#1 27-04-2021 18:29:31

ArnaudV
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 10-04-2021
Messages : 6

[Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Bonjour à tous!

Cela fait près de 4 ans que je parcours rando-léger. Ma liste est encore lourde pour être considérée comme MUL, je suis preneur de vos conseils! Mais si elle s'est allégée, c'est grâce au forum. Et c'est cet allègement qui a rendu possible mon itinérance.
Voici donc une contribution personnelle, avec quelques mois de retard, à travers ce compte-rendu, un récit et quelques images.

Lien vers la liste
Lien vers le récit

Itinéraire:

Lien vers la trace réalisée .

Je me suis inspiré des itinéraires de haute-route des Alpes (HRA) réalisés par les membres du forum. Une envie d'Italie m'a conduit à me rapprocher de la frontière France - Italie.
Finalement, j'ai tracé un itinéraire partant de Menton, point d'arrivée prévu et redescendant le moins possible. J'ai donc suivi le plus possible "la crête principale". Il s'agit presque tout le temps de la crête frontière.
J'ai tracé sur le papier au rythme journalier moyen de 10km et 1000m de D+/D-. Ce qui m'a conduit à un itinéraire val d’Aoste-menton. Je suis parti de haute Tarentaise par commodité d'accès.

En chiffres: 400km, 30 000m de dénivelé, 29 bivouacs, 6 nuits en refuge-bivouac italiens, 2 nuits en refuge gardé

7LVXUORNd.trac.jpeg

Pourquoi partir?

Mon objectif premier est de vivre dehors, dans la montagne, pendant plus d'un mois. Après deux mois de confinement dans une grande coloc j'ai envie de partir seul sur le gros de l'itinéraire. J'ai l'habitude des itinérants de trois à quatre étapes. Mais j'ai assez mal supporté la solitude lors de mon seul parcours en solo, sur cinq jours. Avant de partir c'est donc cette solitude que j'appréhende le plus.
Ce que je cherche à travers cette marche est assez différent de ce que je trouve habituellement en montagne. Certes l'esthétique du tracé, son caractère alpin, le plaisir de la recherche d'itinéraire font partie de mes motivations. Mais ce qui me décide à partir c'est l'idée de rythmer mes journées à la vitesse de la marche.
C'est la raison pour laquelle, je ne veux prendre aucun moyen motorisé. Ni pour me ravitailler, ni pour shunter une portion de route. Monter dans une voiture serait en quelque sorte couper le voyage.

Alimentation:

Lieux de ravitaillement testés:

Bonneval-sur-arc
Bardonnechia
Montgenèvre
Abries
Pontechianale (je lis après coup qu'il y aurait une petite épicerie plus haut à Chianale)
Larche (deux toutes petites épiceries dans le village. Elles ciblent les randonneurs en itinérant)
Isola 2000
Sospel

Pour des raisons de budget j'ai assez peu utilisé les refuges/vacheries ou autres lieux permettant de se ravitailler sur le chemin. Or il me semble que pour un sur-coût raisonnable j'aurais pu porter moitié moins d'autonomie tout en me faisant plaisir. Les plats de base en refuge sont à des tarifs abordables. Et à contrario les épiceries de fond de vallée/stations de ski ne sont pas données.

L'eau est très abondante du val d'aoste à Bardonnechia. J'ai pu marcher avec uniquement 0,5l à recharger régulièrement dans les ruisseaux. Les 2l d'autonomie sont appréciables plus au sud, mais en anticipant pas de problème. Un seul point d'eau entre le refuge des merveilles et Sospel. Trois points entre Sospel et Menton.

Matériel - liste

Sac à dos: lowe alpine peak ascent 42l, sans armature et redécoupé. Le litrage m'a permis de porter jusqu'à 6 bivouacs d'autonomie de nourriture. C'est l'item le plus lourd de ma liste (900g), pour le même volume je peux sûrement gagner pas mal.

Abri monoparoi: DD Hammocks Superlight Pyramid tent
J'ai choisi de partir avec un abri fermé.  Le rapport poids de la toile (525g)/prix est bon. Il demande en revanche jusqu'à 13 sardines (115g en alu) pour être planté et haubané intégralement. Les haubans fournis sont légers mais tels qu'il sont positionnés, trop courts pour tendre la toile de façon optimale.
Avec un matelas épais il était un peu juste en longueur pour mes 172cm, le bout du duvet ayant tendance à toucher la toile.
J'ai eu beaucoup de condensation. Duvet plusieurs fois bien mouillé au petit matin. Sur la fin du trip cela m'a conduit à chercher à bivouaquer plus bas, à l'abri des arbres.

Matelas Thermarest neoair X-lite W 168cm: Acheté une semaine avant de partir. Confort appréciable sur le long cours. Au 20ème bivouac apparition d'une hernie aux pieds (petite explosion sympa dans la nuit!). J'ai au fil des nuits perdu cinq compartiments. Stressant mais matelas utilisable quand même, avec les pieds surélevés (!).
Je ne sais pas à quoi l'hernie est due, savez-vous comment les prévenir?
Au retour matelas échangé contre neuf en SAV par thermarest.

Cumulus Lite Line 400: Pour les 3-4 nuits à zéro degré sous l'abri au réveil j'ai du enfiler ma polaire et ma doudoune pour terminer la nuit. Mais je suis frileux.

Piolet: Je suis parti avec un micro-piolet (Simond fox carving), la neige étant encore bien présente fin juillet vers 3000m. Il n'a jamais été vraiment nécessaire sur les 4 premiers jours, je l'ai laissé à Bonneval sur Arc. Il ne m'a jamais manqué par la suite.

Chaussures: Je suis parti en tiges hautes (salomon quest 4). A défaut d'avoir réussi à faire à mon pieds suffisamment vite les tiges basses achetées pour l'occasion. Si ce que l'on dit en ski de rando est vrai (1kg au pied égal 10kg dans le sac), il doit y avoir pas mal d'énergie à gagner au change.

Bâtons: J'ai perdu en cours de route les pointes en tungstène de mes vieux bâtons alu deux brins black diamond traverse. Encore utilisables, mais en rongeant le corps du bâton. Changés contre des Komperdell carbon C3, trois brins. Pas convaincu par le système de dragonne amovible: la dragonne s'en va lors des gros appuis en traction sur les bâtons.

Système pluie: après avoir testé le poncho je suis revenu à la gore-tex. Elle est trop lourde (500g). Et je n'ai pas marché plus de 20minutes au total sous la pluie. Un coupe-vent, 2 à 3 fois plus léger aurait suffit.
J'ai bricolé trop vite une jupe de pluie en polycree avant de partir. Trop courte, heureusement que je n'étais pas parti pour l’Écosse!
Si le climat est relativement sec, avoir le temps permet d'adapter l'itinéraire en fonction des jours de pluie et de partir avec un système de protection moins béton.

Réchaud alcool - top notch stove (canette 12cl)
: J’utilise ce réchaud en été depuis plusieurs années. En faisant bouillir 3 fois de l'eau par jour (deux infusions, un repas), j'ai consommé 500ml d'alcool à brûler entre 11 et 13 jours. Soit entre 38 et 45ml par jour.

Porte bouteille bretelle cordelette (2g) la quadrature du cercle, à défaut d'avoir une poche en mesh sur le coté du sac. Simple, ultralight, eau à portée de main sans toucher au sac. Merci au forum !

Cartographie: j'ai utilisé l'appli oruxmaps sur mon smartphone. Fonds de carte IGN pour la France. Pour l’Italie j'ai téléchargé, les cartes développées par maki . Les sentiers sont les même que sous opentopomap. A cela près qu'un niveau de difficulté est indiqué (raideur de la pente, risque de présence de neige, équipement en place). Sur le terrain résultats assez disparates. Bien étudier le topo du sentier avant de se lancer.
Les quelques points d'eau indiqués étaient bien existants et coulaient.

Lecture: sur smartphone, application google play livre. Pour une heure de lecture max le soir ce n'est pas trop gênant. Un peu plus embêtant lors des journées de repos, mais suivant où on se trouve (refuge, vallée) il y a moyen de trouver à lire sur place.
Poids du livre ou de la liseuse économisé donc, mais en contrepartie j'ai pris une batterie D4, 65g, équivalent 1,5 charge de téléphone. En pratique j'eus pu m'en passer, j'ai croisé de nombreux refuges où charger.

Lampe frontale: à part dans les refuges-bivouacs sombres italiens je l'ai très peu utilisée. Si on ne marche que de jour je me questionne sur la nécessité d'emporter une frontale en plein été. Une micro-frontale, voire la lampe du téléphone doit suffire en cas de problème.

Récit

J'ai repris pour une large partie de ce récit des extraits de lettres écrites au bivouac. J'ai voulu partager ici des pensées du chemin. Sur la marche, la solitude, le choix du sentier. J'espère que cela vous parlera!

Arnaud

Dernière modification par ArnaudV (27-04-2021 18:41:16)

Hors ligne

#2 27-04-2021 18:32:14

ArnaudV
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 10-04-2021
Messages : 6

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Portage et couchage2850
Sac Lowe Alpine Peak Ascent – avec poche sup900
Sursac sac à dos110
Duvet Cumulus lite line 400750
Abri DD hammocks toile+haubans525
Sac étanche – pump sac50
Un hauban en rab6
12 Sardines + elastique115
Sol polycree 2m*1,30m57
Matelas Thermarest neoair X-lite W 168cm337
Vetements1296
Collant mérino135
Haut mérino change170
Bonnet59
Paire de chaussettes artengo change40
Gants en soie25
Gore-tex D4507
Jupe de pluie polycree25
Doudoune Cumulus Incredilite – 115g duvet335
Cuisine – hydratation298
Briquet minibic12
Sac plastique rangement nourriture20
Popotte evernew 900ml dont couvercle115
Cuillère bois32
Feuille alu dessous réchaud1
Pare-vent DIY13
Réserve alcool à bruler – bouteille 0,5l25
Réchaud canette – top notch stove6
Bouteille 0,5l +cordelette portage bretelle27
Bouteille 1,5l sac47
Progression280
piolet Simond fox carving280
Divers540
Petzl zipka 2 frontale50
Cahier brouillon 100 pages100
Stylo10
Paire écouteurs10
Lunettes soleil65
Balise satellite spot GEN 3120
Forclaz batterie externe65
Papiers20
Chargeur réflex40
Sac plastique protection electronique10
Chargeur téléphone50
Hygiène – Pharmacie203
Masque covid1
Brosse à dent recoupée10
Boules quies2
Savon de marseille (toilette – dentifrice – lessive)50
Crème solaire35
Trousse de survie85
PQ20
TOTAL SAC5467
Sur moi2985
Pantalon quechua335
Haut mérino170
Chaussettes artengo40
Chaussures salomon tige haute926
Caleçon65
Buff34
Casquette dont protège nuque70
Opinel numero 630
Tel Portable+protec160
Appareil photo réflex en bandoulière700
batons Komperdell Carbon C3410
Montre alti45

edit: catégorie sur-sac à dos

Dernière modification par ArnaudV (28-04-2021 18:04:40)

Hors ligne

#3 27-04-2021 18:38:41

ArnaudV
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 10-04-2021
Messages : 6

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

J1 - 5 août - sainte foy tarentaise (1350m) - ruisseau des Balmes (2350m)

Fatigué, mais nous sommes partis, mon frère et moi. Grand beau. Chaud mais sans plus. Seuls de la Thuile au Chenal. Puis la foule jusqu'au vallon du clou.

7LVXTHJ1g.IMG_0650.jpeg
Bivouac au pied du glacier des Balmes

J2 - 6 août - ruisseau des Balmes - sous le lac de Golette (2590m)

Grosse étape. Très belle. Éprouvante dans la montée du col de Bassac Déré. Soleil, chaleur, altitude.
Le versant ouest du col est encore enneigé. Un passage un peu délicat pour passer du rocher à la neige. Le lac de Golette est magnifique.
Je me suis levé avec une douleur tendineuse au genou gauche. Elle a empiré. J'ai peur de devoir m’arrêter à Ceresole ou Bonneval. Si près du départ, ce serait dur.

7LVXTJOwU.IMG_0696.jpeg
Itinéraire pour le col de Bassac Déré (au fond à gauche)

J3 - 7 août - sous le lac de Golette - Lacs Rosset (2720m)

Grand beau, quelques cumulus sur l'Italie à partir de 15h. La montée au col de la Nivolettaz est très belle. Du col on peut facilement monter à la pointe de Basei (courte escalade finale?). La descente versant NE est encore bien enneigée. Peu raide, en neige molle cela passe bien. En neige dure ce serait exposé.

7LVXTMnca.IMG_0806.jpeg
Les lacs Rosset

J4 - 8 août - Lacs Rosset - refuge du Carro (2760m)

Plutôt que de faire le long détour prévu par Ceresole, nous coupons par le col du Carro. Un panneau indicateur, un check topo sur internet. On prend deux sandwich au bar-resto sur la route d'altitude et on enchaîne. Longue montée au col du Carro. Deux sections sont équipées. La première permet de prendre pied sur la longue rampe finale: passage en dalle rocheuse câblé. La seconde sort les 50 mètres bien raides sous le sommet. Équipement très bon type via ferrata, c'est finalement moins expo que les dalles du bas.
Première vraie solitude du séjour dans le franchissement du col. Bouquetins de chaque coté, lagopède. Austère mais très beau.

7LVXTOPgf.IMG_0852-iti.jpeg
Col du Carro versant Italien - en jaune l'itinéraire final
7LVXTR6x6.IMG_0872.jpeg
Bivouac au refuge du Carro

J6 - 10 août - Bonneval-sur-arc (1760m) - au dessus du refuge d'Avérole (2200m)

Mon frère est rentré à Bonneval-sur-arc, c'est une toute autre rando. Petite étape, je suis arrivé au refuge d'Avérole juste au moment où l'orage a éclaté.
Je suis très sensible aux bruits et aux odeurs. Est-ce la fatigue? Ou la marche, chaque jour, souvent dans le calme de la montagne? Pourtant elle est bruyante. Que d'eau j'ai croisé en six jours. Mais les conversations, les odeurs de nourriture, de parfum ou de déo. Je ressens tout en démultiplié. En fait on s'habitue à cette montagne qui ne parle pas, qui ne dit rien.
Lu cette phrase dans un vieux carnets d'aventures: "la simplicité vient avec la pratique"

7LVXTTaH3.IMG_0900_2.jpeg
Alchémilles

J7 - 11 août - au dessus du refuge d'Avérole - refuge Tazzeti (2640m)

J'ai renoncé à mon projet hors-sentiers. Il consistait à monter au col de l'arcelle. Puis enchaîner la crête pointe de l'Arcelle - pointe de Ribon. A Avérole le gardien n'avait pas de retour sur les conditions. "Très peu de monde passe par là". Vu les orages annoncés et le crapahut en perspective j'ai suivi son conseil. Je suis passé en Italie et je récupère l'itinéraire du glacier du Rochemelon demain. Le refuge Tazzeti est fermé pour covid. J'y ai trouvé deux bénévoles en charge de la maintenance du bâtiment. Ils m'ont accueilli dans la pièce principale et je vais dormir dans le local d'hiver.
Journée très sauvage aujourd'hui. En sept heures de marche j'ai croisé deux marcheurs, deux bouquetins, un chamois, dix vautours. Le versant italien surtout est très sauvage.Ni bipède, ni troupeau.
Tout à l'heure je me suis trouvé dans cette sorte de transe hypnotique dans laquelle la longue marche met parfois. Plus rien n'importe, tout est doux. L'effort, le corps, les pas, la douleur. Tout est simple, tout va de soi. La montagne est vivante. Toujours aussi intimidante, mais cela n'importe plus.
Et puis le sortilège fini par cesser. La fatigue redevient fatigue, la douleur douleur et les jambes, mes jambes.

7LVXTVs2y.IMG_0917.jpeg
Le refuge Tazzeti

J8 - 12 août - refuge Tazzeti - col du Mont Cenis (2000m)

Précieuses infos sur l'itinéraire de la part des deux bénévoles du refuge. Entre le colle di resta et de Novalesa j'ai tiré à peu près tout droit. D'abord sur le glacier. Neige mais ça ne va pas durer. Puis par les rochers. Le glacier se morcelle. On ne met plus les pieds dessus. Il reste là un bon bout de glace, isolé dorénavant. Plus longtemps à vivre. Un lac apparaît. Les rochers sont posés en vrac sur les dalles, là ou la glace les a laissés.
Au refuge Stelina pour la première fois je croise le message "bivacco inagible causa emergencia covid 19". Il est midi, grand beau, je poursuis ma route. Traversée tendue d'un troupeau plus bas. Je suis en colère. Colère qui finira par me tomber dessus. Au Mont Cenis occupé à me protéger de la foudre je plante l'abri dans un vallonnement. Je me pose. Déluge. L'averse est telle que le vacarme de l'eau sur la toile couvre le tonnerre. Un ruisseau de plus en plus gros coule au milieu de l'abri. Accroupi, pieds nus dans l'eau je maintien mon sac au sec. L'averse cesse et je remonte l'abri à coté sans traîner.

7LVXTXuZd.IMG_0961.jpeg
Le glacier du rochemelon
7LVXTZunc.IMG_0973_2.jpeg
Au Mont-Cenis, après l'orage
7LVXU1JKv.IMG_1003.jpeg
Bivouac du col Clapier

J10 - 14 août - bivouac du col Clapier (2490m) - bivouac Sigot (2980m)

Longue journée. Je sens que le soleil et l'altitude ont travaillé sur mon corps. Je dors à 3000m cette nuit. Abri-bivouac italien typique, "boite de conserve" en fer. Mais l'intérieur est chaleureux. C'est tout petit. 8 couchages. Une table de 50cm par 1,50m. 2 bancs. Une lucarne pour fenêtre. Je laisse le battant supérieur de la porte ouvert pour avoir de la lumière. Dehors le paysage est lunaire. Grandes étendues de cailloux. Et pourtant, quand on y regarde de plus près, les silènes s'accrochent aux rochers. Coussins de verdure. Et déjà quelques petites graminées poussent dans les plantes grasses.
Je me rends compte que ce que je préfère dans ces journées c'est le soir et le matin. La montagne y est très calme. Elle semble attendre. Soit la nuit, soit les grosses chaleurs de la journée. Et je crois qu'au soir, j'aime mieux encore le matin. Pourtant d'habitude je suis lève-tard. Je vois plus souvent le soleil se coucher que se lever. Mais sur ce trip chaque matin est un renouveau. C'est fou ce que le corps peut récupérer en une nuit. Et cela chaque jour.
Demain je me ravitaille à Bardonnechia. Je verrai mes premiers arbres en cinq jours de marche. Tout à l'heure en contrebas, j'avais vue sur un vallon verdoyant, à la limite de la foret de mélèzes. Je rêvais d'y planter ma tente. Je ne vois presque jamais de myrtilliers, je suis trop haut.
Pourtant j'ai voulu suivre la crête, le plus haut possible. Il me faudra apprendre à redescendre.

7LVXU4aVT.IMG_1033_2.jpeg
Au dessus du refuge Vaccarone, à droite le col de l'Agnel, à gauche le passage direct vers le col d'Ambin
7LVXU5MbV.IMG_1079.jpeg
7LVXU7XXV.IMG_1083.jpeg
Lever de soleil au bivouac Sigot
7LVXUajzE.IMG_1100_2.jpeg
Genep'

J12 - 16 août - Bardonnechia (Chateaux) - bivouac Ugo Blanchetti (2480m)

Hier je suis passé à Bardonnechia ou je me suis ravitaillé. C'est étrange d’être au milieu des touristes. De reconditionner ma bouffe sur un banc public. Alors qu'à coté les papy-mamies vont à la messe. En montant vers 1800m, je sors de la foret. Je découvre les sommets. Il me faut quelques minutes pour réaliser que toute la montagne est calcaire. C'est très beau, cela me rappelle la Chartreuse. J'aime l'allure des massifs calcaires. Leurs tours, leurs falaises, leurs coins secrets. Mais en pays calcaire il n'y a pas d'eau. Ici c'est en fait un grand désert. Il n'y a pas  beaucoup plus de vie à 2400m, qu'avant hier à 3000m. Je fais donc un détour au refuge, 100m plus bas (1700m), pour faire le plein d'eau. J'ai 0,5l+1,5l d'autonomie. A l'abri-bivouac sans surprise tout est sec. J'ai prévu de passer deux nuits ici pour m'offrir ma première journée de repos. Je pars chercher de la neige. Mais il n'y a rien. Les sommets, à 2800m sont désespérément secs. Pas un névé, pas un trou à neige. Je ferais donc avec les 1,5l qu'il me reste pour la soirée et le matin.

J13 - 17 août - repos

J'ai réussi à récupérer de l'eau de pluie. J'ai été réveillé par l'orage vers 23h30. Je me suis levé pour mettre ma popote et la casserole le long de l'abri.
Le vent a soufflé toute la journée. Je suis quand même rationné sur l'eau. Tout est redevenu sec, battu par les vents. J'ai beaucoup de respect pour tout ce qui vit et pousse ici. Pas d'eau en surface, vents permanents, ultraviolets, amplitudes thermiques. Le vent s'insinue partout. Entre les lattes du plancher. Les murs craquent, les câbles se tendent. Dehors, toujours personne. Trois randonneurs sont passés ce jour. En fait ici sans cet abri on ne ferait que passer. On ne reste pas à un col. On ne reste pas sur une crête. On y passe. Et on va s'abriter plus bas.

7LVXUcxhi.IMG_1132_2.jpeg
Le bivouac Ugo Blanchetti

J14 - 18 août - bivouac Ugo Blanchetti - lac du Rouséou (2300m)

Le sentier versant ouest qui mène du pas de la Fanfare à Montgenèvre est à l'abandon. Ravines. Un peu exposé. Coté Montgenèvre affichage indiquant que le sentier est interdit par arrêté municipal.
A  Montgenèvre je retrouve mon père, qui m'accompagnera pendant une semaine, jusqu'à Pontechianale.

7LVXUeIbM.IMG_1205_2.jpeg
Au lac du Rouséou
7MdrFB0SU.IMG_27202.jpeg
J15 - bivouac à 2600m dans la haute vallée des fonts de Cervières
7LVXUh2Zf.IMG_1270.jpeg
J16 - Edelweiss

J18 - Pian Sineive (sous le refuge Granero) (2050m) - sous le col Sellierino (2580m)

Opentopomap indique un passage permettant de rejoindre la vallée du Po en passant par le mont Granero. Le sentier est indiqué en violet sur ma carte italienne (plus haut niveau de difficulté). Jusqu'ici, dans ce niveau de "difficulté" j'ai croisé aussi bien des passages câblés que des sentiers cairnés dans des éboulis pas compliqués. A partir de 2900m la montée devient très raide. Nous étions seuls jusqu'alors mais nous commençons à croiser des randonneurs revenant du sommet. Quelques pierres sifflent. Faut-il continuer sans casque? D'autant que cela commence à être véritablement la foule. Des groupes débarquent du paso Luisas par le passage que nous prévoyons d’emprunter à la descente. Nous prenons le temps de nous abriter avant de franchir les passages exposés aux chutes de pierres. Au sommet un italien nous déconseille de descendre directement sur le paso Luisas. Il est monté par là, et c'est assez exposé. On va voir pour en avoir le cœur net. Ni chaîne, ni câble, c'est uniquement spité. La désescalade n'est pas dure mais tomber n'est pas permis.
On retourne sur nos pas et on change de plan: on passera par la France et le refuge du Viso pour rejoindre le vallon de Vallante.

7LVXUjcjI.IMG_1313.jpeg
Montée au Mont Granero (3170m)
7LVXUlosF.IMG_1340_2.jpeg
Bouquetins au bivouac sous le col Sellierino

J20 - 24 août - Gias d'Ajaut (vallon de Vallante, 1980m) -  Valle Fiutrusa (2150m)

Les clarines sonnent. Rares trous de ciel bleu. Les sommets sont dans les nuages. Je suis à  2100m. C'est très sauvage. Quel contraste avec la vallée du Viso que je viens de quitter. Beaucoup, beaucoup de randonneurs. A la journée, sur plusieurs jours. Tour du Viso, tour du Queyras. Mais j'ai marché ces derniers jours avec mon père et cela ne m'a pas trop gêné.
Depuis ce midi je suis seul à nouveau. C'est moins dur que la première fois, au début du trip. En un sens j'ai presque le sentiment de me retrouver "chez moi".
Je bivouaque sur le seul coin plat de la vallée. Un grand cirque me domine. Les sentiers indiqués sur la carte se perdent à peu près. Quelques vaches. Un cavalier est passé tout à l'heure. On entend les brebis, là haut dans la brume. Il doit les rassembler pour la nuit. J'espère que la patou me laissera passer demain matin.
Dans les sections ou l'itinéraire est peu fréquenté je suis souvent seul avec les troupeaux et leur berger. En automne, au printemps, ils ne sont pas là. Et pas de chiens, pas de troupeaux à contourner. Mais ils apportent de la vie à la montagne. Quelque chose d'humain. De réconfortant. La bergère, le berger, c'est quelqu'un qui vit dehors,seul, dans la montagne, comme moi. J'apprends à observer les troupeaux, à comprendre. A respecter aussi.
Les nuages sont hauts. Fait-il beau en France à quelques kilomètres d'ici? C'est souvent le cas. La plaine du Po est humide. Et les alpes italiennes s'élèvent très vite depuis la plaine. L'humidité vient mourir sur le massif. Et les cumulus enflent tôt le matin. De l'autre coté, dans les hautes-alpes, le temps est sec.

J'ai l'impression d’être au "crux" de mon voyage. Mon genou s'est réveillé. Mon ventre est douloureux, je suis un peu fatigué. Je vais savoir dans les jours qui viennent si je pourrais aller jusqu'à la mer. Pourtant à part ce genou tout mon corps ne demande qu'à marcher. J'ai ralenti le rythme. Je rêve de grosses étapes. Croquer le sentier à pleines dents. Mais je dois prendre mon temps.
On entend la voix du berger qui dirige ses chiens et le troupeau, dans le brouillard.
En marchant avec mon père j'ai observé que mon esprit fonctionnait différemment quand on marchait à deux, proches, et quand on marchait éloignés. A distance, la pensée s'étale, s'évade. Elle occupe tout l'espace libre, sans personne d'autre, qui lui est donné. Proche, à deux, c'est comme si les pensées étaient intriquées. L'effort est commun. Les pensées communes, liées. Le confinement était plus qu'un confinement physique. C'était aussi un confinement mental. En marchant seul l'espace qui m'est donné pour penser me semble incroyable.

7LVXUnz74.IMG_1443.jpeg
Bivouac aux granges dell Autaret - au fond la face sud du Viso
7LVXUq4mH.IMG_1448_2.jpeg
Le Mont Maniglia sépare le col du Roure (à gauche) et le col de l'Autaret (à droite)

J23 - 27 août - Bivouac Barenghi (2830m) - sous le col de Sautron (2550m)

Je suis fatigué. Le vent et le soleil me dessèchent. Cela fait trois jours que le vent d'ouest souffle en rafales. J'ai longuement chercher à m'en protéger, à proximité de la source. J'ai trouvé un abri plutôt bon, mais par vagues, le vent continu de claquer dans la toile.
Il y a au dessus de moi une grande falaise calcaire. De hautes tours beiges flanquées de bandes grises. D’où je suis, en continu, j’entends le vent souffler sur la paroi et dans les brèches.
Voilà deux jours que je ne suis pas descendu sous 2600m. Je rêve de forets, de champs et de villages.
Demain la pluie arrive par l'ouest. Le vent finira peut être pas tomber. Une randonneuse m'a donné la météo. Depuis que je suis entré dans le Queyras et l'Ubaye, je ne croise plus de réseau en montagne. Normalement après demain le beau temps revient.

Je crois que pour la première fois je vais payer pour une nuit en refuge ou en gîte. J'ai désespérément besoin d'intérieur pour recharger mon envie de montagne, de lacs, de rochers. Besoin d'ombre. Besoin d'une table. D'une chaise. D'un évier. A quoi ressemble mon visage? Je sens sous mes doigts que ma barbe repousse. Luxe extrême je déborde de trop d'extérieur. Trop de lumière, trop de ciel bleu, trop d'air.
J'ai revu légèrement mon itinéraire jusqu'Isola 2000. Moins de hors-sentiers, moins de dénivelé. Je prendrai les chemins à flanc de montagne. Mon genou est bien douloureux même si cela n'empire pas. Maintenant le but est de rejoindre la mer. Il va me falloir ré-apprendre à aimer la montagne là ou je suis. Tant pis si je ne suis pas tout seul dans le vallon. J'ai voulu pousser à l’extrême la liberté de choisir mon propre chemin. En étudiant longuement les cartes, les passages. En traçant hors-sentiers. La vérité c'est que dans la liberté de décider de son chemin, il y aussi la liberté de dire "je prends le GR".

7MdrDjCGN.IMG_1576.jpeg
Journée de repos - très bon accueil au refuge de Larche

J26 - 30 août - Larche (1700m) - Lacs de Morgon (2470m)

Le soleil s'est couché. Le froid tombe.
Tout à l'heure dans la lumière du couchant, une harde d'une trentaine de mouflons a traversé la prairie, en contrebas de mon bivouac.
Ce matin à mon réveil au refuge, l'orage tonnait et l'averse tambourinait sur le carreau.
La pluie a fait du bien à la montagne. Il a neigé à 2400m. Tout a déjà fondu. Mais la montagne est à nouveau pleine d'eau. Comme à nouveau vivante. Chaque ruisseau coule. Les lacs sont remplis.
Ce matin c'était bizarre, de suivre le même chemin que les personnes avec qui j'avais passé deux jours au refuge. C'était comme anormal de marcher seul. Il y avait cette envie de partager le chemin.
J'en suis venu à penser, que si j'avais suivi le GR5 j'aurais marché avec d'autres gens. Ce qui fait que je continue seul, c'est qu'au croisement, tout le monde a pris le GR. Et j'ai pris le petit sentier, qui n'est pas indiqué sur la carte.
J'ai croisé le berger de loin. Il a demandé à ses chiens de faire monter un peu le troupeau, pour me laisser passer. Et j'ai fait un détour pour ne pas déranger les brebis. Demain je prendrai la petite sente, qui derrière les lacs, conduit à la crête frontière.
Le GR5 passe par la vallée. Mes amis vont aller plus vite. C'est plus rapide par en bas. Et si, dans quelques jours je recroise le GR ce ne seront plus les même marcheurs. Alors est-ce que j'aurais aimé les suivre? Prendre à droite et descendre dans la vallée? Pour marcher seul suivre son propre chemin. Pour marcher à plusieurs choisir un itinéraire connu.

7LVXUs60f.IMG_1595_2.jpeg
Le vallon du Lauzanier
7LVXUutrr.IMG_1697_2.jpeg
Coucher de soleil aux lacs de Morgon
7LVXUw6nt.IMG_1783_2.jpeg
Rayon de lumière sur le col de la Guercha. Dans l'ombre à gauche le versant abrupt du pas du bœuf.

J30 - 3 septembre - Isola 2000 (2150m) - Lac de Tavels (2240m)

Je suis posé à Isola dans le seul seul bar ouvert.
Touristes, saisonniers, gendarmes.
Son latino.
Je suis parti pour 6 nuits d'autonomie.
Au bout il y a Sospel, c'est presque la fin.
Je vais tacher d'en profiter à fond.
La serveuse et le cuistot s'engueulent. C'est le rush.
J'attends que mon téléphone charge.

Hier j'ai compris un truc bête. Plus je marche, plus je bivouaque sur ce trip, moins j'ai envie de m'exposer. Les passages techniques, j'en ai juste pas envie. Je préfère les chemins roulants. En vrai, je suis exposé physiquement au vent, au soleil, au froid, à l’attitude. Et la dernière chose que je veux c'est rajouter un risque de chute. Il y a ce corps, petite coquille au milieu de la montagne. Que j'essaye de tenir au chaud, d'alimenter. A quoi bon me donner tout ce mal si c'est pour risquer de sauter une barre? J'ai juste pas envie de m'exposer. J'avais rarement ressenti ça comme ça.
Si on s'expose. Si on va chercher des sorties d'alpi, de ski, de rando techniques c'est parce qu'on est au moins cinq jours sur sept à l'intérieur. Parce que nos corps sont enfermés. Alors un ou deux jours sur sept il faut qu'on prenne un grand shoot de liberté, d'air, d'exposition, pour se sentir vivre. Pour ramener notre moyenne d'expo physique aux éléments à un niveau correct. Un bon couloir à skis bien raide et on se sent vivre pour sept jours de bureau de plus. Jusqu'au prochain.
Là tout de suite, ça me semble absurde. Une belle descente à skis, une jolie grande voie bien équipée, ok. Mais une descente tendue, une voie péteuse, une rando en vires expos, tout sauf ça.
J'ai assez froid, assez chaud, assez faim, assez mal aux jambes, pour pas risquer de me casser la figure.

7Mds92ctO.IMG_1871.jpeg
Au lac de Tavel

Je passe la nuit au lac de Tavel.
c'est peut-être mon plus beau bivouac depuis le début
à la fois beau et confort.
il y a tout juste assez de lumière pour écrire sans frontale.
première étoile
silhouettes de mélèzes sur le ciel orangé
profond silence, juste le bruit de la source.

En arrivant on aurait presque pu prendre le son de l'eau pour celui du vent.
C'est une toute petite fontaine naturelle entre les rochers.
Je ne suis pas le premier à dormir ici.
Places à feu. Bien qu'on soit dans le parc national.
Le lac est entouré de grandes parois de granite qui s'éboulent dans les pentes.
Quelques mélèzes et quelques pins cembro s'accrochent sur les falaises.
En bas la foret est immense.
J'ai planté la tente sous un jeune mélèze
il me protégera du froid et de l'humidité
la rosée tombe vite et fort.

Les falaises ménagent de l'espace pour de grands replats.
C'est pour ça que j'aime ce bivouac.
Là haut le vertical pour rêve. Ici un peu de plat pour se sentir bien.
Pour laisser le regard se promener, se reposer, sur la silhouette des arbres à l'horizon.

Et toujours le silence
vapeur d'eau de ma respiration, dans le halo de la frontale.
un avion passe,
je commence à avoir froid, la nuit tombe tôt.
c'est la période de l'année ou les jours raccourcissent le plus vite.
deuxième, troisième, quatrième étoile
l'avion disparaît derrière la crête
et à nouveau uniquement le bruit de la fontaine.

C'est un lieu qui donne des frissons.
on est petit tout seul ici
pierres qui roulent, on marche dans l’éboulis
on est petit mais pas écrasé
petit parce que c'est grand
pas parce que c'est haut
d'abord parce que c'est grand

On commence à deviner la grande ourse au sud-est
et toujours ces frissons
est-ce le froid?
le soleil de la journée?
ou juste la force du lieu, qui impose le respect
juste la dimension de la solitude.
quand j'éteindrai la frontale
le halo de vapeur du souffle disparaîtra aussi
il ne restera que la nuit.

7LVXUAuXo.IMG_1916.jpeg
J31 - le bivouac Guiglia
7MdrEGlgv.IMG_1921.jpeg
Coucher de soleil sur l'Argentera

J32 - 5 septembre - bivouac Guiglia (2410m) - refuge de la Courgourde (2080m)

Je suis crevé physiquement et nerveusement. Pourquoi est ce que je m'inflige ça? Je pourrais suivre le GR en fond de vallée. Il a fallu que je joue à saute frontière. 1000m de D+, 1200m de D- pour avancer moins de 10km. Hors sentiers, recherche d'itinéraire. Jambes cassées, fatigue nerveuse. Et je suis plutôt à la bourre.
Je suis descendu bivouaquer au début de la foret. J'ai posé mon abri sous un grand pin cembro.
En fait après tout ces kilomètres je crois que le plus beau de cette montagne, c'est cette tranche 1800m - 2200m, ou petit à petit la foret laisse place à l'alpage.
Ce qui me fait bizarre c'est que je n'ai pas si hâte de rentrer. La vérité c'est qu'ici dans la montagne, je me sens bien. Hier soir à l'abri bivouac italien, il y avait un étudiant de Berlin qui faisait un itinérant proche du mien. A trois reprises il a soupiré: "wow man I'm sooo looking forward for Menton!". Et en vrai moi pas tant. Bien sur que je serai content. Mais j'ai pas particulièrement envie de retrouver les voitures, la circulation, l'agitation.
Tout à l'heure, en débouchant au col du Mercantour à 2600m, je regarde les alpages se changer en foret, la moyenne montagne en collines. Et ces même collines se perdre dans la brume bleutée. La brume bleutée? J'observe de plus près, je zoome au réflex. C'est la mer.

7LVXUD46a.IMG_1958_2.jpeg
Au dessus du refuge de Courgourde
7LVXUFnGQ.IMG_2010.jpeg
J33 - bivouac sous roche peu après le Lac Niré

J34 - 7 septembre -  Lac Niré (2380m) - refuge des Merveilles (2050m)

Je suis le GR52 depuis 2 jours. Les orages annoncés et mes vivres en diminution m'ont fait renoncé à mon dernier passage par l'Italie. Il y a beaucoup de monde. Le bivouac est interdit dans toute la vallée des Merveilles, je suis descendu un peu sous le refuge, pour sortir de la zone réglementée. Il y avait du monde à l'aire de bivouac. Mais j'ai préféré la liberté de me poser sous le mélèze qui me plaît.
Il est temps que j'arrive pour mes pieds. En trente jours pas un pansement, pas le moindre arrêt, la moindre gène. Mais depuis quelques temps déjà la semelle de mes chaussures, le dessous de mes chaussettes et la peau de mes pieds se transforment. C'est comme si tout ce petit monde chercher à fusionner, à force de frottements. La semelle devient grasse. Les chaussettes (premier prix décathlon certes) sont rigides comme du carton. Et sous mes orteils le rouge vire au violet. En fait je les avais déjà regardé ces orteils. Et je m'étais dit: au vu de leur tête (corne, rougeurs, peau à vif), comment se fait-il que je ne ressente pas de douleur?
Le bain d'eau salée risque de piquer.

7LVXUHQYG.IMG_2046_2.jpeg
J34 - coucher de soleil à l'entrée de la vallée des merveilles

J37 - Sospel (550m) - col du Berceau (1050m)

Avant dernière petite étape. J'ai envie d'un dernier bivouac. Et je me suis imaginé arrivant sur la plage de Menton de bon matin. Je suis le GR, je me dis après coup que j'aurais pu rallonger en passant par la crete frontière et le sommet du Grammont. Meme en trainant en route je suis au bivouac à 13h. Le temps est gris, il tombe quelques gouttes. Au crépuscule je monte au roc de l'Orméa. Je reste un moment à regarder la mer, Menton, cette autoroute que l'on a tracé là à flanc de montagne.

Le lendemain matin je me lève tot. Je suis content de marcher encore.
Sur la plage de Menton je trouve mon pote allemand du Bivouac Guiglia. Ça fait 3 jours qu'il se repose ici.
De mon coté baignade, douche sur la plage et direction la gare.

7LVXUKlPo.IMG_2199_2.jpeg
J37 - au col du Berceau, dernier bivouac

7LVXUMBYZ.IMG_2231.jpeg
J38 - sur la plage de Menton

Hors ligne

#4 27-04-2021 18:57:10

SionBhravi
Mul Nul
Inscription : 06-05-2012
Messages : 1 195
Site Web

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Chouettes photos, merci.

ArnaudV a écrit :

#609309Sursac protection pluie

Du fait que tu l'as classé dans "Vêtements", je n'ai pas compris de quel type de sursac est-ce. Pour le duvet ? Pour le sac à dos ?


Et toujours, partout, cet irrésistible besoin d'aller voir ce qu'il y a après, surtout si on ne peut s'y rendre qu'à pied.

Hors ligne

#5 27-04-2021 19:06:50

Serval
Carpe diem
Lieu : Sur les chemins d'Italie.
Inscription : 15-06-2018
Messages : 1 081
Site Web

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Quel magnifique retour ! big_smile
Merci beaucoup Arnaud.


Modification non justifiée = orthographe, typo, etc.

Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans [les voyages] que j'ai faits seul, et à pied. (J.-J. Rousseau)
L'escargot ne recule jamais. (A. Vialatte)
Trombi   |   À pied de Paris à Syracuse : (1) Liste prévisionnelle / (2) Récit + Liste

Hors ligne

#6 27-04-2021 19:09:44

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 24-08-2011
Messages : 2 186

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Bonjour Arnaud,  smile

J'ai beaucoup aimé ton retour.
Merci. smile


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#7 27-04-2021 20:25:43

pap35
Membre
Lieu : Rennes
Inscription : 29-02-2020
Messages : 156

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Bonjour Arnaud,

Merci pour ce récit, qui nous replonge dans l'été dernier pour mieux nous projeter dans l'été à venir.

J'ai beaucoup aimé ton style et l'expression de ton vécu et de tes ressentis au cours de ces longues semaines où on finit par partir loin de la course du monde.

Hors ligne

#8 28-04-2021 06:57:32

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Messages : 1 549
Site Web

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Beau récit, merci  smile


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste en images (à mettre à jour)
Trombi & récits

Hors ligne

#9 28-04-2021 10:46:22

ArnaudV
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 10-04-2021
Messages : 6

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Merci beaucoup pour vos retours! smile

SionBhravi a écrit :

#609318Chouettes photos, merci.

ArnaudV a écrit :

#609309Sursac protection pluie

Du fait que tu l'as classé dans "Vêtements", je n'ai pas compris de quel type de sursac est-ce. Pour le duvet ? Pour le sac à dos ?

C'est une erreur de ma part c'est un sursac classique, je l'ai corrigée smile

Hors ligne

#10 28-04-2021 10:50:37

Ruz boutou
Traîne-savates tout-terrain
Lieu : Brest
Inscription : 03-10-2019
Messages : 201

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Merci pour ton récit. Je me suis laissé embarquer. C'est très agréable de te suivre dans ton approche épurée de l'univers dans lequel tu te fonds. On sent qu'au fil du parcours les émotions se transforment. Il y a quelque chose de plus intense et profond qui émerge. Une bien belle rando !


Pour l'enfant amoureux de cartes et d'estampes, l'univers est égal à son vaste appétit. C.B.

liste lighterpack été 2021

Hors ligne

#11 28-04-2021 11:37:39

SionBhravi
Mul Nul
Inscription : 06-05-2012
Messages : 1 195
Site Web

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

ArnaudV a écrit :

#609421Merci beaucoup pour vos retours! smile

SionBhravi a écrit :

#609318Chouettes photos, merci.

ArnaudV a écrit :

#609309Sursac protection pluie

Du fait que tu l'as classé dans "Vêtements", je n'ai pas compris de quel type de sursac est-ce. Pour le duvet ? Pour le sac à dos ?

C'est une erreur de ma part c'est un sursac classique, je l'ai corrigée smile

Bon, je vais donc supposer que c'est un sursac de SAD, et non de SDC. hmm


Et toujours, partout, cet irrésistible besoin d'aller voir ce qu'il y a après, surtout si on ne peut s'y rendre qu'à pied.

Hors ligne

#12 28-04-2021 17:47:17

brons07
Membre
Inscription : 27-06-2015
Messages : 171

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Bonjour,

merci pour ce retour.
J'étais sur la TRANS'ALPES de mi août à mi septembre l'été dernier.
les gardiens de refuge avec qui j'ai discuté me disaient qu'il n'y avait pratiquement pas de randonneurs itinérants cette année là.
Nous étions au moins deux...car on ne croise pas grand monde là haut.

Même problème pour mon néoair, mais toutes les cloisons ont pété une à une et ben pour dormir dessus , c'est juste impossible.
5 nuits sur le dur (et froid) et j'ai reçu à Tignes un matelas court d4 qui a très bien fait le boulot jusqu'à Menton. ( c'est spécial l'arrivée...mais la plage...)
Thermarest remplacé au retour sans difficulté, c'est le deuxième que l'on m'échange ( le premier pour micro fuites).

Pour moi c'est une traversée du niveau de la HRP bien que différente et un peu plus courte en km ( environ 600) et idem en dénivelé et qui devrait attirer les HRPistes ( dont je suis).

Super souvenir dans les 2 cas.

Hors ligne

#13 28-04-2021 18:22:25

glouglou
Membre
Inscription : 30-10-2015
Messages : 28

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

récit sympa et belles photos  smile

Hors ligne

#14 28-04-2021 18:33:07

ArnaudV
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 10-04-2021
Messages : 6

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

SionBhravi a écrit :

#609431Bon, je vais donc supposer que c'est un sursac de SAD, et non de SDC. hmm

c'est en effet un sursac de SAD, modifié, au temps pour moi!
Je dois pouvoir m'en passer, modulo une vérification de l'étanchéité du pump sac de thermarest utilisé pour stocker duvet et doudoune

brons07 a écrit :

#609501Bonjour,

Pour moi c'est une traversée du niveau de la HRP bien que différente et un peu plus courte en km ( environ 600) et idem en dénivelé et qui devrait attirer les HRPistes ( dont je suis).

Super souvenir dans les 2 cas.

Super que tu l'aies faite également, je n'ai croisé que deux personnes faisant une traversée autre que le GR5. Le coté Italien était souvent bien sauvage (à part la zone du Viso) comme je l'avais notamment lu ici. Le prix à payer étant la Nebbia!
Intéressante ta comparaison avec la HRP. Je l'envisage sérieusement pour cet été. Si ce n'est ça ce sera la suite de la HRA, entre Suisse et Italie.

Hors ligne

#15 29-04-2021 17:56:59

brons07
Membre
Inscription : 27-06-2015
Messages : 171

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

J'ai suivi pratiquement le topo TRANS'ALPES en 2020 et le topo du même Jérôme bonneaux,  TRANS'PYR pour la HRP en 2019 ( il y a beaucoup plus de variantes sur le topo HRP)
En complément du fond de carte iphigénie et mappy.cz sur tel.
Je pense retourner dans les Pyrénées vers le monte Perdido et alentours 2 ou  3 semaines.
Peut être cette année.

Hors ligne

#16 02-05-2021 09:05:25

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 457

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Salut Arnaud

Quel beau retour, merci cool

Tu as su mettre en mots beaucoup de pensée du marcheur solitaire, sur celui qui a choisi la liberté de son propre chemin, sur ses envies qui évoluent au fil du temps, et sur la gestion du risque entre autre.

Certaines réflexions en particulier résonnent tellement en moi, avec ses dilemmes et contradictions apparentes, mais qui n'en sont pas réellement smile

"J'ai voulu pousser à l’extrême la liberté de choisir mon propre chemin. En étudiant longuement les cartes, les passages. En traçant hors-sentiers. La vérité c'est que dans la liberté de décider de son chemin, il y aussi la liberté de dire "je prends le GR"."

"J'en suis venu à penser, que si j'avais suivi le GR5 j'aurais marché avec d'autres gens.
Pour marcher seul suivre son propre chemin. Pour marcher à plusieurs choisir un itinéraire connu."

"Je crois que pour la première fois je vais payer pour une nuit en refuge ou en gîte. J'ai désespérément besoin d'intérieur pour recharger mon envie de montagne, de lacs, de rochers. Besoin d'ombre. Besoin d'une table. D'une chaise. D'un évier. A quoi ressemble mon visage? Je sens sous mes doigts que ma barbe repousse. Luxe extrême je déborde de trop d'extérieur. Trop de lumière, trop de ciel bleu, trop d'air."

"Plus je marche, plus je bivouaque sur ce trip, moins j'ai envie de m'exposer. Les passages techniques, j'en ai juste pas envie. Je préfère les chemins roulants. En vrai, je suis exposé physiquement au vent, au soleil, au froid, à l’attitude. Et la dernière chose que je veux c'est rajouter un risque de chute. Il y a ce corps, petite coquille au milieu de la montagne. Que j'essaye de tenir au chaud, d'alimenter. A quoi bon me donner tout ce mal si c'est pour risquer de sauter une barre? J'ai juste pas envie de m'exposer. J'avais rarement ressenti ça comme ça."

Et un autre merci pour les très belles photos qui illustrent le récit wink

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#17 12-05-2021 14:13:22

cajba
Membre
Lieu : TLS
Inscription : 21-11-2018
Messages : 54

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Salut Arnaud,

Un grand merci pour ce compte rendu simple et touchant. J'ai été transporté en quelques lignes avec toi durant ce périple, et j'ai eu l'impression de vivre tes joies, tes envies, tes fatigues, tes sensations. Ca me parle beaucoup, et me rappelle ma seule grande rando solo.

Et merci et bravo aussi, car ca me remotive pour aller dans les Alpes, les photos sont très belles !!


Bref, c'est top RL !!

Hors ligne

#18 25-05-2021 13:24:35

You
Ptit lapin givré
Lieu : RP
Inscription : 27-08-2005
Messages : 2 302

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

florencia a écrit :

#610234Salut Arnaud

Quel beau retour, merci cool

Tu as su mettre en mots beaucoup de pensée du marcheur solitaire, sur celui qui a choisi la liberté de son propre chemin, sur ses envies qui évoluent au fil du temps, et sur la gestion du risque entre autre.

Certaines réflexions en particulier résonnent tellement en moi, avec ses dilemmes et contradictions apparentes, mais qui n'en sont pas réellement smile

"J'ai voulu pousser à l’extrême la liberté de choisir mon propre chemin. En étudiant longuement les cartes, les passages. En traçant hors-sentiers. La vérité c'est que dans la liberté de décider de son chemin, il y aussi la liberté de dire "je prends le GR"."

"J'en suis venu à penser, que si j'avais suivi le GR5 j'aurais marché avec d'autres gens.
Pour marcher seul suivre son propre chemin. Pour marcher à plusieurs choisir un itinéraire connu."

"Je crois que pour la première fois je vais payer pour une nuit en refuge ou en gîte. J'ai désespérément besoin d'intérieur pour recharger mon envie de montagne, de lacs, de rochers. Besoin d'ombre. Besoin d'une table. D'une chaise. D'un évier. A quoi ressemble mon visage? Je sens sous mes doigts que ma barbe repousse. Luxe extrême je déborde de trop d'extérieur. Trop de lumière, trop de ciel bleu, trop d'air."

"Plus je marche, plus je bivouaque sur ce trip, moins j'ai envie de m'exposer. Les passages techniques, j'en ai juste pas envie. Je préfère les chemins roulants. En vrai, je suis exposé physiquement au vent, au soleil, au froid, à l’attitude. Et la dernière chose que je veux c'est rajouter un risque de chute. Il y a ce corps, petite coquille au milieu de la montagne. Que j'essaye de tenir au chaud, d'alimenter. A quoi bon me donner tout ce mal si c'est pour risquer de sauter une barre? J'ai juste pas envie de m'exposer. J'avais rarement ressenti ça comme ça."

Et un autre merci pour les très belles photos qui illustrent le récit wink

Flo

J'ajoute

Tout à l'heure je me suis trouvé dans cette sorte de transe hypnotique dans laquelle la longue marche met parfois. Plus rien n'importe, tout est doux. L'effort, le corps, les pas, la douleur. Tout est simple, tout va de soi. La montagne est vivante. Toujours aussi intimidante, mais cela n'importe plus.
Et puis le sortilège fini par cesser. La fatigue redevient fatigue, la douleur douleur et les jambes, mes jambes.

Chaque phrase, chaque mot est juste.
Merci.
(Je le colle dans les récits marquants du forum, tiens)

Dernière modification par You (25-05-2021 13:34:02)


There is a curse. They say : "May You Live in Interesting Times" (Terry Pratchett)
"Le froid est pour moi le prix de la liberté" (Elsa, Reine des Neiges) / "La météo, c'est dans la tête" / φ / (⧖)
Si Edition sans raison indiquée : GolgOrth, Saint Taxe, petites précisions diverses...

Hors ligne

#19 29-07-2021 22:20:49

ArnaudV
Membre
Lieu : Grenoble
Inscription : 10-04-2021
Messages : 6

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Merci pour vos messages,

Florencia, merci beaucoup ton retour, chouette que certaines pensées du chemin résonnent smile Je pars sur la HRP ces jours-ci, j'ai longuement étudié ton compte-rendu de 2015, parcours, récit, logistique, une belle inspiration et une mine d'or d'information!

Cajba et you, merci à vous, vos messages me touche beaucoup smile

Bel été à tous,
Arnaud

Hors ligne

#20 30-07-2021 19:01:57

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011
Messages : 5 457

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Belle balade pyrénéenne alors smile

Flo


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#21 31-07-2021 09:45:13

brons07
Membre
Inscription : 27-06-2015
Messages : 171

Re : [Récit + liste] HRA Ste-Foy-Tarentaise - Menton - été 2020

Bonjour,
Bonne HRP, je te souhaite une météo correcte, pas évident cette année, en sachant que sur une traversée de ce niveau il y a toujours orage et neige .

Hors ligne

Pied de page des forums