#76 27-08-2020 22:28:02

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

J04 - 21 juillet - ça ressemble à la montagne
Refuge de Batère au Rec de Coma Ermada - azerty / Pala2 / Hervé27

Beau temps le matin, bonheur de retrouver des températures d'altitude. Nuageux puis orageux l'après-midi

Nous dormons avec les fenêtres grandes ouvertes, notre linge à sécher en espérant que la nuit ne sera pas trop humide. Bien joué, puisque nous renfilons des affaires sèches à la bonne odeur de savon.

Pas de petit déjeuner, on a tout ce qu'il faut dans nos sacs, et même trop sachant que nous prévoyons d'être à Bolquère demain soir. Alors que pendant la préparation nous avions programmé de ne pas porter plus d'1 ou 2 jours de nourriture en jouant sur des ravitaillements quasi-quotidiens, nous sommes tous partis avec 3 ou 4 jours de vivres ... Pour azerty et moi, le plus idiot aura été nos stocks de fruits secs, indigestes par ces jours de chaleur au démarrage. Pas de problème de ce genre pour Pala2, il grignote toute la journée et n'en a jamais assez ...

Départ à 6h30, un nouveau gros plein d'eau de fait car nous ne connaissons pas de source avant Pla Guillem, envisagé seulement pour l'après-midi. L'itinéraire prévu est de suivre les crêtes depuis le Col de la Cirère, et de ne les quitter que demain matin au Col de Nuria avant de redescendre dans la Vallée d'Eyne. J'attends la section d'aujourd'hui avec impatience, car à cause de l'orage j'avais dû il y a 2 ans quitter l'altitude à Pla Guillem.

C'est reparti !
7FDfvT9cX.2020-07-21-06h30m03.jpeg

Début de montée en douceur par le GR10, ce qui nous permet de découvrir les belles et vastes possibilités de bivouac au-dessus du refuge de Batère. On a déjà porté trop d'eau pour ces 20 premières minutes, puisqu'une prise d'eau était disponible en bord de chemin. Quelques rares bivouaqueurs s'éveillent, un randonneur a priori à la journée (on l'a vu sortir de sa voiture un peu plus bas) prend les devants sur nous.

Lever de soleil sur la Tour de Batère. Tiens, de l'eau ?
7FDfvVaRs.2020-07-21-06h43m40.jpeg

Nous longeons les vestiges de l'exploitation minière : carrières, cônes de déblais ... le tout dans la montée paisible au Col de la Cirère (1 731 m) dans laquelle nous rattrapons "nôtre" randonneur, qui profite de notre mini-pause au Col pour nous re-dépasser. Là, nous quittons le GR10 et suivons la sente qui remonte maintenant directement le fil de la large crête. En douceur d'abord, puis plus raide, au milieu des pins et rhododendrons, le trio s'étale en fonction du rythme d'ascension de chacun : Pala2 a moins d'entrain dans les montées aujourd'hui et se tient plutôt en arrière ; j'ai trouvé mon souffle et re-rattrape et dépasse "le" randonneur, pour ensuite attendre azerty. Quand "le" randonneur se repointe, il lui fait remarquer que ses belles jambières de trail sont portées ... à l'envers, la face de compression côté tibia ! Pala2 rattrapant durant la discussion, on peut repartir.

La météo est belle mais néanmoins embrumée côté mer.

ça ressemble à la montagne
7FDfvWoOY.2020-07-21-07h40m29.jpeg

Premiers 2000m, enfin !
7FDfvXZCp.2020-07-21-07h45m45.jpeg

"Vous savez que vos jambières sont à l'envers ?"
"Ah, bon ? Et bien maintenant je le saurais" (avec l'accent) !

7FDfvZY1l.2020-07-21-07h49m41.jpeg

Le premier raidillon s'adoucit un temps, avant que de revenir avec une vengeance pour atteindre la cime enherbée du Pic de Cincreus (2 266 m), atteinte vers 8h30 et où nous reformons le groupe. On y trouve un espace convenablement abrité du vent pour y faire la pause petit-déjeuner (cf poste du J03 sur nos nombreuses pauses) : pour moi il ne s'agit que d'un café, et bien sûr j'oublie d'enlever mes chaussures ...

"Le" randonneur re-re-passe devant nous, après une discussion sur notre localisation : je lui montre sur IphiGéNie que nous sommes au Pic de Cincreus, tandis qu'il défend mordicus que nous sommes au Pic de Pell de Ca, 200 m plus bas en altitude. La preuve ? L'article de journal sur lequel il a basé sa sortie, qui dit que le Pic de Cincreus est atteint en 3h, et comme ça ne fait que 2 h nous ne pouvons pas y être.

7FDfw2mN2.2020-07-21-08h09m35.jpeg

7FLSMysVR.20200721_083140.jpeg

7FLSMA8w2.20200721_083148.jpeg

Au Pic de Cincreus, certifié au GPS
7FDfw3Idz.2020-07-21-08h36m08.jpeg

2 autres marcheurs typés trail nous dépassent durant la pause et montent vers le Pic Gallinasse. J'entends l'un dire à l'autre de faire attention à ne pas perdre sa casquette, accrochée à sa ceinture. "Le" randonneur les suit.

Lorsque nous redémarrons, nous suivons la trace OpenTopo qui fait passer sous le ce Pic Gallinasse (2 461 m), mais en fait il n'y a aucun chemin. Il vaut mieux entreprendre ce petit yoyo en dénivelé et rester sur la crête.

7FDfw5ffm.2020-07-21-09h24m44.jpeg
vers le canigou

7FDfw77BU.2020-07-21-09h30m15.jpeg
Hervé27

Sur cette section, exactement là où le récit imaginaire avait fait s'envoler la coiffe d'azerty, je ramasse une casquette :
7FYBSnfhq.J04-01.jpeg

Evidemment elle appartient au randonneur étourdi précédent, mais sur l'instant la coïncidence me trouble : deux trames spatio-temporelles viennent de communiquer ...

azerty : nous suivrons les crêtes jusqu'au pied du Puig del Roc Negre. Mais sans monter en haut car le passage est aérien. Nous restons bloqués là un moment en nous demandant par où passer, à gauche ou à droite, pour rejoindre le Porteille de Leca situé 200m en dessous. Il n'y a pas de sente visible, la pente est assez raide pour passer à flanc, mais on veut aussi éviter de redescendre trop bas.

7FDfw9QD9.2020-07-21-12h13m15.jpeg
On regarde le Canigou en se demandant par ou passe le chemin pour la suite

Je pars en éclaireur vers les crêtes en contournant le sommet par en dessous, mais le passage est trop engagé. On va se contenter de redescendre droit dans la pente jusqu'à la hauteur du col avant de tenter de la rejoindre tant bien que mal, en évitant les passages trop raides ou les dalles trop glissantes. C'est la HRP ! un sentier ? quel sentier ?

Porteille de Leca : descendre par l'herbe jusqu'aux dalles rocheuses, y suivre la veine enherbée et on y est
7FYCx6kST.J04-02.jpeg

Depuis le Porteille de Leca nous abandonnons l'option de monter au Canigou,  l'aller/retour nous couterait près d'une demi journée.

pour un autre jour
7FDfweNjO.2020-07-21-12h34m43.jpeg

Et nous poursuivons sur les  crêtes jusqu'au pic des Sept Hommes.

7FLSMC0cy.20200721_122946.jpeg

7FDfwbRoL.2020-07-21-12h31m05.jpeg

7FDfwihrS.2020-07-21-12h34m48.jpeg
azerty - très content du TSML rab pulse hoody. vêtement confortable et bonne protection solaire. Bien que le duo capuche + casquette soit parfois étouffant.

7FDfwnEOr.2020-07-21-13h40m11.jpeg
pala2

7FDfwpsZw.2020-07-21-13h49m24.jpeg
encadré

7FDfws4GX.2020-07-21-13h51m42.jpeg
pala2

7FDfwwCPU.2020-07-21-13h52m34.jpeg
à partir de désormais le quotidien sera des cailloux, des cailloux & encore des cailloux jusqu'au pays basque.

Devant nous, ou plutôt en dessous de nous, se présente le grand plateau de Pla Guillem. La descente de 300m de D- est assez raide. Nous nous dispersons dans la descente pour nous regrouper au niveau du refuge.

Le temps est orageux, mais ça tonne encore assez loin. Nous avons juste le temps de trouver la source à Pla Guillem et de refaire une réserve d'eau quand la pluie puis l'orage nous rattrapent.

Nous nous abritons dans la cabane le temps de laisser passer et de manger quelque chose. On se pose la question de continuer ou pas, mais d'une part la cabane est dégueulasse et ne donne pas du tout envie d'y rester, et d'autre part il est encore tôt. Si on commence à s’arrêter à chaque fois qu'il pleut trois gouttes, on est pas rendu... Nous ressortons à 17h vêtus de nos vestes imperméables et reprenons le fil de la marche.

La pluie va cesser rapidement mais le vent va persister pendant une heure ou deux. Nous marchons à un rythme assez rapide, la dénivelée est presque nulle pendant 15 kilomètres et il ne fait pas très chaud, l'effort permet de nous maintenir au chaud.

Après 2 heures nous marquons un temps d'arrêt à l'abri du vent dans la cabane en métal située au Porteille de Rotja. Etat moyen. Puis, sans trop trainer nous repartons avant de refroidir.

Il doit être 20h passées quand nous nous mettons d'accord pour stopper la journée au prochain point d'eau. Et nous quittons le sentier en direction d'un ruisseau en contrebas. Il y a deux bras, nous nous séparons donc en 2 équipes, une à droite, l'autre à gauche, on s’arrêtera au premier qui voit l'eau. La troisième et dernière dernière équipe inspecte le sol à la recherche du spot pour la nuit.

Il est tard et il fait deja frais. Hervé 27 et moi nous contenterons de faire le plein d'eau pendant que Pala2, plus téméraire, fait sa toilette. Nous le regretterons toute la nuit de nous sentir poisseux dans nos couchages.

Nous montons notre petit village d'irréductibles MULs et si je me souviens bien nous mangeons rapidement au chaud chacun dans son abri, la nuit tombant vite.

Ce soir on ne fait pas de vieux os. Demain, on va à la montagne wink

7FDfwHWGb.2020-07-21-21h33m01.jpeg
bivouac (1 jour sur deux c'est pas si mal)

7FKfmXMLi.2020-07-21.jpeg
Topo J04


Profil / trombi ici

Hors ligne

#77 30-08-2020 04:26:24

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

J05 - 22 juillet - YOYOS POUR UN YETI
Rec de Coma Ermada à Bolquère 2000 - azerty / Pala2 / Hervé27

Course à l'orage (annoncé par la météo) mais finalement très belle journée sur les crêtes. Retour à la chaleur dans la descente vers Eyne et la Cerdagne. Temps orageux en soirée, quelques éclairs seront visibles à la nuit en direction du Carlit.

azerty : Nous avons passé la nuit à 2340m, je me suis couché un peu trop habillé car il faisait frais au moment de manger, mais même à cette altitude il a vite fallu se dévêtir pour ne pas transpirer dans le couchage.

Ce matin Hervé27 est en avance, il a déjà rangé son abri quand je sors prendre les photos.

il est à peine 6h04 ....
7FDfwRpX1.2020-07-22-06h04m12.jpeg

Petit tour du campement à la faible lumière. Le matin chacun fait sa routine de son coté, Qui veut manger mange, on essaye juste d’être prêts à l’horaire défini la veille au soir. Voir plus tôt pour certains smile

L'abri bleu Hexabuvette de pala2
7FDfwSDZa.2020-07-22-06h04m28.jpeg

le tarp d'azerty (bien tendu, c'est plus facile avec le vent de face )
7FDfwU7t9.2020-07-22-06h04m36.jpeg

Sur mon tarp j'ai ajouté 15cm de cordelette pour laisser de l'espace entre la toile et la sardine à l'entrée. On voit sur la photo que l'arrière est toujours plaqué au sol mais plus l'avant. De cette façon j'ai plus de ventilation et -je l'espère- moins de condensation. 

Il n'est pas encore 6h15 et Hervé27 trépigne. Il est prêt et du coup il a froid en nous attendant. Il se lance sur le chemin. On finit de ranger en vitesse pour le rejoindre. Pourquoi est-il si pressé ? Est ce que ça va être si beau que ça aujourd'hui ?

Hervé27 : en effet j'ai pour une fois passé une assez bonne nuit, et me suis réveillé bien d'attaque en avance sur l'horaire convenu. En revanche j'ai ressenti hier soir ma douleur "essuie-glace" dans le genou droit, encore un peu présente ce matin. J'utilise cette petite avance pour réchauffer mon articulation et m'avancer jusqu'au sentier un peu plus haut, et y faire un petit timelapse des belles lumières du levant en attendant les copains.

lever de soleil, c'est chaque jour plus grandiose
7G1Jp6nGy.2020-07-22-06h49m09-1.jpeg

7FDfxdVwn.2020-07-22-06h57m36.jpeg

azerty : mes jambes ont poussées pendant la nuit, ça va envoyer du lourd dans les montées ...
7FDfxczqV.2020-07-22-06h57m28.jpeg

Après un peu moins d'une heure de marche tranquille, on arrive au dessus de Valter 2000. Distraits par une carcasse momifiée, on a marché trop loin et raté la bifurcation. On revient un peu en arrière et nous nous dirigeons vers la première montée de la journée. Un groupe d'Espagnols nous y rejoint, c'est le moment de voir les effets des 5 premiers jours de marche sur la forme physique. Le premier nous dépasse tous et file à bonne allure, on maintiendra tout de même les 2 autres à bonne distance. C'est débile mais ça rassure wink

Mouton ou izard ? Difficile à dire ...
7G1JN4SgM.J05-01.jpeg

Au Pic de la Dona (2702m), le premier sommet de la journée, il est 7h46.
7FDfxhKBv.2020-07-22-07h46m05.jpeg

A partir de là, l'itinéraire est simple, ça sera les crêtes, encore les crêtes et rien que les crêtes. Des montées et des descentes en yoyo toute la journée mais surtout on va en prendre plein les yeux. La visibilité est au maximum, grand ciel bleu.

c'est pour ça qu'on est là ..
7FDfxj9HA.2020-07-22-07h52m35.jpeg

Ce matin on verra plusieurs troupeaux d'isards, ça n’est jamais évident d'en ramener des photos correctes. Se contenter de profiter du spectacle sur place plutôt qu'à emporter.

isards vous avez dit isards
7FDfxlFTY.2020-07-22-08h11m59.jpeg

On enchaine les montées de 100 à 200 m D+, on cherche son rythme, sa cadence. Comment monter d'un bon pas mais sans franchir un seuil critique au niveau souffle/cardio pour ne pas avoir à s’arrêter. On se teste. Je me rappelle les conseils de wax au Vercors : la montée est infinie, ne pas s'occuper de savoir ce qu'il reste à parcourir, trouver un rythme que l'on pourrait tenir une journée entière.

Il n'est pas encore 9h du matin quand nous arrivons à 2880m. Tiens, des cailloux ....

un peu plus à l'Ouest
7G1K9KRqm.J05-02.jpeg

Sommet des Bastiments
7FDfxne9I.2020-07-22-08h48m11.jpeg

Suivi du Piolet des bastiments
7FDfxoVCX.2020-07-22-08h55m03.jpeg

Pour faire plaisir à Hervé27 nous acceptons bon gré mal gré de faire une pause petit déjeuner à l'abri du vent. Bon il y a quand même des endroits ou la pause s'impose d'elle même.

Hervé27 : on ne va pas se gêner : nous sommes les premiers ce matin, et juste au-dessus de Valter 2000 ça va défiler pour toute la journée. Nous avons pour nous seuls l'enclos de pierre du Piolet des Bastiments, avec 2 planches en guise de banc. On n'est pas bien, là ?

Une réunion au sommet. Il y en a un qui ne s'est déchaussé que parce qu'on le lui a rappelé...
7FDfxqBfe.2020-07-22-09h26m20.jpeg

Le parcours continue en crêtes, pas trop de problèmes d'orientation à signaler aujourd'hui. Ça ne sera malheureusement pas le cas tous les jours suivants ....

Vue depuis le coll de Freser vers le pic éponyme et celui de l'Infern
7FDfxsGjM.2020-07-22-10h21m08.jpeg

azerty : heureux
7FDfxu9mm.2020-07-22-10h33m38.jpeg

De temps en temps nous rencontrons des passages ou il faut mettre les mains, mais rien de méchant.

Hervé27
7FDfxvWfL.2020-07-22-10h38m10.jpeg

Pala2 et Hervé27
7FDfxxTQf.2020-07-22-10h39m03.jpeg

montagne minérale
7FDfxzqj2.2020-07-22-10h41m17.jpeg

Nous nous dirigeons ensuite vers le col et les 2 Pics de la Vaca avant d'atteindre ceux de Colégram.

Hervé27
7FDfxBoha.2020-07-22-10h51m07.jpeg

Pala2
7FDfxD4NE.2020-07-22-10h51m13.jpeg

Hervé 27 : nous avions prévu une succession de "Plans B" possibles pour décrocher des crêtes vers le GR10 en fonction de l'évolution météo, mais le ciel reste clément et tant mieux pour le spectacle. C'en est presque inespéré tant les prévisions étaient pessimistes avec un orage annoncé pour midi que nous ne verrons pas.

Estany Negre sous le pic de L'Infern
7FDfxEJER.2020-07-22-10h51m23.jpeg

On alterne chemins déroulants, ascensions dans des chaos rocheux, et un petit passage "gazeux" entre les Pics de l'Infern et de la Vaca. Le passage en question commence par des dalles un peu inclinées (mais totalement sèches à notre passage) puis il faudra enjamber le rocher pour passer de l'autre coté de la crête sur un chemin assez aérien mais heureusement pas plus de quelques mètres.

Passage "gazeux"
7FDfxGIky.2020-07-22-10h55m25.jpeg

Sous les pavés, la plage le vide
7FDfxIwkg.2020-07-22-10h56m40.jpeg

Les 9 croix à la Fossa del Gegante
7G1KW5UXr.J05-03.jpeg

Nous passerons encore 2 pics à 2800m mais sans grosse montée avant de redescendre au col des Nou Fonts (2640). Azerty teste ses genoux et descend en trottinant. Il est pile midi et 5h de marche quand il arrive au col. C'est la pause méridienne, on mange.

Arrêt déjeuner aux abords de l'orri des Nou Fonts, adossés au rocher. Difficulté à faire tourner nos réchauds avec le vent tourbillonnant. Des ordures pareilles à leurs déposants sont plaquées sous des pierres sur le pourtour de l'abri de pierre. Les papiers blancs signalent que d'aucuns viennent déféquer dans l'entrée abritée du refuge, sans doute pour ne pas attraper froid à leur fesses douillettes ... On fulmine ...

7FDfxLgUO.2020-07-22-12h54m29.jpeg

Après manger nous commençons l'ultime montée du jour au Pic des Nou Fonts. Je ne sais pas pourquoi tous les jours c'est pareil, une montée juste après manger (Hervé27 : juste avant aussi, d'ailleurs ...). C'est pas ce qu'il y a de mieux pour la digestion, ni pour le moral. Cette sensation de repartir avec les articulations rouillées, le ventre lourd, la chaleur, alors que le moment serait bien plus favorable à la sieste.

Nous passerons notre dernier 2800m puis encore un sommet à 2700m avant d'arriver au col de Nuria, et il faut déjà penser à redescendre. Nous profitons depuis ce matin d'un panorama à 360 degrés, c'est splendide. Mais même les bonnes choses, ont une fin, surtout les bonnes choses en fait.

Col de Nuria, fin d'1 journée 1/2 sur les crêtes ... Il est temps de resserrer les lacets pour la descente !
7G1LkwrgK.J05-04.jpeg

Vallée d'Eyne, Bolquère, Carlit droit devant ...
7G1LzOIWx.J05-05.jpeg

Longue descente de la vallée d'Eyne, 13km et 1 300m D-. L'endroit est très joli mais beaucoup trop fréquenté à notre goût. On y croise beaucoup de vaches sauvages en totale liberté, à moins que ce ne soient les marcheurs du dimanche mercredi que les bovins viennent visiter. On pourrait se méprendre ...

Cela dit il y a quelques avantages à croiser la civilisation de temps en temps, comme par exemple, ..... la nourriture. Nous profitons donc d'une petite pause (encore une) gourmande à Eyne.

miam !
7FDfxNLt4.2020-07-22-16h39m22.jpeg

Azerty : J'ai droit à une réflexion car je prends une tarte au myrtilles ET un fondant au chocolat. Après cela, mal à l'aise,  je n'oserai plus en commander un troisième ...

Après la pause restauration nous reprenons notre chemin vers Bolquère ou nous avons rendez-vous pour le ravitaillement. L'orage est visiblement installé sur le Canigou d'un côté, en direction du Carlit de l'autre. Cela reste dégagé vers l'Espagne. En route, Hervé27 reçoit un message de son client qui veut lui parler. Un créneau est placé pour vendredi matin en espérant être alors à l'Hospitalet avec du réseau.

Remontée vers Bolquère. Le Train Jaune a pâli ...
7G1LRm0iw.J05-06.jpeg

Arrivée à Bolquère et zigzags dans les ruelles jusqu'à localiser la boucherie/épicerie du village. Alors côté épicerie ça a le mérite d'exister sans toutefois casser des briques, mais le rayon fromage et charcuterie, mamma mia ....c'est la méga classe !! Hervé27 : l'autre option ravitaillement c'était le Géant Casino en haut de Bolquère 2000.

Nous utiliserons la table devant le commerce pour essayer tant bien que mal de faire rentrer tous nos achats dans nos sacs, décidément bien petits comparés aux conditionnements et emballages industriels. On commence déjà à boulotter ce qui dépasse ... Puis nous finirons plus loin sur l'aire de jeux pour un dîner improvisé (encore un !) et tenter d'engloutir en une seule fois la moitié de nos victuailles.

Reste une question en suspens, où dormir ce soir ? Une cabane est référencée dans un bois en plein milieu de la station de Bolquère 2000, on tente de la localiser mais on trouvera au final un bâtiment sale, sans portes ni fenêtres, taggé et non avenant (cabane du Pla del Termanal, définitivement à rayer des options). L'heure tourne et la nuit arrive, que faire ? On pense alors s'éloigner du village pour camper dans les bois.

Nous ferons face à une petite déconvenue au moment de faire un plein d'eau avant de quitter la station, les toilettes publiques sont verrouillées. Sans eau cela complique le bivouac, car on ne pourra s'installer que si l'on dispose de quelques litres.

Une fois en haut de la station, juste avant de commencer à remonter par les pistes de ski, nous avisons un chalet ESF, un peu à l'écart, doté d'un auvent et d'une terrasse. Vu l'heure, ça serait un bon point de chute pour passer la nuit. Comme il ne fait pas encore assez sombre pour une installation sauvage, on envisage d'aller commander une pizza à emporter à la pizzeria d'en face, mais finalement nous allons y glisser les pieds sous la table pour un second (ou troisième ?) dîner en attendant la tombée du jour. Chic, ça fera une pizza par personne au lieu d'une pour trois !

Azerty qui n'envisage pas une seconde nuit tout poisseux, profitera des toilettes pour ... une toilette. Puis,
c'est repus et avec le plein d'eau que nos 3 compères quitteront le restaurant pour traverser la rue et monter le camp à 50 mètres de là. La vie sauvage wink

Azerty : à titre personnel, je suis bien conscient que nombre de randonneurs sur RL n'accepteraient pas de dormir comme cela. J'admets que je suis très peu regardant des lieux de bivouac car vu l'heure tardive d'arrivée c'est clair que je ne suis pas là pour profiter du spectacle mais juste pour me reposer et si possible à l'abri. Si je peux ne pas monter la tente c'est aussi du temps de gagné le soir et le matin. Bien sur c'est tout à fait différent quand on cherche à se poser en milieu d'après midi et que l'on veut un spot bucolique ou bien à couper le souffle. Pour ma part j'estime que j'en prends déjà plein les yeux (et les jambes) toute la journée, alors si je trouve une cabane ou un préau (ou une grange), ça fait mon affaire.

Notre lieu de bivouac, au petit matin ...
7G1M6RNek.2020-07-23-06h12m23.jpeg

On avait du voisinage sans le savoir. Azerty a sympathisé
7G1MiHgUo.2020-07-23-06h18m59.jpeg
azerty : Punaise j'ai une de ces tronches au reveil lol . Je n'ai presque pas fermé l’œil depuis la nuit au refuge Tomy. Pas sûr que je tienne à ce rythme.

Topo J05
7FKfmZZBF.2020-07-22.jpeg

Dernière modification par azerty (30-08-2020 04:38:36)


Profil / trombi ici

Hors ligne

#78 30-08-2020 07:25:23

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 647

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Azerty a écrit :

Dernière modification par azerty (Aujourd'hui 04:38:36)

Visiblement ça ne va pas mieux, les problèmes de sommeil !

Y a une biocoop aussi à superbolquère,  pratique pour recharger les produits a la juste quantité !


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Hors ligne

#79 30-08-2020 08:18:53

Manche
Membre
Inscription : 27-08-2018
Messages : 663

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

azerty a écrit :

#582523Sur mon tarp j'ai ajouté 15cm de cordelette pour laisser de l'espace entre la toile et la sardine à l'entrée. On voit sur la photo que l'arrière est toujours plaqué au sol mais plus l'avant. De cette façon j'ai plus de ventilation et -je l'espère- moins de condensation.

Bonjour azerty,
Est-ce que ça a été efficace ?

azerty a écrit :

#582523Azerty : J'ai droit à une réflexion car je prends une tarte au myrtilles ET un fondant au chocolat. Après cela, mal à l'aise,  je n'oserai plus en commander un troisième ...

lol

Hors ligne

#80 30-08-2020 08:29:31

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 086

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Les cieux étaient avec vous, très beau parcours de crêtes  cool

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#81 30-08-2020 09:37:09

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

@manche
Oui je pense que ça marche. Si je me rappelle bien je n’ai sorti le tarp Qu’une seule fois pour le faire sécher sur les 3 semaines.
Remarque je suis loin d’avoir dormi dedans tous les soirs.

@florencia, oui, conditions météo favorables du début à la fin. Je ne comprends pas tous ces récits qui parlent de pluie et de brouillard. On croit entendre les mêmes fables que sur la Bretagne big_smile .


Profil / trombi ici

Hors ligne

#82 30-08-2020 11:27:39

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 968

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

azerty a écrit :

#582542@manche
Oui je pense que ça marche. Si je me rappelle bien je n’ai sorti le tarp Qu’une seule fois pour le faire sécher sur les 3 semaines.
Remarque je suis loin d’avoir dormi dedans tous les soirs.

@florencia, oui, conditions météo favorables du début à la fin. Je ne comprends pas tous ces récits qui parlent de pluie et de brouillard. On croit entendre les mêmes fables que sur la Bretagne big_smile .

Mais de quoi tu parle ?

Il a fait 30 ° à Concarneau et canicule tout l'été en Morbihan. smile smile smile

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

En ligne

#83 30-08-2020 18:39:53

kodiak
Pas assez léger, mon fils!
Inscription : 09-06-2014
Messages : 2 883

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

azerty a écrit :

#582523... à titre personnel, je suis bien conscient que nombre de randonneurs sur RL n'accepteraient pas de dormir comme cela. J'admets que je suis très peu regardant des lieux de bivouac car vu l'heure tardive d'arrivée c'est clair que je ne suis pas là pour profiter du spectacle mais juste pour me reposer et si possible à l'abri. Si je peux ne pas monter la tente c'est aussi du temps de gagné le soir et le matin. Bien sur c'est tout à fait différent quand on cherche à se poser en milieu d'après midi et que l'on veut un spot bucolique ou bien à couper le souffle. Pour ma part j'estime que j'en prends déjà plein les yeux (et les jambes) toute la journée, alors si je trouve une cabane ou un préau (ou une grange), ça fait mon affaire.

Tout comme pareil.  wink


Lâche ce clavier, attrape ton sac et pars marcher!
L'objet le moins lourd est celui qu'on ne prend pas.
« Strong, light, cheap, pick two » (*)

| k

Hors ligne

#84 01-09-2020 23:31:05

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

J06 - 23 juillet - LE (DE)TOUR DU CARLIT
Bolquère 2000 à l'Hospitalet - azerty / Pala2 / Hervé27

Course à l'orage, changement d'itinéraire pour le GR10 et la Porteille de la Grava au lieu du Carlit. On cherche à faire une "petite" journée en s'ajustant aux conditions de l'orage. On vise d'abord la Cabane de la Grava, puis les Bésines ... mais on parvient tout de même à l'Hospitalet en n'essuyant l'averse qu'à l'arrivée au village.

azerty : ce fut une bien mauvaise nuit (encore une) pour moi. La proximité de la station et son lot de bruit et de lumières artificielles ne m'ont pas aidés à trouver le sommeil. Nous avions pourtant trouvé une bien belle villégiature avec vue imprenable sur les pistes de ski.

Hervé27 et Pala2 se sont partagé le parvis
7FDfy1GKx.2020-07-23-06h19m50.jpeg

laissant tout le coin terrasse pour azerty smile
7FDfxVXlr.2020-07-23-06h18m10.jpeg

Nous nous mettons en route d'un pas laborieux, le sentier passe sous les remontées mécaniques et les canons à neiges. Mais c'est avec soulagement que nous changeons d'environnement quand il rentre enfin dans les sous-bois.

Nous rejoignons le GR10 juste avant d'arriver à l’étang de la Pradelle. Il y a des tentes partout. Vu l'endroit où nous avons nous même passé la nuit, je me garde bien de faire la moindre réflexion sur le coté autoroute du GR et le besoin de sortir des sentiers battus. Mais quand même, et puis il n'y a pas la moindre pizzeria au bord de ce lac, même pas un kebab, qu'est ce qu'ils peuvent bien manger tous ces gens ??? wink

La cabane au bout du lac est occupée par une famille relativement nombreuse, les couchages sont complétés par plusieurs tentes à l’extérieur. On passe rapidement dire bonjour et échanger quelques mots quand nos regards sont attirés par ... des valises à roulette. La piste ne doit pas être trop loin.

encore des animaux sauvages ...
7FDfy36AU.2020-07-23-08h03m36.jpeg

Passé le lac nous rejoignons une large piste au centre d'une large vallée et c'est largement tout droit. Face à nous se dresse un énorme complexe hôtelier que l'on croirait directement sorti du film Shining. Bon en fait non mais quand c'est la plus grande construction que tu vois depuis 1 semaine ça fait un autre effet lol

L’hôtel Overlook
7G6FQmeZb.2020-07-23-08h24m20.jpeg

Aujourd'hui tout parait trop grand & trop nombreux. D'une part nous cherchions à faire un itinéraire plus court que d'habitude, l'objectif étant de terminer pour une fois vers 16h, et d'une autre part nous sommes contraints par l'orage qui menace pour ce soir. La montée au Pic Carlit étant une option de l'itinéraire, nous la sacrifions au profit de l'avancée vers l'ouest, qui reste l'objectif principal de cette traversée. Mais également pour éviter de monter trop en altitude et de nous retrouver bloqués par le mauvais temps, nous allons emprunter aujourd'hui le GR10. On fait le choix du roulant.

Juste avant d'arriver au lac des bouillouses, une rapide pause aux toilettes et le plein d'eau devant l'office du tourisme. Avant de nous lancer sur le sentier pour contourner ce très grand lac. Il est à peu près 9h.

le lac des Bouillouses
7FDfybUNk.2020-07-23-09h05m45.jpeg

Dans l'ensemble c'est de la rando facile, ça déroule bien. Ca déroule même un peu trop et je me retrouve à accéleler le pas. à un moment j'ai mal aux genoux. Je retrouve les travers des randos en plaines, marcher trop vite sur du plat et s'user les pieds et les articulations. J'arriverai quand même à perdre le sentier et je m'offre une petite remontée dans la pente pour mettre un peu de piquant dans la journée. Il est presque 11h quand l'arrive le premier devant un petit étang, je pense que les copains sont loin derrière et je veux m'installer pour une petite pause, voir une petite sieste. Mais à peine le saucisson sorti de on sac et ils sont déja là.

Après quelques jours d'oubli on se ressaisit. Toujours blanches.
7FDfydLY6.2020-07-23-11h00m48.jpeg

Sur dix minutes de pause on voit passer un peu de tout, du style trailer au style MULET, seul, en couple, ou en famille, avec ou sans chien .... Et deux personnes  portant des sad ZPack qui nous regardent et nous disent "Do you sleep under a tarp ?". Nous sommes faits comme des rats.

Nous passons le col de la grava puis redescendons vers le lac de Lanoux 200 mètres en dessous.

arrivée au lac de Lanoux
7FDfyi1yq.2020-07-23-11h39m58.jpeg

Nous préférons continuer et passer rapidement le dernier col de la coume d'Aniel pour ne plus risquer d'être coincés en cas d'orage. SI mes souvenirs sont bons il nous faudra encore à peu près 2 heures pour arriver jusqu'au refuge des Bésines. La descente en me laisse pas un très bon souvenir, mais je n'aurais pas aimé la monter non plus.

Hervé27 prend les devants depuis le Refuge des Bésines pour retrouver rapidement du réseau pour cause professionnelle. Les prolongations se terminent : la charge de travail prévisionnelle d'une part, les difficultés à organiser un retour au-delà de l'Hospitalet d'autre part, une petite douleur tendineuse à un genou enfin poussent à la décision de clore à l'Hospitalet ma participation : 6 jours au lieu de 3 (voire de 0 comme craint initialement), c'est déjà pas si mal !

Pierre et Thomas restent au refuge pour profiter d'une pause repas sur une grande table à l'écart. Selon le plan de ce matin il est envisagé de rester par là pour faire une petite journée et pouvoir se reposer et profiter un peu de l'après midi. L'orage attendu n'arrive quand à lui toujours pas. On décide de faire un pas vers le reste de l'humanité car ils servent des crêpes à la confiture sur la terrasse du refuge. Avec Pala2 on discute et on rigole des commentaires entendus sur nos sacs.

"Ils sont jolis leurs sacs mais c'est pas pour nous ça, c'est que pour une sortie à la journée."

On aura même pas le courage d'essayer d'expliquer quoi que ce soit. On pourrait commencer par dire que l'on a de quoi manger, dormir, se protéger de la pluie et du vent, des vêtements secs, des vêtements chauds... puis dire aussi que l'on en a pour plusieurs semaines .... Ou tout simplement leur demander si eux ils peuvent se faire une soupe chaude avec leurs gros sacs, ou sortir une tablette de chocolat même pas fondue ? Mais non, trop la flemme, on écoute et on sourit.

Arrive un monsieur, soixantenaire je pense, que l'on a dépassé au col précédent. Il porte un sac énorme, et il est dans un état de fatigue avancé alors qu'il vient juste de faire une descente. On mesure l'effort et le temps qui lui sont nécessaires juste pour retirer son sac à dos et le poser à terre. On est alors bien content de nos choix et du mode de randonnée que l'on pratique. Nos crêpes terminées on se sent revigorés et on décide finalement de descendre à l'Hospitalet. Histoire de chambrer un peu on attrape nos sacs légers d'une main de manière désinvolte et on les mets en place sur le dos d'un seul geste. salut la compagnie, see you in Ocean Atlantique wink

A peine un pied hors de la terrasse, le ciel est tout gris. Nous décidons d'anticiper et de de sortir nos vestes de pluie mais les capuches sur notre tête et ça commence déjà à tomber. On a vu juste. Alors que tout le monde se précipite à l'abri dans dans le refuge nous mettons les voiles sous l'orage.

Longue descente vers l'hospitalet. Pala2 s’énerve quand à un moment de la descente, ça remonte. Est ce qu'ils n'ont pas bien compris le concept par ici ?

de l'art, mais qui doit sacrement filer les pétoches de nuit à la frontale
7FDfyqXte.2020-07-23-17h31m47.jpeg

Le sentier a la délicate attention de nous épargner l'asphalte et nous dépose directement dans le centre ville   village   bourg   bled et à 2 pas du gîte où nous retrouvons Hervé27. Il reste de la place (beaucoup de place) et on se paye le luxe d'un repas pour notre dernière soirée à 3.

on retrouve son petit confort
7FDfytNUl.2020-07-23-21h09m58.jpeg

Dîner attablés, un peu maigre car nous n'avions pas réservé. Heureusement on a les stocks constitués à Bolquère. Les gérants semblent dépassés par la situation épidémiologiques, attendant des consignes (venues de qui et où ?) pour mettre en œuvre des mesures basiques : port du masque, renouvellement du linge de lit etc. Je crains qu'il ne suffise d'un malade séjournant ici pour que tous les randonneurs de l'année se contaminent ici à la chaîne ..

7FDfypdtI.2020-07-23-16h59m44.jpeg
citation

Hervé à pris une chambre seul car il doit travailler. Azerty et Pala2 prennent un dortoir seuls car il n'y a personne d'autre. Une douche chaude avant le diner, une seconde avant de dormir, une machine dans laquelle on colle tout notre linge, on s'habitue vite au luxe.

On profite aussi de l'electricité pour refaire le plein des batteries. Cela fait deja plusieurs fois que j'emprunte la prise secteur de pala2, je me rends compte que le soleil, aussi présent qu'il soit depuis notre départ, ne suffit pas à maintenir la stodeus à pleine charge. Pourtant je charge à peine 1/2 smartphone chaque nuit.

Nous avons aussi du réseau et il faut penser à l'intendance, Nous reprenons contact avec Joy Supertramp pour caler le rdv de samedi à Mounicou. Elle doit nous y rejoindre pour nous acocmpagner sur quelques jours et nous en avons profité pour lui faire expdier nos colis avec de la nouriture et les piolets / crampons.

Elle nous informe que le colis de pala2 n'est pas encore arrivé. Ce dernier vérifie le traking et constate qu'il est toujours bloqué en Belgique. Nous passons un peu de temps à faire des plans sur la comète et nous demander si il est encore possible de monter au pas de la case pour acheter du matériel, mais nous sommes vte fxés, il n'y a plus de bus. Pala2 décide de continuer comme cela, et si le colis n'est pas là à Mounicou alors on fera plutôt le détour par Vielha dans quelques jours.

Tout s'arrange, on peut maintenant s'endormir tranquillement.

Topo J06
7FKfn24Zr.2020-07-23.jpeg


Profil / trombi ici

Hors ligne

#85 02-09-2020 22:52:50

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

J07 - 24 juillet - REPOS

L'orage était prévu entre midi et 15h, Nous voulions partir tôt pour ne pas nous faire surprendre sur un col. Mais au moment de partir l'orage tonne déjà à 6h00, ce n'était pas prévu. La prévision annonce encore d'autres orages dans la journée (qui ne viendront pas ...), Pierre et Thomas décident finalement d'un jour off ici. Quitte à rester coincé,quelque part, autant rester confort.

Petit SMS à Joy pour décaler le rdv d'une journée. D'ici tout est simple, mais ensuite il n'y aura plus de réseau sur le parcours et il faudra tenir le délai. Nous estimons notre arrivée à Mounicou pour dimanche aux alentours de 16 / 17 heures.

C'est le retour pour Hervé27 après une conférence téléphonique (en anglais, SVP) à 8h00. Bus pour Toulouse à 9h45. Les adieux se font autour d'un plantureux petit déjeuner à la Boulangerie du "Fournil de Louise", avec tables pour consommer sur place.

Itinéraire de retour pour Hervé27 - Le château de Foix (dans la ville de Foix)
7FDfywhha.2020-07-24-10h58m42.jpeg

Itinéraire de retour pour Hervé27 - La gare de Toulouse Matabiau
7FDfyyn1t.2020-07-24-13h32m10.jpeg

Bref, on est à l'Hospitalet
7FDfyzVjn.2020-07-24-16h52m22.jpeg

jour off - sieste et lecture
7FDfyBw2D.2020-07-24-20h19m39.jpeg

Azerty : j'ai trouvé au gite, pour m'occuper, un livre sur le secours en montagne. Je ne sais pas si c'est de bon augure. Je passe aussi pas mal de temps sur le smartphone à préparer les bulletins météo du parcours et je me mets enfin à bosser un peu la cartographie et l'itinéraire. Mieux vaut tard que jamais. Eh oui, le guide vient de se faire la malle, il faut maintenant viser l'autonomie.

Sinon rien de spécial, deux ou trois courses à l'épicerie, un petit tour du village, et une bonne nouvelle, le colis de Pala2 qui avance finalement, d'abord à Lille puis à Toulouse.

L'épicerie de l'Hospitalet n'est pas calibrée pour faire un plein de nourriture, juste un réassort. Le choix et le conditionnement des produits n'est pas forcement adapté. Cela dit il y a du fromage frais. Je reprend juste 2 ou 3 trucs mais surtout des barres de céréales car je suis à sec. En attendant les Isostar que j'ai mis dans mon colis, je prend des Cliff, je ne connais pas cette marque. Il faut avouer que les parfums donnent envie, macadamia, beurre de cacahuète, chocolat blanc, ... on se croit chez haagen dazs.   

Les barres de céréales c'est quand même dur à réapprovisionner. tout au long du parcours on ne trouve que des trucs du style grany mais rien de un peu plus spécialisé. A l'avenir je partirai avec un stock bien plus conséquent.

Pour ne pas s'encrouter je me force à aller faire un tour, je monte tout en haut du village puis redescend jusqu'au camping. Je n'ai croisé qu'une seule personne, un belge, et qui ressemble beaucoup à Pala2 lol , on se sent un peu seuls ici ...

Après une semaine c'est le moment de faire un premier bilan. Pour ma part j'ai l’impression que l'on vient juste de commencer, que l'on arrive tout juste à la montagne, que tout le reste n’était qu'une marche d'approche, mais surtout que le plus beau reste à venir.

Sur la forme physique, rien à signaler. Pas d'irritations, pas d'ampoules, pas de bobo, pas mal aux genoux, pas de nouvelles crampes depuis le premier soir au refuge Tomy. Les pieds sont dans un état irréprochable, j'en suis même étonné moi qui les abimais avant sur des sorties bien plus courtes. Je suis ravi de constater que la diversité du terrain et des mouvements ménage finalement le bonhomme.Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Il y a bien cette petite douleur à la cheville que je traine depuis Amélie les Bains mais rien de méchant. Allez savoir pourquoi c'est demain qu'elle se réveillera et me fera douter sur mes chances de continuer l'aventure.

Sur l'avancée, ma foi, on est dans les clous (ça y est, je parle comme les vieux, c'est la fin!). Bon on se prend une journée de retard. Mais à ce moment de la traversée ça semble tellement facile de la rattraper (mode naïf) que peu importe, pas d'inquiétude.

D'après Pala2, je jour qui suit un jour off est un jour de grosse forme. J'espère que oui. Le moral est bon. Je suis persuadé d'arriver au bout. J'en ai envie et je m'en sens capable. J’attendais la fin de la première semaine pour statuer, le parcours est exigeant mais jusqu'ici on boucle les étapes prévues, la forme est au rendez-vous, normalement on devrait même commencer à progresser. La météo devant nous n'annonce rien de mauvais, donc si on gère bien la chaleur et l'eau on sera à Hendaye comme prévu pour le train de 15h34 le 8 aout cool .

Demain nous ne serons plus que 2 sur le chemin, c'est quand même un sacré changement. Un grand merci à Hervé27 pour ce bout de chemin fait ensemble et tout le temps qu'il a passé sur la préparation de cette sortie. Bon retour chez toi.


Profil / trombi ici

Hors ligne

#86 03-09-2020 09:12:41

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 3 045
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

azerty a écrit :

#583100D'après Pala2, je jour qui suit un jour off est un jour de grosse forme.

Haha, moi c'est tellement l'inverse... Il me faut un peu de temps pour relancer la machine. big_smile


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

En ligne

#87 03-09-2020 10:57:47

Greewy
Membre
Lieu : Paris
Inscription : 30-06-2011
Messages : 2 018

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

azerty a écrit :

#582934J06 - 23 juillet - LE (DE)TOUR DU CARLIT


"Ils sont jolis leurs sacs mais c'est pas pour nous ça, c'est que pour une sortie à la journée."

On aura même pas le courage d'essayer d'expliquer quoi que ce soit. On pourrait commencer par dire que l'on a de quoi manger, dormir, se protéger de la pluie et du vent, des vêtements secs, des vêtements chauds... puis dire aussi que l'on en a pour plusieurs semaines .... Ou tout simplement leur demander si eux ils peuvent se faire une soupe chaude avec leurs gros sacs, ou sortir une tablette de chocolat même pas fondue ? Mais non, trop la flemme, on écoute et on sourit.

la technique pour le chocolat même pas fondu m'intéresse beaucoup ! Tu le mets dans tes vêtements ?

Hors ligne

#88 03-09-2020 12:39:31

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Greewy a écrit :

#583122la technique pour le chocolat même pas fondu m'intéresse beaucoup ! Tu le mets dans tes vêtements ?

c'est plus un constat d'une technique  big_smile  Au Perthus, dans la fournaise,  j'ai 2 tablettes qui se sont liquéfiées dans mon sac à bouffe, c'était pas joli.
mais il semble que les copains ont sauvé le leurs.

Après je n'ai plus osé en racheter mais c'est trop dur à vivre, alors j'ai fini par craquer. C'est peut être de monter en altitude qui a aidé à les garder intactes pendant plusieurs jours par la suite. Mais c'est vrai que je faisais aussi plus attention à les positionner au milieu du sac à dos. ni coté soleil ni contre le dos.

J'ai le souvenir de quelqu'un, breton sans doute, qui trimballait son pot de beurre dans son duvet lors du camp itinérant en 2018.


Profil / trombi ici

Hors ligne

#89 03-09-2020 14:30:53

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 647

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Moi aussi je fais ça avec le beurre et le chocolat ! Au milieu du sac, avec un vêtement sur le dessus pour isoler du soleil qui tape smile


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Hors ligne

#90 04-09-2020 16:16:27

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 1 284
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Salut à tous,

Un petit mot de ma part puisque c'est ici que je quitte le récit.

Le jeudi avec l'orage sur les talons, j'avais décidé de pousser jusqu'à l'Hospitalet après le passage de la Coume d'Aniel et au refuge des Bésines. Il me fallait disposer de réseau pour demain matin et échanger avec mon client avant d'aviser de la suite. Rendez-vous était pris avec azerty et Pala2 pour s'y retrouver, soit ce soir soit demain matin.

J'ai reçu quelques averses modérées à la descente effectuée au pas de charge, doublant au passage toute une famille sans vêtements ni chaussures adaptées, au milieu des pleurs des enfants et des disputes des parents ... Le gros de l'orage n'est tombé qu'une fois arrivé au village, où j'ai pu m'abriter sur un banc et sous un auvent. Lorsque le temps s'est calmé je me suis mis en chemin vers le camping ... pour finalement passer devant le gîte et me dire qu'un peu de confort ne serait pas de refus.

Coup de sonnette, la gérante vient m'ouvrir :

"Chambre ou dortoir ?"
"Euh chambre  ... s'il vous en reste une ?"
"C'est ici !"

et me voilà installé comme un coq en pâte big_smile : lit double et lit d'appoint (j'ai choisi le second ...), salle de douche et WC privatif. L'opération douche-lessive est aussitôt lancée, pendant qu'au dehors le déluge a repris. Je laisse un SMS aux copains pour leur dire que je suis ici au lieu du camping : ils n'ont pas de réseau là-haut mais trouveront le message à la descente, que ce soit ce soir ou demain.

Je prends dès maintenant la décision de rentrer depuis ici, avant même mon point téléphonique de demain :
1) la desserte est beaucoup plus évidente depuis l'Hospitalet (bus jusque Toulouse puis TGV) que depuis Mounicou dans 2/3 jours (où il m'eut fallu faire du stop ou appeler un taxi)
2) ne rentrer chez moi que lundi commencerait à faire un peu tard vu la charge de travail qui m'attend, et le besoin d'un ou deux jours pour me rephaser
3) les copains expriment le besoin de souffler après un démarrage intensif, alors que je suis en train d'accélérer après la mise en jambes
4) avoir en permanence mes contraintes professionnelles à l'esprit commence à gâcher mon plaisir et m'empêche de déconnecter roll ...
5) J'ai aussi le sentiment que si je m'attarde plus je ne donnerai que plus d'espace à la frustration de n'avoir pas le droit d'aller jusqu'au bout.

6 jours en montagne au lieu de 3 (voire même de zéro, d'ailleurs), c'était déjà pas si mal wink ! Je regrette de ne pouvoir tenir jusqu'au RDV avec Joy et Mousse, qui aurait permis de relier récit réel et imaginaire, et que dire du RDV avec Zorey que nous avions dans les cartons ? Pour une autre fois, certainement !

Je reçois en toute fin d'après-midi le SMS de réponse d'azerty & Pala2, qui finalement sont à la porte (et accessoirement à ma fenêtre puisque je suis en rez-de-chaussée) après descente sous l'orage depuis les Bésines. Leur avoir vanté les ressources caloriques de la boulangerie tongue aurait-il joué dans leur décision d'affronter les éléments et une rallonge du parcours ? Ils prennent pour leur part la direction du dortoir, mais nous nous retrouvons à table pour un dîner commandé à la dernière minute (un peu léger, vu notre appétit, mais on a de quoi se refaire dans nos sacs).

Le tonnerre et l'orage font office de réveil-matin, bien différent de la météo initialement prévue : cela ne change pas mes plans de retour, mais les rescapés décident de laisser passer et se lancent dans une grasse mat'. Lorsque vers 7h30 / 8h00 le temps se dégage je dis à azerty qu'à leur place je me lancerai, pour aviser ensuite en fonction de l'évolution et du terrain ... Tous deux préfèrent finalement m'accompagner dans un plantureux petit-déjeuner en attendant mon bus, au cours duquel je leur cèderai l'essentiel de mes provisions faites mercredi soir à Bolquère. Je commençais enfin à attaquer mon kilo de noix et fruits secs, porté depuis le départ : mon plus gros lourd "fail" de cette expédition hmm  ! (la leçon : ce n'est pas adapté aux journées chaudes et de forte déshydratation souvent rencontrées à basse altitude en début de traversée)

Que dire si je me retourne pour un bilan de cette aventure avortée ?

Le physique : j'ai souffert plus que prévu des 1ers jours dans la chaleur, avec une douleur "essuie-glace" au genou ressentie au 4ème jour qui, heureusement, s'est vite effacée avec la sortie de la chaleur et le rétablissement d'une bonne hydratation. J'ai réalisé dès le départ que j'étais moins affûté que je ne l'aurai voulu, mais une fois trouvée l'altitude après Batère j'avais toute l'énergie nécessaire. Je pense que si j'avais pu continuer, les 21 jours seraient restés à ma portée, pourvu que le matériel tienne aussi.

Le matériel : pas grand chose à dire que je n'ai déjà écrit / décrit ici. J'ai désormais trouvé un équilibre poids / prix / performance / adéquation sur à peu près toute ma liste :

- Très content de mes chaussures Scarpa Mescalito Knit, enfin à mon pied après beaucoup de souffrances sur bien des modèles (et plutôt durables, en plus !)

Quelques allègements marginaux attendront le renouvellement naturel du matériel :
- veste de pluie plus minimaliste cf azerty
- sac à dos plus petit / compact que mon KS IMO Pack (déjà pas gros !)

Améliorations esthétiques ou techniques mineures :
- Mon chapeau ne ressemble à rien, faudra que je trouve autre chose plus esthétique ...
- J'ai bien amélioré la disposition de mon ensemble panneau solaire / powerbank / téléphone / câbles / fixations, le tout bien efficace sur ces quelques jours gorgés de soleil. Pour réduire le désagrément d'un câble baladeur, j'envisage d'en installer un à poste fixe et de la juste longueur sur la bretelle pour la charge en mouvement, et d'en avoir un second court et compact pour la recharge sur Powerbank ou lors des pauses & bivouacs
- Après avoir explosé mes derniers piquets "de force" en alu, je les ai remplacé par des Nail Stake UL titane. NB : le Pioulou nécessite 5 piquets "légers" pour tenir la toile au sol, et 2 "de force" dans l'axe du bâton.

Les projets : à vrai dire je n'en sais rien. J'aimerai faire quelque chose de plutôt long l'été prochain, de 4 à 6 semaines si possible. J'espère pouvoir alors disposer de mon temps comme les années précédentes ... "Long" ne veut pas ici dire "lent" : je me vois mal échapper à ma perpétuelle envie de bourriner, histoire de voir ce que la machine a dans le ventre. Privé de mon quota de marche itinérante je me suis rabattu sur le footing ces dernières semaines, et j'avoue me surprendre à enquiller quotidiennement de longues distances ... (mais mon objectif et mon envie ne sont pas de passer au trail : c'est de marche dont j'ai envie).

Après cette courte aventure en trio, comme l'a déjà écrit azerty j'aurai aussi à un moment donné ressenti le besoin de quelques jours de solitude. Je trouve que nous avons plutôt bien géré nos prises de décision, veillant à ne jamais contraindre l'un d'entre nous à un choix auquel il n'adhérait pas, et à toujours respecter nos rythmes respectifs, les besoins de souffler, les appréhensions d'un passage délicat ... Nous marchions de concert parce que nous partagions un objectif, mais il était essentiel de laisser à chacun le droit d'en changer. Finalement on rêve de solitude dès qu'on est en groupe, et de socialiser si l'on est tout seul ... La vie est pétrie de contradictions roll  .

D'ici à ce que je me fixe sur un nouveau grand projet, je serai plus à l'affût du moindre temps libre pour aller explorer quelques terrains de proximité, en solo ou en groupe. Avis aux amateurs wink !


EDIT : typo

Dernière modification par Hervé27 (04-09-2020 16:23:26)


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin.
La gratitude est la mémoire du cœur

Merci  smile

Hors ligne

#91 05-09-2020 12:57:29

Joy Supertramp
Membre
Inscription : 25-03-2019
Messages : 647

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Salut Hervé, ce n'est que partie remise, on aura sûrement l'occasion de randonner ensemble un de ces 4 wink


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Hors ligne

#92 05-09-2020 18:51:35

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 4 321

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Hervé27 a écrit :

#583306Finalement on rêve de solitude dès qu'on est en groupe, et de socialiser si l'on est tout seul

cool cool

Pas trop rigides en torsion les Scarpa?

Dernière modification par Bilbox (05-09-2020 18:51:51)

Hors ligne

#93 05-09-2020 19:17:12

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 1 284
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Bilbox a écrit :

#583392Pas trop rigides en torsion les Scarpa?

Salut Bilbox,

C’est effectivement rigide mais c’est ce à quoi je suis habitué d’une part, et plutôt bien adapté à l’environnement pierreux entre 2 000 et 3 000 m.

Dans mon équation personnelle c’est (enfin !) un bon compromis.

Je pense alterner entre le modèle cuir pour l’hiver et le KN pour l’été, ce dernier plus léger et respirant.


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin.
La gratitude est la mémoire du cœur

Merci  smile

Hors ligne

#94 10-09-2020 00:30:43

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

J08- 25 juillet - C'est pas le bon col !
De l'Hospitalet au refuge Borda de Sorteny - azerty / Pala2

On se lève tôt ce matin. Peut être pense t'on que de partir une heure plus tôt que d'habitude va compenser le jour zéro que l'on vient de s'offrir. Pour la première fois depuis le départ je m'offre un petit déjeuner. J'avais fait des provisions hier lors de la seconde visite à la boulangerie, ou bien était-ce la troisième, depuis bientôt un mois que je suis rentré ma mémoire me joue déjà des tours. Tout ça pour dire que c'est bien dommage qu'il n'y ait pas de beignet à la framboise tous les matins.

7FDfyDQkc.2020-07-25-05h50m22.jpeg

Nous décollons du gîte à 6h16 très exactement. Il fait encore sombre dans les rues de l'Hospitalet. Fort heureusement la portion de bitume se limite à quelques centaines de mètres avant de passer un pont et de rejoindre le sentier.

La montée semble facile ce matin, les premiers 800m de D+ sont passés sans encombre, presque sans forcer, tranquillement, à la fraiche.

Les nuages montent de la vallée, c'est toujours aussi beau à voir. Mais ils resteront en dessous de nous.   

7FDfyFsZe.2020-07-25-07h09m37.jpeg

Il y a vraiment cette impression que le monde est coupé en deux. Ils y a ceux qui sont au dessus, au soleil. et ceux qui sont en dessous, moins bien lotis.

7FDfyGPFh.2020-07-25-08h27m01.jpeg

Il y a sept jours nous posions comme des paons devant le phare de Cerbère. Alors quand on voit ce machin là au bord du chemin - dans le coin c'est ce qui ressemble le plus à un phare - on imagine refaire la même photo chaque samedi. Avec le recul je me rappelle que le samedi suivant je passais devant le Pluviomètre au col du même nom, ça aurait pu le faire en effet.

7FDfyIox4.2020-07-25-08h39m10.jpeg

Désormais on va croiser tellement de lacs tous les jours, que je suis bien incapable aujourd'hui de mettre un nom sur chacune de mes photos. Des cailloux, des lacs, des chevaux, bienvenue dans les Pyrénées.

7FDfyKaZe.2020-07-25-09h32m19.jpeg

Nous passons l'Etang des Pédourés, puis L'étang de Couart ou nous arrivons un peu avant 10h, et nous nous offrons une petite pause à l'ombre. La fraicheur du matin s'en est allée et le soleil commence déjà à taper fort. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de cette montée si ce n'est qu'après un jour de repos elle n'a pas posé de difficultés. On ne le sait pas encore mais d'après IBPindex c'est la plus grosse journée avec un indice de 256 pour un peu moins de 12 heures de marche.

Nous passons les Etangs de l'Albe avant de franchir la frontière au col de l'Albe et de rentrer en Andorre.

7FDfyLF8y.2020-07-25-10h09m16.jpeg

D'ici nous avons 2 itinéraires envisageables. L'itinéraire prévu sur la trace de Hervé27 passe par l'Ariège. Mais ce dernier avant de partir nous a conseillé de passer par l'Andorre, plus roulant, vu que l'on a désormais un jour de retard. Nous décidons de suivre son conseil.

Une fois descendu au col de Juclar, commence le défilé des Andorrans en week-end. Nous croisons de plus en plus de monde, tous en groupe, tenues de trailers, couleurs fluos. Autour des Etangs de Juclar c'est déjà le festival, il y a du monde partout, mais vraiment partout. Certains sont à poils au bord de l'eau, d'autres sont déjà en train de déjeuner, tellement ravis d'avoir trouvé une table libre malgré l'affluence.

7FDfyNqtQ.2020-07-25-11h03m10.jpeg

Arrivé au refuge nous nous dirigeons vers la descente le long du ruisseau en ignorant le sentier qui monte sur la droite et qui part directement vers la cabane Sorda. Ce chemin nous aurait épargné 200m de descente, ce n'est pas non plus trop terrible, mais je pense surtout qu'il nous aurait épargné de dire un bon millier de fois ¡Hola!.

Nous arrivons à la route en fond de vallée, autour de nous quelques habitations Andorranes, propres, en pierre, bien entretenues, on se croirait dans un village témoin, ou pire, en Suisse.

Comme il est midi on ne tourne pas autour du pot et on profite d'avoir de l'eau à volonté pour s’arrêter manger au bord du ruisseau. Une fois rassasié on analyse la situation. Il fait chaud, très chaud, et nous avons à disposition le triptyque idéal :ruisseau, arbre, herbe. Arbre = ombre. Ruisseau = fraicheur. Herbe = sieste. Méfiant, nous regardons quand même aux alentours pour vérifier si Hervé27 ne va pas nous surprendre et s'offusquer de cette longue pause méridienne.

Passé ce moment de détente, et comme à l'accoutumé, c'est le moment tant attendu de la montée en plein soleil et en pleine digestion. Nous mettrons une heure pour rejoindre la cabane sorda, il y a beaucoup de monde ici aussi, tout autour du lac. Sur le moment je cherche le sentier et j'identifie une sente qui monte dans la pente, j'étais prêt à y aller quand Pala2 me montre le bon chemin un peu plus à gauche. heureusement. J'étais prêt à faire une belle boulette. Comme nous partons pour approximativement 2 heures de marche avant de pouvoir ravitailler nous prenons de l'eau directement dans le lac.On va boire de la crème solaire. Puis nous terminons l'ascension jusqu'au col à 2600m d'altitude.

Nous identifions en face de nous le vallon dans lequel il nous faut descendre puis le col suivant qu'il faudra remonter, à 2700m celui là. Ce ne sont pas des montées et des descentes vertigineuses, mais une répétition de montées de 400, 600, 800m qui se succèdent toute la journée. Nous descendons donc jusqu'au refuge de Coms de Jan, que nous laissons vers 17h30. Il est déjà occupé et complet. Les randonneurs nous regardent d'un air de dire qu'avec nos petits sacs on est de toute façon pas là pour dormir en montagne.

Nous reprenons notre itinéraire et la montée vers le Col de Meners

Estany de Ransol
7FDfyP3XX.2020-07-25-18h24m12.jpeg

Lors de la montée au col je commence à avoir un coup de fatigue. La journée est longue et même à 19 heures la chaleur est toujours présente. Je me mets en mode robot, un pied devant l'autre, tout doucement, en essayant de penser à autre chose. On passe devant un orri mais je ne m'arrête pas, je suis trempé de sueur et je veux juste terminer cette montée.

Une fois arrivés en haut Pala2 regarde son smartphone et me donne le coup de grâce : "c'est pas le bon col".

C'est ça de monter en regardant ses pieds.

Bon rassurons nous, j'ai eu peur  de devoir tout redescendre pour tout remonter plus loin, mais il s'agit juste d'une erreur d'aiguillage au dernier virage. a se rattrape en quelques minutes à flanc.

Devant nos yeux ébahis, la vallée de Sorteny s'offre à nous dans la lumière du soir. Début de la descente.

7FDfyQoT3.2020-07-25-19h11m32.jpeg

Un peu avant 20 heures, la cabane près du riu de la Serrera nous apparait sous un rayon de lumière. C'est notre petite maison dans la prairie. Il ne faut plus nous demander si on a envie de s’arrêter là dormir. Cabane, ruisseau, bel endroit, c'est sur que oui. On commence à croiser les doigts pour qu'elle soit disponible. Et puis même, vu d'ici il n'y a que l'embarras du choix pour bivouaquer à proximité.

7FDfyRVYA.2020-07-25-19h49m51.jpeg

Juste avant d'arriver devant la porte on voit 2 femmes en sortir, mais bizarrement ce ne sont pas Caroline et Mary Ingalls. Quoi qu'il en soit elles nous annoncent que la cabane est occupée et qu'ils sont déjà deux de plus que la capacité des lieux. Mince.

Autour de la cabane ni la végétation ni le sol ne sont propices au Bivouac. Pour nous c'est la loose. On va continuer notre chemin en descendant toujours plus bas. Quel dommage car depuis le col nous avons parcouru une bonne distance dans des prairies splendides et gorgées de soleil.

Après ce coup dur, il est tard et nous sommes fatigués, nous continuons en avant sans trouver notre bonheur. les quelques terrains plats sont gorgés d'eau, et nous arrivons finalement au refuge Borda de Sorteny.

Les alentours du refuge ne sont pas très avenants, le bâtiment ne semble pas avoir de fenêtres mais juste une énorme porte que l'on dirait blindée. Par contre il va faire nuit dans 30 minutes et on a plus trop le choix, on est debout depuis 5h30 et à un moment il faut s’arrêter.

Je rentre pour demander au taulier si on peut planter un abri devant chez lui, et je suis surpris par l'ambiance à l’intérieur, c'est super classe, il y a une immense terrasse avec un barbecue, des gens bien habillés qui boivent un verre, et une personne en tenue de chef cuistot qui fait cuire des brochettes. Mais c'est quoi ce refuge ?

Je balbutie 2 ou 3 mots de spanglish au gérant qui demande à 3 jeunes de s'occuper de moi. C'est pas pour me foutre dehors j'espère ? Les jeunes parlent anglais ou français je sais plus, et ils nous font faire le tour du bâtiment pour nous guider jusqu'à une grande salle accessible depuis l'extérieur dans laquelle nous trouvons 8 lits, une table, un évier avec l'eau chaude, et de multiples prises de courant. Ils nous disent que c'est gratuit et nous souhaitent une bonne installation. On ne s'attendait clairement pas à tomber là dessus.

Il y a déjà 2 français, ainsi que leur chien dans l'entrée, ce qui nous laisse largement la place de nous installer sans avoir besoin d'escalader le second niveau des lits superposés.

Çà fait une très grosse journée mais il fallait bien ça car on a toujours rendez-vous demain à Mounicou et plus aucun moyen de joindre Joy Supertramp, donc il faut essayer d'être à l'heure. Comme on a changé d'itinéraire par Andorre j'ai surveillé le temps de marche restant pour demain et les estimations sont bonnes pour espérer y être à 17h.

Toilette, repas, dodo. 

Topo J08
7FKfn4GNh.2020-07-25.jpeg


Profil / trombi ici

Hors ligne

#95 10-09-2020 01:46:38

oli_v_ier
Administrateur
Inscription : 24-01-2005
Messages : 12 850
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

azerty a écrit :

#583135J'ai le souvenir de quelqu'un, breton sans doute, qui trimballait son pot de beurre dans son duvet lors du camp itinérant en 2018.

tongue


La marche ultra-légère n'est pas un but, mais un moyen. "Un sac lourd est un sac bourré d'angoisse."
Mon équipement pour l'Islande 2008 en détail.

Hors ligne

#96 10-09-2020 10:40:27

Lou_is34
Lou_is
Lieu : Béziers
Inscription : 26-06-2019
Messages : 649
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Bonjour et merci pour ce récit à plusieurs que je dévore!

J’ai remarqué @azerty que tu porte des chaussettes haute alors que tu as des chaussures basse.
Il y a un avantage par rapport au chaussette basse ?


Comme dirait Fauve « on s’en branle c’est pas important »
Trombi: Présentation d’un ours
Listes: Solo - 0 confort & Duo - 0 confort

Hors ligne

#97 10-09-2020 10:54:04

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Salut
Les Chaussettes sont des x-socks marathon energy . Lien https://m.i-run.fr/accessoires/X-Socks- … 86630.html

Elles ne sont pas particulièrement hautes. Je rachèterai les mêmes. 25€ la paire mais quel confort.


Profil / trombi ici

Hors ligne

#98 10-09-2020 10:57:34

Lou_is34
Lou_is
Lieu : Béziers
Inscription : 26-06-2019
Messages : 649
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

azerty a écrit :

#583983Salut
Les Chaussettes sont des x-socks marathon energy . Lien https://m.i-run.fr/accessoires/X-Socks- … 86630.html

Elles ne sont pas particulièrement hautes. Je rachèterai les mêmes. 25€ la paire mais quel confort.

Merci, la photo est trompeuse sur ta liste alors


Comme dirait Fauve « on s’en branle c’est pas important »
Trombi: Présentation d’un ours
Listes: Solo - 0 confort & Duo - 0 confort

Hors ligne

#99 10-09-2020 12:54:15

azerty
Membre
Inscription : 08-01-2018
Messages : 639

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

Ok je comprends. Je les ai achetées juste avant le départ. Effectivement celles sur la photo étaient plus hautes. Des icebreaker en mérinos mais elles ne m’ont pas convaincues.
J’ai pris un risque en changeant avant le départ mais j’ai bien fait.

Dernière modification par azerty (10-09-2020 12:55:31)


Profil / trombi ici

Hors ligne

#100 10-09-2020 16:07:11

guichen
Membre
Inscription : 06-05-2013
Messages : 874

Re : [Récit + liste] HRP2020 - J14 - haut les corps

oli_v_ier a écrit :

#583944

azerty a écrit :

#583135J'ai le souvenir de quelqu'un, breton sans doute, qui trimballait son pot de beurre dans son duvet lors du camp itinérant en 2018.

tongue

Du jamais vu en randonnée! roll
Et toujours du beurre non fondu au bout de 2 ou 3 jours malgré la chaleur! smile

Que ferait le breton sans son petit beurre?:lol:

Hors ligne

Pied de page des forums