Outils du site

Vous n'êtes pas identifié(e).


laver_son_sac_de_couchage

Lavage d'un sac de couchage en duvet

Page en cours de construction

Pourquoi/quand laver son duvet?

Au fur et à mesure de son utilisation, un sac de couchage en duvet va s'encrasser (Salissure extérieure, transpiration, sébum de la peau et des cheveux,…). Cela peut avoir deux effets distincts dur le duvet. D'abord les substances acides comme le sébum peuvent lentement dégrader le duvet, et ensuite toutes les matières organiques qui s'y accumulent, en combinaison avec l'humidité, peuvent être des sources de moisissures. Un lavage délicat dans les règles de l'art et un séchage consciencieux devraient régler ces problèmes, en plus de restaurer le gonflant du duvet.

Risques du lavage

Chez un professionnel

Certains fabricants (Triple zéro1), Valandré2),…) proposent un service de nettoyage pour leurs sacs de couchage. Il s'agit certainement de la meilleure solution pour garantir un résultat optimal sans prendre le risque d'endommager son duvet, à préférer pour les pièce les plus garnies (plus de 500g par exemple), qui nécessitent une machine à laver et un sèche-linge de taille plus conséquente.

Il faut se méfier des blanchisseries qui proposent le nettoyage de couettes en duvet ou sacs de couchage, et s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un simple lavage à sec. Les solvants utilisés pour le lavage à sec ne sont pas adaptés pour le duvet et pourraient l'endommager, réduire sont gonflant ou simplement rester sur le duvet pendant plusieurs semaines3).

Chez soi

Tutoriel basée sur la méthode utilisée par Ith (Message original)

Matériel nécessaire

  1. Machine à laver à tambour en bon état. Les machines en laverie sont préférables car elles ont un grand volume de charge, c'est mieux pour le duvet. Ceci dit des particuliers ont maintenant des machines 9kg ce qui est amplement suffisant pour un duvet de 400g de charge.
  2. Sèche-linge en bon état, c'est à dire qui respecte les températures demandées.
  3. Ou Étendoir ou support de type grillage permettant l'égouttage et le séchage à plat du sac de couchage. On peut ainsi se passer du sèche-linge mais il faut avoir deux jours au dessus de 25°C et secs devant soi.
  4. Lessive liquide “spéciale duvet” de qualité (par ex: nikwax). Elle évite de laisser des résidus et facilite le débourrage des boules de duvet). On peut envisager d'y substituer du shampoing doux bébé si c'est impossible d'avoir une lessive spéciale. Les autres agents lavants (woolite, lessive liquide, poudre, savon…) ont des pH inadaptés au duvet ou tout un tas de trucs (azurant, additifs de mouillage, silicones…) qui font plus de mal que de bien. Pourquoi prendre le risque pour économiser 10€ au risque de pourrir un sac à 300€?
  5. Panier à linge percé dans le fond de préférence, pour manipuler le sac de couchage détrempé après le lavage sans risquer de déchirer les coutures.
  6. Ou sac en filet .

Préparation

- S'assurer que le lave linge est propre (bac à lessive essentiellement). Il est bon de faire un petit lavage afin de “rincer la machine”.
Parfois on propose de fermer les zips et de retourner le sac, l'idée c'est que le zip ne va pas cisailler les tissus, surtout vrai au temps des zips métal). D'autre fois on propose d'ouvrir les zips afin d'étaler dans le tambour largement le sac (évite les poches d'eau captives). Les deux méthodes ont des avantages et des inconvénients. Ce qui est certain c'est que les velcros doivent être fermés sinon ils vont user très vite les tissus fragiles des sacs actuels.

Lavage

- Mettre peu de produit et choisir un cycle très doux. Souvent cela revient à choisir un cycle laine à 30°C (cf. indications triple zéro du post de kodiak).
- Le problème consiste à éliminer les traces de détergents au rinçage, d'éviter d'essorer trop fort ce qui risque de détériorer le sac (le duvet forme une boule qui vient défoncer les cloisons internes. Plus le sac est compartimenté moins le risque est élevé car moins grosses boules) tout en assurant un séchage rapide du duvet trempé pour éviter qu'il ne pourrisse. On recherche un compromis optimal.
- Parfois cela veut dire un second lavage rapide et doux après le premier (et dans ce cas pas d’essorage à la fin du premier lavage, du moins pas plus de 30sec à 400tr/min) afin d'avoir un rinçage optimal. Certaines machines permettent de programmer un sur rinçage (ou un rinçage) en fin du premier cycle.
- On doit essorer au minimum. Dans le même temps il faut essorer sinon le duvet ne sèche pas assez vite (surtout s'il ne fait pas du vent avec 35°C). Perso je fais un cycle à 400tr/min dans une machine Miele qui accélère très progressivement (cycle laine). Si je ne suis pas certain de la qualité de la machine c'est 400tr/min durant 30 secondes.

Égouttage

- On doit sortir le sac de la machine très très précautionneusement. Le duvet est aggloméré, il forme une masse compact et les tissus et coutures sont fragiles à ce stade.
- Je met le sac dans une corbeille trouée en bas pour le transport. Il rend à ce stade spontanément pas mal d'eau. On peut presser légèrement à plat pour accélérer le processus.
- Je vais étendre la sac A PLAT sur un support de type grillage (pour l'aération et que l'eau s'égoutte). On ne pend JAMAIS le sac qui est encore trop lourd. On laisse s'égoutter, on peut presser très délicatement les grosses boules de duvet pour faire sortir le surplus d'eau.

Séchage

Deux options :
- Si on a un sèche linge de qualité et du plus grand volume possible. Une fois le duvet bien égoutté. On le place dans le sèche linge à basse température. On arrête régulièrement le sèche linge pour “débourrer” les boules de duvet. On fait plusieurs fois la manip. AU DEBUT on se dit “c'est mort, le duvet est foutu”….mais progressivement les boules sèches, se séparent et le sac redevient gonflant. C'est long et il faut être patient.
On lit parfois “mettre des chaussures de tennis dans le tambour du sèche linge”. C'est une erreur de traduction. Initialement c'était des balles de tennis. Pourquoi pas mettre des balles de tennis (l'idée c'est qu'elles vont casser les boules de duvet). Personnellement j'ai essayé (balles neuves et blanches sinon cela risque de pourrir le duvet) et je n'ai pas vu d'intérêt évident par rapport aux inconvénients.
- S'il fait chaud (plus de 25°C par temps sec, si possible avec du vent). Perso je laisse le sac sur l'étendoir sécher par temps chaud (pas exposé en plein soleil) et dans le vent. Je presse doucement et régulièrement les boules pour faire sortir le surplus d'eau. A un certain stade je vais délicatement essayer de commencer à séparer les masses agglomérées. Puis, je vais “débourrer” les masses de duvet. Puis je vais tapoter le duvet pour qu'il finisse de sécher. Quand il est sec…je le laisse encore sécher 24h avant de le ranger. C'est très long et il faut être très patient.
- On peut opter pour un compromis entre les deux méthodes (cf. post de Kodiak ci-dessus et consignes 000). Le truc c'est que moins il y a d'eau, moins le duvet est lourd et risque de défoncer dans le tambour de séchage les coutures. C'est bien de le laisser s'égoutter à plat avant le sèche linge. D'un autre coté, si on attend trop, le duvet risque de pourrir.

Considérations générales

J'ai opéré de la sorte pour de nombreux items en duvet. Moins la charge de duvet est importante OU plus le duvet est compartimenté (donc il forme moins de grosses boules difficile à débourrer délicatement) plus c'est rapide et moins risqué. Un sac avec un tissu “imper respi” est plus compliqué (ça sèche moins vite et si de l'eau est retenu prisonnière dans un compartiment à l'essorage c'est source de dégât car elle va chercher à forcer le passage).

Si le sac (ou le vêtement) est de qualité (coutures solides, tissus corrects…) : à la fin j'ai récupéré un item en meilleur état qu'au départ. Parfois, j'ai même eu l'impression que le sac était plus gonflant que lorsqu’il était neuf.
J'ai 25 ans d'expérience pour le lavage des items en duvet. Je n’hésite pas à laver chez moi s'il y a moins de 500g de duvet. Au delà de 800g, je préfère confier à l'entreprise qui m'a vendu le truc. Entre les deux, j'hésite et attends le moment propice et/ou d'avoir à disposition un bon lavomatic.
Dans tous les cas, j'utilise un bonnet pour éviter de crassouiller vite le sac, un sac en soie pour le protéger en été, ou des sous vêtements complets en hiver. Quand je peux je passe une éponge mouillée sur le tissu interne et laisse sécher à l'air libre.

laver_son_sac_de_couchage.txt · Dernière modification: 2018/08/03 16:59 par Pala2