Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 31-07-2012 12:38:40

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

[Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Ecosse Mai 2012 – West Highland Way & Cape Wrath Trail – 490 kms – 18 jours


J’ai depuis longtemps envie d’aller en Ecosse. Après avoir lu un récit de plus, j’ai vraiment envie de faire le Cape Wrath Trail. Pouvant avoir 3 semaines de congés,  je choisis de me mettre en jambe avec le West Highland Way, cela me permettra  de rencontrer des Ecossais, leur gastronomie, et de débuter sur des sentiers faciles, moi qui manque d’entrainements etc…

Départ le samedi 5 mai après avoir bouclé comme souvent mes préparatifs au dernier moment (impression des cartes, réception du nouveau matériel). Quelques péripéties pour traverser la Manche, car j’ignorais que le ferry de Dunkerque ne prenait pas les piétons (il faut au moins un vélo). Heureusement je fais du stop et la première voiture s’arrête. Une fois la Manche traversée, on a droit à  un contrôle douanier plutôt poussé : faut dire que ce n’est pas commun 2 polonais vivant en Angleterre rentrant de vacances d’Amsterdam et prenant en stop un inconnu allant marcher 3 semaines en Ecosse.  Je fais une halte à Londres d’une demi –journée, histoire d’avoir un aperçu de la ville, puis bus de nuit jusqu’à Glasgow, visite express (c’est vraiment pas très joli) puis train pour atteindre Milngavie, point de départ de la West Highland Way, le dimanche 6 mai. A mon arrivée à Glasgow, je suis surpris par le climat, il fait vraiment très froid pour un mois de mai.


Ma liste :

3430_1.jpg
3430_2.jpg


Mon materiel préféré :
-    Salomon XT Wings 2 (contrairement à beaucoup, je les trouve résistantes, j’ai déjà fait environ 1500 kms avec et ells sont comme neuves, hormis niveau amorti, mais cela reste des chaussons, jamais eu d’ampoule avec)
-    Neoair (gros confort, passer des nuits sans se réveiller, cela ne m’arrivait pas avec mon matelas mousse)
-    Ikea Wood Stove (très efficace, et c’est un plaisir d’avoir un objet fait par soi-même)
Tout ce que j’ai emporté m’a servi. J’ai hésité à emmener ma polaire, grand bien m’en a pris car j’ai parfois eu froid même avec ma polaire et ma doudoune. Les bâtons font le boulot, et même si un est cassé, ce qui limite un peu la hauteur, c’est un vrai plus, notamment pour tâter le terrain. Les Sealskinz ne sont pas imperméables bien longtemps si l’on marche dans des zones humides, mais elles m’ont servi le soir au bivouac, je les enfilais pour ne plus sentir l’humidité de mes chaussures. Je les reprendrais pour cette utilisation, si jamais je retourne dans des pays comme l’Ecosse. Le GPS est très pratique. Pour suivre un GR, je m’en passe, mais pour aller dans des zones plus isolées, je ne peux pas encore m’en passer. Le Silshelter est très grand, ça me change de ma Microzoid. Seul inconvénient : c’est assez bruyant avec le vent même en s’appliquant au montage.


Itinéraire :

3430_ecosse1.png
3430_ecosse.png
Lien Itinéraire Bing


Sites utiles :
Where’s the path ?, d’où j’ai tire mes cartes
site utile pour trouver les bothy
Liste des bothy autour du CWT :
3430_bothy.png
très bon récit en français d’un CWT en solitaire
récit en anglais, photos de dingue !!!!


Récit 1ère partie : West Highland Way – 152 kms – 5 jours


1er jour - Dimanche 6 Mai : Milngavie-Loch Lomond (27.6 kms)
Début du WHW plutôt ennuyant, pas de sentier mais une autoroute, et beaucoup de monde. Mais il faut dire que nous sommes dimanche et très près de Glasgow. Le temps est maussade : il ne pleut pas mais il fait froid. Rencontre sympathique avec 4 anglais, des chauffeurs de bus de Leeds. On boit un coup ensemble dans un pub, je me gave avec une « beef pie » et une pinte. Je les quitte à la sortie du village, ils vont dans un B&B, je continue jusqu’à trouver un lieu de bivouac sympa, avec vue sur le Loch Lomond. Je fais mon feu et plante le bivouac rapidement, car le ciel menace.

3430_img_2245.jpg
3430_img_2247.jpg


2ème jour - Lundi 7 Mai : Loch Lomond – Beinglas Farm (38 kms)
J’ai très bien dormi, il faut dire que le confort du Neoair est incomparable à celui de mon ancien matelas mousse. Je pars à 7h, pas de pluie au départ mais hélas elle arrive assez vite et durera toute la journée. Je fais une halte au Inversnaid Hotel, où je découvre le Fish and chips, accompagné d’une bonne pinte. Et où j’apprends l’élection de François Hollande, avec une journée de retard.  Je décide de dormir au Beinglas Farm, si possible sous un abri en dur car la pluie est importante, et je dois dire que je n’ai jamais monté mon nouvel abri sous un tel temps (quand je dis que je manque d’entrainements !!). Hélas j’arrive tard, et il ne reste que le camping. Bon je pourrai tout de même prendre une bonne douche chaude et profiter du resto. L’endroit est vraiment sympa, il n’y a pas que des randonneurs mais aussi des locaux, c’est chaleureux et surchauffé. Je mange un bon Haggis. Je me rends compte que mon téléphone ne passe pas vers la France, et ça je ne le savais pas avant mon départ. Un anglais me prête son téléphone pour envoyer un SMS à mon patron qui me pose une question. Vraiment sympas ces britanniques !
3430_img_2269.jpg
3430_std_2261_stitch.jpg


3ème jour - Mardi 8 Mai : Beinglas Farm – Inveroran Hotel (35 kms)
Je prends un bon petit déjeuner typique : porridge, potato scone, bacon, sausage, black pudding, champignons, œufs, avec ça je vais pouvoir marcher longtemps. J’en profite un maximum car je sais que sur le CWT il sera bien plus difficile de se ravitailler donc je prends des forces. Départ à 7h. Pas de pluie mais il fait froid. Il y a pas mal de monde sur le sentier, je constate que beaucoup se font porter leur sac, il y a un vrai business autour de ce chemin. Avant de poser mon bivouac au bord du Loch Tulla, je fais une halte à l’Inveroran Hotel pour ma pinte quotidienne. Je suis avec un couple de jeunes britanniques, la fille a vraiment du mal à marcher, elle risque d’avoir du mal à arriver à Fort William. Je repars puis me pose rapidement. Le vent souffle fort, cela me gêne pour allumer mon feu, moi qui ai peu d’expérience dans ce domaine. L’endroit est vraiment sympa, mon coin préféré depuis le départ.
3430_img_2289.jpg
3430_std_2298_stitch.jpg
3430_img_2302.jpg


4ème jour - Mercredi 9 Mai : Inveroran Hotel – Kinlochleven (29.8 kms)
Pas très bien dormi, la nuit a été froide. Le temps est triste ce matin, froid et showers au programme. Je m’arrête à midi au Kinghouse Hotel . J’entends parler français devant l’établissement, donc je m’approche car ce sont les premiers que je rencontre, une famille de Lyonnais. Je mange ensuite un Haggis-navet-chou-pomme de terre, une pinte de cidre et un dessert écossais : le Crannachan, un gâteau aux framboises. Après l’hôtel, première grosse montée. Du sommet on voit le Ben Nevis, qui marquera la fin du WHW. La descente vers Kinlochleven est longue et casse-patte. Je rattrape à ce moment la famille de français, la femme peine un peu, son mari porte donc deux sacs. Je fais une petite halte un peu plus loin, check mon GPS pour voir s’il y a un bothy dans le coin, parle avec les français qui repassent. Je repars et arrivé au bar de Kinlochleven, je me rends compte qu’une poche de mon sac est vide, celle où se trouve habituellement mon GPS. Ni une ni deux je laisse mon sac au bar, repars en courant en marche arrière, demandant aux randonneurs croisés s’ils n’ont pas vu un GPS, jusqu’au point où je me suis arrêté. Hélas pas de GPS là où je me suis arrêté. Il faut dire que j’y suis passé il y a une demi-heure et vu la fréquentation du sentier, ce n’est pas étonnant. Je suis dépité, demain je finis le WHW et sans GPS, je me vois mal me lancer sur le Cape Wrath Trail, dans des zones isolés, parfois hors sentier, avec juste des morceaux de cartes. Je retourne donc au bar, commande une Guiness, et au moment de payer, je me rends compte que mon GPS est en fait avec ma monnaie. En fait je me suis simplement trompé de poche.  C’est dingue comme je suis heureux pour un simple GPS, mais je me voyais devoir renoncer au CWT, et cette perspective ne m’enchantait guère. Je vais au camping Mac Donald, où je retrouve une partie des personnes qui me prenait pour un fou, me voyant courir affolé et demandant s’ils n’avaient pas trouvé un GPS. Je parle un peu plus avec un jeune écossais qui fait le WHW pour la 14ème fois à seulement 24 ans : il le fait tous les ans depuis ses 10 ans, et ne s’en lasse pas apparemment.
3430_img_2306.jpg
3430_stc_2338_stitch.jpg


5ème jour - Jeudi 10 mai : Kinlochleven – Fort William (21.6 kms)
Après mes mésaventures de la veille, j’ai très bien dormi. Je discute un peu avec le jeune écossais qui attaque sa journée par des haricots blancs. Je pars à 8h sous le soleil, mais hélas cela ne dure pas et il pleut toute la journée. Je n’ai pas beaucoup profité de cette dernière journée, je marche à un bon rythme pour rejoindre Fort William assez rapidement. J’y arrive à 14h, je me pose dans un bar, j’en profite pour me sécher un peu, me restaurer, écrire des cartes. Il me faut beaucoup de volonté pour sortir du bar pour aller à l’arrivée officielle du WHW, dans le centre de Fort William. Sur la route, je m’arrête dans un magasin de sport pour acheter un pantalon imperméable. Jusque-là, je marchais sous la pluie en short et ce n’était pas gênant, le short n’avait jamais été trempé et séchait rapidement une fois la pluie terminée. Mais la pluie continue d’aujourd’hui me fait revoir mes plans, ce sera plus prudent avec une protection sur les jambes, surtout vu les températures rencontrés jusqu’à présent. Je fais le plein de courses car je m’engage sur le CWT, et n’aurais pas de ravitaillement avant Kinlochewe, que je compte atteindre en 5-6 jours. Je me rends à l’hôtel, pas envie de bivouaquer par ce temps. Bien qu’à côté du Ben Nevis toute la journée, je ne l’aurais même pas aperçu vu l’épais brouillard.
3430_img_2347.jpg
3430_img_2350.jpg


Bilan du WHW : un peu déçu par les paysages, souvent bouchés par les arbres ou gâchés par des câbles électriques. Temps pas trop mauvais pour l’Ecosse, hormis beaucoup de pluie les jours 2 et 5. Le froid me gêne moins. Il y a beaucoup de monde, je le savais mais ça m’embête quand même. J’ai hâte de commencer le Cape Wrath Trail : je sais qu’il n’y aura pas grand monde sur les sentiers, et même en dehors, et je suis venu pour cela.


Récit 2ème partie : Cape Wrath Trail– 338 kms – 13 jours


6ème jour – Vendredi 11 mai : Fort William – Sourlies Bothy (27.8 kms de marche)
Je me lève tôt pour prendre le train à 8h30 pour atteindre Glenfinnan, d’où je débuterai mon CWT. Le trajet emprunté par cette ligne est magnifique, et célèbre puisqu’elle apparait dans le premier film de la série Harry Potter.  Le viaduc final est grandiose, le train passe à une allure plus que réduite, c’est assez inhabituel.
3430_std_2361_stitch.jpg
J’entame ma marche par une montée facile, sur un sentier bien marqué. J’aperçois mes premières biches sauvages, et j’en verrai tous les jours à présent (plus que des humains). La descente va se corser : le sentier est rempli d’eau, mes pieds prennent rapidement l’eau. Et pourtant sur la carte, un sentier apparait bien, mais la réalité est différente. En bas il n’y a plus de sentier, et je galère un moment pour atteindre le lieu-dit Strathan dans le Glen Dessarry. Dans ce Glen, le sentier est bien mieux marqué, cela fait du bien. Je croise les premières vaches typiques de la région : les highlands.
3430_img_2373.jpg


Glen Dessary
3430_stc_2371_stitch.jpg

Je longe la rivière Dessary pour atteindre le Sourlies Bothy, qui est au bord du Loch Nevis. La progression est beaucoup plus difficile que ce que j’ai rencontré la première semaine. Le sentier est gorgé d’eau. Quand il y a des roches suffisamment proches c’est facile, il suffit de marcher  de cailloux en cailloux. Quand ils sont plus éloignés c’est plus difficile, il faut sauter de cailloux en cailloux, c’est plus dur pour les articulations. Le pire c’est clairement quand il n’y a que de la tourbe, il faut soit marcher en zig zag pour essayer de préserver les chaussures, ou alors y aller tout droit mais marcher les pieds trempés.

Les sentiers écossais : tout un programme
3430_img_2378.jpg
Je perds le sursac qui servait à protéger mon sac, heureusement il ne pleut pas. Le bothy est somptueux et très fréquenté aujourd’hui, il faut dire que le TGO vient de commencer, la majorité des personnes présentes participe à ce challenge. Un écossais, Freddy, après avoir appris que j’étais français, s’absente un moment, et revient après quelques instants avec des moules, en s’exclamant en français « moules marinières ? » (avec un accent à couper au couteau). Le CWT commence bien, même si ce soir je suis extenué et me couche au plus vite, c’est-à-dire sans toilette ou préparation de l’itinéraire du lendemain. Juste le temps de me confectionner un sursac de fortune, avec un vieux poncho qui trainait dans le bothy, un élastique et de la corde.


Sourlies bothy
3430_img_2385.jpg


7ème  jour – Samedi 12 mai : Sourlies Bothy – Kinloch Hourn (22.7 kms)
Départ tranquille, je longe la mer, c’est vraiment paisible et magnifique, en plus le temps est superbe aujourd’hui. Je suis ensuite un sentier le long d’une rivière, puis arrive un moment où le sentier disparait, c’est un peu curieux, moi qui suis habitué à fréquenter des GR bien marqués. Je pars donc en hors-piste, et c’est super agréable. Je ne croise personne, hormis lors de ma pause au Barrisdale Bothy, où je me fais des pâtes, les noodles, très vite cuite et pas trop mauvaise.
La Barrisdale Bay est vraiment splendide :
3430_img_2402.jpg
3430_stc_2406_stitch.jpg
Je marche ensuite en longeant le Loch Beag, pour rejoindre Kinloch Hourn. La tempête arrive, je choisis de rester pour la nuit au B&B où je suis très bien accueilli. C’est un lieu plutôt surprenant : l’eau du robinet n’est pas potable, l’électricité est fournie par un groupe électrogène qui coupe à 22h (je finis à la bougie), pas de réseau téléphonique. Mais l’accueil est charmant, et les repas très copieux pour le prix. La soupe est délicieuse, et je suis surpris de sa composition : chicken-white wine (si j’ai bien tout compris). Dans la salle traine le bouquin « Cape to the North », que je consulte pour glaner des informations sur les itinéraires possibles et les possibilités de ravitaillement, pour compenser ma préparation un peu approximative. Durant la nuit, j’entends la tempête, c’est assez violent, je suis bien content de ne pas être dehors.


8ème jour : Dimanche 13 mai : KinlochHourn – Kintail Lodge Hotel (19.3 kms)
La journée commence bien, avec un déjeuner gargantuesque :
3430_img_2417.jpg
Par contre au niveau du temps, c’est moins bien : pluie continue et violente, et je n’ai plus de cash, je suis obligé de partir. Le vent souffle fort, difficile pour progresser. Je perds le sentier dès le début, mais je connais la direction où je dois aller, donc je coupe au travers. C’est un vrai déluge, je n’ai jamais vu ça. Je décide de prendre l’option qui était proposée dans le bouquin, car elle est plus courte en kilométrage, je serais moins longtemps dehors. Au début ça va, je suis le sentier que j’ai retrouvé,  et qui d’après la carte traverse des petits ruisseaux. Il s’avère qu’avec ce qui tombe ce sont de gros torrents. A un moment, je suis bien embêté, c’est vraiment large et le courant est important. Je remonte en amont, mais je ne vois pas d’endroits faciles où traverser. Je me décide donc à traverser à l’endroit le plus large, le courant sera moins fort. J’y vais sans enlever mes chaussures déjà trempées (bonne idée), ni mon pantalon imper (très mauvaise idée).  J’ai de l’eau jusqu’au genou mais ça va. Arrivé au milieu le courant devient plus important, et la prise de l’eau sur moi est énorme avec mon pantalon « baggy ». Ce qui devait arriver arriva, je perds l’équilibre, heureusement j’arrive à préserver mon sac, et maintenant que j’ai les bras trempés c’est plus facile, je peux marcher à 4 pattes !! Une fois traversé, je me rends compte qu’il y avait un abri de l’autre côté, malheureusement, je ne veux pas prendre le risque de retraverser une seconde fois, surtout que je ne suis pas sûr que ce sera ouvert. Mon sursac part en lambeaux : le plastique est friable car vieux, et se délite sous l’effet du vent. Sous une rafale plus forte que les autres, je le vois passer devant moi, impossible de le rattraper. De plus, ma veste a complètement pris l’eau (je suis bien content d’avoir une couche de synthétique en dessous), mes doigts sont engourdis par le froid, il devient un peu difficile d’allumer le GPS, le vent rend délicate la consultation de mes cartes. Arrivé au sommet, je décide de couper au plus court dans les montagnes, de suivre une rivière qui logiquement devrait me mener à une route. Ce sera plus long mais une fois sur la route je serai plus serein. Je dois à un moment traverser une clôture plus haute que moi, qui je suppose protège une zone de la présence des biches.  La végétation y est beaucoup plus dense et je galère un peu plus pour avancer. Je descends, j’aperçois la route, le moral va mieux même si je suis du mauvais côté de la rivière, et que je ne sais toujours pas comment je vais traverser. Arrivé en bas, je dois de nouveau traverser une clôture, et heureusement  un tronc fait office de pont pour la clôture, et va m’être bien utile pour rejoindre la route. Je traverse donc là :

3430_img_2418.jpg

Et cette fois je suis soulagé, je suis sur une route, mais je ne suis plus en danger. J’essaye au début de faire du stop mais ce n’est pas très efficace donc je renonce assez vite.  J’arrive au Kintail Lodge Hotel à 15h, sans avoir rien avalé depuis ce matin, trempé comme jamais mais soulagé. Le barman me demande « is it raining ? ». Cela me fait rire. Je prends un bon chocolat chaud, ça va mieux. Une flaque se forme à mon emplacement !! Je réserve ma nuit au Trekkers Logde, une partie de l’hôtel réservé aux marcheurs. C’est une petite maison très sympa, où l’on partage une cuisine. Je rencontre Phil, qui travaille pour Greenpeace, qui a beaucoup voyagé et s’amuse à escalader les 294 munros de Grande-Bretagne. Je lui raconte ma journée, lui n’est pas sorti. Quand je lui dis que je n’ai plus de sursac, il me parle de sa solution : un sac plastique très résistant et pas très lourd, il me laisse le sien car il a fini ses vacances et que cela ne lui coûte rien, je suis donc paré maintenant. Je passe une très bonne nuit avec toutes les aventures de la journée. Réveil matinal, avant mon départ  le barman me dit qu’il est tombé 96mm à Kinlochewe, la ville la plus proche, et je n’ai pas de mal à le croire.


9ème jour : Lundi 14 mai : Kintail Lodge Hotel  - Loch an Iasach (29.2 kms)
Début de journée agréable, il ne pleut plus et je me suis remis de mes émotions de la veille. Mes chaussures ont bien séchés, et je me dis qu’avec ce que j’ai traversé hier, le plus dur est derrière moi, puisqu’il est tombé 96 mm alors que la moyenne de mai en Ecosse est habituellement autour de 90mm. En route pour les Glonach Falls. Ça monte pas mal mais ça va, les biches sont là pour m’encourager :
3430_img_2421.jpg


Hélas la pluie arrive, puis la neige :
3430_img_2422.jpg
C’est tout de même magnifique, et rien niveau intempérie comparé à ce que j’ai affronté la veille. Aux Glonach Falls, le sentier à prendre est très difficile à trouver. Je prends d’abord une impasse qui descend dans le gouffre de la cascade, puis je longe les crêtes dans la bonne direction mais cela reste en altitude. Heureusement mon GPS m’aide bien, et je finis par trouver le chemin. Je descends vers la rivière Elchaig, j’y trouve un autre randonneur, seule personne croisé aujourd’hui, un anglais de 63 ans qui a traversé 3 fois les Pyrénées (HRP puis GR11 puis GR10), fait le PCT et grimpé lui aussi tous les munros. Je marche avec lui jusqu’à Killilan, où il s’arrête. Je continue sur un chemin sans grande difficulté, quoique gorgé d’eau. Le temps est maussade toute la journée. Je m’arrête au Loch an Iasach, où je ne passe pas une très bonne nuit, trop d’humidité.
3430_img_2440.jpg


10ème jour : Mardi 15 mai : Loch an Iasach – Tea House Bothy (30 kms)
La journée ne commence pas très bien, mes chaussures sont trempées. Rencontre sympa au Attadale Garden avec un jardinier très sympa qui me conseille une route, et surtout une moustiquaire de tête, car les beaux jours arrivent d’après lui. J’espère qu’il dit vrai. Arrêt au Strathcarron café, je prends un bon chocolat chaud. Le serveur est en kilt, c’est assez rare. Je commence par un peu de route, mais vu le temps, je décide de passer par les montagnes. C’est magnifique, encore une fois, je commence à être habitué. Un peu de neige une fois à proximité du Sgorr Ruadh.
3430_stc_2460_stitch.jpg
Je continue un peu et m’arrête à l’Easan Dorcha Bothy, aka The Tea House Bothy. Bothy très sympa, au pied des chutes d’eau. C’est une bonne surprise car j’ignorais sa présence. Après la mauvaise nuit de la veille, pas mécontent de trouver un endroit en dur aussi joli.


Tea House Bothy :
3430_img_2464.jpg


11ème jour : Mercredi 16 mai : Tea House Bothy – Shenavall Bothy (39 kms)
La journée commence bien : sentier sec, chaussures également. Il en faut peu parfois pour être heureux !!Perdu dans mes pensées, je rate le chemin le plus court, et qui m’aurait permis d’éviter une portion sur route menant à Kinlochewe. Le ciel est gris, il se met à pleuvoir. Avant Kinlochewe, je rencontre deux promeneurs qui me demandent ce que je fais, je leur dis que j’ai fait la WHW, et que je fais le CWT. Ils me disent qu’ils s’occupent du site http://www.capewrathtrail.com/CWT, et me demande d’y laisser un mot à mon arrivée. Il me conseille également de m’arrêter au Whistle Stop Café, un excellent endroit d’après eux. Je m’arrête donc dans cet endroit, en effet c’est sympa, des tableaux au mur, des choses marrantes à voir (surtout allez aux toilettes !). Je commande un bacon-egg-hot chocolate. C’est clairement les meilleurs que j’ai mangé jusqu’à présent, le bacon est à tomber par terre. Je me remets en route après avoir fait quelques courses, mais relativement peu car j’avais prévu trop à mon départ de Fort William, il y a 6 jours, et car je ne suis plus très loin d’Ullapool. Je me remets en route, même si un chien d’une ferme veut jouer avec moi et m’empêche d’avancer :
3430_img_2476.jpg
Je lui dis que j’ai de la route et il finit par me laisser passer. Après Kinlochewe, c’est vraiment splendide, notamment les abords du Loch Maree.
3430_stc_2483_stitch.jpg
3430_stc_2489_stitch.jpg
Montée vers le Lochan Fada, l’arrivée est grandiose, le meilleur moment depuis le départ. Il faut traverser une rivière très large, heureusement le courant est faible.
3430_img_2501.jpg
Je galère pas mal, mais simplement car j’ai enlevé les chaussures pour les garder sèches, et les pierres immergées sont très glissantes. A un moment je tombe dans l’eau mais le sac que m’a donné Phil fait que cela ne me dérange pas . Un couple de Vététistes est aussi en pleine galère, on discute un peu.


Lochan Fada
3430_std_2515_stitch.jpg
Je quitte le Lochan Fada en hors-piste car le sentier part vers le sud-est pour retourner à Kinlochewe. Je prends nord- est en direction du Sgurr Dubh. Vu l’état du terrain, mes chaussures sont de nouveau rapidement trempées et j’aurais pu les garder pour traverser la rivière. Arrivé au Loch an Nid, je récupère un sentier, mais aussi la pluie, qui ne me quittera plus jusqu’au Shenavall Bothy. Un anglais, prêtre ou pasteur à Londres (pas tout compris), est là et me propose gentiment un café. La journée a été longue, je tombe assez rapidement de sommeil.


12ème jour : Jeudi 17 Mai : Shenavall Bothy – Ullapool (29 kms)
Je ne démarre pas tôt, fatigué de la veille. Il fait froid, j’ai les pieds assez rapidement trempés, le brouillard me gâche la vue, je sais que j’aurais une portion de plusieurs kilomètres sur route. Le moral n’est pas au plus haut, surtout que le contraste avec la journée parfaite de la veille (au niveau des paysages) est dur à encaisser. Le sentier est difficile à suivre, car mal marqué et la vue est bouchée par le brouillard. Je récupère un chemin qui me permet d’arriver plus tranquillement à Corrie Hallie. Arrivé là-bas, je prends un sentier plein est qui doit me permettre de gagner la route menant à Ullapool. Encore une fois, c’est gorgé d’eau, j’ai les pieds trempés, le brouillard me gâche la vue, la journée est froide. Pour compléter le tableau, la neige arrive, j’ai la totale. Je me traine littéralement, pour la première fois depuis mon départ je ne prends pas de plaisir (même le jour de la tempête, « l’adrénaline » rendait les choses intéressantes). Je commence à descendre pour récupérer la route, c’est plus joli, il fait moins froid, je mange bien (je vais pouvoir faire les courses ce soir), le moral remonte vite. J’expédie assez rapidement les kilomètres de route pour arriver à Ullapool, je m’arrête tôt (17h) prendre un hot chocolate au bar du coin, je trouve un hôtel à proximité. Je vais au Tesco pour faire le plein de ravitaillement, car je ne pense pas trouver de magasin avant le Cape Wrath, qui se trouve encore à 5-6 jours de marche. Comme je peux bénéficier d’une cuisine à l’hôtel, je me fais un vrai festin pâtes-bacon-tomates. Les gens me regardent bizarrement car mon assiette est impressionnante, surtout au vu de mes 60kgs tout mouillé. Je finis par un camembert, je n’ai pas l’habitude de quitter la France, et le fromage me manquait beaucoup depuis quelques jours !! Je partage ma chambre avec un danois qui a fait le WHW dans un sens, fait une visite express du nord de l’Ecosse, et prévoit de faire le WHW dans l’autre sens. Un peu surprenant !


Ullapool :
3430_img_2535.jpg
3430_img_2536.jpg


13ème jour : Vendredi 18 Mai : Ulapool – Duag Bridge (24.4 kms)
Je me lève tôt, 7h15, le ciel est gris donc je prends mon temps au petit déjeuner. Je me gave littéralement. Je rencontre 2 français qui font une visite de l’Ecosse en voiture. La réceptionniste est très sympa et me donne des infos, notamment la météo et les possibilités de transport à Durness, village qui marquera la fin de mon voyage à pied. Je quitte Ullapool plein est, en longeant l’Ullapool River, puis le Loch Achall puis la Rhidorroch River. Le chemin est facile car des voitures peuvent l’emprunter, mais le vent souffle fort. C’est très joli.


Loch Achall
3430_stc_2547_stitch.jpg
Je fais la rencontre du troupeau de moutons le plus stupide d’Ecosse : ils doivent me prendre pour le berger et me suivent en bêlant. Et je dois dire que le bruit m’insupporte assez rapidement. Ils me suivent facilement sur 1 km. Au bout d’un moment, excédé, je décide de m’arrêter. Les moutons me regardent, désemparés, et au bout d’un moment font demi-tour.


"Nous sommes idiots" (mais pas méchants):
3430_img_2542.jpg
La pluie arrive donc je décide de faire une halte au Knockdamph Bothy. Je fais un feu pour manger des pâtes, il est 15h. La pluie continue mais n’est pas violente, donc je décide de continuer au moins jusqu’au prochain bothy, où je pourrai éventuellement passer la nuit. La traversée de l’Abhainn Poiblidh est assez périlleuse, je dois sacrifier mes chaussures que j’avais réussi à préserver jusqu’à présent. J’arrive à Duag Bridge, à l’Old School House Bothy, qui ressemble à un sauna :
3430_img_2556.jpg
Il n’est que 17h mais je m’arrête là, car le temps n’est pas particulièrement bon (froid surtout).


14ème jour : Samedi 19 Mai : Duag Bridge – Conival (33.2 kms)
La nuit a été froide dans le Bothy, je suis bien content de ne pas avoir dormi dehors. Heureusement, cela se lève doucement, comme moi qui ai dormi 12h. Une fois le soleil levé, il fait beau, comme me l’avait annoncé la réceptionniste de l’hôtel à Ullapool. Chemin facile pour démarrer, jusqu’à Oykel Bridge. Je parle avec une fermière, elle me dit que de plus en plus de personnes font le CWT. Et m’annonce une bonne nouvelle : du beau temps est annoncé pour toute la semaine. Je longe ensuite pendant un long moment une rivière, qui me mène jusqu’au Loch Ailsh. Cette rivière est séparée en parcelles, pour délimiter des zones de pêche, ce n’est pas très sauvage.


Loch Ailsh
3430_stc_2566_stitch.jpg
Pour la première fois, je croise des midges, il faut dire que c’est la première journée aussi chaude. J’hésite donc à me mettre à me mettre en manches courtes. Au Benmore Lodge, une fillette me fait coucou par la fenêtre, c’est dingue comme cela me fait plaisir. Je lui fais coucou également. Après le Lodge, cela devient vraiment joli et sauvage. D’ailleurs le sentier suivi jusqu’à présent est « sans issue », il n’est plus marqué sur la carte !!Il devient impossible d’avancer sans se mouiller les pieds, je progresse dans la tourbe. Je suis l’Oykel River pendant un moment, puis la traverse pour bifurquer à l’ouest. Je grimpe ensuite pendant un moment pour passer entre 2 sommets : Conival à ma droite et le Breabag Tersainn à ma gauche. C’est un sentiment bizarre, je ne suis qu’à 900m d’altitude, mais j’ai l’impression, comparé aux montagnes françaises, d’être beaucoup plus haut. C’est certainement dû au fait que je ne croise personne, et qu’il y a de la neige même à cette altitude! Arrivé au sommet, la vue est juste merveilleuse, avec au premier plan le Loch Assynt, et la mer au second plan. Tellement que je me surprends à « crier » ! Je descends un peu mais décide de rester dans le coin, pour profiter au maximum de cette vue.
3430_img_2589.jpg
3430_img_2592.jpg
3430_stc_2595_stitch.jpg
3430_std_2580_stitchbis.jpg


15ème jour : Dimanche 20 Mai : Conival – Glendhu Bothy (24.1 kms)
La nuit n’a pas été terrible, le vent a soufflé fort et j’étais très exposé. Je ne me lève qu’à 8h. Je lève le camp et croise peu de temps après plusieurs personnes qui montent vers le sommet. Je croise 4 ou 5 randonneurs, de loin le maximum depuis plusieurs jours !! On est dimanche, et une route est à proximité. Beaucoup me demande si j’ai commencé à marcher tôt, je leur réponds que non, mais que j’ai simplement dormi en haut. Descente très agréable, il fait beau, et la vue est splendide. Ensuite ça monte, et j’ai du mal, surtout à cause de la chaleur, et les midges me dissuadent de trop me dévêtir. Arrivé en haut, la vue est splendide, très rocailleuse, pas un arbre à l’horizon. La descente commence facilement, je n’ai qu’à suivre le sentier. Mais cela se corse assez rapidement, car pour aller là où je veux me rendre, il n’y a pas de sentier. Je descends un passage très escarpé, traverse l’Abhainn an Loch Bhig, la longe un moment pour atteindre le Loch Beag. Ce passage est très dificile, l’allure est lente. Il y a des vestiges d’anciennes clôtures. Je me dis que les paysans de l’époque avaient beaucoup de mérite, car je trouve le simple fait de marcher difficile, je n’ose pas imaginer si j’étais chargé de barbelés ou de piquets. C’est difficile mais magnifique, il y a notamment des chutes d’eau. J’atteins enfin le Loch Beag, malheureusement la marée est haute, donc je dois continuer à marcher sur un terrain difficile, alors que j’aurais préfère marcher sur le sable. Après un dernier effort, j’atteins le somptueux Glencoul Bothy à 15h, où je fais une pause bien méritée.
3430_img_2643.jpg
Je me lance ensuite en direction du Glendhu Bothy, où je compte passer la nuit. Je galère un peu au début, car il est censé avoir un sentier que je ne vois pas au prime abord. Je finis par le trouver, mais il est difficile car envahi par des petits « sapins » qui frottent et compliquent la marche. Mais la vue me fait oublier ces difficultés. Je vois notamment Kylesku et la mer au loin. Un bateau de pêcheur tourne en rond sur le Loch Glencoul, je me dis que j’aimerais bien avoir le même bureau.
3430_stc_2649_stitch.jpg
Puis descente, qui va s’avérer difficile car je suis fatigué et on voit le bothy de vraiment loin, ce qui rend l’arrivée interminable. Au Glencoul Bothy, il y avait un lit, là il y a un « siège hamac », c’est juste royal !!!Surtout que la vue depuis le bothy ne gâche rien. Je fais un feu, me gave de pâtes, et passe une nuit parfaite.


Ma maison pour ce soir, face à la mer :
3430_img_2663.jpg


16ème jour : Lundi 21 Mai : Glendhu Bothy – Rhiconich River (26.3 kms)
La nuit a été bonne, pas froide. Je sors à 8h et constate qu’il fait très beau, et chaud. La route est assez facile et heureusement, car pour la première fois j’ai des douleurs. Mon genou gauche me gêne un peu. Je pense que c’est dû à la répétition des sauts pour essayer de rester sec. Arrivé  aux chutes d’eau, il y a un immense chantier, des engins partout. Je ne sais pas ce qu’ils font, peut être une centrale hydroélectrique. Je prends un sentier sur la droite qui part nord-est. Il y a des « aubépines jaunes » (moi et la flore ça fait deux) qui piquent, c’est difficile de se frayer un passage, surtout que le début est très pentu. Je décide à un moment de bifurquer à gauche, pour aller au sommet du Ben Dreavie. La vue est sublime.
3430_sta_2676_stitch.jpg
Je distingue le Loch Inchard, duquel je ne devrais pas être loin ce soir, mais aussi le Loch Laxford. Je crois même distinguer le Cape Wrath, et le Sandwood Loch. C’est assez énorme, je ne regrette pas d’avoir pris cette option d’itinéraire. La descente ne pose pas de souci, j’atteins assez rapidement le Loch Stack.
3430_std_2702_stitch.jpg
Le Lochstack Loge est une maison qui fait rêver !!
3430_img_2707.jpg
Je fais une pause sous les pins, à l’ombre car je suis vraiment gâté par le temps. Je quitte le Loch par un sentier qui part nord-est. Je pars ensuite en hors-piste pour atteindre le Loch a’ Garbh-bhaid Mor. Je dois le longer mais c’est difficile, pas de sentier praticable.
3430_img_2714.jpg
Je traverse deux rivières : la Garbh Allt, dans laquelle je manque de chuter (heureusement je me rattrape avec mes bâtons), et la Rhiconich River, pour atteindre enfin un coin idéal pour bivouaquer, au bord du Loch a’ Gharbh-bhaid Beag. Je plante le bivouac. Je n’ai parlé à personne aujourd’hui, j’ai simplement vu de loin les ouvriers du chantier.


17ème jour : Mardi 22 Mai : Rhiconich River – Strathchailleach Bothy (23 kms)
Il fait chaud ce matin, et le jour se lève dès 4h. Je traine jusqu’à 8h, petite étape prévue aujourd’hui. Sentier facile jusqu’au Rhiconich hotel, puis beaucoup de route. J’ai de la chance, elle est splendide.
3430_std_2722_stitch.jpg
Je passe par Kinlochbervie, mon GPS m’informe qu’il y a un SPAR. Il est très difficile à trouver et mal indiqué, mais il est bien ouvert. J’en profite pour manger des fruits, cela faisait longtemps. Et je craque encore pour un fromage !! Je reprends la route, qui est magnifique et très peu fréquenté. J’atteins ensuite un parking qui est le point de départ pour les touristes qui veulent voir la Sandwood Bay. Cette plage serait bondée si elle était plus accessible, tellement elle est splendide. Je mange, grimpe un peu pour admirer la plage, que je trouve « magique ».
3430_ste_2771_stitch.jpg
3430_std_2745_stitch.jpg
3430_img_2774.jpg
Je fais une petite sieste, puis me met tranquillement en route pour le bothy le plus proche. J’ai hésité longtemps, entre rester sur la plage pour profiter au maximum de ce lieu, ou bien dormir au bothy. Je n’ai pas regretté mon choix car le Strathchailleach Bothy, s’il n’est pas le plus joli, a une histoire assez intéressante. Un homme, James McRory-Smith, a vécu reclus ici 32 ans, sans eau, électricité, gaz, ni route ou sentier à proximité. Il y a vécu jusqu’en 1996. Un bouquin raconte des histoires sur sa vie, c’est très intéressant. Il parcourait une fois par semaine, été comme hiver les 33 kms qui le séparait de Kinlochbervie, pour acheter de quoi manger et toucher sa pension. Cette maison est considérée comme étant la dernière habitation isolée qui a été occupé comme résidence principale en Ecosse. Depuis 1996, la Mountain Bothies Association s’occupe de garder ce lieu en bon état, pour le plus grand plaisir des randonneurs. Il fait beau, je mets la table dehors, des moutons s’approchent pour me tenir compagnie.
3430_img_2779.jpg
Le combustible utilisé par Sandy, du peat (tourbe sêchée)
3430_img_2784.jpg


18ème jour : Mercredi 23 Mai : Strathchailleach Bothy - Cape Wrath (10 kms)
Petite journée pour terminer. Je pars cependant de bonne heure car je sais que pour reprendre Durness, je dois prendre un bateau, dont je ne connais pas les heures. Donc  arriver tôt sera le mieux. Je pars donc en direction du Cape Wrath, tout droit puisqu’il n’y a pas de sentier. J’ai de la chance, il n’a pas plu depuis plusieurs jours, et le terrain est à peu près praticable. De plus, c’est beaucoup moins vallonné que précédemment. J’atteins la zone militaire.
3430_img_2785.jpg
Il n’y a pas de drapeau rouge, ça veut donc dire que je peux continuer. Je suis un peu soulagé car j’avais un doute, ayant lu un récit d’une personne qui connaissait quelqu’un qui avait dû faire demi-tour à cet endroit. Après un petit effort, je rejoins le sentier qui mène au phare du cap.
3430_img_2795.jpg
3430_img_2808.jpg
En lisant un descriptif de ce phare, je me rends compte qu’il a été construit par Robert Stevenson, ingénieur en génie civil et grand-père de Robert Louis, écrivain. Ce qui est marrant, c’est qu’il y a quelques années, j’ai marché dans les Cévennes sur les traces de Robert Louis sur le chemin de Stevenson (il a écrit à cette occasion « Voyage avec un âne dans les Cévennes) Aujourd’hui j’atteins ce cap, construit par son grand-père, après 18 jours de marche depuis Glasgow. Cette famille m’aura fait marcher ! Après avoir profité de la vue, je vois arriver un groupe de touriste en minibus. Le chauffeur m’explique le principe, et comment rejoindre Durness. Maintenant que je sais tout, je choisis d’aller au Kearvaig Bothy pour manger (l’anglais rencontré après les Glonach Falls m’a dit que ce lieu était génial), le chauffeur fera un passage vers 14h pour m’emmener à la navette-ferry.


Kearvaig Bothy, sans doute le plus beau bothy rencontré
3430_stc_2833_stitch.jpg
3430_img_2813.jpg
3430_img_2834.jpg

Après la navette, un anglais me propose de me conduire à Durness. Je prends le bus à 15h30, bref ça s’enchaine vite, c’est le retour à la réalité. Pendant un long moment, nous ne sommes que deux dans le bus, moi et Chris le chauffeur. Il a fait des études assez poussé en environnement, a bossé au Canada. Quand il est rentré en Ecosse, il n’a pas trouvé de travail (trop diplomé !!) et a donc décidé de devenir chauffeur de bus, dans un lieu splendide. Il est vraiment sympa, il va même jusqu’à me réserver un hôtel à Inverness. Il s’exclame souvent : « this is my office !! ». Quand je lui dis que j’ai fait le WHW et le CWT, il me dit « Give me five » !!  Ce trajet en bus est vraiment sympa, aussi car je repasse dans beaucoup d’endroits où je suis passé les jours précédents : Rhiconich, Kinlochbervie, Kylesku, Inchnadamph et Ullapool. C’est un bon moyen de boucler la boucle. J’arrive à Inverness dans la soirée. Je visite Inverness le jeudi, Edinbourg le vendredi, et rentre le samedi, des images pleins la tête.


Bilan du CWT : c’est la première fois que je partais dans une zone isolée, avec si peu de possibilités de ravitaillement. Je dois dire que j’ai adoré, avoir des paysages aussi splendides, et pouvoir en profiter sans la cohue, c’est vraiment le pied. Et 6 jours d’autonomie, ce n’est pas si lourd.


Je tiens à remercier tous les membres de ce forum. J'ai pu apprendre beaucoup de choses ici, que ce soit niveau matériel ou niveau destination. Et je n'ai jamais apporté grand chose, sans que l'on m'en tienne rigueur. J'espère que ce récit sera utile (c'est aussi pour cela que je l'ai fait), et je répondrai sans problème à d'éventuelles questions!!

Dernière modification par damien8402 (20-08-2012 12:27:06)

Hors ligne

#2 31-07-2012 13:20:30

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006
Messages : 1 371

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Hello Damien,

Un bien beau trip que tu as fait là et je lis que la météo a été à la hauteur !  cool

J'ai suivi ton lien pour les bothies, mais est-ce que tu pourrais nous en dire plus sur leur principe, coût des nuitées etc…

Si tu pouvais améliorer les photos de tes textes ça aiderait à les lire.
Merci.

Dernière modification par chouxrave (31-07-2012 13:23:12)

Hors ligne

#3 31-07-2012 13:55:48

Ralf7500113
SpectActeur
Lieu : Où les vents me porteront
Inscription : 03-02-2010
Messages : 2 159

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Très beau récit, merci, ça donne envie! smile


"Une heure d'ascension dans les montagnes fait d'un gredin et d'un saint deux créatures à peu près semblables. La fatigue est le plus court chemin vers l'égalité, vers la fraternité. Et durant le sommeil s'ajoute la liberté."
Friedrich Nietzsche

Hors ligne

#4 31-07-2012 17:32:55

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Hello chouxrave,

Le principe des bothies est plutôt sympa : une association s'occupe de restaurer ces anciennes maisons, et les met gratuitement à la disposition des randonneurs. La seule chose que l'on nous demande, c'est de garder le lieu propre, de ramener du bois si l'on en brûle, et de laisser un petit mot. C'est assez exceptionnel, les écossais sont très civilisés, je n'ai rien vu de vandalisé, ni de chouravé  smile . Bon je trouve qu'ils pourraient aussi laisser à manger  big_smile

Je n'ai pas compris ce que tu voulais dire par "Si tu pouvais améliorer les photos de tes textes ça aiderait à les lire.". Tu peux m'expliquer?

Et merci Ralf

Hors ligne

#5 31-07-2012 17:48:00

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 2 603
Site Web

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Récit sympa, l’Écosse me tenterai bien mais le temps me rebute…

damien8402 a écrit :

Je n'ai pas compris ce que tu voulais dire par "Si tu pouvais améliorer les photos de tes textes ça aiderait à les lire.". Tu peux m'expliquer?

Bah tes listes ne sont pas très lisibles…


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#6 31-07-2012 19:12:29

wax
Membre
Inscription : 29-08-2006
Messages : 4 576
Site Web

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Super recit ! Cette rando a l'air vraiment magique.  big_smile

Est-ce que tu pourrais stp nous donner tes impressions sur le fait de marcher dans un environnement aussi humide ? Par exemple, quel solution pour les chaussures ? Faut-il abandonner l’idée de garder les pieds au sec ? Dans ce cas comment soigner ses pieds pour éviter les problèmes dus a l’humidité ? 

Merci.

w.


"Life is known only by those who have found a way to be comfortable with change and the unknown. Given the nature of life there might be no security but only ... adventure"

Hors ligne

#7 31-07-2012 20:36:26

krusaf
Membre
Lieu : Pau
Inscription : 06-05-2010
Messages : 605
Site Web

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Merci pour le partage, ça fait quand même bien envie smile


Si on passe pas le crux, on est cuit !

Hors ligne

#8 31-07-2012 21:27:33

jeanjacques
.
Lieu : Bordeaux
Inscription : 05-06-2010
Messages : 3 962
Site Web

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Salut,

Super récit smile

Je devais me rendre sur le CWT il y a un an et demi et j'ai finalement dû abandonner. Tes photos me donnent envie d'aller au bout de ce projet wink


Super poney

Hors ligne

#9 01-08-2012 12:07:42

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Ok, merci, je vais essayer d'améliorer la lisibilité de ma liste.

Pour répondre à Wax : au début j'ai essayé de conserver à chaque instant les pieds au sec. Sur la WHW, c'était facile malgré la pluie et même sans Sealskinz car les chemins étaient très praticables.
Dès le premier jour sur le CWT, je me suis rendu compte que dans un sol gorgé d'eau les Sealskinz étaient traversées, donc je ne les utilisais que le soir, pour être au sec dans mes chaussures trempées. Donc pour moi oui il faut abandonner l'idée de garder les pieds au sec lorsque l'on marche, mais dès que l'on s'arrête il faut avoir de quoi être au sec. Et pour moi ça n'a pas posé de souci d'avoir les pieds humides 12h maximum par jour. Et avoir des trails + chaussettes séchant rapidement permet de sècher si le sol est meilleur sur une portion assez longue, ce qui m'est arrivé assez souvent.

Et merci jeanjacques, toi aussi le récit de ta HRP me donne envie d'aller au bout de ce projet que j'ai depuis un moment (mais j'ai du mal à poser un mois consécutif de congés ^^).

Hors ligne

#10 01-08-2012 12:44:39

fredlafouine
Fouinez!
Lieu : bretagne
Inscription : 24-05-2009
Messages : 10 667

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Superbe récit! Merci pour le partage. smile

Pourquoi être parti en mai, impératif ou choix de ta part?


´·.¸¸.·´¯`·.¸ ><((((((º>

Hors ligne

#11 01-08-2012 15:05:51

Frederic
Membre
Inscription : 29-05-2007
Messages : 2 156

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

salut

superbe récit, cela me donne envie d'y retourner pour terminer le CWT ( mais je pense faire le TGO une 2éme fois d'abord )

mai c'est "normalement" le meilleur mois pour randonner en Ecosse du point de vue météo/midge,  mais pas cette année tongue

Hors ligne

#12 02-08-2012 06:52:27

wwwfabien
Membre
Lieu : Essonne
Inscription : 23-06-2010
Messages : 838

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Je viens de lire aussi le CR de Nayana qui a cohabité avec les midges pendant son périple. Apparemment en mai c'est "free of midges" ?

Hors ligne

#13 02-08-2012 07:47:12

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Merci pour vos retours!!!

Pour répondre à la fouine, Frédéric a déjà tout dit, j'ai choisi mai car j'ai lu que c'était le meilleur mois pour l'Ecosse : les midges ne sont pas encore là et la pluviométrie de mai est assez faible, voire la plus faible de l'année il me semble.

Frédéric, je ne comprends pas pourquoi tu dis "normalement c'est le meilleur mois"? Je n'ai pas vu de midges ou presque, et la dernière semaine, je n'ai pas eu une une goutte de pluie, les jours de marche 14-15-16-17-18+ les jours où j'étais en ville. Donc pour moi c'était un bon mois. Tu dis cela parce d'habitude c'est meilleur? Tu y étais en mai?

wwwfabien : J'ai commencé à voir des midges la dernière semaine, car il commencait à faire beau. Mais rien de bien méchant, je n'avais aucune protection et je n'ai pas eu de souci. Alors qu'apparemment la moustiquaire de tête est indispensable en juin juillet aout. Ce n'est pas free of midges tout le temps à mon avis, ça peut dépendre du temps.

Hors ligne

#14 02-08-2012 08:08:28

Frederic
Membre
Inscription : 29-05-2007
Messages : 2 156

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Sur la côte ouest c'était peut être un peu plus dégagé mais j'ai eu la météo suivante :

11 : pluie ( quekques éclaircies en fin de journées )
12 : beau
13 : pluie + vent ( ferry annulé sur le loch ness à cause du  vent ), et le camping de Drumnadrochit n'a pas voulu que je campe, vu les prévisions de vent pour la nuit ( dommage c'était une occasion de tester le trailstar )
14 : pluie + grêle + neige ( détours liés à des torrents en crues dans les Monadhliaths )
15 : pluie + neige + grêle ( idem)
16 : beau + neige
17 : pluie , je renonce à passer par Braeriach et Ben MAcdui comme prévu , ils sont couverts de neige fraiche et le ciel est gris / noir -> direction Glen Feshie
18 : pluie
19 : beau + pluie
20 : beau
21 : beau
22 : beau
23 : beau

et plus grand nombre d'abandons depuis la création du TGO .

Dernière modification par Frederic (02-08-2012 08:11:29)

Hors ligne

#15 02-08-2012 08:35:08

Alex KXK
Membre
Lieu : 68 / Haut-Rhin
Inscription : 22-04-2010
Messages : 282

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Merci pour ces belles photos et cette bouffée d'air écossaise  big_smile

Hors ligne

#16 02-08-2012 12:32:11

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Frederic,

Le TGO, c'est traverser l'Ecosse en largeur, c'est ça? Tu es parti de l'est si je ne m'abuse (loch ness le 13), alors que moi j'ai croisé des gens qui partaient de l'ouest. Mais on a eu à peu près le même temps, beau à partir du 19, très mauvais autour du 13. Je participerai peut être un jour. C'est sympa?

Merci Alex

Hors ligne

#17 22-11-2012 23:18:05

niouss
Membre
Inscription : 07-01-2012
Messages : 109
Site Web

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Waouhh,

ton récit envoie du rêve très très lourd  big_smile .
t'as du chopé un beau coup d'adrénaline lors de la tempête ?? est ce qu'il t'est venu à l'esprit de ne pas marcher ce jour là et attendre que cela se calme ?

la CWT m'intéresse à court/long terme et j'ai quelques interrogations:
- j'ai l'impression que les bothys sont plutôt bien placés le long du parcours, constituant donc quelque peu un échappatoire ?
- au niveau du ravitaillement, qu'en est-il ? combien de jours de bouffe max faut-il porter entre deux ravitos ?
- qu'en est-il des portes de sortie en cas de pépin ? (routes, etc d'ailleurs tu en parles) en gros, est ce qu'on dans un milieu sauvage, loin de tout ?
- enfin, conseillerait tu ce trail aux randonneurs aguerris mais pas encore tout à fait bien expérimenté dans les milieux isolés (il y a un début à tout  smile

Merci en tout cas, chapeau pour ce projet...


Récits et photos de voyages, aventures et randonnées autour du monde: Journaux de Voyages

Hors ligne

#18 25-12-2012 21:00:13

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Salut niouss, merci pour ton commentaire (que je n'avais pas vu donc désolé du délai de réponse). Et félicitations pour ton site, qui me donne des idées!!


Pour te répondre :


- oui gros coup d'adrénaline le jour de la tempête, si j'avais su ce qui m'attendait je ne serais jamais sorti. Il ne m'est pas venu à l'esprit de rester là, car déjà plus de liquide pour payer, ensuite l'étape de la journée était très courte donc je me suis lancé. Ca me fait une expérience de plus maintenant, j'aurais du rester sur le sentier quitte à faire plus de kms et mouiller plus longtemps.


-oui les bothys sont assez nombreux et connaitre leur localisation est un gros plus.


- pour le ravitaillement, j'avais fait le choix de ne m'arrêter qu'a Kinlochewe et Ullapool, mon trajet était réparti 6j-2j-6j en gros. Et en fait à Kinlochewe il me restait suffisamment pour tenir jusqu'à Ullapool donc je n'ai quasiment rien pris. Mais il y a d'autres possibilités :au Kintail Lodge, le gars à qui j'ai parlé avait fait des courses dans le coin. Le SPAR de Kinlochbervie, ou l'épicerie London Store le long de la route juste avant Kinlochbervie, mais c'est à la fin du parcours, ca permet juste de faire un festin le dernier jour!! Il y a plusieurs possibilités d'hotel+repas, comme à Kinloch Hourn où j'en ai profité, à Inchnadamph, Oykel bridge ou à Rhiconich Hotel. Donc cela permet de limiter le poids du sac.


- il y a des sorties partout, on est pas au milieu de nulle part autant que ce à quoi je m'attendais. Je m'étais forgé une idée principalement avec le récit en francais indiqué dans mon premier message, cette idée était fausse, je trouve que l'auteur exagère un peu. Je croisais des habitations tous les jours. Il n'y a pas beaucoup de magasin, la densité de population est très faible, mais il y a des habitations et des routes.


- oui je le conseillerais car on croise très peu de monde et les paysages sont assez sympas, sauf si vous cherchez à être vraiment au milieu de nulle part, car on croise des routes, des maisons isolés, tous les jours.


Si tu as d'autres questions, n'hésites pas

Dernière modification par damien8402 (25-12-2012 21:12:52)

Hors ligne

#19 25-12-2012 21:51:19

6pattes
Membre
Lieu : 77
Inscription : 18-12-2012
Messages : 73

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Bonsoir,
Merci pour ce récit et ces belles photos, cela rappelle des vieux souvenirs  smile
Une petite question: es tu satisfais de l'imperméabilité de ta Marmot Mica ? Sans compter la fois ou tu as perdu l'équilibre  wink
Merci pour ta réponse


Faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux  smile

Hors ligne

#20 25-12-2012 23:07:34

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Oui et non! Non car elle a mis du temps a être traversé mais a hélas fini par l'être. Mais oui car je n'hésiterai pas à repartir avec, je sais qu'il faut des conditions vraiment exceptionnelles pour qu'elle commence à prendre l'eau, et avec une couche synthétique qui absorbe le peu qui passe, cela ne pose pas de souci.

Hors ligne

#21 26-12-2012 11:30:41

6pattes
Membre
Lieu : 77
Inscription : 18-12-2012
Messages : 73

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Merci pour ta réponse rapide.
Cela confirme ce que j'ai lu sur d'autres posts : elle a une limite à l'imperméabilité.
J'ai moi aussi la meme veste mais je n'ai pas encore eu la "malchance" de la tester sous une averse.
Je pense comme toi : c'est un bon compromis protection / poids


Faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux  smile

Hors ligne

#22 28-12-2012 13:16:39

CLeC
Membre
Lieu : IdF
Inscription : 06-11-2011
Messages : 623
Site Web

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Sympa ton récit, merci !  smile


4981875N - 0698785E - 1761m

Hors ligne

#23 28-12-2012 16:57:34

sabbish
Sabbish
Inscription : 01-02-2007
Messages : 57

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Super ce récit, j'ai tout de même trois questions sur ton pantalon Mountain warehouse. Quel modèle as tu, celui ci peut-être ? Es-tu sur du poids (128g) ? Quel retour tu peux en faire ?

Hors ligne

#24 08-01-2013 17:38:49

damien8402
Membre
Inscription : 23-05-2009
Messages : 103

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Non, ce n'est pas ce modèle. Plutot celui-ci : http://www.mountainwarehouse.com/mens/t … #reviewtab
Pesé avec ma balance de cuisine neuve, oui sûr
Ce pantalon ne coute pas grand chose, mais ne vaut pas grand chose, pas respirant et on est vite trempé

Hors ligne

#25 06-04-2013 14:27:29

sapin-vosgien
MUL de l'est
Lieu : Partout
Inscription : 27-07-2011
Messages : 88

Re : [Récit + liste] Ecosse 2012 - West Highland Way et Cape Wrath Trail

Salut, beau récit, une petite question : je n'ai pas vu de dispositif de traitement de l'eau dans ta liste (pastilles ou filtre), tu as bu directement l'eau que tu trouvais?


Sur la piste, on sait où on va et comment on y va; en dehors, il faut choisir son chemin, et le plus dur n'est pas de trouver le bon, c'est d'assurer quand on se plante.

Hors ligne

Pied de page des forums