Aller au contenu

#226 13-09-2022 22:58:45

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

J10, mardi 12 juillet : refuge de Certascan - Alos d'Isil

La vidéo
7Zc4fqHpP.Titre-J10.s.jpeg

Bien déterminé à faire le meilleur usage de la fraicheur du petit jour pour contrer les grosses chaleurs, c'est dès 6h que je descends du dortoir pour récupérer mon linge mis hier soir à sécher, et charger mon sac à dos quasi-prêt pour l'étape du jour. J'avais préalablement dit aux gardiens que je ne prendrai pas de petit-déjeuner pour gagner du temps (et j'ai l'habitude de souvent m'en passer pour ne prendre une collation que plus tard en matinée). Oui, mais voilà : la cuisine est déjà bien active et le pt'it déj (formule buffet) déjà disposé, avec 1h d'avance sur son horaire "officiel" ... Au moment de payer ma note je craque, demande si je peux encore me joindre et me voilà attablé pour compléter mes calories. Je ne suis bien sûr pas le seul à avoir développé une stratégie matinale et la salle commune est déjà bien animée quand je ramène mon plateau, après avoir vidé mon 3ème café ...

Avec le dîner de la veille et ce repas supplémentaire auquel je consacre une bonne 1/2 h, je suis désormais au large pour atteindre le Val d'Aran, a priori d'ici demain soir, avec encore des réserves ... Démarrage finalement à 6h45, le refuge encore dans l'ombre. Plein d'énergie, je suis prêt pour une longue 1ère section de marche avant de faire la moindre pause.

La première haie à franchir ce matin est le Col de Certascan, un petit dénivelé de 350m sur du chemin sans difficulté. Malgré l'heure je suis déjà en tenue d'été, sauf encore une fois le bonnet pour me donner un genre ... Quelques instants de rêve lorsque je longe le lac de Certascan aux eaux lisses où la montagne se reflète. Ce n'est qu'un meu après le lac, lorsque je m'élève enfin un petit peu en direction du Col, que le soleil émerge des crêtes derrière moi et projette mon ombre démesurée sur le chemin. Très vite l'air doux devient chaud : m'accrocher à l'altitude sera aujourd'hui essentiel.

Ciel en lac à Certascan
7ZbZC7Vka.J10-01.jpeg

j'entre dans la lumière
7ZbZNhTd0.J10-02.jpeg

Le Col de Certascan est facilement atteint en 1h, et je peux après lui longuement replonger dans l'ombre. Comme il semble que je suis le 1er marcheur du jour à passer, les isards se dispersent à mon arrivée. Dans cette redescente j'attrape une eau glacée proche de sa source, laquelle vient certainement des quelques névés qui sont parvenus à s'accrocher ici malgré les conditions si particulières de cet été. Traumatisé par ce que je croyais être mon coup de chaud de début de balade (en fait une intoxication par une eau contaminée), et mon arrivée un peu limite hier soir au refuge, rester hydraté est une obsession. A chaque opportunité de remplir mon 1/2 litre, je bois sur place au minimum un autre 1/2 l ...

Col de Certascan. Droit en face, on pourrait voir le refuge Enric Pujol
7ZbZXmuaW.J10-03.jpeg

Dans la vallée où résonne le torrent qui descend en cascades vers l'Estany Blau, je peux de nouveau profiter des jeux de reflets lacustres, cette fois un peu irisés d'une légère brise. Passé le lac la descente devient plus franche, mais je n'ai aucune intention de m'enfoncer profondément dans la vallée par l'itinéraire "Noarre". Depuis 2020 et la HRP où je n'ai pu accompagner azerty, je tiens en réserve la variante "Flamisella" que j'avais alors repéré sur cartes, et améliorée par le binôme Joy & azerty. Lorsque le torrent du Riu Guerosso forme un tout petit lac en contrebas de l'Estany Blau, je contourne celui-ci par l'arrière, en quittant le chemin pour couper dans la pente d'herbe et de rhododendrons. Il s'agit d'atteindre le lac de Flamisella sans avoir à descendre jusqu'à la Cabana de Guerossos, pour remonter ensuite. C'est plus court et on économise 150m de dénivelé. Psychologiquement préparé à passer en mode "hors-sentier", je suis heureusement surpris de vite trouver une petite sente, presque toujours présente dans toute la section alternative qui va suivre.

Estany Blau
7Zc05FTzl.J10-04.jpeg

le raccourci "Joy - azerty" vers Flamisella passe par là
7Zc0g9e0Z.J10-05.jpeg

le même passage, vu de plus près
7Zc0nD0vw.J10-06.jpeg

Bien vite je constate qu'il n'y a aucune difficulté sur cet itinéraire tout en douceur. Le cadre est verdoyant, fleuri et enchanteur, et reste en altitude toujours au-dessus de 2000 m (sauf à la fin avec un passage sous 1900m, mais une chose à la fois). Ce matin va consister à aller de lac en lac en me promenant sur une alternance de balcons gazonnés et de sentier "sauvage". Tout cela est cairné, je suis loin du hors sentier presque intégral auquel je m'attendais.

Apollo
7Zc0zKU1p.J10-07.jpeg

Je commence par le verdoyant Estany Flamisella après 25 mn, puis le minéral Estany del Port (1h15). J'y jette un œil à un petit cabanon de pierre fermé d'une porte : c'est bivouaquable pour 1 personne et un peu encombré par le bric-à-brac du berger. Je croise là mes premiers et derniers randonneurs du jour : un couple espagnol monté ici depuis le parking en contrebas (par où je serai passé si j'avais pris l'itinéraire Noarre). Je me prête de bon cœur à jouer le photographe pour immortaliser leur passage sur la passerelle par-dessus le déversoir du lac, et une fois de plus sert de guide (je dois avoir la tête de l'emploi, faut croire). Ils veulent faire le circuit par Guerossos (donc là d'où je suis arrivé), mais voudraient aussi s'offrir depuis ici l'aller-retour vers le vaste lac de Mariola, ma prochaine étape. J'estime qu'il me faut 40 mn, donc peut-être 1h pour eux, le double avec l'aller-retour ... Difficile de faire tenir ça dans leur programme. Après cela, je ne verrai plus personne avant de rattraper la HRP "officielle".

Estany Flamisella
7Zc0JVJx8.J10-08.jpeg

entre deux lacs
7Zc0PFH2F.J10-09.jpeg

Cabane de l'Estany Xic
7Zc0Z4caY.J10-10.jpeg

Estany Xic & Estany del Port
7Zc14aHLw.2022-07-12-10.jpeg

Finalement désormais bien dans le rythme, c'est en seulement 30 mn que je me translate de l'Estany del Port à l'Estany de Mariola. Avec presque 4h de marche depuis Certascan et la matinée qui s'avance, je me récompense d'une pause baignade - café revigorante. Rappel : je suis toujours sur ma réserve d'alcool du départ de Banyuls il y a 10 j ! J'ai sous-consommé les 1ers temps par manque d'appétit, et raté le coche pour me faire ravitailler par Cat09 et Laxmimittal ensuite ...  Chaque café n'en est que plus précieux !

La lumière est ici euphorisante, le seul bémol est que je ne dispose pas de la moindre ombre où me cacher ... Je fais usage de mon matelas pour tenir mes jambes à l'ombre, et me tiens dos au soleil et sous mon chapeau pour le reste, enfilant ma polaire pendant que sèche mon T-shirt que je viens de rincer.

Estany de Mariola
7Zc1cRqFt.2022-07-12-10.jpeg

Estany de Mariola et Col de la Ribereta
7Zc1kEcry.J10-11.jpeg

En face de moi je peux voir que le dernier obstacle de cette section est bien modeste : le Col de la Ribereta n'est que 150 m D+ au-dessus du lac, une paille ! Pour y monter je dispose encore d'une petite sente, de quelques cairns mais aussi d'une petite marque de peinture faite de ronds bleus. Sur OpenTopo il n'y a pas de chemin indiqué à la descente de l'autre côté, mais finalement ça s'avère cairné là aussi. Le début est un peu raide dans un couloir avec quelques gros blocs, mais rien d'effrayant en proportion de ce qu'une HRP peut jeter sous les pieds d'un marcheur ... Plus bas je trouve encore 2 petits lacs où les chevaux règnent, puis le vallon tourne à angle droit. Les prairies pentues du vallon de la Ribereta peuvent alors être un peu plus paumatoires, la trace "humaine" étant brouillée par tous les sillons du bétail (vaches et chevaux) qui réside ici. A chaque dérive je retrouve cependant vite le petit sentier, il suffit de toujours bien se tenir sur la gauche du vallon et ne pas s'enfoncer en direction du torrent. Suivre son GPS par aide également bien ...

Descente du Col de la Ribereta : on a vu pire
7Zc1v6KiU.J10-12.jpeg

depuis le vallon de la Ribereta, vue en direction du Col de Calberante. Avec de bons yeux, on voit Enric Pujol sur la photo d'origine
7Zc1DprQX.J10-13.jpeg

On reste obligé de redescendre jusqu'à la cabane de Lo Fangassal, ce qui sur la carte donne l'impression de faire demi-tour par rapport à la direction générale de la HRP. Difficile cependant de faire autrement, sauf à jouer les isards ... La cabane ne se révèle que tardivement, car au total ce sont 500m D- qu'il faut faire depuis le Col de la Ribereta. Il fait bien chaud à 1900 m d'altitude : que j'étais bien là-haut, et combien aurai-je souffert aux 1600m de Noarre ...

Arrivée à Lo Fangassal
7Zc1N9AfR.J10-14.jpeg

Au bilan 3h15 marchées depuis ma bifurcation jusqu'à Lo Fangassal, sans véritable difficulté technique ni d'orientation. Eu égard aux merveilles de cet itinéraire, le passage par Noarre que j'ai effectué en 2018 me parait très, très fade, et je dirai même sans aucun intérêt ... Honnêtement, faites de cette variante votre itinéraire principal, et n'optez pour Noarre que comme "Plan B météo" en cas d'orage ... Si ça "coûte" 1h de marche en plus, c'est le bout du monde.

La cabane de Lo Fangassal est rustique et certainement habitée, mais offre une belle estrade en bois et une collection de gros matelas mousse et quelques autres plus classiques de rando. On peut dormir confortablement, et j'avais trouvé de l'eau à sa source non loin (enfin, à 5 ou 10mn) sur le chemin arrivant de la Ribereta. Pas de nouvele pause ici, j'ai bien trop chaud à cette basse altitude : me voilà vite reparti vers l'air frais des cimes.

Cabane de Lo Fangassal
7Zc1TNaSL.J10-15.jpeg

La remontée le long des veines rocheuses et arborées de pins du torrent de Roia de Mollàs est enchanteresse. On remonte par-là assez aisément jusqu'au Clot de l'Escala. Le nom résume bien l'endroit : un cirque qui a l'air fermé, et on ne s'en échappe que par une falaise en échelle ou le chemin fraye son passage ... La tournée des lacs reprend vite avec l'Estany de Llavera puis, après une nouvelle grimpette jusqu'au refuge Enric Pujol, l'Estany Inferior de la Gallina.

Clot de l'Escala
7Zc2272My.J10-16.jpeg

Estany de Llavera
7Zc279X1B.J10-17.jpeg

Je trouve le refuge perché en bon état général et propre. D'abord seul, je m'y pose pour mon déjeuner - café (il est 14h30) ... Le lieu se peuple rapidement avec les randonneurs qui arrivent de diverses directions. Nous ne sommes qu'en milieu de journée mais les intentions exprimées sont de s'installer ici pour ce soir. quand un groupe supplémentaire de 3 espagnols avec un chien s'ajoute et que je fais le compte des places (9), je fais passer le message que mes 2 marcheurs âgés croisés hier visent de dormir ici, et pourraient arriver relativement tard ... Si on leur gardait 2 places, ce serait chouette ...

Un nouvel arrivant se manifeste tandis que je prends la vue de la terrasse, et l'entrée en matière est simple : "je te connais, j'ai vu ta photo" ... Ainsi se rencontrent Pyrtrekker & Hervé27 : quel meilleur endroit qu'Enric Pujol pour se croiser sur une HRP ?

je n'ai fait qu'un seul selfie ... Vous fermerez les yeux sur cette négligence de ma part, et Pyrtrekker montre ici l'exemple
7ZbToW1hZ.2022-07-12-15.jpeg

On tchatche un peu tous les 2, et on fait le point de qui marche où sur cette année où RL rl a envahi la HRP : laxmimittal, Bombadyl, WouinWouin, Bernard_Lyon, Pap35 ... sans compter les "ravitailleurs" Cat09, Joy ... On dirait un jeu de "Petits Chevaux" qui se poursuivent de case en case ... Hélas, chacun sa route, chacun son chemin : je veux au moins atteindre Alos d'Isil ce soir, et Pyrtrekker marche vers Certascan : nous repartons séparément ...

Il n'est que 15h30 quand je quitte le refuge pour monter en direction du Col de Calberante, et comme j'ai le sentiment de tenir une très grande forme je me prends à m'imaginer capable de dépasser Alos d'Isil ce soir pour aller bivouaquer en altitude et m'avancer en direction de Salardù, mon objectif de demain soir. Je me surestime ...

Je profite néanmoins de la beauté des lacs successifs : Estany "Inferior", "Mitjà", "de Dalt" et enfin "Major" de la Gallina. Le sentier remonte cet enchaînement aquatique à travers les rochers lissés par le glacier disparu, et les cascades qui se cherchent un chemin dans les terrasses entre deux veines. Quelques nuages de beau temps flottent, rien ne promet le retour de la pluie avant longtemps, j'ai devant moi tout le temps de jour de ce début d'été. A 16h30 au Col de Calberante, j'en redescends doucement jusqu'à l'Estany de la Tartera, où paissent quelques chevaux. Deux jeunes poulains s'effraient à mon passage et se réfugient derrière leur mère, placide ...

les estanys ...
inferior ...

7Zc2hTj81.J10-18.jpeg

...mitjà ...
7Zc2qGqzr.J10-19.jpeg

... de Dalt ...
7Zc2wlhkC.J10-20.jpeg

... et enfin superior ...
de la Gallina

7Zc2GlQ9D.2022-07-12-16.jpeg

Je suis sur un parcours connu car parcouru en 2018, donc pas de risque de me tromper pour emprunter le Col de la Cornella. C'est vrai que, vu d'en bas, on peut douter qu'il s'agisse du bon itinéraire ... Dans la pente raide couverte de grosses touffes d'herbes bien casse-gueule à la descente, il faut monter direct. Je prends mon souffle et attaque, bien décidé à monter ces (seulement) 100m D+ d'une traite, ce sera chose faite en 12 mn ...

Estany de la Tartera et, à gauche, le Col de la Cornella
7Zc2UuWR4.J10-21.jpeg
7Zc31Cs0z.J10-22.jpeg

Il est 17h30 et j'ai 1200m D- qui m'attendent jusqu'à Alos d'Isil, et la perspective déprimante de replonger dans la canicule du fonds de vallée. L'idée qu'une fois là en bas j'aurai encore l'énergie d'entamer la remontée s'évapore, et je recadre mon objectif sur le village, ou tout du moins ses abords. Je sais que les prés en bord du torrent peuvent offrir leur gîte ... La descente de la Cornella, avec ses grands blocs et ses cairnages multiples, est bien fatigante. C'est ensuite le long vallon de Comamala, où l'excellent chemin peut soudain s'évanouir : soit pour avoir manqué un cairnage, soit parce que localement effacé par la nature ou les troupeaux ... Bon rassurez-vous, c'est juste long et fatigant, et fatigant parce que long ... Je descends sans traîner, et chacun sait ici que quand je veux aller vite ça ne traine pas. Il me faut 2h pour enfin franchir le pont sur le torrent de la Noguera Pallaresa, les pieds douloureux et tout l'organisme sur-sollicité par l'agression de la chaleur peu à peu retrouvée. Heureusement pour moi, le fond encaissé de la vallée aux bords du torrent draine de l'air moins chaud venu de l'altitude, et "toucher le fond" est presque un soulagement.

Col de la Cornella ... plus qu'à descendre !
7Zc39CP1y.J10-23.jpeg

Je marche encore un peu sur les bords de la petite route, très peu fréquentée, qui mène plus en amont au refuge del Fornet (gardé). Je descends pour ma part en direction d'Alos d'Isil, et scrute en contrebas les accès possibles au torrent et la présence éventuelle de replats favorables. Le premier pré accessible est prometteur, et m'engageant plus avant je trouve un couvert d'arbres 1 mètre au-dessus de l'eau, probablement souvent utilisé par des pêcheurs qui peuvent y garer leur véhicule. Le sol est bien plat mais il me faut le nettoyer d'une multitude de petits bouts de bois qui seraient inconfortables. Malgré la température très douce (19h30 passés), je plante le Pioulou pour limiter le risque de rosée sur mon couchage. Le torrent offre ici un peu de profondeur qui me permet de m'immerger et rincer une nouvelle fois mes affaires (2 lessives par jour !).

Je vais être bien ici
7Zc3fYzYM.2022-07-12-19.jpeg

En quelques chiffres :

Total J10 :

29 km
D+ 1806m
D- 2752m
Marche 9h58 (+pauses 2h51)
kmE 56

Cumul J01-10 :

319 km
D+ 18 900 m
Marche 98h
kmE 547


Itinéraire
7ZbLsaojB.Trace-J10-RL.jpeg

Dénivelés
7ZbLCyj6d.Profil-J10.jpeg

Progression
7ZbLAs0kC.J10.jpeg


La vidéo
7Zc4fqHpP.Titre-J10.s.jpeg


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste 2022 en images
Trombi & récits

Hors ligne

#227 13-09-2022 23:47:30

Canyon83
Membre
Inscription : 18-04-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Boudiou, c'est l'étape des lacs ! Moi qui adore nager dans chacun des lacs rencontrés, je serais servi cool
Magnifiques prises de vues  pouce

Dernière modification par Canyon83 (13-09-2022 23:48:00)

Hors ligne

#228 14-09-2022 08:44:47

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Salut Hervé, encore une magnifique étape qui donne sacrément envie, en ce matin de semaine, d'arrêter tout ce qu'on est en train de faire pour se barrer en montagne ! smile

Petite question de novice complet : j'imagine que tu as préparé ton tracé HRP en amont, il semble y avoir un tracé plus ou moins "officiel", mais pour tout ce qui est des variantes, comme ici la variante "Joy - Azerty", c'est un travail amont de lecture et discussions sur le forum uniquement parce que tu sais que Joy et Azerty y sont passés, il n'y a pas une espèce de bases de données / wiki qui référencerait les variantes possibles ? Est-ce qu'un certain type de cartes (genre OSM) sont des outils qui permettent de repérer les variantes ? Sont-ils fiables du coup ?...

Bref, il y a peut être la réponse quelque part dans ce forum, mais c'est la lecture de ton récit qui me fait penser à ce sujet. Exemple type : ton étape à l'étang de Pédourès m'a fortement donné envie d'aller voir là-haut si tu y es encore tongue En prévision de faire 3 jours dans cette zone, j'ai imaginé faire une boucle via le Siscar, et le versant espagnol avec l'Estany De Juclar. Mais quand j'ai regardé vite fait la carte IGN sur Osmand, je n'ai pas vu beaucoup de sentiers apparent qui permettraient de ne pas suivre une grande boucle via les GR officiels.. Comme il y a pas mal de pierriers visiblement (sue la carte en tout cas) dans la zone Pic de Siscar, je me demandais s'il y avait une méthode un peu éprouvée pour trouver des variantes ou des sentiers non cartographiés sur cette zone..

Merci encore pour ton partage d'expérience, la lecture de l'étape du jour est mon petit plaisir du matin avant de commencer le boulot !


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste 2/3 jours montagne 3 saisons

En ligne

#229 14-09-2022 09:24:17

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

karibou31 a écrit :

#665650Petite question de novice complet : j'imagine que tu as préparé ton tracé HRP en amont, il semble y avoir un tracé plus ou moins "officiel", mais pour tout ce qui est des variantes, comme ici la variante "Joy - Azerty", c'est un travail amont de lecture et discussions sur le forum uniquement parce que tu sais que Joy et Azerty y sont passés, il n'y a pas une espèce de bases de données / wiki qui référencerait les variantes possibles ? Est-ce qu'un certain type de cartes (genre OSM) sont des outils qui permettent de repérer les variantes ? Sont-ils fiables du coup ?...

Salut Karibou et merci smile !

L'attrait de la HRP tient aussi à sa facette "liberté" : n'en déplaise à tous les topoguides, il n'y a pas de trace "officielle", d'où les guillemets. On traverse les Pyrénées avec l'état d'esprit d'essayer de suivre au plus près les fils de crête et les frontières, et peu importe que l'on passe par là ou par ici, c'est toujours une HRP ...

Ma philosophie jusqu'à présent a été de ne jamais randonner avec un topoguide. Je ne me focalise pas sur l'itinéraire "officiel", et consacre les longs mois d'attente avant le départ à étudier les cartes et les endroits par où j'aurai envie de passer. En général je privilégie les traces existantes visibles sur OpenTopo, c'est au moins l'assurance que quelqu'un est passé par là récemment et donc a priori faisable. Quand j'ai un doute je vais doubler par les images satellites, histoire de vérifier la présence d'un sentier ou la nature du terrain. Les hors sentiers peuvent être très sympas, mais aussi très chronophages : sur une traversée je privilégie le "roulant" sur le "technique", faut que ça avance !

Le résultat est un itinéraire à 80% semblable au topoguide, agrémenté de 20% plus "personnel". Ces variantes sont parfois référencées comme telles dans les guides, parfois ignorées ...

Sur cette variante pour éviter Noarre en restant en altitude, je l'avais repérée et programmée pour la HRP 2020 en trio avec azerty et Pala2, mais uniquement en m'en tenant aux sentiers visibles sur OpenTopo. Joy et azerty l'ont amélioré par une coupette, où il s'avère qu'il y a une sente discrète non mentionnée sur les cartes.

Cette année je me suis aussi laissé beaucoup plus de latitude sur mes tracés aller et retour : plutôt qu'une trace unique à suivre absolument, j'ai chargé / préparé des centaines de traces gpx de sections de HRP et variantes (référencées ou perso), optant au jour le jour sur ce qui était le plus adapté à mes envies, ma forme, les circonstances météo et les nécessités du ravitaillement ...


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste 2022 en images
Trombi & récits

Hors ligne

#230 14-09-2022 09:33:34

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Les héritiers de Véron au sens figuré ont créé le Trans Pyr ,c'est actuellement le topo papier le plus à jour de refuge en refuge avec beaucoup de variantes

https://editions-montrouch.fr/guide-tra … -transpyr/


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#231 14-09-2022 09:39:37

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Hervé27 a écrit :

#665652
Salut Karibou et merci smile !

L'attrait de la HRP tient aussi à sa facette "liberté" : n'en déplaise à tous les topoguides, il n'y a pas de trace "officielle", d'où les guillemets. On traverse les Pyrénées avec l'état d'esprit d'essayer de suivre au plus près les fils de crête et les frontières, et peu importe que l'on passe par là ou par ici, c'est toujours une HRP ...
...

Cette année je me suis aussi laissé beaucoup plus de latitude sur mes tracés aller et retour : plutôt qu'une trace unique à suivre absolument, j'ai chargé / préparé des centaines de traces gpx de sections de HRP et variantes (référencées ou perso), optant au jour le jour sur ce qui était le plus adapté à mes envies, ma forme, les circonstances météo et les nécessités du ravitaillement ...

Merci pour ton retour Hervé !


Magne2 a écrit :

#665653Les héritiers de Véron au sens figuré ont créé le Trans Pyr ,c'est actuellement le topo papier le plus à jour de refuge en refuge avec beaucoup de variantes

https://editions-montrouch.fr/guide-tra … -transpyr/

Ouaip ça je l'avais vu en effet, merci ! (même si je n'ai pas prévu pour l'instant de faire la HRP, encore un peu d'entrainement nécessaire !)

Dernière modification par karibou31 (14-09-2022 09:41:38)


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste 2/3 jours montagne 3 saisons

En ligne

#232 14-09-2022 09:44:23

bernard_lyon
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 16-12-2015

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Salut Hervé  smile

Du coup tu utilises Iphigénie, Osmand, autre chose ?

Pour ma part j'avais préchargé les cartes IGN sur Iphigénie, plus sur certains secteurs les cartes OpenTopoMap (téléchargeables, mais c'est très lent !) et OpenCycleMap (on peut les afficher à la main, et en principe elles restent sur le téléphone ensuite, s'il y a la place), et les cartes de l'IGN espagnol.
Et aussi les cartes OSM sur Osmand, mais je n'ai pas eu l'occasion de m'en servir…


Mon trombi | Liste
"Être dans le vent ː une ambition de feuille morte." (Gustave Thibon)
Modification non explicitée : orthographe ou syntaxe

Hors ligne

#233 14-09-2022 09:46:29

bernard_lyon
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 16-12-2015

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

J'oubliais… J'avais aussi les cartes de la montre (Fenix 6), assez utile pour vérifier qu'on est sur la trace et éviter de sortir le téléphone.
Mais ma mauvaise vision fait que je ne peux pas m'en servir pour vraiment approfondir les choses (et la navigation n'est pas bien pratique), là il me faut le téléphone.


Mon trombi | Liste
"Être dans le vent ː une ambition de feuille morte." (Gustave Thibon)
Modification non explicitée : orthographe ou syntaxe

Hors ligne

#234 14-09-2022 10:39:26

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

bernard_lyon a écrit :

#665655Salut Hervé  smile

Du coup tu utilises Iphigénie, Osmand, autre chose ?

Pour ma part j'avais préchargé les cartes IGN sur Iphigénie, plus sur certains secteurs les cartes OpenTopoMap (téléchargeables, mais c'est très lent !) et OpenCycleMap (on peut les afficher à la main, et en principe elles restent sur le téléphone ensuite, s'il y a la place), et les cartes de l'IGN espagnol.
Et aussi les cartes OSM sur Osmand, mais je n'ai pas eu l'occasion de m'en servir…

Salut Bernard smile

IphiGéNie, avec fonds Opentopo téléchargés à l'avance (effectivement de plus en plus lent plus le temps passe). OpenCycleMap comme toi quand j'avais des compléments à charger et qu'OpenTopo ne répondait pas. Ni IGN ni cartes espagnoles.

Avantages d'OpenTopo sur IGN (à mon avis) :
- un fond unique France / Espagne
- cartes épurées et non saturées d'information comme IGN
- plus précis qu'IGN 25, utile en particulier pour suivre un tracé au GPS (hors-sentier, brouillard ...)
- souvent mieux à jour qu'IGN (avantage du mode participatif ...)


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste 2022 en images
Trombi & récits

Hors ligne

#235 14-09-2022 10:44:02

Canyon83
Membre
Inscription : 18-04-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Je rebondis sur les propos de Karibou31:

Quand il y a lieu, c'est à dire quand à posteriori l'option choisie pour telle étape ne t'a pas semblée optimale et aurait pu/du être remplacée par une autre qui te semblerait plus appropriée, pourrais-tu en faire la proposition ?
Sans doute un travail supplémentaire certain, et puis qui dépend aussi comme tu l'as écrit des conditions du jour (marcheur et météo), mais qui pourrait encore ajouter à la qualité de l'itinéraire  pouce

Cela te semble-t-il pertinent et faisable ?

Hors ligne

#236 14-09-2022 10:44:56

Stéphane_33
Membre
Lieu : Bordeaux
Inscription : 05-12-2018

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Bonjour,
Pour ma part j'utilise OsmAnd avec cartes IGN et OSM, très pratique pour passer de l'une à l'autre.

Les cartes IGN sont de moins en moins complètes au fil des mises à jour, mais restent incontournables pour les zones "non touristiques" avec peu de passage donc des cartes OSM "vierges".
Pour les zones fréquentées, les cartes OSM deviennent la référence en termes de sentier, très complètes, en faisant néanmoins attention à la difficulté des sentiers, on peut trouver de tout.
Les vues aériennes sont un bon complément en cas de doute sur l'existence d'un itinéraire.
Enfin les retours d'expérience et les traces GPX sur RL ou autres sites permettent de compléter et recouper les informations.

j'utilise donc une combinaison de toutes ces possibilités pour bâtir mes itinéraires.
Stéphane.

Hors ligne

#237 14-09-2022 11:00:42

bernard_lyon
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 16-12-2015

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

J'avoue que j'ai du mal avec Osmand, c'est un peu une usine à gaz, mais c'est certainement une question d'habitude !

Je m'y perds un peu aussi entre OSM, OpenTopo, OpenCycle… Mais là on vire HS.


Mon trombi | Liste
"Être dans le vent ː une ambition de feuille morte." (Gustave Thibon)
Modification non explicitée : orthographe ou syntaxe

Hors ligne

#238 14-09-2022 11:07:39

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Canyon83 a écrit :

#665666Je rebondis sur les propos de Karibou31:

Quand il y a lieu, c'est à dire quand à posteriori l'option choisie pour telle étape ne t'a pas semblée optimale et aurait pu/du être remplacée par une autre qui te semblerait plus appropriée, pourrais-tu en faire la proposition ?
Sans doute un travail supplémentaire certain, et puis qui dépend aussi comme tu l'as écrit des conditions du jour (marcheur et météo), mais qui pourrait encore ajouter à la qualité de l'itinéraire  pouce

Cela te semble-t-il pertinent et faisable ?


Je ne suis pas à ce jour contributeur sur OSM. Je n'envisage de le faire que dans des secteurs que je connais très bien et que je peux explorer (comme autour de chez moi au sud des Vosges), et serais très appréhensif de le faire sur des parcours que je découvre et où je ne fais que passer.

Concernant la HRP, l'ayant préparé 3 fois et arpenté 3,25  wink , je pense effectivement qu'il existe un tracé "optimal", tout à la fois au plus près de la philosophie de la Traversée et souvent différent des topoguides. En plus de celle que j'ai décrit sur cette étape J10, cela inclut des options telles que :
- Cerbère vs Banyuls,
- Crêtes 7 Hommes/13 Vents vs Canigou
- Iparla vs Elizondo,
- Belagua vs Pierre Saint Martin,
etc.

Le moment venu je partagerai ici le jeu de tracés possibles que j'avais préparé, avec mes avis comparés sur les différentes options que j'ai maintenant pu parcourir.

Les topoguides doivent s'efforcer de rester adaptés aux possibilités variées des randonneurs, et donc inclure le passage par les refuges, ravitaillement etc. Si l'on sait être plus autonome (en bivouaquant plus systématiquement, portant plus d'autonomie et/ou en allant plus vite), les options s'élargissent ...


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste 2022 en images
Trombi & récits

Hors ligne

#239 14-09-2022 11:20:29

bernard_lyon
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 16-12-2015

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

bernard_lyon a écrit :

#665668Je m'y perds un peu aussi entre OSM, OpenTopo, OpenCycle… Mais là on vire HS.

Je me réponds à moi-même…
https://www.randonner-leger.org/wiki/do … _randonnee
Merci aux contributeurs du wiki !  pouce


Mon trombi | Liste
"Être dans le vent ː une ambition de feuille morte." (Gustave Thibon)
Modification non explicitée : orthographe ou syntaxe

Hors ligne

#240 14-09-2022 18:38:41

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Salut Hervé,
Je me régale à suivre tes pérégrinations "yo-yo-esques" qui risquent bien de m'inciter à retourner sur cette HRP que j'ai parcouru en bon mulet harassé en 2000.

Hervé27 a écrit :

#665569… réfléchir à revenir vers la mousse, pourvu que je trouve une combinaison poids / performance / encombrement satisfaisante.

Pendant le CDB 2022, Einganien a utilisé une solution tout mousse avec un plastazote pleine longueur il me semble et 6 plis d'un Thermarest mousse en coquille d'œuf (jaune). Il prenait le plastazote en sandwich dans les 6 plis pour augmenter le confort au nivea du torse.

Hors ligne

#241 14-09-2022 19:10:32

florencia
Membre
Lieu : 71
Inscription : 11-11-2011

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

karibou31 a écrit :

Petite question de novice complet : j'imagine que tu as préparé ton tracé HRP en amont, il semble y avoir un tracé plus ou moins "officiel", mais pour tout ce qui est des variantes, comme ici la variante "Joy - Azerty", c'est un travail amont de lecture et discussions sur le forum uniquement parce que tu sais que Joy et Azerty y sont passés, il n'y a pas une espèce de bases de données / wiki qui référencerait les variantes possibles ? Est-ce qu'un certain type de cartes (genre OSM) sont des outils qui permettent de repérer les variantes ? Sont-ils fiables du coup ?...

Il existe un fil de discussion "variante HRP" initié par chouxrave justement avec cette variante des lacs de Guerosso par le col 2036 au lac de Flamisella, et d'autres smile

Merci pour ton récit Hervé27 cool

Edit : ortho

Flo

Dernière modification par florencia (14-09-2022 20:05:21)


Réalisations DIY
_ _ _ _ _ _ _ _ _

"Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle !" -Paulo Coelho.

Hors ligne

#242 14-09-2022 19:49:30

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Ah merci Florencia!


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste 2/3 jours montagne 3 saisons

En ligne

#243 14-09-2022 22:23:10

chouxrave
Membre
Lieu : Bugey
Inscription : 13-10-2006

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

florencia a écrit :

#665716Il existe un fil de discussion "variante HRP"…

Flo

Ça vaudrait le coup de réalimenter ce fil ; après tout il y a pas mal de candidats à la HRP et pas mal d'autres qui auraient des choses sympas à proposer.  wink

Hors ligne

#244 14-09-2022 22:57:25

Canyon83
Membre
Inscription : 18-04-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Hervé27 a écrit :

#665670

Je ne suis pas à ce jour contributeur sur OSM. Je n'envisage de le faire que dans des secteurs que je connais très bien et que je peux explorer (comme autour de chez moi au sud des Vosges), et serais très appréhensif de le faire sur des parcours que je découvre et où je ne fais que passer.

Concernant la HRP, l'ayant préparé 3 fois et arpenté 3,25  wink , je pense effectivement qu'il existe un tracé "optimal", tout à la fois au plus près de la philosophie de la Traversée et souvent différent des topoguides. En plus de celle que j'ai décrit sur cette étape J10, cela inclut des options telles que :
- Cerbère vs Banyuls,
- Crêtes 7 Hommes/13 Vents vs Canigou
- Iparla vs Elizondo,
- Belagua vs Pierre Saint Martin,
etc.

Le moment venu je partagerai ici le jeu de tracés possibles que j'avais préparé, avec mes avis comparés sur les différentes options que j'ai maintenant pu parcourir.

Alors pas forcément sur OSM (je ne m'en sers pas encore par contre me sers d'iPhigénie depuis plus de 10 ans), mais, par exemple, à J08 telle trace serait plus intéressante, etc...
Super que tu aies déjà pensé à le faire "au moment venu", d'avance un grand merci smile

Hors ligne

#245 16-09-2022 17:57:55

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

J11, mercredi 13 juillet : Alos d'Isil - Tredos


La Vidéo
7ZgekN8u2.Titre-J11.s.jpeg


La litanie des casses matérielles se poursuit : mon matelas gonflable s'est retrouvé à plat dans la nuit, et le regonflage n'aura fait effet qu'une ou deux heures ... Je vais devoir trouver et tenter de réparer la fuite d'ici ce soir. Une nouvelle fois il s'agit d'un matériel éprouvé qui m'avait accompagné à travers les Alpes l'an dernier, et bien d'autres petites et grandes balades ... Repartir à neuf aurait-il changé quelque chose ?

Au moins la nuit a-t-elle été douce ... et sèche. Encore une fois, malgré la proximité du torrent, pas une once d'humidité. Le souffle d'air poussé par le torrent m'a même épargné les moustiques.

Programme de la journée : la longue montée à la Collada del Clot de Moredo (~1200 m D+), la variante de suivre les crêtes jusqu'au Tuc de Marimanha (2679 m), et en redescendre jusqu'à Salardù (~1400 m D-) où les contraintes du ravitaillement m'obligent à faire étape. J'espère un peu naïvement y être dans l'après-midi pour aussitôt remonter en direction du Parc d'Aygues-Tortes, mais c'est l'avantage du bivouac en itinérance : au fond, pas besoin de s'inquiéter de là où on sera à l'heure de planter la tente, on verra bien quand on y sera !

Pas question de laisser à la chaleur le temps de revenir : dès 6h40 j'ai regagné la route et suis en chemin vers Alos d'Isil. Un HRPiste anglais émerge de sa tente depuis un spot bien plus visible de la route que le mien, qui était bien caché dans la végétation. Un salut et quelques mots échangés, chacun son chemin : moi vers l'Atlantique, lui vers la Méditerranée, mais moi aussi wink . Je traverse Alos d'Isil encore très calme au petit jour, jusqu'à ce que 2 chiens se mettent à m'aboyer furieusement dans une ruelle. Leur maître sort et les rabroue, sans me prêter la moindre attention.

Alos d'Isil dans le petit matin
7Zgy9Whk3.J11-01.jpeg

Je sors du village par l'antique chemin pavé, de part et d'autre duquel les tiges de ronces s'allongent à hauteur de visage. Cette fois-ci je me suis promis de faire bien attention à l'orientation, car j'avais un peu galéré à la descente à mon précédent passage. Une marque jaune signale l'itinéraire, et finalement toute cette montée se fait de manière très naturelle. Le marquage est bien visible dans le sens de la montée, serait-ce que je l'aurai manqué dans celui de la descente il y a 4 ans ? En tout cas je remonte avec régularité le vallon de Moredo, jusqu'à atteindre la piste 1h1/2 après avoir levé le bivouac.

plus bleu que le bleu de tes yeux
7ZgygS5Y5.J11-02.jpeg

Le marquage et des cairns signalent encore les coupes qui permettent de raccourcir les larges lacets de la piste, même si le chemin proprement dit y est souvent moins facilement visible au sol. Après le dernier virage et la fin de la piste, le sentier redevient bien matérialisé et il n'y a plus qu'à le suivre jusqu'à la Collada del Clot de Moredo. Toute cette montée est longue et dos au soleil levant qui déjà chauffe l'atmosphère et l'organisme. La prise d'altitude compense un peu, mais il faut faire gaffe ...

Vallon de Moredo
7ZgymU9MD.J11-03.jpeg

Bien avant le col et à 2h30 de marche, je croise une belle source glacée qui dégouline dans un creux garni de mousse. Je n'aurai peut-être pas de sitôt une nouvelle occasion de si bien m'hydrater : je bois abondamment sur place et complète ma bouteille, puis avise un bosquet de pins où je me trouve une belle place à l'ombre pour mon petit-déjeuner en décalé. Après cette pause, je redescendrai les quelques dizaines de mètres jusqu'à la source pour me charger "au taquet", et ainsi pouvoir m'engager sans crainte tout-à-l'heure sur l'itinéraire de crête que j'envisage.

Encore 40 mn pour la Collada, où déjà la vue me coupe le souffle. Au plus près dans le vallon s'étalent les lacs d'Airoto, et la toiture orange vif de la cabane ouverte se distingue nettement entre les 2 étendues d'eau. A ma droite, par-delà un vaste éboulis de grands blocs, se profile la crête culminant au Tuc de Marimanha. Devant, en apparence déjà si proches, toutes les Pyrénées centrales se profilent, avec des sommets par grappes de plusieurs dizaines : là l'Aneto, là-bas le Vignemale, ici tous les pics et aiguilles du parc d'Aygues-Tortes ...

depuis la Collada del Clot de Moredo, vue arrière sur tout ce que je viens de remonter
7Zgyxlpyz.J11-04.jpeg

un avant-goût de la suite
7ZgyFFcjs.J11-05.jpeg

en haut et au milieu, ma cible au Col d'Airoto. Avant cela, quelques obstacles ...
7ZgyQGZRQ.J11-06.jpeg

J'ai opté pour la variante Marimanha - Salardù (plutôt qu'Airoto - Port de la Bonaigua) pour la nécessité de renouveler les victuailles à Salardù, mais aussi pour le simple plaisir de la découverte et de ne pas simplement remettre mes pas dans ma trace de 2018. Quoi de mieux que la météo éblouissante de ce jour pour parcourir une ligne de crête ?

Oui, mais, bon, voilà : cette ligne de crête, je n'y suis pas encore. J'ai beau chercher je ne vois aucun cairn pour me guider à travers le vaste éboulis des Tarters d'Airoto qui m'en sépare encore. Qu'à cela ne tienne, je m'engage en tentant tant bien que mal de rester à niveau et sur la direction générale de la trace OpenTopo à laquelle je me réfère sur mon téléphone. Je navigue à vue, prends ici comme repère un rocher proéminent, puis là un arbre isolé ... Je vais descendre un peu trop dans un thalweg, pour devoir en remonter ensuite, mais ce n'est pas bien grave : ici tous les chemins se valent ... Ce n'est qu'après l'éboulis, tandis que toujours sans chemin je remonte un petit ruisseau en direction du Col d'Airoto, que je trouve mon 1er cairn ... J'évolue entre 2300 et 2400m, ce qui tempère la chaleur que j'imagine régner dans la profondeur des vallées. Le soleil cogne néanmoins bien fort, j'ai hâte d'être sur la crête pour pouvoir limiter les efforts. A 2 doigts de m'arrêter sur les bords d'un petit lac juste sous le col, je décide de poursuivre pour aller vite chercher les vues sur la crête de Baciver.

Estanyet de Marimanha d'Isavarre
7Zgz1Kp9F.J11-07.jpeg

Au Col d'Airoto, la vue est encore plus belle que le 1er aperçu que j'en avais eu à la Collada, et je devine que depuis les sommets ce sera encore plus impressionnant. J'en prends plein les yeux, me délecte et savoure chaque photon que capte ma rétine. Je peux déjà repérer presque toute la semaine de marche qui est devant moi ... La pente côté français est beaucoup plus douce, et c'est dans celle-ci que je commence à suivre une ligne de cairns. Bien vite cependant je m'aperçois qu'il fallait garder le fil de crête, et je coupe à la perpendiculaire pour le rejoindre. C'est aride et caillouteux mais somme toute facile, tout du moins jusqu'au Pic de Rosari de Baciver. Il y a ensuite un sommet intermédiaire (côte 2671 m) avec le Tuc de Marimanha (2679 m), et se transférer de l'un à l'autre se révèle un peu délicat à flanc d'une pente raide et instable. Cela finit par passer malgré tout, et me voilà au point culminant du jour, pour des vues 360° ... J'image sans retenue, avant enfin de me lancer dans la redescente vers les étangs de Baciver, 350 m D- en contrebas dans une large cuvette évasée, que l'on rejoint par un itinéraire ... direct !

vue arrière du Col d'Airoto
7Zgz7zcRd.J11-08.jpeg

dernier abord un peu délicat du Tuc de Marimanha
7ZgzldwE9.J11-09.jpeg

des vues que je n'imaginais pas pouvoir exister
7ZgzGahkA.J11-11.jpeg7ZgzvaUY0.J11-10.jpeg
7ZgzLcUJ4.J11-12.jpeg

Le vallon en plein soleil est éblouissant, et le bord des lacs me fait très envie pour la pause que j'ai repoussé tout-à-l'heure. L'ennui c'est que je n'y aperçois aucune ombre : le soleil de la mi-journée frappe quasiment à la verticale, et les berges sont totalement dénudées d'arbres. Totalement ? Non ! Un arbuste résiste encore et toujours aux ardeurs solaires, tout-là-bas, minuscule, à peut-être seulement 20 mètres de la rive. Je le prends en ligne de mire quand, horreur, j'aperçois un marcheur qui arrive de l'autre extrémité du lac, réduit à un simple point en mouvement. Il est 2 fois plus près que moi de ce minuscule m² protégé, va-t-il m'en priver ? Je presse le pas, m'assure d'être le plus rapide et ... oui, je suis le premier ! J'ai gagné mon duel au soleil, et mon adversaire, encore à 50 m et écœuré, s'arrête et ausculte le terrain, en recherche d'une autre cible ... Je dois me serrer dans les branches basses de l'arbre pour me tenir à l'ombre, lesquelles m'offrent finalement un certain appui pour me tenir adossé sans effort. Mon matelas mousse sous les fesses, j'arrive à me tenir tout entier à l'ombre dans cette ridicule ombrelle ...

duel pour une ombre
7ZgzX8mc0.J11-13.jpeg

Tandis que je chauffe mon café de mes dernières gouttes d'alcool (au 11ème jour, je finis ici les 250 ml avec lesquels j'ai quitté Banyuls), je profite du réseau retrouvé pour prospecter les hébergements possibles en vallée. Je pressens qu'avec la longue descente dans la fournaise, le temps du ravitaillement et la fatigue accumulée, je n'aurai pas l'énergie de repartir à la montée vers Colomers. J'ai besoin d'une douche, de faire une vraie lessive, de réparer / nettoyer mon matériel (crevaison du matelas, reprendre la réparation faite à la va-vite de ma toile de tente ...), et aussi de mettre les pieds sous la table pour un vrai repas assis tongue ! Magie des outils numériques, je trouve ainsi une chambre dans un petit hôtel de Tredos, village coincé entre Baqueira et Salardù ...

De nouveau en chemin à 15h, j'ai 1000 m D- devant moi et encore pas mal de kilomètres. Tout en marchant et pendant un long moment je reste frénétiquement affairé sur mon téléphone. J'échange avec mon épouse car il est prévu que nous nous retrouvions la semaine prochaine à Gavarnie : comme elle quitte la maison pour les vacances et n'y repassera pas avant un certain temps, je dois m'assurer que sont bien embarqués tous les articles "critiques" dont je vais avoir besoin pour suppléer à mes malheurs matériels accumulés ... En même temps l'hôtel que j'ai réservé cherche à me rappeler, mais comme ils ne parlent ni français ni anglais, et moi ni espagnol ni catalan, nous raccronchons sans pouvoir nous comprendre. Ils trouvent finalement quelqu'un avec qui un langage commun est possible (mélange d'anglais et français), juste pour leur dire que je compte arriver pour 18h00 ... Je n'avais plus l'habitude de jongler ainsi avec mon téléphone, et pour me calmer tandis que je traverse la station de ski sans intérêt, je mets mes écouteurs et me passe une playlist de musique de films (ce sera la seule fois de la traversée).

A un moment donné je crois pouvoir optimiser ma fin de journée en passant par Baqueira, où je crois pouvoir trouver une supérette. Je réfléchis mal, regarde mal ma carte, et me retrouve contraint sur le bord de route à me taper tous les lacets asphaltés de la descente qui zigzaguent entre les bâtiments sans âme. J'avais des sentiers moins pénibles et directs, et que cette descente sur la chaleur du bitume sera pénible ... Le pire, c'est qu'à Baqueira la supérette que je cherchais n'existe plus, ou bien n'est installée que pour la saison d'hiver ... J'en suis quitte pour poursuivre vers Tredos et mon hôtel, d'où j'aurai encore un aller-retour à faire jusqu'à la supérette de Salardù ... par 33°C ...

au-dessus de Baqueira
7ZgA3JfyS.J11-14.jpeg

A mon hôtel à 18h en plein cœur de l'ancien village, si ma chambre est proprette et dotée d'un joli balcon avec une vue mignonnette, elle est exposée plein Sud et aura chauffé toute la journée au soleil. Je vais avoir du mal à la ramener à une température acceptable ... J'organise ma soirée par ordre de priorités : la supérette de Salardù ferme (d'après les pages jaunes) à 20h15. J'ai juste le temps de prendre une douche et enfiler mes affaires les moins odorantes. En faisant le ravito dès ce soir, je gagne du temps pour demain. J'arrive dans les temps au village, mais perçois tout de même que le gérant me pousse vers la sortie pour pouvoir fermer sa boutique : c'est qu'en parallèle il tient la pizzeria de plein air sur la placette attenante, et que les clients commencent à arriver ... Je ferai quelques pas "en ville" pour m'installer dans un restaurant de tapas, et offrir de menus plaisirs à mes papilles tongue .

Après cela, encore 1,5 km pour rentrer à mon hôtel, dans un air à peine refroidi par le soir ... Avant d'avoir le droit de m'effondrer sur mon matelas, je reprends la réparation de ma toile de tente, cette fois bien à plat au sol. Le duct-tape ainsi apposé sur la déchirure tiendra beaucoup mieux, en fait jusqu'à la fin de la traversée. Pour mon matelas et en l'absence de baignoire, je dois galérer dans la douche (dont je bouche du talon l'évacuation roll ) pour repérer les fines bulles qui s'échappent au recoin d'un boudin. Le trou est invisible et sur le dessus du matelas : ce n'est donc pas un défaut de protection vis-à-vis d'un sol agressif. Je soupçonne quelque épine sèche et dure accrochée à mes vêtements de bivouac ... Je repère, sèche et nettoie la zone, puis y appose un carré de tissu (fourni spécialement et que je trimballe depuis 2 ans et trouve enfin son usage) collé au seamgrip. Je laisse le tout sécher à plat avec le poids d'un cendrier par-dessus, en croisant les doigts pour que ça suffise ... Je transvase 1/4 litre d'alcool acheté à Salardù dans mon flacon, et abandonne à l'hôtel les 3/4 restants ...

Et vous appelez ça des vacances ?

Tredos de mon balcon, au coucher du soleil (et du MUL)
7ZgAdTxik.J11-15.jpeg

En quelques chiffres :

Total J11 :
27 km
D+ 1644m
D- 1618m
Marche 8h51 (+pause 2h25)
kmE 47

Cumul J01-11 :
346 km
D+ 20 500 m
Marche 107h
kmE 594

Itinéraire
7ZgenJF0e.Trace-J11-RL.jpeg

Dénivelés
7Zgev2Upe.Profil-J11.jpeg

Progression
7ZgeyhMM2.J11.jpeg


La Vidéo
7ZgekN8u2.Titre-J11.s.jpeg


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste 2022 en images
Trombi & récits

Hors ligne

#246 16-09-2022 21:53:50

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Hervé27 a écrit :

#665885J11, mercredi 13 juillet : Alos d'Isil - Tredos




Et vous appelez ça des vacances ?





https://www.randonner-leger.org/forum/uploads/i/89/7ZgekN8u2.Titre-J11.s.jpeg


lol lol lol

Dernière modification par laxmimittal (16-09-2022 21:54:27)


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#247 16-09-2022 22:41:16

Canyon83
Membre
Inscription : 18-04-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Je vois que tu suis les recommandations de Bruno: douuuuucement, douuuuucement   lol  cool

Encore de bien belles images

Hors ligne

#248 18-09-2022 13:14:02

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

J12, jeudi 14 juillet : Tredos - Lac Redon

La Vidéo
7ZjeKLbkP.Titre-J12.s.jpeg

Ce matin je me lève à l'hôtel et refuse de me presser. Une vérification de la réparation de mon matelas gonflable semble indiquer que la fuite est colmatée, je croise les doigts pour la suite.

J'ai décidé d'attendre le petit-déjeuner, et ainsi faire durer le plus possible ma nouvelle réserve de victuailles. Bientôt 2 semaines depuis le départ, la faim du randonneur commence aussi à se manifester. L'Hôtel était très calme et sans doute peu rempli hier soir : de mon balcon j'entendais un couple de français discuter depuis une autre chambre, c'est sans doute eux qui arrivent dans la salle à manger avec leurs sacs à dos quand j'en repars.

J'ai vraiment pris mon temps, il est déjà 8h15 : mon démarrage le plus tardif depuis que j'ai quitté Banyuls ... Pour ne rien arranger, après 50 m je réalise qu'il me manque quelque chose : demi-tour vers l'hôtel pour récupérer mes bâtons ...

Le village de Tredos n'est pas désagréable, mais hormis les rares bâtiments survivants du vieux village, la frénésie immobilière des stations de montagne l'a enfoui dans une gangue épaisse d'artificialité. Si les bâtiments sont de pierre apparente, le béton est moderne. Ici coule la Garonne, puisque bien qu'espagnol, le Val d'Aran s'écoule vers la France ... Une cascade aménagée par l'homme se jette d'une falaise de béton imitant le rocher. Tout est propret et destiné à séduire le touriste ...

artifices sur la Garonne
7Zjp6I52f.J12-01.jpeg

Depuis maintenant plusieurs jours la météo est totalement sortie du champ de mes préoccupations. Quand je dis météo, je veux dire la crainte du mauvais temps et des précipitaions orageuses : de fait, aussi loin que les projections des sites météo savent montrer, un soleil brûlant domine. Les journées se parcourent sans la crainte du moindre orage, et avec l'obsession d'être aussi haut que possible aux heures les plus chaudes.

J'ai pris mon temps, le soleil ne m'a pas attendu. La température n'est pas encore aussi étouffante qu'hier soir, mais je ne dois plus trainer pour rejoindre les hauteurs. J'ai au-dessus de moi la longue remontée en fond de vallon en direction de Colomers, avant que d'envisager la traversée du Parc d'Aygues-Tortes. J'ai hésité à obliquer un peu plus pour commencer la visite du parc par Saboredo : c'eut été un peu plus long et m'aurait fait voir plus de lacs et de belles montagnes, mais j'ai une contrainte temps. En effet, le bivouac étant totalement interdit dans le parc (je l'ignorais à mon précédent passage), il me faudra ce soir dormir en refuge, ou alors être sorti du parc. Je privilégie la traversée et cette dernière option, ne voulant prendre le risque de me "casser le nez" dans un refuge-usine.

M'attendant à vite brûler au soleil sur une piste surchauffée en direction de Colomers, j'ai l'heureuse surprise de m'y découvrir déambulant sur un confortable sentier forestier, qui restera encore longtemps bien à l'ombre du creux de la vallée. Epargné par la chaleur et galvanisé par les calories de mon étape à Tredos, j'avale goulûment les kilomètres.

chemin non surchauffé à défaut d'être frais
7ZjpfsIcl.J12-02.jpeg

Retenue d'Aiguamog
7Zjpnad33.J12-03.jpeg

Sur les 12 km entre Tredos et le lac / refuge de Colomers, 11 sont à parcourir sur ces chemins et pistes faciles et déroulants, avec quelques "seuils" où le sentier se rétrécit pour prendre de l'altitude entre deux replats. Le plus gros de la montée se fait au départ, puis la balade se poursuit entre prairie et forêt, parfois au bord du ruisseau paresseux irriguant les tourbières. L'heure avance et avec elle l'activité de cet accès touristique à Aygues-Tortes : la route bétonnée qui mène jusqu'au pied de l'ultime montée au lac de Colomers se fait plus fréquentée : quelques vélos, mais surtout de plus en plus de voitures et une noria de mini-vans qui déposent ainsi le grand public au plus près du cœur du parc. Pour ma part je ne suis qu'un marcheur itinérant : on m'interdit le bivouac et je dois dégager avant la nuit à l'aide de mes seules jambes, ou bien payer mon écot ... C'est que je pourrais déranger le fragile équilibre écologique.

par-delà les prairies, le Circ de Colomers
7ZjpwHRA9.J12-04.jpeg

ruisseau feignasse
7ZjpBNOvo.J12-05.jpeg

aménagements respectueux pour décourager l'invasif marcheur itinérant
7ZjpJnMtB.J12-06.jpeg

Evidemment, bien plus de monde à partir du parking. Je monte sans trainer le petit raidillon jusqu'au barrage, et après avoir fait le plein d'eau à la conduite qui alimentait l'ancien refuge (forcément, on a bâti plus grand un peu plus loin ...), m'engage au plus vite en direction de Port de Caldes pour chercher mon lieu de pause. Un bonjour échangé en français avec un randonneur qui repart de sa pause au refuge, et comme je m'arrête un peu plus loin à l'ombre d'un gros rocher "parasol", nous nous saluons de nouveau. A presque midi et après 3h30 de marche, la pause était méritée. Maintenant fermement au-dessus des 2000m, je n'ai plus à fuir la fournaise de la vallée.

Il fait (bien entendu ?) grand beau, mais un voile que j'attribue à la chaleur estompe les paysages.

Lac et refuge de Colomers
7ZjpZXQ2T.J12-07.jpeg

Quand je repars j'ai un peu moins de 400m D+ jusqu'à Port de Caldes, que je n'atteins qu'après quelques "faux cols". Etonnamment, les vaches sont remontées jusqu'ici (2567 m) et ont déserté les zones basses. Comme moi, elles cherchent sans doute à surnager hors des plus fortes chaleurs ...

après la pause, direction Port de Caldes
7ZjqcXvZF.J12-08.jpeg

Port de Caldes, vue arrière vers Colomers
7ZjqrUU89.J12-09.jpeg

et vue avant sur la suite ...
7ZjqzWX8L.J12-10.jpeg

Ici je retrouve le randonneur français croisé par 2 fois après le refuge de Colomers. La discussion s'engage, on poursuit d'ici ensemble en direction du col suivant (Uelhicrestada). Tristan est breton, aussi en mode HRP, et comme il est bien plus chargé que moi il n'en a que plus de mérite ! Nous allons faire route commune quelques heures : à ce moment de la journée il est agréable de modérer le rythme, et l'environnement se prête à la flânerie. On discute de nos motivations respectives vis-à-vis de la rando itinérante (une première pour lui, en tout cas à cette échelle), du poids de nos sacs (forcément roll ...).

On ne voit pas le temps passer, et en arrivant au Lac deth Cap deth Port (ben oui, c'est son nom), on repère une zone à l'ombre et herbagée proche du déversoir (une petite retenue). Forcément, je propose de partager un café (et du chocolat tongue !), assorti d'une baignade terriblement rafraichissante et bienfaisante dans une eau limpide.

Lis des Pyrénées
7ZjqMOzli.J12-11.jpeg

le petit baigneur
7ZjqRwQX3.J12-12.jpeg

Passé 16h, nous dégringolons les 200 derniers et raide mètres de D- jusqu'au lac et refuge de la Restanca. Tristan va se poser là pour aujourd'hui, tandis que j'estime disposer de bien assez de temps pour désormais envisager d'être sorti du parc ce soir et d'ainsi pouvoir bivouaquer. On tchatche encore un peu, puis je fais le plein d'eau avant que de nous séparer. Ma priorité c'est la progression et donc d'avoir franchi les limites de la zone périphérique, laquelle commence au Lac de Rius, inclus dans le périmètre. En revanche je ne suis pas très motivé à descendre dans la chaleur de Conangles, et j'ai en tête une petite variante qui me ferait faire un crochet par le Lac Redon (hors parc). Ainsi je pourrais ne descendre que demain matin et dans la fraicheur à Conangles, et remonter avant la chaleur vers le Col de Molières : l'apex de la HRP !

Tristan dans la descente vers la Restanca
7ZjqXDBqb.J12-13.jpeg

Barrage et lac de la Restanca
7ZjrefZDU.J12-15.jpeg

Le plus bel itinéraire entre la Restanca et Rius passe par les magnifiques Lacs de Mar et Tort de Rius. C'est cependant plus long et plus éprouvant, et je l'ai déjà fait en 2018. Je choisis donc le tracé direct par le GR11 et le vallon de Rius, que je ne connais pas. Il faut descendre un petit peu avant une longue remontée plutôt régulière par un chemin de bonne qualité. Je regrette d'avoir fait le plein d'eau au refuge : en effet l'eau s'écoule encore de partout dans le vallon, jusqu'à envahir le chemin sur de larges portions ... Cette section n'est pas désagréable mais franchement longue, et après 1h45 depuis la Restanca je suis content d'enfin atteindre le lac de Rius. Il est bientôt 19 h et je progresse désormais avec un chaud soleil de face.

vue arrière dans le vallon de Rius
7ZjrutHES.J12-16.jpeg

arrivée au lac de Rius. Au fond, le Coret deth lac Redon
7ZjrDUoBg.J12-17.jpeg

Par-delà le vaste lac de Rius j'aperçois une tâche orange vif sur une hauteur. Comme je le suppose, quelqu'un a planté ici son bivouac dans les limites de la zone "interdite". Il s'avère se trouver sur mon chemin pour passer du Lac de Rius au Lac Redon, et je fais ainsi la connaissance d'un marcheur ukrainien (installé en France depuis 2014, je pense deviner pourquoi sad ). On discute un petit 1/4 h, et je l'avertis que son abri se voit de très loin ... Il gagnerait à attendre une heure moins illuminée ...

vue arrière sur le lac de Rius, l'abri orange bien plus apparent en vrai que sur cette photo redimensionnée ...
7ZjrKYkoo.J12-18.jpeg

Pas de véritable chemin jusqu'au Coret deth lac Redon, où je découvre la vue plongeante vers ce large et profond lac cerné de falaises. C'est très beau mais indique des possibilités de bivouac assez restreintes : je vois quelques replats herbeux au bas du vallon que je dois descendre, tout le reste semble très aérien. Quelques cairns me guident, même si le risque de s'égarer est nul. Je ne prospecte pas mes replats herbeux, qui pourtant doivent bénéficier d'un peu d'eau courante et d'un beau soleil du soir, car je vois un petit bâtiment au-dessus du déversoir. Je ne risque pas grand 'chose à aller dans cette direction, puisque c'est mon chemin pour demain d'une part, et si la cabane est fermée il devrait bien y avoir aux abords quelque espace pour planter la tente.

Découverte du lac Redon
7ZjrZftFB.J12-19.jpeg

Je préconise de prendre bivouac par ici ...
7Zjs8kZTR.J12-20.jpeg

Me transférer vers le déversoir fait passer par une sente plus aérienne, mais rien de difficile. C'est cairné et le chemin est plutôt nettement visible. Arrivé à la "cabane", j'abandonne l'idée du confort d'un abri en dur : ce n'est qu'un local technique pour une antenne relais et une station météo dressées non loin, la porte en est même soudée pour prévenir toute intrusion ... Il va être 20h et la zone est déjà bien à l'ombre, et ne semble pas si favorable à dresser la tente, surtout avec le petit vent qui accompagne l'écoulement des eaux par le déversoir. Je prospecte un peu du regard, envisage d'aller chercher un spot beaucoup plus bas en direction de Conangles, puis commence à observer le terrain plus en détail.

Finalement, en bord de sentier et à 50 m du local technique, une terrasse d'herbe juste de la bonne largeur me permet d'envisager un matelas végétal assez confortable (au cas où la réparation de mon Klymit Inertia ne tiendrait pas le coup ...). Les tendeurs du Pioulou vont empiéter par-dessus le sentier, mais je ne crains pas une grande fréquentation ce soir ... Finalement ne pas avoir le soleil du soir se révèle profitable en ce temp de canicule : un bain dans le lac serait certes un peu trop frais à mon goût et j'y renonce, me contentant de me frictionner avec mon gant de toilette avec l'eau prise au déversoir (que je filtre pour ma cuisine et mon hydratation, évidemment).

... mais ici aussi, c'est pas si mal
7Zjswumam.J12-21.jpeg

Au final, je suis plutôt content de la réussite de ma stratégie du jour pour regagner et tenir l'altitude d'une part, bivouaquer au-delà des limites du parc d'autre part, le tout sur une journée sans excès. En prime, je découvre un bien joli site pour mon bivouac, même si je préconiserai plutôt de planter l'abri en contrebas du petit col franchi depuis le Lac de Rius : plus sauvage, on garde le soleil du soir plus longtemps, eau courante proche de sa source ...

En quelques chiffres :

Total J12 :
29 km
D+ 2032m
D- 1095 m
Marche 9h17 (+pauses 2h22)
kmE 49

Cumul J01-12 :
375 km
D 22 552 m
Marche 116 h
kmE 643

Itinéraire
7Zjf1o6q6.Trace-J12-RL.jpeg

Dénivelés
7Zjf2J9Cf.Profil-J12.jpeg

Progression
7Zjf4vbLW.J12.jpeg

La Vidéo
7ZjeKLbkP.Titre-J12.s.jpeg


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste 2022 en images
Trombi & récits

Hors ligne

#249 19-09-2022 00:11:59

Canyon83
Membre
Inscription : 18-04-2021

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

Merci pour le tuyau du lieu de bivouac  smile

Tu as raison, c'est assez irritant les contraintes des parcs, en comparaison des dérives de leurs exploitations touristiques ou des passe-droits accordés à certains...
Par exemple dans le Mercantour, quand tu montes au Refuge des Merveilles, zone ultra surveillée, et que les 4X4 bondés te doublent et t'enfument  devil

Hors ligne

#250 20-09-2022 15:20:53

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Pyrénées de Traverses - HRP Yo-Yo J18

J13, vendredi 15 juillet : Lac Redon - Lac de Remuñe

Vidéo
7ZmtOEGyx.Titre-J13.s.jpeg


La nuit est modérément venteuse sur ma terrasse près du déversoir du Lac Redon. La réparation du matelas gonflable a tenu le coup, mais malgré un épais tapis d’herbe, difficile de trouver un bon sommeil. La faute à la (presque) pleine lune qui illuminait violemment la toile ? Encore une fois tout est sec au matin, sauf l’habituelle et très légère humidité à l’extérieur du pied du duvet. A priori bien réhydraté, la fonction rénale est opérationnelle …

Un voile de fumées d’incendies s’est accumulé dans le Val de Conangles, remontant d'Espagne. Avec ce temps, c’était inéluctable sad ... Je comprends mieux les lumières voilées d'hier à travers le parc d'Aygues-Tortes, que je prenais pour une brume de chaleur.

fumées ...
7Zmv3PoPV.J13-01.jpeg

Après remballage j’attaque la descente dès 6h35, jamais très roulante avant d’arriver sur l’Hospital de Vielha. Beaucoup de rochers à contourner, enjamber ... plier les genoux, encore et encore ... Heureusement pour moi, cette année aucun souci d'articulation. La pratique accumulée de marche et de course m'a vraiment fait progresser.

Vite dans l'axe du Val de Molières, je peux contempler (à travers le voile de fumée) la grosse montée qui m'attend tout-à-l'heure. Je peux déjà voir le refuge briller au soleil, et derrière lui les Tuc et Col de Molières. Déjà à cette distance, je peux m'assurer que le névé traditionnel et dangereux au pied du col est bel et bien absent. J'en étais déjà persuadé, mais c'est mieux de le vérifier de visu ! En revanche, moins de neige signifiera plus de pas d'escalade pour parvenir au col.

J’ai d’abord dans l’idée de prendre la piste pour éviter de descendre complètement en fond de vallée, mais finit par remarquer sur ma carte qu’elle ne se reconnectera pas ensuite au sentier. Je dois donc couper dans la pente pour corriger mon erreur d'aiguillage, et trouve le moyen de me gameller en posant le pied sur un gros galet de granit, bien rond et roulant … Je me vautre de côté dans la poussière, sans mal mais bien sali. Je suis encore en train de m'épousseter quand je passe à l'Hospital de Vielha encore à l'ombre. Quelques véhicules sur le parking, mais personne n'est de sortie.

Les fumées se sont allégées depuis mon départ, et les vues se font plus nettes.

Espitau de Vielha, par-dessus le tunnel routier
7ZmFmmaw9.J13-03.jpeg

5h indiquées pour les 1400m D+ vers le Tuc de Molieres, ça va douiller !
7ZmwCnsqU.J13-02.jpeg

au fond au milieu, le Tuc de Molières, le col juste à sa droite
7ZmFDcFmo.J13-04.jpeg

Le sentier de Molières est bien roulant au début en fond de vallée, puis franchement casse-pattes dans les grands blocs, puis très raide et toujours caillouteux. Impossible de prendre un rythme autre que très lent, c’est très fatigant, ou bien est-ce moi qui manque de jus ? Des bandes de ruban orange signalent l'itinéraire d'un futur trail : au moins ça m'évite de chercher mon chemin ... Je rattrape puis dépasse 2 trentenaires espagnols d'allure sportive avec des petits sacs à la journée, lesquels vont bientôt "caler" derrière moi en contrebas. Ce n’est donc pas moi qui peine, c’est bien le chemin qui casse.

En prenant de l'altitude j'échappe aussi à la remontée des températures en contrebas. N'empêche, avec l'effort fourni je transpire abondamment.

trail à venir
7ZmG5VUvy.J13-05.jpeg

monter, encore et toujours
7ZmGcReiU.J13-06.jpeg

refuge en vue ... mais ce n'est que la moitié de l'ascension !
7ZmGqkL6c.J13-07.jpeg

refuge de Molières
7ZmGQloOm.J13-08.jpeg

Pause méritée au refuge de Molières, le jumeau d'Enric Pujol, atteint à 10h00. Je me tiens d’abord à l’extérieur car il y a dedans 2 dormeurs. Je prends mon café adossé à la cabane, abrité du soleil et du vent, et achève mon touron (nougat) dégoulinant de chocolat tongue ramené de Salardù. Plutôt que de repartir de suite, je me glisse ensuite dans le refuge pour m’allonger quelques instants sur un matelas et sous une couverture : ça fait du bien, une micro-sieste tout confort sur un vrai couchage ! Les autres occupants me demandent si je fais du trail, mais non, je ne suis qu'un marcheur ...

Après au total plus d'une heure d'un repos apprécié, je ne suis ici qu'au milieu de l’ascension et il va falloir y retourner. Un groupe d’espagnols arrive, je vais tenter (et réussir) d’arriver avant eux. Certains voudraient marcher plus vite, mais doivent me laisser passer parce qu'attendant les autres.

La fin de la montée est totalement minérale. Les cairns entraînent les uns et les autres sur des trajectoires multiples, certains ayant été posés pour signaler un itinéraire de contournement d'un névé inexistant cette année, d'autres pour tracer direct ... Pas bien grave, car au final la destination est la même et tout le monde converge vers le pied de falaise surmonté d'un poteau arborant le ruban orange du trail.

dernière session très minérale
7ZmHQOQFP.J13-09.jpeg

Quelques pas d’escalade et j'y suis : le redoutable Col est franchi ! Encore quelques minutes d’efforts parmi les grands blocs dressés en tous sens pour rejoindre le Tuc de Molières, et me voilà au grand cairn qui marque tout à la fois l'apex (3010 m) et la mi-parcours symbolique de la HRP.

J'y rencontre un couple de 2 jeunes tchèques en périple à travers l’Europe. Impossible de ne pas me faire interroger sur ce que j'ai sur le dos, mais pour une fois j'arrive à écourter la conversation avant que d’entamer une revue de sac. Ils me disent avoir déjà croisé un MUL belge hier : quelqu'un ici se reconnaitra-t-il ?

Installé pour ma pause-café, je vois monter un nouvel HRPiste. Il est parti le 2 juillet d’Hendaye, tout comme moi de Banyuls. Il est amusant de nous rencontrer ainsi au milieu de la HRP en son point le plus haut. Son frère l'accompagnait au début mais il est maintenant tout seul. Effectivement, si le petit frère était aussi chargé que lui roll  ...

Tuc de Molières : d'où je viens ...
7ZmIhWPBw.J13-10.jpeg

... où je vais ...
7ZmIAEuzJ.J13-12.jpeg

... dans quel état j'erre
7ZmILfSyu.J13-13.jpeg

Sur cette dernière photo (je ne m'en rappelais plus avant de l'afficher ici), on voit que j'ai substitué une bouteille d'1 litre à ma Platypus fichue que j'ai jeté à Tredos. Pour augmenter mon hydratation, je la porte à la bretelle en lieu et place de ma bouteille d'1/2 litre. Un peu encombrant ...

Les meilleures choses ont une fin, et maintenant il faut redescendre. Nul besoin de se préoccuper du marquage du trail dans cette portion : passé les grands blocs du Tuc, la descente se fait sur de vastes dalles inclinées où les chaussures accrochent à la perfection. On vise le petit Estany de l'Escaleta et ça se fait tout seul. Après, le sentier est beaucoup plus évident, et de toute façon bien marqué. 2 marcheurs plutôt légers me précèdent d'un bon pas, et pour une fois et malgré mes efforts je ne parviens pas à les rattraper, mais juste à ne pas leur laisser prendre trop d'avance. Il faut dire que je m'arrête régulièrement pour imager et profiter du paysage.

Dans les grandes dalles : direct et facile
7ZmJa6ERt.J13-14.jpeg

Riu de l'Escaleta, direction Aigualluts et l'Hospital de Benasque
7ZmJAaFTz.J13-15.jpeg

J’étais monté au Tuc de Molières en trois heures au lieu des cinq indiquées sur le panneau de l'Espitau de Vielha, il va me falloir 3h30 pour redescendre 1300 m de dénivelé jusqu’à l’Hospital de Benasque en passant par Aigualluts, dans une chaleur toujours plus marquée à chaque étage de descente. Décidé à ne faire aucun arrêt sur cette section surchauffée, je me motive à l'idée de profiter du bar-restaurant. L'après-midi étouffante avance, et je me serai attendu à croiser plus de monde sur le chemin éminemment touristique des pertes d'Aigualluts, où les eaux espagnoles descendues de l'Añeto plongent dans un gouffre par une puissante cascade, pour n'en ressortir que sur le versant du Val d'Aran, et y alimenter la Garonne ... Le chemin est interminable et j'ai de plus en plus chaud. Les marcheurs que je croise se pressent pour attraper la navette qui fait le va-et-vient toute les 1/2 heures depuis l'Hospital de Benasque : passé ce parking, le (modeste) flot de touristes du jour se tarit presque complètement, ne restent que quelques marcheurs avec sac à dos ... Le chemin désormais déroule, je peux pousser la machine, juste assez pour ne pas caler dans la chaleur.

Pla d'Aigualluts
7ZmLzHuMW.J13-16.jpeg

j'ai désormais doublé l'Añeto
7ZmLKapko.J13-18.jpeg

Enfin arrivé aux bâtiment de l'Espitau à 17h15, je m’engouffre dans la cafétéria-restaurant climatisée et m'installe en intérieur. J’y bois un cappuccino, 1,5 l d’eau pétillante que je renouvelle dans un grand verre rempli de glace, et engouffre un muffin et un croissant qui me faisaient de l'œil sur le comptoir du bar. Il y a là un excellent réseau, j’en profite pour faire mes mises à jour et téléphoner, notamment régler les détails du RDV familial qui se précise à Gavarnie dans quelques jours. Recharge sur le secteur des appareils, et surtout de la caméra pour laquelle je n'ai pas (pour l'instant) d'autre moyen. Passage aussi par les toilettes pour le plein d'eau, me refaire une propreté et remettre en réserve quelques feuilles de papier ...

18h30 : nouveau départ de l'Espitau de Benasque
7ZmLULkm9.J13-19.jpeg

Je ressors reposé et rafraichi et ne repars qu’à 18h30, avec l’intention de monter prendre bivouac dans le Val de Remuñe. Passé le fond de vallée, franchi la route et engagé dans le vallon, l'ombre des arbres et le courant d'air descendu de la montagne m'épargnent de la chaleur. C'est finalement agréable, mais bientôt la montée se fait casse-pattes : je m'adapte en ne me préoccupant plus que d'un pas à la fois, sans considération de rythme. Pour ne rien arranger, le soleil en pleine face toujours plus bas ne m'aide pas à bien voir le chemin ...

Val de Remuñe, le soleil dans les yeux
7ZmM53Js2.J13-20.jpeg

À la montée je double un espagnol qui me dit vouloir aussi camper au lac mais je ne le verrai pas m'y rejoindre. Peut-être se sera-t-il arrêté dans un creux de rocher aménagé proche du torrent, que j'ai jugé très bivouacable ? Je croise aussi un HRPiste à la descente, encore passablement énervé des cairns fantaisistes, qui lui ont fait perdre beaucoup de temps entre la Baisse Inférieure de Literole et le Portal de Remuñe, l'égarant dans les falaises ... De mon côté je le renseigne sur l’absence totale de névé devant lui au pied du col de Molières, car c'était un point qui l'inquiétait.

c'est bivouacable
7ZmMgfN1q.J13-21.jpeg

J'arrive à 20h00 au petit lac de Remuñe juste avant que le soleil ne se cache, après un chemin raide et malcommode dans un couloir de blocs semi-végétalisé. J'y trouve une belle pente herbeuse offrant quelques replats, et dès l'abri monté je peux encore me baigner dans une eau chaude et rincer mon linge, lequel sèchera toute la nuit sur un rocher. Je suis tout seul et environné de murailles rocheuses, avec derrière moi plus de la moitié d'une traversée : psychologiquement je sais désormais qu'il est désormais plus facile d'arriver à l'Océan que de retourner à la Méditerranée ... L'Océan : la vraie moitié de mon aventure cool !

derniers rayons sur le lac de Remuñe
7ZmMnuuDd.J13-22.jpeg

bonne nuit !
7ZmMzTnME.J13-23.jpeg


En quelques chiffres :

Total J13 :
31 km
D+1975 m
D- 2033 m
Marche 10h00 (+pauses 3h27)
kmE 55

Cumul J01-13 :
406 km
D+ 24 527 m
Marche 126 h
kmE 698

Itinéraire
7Zmt6aIaJ.Trace-J13.jpeg

Profil
7Zmtan6td.Profil-J13.jpeg

Progression
7ZmtfmGwu.J13.jpeg


Vidéo
7ZmtOEGyx.Titre-J13.s.jpeg


Sitôt sorti de maladie, on oublie son médecin. La gratitude est la mémoire du cœur, merci  smile ... encore hmm

Liste 3 kg - 3 saisons en tableau
Liste 2022 en images
Trombi & récits

Hors ligne

Pied de page des forums