Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 18-07-2019 22:42:06

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

[Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Bon bah je me lance sur mon premier retour terrain sur RL. La destination est pas très originale, la HRP.
Niveau Matériel je pensais partir avec ça https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=35637 pour finalement partir avec cette liste https://lighterpack.com/r/6lghzc.

Item NameCategorydescqtyPoids
Sac à dos/Backpack3 gros : Portage / Couchage / Abris - Big 3 : Pack, Sleeping System, ShelterFait maison, Sac à Loutre 40L/ MYOG 40 L1508
Abris/Shelter3 gros : Portage / Couchage / Abris - Big 3 : Pack, Sleeping System, ShelterFait maison, MYOG, poids avec haubans1420
Sac de couchage/Sleeping bag3 gros : Portage / Couchage / Abris - Big 3 : Pack, Sleeping System, ShelterQuilt 330 TRIPLEZERO surcompartimenté1659
Liner étanche sac à dos3 gros : Portage / Couchage / Abris - Big 3 : Pack, Sleeping System, ShelterPack liner Nylofume126
Matelas/Sleeping pad3 gros : Portage / Couchage / Abris - Big 3 : Pack, Sleeping System, ShelterThermarest Z lite sol raccourcis à 6 pans1173
Sol/Groundsheet3 gros : Portage / Couchage / Abris - Big 3 : Pack, Sleeping System, ShelterFeuille recoupée de polycree140
Drap de soie/Liner3 gros : Portage / Couchage / Abris - Big 3 : Pack, Sleeping System, ShelterDécathlon, recoupé186
Polaire/FleeceHabits /ClothesKalenji demi zip1230
Polaire/FleeceHabits /ClothesQuechua MH201181
Veste impermeable/Rain JacketHabits /ClothesHaglofs Lim III1230
Chaussette /SocksHabits /ClothesXSocks run performance140
Serviette/TowelHygiène / HygieneMicro fibre130
Brosse à dent/ToohbrushHygiène / HygieneBambou17
Dentifrice/ToothpatheHygiène / HygieneEthifrice Lush10
Savon Alep/Alep SoapHygiène / Hygiene30% Huile de Baies de Laurier10
Kit réparation et pansement/Repair and first aid kitHygiène / HygieneDuct Tape, Leukotape, fils, aiguille125
Pelle à caca / TrowelHygiène / HygieneThe Deuce+PQ+ Ziplock120
Coupe ongle et pince à épilerHygiène / Hygiene117
Cuillère/SpoonEau/Cuisine - Water/Cook setEsbit titanium17
Pot pour cuisinerEau/Cuisine - Water/Cook setPot de Patamilka139
Filtre eau/Water filterEau/Cuisine - Water/Cook setSawyerMini140
Bouteilles/BottlesEau/Cuisine - Water/Cook setPlastique 1,25L * 1 + 0,6L*2 soit 2,45L230
Batterie/BatteryÉlectroniques - ElectronicAnker 20.000 mAh1369
Cables/CordsÉlectroniques - ElectronicLightning+micro usb134
Chargeur / ChargerÉlectroniques - ElectronicAnker 2 usb182
Frontale/HeadlampÉlectroniques - ElectronicPetzl Bindi135
Telephone/PhoneÉlectroniques - ElectroniciPhone 7 + ViewRanger +GutHook1138
Ecouteurs/EarplugsÉlectroniques - ElectronicApple110
Argent /MoneyÉlectroniques - ElectronicLiquide/caxh + CB+ ID112
ShortPorté - WornHummel GBHC1190
Tee Shirt Manches LonguesPorté - WornIcebreaker Mens Sphere LS Hood1215
Chaussures/ShoesPorté - WornAltra Olympus 3.01652
Semelles/InsolePorté - WornOrthopédiques190
Chaussettes/SocksPorté - WornXsocks Run Performance140
Casquette/CapPorté - WornPatagonia Duckbill144
Lunettes de soleil/SunglassesPorté - WornJulbo Vermont 125170
Batons/Trekking PolesPorté - WornBlack Diamond trail1489
Pour un jour/For a dayNourriture - FoodPetit dej, snack, dîner/Breakfast, snack, dinner0900
Eau/WaterNourriture - Food01000
Micro CramponNeige - snowKahtoola1350

Voila mon ressenti sur chaque item :
-Sac à dos: super confortable même chargé « a bloc » c’est a dire 10KG max avec 2,5L d’eau et 4 jours de vivre. Vu que c’est moi qui l’est fait tout ce qu’il y a a savoir c’est que je suis super satisfait des choix que j’ai fais et des accessoires que j’ai mis.

-Abris : je n’ai fait que 4 belles nuits avec donc le test n’est pas poussé à l’extreme mais l’espace vital était parfait, la tension moyen (problème de réalisation je pense). J’ai vraiment apprécié que le sil poly ne se détende pas d’un poil et soit parfaitement étanche. Un vrai bonheur. Je vais me limiter à ce retour vu que c’est aussi fait maison.

-Sac de couchage: bien trop chaud comme prévu mais nickel niveau taille, c’est du L et je fais 187cm.

-Liner nylofume, parfait. 15 jours(plus les sorties d’entraienemnt) ca m’a pas permis de l’user et savoir sa longévité. Zéro trou détecté pour l’instant, contenance équivalente de mon sac mais je ne mettais que les vêtements et le SDC dedans. Je le met dans mon sac et ensuite je le rempli puis le vide de son air (merci l’absence d’armature), deux trois tours comme un sac poubelle permettent de fermer hermétiquement. Le surplus du sac est coincé entre le sac nylofume et le sac à dos coté filet extensible pour pas que ca se dévisse. Je n’ai eu aucun problème d’entrée d’eau même sous une pluie battante (orage à la Tusse de Montarqué).

-Matelas : nickel comme armature du sac, suffisant comme matelas. Mes problèmes pour dormir ne sont pas venus de la vous verrez… Après je comprend très  bien que pour certain se soit plus qu’insuffisant.

-Polycree, toujours super produit, un poil trop glissant quand c’est neuf.

-Drap de soie : toujours indispensable pour le crado que je suis, mon quilt m’en remercie encore!

-Polaires : une seule aurait suffit. Couplé avec ma veste imper/respi j’ai jamais eu froid même au pire de la météo que j’ai eu. Apres j’ai pas eu du très froid, du frais à la limite c’est plus le mot juste.

-Veste imper/respi : toujours parfaite, sèche à une vitesse incroyable et j’ai très très peu pris l’eau même sous les orages énormes. Je suis pleinement satisfait.

-Chaussettes : j’en ai laissé une paire sécher à la cabane de Molières, elles sèchent toujours au plafond je pense… Un bon lavage/rincage tous les deux jours a suffit. Quand je me suis retrouvé qu’avec une paire et qu’elle était pas sèche le matin, elle finissait de sécher dans la première heure de marche

-Bout de serviette microfibre : m’a pas beaucoup servi et c’était suffisant ce morceau de 20*30

-Dentifrice solide/brosse à dent: tres bien

-Savon d’Alep: très bien j’avais juste coupé un petit bout qui m’a suffit pour deux utilisations en 15 jours

-Kit de réparation : inutilisé sauf le ductape pour me faire un bandage (tendinite au tibia) en attendant de passer en pharmacie

-Pelle à caca : très très compliqué de creuser dans les cailloux.. bien quand on est en forêt ou un pleine. En montagne je pratique « le petit cairn »

-Cuillère/Pot pour faire gonfler de le semoule : très bien fonctionné mais je me suis lassé de la semoule le soir du coup au bout de 10 jours j’ai jeté le pot et compensé avec plus des autres aliments.

-Filtre :  m’a bien plus servi que ce que je pensais! Un plaisir de pas se prendre la tête au pays basque à savoir d’ou l’eau vient ou dans les alpages si l’eau est pas contaminée pas les troupeaux.

-Bouteilles: les deux 600ml sur les pectoraux. Pour les sections sans eau ou pour aller jusqu’à bivouac/cabane j’avais la bouteille de 1,25L sur le coté du sac en plus.

-Batterie : je filme et utilise que mon gps sur mon téléphone pour m’orienter. Ne pas me soucier de gérer les réserves m’a bien détendu. Une plus petite de moitié pour quelqu’un qui ne filme pas suffit bien. Je l’ai rechargé uniquement à Mounicou.

-Frontale : ne m’a jamais servi pour marcher donc j’aurais pu m’en passer mais la lumière rouge est vraiment un plus dans les cabanes quand on est pas tout seul!

-Short : j’ai enlevé deux tiques au pays basque sinon c’était nickel. Jamais eu froid au jambes, très agréable avec les fortes chaleurs.

-Tee shirt manches longues : bien pour protéger du soleil, mais l’humidité des Pyrénées en faisait un peu une étuves par forte chaleur. La capuche pareil. Au Nouveau Mexique ca allait avec le vent et l’air sec mais là j’étouffais en silence. Dommage

-lunettes de soleil : utilisées uniquement sur les névés par grand soleil à cause la réverbération. Sinon jamais portées.

-batons : indispensables, j’en ai cassé un sur le pic d’Ori, réparé à la cabane cap de pount.

-micro crampons: difficile de s’en passer en ce début d’été au col de la fache, au gourgs blanc, au col inférieur de litérol mais surtout au col des Molières où il restait un névé glacé et très abrupt aux pieds de la cheminée à désescalader.

-chaussures: je les ai détruites. Elles se sont ouverture sur l’avant au bout de 100-150 km (zone karstique de la pierre saint martin). Très confortables ce qui me fait ne pas regretter mon choix mais elle ne sont pas du tout adapté à un terrain qui est autre qu’un chemin.


Niveau itinéraire voila mes choix par rapport à la HRP de Véron de la dernière édition :

-Pas de montée à la Rhune, c’était tout bouché, du brouillard j’en ai assez vu donc je suis passé par le versant sud

-depuis les crêtes d’Urkulu j’ai emprunté le GR12 pour aller directement sur le pic d’Ori sans passer par Iraty pour me ravitailler.

-À 200m du pic d’Ori je l’ai contourné par l’Espagne, orages obligent…

-De Belagua je suis allé direct à la cabane de Pedain par le GR12 et le col d’Ansabère. Pas besoin de me ravitailler à La Pierre Saint Martin ou Lescun.

-J’ai pris l’option Respomuso/Fâche et pas Larribet

-J’ai pris l’option Gavarnie/Port neuf de Pinède/Parzán et pas les options par port de Boucharo/brèche de Rolland/Lac Glacé ou encore par Barroude

-J’ai pris l’option française Port d’aygues tortes/Gourgs Blanc/Litérole

-J’ai pris le GR11 de port de Rius à la Restanca plutôt que de monter au col du Lac de Mer

-J’ai pris l’option Pas de la Case et pas L’Hospitalet près l’Andorre

Deux semaines avant j’avais dissimulé mes ravitaillements à Belagua, Barrage d’Ossoue, Mounicou et Amelie-les-Bains.

J’avais peut être pour projet de faire le retour mais j’ai tellement tout donné que je suis arrivé complètement fracassé à Banyuls. Je suis très heureux de me reposer à l’heure qu’il est!

Place au jour par jour!
Jour -quelques semaines :  avec le printemps reprise de la course et de la rando à la journée.

Jour -un mois et demi : intensifications des séances de course, sortie rando plus longues et avec moins de pauses.

Jour  -deux semaines : week end test Belagua->Arlet-> Belagua puis aller poser toutes les caches. Seul problème le camp de 300?400?500? Militaires espagnols autour de Belagua qui s’est installé en seulement deux jours. J’aurais du faire la cache avant de partir.. Je m’éloigne un peu sur la route et trouve finalement un coin idéal à l’abris des centaines de regards…

Jour -1 : Covoit Bordeaux-Hendaye, nuit au camping Altran à 1km du départ de la traversée. Premier montage de mon abris (après modifications) plutôt réussi. La nuit aurait été bonne même sous la pluie sauf que je me suis fait littéralement envahir de limasses. Partout sur le duvet tout neuf, me suis même réveillé avec une sur le front… Je crois que ce genre de nuit n’arrive qu’une fois dans sa vie. Les limaces portent bonheur surement… Résultat : des traces de bave un peu partout sur le quilt…
12478_img_2080_18-07-19.jpg

Jour 1 : Levé 6H, arrivé sur le plage à 6H35, départ 6H40. Déjà une belle dose d’émotion de me relancer dans cette traversée des Pyrénées qui a, on peut le dire, changé ma vie quatre ans plus tôt. A ce moment la le projet est simple mais ambitieux : traverser la chaine deux fois plus vite que la dernière fois ( 30 jours -> 15 jours), si je suis dans les temps et que je peux, je repars dans l’autre sens aussi vite!

Je démarre donc en trombe et double un gr10iste surchargé dans la dernière montée à la sortie d’Hendaye. A cote de lui j’ai l’impression de voler… Tout se passe bien, je me fais attaquer par un chien, j’ai donc mes repères habituels… Bien vite je passe Biriatou.

A la sortie de biriatou le premier probleme de trajet se pose. Au choix : le très vieux tracé du GR10, le vieux tracé ou le nouveau. La HRP passe sur le très vieux qui n’est praticable que par des chèvres courtes sur pattes mais pas par un randonneur sensible aux ronces, à la boue et aux herbes hautes détrempées. Je conseil de prendre le vieux gr10 ou le nouveau tracé qui passe pas la table d’orientation et Xoldoko Gaina. Je me retrouve donc sous un magnifique temps de merde avec les jambes imbibées mais je suis heureux d’être la ou je suis. Je retrouve le GR10 jusqu’au col d’ibardin, les jambes on séchées mais pas vraiment les pieds. Je passe en Espagne, le brouillard me convainc de passer au sud de la Rhune, je n’y verrai rien et la montée est quand même conséquente. Un peu après Lizuniaga il y a un champ de ball-trap avec fontaine et banc. Ici se fera ma première pause. Je mange et fait sécher mes pieds. J’ai mis 4H pour relier Handaye à Lizuniaga soit un bon 5km/H. Mon étape théorique du jour et le Plano de Ametzi au dessus d’Elizondo. Après 20 minutes je repars pour mes derniers 21-22 km du jour.

Je suis encore super frais, j’avance bien vite, le premier jour ca parait normal. A partir de Lizarieta je suis le GR11 jusqu’au soir. Les km défilent dans le brouillard et l’humidité extreme. A 15h j’arrive au Plano de Ametzi. Il bruine, il vente, il fait frais, donc c’est pas top pour y passer le reste de la journée et une bonne nuit. Après un bon gouter je continue et descend sur Elizondo et deux kilomètre après je me trouve un coin sous les chênes pas loin d’une route pour mon premier bivouac.

Il doit être pas loin de 17h, vu que j’ai pris le temps d’appeler ma copine à Elizondo. Je m’installe tranquillement, mange, fait une petite sieste puis dort vraiment vers 21H. Pas de pluie cette nuit ni de limasse.
Pour ce jour: 49 km 1650D+ 1350D+
12478_elizondo_18-07-19.png
Elizondo

Dernière modification par GrandeLoutre (21-07-2019 18:32:49)


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#2 19-07-2019 04:52:13

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 901
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut GrandeLoutre,

Bon ben y a plus qu’à se faire tout petit et à prendre des leçons...

Dans mes rêves les plus fous j’avais envisagé 23 j. J’aurai pu en faire 28. J’en ai mis 35 ...

Chapeau bas !


“La foi transporte les montagnes. C’est vrai. La raison les laisse où elles sont. C’est mieux” Pierre Bourgault
Hervé27-éMULe - ma liste 3.2 kg / 3 saisons
GTA2017 Menton-Modane 12j
HRP2018 Hendaye-Cerbère 35j
HRA2019 Menton-St Gingolph 24j

Hors ligne

#3 19-07-2019 07:10:07

Balipit
Membre
Inscription : 05-02-2017
Messages : 832

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Bravo pour cette traversé  que je projette aussi de faire en mode express mais pas le temps . roll

Dernière modification par Balipit (19-07-2019 07:11:42)


cool

Hors ligne

#4 19-07-2019 10:16:21

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Hervé 27 je suis pas trop du genre donneur de leçons big_smile Comme je le dis plus bas, avec l'habitude les prévisions sont de plus en plus grosses, enfin petites en nombre de jours mais grosses en km

Balipit, bah justement si c'est express ca prend pas de temps wink


J’oubliais le point sur la nourriture :
J’avais prévu +/-4000 calories par jour :

Moment du repasAlimentsQuantité en g/jourCalories/100gCalories par jourPrix en €Prix pour 100cal
Petit déjeuné516
Clif Bar6840027241,47
Snickers504882440,320,13
Pauses2348
Bretzel1003803800,50,13
Patamilka755253930,750,19
Noix de cajou1006316311,50,24
Cacahuètes1005675670,360,06
Pain épices1003773770,70,19
Dinner1322
Tortillas1155005751,10,19
Semoule1003653650,20,05
Huile olive408843530,50,14
Epices10290290,401,38
Poids total/jourCalories moyenneCalories totalesTotalMoyenne
Total858460394310,010,38

C’était bien la première semaine, après ça a été suffisant mais un peu juste. Si c’était a refaire je prendrais plus de chose facile a manger en marchant. Les derniers jours à partir de Mounicou j’ai pris deux clif bar pour le petit déjeuner au lieu d’une, deux snickers au lieu d’un, 50 g de noix de cajou et de pain d’épices en plus. Par contre j’ai laissé de coté la semoule, l’huile et les épices. A peu de chose près ca s’équilibre.

Je reprend le jour à jour

Jour 2, 2 Juillet 2019 :
J’ai pas entendu le réveil ce matin mais je me réveille tout seul vers 6H30-40, départ vers 7H dans de la bonne purée de pois. Après une demie heure de montée vers le col d’Argibel la pluie commence, en bonne quantité et ne s’arrêtera vraiment qu’arrivé aux Aldudes. La montée reste tout de même bien sympa dans la forêt et les champs de fougères.

Avec le sac léger ca me parait beaucoup moins difficile que la dernière fois… Je dirais pas facile non plus, chaque montée est quand même dure, mais je peux presque garder ma vitesse à plat quand la montée est pas trop technique d’autant qu’en ce jour 2 je suis encore bien frais, ce qui ne sera plus le cas au bout d’une bonne semaine.

Du col Argibel petit coup de chemin sanglier pour trouver la piste qui descend aux Aldudes. Bien heureusement je connais le coin donc l’orientation est facile même dans le brouillard, j’arrive aux Aldudes sans soucis à 9h15. Je prend de l’eau et je repars direct.

Dans l’idée, je n’aimerai faire une pause pour les jambes que toutes les 4heures. Dans les faits ca a été presque ca toute la traversée, à plus ou moins une heure, selon les coins ou je me trouvais et ma fatigue du moment. Ca fait deux pauses de 30/40 minutes pour des journées de 10 à 15H donc en marche effective de 9h à 14H par jour pendant les 15 jours. L’avantage que j’ai c’est que maintenant que j’ai fais pas mal de grosse rando tout seul bah le soir je m’ennuie vite du coup je préfère marcher jusqu’en début de soirée. Une fois au camp j'ai juste de temps de boire manger éventuellement laver un truc ou deux et dodo!
Tant que je suis un peu hors sujet j’en profite pour dire que mon « entrainement » pour cette traversée n’avait rien de professionnel et de très bien organisé, je me suis juste focalisé sur le fait de travailler en côte et de pouvoir marcher longtemps sans prendre de pause. Si j’ai réussi à faire de telles journées c’est en grande partie par ce que j’ai quelques milliers de km de rando dans les jambes et que mon corps connait ce genre d’effort en plus d’avoir une grande dose de motivation et de détermination de le faire dans les temps que je me suis fixé.
Quelques années en arrière quand j’ai vraiment commencé la rando itinérante et avec toute la bonne volonté du monde je n’étais tout simplement pas capable de suivre un tel rythme. Je crois que c’est important de le préciser pour pouvoir appréhender les distances parcourue et les efforts à fournir.
Bon y’a aussi le fait que mon sac à vide pour ma HRP de 2015 faisait le poids de mon sac actuel plein à bloc…

Depuis les Aldudes à 2-3km y'a un passage piégeur à la fin d’une route goudronné au niveau de Harizxiloa. Le Véron conseille de tracer à travers un champ depuis la bergerie mais pour l’avoir fait deux fois sans succès je prèfere maintenant prendre la petite piste qui monte sur la gauche à la fin de la route et qui redescend toujours par un chemin à Amezlepho. C’est bien plus simple qu’une partie de sanglier dans les fougère à mon avis..

Du col Mizpira je me retrouve dans du gros brouillard, une fois de plus je suis bien heureux de connaitre le bon chemin vu qu’ici ils se ressemblent tous. Un peu avant le col du Lindus je croise un groupe de randonneur retraité, assez bruyant pour les étendre avant de les voir à travers le brouillard. On a l’habitude de dire que les Espagnols parlent fort, bah la c’était des bons francophones cool

Au Lindus je prend ma première pause repas du jour, sous la bruine, mais je n’ai aucune sensation de froid, c’est juste humide et tiède par ici. Du Puerto de Ibanieta je ne verrais rien. C’est dans ma monté au col Lepoeder avec tous les pèlerins en tee shirt que je comprend que je vais peut être voir pour la première fois de la traversée ce truc qui s’appelle soleil. Jusqu’a présent tous les moments de la journée avait la même luminosité ce qui en faisait des journées sans fin ni repère. Un beau soleil qui fait plaisir et me sèche pendant une à deux heure jusqu’au col Arnosteguy ou je replonge dans le brouillard. Ha oui sur le chemin de st Jacques une pèlerine me voyant aller a contre courant de tout le monde m’a quand même demandé si elle était dans le bon sens… C’est pas comme si il y avait un panneau tous les 15 mètres avec une flèche pour le sens de la circulation…

Avec le brouillard je retrouve la tranquillité des chemins vides, ce n’est que fois arrivé au col d’Errozate suant comme un cochon dans cette humidité totale que le tissu nuageux se déchire dans la vallée du même nom. Je ne vous cache pas ma joie à ce moment là de savoir que je vais avoir un peu de soleil. Certes ca n’a été que deux jours sans visibilité mais le but c’est quand même de profiter des paysage en plus de faire la traversée!

Je bivouac à Nekez Egina au bord de la rivière, au pied de la montée vers les crêtes d’Urkulu. Le beau temps me permet un premier bain et un lavage/rincage des vêtements. Comme je suis en fond de vallée mon Sawyer mini est mon ami ce soir. Une bonne journée se termine sans que je sois claqué et j’ai continué à prendre un peu d’avance sur mon programme théorique qui s’arrêtait normalement au col Arnostéguy. Prendre un peu d’avance me rassure pour quand j’aurais à affronter les grosses journées de montagne ou si le temps m’oblige à rester à l’abris quelques temps. Nuit tres sèche finalement avec un petit vent tiède bien agréable. Pas de limasse.
Pour ce jour 51km  2260D+ 1700D-, 100KM au total.
12478_lepoeder_19-07-19.jpg
Enfin je sors des nuages dans la montée au Lepoeder!
12478_errozate_19-07-19.jpg
La vallée d’Errozate s’ouvre pour mon bivouac!

Dernière modification par GrandeLoutre (19-07-2019 14:17:28)


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#5 19-07-2019 10:33:56

René94
Membre
Lieu : Mont Griffon (du 9-4)
Inscription : 30-12-2009
Messages : 1 293

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

En lisant le titre "HRP - Recherche des limites -15 Jours", j'ai cru que tu avais atteint tes limites et que tu as du arrêter ta HRP au bout de 15 jours.
15 jours pour la HRP c'est impressionnant ; tu vas pouvoir tenter de battre le record du PCT qui est de 60 jours sans assistance.


"Je ne suis pas ce qui brille..." (F. Marchet)
Mon trombi

Hors ligne

#6 19-07-2019 12:11:51

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

René94, c'est un autre affaire de faire 70Km par jour pendant deux mois.. Même si le chemin est plus facile. A moins qu'on me désigne comme la bête de course française qui doit aller castagner du FKT chez les ricains  lol

Jour 3, 3 Juillet 2019, début de l’entame physique.
Départ dans les 6H30/40 je me rappelle plus exactement, avec la montée toute droite vers les crêtes d’Urkulu plutôt que de passer à Egurgi, y’a un semblant de chemin parfois sinon c’est hors sentier dans l’herbe. J’aime bien parfois, au moins je peux choisir la longueur de ma foulée. Sur les crêtes je rejoins le GR12 encore. Un bon allier des HRPistes au pays basque ce GR12!

Au loin j’entend crier. J’y fais pas trop attention vu que je sors des brumes matinales et que la vue et magique et magnifique. Les cris se font plus fort et je comprend certains mots plus j’avance. Il s’avère que c’est une bergère qui apprend par la manière douce le travail de chien de berger à son chien… [Je voudrais pas porter de fausse accusassions mais il me semble bien voir vu des coups de bâton partir… Drôle de façon d’éduquer son compagnon à quatre pattes. Je suis pas un ami des chiens mais en voir un se faire malmener comme ca ne m’enchante pas non plus. C’est peut être pour ca que je me fais si souvent attaquer par les chiens, ils doivent prendre tous les humains pour de idiots violents.]

Sorti des brumes matinales de fond de vallée je chemine tranquillement jusqu’au col d’Oraate. Au premier virage en tête d’épingle de la route je continue tout droit sur une vielle piste forestière qui longe la « liaison GRT09GRT10 » sur la carte ignorant top 25. Je retrouve le GR12 que j’avais laissé au col d’Oraate et plonge de 300m sur le pont d’Orgate, y fait le plein d’eau (très important!) et remonte aussi sec et abruptement les 500D+ pour rejoindre la HRP normale aux crête de Milagate. Je prend cette option car je n’ai pas besoin de me ravitailler à Iraty et cela me rajoute pas mal de km en plus de me faire quitter les crêtes.

Il fait beau mais je vois les orages qui arrivent de l’ouest coté espagnol (oui oui du coté espagnol je me suis pas trompé). A la sortie des Crêtes de Zazpigain ma décision est prise, je ne monte pas a l’Orhy avec un orage qui monte. Le groupe de randonneurs à la journée que je double fait bien ce qu’il veut moi ca me tente pas d’être aussi exposé. Tant pis pour moi, c’est la troisième fois que j’échoue à monter à l’Orhy, une prochaine fois peut être. Cela ne m’empêche pas de me faire un peu rincer sur les versants sud du pic d’Orhy recouverts d’herbes grasses bien mouillées. BAM! Première chute de la traversée. Mon bâton gauche resté planté dans une touffe d’herbe est à 90°. Le redresser fini de le couper en deux. Bon bah tant pis pour les bâtons… Je verrai plus tard, là, ca mouille. M’’enfin c’est quand même bien embêtant, une bonne partie de ma vitesse de marche est due à mes batons et vu que mon abris se monte avec un bâton je décide de ne plus utiliser les deux pour éviter de me retrouver sans moyen de monter mon abris.

A Port Larrau je croise un mec qui se goinfre dans une palombière à l’abris du vent et un peu après un couple de Norvégiens qui font aussi la HRP. La météo leur fait pas peur, ils projettent même de dormir du côté du pic de Belhay. Je les préviens que niveau eau jusqu’a Belagua c’est tres compliqué. 1,5L chacun leur suffit de ce qu’ils me dissent. Je bois pas assez du fait que l’eau est pas si abondante dans le coin mais je trouve ca très léger pour une après midi et un bivouac.

Depuis ce matin je sens que les ongles des mes deuxièmes orteils me titillent, je verrai ce soir ce que ca donne. La de suite je peux rien faire, mes chaussures sont suffisamment grande et le laçage est correct mais pas trop fort. Comme mes chaussures sont large je sens qu’ils souffrent mais je n’ai franchement pas mal. C’est comme la petite ampoule sur mon talon gauche, mes chaussures sont tellement confort que j’y touche même pas vu que ca me fait pas mal. Ces deux points sont juste inhérent à la quantité de km que je fais par jour et j’ai beau avoir préparé mes pieds ca me semble peu évitable.

Je continue toute crête et toute berzingue vers Belagua que je rejoins sous une chaleur accablante vers 15H. J’y retrouve mon colis de nourriture un peu gratté par un groin  mais heureusement le sanglier s’est arrêté de creuser à 4cm du sac… Une bonne pause au bord du cour d’eau/source et je continue pour conserver mon avance puisque je devais normalement m’arrêter à Belagua. Pour info le refuge est en total rénovation je ne sais si il sera prêt pour la fin de saison et si il va étre gardé mais en tous cas ca ne sera plus une ruine vandalisée.

Depuis Belagua la HRP normal par à la pierre st martin par la route. Pas tres sexy. D’autant que je suis ravitaillé. Pas besoin d’aller à Lescun non plus. Le GR12, qui fini sa course dans cette région karstique propose deux options. La première est d’aller au col d’Anaye puis après de se débrouiller pour rejoindre pédain par la table des trois rois. Deuxième option que je choisi c’est d’aller  « directement » au col d’Esqueste ou Port d’Ansabère en passant plus au Sud. Le chemin est tres bien balisé à partir du moment où on passe Ezkilzarra,  un passage plutôt sympa au milieu/fond de deux falaises à quelques centaines de mètres au sud de Belagua. Tout comme les autres itinéraires le plein d’eau est nécéssaire et indispensable. La neige que j’avais croisé deux semaines plus tôt s’est volatilisée et le col d’Esqueste se fait bien malgré sa forte pente. Il est 19H20 quand je commence à le descendre. Je contourne bien la cabane de Pédain mais le matou vient tout de même réclamer sa caresse puis je file à la cabane d’Ansabère pour une arrivée à 20H10.

Personne à par le berger (vous savez celui qui a des articles dans Pyrénées magazine!) et une autre bergère. Il me dit que si la place est libre y’a pas de raison que je puisse pas passer la nuit ici, cool! Malheureusement je n’aime pas le fromage et je ne pourrais pas le remercier de son accueil en lui achetant un bois de brebis. Un vrai lit ce soir et un vrai toit! Première journée ou je sens que j’ai un peu poussé la machine. L’arrière de mon genou droit me fait un peu mal depuis le début de journée. Comme je le pensais mes ongles des deuxièmes orteils sont en train de noircir, mais ils me font pas mal donc bon ça ne sera pas une perte douloureuse… Pour mon genou je me met en tête de beaucoup, beaucoup boire ces jours prochains. Je mange vite fais et je roupille.

Une heure après mon arrivée deux grimpeur espagnols-basques arrivent et passeront la nuit avec moi sans trop m’adresser la parole. Ils sont focalisés sur les Aiguilles d'Ansabère, en face. C’est uniquement grâce à cela que j’arrive a comprendre leur projet. Je ne comprend pas un seul mot de ce qu’ils disent, j’ai pourtant quelques notions d’espagnol, mais visiblement c’est du 100% basque.

Pour aujourd’hui ca fera 50km 2900D+ 2200D- et 150km au total. J’avance bien, je suis satisfait, et puis j’ai eu beau temps toute la journée! Enfin...

12478_urkulu_19-07-19.jpg
La tête hors des nuages sur les crêtes d’Urkulu

12478_orhy_19-07-19.jpg
L’Orhy au loin, il fait encore beau

12478_gr12_19-07-19.jpg
Le GR12 vers Esqueste

12478_esqueste_19-07-19.jpg
Col d’Esqueste sans neige

Dernière modification par GrandeLoutre (24-07-2019 16:55:53)


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#7 19-07-2019 13:15:58

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Jour 4, 4 Juillet 2019, journée sur une jambe :
Départ à 6H40, un peu de mal à se lever avec la journée de la veille. La montée à la chourique se fait à la fraiche mais le genou grince. Je bois bien et on verra. Le levé de soleil est splendide ce matin, tout orangé. Je trace bien vite jusqu’à Arlet ou je prend un pause de 45 minutes bien réparatrice.

Le col de Pau a pas été si galère que les fois précédente, mais j’ai quand même 4h dans les pattes d’une traite. Je prend une boisson au refuge et discute un peu avec la gardienne finissant son ménage quotidien. C’est reparti à fond les ballons jusqu’au parking de Sansanet où je croise laxmimittal dans son tour des Pyrénées « de caso a caso ». Elle me parle en espagnol, mais je comprend pas trop. Dans un éclair de génie elle me reconnait je ne sais comment à 30m de distance et sans jamais m’avoir vu… Elle veut se faire remonter au col du Somport en voiture la tricheuse! C’est pas moi qui vais pouvoir lui etre d’une grande aide..

Petit bout de route et je me mets sur le chemin de saint Jacques pour monter au Somport. La montée est sympa au bord du cours d’eau et assez éloignée de la route. Je prend un coca au restau du col et prend une pause à l’ombre 300 mètres plus loin. Il commence à faire bien bien chaud par ici. Mon genou est toujours bien douloureux, peut importe que ca soit en montée, en descente, ou sur le plat. Marcher sur l’avant du pied droit limite bien la douleur.

Dans la montée au col des Moines je recroise laxmimittal qui monte le camp au bord du lac del Escalar.  Magnifique panorama depuis le col, neige quasi absente même en ce début d’été. Dans la descente je croise quelques familles avec des ânes. Mon genou m’embête de plus en plus, demain si ca continue faudra que je prenne du repos ou que je m’arrete, déjà. Pour l’instant je descend jusqu’a la cabane cap de Pount.

Deux pêcheurs y sont déjà, il est 18H, mais le berger n’arrive que dans quelques jours de ce qu’ils me disent. Cool une nouvelle nuit en cabane. C’est propre et bien équipé avec matelas, gaz et eau courante. Ils partent pêcher la truite, de mon coté je fais ma lessive et je répare mon bâton. Pour le réparer je casse avec un cailloux toute la partie qui n’est pas ronde ou qui ne rente plus dans la section suivante du bâton. Au final avec toutes les sections aux max je ne perd qu’un centimètre par rapport à mon bâton droit. IL est maintenant un peu tordu mais je vais repouvoir envoyer le steak demain! Je bois toute la soirée de grande quantités d’eau et fait une petite lessive. Vers 22H quand je dors déjà les pêcheurs reviennent avec une bonne quinzaine de truite. On discute un peu, ils mangent et tout le monde va dormir. Dans la nuit l’un deux est prit de crampes énormes. Ils ont trop marché visiblement lol

Pour aujourd’hui 43km 2220D+ 2160D-, 193km au total

12478_ansabere_19-07-19.jpg
Matin à Ansabère

12478_chourique_19-07-19.jpg
Lac de la Chourique

12478_col_de_lapacouaou_19-07-19.jpg
Un peu après Arlet au col de Lapachouaou

12478_col_des_moines_19-07-19.jpg
Vue depuis le col des moines


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#8 19-07-2019 14:34:09

René94
Membre
Lieu : Mont Griffon (du 9-4)
Inscription : 30-12-2009
Messages : 1 293

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

GrandeLoutre a écrit :

René94, c'est une autre affaire de faire 70Km par jour pendant deux mois.. Même si le chemin est plus facile. A moins qu'on me désigne comme la bête de course française qui doit aller castagner du FKT chez les ricains  lol

Il y a quelques années, je m'étais dit que si on peut faire la HRP en 15 jours en finissant en bon état ni être épuisé, c'était imaginable de tenter de battre le record du PCT car le chemin est bien plus roulant.

Pour éviter les ampoules en cours de rando, je masse mes pieds chaque matin avec un peu de vaseline ; ça évite aussi d'avoir les pieds crevassés et le massage permet de vérifier que les pieds sont nickels.

15 jours c'est d'autant plus impressionnant que tu n'as pas pris l'itinéraire le plus simple, que ta liste est optimisable et que tu as eu des pépins physiques...

J'ai ajouté ton récit dans le wiki. Merci pour le partage smile

Dernière modification par René94 (19-07-2019 14:34:31)


"Je ne suis pas ce qui brille..." (F. Marchet)
Mon trombi

Hors ligne

#9 19-07-2019 16:26:26

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 901
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut GrandeLoutre,

Je me demande si tes dénivelés ne sont pas sous-évalués : quelle est ta source ? Avec Calculitineraires  j'estime presque 30% de plus. J'utilise le "lissage"  2 m avec lequel j'obtiens les chiffres les moins éloignés de la réalité, avec tous les yoyos d'un long chemin "à flanc" alors pris en compte …

Avec ton récit j'arrive au moins à repérer quelques passages où tu as tiré plus direct que moi, qui n'avais pas cherché à tracer au plus court. Sans rien enlever à ta performance bluffante, cela commence à la rapprocher (un peu) du champ de ma compréhension ...


“La foi transporte les montagnes. C’est vrai. La raison les laisse où elles sont. C’est mieux” Pierre Bourgault
Hervé27-éMULe - ma liste 3.2 kg / 3 saisons
GTA2017 Menton-Modane 12j
HRP2018 Hendaye-Cerbère 35j
HRA2019 Menton-St Gingolph 24j

Hors ligne

#10 19-07-2019 22:09:34

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

René94 merci de me mettre en tête de vérifier cette théorie... À ceci près que j’ai terminé bien entamé. Un entraînement digne de ce nom pourrait régler ce problème la...

Je me suis préparé les pieds avec de la nok pendant un mois, avant le départ et le soir en arrivant j’inspecte et je me lave les pieds avant de me coucher si y’a possibilité.

C’est pas l’itinéraire le plus simple mais c’est loin d’être le plus long donc l’un dans l’autre je sais pas si on peut pas dire que c’est équivalent. Pour les pépins physique, l’histoire est pas terminée lol

Un grand merci de mettre ce récit dans le Panthéon-wiki big_smile

Hervé27 je sors mes chiffres de Openrunner et Visugpx, c’est avec ces outils que j’ai fait le tracé à la main. Si la réalité est 20 ou 30 % supérieur moi ca me va, ça gonflera ma fierté d’autant lol

Ma « performance » peut tout à fait être appréhendée et même être bien dépassée ! J’espère que le reste du récit t’aidera dans cette voie smile


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#11 20-07-2019 11:45:05

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 2 630
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Sympa ta petite promenade.
Mais dis-moi, tu as eu le temps de pisser quand même ? big_smile

[HS]
@Hervé
Pour la précision sur le dénivelé, il n'y a pas de vérité absolue. Les modèles DEM que tu as sur internet ont une résolution de 30m.
Avec une montre GPS barométrique récente qui mémorise la tracé (comme celle achetée récemment), cela pourrait sembler plus précis mais le logiciel de la montre effectue un filtrage, comme tu l'as signalé.
Quand j'analyse le tracé sans et avec filtrage (analysé avec Runalyze), c'est le jour et la nuit  suivant le paramètre de filtrage :
sans filtrage : D+1926m ce qui serait le meilleur choix avec un système d'acquisition barométrique)
filtrage 1 : D+1383m
filtrage 2 : D+1348m
filtrage 9 : D+1247m
[/HS]

Dernière modification par tolliv (20-07-2019 11:45:43)

Hors ligne

#12 21-07-2019 09:50:30

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

tolliv, bah les premiers jours, faute de boire suffisamment, j'ai pas pris le temps non, pour le reste de la traversée c'était de précieuses secondes de perdues lol

Jour 5, 5 Juillet 2019, journée des gros cols :
Histoire de finir de reposer mon genou et le bête, je ne pars qu’à 7H30 ce matin pour attaquer le col de Peyreget. Il fait bien beau et j’ai de bonnes sensations, presque pas mal, cool! Du coup j’envoie un peu et ne met que 1H10 pour avaler le col et ses 550 de D+. Quelques brumes matinales au loin reste sur la suite du programme du jour, vers Arrémoulit. Je croise peu de monde dans la montée et jusqu’a Pombie. Je prend de l’eau et repars aussi sec (enfin, hydraté mais vous avez compris).

Le programme du jour est chargé, en théorie je devrais m’arrêter au pied du col de la Fache, à Campo Plano, mais pour garder de l’avance en prévision du lendemain et du surlendemain, pousser jusqu’au refuge Wallon voir plus ne sera pas de refus. A voir selon le genou toujours.. Pour le moment je suis à Pombie et tout va bien, tellement bien que je me permet d’aller à ma vitesse normale de descente jusqu’a Caillou de Soques. J’en trottine presque de bonheur! Et bam la douleur revient! Idiot! Pas capable de faire la journée tranquille histoire d’en finir! Mon coté bourrin est vraiment un handicap parfois… Bon bah va pour le reste de la journée avec une jambe et demie..

9h50 c’est parti pour la longue montée à Arrémoulit! Je me challenge (comme si mon genou suffisait pas) à la faire sans prendre de pose, mais en prenant bien le temps de boire quand même. Avant le passage d’Orteig je prend soin de doubler deux ou trois promeneurs que je sens fébrile pour la partie à venir. Avec ce beau temps le rocher est bien sec, la main courante en super état, c’est de la presque rigolade, si on ne regarde pas trop à sa gauche et les quelques centaines de mètres de vide.

11H40 refuge d’Arrémoulit, challenge relevé! Même pas 2h pour pour 900 mètre de dénivelé, c’est pas exceptionnel mais c’est pas mal, pour vous donner un ordre d’idée, quand ça monte bien ma Suunto Vector m’annonce du 10, 11, 12 voir même parfois 13 mètres minutes. Ramené à l’heure ça donne l’impression de voler… Bonne pause au refuge d’Arrémoulit où je me prend un coca et un bout de gâteau à la broche pour complémenter ma journée,  je commence à vraiment avoir faim. Je discute en anglais avec un couple de belges-flamands très sympathiques qui font une section de la HRP. Très vite, et comme à chaque fois que je discute avec quelqu’un, la discussion se tourne vers mon sac miniature, fait main ( je le crie sur à peu près tous les toits des refuges, cabanes, grottes, oris, cavités et autres établissements d’hôtellerie), et vachement confortable big_smile Ils me proposent d’échanger nos sacs pour que leur séjour soit plus doux, on rigole. C’est leur première rando itinérante et déjà ils ont l’air d’avoir compris ce vers quoi ils veulent tendre, vider leur sac, du coup on discute un peu des moyens et du cheminement à effectuer. Une discussion comme il a du en avoir des milliers à travers le monde et comme j’ai eu des dizaines de fois mais c’est souvent quand même intéressant.

Je repars et rattrape un couple, de français cette fois ci, qui est parti quand je suis arrivé au refuge, au col d’Arrémoulit. On discute HRP dans la descente au lac d’Ariel supérieur, lui l’a fait en deux fois en 2013-2014 et le fait maintenant découvrir à sa copine. On se réjouit des conditions météo et de neige de cette année comparé à 2013 et 2014, une année à neige et une autre à pluie. Il fait toujours bien beau, je les laisse prendre leur pause du midi et file vers Respomuso. Le coin entre les lacs d’Ariel et Respomuso est un vrai paradis pour moi. La végétation fait déjà un peu croire au Pyrénées orientales mais tout est luxuriant. Des fleurs partout, les rhododendrons recouverts de leurs fleurs roses, des épineux bien vert foncé qui bordent le chemin et enivrent l’air de leur odeur de résine, une vraie balade dans un jardin paysagé!

Je ne passe même pas au refuge de Respomuso continue vers le col de la Fache, en cours de chemin je croise deux baigneurs dans un tout petit lac et dans des tous petits habits, tellement petits que je les vois même pas. Ils ont l’air plus gênés que moi, alors que clairement j’ai la tête dans le pieds et j’envoie malgré mon genou fébrile.

14H30, campo plano, deux trois nuages sur les hauteurs mais rien de méchant, j’attaque le col de la Fache. Jusqu’aux lacs de la Fache je suis surpris de ne trouver que de très petits névés, voir pas du tout. Seul un gros est encore là, versant nord au bord du lac, mais ne nécessite même pas que je chausse les micro-crampons. C’est bien mou et la trace est très clairement établie. J’ai juste besoin des lunettes de soleil pour la réverbération du soleil.

15H45 Col de la Fache, pain d’épices, bretzel+patamilka, et c’est partie pour la « grosse » descente jusqu’au refuge Wallon. Grosse pas vraiment mais avec un genou douloureux tout est plus gros… Finalement j’avale ça assez vite tout comme un autre coca et une plaque de chocolat au lait du refuge. Je me fais reprendre par ce que j’ai écrasé la canette, mince alors, faut mettre un Politique de la Canette Commune dans les refuge pyrénéens, un coup le gardien dit qu’il va l’écraser lui même, un coup il faut le faut avec le pied, un coup faut pas le faire par ce qu’après ca coule, mettez vous d’accord! Créez la PCC lol

Il est un peu avant 18H quand je redémarre vers Arratille, il fait bien chaud, j’en sue abondamment. La capuche fait vraiment une étuve autour de la tête quand y’a pas de vent. Les manches longues sont bientôt trempées de sueur, mais bon je ne peux dénombrer aucun coup de soleil pour le moment! Plus grand monde sur les chemins à cette heure ci, d’autant que je pense que toute la vallée s’est d’elle même parqué dans les quelques centaines de mètres carrés du Refuge wallon et de ses alentours.

A mie-montée du lac d’Arratille je croise un groupe franco-américain. Ils me demande si le refuge est encore loin, depuis 8h ce matin des Oulettes (à moins que ça ne soit Baysselance, ma mémoire me fait défaut) la journée leur parait bien longue et ils souhaitent qu’elle se termine. Les chemins sont plus faciles aux Etats Unis qu’ici et ils se sont fait surprendre. Je les rassure et on parle vite fait rando France vs Etats Unis. Plus loin je double encore un autre couple (c’est tellement romantique les Pyrénées) qui campera à quelques centaines de mètres de moi au bord du lac d’Arratille. Une foi mon abris installé, je leur fait profiter du spectacle d’un HRPiste qui savoure un bonne baignade et un brin de toilette. C’est très froid comme on le sait tous mais pour mes jambes je m’oblige à y rester jusqu’a ce que la douleur du froid deviennent insupportable. Si jamais ça peut m’aider à récupérer..

Manger, écouter de la musique (quel bonheur parfois quelques morceaux pour s’apaiser et se remotiver!) et dodo. Enfin dodo, je découvre ce soir un désagrément qui va me poursuivre jusqu’a Banyuls tous les soirs au moment de m’allonger : des douleurs dans les jambes à s’en tordre. Assis ca va mais au moment ou le buste est aussi allongé mes jambes ne comprennent plus ce qu’il se passe. Passer toute la journée debout (6H30-> 20/21h en moyenne) à marcher en ne prenant que 1H ou 1H30 max de pause ca fait bcp travailler les jambes et le coeur. Seulement que dans un sens, faire remonter le sang. Quand je m’allonge y’a plus besoin d’autant forcer pour que le sang remonte au coeur sauf que tout mon corps fait comme si il y avait toujours besoin. Les vaisseaux se gonflent, mes jambes (chevilles) se gonflent et j’ai bien mal pendant une à deux heures puis la douleur diminue jusqu’au matin. Besoin d’humilité pour que les chevilles désenflent? Pas sûr que ca soit suffisant! Désolé d’épiloguer sur ce sujet pour ceux qui connaissent ce phénomène, mais moi c’est la première fois que ca m’arrive et en plus tous les soirs du coup j’ai été très surpris. Ce soir je dormirais comme je peux, c’est a dire pas très bien. C’est pas comme si j’avais besoin de me reposer un peu…

Pour ce jour 37km, 2840D+, 2240D- et 228km au total. Toujours selon Visugpx et OpenRunner.

12478_peyreget_21-07-19.jpg
Col de Peyreget, vu sur la démoralisante descente-montée vers Arrémoulit

12478_lac_darrious_21-07-19.jpg
Lac d’Arrious, toujours aussi beau

12478_orteig_21-07-19.jpg
Passage d’Orteig, quelques sensations

12478_arramoulit_21-07-19.jpg
Arrémoulit, un de mes refuges et coins préférés, ca sent le calme ici

12478_jardin_paysaga_21-07-19.jpg
Entre les lacs d’Ariel et Respomuso, une balade boculique

12478_col_fache_21-07-19.jpg
Col de la Fache, il y a plus grand chose ici, ca passe facile

12478_campement_arratille_21-07-19.jpg
Le camp du soir à Arratille avec ma Pyraloutre 1.0


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#13 21-07-2019 10:07:02

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 901
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut GrandeLoutre,

A quelques minutes de partir attraper le train j'ai pris quelques instants de bonheur à te lire, merci smile !

Les douleurs nocturnes dans les jambes c'est normal, j'appelle ça de la décompression. Le bon côté c'est que ça veut dire qu'elles sont en train de récupérer ...

Cela se passe un peu mieux si je m'allonge sur le ventre avec le bas des jambes relevé en arrière.


“La foi transporte les montagnes. C’est vrai. La raison les laisse où elles sont. C’est mieux” Pierre Bourgault
Hervé27-éMULe - ma liste 3.2 kg / 3 saisons
GTA2017 Menton-Modane 12j
HRP2018 Hendaye-Cerbère 35j
HRA2019 Menton-St Gingolph 24j

Hors ligne

#14 21-07-2019 10:25:30

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 608

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

bonjour grande loutre

bravo pour ta performance.

on s’est croisés au sansannet pendant que tu enfilais les kms et sue je cherchais une voiture pour monter au somport.

j’attrape du reseau entre estos et venasque (toi lievre ; moi tortue ?).

je n’ai pas le temps de lire tout car peu de batterie. mais je serzi au portillon d’ici 3 jours.

comment edt le glacier des gougs blancs ? est-ce que ça passe sans crampon entre portillon et la soula ?

merci d’avance ?

L.

Dernière modification par laxmimittal (21-07-2019 10:33:12)


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#15 21-07-2019 11:22:22

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Hervé27 régale toi dans les alpes et prend le plus d’infos possible, on sait jamais ça peut toujours servir wink

Si je peux distribuer du bonheur en plus je suis comblé!
Pour les douleurs c’est ce que je me disais aussi pour relativiser lol

Laxmimittal
Les gougrs blancs nécessitaient les micros crampons pour quelques passage, mais c’était y’a deux semaines! Et tu as des gros chaussons tailleurs de marchent wink

Pour le col inférieur de littérol le gardien m’avait dit que c’etait plus abrupt que les gourgs mais j’ai trouvé que c’est passé plus facilement, les marches étaient déjà faites. Ça devrait pouvoir passer sans crampons.

Par contre si tu passes au col des Molieres crampons obligatoires! En dessous de la cheminée il restait un sacré névé glacé et trèèès pentu. Un piolet aurait pas été de trop mais bon c’etait il y a deux semaines.

Dernière modification par GrandeLoutre (21-07-2019 11:23:46)


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#16 21-07-2019 12:19:07

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Jour 6, 6 Juillet 2019, ça se traîne,

Autant hier soir j’étais remonté à bloc autant se matin l’envie n’y est pas. Au fil de la journée le genou va pourtant finalement mieux en laissant place à une douleur tibia/coup du pied...
Départ vers 6H40, la nuit a été un peu venteuse, ce matin l’est beaucoup. Surtout quand j’arrive vers 7H15 au col d’Arratille et encore plus au col des Mulets une demie heure plus tard. Ça rafraichi bien ce gros vent, surtout en transpirant. Je ne fais donc que passer aux cols. Mis a part le vent le temps est dégagé j’en profite pour bien avancer, les prévisions annoncent des orages demain ou après demain ou les deux… dans toute la zone entre Gavarnie et Benasque, nickel!

Au col des Mulets je me laisse descendre sur les fesses sur deux ou trois névés, quel gain de temps incroyable! Je croise deux trailers avec absolument aucun équipement sur eux, comme si ils faisaient leur petit footing.. Ca doit etre une belle sensation de liberté! Les Oulettes sont toujours aussi magnifiques malgré le glacier qui diminue inexorablement. La zone de campement ressemble plus à un camping au vu du nombre de tente et des délimitations faite avec des murets en pierre. Il est 8H15, tout le monde prend son petit déjeuner au bord de la tente. Au refuge je vois pas mal de monde, des tables extérieurs qui croulent sous la nourriture, et des petits drapeau qui balise le chemin. Bon bah c’est journée trail visiblement! Plus exactement le Trail du Vignemal.

Pour ceux qui se demande, que ce soit le petit ou le vrai je ne monte pas au Vignemal, comme vous l’avez compris je ne fais que traverser, les pics m’intéressent peu, à par le Pic des Molières histoire de dire que j’ai été à plus de 3000m au moins une fois(et puis c’est plus simple d’aller direct au sommet qu’au col, depuis Benasque).
Bref, tout ce monde m’inspire peu, je prend un petite pause second-petit-déjeuner à cent mètres du refuge. Avec un paysage pareil la Hourquette d’Ossoue est un régale, je pense presque pas à la pente, d’autant que c’est une autoroute.

9H30 Hourquette d’Ossoue, gros vent. Baysselance, qui fête ses 120 ans, pareil, gros vent. Eux aussi attendent le passage des trailers, avec une petite dizaine de bénévoles. En discutant avec eux, ils me disent que les participants sont des sacrés sportifs pour s’envoyer de telles distances et D+. Je leur dis que je fais à peu près l’équivalent de la course du jour tous les jours sur cette traversée, le malaise s’installe, ils me prennent surement pour un menteur fou à voir comment ils me regardent lol Je pars bien vite, de toutes façons avec ce vent c’est pas super agréable de rester, je demande quand même la météo au gardien avant de partir et il me rassure, pour la soirée pas d’orage mais toujours du vent. Très bien! La descente au barrage d’Ossoue est bien longue, surtout avec un petit mal au ventre qui nécessite un arrêt au stand d’urgence.

Décidément aujourd’hui j'ai pas la frite! Mon colis de nourriture du barrage d’Ossoue fini de me calmer en me lestant copieusement. Avec 4 jours de bouffe (+/-3Kg), je dois rejoindre le Gite Mounicou en Ariège. Vu comme ça, sur le moment, c’est infaisable et bien trop loin, mais on verra bien. « Faire de son mieux chaque jour, tout donner, et après on verra, de toute façon je peux pas faire mieux» voila ce que je me répète tous les jours et dans tous les moments de doute. Jusqu’à présent ça a plutôt bien marché comme façon de penser.

Au barrage d’Ossoue je quitte le GR10 pour la piste et retrouve un sentier au Pont d’Artigouli qui m’amène aux Grange de Holle et finalement Gavarnie! 6,5 jours pour relier Hendaye à Gavarnie, je peux déjà être fier de moi! Sur ma HRP de 2014 c’était plutôt dans les 12 jours.

Pourquoi ne pas s’être ravitaillé à Gavarnie et avoir préféré venir cacher de la nourriture? Je voulais pas prendre le risque de passer ici quand les magasins sont fermés, j’ai exactement ce que je veux comme nourriture, je me prend plus la tête une fois parti d’Hendaye et j’ai juste à profiter de Gavarnie une fois sur place. Je me trouve un terrasse pour boire un coup et recharger téléphone et batterie une petit heure. J’ai l’impression de ne prendre que des pauses aujourd’hui et de ne pas avancer… Ha et je ne fais pas partie de ceux qui adorent être coupé du monde donc je profite de la 4G. Une discussion avec ma copine au téléphone et l'arrivée au monde imminente de mon neveu me fait définitivement décider de ne pas faire le retour et de tout donner sur cet « aller ».

C’est non sans peine que je m’arrache de mon fauteuil pour repartir finir cette journée. Les 1000D+ pour monter à la Hourquette d’Alans ni sont pas pour rien. Je pars sans eau car je sais qu’il y a une source à mi chemin des Espuguettes mais la chaleur écrasante m’assoiffe le te temps de le dire. Je m’enfile un bon litre à la source et prend un demi pour monter au refuge. Une bonne pente bien raide, voila ce qu’il fallait pour me relancer! La tête dans les pieds, sans regarder devant, juste enchainer les pas, pousser, pousser, tirer sur les bras. Quand je vous parlais de pointe à 12 ou 13 mètres/minutes, cette montée en fait partie. Je crois que le gout de l’effort est vraiment très prononcé chez moi, les montées deviennent les moments ou je prend le plus de plaisir. C’est terriblement dur, mais tout autant satisfaisant une fois en haut.

Invasion de Nord Américain aux Espuguettes, même pas la place de circuler pour prendre le l’eau. Fuis grande loutre, fuis! Je me console avec un paquet de noix de cajou pour finir la montée à la Hourquette. Si vous voulez tout savoir, sur cette HRP ma stratégie a été de manger un peu avant les montée et aussi pendant si la montée est très importante, et presque pas en descente. Mon but été de ne pas avoir de coup de mou au moment ou je suis le plus lent en terme de Km/h, c’est à dire dans les montées. Bon c’était que 15 jours et les grosses fringales arrivent normalement après plusieurs semaines chez moi mais je trouve que ca a été plutôt efficace. Evident pour vous? Pas forcément pour moi, avant je mangeais plutôt quand j’avais faim uniquement, là je préviens la faim.

Du refuge à la Hourquette, personne, de la Hourquette au Port Neuf de Pinède, quelques moutons à longues queues. Je le souligne car normalement on leur coupe bien ras pour des raison sanitaires. Entre ces deux cols le chemin se trouve bien et est plus facile à trouver que je ne le pensais. Comme une partie est en commun avec l’itinéraire de la brèche de Tuquerouye c’est bien tracé. Ma seule crainte sur le moment c’était de savoir si c’était possible sans trop galérer de descendre le port Neuf de Pinède versant Espagnol. Ca l’est! C’est bien abrupt et il faut aimer s’enfoncer dans les graviers mais ca passe bien. Je suis soulagé. Ca n’arrange pas les affaires de mes chaussures qui ont le bout qui se décolle depuis Ansabère mais bon de toutes façons je sais qu’une HRP détruis une paire de chaussures. Ca tiendra bien une grosse semaine de plus! Pas comme un de mes ongles d’orteil. Heureusement il noirci en silence.

Je découvre avec grand bonheur et émerveillement la vallée de Pineta, ses cascades, sa géomorphologie, ses étages bien délimité entre les forets, les prairies, les champs de roches, et les sommets enneigés. Je ne savais pas à quoi m’attendre et je suis finalement heureux de ne pas repasser par Barroude et découvrir une nouvelle belle vallée. Mon genou va bien mieux je me laisse trottiner dans la fin de descente facile jusqu’a la piste qui mène au Llanos de la Larri et au « refuge » du même nom. 2 ou 3 kilomètres de piste facile pour terminer la journée, envahi d’espagnoles avec les minimum syndical sur la peau… Faut dire qu’il fait chaud encore ici malgré l’heure (20h quand j’arrive à la cabane).

Haaa les cartes espagnols, même eux les comprennent pas! Ca va qu’elles sont pas chère sur Viewranger (je préfère acheter des tuiles que prendre un abonnement) mais c’est juste pour donner des ordres d’idée. Tous les chemins sont absents, même le GR11 n’y est pas entier. Le pire c’est les refuges et cabanes. Tout est appelé refuge, c’est la roulette russe pour savoir si ca sera gardé ou pas, propre ou pas, en ruine ou pas, une étable ou pas… Dans le cas du refuge de la Larri c’est une étable mais le sol a été balayé, sympa! Merci! Je suis tout seul, je pose ma feuille de polycree sur le sol en béton, mon sac rempli avec ma veste imper respi pour faire du moelleux sous les jambes, mon bout de matelas, et finalement c’est assez confort. Je fais le plein d’eau au Rio de Larri, que je filtre vu le nombre de vache et chevaux dans le coin. En me couchant je sers les dents et passe une nuit correct.

Pour ce jour : 43km, 2560D+, 3250D- et 271km au total. Les quelques sections de plat m’ont permis de faire plus de 40km.

12478_929e2311-d418-4ddc-82b4-069cce938f6c_21-07-19.jpg
Face Nord du Vignemal, une merveille

12478_beysselance_21-07-19.jpg
De la Hourquette d’Ossoue, vue sur Beysselance et la suite de la journée

12478_gavarnie_21-07-19.jpg
Besoin de légender, vraiment?

12478_port_neuf_de_pinede_21-07-19.jpg
Depuis la Hourquette d’Alans vers le Port Neuf de Pinède

12478_vallae_pineta_21-07-19.jpg
La belle vallée de la Pineta

12478_cabane_larri_21-07-19.jpg
« Refugio de la Larri »


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#17 21-07-2019 12:53:20

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016
Messages : 1 608

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

merci grande loutre

j’ai piolet et « gros »chaussons.

je prendrai plus d’info à bagnères de luchon et m’équiperai si nécessaire.

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#18 21-07-2019 14:54:48

Balipit
Membre
Inscription : 05-02-2017
Messages : 832

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Slt tu peux porter des chaussettes longues de compression légére  pour soulager tes mollets .


cool

Hors ligne

#19 21-07-2019 18:29:44

bruno7864
partir, partir et découvrir
Lieu : toujours dans la Lune
Inscription : 11-10-2012
Messages : 1 704

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Salut Grandloutre. Comme René je ne comprends pas ton titre. Que tu veuilles aller plus vite c’est ton choix, mais nous sommes sur un forum pour partager des infos. Je me demande en quoi cette info peut servir la communauté.

Dernière modification par bruno7864 (21-07-2019 18:30:15)

Hors ligne

#20 21-07-2019 18:31:12

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Balipit je vais essayer de faire ça la prochaine fois que je fais des efforts si intenses. C’est bizarre par ce que même sur la CDT ou la Te Araroa où je faisais des bonnes grosses journées je n’ai absolument jamais eu ce genre de problème!


Jour 7, Dimanche 7 Juillet 201 : adieux fraicheur physique!

Comme à mon habitude départ vers 6h30-45, pour 600D+ sur le GR11 en direction du col de Coronetas, ça réveil bien et je peux envoyer maintenant que mon genou s’est fait oublié. Pour l’instant mon tibia n’est pas franchement très douloureux donc je ne m’en inquiète pas trop. De toutes façons hein, je fais mon max et si je me blesse, pas de regrets! Je continue donc de découvrir cette belle vallée de la Pineta, très calme et pas trop touchée par l’homme. Le GR11 est très bien balisé, j’avance sans soucis. Au col je bascule du coté de Plana Petramula, et je rejoins vite une piste qui descend jusqu’a Parzan à 12km de là. Cool, des km faciles un peu, pour remonter ma moyenne. La piste est tout de même agréable et n’est goudronnée que sur les derniers Km.

10H15 Parzan, je fais une bonne pause. Météo : ok pour aujourd’hui, mais demain et après demain orage, impossible d’y échapper. Cool, allons y gaiement! Je prend un bon litre et repars. Un petit kilomètre d’autoroute (plus loin il y a le tunnel de Bielsa) et c’est parti pour les 12 Km d’ascension de la piste d’Urdiceto avec ses 1100D+. L’avantage d’une piste c’est que c’est facile de progresser, pas de gros cailloux, pas besoin de mettre les mains, y’a juste à bourriner. Ca tombe bien je sais faire lol Je passe Bordas de Puyales, coin probable pour camper, même si loin de l’eau. J’y avais dormis en 2014 lors de ma première HRP. Un peu avant le lac je reprends de l’eau au bord de la piste. De nombreux ruisseaux la traversent. Pas besoin de trop en prendre du coup.

13H30 Col d’Urdiceto, 2H30 pour l’avaler, c’est pas mal du tout, je vais pouvoir faire une bonne journée! Sur le chemin pour aller à Viados, je croise quelque randonneurs espagnols mais vraiment pas grand monde. On est bien tranquille par ici. Bcp moins une fois sur la piste qui relie Viados à la vallée. Camping car, centre de colonie, tout le touin touin. Le refuge est aussi plein que le reste, en même temps y’a un parking à même pas un km de là… mais bon je prend un bonne pause où j’essaie de mettre mes jambes en hauteurs pour limiter les douleurs qui m’attendent ce soir (ça marchera un peu).

16H00 Une micro sieste tente sa chance mais je n’ai pas le temps, je repars en petit trot dans les escaliers qui descendent pour rejoindre le GR11. Jusqu’à Anes Cruces c’est plutôt tranquille même si il y a un dernier gros mur avant la cabane. Au niveau de la cabane je tente de ne pas redescendre à la croisée des chemin mais je galère un peu pour être franc. Je dirais même je suis un peu à coté de mes pompes et du sentier jusqu’au bout du « cirque » avant de prendre à l’ouest pour remonter le cours d’eau qui descend du lac du Port d’Aygues Tortes. Du bon hors sentier bien abrupt dans les touffes d’herbe et les mottes de terre. Tout ce qu’il fallait pour me casser les jambes en fin de journée. J’ai plus trop de jus, je sens que la fraicheur des premiers jours à disparu, surtout en fin de journée quand il faut un peu pousser.

Rien ne m’y oblige mon étape théorique du jour c’était la cabane Anes Cruces, mais le mauvais temps de demain plus l’énorme étape prévu me font penser qu’un col de moins pour demain c’est une très bonne idée! J’arrive donc au col bien cramé, mais c’est magnifique. Heureusement que c’est tout le temps magnifique pour oublier les souffrance et la fatigue. La dernière difficulté du jour étant passée je prend mon temps pour gérer la partie caillouteuse en début de redescente. En suite ce roule bien. La douleur du tibia reste stationnaire voir augmente mais très légèrement, ca va.

A 100 mètres de la Cabane Cazeneuve je vois un groupe qui fond sur la cabane aussi! Mince! Je cours pour arriver le premier et me faire détester toute la soirée si je prend la dernière place? Roh non quand même je vais être sport, j’accélère juste le pas au cas ou, mais eux aussi à ce que je vois… Finalement la cabane est vide, le berger n’est pas encore la pour la saison. On est tranquille! Je rencontre donc deux couple de français qui viennent s’entrainer pour un GR20 en septembre. On passe une bonne soirée, on fait même un tarot à 5, et grande joie il me propose un morceau de saucisson. Ça c’est vraiment gentil, vraiment. Ca discute allègement toue la soirée, jusqu’à au moins 21H 21H30! Je veille!

Pour ceux que ca intéresse, depuis la cabane il faut suivre les chemins vers les rochers pour trouver la source, elle est captée, un tuyau sort de terre. La cabane est en vraiment super état, on dirait du neuf, il y a plus de 10 couchages à l’étage, et quelques sommiers avec les matelas. Du grand luxe! La porte ferme bien hermétiquement, c’est pas de trop vu le nombre de moustiques qui rodent dans cette zone humide.

Cette soirée m’aura apporté une super nouvelle, c’est possible de passer le déversoir du lac Pouchergues, il y a presque pas d’eau. En 2014 un énorme torrent, dû au niveau très haut du lac, m’avait obligé à descendre à la Soula pour remonter au Lac de Caillauas. Pouvoir prendre le chemin qui passe à flanc va me faire gagner une heure ou deux, chouette!

Pour ce jour : 46km, 2900D+, 2450D- et 317km au total. Une bonne grosse étape, normal que je sois plus trop frais en fin de journée!


12478_urdiceto_21-07-19.jpg
Lac d’Urdiceto

12478_col_urdiceto_21-07-19.jpg
Col d’Urdiceto

12478_descente_viados_21-07-19.jpg
Descente sur Viados

12478_viados_21-07-19.jpg
Vue depuis le refuge de Viados

12478_aygues_tortes_21-07-19.jpg
La vallée d’Aygues Tortes

12478_cazeneuve_21-07-19.jpg
Si je me repose pas bien avec ca!


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#21 21-07-2019 18:35:05

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

bruno7864 salut, je viens de changer le titre pour que cela devienne une information.
Recherche des limites -> Aux limites de la marche

L'info c'est que si tu vas plus vite, tu cours wink

Dernière modification par GrandeLoutre (21-07-2019 18:35:28)


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#22 21-07-2019 18:46:24

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Messages : 2 603
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

bruno7864 a écrit :

Salut Grandloutre. Comme René je ne comprends pas ton titre. Que tu veuilles aller plus vite c’est ton choix, mais nous sommes sur un forum pour partager des infos. Je me demande en quoi cette info peut servir la communauté.

Euh... Depuis quand il y a des règles pour nommer nos récits ? Ce n'est pas parce que tu n'aimes pas que les gens mettent en avant leurs performances qu'il faut demander de censurer des titres.

Un des "célèbres" récits de HRP sur le forum s'appelle "Haute Route Pluvieuse". Ce titre n'apporte pas plus d'informations concernant l'allégement que celui de GrandeLoutre, et pourtant il conviendrait ? Et si la pluie a joué un rôle dans la HRP, la vitesse de progression de GrandeLoutre aussi...

Dernière modification par Shanx (21-07-2019 18:48:41)


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#23 21-07-2019 18:48:44

GrandeLoutre
Gardien du fleuve
Lieu : Sous mes poils
Inscription : 27-01-2019
Messages : 129
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Shanx a écrit :
bruno7864 a écrit :

Salut Grandloutre. Comme René je ne comprends pas ton titre. Que tu veuilles aller plus vite c’est ton choix, mais nous sommes sur un forum pour partager des infos. Je me demande en quoi cette info peut servir la communauté.

Euh... Depuis quand il y a des règles pour nommer nos récits ? Ce n'est pas parce que tu n'aimes pas que les gens mettent en avant leurs performances qu'il faut demander de censurer des titres.


Laisse tomber ça m'a permis de trouver un meilleur titre, plus accrocheur big_smile

Dernière modification par GrandeLoutre (21-07-2019 21:57:39)


Faire de son mieux c'est n'avoir aucun regret. Alors faisons, testons, essayons à fond!
Mon Sac à Loutre
Ma liste actuelle

Hors ligne

#24 21-07-2019 19:12:19

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 901
Site Web

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Toujours aussi impressionnant !

A part ne plus faire de photos pour gagner quelques secondes, je ne vois guère comment couvrir plus de distance sans courir ...

Je souffre avec toi quand tu décris les symptômes de tes articulations qui supplient grâce... et tu n’es qu’a mi-parcours du récit ... Ils s’occupent bien de toi à la clinique ? Tu as quitté les soins intensifs ? wink

Bon ben, toujours bravo. Pour le mental comme le physique.


“La foi transporte les montagnes. C’est vrai. La raison les laisse où elles sont. C’est mieux” Pierre Bourgault
Hervé27-éMULe - ma liste 3.2 kg / 3 saisons
GTA2017 Menton-Modane 12j
HRP2018 Hendaye-Cerbère 35j
HRA2019 Menton-St Gingolph 24j

Hors ligne

#25 21-07-2019 19:31:18

bruno7864
partir, partir et découvrir
Lieu : toujours dans la Lune
Inscription : 11-10-2012
Messages : 1 704

Re : [Récit + liste] HRP-Aux limites de la marche-15 J-Juillet 2019

Shanx a écrit :

Ce n'est pas parce que tu n'aimes pas que les gens mettent en avant leurs performances qu'il faut demander de censurer des titres.

Tu as totalement raison c’est bien ça que je n’aime pas smile

Un autre truc qui me gène ce si sont les déposes de bouffe pour plusieurs raisons.
La première est hétique.
Nous sommes heureux de pouvoir randonner en montagne. Sans le pastoralisme, sans les travaux forestiers, sans les milliers de bénévoles qui habitent sur place et entretiennent les chemins, nous ne pourrions y accéder. Tout ceci est organisé autour d’une micro économie fragile. Il est quand même bien de la faire fonctionner en allant dépenser un peu son argent dans les structures disponibles sur place.
L’autre raison est écologique. La dépose outre de consommer du carburant avec la pollution qui va avec, peut être désastreuse pour la faune, loup, chiens, fouines... qui n’ont aucun problème pour détecter un paquet enfoui.

Après on peut s’en foutre et ne penser qu’à son propre plaisir, mais.....

Hors ligne

Pied de page des forums