Aller au contenu

Annonce

Réservez vos dates pour le Camp d'été 2024 : 10 au 17 août dans le Queyras !

#1 29-08-2023 21:53:17

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

[Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Trans'Alpes, de Menton au Léman

Après une première expérience de longue randonnée sur la HRP il y a 3 ans, j'avais envie de remettre ça cet été. N'ayant fait que de petites escapades à pieds ou vélo ces deux dernières années, je voulais retrouver cette sensation de liberté et de nouveau rythme de vie qui s'installe au fils des semaines.
Initialement, j'avais prévu de suivre la Via Dinarica, à travers les Balkans. Mais ça ne tenait pas dans les congés que je pouvais prendre (et l'idée d'en faire qu'un bout et revenir l'année suivante ne me séduisait pas du tout, soit je vais au bout du truc, soit je fais autre chose), et c'était assez long pour y aller en train (en fait surtout pour y revenir).

Je me suis finalement rabattu sur les Alpes. Depuis que j'avais quitté le sud-est il y a 8 ans, je n'y étais pas retourné, et toutes les Alpes du nord m'étais toujours inconnues. Je tombe sur la Trans'Alpes, présentée comme la HRP des Alpes, c'est parfait ! Je trouve assez peu de retour sur Internet concernant cet itinéraire (comparé à la HRP), je suivrai donc en très grande majorité le topo officiel, mais à contre-sens (je préfère de loin aller vers l'inconnu, c'est bien plus motivant).

Au niveau préparation, tout ce que j'ai fait pour la HRP et décrit ici reste valable. Ma liste de matériel n'a pas beaucoup évolué non plus, mais je ferais un petit récap à la fin sur les quelques changements.

Sommaire

Édit : liens du sommaire

Dernière modification par Rhomain (18-10-2023 19:56:36)

Hors ligne

#2 29-08-2023 22:02:15

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 0 : Menton-Garavan − Sospel

7 juillet 2023
19,6 km / 1723 m / 1384 m (Trace)

Gare SNCF de Menton-Garavan, 16h00. Je me faufile entre la dizaine de policiers (!) et sors de la gare. Je pars à la recherche d'une fontaine (à titre d'info, il y a des toilettes publiques vers les plages en direction de Menton) pour faire le plein. Un coup d'œil à la mer, mais je n'ai aucune envie de me baigner. Je me hâte plutôt de quitter la ville. Ici la population dans la rue semble se répartir ainsi : 50 % de touristes, 25 % de policiers & gendarmes, 25 % de locaux neutral .

889476RJ7.IMG_20230707_160009.jpeg
Menton-Garavan, km 0

Je me hisse au dessus de l'urbanisation, sous une forte chaleur d'après-midi, et un fort vent chaud et humide de sud-est. L'autoroute traversée, j'atteins la garrigue et poursuis la montée accompagné du bruit du chant des cigales et des camions sur l'autoroute. Les deux se tuent rapidement.

Pour le moment je ne réalise pas vraiment que je suis partis pour un mois de rando, j'ai plus l'impression de faire une balade à la journée. D'autant que j'étais tellement pressé de quitter Menton que je n'ai même pas pris le temps de sortir mes bâtons du sac.

889473XJz.IMG_20230707_171846.jpeg
Ports de Menton

Au col du Berceau, 1000m plus haut, la vue sur la méditerranée est magnifique, en surplomb, la côte urbanisée est masquée, seule la mer à perte de vue et les collines des pré-Alpes. Le silence règne. Là, j'ai un peu de regret à quitter la mer si vite, je l'aurai à peine vu…

889471eT8.IMG_20230707_180311.jpeg
Au col du Berceau

Courte pause au Mont Granmondo, 1365 m, point culminant du jour, puis je redescends vers Sospel. Les sources indiquées dans le vallon de l'Albaréa ne coulent pas, sauf la source captée de l'Albaréa, au débit époustouflant d'une à deux gouttes par seconde. De toute manière il n'y a pas vraiment d'emplacement de bivouac épargnés par la caillasse et 2 randonneurs ont établi leur camp sur la dalle de béton en amont du captage. Je décide donc de poursuivre jusqu'au camping de Sospel. Je n'ai pas spécialement envie de dormir en camping alors que je viens juste de commencer, mais ça m'avancera pour la longue étape de demain.

Il est 22h quand j'arrive au village. Alors que je cherche le camping municipal, un couple très sympathique m'indique qu'il a été remplacé par une aire pour camping-cars ! En effet, à l'entrée on peut voir un panneau interdisant explicitement les tentes mad . Je m'installe donc sur la pelouse du parc municipal à côté, comme font tous les randonneurs depuis la fermeture du camping, aux dires du couple. Ça me va très bien comme ça finalement, car je n'avais guère envie de payer le camping alors que je n'avais pas commencé ma rando, ni dormir sur du gravier entre des camping-cars. Eau, pelouse, table de pique-nique et tranquillité, je n'ai rien besoin de plus !

Édit : ortho

Dernière modification par Rhomain (29-08-2023 22:20:06)

Hors ligne

#3 29-08-2023 22:15:41

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 1 : Sospel − Refuge des Merveilles

8 juillet 2023
29,0 km / 2684 m / 889 m (Trace)

Aujourd'hui est une grosse étape à cause de l'absence certaine d'eau sur le parcours. Je pars tôt pour bénéficier de l'ombre, me charge de 3 L d'eau (alors que j'ai déjà 7 jours de nourriture dans le sac), et c'est parti pour près de 2700 m de D+ et une trentaine de km sous le soleil. Moi qui préfère démarrer les longues itinérances tranquillement pour me roder et accélérer le rythme ensuite, c'est raté, j'aurai fait 4300 m de D+ en un jour et demi.

88946YSkd.IMG_20230708_100022.jpeg
Pré-Alpes de Nice

À la baisse de la Déa, j'aperçois les premiers hauts sommets du Mercantour. Ça va très vite, contrairement à la HRP, il n'y a pas d'introduction : sitôt parti, on est déjà en montagne, à 2000 m. Hier après-midi je quittais la mer, aujourd'hui je marche en côtoyant chamois et marmottes !

88946W7yJ.IMG_20230708_105602.jpeg
Baisse de la Déa

Je suis le fil de crête jusqu'au pas du Diable, par lequel je rentre dans la vallée des Merveilles. Finalement la longue étape se sera passée relativement facilement, j'en suis très étonné, le fait qu'il s'agisse de bons sentiers tout le long et de montées régulières a du bien aidé, et j'ai réussi à limiter ma consommation d'eau sans trop ressentir la soif, il m'en restera même un peu à mon arrivée.

Peu avant le pas du Diable, il y a un petit lac pas trop marécageux et un peu de plat herbeux. J'aurai pu m'arrêter là, mais je m'en tiens à mon objectif, le Refuge des Merveilles.

88946TDe2.IMG_20230708_174708.jpeg
Lac Fourca, vallée des Merveilles

Bivouac à côté du refuge, seul endroit autorisé, donc on se retrouve un peu entassé. Il faut jouer à celui qui trouve l'emplacement le moins mauvais et suffisamment éloigné des autres, tout en espérant que personne n'ait l'idée de venir s'installer trop près de soi dans la soirée (malheureusement je suis un peu désavantagé, mes chaussettes, exposée bien en vue sur mon tarp, n'ont pas encore atteint leur plein potentiel répulsif après seulement 1 jour et demi de marche big_smile ).

Peu de douleur après cette première journée, hormis les épaules du au poids du sac. Je me réhydrate autant que je peux durant la soirée. Bien qu'à 2200m, la nuit est anormalement chaude, je dors à moitié dans mon pied d'éléphant, sans doudoune.

Hors ligne

#4 29-08-2023 22:30:37

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 2 : Refuge des Merveilles − Bivacco Moncalieri

9 juillet 2023
18,5 km / 1817 m / 1272 m (Trace)

Petite journée de prévu aujourd'hui, pour rattraper l'avance prise ces 2 derniers jours et car j'ai envie de passer la nuit au bivacco Moncalieri. La motivation est au maximum, c'est le début des montagnes.

Je démarre tôt pour éviter la foule de randonneur, mais c'est un peu peine perdu. Ce n'est qu'au moment de bifurquer vers le collet de Charnassère que je serai plus tranquille.

88946R42a.IMG_20230709_082749.jpeg
Vallée des Merveilles

Je connaissais déjà la vallée des Merveilles, et ne la trouve par ailleurs pas spécialement « merveilleuse », donc je la passe rapidement.

88946OcbM.IMG_20230709_102119.jpeg
Somptueux lac Vert, vallée de Valmasque

88946LkeE.IMG_20230709_110648.jpeg
Lac de la Lusière, vallée de Valmasque

Quelques névés à traverser avant le pas de l'Agnel, qui me feront quand même sortir le piolet (tant qu'à l'avoir pris…), puis un éboulis chaotique assez pénible pour redescendre sur le lac du même nom. Baignade et pique-nique en compagnie d'une étagne. Plus loin au refuge Pagari, j'en vois même en train de brouter à quelques mètres du refuge.

88946Is6I.IMG_20230709_151126.jpeg
Bouquetins domestiques ou chèvres sauvages ?

Au bivacco Moncalieri, les seuls occupants sont, à nouveau, des bouquetins, qui s'en vont à mon approche par le chemin le plus exposé, comme pour me narguer.  Ils reviendront dans la soirée. Le bivacco est au top à l'intérieur : tout en lambris, matelas, couvertures, oreillers. Et à 2700 m dans un cirque glaciaire sous la cime du Gélas. Je passe le restant de l'après-midi à profiter de la vue.

88946FnJ7.IMG_20230709_163730.jpeg
Bivacco Moncalieri

J'ai un peu d'inquiétude sur l'enneigement du passage exposé à franchir demain matin, je trouve quelques infos laissées dans le livre d'or : « Pour le Passaggio dei Ghiacciai del Gelas : ça paaasse ».  Avec ce tel niveau de précision, me voila rassuré lol

Hors ligne

#5 29-08-2023 22:38:27

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 3 : Bivacco Moncalieri − Lago Soprano di Fremamorta

10 juillet 2023
29,4 km / 2566 m / 2872 m (Trace)

Comme souvent le matin, j'ai hâte de partir, impatient de découvrir de nouveaux paysages, de m'en mettre plein les yeux, de ne pas savoir ce qui m'arrivera durant la journée. Et les paysages sont plus beaux sous la lumière du matin.

Je monte sur l'arrête du Glacier, super ambiance de haute montagne. C'est simple, il suffit de suivre les bouquetins… euh, les cairns.

88946Cx01.IMG_20230710_073037.jpeg
En direction du Passaggio dei Ghiacciai del Gelas

88946zLW4.IMG_20230710_073323.jpeg
Un vieux mâle se cache sur la photo, sauriez-vous le trouver ?

En effet, au 10/07/2023, le Passaggio dei Ghiacciai del Gelas : ça paaasse. Je pourrai transmettre cette information dans la prochaine cabane que je croiserai. La nuit n'a pas été froide, la neige n'est pas gelée, mais les 2 premiers névés, rapidement traversés, sont bien raides et courent sur une longue distance, j'étais content d'avoir le piolet. Les suivants sont bien moins pentus.

88946xdYW.IMG_20230710_073917.jpeg
Ancien glacier du Gélas

Au col de la Fenestrelle, pour ceux arrivant du nord, on a une belle vue sur l'état d'enneigement du passage.

88946uEWp.IMG_20230710_105925.jpeg
Vue arrière sur le Gélas le col de la Fenestrelle

Il fait très chaud depuis mon départ, avec un fort vent chaud de sud-ouest. Je me couvre autant que je peux pour me protéger du soleil et guette chaque coin d'ombre, relativement rare, pour faire une pause.

La montée au pas de Brocan se fait sous la chaleur du début d'après-midi (j'aurais bien fait une sieste, mais trouver de l'herbe et de l'ombre et un sol plat était bien trop exigeant). Heureusement il fait légèrement plus frais là-haut et je trouve même ce que rêvais dans la montée :

88946pslH.IMG_20230710_152852.jpeg
Encore un peu de glaçons dans mon bain ?

Mais je ne m'y baigne pas, trop froid (comment ça je suis difficile ?!).

Le secteur après le Pas de Brocan se fait en restant sur les courbes de niveau, mais le chaos de blocs ne facilite pas pour autant la progression. Ça devient plus facile au fur et à mesure que je me rapproche du refuge Remondino (bâtiment assez moderne avec baies vitrées où il y a foule, et pas seulement de randonneurs : les bouquetins, toujours eux, semblent apprécier les abords des refuges pour une raison que je ne comprends pas trop…).

Je finis de descendre complètement dans le val Valleta sur un bon sentier de montagne, mais les 1200 m de dénivelé me fatiguent bien les genoux. Le haut de cette vallée est très bucolique et correspond totalement aux souvenirs que j'ai gardé des Alpes : des mélèzes éparts (mes arbres préférés, qui me manquent tellement en Ariège), des blocs de granite erratiques, eau et fleurs omniprésentes…

88946mojn.IMG_20230710_172144.jpeg
Val Valletta

J'hésite à m'arrêter en fond de vallée, j'ai pas mal marché et c'est très joli mais j'aperçois une route et un parking pas si loin et les taons m'ont repéré.  Il n'y a plus que 600 m à remonter sur du sentier pour finir mon étape prévue, ça sera vite avalé. Erreur, le sentier monte lentement, fait des lacets, redescend… Bref, je mets deux fois plus de temps que ce que j'avais estimé.

J'atteins enfin les lacs de Fremamorta, ça souffle bien ici, mais ce sera un de mes meilleurs bivouacs de la traversée.

88946jHCx.IMG_20230710_202810.jpeg
Bivouac au lac supérieur de Fremamorta et derniers rayons sur l'Argentera

Hors ligne

#6 30-08-2023 09:03:33

tacheton
Membre
Inscription : 05-09-2018

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

aah je sens que je tiens mon récit de pause de la rentrée !! vite la suite !

Hors ligne

#7 30-08-2023 09:54:56

raphus
Membre
Inscription : 22-11-2011

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Rhomain a écrit :

#689464https://www.randonner-leger.org/forum/u … 52852.jpeg
Encore un peu de glaçons dans mon bain ?
Mais je ne m'y baigne pas, trop froid (comment ça je suis difficile ?!).

Impressionnant : je suivais visiblement tes pas une petite semaine derrière toi, mais moi j'ai pu me baigner dans ce lac (lago di Nasta je suppose?) alors complètement dégagé de glaçons !!
Merci de me faire revivre ma balade (et puis comme ça je n'aurais pas besoin de faire un CR roll )

Hors ligne

#8 30-08-2023 10:00:08

ludof
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 24-08-2021
Site Web

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Chouette, un CR Transalpes Sud / Nord, ça me permettra de découvrir ce qui m'attends pour la suite de ma traversée Nord / Sud .... et de me rappeler des souvenirs de ce que j'ai déjà fait  wink

En combien de temps as tu bouclé la traversée ? Je suis toujours impressionné quand je vois des journées à 30 km et 2500 m de dénivelé  eek  eek

En ligne

#9 30-08-2023 11:24:25

brons07
Membre
Inscription : 27-06-2015

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Bonjour,

Super un retour HRA
Côté nord sud le départ est au moins aussi brutal, direct dents d'Hoche 2000D+

La suite... big_smile

Hors ligne

#10 30-08-2023 23:01:47

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

raphus a écrit :

#689480Impressionnant : je suivais visiblement tes pas une petite semaine derrière toi, mais moi j'ai pu me baigner dans ce lac (lago di Nasta je suppose?) alors complètement dégagé de glaçons !!
Merci de me faire revivre ma balade (et puis comme ça je n'aurais pas besoin de faire un CR roll )

Oui c'est bien le lago di Nasta. Mais avec la chaleur qu'il faisait, ça ne m'étonne pas que tu n'avais plus de glace

Ah ben si pour le CR ! Je veux le lire maintenant que je sais qu'un autre MUL me suivait avec si peu d'écart, et voir si on partage les mêmes impressions smile


ludof a écrit :

#689483En combien de temps as tu bouclé la traversée ? Je suis toujours impressionné quand je vois des journées à 30 km et 2500 m de dénivelé  eek  eek

En 29 jours jusqu'à Thonon-les-Bains. J'ai ralenti après hein, c'était pas toutes les journées comme ça smile

Hors ligne

#11 30-08-2023 23:15:55

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 4 : Lago Soprano di Fremamorta − au dessus de Sant'Anna

11 juillet 2023
27,0 km / 1792 m / 1899 m (Trace)

Étape qui s'annonce un peu plus tranquille en terme de dénivelé et de difficulté, je vais suivre beaucoup de vieux chemins militaires italiens qui longent la frontière franco-italienne et permettent de relier les différentes casernes, elles aussi à l'abandon.
Pas de doute en tout cas, les italiens ont gardé le savoir faire de leurs ancêtres en terme de voirie, certaines voies ont encore un pavage impeccable au milieu des éboulis, à plus de 2000 m !

Mais qui dit grands chemins dit souvent mauvaises rencontres, et ça ne loupe pas : peu après mon départ, je suis pris en embuscade au détour du chemin par deux bouquetins-légionnaires romains ! Une ration de potion magique et les voila en fuite.

88946hqNO.IMG_20230711_072705.jpeg
Bouquetins en fuite sur la voie romaine

La suite se passe sans encombre et à un bon rythme, je passe plein de magnifiques lacs de montagne.

88946e9V5.IMG_20230711_073121.jpeg
Lac Fremamorta du milieu et voie romaine

J'arrive à ce que je crois être la caserne de Capitano Massimo Longà (d'après ma carte), sous la baisse de Druos.

88946blbe.IMG_20230711_104436.jpeg

Ma carte doit dater un peu, car il s'agit maintenant d'un HLM. Ou c'est moi qui ait des hallucinations ? C'est vrai qu'il fait toujours très chaud, il faut que je fasse attention à bien m'hydrater) Toujours est-il qu'une tête de bouquetin apparaît à la fenêtre.

889468gEO.IMG_20230711_104543.jpeg

− Oh tiens, euh… Bonjour Monsieur Bouquetin (!!)
− …
− Vous n'êtes pas un peu ridicule, comme ça à la fenêtre ?
− Dites donc, je ne vous permet pas ! Je me cache pour observer la faune sauvage.
− Ah oui ?
− Oui, les homo sapiens en particulier, c'est la meilleur saison en ce moment vous savez, il y en a partout. Et je ne m'en lasse pas, voyez-vous, il y en a de toute les couleurs : vert clair, orange fluo, rose bonbon, jaune flashy, souvent un mélange de tout ça même.
  Et puis ils ont des comportements toujours étonnant. Tenez, par exemple il y en a un qui se croit capable de taper la discute à un bouquetin !

889462iOi.IMG_20230711_104659.jpeg

Bon, je crois qu'il se paye un peu ma tête, je le laisse et vais me reposer à l'ombre avant de continuer eek

La suite me fait passer un court instant en France, puis je monte à la Cime de la Lombarde, qui domine le col routier éponyme.

88945ZfJt.IMG_20230711_114138.jpeg
Joli sentier bucolique

88945WiZS.IMG_20230711_140631.jpeg
Cime de la Lombarde, vue nord sur ce qui m'attend

La descente raide dans les blocs requière beaucoup de prudence et de patience, sans hésitation le passage le plus difficile depuis le début du périple. Une fois en bas, côté ouest, le sommet à l'air d'un immense tas de pierres empilées les unes sur les autres. La fin de la journée se fait sans aucune difficulté sur la crête frontalière, assez proche d'une montagne à vache, si ce n'est le manque d'eau que je n'avais pas anticipé. Il n'y a pas de point d'eau entre le lac du pas du Loup et le lac de Sant'Anna.

88945TKdY.IMG_20230711_193143.jpeg
Bivouac au dessus du santuario di Sant'Anna, belle vue mais beaucoup de moustiques !

Dernière modification par Rhomain (30-08-2023 23:30:32)

Hors ligne

#12 30-08-2023 23:29:29

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 5 : au dessus de Sant'Anna − Lacs de Ténibre

12 juillet 2023
28.8 km / 2735 m / 2436 m (Trace)

88945RqIx.IMG_20230712_071953.jpeg
Mer de nuage dans les vallées du Piemonte

Le matin, j'évolue essentiellement sur de petits sentiers militaires abandonnés, ce ne sont plus des voies mais ils restent tout de même bien aménagés et se devinent encore dans le paysage. Ils me permettent de suivre la frontière côté italien tout en restant plus ou moins à la même altitude ; je passe plusieurs cols sans faire beaucoup de dénivelé. Le paysage est très austère, la caillasse domine et l'herbe doit se faire sa place, bien qu'on ne soit pas si haut que ça. Très peu de fleurs viennent embellir le sol et je ne croise aucun ruisseau ou suintement sur la roche, tout est sec. Personne en vue non plus, aucun signe de vie (humain du moins, car les bouquetins, c'est la foule) et les bâtiments militaires et les restes de barbelés et autres ferrailles sur la crête frontalière contribuent à cette ambiance d'abandon et de désolation. En bref, les paysages ne sont pas spécialement jolis, et pourtant j'apprécie grandement d'être là. Ce restera même un des meilleurs passage de la traversée.

Le summum est le lac de Colle Longue, coincé dans un replis de terrain entre France et Italie. Aucun ruisseau ne l'alimente, rien n'en sort. Il est là, telle une curiosité. Il n'a rien d'exceptionnel et pourtant, au milieu de ce décor, je le trouve très beau.

88945OSGA.IMG_20230712_073708.jpeg
Caserne du col du Saboulé

88945MaN6.IMG_20230712_083843.jpeg
Borne frontière

88945Jv9b.IMG_20230712_093022.jpeg
Ancien sentier militaire au passo del Bue

Une mini-variante, entre le Col du Saboulé et le passo del Bue, je reste sur la crête frontalière pour éviter du dénivelé. Il y a quelques cairns visibles (au début). Le plus compliqué techniquement est la portion entre la tête Rougnouse et son antécime orientale, la crête est un peu étroite.

Au lac de Colle Longue, on peut aussi monter plus directement par la Cime Tommy, au lieu de contourner le lac par le sud-ouest comme je l'ai fait.

Plus la journée avance, plus il fait chaud, mais ici heureusement il y a les nombreuses casernes pour retrouver un peu de fraicheur. Dans l'une d'elles, j'entends du bruit à l'intérieur, elle doit être habitée. Je frappe et entre.

88945EhEZ.IMG_20230712_072909.jpeg

− Bonjour Madame et Monsieur Bouquetin. Je suis un randonneur de passage, m'offririez vous l'hospitalité le temps d'une petite pause au frais ?

Ils semblent très surpris de ma présence, mais je ne comprends pas ce qu'ils se disent.

− Aaah, encore un homo sapiens qui est entré chez nous !
− Vite, suis moi, par la fenêtre.
  Dire qu'on a loué cette maison de vacances en altitude pour être tranquille !  Ces humains, ils n'ont vraiment aucun notion de la propriété privé, ils ne peuvent pas rester dans la nature au lieu d'envahir nos maisons ?
− Ouais, vivement qu'on les classe en espèce nuisible, qu'on puisse organiser une bonne battue.

Ils se sont rapidement enfuis en sautant par la fenêtre à ma vue ! Drôle de manières d'accueillir les gens. En tout cas, c'est encore un échec pour entrer en contact avec les locaux.

J'atteins les Lacs Lausfer pour midi. Les paysages ont changé, moins arides, et donc plus verts et fleuris. Et j'y croise mes premiers randonneurs de la journée. Je trouve une petite crique hors de la vue et m'accorde une bonne pause baignade-lessive-casse-croute-sieste sur les berges de ce magnifique lac, car j'ai déjà bien avancé pour cette journée.

88945BCPc.IMG_20230712_131426.jpeg
Lac Lausfer inférieur

Il ne me reste plus que le pas du Corborant à franchir avant de quitter l'Italie pour un petit moment. Je suis les marques de peinture qui me font monter dans un couloir raide, qui se transforme en cheminée. Je passe dans un passage aménagé sous des blocs qui bloquent la cheminée par le haut puis atteins le col (enfin ça ressemble bien plus à une brèche), puis redescend de l'autre côté dans une cheminée quasi verticale.

Le passage est la aussi aménagé avec des chaines, mais la roche se délite très facilement, je prie pour qu'aucun autre randonneur ne soit au dessus… ou au dessous ! C'est quand même sacrement exposé ce col, mais je finis enfin cette laborieuse descente en désescalade, presque 100m plus bas, en prenant pied sur le pierrier. La vue s'ouvre, je distingue le beau laquet de… euh… bon il n'est pas sur ma carte. Et cette vallée dans laquelle je viens d'entrer, elle ne ressemble pas du tout à ce qu'il y a sur ma carte non plus… Je me rends vite compte que je ne suis pas monté au bon col, au lieu de passer le pas du Corborant, c'est la Forcella Est del Corborant que j'ai franchi ! Je suis bon pour revenir sur mes pas. Heureusement, remonter la cheminée se fait bien plus rapidement que de la descendre. À la brèche, quitte à être monté là, je monte à la cime du Corborant : très belle vue à 360°, au moins ça valait le coup.

88945ySuC.IMG_20230712_155254.jpeg
Cima di Corborant
88945wmhq.IMG_20230712_155502.jpeg
Val dell'Ischiator depuis le Corborant
88945tFaW.IMG_20230712_155510.jpeg
et les lac de Rabuons côté France

Je ne trouve rien d'évident pour rejoindre le pas du Corborant d'ici, je préfère ne pas me risquer et redescend à l'intersection où j'aurais du poursuivre tout droit, en repassant dans le passage sous les blocs, qui s'avère être la Bouche de la Marmotte !

88945qI6F.IMG_20230712_151505.jpeg
Dans la Buco della Marmotta

À l'intersection, effectivement, il n'y avait pas d'intersection. J'avais naïvement suivi les marques et la sente, habitué au bon balisage des sentiers italiens, alors qu'il fallait poursuivre tout droit. La montée au « vrai » pas du Corborant se fait sur un tapis roulant dans les éboulis, et la descente dans des éboulis de gros blocs, donc la progression est très lente, même si quelques névé peu pentus permettent d'aller plus vite.

Il est 18h lorsque j'arrive au refuge de Rabuons, mais je préfère poursuivre encore en prévision de la journée de demain : j'espère arriver demain soir au gîte de Larche, où je dois récupérer mon colis de ravitaillement et, tant qu'à faire, y manger et dormir, et donc si possible ne pas y arriver trop tard pour profiter un peu du confort du gîte. En fait avant de partir, je m'étais aperçu que j'avais peut-être vu un peu gros, 7 jours pour atteindre Larche depuis Menton ça faisait de belles étapes, donc je me suis alourdi d'un jour de nourriture de plus avant le départ. Finalement, je devrai y arriver en 7 jours, par contre j'avais un gros appétit et ai quasiment consommé mes 8 jours de bouffe en 7 !

Je termine ma journée en suivant le chemin de l'Énergie, hors Trans'Alpes mais j'adore tout ces sentiers taillés à flanc dans la falaise pour faire passer des convois muletier ou autre. Bon, celui-ci n'est pas très impressionnant, juste le début avec quelques courts tunnel. Mais au moins, ça me permet d'accélérer l'allure, d'autant plus que le temps est un peu menaçant. Je monte aux lacs de Ténibre et m'y installe pour la nuit.

88945od5V.IMG_20230713_064803.jpeg
Lac de Ténibre

Hors ligne

#13 31-08-2023 07:44:13

azerty
[i]RL
Inscription : 08-01-2018

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Ah ces fichus bouquetins toujours avec leur air supérieur.

Pense à consulter quand même smile

Beau récit, je m’abonne pouce

Dernière modification par azerty (31-08-2023 13:09:46)


Profil / trombi ici

Hors ligne

#14 02-09-2023 08:45:53

El gringo monitor
Membre
Inscription : 16-12-2021

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Bonjour, tu évoques en introduction le kilomètre-zéro à Menton, tu ne crois pas si bien dire pouce :
88hQfWwF6.20220404_114630.jpeg

Dernière modification par El gringo monitor (02-09-2023 08:47:41)


L'ultra-légèreté, c'est aussi à la journée !

Hors ligne

#15 02-09-2023 19:33:25

Cabrette
Membre
Inscription : 13-05-2020

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Superbe récit et magnifiques photos ! Merci pour le partage Romain, hâte de lire la suite !!

Hors ligne

#16 04-09-2023 21:40:55

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Merci à vous toutes et tous pour vos retours smile
Après une petite pause, je m'y remets !

Jour 6 : Lacs de Ténibre − Gîte de Larche

13 juillet 2023
27,9 km / ↗ 1339 m / ↘ 2241 m (Trace)

Départ un peu avant 7h, toujours dans le but d'arriver tôt au gîte. Je monte à la brèche Borgonio, à vue en suivant le fond du vallon, mais arrivé sous la brèche, la pente et raide et le sol ne se tient pas. Mieux vaut d'abord monter sur la crête Marie au nord, puis la suivre jusqu'à la brèche je pense.
De l'autre côté, il reste beaucoup de névé mais aucun n'est problématique.

88945m24O.IMG_20230713_073952.jpeg
Sous la brèche Borgolio, vue sur la Haute Ubaye et le Viso

Je passe le refuge du lac de Vens, au moment du départ des derniers pensionnaires. Le refuge est très mignon, pas bien grand et posé sur un balcon qui domine le lac de Vens. En tout cas, ça change des gros refuges plus modernes.

88945jteb.IMG_20230713_083618.jpeg
Lac de Vens

Après un joli petit passage en crête très facile entre le col du Fer et le col de Morgon, le paysage change radicalement : je quitte le Mercantour pour entrer en Haute-Ubaye, et je retrouve les caractéristiques plus typiques des Hautes Alpes du sud qui me rappellent pas mal de souvenirs : grandes roubines de schiste, vaste casses au pied des hautes falaises…

88945gLbP.IMG_20230713_095009.jpeg
Les Roubines Nègres, depuis le col de Morgon

Après le pas de la Cavale, où j'ai retrouvé le GR 5, ce n'est plus qu'une longue descente sur Larche dans le vallon du Lauzanier. L'endroit doit être très touristique car plus je descends, plus je croise du monde, ça en devient vite pénible. Ça semble être LA destination touristique du coin, même si je ne lui trouve rien d'exceptionnel. Il fait très chaud, mes genoux fatiguent sur les longues descentes et j'ai hâte de trouver un coin à l'ombre pour me poser (et avec du réseau pour pouvoir réserver le gîte pour ce soir).

88945e2pe.IMG_20230713_130711.jpeg
Vallon du Lauzanier

Finalement, j'y arrive assez tôt et ils ont de place. Je profite du restant de l'après-midi pour me reposer.

Hors ligne

#17 04-09-2023 21:50:04

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 7 : Gîte de Larche − Lac des Neuf Couleurs

14 juillet 2023
17,6 km / ↗ 1844 m / ↘ 667 m (Trace)

Le plein est fait, mon sac s'est bien alourdi, ma panse aussi (il faut optimiser l'espace !) et je prévois une courte journée, essentiellement en montée pour reprendre de l'altitude. On est le 14 juillet, et les sentiers sont très fréquentés, difficile d'être seul.

Au col de Mallemort, je fais un petit aller-retour à la tête de la Viraysse pour voir l'ancienne batterie. Il s'avère qu'elle est barricadée et on ne peut rien voir, ça ne vaut pas le coût si ce n'est pour la vue. Les baraquements de la Viraysse, en contrebas du col eux sont accessibles. J'aime bien les vestiges miniers ou militaire en montagne, ça a un aspect bien plus impressionnant du au milieu dans lequel ils ont été construits.

88945bim1.IMG_20230714_101638.jpeg
Depuis la tête de la Viraysse

Ce n'est pas vraiment une bonne journée, la moindre montée me fatigue et je n'ai plus tellement envie de marcher, ça contraste beaucoup avec les jours précédents. Pourtant la nuit au gîte a été bonne et je l'ai appréciée, mais je pense que ça m'a aussi coupé dans ma routine et mon élan. Et puis le sac de nouveau lourd, le monde sans arrêt sur les sentiers, le fait que je ne verrai pas autant de paysages aujourd'hui, une douleur à la cheville gauche qui apparait, la chaleur étouffante toujours… y sont probablement pour quelque chose aussi.

889458xhk.IMG_20230714_115126.jpeg
Col de Stroppia

889455IqM.IMG_20230714_132429.jpeg
Vallon de Plate Lombarde

J'arrive au lac des Neufs Couleurs après avoir cheminé dans un décors minéral très joli au nombreux tons d'ocre. J'y arrive à 15h et j'ai prévu de m'arrêter là pour la nuit. Il y a plein de monde, mais je me dis que tout ces gens là repartiront avant le soir (il y a le refuge du Chambeyron pas très loin). En attendant, je me repose à l'ombre de rochers en admirant le paysage.

Effectivement, j'assiste au départ progressif des randonneurs… et à d'autres qui arrivent, visiblement pour bivouaquer ici. Je me demande si je ne ferais pas mieux d'aller ailleurs : dormir à la tête de la Fréma, un 3000, vu que la météo et bonne ? Ça me tente bien mais je n'ai aucune idée de s'il y a de la place là-haut (réponse : non ce n'est que de la roche). Passer le col et voir si c'est mieux côté Italie ? Après pas mal de tergiversations, ma flemme de la journée me fait rester là et je pars seulement en quête d'un endroit un peu à l'écart et sans trop de rochers. J'ai bien fait d'arriver tôt finalement, au moins j'ai le choix de mon spot pour la nuit, il n'y a guère d'endroits plat et dégagé de toute caillasse. Au fur et à mesure, le lieu devient progressivement un véritable camping. Heureusement que c'est vaste et que la configuration chaotique du relief fait qu'on ne se voit pas ni ne s'entend. Ce sera le lendemain matin, en prenant de l'altitude, que je compterai une grosse dizaine
de tentes posées autour du lac.
Quand même, vivement que je retrouve des vallons plus sauvages !

889452yVl.IMG_20230714_154917.jpeg
Lac des Neuf Couleurs et Brec de Chambeyron

Hors ligne

#18 04-09-2023 22:00:32

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 8 : Lac des Neuf Couleurs − Lacs Blanchet

15 juillet 2023
30,3 km / ↗ 2158 m / ↘ 2260 m (Trace)

Je commence la journée par aller admirer la vue à la tête de la Frema. Le temps est clair, et sous la lumière rasante du matin, les paysages sont majestueux.

88944ZWGb.IMG_20230715_073243.jpeg
Vue nord depuis la tête de la Fréma. Le Viso n'est plus loin !

88944XAab.IMG_20230715_073309.jpeg
Vue sud-est depuis la tête de la Fréma

La suite, tout le secteur de la Montagna di Stroppia en Italie ne manque pas de beauté non plus, mais difficile à rendre en photo, c'est l'ambiance que procure tout cet environnement dans la lumière et la tranquillité du matin.

88944VmuJ.IMG_20230715_080605.jpeg
Lago del Vallonasso di Stroppia

88944Szpd.IMG_20230715_085738.jpeg
Vallon de l'Infernetto et col et mont de Ciaslaras

La montée, et surtout la descente, du col de Ciaslaras est très raide dans des éboulis fins. Puis je requitte déjà l'Italie pour rejoindre la haute vallée de
l'Ubaye.
La roche dans le vallon de Marinet prend des teinte franchement verte voir violacé (à l'endroit nommé La Roche Noire…)

88944PFqU.IMG_20230715_104135.jpeg
Vallon de Marinet

La journée se passe sans difficulté, les paysages de ce matin m'ont redonné de l'entrain et la remontée de l'Ubaye se fait en douceur sur de bons sentiers, je peux lever les yeux et regarder le paysage défiler au
rythme de mes pas.
J'avais dans mes notes, pour éviter le ravin de la Salcette assez scabreux, de monter depuis le plan de Parouart tout droit par la cabane du Ga pour ensuite suivre un ancien canal d'irrigation à flanc. Il n'y a finalement pas besoin car le sentier a été dévié depuis pour passer plus en hauteur, il suffit de suivre le nouveau balisage.

88944N8wc.IMG_20230715_125841.jpeg
Vallée de l'Ubaye

J'atteins le lac de la Noire, où j'avais imaginé bivouaquer, mais il est en plein vent et le seul endroit plat pour poser mon abri est sur le sentier… Et trop près de l'eau aussi. Dommage, c'était un bel endroit, et plus intimiste que la veille.

88944K1RZ.IMG_20230715_163815.jpeg
Lac de la Noire

Je continue alors après avoir refait un plein d'eau, mais ne sachant pas trop jusqu'où. Il y a le Refuge de la Blanche plus bas, je pourrais y dormir ? Ou seulement y manger, mais il faut que je poursuive plus loin pour bivouaquer (je n'ai pas envie de bivouaquer au pied du refuge) ? Mais il est tard, est-ce qu'ils auront encore de la place ? Oula, ça ressemble quand même à un gros refuge, et il y à l'air d'avoir du monde, mais on y mange bien il parait. Bref, pendant toute la descente, je n'arriverai pas à me décider. Au refuge, j'apprends qu'ils sont effectivement complet. Tant mieux car il y a bien trop de monde à mon goût !

Je monte aux lacs Blanchet, en espérant pouvoir trouver un peu de place, car ça semble bien escarpé d'après mes cartes. Mais une fois arrivé, bonne nouvelle, je trouve de beaux endroits plats et herbeux. Mauvaise nouvelle, il y a déjà du monde, mais tant pis.

J'assiste à un beau couché de soleil sur la vallée de Saint-Véran.

88944Hoq1.IMG_20230715_203242.jpeg
Tête des Toillies

88944EFR1.IMG_20230715_203308.jpeg
Vallée de Saint-Véran

88944Cdzv.IMG_20230715_203925.jpeg

Hors ligne

#19 06-09-2023 23:10:05

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 9 : Lacs Blanchet − Lago Superiore (Vallée de Po)

16 juillet 2023
24,3 km / ↗ 1962 m / ↘ 2394 m (Trace)

L'itinéraire des prochains jours ne m'enchante guère, la Trans'Alpes suit majoritairement le GR du tour du Queyras dans la haute vallée du Guil. Je suis déjà passé par là il y a longtemps et ça me fait redescendre plusieurs fois dans les vallées. À côté, le Viso tout proche m'attire bien plus, et j'ai plusieurs jours en extra pour ce genre de détours, c'est le moment de les utiliser. Je pourrai ainsi passer au plus près de la frontière ensuite. Ça devrait me rajouter un jour de marche, et il y a pas mal de refuges sur lesquels je pourrai compter pour la nourriture.

Après être monté au Caramantran, je rebascule en Italie par le col Agnel. Je prévois de remonter le val de Soustra pour m'approcher du Viso. La descente du col Agnel est bruyante avec les motos, bagnoles, camions qui se suivent. Je perds le sentier après avoir coupé la route, il doit falloir longer un peu la route, mais je ne perds pas de temps à chercher à le retrouver, je descends le plus vite possible dans ces alpages à vaches.

Le val de Soustra n'est pas très beau non plus, et comme je suis redescendu bien bas, il fait encore plus chaud. J'y surprend 2 renards à quelques minutes d'écart, dans les hautes herbes.

Je me pose sous l'ombre d'un des seuls mélèzes de la vallée pour manger. Je ne sais pas comment il est arrivé là, mais j'apprécie grandement sa présence. Ce n'est pas le cas d'un autre animal, qui est arrivé dans mon dos sans que je m'en aperçoive, et se met à siffler bruyamment à quelques mètres. Je sursaute.  Peut-être que je lui ai pris sa place à l'ombre ? La marmotte semble déterminée et reste là à siffler pendant 5 minutes tout en me regardant, jusqu'à ce que je décide de me lever pour la faire partir. Non mais !

Au col Losetta, quelle surprise, le Viso apparait, juste en fasse de moi, majestueux ! Je monte au mont éponyme pour mieux l'admirer. Le passage continu de nuages qui le masque en tout ou partie ne fait que rendre le spectacle plus beau. Je reste là un long moment à voir ce paysage évoluer sous mes yeux.

88944zYUE.IMG_20230716_135532.jpeg
En face du mont Viso

J'essaye aussi de repérer entre deux passages de nuages le passo Vitale Giacoletti dans la roche en fasse depuis le col Vallante pour la suite. Je ne vois que des parois assez abruptes et pas vraiment de passage… Je n'ai aucune info de à quel point ce passage est engagé, mais ce qui est sûr c'est que c'est bien envahi par les nuages, donc ça ne m'inspire guère de m'engager là dedans. L'inconvénient de changer de plan en cours de route… Je décide de ne pas y aller et plutôt franchir par le col du Couloir du Porc (qui lui est déjà bien compliqué, la descente se fait en majorité en désescalade, mais c'est très bien équipé.

Note : en fait en cherchant une fois rentré, le passage Vitale Giacoletti ne semble pas trop difficile, il y a bien un passage avec un balisage et des chaines.

88944xml4.IMG_20230716_164213.jpeg
Col du couloir du Porc

Une fois de l'autre côté par contre, c'est le choc : il fait 15 °C de moins, il n'y a plus de soleil, et je suis dans une épaisse purée de pois bien humide ; tous les nuages semblent s'entasser ici. Je n'y ai pas pensé, j'aurai du bivouaquer avant, côté France.

Au refuge Giacoletti, j'en profite pour prendre mon goûter en fasse de
l'impressionnante falaise : une bonne assiette de polenta au fromage, ça cale
bien !

88944uXWl.IMG_20230716_173523.jpeg
Rifugio Giacoletti

Je descend jusqu'au Lac Supérieur pour passer la nuit, cette fois je suis bien seul. Sitôt mon tarp monté et ma toilette faite, je m'allonge direct et ne bouge plus; la dernière montée m'a épuisée. Je crois que je vais faire des journées un peu plus cool les prochains jours. Et puis dans un peu moins de trois jours de marche, je serai à Pragelato.

Les nuages finiront par se lever dans la soirée, pour finalement dévoiler la face nord du Viso.

88944skfS.IMG_20230716_200805.jpeg
88944q2iB.IMG_20230716_203313.jpeg
88944nsQo.IMG_20230716_201724.jpeg

Hors ligne

#20 07-09-2023 07:58:22

ludof
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 24-08-2021
Site Web

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Très chouette cette escapade italienne " pouce
Effectivement les alentours du Viso sont souvent beaucoup plus froids et humides que la partie française, j'ai été de nombreuses fois en vacances dans le Queyras avec un temps splendide, mais la plaine du Po et le Viso étaient très souvent envahis par les nuages.

En ligne

#21 07-09-2023 08:41:08

Shanx
Sanglier MUL
Lieu : Probablement au boulot :(
Inscription : 22-04-2012
Site Web

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Le côté italien des Alpes est vraiment beau aussi, ça vaut souvent la peine de s'y aventurer smile

ludof a écrit :

#690040Effectivement les alentours du Viso sont souvent beaucoup plus froids et humides que la partie française, j'ai été de nombreuses fois en vacances dans le Queyras avec un temps splendide, mais la plaine du Po et le Viso étaient très souvent envahis par les nuages.

Il y a le phénomène de la nebbia (brouillard en italien) qui fait que le côté italien est souvent dans les nuages l'après-midi.


← Mon blog : traversées à pied des Alpes, de l'Islande, de la Corse, des États-Unis - Japon en vélo
Mon trombi
"Heureusement qu'il y a RL pour m'éviter les genoux qui craquent et le dos en compote" - C. Norris
"La liberté est fille des forêts. C'est là qu'elle est née, c'est là qu'elle revient se cacher, quand ça va mal." - Romain Gary

Hors ligne

#22 16-09-2023 08:58:53

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 10 : Lago Superiore (Vallée de Po) − Combe d'Urine (Val Pelice)

17 juillet 2023
18.8 km / ↗ 1531 m / ↘ 1800 m (Trace)

Surprise de la matinée : alors que je sors, encore à moitié réveillé, pour aller prendre mon petit déj un peu plus loin je tombe sur… un de mes bâtons !  Qu'est-ce qu'il fait là ?! Je le ramasse et constate que la pomme a des marques de crocs, visiblement un renard qui a du jouer avec ? Je n'ai rien entendu, alors même que le bâton était sous mon abri, à côté de ma tête la veille.  Bizarrement, il a trouvé mon bâton plus intéressant que mes sacs de nourritures, pourtant posés juste à côté.

Après la source du Guil hier après-midi, c'est la source du Po que je traverse ce matin, puis monte au mont Granero en faisant une courte incursion en France, juste pour pouvoir emprunter le tunnel de la Traversette. Nommé aussi tunnel Pertuis du Viso ou Buco di Viso (je préfère ce dernier, ça fait plus effrayant !), c'est un tunnel qui date du XVème siècle, creusé dans la roche à 2900 m entre la France et l'Italie pour faire passer des convois muletier de marchandises.

88944kVUl.IMG_20230717_095933.jpeg
Tunnel de la Traversette, ou la Buco di Viso

Je repasse en Italie par une brèche sans nom et suis quelques points de peinture rouge, la montée est assez technique et les pas d'escalades s’enchaînent, je commence à me demander dans quoi je m'engage. Mais j'atteins enfin le sommet, plus qu'exigüe, je ne peux guère bouger sans devoir poser les mains. Au sommet, une madone occupe la place et la vue à 360° est splendide : au sud la longue crête transfrontalière qui mène au Viso, le Queyras et les Écrins à l'ouest, la plaine du Po à l'est et des montagnes que je ne connais pas au nord.

Oui bon, il y a mon doigt sur une des photos, mais c'était pas facile de se tenir tout en tenant le téléphone et en ayant un recul suffisant.

88944idId.IMG_20230717_105745.jpeg
88944fpAl.IMG_20230717_105756.jpeg
88944bT3f.IMG_20230717_131159.jpeg

Je ne m'attarde pas trop au sommet, déjà il n'y a pas de place pour s’asseoir, et puis je sais que le plus dur m'attend.

La descente se fait en désescalade en grande partie, je ne vois pas trop par où passer, j'essaye divers passages, sans trouver rien de convainquant. J'aperçois 2 grimpeurs bien en dessous de moi, ça ne me rassure pas vraiment, je me demande ce que je fais ici. J'hésite à remonter en haut pour redescendre par là où je suis venu. Ce sera difficile, mais au moins je sais à quoi m'attendre. Finalement je finis par apercevoir une petite vire rocheuse en contrebas avec une sente. Si j'arrive à l'atteindre, je pense que c'est gagné.  Et effectivement, bien longtemps après je prends pied sur cette vire. Je retrouve quelques traces de peinture qui me mène sans trop de problème au passo Luisàs. Ouf, la pression redescend. Finalement rien de très difficile techniquement, mais j'aurais vraiment été rassuré d'être assuré pour certains passages.

Il y a encore un peu de marche bien pénible dans un immense chaos au nord du col jusqu'au Lago Gelato, puis je retrouve un vrai sentier qui me mène dans le fond du val Pelice. La vallée est très jolie, remplie de mélèzes et de rhododendrons. Elle a visiblement gardée ces traditions, je croise plusieurs villages de bergers, composés de maisons toutes de pierres sèches et de toits de lauze, qui demeurent habitées. À l'opposé complet avec des villages abandonnés dans les vallées françaises, il y a du linge qui sèche aux fenêtres ou qui trempe dans le lavoir, des enfants qui jouent sur la piste, seul accès routier au village, et des gens qui discutent à l'ombre d'une vigne, sur la mini-terrasse d'une maison qui semble être le café plus ou moins officiel du village. Tout ça bien qu'il n'y ait ni électricité ni eau courante. Je suis au fin fond des vallées des Alpes italiennes. Ils font de la tome de vache et de la ricotta, mais j'ai trop à manger dans mon sac déjà. Je profite quand même du refuge Jervis pour recharger mon téléphone et prendre une bonne bière artisanale.

889448det.IMG_20230717_173021.jpeg
Val Pellice

Il est déjà 17h passé, j'hésite à rester là pour la nuit maintenant que je me suis arrêté, d'autant plus que le refuge et le personnel est très sympa. Je me motive quand même à repartir, la montée est à l'ombre maintenant. J'ai bien fait car une heure plus tard je me trouve un beau petit spot herbeux, à moitié en forêt au dessus du ruisseau d'Urine. Avec un nom pareil, il y a de quoi hésiter un peu, mais elle est bien fraîche et claire !

889445Kcq.IMG_20230718_064454.jpeg
Bivouac en lisière de forêt

Après l'étape de ce matin, j'ai passé les difficultés techniques pour un moment. Les prochains jours se feront essentiellement sur des sentiers, par contre je vais jouer à saute-vallées, je resterai peu en altitude et enchaînerai des gros dénivelés.

Hors ligne

#23 16-09-2023 09:12:45

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 11 : Combe d'Urine (Val Pelice) − Pian della Miliza

18 juillet 2023
25.7 km / ↗ 2197 m / ↘ 2146 m (Trace)

Le vent a soufflé violemment et m'a tenu éveillé en début de nuit. Je monte au superbe petit refuge Nino Sardi, perché sous le col de Bouchet. Il est minuscule et est tenu par des bénévoles, ils ne proposent pas de repas mais il y a un dortoir, une cuisine commune et quelques emplacements de bivouac autour.

En milieu d'après-midi, j'arrive au Pian della Miliza (où je rattrape l'itinéraire normal de la Trans'Alpes, que j'avais quitté il y a plusieurs jours pour passer près du Viso). Je ne me suis quasiment pas arrêté, la journée a été particulièrement inintéressante. Le paysage n'avait pas de charme, et surtout il a fait encore plus chaud et sec que les jours précédents, avec un violent vent chaud et sec qui souffle en rafales tourbillonnantes, rendant tout passage en altitude très pénible.
Depuis le début de mon périple, je me suis petit-à-petit couvert chaque bout de peau exposée jusqu'au bout des doigts. Aujourd'hui je finis de me couvrir complètement avec le tour de cou qui me couvre le face, mes lèvres sont réduites à de la peau desséchée et crevassée.

Je me pose enfin sur le bord du torrent où je retrouve de l'ombre et en profite pour faire une grosse lessive (au moins ça sèche vite !).

Je me remets en route pour trouver un spot pour la nuit mais ne trouve rien de bien et finis par atteindre le gîte d'étape/ferme agrotourismo/refuge. Ce n'est pas très clair ce que c'est mais ce qui est sûr, c'est qu'on ne peut pas y dormir : la dame, qui ne parle pas très bien français (et moi pas du tout italien) me dit que c'est complet, mais je vois bien qu'il n'y a personne à part le père et le fils. Et pour manger, c'est saucisson+pain sec ou fromage+pain sec. J'en ai assez de manger mes noix et biscuits ultra-secs, et c'est pas vraiment du fromage dont j'ai envie par cette chaleur, mais je suis quand même curieux de goûter à leurs fromages. Le seul autre client est un français qui fait aussi la Trans'Alpes à sa sauce, avec plein de détours, en sens opposé au mien.
Les fromages sont ultra-salés, à un tel point où je sens à peine le goût du fromage. Ou c'est moi qui rêve de trucs frais et juteux…

Comme il n'y a rien après le refuge, je fais demi-tour et retourne là où j'avais fait ma pause. C'était pas si mal finalement, je ne sais pas trop pourquoi j'y suis parti. Il est 21h, à 2100 m, il fait 20°C et j'ai toujours trop chaud.

Hors ligne

#24 16-09-2023 09:15:06

Rhomain
Membre
Inscription : 28-07-2012

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Jour 12 : Pian della Miliza − Clot'd la Fountana (Montagne Seu)

19 juillet 2023
29.7 km / ↗ 1883 m / ↘ 1837 m (Trace)

Un orage passe en fin de nuit et mouille à peine le sol. L'air est un peu plus frais et humide sur le matin mais ça ne durera pas longtemps. Je repasse devant la ferme-refuge d'hier, les chiens ne semblent pas se souvenir de moi et viennent m'aboyer dans les pieds.

Je franchi le col Clapis qui m'amène dans le Val Troncea. C'est très sauvage en altitude et au fur et à mesure que je descends, le sentier devient envahi par une végétation luxuriante. Malheureusement ce beau sentier s'arrête brusquement sur une piste en fond de vallée, que je vais devoir suivre jusqu'à Pragelato sur une douzaine de kilomètres. La piste elle n'a aucun intérêt à mes yeux, mais semble être très appréciée par tout une foule de vttistes, promeneurs, colo de vacance… qui défilent en continu. Doux retour à la civilisation…

À Pragelato, village de montagne défiguré par les constructions des JO d'hiver, je ne vois qu'une ribambelle de chalets de vacances qui suit le fond de vallée.  J'arrive de justesse à l'épicerie du village avant la fermeture de midi, le gérant me laisse entrer. Je n'ai pas le temps de me familiariser avec ce qu'on peut trouver dans une épicerie italienne, j'achète un melon (dont je rêve depuis longtemps) et de la sauce tomate dans laquelle je pourrai tremper mes biscuits secs. En passant devant l'office du tourisme, je découvre une borne de recharge pour vélo électrique, parfait pour recharger mon téléphone pendant que je mange sur un banc à l'ombre.

J'espérais trouver un coin tranquille pour faire la sieste et laisser le soleil redescendre un peu avant d'attaquer la longue remontée, mais ne trouve rien donc je repars aussitôt. Heureusement le sentier est plutôt ombragé, à travers des haies entre les pâturages, c'est pas si moche et je peux facilement oublier l'agitation de la vallée que je viens de quitter.

Je bivouaque dans une clairière au dessus du hameau de Montagne Seu.

Hors ligne

#25 16-09-2023 14:44:46

ludof
Membre
Lieu : Lyon
Inscription : 24-08-2021
Site Web

Re : [Récit + liste] Trans'Alpes, de Menton au Léman

Merci pour cette suite et le récit de cette escapade hors du topo ... pas de photos sur les deux derniers jours ?

12 km de pistes au milieu des touristes, quel calvaire, je compatis  smile

En ligne

Pied de page des forums