Outils du site

Vous n'êtes pas identifié(e).


optimiser_le_portage_d_un_sac_sans_armature

Optimiser le portage d’un sac à dos sans armature

J’ai un sac tout simple sans armature avec ceinture ventrale (type de sac très courant) et 8 à 12kg de matériel, comment le charger pour qu’il soit le plus confortable possible ? Et notamment permettre un transfert du poids sur les hanches ?

Une armature à 0 gramme

Il ne s'agit pas de dire que les armatures ne sont pas nécessaires, mais qu'on peut faire beaucoup avec peu si on utilise les techniques simples présentées ci-dessous.

Le rôle des armatures de sacs à dos est simple : rigidifier le sac pour qu’il conserve une forme prédéfinie au niveau du dos. Cette forme permet d’éviter que le sac s’affaisse quand on relâche les bretelles et ainsi permettre le report du poids sur les hanches ; ainsi que de maintenir une forme ergonomique pour la stabilité et le confort (évacuation de l’humidité par exemple).

L’idée est donc d’essayer de se rapprocher de cet idéal sans utiliser une armature dédiée à cette fonction. Utiliser ce qu'on met dans le sac pour obtenir un sac à dos rigide et ainsi pouvoir reporter une partie du poids sur les hanches, donner de la stabilité et laisser respirer le dos.

Comment ?

Pour rigidifier un sac sans armature, la meilleure technique consiste à limiter au maximum les espaces vides.

  • placer les objets de manière à les imbriquer au mieux dans le volume disponible
  • comprimer les objets souples (vêtements, sac de couchage)
  • protéger les objets fragiles ou les mettre dans une poche annexe si ce n’est pas possible
  • utiliser les objets déformables (sac de fruits secs par exemple) pour combler les espaces aux formes non régulières
  • de pas regrouper plusieurs objets dans un contenant en vrac : des petits contenants seront plus à même de remplir les espaces
  • une fois le remplissage terminé serrer les sangles de compression. Notamment celles qui permettent une compression verticale du sac.

Bien agencer le matériel

Le sac ne doit pas se plier en deux quand on comprime le sac verticalement. Une fois le remplissage et le serrage terminés, le sac peut être posé au sol sans qu’il s’affaisse sur lui-même, il doit faire “bloc”.

Mis sur les épaules, ceinture ventrale bien serrée, quand on relâche les bretelles, on peut mettre quasiment tout le poids du sac sur les hanches et donc assurer un bon confort de portage, les épaules sont soulagées.

Pour aider un peu

On peut aussi ajouter un matelas de sol placé en tube dans le sac, l’effet « rigidificateur » n’est pas aussi efficace qu’en limitant les espaces, mais il est non négligeable et vient s’y rajouter.

Ce matelas qui entoure le matériel permet aussi de le protéger de l’eau latéralement, un tissu étanche pour couvrir le tube et on a une solution légère pour garder le matériel au sec.

Exemple illustré de Jerooome pour une balade en Islande:

Stabilité

Bourrer ainsi son sac a tendance à l’arrondir et donc à le rendre instable : il risque de rouler contre le dos, ce qui est désagréable et nuit à l’équilibre du marcheur. Pour augmenter sa stabilité, une solution simple et légère consiste à choisir une housse de sac de couchage allongée et sans trop de volume, pour que le sac de couchage soit bien comprimé dedans et que la housse occupe toute la largeur du sac à dos.

Le but est d’obtenir un cylindre suffisamment rigide et de largeur identique à celle du sac à dos, voire un peu plus large. Ce cylindre est placé en force horizontalement au fond du sac : d’abord verticalement en biais, puis on force d’un côté pour le mettre à plat. Cette technique permet d’avoir un bas de sac non arrondi sur la largeur, qui se met bien en appui sur les hanches quand la ceinture ventrale est serrée, assurant une très bonne stabilité.

Le haut du sac restera plutôt arrondi mais tant que la stabilité du sac est assuré par le bas ce n’est pas gênant. Cet arrondi permet de limiter la surface de contact avec le haut du dos et donc une bonne évacuation de l’humidité du dos.

Cas concret

Voici comment je charge mon sac Golite Jam² (ancienne version) avec 10 kg de matériel pour un maximum de confort (1L d’eau, 4kg de matériel, 5kg de nourriture pour une 1 semaine d’autonomie). Ces techniques sont applicables à n’importe quel sac à dos sans armature pourvu de sangles de compression et de poches annexes (latérales et supérieure ou frontale).

Je commence par enrouler mon matelas de sol sur lui-même sans le serrer (un Ridge Rest en demi-longueur), puis je le glisse dans le sac où je le déroule au maximum en le plaquant au mieux au tissu intérieur du sac, il forme un tube vertical. J’ai mis mon sac de couchage dans sa housse cylindrique spécialement choisie (cf ci-dessus), je le glisse verticalement dans le tube, puis je force un coup pour le rentrer bien horizontalement au fond du sac à dos. Je place au mieux les autres affaires, il s’agit essentiellement de la nourriture, de façon à remplir le sac en laissant le moins d’espaces possibles. Par exemple au niveau des arrondis supérieurs de la housse du sac de couchage, je place de la nourriture en petit sachets ce qui permet d’obtenir une surface presque plane pour mettre les plats lyos. Par-dessus la popote dans laquelle le réchaud est mis pour le protéger de la compression. Les quelques vêtements sont mis à côté de la popote pour bien la caler, je termine par ma doudoune sans manches (bien rangée dans sa housse), pour pouvoir y accéder facilement. Les autres affaires sont mises dans la poche frontale. Dans les poches latérales, je mets la nourriture du jour, l’eau, ainsi que l’abri puisqu’il est souvent humide.

Avantages

  • Augmenter considérablement la limite de portage d’un sac léger, donc alléger l’ensemble
  • Economies en évitant d’acheter un sac supplémentaire pour les charges plus importantes
  • Protéger le matériel de l’eau si le matelas est mis à l’intérieur

Inconvénients

  • Nécessité d’être précis dans le remplissage
  • Si utilisation du matelas à l’intérieur : perte de volume intérieur et non disponibilité du matelas en journée

Personnellement ces inconvénients ne me posent pas pas vraiment problème car après un jour ou deux je ne me pose plus de question lors du remplissage : chaque objet prend sa place rapidement et efficacement, je sais où les mettre et connais mon sac par cœur. La surface de tissu supplémentaire nécessaire pour avoir un sac plus grand qui puisse accueillir le matelas pèsera toujours moins qu’une quelconque armature. Enfin je n’ai pas besoin du matelas en journée car je m’assois sur mon sac si besoin et quand l’envie d’une sieste se fait sentir, c’est qu’il fait beau et que j’ai trouvé une petite pelouse herbeuse ou une dalle chauffée par le soleil.

Au-delà de ces techniques dédiées aux sacs sans armature, les conseils classiques de remplissage valables pour tous les sacs s’appliquent aussi bien sûr : mettre les objets lourds centrés près du dos, notamment.

En vidéo

Sac de Jean Jacques Lien Youtube
Sac de Yann: Lien Youtube
Sac de FLF: Lien Youtube

optimiser_le_portage_d_un_sac_sans_armature.txt · Dernière modification: 2017/07/02 15:57 par Opitux