Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 22-05-2011 21:54:18

ChP
Membre
Inscription : 13-09-2006
Messages : 2 101
Site Web

Trois semaines au Spitzberg

Bonsoir à toutes et à tous,

Comme on a tout fait (ou presque) pour alléger nos pulkas lors de ces trois semaines, je me permets -ici- de vous raconter une des ces journées.

Cordialement.

Pierre


Alzheimer mais ne se rend pas wink !

Hors ligne

#2 22-05-2011 22:33:54

simon
PRO
Lieu : France
Inscription : 31-10-2006
Messages : 1 297
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

Très sympa à lire et une belle aventure smile Bravo à vous 4


Carnets d'aventures : mon trombi
Laisse ton esprit s'évader et tes pieds suivre tes rêves.

Hors ligne

#3 22-05-2011 22:53:11

m_laurichesse
Membre
Lieu : Limoges
Inscription : 13-03-2009
Messages : 79

Re : Trois semaines au Spitzberg

Excellent !!!!!
J'attendais depuis un moment vos petites histoires... Le fait de ne pas faire un compte-rendu au jour le jour nous laisse sur notre faim, j'aime. De bien belles photos en prime. Je vous envie.

Mathieu

Hors ligne

#4 22-05-2011 23:54:48

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 105

Re : Trois semaines au Spitzberg

Ah enfin !

Je lirai ça demain tranquille pour mieux en profiter  wink , ça se déguste smile

BN

Dernière modification par Iksarfighter (22-05-2011 23:56:38)


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#5 23-05-2011 07:06:55

Profil supprimé 14
Profil supprimé à la demande de l'auteur
Inscription : 13-06-2010
Messages : 3 247

Re : Trois semaines au Spitzberg

En lisant une telle aventure, je me pose la question suivante: je suppose qu'on ne part pas à l'arrache dans de telles conditions, celà demande une organisation du tonnerre. Est ce que celà nuit à la sensation de liberté que l'on éprouve, en se disant "j'ai pas intérêt à me planter, celà pourrait vite devenir dramatique", ou est ce qu'avec l'expérience on arrive à oublier tout ça, et à se sentir comme un poisson dans l'eau à l'intérieur du cadre fixé?

Hors ligne

#6 23-05-2011 07:36:04

wwwfabien
Membre
Lieu : Essonne
Inscription : 23-06-2010
Messages : 835

Re : Trois semaines au Spitzberg

A lire ça donnerait envie !
Mais j'ai quand même du mal à voir ce que ça peu donner sur le terrain.
Il faisait quelle température en journée ?

Hors ligne

#7 23-05-2011 08:16:54

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 386

Re : Trois semaines au Spitzberg

Incrédule a écrit :

En lisant une telle aventure, je me pose la question suivante: je suppose qu'on ne part pas à l'arrache dans de telles conditions, celà demande une organisation du tonnerre. Est ce que celà nuit à la sensation de liberté que l'on éprouve, en se disant "j'ai pas intérêt à me planter, celà pourrait vite devenir dramatique", ou est ce qu'avec l'expérience on arrive à oublier tout ça, et à se sentir comme un poisson dans l'eau à l'intérieur du cadre fixé?

Kikoo Incrédule wink

Bon je vais répondre rapidement pour désamorcer toutes les blagues qui vont très vite arriver wink.

Tu as utilisé 2 termes qui font vraiment partie de mon vocabulaire : "à l'arrache" et "liberté". C'est ma méthode habituelle pour toutes mes sorties, pour 2 jours aussi bien que pour 3 semaines. Pour 3 semaines, je prend un billet d'avion, je cherche 1 carte et mes préparatifs s'arrêtent là, avec bien sûr une optimisation de ma liste pour la destination choisie.

Pour ce genre de destination plus compliquée, il y avait une grosse partie administrative : ChP a fait tout le boulot et je lui laisse répondre à ce sujet wink. Pour mon matos, j'ai adapté/fabriqué pas mal de choses, parce qu'il n'existait rien qui me convienne sur le marché (ou pour des raisons de coût). Donc exceptionnellement, je me suis beaucoup plus préparé que d'habitude. Et cela ne m'a pas forcément davantage servi smile mais cela a simplifié beaucoup de tâches sur place. Et j'avais décidé de préparer cette sortie, assez cool à la base, comme une expé pour pouvoir gagner en expérience, sur la préparation notamment (j'ai par exemple préparé toutes mes rations journalières à l'avance, emballées individuellement). Et cela me faisait gagner du temps et simplifiait grandement ma gestion de bouffe au jour le jour.

AMHA, l'expérience prime largement sur la préparation. Il vaut mieux partir à l'arrache en connaissant bien l'environnement, qu'effectuer une grosse organisation/préparation dans une mauvais direction. Les détails vont très souvent faire la différence. Pour cette sortie on avait la chance de profiter de l'expérience de ChP et de tous ses bons conseils qui m'ont guidés pour la préparation, même si parfois j'ai adapté à ma sauce (et parfois subi les conséquences ensuite wink). Donc si tu connais bien l'environnement, tu peux partir à l'arrache, si tu connais pas, eh bien tu prépares un maximum en espérant ne pas trop de planter wink.

Mais même une préparation poussée ne nuit pas à ton sentiment de liberté. La limitation dans ces balades provient plus des compromis que chacun fait avec ses coéquipiers, indispensable pour garder la cohésion du groupe, mais qui fait que tu vas aller à droite alors que tu aurais préféré à gauche wink.

Ce sentiment de liberté est davantage lié AMHA à ton état d'esprit, à la façon dont tu te déplaces, à l'absence d'objectifs précis, à une volonté de te laisser porter par les événements, les paysages, etc. C'est ce que je préfère lorsque je suis seul, pouvoir me dire que je peux aller n'importe où, quand je veux,... et décider d'aller découvrir où mène cette jolie petite vallée encaissée, ou quel est le panorama derrière cette colline, etc. C'est cela que m'a apporté la MUL, cette extraordinaire liberté de pouvoir randonner léger, donc avoir plusieurs jours d'autonomie sur moi et la sécurité qui va avec. Du coup, je n'ai qu'à embrasser le paysage du regard et me laisser porter là où j'en ai envie...

Donc pour ma part je suis toujours comme un poisson dans l'eau, quelles que soient les destinations. L'ampleur de cette sensation de liberté est pour ma part directement liée à l'endroit où je me rends. Si je pars pour une destination exceptionnelle, dans des conditions particulières, je me retrouve alors seul au monde, et j'ai l'impression parfois d'être le premier à emprunter telle vallée ou à traverser tel gué. Tel cet hiver, absolument seul à randonner en Islande à cette période de l'année ou au printemps dernier, dans des vallées perdues dans le Siroua (Maroc), où j'ai croisé beaucoup d'autochtones, mais qui pour beaucoup n'avaient pas vu l'ombre d'un touriste depuis des années.

eraz

Hors ligne

#8 23-05-2011 08:17:15

ChP
Membre
Inscription : 13-09-2006
Messages : 2 101
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

Incrédule a écrit :

En lisant une telle aventure, je me pose la question suivante: je suppose qu'on ne part pas à l'arrache dans de telles conditions, celà demande une organisation du tonnerre. Est ce que celà nuit à la sensation de liberté que l'on éprouve, en se disant "j'ai pas intérêt à me planter, celà pourrait vite devenir dramatique", ou est ce qu'avec l'expérience on arrive à oublier tout ça, et à se sentir comme un poisson dans l'eau à l'intérieur du cadre fixé?

Pour moi, partir comme on dit "à l'arrache", n'a jamais représenté un cadre de liberté mais un cadre de contraintes supplémentaires qu'il va falloir gérer. Pour autant, ces contraintes supplémentaires peuvent être amusantes, voire un bon dérivatif à un planning établi.

Quand on part en sachant qu'il faudra être en autonomie totale, il est nécessaire de prévoir un minimum de choses qui feront que quoi qu'il arrive (du moins dans une certaine mesure, après, c'est le déclenchement de la balise ; chose prévue aussi) cette autonomie ne sera pas remise en question.

Par ailleurs, la préparation d'un voyage, c'est déjà le voyage.

Aussi, la peur est un des sels de l'aventure.

Pour ce qui me concerne, ayant prévu au moins ce qui ne nuira pas à mon autonomie, je me sent très libre. Le Spitzberg est un espace de jeu formidable.

Cordialement.

Pierre


Alzheimer mais ne se rend pas wink !

Hors ligne

#9 23-05-2011 08:25:16

ChP
Membre
Inscription : 13-09-2006
Messages : 2 101
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

wwwfabien a écrit :

A lire ça donnerait envie !
Mais j'ai quand même du mal à voir ce que ça peu donner sur le terrain. ...

Ce serait trop long à expliquer, il faut y aller lol .

wwwfabien a écrit :

... Il faisait quelle température en journée ?

Cette année, la gamme de températures rencontrées en journée à dû s'étaler entre un petit -20 °C et un gros -5 °C. Après, le vent toute la différence.

Cordialement.

Pierre


Alzheimer mais ne se rend pas wink !

Hors ligne

#10 23-05-2011 08:46:08

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 105

Re : Trois semaines au Spitzberg

Jolie aventure et MUL au possible dans des conditions proches de l'extrême.

Pour une meilleure sécurité, un de vous est médecin ou a le brevet de secouriste non ?

Aucun de vous n'a eu de début de gelure ou d'onglée ?

Au niveau de la perspiration, il n'a peut-être pas fait assez froid pour que celle-ci gèle dans les plumes du duvet, sauf comme tu disais ChP dans la footbox qui est davantage isolée et contient les  pieds bien plus humides et froids que le reste du corps.

Avec des t° inférieures et soutenues on doit commencer à être embêté sans VBL par la perspiration.


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#11 23-05-2011 08:58:54

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 386

Re : Trois semaines au Spitzberg

Iksarfighter a écrit :

Jolie aventure et MUL au possible dans des conditions proches de l'extrême.

Pour une meilleure sécurité, un de vous est médecin ou a le brevet de secouriste non ?

Aucun de vous n'a eu de début de gelure ou d'onglée ?

Au niveau de la perspiration, il n'a peut-être pas fait assez froid pour que celle-ci gèle dans les plumes du duvet, sauf comme tu disais ChP dans la footbox qui est davantage isolée et contient les  pieds bien plus humides et froids que le reste du corps.

Avec des t° inférieures et soutenues on doit commencer à être embêté sans VBL par la perspiration.

Kikoo Iksarfighter wink

Pas trop de problèmes de perspiration... J'avais fabriqué un VBL, mais il n'était pas très pratique (un peu juste en dimensions et très glissant). Je ne l'ai utilisé que 2 nuits et ensuite j'ai fait sans. Les températures étaient suffisamment froides pour que cela gèle (jusqu'à -27°C) et de nombreuses nuits au début en dessous de -15°C. Mais le problème de la perspiration reste léger, si l'on ne fait que perspirer. Le problème vient du fait que les gens ont trop chaud dans leur sac et transpirent, voire respirent dedans (la plus grande difficulté lorsqu'il fait très froid).

J'ai donc eu un peu de glace formée dans mon sac de couchage, mais c'était très léger et je l'ai mis à sécher lors de 2 belles journées ensoleillées wink.

eraz

Hors ligne

#12 23-05-2011 09:11:11

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 2 904

Re : Trois semaines au Spitzberg

Bonjour,

Un Xième merci pour cet important travail de restitution qui va permettre à de nombreuses personnes de se rendre dans de bonnes conditions dans ces contrées, y compris les "un peu moins jeunes".

En effet, le net ne manque pas de reportages sur ces destinations mais beaucoup moins de détails précis. On renoue ici avec l'ancienne habitude des livres d'expédition (je pense au livre de Sir John Hunt) qui détaillaient en annexe la préparation, les fournisseurs, le matériel etc...

J'attends avec intérêt vos "listes" qui ne manqueront pas de révéler les détails qui font la différence une fois sur le terrain (système de gants, système pour les pieds, système de chapeau, système de couchage, système contre le vent, réchauds, popotes, systèmes d'ancrages, pelles, système denourriture...). Certes, elles ne remplaceront pas le "savoir faire" dont vous avez fait preuves mais constitueront une excellente base d'évaluation de nos propres solutions.

En plus on a la chance d'avoir deux approches de la "randonnée légère" complémentaires, plaisantes, efficientes et efficaces.

smile


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#13 23-05-2011 09:17:08

ChP
Membre
Inscription : 13-09-2006
Messages : 2 101
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

Iksarfighter a écrit :

... Au niveau de la perspiration, il n'a peut-être pas fait assez froid pour que celle-ci gèle dans les plumes du duvet ...

Il a fait suffisamment froid pour que de la vapeur d'eau contenue dans les sacs de couchage gèle. Il faut bien prendre conscience que les moments où le gel peut se produire ne sont pas quand on est dedans, mais toute la journée où le sac est stocké dans la pulka et où il est exposé à la température ambiante sans source de chaleur. En conclusion, si au petit matin quand on sort de son duvet on peut s'apercevoir qu'il y a eu de l'humidité car à certains endroits il aura perdu de son gonflant, c'est le soir en le dépliant qu'on constatera si oui ou non il y a des blocs de duvet gelés.

Iksarfighter a écrit :

... Avec des t° inférieures et soutenues on doit commencer à être embêté sans VBL par la perspiration.

Ce n'est pas la température absolue qui est gênante, c'est principalement le fait d'avoir trop chaud dans son sac de couchage, comme l'a dit précédemment eraz. Donc, à équipement donné, on est d'autant moins embêté qu'il fait plus froid !

EDIT : Ah, j'ai oublié

Iksarfighter a écrit :

... sauf comme tu disais ChP dans la footbox qui est davantage isolée et contient les  pieds bien plus humides et froids que le reste du corps.

Pour ce qui est du problème de la foot box, comme je l'ai dans le compte rendu des équipements, je n'ai pas compris ce qui s'est passé. L'explication que tu donnes, qui est tangible, ne me semble pas la bonne ici. Si cette explication était valable, une partie du duvet des compartiments jouxtant la foot box aurait été aussi atteinte. Or, il n'en était rien. Je garde quand même en mémoire ce problème.

Cordialement.

Pierre.

Dernière modification par ChP (23-05-2011 09:38:34)


Alzheimer mais ne se rend pas wink !

Hors ligne

#14 23-05-2011 10:18:33

ChP
Membre
Inscription : 13-09-2006
Messages : 2 101
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

ith a écrit :

... Un Xième merci pour cet important travail de restitution qui va permettre à de nombreuses personnes de se rendre dans de bonnes conditions dans ces contrées, y compris les "un peu moins jeunes".  ...

65 ans bien tassés smile . Y a pas d'age !

Cordialement.

Pierre


Alzheimer mais ne se rend pas wink !

Hors ligne

#15 23-05-2011 10:54:53

mad
Jaguar anar
Lieu : Essonne et reste du monde
Inscription : 06-07-2007
Messages : 3 121

Re : Trois semaines au Spitzberg

Iksarfighter a écrit :

Jolie aventure et MUL au possible dans des conditions proches de l'extrême.

1) Pour une meilleure sécurité, un de vous est médecin ou a le brevet de secouriste non ?

2) Aucun de vous n'a eu de début de gelure ou d'onglée ?

3) Au niveau de la perspiration, il n'a peut-être pas fait assez froid pour que celle-ci gèle dans les plumes du duvet, sauf comme tu disais ChP dans la footbox qui est davantage isolée et contient les  pieds bien plus humides et froids que le reste du corps.
Avec des t° inférieures et soutenues on doit commencer à être embêté sans VBL par la perspiration.

1) Vé est médecin

2) Si. J'ai eu 9 doigts gelés sur 10 dès le 2° jour (fixations de ski neuves et trop justes, impossibles à mettre sans enlever les gants, et avec -20°C et du vent, 20 à 30 s. suffisent) : ça a vraiment été pénible ensuite (que ce soit pour tenir les bâtons, tirer un zip, ou manier une pelle - sans parler de se t*** le derrière avec des glaçons). C'est réparé smile . Les autres ont eu des onglées (doigts et pieds), et on garde encore (Vé et moi du moins) une sensation de picotement dans les orteils et les doigts. Thierry (eraz) avait une superbe collection de gants et a apparemment mieux géré ça.

3) Non, il faisait bien assez froid, mais nous avons fait très attention à ne pas respirer dans le duvet. Et la perspiration n'est pas si importante que ça, ni la transpiration, si on n'est pas trop couvert, comme l'ont dit aussi eraz et ChP. Malgré tout, il arrivait que le bord près de la bouche gèle, mais on arrivait à le dégeler ensuite facilement le matin. Il y quand même eu des nuits où il a fait -23°C dans la tente ...
Sur le fait que seule la footbox de ChP ait gelé, j'ai mon idée : Vé et moi stockions des trucs (fringues etc.) dans des sacs dans le duvet, pas Pierre : je pense que ça évitait que le bout du duvet soit thermiquement isolé du reste.

Dernière modification par mad (23-05-2011 12:12:55)


Un bon hamac vaut mieux qu'un long discours !

Hors ligne

#16 23-05-2011 11:29:23

Profil supprimé 14
Profil supprimé à la demande de l'auteur
Inscription : 13-06-2010
Messages : 3 247

Re : Trois semaines au Spitzberg

eraz a écrit :
Incrédule a écrit :

En lisant une telle aventure, je me pose la question suivante: je suppose qu'on ne part pas à l'arrache dans de telles conditions, celà demande une organisation du tonnerre. Est ce que celà nuit à la sensation de liberté que l'on éprouve, en se disant "j'ai pas intérêt à me planter, celà pourrait vite devenir dramatique", ou est ce qu'avec l'expérience on arrive à oublier tout ça, et à se sentir comme un poisson dans l'eau à l'intérieur du cadre fixé?

Kikoo Incrédule wink

Bon je vais répondre rapidement pour désamorcer toutes les blagues qui vont très vite arriver wink.

Tu as utilisé 2 termes qui font vraiment partie de mon vocabulaire : "à l'arrache" et "liberté". C'est ma méthode habituelle pour toutes mes sorties, pour 2 jours aussi bien que pour 3 semaines. Pour 3 semaines, je prend un billet d'avion, je cherche 1 carte et mes préparatifs s'arrêtent là, avec bien sûr une optimisation de ma liste pour la destination choisie.

Pour ce genre de destination plus compliquée, il y avait une grosse partie administrative : ChP a fait tout le boulot et je lui laisse répondre à ce sujet wink. Pour mon matos, j'ai adapté/fabriqué pas mal de choses, parce qu'il n'existait rien qui me convienne sur le marché (ou pour des raisons de coût). Donc exceptionnellement, je me suis beaucoup plus préparé que d'habitude. Et cela ne m'a pas forcément davantage servi smile mais cela a simplifié beaucoup de tâches sur place. Et j'avais décidé de préparer cette sortie, assez cool à la base, comme une expé pour pouvoir gagner en expérience, sur la préparation notamment (j'ai par exemple préparé toutes mes rations journalières à l'avance, emballées individuellement). Et cela me faisait gagner du temps et simplifiait grandement ma gestion de bouffe au jour le jour.

AMHA, l'expérience prime largement sur la préparation. Il vaut mieux partir à l'arrache en connaissant bien l'environnement, qu'effectuer une grosse organisation/préparation dans une mauvais direction. Les détails vont très souvent faire la différence. Pour cette sortie on avait la chance de profiter de l'expérience de ChP et de tous ses bons conseils qui m'ont guidés pour la préparation, même si parfois j'ai adapté à ma sauce (et parfois subi les conséquences ensuite wink). Donc si tu connais bien l'environnement, tu peux partir à l'arrache, si tu connais pas, eh bien tu prépares un maximum en espérant ne pas trop de planter wink.

Mais même une préparation poussée ne nuit pas à ton sentiment de liberté. La limitation dans ces balades provient plus des compromis que chacun fait avec ses coéquipiers, indispensable pour garder la cohésion du groupe, mais qui fait que tu vas aller à droite alors que tu aurais préféré à gauche wink.

Ce sentiment de liberté est davantage lié AMHA à ton état d'esprit, à la façon dont tu te déplaces, à l'absence d'objectifs précis, à une volonté de te laisser porter par les événements, les paysages, etc. C'est ce que je préfère lorsque je suis seul, pouvoir me dire que je peux aller n'importe où, quand je veux,... et décider d'aller découvrir où mène cette jolie petite vallée encaissée, ou quel est le panorama derrière cette colline, etc. C'est cela que m'a apporté la MUL, cette extraordinaire liberté de pouvoir randonner léger, donc avoir plusieurs jours d'autonomie sur moi et la sécurité qui va avec. Du coup, je n'ai qu'à embrasser le paysage du regard et me laisser porter là où j'en ai envie...

Donc pour ma part je suis toujours comme un poisson dans l'eau, quelles que soient les destinations. L'ampleur de cette sensation de liberté est pour ma part directement liée à l'endroit où je me rends. Si je pars pour une destination exceptionnelle, dans des conditions particulières, je me retrouve alors seul au monde, et j'ai l'impression parfois d'être le premier à emprunter telle vallée ou à traverser tel gué. Tel cet hiver, absolument seul à randonner en Islande à cette période de l'année ou au printemps dernier, dans des vallées perdues dans le Siroua (Maroc), où j'ai croisé beaucoup d'autochtones, mais qui pour beaucoup n'avaient pas vu l'ombre d'un touriste depuis des années.

eraz

Oui, sans doute que le problème des "compte rendus", c'est que ce qui transparait le plus c'est l'aspect technique et organisationnel (mais c'est normal, c'est en grande partie celà que l'on vient chercher sur le forum), et que l'état d'esprit reste une affaire individuelle, difficile à transcrire.
Je garde aussi la belle phrase de CHP : préparer son voayge, c'est déjà voyager. C'est peut-être aussi une partie de la clé pour ne pas trouver tous ces préparatifs trop contraignants.
Bravo à vous 4 en tous cas, je suis profondément admiratif.

Hors ligne

#17 23-05-2011 11:30:41

vdub199
@-}--MUL--{-@
Lieu : Volcans
Inscription : 16-02-2011
Messages : 303
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

Superbe, merci de partager tout ça!  wink

Hors ligne

#18 23-05-2011 11:41:40

denq
Membre
Inscription : 30-05-2007
Messages : 1 538
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

Impressionné, là c'est de la MUL extrême, un peu comme Jéronimo sur l'Aconcagua! Pour l'âge des participants, c'est un message clair sur la relativité du temps... smile


Vaut mieux être un peu titane qu'un grand mulet...

Hors ligne

#19 23-05-2011 12:20:48

mad
Jaguar anar
Lieu : Essonne et reste du monde
Inscription : 06-07-2007
Messages : 3 121

Re : Trois semaines au Spitzberg

denq a écrit :

Impressionné, là c'est de la MUL extrême, un peu comme Jéronimo sur l'Aconcagua! Pour l'âge des participants, c'est un message clair sur la relativité du temps... smile

Le seul en MUL extrême, c'était eraz : il pouvait transporter à pied tout son barda, pulka et bouffe compris, dans le train et le RER !
Les 3 autres, nous étions MUL, mais avec quand même des excès de bagages à l'aéroport ...
Ceci étant, je pense que nous n'avions pas grand chose en trop, sauf de la nourriture, mais il a fait moins froid que ce qui aurait pu arriver, et nous avons fait des étapes plutôt courtes (à cause de moi, qui était assez claqué au départ avec un récent traitement de 6 semaines d'antibiotiques pour une borréliose). Mais il vaut mieux avoir trop de bouffe que pas assez, car il n'y a pas de petite épicerie ouverte 7 j sur 7 là où nous étions wink !
Il se peut qu'on fasse un petit papier avec les listes dans Carnets d'Aventure.

Quant aux âges des participants, ça allait de 48 (eraz à fêté son anniversaire dans son igloo) à 65 en passant par Vé et moi 58 - ce n'est pas encore du ressort de la gériatrie lol !

Dernière modification par mad (23-05-2011 12:22:38)


Un bon hamac vaut mieux qu'un long discours !

Hors ligne

#20 23-05-2011 18:58:14

ibili
Libre Penseur
Lieu : The Basque Coast
Inscription : 03-01-2010
Messages : 235

Re : Trois semaines au Spitzberg

Je ne doute pas un instant que ce Post attirera de nombreux commentaires , vu les personnes présentes sur cette belle "expédition" , mais la question qui me taraude sera plutôt sur un registre différent que les considérations techniques/matos
A savoir :
Combien de grammes de Tabac par jour pour le Jaguar Anar et sa fameuse pipe ? lol
Etait -il autorisé à enfumer ses comparses ou devait il subir  la punition de faire la forge dehors en solo ? lol

Hors ligne

#21 23-05-2011 20:48:31

poissonfree
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-05-2011
Messages : 331

Re : Trois semaines au Spitzberg

mad a écrit :

...Quant aux âges des participants, ça allait de 48 (eraz à fêté son anniversaire dans son igloo) à 65 en passant par Vé et moi 58 - ce n'est pas encore du ressort de la gériatrie lol !

Bref, que des p'tits jeunes en vadrouillent  lol et (surtout) qui s'amusent  big_smile

Hors ligne

#22 23-05-2011 21:18:42

Doumy
Membre
Inscription : 22-04-2010
Messages : 497
Site Web

Re : Trois semaines au Spitzberg

Encore ! Encore ! Encore !


"La culture c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale", Pierre Desproges

Hors ligne

#23 23-05-2011 21:24:37

Flo
tombée dans la MUL quand elle était petite
Lieu : Toulouse
Inscription : 23-07-2005
Messages : 1 261

Re : Trois semaines au Spitzberg

Très sympas votre expé smile on aime


Nous vivons dans la représentation que l'on se fait du monde. Boris Cyrulnik
Alors autant qu'elle soit belle... ´·.¸¸.·´¯`·.¸><(((((°> ♥ <°)))))><´·.¸¸.·´¯`·.¸

Hors ligne

#24 23-05-2011 21:45:34

mad
Jaguar anar
Lieu : Essonne et reste du monde
Inscription : 06-07-2007
Messages : 3 121

Re : Trois semaines au Spitzberg

ibili a écrit :

Combien de grammes de Tabac par jour pour le Jaguar Anar et sa fameuse pipe ? lol

Je n'avais emporté ni pipe, ni tabac smile !

11620ea2cb03be69fa11c9daca612ded.jpg


Un bon hamac vaut mieux qu'un long discours !

Hors ligne

#25 23-05-2011 21:54:22

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 105

Re : Trois semaines au Spitzberg

Dommage ces problèmes de gelures des extrémités, ils doivent requérir une sacré discipline et habitude pour pouvoir être évités. Une bonne circulation périphérique aussi, syndromes et maladies de Raynaud s'abstenir.

Et finalement comment avez-vous réglé le problème de la respiration pendant la nuit (et même le jour !), aviez-vous des masques échangeurs plus ou moins techniques (en plus de vos fosses nasales ! lol ) ? Avez-vous pu bien respirer un air moins agressif et eu la sensation de récupérer des calories et de l'humidité grâce à l'échangeur ?

EDIT : Et aussi avec tous ces glaciers parcourus, comment avez-vous évité les éventuelles crevasses ??? Je vois que vous n'étiez pas encordés. Peut-être que sur les glaciers "plats" (faible dénivellé) il n'y a pas de séracs donc pas de crevasses ?

Dernière modification par Iksarfighter (23-05-2011 21:57:50)


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

Pied de page des forums