Annonce

La nouvelle version du forum est arrivée, merci infiniment à Opitux, Bohwaz et aux beta-testeurs.
Découvrez les nouveautés et faites vos commentaires ici.

#1 22-01-2017 21:32:44

Seraph'
Randonneur occasionnel et léger.
Lieu : St Maurice La Souterraine
Inscription : 08-02-2011
Messages : 730

Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

L'idée première était de se faire une petite rando hivernale, Nathy et moi, seuls, tranquilles peinards... nous, les p'tits zoizeaux.... ! Ouais, une petite rando complète cette fois, non avortée comme ça été le cas pour nous, lors de la sortie igloo 2014/2015 dans les Pyrénées. Et puis on s'est dit qu'on pourrait en parler sur le forum et se faire une sortie igloo dans le Massif Central avec le CLAC. Bien sûr pour ce qui est de la neige en cette saison, fallait pas trop y compter, qu'à çla ne tienne Etienne, on creusera des trous avec une pelle mul....

    A l'annonce faite sur le forum et le nombre incalculable de mails envoyés par-ci par-là à certains membres pro et minants du Cercle Lumineux et Authentique du Centre ( CLAC bis) peu ont pu répondre favorablement. Ce n'est pas étonnant vu la période de l'année, la plupart des gens se retrouve en famille pour fêter le basculement du trois cent soixante cinquième et un quart jour de l'année. Pas vraiment d'importance en fait, nous décidons de partir quand même, qu'importe le nombre de participants. Il s'avère au final que nous nous retrouverons à quatre, nous deux (Nathy et moi) plus le « manisien » Diesel et le grand (1,90m, c'est grand) Clems190.

    Les préparatifs vont bon train, des bricolages sont en cours de fin de commencement, ou le contraire, j'sais plus....
    Création d'une enveloppe isotherme pour mon Vargo Bot, plutôt réussie de part son efficacité.
    Jumelage de deux draps de soie pour une utilisation en duo hivernal sous couette bi-place.
    Passage d'un cordon à la capuche de ma doudoune XXLight D4 en utilisant un lacet d'une chaussure XA3D rendue inutilisable car trop usée.
    Mise en œuvre d'un futur projet de couette semi VBLisable à ressort pentatonique inversé évoqué ici.
    Et cerise sur le gateau : déshydratation de bons petits plats maison. C'est bien évidemment cette opération qui a été la plus longue mais très satisfaisante en tout cas. Poulet basquaise, saucisse au maïs, poulet aux épices, blanquette de veau, tajine d'agneau... ont pu agrémenter nos repas lors de cette sortie.

Jeudi 29 Décembre 2016

    Voulant mettre toutes les chances de notre coté et ne pas commencer la rando après avoir fait les trois heures de route qui nous séparent du lieu de rendez-vous, nous décidons de passer la nuit dans un hotel non loin du départ. On évite ainsi de cumuler de la fatigue inutilement. Notre choix s'arrête (et c'est bien dommage*) sur un appart-hotel à Lac Chambon, près de Chambon-sur-Lac, à dix minutes du col de La Croix Morand, lieu mythique de la rando en question dans le texte. On l'apelle aussi le Col de Diane, vous choisissez c'que vous voulez, je m'en carre...
*Effectivement, c'est bien dommage, car à l'heure où nous faisons une dernière emplette au D4 de Clermond pour acheter la carte topo du Sancy, celle que j'avais datant de vingt ans, la tenancière de l'hotel m'appelle pour me signaler de son inquiètude ne nous voyant pas arriver à l'heure que j'avais estimée ; mais surtout pour nous avertir qu'il y a eu une panne à la chaudière de l'établissement et qu'elle a du mettre un chauffage électrique d'appoint pour nous garantir un certain confort chaleureux lors de l'arrivée. Elle en profitte pour glisser un rapide : « ne vous servez pas de la douche trop longtemps pour que tout le monde puisse profiter de l'eau encore chaude , s'il vous plait, parce que patati patata....»
    Sortis du D4, nous nous faisons caresser la nuque et le visage par un vent glacialement froid, les prévisions météo sont au plus juste, des températures négatives étaient annoncées pour les nuits prochaines, mais le vent ne figurait pas sur la carte....
    En route pour Chambon, le thermomètre embarqué clignotte et annonce « risque de verglas », nous passons devant le château de Murol éclairé occasionnellement pour la nuit, féerique, vraiment dans ce froid silencieux qu'il doit y avoir là dehors alors que nous supportons les 18°C de l'habitacle de la voiture qui finit de nous emmener devant l'hôtel. Nous en descondons, de la voiture, pas de l'hôtel, hein, on n'y est pas encore dedans. Le temps de récupérer toutes les affaires que l'on a besoin pour passer la noye tranquille ou tranquilles, tout dépend qui veut être tranquille , la nuit ou nous, j'ai jamais vraiment sû comment écrire ça. J'aurais pu dire passer la noye au calme, pas d'ambiguïté de cette manière.... bon, pour la prochaine fois, alors.
        Nous pénétrons dans le vestibule de l'hotel, nous sommes acceuillis par un  froid de caverne de l'ère glaciaire. Au fond un halogène diffuse une lumière forte mais qui fait penser à l'éclairage de grottes préhistoriques révélées pour les touristes, Lascaux, Chauvet, Niaux me viennent en tête sur le moment... Nous gravissons les degrés (qui doivent avoisiner aussi les zéro) nous menant au deuxième étage, là où justement se trouve notre chambre. Nous entrons, et nous sommes maintenant vraiment sûrs qu'il y a une panne de chauffage dans l'hôtel. Nathy constate que le chauffage d'appoint branché par Mme la proprio n'a pas son commutateur sur « I ». Peut-être que cette dernière croyait que le « O » signifiait « On). Rapidement, nous mangeons puis nous prenons une douche avec une hésitation certaine craignant la température de l'eau à la chaleur de la turne dont le radiateur à mille peines à faire grimper l'ambiance calorifique.
    Pas de drap de litterie, seulemment une couette sans housse jetée sur deux matelas simples juxtaposés. Cela nous a permis de tester en condition le drap de soie jumelé. Et en condition pré-rando hivernale, je vous prie. Test positif.

Vendredi 30 Décembre 2016

    Le réveil sonne à huit heures, je tire les rideaux, le simple vitrage (quoi, au XXIème siècle ?) de la fenêtre est embué partiellement et dévoile une très belle vue sur le lac de Chambon, qui lui aussi est très beau avec le givre ornant la glace qui repose (peut rien faire d'autre à c'te heure, il est trop tôt) à sa surface. Dans la chambre, il y fait juste bon, il a fallu toute une nuit pour arriver à chauffer cette taule. On s'enquille un p'tit déj réveillateur (ça se dit, je viens de l'écrire), nous descendons régler la taxe de séjour, nous croisons la tenancière des lieux qui s'enquiert de la qualité de notre nuit. Un peu couillons et fort polis, tels que nous pouvons l'être, nous lui disons que ça a été. Elle se confond en désolades, ceci-celà, quant au désagrément que nous avons pu rencontrer dû à cette panne de chaudière. J'ose pas lui dire que pour moins cher, on va dormir dehors sous tarp par des moins °C !

    Nous rembalons nos affaires dans le coffre de la voiture, un rapide coup d'oeil sur le thermomètre laissé pour la nuit sur la plage arrière de la voiture nous indique un -8,5°C majuscule. J'en ai froid dans le dos et pense que si c'est le cas pour les prochaines nuits, ça va être « chaud » pour dormir sereinement. Enfin, on verra...
    Un petit arrêt à la boulangerie de Chambon-sur-Lac me permet de faire le plein en croissant et chocolatine (ou pain au chocolat, suivant les régions) à 90 centimes l'unité, je précise pour les ignorants ! Les petites viennoiseries de la démarrante du CLAC ! ! ! Nous continuons sur la D996, nous amenant direct, sans changement, au parking du col dont il est question quelques lignes plus haut. Nous nous garons, très peu de voiture y sont présentes. Vu le temps qu'il fait, j'hésite à mettre mes Mid de chez Salomon. Le temps est très sec, il n'y a pas eu de précipitation visiblement. Je garde aux pieds mes basses de chez D4 pour le moment. Toujours personne, nous decidons d'aller nous réchauffer et d'aller se prendre un p'tit café au rade du gite de la Croix de Morand. Nous entrons, commandons les boissons, nous nous attablons....
    « -éh, tu vois, on aurait pu dormir ici cette nuit, et en plus c'est moins cher qu'à Chambon » me fait remarquer Nathy.
Mince, oui ! Dis-je d'un air qui n'en est pas un....
Avec un petit déj en supplément …enfin tant pis
A tiens voilà Diesel, changeais-je de sujet

    Ce dernier rentre, nous salut et s'attable, son estomac n'aimant pas le café trop près du petit déjeuner, décline l'offre à la première personne du singulier l'invitant à se joindre à la buvance des notres (des cafés). Quelques minutes plus tard,  5.6 plus exactement se présente Clems190 sur le parking du gîte, il vient nous rejoindre, et se commande un caoua. Ben ça fait du bien !
Nous prenons des nouvelles des uns et de l'autre. Alors, ça va, toi ? Oui et toi ? Très bien, et toi?(pour faire court, hein, on va pas tout vous dire, y en a qui seraient vexés, se sentant visé)

    Les consomations réglées, nous apprenons par le tenancier du rade que l'accés du Puy de Sancy par la Croix Morand est interdit par les randonneurs en raison d'un incendie qui s'est déclaré il y a quelque jours. Cela met un bémol à l'organisation. Nous décidons de gerer ça au moment venu. Ce passage se fera après demain. Nous sortons du bar, il est 10h15.  Ah ! J'oubliais, les croissants. Hop ! Hop ! Et voilà la première pause miam-miam de la journée, chacun se sert de la viennoiserie de son choix préféré. Bon c'est pas folichon comme goût, rien à voir par exemple aux viennoiseries que Richardu63 avait amené lors d'une sortie du CLAC ici même en Auvergne, il me semble, de mémoire.
    Je dresse la carte Top25 du Sancy devant nous et rappelle sommairement le tracé de la rando. Bon, à première vu la first étape peut se faire « fingers in ze pocket » et pas « in ze noze », (bande de dégueulasse!), Col de Dyane (célèbre pour son AKA!)> Banne d'Ordanche, bien énervé, ça se fait rapidement d'après les experts locaux (loco, si!) suivez mon doigt, je ne montre personne comme disait un bijoutier que j'ai connu. Bien alors en avant.

    Nous entamons le parcours en suivant la route goudronnée qui elle, descend vers le Mont-Dore. Et d'un commun accord de quatre notes (« chacun a son timbre de voie », comme dirait un facteur de la SNCF), nous décidons de couper à travers champs, ou plutôt à travers estives, les champs c'est plus un peu plus ailleurs qu'ici. Nous marchons allègrement, devisons de tout et de rien comme d'habitude, le sol est encore bien gelé sous nos chaussures mais ailleurs aussi, vous inquiétez pas, ce n'est pas en posant un pied par terre que celui-ci gèle instantanèment, hein, c'était comme ça avant, on fait pas dans le miracle encore... Diesel se permet le luxe de faire un selfie du groupe de randonneur du CLAC de fin d'année 2016, c'est pas qu'il a un tél avec objectif grand angle, mais c'est que nous ne sommes que... quatre, alors nos bobines logent à l'aise sur son écran, y a même de la place pour une autre personne. Personne ? Non, bon, on continue. Quelques pas plus tard, toujours l'intrépide  « manisien » arrive à la première « difficulté » de parcours : la traversé d'un cours (mais très court) d'eau gelé : « là où je fais une croix avec mon bâton, il ne faut pas marcher » semble traduire la photo prise à ce moment si risqué... Nous réussisons à faire fi de la péripétie et continuons pour se rendre compte que nous sommes un peu enfermés par la clotûre barbelée, fléau des plateaux d'Auvergne et nous pousse au final à déployer notre souplesse ainsi que nos jambes pour sortir de ce cloisonnement infernal. Nous réussissons finalement, n'étant pas de première jeunesse, mais quand même, faut pas exagérer... Nous nous retrouvons sur le GR30 et décidons, comme l'indique le tracé initial de couper, rejoindre la crète qui surplombe le Lac de Guéry et ainsi rattrapper le GR30 qui continue en direction du dit lac et du sud par la même occasion. Autour de nous s'étalle ces belles montagnes et une vaste étendue d'herbe déséchée par le manque de pluie. Sans ce froid vif qui nous pique le visage, on pourrait se croire en été, cet été qui rend la végétation plus sèche que les vastes plaines du Far-West... La chaîne du Sancy nous surveille dans notre dos, devant nous, au loin, le Puy de Dôme domine la plaine clairmontoise noyée dans une mer de pollution grise et stagnante. Sur notre gauche, là-bas, la Banne d'Ordanche nous fait de l'oeil. C'est dans ses environs qu'on devrait bivouacquer ce soir, enfin, on verra car il est 11h45 et on a envie de faire une petite pause  grignottage. Nous décidons de nous arrêter en vue du Puy de l'Ouire et nous surplomboms ainsi le Lac de Guéry partiellement dans l'ombre. Nous décidons de déjeuner au bord de celui-ci, le temps de finir la pause et de s'y rendre, il sera l'heure, à vue de nez 13h04.

5506_img_2941_11-01-17.jpg " là où je mets la croix..."
5506_img_2944_11-01-17.jpg La Banne D' Ordanche, au loin.
5506_img_2951_11-01-17.jpg La chaine du Sancy, au loin derrière nous. On peut voir les fumées de l'incendie
5506_img_2956_11-01-17.jpg Rencontre avec les premières neiges
5506_img_2961_11-01-17.jpg Le lac de Guéry tout en bas.
5506_img_2964_11-01-17.jpg Quatre sacs muls ou de muls

    En gagnant le lac, nous faisons un p'tit détour sur le panorama des fameuses roches Tuilière et Sanadoire. Ce sont des promontoires d'origine volcaniques qui ont la particularité d'avoir été formés complètement différemment tout en étant situés à quelque milliers de mètres l'un de l'autre. Ensuite, nous nous dirigeons vers les rives du lac en espérant trouver un petit coin, un gros fera l'affaire aussi, au soleil car nous nous voyons mal déjeuner à l'ombre avec le fond de l'air aussi vif. Nous n'avons pas de peine à trouver ce petit endroit miracle, la berge au soleil sur quelques mètres de large, le reste à l'ombre des sapins. Nous nous asseyons en face du lac gelé. En effet une couche de glace de deux centimètres immobilise la surface de l'eau, c'est beau, le soleil y reflète et je pense qu'il est responsable en partie des rougeurs aux joues, les miennes en tout cas, apparues les heures suivantes... Au loin sur notre droite des plaisantins lancent des projectiles sur l'onde glacée. Ce sont des morceaux de glace qui se brisent à l'atterrissage. Les morceaux glissent en faisant un très joli bruit cristalin qui s'évanouit dans l'air. Je ne sais pas qui d'entre nous a commencé mais trouvant le bruit très agréable à l'oreille, nous faisons de même. Clems190 a même l'idée de faire une partie de golf pétanque. Le jeu consiste à lancer un projectile  dans un trou réalisé au préalable par le jet d'une grosse pierre. Jeu d'adresse transformant rapidement  en champ de bataille la belle surface de glace, j'accuse la mauvaise foi de certains qui ont voulu gagner.... Enfin, à la fonte de la glace, il ne paraitra plus rien du « carnage ».

5506_img_2965_11-01-17.jpg Les roches Tuilière et Sanadoire.
5506_img_2966_11-01-17.jpg Le lac de Guéry de plus près.
5506_img_2972_11-01-17.jpg Clems190, représentant en miroirs et glaces...
5506_img_2973_11-01-17.jpg Une partie de golf-pétanque en phase finale.

    Après quelques tranches de saussissons, de graines, de fromage, de poulet basquaise échangés, nous reprenons la route, le chemin du moins. Nous contournons le lac et voulant éviter une côte à grimper qui suit le Gr en limite du Bois de Guéry, nous décidons de partir encore une fois à travers... le sol, heureusement gelé, n'est que sphaigne et tourbe, que nous arrivons à traverser le pas léger. Nous passons ensuite à travers bois et atterrissons pile au début du chemin qu'un gars du groupe voulait pas se taper because ça grimpait à en couper les jambes. Bon, on a mal calculé le point de chute, on se tape la côte, bien raide, en effet, mais très jolie en lisière de forêt.
    Nous arrivons au sommet, là se trouve un couple de parents avec leur enfants un peu désorientés, qui nous demande en gros où on est. Du coup, je leur sors la carte et leur montre là où nous nous trouvons. Plus tard, en continuant notre route, nous vîmes une multitude de promeneurs sillonner les environs. C'est assez étonnant vu les températures du moment, mais bon, on va pas leur dire de rentrer chez eux, même si certains d'entre eux crient à tue-tête ce qui est fort désagréable et irrévérancieux envers cette nature si enchanteresse. Nous faisons la pause de 4 heures au Puy Gros. Débattant sur le lieu de bivouac et la possibilité de ravito en eau. A l'unanimité nous optons pour dormir à la ferme du Mai. « S'il y a une ferme, il y a de l'eau » en déduit Diesel. C'est pas faux. Il y en avait plus qu'il en fallait de l'eau.

5506_img_2986_11-01-17.jpg Au Puy Gros, il fait pas froid, non...

    Nous arrivons sur les lieux, une étrange infrastructure en ruines ne ressemblant aucunement à celle d'une ferme. Enfin, la visite nous permet de voir où nous implanter, où manger...
    Chacun installe son bivouac. Le sol est comme du béton à cause du gel ou du béton sous l'herbe, je ne sais pas. Après ça, nous allons rejoindre la crête au dessus de la ferme, assister déjà au coucher du soleil. Ce silence, ce ciel rougeoyant, ces étoiles naissantes, ce vent si froid... tout ça nous laisse contemplateurs et émerveillés.

5506_img_2991_11-01-17.jpg Le soleil s'est couché, le froid envahit l'espace...

          Nous rejoignons la zone de bivouac pour passer  à table. Deux stèles en béton à l'intérieur d'un batiment dépourvu de portes et de fenêtres nous laissent nous assoir et préparer nos repas. Chacun a son p'tit réchaud qui se met en route pour chauffer son manger. A cette vue, je propose que lors d'une prochaine rencontre du Clac où nous sommes aussi nombreux, il serait plus sage de partager le portage de la bouffe, de la popotte... Quatre personnes et trois réchauds qui tournent en même temps, c'est pas vraiment mul. On se met d'accord que pour une prochaine fois on s'organisera un tantinet mieux. Enfin, ça n'a pas empêché de passer une soirée bien sympa à l'abri du vent et à la lumière de deux bougies apportées par Clem190, donnant un air festif à ce soir de 30 décembre. Souvenirs, histoires drôles (ou pas), expériences ont ponctués ce repas. Nous décidons d'aller nous coucher, il est 19h00 à peu près. On se prépare pour la maison de retraite, là ! Mais, bon, le froid tombe, le thermomètre indique déjà -2 . Une petite séance d'astronomie plus tard, nous gagnons nos abris. Notre tarp est monté en abris quasi-Olivier avec ouverture avant pour observer les étoiles avant de nous endormir. Un abri Olivier avec un tarp 3x3, ça s'appelle un palace, y de la place pour 4 si on s'y prend bien.

Samedi 31 Décembre 2016

    A huit heures, nous sommes réveillés par l'alarme de mon téléphone. Il ne fait pas jour franchement, le soleil est levé mais est encore caché derrière la montagne, illuminant le ciel mais laissant le paysage dans la noirceur de la nuit qui s'évanouie. La nuit a été bonne, pas eu froid avec le système de couchage expérimental pourtant mon thermomètre à enregisté -5,7°C dans la nuit. Nous nous levons tranquillement, préparons le petit déjeuner, vraiment sans se presser. Nous sommes cependant témoins d'un phénomène météo assez spectaculaire: au fur et à mesure que le soleil apparaît, la température inscrite sur le thermomètre baisse à vue d'oeil est atteint les -8C puis l'écran se couvre de givre. L'humidité du sol s'évaporant aux rayons du soleil produit du givre et baisse la température au ras du sol.

5506_img_3008_11-01-17.jpg Les abris au petit matin.

    Enfin quand tout est remballé, nous mettons les sacs sur le dos, il est 10h00. Ah oui, on a pris le temps, là. Bon, on est pas aux pièces.
    Nathy souffre suite à une chute qu'elle a fait il y a 15 jours sur le coccyx. Elle ne souffrait pas quelques jours avant le départ, mais la douleur s'est réveillée, me semble t-il lors des franchissements des clotûres barbelées. Le démarrage à froid se fait pas trop mal, nous marchons en direction de la Bane d'Ordanche. Arrivés à son pied, Nathy décide de ne pas monter au sommet pour ménager sa douleur, de toute manière nous reviendrons sur nos pas. En effet, notre itinéraire ne passe pas par ce sommet, mais la vue qu'il y a là-haut est fantastique. On surplombe La Bourboule, et on peut clairement y voir les voitures et les gens se déplacer dans les rues. Un peu comme une maquette animée.

5506_img_3010_11-01-17.jpg En avant vers la Banne d'Ordanche.
5506_img_3014_11-01-17.jpg Sous nos pieds, La Bourboule.

    Quelques minutes plus tard, c'est l'assaut général de la Bane, des coureurs à pieds, des marcheurs, à deux pieds ou quatre pattes prennent la direction du sommet. Nous avons dèjà entamés la descente avant l'embouteillage par les promeneurs du dimanche, sauf que là, on est samedi.
    Nous rejoingnons Nathy qui nous attendait en surveillant nos sacs, oui, nous les avions posés avant de monter, inutile de porter pour rien (c'est mul, ça, non?). Nous prenons ensuite la direction de la ville, trois quart d'heure de descente partiellement dans des sous-bois. Nous avons pu faire l'appoint en eau à plusieurs reprises, en effet celle-ci ne manque pas par ici.

5506_img_3026_22-01-17.jpg Quelques cours d'eau traversés.

    Nous arrivons à l'entrée de La Bourboule. Clems et moi, nous nous mettons au soleil en nous asseyant sur la glissière de sécurité en bois qui longe la route. Un coup d'oeil à la carte nous fait comprendre que l'on arrivera pas au refuge du Merdençon avant le coucher du soleil. Nous faisons part de cette constatation à Nathy et Diesel qui viennent de nous rejoindre. Je décide d'aller au supermarché non loin de là pour acheter de quoi gonfler le repas de réveilon ce soir.
    « Nous, on suit le GR, on traverse la Dordogne et on t'attend, dit Clems
Ok dis-je, à tout-à l'heure, au pire on a nos téléphones... »
    Je rejoins le groupe après avoir fait quelques emplettes, oh, un tout petit peu, mon sac est bien plein. Le groupe se compose de Diesel et Nath, pas de trace de Clems190. Celui-ci est parti repérer un coin sympa au soleil pour déjeuner. Diesel, Nathy et moi décidons de continuer, étant donné que Clems nous précède, il est inutile de rester immobile. Il ne fait pas chaud, là. La fraîcheur ne veut pas quitter la vallée. Au final, c'est Diesel et moi qui trouvons un coin sympa, ensolleillé à souhait, bien sûr nous étions en tête du groupe et avons raté le chemin qu'il fallait prendre, il fallait tourner à gauche sur un sentier qui grimpait tellement qu'on a écouté nos estomacs qui criaient famine et avons continué tout droit. Coup de tél de Clems190 : il se demande où on est, on lui explique. Lui, il nous explique aussi qu'on s'est planté. Moi, je lui explique que pour prendre de l'avance, j'ai mis la popotte en route, ainsi Nathy n'aura pas à attendre. Bon, du coup, ils posent leurs sacs en les cachant bien et viennent nous rejoindre. Cela s'est avéré être bien comme ça, car par la suite, nous n'avons pas trouvé de place au soleil.
    Et nous voilà reparti après une pause déj d'une demi heure à peine. Clems et Nath récupèrent leur sac et nous continuons en direction de la Stèle. On s'est planté une fois ou deux, les pannonceaux indiquant la bonne voie n'étaient pas toujours bien orientés, il y en avait même un qui se trouvait dans le dos, du coup, on l'a pas vu. Il faut dire que l'on marchait un peu vite, peut-être, aguichés par la festoyade de ce soir ou par la fatigue. A plusieurs reprises, nous avions dû regarder la carte car il y avaient beaucoup de chemins qui partaient à droite ou à gauche et il ne s'agissait pas de prendre trop de retard, le soleil baissant assez rapidement. Finalement, nous réussissons à emprunter le chemin qui nous mènera sur la Montagne de Bozat. Ce chemin est un peu une montée à la Golgotha, sauf que nous avions pas la croix, quoique.... Aux deux tiers de la monté, une arrêt technique s'est imposé au trois quart des effectifs, comme quoi, on en a ch....
    Nous débouchons sur la montagne dont le nom est mentioné plus haut. Cela fait un magnifique plateau désert où quelques rochers se sèment tout seuls cà et là. Un véritable décors de film western, toute la chaine du Sancy au sud ouest nous barre la vue, la foret en contrebas qui se termine en pointe cacherait bien un ou deux indiens aux aguets... Nous longeons un mince filet d'eau qui chante sous une épaisse couche de glace. L'eau nous manque à cette heure. On arrive cependant à en récupérer. On fait un point de localisation. Clems190 me montre la montagne dont la forme se découpe bien nettement à l'Ouest ( il s'agit en fait du Mont Redon) et me dit que la station de Chastreix se trouve par là-bas, et le gite encore un peu plus en contre-bas. Nouvelle consultation de groupe, soit on arrive au gite vers 18h00, dans le noir, soit on bivouac sur la crête de la montagne où nous nous trouvons et profitons du peu de lumière du jour pour installer notre bivouac. On opte pour la deuxième solution, car on n'est pas sûr que le gite ne soit pas occupé par les autoctones comme c'est souvent le cas pour le nouvel an dixit l'expert régional d'ici.
    Dernière petite grimpette et nous nous trouvons sur une aire bien grande et bien plate. Je pose mon sac et vais faire un tour, voir où nous installer. On trouve un petit groupe de rochers qui au final nous a permi de mettre mon tarp de manière à couper du vent qui se lève. De l'autre coté, j'installe le tapis de sol pour pouvoir préparer le couchage. C'est une chose que je ne fais jamais, pour la raison suivante : j'ai toujours peur que les affaires prennent l'humidité, c'est pour ça que je m'installe toujours au dernier moment, quite à le faire dans le noir. Et cette fois n'aurait pas du être une exception.
    Nathy étant un peu fatigué, elle s'allonge sur le tapis de sol, je la revêt de la couette. Elle a réussi à faire une sieste de 10 minutes, le temps pour Clems et moi d'installer l'abri pour le repas du soir.    
    Le soleil commence sérieusement à se coucher, les ombres s'allongent, une brise se lève glaciale. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, une fine couche de givre se dessine sur le tapis de sol et envahi la couette que Nathy a laissé prête pour dormir. Du coup, je la range dans mon sac, inutile de rentrer dans une couette gelée. Le thermomètre passe dans le négatif instantanément imité par la température ambiante, l'herbe blanchit littéralement à vue d'oeil et crisse sous les pas... C'est beau, mais c'est froid.
    Chacun s'est installé pour manger et s'est préparé une soupe, question de se réchauffer. Le tarp posé ainsi ne protège pas trop mal. Clems allume les bougies qui restent de la veille. Je pense à l'abri de Wax avec ses panneaux réfléchissants.... Avec Clems, on évoque même Ginette et sa cheminée du CSE... Un peu plus tard on parle même des pauvres gens qui sont au chaud dans leur maison avec leur électricité, leur eau courrante, le feu de bois dans la cheminée, le radiateur dans la chambre... Ils ne savent pas ce qu'ils ratent ici. Le thermomètre est en train de se coincer vers les -5/-6°C à l'abri du vent.
    Après la petite souplette, voilà qu'apparait un petit bloc de foie gras proposé par Clems, Nathy sort les galettes de maïs. Les deux vont super bien ensemble. Un saucisson et un chorrizzo essayent de s'incruster sans trop de succès et pour cause. Foie gras à température ambiante, très bon, difficile, voir impossible à tartiner.
    Ensuite, je sors la suite, résultat de mon arrêt au supermarché de La Bouboule : un demi litre d'huile et 800 gr de viande à fondue. J'ai lesté mon sac d'un kilo trois cent... pour la bonne cause et pour l'effet de surprise. L'huile est versée dans le bol en titane de Nathy, et mise en chauffe. Le froid, le gaz.... un petit peu galère à gérer, mais on apprend vite l'intérêt d'un réchaud avec bouteille déportée. La fondue était la bienvenue, même si des fois l'huile avait du mal à chauffer lorsqu'il y avait quatre morceaux de viande sanguignolante dans le bol. De plus une petite bouteille de champagne a fait aussi son apparition, la pauvre, elle n'a pas trop souffert. Servie aussi à bonne température, le champ' s'est révélé être en adéquation avec l'ensemble. Nous trinquons à cette année qui se termine et à tous les gens à qui on pense qui sont de sortie cette nuit là, le CSE, les pyrénéens... et d'autres bargeots comme nous qui vont trouver du réconfort dans la chaleur humaine qui se les gèle en ce moment.

5506_img_3036_22-01-17.jpg Bougies, champagne et fondue, c'est pas festif, ça?

    Nous arrivons à finir la viande, 200 gr en moyenne par personne, c'est pas mal et surtout, cela nous permettra de chauffer le système et combattre ainsi le froid. Toujours -5°C.
    Il est à peine 20h00, on décide de se coucher, il n'y a plus rien à manger, nous sommes bien repu aussi. Je propose à Nathy d'aller marcher un petit peu  question de ne pas rentrer sous la couette en ayant froid. On observe les étoiles, la lune fait une rapide apparition à l'horizon, toute rougeoyante, elle a replongé au bout de dix minutes.
    Nous nous couchons. Je décide de faire une bouillotte pour être sûr d'avoir les pieds au chaud au moment de s'endormir. Le Vargo Bot et son enveloppe isotherme DIY ont rempli avec succés leur rôle.
    Nous sommes réveillés par des détonations : il doit être minuit, dans la vallée au nord, ils fêtent le passage en 2017. Je me dis que j'ai dormi quatre heures d'une traite, c'est pas mal, je me suis reposé. La bouillotte est encore tiède. Plus tard dans la nuit ( à 4h00 du mat' d'après Diesel) je remet la bouillotte en chauffe pour optimiser le confort au pied du couchage. Une grosse flamme éclaire le tarp, mon sac ! La bretelle de celui-ci s'est trouvée un peu trop près du réchaud. Mais la flamme s'éteint de suite, ouf !

Dimanche 1er Janvier 2017


    Nouvelle sonnerie du réveil. 8 h00. La plaine est blanche de gelée, les abris sont bien givrés. Le thermomètre a enregistré un -10,7°. La nuit a été bonne, une bonne bouffe, une bouillotte, ce sont des plus à ne pas négliger par temps froid.

5506_img_3041_22-01-17.jpg Il est bien givré, le "manisien" de service...
5506_img_3039_22-01-17.jpg Le soleil se lève à .... l'Ouest, étrange, non?

    Le petit déj' se compose d'une bouillie de flocons d'avoine bien onctueuse, un régal pour commencer la journée quand il fait froid. Viennent aussi à la suite quelques tranches de foie gras sur toasts de galettes de maïs, très bon au p'tit déj.
    Nous consultons la carte pour voir la marche à suivre dans les prochaines heures. Nous nous dirigerons vers le Salon du Capucin pour rejoindre le Mont-Dore, puis direction la grande cascade.     La route que l'on avait envisagée d'emprunter passait par le sommet du Sancy et nous aurait conduit sur le Gr4 en direction du Roc Cluzeau, mais cet itinéraire n'est pas conseillé en raison d'un incendie qui s'est déclaré il y a quelques jours, j'vous en ai déjà parlé quelque part.

5506_img_3055_22-01-17.jpg Guirlande de glace où on remplit les bouteilles.

    Nous rejoingnons le Mont-Dore, nous en profitons pour nous débarrasser de nos déchets de la veille. Nous prenons la route en direction de la Grande Cascade, dernière grosse montée avant la halte déjeuner. Petite pause photo, ravito en eau très très froide et une série de marches d'un escalier métallique qui nous coupe les jambes,  nous débouchons sur un replat qui nous offre une belle vue où l'on domine le Mont-Dore. Diesel a déjà débalé son sac pour la pose déjeuner. Nous nous affairons chacun à refaire le plein d'energie. Le foie gras de Clem étant fini, enfin celui qu'il a amené, hein, pas le sien à lui, c'est au tour de Diesel de faire péter le sien. De mon coté, je nous (Nathy et moi) prépare la réhydratation d'un poulet aux épices. Ainsi s'allège-t-on considérablement. Le soleil brille et arrive presque à nous réchauffer malgré le petit vent qui a tendance à se réveiller. Mais il ne fait pas assez « chaud » pour faire la p'tite sieste digestive.

5506_img_3057_22-01-17.jpg La grande cascade.
5506_img_3061_22-01-17.jpg La montée d'acier.

    Nous repartons après une demi-heure de pause et nous rejoignons le parking de la Croix St Robert. Dernière étape à faire jusqu'au col de Dyane où sont garées nos voitures dans son parking. La monté sur le Puy de l'Angle. Assez raide, cette côte, j'enlève le coupe vent et reste avec mon haut en Mérinos manche longue. Un peu juste pour du statique, mais l'effort que l'on va fournir va nous faire dégager des calories.    
    Tout au long du trajet, nous rencontrerons pas mal de promeneurs du dimanche ça tombe bien, hein ? Puis nous entamons la descente vers le parking. Le soleil est caché derrière le Puy de la Tache, la température baisse fortement. Arrivés au parking, on se dit au revoir et décidons de nous revoir bientôt pour une nouvelle rando du CLAC ou pas du CLAC.

5506_img_3068_22-01-17.jpg Là-haut, c'est le Puy de l'Angle.
5506_img_3079_22-01-17.jpg Vue du Puy de la Tache, nous venons de là-bas...
5506_img_3082_22-01-17.jpg ... et nous allons tout en bas, au parking.


    Synthèse de la rando : une bonne ambiance, un beau paysage, de la bonne nourriture.. ce sont de bons ingrédients pour la réussite d'une rando, même si nous n'avons pas suivi l'itinéraire initial. Nous essayerons de nous lever plus tôt la prochaine fois. Tout au plus, prendre moins de temps entre le réveil et l'heure de départ. Mais nous étions en mode super no stress, y avait pas l'feu, hein ? Enfin si par là-bas vers le Puy de Cacadogne.

Edit1: Photos (d'autres à venir)
Edit2: Le reste des photos et mise en page.

Dernière modification par Seraph' (22-01-2017 22:18:17)


"MULisez"-vous l'esprit, vous aurez gagné la moitié de votre vie.

"L'essentiel dans la vie n'est pas de faire ce qu'on veut mais de faire ce qu'il faut. Et des fois ça prend plus qu'une vie".

"La moitié du monde rit de l'autre et la sottise gouverne tout. Selon votre point de vue, tout est bon ou tout est absurde. Ce qui passionne l'un, l'autre le méprise. Celui qui juge de toutes choses à l'aune de ses propres opinions est un insupportable idiot." Baltasar Gracián

Hors ligne

#2 23-01-2017 03:14:17

Doc
Membre
Lieu : Région Parisienne :(
Inscription : 19-04-2015
Messages : 966

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Super compte rendu comme d'hab avec le CLAC, même en comité réduit big_smile


Commence par faire ce qui est nécessaire, puis ce qui est possible, et subitement, tu te surprendras à réaliser l’impossible
- Saint François d'Assise -

Hors ligne

#3 23-01-2017 10:16:59

vogesus
Membre
Inscription : 06-01-2011
Messages : 816

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Salut seraph'  smile

Sympa le récit et les photos , rien de tel que le froid sec pour marcher.
Le système de couchage ,de diesel je suppose, est très interessant.

@+ vogesus


Se prononce voguézus  big_smile

Hors ligne

#4 23-01-2017 11:04:04

tolliv
Membre
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Messages : 2 386
Site Web

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Chouette compte-rendu, on s'y croirait !

Hors ligne

#5 23-01-2017 14:55:58

hayduke
Membre
Lieu : val de marne
Inscription : 08-12-2014
Messages : 139

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Bravo Séraph pour ce récit très vivant et bravo au CLAC qui a su bravé le froid avec brio ! Je vois que vos rando sont toujours aussi gourmande, il va falloir que le PIF s'en inspire !
J'ai hâte de remarcher avec vous (dans les étangs de la Brenne le week-end du 1er Mai, qui sait ? ).

Hors ligne

#6 23-01-2017 15:06:00

Richardu63
Membre
Inscription : 30-03-2015
Messages : 341

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Merci pour ce beau texte et ces jolies photos, certainement la rando la plus froide depuis la création du CLAC !!
Hâte de vous revoir  wink

Hors ligne

#7 23-01-2017 16:26:41

Diesel
P.U.L. Pingouin Urtiquant Libre
Lieu : Terre du Milieu
Inscription : 05-07-2006
Messages : 1 028

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Les randos du CLAC sont toujours chaudes (humainement parlant).  big_smile
Mais il arrive parfois que les températures soient basses. On a eu de la chance, le temps était très sec hormis le 3ème jour ou nous avons eu plus d'humidité et surtout beaucoup plus de vent. A noter la force de caractère de Nathy qui a marché en étant convalescente. C'est déjà cassant comme parcours en étant en pleine santé, alors en hiver avec le froid et la douleur, je lui tire mon chapeau. wink

Un grand merci à Seraph' qui c'est encore tapé le retour à lui tout seul (et sans doute aidé par Nathy aussi).

Bientôt des nouvelles des prochaines sorties ?  smile


"The more you carry in your head, the less you carry on your bag"
"War is peace
Freedom is slavery
Ignorance is strengh"

Hors ligne

#8 23-01-2017 16:50:59

Diesel
P.U.L. Pingouin Urtiquant Libre
Lieu : Terre du Milieu
Inscription : 05-07-2006
Messages : 1 028

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

vogesus a écrit :

Salut seraph'  smile

Sympa le récit et les photos , rien de tel que le froid sec pour marcher.
Le système de couchage ,de diesel je suppose, est très interessant.

@+ vogesus

Oui, enfin, si on veut. Il fallait bien que ça rentre dans mon sac, j'ai pris celui que je préfère et il n'est pas très grand (ultimate direction fastpack 20). roll
Une micro tarp pour se couper du vent au niveau de la tête et le matériel en cas de grésille (ou autre)
Un bout de polycree pour protéger le matelas.
Un matelas NéoAir Trekker (il peut se passer du polycree mais c'est toujours pratique d'avoir un bout de quelque chose pour poser ses affaires).
Un sursac imper/respirant (j'ai ressorti mon vieux D4) pour protéger des éléments et surtout du vent.
Sac de couchage warmth kolba + (450g de duvet de canard -2° -10°C limite confort).


"The more you carry in your head, the less you carry on your bag"
"War is peace
Freedom is slavery
Ignorance is strengh"

Hors ligne

#9 23-01-2017 17:33:29

Ezequiel54
MULimaliste
Lieu : Lorraine
Inscription : 19-10-2016
Messages : 1 382
Site Web

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Salut,

Diesel : il fait quelles dimensions ton tarp ?

En tout cas, joli retour, c'est plaisant à lire et à voir une telle ambiance  big_smile

Edit : orthographe

Dernière modification par Ezequiel54 (23-01-2017 19:05:28)

Hors ligne

#10 23-01-2017 17:41:30

JJondalar
Membre
Lieu : Estérel
Inscription : 15-06-2011
Messages : 1 220
Site Web

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Bravo le CLAC. smile  Chouettes photos, récit très vivant et plein d'humour.


La mésange à tête noire et la sittelle sont d'une compagnie bien plus vivifiante que celle des hommes d'État ou des philosophes; au retour on va considérer ces derniers comme de bien piètres compagnons."
H.D.Thoreau, Une promenade en hiver.

Hors ligne

#11 23-01-2017 18:11:16

Road Tripeur
Membre
Inscription : 04-07-2014
Messages : 186

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Ezequiel54 a écrit :

Diesel : il fait quelles dimensions ton tarp ?

Losange de 240x180cm si j'ma pas gouré...
http://www.ustbrands.com/product/all-weather-tarp/

Hors ligne

#12 23-01-2017 18:11:58

Diesel
P.U.L. Pingouin Urtiquant Libre
Lieu : Terre du Milieu
Inscription : 05-07-2006
Messages : 1 028

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Ezequiel54 a écrit :

Salut,

Diesel : il fait quelles dimensions ton tarp ?

En tout cas, jolie retour, c'est plaisant à voir lire et à voir une telle ambiance  big_smile

Merci, il y a pas mal de gens sympa au CLAC. Et ailleurs aussi. wink
Oups oui, j'ai oublié de donner son p'tit nom
C'est le UST - BASE All Weather Tarp 2.40x1.80m en losange.
C'est vraiment petit, je ne l'utilise que comme ça pour me protéger la tête avec un sursac ou assis plié en 4. lol
Le 2.40m fait illusion. Vu que c'est en losange, on n'a pas intérêt à bouger d'un millimètre quand il pleut si on l'utilise comme une tarp (et à condition que la pluie tombe bien verticalement bien évidement).


"The more you carry in your head, the less you carry on your bag"
"War is peace
Freedom is slavery
Ignorance is strengh"

Hors ligne

#13 23-01-2017 19:07:13

Ezequiel54
MULimaliste
Lieu : Lorraine
Inscription : 19-10-2016
Messages : 1 382
Site Web

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Cool, merci à vous 2 !

C'est un bon "abris" d'appoint quand on envisage de dormir exclusivement en sursac (ce que je vais tester dès que ce sera faisable en lorraine, ca pique ici !)

Dernière modification par Ezequiel54 (23-01-2017 19:07:39)

Hors ligne

#14 23-01-2017 19:07:59

domweb
Membre
Lieu : Marseille
Inscription : 19-10-2011
Messages : 2 867

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Bravo, le CLAC ! smile

J'aime ces doux paysages.

Diesel, j'ai une question à propos de ton abri : où prévois-tu de faire passer le tuyau de la cheminée ? lol


Si j'avais une pensée profonde à exprimer ici, je serais déjà couché. Alors, je veille...

Hors ligne

#15 23-01-2017 21:09:39

clems190
Membre
Lieu : Vichy
Inscription : 02-10-2013
Messages : 294

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

De bien beau moment joliment raconté. Séraph' s'impose indiscutablement comme le scribe officiel du CLAC big_smile big_smile

Nous n'avons pas fait tout le parcours prévu, mais faut dire qu'en partant à 10h00 et en s'arrêtant à 16h30 ça raccourci les journées. Sinon je suis content d'avoir passé les -5°C avec mon équipement 3 saisons et le -10°C avec un peu plus (3 couches en bas et 5 en haut).
Une pensée pour Nathy qui a serré des dents sans se plaindre. Respect.

Seraph' a écrit :

Notre tarp est monté en abris quasi-Olivier avec ouverture avant pour observer les étoiles avant de nous endormir. Un abri Olivier avec un tarp 3x3, ça s'appelle un palace, y de la place pour 4 si on s'y prend bien.

Et ce n'est que maintenant que tu le dis? Non, parce qu'on était 4 justement... cool


Diesel a écrit :

Bientôt des nouvelles des prochaines sorties ?  smile

Bientôt, bientôt.



P.S. Séraph', tu serais pas entrain de lire des San-A?


"Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple."  Jacques PREVERT

Hors ligne

#16 23-01-2017 22:06:16

bielsa
Membre
Inscription : 18-05-2011
Messages : 427

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

salut a tous
superbe récit merci seraph
je regrette bien de ne pas avoir pu être avec vous sur ce coup là ...


primum non nocere

Hors ligne

#17 23-01-2017 22:26:47

JJondalar
Membre
Lieu : Estérel
Inscription : 15-06-2011
Messages : 1 220
Site Web

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

domweb a écrit :

où prévois-tu de faire passer le tuyau de la cheminée ? lol

Faudrait éviter qu'une future rencontre entre CLAC et CSE se transforme en débat houleux lol .


La mésange à tête noire et la sittelle sont d'une compagnie bien plus vivifiante que celle des hommes d'État ou des philosophes; au retour on va considérer ces derniers comme de bien piètres compagnons."
H.D.Thoreau, Une promenade en hiver.

Hors ligne

#18 25-01-2017 00:57:56

Seraph'
Randonneur occasionnel et léger.
Lieu : St Maurice La Souterraine
Inscription : 08-02-2011
Messages : 730

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

vogesus a écrit :

Le système de couchage ,de diesel je suppose, est très interessant.

@+ vogesus

C'est un système qui me plait bien, j'aimerais m'en inspirer pour un couchage bi-place. Y a du remue-méninge à l'horizon....

@Bielsa et Doc: cette rando manquait de "chien"...

@domweb et JJondalar: va falloir tester ginette... Le Mont Lozère avait été évoqué par JJondalar, il me semble. Serai ravi de marcher avec vous de nouveau.
P.S.: Diesel fait bien le poele... wink

@ Ezequiel54: l'ambiance au CLAC n'est pas mal, faut avouer, qu'on soit 4 ou 15....

@ Hayduke: euh.... je rève? Le PIF qui vient empiéter sur le territoire du CLAC? Bon, mais uniquement si tu amènes du Brie de Melun....!!!

@ Richardu62 + 1: on t'attend au tournant toi...!!


"MULisez"-vous l'esprit, vous aurez gagné la moitié de votre vie.

"L'essentiel dans la vie n'est pas de faire ce qu'on veut mais de faire ce qu'il faut. Et des fois ça prend plus qu'une vie".

"La moitié du monde rit de l'autre et la sottise gouverne tout. Selon votre point de vue, tout est bon ou tout est absurde. Ce qui passionne l'un, l'autre le méprise. Celui qui juge de toutes choses à l'aune de ses propres opinions est un insupportable idiot." Baltasar Gracián

Hors ligne

#19 28-01-2017 15:16:57

Myrtille88
Membre
Lieu : Provence
Inscription : 30-09-2009
Messages : 1 553

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

Hello le CLAC
Sympathique cette fin d' année smile
Presque l'hiver moins la neige
Une bonne adresse d'hôtel à Chambon wink

J'aime bien les photos lever et coucher de soleil et la Banne d'Ordache.

Merci pour le retour plein d'humour Seraph' smile

Myrtille

Hors ligne

#20 03-02-2017 19:24:46

merlin06
The Mulvivor Project.
Lieu : Auvergne
Inscription : 18-02-2015
Messages : 56

Re : Randonnée St Sylvestrienne du CLAC 2016/2017

On était au chaud avec J et on a bien pensé à vous. Diesel nous a raconté le vent, le froid et les bons moments. big_smile


Le délicat équilibre entre "je vais le regretter si je le fais pas" et "90% de chances de me faire mal si je le fais". wink

Hors ligne

Pied de page des forums