Aller au contenu

Annonce

Le Camp d'été 2024 se tient du 10 au 17 août dans le Queyras ! Plus d'infos sur ce fil. Les inscriptions sont ouvertes et se font sur ce lien

#1 08-07-2024 18:03:27

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

[Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

C'est l'image titre. St-Jacques de compostelle, la voix du Vézelay, de Chateauroux à Limoges. Le sentier passe par entre deux prairie. Un portail en bois, très simple est ouvert.

Pas de congés en septembre cette année, mais en juillet. Fin mars, le temps est pourri et je devine de la neige en altitude pendant une partie de l’été. Je sais que ne poursuivrai pas ma HRP cette année, je ne sais utilisé ni les crampons, ni le piolet. Je n’envisage pas de tester sur place.  Donc ...

... Que faire ? J’ai dans l’idée d’aller à l’opposé, c’est-à-dire ne pas prendre de l’altitude. Et je veux voir du monde. En partant de chez moi, il y a le GR46 et le chemin de St-Jacques de Compostelle. Aucun retour sur le GR46 n’est présent sur randonner-leger.org, et pas grand-chose sur le chemin de St-Jacques en dehors d’un retour de Zeldemir avec liste et les quelques étapes de Frnekno ici et , mais rien sur la voie du Vézelay. Il y a un vide à compléter. C’est tellement connu que je pense croiser des randonneurs. Je décide de prendre le chemin de St-Jacques à partir de Châteauroux.

C’est donc nouveau pour moi, je sors de ma zone de confort. Je tente de partir jusqu’à Limoges. Je prépare une trace même si je me doute que le chemin est bien balisé. Cela permet de prévoir des étapes à ma sauce. Et question matériel, je ne risque pas d’avoir de rencontrer des températures proches du zéro.
Je ne vais quand même pas partir avec mon duvet 0°C ?  Pantalon ou short ? Chaussures ou sandales ? Que prendre pour la nuit ? Je me pose aussi des questions sur le ravitaillement.
Qu’est-ce qui se passe encore ? Dissolution de l’Assemblée Nationale ! Je pars donc en rando en pleine campagne. Je partirai après avoir voté et devrait revenir pour répéter le geste.

Avant propos sur la liste
En nourriture je suis parti avec trois sachets individuels de nouilles asiatiques, quelques barres, des compotes, des raisins secs et des noix de cajou. En partant le dimanche en pleine cambrousse, je prévois que beaucoup de commerces seront fermés dimanche et lundi. je pars avec presque 700g de nourriture. Je démarre toujours avec un litre d’eau.

Masse par unitéQuantitéMasse totale
Portage = 698g
GG4206171617
Contenant Kinder4520
Sac à bouffe14114
ZIP 1L marque repère6318
Nyloflume29129
Bivouac = 1453g
Pioulou + hauban3431343
Sardine non anodisé D4 tếte plate1010100
Quilt Sea To Summit Cid I (couture traversante) regular (240g 750)4951495
Sangle quilt S2S6,5426
Matelas MT500 (ex-Trek 100) rvalue 2,5 1,8m découpé 1,20m2781278
Drap de soie1011101
Film de survitrage 3M 2mX1,5m54154
Oreiller S2S Aeros Ultralight Regular56156
-
Hydratation = 70g
Bouteille Vichy Célestin36136
Bouteille Volvic 50 cl17234
-
Cuisine = 40g
Couteau Opinel n°410110
Cuiller818
Contenant semoule (Skyr light & free 17+5)22122
-
Vêtement dans sac = 614g
TS ML Capuche RAB Force1351135
Protection Pluie, bas : Imper Respi D41601160
Protection Pluie, haut :veste Millet Intense M1881188
Sous vêtement53153
Paire de chaussettes35135
Buff43143
-
Hygiène =122g
Micropure14114
PQ16116
Serviette fibre S2S Airlite XXS (36*36cm)12112
Masque326
Savon d’Alep20120
Tire tique0,521
Brosse à dent616
Lime à ongle313
Pince à épiler313
Ciseaux919
Bassine S2S ultra-sil kitchen sink48148
rasoir515
Répulsif moustique30130
NOK dans œuf11111
-
Divers Sac
Bridge Olympus3591359
Batterie bridge44288
carnet86186
Crayon de papier212
Cable téléphone24124
Etui tissu nettoyant microfibre pour lunettes - MH ACC 120 - noir313
Prise secteur – USB30130
Sifflet sans cordon616
Frontale Nitecore NU2055155
Duc Tape16116
Cordelette13113
-
Vêtement sur soi = 1125g
Chemise ML D4 Travel 9001841184
Sous vêtement Mérinos D474174
Sandale D4 NH100 pointure 432722544
Chapeau Trek 90063163
Pantalon D4 synthétique sans les jambières (MT100?)2301230
Lunette30130
-
Divers sur soi = 742g
Bâton (2008) Forclaz 500 light 236g (modif dragonne – mousse remplacé par surgrip – remplacement embout usagé)2111211
Baton 2023 Forclaz 100 comfort (MT100) 230g2121212
Montre cardio GPS Vertix 2 Bracelet nylon73173
Téléphone RedMi Note 121851185
Clé, CI, CG, CV, CB, oseille61161


Total Sac3741
Total sur soi1867

Plus un litre d'eau et quelques centaines de grammes de nourriture


Commentaires :
Je suis repassé par le matelas pour fakir pardon, pliant. C'est génial pour les pauses et les siestes mais le volume dans le sac est très important.
Le quilt S2S Cid I est à couture traversante. C’est pour cela qu’il est donné pour un 10°C. Une nuit plus fraîche que les autres (aux alentours de 8°C, j’ai rajouté le t-shirt. La seule sangle que j’ai utilisée était celle positionnée au niveau des pieds. Je n’ai pas pris de doudoune, ni de pantalon. S’il aurait fait plus froid, j’aurais utilisé le pantalon de pluie et la veste. J’avais pris le drap de soi pour couper du vent et comme protection des insectes (tiques et moustiques). Le buff m’a servi de bonnet une nuit et au départ d’un matin. Ce même matin, je suis parti avec le pantalon de pluie pour lutter contre la pluie et surtout le froid. Je me suis vite réchauffé.

Pour la journée, j’ai préféré avoir les jambes et les pieds à l’air. A chaque pause ou de doutes, je pouvais inspecter mes guibolles pour déceler la présence de tique. J’en ai trouvé à partir du nord de la Creuse jusqu’au dernier jour.

En 2023, j’avais noyé un portable. J’en avais racheté un, très léger mais qui ne tenait pas la route côté batterie.
J’ai pris aussi la lampe frontale, je ne sais pas pourquoi puisqu’à 6h du matin il fait déjà jour. Je n’envisageai pas de marcher de nuit. Mais je m’en suis servi comme source d’éclairage pour une photo très particulière. Est-ce un bouton une piqûre de moustique ou une tique au niveau de la raie des fesses ?

Pour le reste du matériel, je vous invite à lire mes précédents récits.

Dernière modification par Nicolas36 (11-07-2024 19:27:25)


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#2 08-07-2024 18:57:22

frneko
Marcheur aveugle
Lieu : 81600 GAILLAC
Inscription : 14-01-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

J'attends ton récit sur la voie de Véerlay avec intérêt.
En septembre et en théorie, Rose et moi arriverons à St Jean Pied de Port...

Dès que tu rejoindra le GR65, plus trop de souci de ravitaillement et d'eau.


Jeune de 68 ans, aveugle à 99%, je randonne guidé, pas à pas par Rose ma compagne.

Mon trombi, nos récits de rando, mes listes...
Mon trombi, nos récits de rando, mes listes...

Hors ligne

#3 09-07-2024 20:11:49

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

frneko,
j'ai pensé à toi mais je ne retrouve pas le fil qui expliquait comment mettre un texte pour que la souris puisse affiché un texte quand elle passe sur l'image.
Je me suis arrêté à Limoges.

Dimanche 30 juin 2024 : profiter du plat / 38km 200m D+ 200m D-

8h00 Je devrais déjà être au bureau de vote et je suis encore en train de faire mon sac.
9h00 Je pose mon sac sac à l’entrée du bureau.
9h05 Je suis parti. Demain certains seront en campagne, moi je serai à la campagne.

Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, voie du Vézelay, en tout cas la variante Nord, passe à 200m du bureau de vote. Arrivé au supermarché Intermarché, je passe sous le pont sous la rocade, remonte un escalier, traverse la route (possibilité de prendre un petit déjeuner à la boulangerie). Après avoir longé 100m la rocade, un sentier apparaît sur la gauche. J’ai triché, je suis resté sur la route du Poinçonnet, je ne voulais pas commencer par avoir les pieds dans la boue dès 9h le matin : je suis en sandale.

Un quart d’heure plus tard, je rejoins le chemin officiel. On quitte Châteauroux  pour être sur la commune du Poinconnet. En quelques secondes, j’ai les pieds humides. L’avantage d’être en sandale, c’est que les pieds sèchent très vite. Deux cent mètres de bitumes et on remouille les pieds sur quelques centaines de mètre. Deux cent mètre de bitume pour sécher les pieds et on arrive à l’entrée de la forêt. Les semaines et les mois précédents ont été très humides. Mes pieds évitent de traîner dans la boue.

Après cette brève introduction boueuse en forêt domaniale de Châteauroux, on va tout droit sur du sentier, puis du bitume et  retour sur du sentier. Je croise quelques coureurs à pied optant pour la fraîcheur de cette chênaie.

Des tas de nuances de vert, que ce soit l'herbe ou les feuilles. Un étroit sentier s'enfonce dans la verdure

Une piste forestière descend puis remonte pour devenir un vague sentier dans cette verte forêt/.

Enfin le sentier débouche sur la D14, un enfer pour les piétons, pendant 2,2 km avant de reprendre un sentier campagnard qui mène jusqu’à Velles.

Les bistrots sont fermés en ce jour de vote. Il y a du monde dans la mairie. Je m’offre une galette aux patates et je ne sais que dessert assis sur la table d’un bistrot. J’ai récupéré de l’eau au cimetière. Et pour finir j’ai complété StreetComplete dans ce secteur. C’est une application liée au projet Open Street Map, à destination des cartographes en herbes qui permet de renseigner la nature du chemin, les horaires des commerces, la présence de revêtement podotactile sut le passage piéton, et plein d'autres choses... Ma priorité pour ces quelques jours sera de compléter les horaires des magasins.

Je repars sur du bitume, je passe au Sud de Madagascar. Beaucoup plus à l’ouest, il y a la Mer Rouge. Je voyage, je marche sur l'eau.
Il y a une alternance de passage sur bitume et d’autres en sentier. Le soleil est apparu dans cet univers bocager.

Quelques kilomètres plus tard, je ne traverserai pas la D920, départementale très passagère, pour rejoindre St-Marcel. Je sors du chemin officiel. Je longe sur dizaine de mètre le D920 pour tomber sur l’ancien chemin de Paris qui me mènera tout droit au centre d’Argenton-sur-Creuse, ville qui a eu pour maire un ancien ministre Michel Sapin dont le fils se présente aujourd’hui dans la seconde circonscription de l’Indre. Les terrasses sont bondées. Je pourrais dormir ici ce soir, j’ai déjà dans 35 bornes dans les pattes.
Je continue un peu. Je fais non seulement le plein d’eau au cimetière du Pêchereau, envisageant de bivouaquer dans la campagne, je rencontre aussi un usager qui m’invite à voir au bureau de vote, il y a toujours un conseiller qui pourrait m’héberger. C’est très gentil. Il me conseille fortement de passer par la voie verte au lieu d’aller au Corbat qui rajoute de la distance pour rien. Je confirme pour être déjà passer par là.
Je m’installerai en hauteur de la voie verte.

Nous sommes à un croisement entre un chemin et une petite route départementale. Le lieu-dit s'appelle Bellevue. Tout est vert sauf le ciel gris et le entier en gravillon en bas à gauche de la photo.

Ca ressemble plus à une peinture impressionniste qu'à une photo nette : une vitesse d'obturation lente, un flou de bougé et les fleurs blanches et rouges de la prairie devient diffuses.Au fond, le vert des arbres.

Parcelle en prairie bordée par des haies pas entretenues


Edit 9 juillet 2024 : Erreur de manipulation lors des photos
Edit 10 juillet 2024 ; Annotation des photos

Dernière modification par Nicolas36 (14-07-2024 20:54:20)


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#4 10-07-2024 10:50:36

frneko
Marcheur aveugle
Lieu : 81600 GAILLAC
Inscription : 14-01-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Belle 1ère journée, il est vrai que les Chemins de Compostelle comportent assez de petites routes goudronnées, reposantes lorsque les sentiers sont remplis de boue, éreintantes sous la chaleur.
Mais le goudron est dur et sollicite plus les articulations.

L'avantage des chemins de Compostelle est la fréquente traversée de village donc commerces, points d'eau.

La méthode pour avoir une description vocale & sous-titre au survol des photos :
- Dans le lien qui pointe vers la photo (sur le serveur RL) que tu inséres dans ton récit (écrit en ligne ou dans un traitement de texte), il faut remplacer la balise indiquant la taille en pixels :
"img=743,990"
par le texte descriptif de l'image :
"Chemin de halage avant l'arrivée des touristes"

Tu peux aussi, tout simplement, écrire ce texte descriptif de l'image sur la ligne précédant la photo. Cela surcharge un peu le récit et nde donne rien au survol, mais permet aux déficients visuels de se représenter l'image.

Je vais demander à Olivier1er de mettre la méthode dans le Wiki.


Jeune de 68 ans, aveugle à 99%, je randonne guidé, pas à pas par Rose ma compagne.

Mon trombi, nos récits de rando, mes listes...
Mon trombi, nos récits de rando, mes listes...

Hors ligne

#5 11-07-2024 20:39:23

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Détail de la fresque murale de la plus belle église de l'Indre, sur la commune Le Menoux, près d'Argenton-sur-Creuse. Jorge Carrasco a vu une magnifique toile vierge. De manière très coloré, il peignit la création divine de l'Univers

Je traverse Le Menoux à 7h. L’une des deux boulangeries est fermée définitivement, l’autre parce que nous sommes lundi. Le Menoux, c’est aussi le village où a débuté Tolliv pour faire le GRP du Val de Creuse. Je conseille à l’attention des pèlerins qui liraient ce récit, qu’à partir de Gargilesse il vaut mieux suivre ce GRP pour le plaisir des yeux jusqu’à Crozant.
Je sors de la route pour aller prendre un petit déjeuner à Badecon-le-Pin. Tout est fermé le lundi : boulangerie, bar, charcuterie. Je note tout ça dans StreetComplete.
Aux Chocats, l’itinéraire reprend des sentiers … gorgés d’eau. Je suis content d’avoir pris des sandales. Mes pieds sécheront très vite au bar resto de Gargilesse, indiqué sur Osmand comme étant uniquement un musée (fermé) et un point postal. J’achète aussi un canard pour lire résultats électoraux.
On peut aussi trouver de quoi dépanner un ravitaillement.
A Gargilesse, la voie du Vézelay s’unifie à nouveau. C’est aussi le point de croisement avec le fameux GRP, que je vais suivre. Parfois c’est compliqué pour suivre la signalisation, surtout quand les couleurs s’estompent :

Sur une barre métallique verticale, trois symboles sont peints : une croix jaune, un trait jaune jaune au dessus d'un rouge puis une croix rouge et blanche

Deux prés sont bordés par deux hautes haies arborées. Entre les deux, un étroit sentier rempli de cailloux et de boues, et qui monte. C'est le chemin de la Carioca, car chaque petit pas te mets en joie pour la journée.

Le chemin monte, monte on débouche sur une boucle de la Creuse. La Creuse aux reflets châtains est bordée de pentes très arborées où parfois pointent quelques parcelles agricoles en pâture ou cultivées.

Ça monte, ça descend, la journée sera moins plate qu’hier. Des petits airs de forêt de montagne. Au Cassecou, une nouvelle passerelle a été construite. Je monte dessus pour la visiter : elle bouge.
On arrive au pied du barrage d’Eguzon. C’est une nouvelle grosse montée. Si on monte, on redescend, mais moins bas puisque le niveau de l’eau est plus haut. Une cloche sonne. C’est celle de l’église qui est noyée dans le lac. Dépêchons-nous, il faut arriver à la maison de la sorcière (Bonnu) avant le 12e coup. Trop tard, Mes pas ralentissent, mon ventre me parle. Je ferai une pause après avoir enjambé le ruisseau des Couvieilles. Ce sont les pas d’un couple de pèlerin qui me font me sortir de ma sieste. Enfin des pèlerins. Rattrapons-les.


A Bonnu, il y a des lieux atypiques : le château et la maison de la sorcière. "Ne me jetez pas un sort, n'alourdissez pas mon sac, ..."


Le parcours replonge vers la Creuse (rivière) afin de joindre Fougères / St-Plantaire. Le GRP traverse un paysage de landes escarpées jusqu’à Crozant où je ferai étape au camping. Là encore, personne à part deux couples de cyclistes et des touristes de passages. L’épicier m’indique que les pélerins sont peu nombreux cette année. La faute aux temps ou aux élections. Je ne sais pas où sont passé les deux pélerins, avec des chaussures hautes et portant un sac à dos et un sac ventral à la fois.

A un coarrefour, un pèlerin a été transformé en pière.

On ne serait pas en train de passer sur un petit pont au bois glissant sous lequel passe un torrent, bordé d'un sentier bien boueux.

Dans le coin inférieur gauche en voit en premier plan un versant en lande. Dans la continuité on aperçoit une tour, puis une deuxième. Ce sont les ruines du château de Crozant droite

J'ai déposé une offrande sur un autel constitué de trois parties en pierre, soit un totem entouré de pierre taillée de trait verticaux.

Dernière modification par Nicolas36 (14-07-2024 20:58:49)


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#6 12-07-2024 23:44:29

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Mardi 2 juillet 2024 Crozant – La Souterraine / 32km   356m D+   319 D-

J’aurais pu ne pas m’arrêter au camping hier soir. Premièrement, il n’y a pas de pèlerin, deuxièmement, il y avait de beaux spots de bivouac par la suite.
Après être passée par la vallée de la Sédelle, la Creuse (le département) devient moins abrupte. Le paysage s’ouvre. Les prairies sont plus grandes et les parcelles de cultures sont plus nombreuses. Ça pourrait être une promenade pépère s’il n’y avait des tiques. Lors d’une pause près du lieu-dit de La Bussière, à ma pause, je me gratte. J’observe des petites bêtes qui montent, qui montent, … Je sors la tire-tique. Cette année, les herbes sont hautes, les tiques sont bien installées et attendent le sang chaud. C’est ça d’être dans les premiers.
Parfois je perds le balisage caché par les hautes fougères.

Vaste prairie aux nombreuses fleurs colorées

Un champ de blé bordé par une forêt. Les ornières marquent le sentier

Au milieu des parcelles agricoles une maison. Des limousines broutent l'herbe d'une prairie à proximité de la maison. Au fond, un bosquet.

Au croisement d’un sentier et d’une route départementale, j’aperçois un randonneur. Je l’attends. C’est un allemand qui suit l’itinéraire à vélo. Il est parti début mai. Je ne m’empêche pas de regarder la taille de son sac. Je dois être le seul à être en sandale. Je comprend que s’il ne veut pas avoir les pieds mouillés, il ne faut prendre les sentiers. On se sépare rapidement, je récupère un sentier, c’est moins monotone.

Je fais une courte pause à l’étang de Champville où je me nettoie les pieds dans le lavoir. Un pèlerin passe sans s’arrêter. Je le reverrai les autres jours, il s’agit d’un néerlandais, lui aussi, gros sac et grosses chaussures.
Je retrouverai ce beau monde au village de Saint-Germain-de-Beaupré où je m’arrête au restaurant.

Je marche l’après-midi dans un paysage toujours aussi ouvert, les champs de céréales à perte de vue. Je regarde les commerces présents dans le village de Saint-Agnant-de-Versillat, qui possèdent un très joli cimetière en herbe. Le chemin suivant est complètement boueux. Les pentes sont plus pentues. Le paysage se referme. Je ne trouverai pas de replat avant La Souterraine.
Je fais un tour dans le centre de la Souterraine et me dirige au camping. Des motards sont déjà là ainsi que deux cyclistes. Le restaurant du camping n'ouvre qu'à partir de demain. J'ai fait moins de photos aujourd'hui, J'ai discuté avec mon premier pèlerin qui suit le sentier tracé pour les vélos. Je peux comprendre quand cela fait 7 semaines qu'il soit parti, marcher sous la pluie toute la journée et dans la boue, on peut préfèrer suivre sur du bitume.

Dernière modification par Nicolas36 (14-07-2024 21:02:34)


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#7 14-07-2024 20:29:21

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Mercredi 3 juillet 2024 La Souterraine – Puy de Gaud (Bénevent-l’Abbaye) / 38,3km   530m D+   379m D-
Je prends le petit déjeuner en ville. Je traverse en courant certaines portions routières reliant la N145 à la sortie de la ville. Le danger passé, on passe directement dans un bois. Ah, j’aurais pu dormir ici ou là, au lieu de traînasser en ville hier soir. J’arrête avec cette idée de vouloir voir du monde, cette semaine, il n’y a pas de pélerin.

C’est moins vallonné que les jours précédents. Les portions droites sont nombreuses. Les espaces sont très ouverts. Sur la place du village de Chabannes, il y a une étrange horloge. En attendant que le troupeau de limousines arrive, un ancien posté près du carrefour principal m’explique qu’un maçon, rentré au pays, a construit cette horloge en 1934. Pour un si petit village, il y a d’autres anecdotes à raconter. Il y a plusieurs panneaux historiques.

Un sentier blanc passe entre deux parcelles cultivée. Entre le sentier et les parcelles se trouve une bande d’herbe, ainsi qu’au milieu du sentier. Le sentier part à l’infini vers le lointain. L’horizon est coupé par des arbres plus ou moins isolés.

C’est la même photo sauf que le sentier blanc est remplacé par du bitume.


Imagine un village, enfin deux routes qui se croisent et au croisement il y a une petite place. Cette place est en herbe. En son milieu, c’est-à-dire au milieu du nulle part, il y a une horloge. Il est dix heures et cinq minutes. Elle ressemble à une haltère géante, de quatre mètres de haut posée verticalement. C’est une haltère cubique. Les poids sont de forme carré avec un habillage bleu autour d’un liseré blanc. La partie centrale est constituée d’une alternance de blocs en briques orangées et des blocs avec un habillage bleu autour d’un liseré blanc. En haut de l’horloge il y a une statuette représentant un paysan tenant une faux comme une guitare. Il est dix heures cinq minutes. Les bovins ont traversé le carrefour. Je repars.


J’arrive de bonne heure à Fursac. La boulangerie est fermée pour cause de congé. Je fais mes courses au Proxi : j’ai envie d’avocat et de pêche. Il n’est pas midi, je me décide de faire sécher mes affaires de bivouac sur l’aire de jeux entre le cimetière et l’église. J’inspecte mes jambes : encore des tiques à enlever. Je prends le temps de manger.

A Chamborand, le GR654 et  la chemin de St-Jacques se sépare : le GR va visiter les ruines d’un donjon. Il y a un gîte pour les pèlerins aux bords de l’étang de la Toueille (40€ la demi-pension). Entre la Guoeille et Bénevent l’abbaye, j’aperçois deux randonneurs. J’accélère. Je les perds de vue avant Sauzet. Le terrain change. Les lignes droites sont plus courtes, Les virages sont plus nombreux. Les arbres aussi. Enfin, ils sont là. Un couple d’anglais avec des chaussures montantes, un sac à l’arrière, un sac à l’avant. Ce sont ceux aperçu lundi. Ils ont commencé il y a longtemps. Nous restons ensemble jusqu’à Bénevent. Nous nous séparons à l’église Saint-Barthélémy. Ils dormiront en dures, comme tous les soirs.

Dans une prairie pour mouton, une lignée d’arbre obstrue le paysage. Ils sont en train de grignoter les ruines du donjon de Chamborand.

Les nuages cheminent sous un ciel bleu. Un vaste champs de céréales d’une couleur jaune pâle constitue la moitié inférieure de l’image. A la frontière entre le ciel et la terre, le jaune et le bleu sont séparés par une ligne horizontale d’un long massif d’arbres au feuillage vert foncé.

Encore une vaste prairie. Au fond, on aperçoit les toits et les clochers de Bénevent l’Abbaye, dominé par le Puy de Gaud d’une hauteur de 543m

A peine le temps de me poser quelques minutes qu’on m’invite à la messe. Elle est dans dix minutes. Quelle heure est-il ? Dix-sept heures cinquante minutes. Dites-moi à quelle heure le supermarché ferme-t’il ? Je passerai ma soirée à hésiter entre ramen saveur poulet ou nouilles asiatiques au curry, barre au chocolat ou aux fruits. Et je profite pour charger mon téléphone dans l’espace détente. J’avais besoin de faire le plein pour une une journée et demie puisque n’ayant trouver de commerce avant Saint-Léonard de Noblat.

Je dormirai à l’écart de la ville, au Puy de Gaud, au-dessus de l’aire de camping-car. Il y du vent, beaucoup de nuages : tout pour faire fuir les promeneurs.
Prêt à m’endormir, quelques chose gratte. Me gratte. Un moustique ? Une tique ? A cet endroit ? J’ai bien fait de prendre au dernier moment ma frontale dimanche matin. Elle va me servir d’éclairage d’appoint pour la photo et identifier l’origine du bouton. Rassuré, je peux dormir sur mes deux oreilles. Euh, non, un moustique s'amuse à faire du bruit.

Dernière modification par Nicolas36 (14-07-2024 21:04:12)


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#8 15-07-2024 16:39:01

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Jeudi 4 juillet 2024  Puy de Gaud – Saint-Laurent-les-Eglises / 29km – 580m D+    794m D-
Je plie rapidement bagage sous un ciel légèrement humide, puis pluvieux et frais. A peine 10°C.

Il paraît que c’est un point de vue. Pas grand-chose à voir. A part des nuages.

Un vague champ bordé par des bosquets.

Titre : terrain vague Une clôture constitué de pieu en bois et de barbelé empêche les hautes herbes d’envahir le chemin. Le champ est tout sauf plat. D'où cette idée de vague et du jeu de mot "terrain vague".

Un pré clôturé et un pré protégé par une haie. Au milieu un chemin rempli d’eau. Maman m’aurait dit d’éviter les flaques d’eau, mais là, ce n’est pas possible d'éviter de ne pas marcher dans l'eau. Et je suis en sandale. Trop bien.


Vu la fraîcheur et l’humidité, j’ai mis le pantalon de pluie et enfilé la veste de pluie. Il se mettra à pleuvoir peut avant 8h. Dans la longue et dure montée vers Saint-Goussaud, j’aperçois un poncho rouge. J’ai beau me dépêcher je ne le vois pas quand j'arrive au village. Je fais le tour de la lanterne aux morts. Ce n’était peut-être pas un pèlerin. Le GR4 passe ici. Je m’arrête à La Lanterne. C’est un restaurant, bar épicerie (semoule en vrac, riz en vrac, plein de chose en vrac, j’aurai pu faire des courses ici. Pas de randonneur au pochon rouge. Tant pis, je prends un café bien chaud et quelques cookies pour la route.

On descend un petit peu, pour mieux remonter. Le point le plus haut de cette randonnée se trouve sous les 695m du Puy de Jouër. C’est là que se trouve le plus petit amphithéâtre romain en France. Les spectateurs du premier rang sont assis sur l’herbe, ceux du deuxième aussi, ceux du troisième vont être recouverts de tiques. C’est rempli de fougères. Que faisait les Romains ici ? Le Puy de  Jouër est un point haut où passaient ils passaient pour aller de Limoges à Argenton-sur-Creuse (Argentomagus) ou de Limoges à Clermont-Ferrand (Augustonemetum). Ce site pourtant protégé n’est pas du tout mis en valeur mis à part quelques panneaux d’informations. De plus, on peut lire dans un document de la DIREN du Limousin, que le paysage a aussi évolué depuis sa protection en 1967. Les plantations notamment de sapin de Douglas ont obstrué la vue.

Le chemin descend longuement en forêt. Dans cette descente, je quitte la Creuse pour passer en Haute-Vienne.

Le fameux petit amphi romain

Dans la brume tardive du matin, un très vieux chemin presque boueux dans une forêt au vert sombre, où d'anciens murets de pierre sont cachés par une mousse d'un vert jauni.

Une large voie forestière boueuse où sont entassés les troncs d’arbres abattus, toujours cette lumière humide.

Parcelle forestière coupée à ras. Au fond, des sapins. Le ciel est gris. C'est moche.

Plus loin le paysage s’ouvrira sans que je sois dépaysé. Le soleil arrive avant d’arriver aux Billanges. A partir de là, un tronçon du chemin est commun avec le tracé du GRP des monts d’Ambazac.
Je mange aux Billanges au restaurant avec le randonneur au poncho rouge. Je crois que c’est lui, car nous avons quitté nos affaires de pluie. Il est néerlandais. Il dormira comme moi au camping de Saint-Laurent-les-Eglises, mais lui dort dans un chalet. Mon petit sac m’offre un éventail de possibilité contrairement aux pèlerins rencontrés jusqu'à présent qui réservent de jour en jour.


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#9 15-07-2024 17:30:33

tolliv
Sérénitude
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Site Web

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Ah la Creuse, que de bons souvenirs !
Tu dis rencontrer beaucoup de randonneurs avec de gros sacs, mais toi tu as fait 200km, c'est ça ?
Donc pas besoin de vêtements chauds sur une période "si courte".
Les vêtements dans le sac, c'est du change ou des vêtement de nuit ? Comment gères-tu le lavage des vêtements. Cela veut dire que tu dors nu dans ton sac en soie ?

Et la nourriture que tu as emportée se faisait uniquement à froid dans ton bol en plastique ?


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits , mes bricolages et quelques idées saugrenues : ---->> ICI <<----

Hors ligne

#10 15-07-2024 20:16:59

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

J'ai fait un peu plus de 200km. Je faisais la réflexion auprès des commerçants qui eux aussi rencontrait beaucoup moins de pèlerins que les autres années. Ils motivaient cette baisse par la pluie et par les élections.

Je me suis posé la question sur le couchage, dans une situation estivale (pourrie) à des altitudes basses. Je suis parti avec un sac de couchage de 10°C confort. Il est à couture traversante. J'avais prévu de dormir nu dans la soie. Je prévoyais aussi des températures plus basses qu'accoutumée à cette période de l'année. J'ai donc prévu le tshirt à manche longue et si nécessaire j'avais le pantalon et la veste de pluie. Dans les faits, il m'est arrivé de dormir avec le t-shirt.
Donc les vêtement dans le sac, c'était bien des vêtements de nuit. Je lavais mes vêtements quand je passais au camping. J'utilisais le pantalon de pluie pendant cet intermède. Vu les chaleurs, ça passait très bien. Comme d'habitude, c'est juste au lever, quand tu mets tes affaires encore humides qui n'était pas agréable.

Je suis adepte des repas froids, j'utilise une boite de nouilles asiatiques ou de fromage frais. Par contre, je ne peux plus manger tous les jours de la semoule. J'essaie d'alterner semoule, ramen, purée en poudre, mélangé avec de la soupe ...


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#11 16-07-2024 23:47:58

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Vendredi 5 juillet 2024 Saint-Laurent-les-Eglises Limoges / 46km    643m D+    705m D-
La question du jour : que faire ? Une demie étape jusqu’à Saint-Leonard de Noblat comme prévu ou prolonger jusqu’à Limoges soit un peu moins de 50km ? Je remets à plus tard la décision à prendre.

Je suis rôdé au démontage. En règle général, je décolle avant les 7h du matin.  Je prendrai le café au au Chatenet-en-Dognon. Mais avant, je vais voir le fameux pont du Dognon. Le pont franchit, je remonte jusqu’au Puy Gaillard. A peine 85m de dénivelé. Par la suite, le parcours n’est pas accidenté, c’est plat jusqu’au Chatenet et le soleil est présent. Alors la boulangerie du Chatenet, elle est où ? Le café ? Encore des éléments à mettre à jour. Ce matin, c’est donc petit déjeuner aux TUC, saveur saumon, avec de l’eau à température ambiante. Je m’installe au lavoir qui abrite une boite à livres.

C’est un point en arc-tendu où tout est jaune sauf la main courante. Les piétons peuvent l’emprunter, chaque côté de la voie à son trottoir.

Le ciel est bleu. Le chemin coupe une culture par un chemin agricole tout enherbé. Au fond on aperçoit un massif forestier.

Imaginer une baignoire en ciment. Elle est profonde et large. On peut s'asseoir à côté sur des planches en bois vernies. Sur un mur en pierres apparentes, à côté des fenêtres, reposent des étagères qui servent de boite à livres. C’est le lavoir de Chatenet-en-Dognon.

J’arrive en fin de matinée à Saint-Léonard-de-Noblat. Ma première mission, c’est d’aller à la pharmacie. Hier soir, quand j’ai voulu retirer des tiques sur le pied, j’ai constaté la disparition de mon tire-tique. J’ai demandé à mes voisins de camping s’ils en avaient une. Bien sur que oui. En tant qu’ancien travailler des forêts, il en possède toujours une sur lui. Un jour, il a retiré plus de cinquante tiques sur le torse de son collègue …
Après la pharmacie, je passe au resto. Je visite le centre-ville. Dans la fameuse collégiale, je croise le hollandais pèlerin.

Dans la collégiale, une partie est réservée à des maquettes aux autres édifices liés à Saint-Léonard : au Portugal, à Londres, en Autriche, ...

Détail de l’intérieur de la collégiale : Au premier plan, une des nombreuses colonnes. Avant la colonne, à côté et derrière elle les bancs pour les fidèles. Au second plan, c’est un pilier carré. Au fond on voit la sortie. La photo est prise en portrait. La lumière du jour passe fortement à travers les vitres.


Je vais au camping, à l’écart de la ville. Ce n’est pas la foule. Et j’ai juste les mêmes questions que ce matin me martèlent la tête. Je reste comme prévu ? Ai-je envie de marcher sous la pluie demain ? Je me pose quelques minutes le temps d’enlever une tique et de tremper ma chemise comme à la montagne. Le temps de réflexion est terminé: je vais m’avancer jusqu’à Saint-Just-de-Martel.

Le pont de Noblat depuis la rive droite. C'est un large pont à voutes en pierre. Sur l'autre rive, on aperçoit le clocher d'une église.

Vers 14h15, je longe la Vienne jusqu’à la franchir au pont du Noblat. Ensuite, j’ai cent mètres de dénivelé positif. Sur un chemin, une personne s’est amusée à peindre des coquilles saint-jacques : des rouges, des vertes, des bleues, des jaunes, des blanches. Je traverse une carrière sur la commune de Royères, puis la D941. J’ai du bitume jusqu’au hameau de Beaumanoir. Le chemin suivant mène au Grand Colombier, ce chemin est sympa et offre quelques possibilités d’arrêt, mais il est tôt et je n’ai pas fait le plein d’eau.

Il est presque 17h30 quand j’arrive à Saint-Just. Au bar, je prends un Orangina. Même si dans la soirée je trouve un spot de bivouac, l’habitat est tellement dispersé et si près à la fois que je ne suis pas à l’abri des regards. Je ne me vois pas faire demi-tour. N’y a t’il pas un train qui part à 18h de Toulouse que je pourrai récupérer vers 20h à Limoges ? Je prends un croissant aux amandes à la boulangerie et je file par le chemin le plus rapide.
Dans ma course vers Limoges, un jeune faisant son footing me rattrape. Nous faisons quelques centaines de mettre ensemble en marchant rapidement. Même si je suis sur une route départementale très fréquentée en ce vendredi en fin d’après-midi, je fonce. Je ne traîne pas pour traverser Panazol. La pente mène vers la Vienne. Je suis à Limoges et file à la gare. Les terrasses sont pleines, il y a un match de foot. A 19H45, je suis dans le hall de la gare. J’ai un train qui arrive à 20h04 et il est prévu à l’heure. Une personne est devant moi au guichet. Et patati et patata, .. la guichetière appelle le chef de gare. « Soyez rassurée, Madame, j’ai appelé le conducteur du train, tout va bien… » A 20h00 j’ai mon ticket. A 20h04 je suis dans le train, en profitant des toilettes pour un rapide nettoyage.

En limite de parcelle, sous le balisage des chemins jacquaires apparait une coquille de noix de St-Jacques peinte en bleue.


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#12 18-07-2024 14:38:36

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

En guise de conclusion sur le matériel, je pourrais dans ce contexte m’alourdir d’un short. C’était une sortie à basse altitude, lors d’un été plus frais qu’à l’habitude, donc je me suis passé de doudoune. Je ne suis pas non plus quelqu’un de très frileux.
J’aurais pu prendre moins de sardines, j’avais mal vidé mon sac lors de la préparation. A deux occasions le matin, je me suis demandé si je n’avais rien oublié sur le lieu de bivouac. Non, je n’ai rien laissé à part la tire-tique mais ce n’est pas ce gramme qui créé un vide.
Je suis repassé avec bonheur au matelas en mousse (MT500). Comme je le mettais dans le sac au niveau du dos, j’ai retiré le sitpad.
J’ai peu fait de photo cette année. Le bridge, je n’ l’aime pas. Je n’ai eu plaisir à photographier avec le téléphone,

Je pourrais m’alourdir d’un hamac, mais dans ce cas c’est une majeure partie de mon système de bivouac qui sera à revoir.

Concernant l’alimentation, j’ai bien fait de partir avec un peu plus d’une journée et demie de nourriture. Même si on passe dans quelques villages, on ne trouve pas forcément un café ou une boulangerie. Je porte peut-être une attention à ce sujet plus importante que les pèlerins qui réservent tous les soirs le gîte et le couvert. A chacun son chemin, à chacun son sac.

Concernant cette itinérance, je n’ai pas choisi la meilleure année : après un hiver, un printemps  et un début d’été très arrosé, plus le fait que nous étions en campagne électorale, il y a eu moins de monde sur les chemins d’après les commerçants. Le plus beau, c’était la vallée de la Creuse. Le GRP Val de Creuse sera à faire. Comme son nom ne l’indique pas, la majeure partie de ce parcours se situe dans l’Indre.
Les alentours de Saint-Goussaud étaient magiques dans la brume.
J’ai découvert que le GR 654 n’épouse pas le tracé du chemin jacquaire parfaitement. Le GR passe moins sur le bitume, cherchant à prendre des sentiers. Quand c’est boueux, c’est un peu plus compliqué. Par exemple, en quittant Bénevent l’Abbaye, le GR, m’a fait éviter les villages de Marsac et Arrènes pour joindre Saint-Goussaud contrairement au chemin jacquaire. Est-ce pour ça que je n’ai vu personne…. ?  Parfois, c’est le contraire, le GR dévie pour voir une curiosité.
Concernant la signalétique, il fallait parfois la chercher. Il a tellement plu ce printemps que la végétation a fortement poussée, s’amusant à cacher les symboles.

Est-ce que je reprendrai le chemin ? Non je ne crois pas. En tout cas, je sais à quoi m’attendre. Marcher seul en altitude pas de souci, mais là, je n’étais pas dépaysé, l’engagement physique n’était pas important et je m’attendais à voir du monde.
A chacun son chemin, à chacun son sac, le mien était léger.


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#13 19-07-2024 10:05:01

Pascal07300
Membre
Inscription : 13-01-2020

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

Bonjour,

Merci pour ce récit, je découvre un coin de France.

Mais que de tiques !?

Je croyais que dans le Vercors, ou j’en ramène 1 ou 2 à chaque sortie,  il y en avait beaucoup...

Mais je vois que finalement, c’est peu...

Pascal

Hors ligne

#14 19-07-2024 12:30:44

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] St-Jacques de Compostelle - Voie du Vézelay

frneko,
Pour les commentaires des photos, est-ce que cela te convient ou préfères-tu des commentaires plus courts, moins descriptifs?
Je risque de mettre à jour tous mes récits.


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

Pied de page des forums