Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 25-10-2016 11:03:10

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 563
Site Web

Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Cette "Montagne de Reims" me faisait de l’œil depuis longtemps... Je me demandais ce qu'on pouvait appeler ainsi dans un endroit aussi peu montagneux que la Champagne!

J'avais du matériel à tester et, au vu de la météo à 14 jours, j'ai choisi le week-end dernier qui promettait des "éclaircies" et des températures nocturnes autour de 1°C. J'ai trouvé un billet de TGV à 17€ AS et samedi matin, quarante minutes après être parti de Paris, je suis sorti à 8h30 de la gare Champagne-Ardennes. Il me faut généralement plus de temps pour aller dans les forêts franciliennes!

Cette gare est de type "betterave", isolée au milieu des champs; pour rajouter à l'ambiance, ce matin-là la campagne était recouverte d'un brouillard dense dans lequel j'ai marché une heure en entendant seulement le va et vient des tracteurs dont j'apercevais de temps en temps la silhouette...
Après cette première heure, je suis arrivé au village d’Écueil, encore (toujours?) complètement endormi et je suis monté à la petite chapelle qui le domine. J'ai commencé à deviner le ciel bleu et une fois dépassée la chapelle, d'un seul coup je me suis retrouvé hors du brouillard et dans les coteaux de vigne, avec devant moi la forêt aux frondaisons roussies par l'automne. Ici, ils connaissent bien les limites de leur brouillard et savent où planter leur vigne!
1001_20161022-0946_25-10-16.jpg

On a beau être déjà fin octobre, les vendanges ne sont pas encore faites, et la forêt commence à peine à prendre ses couleurs automnales. Je ne sais pas si c’est la forêt ou moi, mais il règne une ambiance très sereine, avec cette lumière matinale filtrée par le feuillage.
1001_20161022-0958-light_25-10-16.jpg

J’ai choisi de traverser d’abord la forêt tout droit vers le village de Pourcy, mais la carte IGN n’a pas été actualisée et indique des chemins qui n’existent plus alors que de nouvelles pistes forestières ne sont pas reportées… Parti dans une direction qui ne me convient pas, je décide de plonger à travers bois et je me retrouve dans le chaos de ronciers, de branches coupées et de souches que deviennent les clairières de coupe.
Une des choses que je voulais tester, c’est un nouveau pantalon acheté à Gosport à 30€, une sorte de survêtement de course assez fin et souple qui pèse 200g (en taille S). Rien de mieux que de traverser un roncier pour savoir ce que vaut un pantalon ! Bref, je me suis bien griffé et le pantalon n’est plus neuf mais n’a pas d’accroc majeur, il est donc bon pour le service…

L’itinéraire alterne entre villages, vignobles et segments de forêt : Pourcy, Courtagnon, Saint-Imoges. Juste avant ce dernier, j’ai perdu les balises du « GR de Pays de l’Ardre » qui ne correspond pas à ce qui est porté sur la carte. Je me suis de nouveau retrouvé en train de naviguer dans le sous-bois, en essayant à la boussole d’arriver au « château de Vernay », seul point de repère dans cette portion de forêt très plate. Je tombe enfin sur ses fossés et ses fondations complètement enfouis dans les bois et broussailles. Sur le moment je pense qu’il s’agit d’un important retranchement de la Première Guerre Mondiale, mais le site http://www.saint-imoges.com/histoire raconte une autre histoire :
« Site fossoyé du château de Vernay. Vers 950 à 1000, des voyageurs armés dont le nom nous est inconnu, s’emparèrent de la terre du Petit Maupas (ou mauvais pas, ce sont des marécages) et construisirent une forteresse de bois. Au cours des années qui suivirent, ils y firent des fondations, creusèrent des fossés et transformèrent ce village en un véritable château fort. Le château fut laissé à l’abandon par les seigneurs de Nanteuil et fut ensuite pillé. En 1789, le château était encore sur pieds, les paysans le démolirent après la Révolution afin d’éliminer toute marque de la domination noble.
Il est situé dans la forêt, entre Germaine et Saint-Imoges, non loin de la RD951. Cet ancien château n’est plus actuellement qu’un tas de rocailles. On peut encore y distinguer les fossés remplis d’eau et l’île où il se trouvait. »

Je retrouve mon chemin grâce à la piste forestière du Déluge et débouche enfin sur le Cheminet, « voie romaine » qui reliait Reims à Troyes et que je prends vers le sud, pour déboucher de la forêt à Mutigny, avec une vue remarquable sur la vallée de la Marne.
Je remplis ma nouvelle « flasque » au robinet du cimetière. Il s’agit du système BeFree composé d’une flasque souple Hydrapak de 500 ml et d’un bouchon filtreur Katadyn censé permettre de puiser de l’eau n’importe où ou presque. Jusqu’à maintenant, le seul risque que j’ai couru s’est limité à prendre de l’eau dans un minuscule ruisseau qui sortait de la forêt avant d’entrer dans un réservoir dominant les vignes. Pour boire, il suffit de téter sans effort en pressant la flasque ; je verrai à l’usage la confiance que je peux avoir dans le système de filtrage ; pour le moment mes préoccupation concerne la durabilité du système, car j’ai des doutes sur la solidité du bouchon et de la flasque elle-même.
Mutigny est le point le plus au sud de ma sortie. J’en repars en remontant vers le nord-est, via les vignobles et villages d’Avenay Val d’or, Fontaine sur Ay, Tauxières-Mutry et Louvois.
J’ai décidé de m’arrêter à 18h30, dix heures après être parti de la gare et avant qu’il fasse nuit, pour monter le tarp. Le moment arrive alors que je marche sur le magnifique chemin à la limite entre la forêt et la vigne, au dessus de Bouzy.
1001_20161022-1819-light_25-10-16.jpg

J’ai trouvé une petite pelouse bien plate, au bord d’un talus ; je fabrique un auvent en plantant l’arrière de mon poncho-tarp Equinox dans le talus et en soutenant l’avant avec les bâtons  à 120cm ; j’étends mon tapis de sol composé de deux pare-soleil de voiture assemblés avec du duct-tape (109g), j’y pose le matelas Nemo Zor de 122 cm et le quilt Cumulus 250. L’un des buts de la sortie est précisément de tester cette configuration de couchage.
Mais avant cela, face au panorama, je dîne en essayant aussi pour la première fois le micro-réchaud Fire Maple Hornet FMS-300T de 44 grammes ; il chauffe vite et bien les 50cl d’eau dont j’ai besoin pour ma soupe et mon lyophilisé, mais semble faiblir à l’extrême fin. D’ailleurs, le lendemain matin il ne s’allumera pas et me laissera perplexe, en train de manger mon muesli froid : est-ce que la cartouche est défaillante ? Y a -t-il un défaut de fabrication ? (De retour chez moi, j’essayerai une autre cartouche et me rendrai compte qu’il faut être très attentif en vissant le réchaud, qui semble ne pas fonctionner s’il est trop serré ou pas assez ; affaire à suivre, donc.)
A la fin de mon dîner, je réalise que l’ambiance est extrêmement humide et qu’une pellicule d’eau s’est déposée absolument partout : non seulement sur la face externe du tarp mais aussi dessous, sur le matelas, sur mes affaires et sur mon quilt !
Comme l’humidité sature l’atmosphère, je décide de dormir avec toutes mes couches sur moi pour être le plus chaud possible et sécher de l’intérieur mon système de couchage. Et ça marchera ! J’ai eu un peu froid aux jambes, uniquement protégées par un fin collant de soie ; les pieds étaient bien avec des chaussettes imper-respi Sealskinz par dessus des chaussettes fines en mérinos ; en haut, j’ai eu bien chaud : maillot mérinos à manches longues, gilet en duvet Uniqlo (142g en taille XS) et anorak-pull (Berghaus Vapourlight Hypertherm Race Smock, 156g en taille M), avec sur la tête un petit bonnet de 17g complété par un buff porté en cagoule.
Au petit matin, j’estime qu’il fait entre 1 et 3°C ; le tarp est trempé sur ses deux faces, l’extérieur du quilt est franchement humide, mais l’intérieur est sec et chaud.

Je démarre un peu avant 8h, bien couvert avec l’anorak Berghaus, le bonnet et le buff, mes gants de soie à l’intérieur des gants de manutention Dexter catégorie II (31g en taille 10), car le vent rafraîchit fortement l’atmosphère. Je passe dans le village de Trépail complètement mort et choisi de suivre des chemins dans les vignes pour profiter au maximum du soleil levant, faible car voilé par les brumes matinales. En arrivant à Villers-Marmery, j’ai la bonne surprise de trouver un peu d’animation autour de la poste et de la boulangerie et, surtout, un bar-restaurant ouvert, où je me pose quinze minutes pour savourer la boisson chaude qui m’a manqué ce matin.
Je repars vers le nord-est et retrouve le GR 141-654 qui longe la forêt. Le contraste est frappant avec hier : alors que j’ai marché toute la journée de samedi sans voir personne mis à part une petite bande de chevreuils, ce dimanche matin je croise des promeneurs, des coureurs et des cyclistes. Après avoir surplombé Verzy puis Verzenay, je quitte la lisière de la forêt à la hauteur du moulin du Mont-Beuf, dernier panorama de la sortie.
1001_20161023-1110-light_25-10-16.jpg

J’entre dans une partie moins agréable, car entre la Montagne de Reims et le canal de l’Aisne à la Marne, les 4/5 de l’itinéraire suivent des routes asphaltées, dont une fort passante. Par ailleurs, la vigne est moins belle que plus haut sur les coteaux, car les parcelles sont beaucoup plus grandes et régulières. A la différence des « champagnes de vignerons » que l’on trouve autour des villages qui entourent la Montagne, ici le vignoble est exploité par les grandes maisons de Reims que nous connaissons tous. Il faudra que je revienne pour explorer les différences entre toutes ces productions…
Pour l’heure, en arrivant au bord du canal alors que la température a monté assez pour que je marche en maillot, je prends le rythme de la marche nordique en suivant le chemin de halage en direction de Reims où j’arrive à 15h, avec le temps suffisant pour re-visiter la basilique et la cathédrale et prendre un chocolat et une viennoiserie dans un salon de thé, avant de prendre mon train de retour.
Samedi : 10h de marche pauses comprises, 46km
Dimanche : 7h pauses comprises, 34km
smile

Dernière modification par jeronimo (26-10-2016 13:08:09)

Hors ligne

#2 25-10-2016 18:56:36

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

salut

c'est courageux d'être allé explorer la montagne de Reims  smile  Tu as même réussi à prendre des belles photos. Ce n'est pas évident, car la champagne c'est plutôt plat et moche !

Sinon, avec un petit peu plus de train tu peux aller dans la rude forêt des Ardennes ! En principe le train va jusque Sedan, et de là tu peux entrer dans cette forêt profonde et boueuse où l'homme et le sanglier se ressemblent étrangement. Mais tu connais peut être déjà...

Dernière modification par Rouquemoute (25-10-2016 18:56:49)

Hors ligne

#3 25-10-2016 19:03:15

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 1 930
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

bonsoir

de belles photos , un bon récit d'un endroit ou je n'ai jamais fait que passer sur la route de l'Alsace
Merci


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#4 26-10-2016 10:39:20

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 2 602
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Du coup le test de mon (ancien tongue) quilt est concluant ?
Tu penses que les conditions sont représentatives de ce que tu pourrais trouver sur le PCT ?


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#5 26-10-2016 11:18:11

Phil75014
E-Mul
Lieu : Paris ! Paris! Paris !
Inscription : 14-04-2010
Messages : 498
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Salut,

Est ce que tu as vu les fameux Faux de Verzy ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Faux_de_Verzy


C'est le truc a voir dans la montagne de Reims smile

ps : de fait j'etais a Reims le week end dernier (super belle météo )


Cordialement

Philippe


mon blog :  des astuces, des récits sur la randonnée
"simplifiez, simplifiez, simplifiez." (H.D. Thoreau)

Hors ligne

#6 26-10-2016 13:03:59

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 563
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Shanx a écrit :

Du coup le test de mon (ancien tongue) quilt est concluant ?
Tu penses que les conditions sont représentatives de ce que tu pourrais trouver sur le PCT ?

Shanx,
1) oui le test est concluant! smile
2) mais non, les conditions sont très différentes de ce que j'attends sur le PCT  roll

En effet, pour la Californie que je connais bien, ça va être sec de chez sec, loin de l'humidité de la Champagne à 200 mètres d'altitude en plein automne... C'est pourquoi je pense pouvoir titiller les -3/-4°C par temps sec avec la même configuration de vêtements

Même dans le nord-ouest plus humide que je connais moins bien (Oregon et Washington), ça devrait rarement être aussi humide! Mais au moins, je sais quoi faire dans ce cas.

Bilan: donc content de mon achat, merci.
cool

Hors ligne

#7 26-10-2016 13:05:21

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 563
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Phil75014 a écrit :

Salut,

Est ce que tu as vu les fameux Faux de Verzy ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Faux_de_Verzy


C'est le truc a voir dans la montagne de Reims smile

ps : de fait j'etais a Reims le week end dernier (super belle météo )


Cordialement

Philippe

Bon, je t'ai raté et j'ai raté les faux de Verzy, sad
mais j'y retournerai, c'est (presque) sûr. tongue

Hors ligne

#8 26-10-2016 13:20:45

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 2 901

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Super compte rendu : comme quoi la beauté peut être partout. smile

Un petit conseil, qui pourrait concerner d'autres randonneurs :

Dans cette région, il faut être très prudent quand on fait un feu (ce qui est tentant parce que c'est frisquet et souvent humide).
En effet, pas mal de munitions de la grande guerre dorment sous vos pieds. Elles ne représentent plus de danger normalement, mais un gros feu pourrait leur donner la mauvaise idée de se réveiller. On évite absolument les gros feux.


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#9 26-10-2016 15:21:09

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011
Messages : 1 847

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

ith a écrit :

En effet, pas mal de munitions de la grande guerre dorment sous vos pieds. Elles ne représentent plus de danger normalement, mais un gros feu pourrait leur donner la mauvaise idée de se réveiller. On évite absolument les gros feux.

C'est vrai que ça doit faire drôle mad !


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)

Hors ligne

#10 26-10-2016 19:34:43

taowen
voyages/randos/treks à pieds, vélo, ski...
Lieu : aube
Inscription : 07-06-2007
Messages : 303
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

C'est vrai que ça peut être très humide la Champagne. En tous cas, superbe luminosité pour tes belles photos.
Les vignes non vendangées que tu as vues ne le seront probablement jamais, je crois que les vendanges sont terminées. Ils ont dû , comme dans l'Aube, laisser les raisins là où ça ne valait pas le coup de vendanger.

Hors ligne

#11 26-10-2016 21:04:52

Nayana
Helix pomatia
Lieu : Cote d'Or
Inscription : 05-10-2010
Messages : 1 458

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Il n'y a pas de production de vin de glace dans la région ?


Lentement mais surement...

Hors ligne

#12 26-10-2016 21:13:01

Kam
Membre
Inscription : 19-01-2011
Messages : 2 988

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Merci pour ce récit. C'était mon terrain de jeu étant gamin. Tout à bien changé maintenant (le TGV puis l'autoroute ont complètement coupé le Sud de Reims et l'on ne peut plus comme avant couper à travers champ pour se retrouver à la campagne).

Effectivement, les vignes non récoltées que tu as vu ne le seront jamais. Il y a des cotas par hectares afin de préserver la qualité / garder des prix élevés, et des parcelles entières ne voient jamais l'ombre d'un sécateur. Les panneaux Mumm ou Taitinger que tu as vus ne veulent pas dirent grand-chose non plus. La spécificité de la Champagne est que chaque vigneron a des parcelles un peu partout, ce qui permet de faire la moyenne et de garder quelque chose d'à peu près homogène (c'est pour cela qu'il n'y a pas de millésimes, contrairement à à peu près tous les autres vins de France). Ces parcelles de "marques" connues étaient au milieu de parcelles de vignerons anonymes.

Dommage aussi que tu aies raté les faux de Verzy et que tu aies dû te tapper de la route pour rejoindre le canal. Dans la région, il suffit de couper à travers champs / vignes: il y en a partout, et en y allant à la boussole (pour ceux qui ne connaissent pas le coin ou qui n'ont pas de compas dans la tête), il y a très peu de risques de se perdre. D'ailleurs, les bords du canal ne sont pas trop désagréables si tu veux te faire une balade pépère.

Concernant les obus des deux guerres... J'ai grandi en entendant des histoires de tracteurs sautant sur l'un d'entre eux... et en même temps je ne l'ai jamais vu dans le journal. J'ai aussi fait d'innombrables soirées feu de camp dans ma jeunesse, comme beaucoup de monde ici, sans que cela me pète à la gueule. Bref... Oui, il reste des obus enfouis, et il faut le garder en tête. En même temps, la probabilité de tomber dessus est extrêmement faible.

EDIT - Ce que je veux dire par là, ce n'est pas qu'Ith a tort, au contraire, juste qu'il ne faut pas pour autant devenir parano.

Dernière modification par Kam (26-10-2016 21:18:01)

Hors ligne

#13 27-10-2016 13:19:53

ith
Version Light
Inscription : 08-03-2007
Messages : 2 901

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Kam a écrit :

Concernant les obus des deux guerres... J'ai grandi en entendant des histoires de tracteurs sautant sur l'un d'entre eux... et en même temps je ne l'ai jamais vu dans le journal. J'ai aussi fait d'innombrables soirées feu de camp dans ma jeunesse, comme beaucoup de monde ici, sans que cela me pète à la gueule. Bref... Oui, il reste des obus enfouis, et il faut le garder en tête. En même temps, la probabilité de tomber dessus est extrêmement faible.

Oui, il ne faut pas être parano. Juste prudent smile

Il faut être prudent particulièrement dans certains endroits ou l'on pouvait réaliser de belles collections d'artefacts par le passé. Autour de Reims, il faut donc se méfier des éminences aux alentours, qui étaient le lieu d'anciens forts de défenses durant la Grande Guerre (Berru, La Pompelle, Witry...).

Pour rappel, c'est la seule grande ville de France qui a été rasée par l'artillerie durant les hostilités (il faut beaucoup de temps au canon de campagne).

11744.jpg


Comparativement à la 1GM, on s'est relativement peu battu dans la région durant la 2GM.


"The more you carry in your bag, the less you carry on your head"

Hors ligne

#14 28-10-2016 10:21:09

denq
Membre
Inscription : 30-05-2007
Messages : 1 538
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Salut Jéronimo!
Les deux pare-soleil sont standards? Pas trop fragiles? Objectif: isolation thermique ou pour protéger l'auto-gonflant des crevaisons? smile


Vaut mieux être un peu titane qu'un grand mulet...

Hors ligne

#15 03-11-2016 21:38:26

François91
Membre
Inscription : 06-10-2014
Messages : 3

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Bonjour jeronimo
Très intéressant votre tour de la montagne de Reims ! J'y avais randonné moi aussi il y a longtemps, j'avais bien aimé.
Une question : vous avez marché 46 km le samedi et 34 le dimanche ??

Hors ligne

#16 05-11-2016 18:55:43

Myrtille88
Membre
Lieu : Provence
Inscription : 30-09-2009
Messages : 1 555

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Merci pour ce retour smile
Je me suis demandée si c'était bien de la ville de Reims dont il s'agissait hmm
donc une vraie découverte avec de très belle images

je ne connaissais pas non plus les Faux de Verzy

Myrtille

Hors ligne

#17 09-07-2018 12:03:52

leontine
Membre
Inscription : 09-07-2018
Messages : 13

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Bonjour Jeronimo

Tu as beaucoup de chance d'être tombé par hasard sur le château de Vernay. C'est un endroit magique, et ignoré par la plupart des gens du cru.
Les Faux de Verzy sont bien plus faciles à trouver.  smile

La prochaine fois, arrive par Épernay, ça te coûtera moins cher, et tu n'auras pas de plaine à traverser.


Hors des sentiers battus

Hors ligne

#18 09-07-2018 13:12:31

jeronimo
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 04-03-2007
Messages : 1 563
Site Web

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

leontine a écrit :

La prochaine fois, arrive par Épernay, ça te coûtera moins cher, et tu n'auras pas de plaine à traverser.

Pour Reims, j'avais eu un TGV direct en 40 minutes depuis Paris, pour 17€ AS. smile
En regardant le site SNCF, je trouve pour Epernay au mieux 1h15 de TER pour 24€ AS... sad
Serait-ce une illustration que la SNCF fait payer plus cher les usagers des TER pour un service de moindre qualité, afin d'offrir sur les TGV des promos imbattables qui attirent la clientèle pour justifier la concentration des investissements sur ces lignes?  roll

Hors ligne

#19 09-07-2018 14:46:08

leontine
Membre
Inscription : 09-07-2018
Messages : 13

Re : Week-end automnal dans la Montagne de Reims

Effectivement, pour un TGV, ce n'est pas cher  wink


Hors des sentiers battus

Hors ligne

Pied de page des forums