.P8080168.jpeg

Après le refuge Rosetta, je fais une erreur d'itinéraire en commençant la descente dans le Val Comelle avec le sentiero 704 (j'avais prévu de bivouaquer dans ce vallon avec mon itinéraire prévisionnel).
88uIW680x.P8080177.jpeg
Le Val Comelle

Au moins une demi-heure de perdue avec la remontée pour prendre le sentiero 703. Il n'est pas très roulant et il y a même un passage si étroit que je ne passe pas avec le sac sur le dos. Ici, une video de 2019 montrant bien le niveau de difficulté entre Mulaz à Pradidali (donc en sens inverse de ce que j'ai fait) ; le passage étroit est à 9 minutes.

88uIWg65O.P8080183.jpeg
Le Passo delle Farangole (image ci-dessus) est difficile (et un peu plus difficile dans ce sens-là) : éboulis à la montée et itinéraire plus simple à suivre dans l'autre sens. il y a des câbles pour monter et descendre en s'assurant.
88uIWsO3k.P8080184.jpeg


A la descente, en bas de la dernière échelle, il y a un énorme rocher. Je suis passé dessous mais je pense qu'il doit être probablement plus simple de remonter un peu pour contourner ce rocher par la gauche.

88G5VESbt.P8080185_avant_Mulaz.jpeg
Dans le vallon, je vois un groupe de jeunes qui remonte difficilement dans les éboulis pour retrouver le chemin qui mène au refuge Mulaz.

88uIWEgeh.P8080189.jpeg
Je passe près de ce refuge sans m'y arrêter car je veux aller jusqu'à la Casera di Focobon. Je quitte donc l'AV2 pour prendre le sentiero 722.

88uIWZ5Ul.P8080196.jpeg

88uIXcsIr.P8080197.jpeg
J'y arrive à 19h30. La cabane étant sombre et austère, je préfère installer ma tente.
88uIXmF2F.P8080198.jpeg


E09 - mercredi 09/08/2023 : de la Casera di Focobon à Valfredda
14 km, D+ 1000m, D- 790m, coeff 1 , 24 kme, trace
88uIIXh7Z.DOL2023-E09R-Valfreda.jpeg

Comme je m'en doutais, la tente est trempée par la condensation ce matin.
88uIXyvgJ.P8090201.jpeg
Le val di Focobon est magnifique.

Parti à 7h45, j'arrive à la Coop de Falcade à 10h. J'y trouve tout ce que je veux et la caissière me donne accès à un petit local pour que je recharge un peu mon smartphone (je croyais qu'il était déchargé mais, en fait, la luminosité était à zéro donc je ne voyais rien).

88GH8ieNQ.P8090208_grange.jpeg
Falcade est un très beau village

88GHMTQ05.P8090212_Falcade_Alto.jpeg
Je traverse ensuite les hameaux de Falcade Alto et Somor avant de prendre des pistes qui m'emmènent à Malga ai Lach.
Beaucoup de monde dans et autour de cette ferme ; Les gens viennent y passer la journée (bar et restaurant).

J'arrive ensuite à un col qui bascule dans Valfredda.
88uIYxrXe.P8090219.jpeg
Que c'est beau ! il faut maintenant que j'y trouve un endroit où poser la tente.
88uIYLRov.P8090222.jpeg

J'ai beaucoup de mal à trouver un endroit satisfaisant mais je n'ai pas envie d'aller jusqu'au refuge de Fuciade.
Je trouve finalement un beau spot juste avant de rejoindre l'AV2. Il est 18h10 quand je m'arrête.
88uIYUcYn.P8090225.jpeg
Pas de vent et la vue est somptueuse ; je suis heureux smile
(sur une ancienne vidéo, j'ai vu qu'il peut y avoir des chevaux en liberté dans ce secteur mais ils ne sont pas là aujourd'hui)


E10 - jeudi 10/08/2023 : de Valfredda à Ciampac
17 km, D+ 1140m, D- 1140m, coeff 1.1 (pas de la Cirele, hors sentier), 32 kme, trace corrigée
88uIJ5oFv.DOL2023-E10R-Ciampac.jpeg

Il a un peu plu cette nuit. Départ à 8h15 et j'arrive vite à l'alpage de Fuciade.
88uIZ3eP6.P8100230.jpeg

La partie finale de la montée au Pas de le Cirèle, où j'arrive à 11h, est dans les éboulis.
88HqzdisK.P8100232.jpeg
Je suis sur une variante de l'AV2 mais je ne croise que des italiens. Puis c'est la descente dans le Val de Cirèle, où il traîne encore du barbelé et des boites de conserves datant de la première guerre mondiale.
88Hqro3FF.P8100239.jpeg

88Hquuh2i.P8100236.jpeg
Le Val Cirèle

88HqmsTXf.P8100243.jpeg
Le Val Contrin

Vers 2330 m, pour éviter une descente/remontée inutile, je prends le chemin qui part vers l'ouest indiqué sur la cartographie mais c'est plutôt du hors sentier car je ne trouve que des bouts de chemin.
88HqgjtuU.P8100246.jpeg
L'un des moments où l'on retrouve un bout de chemin

88uIZB8Fl.P8100249.jpeg
Après un petit col, le sentier longe une falaise à flanc et nous emmène au refuge du Passo San Nicolo où j'arrive à 13h30.
88uIZV7P1.P8100254.jpeg

En 2009, j'étais arrivé à ce refuge en fin de journée et il n'y avait pratiquement personne. Là, c'est pas la même chanson, il y a beaucoup de monde et je me mets à l'écart pour déjeuner. Le point d'eau sur un mur extérieur du refuge (voir récit de 2009) n'existe plus ; je n'ose pas demander de l'eau dans le refuge car j'ai peur que ce refuge soit devenu commercial comme Velo della Madonna ; je préfère rester sur ma bonne impression de 2009.

88uIZOB7k.P8100253.jpeg
Le Monte Colac où se trouve la via ferrata que je ferai demain

88uJ0kfWY.P8100262.jpeg
Je prends ensuite le chemin de crête pour aller à Ciampac où j'arrive vers 16h. Dans la descente vers Ciampac, je fais le plein d'eau dans un torrent. Ciampac, c'est un bel alpage où il y a beaucoup de monde car les gens y montent facilement avec le téléphérique. Il y a des jeux pour les enfants. Je fais une pause dans l'un des restau pour y manger un plat de pâtes.
88uJ0bMQL.P8100260.jpeg

Ensuite, je cherche mon spot de bivouac et je le trouve pas loin du départ de la via ferrata dei Finanzieri que je ferai demain matin. Ce soir, je ressens un peu de fatigue et je pense raccourcir mon itinéraire prévisionnel des prochains jours afin d'effacer cette fatigue.
88uJ0r4Jw.P8100266.jpeg


E11 - vendredi 11/08/2023 : de Ciampac à Lorenz
12 km, D+ 1340m, D- 1840m, coeff 1.3 (via ferrata), 37 kme, trace
88uIJcoLO.DOL2023-E11R-Lorenz.jpeg

Beaucoup de condensation ce matin mais c'est normal vu l'endroit où j'ai bivouaqué. Départ à 7h ; je monte en polaire car la via ferrata dei Finanzieri est encore à l'ombre ; ce n'est pas une voie historique, elle a été faite en 1980 à l'initiative de l'école alpine de la garde des finances (d'où son nom). Elle me semble plus difficile qu'en 2009 mais, en réfléchissant, c'est normal : en 2009, je l'avais faite en fin de rando (le 23ème jour) et en sac léger vu que je repassais ensuite au refuge du Passo San Nicolo où j'avais dormi la veille.

Je retrouve donc ce très long passage vertical qui m'avait impressionné. En 2009, j'avais mis 5h30 pour faire la boucle depuis le Passo San Nicolo. Là, il m'a fallu 5h pour ne faire que la via ferrata ; mon rythme est 2 fois plus lent ! Je suis fatigué et je n'ai plus d'eau.

88uJ0HkaX.P8110277.jpeg
La Marmolada, que j'ai volontairement évité

88uJ0OVlh.P8110278.jpeg
Le Piz Boé, où j'irai demain

88uJ0X4Ln.P8110280.jpeg
Le sommet du Monte Colac (je n'ai fait aucune photo pendant la via ferrata, ça montre bien mon état de fatigue)

J'avais prévu de redescendre dans le Val Contrin mais le sentier est technique. Vu ma fatigue, je préfère remonter à la forcia Neigra et descendre par Ciampac, ça sera plus facile.

A 13h30, je suis à nouveau à Ciampac. Je fais une longue pause pour manger, me reposer et faire sécher la tente.
Il est maintenant clair que je vais alléger mon programme et faire beaucoup moins de via ferrata que prévu.

La descente vers Pénia est agréable, en grande partie en sous-bois (là encore, je n'ai fait aucune photo).
A Pénia, je me ravitaille à l'alimentari (épicerie) et je fais le plein d'eau. Après avoir mangé les produits frais, je repars vers 18h45. Je ne sais pas trop où je vais bivouaquer.

88uJ1gEgY.P8110282.jpeg
Finalement, je m'installe au bord de la piste qui monte à Lorenz. L'endroit est plat mais dans des herbes hautes. Soirée avec des chants tyroliens car il y a un restaurant en plein air dans la vallée.

Je me rendrai compte en me couchant que ces herbes hautes cachaient une pierre mais elle n'est pas très gênante pour dormir. Si j'avais continué, à un peu plus d'un kilomètre, j'aurais trouvé un endroit plat au bord de la piste qui aurait fait un bien meilleur bivouac.


E12 - samedi 12/08/2023 : de Lorenz au refuge Pisciadu
16 km, D+ 1700m, D- 700m, coeff 1.1 (forcella Pordoi, vallon Pisciadu), 35 kme, trace
88uIJoWyy.DOL2023-E12R-refuge-Pisciadu.jpeg

Départ à 8h. Inutile de se charger en eau, il y en a à plusieurs endroits jusqu'au Passo Pordoi : fontaine à Lorenz puis sur la piste, WC du téléphérique et petit torrent avant le Passo Pordoi.

88uJ1oTmA.P8120283.jpeg
Lorenz

88uJ1DQAl.P8120288.jpeg
Un autre endroit où le bivouac semble possible (

88uJ1Pt38.P8120289.jpeg
Chemin très agréable jusqu'au funiculaire. Je pensais n'y voir personne mais je croise un randonneur itinérant.

Comme je m'en doutais, il y a beaucoup de monde à partir du Passo Pordoi (Tous les randonneurs à la journée + ceux de l'AV2 et ceux du Traumpfpad, le "Chemin de rêve" de Munich à Venise) mais les paysages lunaires du Piz Boé sont incontournables ! Mais bon, j'étais prévenu car c'était déjà le cas en 2009.
88uJ25dCT.P8120305.jpeg

88uJ1X6sU.P8120303.jpeg
Le refuge Boé dans toute sa minéralité !

Je loupe la bifurcation pour aller au refuge Pisciadu (pas vu de panneau) alors j'arrive au col "Sela de Pisciadu" ; pas grave, le vallon Pisciadu mène aussi au refuge.

88uJ2dyT6.P8120309.jpeg
Début de descente au choix : avec un câble à droite ou à gauche, mais j'opte finalement pour une descente en désescalade au centre. Indigestion de câbles ? Un peu avant, j'ai même évité le "sentier attrezzato" qui contourne l'Antersass. Et je ne suis pas passé par la difficile via ferrata "Cesare Piazzetta" qui était sur mon itinéraire prévisionnel.

Ensuite, le sentier continue dans des éboulis où je ne suis pas bien à l'aise. Dans la descente, je fais fuir des chamois (ce vallon étant moins pratiqué que l'autre sentier, on y a plus de chance d'y voir des chamois). En fin de descente, je me retourne et je vois un trailer qui coure comme s'il était sur une piste d'athlétisme. Je suis admiratif et je ne peux m'empêcher de l'applaudir quand il me dépasse.

88uJ2D4vw.P8130313.jpeg
Les 2 itinéraires : à gauche, celui habituel et, à droite, le vallon Pisciadu

88uJ2lu7l.P8120310.jpeg
J'arrive au refuge à 17h et je prends la demi-pension (chère : 70€ pour la 1/2 pension et 4,80€ pour une petite bière). Il y a une fontaine à l'extérieur du refuge. Le dîner est à 19h et j'en profite pour laver quelques vêtements et les faire sécher sur l'étendoir près du poêle.
Je suis le seul français ce soir et ça doit être rare que des français dorment à Pisciadu car, quand je demande pour quelle raison ils ne notent pas mon nom, la dame me répond : inutile, tu es "le français".
Nuitée dans un grand dortoir d'environ 20 lits.


E13 - dimanche 13/08/2023 : du refuge Pisciadu à La Villa
16 km, D+ 960m, D- 2000m, coeff 1.1 (Val Setus), 33 kme, trace
88uIJxMac.DOL2023-E13R-La-Villa.jpeg

Petit-déj un peu léger mais j'ai la chance que mes voisins de table milanais mangent peu, ce qui me donne double ration. Comme en 2009, je n'apprécie pas ce refuge.

Départ à 8h. Je commence à descendre vers la via ferrata Brigata Tridentina mais je vois 3 gars qui viennent de la finir ; ça va être galère de la descendre s'il y a déjà du monde dans la via ferrata alors je remonte vers le refuge pour un nouveau départ à 8h30 en descendant le Val Setus. Il a aussi des passages câblés.
88uJ2Lalx.P8130319.jpeg

Aujourd'hui, je suis sur l'AV2 et le Traumpfad (itinéraire de Munich à Venise) jusqu'à la forcella Ciampei donc je vais croiser beaucoup de randonneurs jusqu'à ce col. Après la forcella Ciampei, ça sera la liaison nord entre les 2 altas vias et je rejoindrai l'AV1 demain vers le refuge Fanès.

88uJ2Uw88.P8130322.jpeg
J'arrive à 10h30 au passo Gardena où il y a foule.

88uJ3621O.P8130324.jpeg

88uJ3eX3p.P8130328.jpeg
A midi, je passe près du lac Crespeina ; il est interdit de camper dans ce secteur. Je reprends de l'eau dans un ruisseau qui descend vers le lac et je donne de l'eau à des randonneurs italiens qui ne peuvent pas remplir leur gourde inox dans ce ruisseau.

88uJ3qkGH.P8130330.jpeg
Et je perds à nouveau du temps et de l'énergie en commençant la descente vers Calfosch au lieu de me diriger vers le Sassongher ; en fait, je n'étudie pas assez l'itinéraire du jour avant de partir le matin.

88KDUGJEu.P8130336_monte_Sassongher.jpeg
Je reprends de l'eau au cours de la montée vers le Sassongher. Le bouchon de la bouteille de Cristalline se détache et c'est donc moins facile de la fermer ; ça ne m'étonne pas, j'avais des doutes sur la fiabilité à long terme de ce système de fermeture mais je voulais essayer.

88uJ3ImUi.P8130337.jpeg
Je m'arrête pour déjeuner au début de la descente après le Sassongher, à l'ombre d'un énorme rocher ; il fait très chaud. Un couple alsacien arrive avec un chien. Une aubaine pour moi qui est en manque de temps de parole. Je leur tiens la jambe au moins 20 minutes ! Il sont en van aménagé et font des randos à la journée ; tous les 2 ou 3 jours, ils se déplacent sur un autre site.

88uJ42gxp.P8130341.jpeg
Je fais le plein d'eau dans un ruisseau avant La Villa car je voudrais bivouaquer avant ce village ; il est 17h et je n'ai pas envie de finir l'étape tard. Pas facile de trouver un petit coin plat dans ce secteur mais je finis par trouver un endroit acceptable.
88uJ4grhu.P8130344.jpeg

Quelques gouttes de pluie en fin de journée avec de gros nuages noirs et un bel arc-en-ciel dans la vallée smile


E14 - lundi 14/08/2023 : de La Villa au lac Lagazuoi
23 km, D+ 1770m, D- 1130m, coeff 1 , 41 kme, trace
88uIJFT6R.DOL2023-E14R-lac-Lagazuoi.jpeg

L'objectif du jour est d'arriver au lac Lagazuoi qui m'a l'air d'être un bel endroit de bivouac.
Ce matin, à la lumière du soleil, je m'aperçois que j'ai 2 minuscules trous dans l'Hexamid (vraiment minuscules car je n'arriverai pas à les retrouver les jours suivants) ; je mets un peu de sparadrap. Départ à 7h50.

88uJ4qyhf.P8140346.jpeg
Quelle chance d'habiter là !

Je me ravitaille au Despar et, comme d'habitude, je mange l'essentiel des produits frais avant de repartir. Je sors de La Villa à 10h.
88uJ4BOLY.P8140349.jpeg
Je croise des gens qui se promènent à la journée jusqu'au moment où je prends le chemin de la forcella de Medesc.
88uJ4LXML.P8140352.jpeg
J'arrive à ce col à 12h30.

Mon itinéraire prévisionnel passait par les pics de Lavarela et le vallon des Cunturines mais il me semble plus raisonnable de passer par Fanès afin d'arriver pas trop tard ce soir au lac Lagazuoi : j'aurai un plus grand kilométrage mais des chemins plus roulants.

88uJ4UtDx.P8140354.jpeg

88uJ56uX2.P8140358.jpeg

Je rejoins l'AV1 un peu au-dessus du refuge Fanès, il est 15h20. Donc fin de la liaison nord entre les 2 altas vias smile

88uJ5fo9g.P8140365.jpeg
Ensuite, c'est une piste roulante jusqu'au croisement où l'on prend le sentier vers la forcella di Lago. Il est 17h. Il y a un couple de jeunes qui hésite à monter. Est-ce parce qu'il pleut un peu ?
88uJ5olT8.P8140370.jpeg
En me voyant monter vers le col, ils décident de me suivre.

88uJ5A643.P8140374.jpeg

88uJ5LCpB.P8140378.jpeg
La descente vers le lac est très aménagée afin de limiter l'érosion sur ce sentier très fréquenté par les randonneurs et les ferratistes.

88uJ5WjJy.P8140380.jpeg
A 18h30, je suis au lac et je m'installe sur un bel endroit de bivouac un peu avant le lac.

Nous sommes 5 ou 6 à bivouaquer par ici ce soir. Et certains se baignent dans le lac dont le jeune couple (ils sont tchèques).
Ils ont installé leur tente près du lac mais l'endroit est en pente ; je ne sais pas comment ils font pour dormir dans ces conditions là ; pour moi, ça serait la garantie d'une mauvaise nuit.

Après coup (cf. ma déception au Lago Coldai à l'étape 20), je pense qu'il faut arriver tard dans ce genre d'endroit (beau lac sur l'Alta via 1 avec un accès facile pour les randonneurs à la journée) pour en profiter agréablement.


E15 - mardi 15/08/2023 : du lac Lagazuoi à malga Travenanzes
8 km, D+ 400m, D- 620m, coeff 1 , 13 kme, trace
88uIJP7Bt.DOL2023-E15R-malga-Travenanzes.jpeg

Beaucoup de condensation cette nuit alors que la nuit précédente, je n'en avais pas eu. Quand je pars à 8h30, le couple tchèque secoue sa tente qui doit être trempée. J'ai prévu une petite journée aujourd'hui pour plusieurs raisons : j'ai envie de me reposer et laver mes vêtements plutôt que de faire la via ferrata Tomaselli et les galeries souterraines du Castelletto ; les prévisions météo ne sont pas bonnes ; et j'ai envie de bivouaquer dans ce bel alpage enserré dans les montagnes. Ici, l'itinéraire prévisionnel ambitieux pour ceux que cela intéresse.

88uJ65fHh.P8150383.jpeg
Là-haut se trouve la via ferrata Tomaselli

En début de journée, je croise des trailers et des ferratistes. A partir de la forcella Lagazuoi, que des randonneurs à la journée sauf un néerlandais un peu perdu qui est descendu dans le Val Travenanzes alors qu'il veut aller au refuge Dibona.

88uJ6bqi1.P8150386.jpeg
Tofana di Rozes

88uJ6kKkM.P8150391.jpeg
Le Val Travenanzes (on voit l'alpage : endroit vert clair sur l'image)

J'arrive à malga Travenanzes vers midi ; ça doit être un endroit habituel de bivouac vu la panneau qui demande de ne pas laisser de déchets. Il y a une table avec des bancs et une fontaine mais l'eau ne coule pas ; je bois donc l'eau de la rivière.

En début d'après-midi, le temps tourne à l'orage ; ça gronde aux alentours et le ciel s'obscurcit. A 14h30, la pluie commence comme prévu et je m'abrite sous la terrasse de la cabane (c'est un chalet privé donc fermé).

Le problème du jour, c'est mon bâton : la partie haute est bloquée ; ça va pour marcher et monter la tente mais le bâton va dépasser du sac en via ferrata. A ce moment, j'ai dans l'idée de demander demain au refuge Giussani s'ils peuvent me vendre ou me donner un bâton oublié (les randonneurs oublient tellement de choses dans les refuges) mais finalement, je garderai mon bâton jusqu'à la fin.

Cette après-midi de repos est très agréable ; la pluie tombe par intermittence. Je réfléchis à la suite de la rando : je ne sais pas ce que je ferai les prochains jours (je suis vraiment libéré de mon itinéraire prévisionnel) mais je sais que je serai à Zuel samedi car le supermarché est fermé le dimanche.

88uJ6uWXl.P8150394.jpeg

88uJ6Gah9.P8150395.jpeg
A 18h, la pluie s'intensifie puis ce sont des petits grêlons (rien à voir avec les grêlons de la taille de balles de golf qu'on a eu l'année dernière dans le Pilat). Heureusement, j'avais prévu le coup et la tente était montée dès 17h. Puis c'est devenu plus violent avec un vent très fort ; la tente est bien secouée. je profite d'une accalmie pour sortir vérifier les ancrages ; ils sont tous bons smile

Plus tard, un vacarme assourdissant me pousse à ressortir de la tente malgré la pluie ; sur la falaise où se trouve la via ferrata Sara del Minighel, il y a maintenant 3 cascades alors qu'il n'y en avait aucune ce matin. Et celle de droite coule peut-être à l'endroit de la via ferrata.

88uJ6LMNF.P8150397.jpeg


E16 - mercredi 16/08/2023 : de malga Travenanzes au col Tondo
17 km, D+ 1190m, D- 1730m, coeff 1.2 (via ferrata), 38 kme, trace
88uIJXU8s.DOL2023-E16R-col-Tondo.jpeg

Départ à 8h. La tente est trempée et le duvet humide. Ce matin, il n'y a plus qu'une cascade.
88uJ6U6bA.P8160398.jpeg

88uJ73akz.P8160399.jpeg
Au revoir, val Travenanzes (la cabane est visible sur l'image)

Quand j'arrive au pied de la via ferrata, il y a 2 gars qui viennent de la descendre ; ils me demandent si j'ai l'équipement de via ferrata ; eux l'ont descendu sans et réalisent que c'était risqué. Cette via ferrata, c'est 5 sections d'environ 20 mètres verticaux avec une vire entre chaque section. Ici, une vidéo trouvée sur Youtube pour mieux apprécier l'ambiance.

88uJ7flVQ.P8160400.jpeg
Sara del Minighel, en ladin (ou Scala del Minighel)

Je reprends de l'eau en montant vers le refuge Giussani. Il reste encore des barbelés datant de la première guerre mondiale.
88WkgMNLy.P8160407_barbels.jpeg

88uJ7oO4i.P8160403.jpeg
A certains endroits, il reste encore quelques grêlons d'hier soir ; ça a du être bien plus violent par ici que là où j'ai bivouaqué. Et cela se confirme un peu plus loin car 2 ouvriers refont le chemin qui a été démoli par une coulée de boue et de pierres.

Je passe près du refuge Giussani à 10h30 sans m'y arrêter.
88WkkYyEi.P8160410_Giussani.jpeg
Ensuite, descente tranquille jusqu'au sentiero attrezzato Astaldi. En 2009, j'avais bien aimé ce sentier Astaldi très coloré et j'ai envie de le refaire. Ici, une vidéo trouvée sur Youtube pour mieux apprécier l'ambiance ; j'ai choisi une vidéo de 2023 car il m'a semblé un peu plus difficile qu'en 2009.

88uJ7CFgw.P8160415.jpeg

88uJ7OlNN.P8160417.jpeg

Après le refuge Duca d'Aosta, je prends le sentier balcon 405 dei Camosci (sentier des chamois) ; à un moment, il n'est plus bien tracé dans les éboulis.

88uJ7WWEm.P8160425.jpeg
Ensuite, descente tranquille jusqu'à Cortina où je fais le plein d'eau à une fontaine car je sais qu'il n'y a pas d'eau au col Tondo où j'ai prévu de m'arrêter. J'arrive à l'alimentari à 15h30 ; j'avais noté que c'était son horaire d'ouverture l'après-midi mais, pendant l'été, elle ne ferme pas durant midi. Ravitaillement habituel avec cette fois, un gros morceau de saucisson maigre, qui se révèlera délicieux ! Cette épicerie étant sur une route principale, je m'en éloigne pour trouver un endroit calme et moins pollué pour manger.

Ensuite, je monte jusqu'au col Tondo où je trouve un bel endroit de bivouac.
88uJ8mLLp.P8160433.jpeg
Ses deux remontées mécaniques étant déficitaires, elles ont été fermées en 2017.

88uJ8zQED.P8160436.jpeg
Il est encore tôt, 17h20, mais je monte la tente pour qu'elle sèche. Les prévisions météo annoncent de la pluie à partir de 19h mais le ciel restera bleu et je n'aurai pas de pluie ce soir. Demain, la pluie est annoncée à partir de 13h.


E17 - jeudi 17/08/2023 : du col Tondo au refuge Croda da Lago
20 km, D+ 1330m, D- 720m, coeff 1 , 33 kme, trace corrigée
88uIK7x1K.DOL2023-E17R-refuge-Croda-da-L.jpeg

88uJ8FUIU.P8170437.jpeg
Ce matin, je vérifie sur Meteoblue les prévisions météo ; la pluie est annoncée à partir de l'après-midi. Le beau temps toute la journée n'est prévu qu'à partir de samedi. Je renonce à aller faire la longue via ferrata Ivano Dibona (aucune envie de prendre le risque d'un orage avec toute la ferraille d'une via ferrata autour de moi) et je décide finalement d'écourter de plusieurs jours mon itinéraire (Ici, l'itinéraire prévisionnel de 4 jours qui traversait les massifs du Cristallo et du Sorapis).

J'irai directement à Zuel ; je n'ai pas la carte ni la trace GPS mais les sentiers italiens sont bons et bien définis (panneaux indicateurs et numérotation) ; en fait, ils sont plus faciles à suivre qu'en France grâce à ce système de numérotation. Et, en général, les cabanes et bivaccos sont en bien meilleur état en Italie par rapport à la France. Et, effectivement, il n'a pas été difficile de s'orienter lors de cette étape.

Départ à 8h ; étonnamment je n'ai pas eu de condensation cette nuit.
88uJ8NRXK.P8170440.jpeg

88uJ97V2o.P8170452.jpeg
Je passe devant le chemin de la via ferrata "Sci club 18" dont je n'avais jamais entendu parler (via ferrata difficile ouverte en 2009).

88uJ9oLWq.P8170454.jpeg
Sentiers tranquilles en sous-bois jusqu'à Zuel où j'achète des produits frais à l'Eurospin (ce magasin aussi ne ferme pas durant midi pendant l'été).

88uJ9HVNM.P8170459.jpeg
Le tremplin de saut à ski de Zuel utilisé lors des JO d'hiver 1956.

Quand je repars à 13h, le tonnerre gronde. Je ne regrette pas d'avoir choisi de passer par les gorges de Federa car elles valent le détour.
890yN1mMO.P8170463_gorges_Federa.jpeg

88uJ9UXsx.P8170477.jpeg
Quand je sors du petit passage attrezzato (qui peut être évité), la pluie commence à tomber. Je mets le poncho et, à partir de là, je ne croise pratiquement plus personne ; je comprends pourquoi en arrivant à Malga Federa où il y a beaucoup de monde : les randonneurs peuvent redescendre en vallée par une piste, à pieds ou avec un taxi navette 4x4.

88uJa52XE.P8170489.jpeg
Le temps est orageux ; je compte les secondes entre l'éclair et le tonnerre ; le minimum est de 2 secondes (l'éclair a donc frappé à environ 700m). Dans le Val Travenanzes, le minimum était de 4 secondes. J'arrive trempé au refuge Croda da Lago vers 17h ; il tombe des cordes. le porche d'entrée est encombré de gens qui attendent une accalmie. Un peu avant, quand je suis passé à Malga Federa, il y avait un groupe d'une trentaines d'italiens qui attendaient dehors (probablement le taxi navette).

88uJa9ZHf.P8170491.jpeg

88uJahMur.P8170493.jpeg
J'avais prévu de bivouaquer dans les alentours du lac mais, vu le temps, je prends la demi-pension au refuge. Je suis dans un dortoir de 6 lits avec un groupe de 5 jeunes allemands (3 filles et 2 garçons) ; gentiment, ils me laissent une couchette du bas.

Au dîner, il y a une française à ma table, Pauline Magdeleinat (nous sommes les 2 seuls français). Elle est photographe ; elle est montée au refuge pour 2 jours - environ 1.100 m de montée - en portant 20 kilos (essentiellement son matériel photo). Au cours du dîner, elle nous fait une démonstration de son Rolleiflex ; et elle a aussi un Nikon FM3A, un des derniers appareils argentiques de Nikon. Ses photos sont visibles sur Instagram.


E18 - vendredi 18/08/2023 : du refuge Croda da Lago au refuge Venezia
13 km, D+ 1010m, D- 1100m, coeff 1.1 (Val d'Arcia), 27 kme, trace
88uIKin0j.DOL2023-E18R-refuge-Venezia.jpeg

Dans le dortoir, les jeunes allemands se lavent les dents et se crèment dès le lever. Leurs sacs sont plus lourds que le mien.

88uJapezv.P8180494.jpeg
Le petit-déjeuner est sous forme de buffet avec thé/café à volonté ; c'est le meilleur petit-déj de tous les refuges que j'ai fait.

89162ZMxf.P8180495_lago_Federa.jpeg
Lago Federa (je regrette de n'avoir pas pris le temps d'en faire le tour)

Départ à 8h ; les allemands me doublent après le premier col. Mon étape d'aujourd'hui est courte, la seule difficulté est la forcella d'Arcia dont j'avais sous-estimé la difficulté en 2009. Mais, étant averti, cet itinéraire m'a semblé plus facile qu'à l'époque.

En cours de route, je croise un impressionnant groupe de 65 jeunes italiens !

88uJaPECL.P8180509.jpeg
Le refuge Citta di Fiume et le Pelmo

Je passe près du refuge Citta di Fiume vers 10h. Là, je me trompe de chemin en prenant la direction du refuge Venezia via le passo Staulanza ; je reviens donc sur mes pas pour prendre le sentier 480 car je veux aller au refuge Venezia en passant par la forcella d'Arcia. Cet itinéraire n'est pas facile et c'est une bonne mise en jambes en vue du Pelmo demain.

88uJbgrWQ.P8180515.jpeg
passage équipé du sentier 480 Flaibani

88uJbofty.P8180517.jpeg
Replat avant la dernière montée à flanc vers la forcella d'Arcia. On voit le refuge Citta di Fiume au centre de l'image

88uJbyrQi.P8180520.jpeg

88uJbIl9G.P8180527.jpeg
Descente vers le refuge Venezia
88uJbTEf9.P8180535.jpeg

Je passe au col à 12h40 et j'arrive au refuge vers 14h où je prends la demi-pension en espérant trouver des compagnons d'ascension. Comme j'ai dit que je voulais faire l'ascension du Pelmo demain, je suis dans une chambre avec 2 italiens qui feront aussi cette ascension demain. Je leur demande si je peux venir avec eux. L'un des deux, Piero, est d'accord et enthousiaste mais Giancarlo semble beaucoup moins favorable. A priori, c'est lui le meneur vu tout le matériel d'alpi qu'il prépare pendant que Piero fait la sieste.
Comme il n'a pas la trace sur son GPS Garmin, je lui transfère ma trace prévisionnelle en mode bluetooth.

Malgré ça, Giancarlo fait toujours mine de m'ignorer ; je lui demande donc directement si je peux faire l'ascension avec eux et il me répond "de toutes façons, tout le monde partira ensemble demain matin" ; ça veut tout dire et il est clair qu'il doute de ma capacité à les suivre ; je le comprends : il a envie de passer une bonne journée avec son pote sans devoir traîner un boulet toute la journée.

Je prends une douche chaude, c'est ma première douche depuis le début de la rando. Et je lave mes sous-vêtements.
Au refuge Croda da Lago, il y avait une majorité d'allemands mais à Venezia, il y a surtout des italiens ; normal, vu que ce refuge n'est pas sur l'alta via 1.

Au dîner ce soir, 2 choses désagréables : on m'a installé seul à une table (je déteste manger seul) et je n'ai pas pu échapper à la polenta ; mais le premier plat de pâte était largement suffisant pour me rassasier et tout est bon (pâtes / oeufs au plat / speck / betteraves, et strudel en dessert).
Mes deux compagnons de chambrée ne m'invitent pas à leur table et je n'ose pas m'incruster. Alors je remonte dans la chambre chercher mes mots croisés pour me tenir compagnie pendant le repas.

88uJc1cPV.P8180538.jpeg
La Civetta


E19 - samedi 19/08/2023 : Ascension du Pelmo puis du refuge Venezia à Coi
A/R Pelmo : 10 km, D+ 1350m, D- 1350m, coeff 1.3 , 32 kme, trace OSM
Descente vers Coi : 5 km, D+ 120m, D- 450m, coeff 1 , 7 kme, trace
88uIKtucC.DOL2023-E19-Monte-Pelmo-Coi.jpeg

Petit-déj à partir de 5h pour ceux qui montent au Pelmo. On part à 6h avec une vingtaine de personnes dont un groupe d'une douzaine mené par un "guide". On voit les frontales des groupes partis avant nous mais il y a déjà suffisamment de clarté et nous n'avons pas besoin de nos frontales. Pour cette ascension, on ne peut pas laisser des affaires dans les dortoirs mais on peut les déposer dans l'armoire du porche d'entrée. J'y mets mon duvet et matelas, 2 items encombrants, afin d'avoir un sac plus léger et moins volumineux.

On dépasse le groupe avec guide mais on est obligé de commencer l'escalade plus tôt que nécessaire vu que je vois le groupe continuer à progresser sur le sentier au même niveau que nous. Piero commence à grimper ; j'attends qu'il soit suffisamment avancé pour démarrer. Giancarlo attend puis démarre bien après pour nous rejoindre. Après coup, je pense qu'il a volontairement quitter le sentier pour me tester pour voir en escalade. Il est visiblement rassuré car son attitude envers moi est, après ça, bien plus sympa. Ils marchent bien, évidemment plus vite que mon rythme habituel mais je me suis préparé à ça et, grâce à mes 18 jours d'entraînement,  je n'ai pas de mal à les suivre.

88uJcapJH.P8190543.jpeg
La Cengia di Ball est impressionnante mais n'est pas plus difficile que certains passages déjà faits lors des jours précédents.
88uJcuSZg.P8190552.jpeg
Mon bâton qui ne se replie pas complètement me gêne à 2 endroits de la Cengia di Ball

88uJcAV4k.P8190557.jpeg
Vu notre rythme, on dépasse des randonneurs tout au long de l'ascension. On laisse nos bâtons un peu avant le sommet et on les reprendra à la descente.

88uJcLlua.P8190563.jpeg
Sommet en vue smile

88uJcUq2b.P8190564.jpeg
On arrive au sommet vers 9h, donc 3h pour l'ascension qui est donnée pour 5h. On reste au sommet une demi-heure, le temps de manger, profiter de la vue et prendre des photos.

On commence donc la descente vers 9h30 ; je descends un peu moins vite qu'eux au départ et ils doivent parfois m'attendre quelques minutes ; mais en fin de descente, j'arrive à suivre leur rythme. Au cours de la descente, Giancarlo et Piero sermonnent ceux qui ne portent pas leur casque.
88uJd8dzM.P8190575.jpeg
Descente par le même itinéraire que l'aller, donc à nouveau la Cengia di Ball.

Nous sommes de retour au refuge Venezia à midi. Donc 6h au total pour un itinéraire couramment donné pour 9h smile

Je leur paie un pot au refuge pour les remercier ; il est clair que j'aurais mis au moins une heure de plus si j'avais fait seul cette ascension. Je note leurs adresses mail pour leur envoyer les photos de cette belle matinée. Heureusement que je me suis pris une fois en photo car je n'ai jamais reçu leurs photos.

A 13h, ils repartent à Palafavera pour récupérer leur voiture ; moi, je reste encore un peu pour me reposer, refaire mon sac et finir de faire sécher ma chemise au soleil. Mon programme de l'après-midi est de trouver dès que possible un endroit de bivouac avec un point d'eau. Après 2 jours en refuge, j'ai envie de tranquillité ; seul souci, j'ai fini mes mots croisés hier soir ; j'aurais du prendre plus de grilles... Programme des jours suivants : aller tranquillement au lago Coldai demain et faire l'ascension de la Civetta le surlendemain.

Je quitte le refuge Venezia à 13h30. Je pars en direction de Pecol car je n'ai pas envie de retrouver vite l'alta via 1 en allant à Palafavera. En allant vers Pecol, je sais que je ne croiserai que des italiens.

Je ne trouve malheureusement pas un endroit de bivouac qui me convient ; il y a quelques endroits plats mais pas d'eau. Il faut que je descende jusqu'à une piste qui mène à Coi pour trouver une fontaine et je me contenterai d'un espace assez plat près de la fontaine malgré qu'il soit près de la piste.

Il est un peu plus de 15 heures quand j'y arrive et j'ai donc encore beaucoup de temps pour me reposer tranquillement au soleil. Un petit regret : ne pas avoir visité Coi avant de me poser.
J'en profite pour vérifier l'état de mes chaussures ;
pour la droite, la semelle est usée au niveau du talon :
892G7SYGJ.P8190584_chaussure_gauche.s.jpeg

pour la gauche, côté intérieur, le cuir est ouvert sur environ 3cm au niveau du coup de pied mais le tissu intérieur est intact :
88uJdnalY.P8190583.s.jpeg
Donc, rien de bien gênant.

Je suis à 1620 m ; des italiens partent de Coi pour monter au refuge Venezia car c'est plus tranquille que de démarrer à Palafavera.
88uJdxcPw.P8190585.jpeg
Etant près d'une piste, je monte la tente assez tard ; mais il passe très peu de personnes sur cette piste.
Lorsque je veux me laver, je m'aperçois que j'ai du laisser mon gant de toilette au refuge alors j'utilise mon mouchoir en tissu à la place.


E20 - dimanche 20/08/2023 : de Coi à Vazzoler
20 km, D+ 1180m, D- 1060m, coeff 1 , 33 kme, trace
88uIKJOZu.DOL2023-E20R-avant-Vazzoler.jpeg

En fin de nuit, 2 gars passent ; ils marchent à la frontale et montent vers le refuge Venezia. Ils feront probablement l'ascension du Pelmo aujourd'hui.
88uJdCfQY.P8200588.jpeg
Départ vers 7h45. Il fait bon et je n'ai pas eu de condensation cette nuit. Il y a des petits torrents dans la descente vers Mareson. Au laghetto, il y a un groupe avec 3 tentes, c'est un endroit de bivouac habituel. Ils ont fait un feu de camp.

J'arrive à Mareson à 8h15. Il y a un grand marché qui occupe toute la rue du centre ville qui est donc piétonne ce matin. Ce sont surtout des marchands de vêtements et de linge de maison (mais aucun ne vend de gant de toilette), peu de nourriture.
88uJdLndk.P8200593.s.jpeg

Je me ravitaille au Conad ; tout est bon sauf un gros saucisson qui se révèlera mauvais car beaucoup trop gras ; ça m'apprendra : il faut pouvoir s'assurer de la qualité quand on prend une grosse quantité ; pour ce cas-là, j'aurais du prendre de la charcuterie à la coupe. Au final, j'en ai jeté les trois-quarts par petits morceaux au fur et à mesure de mon avancée.

En repartant, je passe devant un panneau lumineux indiquant l'heure et la température : il est 10h15 et il fait déjà 32°C (je suis à 1.380m d'altitude). Comme j'ai prévu de m'arrêter au lago Coldai, je n'ai plus que 6 km à faire. Je choisis donc un itinéraire qui n'est pas le plus direct. Je prends d'abord le sentier "Tap da le parole", où il y a une gravure rupestre datant de l'époque romaine (mais je ne la vois pas) avant de rejoindre l'altaz via 1.

88uJdYSUC.P8200599.jpeg
Je regarde tellement mes es pieds dans la forte montée dans la hêtraie que je ne vois pas l'énorme tronc d'arbre qui passe au-dessus du sentier et je m'y cogne la tête.

88uJebYO1.P8200602.jpeg
Falaise avec des voies d'escalade

88uJemLsE.P8200605.jpeg
Le Pelmo, toujours aussi omniprésent (comment peut-on résister à l'envie d'y monter quand on aime la montagne et qu'on n'a pas le vertige ?)

88uJewZGf.P8200607.jpeg
En vue du refuge Coldai, je préfère l'éviter car il y a beaucoup de monde et je monte directement vers le lac. C'était une erreur, j'aurais du y faire le plein d'eau car je n'en ai presque plus et le ruisseau au-dessus du refuge se révèlera à sec (probablement à cause du captage d'eaui pour le refuge).

88uJeH6WB.P8200608.jpeg
J'arrive au lac à 13h15. Le site est beau mais il y a beaucoup de monde (normal pour un dimanche au mois d'août, il aurait fallu que j'y arrive hier soir), on se croirait en bord en mer avec ces gens en maillot de bain.
895qyhnMv.P8200611_lago_Coldai.jpeg
Il n'y a pas un poil d'ombre et je n'ai pas d'eau. Je ne me vois pas du tout passer l'après-midi ici et la décision est vite prise : comme il est trop tard pour aller à Vazzoler via la Civetta alors je continue sur le sentiero 560, où passent aussi l'alta via 1 et le Traumpfad, l'itinéraire Munich-Venise.

895qPscZx.P8200613_refuge_Tiss.jpeg
Là-haut se trouve le refuge Tissi mais il n'est pas nécessaire d'y passer

895ri8TYb.P8200614_lac_Alleghe.jpeg
Le lac d'Alleghe (où passe l'itinéraire Munich-Venise)

88uJeRVN8.P8200620.jpeg

88uJf3zRJ.P8200621.jpeg
Je ne retrouve de l'eau que dans le ruisseau du Plan della Lora où je fais le plein d'eau car je veux bivouaquer avant Vazzoler.

88uJfshmb.P8200629.jpeg
Je trouve finalement mon endroit de bivouac juste avant d'arriver au refuge Vazzoler.
895rviu7K.P8200626_Torre_Venezia.jpeg
La Torre Venezia n'est pas loin


E21 - lundi 21/08/2023 : de Vazzoler à la baita Angelini
18 km, D+ 1140m, D- 1190m, coeff 1.1 , 34 kme, trace
88uIKSdgg.DOL2023-E21R-baita-Angelini.jpeg

Départ à 7h10, j'étais à moins de 5 minutes de Vazzoler ; je ne m'y arrête pas.

88uJfG2M0.P8210636.jpeg
Le Vant delle Nevere qui faisait partie de mon itinéraire prévisionnel mais, dans ma tête, je ne suis plus en mode "rando alpine/via ferrata".

895JUB2mf.P8210644_eau_apres_Vazzoler.jpeg
895JWUvNA.P8210643_fleurs.jpeg

88uJfLHoX.P8210639.jpeg
Lo Torre Venezia s'allume

88uJfXaCc.P8210651.jpeg
Le chemin jusqu'à la forcella del Camp n'est pas facile, je croise peu de monde. J'arrive à ce col à 10h30 et j'y prends mon petit-déjeuner.

88uJg7e4F.P8210659.jpeg

88uJgh8j7.P8210664.jpeg
Le chemin est plus roulant ensuite et je passe devant le refuge Cariestato à midi ; la terrasse est pleine et de bonnes odeurs de nourriture embaument les alentours.
88uJgqtjx.P8210666.jpeg

La piste qui mène ensuite au passo Duran est en cours de réfection suite aux violents orages des jours précédents.

Je quitte le passo Duran à 13h pour prendre le sentier qui m'amènera à la baita Angelini, une belle cabane où les images vues sur Internet m'ont donné envie d'y faire étape.
88uJgF7zn.P8210670.jpeg

88uJgQiX7.P8210679.jpeg
Je suis surpris de voir le marquage de l'alta via 1 sur cet itinéraire. C'est en fait une très belle variante, à mon avis bien plus riche que l'itinéraire classique de l'alta via 1. En revanche, elle est bien plus longue et exigeante car c'est un itinéraire en "montagnes russes" ; très peu de randonneurs itinérants y passent, et c'est finalement une bonne chose wink

88uJh0XSW.P8210683.jpeg

J'arrive à la cabane à 16h10, il y a 6 couchages ; j'aurais pu y arriver plus tôt mais j'ai fait une longue pause dans les bois. Il y a déjà 2 jeunes filles qui sont montées pour y passer la nuit.
88uJh5WU8.P8210690.jpeg

88uJhfgwg.P8210692.jpeg
Comme il y a un bel espace herbeux à côté, je préfère dormir sous la tente.

En fin de journée, un groupe de 4 jeunes italiens arrivent. Eux aussi sont partis de Pralongo et ils y retourneront demain. Ils ont un gros chien qui m'aboie dessus mais il est gentil. Il y a une fontaine à côté de la baita mais l'eau n'y coule pas vite.

Au dîner, je grignote un peu mais peu après, je ne me sens pas bien et je finis par vomir. Et ça ne s'arrange pas en cours de nuit. Est-ce une insolation, ou à cause de la fatigue ou une autre cause ? Aucune idée mais j'entends aussi vomir l'un des 2 gars.


E22 - mardi    22/08/2023 : de la baita Angelini au refuge Pian de Fontana
15 km, D+ 1230m, D- 1300m, coeff 1.1 (viaz Ariosto), 32 kme, trace
88uIKYyNw.DOL2023-E22R-refuge-Pian-de-Fo.jpeg

J'ai finalement bien dormi la seconde partie de la nuit mais je me sens encore fatigué ce matin ; je ne sais pas jusqu'où j'irai aujourd'hui.

Départ à 7h20. Le parcours en montagnes russes continuent puis j'arrive à la Viaz del Ariosto, un ravin à remonter. Dans ce sens, il faut faire attention de ne pas monter trop haut ; on sort côté gauche. Je fais une pause à la sortie du ravin. Il fait très chaud

E23 - mercredi 23/08/2023 : du refuge Pian de Fontana à Casa Bortot
16 km, D+ 1030m, D- 1980m, coeff 1.1 (via ferrata), 33 kme, trace
88uIL8gr3.DOL2023-E23R-Casa-Bortot.jpeg



Equipement

DOL2023 Altas vias et via ferrata – août 2023Sur moiPortage
1. Sur moi
chaussures de randoMerell Crosslander 2 (pointure 42)692
chaussettes de randoD4 pointure 43-4632
pantalonD4181
mouchoir en tissu11
slip/boxerD4 kalenji56
chemise MLD4 Forclaz Désert 500 taille XL (taille XL 213g)205
casquetteD448
mitainesD4 « crossfit » BB100 taille 3XL 7€33
lunettes de vue + lacet22
APN +  carte 8goOlympus TG-630168
GPSGarmin Etrex 30x + 2 piles Nice lithium L91 AA135
stylo5
carnet de notes49
boussoleD4 avec sifflet25
bâton de marche1 Fizan Everest sans pointe (dont embout 8g)207
2. Sac à dos
sac à doscréation de JeanJacques (même contenance que mon Murmur, 36L)404
sitpadmorceau Arkmat 12716
Total portage420
3. Abri & couchage
sac de couchage 1TAR quilt Vesper 32 regular (achat 300 € en octobre 2022)450
sac étanchesac Bonfus duo15
tenteZpacks Hexamid Tent (dont sac 8g)356
sardines8 sardines Vargo Titane avec sac47
matelasArkmat 127 lg 85 cm69
Total abri / couchage937
4. Vêtements
micro-polaireD4144
coupe-ventD4 Helium106
buffRL coupé22
shortD487
veste de pluieponcho Zpacks (sert aussi de tapis de sol)166
pantalon pluieTyvek (non utilisé)54
leggingD4138
chaussettesD4 pointure 43-4630
chaussettes bivouacavion (sans marque)17
tongsD4 Olaian pointure 42176
Total vêtements940
5. Cuisine
bouteilles PET2 x 1,5L Evian + 1,5 L Cristalline81
boltasse inox D4116
couteauOpinel n° 740
cuillèreinox9
Total cuisine246
6. Hygiène
gant de toiletteD4 microfibre15
brosse à dentsrecoupée5
ziploc « pharmacie »pansement, compresses, tire-tiques, pince à épiler, coton-tiges, ciseaux, sparadrap, épingles à nourrice, micropur, compeed76
Total toilette & pharmacie96
7. Sécurité et divers
smartphoneXiaomi MI A3174
cartes géo & infos div.feuilles A4 recto-verso (2 feuilles = 10g/jr)125
porte-cartesCB, Navigo, carte vitale, mutuelle, CEAM24
pochette argentdont CNI49
porte-monnaiedont clés maison70
lunettes de secoursétui avec lunettes de secours35
frontaleZebra H501 (utilise 1 pile AA)42
Ziploc cables et chargeursGPS, APN, téléphone, prise secteur143
Total divers220
Sur moiPortage
Total16623301
Equipement via ferrata
casquePetzl Meteor229
baudrierCilao OZ 22 Race117
kit via ferrataCamp Matrix366
Total712
Total portage avec matos via ferrata4013
8. Consommables
vaseline75 ml75
ziploc PQ63
crème solaireLidl 50+110
10 piles AA pour le GPSEnergizer Lithium Advanced  L91 AA (30g x 5 sem)160
déo13
savon10g/semaine43
dentifricepoudre bicarbonate dans œuf kinder24
Total488
Total portage début de rando4501
9. Eau1,2L en début d'étape, poids moyen700
10. Nourriture
muesli dans ziploc670
charcuterie440
fromage330
noix diverses dans ziploc290
Total nourriture1730
11. Total généralPortage début rando avec nourriture et eau6931

Donc un équipement très estival (quilt chargé à 250g, matelas de 70g, pas de doudoune, juste une polaire de 140g comme couche thermique). Heureusement, la météo a été plutôt clémente et je n'ai jamais eu froid.

Abri
J'utilise l'ensemble Zpacks, léger, fonctionnel et ingénieux : l'Hexamid Solo tent couplée avec le poncho Zpacks qui sert de tapis de sol.
Comme je le disais ici, je règle mon bâton de rando à 1m30 pour une meilleure habitabilité et une meilleure vue panoramique !
88zbffdT5.montage-Hexamid.jpeg
J'ai mis ma tong pour montrer qu'il y a environ 20 cm entre le sol et le bas du DCF.
En cas de pluie avec du vent, il suffit de déplacer le poncho pour qu'il fasse barrière du côté où le vent arrive.
J'ai essuyé un orage avec des petits grêlons à l'étape 15 ; la tente a été bien secouée mais elle a tenue.

Sac à dos
Conçu et fabriqué par JeanJacques, c'est sa première sortie. C'est le sac idéal pour mes randos de type rando alpine ou alpinisme facile. Ses 2 poches bretelles me permettent de marcher torse nu en ayant toujours à portée de main l'APN et le GPS.
Je transpire beaucoup et le tissu du dos sèche très vite et ne donne pas cette sensation de froid quand on le remet avant qu'il soit sec.
88uITXWOb.P8070131.jpeg
La photo peut faire croire qu'il y a une sangle pectorale mais ce n'est pas le cas, ce sont des petits cordons permettant de refermer les poches des bretelles.

Cartographie papier faite à partir du site mapy.cz car les numéros des sentiers italiens sont indiqués sur la carte Outdoor.

Soucis d'équipement

La veille de la rando, j'ai vu que mon "gobelait" fuyait. Je l'ai remplacé par une tasse en inox achetée au Décathlon de Ponte nelle Alpi. J'en ai profité pour acheter aussi un Opinel n°7. Au total, cela a alourdit mon sac de 140g.

Mon bâton Fizan Everest (acheté en 2012) était en fin de vie : à mi-rando, une des 2 parties ne coulissait plus,
je ne pouvais donc pas le replier complètement. Cela m'a juste gêné dans la Cengia di Ball lors de l'ascension du Pelmo.

Au bout de 2 semaines, le bouchon de la bouteille de Cristalline s'est détaché de la bouteille.

Les Merell ont souffert dans les pierriers (elles ne sont pas faites pour la randonnée alpine) mais elles ont bien mieux résisté que les Kayland que j'avais en 2009.
88uJdnalY.P8190583.jpeg

Je viens d'ailleurs d'en commander 2 nouvelles paires.
Edit du 14/09/2023 : les nouvelles paires sont des "Crosslander 3", donc une nouvelle version. Le poids et le confort sont identiques mais beaucoup de changements au niveau visuel Elles me donnent l'impression d'être plus solides. Par exemple : 3 millimètres de plus en hauteur à l'endroit où j'ai une déchirure sur la version 2 (voir les rectangles rouges sur la photo ci-dessous), donc moins de risque de déchirure dans les pierriers. J'espère que l'accroche de la semelle v3 sera aussi bon que la v2.

88BHAfIIP.Crosslander_v3_v2_rouge.jpeg
v3 à gauche et v2 à droite ; l'endroit de la déchirure de la v2 est indiqué par un rectangle rouge sur les 2 versions..

GPS
Il faut bien garder en tête qu'en utilisant un GPS près d'une falaise ou dans une gorge, la localisation est fausse car l'appareil ne capte pas suffisamment de satellites. Je l'ai souvent constaté lors de cette rando.

Ma principale erreur d'équipement a été de ne pas prendre de réchaud et d'avoir une alimentation pas assez variée :
en fin de rando, je ne pouvais plus avaler ni saucisson, ni fromage.

--

Dernière modification par René94 (Hier 19:06:38)


"Je ne suis pas ce qui brille..." (F. Marchet)
Mon trombi

Hors ligne

#2 12-09-2023 18:40:52

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Bonjour René94  smile

Je vais suivre ça avec intérêt  wink  !

Dernière modification par Hervé27 (19-09-2023 08:43:04)


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#3 12-09-2023 20:29:50

Joy Supertramp
Sempervirens
Inscription : 25-03-2019
Site Web

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Moi aussi  smile


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Liste montagne été top confort

Hors ligne

#4 13-09-2023 12:53:50

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Joy Supertramp a écrit :

#690503Moi aussi  smile

itou.

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#5 13-09-2023 14:15:57

Yapluka
Membre
Inscription : 23-05-2023

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Pareil.
Soigner la sciatique en portant un sad + bivouac c'est un peu osé. Je soigne parfois le mal de dos en faisant quelques heures marche nordique.

Hors ligne

#6 17-09-2023 19:43:35

Etimul
Membre
Inscription : 13-03-2013

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

je vais suivre ce récit.
Encore des frissons de vertige

Hors ligne

#7 17-09-2023 23:28:54

René94
Membre
Lieu : Mont Griffon (du 9-4)
Inscription : 30-12-2009

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Merci de votre intérêt pour ce récit smile

Yapluka a écrit :

#690567Pareil.
Soigner la sciatique en portant un sad + bivouac c'est un peu osé. Je soigne parfois le mal de dos en faisant quelques heures marche nordique.

Mes soucis de santé viennent surtout d'une trop grande sédentarité et d'une mauvaise posture ; je constate à chaque fois que les longues randonnées me remettent d'aplomb et dormir près du sol (sur un matelas de 0,5 cm d'épaisseur) est très bénéfique pour ma santé. E !t mes problèmes respiratoires (je vis en région parisienne) disparaissent vite en montagne

@Etimul
Oui, quelques frissons de vertige mais surtout une rando avec des paysages très variés dans une même journée smile


"Je ne suis pas ce qui brille..." (F. Marchet)
Mon trombi

Hors ligne

#8 18-09-2023 00:45:44

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

super récit;

ravie de voir que tu vas mieux.

la rando c'est le meilleur remède.

on va pouvoir reprendre nos virées hivernales smile smile smile

L.

Dernière modification par laxmimittal (18-09-2023 00:46:01)


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#9 19-09-2023 00:10:11

bruno7864
partir, partir et découvrir
Lieu : toujours dans la Lune
Inscription : 11-10-2012

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Bonjour René, merci pour ce récit intéressant truffé d’informations indispensables pour qui envisage un itinéraire similaire.
Par contre ton tableau de marche est presque plus complexe que mon livre de compte, c’est beau tout ces chiffres, mais n’est ce pas loin des images et du rêve que ton récit apporte ? big_smile

Dernière modification par bruno7864 (19-09-2023 07:38:52)

Hors ligne

#10 19-09-2023 07:14:33

patou
Membre
Inscription : 11-05-2014

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Hello
Je viens de rattraper mon retard. Chouette !
Et À suivre donc...
pouce


Mul part ailleurs

Hors ligne

#11 19-09-2023 08:40:52

Denis_0009
Denis
Lieu : Port-Camargue
Inscription : 09-12-2011

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

René94 a écrit :

#690870Merci de votre intérêt pour ce récit smile

Yapluka a écrit :

#690567Pareil.
Soigner la sciatique en portant un sad + bivouac c'est un peu osé. Je soigne parfois le mal de dos en faisant quelques heures marche nordique.

Mes soucis de santé viennent surtout d'une trop grande sédentarité et d'une mauvaise posture ; je constate à chaque fois que les longues randonnées me remettent d'aplomb et dormir près du sol (sur un matelas de 0,5 cm d'épaisseur) est très bénéfique pour ma santé. E !t mes problèmes respiratoires (je vis en région parisienne) disparaissent vite en montagne

@Etimul
Oui, quelques frissons de vertige mais surtout une rando avec des paysages très variés dans une même journée smile

Salut René, je suis admiratif et curieux à la fois de ton système de couchage, comment le gères-tu (surtout avec un dos douloureux) ?
Pour le reste super récit pouce


Si, au lieu de gagner beaucoup d'argent pour vivre, nous tâchions de vivre avec peu d'argent ? Jules Renard

Hors ligne

#12 19-09-2023 11:27:57

René94
Membre
Lieu : Mont Griffon (du 9-4)
Inscription : 30-12-2009

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

Merci pour vos commentaires smile

Oui, lax, j'ai bien l'intention de reprendre nos petites virées hivernales.

@bruno7864
C'est sûr que ce genre de tableau, ça fait pas rêver, c'est mon côté "Hervé27" wink comme tu le dis, il est fait pour aider la préparation de ceux qui envisagent de randonner dans cette région. Suite à ta remarque, j'ai ajouté une légende pour une meilleure lisibilité.

@Denis_0009
La première fois où j'ai dormi sur un bout d'Arkmat 127, c'est lors de mon Tour de la Thur 2017. Et, depuis 2019, je l'utilise pour mes randos estivales. Je dors mieux qu'avec un matelas gonflable et je pense que ce contact relativement proche de la terre renforce mon corps. Il ne faut pas sous-estimer la capacité de notre corps à s'adapter à la situation : En 2019, lors d'une rando dans le Dévoluy, j'ai bien dormi alors qu'il n'y avait que des petites pierres sous l'Arkmat (j'avais auparavant fait en sorte que ça soit le plus plat possible).

Dernière modification par René94 (19-09-2023 11:28:21)


"Je ne suis pas ce qui brille..." (F. Marchet)
Mon trombi

Hors ligne

#13 19-09-2023 11:48:12

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Dolomites V2

René94 a écrit :

#690997C'est sûr que ce genre de tableau, ça fait pas rêver, c'est mon côté "Hervé27" wink

compteur / conteur wink ...

René94 a écrit :

#690997La première fois où j'ai dormi sur un bout d'Arkmat 127, c'est lors de mon Tour de la Thur 2017. Et, depuis 2019, je l'utilise pour mes randos estivales. Je dors mieux qu'avec un matelas gonflable et je pense que ce contact relativement proche de la terre renforce mon corps. Il ne faut pas sous-estimer la capacité de notre corps à s'adapter à la situation : En 2019, lors d'une rando dans le Dévoluy, j'ai bien dormi alors qu'il n'y avait que des petites pierres sous l'Arkmat (j'avais auparavant fait en sorte que ça soit le plus plat possible).

Même ressenti après en avoir été réduit à 2 bouts d'Arkmat l'an dernier dans les Pyrénées après la crevaison du gonflable : si le sol est bien choisi, c'est l'oreiller qui au final compte plus pour moi que le matelas. En revanche il ne faut pas que le sol soit trop froid.


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

Pied de page des forums