Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 24-09-2015 20:57:45

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

[Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

8948_rincon_de_soaso_titre_1_17-09-15.jpg

PROLOGUE

Vilain pageot ! Je me tourne et me retourne sur cette carcasse de lit qui me plie les reins comme une matrice de découpe. La chambre collective qui m’a été assignée est emplie des ronflements de mes compagnons d’infortune, la chaleur est étouffante. Mes yeux que je garde ouverts sont secs, douloureusement fripés par l’insomnie qui s’installe. Qu’est-ce que je suis venu faire au Clot ? Je suis là par fidélité, presque par loyauté, par nostalgie ? Quel imbécile je fais…

Je remue sous mon dôme les événements de l’après-midi : cet adventus triomphal à Cauterets qui se transforme en pantalonnade quand je me rends compte qu’une fois dépassé la Raillère il n’y a plus de réseau… J’ignore alors si ma femme a reçu les SMS rassurants que je lui ai adressés plus bas. Pas de réponse. C’est inhabituel. Je finis par comprendre que seul O assure la desserte téléphonique des hautes vallées. Balle peau : je suis abonné à un autre opérateur. Les conséquences ne sont pas dure à tirer : à partir de demain, il n’y aura plus de contact possible. Pas avant mon retour en basse vallée française, c’est à dire dans 4 ou 5 jours. Sans moyen de la prévenir. L’idée m’est aussi supportable que le poids d’une presse d’imprimerie qui s’abat sur une feuille de papier. Mettez-y un doigt, vous verrez. L’inquiétude monte d’un cran quand, sur ma demande, le gardien du refuge a l’amabilité d’appeler la Bretagne. Pas de réponse. C’est carrément anormal. Vous connaissez la peinture de Munch intitulée "le Cri" ? C’est la tête de Jobig qui ne sait plus quoi faire. yikes Il se sent loin, seul et désemparé. Porter un cierge à Lourdes, peut-être ? Ça ne me fait même pas sourire. wink

Je ne veux pas abuser de l’hospitalité de mon hôte si bien que je redescends précipitamment sur Cauterets en voiture et tente une dernière fois de joindre mon épouse. Ça sonne. Elle répond de sa petite voix mutine. Ouf ! Mais c’est un pure hasard car elle vient juste de rentrer d’une réunion de famille qui se tenait dans un vieux manoir breton au fin fond d’un vallon où on ne capte rien !

Je n’en ai pas fini de ma sarabande nocturne (vous non plus !)  wink : un coup sur le côté droit, un coup à gauche, le refuge est une rôtissoire et moi je suis sur le grill ! Tout à l’heure une dame d’un certain âge avec laquelle (entre autres) je fais chambrée a déclaré qu’elle avait peur de moi : je n’ai pas pu savoir si elle plaisantait… Enfin, je ne dois pas être si terrifiant que ça (quoique avec une tête à la Edvard Munch…) car elle ronfle comme un sonneur, la vieille !

Je m’assoupis le temps d'une page de roman qu'on déchire.
« Tomorrow remember yesterday… Tomorrow remember yesterday… »*
Un doux sentiment mélancolique m’envahit peu à peu, grisant et embarrassant à la fois, écho lointain d’une journée particulière, mémoire allusive des émois d’un gamin de 14 ans qu’une jeune fille brillante embrasse pour la première fois, instant aussi éphémère qu’une victoire sans lendemain. Comme un temps découpé à l’emporte-pièce, un stylobate oublié de toute antiquité, une nostalgie de toutes mes solitudes est brusquement remontée à la surface.
« Nostalgia will lead me away… »*
L’émotion était-elle naguère montée trop haut et trop vite en gamme ? Sur une partition trop courte ? A présent elle sonne faux mais, je peux lui donner un prénom : Françoise ?... Un bonheur fou. smile

8948_le_clot_14-09-15.jpg
Voyage au bout de la nuit...

Je sais que vous n’êtes pas là pour vous saouler des anamnèses de Jobig. big_smile Nous sommes sur RL : faut un sac léger, de la sueur et de la bonne humeur.  lol Mais ce malstrom émotionnel aggravé d’une nuit sans sommeil (et de la fatigue de la route depuis la Bretagne) bouleverse tous mes plans : j’abandonne sans remords le circuit que j’avais projeté de suivre. Je devais parcourir une route qui m’aurait mené du col de Cambalès au lac des Gentianes en passant, dans l’ordre, par Respumoso, Los Infiernos, Bachimaña, Gramatuero (ou Brazato, je n’étais pas fixé), San Nicolas, Los Muletos, les Zouzous, Araillé, le lac de Labas.
Je ne sais toujours pas pourquoi, au petit matin, je n’ai plus envie d’aller à Respumoso. Encore moins de me taper la marche d’approche vers Wallon ! ça relève même alors de l’aversion !  sad Que faire ? Rentrer en Bretagne ? lamentable. Qu’est-ce qui pourrait éveiller encore un peu d’appétit dans mon âme un tantinet dévastée ? Réponse par une image mentale qui se dessine immédiatement : Gaube ! Romantique à souhait ! Je prends.

* Nostalgia, chanson à texte interprétée par le groupe anglais de rock alternatif (Bat cave), The Chameleons (1986)


Jour 1 : Le Clot – Baysellance
Distance : 15.15 km
D + : 1256
D - : 177

Le reste est affaire de gymnastique topographique. Le nouvel itinéraire s’ordonne comme un Kriegspiel, froid et méthodique. Evident. Après le lac, les Oulettes et la hourquette puis le col de la Bernatoire (où je n’ai jamais mis les pieds), San Nicolas et le Rio Ara (une bénédiction !), El Puen d’os Nabarros, la Pradera por la senda de Turieto, la Faja de Pelay, Goriz, la Brecha, Bujaruelo, Arratilla por el camino de Cauterets (y goûter c’est en abuser !), Pont d’Espagne. C’est simple, non ?

Il est 7 H 30 quand je quitte le Clot. Le temps de déposer mes crampons dans le coffre de ma voiture garée au Pont d’Espagne et j’enfile le sentier gaillardement en ayant pris soin de conserver mon piolet. Il est tôt et je suis pratiquement seul. La montagne étend son ombre bienfaisante sur toutes les vallées environnantes. Il fait bon. Au-delà de la cabane de Pinet, je passe très vite à l’heure espagnole car déjà quelques familles ibériques descendent des Oulettes. Echange des premiers « Ola ! » qui seront loin d’être les derniers cette année… smile

Quand j’arrive aux Zouzous, le soleil commence déjà à brûler. Consciencieusement, j’entreprends le rituel des ablutions au robinet que je renouvelle à intervalles réguliers pendant un bon quart d’heure. C’est à ce genre de détail qu’on mesure le temps qui passe… Je me déshydrate bien plus vite qu’à 20 ou 30 ans. Mais je me soigne, docteur ! Le seigneur Vignou (j’aime bien l’expression de Zorey…) se tient inébranlable et majestueux devant la petite assemblée recueillie que nous formons, moi et les quelques autres randonneurs qui se prélassent silencieusement sur la terrasse aveuglée de soleil, dans l’attente d’un nouveau départ. Quelques légers froissements dans l’air se répercutent sur les magnifiques masses granitiques qui nous entourent ; la brise, si douce, achève de transformer la cuvette morainique en royaume des petits matins calmes. smile cool

8948_le_vignou_en_majesta_14-09-15.jpg
Le Vignou en majesté

Un couple se décide à partir. Je les suis du regard s’élever lentement sur le sentier de l’Araillé. Ils finissent par être happés par la muraille presque blanchie à la chaux sous la lumière incandescente de la canicule qui s’annonce. Je m’ébranle à mon tour. Je me surprends à penser que si j’avais été catholique pratiquant je me serais signer sur le champ (sans déc’ !)… Mais le Bon Dieu peut aller se brosser : je n’ai plus quatorze ans ! tongue

Je rattrape l’homme et la femme qui ahanent sur leurs bâtons nordiques. Je me dis in-petto : « Chic, risquent pas de pulvériser des records de vitesse, ces deux-là. Je vais me caler derrière eux et me la couler douce… » Erreur fatale. « Oh, mais vous allez plus vite que nous : prenez donc la tête ! » Me fait la rhombière (sympathique au demeurant). Je suis maudit ! Qu’est-ce qu’ils ont tous ? Je suis en vacance, moi ! J’en ai marre de collectionner les responsabilités (surtout celles des autres). Marre d’être le référant, l’homme de pointe. J’veux pas faire le lièvre, moi, vous m’entendez, m’dame, je suis un rat, moi ! J’veux qu’on m’oublie ! Pitié pour les rats !
Et là, c’est le mari qui me donne le coup de grâce : « Vous avez un petit sac, vous ! »
Je passe devant.  roll lol

Un petit arrêt près de la Fontaine du Centenaire, à l’intersection des sentiers d’Arraillé et de la Hourquette. Glou, glou de rigueur. Je montre au monsieur le col des Mulets en face et son grand névé qui, vu d’où nous nous trouvons est aussi vertigineux que le seraient les cours baissiers de la bourse à l’annonce de l’annulation totale de la dette grecque… wink

8948_col_des_mulets_14-09-15.jpg
Au loin, le col des Mulets : combien y sont passés ?

Nous dépassons deux Basques (du Sud)… A l’arrêt, bien évidemment. Y en a un qui arbore le drapeau national sur son sac. Faut montrer combien il est fier, le Basque, de monter si haut, en portant toute la nation sur ses épaules. Si on suit la logique de ces portefaix d’un genre particulier, ces offrandes sportives de soi à la patrie qu’on place au-dessus de tout, ne peuvent trouver de plus bel autel que la montagne prise à témoin de ces exploits pour la Cause. Une histoire de rêve de suprématie, de volonté d’appropriation, ou un reste des ordalies médiévales mijoté dans une bonne dose de mysticisme ?… A moins que ce ne soit qu’un moyen d’impressionner les autres ? A mourir de rire avant d’en crever. Dire que quinze jours plus tard, il s’en faudra de peu pour que – involontairement – je n’étale pas une énergumène du même genre qui, à pieds sous le prestigieux étendard catalan couvrant son SAD, refusait ostensiblement de faciliter le passage à notre véhicule immatriculé en France sur une place de parking pas plus large que le sommet du Canigou ! lol

8948_gaube_14-09-15.jpg
Gaube : vu d'en haut, le romantisme en prend du plomb dans l'aile...

Encore quelques dizaines de mètres de pierrier croulant et c’est le col. Il est midi et des brouettes. Quelques craquements se font entendre un peu plus bas. C’est le glacier du Petit Vignemale qui poursuit sa cure d’amaigrissement… big_smile Le pauvre. Nous, on fait péter les calories. Car on s’est présenté, mes deux marcheurs nordiques et moi. Elle est Bretonne et lui Vendéen, ils vivent à Nantes. Plutôt extraverti, le gazier. Mon « petit sac » les étonne lorsque je leur explique que, comme eux, je randonne en semi-autonomie et on frôle l’incrédulité quand je leur assure que je couche sous un abri de 360 g… Eux se coltinent une tente bi-place Q….a qui pèse… son comptant de masochisme. Mais ils n’en ont cure… roll

8948_pano_de_la_hourquette_14-09-15.jpg
A vallée écroulée, montée écroulante !

Je poursuis jusqu’à Baysellance. L’ascension du Petit Vignemale m’aurait bien tenté mais, prudent, je ne veux pas reproduire l’erreur d’une première étape trop longue et trop rude que j’avais commise l’an dernier. De toute façon, je connais. Juste que je ne ramènerai pas de photos pour RL.  tongue Economisons les genoux ! Grandeur et décadence. Vaut mieux oublier le passé car son souvenir est parfois cruel. Enfin ce n’est pas une vérité intangible : j’ai bien gommé le souvenir de Françoise pendant 38 ans, la première femme qui me fit oublier môman. J’en suis tout penaud maintenant. Mais comment l’ai-je pu oublier à ce point ? roll

8948_baysellance_vue_hourquette_14-09-15.jpg
Baysellance, plaque tournante de la mondialisation...

Enfin, je suis bien content d’être là. Autour du refuge, on se croirait sur la grande plage d’Alger écrasée par la torpeur que Camus décrit dans l’Etranger. Manque plus que Meursault. Il n’est pas là. A sa place, une brochette de jeunes flamandes quelque peu dévêtues folâtrent non pas sur le sable, mais sur une herbe rase, surchauffée et grevée de poussière. Quelques effluves de crème de bronzage me hérissent les narines. Ambiance balnéaire à 2650 M d’altitude ! Je me présente au gardien qui, très professionnel, me pose la question essentielle : d’où je viens et où je vais (et dans quel état j’ère ? Non, il a pas osé, parce que là, il n’aurait pas été déçu du voyage)… lol

Le refuge est entouré d’une quinzaine d’emplacements aménagés sommairement. L’éperon rocheux évoque un peu un camp retranché avec ses installations de fortune. Il y a quelques spots en balcon vers le sud-est qui offrent une vue imprenable sur le massif de Gavarnie, la grande cathédrale pyrénéenne. Dès le premier coup d’œil, on s’engage lurelure dans l’enthousiasme. J’y monte mon abri. Uniquement pour la photo car on fond littéralement sur place. A 20 H la température s’élevait encore à 25°… Et moi qui me suis toujours gelé les meules à Baysellance... big_smile

8948_stealth_1_14-09-15.jpg
"Je l'ai plantée là, oui, madame !"

Mes luronnes flamingantes sont à présent déchaînées. Leur carré d’herbe s’est mué en cour d’école bruissant du rire suraigu et des gloussements de ces grandes perches de 25 ans. Je décide un repli stratégique et vais faire un petit tour sur la crête d’accès au glacier d’Ossoue. Mesure les dégâts… Puis reviens pour me réfugier dans l’angle d’une abside à l’abri du soleil qui tape plus que jamais. La terrasse se remplit peu à peu. Beaucoup d’alpinistes de retour du Vignemale, une majorité d’Espagnol(e)s, le corps épuisé mais le regard alerte et la baveuse haut perchée. Deux HRPistes sexagénaires viennent souffler auprès de moi, bientôt rejoints par une superbe néerlandaise (vous savez le genre brune aux yeux bleus de type nordique) qui pose son sac gentiment contre le mien en me décochant un sourire ravageur. cool C’est maintenant la foire aux places à l’ombre, tout le monde veut squatter la fontaine. Les gamins piaillent dans toutes les langues… smile

8948_taillon_crate_glacier_14-09-15.jpg
Le Casque, la Brèche, le Taillon, les Gabiétous et derrière la crête, au premier plan, le glacier d'Ossoue

8948_gavarnie_vu_de_la_terrasse_14-09-15.jpg
Y a du monde au balcon !

Une famille japonaise se détache du lot : le père, la mère et le fils. Lui est architecte, pratique l’aquarelle sur tablette qu’il a emportée dans son SAD (et il n’est pas le seul, c’est une vraie foire informatique ici !). Elle, la quarantaine, cultive son look néo-punk à l’ombre de son homme plus âgé, lequel est tout fier d’exhiber ses œuvres – très réussies – sur écran. Elle porte même des Docks ! Et des collants résille un peu trash (les chaussettes dépassent un peu des grôles, c’est rigolo) ! Oye ! J’ai pas d’enregistrements des Béru ou des Clash sur mon portable (et y a pas de réseau !). Une faute de goût et un manque d’anticipation coupable, car c’est bien connu, la haute montagne grouille de keupons... lol Je ne sais pas si elle a vraiment l’esprit punk ; j’en doute mais comment savoir ? Alors pourquoi ai-je une si furieuse envie de pogoter avec cette nana ?! C’était en quelle année la fin de la première vague Punk* déjà ? 1977… Oh ! Françoise… smile

Je ne regrette pas le déplacement et commence même à trouver le coin un peu farce. Deux jeunes affublés d’un béret béarnais sont descendus du col de Labas. Tenues outdoor très fashion, canne à pêche et ombrelle à la main. Des Lourdais. Un peu décalés dans ce kaléidoscope de cultures, les Bigourdans… Un peu figés, même. Ma jolie Batave a disparu. Non, je repère sa silhouette près de la table extérieure devant les cuisines. Merde ! Elle s’est changée : la voilà en robe de soirée ! (ultra-légère, vous pensez !), très moulante, d’un noir de geais qui ferait tourner la tête à un aveugle ! ! ! Faut être honnête, les gars, dans un cas comme ça, moi je dis qu’il faut oublier son côté Mul engagé pour pouvoir apprécier le spectacle. Je m’éloigne de la garden party pour aller pisser de rire à l’écart… lol lol lol

8948_gavarnie_la_sade_soirae_14-09-15.jpg
Le jour s'écroule sur la montagne comme une houle assombrie...

8948_glacier_dossoue_soirae_14-09-15.jpg
Les couchers de sa Majesté

La nuit promet d’être féerique. Le grand cairn tout en feuilletage que forment les monts du Marboré et le Monte Perdido, la ziggourat  solitaire du Taillon s’embrasent dans le lointain. J’ai gardé la stealth au-dessus de la tête mais c’est décidé : pour les prochains jours je ne conserve plus que le sursac et  je dormirai à la belle étoile. Le firmament a la pureté du gypse et sa transparence est telle qu’on voit à travers les étoiles. Je veux le contempler tout mon saoul. Même si je garde l’abri ouvert, ce n’est pas pareil !  tongue smile

8948_gavarnie_au_crapuscule_14-09-15.jpg
Incendie crépusculaire pour un été torride...


* Les groupes cités appartiennent à la vague post-punk, celle dans laquelle j’ai baigné. La date coïncide, elle. Si cela vous chante, vous pouvez en déduire mon année de naissance compte tenu des indices laissés généreusement… smile wink

Une suite, demain ?


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#2 24-09-2015 21:07:03

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 2 593
Site Web

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Jobig a écrit :

La nuit promet d’être féerique.

Le récit aussi. smile

On sent la vraie plume là. smile


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#3 24-09-2015 21:11:01

DDTZ
Membre
Inscription : 05-10-2014
Messages : 16

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

J'aime bien, je suis de la même génération...la punkette japonaise à Baysellance, je regrette de ne pas l'avoir vue.

Hors ligne

#4 24-09-2015 21:18:06

guichen
Membre
Inscription : 05-05-2013
Messages : 780

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Sacré Jobig!!! lol

Tout à l’heure une dame d’un certain âge avec laquelle (entre autres) je fais chambrée a déclaré qu’elle avait peur de moi : je n’ai pas pu savoir si elle plaisantait… Enfin, je ne dois pas être si terrifiant que ça (quoique avec une tête à la Edvard Munch…) car elle ronfle comme un sonneur, la vieille !

Le monstre de Carhaix... smile

Mais le Bon Dieu peut aller se brosser : je n’ai plus quatorze ans ! tongue

Boudiou, Jobig l'affranchi... tongue

Ah, ça pogote dans l'cerveau de Jobig!!! smile

Hors ligne

#5 24-09-2015 21:35:25

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 636

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bonjour Jobig,  smile

Eh, bien, ça commence fort !  big_smile

"Le temps d'une page de roman qu'on déchire"... Ne négligeons pas que, parfois, si on inclut les pensées qui s'évadent à la lecture, ça peut faire une belle sieste ! big_smile

Ah toi aussi, tu as trouvé que c'était "chaud" les Pyrénées, cet été ? lol
Quant à l'image de Meursault, géniale !
Mais heu... Rassure-nous, y'a pas eu de drame, après la scène "hot" ?

J'aime beaucoup le titre... j'ai comme l'impression que ça va finir par "la marche du temps retrouvé"... tongue

Vivement la suite ! big_smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#6 24-09-2015 22:11:59

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Messages : 1 930
Site Web

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

bonsoir

cela commence bien ,bon texte et jolis photos j'ai trainé mes grosses chaussures par la bas il y déjà quelque temps en bivouac avec l'UCPA au temps de l'argentique on faisait peu  de photos et je ne sais plus ou j'ai mis mes diapos smile
en tous cas  quelle est belle cette face nord du Vignemale   
merci du retour


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#7 25-09-2015 12:48:39

cinqminutestreize
Membre
Lieu : 70
Inscription : 28-08-2015
Messages : 19

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Jobig, Chaud bouillant, quelle entrée en matière! Un délice de retour, pétillant et frais comme une bolée de cidre brut! Merci merci smile smile

Il semblerait que même en passant tous ses items en cuben, passé un certain age, le poids du sac reste affecté des souvenirs qu'on trimbale... wink

Mais l’œil reste vif et ardent, capable de s'émouvoir des contours enchanteurs du Vignemale autant que de ceux des jolies bataves lol

Hors ligne

#8 25-09-2015 13:01:10

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bon, je dispose d'un petit peu de temps avant de reprendre le collier...  smile

shanx a écrit :

Le récit aussi. tongue

Alors, ça c'est gentil ! smile La suite est un peu moins féerique, par contre... On verra ce que la magie du verbe peut tirer du néant ! big_smile wink

@DDTZ smile

Tu as l'air d'être nouveau ici, bienvenue à toi ! Je n'ai pas revu en montagne un tel panel de sociotypes aussi différents depuis cette après midi passée à Baysellance, je dois avouer... Mais la punkette nippone, je la garde dans un coin de ma mémoire à jamais !  wink

@mon bon Guichen,  smile

Pogoter, pogoter, oui... surtout dans la choucroute !  tongue Mes 14 ans marquent un tournant (comme pour beaucoup) dans ma petite vie : c'est, entre autre, ma dernière année de croyant, catholique, apostolique romain... un legs indirect de "Françoise", d'ailleurs... big_smile

Bonjour ester,  smile

ça peut faire une belle sieste !

Moi, ça m'a valu une douce insomnie dans un lieu singulier...  Un huis-clott nocturne ! big_smile 

Merci pour le "génial"... Aucun mérite, c'est venu sans y réfléchir : mais c'est peut-être ça le génie ? wink

Je rassure tout le monde : la belle Hollandaise en strass n'était pas seule (contrairement à ce que j'avais pensé au départ). C'était une sortie entre "filles" malgré que ses compagnes de rando fûssent plus âgées qu'elle. Il n'y avait ce soir-là, à ma connaissance (mais je suis un mauvais témoin car je n'y ai pas passé la nuit), aucun mâle en rut au refuge et elle-même n'avait rien d'une nymphomane. Par conséquent, je n'ai point de bacchanale à raconter. wink D'ailleurs, c'est interdit par la charte du forum. Donc, pas de regret ! tongue

Le temps retrouvé... C'est pas pour tout de suite car il va me falloir du temps pour précisément en repérer la trace définitive... Il y a eu un bon début en septembre : je suis sur la bonne voie !  cool

@Magne2, smile

Merci pour l'intérêt que tu portes à ma prose !


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#9 25-09-2015 18:53:04

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Jour 2 : La vallée d’Ossoue – San Nicolas par le col de la Bernatuero
Distance : 16.68 km
D + : 560
D - : 1856

Je me réveille en même temps que deux jeunes Espagnols installés à côté, qui eux, avaient eu la bonne idée de dormir en communion directe avec la voûte céleste. Plus haut, c’est calme plat au refuge. Nous remballons sans bruit nos maigres bagages – ils sont alpinistes version fauchée – alors que l’aurore, imperceptiblement, élargit notre champ de vision. Pas question de traîner : le soleil va cogner dur aujourd’hui encore. roll

La journée est placée sous le signe de la descente. La vallée d’Ossoue jusqu’au barrage, puis le versant sud de la Bernatoire. Un dénivelée négatif non négligeable qui se double fort heureusement d’une désescalade émotionnelle… C’est l’esprit clair et le cœur allègre que je me glisse dans les traces balisées du GR 10, dans le sens opposé à celui de l’année dernière. A quelques centaines de mètres en contrebas des grottes de Bellevue, à hauteur d’un confluent aux cours d’eau torrentueux, je m’escrime à scruter le paysage à la recherche de quelque cairn susceptible de m’indiquer la voie du col des Gentianes dont je devine globalement l’itinéraire. Je fais chou blanc. Je reprendrai la question « par les hauts» une prochaine fois… smile

8948_grotte_russel_15-09-15.jpg
Abri pour cavernicoles accomplis

8948_pont_de_neige_1_15-09-15.jpg
Pont de neige pour tenir au frais le lait des brebis

Au barrage d’Ossoue, je me hisse, le long d’un sentier parfois un peu raide (sans difficulté aucune), vers la cabane de Lourdes où je m’arrête par curiosité : j’ai envie de vérifier s’il y a l’eau courante à l’intérieur. J’y trouve bien une tuyauterie en état de fonctionner avec robinet mais la pression est coupée. Il y a un espace habitable mais il est aussi crade qu’une cellule de dégrisement le lendemain d’un derby breton. big_smile Après cette inspection sanitaire expresse, je m’enfonce dans cette fameuse vallée de la Canau que mon imagination toujours à l’affût d’une facétie sémantique associe au Pays de Canaan de la Bible. Je remonte tranquillement le cours du ruisseau de Lourdes, mon Jourdain à moi. Mais je prends très vite conscience que je marche sur une terre à vaches car des taons à l’humeur folâtre me canardent comme des Stukas. O taon, suspends ton vol !  lol

8948_la_canau_15-09-15.jpg
La vallée de la Canau sans canopée

La Canau, c’est la vallée des larmes sèches. Du fait de la présence du bétail sur ses pâturages, il vaut mieux s’abstenir de boire aux petits ruisseaux qui dévalent de ses pentes encaissées. Les bouses vous rappellent à l’ordre.  neutral Il existe toutefois un chevelu conséquent de sources situé à la verticale du Tuc Blanc où le bédouin marcheur déshydraté trouvera, sans risque de se chopper la vilaine bactérie qui vous vide comme un cholérique, une substantielle sustentation à sa soif. Enfin, c’est sans doute vrai jusque fin juillet ; au-delà il vaut mieux tenir compte de la grande transhumance interfrontalière qui vraisemblablement change la donne en raison d’une probable surpopulation bovine dans la vallée. En effet, en vertu d’une passerie (convention) conclue avec le canton de Luz (pays Toy), suivant une tradition montagnarde attestée depuis le milieu du Moyen Age, le bétail aragonais du Rio Ara franchit le col de la Bernatoire chaque dernière semaine de juillet (cette année c’était le 28) pour se repaître des estives françaises. smile

8948_os_15-09-15.jpg
Une transhumance qui a mal tourné...

Pour le moment, le bœuf c’est moi, qui me fait dépasser en trombe par 3 isards. tongue Un trio d’ados hispaniques, fille en tête, grimpe quatre à quatre l’immense croupe herbeuse qui vous fait gagner, d’un coup sans prévenir, 300 M de dénivelée jusqu’au col. Leur course folle, ils vont l’achever au pic de la Bernatoire. Mon sac a beau ne pas dépasser les 7.5 kg avec mes 4 jours d’autonomie et mon litron d’eau, j’ai le guignol qui part en torche. Mes « deuxième jour » sont toujours plus durs à négocier… roll

8948_au_col_de_la_bernatoire_2_15-09-15.jpg
Col de la Bernatoire au bout d’un sentier tracé à l’espagnole

Le lac, si singulier sans son déversoir, exerce sur moi le pouvoir d’attraction d’un entonnoir. Je remarque quelques menus aménagements de bivouac rive gauche et m’y précipite pour tomber le sac, me débarrasser de mes pompes, exposer mes fumantes au soleil et, sans procès (d’intention) plonger mes arpions dans l’eau. Fidandoue ! Dreist ! (super !) Le bain, ce sera pour plus tard, dans le Rio Ara ! smile

8948_lac_de_la_bernatoire_15-09-15.jpg
Un lieu privilégié pour se vaporiser l'entonnoir ?

8948_saquence_pieds_dans_leau_15-09-15.jpg
Le must sur RL : exhiber ses petons !

Quand je passe le second col, surprise ! Le téléphone sonne ! Je capte du réseau Espagnol et en profite pour donner des nouvelles par SMS. Je me dis que l’Espagne est une Grande Nation moderne et civilisée, connectée (ha ! ha ! ha !), en avance sur cette Pôvre France complètement dépassée, qu’il serait temps de penser à émigrer, refaire sa vie, trouver une place au soleil… Fausse joie ! En dessous de 2000 M, y a plus rien… wink

Pas rancunière, ma petite musique cérébrale entonne les premières notes de la Varsovienne pour m’interpréter un « A Las Barricadas »* qui ne me quittera plus jusqu’à mon retour en France… J’aurais préféré autre chose ; un bon Doctor Deseo, par exemple, très couleur locale (plus basque, quand même !) mais en plus actuel, plus hédoniste aussi (c’est pas dur !), mais ça vient pas… big_smile

« Consider green lakes
and the idiocy of clocks
Someone shot nostalgia in the back (…) »

Que me répond Bauhaus.** Really ? wink

8948_le_taillon_les_gabiatous_15-09-15.jpg
Au premier plan, Soum Blanc des Espécières

J’entame mon plongeon sur les flancs du versant aragonais ravinés chaque année par des centaines de bovins. Direction San Nicolas. Peu de monde pour tenter l’ascension. Il est vrai que c’est un ( ?) sentier creusé par des quadrupèdes pour des quadrupèdes… yikes Le soleil est à son zénith. Il fait 30° et plein sud on manque un peu d’ombre... A un quart d’heure du col, un premier couple, la trentaine, du type andalou à la peau très sombre. L’homme, au cheveu ras, habillé très ajusté, ultra-court, ultra-tech, sans sac, sans bouteille ou gourde (je me demande même où il peut ranger ses clés de voiture, vu qu’il n’a pas de poche ; sa compagne qui se tient, complaisamment, 4 pas derrière, sans doute ?), la caricature parfaite de "Jesus Quintana" dans The big Lebowski, ruisselante de transpiration, me demande en espagnol s’il y a de l’eau plus haut. Hésitation. Il me répète la question en anglais pidgin. big_smile

« Water ? Nothing but a lake… Una llena. You know ? »

Plus bas, un autre couple. Des Américains. Le visage creusé par l’effort, le regard un peu flou, mais souriants. La jeune femme derrière son chéri :

« How far is the pass ? One hour ? »

Opala ! Le genre de question qui en dit long sur le moral d’un randonneur… Dans des cas désespérés comme le leur pas d’autre solution que mentir (un peu !).

« A three-quarters !» minaudé-je en ponctuant d’un sourire à faire fondre une sœur de charité.

« We need a break !» Renchérit le chéri sur le ton de l’auto-dérision. Je les sens un peu dopés à l’idée que leur calvaire s’achève plus tôt que prévu. Ah ! Ces vieilles ruses ! smile

Au loin, sous les Gabiétous, le « camino del cuelo de Bujaruelo » zèbre la roche d’une balafre oblique.

Negras tormentas agitan los aires
Nubes oscuras nos impiden ver. (…)*

Je ne peux m’empêcher de penser à un certain exode de 1939, annonciateur d’autres exils plus terribles, et me dis qu’il fallait tenir solidement toutes ces hauteurs et ces pentes dans les derniers jours afin de permettre à ces foules de combattant(e)s ne disposant souvent que de vieilles pétoires, et de tous ces  non combattant(e)s, de vieillards et d’enfants épuisés, de passer sains et saufs de l’autre côté de la frontière, vers un avenir bien incertain. Un tir croisé de mitrailleuses d’où je me tiens et c’est un massacre. Ce n’est pas envolée fantasque de ma part, car depuis j’ai pu constater à Torla l’ampleur des destructions laissées par la Guerre Civile dans lesquelles on devine la fureur homicide de ceux d’en face. « Viva la Muerte ! »… Qu’ils reprenaient en chœur. Les c..s.*** roll

8948_mondaruego_la_balafre_25-09-15.jpg
Une balafre de l'Histoire...

8948_squelette_15-09-15.jpg
Reliques de la Guerre Civile ? Ou tragédie bovine ?

Le paysage prend des couleurs qui me sont plus familières au fur et à mesure que je me rapproche de la cabane de Sandaruelo. Un tapis végétal d’un jaune intense recouvre la Plana. Des genêts ? De l’ajonc ? Non, de l’Oreja de Oso, une fleur éphémère à l’éclat magique sous ce ciel d’un bleu sans partage. smile

8948_oreja_de_oso_2_25-09-15.jpg
Pente de la Plana recouverte d'Oreja de Oso

J’enjambe enfin le si joli pont roman et atteins mon havre aragonais de San Nicolas. Pas de bobo aux genoux : merci RL ! smile je pénètre avec gourmandise dans le bar du refugio. Il y fait sombre et frais, je m’y sens vraiment comme chez moi dans mon Centre-Bretagne. Vous savez ? Un de ces troquets de campagne à l’ambiance si particulière. On trouve ça également en Euskadi. cool

« Dos bottellas de agua, una jarra de vino tinto méson y una puchera de judias blancos con chorizo, por favor ! »

Ça claque comme un bouchon de Champagne et avec l’accent sioûplait. A peine pris le temps de consulter la carte. Au regard effaré de la serveuse, je prends conscience que mon maillot en soie est détrempé, troué par endroit ( !) et que je dois fouetter comme un goret. Bah ! Peau de rouquin et excentricité de solitaire affamé autant qu’assoiffé ! Pas de quoi se cailler la laitance, fillette !   big_smile

8948_el_puente_15-09-15.jpg
Puen de San Nicolas : mon havre...

Bien lesté et en voie de réhydratation complète (tu parles, Charles !) tongue , je file faire un tour en amont du pont, repère un petit coin tranquille où la profondeur de l’eau et le courant me paraissent idoines, me désape à l’abri des regards (il y a pas mal de passage sur le GR11 voisin), et me plonge dans le rio. Ça dégrise ! J’en profite pour faire un petit peu de lessive. La soie sèche vite, surtout exposée à ce petit vent venant du massif du Vignemale qui s’engouffre si agréablement en bourrasque dans la vallée ! smile

8948_eglise_romane_coup_de_sabre_15-09-15.jpg
Coup de sabre dans la chapelle du 12ème siècle

L’accueil au camping de San Nicolas commence après 17 H. Je joue le trio ultraléger : matelas, couette et sursac pour ce soir. Les gamins d’une colonie de vacances britannique s’affairent autour de l’installation de leur campement. Apparemment tout le monde ne dispose pas d’une tente ! Alors qu’à 20 H le couvre-feu ( !) a déjà sonné chez les British, en allant aux cagoinces, je surprends du regard trois toutes jeunes filles dans leur sac de couchage, blotties l’une contre l’autre en chien de fusil, allongées sur une simple bâche. Very cheap ! Ou alors, c’est BPL qui a frappé fort chez les mulettes britanniques… wink

* A las Barricadas, chant anarchiste de la FAI-AIT composé par Valeriano Orobon Fernandez pendant la Guerre d’Espagne (1936)… Les Anarchistes de la Colonne Durutti et les Trotskistes du POUM s’opposèrent aux troupes franquistes sur le Front d’Aragon.
** Bauhaus, groupe de rock post punk britannique classé à présent gothique ( !) très inspiré par le Glam Rock de Bowie à ses débuts
*** Vive la Mort ! slogan des fascistes espagnols

edit : fautes de frappe

Dernière modification par Jobig (03-10-2015 16:26:21)


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#10 25-09-2015 21:43:28

Myrtille88
Membre
Lieu : Provence
Inscription : 30-09-2009
Messages : 1 554

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Joli titre Jobig smile , un poil reposant par rapport à ce qui suit hmm ... Méli-mélo de tous ces gens qui peuplent ton CR, Françoise, les flamandes, les japonais, la dame en robe de soirée, tu es sûr que tu étais dans les Pyrénées lol

ça j'adore:

Le jour s'écroule sur la montagne comme une houle assombrie...

entre beaucoup d'autres images de couleurs et formes

bien inspiré pour le second épisode, que d'histoires dans l'histoire (et même Histoire)
descriptions et images amusantes, que de trouvailles pour nous faire rire

Il y a un espace habitable mais il est aussi crade qu’une cellule de dégrisement le lendemain d’un dolby breton

Hors ligne

#11 25-09-2015 21:45:01

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bonsoir cinqminutestreize,  smile

(...) passé un certain age, le poids du sac reste affecté des souvenirs qu'on trimbale...

Tu as parfaitement compris l'esprit du texte, mais tu commets une erreur : le sac s'alourdit des souvenirs séquestrés, refoulés, pas de ceux qu'on libère... smile

C'est le privilège de l'âge que de l'avoir compris ! wink

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#12 25-09-2015 22:17:38

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 636

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bonjour Jobig, smile

Voilà, grâce à toi, un week-end qui commence dans la détente !

Jobig a écrit :

O taon, suspends ton vol !

big_smile big_smile big_smile

Merci pour le bain musical, même si ça ne nous rajeunit pas , mon bon monsieur ! tongue

Jobig a écrit :

Pas question de traîner : le soleil va cogner dur aujourd’hui encore.

Vu qui est tombé en Bzh, ça fait franchement rêver, là ! cool

Encore merci Jobig et bravo d'avoir osé le must des petons ! big_smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#13 26-09-2015 16:02:06

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 047

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

On oubliiiiiiie, hier est loin, si loin d'aujourd'huiiiiiii
Mais il m'arrive souvent de rêver encore
A l'adolescent que je ne suis plus.

On oubliiiiiiiie, et puis un jour il suffit d'un parfum
Pour qu'on retrouve soudain la magie d'un matin
Et l'on oublie l'avenir pour quelques souvenirs.

Et je m'en vais faire un tour du coté de Françoise
Revoir mon premier amour qui me donne rendez-vous sous le chêne
Et se laissait embrasser sur la jouuuuuuue.

Merci Jobig, ce récit est magnifique et touchant, j'espère qu'on aura droit à un épisode par jour.  smile


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#14 26-09-2015 18:17:24

ventcalme
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 29-10-2011
Messages : 1 552

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Quand cette randonnée est-elle devenue une épopée médiévale ?  tongue

Hors ligne

#15 26-09-2015 18:44:13

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bonjour Myrtille,  smile

Joli titre Jobig smile , un poil reposant par rapport à ce qui suit hmm

Merci pour le compliment ! Je reconnais que mon récit prend des allures à la fois tourmentées et surréalistes (ce n'est pas fini !). Mon écriture est à l'image d'un ciel breton : il peut y faire les "7 temps" dans la même journée, voire dans la même heure !  big_smile wink

que d'histoires dans l'histoire (et même Histoire)

J'adore les poupées russes et les histoires à tiroir ! cool

Bonjour ester,  smile

Merci pour le bain musical, même si ça ne nous rajeunit pas , mon bon monsieur !

big_smile
Pour moi, ces genres musicaux relèvent de l'intemporel. Je ne les appréhende pas sous l'angle de la durée mais de l'instant. C'est un peu absolument ronflant ce que j'écris là mais en substance ça veut dire que : punk will never die ! Oye ! Oye ! Oye ! wink  lol

Salut Archi ! smile

Dave ! lol Un choix pas innocent du tout ! Car en 77 il devait bien nous rebattre les oreilles celui-là (c'était pas le pire !) ! Merci mille fois pour ce clin d’œil moqueur ! wink

Le prochain épisode, c'est pour demain matin ! smile

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#16 26-09-2015 19:05:27

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Salut Ventcalme, smile

Quand cette randonnée est-elle devenue une épopée médiévale ?

Quelque chose me dit que tu vas bientôt comprendre... wink

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#17 27-09-2015 09:44:15

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Jour 3 : San Nicolas – (au-dessus du) Refuge de Goriz
Distance : 26.61 km
D + : 1465
D - : 845

Il est 4 H 30 du matin. Je me lève avec les poules. C’est le cas de le dire car mes petites Anglaises de hier soir s’apprêtent déjà à se mettre en marche ! hmm Je rattrape ce petit monde sur la piste. Cela ne me disait rien d’emprunter le sentier rive gauche du rio Ara en pleine nuit. Une piste est toujours claire dans l’obscurité, donc plus sûre. Et à cette heure-ci la fraîcheur est au rendez-vous. Plusieurs petites cascades au-delà du pont de Santa Elena inondent la piste déserte de leur eau désaltérante. Je fais des réserves et m’emplis comme une outre car j’entame la journée la plus rude du périple. Je ne me doute pas alors que je m’en vais tout droit aux fraises… roll

Au Puen d’os Nabarros (version aragonaise du castillan « Puente de los Navarros » connu de tous) je gagne le beau sentier de Turieto qui me mène paisiblement à la Pradera, au son des cascades étouffé par les couverts de la forêt d’autant plus dense que l’aube n’en est qu’à ses prémices. Les navettes en provenance de Torla déversent leurs quotas de randonneurs depuis 6 H 30. Il fait encore bien sombre. Les groupes se ventilent furtivement sur le parking, qui vers le cirque de Carriata, qui vers les clavijas de Cotatuero, qui vers le cirque de Soaso. Pas de candidat pour la Senda de los Cazadores en dehors de mézigue… cool

8948_la_pradera_15-09-15.jpg
La Pradera vue du mirador de Calcilarruego

Il y a de quoi gélatiner des cannes jusqu’au mirador de Calcilarruego : 700 M de dénivelée sur deux petits kilomètres. Mais ça va, j’ai trouvé mon rythme de croisière et négocie la montée au temps réglementaire d’une heure trente environ. Faut pas se plaindre, ils ont pensé aux lacets… big_smile Au vue de la topographie, c’était difficile de les oublier. Visuellement c’est un enchantement. A l’Ouest, maintenant que le jour s’est levé, la Tendeñera ressemble à un vaisseau à la dérive dans ce ciel d’azur.  smile En face, le Pico Mondarruego se hisse au pinacle de ses ambitions verticales. Je lorgne du côté de la Faja de las Flores qui me fait très envie. Une prochaine fois, peut-être. Progressivement, les choses cachées se dévoilent. L’envers du décor. Le Casque, la Tour du Marboré et, coincée comme dans une embrasure de porte, la Brèche de Roland… tongue

8948_colcharruego_1_15-09-15.jpg
Une corniche qui se déroule comme un serpent qui ondule...

8948_la_faja_de_pelay_senda_opt_15-09-15.jpg
Un sentier antique...

8948_faja_de_pelay_2_15-09-15.jpg
Le jour se lève

8948_faja_de_pelay_mondarruego_15-09-15.jpg
La Faja de las Flores, comme un bouquet de fiançaille...

8948_la_tendeaera_zoom_15-09-15.jpg
La Peña de Otal en poupe, la crête effilée de la Tendeñera file vers le ponant

8948_la_brecha_15-09-15.jpg
L'entaille de l'autre côté de la faille...

Je m’enfonce dans la faille… Singulière Faja de Pelay où il faut lever la tête pour se croire en montagne. Ou attendre que la vue se dégage vers le canyon car les lieux sont très touffus. Je trace sur ce long sentier presque plat, très patiné par le temps. L’impression d’avancer dans un bois suspendu entre ciel et terre me pénètre. smile Deux chevreuils détalent devant moi en bondissant dans les fourrés sans demander leur reste. Ce n’est qu’en vue du cirque de Soaso que la montagne reprend ses droits et qu’apparaissent les premières filets d’eau salvateurs. Ainsi que les falaises de calcaire du canyon d’Ordesa proprement dites, dominant la vallée comme les orgues dans une tour porche surplombent le chœur d’une église. La Sierra Custodia que supportent ces contreforts géants aux larmiers déchiquetés, dispensateurs de fraîcheur, me fait l’effet d’une cime écrasante et inaccessible chauffée à blanc par ce soleil d’été. Quel est donc ce pays où l’eau semble sourdre de la fournaise ? yikes cool

8948_les_orgues_dordesa_15-09-15.jpg
Les grandes orgues d'Ordesa

8948_cirque_de_soaso_las_tres_serols_16-09-15.jpg
Las Tres Serols s'esquissent dans la brume d'été : comacs les frelottes !

La grimpette au-dessus de la grande cascade de La Cola de Caballo vers le refuge de Goriz ne m’impressionne guère. C’est rien comparé à la Senda des chasseurs. Petits pas de danse sur la pierre glissante. Le souffle un peu court, j’en oublie mon panama solidement attaché à la sangle ventrale du SAD qui se dandine contre mon flanc gauche. Dans ce cul de sac atmosphérique l’air est comme en apesanteur. Un rien oppressant sous la chaleur. Les « Ola » et les « Buenos Dias » - courtois - se font plus nombreux au fur et à mesure que je me rapproche de Goriz. Dès que je repère des Français – et ils sont facilement reconnaissables parmi les Espagnols ou les autres étrangers – je dis « bonjour »… Par provocation. Je me fends la gueule intérieurement à lire de l’étonnement dans leurs yeux. Serait-il possible d’éprouver les prémices de l’ennui dans un pareil endroit ? roll

8948_rincon_de_soaso_16-09-15.jpg
Rincon de Soaso en vue

8948_plano_bernod_16-09-15.jpg
Plano Bernod : même pas mal !

Las Tres Serols se découvrent à nouveau dans le fracas du carrousel d’un hélicoptère qui ne cesse d’aller et venir autour du refuge. Il doit être à présent une heure de l’après-midi et la petite esplanade empierrée où sont disposées quelques tables en bois qu’entoure la végétation clairsemée du plat, tient plus de l’enclume minérale que de la cour d’agrément. Comme tout le monde, je vais faire de l’eau dans une sanisette car le refuge est en travaux. Je m’enfile quelques abricots secs et une ou deux gaufres au miel. Nourrissant et savoureux.

En dehors des salutations de politesse, je n’ai pas échangé un mot depuis mon admission au camping de San Nicolas hier. Les quelques rares paroles que je prononce s’arrachent à présent douloureusement de ma poitrine, comme étranglées. Un sentiment d’isolement s’insinue sournoisement en moi. sad Je ne me sens guère d’affinités avec les personnes présentes qui visiblement se sont déplacées en groupe. J’ai l’impression de faire un peu tâche ; quelques sourires furtifs échangés avec des Espagnols éreintés ne me permettent pas de surmonter ce malaise, faute de pouvoir communiquer pleinement avec eux. Et puis, le cœur n’y est pas car l’accablement est à peu près général sous ce soleil de plomb. Et ce bruit de rotor qui n’en finit pas ! yikes

8948_refugio_goriz_16-09-15.jpg
Refuge de Goriz en travaux

8948_ordesa_canyon_5_16-09-15.jpg
Sierra Custodia, au second plan : Punta Acuta

Je reprends ma route solitaire en direction de la Brèche. J’ai certes récupéré physiquement mais mon esprit ressemble de plus en plus à une canette de bière abandonnée sur un trottoir de Carhaix pendant le Festival des Vieilles Charrues. wink C’est uniquement la curiosité qui me fait mettre un pas devant l’autre. Un peu flottante comme motivation. De la Grau de Faixolunga la vue sur le chapeau chinois que dessine le Tobacor est pourtant saisissante et je distingue dans un lointain pas si éloigné le Pico Blanco, le Taillon et devine le Collado del Descargador assez proche. Les affleurements rocheux et les grosses dalles grisâtres plaquées sur l’abrupt des pentes amplifient le caractère désertique des lieux. Y a pas âme qui vive dans ce chaos. hmm Je suis pourtant un sentier bien tracé qui est surplombé d’une longue barre rocheuse. Il la faut franchir en suivant une trace cairnée lorsqu’on parvient au bout du vallon de la Herradura. Je grimpe. Docile. Mais une fois parvenu sur l’aplat, mon esprit se met à beurrer les tartines. neutral

8948_tobacor_2_16-09-15.jpg
Tobacor : l'envers du chapeau chinois

8948_vers_el_descargador_16-09-15.jpg
La Faixolunga. On y repère le Descargador où tout le monde descend et, dans le lointain, le récif du Pico Blanco...

Beaucoup sur le forum reconnaissent se demander en cours de route ce qu’ils font là. Moi c’est plutôt la crise aquaboniste que je me tape. Dans les grandes largeurs. Je n’ai aucun problème moteur mais je n’accorde plus le moindre intérêt à ce qui m’entoure. Audiard (père) aurait dit que j’ai les hannetons dans la soupente*… big_smile Mes jambes pouvaient encore me porter jusqu’à la Brèche et aux Sarradets. A quoi bon ? « Ça » décide de redescendre. Je finis par m’asseoir sur une grande pierre surmontée d’un petit cairn le long du sentier : Jobig à l’échouage pour un remorquage de la dernière chance ! yikes wink Va bien y avoir quelqu’un à passer dans ce désert qui se dirigera vers la frontière. Je lui demanderai alors dans la langue qu’il voudra, en français, en anglais, en espagnol (?), en latin ou en breton au besoin, s’il veut bien que je l’accompagne. roll Ça suffira pour relancer la machine. Seulement, y a pas lerche de monde ici ! Si, deux Portugais approchent : à l’abordage ! Fume ! Ils font le tour du Tobacor pour rejoindre les clavijas de Cotatuero !… tongue

"Pourtant le sort, caché dans l'ombre,
Se trompe si, comptant mes pas,
Il croit que le vieux marcheur sombre
Est las." **

Je me sens de plus en plus ridicule assis sur mon caillou, pas vrai Totor ? big_smile Je repars sur Goriz. Récupère sur mon chemin un poncho perdu par un quidam, le tends au gardien du refuge en même temps que ma carte d’identité. Je ne m’attarde pas et me trouve un coin d’ombre dans l’entaille où s’écoule le Barranco de Faixalunga. Mon bouquin dans les mains : « Un bonheur fou » de Giono. lol Un peu saumâtre le jeu des coïncidences significatives, non ? Je m’en foutrais des coups de savates dans le valseur… Maintenant, il n’y a plus qu’une question qui compte pour moi : comment je vais faire pour raconter un tel fiasco sur RL ? Je m’en couvre déjà le visage de cendre… wink

8948_cairn_faixolunga_16-09-15.jpg
Ma pierre de touche...

8948_senda_goriz_opt_16-09-15.jpg
La Subitialla : en route vers le grand désert de la Custodia ; l'an prochain, qui sait ?

* En argot : avoir le cafard
** Exil, Victor Hugo, 1881

Dernière modification par Jobig (27-09-2015 09:53:12)


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#18 27-09-2015 10:25:16

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011
Messages : 1 636

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bonjour Jobig,  smile

Rhalala, ma doue beniguet !
Celui-ci n'a pas mis sa Kasketenn ! neutral
C'est ça que c'est ! *
Ces chaleurs-là, nous les gens de l'Ouest, ça nous met les neurones en stand by... tongue

ça me rappelle quand je suis repartie du refuge Ouallon, et que je m'arrêtais toutes les 5 minutes.
Un petit café, au feu de bois (interdit mais en toute sécurité) et c'est reparti, toutes courbatures oubliées sur le champ. roll

Chacun sa recette.
J'attends le rebondissement avec impatience et grande curiosité !  smile  big_smile

Ps : magnifiques les paysages !  smile

Edit : * humour du Penn-ar-Bed (Finistère)

Dernière modification par ester (27-09-2015 10:26:46)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#19 27-09-2015 11:38:26

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bonjour ester,  smile

J'attends le rebondissement avec impatience et grande curiosité !

Oulala ! Parce qu'il faut un rebondissement ? D'une certaine façon, il a bien failli avoir lieu... sur les rochers de la Cola del Caballo ! big_smile big_smile big_smile

La suite, demain... smile

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#20 28-09-2015 09:24:33

zorey
HRP addict
Lieu : Pyrénées
Inscription : 07-06-2011
Messages : 2 091

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Salut Jobig !  smile

J'attends moi aussi la suite avec impatience, en plus on est demain ! tongue  smile

Jobig a écrit :

Le seigneur Vignou (j’aime bien l’expression de Zorey…)

wink Moi aussi ! big_smile


La nature nous a donné deux oreilles et une bouche pour écouter le double de ce que l'on dit.

Ourson Power

Hors ligne

#21 28-09-2015 10:05:26

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Salut zorey,  smile

Comme nous mettons le cap sur la pointe de Roscanvel tout à l'heure, il faudra attendre la soirée pour découvrir la suite des aventures de Jobig... Le texte est prêt depuis 15 jours mais l'insertion des photos s'avère très gourmande en temps. smile

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#22 28-09-2015 17:51:00

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Jour 4 : Goriz – San Nicolas (après-midi farniente)
Distance : 23.43 km
D + : 622
D - : 1416

Réveil en mode gueule de bois. Bien dormi sous la coupole aragonaise, pourtant. Mais au lever je sens une douleur familière, incisive… et mal placée. Un point de stress à l’entrejambe, à l’arrière des joyeuses, qui s’est transformé en lésion façon psoriasis. Comme d’habitude. roll Je préfère quand c'est sous l’aine. Au moins je suis libre de mes mouvements. Parce que lever les jambes pour grimper au Pas des Isards ou suivre la voie normale, là ça va être coton de chez coton. J’ai déjà donné dans ce genre de plan. Pas envie de recommencer. Je soigne. Eosine : un palliatif. Il était écrit que je n’irai pas visiter la muraille frontalière cette année encore… La mouscaille, j’vous dis. lol

Doublement ballo, car par les hauts c’est plus court pour rentrer à San Nicolas. hmm Mais je suis un marcheur de fond : je compenserai la distance par la vitesse. Cul nu dans mon pantalon pour tenter de limiter les frottements, je me trisse de ces lieux enchanteurs en me promettant d’y revenir pour laver l’affront. Ma course matinale contre le soleil reprend. Il va falloir serrer les dents…

8948_ordesa_canyon_2_28-09-15.jpg
Le Canyon d'Ordesa : un si beau cadre pour mourir...

J’amorce un retour en cascade. A toute pompe. J’ai déjà eu l’occasion de clavotter « tout le bien » que je pensais de mes Salomon Mid machin chose. Je confirme. De vrais patins à glace ! yikes Glissade incontrôlée sur une dalle oblongue un peu lustrée du côté de Cola del Caballo et il s’en faut de peu que je n’embrasse un randonneur espagnol d’âge mûr, presqu’un vieillard, qui croisait en montée et que nous ne terminions nos trajectoires respectives dans un de ces baisers de la mort, sans parachute, dont Hollywood a le secret… roll Le plus drôle fut le regard ahuri que nous posâmes l’un vers l’autre quand, comme dans un ralenti, je lui glissouillai dessus sur un seul pied. big_smile

8948_cascade_cola_de_caballo_27-09-15.jpg
Mais ce n'est pas un bon jour pour mourir... Cette cascade va me laisser un souvenir renversant !

Des cascades, des vraies, des aquatiques, bien clapotantes, je vais en serrer de près comme s’il en pleuvait. De la primesautière, de la gradinée, de l’engouffrée, de l’étrécie, un vrai jet d’eau ce Rio Arazas. L’œil moissonne le beau à chaque battement de cil dans cette vallée en U sculptée par les glaciers du Pléistocène. smile C’est une de mes consolations du jour. Je ne soupçonnais pas que la partie basse du canyon d’Ordesa fût si boisée ; une hêtraie épaisse et profonde s’offre à mes pas de moins en moins solitaires car les premiers contingents de familles espagnoles s’invitent au spectacle. Tout en haut vers le nord, le Tozal del Mallo ne me quitte plus. Il ne me ferait pas un doigt d’honneur, des fois ? lol

8948_gradas_de_soaso_2_16-09-15.jpg
Gradas de Soaso (photo archive août 2015)

8948_gradas_de_soaso_1_16-09-15.jpg
Un vrai défilé de chutes (photo archive août 2015)

8948_tozal_2_zoom_16-09-15.jpg
Le plus beau doigt d'honneur qu'on m'ait fait...

Je quitte le Rio Arazas aux berges démesurément hautes pour retrouver mon Rio Ara qui me semble bien plus rieur et accueillant que son affluent dans la lumière éclatante de cette fin de matinée. J’ouvre une parenthèse pour les amateurs/rices de baignade tonique : il existe sur le cours de l’Ara, en aval du Puente de Los Navarros, à cinq minutes de marche à peine, plusieurs piscines naturelles en eau profonde d’un bleu turquoise à faire pâlir d’envie un revendeur de lapis lazuli… Avis aux nageur(se)s !

8948_puente_de_los_navarros_16-09-15.jpg
Puen d'os Nabarros

Je remonte l’Estrecho (le détroit, le goulet) de Los Navarros par la piste, histoire de recueillir l’eau des castagnets, puis enchaîne avec le sentier jusqu’à San Nicolas. Je profite d’une après-midi ludique au bord du Rio (et surtout dedans !), dans l’odeur un peu fade des buis en suspension, pour amorcer une réflexion sur ma pratique de la haute montagne, non sans avoir au préalable vidé une ou deux San Miguel et dévoré une assiette de « patatas bravas » au refugio ! tongue Je crois qu’il y a des choses à revoir compte tenu de mon émotivité actuelle, à fleur de peau. Pourquoi ces deux tentatives avortées vers la Brèche ? Du temps perdu ? Non. Il en sortira quelque chose de bon, tôt ou tard. smile Mais en repensant à la journée d’hier je me dis que j’aurais mieux fait d’emporter mon baladeur (+ 27 g)… Combattre le mal par le mal en quelque sorte ?… wink

8948_rio_ara_trou_deau_19-09-15.jpg
Le rio rieur et son trou à rat...

8948_bain_2_grima_19-09-15.jpg
Pépère prend son bain de siège...

Une conversation (en anglais !) avec quelques employés du refugio m’invite à penser que la Bretagne jouit d’une excellente image et attise la curiosité dans ce petit coin de Sobrarbe. Un autre motif de satisfaction ! smile
Ce soir, on sent que la météo va changer : l’atmosphère s’alourdit.  hmm


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#23 29-09-2015 18:44:47

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 669

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Salut Jobig,

Je me reconnecte en douceur et découvre ta marche du temps perdu.
Ta prose est toujours aussi plaisante, imagée et référencée wink
Ce secteur d’Ordesa est assez envoûtant, à la fois spectaculaire, contrasté et parfois intimidant en fonction des conditions météo.
Hâte de lire la suite de tes pérégrinations et le dénouement de cette histoire contée smile

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#24 29-09-2015 18:46:34

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Jour 5 : San Nicolas – Aire de bivouac du Clot/Pont d’Espagne
Distance : 29.73 km
D + : 1490
D - : 1355

Il fait encore beau quand je lève le camp vers 6 H 45. Pour combien de temps ? Je me hâte sur le GR 11 déjà parcouru l’an dernier dans l’autre sens. Cette fois-ci, j’accorde un plus grand intérêt aux vallées voisines qui sont perpendiculaires à celle du Rio Ara : Otal, Ordiso, Espelunz, Batans. Toutes conduisent vers des voies de crêtes (ou des lacs) en Comarca de Sallent. Autant de destinations à la journée pour les vacances familiales qui s’annoncent à la fin du mois… smile

8948_valle_de_otal_19-09-15.jpg
Vers la Valle de Otal

8948_crapera_19-09-15.jpg
La Craprera surplombant San Nicolas

8948_valle_de_espelunz_17-09-15.jpg
La Valle Espeluns : une magnifique échancrure s'ouvrant sur le Rio Ara

L’ombre protectrice de la montagne m’abandonne définitivement quand j’entame l’ascension des premiers raidillons au-dessus du grand confluent de Mallata Batans. J’aurai croisé plus de vaches que d’hommes sur ce trajet… big_smile Ça a beau arquer dur, la vue surplombante en direction de la Tendeñera me transporte comme la première fois. Cette vallée de l’Ara est sécurisante avec ses couleurs très claires, très douces où le gris galet domine. Et si hospitalière : j’ai compté pas moins d’une dizaine de points d’eau potable sur les 16 km de parcours depuis San Nicolas. Je la contemple de longues minutes au comble du ravissement. smile smile smile

8948_rio_ara_1_17-09-15.jpg
Rio Ara en mode ascensionnel. En bas, c'est El vado d'Ordiso

8948_valle_de_batanes_2_17-09-15.jpg
Valle Batans ; la voie du GR 11 vers Brazato et Baños

8948_ressaut_vers_cirque_rio_ara_17-09-15.jpg
Du ressort pour un ressaut

Je reprends ma route dans les combes cerbillonaires. La lueur implacable du soleil éclate sur la roche nue, calorifuge. L’itinéraire bis en direction du cirque se dessine sur une gigantesque terrasse, de l’autre côté du rio. Je suis sa trace des yeux mais la perds un peu dans les pierriers. Au-dessus, le col de Letrero couronne en surplomb un névé vertical disposé en médaillon sur le chaos rocailleux de la pente. Comment ça passe par là ? Derrière le col, les lacs de Gramatuero, Bachimaña, le Port du Marcadau… Ne devais-je pas naviguer dans ces parages initialement ? C’est si loin maintenant qu’il y a prescription ! big_smile

8948_pico_de_las_neberas_17-09-15.jpg
Pico de la Neberas. A gauche le col de Letrero

8948_cerbillona_17-09-15.jpg
Pic Longue, col du clot de la Hount, Cerbillona

Je m’arrête pour la pause casse-croûte à l’ombre d’un rocher en plein milieu du cirque. Un peu plus haut, quelques traces anciennes de la Senda conduisent à un névé.  A la verticale de celui-ci, je remarque un gros bloc de pierre situé à 2400 M d’altitude environ le long duquel les usagers de l’autoroute Arratille/Mulets ont le bon goût de transiter. Un raccourcis ! Il suffit de tracer en zigzag à travers le pierrier (qui me paraît stable) sur une centaine de mètres de dénivelée et, en visant ce repère, rejoindre recta le sentier en balcon au lieu de se dérouter vers le sentier en lacets qui conduit au col des Mulets pour devoir bifurquer à gauche ensuite. smile

Ma traversée baroque ne passe pas inaperçue.

« Vous étiez en Espagne ? » Me demande avec gourmandise une jeune femme – une Bretonne ! – venant du col d’Arratille.
« J’en viens, ‘fectivement… » Et d’embrasser le paysage grandiose d’un geste large du bras.

L’air de rien, on s’improvise tous les deux une bonne petite bavette en bordure de précipice comme on le ferait sur le bord d’un trottoir un  jour de marché. tongue Quelques groupes de marcheurs nous interrompent de temps en temps car le passage est étroit mais cela me fait un bien fou ! On finit tout de même par se quitter (elle poursuit jusqu’à Baysellance). Gonflé à bloc, j’atteins le col d’Arratille à la cadence de pas plus tard que tout de suite. cool Court arrêt buffet au lac éponyme (le grand !). La canicule tourne franchement à l’orage. L’air est aussi lourd qu’un sac Bergam sur le dos d’un MUL. lol Telle une étuve irrespirable, la montagne s’est vidée de ses hôtes ; je repère ça et là, non loin du sentier, quelques silhouettes blotties sous le maigre couvert des pins sylvestres : les places sont chères ! Je finis par me dégotter un arbre et m’y réfugie à mon tour. La Géhenne sans un pet de vent ! Mais à l’ombre des branchages je mesure combien le paysage est magnifique sous cet éclairage intense. smile

8948_p1010765_16-09-15.jpg
Un morceau du nouveau Parlement de Bretagne

8948_pano_col_darratille_17-09-15.jpg
Que du splendide ; lac d'Arratille (facile), Grande Fache, Balaïtous, Pène d'Aragon, Pic de Cambalès, Tête de l'Ours, Pic de Bernat, Pic Arrouy, Soum de Bassia, Cardinquère...

Je reprends mon courage à deux pieds. Direction le plateau du Cayan. Je double un groupe de 4 randonneurs bien chargés. Tendus les mecs. Des sacs plastiques remplis de je ne sais quoi (et de je ne veux pas le savoir !) ballottent sur les SAD qui en ont déjà plein la besace. Je note l’inévitable mug ou quart accroché au sac comme un talisman. C’est une épidémie ! roll L’homme de queue (n’allez surtout pas vous imaginer des obscénités !), en légère surcharge pondérale, commence à gober les mouches… L’orage qui menace ? Ou le dénouement d’une mortelle randonnée ?… Je presse le pas.

Arrivée au Clot. Pour cette dernière nuit, je n’ai pas envie de réitérer mes exploits d’il y a quelques jours. wink Je prendrai uniquement mon repas au refuge. Les trente bornes se font douloureusement sentir… Surtout au niveau de l’entrejambe (plaie ouverte à vif, je termine sur la marche des canards : il était temps d’arrêter… roll ) et de la plante des pieds (maudites godasses ! mad ). Je me pose sur l’aire de bivouac en compagnie de trois jeunes hommes porteurs de 60 L. Dans un premier temps, je me contente d’enfiler mon couchage du soir dans le sursac. Excès d’optimisme ?

Mes lurons zieutent avec de plus en plus d’insistance vers mon « spot ». Il y en a un qui se décide enfin à m’aborder. Un Bigouden ! Un curieux… Ce qui attise sa curiosité n’est autre que mon sursac fait maison qui me permet de dormir à la belle étoile sous une couette alors que eux se tapent chacun leur Q…..a munie d’arceaux pléthoriques d’un quintal la pièce, dans un sac en attente désespérée d’optimisation… roll J’explique la composition et mes trucs de confection. Les autres se sont rapprochés, des Bretons du Pays Gallo. Candide, je les entreprends sur le thème de la marche légère, leur explique qu’il existe un site de référence francophone dans ce domaine, RL. Mais, pas de ça, Lisette ! On-n-en-veut-pas ! neutral

« Sur un forum, quand l’un dit blanc, l’autre dit noir ! » Me rétorque-t-on, très péremptoire. Bien une réflexion de Breton, avec ce sens inné de la contradiction entêtée… ou de l’entêtement dans la contradiction. J’insiste pas. Faut prendre le client dans le sens du poil et laisser venir. wink Mon Bigouden revient de lui-même sur le sursac : j’en remets une couche sur les matériaux utilisés. L’aspect technique l’accroche. Je sens qu’il a envie. La curiosité le poussera-t-elle, mine de rien, à venir piocher chez les MULs en futur lecteur de Randonnée Léger ? hmm

L’aire du Clot, c’est le paradis des moucherons et des moustiques. A neuf heures du soir, tout le monde doit se replier dans sa tente alors que la chaleur est toujours aussi étouffante. Tout le monde, sauf bibi et sa moustiquaire de tête ultralégère qui lui permet d’écouter sans dégâts, sous un ciel crépusculaire cloué d’étoiles (ça n’a pas duré !), le Cantique des Cantiques interprété par Rodolphe Burger sur lequel Pépère finit par s’endormir comme un bienheureux… wink Avant d’être réveillé par les coups de gueule tonitruants de l’orage qui craque brutalement au beau milieu de la nuit ! Branle-bas pour monter une ébauche d'abri à l’aveugle sous des hallebardes… tongue Cette lustration nocturne m’aura-t-elle lavé de tous les avatars de la nostalgie qui m’ont hantés au cours de ce cheminement confus ? On peut le supposer. Parce qu’une douche comme celle-là, ça calme son bonhomme, croyez-moi ! big_smile

La réponse au mois de septembre, peut-être… smile

8948_ombre_a_retenir_15-09-15.jpg
Des nervures du temps fossilisées comme suspendues à l'ombre de Jobig

Epilogue ou grand bavardage :

Cette sortie a été un bel échec… Mais je ne regrette rien ! Je me suis beaucoup amusé à rédiger le récit que j’en ai tiré. Je suis bien conscient que ce n’est pas un « format » dont les habitués du forum font leur miel. Mes 100 km en montagne sur sentier plus ou moins balisés, un peu ternes et sans difficulté (je ne fournis aucune trace sur Openrunner, c’est inutile), et foirés de surcroît, n’ont vraiment pas de quoi faire rêver. roll

Je veux exprimer ici toute ma gratitude à ester pour le fil qu’elle avait  intitulé si joliment « La première page », quelques jours avant mon départ pour les Pyrénées en juillet. smile Elle en sera la première étonnée, je pense. Car son propos n’avait aucun rapport avec ce que la part la plus irrationnelle de moi-même – mon ombre – avait pu en retenir. Son texte* - habilement construit - en suscitant ma surprise, a, en quelques jours, débloqué quelques mécanismes inconscients de ma mémoire, sur fond, il est vrai, de séances de sophrologie. wink C’est ainsi que j’ai pu me rappeler, au hasard d’une nuit blanche, de « Françoise » que j’avais totalement occultée et, de fil en aiguille, d’autres souvenirs ont surgi en cascade, aussi importants pour ma propre compréhension de ce que je suis devenu depuis cette bluette d’adolescent (laquelle eut un rapport funeste avec les Pyrénées…). smile Je pense que sans ce sursaut mnésique, je me serais rapatrié piteusement chez moi (pour la plus grande joie de mon épouse ! enfin, je grossis un peu le trait là…) et, dans la foulée, aurais liquidé – la mort dans l’âme, faut bien le reconnaître - mon compte RL par dessus le marché ! roll

Quel est le rapport avec la randonnée légère ? Probablement aucun, serai-je tenté de dire à brûle pourpoint. Pas si sûr. Car celle-ci sert à la fois de prétexte – fortuit – et de contexte à un retour sur soi, à un moment charnière de l’existence, qui commence à porter ses fruits… Sur un autre plan, j’ai aussi compris qu’il valait mieux que je me laisse une plus grande marge de plaisir en prenant mes distances avec une pratique valorisant exagérément la performance.

La marche légère, et à plus forte raison ultralégère, permet d’aller plus vite, plus loin (et plus sûrement !) et plus longtemps sans – trop – de dommages (en ce qui me concerne, c’est plus un investissement à long terme… wink roll ) mais ces plus-là additionnés provoquent chez moi (en tout cas cette année et tout particulièrement en montagne…) de l’appréhension, un sentiment indésirable « d’être tenu à », surtout en amont, au moment de la préparation... sad C’est un paradoxe. Mais dans mon cas, à l’heure où je rédige ces lignes, c’est comme si on prescrivait du sucre à un diabétique ou une cure de stress à un anxieux.  wink Je continuerai, cela va de soi, à m’alléger (et aiderai les autres à en faire autant dans la mesure de mes compétences !) car je trouve le concept on ne peut plus judicieux, mais j’irai moins loin, moins vite et tout aussi sûrement en éprouverai un plaisir décuplé. Et si j’accomplis des performances à l’avenir, ce sera à l’insu de mon plein gré ! (en fait, elles viendront naturellement - j’ai encore de la ressource physique - sans que j’y pense… parce qu’il ne faut surtout pas que j’y pense !) big_smile

De même, je décide de m’affranchir définitif des nuitées en refuge (sauf exception : météo…) notamment la première nuit, et de reconquérir ma liberté. On dort mieux en bivouac de toute façon ; il n’y a qu’à voir les tronches de ceux qui sortent des dortoirs au petit matin (un bon argument en faveur de la MUL)... En revanche, je ne m’interdirai pas pour autant d’y manger, disons un soir sur deux, pour le plaisir des rencontres et des discussions improvisées avec des inconnus. C’est à mes yeux le sel de mes sorties solitaires. Un autre paradoxe ! smile

Un mot sur la diffusion de la pratique de la MUL. Le sujet a été abordé plusieurs fois cet été respectivement par Archimboldi, ester et sous un angle différent par Galou83. J’ajoute mon témoignage et quelques éléments de réflexion. Cet été, j’ai eu exceptionnellement l’occasion de rayonner dans un périmètre d’une quarantaine de km² en plein cœur de la chaîne des Pyrénées, à différentes périodes : juillet (5 jours, le présent CR), début août (ballades à la journée), septembre (4 jours qui feront l’objet d’un retour).

Je n’ai en tout et pour tout eu l’occasion de traiter verbalement le thème de la randonnée légère que 4 fois au cours de ces 14 jours passés en montagne ! hmm Comme je l’explique plus haut, le bilan est maigre : dur de changer les habitudes. Faut vraiment aimer bivouaquer, marcher en autonomie, pour y porter de l’intérêt (et encore !…) ; or le bivouac est une pratique minoritaire, quant à la recherche de l’autonomie... roll
Je n’ai pas vu le moindre abri (sauf une tente ultralégère MSR… au camping Ordesa près de Torla !). Que des tentes Q ! hmm
Le seul couple qui avait connaissance du concept ne le pratiquait pas (et pour cause : c’étaient des « itinérants ») ! J’avais saisi au bond leur conversation mais je m’étais rapidement rendu compte que celle-ci tenait plus du bavardage anecdotique et mondain entre bobos. J’avais alors décroché car j’étais sûr de perdre mon temps et m’étais mêlé à un autre groupe dont les centres d’intérêt et l’attitude étaient plus proches des miens et plus réjouissants.

Les « petits sacs » c’était de la rando à la journée. En dehors de ce cadre, on entre dans le monstrueux… ou dans le tourisme de « masse » avec le développement de l’itinérance de refuge en refuge (je caricature : pas de nourriture sur soi, mais toute la garde robe passe dans le SAD, y compris le linge de nuit et la salle de bain car on embarque tout ce que l’industrie des cosmétiques peut proposer de produits de beauté, de soins du corps en tout genre… et ce n’est pas une exclusivité féminine !) tongue

Le seul qui avait une pratique ultralégère (sans connaître le concept) et l’œil affûté fut le gardien du camping de San Nicolas, un Aragonais du même âge que moi, avec qui j’ai pas mal échangé (en anglais) : lui aussi venait de dormir le WE précédent dans un sursac à la belle étoile en haute montagne. J’ai pu pareillement observer quelques bergers au travail qui vivaient en mode nomade sur le terrain (en septembre, j’y reviendrai dans mon prochain CR) : à l’exception du SAD, leur équipement était vraiment optimisé. J’ai dû croiser très brièvement 2 individus randonnant en autonomie que je serais tenté de classer dans la MUL : un Espagnol et probablement un Français (sur lequel j’ai un doute car je l’ai aperçu d’assez loin ; mais l’allure, le sac minuscule, le piolet plaidaient en sa faveur). C’est tout. Bien sûr, on ne peut généraliser sur ce simple témoignage. smile

Ester rapporte une expérience bien différente. Sa démarche semble avoir attiré davantage l’attention et soulevé plus d’enthousiasme. Pourquoi ? Parce qu’elle s’est trouvée au bon moment au bon endroit ? Parce que sa qualité de femme solitaire,  autonome et sociable en milieu montagnard accroche plus facilement le regard et suscite l’intérêt ? Parce qu’ester est douée d’un charisme irrésistible (je n’en sais rien) ? big_smile

De toute évidence, la MUL manque de visibilité. C’est peut-être la rançon d’une pratique majoritairement adoptée par des solitaires. Lesquels, par définition, passent davantage inaperçus dans la masse des randonneurs. Et passent d’autant plus inaperçus et seront d’autant moins suivis qu’ils cultivent eux-mêmes une certaine marginalité. Est-ce que cette tendance est spécifiquement française ? A quand des missions en binômes pour porter la bonne nouvelle sur le terrain (à la manière des apôtres ou des missi dominici, une vieille méthode qui a fait ses preuves) ? Il est, en effet, plus facile d’orienter une conversation à deux et on se rend un peu plus visibles et plus influents ensemble. smile A moins de recruter massivement des ambassadrices ? wink D’une certaine façon, j’ai l’intuition que les MULs sont encore des semeurs d’idées qui ne semblent pas avoir atteint le statut d’attracteurs d’opinion… En dépit de l’excellent site que constitue RL. Faut-il envisager un plan de communication dans d’autres médias ? On peut tout aussi bien se satisfaire de la situation actuelle. Ce serait également un choix honorable. smile

La liste et les commentaires sur le matos suivent.

* La première page d’un roman de Garcia Marquez qu’on arrache… Une pratique singulière cultivée par ester et par ses épigones… wink « Cent ans de solitude » puisque c’est le titre de ce roman qui traite de l’acculturation de masse, de l’insomnie conduisant à l’amnésie, de la nostalgie en tant qu’expression de la mémoire, elle-même composante de l’identité collective autant qu’individuelle. Un thème cher à Jobig, dont la convocation n’avait vraiment rien de déstabilisant en soi, mais le diable se cache toujours dans les détails…


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

#25 29-09-2015 19:12:28

Jobig
Membre
Lieu : Breizh
Inscription : 01-07-2014
Messages : 1 169

Re : [Récit + liste] La marche du temps perdu - Alto Aragon juillet 2015

Bonsoir Flo,  smile

Te voilà exaucée ! puisque nos envois viennent de se croiser ! Je suis bien content de te retrouver sur le site. smile

J'espère que ta traversée s'est bien déroulée ! J'y ai pensé lors de mon retour dans les Pyrénées début septembre (ça me paraît très loin maintenant !). T'étais dans quel secteur vers le 9 ? En ce qui me concerne, je croisais entre Bachimaña et Gramatuero...

Ce secteur d’Ordesa est assez envoûtant, à la fois spectaculaire, contrasté et parfois intimidant en fonction des conditions météo.

J'y retournerai l'an prochain à la mi-juillet. C'est vraiment très beau. Et puis, je veux absolument grimper à cette f..... brèche !  tongue  big_smile

Jobig


From each according to their ability, to each according to their needs.

Hors ligne

Pied de page des forums