Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 27-08-2015 16:43:57

copy
Membre
Inscription : 08-07-2010
Messages : 30

[Récit + liste] Picos de Europa aout 2015

Bonjour,
mon modeste apport à ce merveilleux site et à ces contributineurs et butineuses.

Une randonnée dans les picos de europa, , en Espagne, pas trop loin d’Oviedo, que j’adore, plus quelques jours à faire le touriste en bord de mer ou en moyenne montagne, sur le mois d’aout 2015.

ma liste:

Poids Nb    Poids/u                                    Objet    sur soi    dans sac
                   
650            < PORTAGE ET RANGEMENT >       0                      650
70    1    70    sac étanche       
40    2    20    sac poubelle       
540  1    540    Sac à dos OSPREY hornet 40 l       
                   
1340            < ABRI ET COUCHAGE >                0                   1340
390    1    390    Matelas neo air       
520    1    520    Sac de couchagewalden 250       
120    1    120    Tapis de sol pare soleil       
220    1    220    poncho tarp golite       
90      1     90    piquets + haubans       
                   
2790            < VETEMENTS >                      1330                1460
290    1    290    Pantalon NF                        290   
320    2    160    T-shirt ML ICEB Merinos        160                   160
640    2    320    Chaussures masochist          640   
340    1    340    Polaire golite                                               340
60     1     60     Buff merinos                                                 60
120    1    120    lunette + boitier                     80                   40
260    1    260    rain cut D4                                                260
120    3    40    Chaussettes paires                  40                   80
80    1    80    casquette saharienne                 80   
120    3    40    slip                                        40                   80
160    1    160    collant kalenji                                             160
280    1    280    rab neutrino                                               280
                   
130            < CUISINE ET HYDRATATION >                             130
60    2    30    bouteille 1,5 l       
50    1    50    Couteau        
20    1    20    petite cuillère       
                   
610            < OUTILS >                                  610                   0
520    2    260    Bâton de marche D4   
50    1    50    cartes + pochettes plastifiées   
40    1    40    boussole   
                   
200            < HYGIENE ET SANTE >                      0               200
                   
265            < LOISIRS ET DIVERS >                    120                145
145    1    145    telephone xcover 550 + cable      120                25
120    1    120    pochette: argent, carte, clé…                         120
                   
                                               TOTAL          sur soi           dans sac
                                                                  2060               3925


C’est parti : désolé, pas de km, d’heures de marche, l’objectif : passer de belles journées à être léger dans la tête et le sac à dos.

Lago de Enol – Ercina

4762_photo0067_27-08-15.jpg
Montée aux lacs, après un petit tour à l’intéressant centre Pidal comme introduction à l’histoire de la formation des picos et à sa vie, je me balade quelques heures, la recharge en eau faite, un peu avant la tombée de la nuit, l’endroit  pour le bivouac  trouvé à coté d’un petit filet d’eau, je profite de la lumière rosée sur les picos, tout en essayant de faire comprendre à certaines vaches curieuses de ne pas aller trop près du tarp monté : c’est leur endroit, à moi de m’adapter et de me faire accepter.

4762_photo0083_27-08-15.jpg

1er test de bivouac dans les picos réussi : pas trop d’humidité, pas de sensation de froid et quelques cloches en guise de marchand de sable.


Lago de Enol – Ercina => vega de Ario

4762_photo0091_27-08-15.jpg

Sortant d’une des cabanes rustiques au dessus du lac, une femme qui s’occupe de la traite des vaches me confirme le chemin à prendre pour rejoindre vega de Ario. J’apprécie ces montagnes qui restent encore bien vivantes.
4762_photo0093_27-08-15.jpg

Le marquage est plutôt simple à suivre : peinture jaune et blanche. Le chemin passe par endroit près d’autres cabanes où l’on entend des voix, clochettes et bêlements.
En route quelques beaux panoramas de crêtes bien dentelées 
4762_photo0123_27-08-15.jpg
(ces montagnes ne sont pas très hautes : chemins passent généralement entre 1400 et 2200m - les sommets maximum +/- 2600 m mais elles ont fière allure)


Changement d’ambiance, après les lacs et la verdure, le calcaire gris est partout.
4762_photo0124_27-08-15.jpg

Ça  fait penser à des plaques de glaciers figées : on voit le travail de sape de l’eau sur les parois striées, de petites ouvertures jusqu’à des puits qui semblent sans fond.
4762_photo0125_27-08-15.jpg

4762_photo0126_27-08-15.jpg
On navigue sur des poutres ou des arêtes qui demandent parfois un peu d’équilibre. Le terrain est plein de cuvettes où même en passant sur le coté, on a plus trop de repère visuel.


En bref, j’ai trouvé ça très amusant, assez original (je n’ai pas beaucoup voyagé mais rarement vu ce genre de paysage). Tellement que dans l’euphorie du moment, je n’ai pas exactement bifurqué à la table d’orientation, et je suis parti, un peu à l’ouest, me faire l’ascension d’un pic qui au départ devait être juste un passage de col.
4762_photo0151_27-08-15.jpg

Le temps de me traiter de con et de profiter de la vue, j’ai tenté un passage en traversée où je perdais régulièrement la suite des cairns. Au niveau de l’eau, je commençais à être juste ; et ce jour là, le soleil et un courant d’air chaud me cognait bien le ciboulot, en plus de mon petit agacement de m’être perdu et d’avoir pas réagi assez tôt. Y a des fois faut savoir dire stop, on renonce pour aujourd’hui, pas raisonnable de repartir en plein milieu d’après midi, pour 4-5 heures en suivant des cairns où je suis déjà pas capable de repérer le début.

Je suis donc allé bien repérer le démarrage des cairns pour le lendemain, passage au refuge d’Ario pour reprendre de l’eau, petite toilette et lessive en sus ; et je me suis posé pas trop loin du refuge pour admirer la vue et me dire que c’était quand même une super journée malgré un programme modifié : finalement, en me paumant, j’ai bien profité de cet endroit : vive le calcaire (juste le seul bémol, c’est qu’il est très abrasif, voire limite coupant : les chaussures l’ont senti passer : faut pas trop y aller comme un bourrin quoi, un peu de finesse, sinon ça peut vite entailler la peau ou l’équipement)


vega de Ario => vegarredonda

C’est parti pour une traversée plein ouest en suivant la bonne ligne de cairns.
4762_photo0152_27-08-15.jpg

4762_photo0153_27-08-15.jpg

4762_photo0161_27-08-15.jpg

Deux randonneurs espagnols me précédent un peu plus loin. Je les rattrape à un moment où ils se posent la question de la bonne suite de cairns à suivre, l’un, vêtu d’un short hawaïen fleuri de toute beauté, semble convaincu que ça passe un peu plus au sud, en rajoutant un caillou sur un rocher où il y a deux cailloux, l’autre est indécis.

Je regarde ma carte au 40 000 ème Alpina (qui par moment, vu l’échelle un peu grande, ne m’a pas donné une indication suffisante) et la boussole : sans être complètement sur à 100%, je décide de garder le cap le plus rectiligne plein ouest, quitte à perdre de vue certains cairns, en tout cas, régulièrement, je devrais m’attacher à retomber sur de nouveaux cairns.


4762_photo0172_27-08-15.jpg
En fond de vallon, la vue du col à passer me confirme que je suis sur le bon chemin. Toujours l’univers du calcaire qui me plait beaucoup.
4762_photo0195_27-08-15.jpg
4762_photo0201_27-08-15.jpg


Passage devant des cavités naturelles ou d’autres probablement liées à l’ancienne activité minière : des déblais avec des fragments de briques et la partie métallique de pioches. Certaines cavités gardent précieusement un névé des ardeurs du soleil, et lorsque l’on passe devant l’ouverture, un air bien frais vient nous saisir.
4762_photo0205_27-08-15.jpg

Arrivé en début d’après midi au refuge de vegarredonda, je recharge en eau, demande la météo de demain qui reste bonne et part sur le sentier du mirador d’Ordiales pour occuper agréablement le temps et qui, au final, sera un bon spot car au niveau du refuge, 250 m plus bas, les nuages vont s’installer durablement façon purée de poix. Mon poncho tarp et mon duvet n’aiment pas trop ce genre de conditions humides et fraiches.
4762_photo0190_27-08-15.jpg
Il semble que le secteur des picos connaissent assez souvent cette situation : les picos captent bien les nuages et après ces nuages circulent allégrement suivant les vents dans les vallons et entre les picos, c’est très joli à regarder vu d’au dessus mais moins quand tu es dedans pour un moment.

quelques photos à l'abri des nuages
4762_photo0221_27-08-15.jpg

4762_photo0236_27-08-15.jpg

4762_photo0224_27-08-15.jpg

4762_photo0270_27-08-15.jpg

4762_photo0276_27-08-15.jpg


vegarredonda=> vegabano (en fait non, au final refuge del Frade)

En redescendant vers le refuge, pour reprendre la route, plus de nuage bas, le soleil est là mais la brise un peu chaude des jours précédents est devenu bien plus fraiche : quand on bouge ça va.

j'en prends plein les mirettes dès le matin: ça met en jambe
4762_photo0320_27-08-15.jpg

et en vla du beau calcaire travaillé au naturel
4762_photo0323_27-08-15.jpg

Au fur et à mesure de la journée, les espaces s’élargissent, les vallons laissent la place à des simili-cirques
4762_photo0332_27-08-15.jpg

4762_photo0348_27-08-15.jpg

On se rapproche des pics, dans leurs ombres, quelques beaux névés résistent. Le calcaire se mélange à d’autres roches.
4762_photo0345_27-08-15.jpg

Une équipe de spéléologues français s’est installée pour étudier des gouffres.
4762_photo0335_27-08-15.jpg

Au Col de Jou Santo, un petit refuge non gardé a été rénové récemment et il y avait une bonne quantité d’eau à disposition.

je les adore ces cairns, moins quand on joue à cache-cache
4762_photo0349_27-08-15.jpg

désolé, pour la bonne trace de crème solaire, sur le bas de l'objectif
4762_photo0365_27-08-15.jpg

Le chemin plein sud amène sur des zones où la végétation ressemble à celle de la garrigue avec quelques senteurs façon herbes de Provence. La météo doit se dégrader entre ce soir et demain et doit durer 2 jours ; soit je tente le bivouac ou le refuge de vegabano : je suis intéressé par la solution médiane le refuge non gardé del Frade. La question : est ce qu’il a y de l’eau à coté ? Après un peu de recherche, un peu plus haut, dans un creux, un petit tuyau plastique laisse sortir un filet d’eau en continu: ça devrait aller, par contre, j’ai perdu, en chemin, les cachets pour purifier l’eau, on va le tenter sans.

el refugio esta aqui
4762_photo0386_27-08-15.jpg

Installation,  magnifique, il y a un briquet, sur la cheminée, pour tenter une petite flambée avec du petit bois cassé par les vaches. Le refuge est habité à l’année par des rongeurs donc tout ce qui se mange sera suspendu.
4762_photo0393_27-08-15.jpg

le terrain de chasse pour les petites brindilles du feu: ça va cramer en 2 secondes roll
4762_photo0488_27-08-15.jpg

Je pars faire un tour, prendre un peu de hauteur pour les panoramas et me rapprocher, un peu, d’un groupe d’isards : ça change vraiment des chamois des Alpes, beaucoup plus visibles, pas trop farouches, des groupes nombreux de plus de 30 animaux, parfois.
4762_photo0475_27-08-15.jpg

Balade un peu sport, j’ai parfois le chic pour aller sur des terrains à la noix : pierriers bien raides, de la fougère bien fournie en pleine pente, quelques pas d’escalade sur de la roche un peu crade mais bon, ça m'a permis de bien m’aérer les poumons et les yeux.
4762_photo0417_27-08-15.jpg

4762_photo0444_27-08-15.jpg

c'est pas très visible mais ce sont des choucas en vol: certains à bec jaune, d'autres à bec rouge
4762_photo0432_27-08-15.jpg

Retour vers le refuge, je passe à distance d’un troupeau de vaches où surprise pour moi, des aboiements se mêlent aux beuglements. Pour les moutons, je comprends plus avec la présence de loups dans les picos, pour les vaches ??: peut être pour l’ours ou le randonneur bien chiant ?

Arrivé au refuge, je remplis des petits bidons, laissés au refuge, pour faire ma toilette. Petit aparté, l’eau est rare à l’air libre dans les picos : peu de torrents ; elle est beaucoup plus abondante dans le sous sol profond façon gruyère des picos, donc difficile à atteindre pour le randonneur et je l’ai trouvé vraiment bien fraiche et revigorante, vu que l’eau ne voit pas le soleil.

A priori, pas d’autres randonneurs en vu, donc je me mets à poil et en avant pour la toilette. A peine commencé, le troupeau de vaches remonte vers le refuge, certaines me regardent, bah quoi, on est tous à poil, tous pareils. Et ce que je craignais, arrive, les aboiements se rapprochent. Ayant eu parfois à faire à des border collie particulièrement zélés dans leur travail, même en passant au large d’un troupeau, je sens que la toilette intégrale en extérieur va se finir en petit débarbouillage coincé dans le refuge. La bête apparait, je suis en partie rassuré, c’est pas un border collie, par contre, c’est relativement mastoc, un peu moins gros qu’un patou quand même (pas totalement serein quand même).

4762_photo0495_27-08-15.jpg
La tête est massive mais elle est maigrichonne, on se jauge rapidement, et je sors : "bah alors la Pépète ! ". La glace est brisée, on est pote, je suis pas là pour embêter les vaches. J’ai repéré une grosse tôle sur le coté du refuge qui cache une mangeoire à chien avec des granulés, une fois, Pépète à table. Je finis la toilette et lessive.

Pendant la soirée avec petite flambée,
4762_photo0503_27-08-15.jpg
j’avais laissé la porte ouverte pour avoir le maximum de luminosité, Pépète reviendra, de temps en temps juste sur le seuil de la porte, mais la plupart du temps, elle fera le job de suivre les vaches et d’aboyer préventivement malgré la pluie et un peu d’orage : ça c’est de la conscience professionnelle. Elle aura droit à son petit dej le lendemain matin malgré la purée de tôle qui pèse son poids. (Question philosophique : est ce que la pratique de la randonnée légère ne réduit pas la masse musculaire ?)

Refuge del frade=> Refuge Jermoso

Dès potron-minet...
4762_photo0527_27-08-15.jpg
...colchiques dans les prés....
4762_photo0543_27-08-15.jpg
...fleurissent, fleurissent...
4762_photo0546_27-08-15.jpg
...colchiques dans les prés, c'est la fin de l'été. (Excusez-moi, je ne sais pas ce qu'il m'a pris)

oui alors, la suite de la rando, bien, c'est moins jouasse, le ciel est mitigé, pendant cette matinée, soleil et nuage, et parfois, une bonne averse.
4762_photo0549_27-08-15.jpg

Ça tombe pas si mal vu que c’est une étape de transition, je redescends du massif occidental des picos, en passant par le village de Posada del valdeon pour monter dans le massif central (marque non déposée par les auvergnats) des picos. Le ravitaillement en nourriture fait : je ne suis vraiment pas mul pour la nourriture, je n’y arrive pas, un pain de campagne, des tomates, du fromage, des pêches et quelques viennoiseries à la boulangerie, pardonnez moi mon père.

Je fais le malin, en me disant que le ravitaillement en eau se fera, au dernier petit village de Cordinanes avant la montée au refuge. Le temps change souvent, un mix de soleil, parfois ardent, et de bonnes giboulées, l’air est lourd. J’essaie de retarder au maximum le moment d’enfiler ma veste imperméable mais ça mouille quand même bien.
4762_photo0556_27-08-15.jpg

Après plusieurs arrêts pour enlever et remettre la veste, le but, éviter l’étuve sous la veste, j’arrive au village de Cordinanes. Le petit malin qui n’avait pas voulu prendre de l’eau pour se charger avant, et bien, il n’en trouve pas dans le haut du village.
Avec 50cl dans une bouteille, je pars dans la bonne montée vers le refuge, durée annoncée 4 heures sur le panneau , avec le mix météo idéale, un bon gros nuage bien pluvieux au dessus, et de coté des bons rayons de soleil qui chauffe bien la veste. Je suis bien en nage à l’intérieur et trempé extérieur. Je me parle un peu beaucoup, ça use de la salive : donc j’arrête. J’essaie de passer en mode bien concentré. Si dans maximum 1 heure et demi, je le sens pas, je fais marche arrière. Le marquage du chemin est sans embrouille : peinture blanche et jaune.

Ça monte fort, c’est à partir de là, que je ressortirais l’expression "todo derecho" sur certains chemins des picos, ça monte, par moment, vraiment tout droit. Je me cale à ce rythme que parfois j’ai du chinter des lacets. Ayant souvent les bras très hauts avec les batons et la pente, l’eau coule des poignets vers l’intérieur des bras. Pas super chaud avec le pantalon qui fait collant sur les jambes et le tee shirt merinos bien trempé. Je me tâte à peut être faire demi tour.

Faut faire rapidement des changements pour améliorer les choses : sous la pluie, j’enfile un vrai collant sous le pantalon, plus une polaire ; à partir de là, je vais boire peu mais régulièrement ; et puis le mental, je vais moins regarder le sol, "profite du paysage, gamin ! " : la roche est luisante,  il y a de superbes colonnes de pierres, l’herbe est verdoyante au milieu des brumes, on se croirait en Irlande.
4762_photo0563_28-08-15.jpg

A force de faire du todo derecho, je fais quelques pas d’escalade qui me mettent du baume au coeur, tout en gardant un œil attentif, pour ne pas faire de conneries.
Et puis même la tête dans le guidon, on voit des belles choses : de la salamandre comme s’il en pleuvait. Mon petit dicton à 2 balles : pluie généreuse, salamandre heureuse.
4762_photo0562_27-08-15.jpg

Dans une montée sur de la plaque rocheuse, les chaussures en peu boueuses sont pas fringantes mais ça tient. Je débouche sur un plateau pris dans les nuages, 30 mètres plus loin, je tombe sur la forme nébuleuse du refuge. Je n’ai pas de change sec pour les jambes et pour le haut du corps, j’ai un merinos de rechange, plus la couche chaude du neutrino donc dans l’absolu, j’aurais pu tenter un bivouac humide avec une nuit moyenne mais bon je l’ai joué petit bras : direction un des derniers lits disponibles du refuge. Je ne pense pas que cela remettre trop en cause mon équipement : à voir ? (j’en reparle un peu plus bas dans mon petit retour d’expérience).

La soirée est agréable : de bonnes tablées bien sympathiques, je reparle français, et la cuisine est pas mal du tout. Dans la nuit, un avion gros porteur s’est fourbement introduit dans le dortoir, j’arrive pas à me rendormir, je me tâte à descendre dans la salle repas finir la nuit ; et là un miracle, quelqu’un qui ne connaissait pas le ronfleur sort la formule magique : en claquant la langue, il prononce un genre de « clacaclaclac », les moteurs de l’avion se coupe, restera juste le feulement de l’air sur la carlingue du planeur. Merci l’ami, tu m’as sauvé la nuit.

à suivre...

Dernière modification par copy (28-08-2015 11:37:41)

Hors ligne

#2 27-08-2015 17:49:42

kodiak
Pas assez léger, mon fils!
Inscription : 09-06-2014
Messages : 2 597
Site Web

Re : [Récit + liste] Picos de Europa aout 2015

Hello copy,
Sympa ta rando. Tu aurais un extrait de carte, ou un lien vers une trace GPX, qu'on puisse suivre ton trajet?
Sympa le nom de tes chaussures. Peu de retours ici (sauf ultra qui a bien usé les siennes). Peut-être le nom qui rebute?
3 slips! Tu es parti 2 mois? wink
Merci pour tes efforts de mise en page de ta liste. Je te signale qu'il existe sur ce forum un petit outil fort pratique pour insérer des tableaux dans un message.


Lâche ce clavier, attrape ton sac et pars marcher! |k|
« Strong, light, cheap, pick two' » (Keith Bontrager)

Hors ligne

#3 27-08-2015 18:37:50

copy
Membre
Inscription : 08-07-2010
Messages : 30

Re : [Récit + liste] Picos de Europa aout 2015

Salut Kodiak

j'ai juste les cartes papier achetées sur Paris avant de partir.

Pour le rechange, j'avais gardé un slip de compet pour aller trainer dans les rues et faire honneur à Oviedo, après la rando.

merci de l'info

Hors ligne

#4 28-08-2015 11:50:18

copy
Membre
Inscription : 08-07-2010
Messages : 30

Re : [Récit + liste] Picos de Europa aout 2015

Refuge Jermoso => Fuenté De (bah non finalement El cable)

Petit dej sur la terrase du refuge plongé dans les nuages, j’ai pas monté des pêches pour rien non ! Encore des isards (fou ça devient lassant ces bestioles) qui viennent s’ébattre autour du refuge.
4762_photo0565_28-08-15.jpg

Les chèvres sont mimies aussi: pas de jalousie, tout le monde, il est beau...
4762_photo0578_28-08-15.jpg

la rosée du matin, peut être mélangée à des restes de pluie d'hier
4762_photo0579_28-08-15.jpg

Au fur et à mesure que le soleil perce, des belles silhouettes de pics apparaissent.
4762_photo0589_28-08-15.jpg

On tente quelques passages sur des névés, coté ombre ça patine, j’en quitte un dernier avant que la pente se transforme en toboggan.
4762_photo0591_28-08-15.jpg

4762_photo0606_28-08-15.jpg

A nouveau, un beau passage dans l’univers du calcaire, je percute que les bâtons ne servent pas à grand-chose, vu qu’ils plongent régulièrement dans les interstices de la roche, c’est même une source possible de déséquilibre ; les jambes et les pieds doivent être surs.
4762_photo0596_28-08-15.jpg
4762_photo0630_28-08-15.jpg

Après quelques passages sur des poutres de pierre, le refuge Veronica apparait : c’est une bulle de metal brossé et peinture de protection avec des hublots et une porte étanche (reconversion d’une tourelle de bateau).
4762_photo0617_28-08-15.jpg
me trimballant en dessous le refuge, je tombe sur plusieurs zones d’ordures diverses et variées : ça va du vieil outil de mineur, de la gazinière en partie cramée, à du câblage électronique récent, je fais pas tout l’inventaire mais c’est mega crade. En tout cas, une jolie fouine qui ne se laissera pas prendre en photo semble profiter du lieu.
Ça vaut le déplacement, la carte postale quoi, moins l’envers du décor, mais dans l’absolu, je ne me vois pas trop y dormir, trop confiné, abri de dernier secours.

4762_photo0629_28-08-15.jpg
. De tout façon, c’est pas l’heure de penser à se coucher, je descends la quasi route de terre qui amène au téléphérique. J’avoue me faire plaisir à y aller franchement dans la descente, se laisser embarquer par la pente, tout en essayant de contrôler la trajectoire et les virages, quand les jambes répondent bien et que le sac est allégé, c’est limite enivrant : merci Rando leger.
Et après la descente en terre et pierre, j’embraille sur la terre molle et de l’herbe bien grasse : un délice : merci … euh non mais la ça va plus du tout, à force, d’être sur mon petit nuage, je suis parti dans une mauvaise direction : le refuge Alivia..ah bah merci bien Rando léger… vraiment !  Maintenant faut remonter une partie de la pente… mais heureusement  j’ai mon sac allégé : merci Rando léger.

4762_photo0630_28-08-15.jpg

Je ne sais pas trop où atterrir ce soir, repéré un petit cheminou sur la carte qui descend à Fuente dé, pas envie de prendre le téléphérique. Une fois, le démarrage du chemin trouvé, je descends un premier vallon étroit de pierre, puis un plus petit, bien encaissé, où au milieu, il y a une cuvette d’herbe bien grasse, une sorte d’oasis au milieu de la pierre. Il y a deux résurgence d’eau en forme de cuvette, l’eau est limpide, une vie aquatique bien fournie : têtards et salamandre. Elles se rejoignent pour former un rui qui se perd dans la caillasse.
4762_photo0632_28-08-15.jpg

Ça me tape dans l’œil, mais bon, j’ai plus trop d’eau, donc je m’engage dans la descente de la jonduda, direction Fuente dé. Mon que le départ est pentu,
4762_photo0631_28-08-15.jpg
de la terre qui savonne les chaussures et des petits cailloux façon roulement à bille. Alors ça peut surement se faire bien mais bon là le roi de la descente au bout  du 2ème dérapage non contrôlé, il a été vite calmé, faudra en plus se la remonter demain matin, vu qu’après je repars plein nord (même si tu as un sac allégé : merci Rando léger (Question philosophique : est ce que lorsque l’on allège son sac, n’y a-t-il pas, et je pèse mes mots, un risque de vase communicant vers un humour de plus en plus lourdingue ?)).
Mon cerveau de paresseux s’est mis en route : si tu chopes de l’eau à l’accueil du téléphérique et que tu dors dans l’oasis, ça va être nickel.
Le plan machiavélique a été réalisé à la perfection : une bière en cadeau bonux. J’ai essayé de respecter le mieux cette oasis : le moins de trace possible.


El cable => Uriellu

Remontée jusqu’à hauteur du refuge Veronica, et direction le col à gauche d’Horcados Rojos,
4762_photo0637_28-08-15.jpg

je vois pas trop comment démarre la descente de l’autre coté : pas de mal de cairns à gauche mais bon c’est vraiment todo derecho, je le ferais pas sans corde, au centre, rien, et en reprenant le marquage blanc et jaune sur la droite, un chemin au marquage au jaune semble être le bon : avec des passages câblés qui servent moyennement et d’autres pas câblés, où j’y vais avec prudence. En bas, une vallée où des trous à intervalles réguliers sont percés dans la terre : façon limite impact de météorite.
4762_photo0638_28-08-15.jpg

La suite est plus facile : une traversée de vallée où l’herbe se fait rare. En basculant, par un petit col, vers une des attractions des picos, le pic Uriellu ou Naranjo de Bulnes, les nuages bas sont bien présents, à un moment, j’entends de plus en plus de voix, le refuge doit pas être loin, juste après un large terrain prévu pour les tentes. Le pic Uriellu est juste derrière le refuge, j’en verrais juste la base en me rapprochant, la pierre a par endroit une couleur orange (Naranjo).
Repas chaud du soir au refuge : une bonne cusine avec des légumes qu’on croirait cueillis d’un jardin à coté ; une belle rencontre avec un galicien plus tout jeune qui continue à crapahuter dés qu’il le peut en montagne.


Uriellu=> Bulnes

Nuit moyenne : l’humidité ambiante a transformé en peau de chagrin le sac de couchage en duvet, en mettant le maximum de vêtements, pas ressenti trop de frissons : un peu juste au niveau des jambes. En tout  cas, au réveil, les nuages sont repartis dans le ciel.
4762_photo0649_28-08-15.jpg

Le démarrage en direction du refuge Cabrones est assez aérien : passage chainé, quelques pas de grimpette ; et de la haut, une belle vue d’ensemble sur le pic Uriellu.
4762_photo0652_28-08-15.jpg

Après quelques traversées de vallons avec de superbes panoramas, faut que j’en profite, c’est bientôt la fin du secteur haute montagne, la descente s’engage.
4762_photo0655_28-08-15.jpg

4762_photo0666_28-08-15.jpg

4762_photo0669_28-08-15.jpg


Une spéciale dédicace à Carrie qui dévale une pente herbeuse dans le générique de la petite maison dans la prairie, l’hommage s’arrêtera avant le final la tête la première dans l’herbe, en tout cas, c’est toujours aussi bon, youhouuuu!
4762_photo0688_28-08-15.jpg

4762_photo0700_28-08-15.jpg

Un dernier coup de cœur pour le hameau d’Amuesa, quelques cabanes sur un plateau herbeux avec des tapis de fleurs violettes et roses (désolé, j’y connais rien en nom de fleurs de montagne).
4762_photo0718_28-08-15.jpg

4762_photo0720_28-08-15.jpg

Le soleil au rendez vous pour sécher le sac de couchage ; et les moutons au taquet qui me confondent avec le berger,
4762_photo0736_28-08-15.jpg

4762_photo0739_28-08-15.jpg

chacun repartira de son coté, les moutons qui ont bien de la chance d’être dans ce bel endroit, et moi, je continue la descente vers Bulnes,
4762_photo0755_28-08-15.jpg

4762_photo0769_28-08-15.jpg

un petit village encore assez authentique, paumé dans les cimes,
4762_photo0814_28-08-15.jpg

bon ça sent de plus en plus le truc touristique dont je fais parti mais y encore plein de petites pépites à dénicher dans les environs, des vieilles caves naturelles d’affinage de fromage (une bombe le demi persillé), un patrimoine de granges, étables et maisonnettes dont les portes gardent la patine des mains des anciens occupants, un musée (à Carrena) consacré à Enrique Herreros, un amoureux de la montagne qui a traduit en dessin les jeux de lumière sur les picos, le cidre…j’arrête là le hors sujet.


Petit retour d’expérience :

-photo : je m’obstinais à prendre un reflex en randonnée avec un téléphone ultra basique et très ancien => j’ai acheté 2 jours avant de partir le téléphone samsung Xcover 550 : la qualité des photos est correcte (de toute façon, la plupart des problèmes viennent généralement du photographe, très peu de l’appareil), j’ai pu passer des appels en Espagne (au niveau sécurité, ça peut être un plus), bonne autonomie.

-repas : je m’habitue de plus en plus à prendre des repas froid : pas de gamelle et PR3S + alcool… mais bon un repas chaud c’est un vrai bon luxe

- vêtements : toujours aussi fan du merinos, du rab neutrino, le rain cut à fait le job, le collant est indispensable maintenant. Pour les jambes, peut être besoin d’une couche chaude ou imperméable : à voir

-abri : le poncho tarp golite a ces limites qui correspondent à peu près aux miennes : j’essaie d’anticiper la météo, s’il y a plus de 2 jours de pluie, je change de plan. Ce petit abri est redoutable pour se poser dans un mouchoir de poche, si possible un peu abrité, ce que ne peut pas trop faire même la plus petite des tentes ou abri type olivier. J’utilise parfois la toile extérieure de la T2 ultralight D4 que je trouve un peu lourde. Peut être, un abri, +/- fermé type olivier, serait l’évolution logique pour plus de protection : à voir.

- Chaussures : j’apprécie les montrails masochist particulièrement le chaussant  (confort, protection, aération), la semelle a pas trop aimé les picos : au final, l’impression que la semelle est trop compliquée dans sa forme, sa structure et son assemblage, du mal à voir les vrais avantages, vu les faiblesses, pas forcement énormes, mais un chouia déçu sur la durée, après ça semble être le cas de pas mal de chaussures.

- Le bonhomme : faut qui travaille encore l’orientation et la concentration sur certains passages clé, un peu la gestion de l’eau, il y a quelques gains de poids à faire (c’est la première fois que je pèse tout). Le comportement est en évolution, faut juste qu’il n’attendre pas trop pour remettre ça, c’est tellement bon. Bon j’arrête mon auto évaluation, c’est ridicule.


J’allais oublier : longue vie à Rando Léger, aux picos et vive le calcaire !!!!
cool

Dernière modification par copy (03-09-2015 10:24:04)

Hors ligne

#5 02-09-2015 19:03:05

RaphazzZ
Libraltitude
Lieu : Pau Pyrénées
Inscription : 21-03-2009
Messages : 439
Site Web

Re : [Récit + liste] Picos de Europa aout 2015

Bonsoir,
Merci je me suis régalé! Ça fait du bien un peu de légereté  lol .
Bonne continuation.

Hors ligne

Pied de page des forums