Aller au contenu

#1 16-08-2023 18:16:24

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

[Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Le week-end du 15 août, quand il tombe bien, est généralement la période où Marine (ma femme, que je vais appeler par son prénom, ça sera plus agréable à écrire et à lire cool ) et moi profitons de l'absence des enfants pour aller vadrouiller ensemble. Cette année, c'est top, il y a quatre jours.

Dans mes recherches d'itinéraire et mes envies de destinations, trop d'idées. C'était difficile de se décider, entre retourner côté Luchonnais pour approfondir une rando faite en juillet (Gourgs Blancs, étang des Isclots..), aller faire le tour du Valier, revoir le secteur Bouillouses - Bésines avec un Tour des Pérics...
Au détour de mes lectures je retombe sur ce récit de Joy, qui s'était inspiré d'un circuit intitulé "La Boucle des saisonniers".
Les photos me donnent envie, allez, c'est parti, je dessine rapidement un itinéraire en tentant d'allonger celui de Joy car elle était partie deux jours, et nous en avons quatre à notre disposition. Je moyenne sur notre boucle de l'an dernier autour du Pic du Midi d'Ossau, 13km / jour, et mitonne un beau petit parcours de 53km, 4600m de D+.. Je vois qu'il y a toujours moyen de modifier des passages.
Ah ah, grosse confiance.

Là où je n'ai pas été malin (ou trop rapide), c'est que
- j'ai sous-estimé la force tonitruante de Joy
- j'ai fait une confiance aveugle à VisuGpx qui n'affiche pas du tout les difficultés des sentiers.. sans vérifier par ailleurs ce paramètre. Pour lui, tout est petit chemin en pointillés. En vrai, pas du tout, notamment côté espagnol ! Mais l'on s'en apercevra sur le terrain..

Objectifs de la rando, outre passer du bon temps et se faire plaisir dans un cadre naturel magnifique :
- améliorer / tester quelques points matériels
- tester des nouveautés en terme de repas, pour changer de la soupe / semoule habituelle

Je fais une razzia de produits qui me semblent intéressants à essayer..
Bon, on dirait qu'on part 3 semaines là, au final je ne pourrai pas tout tester mais ça donne des idées ! lol

87HlW596y.PXL_20230810_093854012.jpeg

Je calcule à peu près les dépenses caloriques nécessaires (j'ai toujours dans un coin de ma tête des objectifs de rando itinérante sur le long terme, donc j'anticipe) et prépare bien mes repas en fonction. On verra bien si on tient ou si ce n'est pas assez, si on crève la faim ce ne sera pas pour longtemps !

Le parcours effectué est ici.

Ma liste est ici.

Je décide d'alléger Marine qui n'est pas encore MUL (je l'ai tout juste convaincu de ne prendre qu'un seul t-shirt !), je porte toute la nourriture sauf le petit-déjeuner. Elle prend aussi la popote et le gaz.
Je n'ai pas pesé le sac mais je pense être aux alentours des 11/12kg au départ.


J1. Bidous - Bidous

3km / 150m D+


Nous partons le vendredi en fin de journée. 2h plus tard environ, nous arrivons dans une vallée somptueuse du Couserans que nous avions vaguement effleuré lors d'un week-end post-covid, mais que l'on trouve vraiment belle. Les petits villages s'enchainent et l'on arrive à Bidous, le point de départ du circuit. Nous nous garons en face du gite de l'Escolan (il n'y a pas de place sur leur parking, qui de toute façon est réservé aux usagers du gite), il y a déjà quelques voitures et vans.
Le temps de revêtir nos plus beaux apparats de randonneurs, de laisser les derniers gadgets dans la voiture, nous voici sur le chemin du Cirque de Cagateille.

Même point de départ que Joy !
87QOx975i.PXL_20230811_174611983.jpeg

L'idée étant d'avancer un peu et de trouver un point de bivouac dès que possible, il est déjà presque 20h.
Nous cheminons le long du ruisseau (l'Alet), sur un sentier qui longe les granges rénovées, et serpente entre les champs herbeux et les prémices de la forêt.

Ici il s'essayent à la culture de la bétonnière. Ça l'air de bien pousser.
87QOG3mmr.PXL_20230812_062845772.jpeg


Bon c'est pas tout ça, mais j'ai faim moi, et nous avons beau explorer quelques champs ou zones florales autour du ruisseau, il n'y a pas vraiment de zone plate dans le coin.
Nous finissons par trouver un petit havre de paix entre les arbres, dans les feuilles mortes et les branchages, et y montons la Xmid pour la nuit, non sans avoir précautionneusement nettoyé le sol.
87QOPazdY.1692117700627.jpeg

Après une petite toilette rapide (il a fait bien chaud aujourd'hui) dans le ruisseau, nous profitons des dernières lueurs pour entamer l'apéro puis finir le repas à la frontale. Avec l'obscurité de la forêt, il fait bien noir quand nous nous couchons au son des insectes, son peu habituel lors de nos bivouacs.


----
Repas du soir (luxe, car il n'y avait pas long à porter) :
- apéro TUC / whisky
- 1 tranche de jambon / Aligot déshydraté
- pastèque et gâteau espagnol à l'anis

----


J2. Bidous - Estany de Senó

13km / +1695m / -451m

Dans mon sommeil matinal, j'entends un insecte qui pique ma curiosité, il a un chant très rythmique et répétitif. Je trouve ça vraiment curieux.

Finalement, c'était le téléphone / réveil de Marine, qu'elle avait réglé sur une sonnerie "sons de la nature". Nous ne l'avons pas entendu et nous nous réveillons 30 minutes après !

La nuit fut très bonne, et j'ai dormi sans boule-quiès pour une fois. Un peu d'humidité le matin en forêt, mais une température douce (j'ai oublié de sortir le thermomètre).

Nous plions les affaires et décidons de petit-déjeuner au soleil sur le chemin.
Après 100 mètres de marche, Marine s'aperçoit qu'elle n'a plus son téléphone.. Pendant qu'elle cherche dans son sac, je retourne sur la zone de bivouac, rien. Il n'est pas dans son sac non plus. On se dit qu'il a du rester dans la tente pliée, on la dépliera à la pause pour voir...

100 mètres après, je m'aperçois que mon index gauche, que j'ai pris soin de bien trancher avec un couteau à pain juste avant de partir,  saigne à travers le pansement.. Ah chouette, je vais enfin pouvoir me servir de ma pharmacie que je trimballe à chaque rando mais que je n'avais encore jamais ouverte !!

100 mètres après, je sens une pointe dans mon dos. Je vérifie mon sac, et dans la lignée des galères de ce départ matinal, voilà que l'armature du sac a percé le mesh et me rentre dans le bas du dos ! Je pense avoir un peu trop de poids pour ce sac
87QQNUEu9.PXL_20230812_070132634.jpeg

Va-t'on arriver à partir ou pas !!?? cry

On avance et on cherche un coin pour se poser et remettre tout ça à plat !

C'est juste avant le parking du Cirque de Cagateille que l'on s'arrête pour mener à bien toutes nos missions :
- petit-déjeuner
- réserves d'eau dans la ruisseau
- dépliage de la tente : le téléphone est retrouvé, il était resté dans la poche intérieure !
- nettoyage du doigt et changement de pansement
- première utilisation du kit réparation, et couture rapide du fond de sac pour tenter de colmater le trou et éviter à l'armature de me planter le dos.
87QR8460Z.PXL_20230812_071612335.jpeg
J'en profite pour modifier le rangement dans le sac, et je mets les affaires de nuit au fond plutôt que la tente, ce sera moins rigide et ça appuiera moins sur l'armature.
On espère que ça tiendra !

Après ces premiers déboires, j'ai hâte de trouver un rythme efficace et d'avancer, j'essaye d'oublier tout ça et de positiver : cela fait aussi partie de l'aventure, il n'y a rien de grave, et c'est toujours enrichissant de devoir résoudre ces petits problèmes en cours de route.

Cette fois, c'est parti, nous passons le parking à vans et montons vers Cagateille, dans une lumière matinale douce et magnifique.
87QRm4yPj.PXL_20230812_073823629.jpeg

Nous atteignons rapidement le cirque, c'est vraiment très beau, encore sauvage à cette heure-là (nous avons dépassé quelques promeneurs mais il est encore un peu tôt avant de voir débarquer la foule j'imagine)
87QRuvInI.PXL_20230812_075647845.jpeg

Nous prenons le sentier qui monte en forêt vers l'étang de la Hilette. Ça commence à monter sec à travers bois, "à l'Ariégeoise" j'ai envie de dire  tongue
Le chemin est cairné, mais par un peu dans tous les sens, et en montant il n'est pas toujours évident de rester sur le bon chemin, on prend souvent des raccourcis involontaires. Peu importe, ça monte.

Un cairn local
87QRYxfi0.PXL_20230812_082846098.jpeg

Nous croisons deux randonneuses d'un certain âge, qui descendent, et nous disent avoir fait demi-tour car elles sont tombées sur un goulet façon via ferrata. En effet, leur équipement du jour et leur tenue ne sont probablement pas adaptés à franchir ce genre d'obstacle, outre les conditions physiques.

Nous passons en effet sur quelques passages un peu plus délicats, mais rien de difficile. C'est aménagé, le plus galère est de monter assez haut la jambe pour franchir les hautes marches, c'est vraiment le genre de parcours qui ne me procure pas de plaisir, je trouve que ça casse les jambes ces marches !
87QSieEEy.PXL_20230812_084921395.jpeg

Ceci étant je trouve le côté escalade plutôt rigolo, mais pas Marine, qui appréhende tout ce qui est cailloux, avec au fond de son esprit une blessure au genou qui remonte à ses 20 ans.. Toujours une peur de fragilité qu'elle essaye de contenir, mais je sais qu'elle n'est pas à l'aise. Au fur et à mesure de nos randos, j'essaye de la détendre et de l'aider à mieux aborder ces passages, mais elle reste fébrile, et je vois bien sa posture hésitante et son équilibre un peu tendu.

Et ça tombe bien, puisqu'au sortir de la forêt, après cette longue montée à travers bois, on tombe sur des belles dalles qu'il faut franchir !!
87QSvyawP.PXL_20230812_091852974.jpeg

Je reste vigilant également, car mes vieilles chaussures commencent à glisser régulièrement dès que le sol est trop lisse..

Petite pause graines / eau, je sens que ça a été une petite épreuve physique pour Marine qui a besoin de souffler. J'en profite pour enlever mes jambes de pantalon, mettre un peu de crème solaire sur les endroits que je ne peux pas couvrir (le dessus des mains notamment, je me suis fait avoir avec ça en juillet, on croit qu'on est protégé avec le TSML mais on oublie qu'avec les bâtons, on prend cher sur les mains).
On se dit que nous n'aimerions pas redescendre par cette forêt, ça doit bien casser les pattes !

Nous croisons deux randonneurs qui reviennent de la Hilette où ils ont bivouaqué, il parait que l'eau est chaude et que c'est top pour se baigner. Super, un petit objectif ! (Je pense inévitablement à Bombadyl, qui en aurait sûrement salivé d'avance).

Nous repartons, cette fois avec une vue qui se dégage de plus en plus. Le temps est parfait, du soleil mais quelques nuages pour faire un peu d'ombre de temps à autre. Je me retourne régulièrement pour profiter du paysage.

Le chemin n'est pas de tout repos, il y a du rocher, de la marche à franchir, sans difficulté mais physiquement on le sent passer après la longue progression de la forêt.
Juste à l'arrivée à l'étang, je vois un sentier qui part en contrebas avec une échelle, sur ma droite, et un autre qui part plus doucement sur la gauche.
Histoire de ne pas perdre Marine, je choisis de passer à gauche pour la rassurer. Je pense à ce moment que ce n'est qu'un petit contournement pour arriver au même endroit.

En fait non, nous suivons le GR qui continue à grimper bien au dessus du lac, alors que l'autre chemin arrivait au lac directement ! Diantre, voilà de la fatigue inutile !
Mais positivons, c'est toujours une avancée que nous gagnons sur la suite.
Nous surplombons la Hilette, qui est effectivement un très bel endroit, le bivouac ici doit être idéal !
87QT6x8nw.PXL_20230812_113128986.jpeg

Avec mon chemin bis, nous sommes contraints de redescendre après avoir bien monté, tout en sachant qu'il faudra remonter au même point pour la suite... mais n'y pensons pas !

Nous prenons une pause bienvenue, au bord de l'étang. Le cadre est somptueux, et l'eau n'est en effet pas très froide, pour moi qui n'aime pas du tout me baigner dans l'eau habituellement gelée des lacs de montagne.
Ni une ni deux, j'enlève tout ce que j'ai sur le dos, et je commence à entrer dans l'eau. Le sol est d'abord constitué de cailloux glissants, quand soudain ma jambe s'enfonce d'un seul coup de 30-40cm dans la vase, de manière abrupte.. et mon pied tombe juste sur une pointe de rocher... En fait, le fond devient profond d'un seul coup, et il est difficile d'avancer.. Il faudrait pouvoir aller plus loin pour se jeter à l'eau sans se vautrer dans la vase, mais mon pied me fait mal alors c'est bredouille que je ressors de l'eau. Damned, on n'a pas choisi le meilleur endroit pour entrer dans l'eau !

Tant pis, ça rafraichit un peu quand même. On va quand même pouvoir attaquer les choses sérieuses : le repas !
Enfin... ce qui fait office de repas.. Mes calculs paraissent soudain un peu chiches quand je vois ce qu'on a à manger, et je m'en veux un peu d'avoir rationné comme ça.. Mais bon, c'est le jeu,  alors c'est l'occasion de savoir si finalement on a vraiment besoin de tout ce qu'on mange habituellement. Au moins, on savoure chaque bouchée roll

----
Repas du midi (par personne)
1 TUC
1 cracker / 1 galette riz-quinoa
1 portion de chorizo
1 portion de comté
1 figolu

----

Après ce magnifique repas, voilà le moment de regagner le GR, rebelote direction le col de Rabassère ! On remonte ce qu'on a descendu tout à l'heure.. Au final, on rejoint le sentier plus rapidement que ce qu'on croyait. Décidément, il est bien compliqué d'estimer le ratio difficulté / temps de marche selon qu'on est en descente ou en montée.
Il fait bien chaud, mais il y a de l'air, c'est l'avantage des hauteurs. Le sentier n'est pas très amusant, toujours ces marches de rochers, ça serpente et ça grimpe sec. Nous prenons peu à peu de la hauteur, avec patience et régularité.
87QU5oZPG.PXL_20230812_120200251.jpeg

Nous croisons un couple qui revient du refuge de Certascan, ils nous demandent si la suite est aussi compliquée à descendre.. Euh... il ne faut pas leur casser le moral donc je reste évasif.. En revanche, eux sont plus directs. Quand on leur explique où l'on va (on vise les lacs après la frontière), on a le droit à un franc "ah ben vous n'êtes pas arrivés !". Je rassure Marine en lui disant qu'ils ont du comprendre qu'on allait au refuge, qui est bien plus loin ! ops

Nous montons donc, nous montons encore, et il n'y a pas que nous, les nuages aussi.
87QUF5oMB.PXL_20230812_122023890.jpeg

Le temps se couvre, d'épais nuages envahissent le ciel. Les brumes vont et viennent. Cela apporte un atmosphère assez magique, que je m'efforce de savourer malgré les jambes qui commencent à demander un peu de repos. De plus, j'ai un truc qui me gène sous le pied, je me dis que j'ai encore du ramasser une épine ou un caillou. Je sens que le mental de Marine a pris le pas sur le physique, elle est en mode guerrière. Nous avions déjà plus de 1000m de dénivelé en arrivant au lac, et on commence à sentir le cumul des mètres avalés.. On croit tenir le bon bout, on arrive sur des légers replats..et finalement non, il faut encore monter.. C'est beau, mais c'est long !!

87QUXA1J1.PXL_20230812_123332413.jpeg

87QUZDS6U.PXL_20230812_124801074.jpeg

Je vois les nuages envahir les sommets, et je me dis que ça ne serait pas de bol d'avoir monté tout ça pour en plus ne rien voir !!

Juste avant le col, nous tombons sur deux cabanes de bergers, visiblement neuves (elles n'apparaissent pas sur la carte), délicatement disposées entre les massifs rocheux.
87QV9AIag.PXL_20230812_131741181.jpeg

Point de bergers cependant, ni de moutons. Ils doivent être en balade.

Suivant les cairns dans la dernière ligne droite, nous franchissons une barrière électrifiée en cours d'installation, qui délimite visiblement un enclos (l'état du sol, complètement tondu et plein de crotte de chèvres le confirme). Sauf qu'au bout du chemin indiqué par les cairns.. la clôture est fermée ! Pffff, il va falloir redescendre pour faire le tour, je cherche une ouverture mais il n'y en a pas.. Et le col est à deux mètres devant nous !!!
Je redescends, pour faire le tour. Marine n'a pas le courage, elle attend et se demande si elle va tester l'électrification..
En repassant l'entrée de l'enclos, je vérifie la batterie solaire que j'avais repérée en montant, et je lui confirme qu'elle est éteinte, je touche la clôture et valide le fait que ça passe !
Elle franchit les fils, tandis que je refais le tour pour enfin arriver au col de Rabassère !!

Comme pour nous récompenser, les nuages se sont dégagés, le col est découvert et la vue s'offre à nous sur les deux versants espagnols et français..

La mer de nuages côté Ariège
87QVGNmYl.PXL_20230812_133016691.jpeg

Les étangs que nous visons, côté Espagne
87QVKdy7m.PXL_20230812_133039980.jpeg

87QVLTVEE.PXL_20230812_135145424.jpeg

Nous profitons, prenons le temps d'admirer.. On récupère tranquillement avec quelques graines.
J'enlève mes chaussures pour m'aérer les pieds. La gène que je ressentais est en fait le choc de mon pied sur le rocher dans l'étang ce midi, je me suis légèrement ouvert la voûte plantaire.. Décidément, je n'aurai jamais autant utilisé ma trousse à pharmacie !!

Je mets rapidement un pansement, histoire de ne pas aggraver la chose. Ce n'est pas très douloureux, mais relativement génant pour marcher, surtout en descente. Mais on fera avec.

En tous cas, au vu du temps qu'on a mis, des efforts demandés, quand je raconte à Marine que Joy a fait tout ce parcours, et jusqu'à Certascan, en une journée, elle admet définitivement que nous n'avons pas le même niveau !! Je prend en effet conscience que Joy tu as été super rapide sur toute cette section, on ne se sentait pas du tout de rejoindre le refuge ce soir là ! (Outre le fait qu'il faut qu'on tienne 4 jours ops )

On voit les étangs que nous visons pour y poser la tente, je me dis qu'en peu de temps on les atteindra..

C'est sans compter le balisage espagnol.. Tout d'un coup, plus rien n'est évident, nous entamons la descente dans un cadre fort agréable, mais compliqué à gérer : peu de marques, quelques cairns, mais qui ne coïncident pas toujours avec la direction qu'on est censé prendre...

Au final il nous aura fallu beaucoup plus de temps que prévu pour arriver à sortir de cette zone et passer les barrières rocheuses. Nous arrivons à un étang que l'on ne voyait pas d'en haut, pour ensuite parvenir à l'Estany de Senó. Le cadre est parfait pour poser la tente, nous cherchons un endroit relativement abrité du vent et pas trop près de l'eau pour éviter l'humidité.

Nous trouvons refuge sur une replat herbeux entre quelques rochers.
87QWe6qHJ.PXL_20230812_163351656.jpeg

Nous montons la tente et .. au plus une minute après avoir planté la dernière sardine, il se met à pleuvoir !! Après toutes les petites tracasseries de la journée, on se dit qu'on a enfin un peu de chance !! Je savais qu'il y avait potentiellement de la pluie sur la zone ce soir, donc ça ne me surprend pas. Je sais aussi que c'est censé ne pas durer trop longtemps.

On se réfugie à l'abri, dépliant nos affaires, et nous reposant simplement, en attendant que la pluie s'arrête pour aller faire notre toilette..
J'en profite pour désinfecter mes bobos et changer les pansements. Ce qui deviendra un rituel du soir ! Heureusement que j'avais une réserve suffisante dans ma pharmacie. Ne pas sous-estimer cette partie, cela me sert de leçon. Je n'en avais jamais eu besoin, mais il suffit d'une fois !

Quand on croit que la pluie s'arrête, la voilà qui reprend...
On teste donc des nouvelles méthodes pour laver nos pieds.
87QWobfCt.PXL_20230812_153020684.jpeg

Bon, ce n'est pas très rapide lol

Quand enfin il s'arrête de pleuvoir, au bout d'une bonne heure, nous fonçons à l'étang pour nous laver, et aussitôt habillés et propres, la pluie est de retour !
Puis ça s'arrête, et je décide de sortir préparer le repas.. Nous trouvons un rocher digne d'accueillir nos fessiers pour savourer notre apéro, où nous avons une pensée émue pour Tolliv : ce soir c'est Pastis !!

87QX3hLBo.PXL_20230812_164254489.jpeg

Malheureusement, la pluie est de retour, et nous nous rabattons dans la tente pour terminer apéro et repas, on fait chauffer sous l'abside, au moins ça coupe un peu le vent !

Nous nous couchons harassés mais heureux, nous sommes (quasiment) seuls, dans un décor magique. Nous entendons quelques cloches et meuglements au loin.

Il pleut toujours, et il pleuvra une bonne partie de la soirée, plus tard que ne resteront éveillés nos esprits.

----
Repas du soir :
- 2 TUC / pastis
- Soupe paysanne / boulgour
- 2 carrés de chocolat

--> le boulgour fonctionne bien si on fait d'abord chauffer un peu d'eau, qu'on commence à faire gonfler le boulgour dans le bol avec, pendant qu'on refait chauffer de l'eau pour la soupe. Puis on verse la soupe sur le boulgour, et on laisse gonfler.
----


J3. Estany de Senó - Estany de Flamisella

12km / +1085m -998m


Une deuxième nuit sans boule quiès, c'est un exploit pour moi en tente ! Le silence nocturne a été impressionnant : il n'y avait vraiment aucun bruit ! Ni eau, ni animaux, ni avions...
Un silence absolu.
Enfin, à part quelques ronflements pas très loin  lol
Même les vaches se sont tues, et ne se manifesteront qu'au moment où nous nous lèverons (sympa les vaches), ce qui nous évitera le son de cloches toute la nuit.
La température minimale a été de 9°C, et j'ai plutôt bien dormi.

Cette fois, nous avons mis une sonnerie de téléphone plus violente, et l'on ne la rate pas !!
Ouverture progressive des yeux, habillage, rangement des affaires...
Nous prenons notre rythme, en veillant cette fois à ne rien mouiller : la tente est trempée, le sol dehors également.

Une fois encore, nous décidons d'avancer vers un endroit ensoleillé pour y prendre notre petit déjeuner. Nous contournons donc les étangs de Senó et Romedo de Dalt par la gauche, pour bifurquer à la fin de ce dernier vers la droite et monter à gauche de Serra de Llurri.

Les lumières sont une fois de plus somptueuses, le soleil a entamé sa lente progression sur les sommets environnants.

87QYgSdOS.PXL_20230813_053748139.jpeg
87QYimbt0.PXL_20230813_055150731.jpeg

Avant d'entamer la montée vers le col qui nous fera passer dans la vallée suivante, nous croisons une randonneuse devant sa tente, qui nous dit avoir entendu un animal dans la nuit.. Ils ont pensé que c'était un ours et n'ont pas trop dormi..
Cela m'étonne, il ne me semble pas que ça soit un environnement propice à l'ours, mais bon... après tout je ne suis pas spécialiste. Mais enfin, si vous pouviez éviter de mettre ce genre d'idée dans la tête de Marine, ça m'arrangerait !

Nous montons donc, à travers cailloux et myrtilles. (Ah oui, je ne l'ai pas encore dit, mais tout le parcours est gavé de myrtilles !! Même si elles ne sont pas encore tout à fait mûres, les myrtilles, je ne me prive pas de tester pour être sûr).
87QYwAErQ.PXL_20230813_060714824.jpeg

Au col, j'entends un énorme bruit. Ils n'ont quand même pas fait passer l'autoroute ici ??
Ouf, ce n'est qu'une gigantesque cascade qui s'écoule du lac de Certascan !! On aperçoit de fait le refuge en haut à gauche de ladite cascade.
87QYBrhi6.PXL_20230813_061046941.jpeg


Nous nous arrêtons sur ce promontoire ensoleillé pour avaler notre bol (rationné à 6 cuillères chacun) de mélange muesli / flocons d'avoine / lait déshydraté et faire sécher nos affaires.
On prend nos aises. Malgré nos précautions, même l'intérieur de la Xmid a pris l'eau lorsque nous l'avons pliée.
87QYHN6GE.PXL_20230813_061654348.jpeg

Pas mal de monde passe ici, mais plutôt dans le sens inverse. Ils doivent tous venir du refuge.
J'ai dans ma tête un appel gourmand (ou un réflexe pyrénéen, appelez ça comme vous voulez) qui m'incite à penser que refuge = tarte aux myrtilles, mais je le garde pour moi, je ne voudrais pas créer de faux espoirs.

Nous voilà repartis, on redescend sur le sentier, relativement évident. Nous avons aperçu un chemin qui monte au refuge par la droite de la cascade, mais en vérifiant, mon tracé prend à gauche .. Je décide de ne pas le suivre, le sentier est devant nous, je ne vois aucune raison de faire plus compliqué.

Nous montons tranquillement, c'est agréable, et arrivons près du haut de la cascade. Le débit d'eau est impressionnant.

Tu m'étonnes (et pourtant je ne parle pas espagnol)
87QZ2t8rf.PXL_20230813_074635045.jpeg

Nous voici à présent juste avant le refuge, l'endroit est somptueux. Des fleurs et papillons s'égayent au bord des méandres de l'eau, qui plonge à pic dans la cascade.

87QZ80TrM.PXL_20230813_075032702.jpeg

87QZaLu0Z.PXL_20230813_075509858.jpeg

87QZdrVge.PXL_20230813_080449992.jpeg

Nous atteignons le refuge.
Deux enfants espagnols crient et chahutent sous les yeux de leur mère. J'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi ça maintenant à cet endroit..
Et miracle !! Point de tarte aux myrtilles, mais un choix plaisant de gâteaux maisons.. Miam !
Nous nous accordons une pause au soleil, gâteau au chocolat, Carrot Cake et deux cafés... plaisirs simples mais ô combien bienvenus !!
Tolliv, j'ai bien retenu qu'il n'y a plus de notions d'horaires pour ce genre d'affaire !
87R4rB53d.PXL_20230813_082259868.jpeg

A l'intérieur du refuge, c'est le H&M de la HRP wink
87R4tNRqA.PXL_20230813_081400994.jpeg

Nous discutons quelques instants avec deux HRPistes qui font un bout de route ensemble. Elle a cassé son arceau de tente et ses chaussures sont percées, mais elle affiche un calme et une sérénité admirables. Lui navigue juste avec une boussole et une carte papier espagnole, dont il se plaint car elle est trop évasive. Je trouve ça encore génial, comme déjà relaté dans une autre aventure pyrénéenne, de voir des jeunes qui ont 20 ans de moins que moi, randonner au long cours sans aucun outil "moderne". Quand je lui demande la marque de son sac, croyant peut-être avoir affaire à un membre RL , il ne la connait même pas.. J'adore ce détachement , c'est un super moment. Autant je n'ai pas la sensation d'être très sociable dans notre vie quotidienne, je dois me forcer pour discuter avec les gens, autant j'apprécie de plus en plus ces échanges ponctuels et ces rencontres, partagés autour du même chemin.


Après ce moment de détente, nous repartons vers le lac de Certascan, effectivement énorme!

Difficile de le faire rentrer dans une photo !
87R5dHysv.PXL_20230813_090209966.jpeg
Je pense à Joy qui avait dormi là me semble-t'il, alors que nous n'y arrivons qu'en fin de matinée du jour 2 eek

Nous admirons le lac, le cadre, et poursuivons notre chemin vers le col de Certascan. Le sentier est clair et agréable, ça monte mais c'est sans difficulté, le gâteau a fait du bien.

87R5oe1Va.PXL_20230813_091815407.jpeg

Et à chaque pause, on peut contempler la vue sur le lac.
87R5q9CMz.PXL_20230813_093831405.jpeg

Nous arrivons proches du col, dans le pierrier final.. Contrairement au passage de Joy ici même, aucun névé à l'horizon.
87R5t6YUr.PXL_20230813_095244127.jpeg

...lorsque soudain j'entends un bruit de pierres..
Je lève la tête. Face à nous, là, à quelques mètres, un groupe d'isards fait tranquillement sa vie dans les rochers. Ils s'éloignent un peu après nous avoir entendu / vu / senti.. mais restent proches, et nous passons de longues minutes sans bouger ni parler, à contempler ces animaux dans leur environnement. C'est génial !
87R5AArXD.PXL_20230813_100648948.jpeg

Génial aussi, il y a des gens au col juste au dessus, et ils sont dans la même posture que nous, assis en silence, à contempler les animaux. Nous sommes contents que personne n'arrive du versant opposé en criant (comme c'est parfois le cas dans les groupes que l'on croise.. chose que j'avoue avoir du mal à comprendre..)

Au col, vue sur le Mont Roig / Mont Rouch au loin, avec sa faille reconnaissable. (enfin, finalement pas sur la photo telle qu'elle apparait sur RL, après compression. cry )
87R5OxEsH.PXL_20230813_100940667.jpeg

Nous voici donc au pied du Pic de Certascan, nous avons le temps alors c'est décidé, on va y monter ! Je sais que ça ne sera pas facile pour Marine, psychologiquement, je ne sais pas comment est le chemin, mais on est pas seul, et je n'ai pas souvenir que Joy avait trouvé ça compliqué (même si on a pas le même référentiel !).
On pose les sacs en bas, derrière des rochers, et on garde juste la veste et les bâtons avec nous. Au vu du sentier bien sableux, je tiens à garder de quoi nous rassurer dans la descente.

C'est parti, c'est rapidement pentu, dans un sentier en effet un peu glissant, mélange de sable et de petits cailloux, mais ça passe bien si on prend son temps. Ça me rappelle un peu le Thabor, mais en plus intimiste et étroit.
87R5VvIiI.PXL_20230813_103131173.jpeg

Nous suivons un couple qui monte tranquillement aussi, nous alternons les premiers de cordée.. Après un premier replat et point de vue, le sentier devient rocheux, il faut un peu commencer à mettre les mains. Je surveille Marine derrière moi, sachant qu'elle ne sera pas à l'aise.. Je sens sa fébrilité qui revient.. Mais j'essaye de l'attendre, de la guider doucement, comme je peux (je ne suis pas plus guide qu'elle !).
On tente de suivre les cairns, qui ne sont pas toujours bien visibles, mais ça se fait bien, il faut parfois privilégier les passages qui nous rassurent, tant qu'on garde le cap final ! Il y a un passage surtout un peu plus délicat, le chemin est étroit, voire inexistant, et il faut passer sur des dalles glissantes.. mais il est court et ça passe !

Il faut ensuite traverser un grand pierrier, Marine me dit "non je n'y vais pas je m'arrête là". Mais non, on est monté jusque là, on va y arriver! Je rassure, je temporise, et je laisse passer le couple devant nous, afin qu'ils tracent la voie, ça sera toujours ça de moins à penser. Il faut ranger les bâtons pour que ça soit plus simple (enfin..vu qu'on n'a pas de sac, les plier et les tenir.. je prends ceux de Marine pour qu'elle ait les mains libres).

Dernier petit effort, ce n'est pas très exposé mais c'est toujours impressionnant d'être sur une crête pas très large, .. et nous voilà enfin au pic !

87R6wlja6.PXL_20230813_110304262.jpeg

Marine se cale sur un rocher et ne bouge plus.. je vois bien que c'est trop pour elle, elle craque et termine en pleurs.. tout la tension s'évacue, c'est très bien.. C'est top je suis fière d'elle, elle a surmonté ses peurs ! Il n'y avait aucune difficulté technique, juste se repérer, choisir où mettre le pied, et être patient.. mais je sais que l'appréhension rend les choses beaucoup plus complexes.. Je sais aussi qu'elle pense à la descente depuis le début..

Je l'invite à profiter du lieu, à se détendre, il fait beau, il n'y a pas trop de vent..

Vue sur le lac de Certascan
87R6yZEJs.PXL_20230813_103950249.jpeg

Vue sur l'Estany Blau de Dalt et l'Estany Blau
87R6ARJ4E.PXL_20230813_110445449.jpeg

A l'arrivée d'un groupe qui compte manger là, nous entamons la redescente. Je tiens à nouveau les deux paires de bâtons. C'est parfois un peu paumatoire, mais nous franchissons lentement les rochers pour rejoindre le sentier sablonneux. Et nous passons en mode trail, on progresse assez vite, à la limite de la course, finalement ça passe très bien comme ça. Je vois que Marine reprend des couleurs quand elle sent qu'elle est à l'aise.

De retour au col, nous nous remettons de nos émotions en profitant d'un bon repas rationné, le même que la veille ah ah !
Mais on s'accorde un TUC de plus et Figolu du plus, on l'a bien mérité, et on a un peu de réserves !
On profite du fort vent pour faire bien sécher la tente.
Malheureusement, le footprint en bâche se déchire contre une des pierres qui le tenait à une extrémité. Je le laisse sorti et le range à l'extérieur du sac, je tenterai une réparation au bivouac.

Nous nous dirigeons maintenant vers l'Estany Blau, dans un joli vallon qui longe un ruisseau pas très alimenté.
87R85Socu.PXL_20230813_125430182.jpeg


L'étang est beau et on s'y baignerait bien !
87R87NwXz.PXL_20230813_130928418.jpeg

Mais l'eau n'a pas l'air aussi chaude qu'à la Hilette, et il nous faut continuer la descente, la journée n'est pas terminée.

Le tracé que j'avais préparé suivait les traces de Joy, et redescendait au fond de la vallée, jusqu'à Noarre. Pour en avoir discuté avec le HRPiste ce matin au refuge, il m'a décrit les lieux, quelques endroits de bivouac potentiels... En gros c'est une longue descente dans la forêt pour atteindre un parking à vans (je résume !), ça ne me botte pas plus que ça, sachant que le lendemain il faudra remonter tout ça par l'autre côté...

On est déjà en train de descendre, c'est certes joli, mais descendre pour remonter ?... si encore il y avait eu un bar ou un refuge et ses gâteaux en bas, mais à priori même pas !

87R8JJU8R.PXL_20230813_133315691.jpeg

87R9Hr2D4.PXL_20230813_134856728.jpeg

Arrivés à la cabane de Guerossos, je propose à Marine d'arrêter de descendre au vu de ces conditions, et de plutôt se diriger vers l'ouest et de rejoindre l'Estany de Flamisella. Sur la carte, ça a l'air relativement plat, il y aura de l'eau et je pense que ça peut faire un bon spot pour y passer la nuit.

Nous remontons donc légèrement derrière la cabane, le vent souffle encore plus fort par ici, mais le sentier est facilement identifiable et l'on sent qu'on l'on pénètre dans un lieu un peu plus intimiste..
87R9UcbJ0.PXL_20230813_144310092.jpeg

On tombe sur un troupeau de chevaux qui profitent tranquillement des pâturages que leur offre la nature.
87R9Y3bHM.PXL_20230813_144611485.jpeg

Et nous arrivons à l'Estany de Flamisella... coup de coeur !!
Je suis bien content d'avoir suivi cette variante, l'endroit est à tomber, le lac est beau, le cadre l'est tout autant. Il y a quelques pêcheurs, des chevaux, mais je sens que c'est là qu'il faut poser nos affaires !

Nous vadrouillons un peu à l'écart des forces en présence pour trouver un endroit loin des chevaux (d'autant que trois d'entre eux viennent de traverser le ruisseau qui s'écoule du lac, au galop soudain, à quelques mètres de nous.. ça ne donne pas envie de revivre les aventures de l'an dernier, où un cheval avait arraché le hauban de la Xmid en pleine nuit !). Plus à l'écart du chemin, nous tombons sur le lieu parfait !

87Ra5RV7A.PXL_20230813_152214035.jpeg

Comme il est encore tôt, nous allons pouvoir profiter du soleil, rincer nos vêtements qui commencent à sentir la brebis crevée (je spoile la suite cool ).
Bon pour ça, il faut attendre que les pêcheurs aient compris qu'ils avaient tout le tour du lac pour eux, et qu'il ne sont pas obligés de venir se planter juste à 5 mètres de nous !!

J'en profite pour utiliser ce qui me reste de scotch pour réparer succinctement mon footprint, advienne que pourra.
87RaBBP2Z.PXL_20230813_150235028.jpeg

Moments qui rendent la rando mémorable.. Soleil de fin de journée, décor idyllique..

Nous continuons à rendre hommage à Tolliv, c'est désormais une tradition.
87Rb4EmAH.PXL_20230813_171406741.jpeg

Nous passerons le repas à observer un troupeau d'isards qui vont et viennent sur le versant face à nous, c'est un spectacle sans fin, et le soleil baisse progressivement sur le lac, avant que nous gagnions nos duvets.

87RbboR5g.PXL_20230813_180752712.jpeg

87RbcJbil.PXL_20230813_181751920.jpeg


D'un commun accord, ce sera à postériori notre journée la plus chouette de la rando, variée et riche !

----
Repas du soir
- 2 TUCS / Pastis
- Soupe chorba à l'agneau + semoule d'orge + parmesan
- 2 carrés de chocolat

--> même méthode que pour le boulgour de la veille, avec gonflage de la semoule d'orge en deux fois. J'ai testé cette semoule que je ne connaissais pas, ça marche très bien même si la différence avec la semoule de blé n'est pas flagrante dans la soupe, et on s'est régalé avec la chorba !
----



J4. Estany de Flamisella - (presque) Ossèse

18km / +1071m / -2258m

Réveil habituel maintenant, à 6h30.
La nuit fut bonne, pas d'attaques de chevaux ou d'animaux sauvages, température minimale de 9° sans humidité.
Rangement et pliage, dans l'idée de monter au port de la Lune qui est juste à côté, et peut-être d'y prendre le petit déjeuner, avant de rejoindre à terme l'Estany del Port, base de la remontée vers le port de Tavascan et la frontière.

Nous contemplons encore l'estany de Flamisella, sous les lumières matinales.

87Rff2ZCi.PXL_20230814_053606792.jpeg

87RfjKaAp.PXL_20230814_054220570.jpeg

Nous le contournons pour trouver un sentier qui est, sur ma carte, en traits rouges. Donc niveau randonnée classique, et balisage normal, si j'ai bien compris.
Ben en fait non. Ce sentier, nous ne l'avons jamais trouvé ! Encore une blague des cartes côté espagnol ? Toujours est-il que nous naviguons à vue. Heureusement, la direction est assez évidente, c'est plein nord, et il faut monter tout en haut !

C'est là haut !
87Rfq2Pp1.PXL_20230814_061959389.jpeg

Nous nous élevons avec l'étang dans notre dos, créant nous-même notre chemin.
87RfsEIJN.PXL_20230814_064007475.jpeg

300 mètres de dénivelé après, nous voilà au port de la Lune, sur la frontière franco-espagnole ! Il y a un vent terrible, nous avons mis les vestes depuis un moment déjà.

Je crois que j'ai trouvé un bon plan bivouac pour les amateurs, mais à mon avis mieux vaut être à la belle étoile que de voir la tente s'agiter dans le vent !
87RfAycvm.PXL_20230814_064025726.jpeg

Nous redescendons bien plus rapidement que nous sommes montés, et coupons les dévers pour gagner la direction de l'est, le soleil et rejoindre le sentier qui traverse les étangs.

Cet endroit est décidément magnifique, on est vraiment content d'avoir pris ce raccourci !
87RfI5Msa.PXL_20230814_071356192.jpeg

Nous nous posons au bord de l'Estanyol de Flamisella, le petit frère de l'autre, pour un bol de céréales, un peu de crème solaire et un moment de détente au soleil levant.
87RfSOSyi.PXL_20230814_072544961.jpeg

Nous n'avons presque pas envie de repartir tellement on est bien. Mais il le faut, on quitte donc le lieu pour retrouver le sentier et son balisage approximatif. Je me retrouve dans les myrtilles et les arbustes plus rapidement qu'il ne le faut, on a encore du rater un balisage (ou pas), et il nous faut à chaque fois retrouver le sentier. Heureusement le terrain est simple.
87RfZMgdt.PXL_20230814_081221732.jpeg

Après peu de temps et encore dans des méandres de balisages incertains à travers les pierres, nous descendons vers l'Estany Xic, et l'Estany del Port.
87Rg3BUrj.PXL_20230814_085125198.jpeg

Nous décidons d'aller voir l'Estany de Mariola, indiqué à 800m, en contournant les étangs par le bas.
Chemin qu'empruntent quelques touristes qui ont du monter par le sentier-piste au départ de Noarre.

Mine de rien ça monte bien quand même !
Le vent est encore de la partie, fatiguant au niveau auditif et nerveux, surtout quand il essaye d'emporter la casquette qu'il faut remiser dans le sac au bout d'un moment.

Nous arrivons au lac, il est énorme !!
87Rgg7VQw.PXL_20230814_093029659.jpeg

Nous nous posons quelques instants en essayant de nous abriter du vent, mais il tourne de partout. On réfléchit à la suite, je montre à Marine les options que j'avais envisagées.
Dans mon plan initial, il s'agissait de monter au pic de la Muntanyola, puis longer la crête qui mène au pic de Montarenyo, puis redescendre à partir de là vers le côté français..
Mais je ne m'étais pas rendu compte que le chemin est indiqué dans un niveau de difficulté plutôt hasardeux sur Osmand, des petits points rouges espacés, autrement dit "pas vraiment balisé". Il y a 600 mètres à monter, des incertitudes sur le sentier, son existence (surtout après avoir parcouru des sentiers qui sont - selon la carte - balisés, et qui en fait ne le sont pas..), sur la crête par ce vent, et encore plus sur ce qu'il y a derrière ! Monter là-haut c'est une chose, redescendre de l'autre côté une autre..

Comme je n'aime pas repasser deux fois au même endroit si je peux éviter, je n'ai pas envie de redescendre à l'Estany del Port par le chemin que nous venons d'emprunter, pour encore devoir remonter au col de Tavascan..
L'autre option est un chemin qui contourne par l'ouest le Roc de l'estany Xic pour arriver à Tavascan sans avoir à trop redescendre. Il est marqué en rose sur la carte, donc plus facile qu'un sentier classique, si j'en crois la légende du rendu Bombadyl !

Nous tergiversons, et optons pour cette seconde option, ayant trop d'incertitudes sur la première.

En attendant, j'ai repéré un sentier qui mène au col juste au dessus du lac, il y a 200 mètres de dénivelé, on peut aller voir là-haut ce qui se trame non ?
Si ça se trouve on aura une belle vue !

Nous voilà repartis, la montée est simple, relativement balisée (il y a même des marques de peinture que je ne remarque qu'à la fin). Nous croisons un couple d'espagnols qui nous parle, une bien belle longue phrase que je ne comprends pas du tout smile En anglais, nous échangeons et ils nous expliquent qu'il n'y a pas moyen de redescendre après le col. Je lui dis qu'en effet, j'ai vu ça sur la carte, mais ça tombe bien, on veut juste aller voir là-haut.

Nous arrivons rapidement au col. C'est relativement décevant, peut-être par rapport à ce qu'on a déjà vu. La vue n'est pas grandiose, c'est assez fermé, mais on a un très bon aperçu du Mont Roig / Mont Rouch en revanche.
87Rh0HIiF.PXL_20230814_102842132.jpeg

Et la vue sur l'Estany de Mariola n'est quand même pas vilaine !
87Rh2w6Yg.PXL_20230814_103120727.jpeg
(on voit d'ailleurs ici le grand roc central en deça duquel nous allons passer, si tout va bien)

Nous ne trainons pas et revenons rapidement au lac, où nous trouvons abri derrière un gros rocher pour manger. Ouah, wasa / craker / chorizo et un figolu, ça change !

Mais on est bien, on sort même la popote pour se faire un petit café et ainsi vider un sachet de café lyophilisé que je me trainais depuis un moment ! Il n'est pas très fort, mais bien appréciable quand même.

Il s'agit désormais de trouver le sentier qui contourne le Roc et mène au port de Tavascan. J'ai vu qu'il partait de celui qui nous a mené au lac, mais il faudrait redescendre pour le trouver, et je n'ai vu aucune marque en passant tout à l'heure.. ça sent encore le plan à l'espagnole ! On coupe à travers les reliefs de bord de lac, pour rejoindre un troupeau de chevaux. J'ai remarqué qu'ils trainent toujours autour des sentiers, et aiment bien y déposer leur délicats rejets. Je vise donc les chevaux. En effet, avec cette tactique, on tombe à peu près sur un semblant de sentier. Quelques cairns par-ci par-là, mais on navigue aussi à vue et au GPS.

Puis d'un coup, le balisage devient plus évident, je m'y accroche donc.
87RhuD1rv.PXL_20230814_122202626.jpeg


Nous passons devant un autre étang, au bord duquel nous apercevons quelques isards.. Décidément, c'est leur royaume ici !
Je suis toujours le balisage, on traverse un ruisseau, qu'on traverse dans l'autre sens 10 mètres plus loin. On descend toujours, quand je vérifie ma trace et m'aperçois qu'on est plus du tout sur l'itinéraire qu'on devait prendre ! On est trop descendu, à suivre aveuglément les cairns.. On remonte, ça fait pester, et on trouve un semblant de bifurcation (dans ces cas là, on essaye de se convaincre.. "mais si regarde c'est là on dirait bien un sentier.."  ops )

Mais les repères sont anarchiques, une fois de plus, et je commence sérieusement à m'énerver dans ce dédale de sentiers qui existent mais qui n'existent pas, ces cairns qui nous font faire fausse route en se trouvant à des endroits qui paraissent tous aléatoires... On franchit des murailles de rochers, des dalles, on revient en arrière.. Jusqu'au moment où il faut se rendre à l'évidence : nous ne trouvons pas de sentier qui vaille. Rien d'apparent, et nous sommes face à des rebonds rocheux qui plongent dans le vide et qu'on ne voit pas trop comment passer.
Tout cela met mes nerfs à rude épreuve, je peste je râle contre ces chemins qu'on ne trouve pas, et Marine, plus raisonnable que moi, décide de rebrousser chemin pour revenir sur le sentier cairné, en espérant qu'il mène bien quelque part !!

Au final, on a perdu du temps et de l'énergie avec ces allers-retours. On voit ci-dessous le chemin que nous avons emprunté et les ronds que nous avons fait (en rouge), alors qu'il est censé avoir un sentier (en noir pointillés). Cela reste un mystère. D'autant plus que nous avons emprunté un sentier cairné qui lui, n'apparait pas sur la carte !
87Ri6O9fJ.Capture-decran-2023-08-16-a-17.png

Nous rejoignons donc le sentier "balisé", qui descend bien pentu vers l'Estany del Port
87RicFTZP.PXL_20230814_132613921.jpeg

Une pause s'y impose, histoire de reprendre nos esprits. Rien de grave bien sûr, mais je suis frustré de ne pas avoir trouvé ce sentier !!
Nous entamons la côté vers le port de Tavascan, le GR est simple et parait reposant après ce que nous avons traversé.

En haut, le port de Tavascan.
87RilpiNM.PXL_20230814_133322709.jpeg

Nous y arrivons rapidement, et je ne peux m'empêcher de jeter un coup d'oeil à l'endroit où est censé arriver ce fichu sentier invisible...
Il se trouve par là , j'imagine qu'il descend par les petits paliers herbeux qu'on voit à gauche, mais rien de vraiment clair..
87RirrhF3.PXL_20230814_140525352.jpeg

À Tavascan, nous retrouvons la vallée ariégeoise et apercevons une cabane.
87Riv08AD.PXL_20230814_141219384.jpeg

Dans mon idée initiale, j'avais prévu de redescendre en forêt, pour remonter vers le Pic du Milieu et l'étang d'Alet, mais encore une fois je n'avais pas du tout pris en compte le niveau de difficulté du sentier. Il est en pointillés rouges, bref balisage compliqué en vue, ajouté au fait qu'il faudrait redescendre à 1400m pour remonter ensuite à 2400 mètres.. j'ai rapidement compris que ça ne serait pas faisable !
Nous gardons donc pour objectif d'entamer la descente, car elle va être longue (on est à 2200m, il va nous falloir redescendre à 700m), et on veut garder des forces car on sait d'expérience que ce genre de longue pente peut fatiguer les jambes et les articulations.
Marine commence en plus à se plaindre de son genou.. Méfiance donc.

Je repère sur la carte une zone qui parait un peu plate, au fond du vallon, avant d'arriver en forêt, et me dis qu'on trouvera sûrement de quoi se poser là-bas.

Nous voilà sur le GR qui passe par la cabane du Marterat.
87RiIAgRA.PXL_20230814_142023845.jpeg

C'est presque simple car c'est balisé, on n'a pas à réfléchir. En revanche on doit rester vigilant, c'est très humide et ça glisse, il y a plein d'endroits où l'eau coule sur le sentier. Marine fait d'ailleurs une glissade que je ne vois pas. Je dois moi même faire attention aux pierres lisses.

On est seul, et la végétation est particulièrement luxuriante.. On se croirait dans la jungle, ça pousse de partout, des fleurs, des arbustes, c'est très rare de passer dans une zone aussi foisonnante.

On voit bien le GR qui serpente vers le fond du vallon.
87RiUHP2O.PXL_20230814_142959747.jpeg

Soudain, une forte odeur m'alerte, je me demande pourquoi... et comprend vite :
87Rjj7Yqd.PXL_20230814_150157062.jpeg

Nous ne sommes pas au bout de nos surprises, car c'est un véritable carnage dans cette zone, il semblerait qu'il y ait un carnivore en série..
Loup ou Ours ?
87Rjn74aV.PXL_20230814_151931912.s.jpeg 87Rjn9L53.PXL_20230814_153428254.s.jpeg 87RjncsOx.PXL_20230814_153933633.s.jpeg

Dommage car c'est là que j'avais prévu de bivouaquer. La vue est jolie, ça commence presque à être plat, et on ne sait pas ce que la suite nous réserve. Il est déjà 17h30, et on commence à en avoir un peu marre..
On tourne un peu dans la zone, mais la végétation, les marécages, l'absence d'endroit relativement plat, et cette succession de cadavres nous démotivent un peu à dormir ici..
Allez, on décide d'avancer et avec un peu de chances, on trouvera peut-être sur le petit abord du ruisseau qu'on voit en bas ?


Que nenni, c'est pareil plus bas, avant d'entrer en forêt.. Trop d'herbes de partout, aucun endroit adéquat.. Un bon terrain à ours ça non ??
87RjLSKKr.PXL_20230814_155814646.jpeg

On continue, on avance, on descend en forêt... C'est très bucolique, varié, mais..aucun endroit pour y poser une tente. Et à force de quitter les hauteurs, on retrouve la chaleur.. Plus on descend, plus on sue. On n'a pas anticipé d'avoir des réserves d'eau suffisantes pour le bivouac, on ne peut pas donc tenter de s'arrêter aux seuls endroits qui pourraient peut-être convenir, mais qui sont trop loin d'une source d'eau..

On croise enfin une mini-cascade, on en profite pour se passer la tête sous l'eau et remplir les stocks. (Avec la Befree, ça commence à être long, mais je reviendrai sur ce point dans le retour matos en fin de récit). Et on repart, découvrant une vallée très sauvage et étonnement préservée, comme si aucun animal ne venait y pâturer et que la nature avait tout le loisir de s'y déployer.

87RjQPyNo.PXL_20230814_161009518.jpeg

87RjRHzuP.PXL_20230814_162119191.jpeg

Marine souffre de son genou et avance avec précaution, elle a le sentiment qu'il peut dévisser à tout moment.

Nous testons quelques endroits rapidement aux abords du sentier, mais rien de vraiment concluant. On commence à bien fatiguer, quand on se décide à descendre voir un replat que l'on croit apercevoir en contrebas, au bord du torrent. J'avoue que j'en ai marre de descendre pour remonter après, donc je croise les doigts.

Et arrivé en bas, j'aperçois une zone 50 mètres plus loin qui me parait très bien, enfin !!
Nous retrouvons un peu d'énergie, et quadrillons la zone pour trouver le meilleur compromis entre bouses de vaches, taons et bruit du torrent.
Au final, nous trouvons refuge sous un arbre, il y a un carré presque plat pour y déployer la Xmid. Bon en fait, ça n'est pas plat du tout, et ce sera la nuit la plus pentue de toute !

Mais ce n'est pas grave, nous avons marché bien plus loin que prévu, nous ne sommes pas loin de l'arrivée, mais nous sommes exténués et avons envie de profiter d'un dernier bivouac, même s'il l'on doit marcher très peu demain.
87Rk9RQt4.PXL_20230814_173711218.jpeg

Il nous faut du temps pour nous reposer, nous laver, prendre soin de nos différents bobos, aérer un peu nos affaires..
Un troupeau de vache fait son apparition sur la colline d'en face, j'espère bien qu'elles y resteront et que je n'aurai pas à les éloigner !

Marine craque un peu à cause de son genou qui a bien enflé, elle repense à son opération et a peur d'être à nouveau confrontée à une immobilisation forcée.. J'essaye de la rassurer, on va rentrer tranquillement demain, on ira doucement, et on prendra la mesure du problème s'il persiste.

Et nous attaquons le dernier apéro, puis le dernier repas du soir.

On s'endort rapidement, dans la chaleur de la vallée.

----
Repas du soir :
- plein de TUCS / la fin du Pastis !
- soupe à l'oignon avec parmesan --> Bombadyl, je confirme que c'est bon !!
- dahl de riz / lentilles / curry précuit
- plusieurs carrés de chocolat, on peut exploser les réserves !

--> le test du plat précuit est un semi-réussite.  C'est écrit 5min dans l'eau chaude, mais ça ne suffit pas. Ceci étant, c'est légèrement croquant mais pas mauvais, donc tout à fait envisageable. Je n'avais par contre pas prévu que la soupe nous calerait tant, on a pas mangé tout le dahl du coup !
----


J5 : Ossèse - Bidous

4km / +24m / -290m

La nuit ne fut pas la meilleure, entre la glissade vers le bas de la tente, la chaleur, le bruit du torrent , celui des vaches.. j'ai fini par mettre mes boule quiès en cours de nuit, la première fois depuis le départ..

Nous ne levons dans la brume, et les vaches sont toujours là !
87RlcueFa.PXL_20230815_055815497.jpeg

J'ai vaguement entendu la pluie, mais surtout des rafales de vent. Heureusement que nous avions pris soin d'ammarer la tente malgré l'absence de vent lors du montage. Marine me dit qu'elle a vu des éclairs, et comme elle a peur des orages en montagne, elle a surveillé mais n'a jamais entendu gronder le tonnerre. Nous avons dû essuyer la queue d'un orage..

L'avantage du vent, c'est que la tente a déjà séché.
Nous prenons soin de bien la nettoyer avant de la replier, ça sera toujours ça de moins à faire à la maison.

Dernier petit-déjeuner, ou l'on s'aperçoit que les rations de céréales étaient un peu faussées, il en reste pas mal.. ceci dit, jamais la faim ne nous a tiraillé, donc au final... ça suffisait sûrement.
87Rldw7V0.PXL_20230815_063057917.jpeg

Nous remontons vers le sentier, et entamons nos derniers kilomètres de descente, ce sera relativement rapide car il ne nous reste que 300 mètres de dénivelé négatif.

Nous passons à côté de granges joliment réaménagées, puis retrouvons peu à peu la "civilisation", dans tout ce qu'elle a de relatif à cet endroit quelque peu isolé.
87RlpeRLa.PXL_20230815_071556321.jpeg
87RltAw1C.PXL_20230815_074500698.jpeg

Enfin, le retour à la voiture qui, fort heureusement, n'a pas bougé.

Mais je n'ai toujours pas compris pourquoi ils élèvent des bétonnières.
87RlsB8GU.PXL_20230815_073000567.jpeg


Epilogue

Nous avions envisagé de continuer à nous promener entre les villages à travers les sentiers afin de prolonger un peu le plaisir, mais au vu de la douleur au genou de Marine, nous reprenons la voiture. Par contre, nous prenons notre temps et décidons de ne pas prendre l'autoroute mais de suivre un itinéraire touristique afin de profiter tranquillement du retour.

Au bout de 10 minutes, on s'arrête dans une guinguette à St Lizier d'Ustou, qui nous avait tapé dans l'oeil à l'aller. Ce n'est pas officiellement ouvert, mais on profite quand même d'un café !

Nous traversons ensuite le Couserans, puis arrivons dans le Volvestre..

Nous tombons par hasard sur un "bistrot de pays", qui a l'air un peu vide mais ouvert.. Seules deux personnes y sont attablées, il est midi. On s'arrête, décidés à y prendre un petit rafraichissement et à aller finir notre pique-nique plus loin.
A la découverte de la carte, on décide de rester smile
Assiette dégustation canard / veau, élevés dans le coin, on ne peut pas rater ça après notre régime de crackers !

Finalement,  le bistrot est plein et ils doivent ajouter des tables pour installer les nouveaux arrivants ! On finira sur une croustade et reprendra la route qui nous mène à la maison. Cette fois c'est bien terminé !


Retour matériel / divers

- la préparation de l'itinéraire sur OpenRunner / VisuGpx, c'est pratique, mais attention aux niveaux de difficultés des sentiers !

- la trousse à pharmacie ne sert pas à tous les coups, mais il faut quand même avoir le stock de pansements et autre désinfectants ! Idem pour le kit réparation !

- le Trajectory 35 ne supportera pas beaucoup plus de contenu, déjà parce que l'armature en a souffert, et aussi parce qu'il n'y avait plus de place au départ de la rando !

- j'ai testé le sac étanche à nourriture : fortement pratique, même si le modèle que j'ai ne me convient pas, il est trop étroit et du coup trop haut quand il est rempli, donc pas évident à ranger. Mais c'est pratique de n'avoir qu'un sac à sortir au lieu des multiples sachets zips.

- idem, le sac à bazar électronique / réparation, fort pratique. Pour le coup, il est de la même largeur que la liseuse, donc ça marche bien.

- j'ai essayé de faire comme Bombadyl me l'avait montré, ne pas prendre le sac de compression du Quilt et le mettre directement avec les affaires de nuit dans le sac étanche.. Je suis à moitié convaincu, parce qu'au final je n'ai pas réussi à le compacter autant qu'avec son sac.. Du coup, quand la place est un peu limite dans le SàD, ce n'est pas forcément pratique.

- J'en ai eu marre de la Befree !!! Autant je trouve ça top d'avoir le filtre et d'éviter de porter des litres d'eau (surtout dans ce genre d'environnement où l'on peut régulièrement s'abreuver). Mais alors, le débit est devenu complètement ridicule, et remplir chaque soir 2L dans la Platypus, et 2 litres dans la poche à eau de Marine a été un calvaire tellement c'était long !!
Je l'avais nettoyée au vinaigre et avec une pastille Micropur avant de partir, mais ça n'a pas fait grand chose.
Je teste en ce moment même la méthode forte : une pastille d'eau de javel. Elle semble avoir été redoutablement efficace : j'ai retrouvé un bon débit. Reste à voir si j'arrive à bien la rincer et supprimer le gout éventuel de la javel.. mais je croise les doigts !!

- le panneau solaire m'a permis de facilement recharger les montres, en revanche j'ai testé la charge du téléphone en marchant (et en l'utilisant), ça n'est pas très efficace.. La recharge de la powerbank a fonctionné par contre dans ce cas de figure.

- toujours satisfait de mon combo Vesper + Tar Xlite. Même si je crois que quelque soit le système de couchage, j'ai un souci de froid au niveau fessiers / haut des jambes. Rien de bloquant, mais toujours frais à cet endroit le matin !

- j'ai pris l'habitude d'utiliser la veste imper le soir au bivouac, au lieu de la doudoune, ça fonctionne très bien. Il n'a pas fait froid, mais ça suffisait largement. J'aurai presque pu me passer de doudoune, je l'ai juste utilisée pour me couvrir la zone fraiche le matin sous le quilt.

- ne pas utiliser une sonnerie "sons de la nature" pour espérer se réveiller au bivouac !!  lol

- Il faudra que j'ajoute des sardines à la Xmid, en cas de vent, 8 c'est trop peu à mon goût.

- le PQ à la place de l'éponge pour dégraisser / nettoyer les bols / popote, je valide !

- la pelle à caca, ben... je ne valide pas, impossible de faire un trou où que ce soit dans ces terrains, on tombe soit sur des cailloux soit sur des racines... Inutile dans ce cas.

- le reste a déjà été testé / éprouvé / remis en question lors des randos précédents du mois de juillet !

- avec nos repas hyper rationnés, j'ai parfois eu l'impression de ne rien manger (surtout le midi). Le côté plaisir a un peu disparu, mais je n'ai jamais eu faim ni ressenti de manque. Donc au final, ça suffit. Le calcul n'était pas trop mauvais, on est revenu avec un faible trop plein.

- j'ai dégagé ma vieille brosse à dents recoupée pour une neuve non recoupée.. eh ben je n'ai rien senti !! cool


------


Merci à Joy pour l'idée du parcours, on reste admiratif devant la vitesse à laquelle tu as déroulé les deux jours !!

Dernière modification par karibou31 (18-08-2023 07:44:17)


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#2 16-08-2023 19:48:49

Nayana
Helix pomatia
Lieu : Cote d'Or
Inscription : 05-10-2010

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Merci pour ce joli récit.

karibou31 a écrit :

Reste à voir si j'arrive à bien la rincer et supprimer le gout éventuel de la javel.. mais je croise les doigts !!

Tu peux passer du jus de citron avec ton filtre. Ça devrait réduire drastiquement l'odeur de javel.


Lentement mais surement...

Hors ligne

#3 16-08-2023 19:52:25

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Merci pour l'astuce, je vais tester !


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#4 16-08-2023 20:16:20

Stéphane_33
Membre
Lieu : Bordeaux
Inscription : 05-12-2018

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

karibou31 a écrit :

Juste avant le col, nous tombons sur deux cabanes de bergers, visiblement neuves (elles n'apparaissent pas sur la carte), délicatement disposées entre les massifs rocheux.

Ce sont des cabanes mobiles pour les bergers, transportées par hélicoptère. Elles sont déposées en début de saison et déplacées si besoin pour suivre les estives.

Belle balade, j'ai reconnu certains passages de ma HRP smile
Stéphane.

Hors ligne

#5 16-08-2023 20:55:26

Cat 09
Membre
Inscription : 04-03-2020

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Salut karibou,

Merci pour ce sympathique récit ! On ressent vraiment le plaisir que tu éprouves à traverser ces montagnes ! Et oui, je trouve que vos étapes (surtout le premier "vrai" jour) sont conséquentes, car avec du dénivelée et sur des terrains pas toujours faciles, comme vous avez pu vous en rendre compte !
Et ça m'a rappelé ma balade de l'année dernière, celle où j'ai retrouvé Hervé smile .

Je suis d'ailleurs super contente que vous soyiez finalement passés par Flamisella. J'ai vu trop tard le tour que vous projetiez, sinon je vous l'aurais conseillé plutôt que de descendre à Noarre. Et Hervé aussi, s'il n'était pas en vadrouille dans les contrées septentrionales, car c'est le trajet qu'il a suivi l'année dernière. Il y a d'ailleurs moyen de couper encore un peu plus, sans passer par Guerossos, en visant Flamisella depuis le tout petit laquet sous l'Estany Blau. Ce sera pour une autre fois wink .

Par contre, si je peux me permettre, il me semble bien que tes isards de Certescans sont des bouquetins. Cornes bien différentes. Je me fais avoir moi aussi régulièrement wink . En juin dernier, vus de loin, je les ai appelés "isards" jusqu'à pouvoir zoomer sur mes photos, une fois rentrée à la maison, et découvrir des cornes de bouquetins roll .


Et concernant la Befree : j'en suis revenue moi aussi. En plus d'être percée (fuite "lente" comme on dit crevaison lente, peut-être dûe à une pointe de gispet), elle filtrait à tout petit débit malgré lavages/rinçages, etc... Dommage, car c'était un cadeau smile . Mais je suis donc revenue au filtre Sawyer (je ne sais jamais si c'est un mini ou un micro car ce n'est pas écrit dessus).

Hors ligne

#6 16-08-2023 21:29:36

ludof
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 24-08-2021
Site Web

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Merci pour le compte rendu, j’envie ton talent de conteur, tu nous transportes avec toi, c’est vivant, on s’y croirait. Et les superbes photos d’illustration terminent de nous plonger au cœur de ton aventure.

Pour terminer, un grand bravo à Marine, que tu n’as pas ménagé. J’espère que son genou va mieux, et qu’elle aura retenu de sa rando les bons moments plus que ceux plus difficiles …

Édit : ponctuation

Dernière modification par ludof (16-08-2023 21:30:44)

Hors ligne

#7 16-08-2023 22:45:44

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Merci Karibou de me donner un avant-goût de ma prochaine section HRP.

Karibou31 a écrit :

Dans mon plan initial, il s'agissait de monter au pic de la Muntanyola, puis longer la crête qui mène au pic de Montarenyo, puis redescendre à partir de là vers le côté français..

Les cartes OSM, c'est bien, mais j'aime bien essayé de croiser les données avec des récits comme le tien, et d'autres sur RL ou ailleurs. Donc j'avais retiré cette option là. Il semblerait que ce soit plus "facile" dans l'autre sens (je ne retrouve plus ma source).


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#8 17-08-2023 00:48:07

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

super récit;

superbes photos;

superbes bivouacs aussi;

un grnd merci calin

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#9 17-08-2023 05:52:35

Joy Supertramp
Sempervirens
Inscription : 25-03-2019
Site Web

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Et ben chouette ! Ça m'a donné envie d'y retourner.

Quelques petites remarques :
- les isards sont des bouquetins ! Comme l'a dit Cathy, les cornes sont différentes, la morphologie aussi (l'isard est plus petit et plus foncé), mais c'est surtout dans leur attitude qu'ils sont différents : les bouquetins sont beaucoup moins farouches et restent ainsi tout près de toi sans bouger, ce qui n'est pas du tout le cas des isards  wink

- pour ce qui est de se perdre en essayant de suivre des traces GPX ou des cairns : je me souviens qu'en descendant du col vers l'estany de seno, il y avait en effet du balisage un peu dans tous les sens, mais on ne peut pas se perdre : il faut descendre au jugé en visant le lac en bas. C'est souvent pareil dans ce coin, la technique est de s'affranchir partiellement des balisages mais de s'orienter avec le terrain lui-même.  Ça s'apprend, et on en profite encore mieux après  smile

- j'espère que Marine ne me déteste pas trop, tous les passages compliqués étaient pourtant bien décrits dans mon récit : les dalles de la montée a la hilette, les passages a flanc de la montée au certescan, les sentes évasives a droite a gauche  wink

- vous avez très bien fait de ne pas descendre à Noarre, la variante par flamisella est magnifique, j'ai eu l'occasion de la découvrir plus tard avec Azerty !

Bravo pour cette belle balade à tous les deux !


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Liste montagne été top confort

Hors ligne

#10 17-08-2023 07:37:22

azerty
[i]RL
Inscription : 08-01-2018

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Chouette récit pouce des images et des sensations lointaines. Beau parcours et félicitations à Marine pouce

karibou31 a écrit :

je dessine rapidement un itinéraire en tentant d'allonger celui de Joy car elle était partie deux jours, et nous en avons quatre à notre disposition

On va rigoler smile

karibou31 a écrit :

refuge = tarte aux myrtilles

On va rigoler smile

karibou31 a écrit :

on s'accorde un TUC de plus et Figolu du plus, on l'a bien mérit

La pauvre Marine qui passe en mode guerrière, dépasse ses peurs, se fait submerger par ses émotions .. allez soyons fou un tic et un figolu lol

Mais enfin, si vous pouviez éviter de mettre ce genre d'idée dans la tête de Marine, ça m'arrangerait !

unicorn

Remarques

Très compliqué de suivre l’itinéraire d’un autre où de modérer les conseils échangés avec les personnes croisées en montagne. Il est important de pouvoir analyser avec son propre référentiel. Qu’est ce qu’un passage gazeux ? Aura t’on la même limite ?

Choix perso mais je comprends pas les bouchons d’oreille, pour moi c’est comme faire un sport de pleine nature avec un casque audio. Comme je dit c’est perso.

Perso encore la sonnerie d’un réveil en bivouac, au secours.

Joy Supertramp a écrit :

#688657Ça m'a donné envie d'y retourner.

Pour le H&M de Certascan, ça fait 3 ans que j’attends qu’une certaine ariégeoise passe par là bas smile pour info prendre une taille L.

Dernière modification par azerty (17-08-2023 07:53:52)


«L’humain mène une guerre contre la nature. S’il gagne , il est perdu» – Hubert Reeves

Profil / trombi ici

Hors ligne

#11 17-08-2023 09:36:18

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Merci à tous pour vos retours !



Stéphane_33 a écrit :

#688638Ce sont des cabanes mobiles pour les bergers, transportées par hélicoptère. Elles sont déposées en début de saison et déplacées si besoin pour suivre les estives.

Ah ok je ne savais pas, mais en effet vu leur physionomie ça ne m'étonne pas.



Cat 09 a écrit :

#688643Je suis d'ailleurs super contente que vous soyiez finalement passés par Flamisella. J'ai vu trop tard le tour que vous projetiez, sinon je vous l'aurais conseillé plutôt que de descendre à Noarre. Et Hervé aussi, s'il n'était pas en vadrouille dans les contrées septentrionales, car c'est le trajet qu'il a suivi l'année dernière. Il y a d'ailleurs moyen de couper encore un peu plus, sans passer par Guerossos, en visant Flamisella depuis le tout petit laquet sous l'Estany Blau. Ce sera pour une autre fois wink .

Ah je ne l'ai pas vu celui là en effet ! Mais en tous cas oui cette zone de Flamisella est géniale, on a adoré !



Cat 09 a écrit :

#688643Par contre, si je peux me permettre, il me semble bien que tes isards de Certescans sont des bouquetins. Cornes bien différentes. Je me fais avoir moi aussi régulièrement wink . En juin dernier, vus de loin, je les ai appelés "isards" jusqu'à pouvoir zoomer sur mes photos, une fois rentrée à la maison, et découvrir des cornes de bouquetins roll .

Joy Supertramp a écrit :

#688657- les isards sont des bouquetins ! Comme l'a dit Cathy, les cornes sont différentes, la morphologie aussi (l'isard est plus petit et plus foncé), mais c'est surtout dans leur attitude qu'ils sont différents : les bouquetins sont beaucoup moins farouches et restent ainsi tout près de toi sans bouger, ce qui n'est pas du tout le cas des isards  wink

Ah zut ! J'étais persuadé qu'il n'y avait que des isards dans les Pyrénées ! Bon je n'y connais rien alors merci pour les précisions ! Et ceux qui toussent ce sont lesquels ?



Cat 09 a écrit :

#688643Et concernant la Befree : j'en suis revenue moi aussi. En plus d'être percée (fuite "lente" comme on dit crevaison lente, peut-être dûe à une pointe de gispet), elle filtrait à tout petit débit malgré lavages/rinçages, etc... Dommage, car c'était un cadeau smile . Mais je suis donc revenue au filtre Sawyer (je ne sais jamais si c'est un mini ou un micro car ce n'est pas écrit dessus).

Pour l'instant la mienne n'est pas crevée, elle tient le coup (pourtant j'ai du un peu bourriner dessus pour que l'eau sorte) mais j'ai la version noire qui je crois est un peu plus solide. J'ai récupéré un bon débit avec ma technique à l'eau de javel, je suis en train de la rincer. A voir dans le temps ! Mais je crois que j'investirai de toute façon dans un autre filtre pour qu'on en ait chacun un (probablement le Salomon, qui permet d'avoir une flasque 600ml facilement dans la poche de bretelle)



ludof a écrit :

#688645Merci pour le compte rendu, j’envie ton talent de conteur, tu nous transportes avec toi, c’est vivant, on s’y croirait. Et les superbes photos d’illustration terminent de nous plonger au cœur de ton aventure.
Pour terminer, un grand bravo à Marine, que tu n’as pas ménagé. J’espère que son genou va mieux, et qu’elle aura retenu de sa rando les bons moments plus que ceux plus difficiles …

Merci Ludof pour ton retour c'est gentil, et je transmets ! Ça a un peu désenflé, elle est sous anti-inflammatoires, visiblement c'est un épanchement avec un souci au niveau du ménisque. Elle est rassurée que ça ne soit pas les ligaments, mais doit faire un IRM.



Nicolas36 a écrit :

#688650Les cartes OSM, c'est bien, mais j'aime bien essayé de croiser les données avec des récits comme le tien, et d'autres sur RL ou ailleurs. Donc j'avais retiré cette option là. Il semblerait que ce soit plus "facile" dans l'autre sens (je ne retrouve plus ma source).

J'aimerais bien savoir quand même ce que dit ce sentier, si quelqu'un y est passé ou y passe plus tard.. J'avais regardé rapidement avant de partir mais trouvé peu d'infos si ce n'est une photo de la crête entre les deux pics, qui m'avait l'air assez large.. Bonne HRP à toi Nicolas !


laxmimittal a écrit :

#688656super récit;

superbes photos;

superbes bivouacs aussi;

un grand merci calin

L.

Avec plaisir ! Merci à toi !



Joy Supertramp a écrit :

#688657- pour ce qui est de se perdre en essayant de suivre des traces GPX ou des cairns : je me souviens qu'en descendant du col vers l'estany de seno, il y avait en effet du balisage un peu dans tous les sens, mais on ne peut pas se perdre : il faut descendre au jugé en visant le lac en bas. C'est souvent pareil dans ce coin, la technique est de s'affranchir partiellement des balisages mais de s'orienter avec le terrain lui-même.  Ça s'apprend, et on en profite encore mieux après  smile

oui toutafé, je n'ai jamais eu la sensation d'être "perdu", c'est juste galère et au final, on a fait exactement ce que tu décris, on vise un cap et on trouve le chemin qui nous convient pour y arriver.J'ai juste toujours des scrupules à faire du hors sentier (ne pas marcher n'importe où etc etc) mais bon, parfois...

Joy Supertramp a écrit :

#688657j'espère que Marine ne me déteste pas trop, tous les passages compliqués étaient pourtant bien décrits dans mon récit : les dalles de la montée a la hilette, les passages a flanc de la montée au certescan, les sentes évasives a droite a gauche  wink

lol Mais pas du tout !! Peut-être que j'ai mal retranscrit ses émotions, mais elle a pris du plaisir malgré les difficultés. Elle est ravie de sa rando aussi !



azerty a écrit :

#688662La pauvre Marine qui passe en mode guerrière, dépasse ses peurs, se fait submerger par ses émotions .. allez soyons fou un tic et un figolu lol

cool ça représentait un important pourcentage de nos réserves, c'est ça qu'il faut voir ah ah !

azerty a écrit :

#688662Très compliqué de suivre l’itinéraire d’un autre où de modérer les conseils échangés avec les personnes croisées en montagne. Il est important de pouvoir analyser avec son propre référentiel. Qu’est ce qu’un passage gazeux ? Aura t’on la même limite ?

Exactement, et c'est en ça que ce sont des bonnes expériences.

azerty a écrit :

#688662Choix perso mais je comprends pas les bouchons d’oreille, pour moi c’est comme faire un sport de pleine nature avec un casque audio. Comme je dit c’est perso.

Ça tombe bien, je cours souvent avec un podcast dans les oreilles tongue
Plus sérieusement, je suis hypersensible au bruit dans mon sommeil, un rien ne me réveille. Lorsque je suis dans des environnements où je sais que je risque de passer des nuits pourries à cause de ça (le pire étant le camping), je prévois parce que je sais d'expérience que nuit pourrie =  caractère de m... = journée derrière pas top (surtout pour les autres). Typiquement les cloches de vaches toute la nuit, ça me gave - c'est perso. Evidemment, elles ont la priorité sur moi, donc plutôt que d'aller les défoncer à coup de TUC, je préfère m'adapter. Et c'est exactement pour ça que je n'ai pas envie d'aller dormir en refuge.
Mais bien sûr, c'est perso comme tu dis.

azerty a écrit :

#688662Perso encore la sonnerie d’un réveil en bivouac, au secours.

Ben sinon.. je pense qu'on dormirait encore !


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#12 17-08-2023 10:37:36

ludof
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 24-08-2021
Site Web

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

karibou31 a écrit :

#688669Evidemment, elles ont la priorité sur moi, donc plutôt que d'aller les défoncer à coup de TUC, je préfère m'adapter

dommage, si un jour tu changes d'avis, je suis preneur d'une vidéo de défonçage de vache à coup de TUC lol lol

Hors ligne

#13 17-08-2023 10:39:52

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Avec Bombadyl, on a déjà testé quelques techniques, la serviette qui claque dans l'air fonctionne assez bien. À deux on a réussi à repousser un troupeau  espagnol un peu envahissant.


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#14 17-08-2023 11:34:26

Cat 09
Membre
Inscription : 04-03-2020

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Joy a écrit :

Comme l'a dit Cathy, les cornes sont différentes, la morphologie aussi (l'isard est plus petit et plus foncé), mais c'est surtout dans leur attitude qu'ils sont différents : les bouquetins sont beaucoup moins farouches et restent ainsi tout près de toi sans bouger, ce qui n'est pas du tout le cas des isards

Bien d'accord pour le cas général. Mais les isards d'Ordesa te regardent passer en restant placidement à 10 mètres, et mes bouquetins du mois de juin m'ont semblé bien farouches, c'est d'ailleurs pour ça que je les ai identifié comme isards. J'espère qu'à force d'en croiser j'arriverai à les reconnaitre à la morphologie, mais pour le moment je n'en suis pas là, je me base sur les cornes, et donc quand ils sont trop loin je me trompe...


Karibou a écrit :

Ah zut ! J'étais persuadé qu'il n'y avait que des isards dans les Pyrénées ! Bon je n'y connais rien alors merci pour les précisions ! Et ceux qui toussent ce sont lesquels ?

Pour info, il y a aussi des mouflons depuis qu'ils ont été introduits (PO et Ariège côté PO). Je les ai trouvés encore moins sauvages que les bouquetins.
Ceux qui toussent, je ne sais pas trop te dire... Un isard dérangé souffle fort et rauque, peut-être est-ce de cela que tu parles. Un bouquetin pas content siffle (c'est le mot que je trouve le plus adapté, mais en fait c'est un cri très aigu). Enfin, c'est ce que j'ai pu observer moi-même, mais peut-être font-ils d'autres bruits.
Et un chevreuil aboie, ce qui peut parfois ressembler aussi à une espèce de toux.

Je plussoie avec tout le monde pour les félicitations à Marine car je trouve, comme Ludof, que tu ne l'as pas ménagée (y compris pour l'alimentation  wink ). Heureuse de voir que cela lui a plu, et que son genou dégonfle. Pour l'année prochaine, je vois bien une itinérance en famille wink ... Faudra juste diminuer un peu (beaucoup) les étapes, et augmenter un peu (beaucoup) les rations big_smile !

PS : en te lisant, j'avais eu la même réaction qu'Azerty pour le réveil du matin  lol ...

PS2 :

karibou a écrit :

Avec Bombadyl, on a déjà testé quelques techniques, la serviette qui claque dans l'air fonctionne assez bien. À deux on a réussi à repousser un troupeau  espagnol un peu envahissant.

Vous arrivez à faire claquer dans l'air une serviette MUL eek ?

Dernière modification par Cat 09 (17-08-2023 11:37:10)

Hors ligne

#15 17-08-2023 11:42:09

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Cat 09 a écrit :

#688686Vous arrivez à faire claquer dans l'air une serviette MUL eek ?

Elle n'est pas très MUL car non recoupée ! C'est une vieille MSR achetée il y a bien longtemps, mais je n'ai jamais passé l e cap de la coupe. Donc oui elle claque bien !!


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#16 17-08-2023 11:45:41

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Cat 09 a écrit :

#688686Pour l'année prochaine, je vois bien une itinérance en famille wink ... Faudra juste diminuer un peu (beaucoup) les étapes, et augmenter un peu (beaucoup) les rations big_smile !

Faut juste convaincre les Karibous junior de faire plus de deux jours, on a essayé cet été. mais ça ne sentait pas la grosse motivation !! L'avantage,  c'est qu'ils portent. bien maintenant, donc ils peuvent porter leur ration !!


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#17 17-08-2023 21:41:38

Magne2
Membre
Lieu : Vitry sur Seine
Inscription : 23-09-2013
Site Web

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Bonsoir,merci pour le retour bien sympathique mais on est très loin du val d'Aran géographiquement,on est plutôt dans l'Alt Pireneu Catalan  roll


kalo taxidi alias bon voyage en Grec bien sur

Hors ligne

#18 18-08-2023 07:43:55

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Magne2 a écrit :

#688754Bonsoir,merci pour le retour bien sympathique mais on est très loin du val d'Aran géographiquement,on est plutôt dans l'Alt Pireneu Catalan  roll

Oups mais tu as complètement raison, j'étais persuadé d'être vers le Val d'Aran mais vraiment pas... Je corrige.
Merci pour la vigilance !


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#19 15-09-2023 14:07:57

SionBhravi
Mul Nul
Inscription : 06-05-2012
Site Web

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Joy Supertramp a écrit :

#688657- les isards sont des bouquetins !

Le isards sont très proches des chamois (genre Rupicapra), beaucoup moins des bouquetins (genre Capra).


Et toujours, partout, cet irrésistible besoin d'aller voir ce qu'il y a après, surtout si on ne peut s'y rendre qu'à pied.
(Et sortir des GR !)

Hors ligne

#20 15-09-2023 15:10:42

Joy Supertramp
Sempervirens
Inscription : 25-03-2019
Site Web

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

SionBhravi a écrit :

#690736

Joy Supertramp a écrit :

#688657- les isards sont des bouquetins !

Le isards sont très proches des chamois (genre Rupicapra), beaucoup moins des bouquetins (genre Capra).

big_smile Ce que je voulais dire c'est que les "isards" vus par Karibou étaient en réalité des bouquetins, mais c'est vrai que ça n'était pas clair !


Edit sans précision : ortho ou faute de frappe !

Liste montagne été top confort

Hors ligne

#21 15-09-2023 15:12:44

SionBhravi
Mul Nul
Inscription : 06-05-2012
Site Web

Re : [Récit + liste] Couserans - Espagne en boucle

Ah oui, maintenant que je te relis, ça semble évident !
L’ambiguïté de l'écrit, parfois. smile


Et toujours, partout, cet irrésistible besoin d'aller voir ce qu'il y a après, surtout si on ne peut s'y rendre qu'à pied.
(Et sortir des GR !)

Hors ligne

Pied de page des forums