#1 07-03-2019 05:02:46

makhno
Membre
Lieu : alpes de haute Provence.
Inscription : 05-01-2013
Messages : 644

infarctus.....et après?

Bonjour,il y à quelques mois j'ai eu un infarctus dans les gorges du Verdon.
sur un petit sentier,seul,vers "le belvedere de rangoumas" (pour ceux qui connaissent).
l’hélicoptère à mis plusieurs heures à me localiser, mais j'ai été sauvé.depuis quand je remarche seul,je suis un peu oppressé.
Avez vous eu ce genre d'expérience?
merci


Paix dans le monde

Hors ligne

#2 07-03-2019 08:27:44

marcheur75
Membre
Inscription : 22-02-2009
Messages : 2 770

Re : infarctus.....et après?

Je suis très content pour toi qu'apparemment tu sois remis et de nouveau sur les sentiers.

As-tu prévenu les secours toi-même, ou est-ce un promeneur ?

Je n'ai pas cette expérience d'accident, infarctus, AVC ou autres, mais c'est quelque chose que je crains, sans vraiment y penser pour ne pas devenir hypocondriaque.


Je n'ai pas lu tous les livres, hélas ! Mais la chair est réjouissante...

Hors ligne

#3 07-03-2019 08:48:27

Naxh
Marmotte Pyrénéenne
Lieu : Bordeaux
Inscription : 28-07-2015
Messages : 838
Site Web

Re : infarctus.....et après?

Bonjour,

Heureusement que cette malheureuse expérience a pu bien se terminer...
Je n'ai pas eu ce genre d'expérience mais je comprends que partir seul puisse ensuite générer une certaine appréhension. Pour plus de précaution, peux-tu envisager de randonner accompagné ?
Et quel est l'avis de ton médecin là-dessus ?


« L'homme qui va à pied, préparé à camper à toute place et par tout temps est le plus indépendant sur terre. »
Mon trombi de Marmotte ici.

Hors ligne

#4 07-03-2019 10:01:54

bebel
Membre
Inscription : 12-08-2016
Messages : 464

Re : infarctus.....et après?

Pas d'expérience sur le sujet, mais je veux bien comprendre que ça doit un peu traumatiser.

Ton médecin a fait une recommandation quelques parts?

Hors ligne

#5 07-03-2019 10:27:45

koreth
Hammocker !
Lieu : Montpellier, France
Inscription : 27-12-2018
Messages : 110

Re : infarctus.....et après?

Je suis, comme tous les autres ici, heureux que ton aventure se soit bien terminée.

Je ne suis pas médecin, ni dans le para-médical d'aucune sorte. J'ignore tout de l'origine de ton oppression.
Mais je peux imaginer qu'elle vient de la peur de se retrouver dans la même situation, une nouvelle fois.
Ça ne sauve pas automatiquement des vies, mais ça permet de localiser des gens en détresse plus facilement :
- le meilleur, le réseau Satellite Irridium, valable dans le monde entier : exemple, Garmin InReach Mini / InReach Explorer
- le plus durable mais dont la qualité du réseau laisse a désirer en montagne, et dont la couverture ne concerne majoritairement que l'Europe, SigFox, un réseau mobile spécifique aux petits objets. Exemple : Capturs
- en cas d'avalanche, le Personal Locator Beacon, c'est une balise qui permet, quand les secouristes sont proches de toi, de te localiser très près dans une avalanche : exemple ACR ResqLink ( /!\ HOP HOP HOP, très grossière erreur de ma part, relevée et expliquée par Bohwaz ici )

J'imagine (peut-être à tort) que cela peut te rassurer un peu. Bien moins que de partir accompagné; possiblement que tu peux aussi être rassuré à l'idée de donner ton itinéraire à quelqu'un qui peut déclencher l'alerte sans nouvelle de toi pendant X heures.

Néanmoins, il est aussi possible que ton impression d'oppression ne soit pas liée à une quelconque inquiétude, et mon post te sera inutile. Dans tous les cas, je pense que l'avis d'un médecin sera bien meilleur (de montagne) que celui d'un informaticien (du plat pays) wink

Amitiés
Seb

Dernière modification par koreth (07-03-2019 17:02:30)


« La route ? Là où on va, on n'a pas besoin de route ! »
Hacker, Hiker, Trekker – Hammock Lover
Trombi - InstaLinkedInTwitter

Hors ligne

#6 07-03-2019 10:35:41

mustang
Membre
Lieu : Hauts de France
Inscription : 30-04-2013
Messages : 173

Re : infarctus.....et après?

Je n'ai pas les mêmes antécédents mais d'autres problèmes de santé.
J'avoue stresser lorsque je randonne seul dans des parcours isolés.

Difficile de conseiller...
Je pense qu'un bon suivi médical et l'avis du médecin peuvent rassurer.
Randonner en binôme ou en groupe procure aussi beaucoup de plaisir, tout en apportant sécurité physique et psychologique.

Hors ligne

#7 07-03-2019 11:26:34

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 2 694
Site Web

Re : infarctus.....et après?

Chapeau !
Je me souviens du panneau à l'entrée des gorges :
"En cas de problème, prévenez le numéro xxx. Mais il n'y a pas de réseau. Donc se munir d'un sifflet.."

Comment as-tu pu être localisé ?
Quelqu'un a donné l'alerte ?

Hors ligne

#8 07-03-2019 12:26:39

mz
Toutou fou
Inscription : 01-09-2009
Messages : 187

Re : infarctus.....et après?

Bonjour,

Heureux d'apprendre que tu te sois d'une telle situation. Je n'ai jamais, heureusement, eu à faire à une telle situation...
Il existe des dispositifs "homme mort" qui sont maintenant disponible sur téléphone portable ou sur des montres connectées. Il permettent la détection et la localisation d'une personne inanimée. La solution reste toutefois dépendante du réseau disponible et nécessite un abonnement.

https://www.pti-travailleur-isole.fr/pt … chnologie/

Dernière modification par mz (07-03-2019 12:28:13)


Canus Follus

Hors ligne

#9 07-03-2019 12:59:49

ludovic
Membre
Inscription : 20-01-2019
Messages : 74

Re : infarctus.....et après?

Salut Makhno,
J'imagine que tu dois beaucoup relativiser sur la vie maintenant. plus qu'avant? Comment vois tu les choses désormais?
C'est un peu HS mais c'est ce  qui m'a venu a l'idée quand je t'ai lu.

Hors ligne

#10 07-03-2019 16:31:56

Eloi
Bigfoot
Lieu : Toulouse
Inscription : 27-04-2010
Messages : 2 726

Re : infarctus.....et après?

Heureux que tu aies pu être secouru.

Je rebondis sur le dispositif "Capturs" évoqué par Koreth : J'en ai utilisé une version bêta sur une HRP en 2016. J'ai constaté quelques zones blanches plus ou moins étendues. Peut-êter que le fin fond des gorges du verdon est une zone blanche. Cela dit le réseau Sigfox est en expansion.
J'avais la version prototype qui avait peu de fonctionnalités. Je crois que la version définitive comporte un bouton d'alerte ainsi que des alarmes automatiques paramétrables en cas d'immobilité ou de chûte.
Le gros plus de ce dispositif, c'est une autonomie d'un mois entre deux rechargements, et un abonnement moins cher, je crois, que les balises satellite.

Hors ligne

#11 07-03-2019 16:57:53

bohwaz
Membre
Lieu : @Terre
Inscription : 26-04-2011
Messages : 2 029
Site Web

Re : infarctus.....et après?

koreth a écrit :

- le meilleur, le réseau Satellite Irridium, valable dans le monde entier : exemple, Garmin InReach Mini / InReach Explorer
- le plus durable mais dont la qualité du réseau laisse a désirer en montagne, et dont la couverture ne concerne majoritairement que l'Europe, SigFox, un réseau mobile spécifique aux petits objets. Exemple : Capturs
- en cas d'avalanche, le Personal Locator Beacon, c'est une balise qui permet, quand les secouristes sont proches de toi, de te localiser très près dans une avalanche : exemple ACR ResqLink

Non, un PLB n'est pas une sonde DVA / ARVA !

PLB = Personal Locator Beacon (aussi appelé balise de détresse). C'est une balise qui émet un signal radio, capté par un réseau de satellites mondial (gratuit !), signal qui est ensuite transmis à un centre de coordination de secours international, puis à un centre de coordination de secours national (ou plusieurs si c'est en mer ou sur une frontière !), selon la localisation de la balise. La balise transmet aussi une position GPS, qui permet de te localiser plus précisément (à 100 m près en général). La balise a besoin d'être à découvert, avec son antenne déployée vers le ciel. Un PLB émet pendant au minimum 24 heures.

Un PLB ne fonctionnera pas (ou très mal) dans un lieu fermé, une grotte ou sous la neige…

DVA (Détecteur de Victime d'Avalanche) ou ARVA (appareil de recherche de victimes d'avalanche) : c'est un émetteur-récepteur, que l'on a sur soit, qui permet de localiser une personne sous une avalanche. Le signal radio traverse bien la neige, mais a une portée d'environ 80 mètres max. Aucun satellite n'est contacté. Ça n'appelle pas les secours, ça permet au secours de te localiser sur place. L'appareil a deux modes : réception (recherche de victime) et émission. On porte toujours l'appareil en mode émission (sous les vêtements, pour qu'il ne soit pas arraché lors d'une avalanche), et on ne le passe en mode réception QUE lors de la vérification que le DVA des autres membres de l'équipe fonctionne bien au début de la sortie, ou lorsqu'on recherche une victime.

Le DVA ne sert pas à grand chose si personne ne voit qu'on a été enseveli, ou si personne ne passe par là… C'est pour ça qu'il vaut mieux éviter de sortir seul dans les milieux exposés aux avalanches.

Contrairement à une croyance erronée, il est utile d'avoir un DVA sur soi même quand on est seul : il y a des gens qui lorsqu'ils voient une trace d'avalanche et passent à côté mettent leur DVA en mode recherche pour vérifier que personne n'est dessous.

Lors d'un accident dans la Chartreuse il y a quelques années, un skieur a été pris sous une avalanche, il était seul et sans DVA. Il a été sauvé 7 heures plus tard (beaucoup de chance) car des promeneurs ont pensé voir une tache de sang dans la neige et ont commencé à creuser… On apprendra plus tard que plusieurs personnes étaient passées par là et avaient fait une recherche DVA plus tôt dans la journée mais vu qu'il n'y avait pas de signal ils avaient continué…

Donc moralité :
- un PLB est bien pour appeler les secours en cas d'absence de couverture réseau
- un DVA pour se faire sauver par quelqu'un présent sur place dans une avalanche

mais ce sont des choses complètement différentes.

Les autres dispositifs (Capturs, Spot etc.) utilisent des réseaux (radio, satellite, etc.) commerciaux non-dédiés et demandent des abonnements spécifiques, et leur couverture est moins étendue qu'un PLB.

Dernière modification par bohwaz (07-03-2019 16:58:13)


Trombi: Australie, NZ, et les autres…
Some nomads are at home everywhere.
Others are at home nowhere,
and I was one of those.
    — Robyn Davidson

Hors ligne

#12 07-03-2019 17:00:48

koreth
Hammocker !
Lieu : Montpellier, France
Inscription : 27-12-2018
Messages : 110

Re : infarctus.....et après?

bohwaz a écrit :

Non, un PLB n'est pas une sonde DVA / ARVA !

Eh beh… oui, carrément, je confirme la grosse boulette dans mon message initial, j'ai un peu trop simplifié (c'est pas faute de savoir, ou plutôt de croire savoir wink).

Merci pour avoir relevé et expliqué l'erreur. Je vais modifier le message initial pour lier vers ta réponse de ce pas.
Et désolé pour l'erreur.

Seb


« La route ? Là où on va, on n'a pas besoin de route ! »
Hacker, Hiker, Trekker – Hammock Lover
Trombi - InstaLinkedInTwitter

Hors ligne

#13 07-03-2019 17:12:49

makhno
Membre
Lieu : alpes de haute Provence.
Inscription : 05-01-2013
Messages : 644

Re : infarctus.....et après?

j'ai eu de la chance le téléphone passait,j'ai appeler les pompiers,en leurs donnant l'endroit,intersection de tel GR avec l'autre GR,mais ils ont mis 3 à 4 heures pour me repérer.,j'avais mon amie au tél de temps en temps,je ne me rendais pas compte du temps qui passait,je n'ai vu personnes pendant tout ce temps.
Bon en 1992,un médecin m'avait dit que j'allais mourir dans le week end du maladie opportune du VIH,oui je relativise énormément et positive encore plus.
Après c'était en octobre,il faut que je digére,mais j'aime tellement randonner seul,ou partir seul pour faire des photos...
je suis arrivé à l’hôpital,il me restait 35% de fonction cardiaque.
j'ai depuis appris que sur certains smartphone,il y avait une fonction "position GPS",bien pratique,je ne l'avais pas.

Dernière modification par makhno (07-03-2019 17:17:53)


Paix dans le monde

Hors ligne

#14 07-03-2019 17:17:46

nomadecueilleur
Long cours, plaine, Europe
Inscription : 24-01-2015
Messages : 1 287

Re : infarctus.....et après?

Le coeur, c'est une pompe. Quand on est le plus souvent sédentaire, comme on marche peu au quotidien, l'hydratation en une journée est assez basse. Et on n'en sent pas trop les effets.

C'est une conséquence généralisée de la sédentarité ; la déshydratation.

Et ce n'est pas vu comme un "problème médical" car la médecine se base sur la norme... qui est sédentaire. Donc un médecin dira que c'est "normal".

Par contre, dans cet état quotidien de déshydratation, si les sorties sont rares, longues et un peu extrême comme de la montagne, des pentes, la pompe se met à tourner à fond et "à vide", ce qui épuise rapidement, et peut conduire à des accidents (surpoids aidant, tabac, etc). Si la sensation d'oppression semble davantage venir de "l'intérieur" que de l'environnement, elle pourrait venir de là.

Ce type de sorties rares et extrêmes, est évidemment à déconseiller par rapport au coeur. Le doc a du le faire je suppose. Y'a aucun "remède" car augmenter fortement l'hydratation de façon rare, ce serait pas bon.

Des sorties fréquentes, pas trop longues, sur des terrains plus plats et avec un peu plus d'eau, sont plus sûres.

Hors ligne

#15 07-03-2019 17:25:36

makhno
Membre
Lieu : alpes de haute Provence.
Inscription : 05-01-2013
Messages : 644

Re : infarctus.....et après?

nomadecueilleur,j'ai 59 ans,ancien marathonien,je vis et bosse en moyenne montagne à 850m,je ne fume pas,ne bois pas pas de chips,est actif du matin au soir et bois 2 à 3 litre d'eau/jours.dans les 9 raisons d'avoir un infarctus,je n'en ai aucune,juste je prends depuis 28 ans un traitement pour accompagner mon p'tit virus(vih)


Paix dans le monde

Hors ligne

#16 07-03-2019 17:40:42

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 577

Re : infarctus.....et après?

Les anciens sportifs ont souvent des soucis cardiaques, mais au fond peu importe, et peu importent les expériences des autres! Maintenant la question est surtout pour toi de savoir si tu veux continuer à randonner et dans quelles conditions.

Les balises, pourquoi pas; est-ce que tu aurais eu le temps de la déclencher ou la crise était trop forte? Qui a envoyé l'hélico? Tu peux "juste" envisager de repartir en te signalant?

Dernière modification par Bilbox (07-03-2019 17:41:19)

Hors ligne

#17 07-03-2019 18:54:06

tacheton
Membre
Inscription : 05-09-2018
Messages : 246

Re : infarctus.....et après?

C'est chaud surtout que tu dois avoir le traitement maintenant.
J'ai 2 collègues qui ont fait un infarctus, dont un dans un tunnel et qui doit sa survie a la présence d'un défibrillateur en surface installé seulement quelques semaines avant (et à deux soudeurs qui l'ont remonté). En plus de la réaction "peau sèche" (la moindre feuille de papier le coupe) pour l'un qui doit être pénible pour bivouaquer, ils ont tous les deux le soucis que les médocs "endorment" la vigilance des emballements. Un me racontait encore qu'il pourrait justement courir un marathon maintenant, sans rien sentir.

Donc pour moi, pas spécialiste du tout, le premier truc a faire en plus de l'obligation de rester à porté de signal tel, c'est de rester en plaine ou sur plateau, pas trop loin de la civilisation ou, si tu veux randonner seul, rester sur des courses "connues". Parce que le traitement va te biaiser tous les signaux de détresse.

Après en plus des applis y'a des boitiers pour les malades directement reliés a 112. ça a sauvé un collègue d'un ancien boulot, un autre gars avait celui de son fils handicapé sur lui, il a appuyé, les pompiers sont arrivés super vite.

Hors ligne

#18 07-03-2019 18:55:04

VitoJ
Membre
Lieu : Liège - Belgique
Inscription : 09-10-2015
Messages : 45

Re : infarctus.....et après?

Bonjour,

J'ai 46 ans et à 37 j'ai eu un infarctus du myocarde suite à une artère obstruée.
Diagnostiqué d'origine héréditaire, j'ai une production interne du cholestérol très élevé (hypercholestérolémie) doublé d'une difficulté à son élimination naturelle par le corps (merci papa) ...
La prise en charge ultra-rapide par le corps médical, ma condition physique et mon "jeune âge" m'ont permis de ne pas garder des lésions sur les muscles cardiaques.
La pose d'un stent et la médication quotidienne gèrent depuis ma condition de façon très efficace.

Que dire ... au début on rage (on comprends qu'on est pas immortel) ensuite on devient parano (on passe son temps à l'écoute de son corps et on panique à la moindre névralgie), après, avec le temps, on se rassure et on apprend à faire confiance à ses médicaments.

Dans 90% des cas d'infarctus ayant comme cause le rétrécissement des artères du à l'accumulation de cholestérol, la médication est la même:

- de la cardioaspirine pour fluidifier le sang
- une statine pour réduire la production de cholestérol
- un Bêta-bloquant, qui empêche le cœur de s’emballer

Des trois, seul le Bêta-bloquant a une incidence sur l'activité physique ... après un certain rythme cardiaque on est vite essoufflé, mais avec de la pratique sportive régulière on dépasse vite ce stade ... après tout ils sont placés au rang de substances dopantes dans le milieu sportif.

Pour résumer, je fais très régulièrement de l'activité physique dans la nature de plusieurs jours en solo (canoë, kayak, randonnée) je ne connais pas ton cas actuel, mais je pense que le fait de connaitre son corps, ses capacités et limites, et de savoir l'écouter au moment opportun te sera d'un plus grand secours que de uniquement se fier aux balises et à la vitesse d'intervention des secouristes.


The woods are lovely, dark and deep,   
But I have promises to keep,   
And miles to go before I sleep,   
And miles to go before I sleep.

Hors ligne

#19 07-03-2019 20:03:23

makhno
Membre
Lieu : alpes de haute Provence.
Inscription : 05-01-2013
Messages : 644

Re : infarctus.....et après?

Bilbox a écrit :

Les anciens sportifs ont souvent des soucis cardiaques, mais au fond peu importe, et peu importent les expériences des autres! Maintenant la question est surtout pour toi de savoir si tu veux continuer à randonner et dans quelles conditions.

Les balises, pourquoi pas; est-ce que tu aurais eu le temps de la déclencher ou la crise était trop forte? Qui a envoyé l'hélico? Tu peux "juste" envisager de repartir en te signalant?

c'est moi,j'ai senti quelque chose d'anormal,un essouflement et...mal au bras gauche de plus en plus fort,comme si tout mon bras était enserré dans un étau que l'on serre  en entier.
oui j'ai envie de continuer,et je marche quasiment tous les jours,un peu  de 30mn à 1h30 avec 250m de D+.


Paix dans le monde

Hors ligne

#20 07-03-2019 21:39:52

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 2 694
Site Web

Re : infarctus.....et après?

makhno a écrit :

j'ai eu de la chance le téléphone passait,j'ai appeler les pompiers,en leurs donnant l'endroit,intersection de tel GR avec l'autre GR,mais ils ont mis 3 à 4 heures pour me repérer.,j'avais mon amie au tél de temps en temps,je ne me rendais pas compte du temps qui passait,je n'ai vu personnes pendant tout ce temps.
Bon en 1992,un médecin m'avait dit que j'allais mourir dans le week end du maladie opportune du VIH,oui je relativise énormément et positive encore plus.
Après c'était en octobre,il faut que je digére,mais j'aime tellement randonner seul,ou partir seul pour faire des photos...
je suis arrivé à l’hôpital,il me restait 35% de fonction cardiaque.
j'ai depuis appris que sur certains smartphone,il y avait une fonction "position GPS",bien pratique,je ne l'avais pas.

99% des smartphones ont maintenant un GPS intégré. Et tu vas trouver facilement une application qui te permet d'envoyer un SMS à un numéro pré-enregistré en indiquant ta position GPS. Si ton téléphone est trop vieux, achètes-en un récent, c'est un premier gage de sécurité dans ton cas.

Juste un exemple : j'utilise le logiciel ViewRanger sur Android qui envoie automatiquement de façon régulière ta position sur un serveur via une connexion Data. Ainsi ton entourage peut voir ta progression.
Note : dans des coins reculés, un SMS passera mieux qu'une connexion Data.

Hors ligne

#21 07-03-2019 22:41:52

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 408

Re : infarctus.....et après?

mz a écrit :

Il existe des dispositifs "homme mort"

Juste une question de sémantique mais quand l’homme est mort c’est trop tard. On parlera selon les besoins du terme générique de protection du travailleur isolé pouvant être équipé de capteurs mesurant la perte de verticalité ou l’arrêt de tout mouvement. Mais il faut du réseau.

Le problème des balises c’est la fin du « pas de nouvelles = bonnes nouvelles » . On flippe des qu’on ne reçoit plus de signal.

Le mieux est de partir accompagné si ça peut aider à se relaxer et profiter de la balade.

Dernière modification par azerty (07-03-2019 22:42:48)


profil / trombi ici

Hors ligne

#22 07-03-2019 23:25:49

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 413

Re : infarctus.....et après?

Kikoo makhno wink

Content également que cela se soit bien terminé. Jamais eu ce genre de mésaventure et jamais blessé en rando non plus, donc je vais être de piètre conseil probablement.

Mais je pense qu'il est temps de te trouver des potes de rando wink. Cela doit être possible sur RL, et dans ton coin il me semble avoir entendu parler du CSE lol

Plus sérieusement, je pense que randonner un premier temps accompagné serait une bonne idée, pour te tester physiquement et mentalement, pouvoir profiter sans trop de pression, retrouver tes marques... Et dans un 2e temps, si tu le sent bien, alterner des sorties accompagnées avec une petite sortie solo de temps en temps? Et +1 pour un suivi médical sérieux et avoir l'avis de ton cardiologue à ce sujet.

Bon courage!

Hors ligne

#23 08-03-2019 08:41:39

tomi
Qui ça ?
Lieu : Belledonne + Euskal Herria
Inscription : 02-09-2008
Messages : 1 111

Re : infarctus.....et après?

Pareil pour moi, un AVC très sérieux, à 42 ans.

J'aurais pu y rester ou en sortir légume ou très handicapé m'avait dit il y 14 ans le prof./chef de service neurologie de l'hôpital de Bayonne lorsque après onze jours j'ai été libéré de ma chambre d'hospitalisation.
J'ai très vite arrêté tous les médicaments qui m'avaient été prescrits à vie pour ne garder qu'une faible dose d'aspirine quotidienne que je ne prends qu'un jour sur deux.

Depuis, à l'inverse du malade imaginaire, j'ignore sciemment cet accident et ce handicap possible anciens, et fais sûrement plus d'activités sportives qu'avant l'accident, aidé en cela par le fait de n'avoir plus d'obligations familiales ou autres.
Après tout, pourquoi vivre dans l'angoisse permanente, une épée de Damoclès au-dessus de la tête et avec des béquilles -la médication- qui empoisonnent ton corps à petit feu.
La maladie ne vient jamais par hasard, elle prend naissance sur ton corps et ce que tu en as fait depuis ta naissance, et qui est son support.
Un jour peut-être, sûrement (?), je tomberai raide mort (ce qui d'ailleurs serait la solution idéale pour les famille/amis, la société, moi-même) sur un sentier, mon vélo, à la piscine... mais au moins je me dis par avance que j'aurais profité à mort  lol  des possibilités de plaisir, de partage, de sensations, d'immersions et de déplacements que la terre et le corps humain (qui est en quelque sorte l'interface des communications avec son environnement) permettent.

edit : orthographe

Dernière modification par tomi (10-03-2019 22:16:31)


Monsieur Miko, attendez, vous ne pouvez pas faire ça ! - Toi pas t'inquiéter, Miko pouvoir.  (Vuillemin)

Hors ligne

#24 08-03-2019 09:47:22

bohwaz
Membre
Lieu : @Terre
Inscription : 26-04-2011
Messages : 2 029
Site Web

Re : infarctus.....et après?

Je crois qu'il existe des capteurs pouvant être reliés à un téléphone qui va détecter tout signe de problème cardiaque et envoyer un message au secours ? Mais je ne connais pas précisément.

Sinon à mon avis le PLB est la meilleure solution, attaché à ta ceinture ou sur une bretelle de sac à dos, facilement accessible avec une seule main.

Si ça capte le smartphone est aussi une bonne solution, normalement ils sont tous équipés de GPS. Je sais pas comment ça se passe en France mais à l'étranger les secours envoient en général un SMS avec un lien à cliquer qui leur donnera ta position GPS.

A mon avis tu peux essayer de poser la question à des groupes de sauvetage ou aux pompiers, ils doivent savoir smile


Trombi: Australie, NZ, et les autres…
Some nomads are at home everywhere.
Others are at home nowhere,
and I was one of those.
    — Robyn Davidson

Hors ligne

#25 08-03-2019 09:49:34

marcheur75
Membre
Inscription : 22-02-2009
Messages : 2 770

Re : infarctus.....et après?

tomi a écrit :

Pareil pour moi, un AVC très sérieux, à 42 ans.

J'aurais pu y rester ou en sortir légume ou très handicapé m'avait dit il y 14 ans le prof./chef de service neurologie de l'hôpital de Bayonne lorsque après onze jours j'ai été libéré de ma chambre d'hospitalisation.
J'ai très vite arrêté tous les médicaments qui m'avaient été prescrits à vie pour ne garder qu'une faible dose d'aspirine quotidienne que je ne prends qu'un jour sur deux.

Depuis, à l'inverse du malade imaginaire, j'ignore sciemment cet accident et ce handicap possible anciens, et fait sûrement plus d'activités sportives qu'avant l'accident, aidé en cela par le fait de n'avoir plus d'obligations familiales ou autres.
Après tout, pourquoi vivre dans l'angoisse permanente, une épée de Damoclès au-dessus de la tête et avec des béquilles -la médication- qui empoisonnent ton corps à petit feu.
La maladie ne vient jamais par hasard, elle prend naissance sur ton corps et ce que tu en as fait depuis ta naissance, et qui est son support.
Un jour peut-être, sûrement (?), je tomberai raide mort (ce qui d'ailleurs serait la solution idéale pour les famille/amis, la société, moi-même) sur un sentier, mon vélo, à la piscine... mais au moins je me dis par avance que j'aurais profité à mort  lol  des possibilités de plaisir, de partage, de sensations, d'immersions et de déplacements que la terre et le corps humain (qui est en quelque sorte l'interface des communications avec son environnement) permettent.

Je trouve cette discussion intéressante car elle concerne probablement beaucoup de randonneuses et randonneurs, et pas seulement âgé(e)s, car un AVC ou un infarctus peut arriver même très jeune (42 ans !).

Ces pathologies cardio-vasculaires se sont pas toutes liées à l'alimentation, mais l'alimentation joue malgré tout un rôle important. Trop salé, trop gras, trop sucré n'arrangent pas les choses et peuvent conduire à l'hypertension et au cholestérol. C'est cependant ce qu'il y a de plus facile à trouver lors de nos longues balades : saucisson, fromage, cruesli par exemple.

Peut-être serait-il souhaitable de prévenir ces maux dés le plus jeune âge, même lors de nos balades, en essayant de s'alimenter "sainement".


Je n'ai pas lu tous les livres, hélas ! Mais la chair est réjouissante...

Hors ligne

Pied de page des forums