Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 22-02-2016 17:15:52

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 047

[Récit + liste] Rêveries lapones

L'apleng -l'aventurier polaire léger de l'extrême nord glacé-, aussi appelé "gros barjot" par la communauté non-scientifique est une espèce de randonneur divisée en deux ordres :
Le premier est celui des "raquettoïpédoformus", le second celui des "pédoplanchoformus".

L'un comme l'autre se caractérisent par une saison des amours très courte, de l'ordre de quelques semaines par an, le reste de l'année se passant dans une cave réfrigérée, parce que "fait vraiment trop chaud dehors".
Les femelles sous leurs vêtements de plumes ne se distinguent des males que par leurs chants, ressemblant à "Kyllikki". Généralement très discrètes, ne se montrant que quelques heures par jour afin de préserver leur réputation de beautées froides et distantes, parfois cruelles, les males courtisent donc différents partenaires au cours d'une même saison, en des points géographiques parfois très éloignés.

Dans notre numéro du jour, nous nous pencherons sur un binome que nous connaissons déjà. De l'ordre des "raquettoïpédoformus", sous-ordre "cabanophile", leur technique semble bien rodée, soulignons la manière d'approcher la femelle/Grande Dame en formation triangle à deux côtés, particulièrement efficace. Nous nous attarderons notamment sur les techniques utilisées de part et d'autres, et un récapitulatif présentera en fin d'article l'ensemble du matériel utilisé durant ce reportage. Un reportage Finlande 3 Laponie, parce que nos régions ont du talent.


Après un voyage particulièrement éprouvant, nos deux amis posent à Ivalo leurs bagages remplis de victuailles, connaissant bien la maxime "on n'attrape pas une femelle avec du vinaigre". L'ambiance est torride depuis une semaine dans la région, la concurence sera probablement rude.
L'objectif en venant ici est d'atteindre le musée Sami d'Inari, au nord. Afin de demander à Fred et Sami comment qu'on fait les bébés.

6593_img_0707_22-02-16.jpg

6593_img_0711_22-02-16.jpg

Cette première journée, dite d'acclimatation, sera comme souvent brutale. La piste de l'aéroport oblige à un long détour, la neige ne porte pas, et la rivière n'est qu'à moitié gelée. Des heures et des kilomètres perdus, le lac Pasasjärvi n'est atteint qu'à la tombée de la nuit.

6593_img_0713_22-02-16.jpg

Une équipe n'étant rien sans communication, Archimboldi demande à Blork s'il est prêt à continuer. Et celui-ci de répondre "avançons, on verra bien. Au moins passer ce lac (de 6 ou 7 km)".
Les rêveries de progression sauvage se sont effacées devant la réalité du terrain, bénie soit la trace de moto-neige !
La glace n'est pas totalement gelée, les frontales sont sorties, obligation de pauses régulières pour soulager les épaules et le dos. Une cabane peut peut-être être atteinte ce soir, sans se dire un mot, chacun s'appuie sur l'autre pour se motiver à avancer. Si l'autre ne s'arrête pas, c'est qu'il est toujours motivé, à moi donc de me pousser à continuer !

Les groupes de rennes s'enchainent depuis le départ, le duo en pousse un nouveau vers l'avant. Les sacs sont lourds, mais le coeur léger. Plus que 800 mètres. Extrèmement frustrant, à la frontale on ne distingue qu'un très vague et lointain mur de Sylvestres (mais sans Titi).
Lac terminé, on continue sur Pasaslompola. Plus d'eau, pas envie de faire du feu maintenant.
Le ciel est dégagé, espoir d'aurores dès ce soir.
Grimpette, pataugage dans la flotte, qui regèle instantanément sur les chaussures, raquettes et batons. Blork n'en peut plus, on le sent épuisé, sur le point de craquer à quelques kilomètres de l'objectif. Ce sera vraiment une cabane ? Mon gps indique un lean-to. Ce serait déjà mieux que rien, sans doute du bois déjà coupé, plus facile pour démarrer un feu que de le chercher.
Se forcer à ne pas faire de pauses tous les 200 mètres. Les grognements en soulevant les sacs deviennent de plus en forts, la fatigue est de plus en plus palpable aussi.
De la montée, Blork déteste ça. Dernier lac, il devrait y avoir quelque chose à l'autre bout. Le ciel s'est recouvert.
Archi pars en éclaireur, yes, tout petit refuge, avec un poele et une réserve de bois à côté. Environ 25 km fait entre 10 et 21h passée.
Blork mettra encore de longues minutes à arriver, il s'écroule sur la banquette tandis que son compère lance le feu, la fonte et le repas du soir. Il confie qu'en fait, le "avançons" au moment de commencer le lac voulait dire "ouais non, là je suis crevé". Parfois, il vaut mieux être très clair. big_smile
Il me déteste. Ce que c'est d'être un apleng ! tongue

6593_img_0721_22-02-16.jpg

Au matin, nos deux aventuriers se réveillent ... pour mieux se recoucher. Blork est arrivé dans un état grippal, et a en plus de vives douleurs dans les jambes.
Hop, une journée passée à ne pas faire grand-chose. La fonte de neige et la coupe de bois occuperont une partie de la journée.
Envie de crêpes. Un bout de bois a vaguement une forme de spatule. Quelques coups de couteaux pour améliorer ça, on mélange lait en poudre, beurre, farine, sucre, huile et eau, et c'est prêêêêêt !

6593_img_0726_22-02-16.jpg

Dehors, la Grande Dame semble encourager nos deux héros en leur envoyant des rênnes et de jolis paysages. Rêve d'une course de traineaux. On cherche Rudolph, celui avec le nez rouge, mais il semble bien caché.
Il est 13h, la nuit commence déjà à tomber, la luminosité est bizarre..

6593_img_0724_22-02-16.jpg

6593_img_0748_22-02-16.jpg

Retour à l'intérieur, cuisson de haricots rouges. Les raquettes sont bien alignées, le poele ronronne, les chaussures en rang, les orteils tournés vers le ciel. Rêvasserie. Blork ronfle comme un bienheureux. Ou un mec épuisé. Les murs ont des traces de coups, comme s'ils avaient été taillés à la hache. C'est de la mousse qui a été utilisée pour colmater les interstices ?

6593_img_0727_22-02-16.jpg

6593_img_0729_22-02-16.jpg

6593_img_0732_22-02-16.jpg

Journée bizarre, pays bizarre, je note dans mon carnet "la Laponie est un poème à elle seule".


Réveil à 8 h le lendemain, départ tôt pour traverser les lacs Rautojärvi et Avhenjärvi. La piste de moto-neige nous mène gentiment jusqu'au pied du méga-lac (environ 7 ou 8 km de long, il sera fait demain) Sokerilhati, à l'ouest.

6593_img_0734_22-02-16.jpg
Bye bye

6593_img_0741_22-02-16.jpg

Gentiment lorsque l'on évolue en milieu forestier, autrement dès que c'est du lac, c'est encore une fois à moitié gelé, et crac, et plouf le pied et la raquette, ô joie le surpoids de plusieurs kilos. On verra deux moto-neiges, qui semblent distribuer de la paille aux rennes des neiges (libéréééééééé, délivréééééééé).

6593_img_0759_22-02-16.jpg

C'est plus qu'agréable, c'est un décor de paradis. smile

6593_img_0765_22-02-16.jpg

6593_img_0768_22-02-16.jpg

6593_img_0773_22-02-16.jpg

6593_img_0777_22-02-16.jpg

6593_img_0778_22-02-16.jpg

Arrivée donc sans encombre au pied du lac, maintenant, direction plein sud sur 3 km, toujours via un lac, pour une autre cabane. La trace est vieille, le vent souffle et la neige tombe, mais l'on réussit à ne pas la perdre. C'est tout de même passablement fatigué qu'on arrive à destination. Pas de réserve de bois, on passe quelques heures à collecter avec de la neige au dessus du genou.

6593_img_0789_22-02-16.jpg

Difficile de reconnaitre les arbres morts, j'ai même vu un arbre littérallement plié en deux, comprendre le sommet contre son tronc comme s'il étirait son dos,  qui n'était pas mort.

Le poele resemble à de la récupération, on dirait un vieux tonneau en fonte, avec une toute petite ouverture sur le dessus. Délicat à allumer, chiant à alimenter, mais efficace, et le tuyau tire bien. On réussira même à le faire chauffer au rouge, pour le voir presque s'éteindre peu après.

6593_img_0782_22-02-16.jpg


Réveil à 8h, dehors le paysage est blanc. Plus que blanc en réalité, une vingtaine de cm s'est déposée pendant la nuit, et ça continue de tomber.
Craintes confirmées, Blork a une tendinite au tendon d'achille. C'est moi qui ferai les traces dès que le terrain sera compliqué, afin de le ménager. Pour le moment, ça ne l'empêche pas de marcher, il n'y a qu'une quinzaine de bornes à faire.

6593_img_0785_23-02-16.jpg

Les sacs pèsent toujours une blinde, mais le retour sur le lac est facile dans les traces de la veille.
On trompe notre inquiétude de perdre la trace sur le lac en blaguant. C'est le weekend, on se dit qu'il y aura sûrement foule. Des courses de motoneiges sur un circuit de glace. Avec des loopings. Des stands de hot-dogs pour regagner des points de vie et soigner les tendinites du talon d'achille. Un bus de chinois qui prennent des photos. Un bus des neiges evidemment. Avec des pom pom rennes en mini-jupes.

Reflexion du jour : "c'est con un renne".

Au lac, plus de trace. Le gps n'était pas allumé lors de l'aller, donc aucune trace à suivre, il ne faudra que quelques mètres pour se retrouver enfoncé, au mollet ou à la cuisse selon les endroits, presque jusqu'au sol. Vent qui souffle, petite neige désagréable qui oblige à porter les lunettes de soleil. Groumpf !

Je pars sur un rythme tranquille, inutile de s'exciter et transpirer. On a 3 km à faire pour rattraper l'autoroute à moto-neige. Je mens en estimant la vitesse à 1 km/h, on est plutôt à 500 ou 600 mètres de l'heure.
Progression lente, visibilité pas top, on voit une moto-neige passer devant nous à 200 mètres.
Un moment qui nous semblera long  sera nécessaire pour l'atteindre. Le conducteur nous a reperé (et sans doute vu galérer). Il vient à notre rencontre sur son engin, s'arrête à notre hauteur.
Quelle est la première chose qu'il nous demande ? "Vous n'avez pas de skis ? " big_smile big_smile

On sent dans son attitude la volonté de rendre service : il fait l'effort de parler anglais. Malgré la façon dont on écorche les noms, il comprend notre itinéraire. Je doute qu'un touriste dans un coin de campagne française rencontre tant de mansuétude.
Il traine une espèce de grosse luge derrière lui, il nous demande si on veut monter pour aller jusqu'au lap pole (un tipi en bois) que l'on vise pour ce soir. Je laisse Blork répondre, c'est pas moi le blessé. Monter comme ne pas monter me conviendrait. Faire de la luge tiré par une moto-neige, l'occasion ne se présentera pas tous les jours. D'un autre côté, profiter des paysages me plairait aussi, le premier long lac que l'on a passé l'a été de nuit, on n'en a pas vu grand-chose...

Il choisit de marcher. On le remercie pour la belle trace qu'il nous fait, il repart.

6593_img_0793_23-02-16.jpg

3 km de faits jusqu'à l'autoroute, le paysage est bouché. Ultime passage sous les arbres, c'est parti pour 3 h de tout droit sur le Sokerilhati. Pour se mettre tout de suite dans le bain, on se trempe les pieds dès les premiers mètres. La motoneige passe vite. Nous pas.

6593_img_0795_23-02-16.jpg
Midi 20. Si si...

C'est long, horriblement long. Pire, comme j'ai eu le malheur d'essayer des srn, je sais à quel point je pourrais me faire plaisir sur une étendue comme ça.
On ne voit rien, c'est bouché de tous les côtés, les seuls points de repères sont des piquets plantés à peu près tous les 100 mètres. Blork s'amuse à les compter, et on compare de temps en temps ses estimations (souvent très justes) avec le gps.
Régulièrement, il y a des portions à moitié degelées qu'il faut éviter. Ce que l'on fait avec plus ou moins de succès.

Mes chaussures et raquettes sont couvertes de glace, mon esprit commence à en avoir vraiment marre, je chantonne jour de neige sur l'air (bourrin) de frostbiten. Oui, c'est possible.
Quelques instants plus tard, je me prends pour un renne. Non, pas un renne finalement, un sanglier. Un sanglier des neiges. Et pourquoi pas ? Après tout, j'ai montré que j'avais la science du poele. D'ailleurs, j'en ai au menton.
Je m'arrête un peu plus loin pour masser mes sabots, ça devenait de plus en plus insupportable depuis une heure. Tout est trempé, fripé, blanc, le paysage comme mes pieds. Premières ampoules, moi qui n'en fait jamais. Changement de chaussettes, elles sont trempées en quelques minutes.
Un peu de soleil, ça se dégage quelques instants, juste le temps de voir qu'on est encore loin d'en avoir fini. Et le vent se lève, la neige retombe, on retourne dans le brouillard.
J'ai mal aux pieds, Blork à son tendon. Lui aussi commence à me parler de skis. Rhaaaaa ...

On rale, mais on ne progresse pas si mal. On le voit dès que l'un fait un "arrêt technique", l'autre avance d'un bon piquet.

Lac ENFIN terminé, environ 5 bornes restantes (à vol d'oiseau) pour attendre l'abri. Blork est "dans l'état du premier soir" malgré les jours passés et les kilos consommés. Je suis sûr qu'il ne boit pas assez.

6593_img_0796_23-02-16.jpg

Assez peu de souvenirs de cette ultime partie, hormis que je la trouve agréable du fait de son caractère forestier. Le coéquipier beaucoup moins, il a l'impression que sa chaussure fait une bosse pour appuyer sur son tendon. Et il y a de petites montées (20 mètres) qui semblent le faire salement souffrir.

6593_img_0799_23-02-16.jpg

De plus dans les deux derniers kilomètres, la trace que l'on suit ne rencontre plus le balisage qu'elle empruntait depuis le départ. On est toujours dans la bonne direction, c'est de la descente, allez on se motive, ce serait cool d'arriver avant la nuit.

6593_img_0801_23-02-16.jpg

Dernier lac, on est à moins de 30 minutes de l'obligation d'utiliser les frontales. Il nous semble repérer quelque chose, mais on est tous les deux si claqués que c'est difficile d'avoir des certitudes.
"Ce pourrait être un arbre. Un arbre trolleur, à ne pas confondre avec le troll arboricole, ou l'ent, son cousin. "

C'est bien le lap pole que l'on esperait. Coup d'oeil, y'a même un poele à l'intérieur, c'est beau, c'est bien situé, c'est spacieux. Même des toilettes sèches. A cette constatation, mon transit se réveille. L'occasion de découvrir que la technique dite "de la boule de neige", quand la neige n'est pas coopérative et qu'on est pressé, eh bien je ne suis pas certain qu'elle vaille les 10 grammes economisés de pq...

Blork en ayant fini avec ses médicaments, on met une claque à notre réserve d'alcool. Un peu trop en ce qui me concerne, on ira couper du bois demain, ce sera plus prudent.
Ce soir, c'est spaetzle, mmmmh !

6593_img_0833_23-02-16.jpg


J'ai toujours chaud aux pieds. Cette nuit, j'ai pourtant du les planquer sous la couette. Et même enfiler chaussettes et bonnet. -4 au matin à l'intérieur, pareil dehors. Rayonnement du poele ou pas, l'apleng avisé ne viendra pas en Laponie sans moyen de couchage adapté. Cabanophile ou non, sauf à se relayer pour nourrir le poele toutes les 90 minutes.

Blork a mal au tendon même en étant allongé. Il se lève et boite instantanément. Journée de repos !

6593_img_0834_26-02-16.jpg

6593_img_0843_26-02-16.jpg

6593_img_0845_26-02-16.jpg

6593_img_0851_26-02-16.jpg

Quelques photos du coin, fonte de neige, tournées de thé, préparation des boules de neige à côté des toilettes (environ 30 minutes pour une dizaine de boules. Je prends de la neige, essaie de la compresser un peu, la garde entre mes mains pour que la chaleur la rende un peu plus solide, recompresse, et recommence jusqu'à arriver a quelque chose qui ne tombe pas en miettes. Galère...), il est midi, c'est l'heure de la pizza.

6593_img_0852_26-02-16.jpg

Farine, sel, eau, levure chimique. Pétrir à la main, avoir mal aux poignets, refiler la boule de pate au pote. Une Nalgene fait un bon rouleau à patisserie. Le plat est un plat à tarte en alu, recouvert de papier cuisson. Garnir de rondelles de chorizo, de saucisson et viandes sechées diverses, de rondelles d'ananas sechés, de poivrons frais, d'oignon frais et de différents fromages.
Recouvrir d'un second plat en alu, poser sur le poele, attendre.
On a tenté de cuire d'abord la pate, puis d'ajouter la garniture, il nous a semblé mieux de tout faire ensemble, sinon la pate brule avant que ce qui est posé dessus soit bien.
L'alimentation du poele est importante, faut le faire turbiner sinon on n'arrive pas à faire fondre le fromage, le poele est chaud sur les côtés, mais peu sur le dessus.

Dis donc, c'est que ça sent bon tout ça !

6593_img_0853_26-02-16.jpg

Le ventre plein, on enfile les chemises de bucheron, et refends du bois afin de remplir toute la réserve. Les précédents avaient été un peu radins à ce niveau. La réserve est équipée d'une hache, et on trouve un gros couteau fixe sous un banc.

Déjà le soir. On se penche sur la journée du lendemain. Pas encore le dernier jour, mais l'objectif sera pratiquement atteint, puisque l'on sera, selon le point d'arrivée à entre 10 et 3 km d'Inari.
Le laavu qu'on vise pour le lendemain est à 20 bornes à vol d'oiseau. Y'a une cabane quelques km plus loin. On verra.

Le ciel est "presque" dégagé dehors. Je prends le parti de veiller pour guetter les aurores. Je tiendrai jusque minuit, mais le ciel est très nuageux.


Youkaidi Youkaida, départ à la fraiche (près de -10) le lendemain. Ciel degagé, on est dans la forêt, y'a même un peu de soleil. Trop cool !
Ça fait un petit moment qu'on n'a plus vu de rennes, mais les paysages compensent. Blork ne va pas mieux qu'hier, mais c'est le dernier coup de collier à donner, ensuite on sera à côté de la ville.

6593_img_0855_26-02-16.jpg

6593_img_0859_26-02-16.jpg

6593_img_0865_26-02-16.jpg

Le soleil se montrera vers 13h, luminosité d'un lever de soleil, bizarre !

6593_img_0866_26-02-16.jpg

6593_img_0871_26-02-16.jpg

J'essaie de prendre en photo quelques kuukkeli, rien à faire, ils ne restent pas en place. Ils n'aiment pas les chips, ni les fruits secs, et sentent quand on regarde dans leur direction "je chante, et quand tu me regardes, je ne chante plus"...

Dommage.

6593_img_0878_26-02-16.jpg

Le ciel se couvre et la neige commence à tomber. Quelques montées viennent casser Blork. Et moi, je commence à faire des ampoules à la chaine. Obligé de m'arrêter pour les crever. Je repars, ça fait un mal de chien. Je m'efforce de ne pas boiter, mais inconsciencemment je tire un peu plus sur l'autre jambe, pose le pied differemment, et j'ai également vite mal aux hanches et genoux.

On se rend compte que la piste ne suis pas le (vague) tracé sur notre carte, elle ne passera pas au laavu que l'on visait mais part bien plus nord-est, vers Inari. La cabane que l'on avait repérée est non loin de la route, qui sera coupé par cette piste.

Il ne fait pas encore totalement nuit mais on est à l'énergie tous les deux. Mon corps m'a filé un petit remontant, je ne fais plus trop attention que j'ai mal. Blork par contre me deteste. On s'arrête ici ?
Bof, le temps de poser le bivouac convenablement et chercher du bois, on aurait pu aller à la cabane.

Arrivée sur la route, on la longe deux kilomètres. Retrait des raquettes. Je pose le pied et grogne, j'ai plusieurs ampoules qui viennent de fusionner en une seule.

Arrivée à Juutuänjoki, la rivière qu'on n'était plus très sûrs de pouvoir atteindre. C'est pas totalement gelé, une fois de plus, mais on se débrouille. La cabane est là, avec réserve de bois et toilettes sèches. On mange vite fait, et dodo.


Ce matin, c'est grand beau. Des rennes se promènent sur la rivière, on n'est qu'à 3 km de la ville. On est le 16, l'avion est le 19 au matin, considérons qu'il nous reste deux nuits à passer dans le coin, et la dernière à proximité de l'aéroport. Allez, les aurores ce sera pour ce soir (même si la consultation de la météo n'est pas fameuse, très faible activité solaire) !

6593_img_0901_26-02-16.jpg

6593_img_0902_26-02-16.jpg

Direction la ville, le musée devrait être indiqué, c'est la seule chose touristique du coin, hormis le lac.

6593_img_0915_26-02-16.jpg

On croise un renne qui patauge dans la neige à quelques mètres de nous. Nous voyant l'observer, il fait sa diva, et traverse la route pour se réfugier de l'autre côté.

6593_img_0923_26-02-16.jpg

6593_img_0926_26-02-16.jpg

6593_img_0929_26-02-16.jpg

Un panneau sur la route nous indique effectivement le musée dans pas longtemps.
Premier bâtiment en ville, on repère un panneau avec écrit quelque chose comme same kuutttuuuuevaellllleerrrassse
On rentre, y'a des trucs samis dans des vitrines. Personne auprès de qui se renseigner. On visite un peu, y'a des vestiaires genre salles de sport, et des machines pour travailler le bois, dégauchisseuses, ponceuses etc...
Hum, j'ai comme le sentiment qu'on est pas là où il faut !

On repart, un symbole sur le gps pourrait indiquer le musée. Au sud. On y arrive, c'est une église.
En fait il faut passer le pont qui enjambe la rivière, au nord, c'est directement de l'autre côté. Il fallait chercher "siida" sur les panneaux. Oui, moi aussi c'est la première fois que je cherche le siida ! Drôle d'idée de mettre un panneau en plusieurs langues le long de la route, mais tout en finnois une fois en ville.

L'entrée coûte 10€, j'ai trouvé que c'était vachement bien fait. Il y a un historique remontant jusqu'à quelques dizaines de milliers d'années de la région. La salle principale est consacrée à la faune et flore locale, et à la culture sami.
Il y a enfin une salle d'exposition temporaire, cette fois consacrée à un photographe parti en Sibérie.
On en fait le tour en environ 3h, c'était très intéressant, je trouverais dommage d'aller là-bas sans y passer.
A noter qu'on nous a permis de laisser nos sacs à l'accueil, pour être plus légers.
Il y avait hélas beaucoup de touristes (français), tous habillés pareils, qui nous ont légèrement saoulés. Notamment un couple qui a passé toute une heure à débattre de l'utilisation de sa carte mémoire...
Il y a aussi un magasin de souvenir. L'occasion de confirmer mes craintes : les prix des kuksa (tasse traditionnelles en bois) à l'aéroport de Helsinki sont à peine exagérés. 30€ la tasse industrielle de 15 cl, non merci. Et faut voir les prix des modèles non industriels, une tasse à 80€, un couteau à 600, aouch...

6593_img_0955_26-02-16.jpg

On (je) traine un peu trop au magasin, je chope les horaires de bus pour Ivalo, le magasin faisant aussi office du tourisme, et on repart à la cabane, manquant de peu le coucher de soleil.

6593_img_0958_26-02-16.jpg

J'ai bien envie de planter mon tarp ce soir, en attendant les aurores. Avant ça, kippis !

Hips

"Tu sais ce qui serait vraiment sympa ? De regarder les aurores en mangeant du pop corn. "

Seulement 19h, on pense se préparer à la soirée, j'ouvre la porte, et ... Bah c'est parti pour les aurores, arrête le pop corn.

On en prend plein la tronche, une immense bande verte coupe le ciel en deux. Puis d'autre se déroulent tout autour. Y'a du vert pétant, y'a même du rose. Wahou !

6593_img_0971_26-02-16.jpg

6593_img_0974_26-02-16.jpg

6593_img_0978_26-02-16.jpg

Je mitraille tant que je peux, je ne sais même pas quoi prendre, ni où prendre la photo, tellement y'en a. Ça se calme après 45 minutes, on retourne à l'intérieur finir l'alcool et manger le pop corn.

6593_img_0993_26-02-16.jpg

Arrive alors un groupe de touristes. Forcément, c'est un super endroit eloigné des lumières de la ville, on ne pouvait pas être tranquille.
Ça prend selfie sur selfie, ils sont avec un guide, sûrement les formules "aurores boréales" qu'on a vu à l'aéroport. Ils restent dehors, de toute façon ils ne pourraient pas tous tenir à l'intérieur.

Une nouvelle salve d'aurore arrive, ils prennent des photos pendant 5 minutes, et repartent avant même que ce soit terminé. Youhou, quelle aventure, allons vite poster nos photos sur instagram...

Enfin seuls, Blork retourne à l'intérieur, je reste à révasser encore un peu. Je rentre vers 23h30, la flemme pour le bivouac.
Minuit 15, ça recommence alors que j'étais en tenue de nuit (pratiquement à poil donc). Pieds nus dans les godasses trempés, lacets pas mis, j'y retourne.
Papa, ça fait un an et un jour. J'espère que tu vois ça, sinon c'est bien la peine d'être mort...

Musique dans les oreilles, je ne prends même plus de photos, j'en ai déjà bien assez.
Ca s'arrête à 1h15 du mat', ça reprend 30 minutes plus tard. J'y resterai jusque 4h du mat', je rentrerai avec le nez qui tombe.


Bien evidemment, cernes comme des sacs postaux pour moi le lendemain. Il y avait un petit sommet pas très loin, environ 14 km a/r, je pensais que ce serait bien de le faire pour ce dernier jour.
Finalement, l'idée ne me tente plus tant que cela.

On finit le pop corn, coupe du bois pour les suivants, fais quelques baniques, discute avec une petite famille française, puis on va poser les tarps, je refuse d'avoir porté 175 grammes d'abri, mon polycro et environ 600 grammes de sursac apex+sac imper sans les avoir utilisés. Et puis la photo fera vraiment apleng, pour le coup !

6593_img_1026_26-02-16.jpg

Faut pas déconner, on mange quand même au chaud, dehors il fait -30 -20 presque -10. On gonfle même les matelas à l'intérieur, et retourne vers le lieu de bivouac avec les matelas sous le bras, "façon je vais à la plage". Ça nous fera bien marrer !

Nuit pépère pour tous les deux, réveil tôt pour attraper le bus en ville (le dernier passe en début d'après-midi, ne trainez pas si vous devez le prendre).

6593_img_1040_26-02-16.jpg

Petit tour à la superette, où je découvre la larmichette à l'oeil que dans ce merveilleux pays, on vend du jus de cerise. Il est bourré de sucre, mais du jus de cerise quoi !

Arrivée à Ivalo, on fait un peu les touristes, notamment dans un magasins repérés sur le trajet, qui avait une enseigne "légo". En fait ils vendent juste quelques boites, rien de bien folichon.
Les publicités vantent (on imagine) les mérites des déneigeuses. Sur le trottoir, je dis "attention à la luge". J'aime ce pays !

Départ à pied pour l'aéroport. Quelques motoneiges passent sur la rivière à côté de nous. Un troupeau de rennes court derrière, ils doivent flairer les bottes de foin. C'est que ça cavale comme bestiau !

6593_img_1048_26-02-16.jpg

Arrivée à l'aéroport, personne pour demander si on peut passer la nuit ici.

Le dernier avion de la journée décolle, on nous annonce qu'on ne peut pas dormir ici. Pas de souci pour le parking par contre. On se souvenait qu'il fallait être là à 5h du matin, en fait c'est 6h.

6593_img_1051_26-02-16.jpg

Dodo sur une planche de contre-plaqué là où sont stockés des chariots à bagages.

Je suis un peu surpris qu'on ne nous ait pas laissé dormir, même en Russie dans un petit aéroport de campagne, ça n'avait pas posé de problème. C'est peut-être pour contrebalancer ma tristesse de partir.
C'est ma première sortie où je n'ai vraiment pas envie que ça s'arrête, habituellement, j'ai toujours une raison de rentrer. Prendre une douche, manger des frites, boire une bière. Là non, quelques courses et je repartais pour 10 30 jours sans problème. Les gens, la langue, les paysages, j'ai tout aimé.

Dernière modification par Archimboldi (26-02-2016 15:46:26)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#2 22-02-2016 17:36:00

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005
Messages : 1 907
Site Web

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Rhâââ  tongue


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)

Hors ligne

#3 22-02-2016 18:07:31

domweb
Membre
Lieu : Marseille
Inscription : 19-10-2011
Messages : 2 869

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Miam !!! smile


Si j'avais une pensée profonde à exprimer ici, je serais déjà couché. Alors, je veille...

Hors ligne

#4 22-02-2016 19:02:24

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011
Messages : 1 842

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

You a écrit :

Rhâââ  tongue

Le cri du You en manque de froid et de neige big_smile  big_smile !!


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)

Hors ligne

#5 22-02-2016 20:38:56

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 669

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Belle mise en bouche  tongue

Vous avez contourné l'aéroport par le Sud ou par le Nord?

Les lacs ou les franchissements de rivières incomplètement gelés, c'est un peu ma crainte, Vous avez longé jusqu'à trouver un passage adéquat ?

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#6 22-02-2016 21:06:44

oZak
Membre
Inscription : 14-09-2014
Messages : 126

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Youpi ! Encore une aventure smile

Hors ligne

#7 22-02-2016 21:35:41

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 562

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Salut, les forêts on l'air très peu denses: qu'y a-t-il comme faune hors des grins côribous rennes?

Hors ligne

#8 22-02-2016 21:36:47

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 047

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

florencia a écrit :

Belle mise en bouche  tongue

Vous avez contourné l'aéroport par le Sud ou par le Nord?

Les lacs ou les franchissements de rivières incomplètement gelés, c'est un peu ma crainte, Vous avez longé jusqu'à trouver un passage adéquat ?

Flo

Pour le contournement, par le sud. Sur googlemap, on dirait qu'il y a de nombreux chemins, en réalité il n'y a qu'une seule route menant à l'aéroport. On l'a suivi benoîtement en faisant plus attention aux rennes partout derrière les grillages qu'à notre direction. Quand on a vu qu'on partait carrément à l'opposé de la rivière Moikansuvanto, on a pris de petites routes qui contournaient l'aéroport, avec pour objectif de couper à travers neige dès qu'il y aurait la possibilité.

Sauf qu'une piste d'atterrisage, c'est vachement long, et pas visible sur mon fond de carte gps (trouvé ici, topo winter 2), et quand on essayait péniblement de couper, on arrivait systématiquement sur un grillage. Pas bien haut, on aurait pu le passer, mais bof.  hmm

On a continué vers le sud ouest, et un idéogramme sur mon gps qui aurait pu représenter un gué. A mesure qu'on avançait, on voyait deux choses : de petits ruisseaux qui coulaient librement, de quoi être inquiet vu la rivière en comparaison, environ 50m de large, et une neige qui ne portait pas du tout.
Blork s'était occupé des cartes papier (trouvées sur ce site), et il a eu l'excellente idée d'indiquer les routes à moto-neige dessus.
On a pu trouver une trace qui remontait vers le nord et passait entre l'aéroport et la rivière. On l'a suivie, avec quelques tentatives pour aller voir à quoi ressemblait la rivière. Chaque fois, elle présentait un aspect un peu jaune sale, façon glace à moitié fondue.
On est finalement passé à un endroit où se trouvent deux îles allongées au milieu de la rivière, avec un sentier y menant. Côté aéroport, il y a un grand batiment avec un ponton pour facilement descendre au niveau de la rivière. Rien en revanche de l'autre côté pour remonter. Il devait y avoir une vingtaine de mètres où c'était presque liquide, je pense que c'était le meilleur endroit où passer. De là, une petite heure de hors sentier, et on a rattrapé l'autoroute à skidoo.

Pour les lacs c'était moins embêtant, il fallait simplement marcher vite pour que le pied n'ait pas le temps de trop s'enfoncer.

On n'a pas eu de bol sur les températures, je surveillais régulièrement le coin depuis le début de l'hiver, je ne crois pas que c'était passé au dessus des -10 durant tout ce temps, avec même un -36 en janvier, et quelques jours avant notre arrivée, redoux général avec de la pluie. hmm


@Bilbox : ça dépend des endroits, parfois les arbres sont si serrés qu'on ne saurait même pas passer entre deux. J'ai surtout photographié les endroits dégagés. Qui sont aussi les endroits où passent les moto-neige, dont on suivait les traces.

Pour ce qui concerne la faune, en hiver il doit y avoir des élans en plus des rennes, mais pas vu. Il y a aussi quelques rongeurs type lemming. Pas vu, mais on pouvait suivre leurs traces dans la neige. Amusant de voir que la petite bestiole marchait sur la piste de moto-neige, montait sur le bas côté pour uriner sur une branche de sapin, puis redescendait sur la piste. smile
Il y a aussi des insectes, de petites araignées (info trouvée au musée d'Inari, à priori elles sont programmées pour être au top de leur forme à exactement 0°), et des oiseaux. On a vu ce qui était sûrement des kuukkeli (quel nom magnifique ! ), mais impossible de les prendre en photo, ça bouge dans tous les sens. Et ça n'aime ni les chips au bacon, ni les fruits secs. sad

En été par contre ça grouille de vie. A commencer par les moustiques. Y'a aussi des ours, des gloutons, des renards. Ce sera l'objet d'une future sortie et d'un futur compte-rendu.  big_smile

Dernière modification par Archimboldi (22-02-2016 22:10:27)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#9 22-02-2016 22:17:00

discret
Membre
Lieu : neuf-deux
Inscription : 13-09-2014
Messages : 132

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Youpi, une nouvelle aventure givrée d'Archimboldi smile

On veut la suite!!!


discret n'est pas l'un des 7 nains.

Hors ligne

#10 23-02-2016 19:56:32

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

salut

c'est toujours un plaisir de lire tes aventures Archimboldi.

A quand un voyage dans un pays chaud ??  big_smile

Hors ligne

#11 23-02-2016 21:46:06

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 047

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Entre 0 et -10, c'est pas un pays chaud ?  tongue

J'aimais déjà la Finlande, le pays du Kalevala ("Kyllikki" dans l'introduction est un clin d'oeil à cette oeuvre d'ailleurs) , mais cette balade m'a totalement conquis. La langue, les gens, la culture, les paysages, je suis amoureux.
Depuis que je suis revenu, j'ai une poussée de tension quand j'entends quelqu'un brailler au téléphone alors qu'il est dans un bus, ou que cinquante blaireaux s'agglutinent devant l'unique entrée de la fac pour fumer leur clope (en Finlande, les fumeurs ont un endroit à eux. A l'écart de la porte).
J'écoute des trucs aux noms bizarres (Tarja Ylitalo, Jarno Sarjanen (j'aime aussi beaucoup cette reprise rock)), je me demande pourquoi je suis des cours de norvégien, j'aimerais encore y être, et n'ai envie que d'y retourner. Donc les pays chauds, c'est sans doute pas de sitôt.  smile


La suite arrive.  wink


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#12 23-02-2016 21:58:32

Bilbox
Membre
Inscription : 17-04-2013
Messages : 3 562

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

C'est marrant la dernière fois qu'un danois m'a parlé de la Finlande, il m'a décrit un beau pays peuplé par des gens à la fois énervés et dépressifs ( ainsi qu'alcooliques), je me suis demandé comment cumuler les deux était possible big_smile ; peut-être qu'il déraillait aussi... c'est vrai que je ne me verrais supporter ces froids qu'en présence de haute montagne, mais bon. Et c'est vrai que quand on y réfléchit il y a ici énormément de gens qui aiment les ambiances nordiques, et très peu de retours sur des pays riants et ensoleillés... vont vraiment pas bien sur RL cool Mais ça m'intéresse de savoir ce qui t'attires là-bas, bien que ce soit difficile à décrire j'imagine.

Dernière modification par Bilbox (23-02-2016 22:07:19)

Hors ligne

#13 23-02-2016 22:05:51

Myrtille88
Membre
Lieu : Provence
Inscription : 30-09-2009
Messages : 1 554

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Glop, glop big_smile
on va bientôt rigoler
pour l'instant ce sont les préparatifs...
en plus il y a des kuukkeli, ça va être chouette lol

à bientôt les raquettoïpedoformés, au fait les srnoïdekivadanlarbres tu les as mis au placard roll

Myrtille smile

Hors ligne

#14 23-02-2016 22:45:47

guichen
Membre
Inscription : 05-05-2013
Messages : 780

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Bonsoir Archimboldikkinen... tongue

Il va falloir que tu changes ton nom: Achimboldi sonne presque tropical désormais! lol

L'attrait pour les pays du nord (en hiver) ne serait-il pas aussi de pair avec les joies procurées par ces feux, ces cabanes, ces paysages enneigés?

2 scouts en plein paradis blanc...enfin presque...

En ligne

#15 24-02-2016 00:50:39

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 047

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Bilbox a écrit :

énervés et dépressifs ( ainsi qu'alcooliques)

Il ne parlait pas plutôt de la Russie ?  big_smile
Vu la proximité et l'histoire commune de ces deux pays, possible que le caractère de leurs populations soient assez semblables. Ca ne me dérange pas vraiment, je me reconnais très bien là-dedans (  roll )

Ce qui m'attire là-haut ? Les planches de Don Rosa (la jeunesse de Picsou, l'épisode 8, celui de la pépite dans le Yukon) m'ont fait rêver tout gamin, le vieux grincheux dans sa cabane entourée de pins enneigés, c'est moi.
Un peu plus tard, j'ai lu la bd, toujours de Don Rosa, intitulée le Kalevala. C'est un très gros résumé de l'épopée, n'y sont présentés que le sampo, Louhi et Väinämöinen. Mais à côté de la bd, il y avait tout un article sur l'oeuvre complète. Et là c'était fichu, j'avais mis le doigt dedans.  smile
Même si l'on n'aime pas la poésie, je pense vraiment que ça vaut la peine d'être lu.

Un petit extrait du premier chant :

Mes chants furent longtemps au froid,
Restèrent dans l’obscurité ;
Dois-je sortir du froid mes chants,
Retirer mes chansons du gel,
Apporter ma cruche au logis,
Mettre ma boîte au bout du banc,
Sous l’illustre poutre du toit,
A l’abri de ce beau plafond ?
Dois-je ouvrir la caisse des mots,
Offrir mon coffret de chansons,
Rompre le nœud de la pelote,
Tirer le fil de l’écheveau ?
Oui je veux chanter de beaux chants,
Entonner des récits superbes,
Si je reçois du pain de seigle,
Quand j’aurai bu la bière d’orge ?
Si l’on ne m’apporte pas de bière
Et n’offres pas la cervoise,
Je chanterai la gorge sèche,
L’eau me donnera de la voix,
Pour égayer cette soirée,
En l’honneur de ce jour illustre,
Où pour charmer la matinée,
Saluer le retour de l’aube…

Source
Il y a deux traductions françaises, on trouve des comparatifs sur le net.

Je ne sais pas si j'ai répondu à la question.  big_smile

@Myrtille : comme l'indique le titre, tout le récit sera comme ça : de la rêverie, de la bouffe, et un peu de marche quand même. Ma liste de base a été allégée le plus possible pour pouvoir emmener un maximum de nourriture qui me fasse réellement plaisir. Quand Blork (ni vraiment MUL, ni vraiment marcheur) m'a demandé si on partait pour une rando ou un barbecue, j'ai compris qu'il était temps de laisser tomber l'idée du chili con carne.  tongue

Les SRN, Blork n'en avait pas. Et comme ils sont interdits à bord du bus me ramenant sur Strasbourg, je n'ai pas voulu me compliquer la vie. L'hiver prochain par contre, si je retourne là-haut ils seront forcément de la partie, le lac d'Inari doit être un formidable terrain de jeu. Avec pleins de cabanes.  tongue

@Guichen : Je me fais souvent la réflexion que mon pseudo est beaucoup trop long et compliqué. Mais si ça peut pousser juste une personne à jeter un oeil sur "2666", le pavé de Roberto Bolano, ça en vaut la peine. Parce que ce truc d'un kilo mérite lui aussi de s'y attarder, d'autant qu'il est très accessible.

Dernière modification par Archimboldi (24-02-2016 01:06:30)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#16 24-02-2016 12:59:16

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Eh ben je ne pensais pas que la lecture de Picsou pouvait conduire aussi loin  big_smile

c'est vrai qu'il y a pas mal de muls polaires, mais très peu de muls de la jungle... C'est curieux car en fin de compte la jungle semble être un environnement propice à la mul

Hors ligne

#17 24-02-2016 22:13:27

Iksarfighter
Voyageur nordique allégé
Lieu : Toulouse ou Ariège
Inscription : 18-05-2009
Messages : 5 105

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Encore des drogués au bon air du Grand Nord...


Randonnez en Norvège !

Plus on part doucement et plus on va loin !

Hors ligne

#18 25-02-2016 11:01:41

beb71
Membre
Lieu : chalon sur saone
Inscription : 14-11-2012
Messages : 204

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Encore un récit que je risque d'apprécier, pfff  smile

Je suis curieux de voir le poids total-bouffe dédié à cette expérience blanche  smile

Hors ligne

#19 25-02-2016 12:04:02

Bindux
Membre
Inscription : 12-08-2015
Messages : 37

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Bravo superbe récit vivement la suite  big_smile

Hors ligne

#20 26-02-2016 15:33:42

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 047

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Désolé Beb71 !  tongue

Fin du récit postée. Oui, moi aussi j'ai trouvé que c'était beaucoup trop court. sad
C'est un boulot assez formidable déjà d'écrire le texte, de le mettre en forme, d'ajouter les photos, les liens, donc je ne me suis pas encore relu, je verrai ça ce soir ou demain, mes excuses par avance s'il y a des fautes ou manque des mots.

On ne peut pas uploader de vidéo sur le forum, juste en intégrer une, c'est bien ça ?

Dernière modification par Archimboldi (26-02-2016 19:21:30)


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#21 26-02-2016 20:39:22

Rouquemoute
Membre
Inscription : 05-09-2015
Messages : 417

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

la pizza a l'air bonne  big_smile Les crèpes, et le pop corn aussi
merci pour ce chouette récit

Hors ligne

#22 27-02-2016 09:12:12

eraz
multimedia
Lieu : Sancy
Inscription : 26-08-2007
Messages : 5 375

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Kikoo Archimboldi wink

Merci pour le retour wink. Je rêve aussi de Finlande en ce moment...

Archimboldi a écrit :

...préparation des boules de neige à côté des toilettes (environ 30 minutes pour une dizaine de boules. Je prends de la neige, essaie de la compresser un peu, la garde entre mes mains pour que la chaleur la rende un peu plus solide, recompresse, et recommence jusqu'à arriver a quelque chose qui ne tombe pas en miettes. Galère...)

Pour les boules de neige, il arrive parfois que la neige soit très poudreuse en surface : creuser les 20/30 cm supérieurs, en général il y a de la neige tassée en dessous, qui est nickel wink.

eraz

Hors ligne

#23 27-02-2016 10:51:12

Archimboldi
Membre
Lieu : Ch'nord
Inscription : 12-03-2012
Messages : 1 047

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Malheureusement pas cette fois.  sad
Il suffisait de sortir de la trace de motoneige pour s'enfoncer pratiquement jusqu'au sol.  C'est aussi très embêtant pour la fonte de neige, quel que soit l'endroit où on ramasse la neige, même si ça semble solide, on se retrouve avec du gros sel.

Puisque Florencia et peut-être Myrtille88 semblent vouloir partir dans ces régions, quelques réflexions au sujet de la fonte :
Avec ce type de neige, j'ai compris la fameuse "necessité d'une popote à ouverture large" proné par JJ. J'avais déjà eu de la neige très volatile à faire fondre, mais j'étais seul, et surtout avec mon réchaud à gaz, donc la petite bouilloire passait, je l'alimentais simplement en continu à la cuillere.
L'ouverture large rendra la fonte plus pratique, moins de manipulations à faire, autrement il faut rester à côté du poele.

Sur un poele à bois, la fonte est très longue. S'il n'y avait pas d'autre récipient que ma bouilloire (1.4 L à ras bord) à disposition, il fallait compter au moins 3h de fonte, le temps d'avoir l'eau pour le repas du soir, de quoi boire du thé chaud, et les 1.5 L chacuns du lendemain. Autant dire que si l'on doit y ajouter la recherche de bois, mieux vaut ne pas avoir envie de battre des records de kilomètres.
C'est plus rapide directement sur les braises, mais elles ne sont pas toujours accessibles.

Avec une neige que l'on ne peut pas compacter, il me paraît importantde multiplier les méthodes d'avoir de l'eau. Avec un poele, on sera rapidement dans les positifs à l'intérieur, et même certainement trop chaud (note : les lap pole sont difficiles à chauffer. Les cabanes traditionnelles, même mal isolées, montent plus vite en température). Un sac perméable -pouvant aussi servir de sac de rangement- idéalement noir, que l'on remplit de neige et suspend au dessus d'un récipient permettra de récolter un peu d'eau. Les poeles rayonnant très fort sur les côtés, c'est même certainement une excellente méthode, que je n'ai pas pu tester.
La snow claw que l'on inclinera au dessus d'un récipient, avec de la neige dessus, est à ne pas oublier.


"Life is full of wonders for someone who is prepared to accept them." Moominpappa

Hors ligne

#24 27-02-2016 11:20:21

jeanjacques
.
Lieu : Bordeaux
Inscription : 05-06-2010
Messages : 3 960
Site Web

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Archimboldi a écrit :

Avec une neige que l'on ne peut pas compacter, il me paraît importantde multiplier les méthodes d'avoir de l'eau. Avec un poele, on sera rapidement dans les positifs à l'intérieur, et même certainement trop chaud (note : les lap pole sont difficiles à chauffer. Les cabanes traditionnelles, même mal isolées, montent plus vite en température). Un sac perméable -pouvant aussi servir de sac de rangement- idéalement noir, que l'on remplit de neige et suspend au dessus d'un récipient permettra de récolter un peu d'eau. Les poeles rayonnant très fort sur les côtés, c'est même certainement une excellente méthode, que je n'ai pas pu tester.
La snow claw que l'on inclinera au dessus d'un récipient, avec de la neige dessus, est à ne pas oublier.

Archimboldi, c'est toujours mieux de citer ses sources, entre autre, cela permet de tisser des liens entre elles et de les augmenter. Et en passant, cela devient un peu trop récurent à mon gout dans tes retours...

jeanjacques a écrit :

Pour produire de l'eau avec de la neige, on peut utiliser un sac en toile naturelle légère (soie par exemple), le remplir de neige, mettre un contenant dessous et présenter le tout proche d'un poêle ou au soleil (toile sombre nécessaire dans ce cas). Avantage aux gourdes à goulot large avec cette méthode. Afin de ne pas faire doublon, on peut remplacer un sac de stockage par ce sac perméable.
La Snow Claw peut aussi être utilisée dans ce but. Au sommet du Dôme des Ecrins, j'ai produit plus d'un litre en plaçant la pelle légèrement pliée (cordelette qui tient les deux poignées un peu plus proche qu'en position normale), le tout rempli de neige et placé au dessus de la popote (une photo de ce montage traine quelque part sur le forum..).

https://www.randonner-leger.org/forum/v … 07#p391307

On trouvera à la suite de ce message une photo de la pelle en position.

Dernière modification par jeanjacques (27-02-2016 11:22:22)


Super poney

Hors ligne

#25 29-02-2016 14:00:31

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 4 669

Re : [Récit + liste] Rêveries lapones

Salut Archimboldi smile

Merci pour la balade cool

J’ai suivi le trajet sur la carte smile Globalement, à part le détour à la 2° cabane, vous avez suivi le tracé en pointillé bleu des motos-neiges ?
En ski, pas de difficulté particulière à priori ?
Tu dis que les Laps pole tent sont moins bien isolés. C’est quoi la différence avec les cabanes, à part la forme tipi ?
La dernière cabane, sauf erreur est un abri de jour, avec dodo uniquement en cas de nécessité, si j’ai bien traduit. Pas de souci pour y rester 2 jours ?, même si vous avez dormi dehors la seconde nuit wink

Pour la fonte, une bouilloire, principalement pour le look me tentait bien, mais le côté pratique me retient. Je reviens d’une balade de 8 jours, et j’étais bien contente d’avoir une large ouverture pour pouvoir mettre de grosses quantités de neige au fur et à mesure.

(A noter, que j’ai désormais parfaitement dompté mon réchaud inversé, bien à l’abri dans l’abside wink. Il est devenu doux comme un agneau big_smile
Je le retourne à l’endroit systématiquement avant extinction de la flamme et plus aucun souci de lance flamme ou à coup smile)

L'idée du sac à neige près du poêle est vraiment à étudier, même si le double emploi me parait difficile, puisqu'il ne doit pas être étanche par définition.

Ça donne de plus en plus envie tongue Peut-être qu’on se croisera wink

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

Pied de page des forums