Aller au contenu

#1 06-12-2021 13:37:24

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Bonjour à toutes et tous,

Je me suis inscrit sur le forum pour vous remercier de tous les conseils et avis, très avisés, et de très bon esprit général que j'ai lus avant de me lancer dans ma propre aventure. Aujourd'hui, il me paraît juste de tenter de rendre aux gens ce que j'ai reçu en partageant mon expérience dans un post efficace et allant direct au but. Faire un post de débutant, candide, qui j'espère montrera à d'autres lecteurs qu'on peut se lancer sans intégrisme dans une démarche d'efficacité pragmatique et gagner direct quelques kilos sans compromettre le confort, sans parler de la sécurité et réaliser un projet dans lequel on prend un immense plaisir dans les conditions exigeantes de l'automne glacial en Europe.

Je dirais en préambule, qu'à la fin du trip, j'avais utilisé absolument une fois au moins tous les éléments que j'ai emmenés et que pas une fois je ne me suis retrouvé en difficulté, ni en inconfort ingérable. Je pense également que c'est une liste amplement optimisable et qui comporte des éléments que je qualifie de luxe mais qui m'ont fait plaisir, sans je pense me pénaliser.

Je note également que j'ai eu sur le voyage des conditions d'humidité quasiment quotidiennes et rien ne séchait vraiment lors du bivouac. Sur trois jours de pluie continue et pénétrante, de neige et de vent, dont une marche de 8 heures sous intempérie sans repos, je n'ai jamais été mouillé dans le triangle ventre/reins - torse/cou -  tête et que le sac est resté absolument sec à tout moment, et l'intérieur totalement intact. J'ai dormi au sec à chaque nuit et ce quelque furent les conditions de la journée. J'ai eu une chaussure qui a laissé l'eau rentrer sur les trois derniers jours mais je pense que c'est un défaut dont je vais parler au magasin.

Le voyage : une remontée de la Seine de l'Estuaire à la Source (plus liaison fin GR2 à Dijon), globalement par le GR23 puis le GR2 avec une boucle puriste le long de la Seine entre Montereau Fault Yonne et Chatillon sur Seine via Troyes (alors que le GR2 passe plus au sud). 755 km plus une spéciale de 20 km en boucle de Rouen. 28 journées de marche avec 2 interruptions pour obligations professionnelles au jour 4 et au jour 6.
5 nuits où une hospitalité ou une invitation m'ont été faites, le reste dans la nature, en bivouac sauvage. Repas du soir systématiquement en bivouac, certains déjeuners en restaurants de village et un chocolat chaud dans un café le matin pour recharger le téléphone.

Le voyageur : en forme générale, très sédentaire sous de nombreux aspects, 1.76 m 85/90 kg, 43 ans sportif mais sans plus. Strictement aucune aptitude à la course à pied. Gros marcheur urbain en général (pas de voiture) avec plusieurs kilomètres par semaine en ville. Grosse expérience du camping sauvage nomade depuis l'enfance, des cours de survie liés à mon travail en milieu marin isolé extrême et enfance à la campagne, expérience du bushcraft campagnard, grande expérience du voyage en général et résilience personnelle, connaissance du hamac.

Expérience passée du trek : camp de base de l'Annapurna un mois de décembre (4300 m), avec peu de portage et nuits en refuges et une vallée de la Markha au Laddakh (5200 m) , avec sac type mulet (sans doute entre 15 et 17 kilos, sans nourriture ni tente) sans aucune optimisation et nuits en refuge. Quelques ascensions de plateaux à 4000 m au Mexique à la journée.

Mon cahier des charges : avec un matériel sommaire, et emprunté à des amis pour une grande part car mon matériel habituel n'était pas en France, entreprendre la remontée intégrale de la Seine en automne, donc en anticipant de la pluie continue et du froid, avec le GR23 et le GR2 comme fils rouges, en bivouaquant avec mon hamac et un tarp, avec un sac à dos de 15 kilos maximum (y compris le combustible, 4 jours de vivres et 4.5 litres d'eau maximum).

Ma liste présente des poids mesurés personnellement sur ma balance de cuisine, et représente ce que j'avais dans le sac à l'arrivée, j'ai fait quelques changements et adaptations conséquents après 4 jours de GR23, puis une journée de liaison. Par exemple : j'ai remplacé une lourde veste de pluie et pantalon de pluie de chantier (je n'avais que ça chez moi) par une veste imper respi D4 et une pèlerine (-700 grammes). J'ai trouvé à Rouen du Dyneema pour remplacer mes suspente qui étaient en 5 mm d'escalade (- 400 grammes). J'ai changé l'anneau de suspente du hamac et les crochets métal ( 60 grammes/piece).

Les gros allègements que j'ai pratiqués, avant de partir pour le cœur du trip, et dans l'esprit du forum, sont donc, sur le hamac par rapport à son poids en magasin (600 g) à 472 g (changer l'anneau de suspension et les crochets) et la drisse de 2x 4 mètres de 300 grammes à 2 x 4.5 m de Dyneema pour 60 g, soit le hamac complet avec moustiquaire de 900 g passé à 532 g et sur les vêtements de pluie. J'ai aussi décidé de ne pas me passer de déodorant, mais j'ai démonté le stick et gardé juste le produit (50 grammes) dans un petit sachet congélo, économisant 80 grammes de mécanisme au moins. J'ai aussi fait le choix de mettre toute la nourriture en vrac dans des sacs de congélation et de ne prendre aucun emballage. Les bouteilles d'eau Contrex sont celles que j'ai trouvées comme étant les plus légères.

La liste (les astérisques désigne ce que je porte sur moi)

PORTAGE       
       
    sac a dos : Forclaz 40 Air, 1030 g
    sac étanche (duvet, change, doudoune) : Congelations Zip Lock x 3 (10 g unité), 30 g
    sac nourriture : Congelations Zip Lock x 1 (10 g unité), 10 g
    sac usage général (isolation du sol de feuille mortes trempé vite fait, etc.) : Poubelle x 2, 40 g
    bâtons marche    : Arizona Explorer Alu, 416 g *

VÊTEMENTS   
           
    Veste Imper Respirante: D4 Forclaz MH150, 540 g *
    Pèlerine Imper Respirante : McKinley  Oisans, 417g                
    Doudoune duvet et plume : D4 Trek 100 XL, 330 g
    Buff ou Tour de Cou : Cairn Malawi, 29 g *
    Bonnet léger reflechissant : Athletitech, 25 g
    Casquette : 53 g
    Gants : 100% soie, 24 g
    Chaussures : Lowa Renegade GTX Mid, 1320 g *
    Chaussettes : McKinley Trekking x 2 (44 g la paire), 88 g
    Polaire : McKinley COARI III UX, 424    g *
    Haut Merinos Manche Longue : D4 LS TREK 500 86% Merinos, 200 g *
    Haut Merinos Manche Courte : D4 T100 70% Merinos,127 g
    Pantalon randonnée : McKinley Yuba II MN, 405 g *
    Sous-vêtement thermique ML Haut :    Mc Kinley, 192    g
    Sous-vêtement thermique Long John Bas: McKinley, 171 g   
    Caleçons : Puma Generique x 2 72 g / pièce, 144 g   
               
               
ABRIS               
               
    Tarp : Bâche GSB 4 m * 3 m, 809 g
    Haubans et faitière : Drisse 3 mm 120 kg x 20 m, 108 g
    Suspente Hamac : 2 x 4.50 m Dyneema 4 mm 1300 kg, 60 g
    Hamac : Nature et Découverte, modèle avec moustiquaire modifié et allégé à la maison, 472 g
    Tapis sol tout usage: Antigivre pour pare brise Norauto,     72 g
    Sardines : Aluminium x 12 - 9 grammes, 108 gr   
   
COUCHAGE               
               
    sac de couchage : Millet Light Down 0° ,    730 g
    sac à viande : Mc Kinley Polyester, 285 g
    oreiller gonflable : McKinley, 64 g
    matelas : Frendo Mat Air  Alveo 55,    485 g

CUISINE       
       
    Popote :    Popote Alu Genérique avec couvercle, 231 g
    Quart :    Rei avec couvercle, 115g
    Cuillère : Cuiller plastique, 20 g
    Réchaud : Rocket MSR, 113 g
    Bonbonne gaz : Jet Boil 280 g, 380 g
    Bouteille d'eau 1.5L x 2 :    Contrex x 2 (32 g pièce), 64 g
    Poche à eau 1.5 L : McKinley 1.5 L, 140 g

PETIT MATÉRIEL       
       
    brosse a dents: Carrefour Bambou,    11 g
    serviette microfibre : D4 Kalenji 42 * 55 cm, 46 g
    frontale : Petzel Tikkina, 80 g
    trousse de secours : Generique (ampoules, pansements, ibuprofene, couverture de survie, sparadrap fort), 200 g
    briquet : Generique,18 g
    feu : allume feux (9 cubes) + sac plastique, 52 g
    kit réparation matelas :    Sea to Summit, 8 g
    couteau : Herbetz 580512, 79 g
    savon : Alep, 20 g
               
    deo : Mennen desossé, 50 g
    PQ+Mouchoirs : 1 paquet Kleenex, 25 g
    Papeterie et documents: 2 feuilles A4, un crayon papier, permis de conduire, CNI, Cartes Bleues, 80 g
               
ÉLECTRONIQUE       
       
    Téléphone : 192 g
    Cable USB : 24 g x 2, 48 g
    Chargeur USB : 46 g
    Accu+solaire : Xmoov Solargo 15000 mAh, 380 g

NOURRITURE               
    riz    En sac congélation       
    pâtes coquillettes    En sac congélation       
    farine ou flocon avoine    Idem       
    poudre noix amandes lait    Idem       
    Compote    4 Pom Pot       
    fruits secs    Dates Séchées       
    saucisson           
    fromage pate dure           
    chocolat    1 tablette       
    soupe Royco    2 sachets       
    tisanes    5 sachets       
    miel           
    huile    Une gourde Pom Pot'       
    sel/poivre/curry/laurier           
        TOTAL Nourriture Pesée pour 4 jours, 1864 g
    eau, 4.5 litres, 4500 g
               
Total absolu    17 940 g   
Porté sur le marcheur        3 642 g
Porté  sur le dos avec 4 jours vivres et eau        14 298 g
Porté sur le dos hors consommables        7 934 g

Notes et approximations : j'ai pris en plus un tube de Voltarène lors d'une douleur au pied et un tube de crème NOK acheté en pharmacie au jour 4. Et un coupe ongle petit dont je n'ai pas le poids, et ramassé un catadioptre de vélo sur une chemin dont je me suis beaucoup servi sur les sections routes nocturnes. Je ne pesais bien sûr pas les petits ravitaillements en pain, ou en charcuterie, ou le paquet de biscuits achetés au jour le jour dans les commerces de village, mais consommés en général le jour même ou le lendemain.

Edit : j'oublie aussi le petit flacon de liquide pour lentilles de contact et le petit container à lentilles et sur la fin, comme je savais que mon gaz finissait, et que je ne trouvais pas de cartouche, j'avais deux petites boites d'alcool gélifié qu'on m'a donné sur la dernière semaine en réchaud de secours (une a servi, et en plus pratique pour faire le riz à feu doux et plus diffusé)

Remarques sur le matériel, en vrac :

Je ne me suis pas tout le temps servi des sardines, trouvant souvent à amarrer les haubans du tarp sur des abres ou en utilisant des morceaux de bois trouvés par terre sur le lieu. Mais en cas de vent, sous la pluie, quand il faut être rapide, ou quand il y a de l'herbe, les sardines se sont avérées très très utiles.
Je pourrais remplacer la drisse de faitière et les haubans par du dyneema et gagner du poids.
La bâche est robuste et a toute épreuve mais lourde, je serais en quête d'une bâche en tissus technique plus légère. Sa taille de 4 x 3 était idéale et a tenu la pluie et le vent dehors de manière parfaite.
La polaire et les vêtements thermiques de nuit sont vraiment d'entrée de gamme et ni fantastiques ni totalement inutiles. A refaire, je prendrais un peu mieux, je pense.
La veste D4 : Très agréable surprise. Fonctionnelle. Très pratique. Tient une journée de crachin. Respirante. Confortable. Aucun reproche.
Hamac : un peu étroit. Mais fait le job. La moustiquaire sert (papillons et insectes de nuit), est un cocon rassurant sous le tarp, et surtout, surtout, empèche au matelas et au tapis de soleil de se faire la malle sous le dormeur en créant un canal enveloppant.
Suspentes : absolument aucun problème. Attention au noeuds, sur le Dyneema, qui glissent. Savoir ce qu'on fait. Je n'ai observé AUCUNE marque sur l'écorce des arbres, même ceux qui ont de la mousse. J'ai fait très attention à ça, bien entendu.
Sac de couchage : un poil juste sur les nuits où il a gelé.
Pare soleil de voiture : impeccable pour l'isolation du dos sous le matelas dans le hamac. Indispensable. Sert aussi merveilleusement d'abris pour le rechaud pour cuisiner le déjeuner dans le vent.
Petit tapis de sol : pas suffisant, mais pratique. Je l'ai beaucoup appuyé en utilisant ma vieille couverture de survie, plus efficace comme grand tapis de sol les jours de pluie ou quand j'ai  mis le campement sous l'eau. Pour mettre les affaires, cuisiner et se changer. A refaire je prendrais un polycree. Mais la couverture de survie de rab fait le job, et contribue aussi a renvoyer un peu d'infrarouge sur le hamac.
Le pantalon Inters***t McKinley : GÉNIAL. Manque juste une deuxième poche de genoux. A résisté aux ronces, très déperlant, sèche très vite. Très confortable. Résistant et ne se sent même pas. Pas d'odeurs. Vraiment un super produit et a un prix imbattable.
Vêtement mérinos : bon produit. Pas d'odeur. Je juge indispensable.
Duudoune : une merveille en statique au bivouac et un appui au sac de couchage pour dormir épatant.
Bonnet : très bon
Casquette : indispensable pour maintenir les capuches en forme de visière sous la pluie, résultat : 0 ruissellement, visage sec, même dans le blizzard du plateau de Langres ou la pluie insidieuse des combes de Côte d'Or.
Powerbank : très bon produit, soleil pas fort, mais ne m'a jamais lâché, eu de la batterie absolument tous les jours et l'appoint dans les cafés ou les nuits d'hospitalité a été suffisant. Je n'ai jamais été sans batterie.
Sac a viande : OK et quasi jettable. 3 fois moins cher que un en soie. Lourd. Certes. A optimiser, mais très utile, évite les petit courant d'air et les ponts thermiques.
Edit : non le petit oreiller gonflable n'est pas un gadget, isolation du cou et de la nuque dans le hamac. Très important.

Cartographie : OSMAnd+ sans aucun reproche, j'adore l'appli. De temps en temps, pour les commerces Google Maps en complément.

Si c'est a refaire, je prendrais en plus une aiguille et du fil fort a coudre, un tube de cyanoacrylate et un de seam grip, un brassard reflechissant de vélo, un sac de couchage un peu plus conséquent (confort - 5 ?), une meilleure polaire et un meilleur set de vêtements de nuit thermiques voir un pantalon polaire et je prendrais des cuissarts de pluie de chasseurs pour le pantalon, faisant office de pantalon de pluie et de guêtres.

Le voyage :

Voyage magnifique, dont les sections phares et de plus grand plaisir visuel, culturel et scientifiques ont été la Normandie de manière générale, et en particuliers l'estuaire, les coteaux du Vexin Normand entre Muids et Les Andelys, les travaux hydrauliques de navigabilité de la Seine en Champagne sur le Canal de Haute Seine et la Bourgogne dans la région des sources. Le GR 23 et le GR2 sont en général bien balisés, mais j'ai pris des libertés considérables avec les itinéraires, pour rester au plus près de la Seine, éviter des détours que je jugeais inutiles. J'ai fait un peu de hors piste par endroits.

Le campement en hamac m'a donné un sommeil réparateur et confortable partout, tout en me permettant de camper dans des endroits très difficiles d'accès pour une tente (sur les berges, dans les ronces ou dans des terrains pentus). Et des endroits discrets. Pour tout dire, j'ai même vu dans Paris au moins deux endroits où j'aurais pu mettre le hamac sans être vu. La clé est clairement de maintenir une bonne isolation du dos, ce que font très bien le matelas pneumatique et le pare soleil. J'ai eu besoin des deux, l'un ou l'autre seuls, sachant que le sac de couchage était un peu juste, ne suffisaient pas. Le système est redondant, car pour deux nuits (une en foret de Senart, et deux dans des abris de fortunes (type granges ou container) le systeme permet alors de dormir au sol si on ne peut monter le hamac. Un abris avec le tarp sur les batons de marche fonctionne egalement si il n'y a nulle part où suspendre le hamac, mais c'est très rare.

Attention au ravitaillement en eau sur les cimetières, certains sont fermés à cause du gel en cette saison. Mais les boulangeries ou les cafés ou même les habitants ont toujours été charmants (à l'exception d'une fois, en Normandie).

Si cela intéresse l'audience, je peux développer des aspects du voyage comme la nourriture, donner des détails sur les étapes ou partager mon fichier trace, compléter des aspects de ce post qui ne sont pas clairs ou appellent à plus de détail, et répondre à toute question. Je pense que c'est mieux quand l'échange est vivant.

Merci encore à toutes et tous pour vos contributions passées qui m'ont aidé à préparer mon propre voyage et en ont fait une expérience réussie, pleine de richesse et de beauté, dans un confort totalement acceptable et une sécurité vraiment correcte.

Quelques photos, sobres, du set up du hamac et du tarp dans différentes configurations :

7RXnfKuid.Hamac-et-Tarp-Aiziers.s.jpeg

7RXnUzrtN.Hamac-et-Tarp-Grande-Paroisse.s.jpeg

7RXnX5aJi.Hamac-et-Tarp-Conflans.s.jpeg

7RXo08CUD.WhatsApp-Image-2021-12-06-at-1.s.jpeg

Edit : photo du matériel déballé et prêt au départ sur le chemin

7RXFjRE12.Matriel-expdition-Seine.s.jpeg

7RXFmvKWg.Sac-prt-un-matin.s.jpeg

Dernière modification par Palacios (06-12-2021 17:37:40)

Hors ligne

#2 06-12-2021 14:12:35

ester
Membre
Lieu : Bzh
Inscription : 23-08-2011

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Bonjour Palacios, smile

Bienvenue sur Randonner-léger ! Tu es au bon endroit...
Car tu as encore une énooorme marge d'allégement, jusqu'à quasi la moitié du poids total porté, àmha.

En tout cas, l'essentiel, c'est que tu t'es fait plaisir, que tu sembles revenir ravi et avec une forme du tonnerre.
Et merci pour le retour et l'enthousiasme que l'on sent passer au travers. smile

Edit : Tu comptes 5 l d'eau dans tes totaux ?

Dernière modification par ester (06-12-2021 14:25:08)


Grâce à vous, j'avance ! merci !  smile

Hors ligne

#3 06-12-2021 14:36:53

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Absolument ! D'où le retour d'expérience, pour affiner pour le prochain voyage et en discuter tous ensembles.

ester a écrit :

#635439 Edit : Tu comptes 5 l d'eau dans tes totaux ?

Oui, dans le total de 14.2 kilos maximum dans le sac sur le dos, il y a, inclus dans ce poids, quand toutes les réserves sont au max: 1.8 kilos de nourriture pour 4 jours, courses faites (composés comme j'ai mis dans la liste, sachant que ma recette de petit dej', c'est un mix de lait en poudre de bébé, de farine d'amande, de sucre, de cacao, de fruits secs et de flocons d'avoine, pour environ 300 grammes, ce qui tient plusieurs jours et fait une réserve de bouffe si j'ai pas trouvé de commerce, ce qui est arrivé sur le plateau de Langres ou j'ai marché une journée et demie sans voir de commerce, dans des villages désolés), donc évidement ça diminue au fur et à mesure, ET 4.5 litres d'eau quand la réserve est faite au dernier cimetière avant le bivouac (deux bouteilles de 1.5 Litres plus la poche à eau de 1.5 L). En général je prends un bol d'eau pour la toilette du soir, un demi-litre à un litre d'eau pour la cuisine, la tisane, etc., donc quasiment une bouteille pour le soir. Reste, sur la deuxième bouteille de quoi refaire le plein de la poche à eau au matin avant de lever le camps et une réserve tactique. En ce qui concerne la poche de 1.5 L d'eau c'est ce que je bois dans la journée en marchant à la pipette. J'ai noté que je l'hydrate mieux à la pipette, car je prends des petites gorgées plus régulières et n'ai pas à chercher l'eau dans le sac, donc bois plus volontiers.

Edit : donc, pour être clair (sauf erreurs de calcul) :

Poids total maximum emmené par le bonhomme nu : 17.9 Kilos
=> Poids total maximum porté sur le dos par le bonhomme, habillé et équipé normalement, et comprenant1.8 kg de nourriture et 4.5 kg d'eau : 14.2 kg
=> => Poids total équipement, sans nourriture, ni eau, mais avec gaz : 7.9 kg

Dernière modification par Palacios (06-12-2021 15:43:54)

Hors ligne

#4 06-12-2021 14:38:40

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Salut à toi! Une bien belle balade (surtout pour moi qui ai l'habitude de DESCENDRE des fleuves en kayak lol !)
Je suis peut-être passé à côté, mais à quelle période as tu fais cette randonnée?


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)
Le kilt? La meilleure façon d’être en « burnes out »!
Trombi

Hors ligne

#5 06-12-2021 14:47:29

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Magic Manu a écrit :

#635443Salut à toi! Une bien belle balade (surtout pour moi qui ai l'habitude de DESCENDRE des fleuves en kayak lol !)
Je suis peut-être passé à côté, mais à quelle période as tu fais cette randonnée?

J'en reviens juste. Je suis arrivé à Dijon dans la soirée de Vendredi à Samedi ( 3 décembre). La météo a été pluvieuse le premier jour, jolie et automnale sur la section Seine Maritime avec des nuits froides de ciel étoilé. Pluvieuse et maussade sur le Vexin. Horrible sur Mantes la Jolie Paris. Belle sur Paris. Maussade et variable jusqu'à Montereau avec du vent et du givre. Horrible sur l'Aube et la voie de Troyes. Minable sur les 3 derniers jours avec deux éclaircies très belles sur la montée de la vallée des sources et catastrophique sur le dernier, de la source à Dijon où c'était vraiment engagé.

Hors ligne

#6 06-12-2021 16:12:07

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

En combien de jours as tu traversé la région parisienne (Paris et banlieue)?  et comment as tu dormi dans cette grosse zone urbaine?


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)
Le kilt? La meilleure façon d’être en « burnes out »!
Trombi

Hors ligne

#7 06-12-2021 16:56:12

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Magic Manu a écrit :

#635446En combien de jours as tu traversé la région parisienne (Paris et banlieue)?  et comment as tu dormi dans cette grosse zone urbaine?

Région Parisienne Jour 1 - Thiel sur Seine / Rueil Malmaison (Départ 8:30 du matin, arrivée fin d'après-midi avec des haltes tout au long de la journée, tranquille) - Alors avant la région parisienne, j'ai dormi dans un bois sur les hauteurs de Thiel sur Seine, puis fait une grosse étape, assez fastidieuse, via Conflans Sainte Honorine, Sartrouville et qui s'est finie à Rueil Malmaison, où un ami m'a offert l'hospitalité (mais j'aurais pu bivouaquer juste avant le Pecq, dans une section après Satrouville, où il y a des endroits tranquilles et sinon, dans la forêt de Saint Germain, de l'autre côté, qui est une option également.

Paris Jour 2 - Rueil Malmaison / Paris intra muros (départ 8 heures du matin, déjeuner copieux et long à Boulogne avec des proches et arrivée vers 18 heures) - Ensuite j'ai fait une étape Rueil Malmaison, Boulogne et Paris Centre et encore une fois, des amis qui soutenaient mon projet ont tenu à m’héberger vers Bastille/Bercy qui était déjà dans l'Est. Cependant, j'ai repéré deux endroits sur la Seine, en plein Paris sur le parcours du GR2, ou le bivouac secret sans ennui aurait été possible sans aucuns soucis. Grâce au hamac ou pour des gens qui ont un sursac cool .

Région Parisienne Jour 3 - Paris intra muros / Foret de Senart (départ très tard vers 16:00 et arrivée nocturne vers 21h30, 22h) -  Je suis sorti de Paris tard, puis ai mis franchement le cap vers l'Est avec l'idée d'atteindre la foreêt de Senart pour dormir, ce que j'ai fait sans encombre. J'ai noté des endroits possibles avant, notamment au sud de Alfortville une bande de terrain intéressante, mais la zone n'est vraiment pas hospitalière ni n'invite à s'y attarder, pour être très honnête. Egalement à deux endroits j'ai pensé qu'on pouvait y bivouaquer, mais l'endroit était déja pris, par des bivouaqueurs, on va dire au bien plus long cours que moi, et dans des conditions beaucoup plus précaires que je n'ai pas cherché à détailler.

Hors ligne

#8 06-12-2021 17:05:05

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Merci pour tes réponses! Les bivouacs en zone péri urbaines sont toujours compliqués. Dans des petites villes, il est facile de tracer un peu pour bien s'éloigner. A Paris, c'est beaucoup plus difficile.
Un peu intrigué par ton endroit de bivouac possible en plein Paris smile ...


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)
Le kilt? La meilleure façon d’être en « burnes out »!
Trombi

Hors ligne

#9 06-12-2021 17:42:38

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Magic Manu a écrit :

#635452Un peu intrigué par ton endroit de bivouac possible en plein Paris smile ...

On en parle avec plaisir au coin du feu ! wink  Sérieux, quand j'ai vu le spot, j'ai même failli le faire juste pour le fun, en plus c'est dans un quartier vraiment relax. Certain que ça passe nickel avec bien sûr un oeil ouvert de temps en temps, hein, c'est pas la forêt de Brotonne. Bien sûr, se poser en soirée et partir tôt en mode sans trace. En plus, à cette saison, comme personne ne peut imaginer un seul instant que quelqu'un dort là, et bien du coup, tranquillité assurée. Le deuxième spot, un peu en banlieue, j'ai pris une photo hallucinante de la Seine à cet endroit, une petite plage de cailloux avec l'eau transparente et claire. Quand j'ai montré à des amis, personne ne croyait que c'était à 500 m d'une station de métro. Comme quoi...

Hors ligne

#10 06-12-2021 20:49:24

Noard
Membre
Lieu : Bordeaux
Inscription : 29-07-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Bonsoir Palacios,

Bravo pour cette aventure & merci pour ce partage.

Concernant la préparation du voyage : qu'est-ce qui t'a attiré apriori dans cet itinéraire & depuis quand ce projet murit-il ?

Palacios a écrit :

5 nuits où une hospitalité ou une invitation m'ont été faites [...]

Un ami t'a offert l'hospitalité à proximité de Paris, mais sur les 4 autres nuits, était-ce toujours au minimum des connaissances ou as-tu eu pu bénéficier d'invitations impromptues par des quidam ?

Dernière modification par Noard (06-12-2021 21:01:54)


On ne dépasse pas ses limites, on se découvre - trombi

Hors ligne

#11 06-12-2021 21:59:01

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Noard a écrit :

#635473
Concernant la préparation du voyage : qu'est-ce qui t'a attiré apriori dans cet itinéraire & depuis quand ce projet murit-il ?

[...]était-ce toujours au minimum des connaissances ou as-tu eu pu bénéficier d'invitations impromptues par des quidam ?

Bonsoir,
Sur la première question, je suis très intéressé par les fleuves et l'hydrographie ainsi que par me travail de l'homme pour essayer de dompter la nature, en particulier au 19eme. Ensuite je suis né et ait grandi sur la Seine et a son voisinage immédiat tant à Paris qu'à son embouchure ou aux environs de Rouen. C'était donc naturel.

Sur le deuxième point, c'étaient des amis qui suivaient mon voyage et une nuit les ouvriers et ingénieurs de Voies Navigables de France et leur prestataire qui, intéressés par ce que je faisais m'ont spontanément proposé le mobil home du chantier, inoccupé la nuit.

Je n'ai pas cherché les invitations ni sollicité les paroisses par exemple, mais je suis sur que pas mal de gens m'auraient hébergé si j'avais engagé plus de discussion en fin de journée, mais je marchais souvent jusqu'à 20 heures voire 20 h 30.

A plusieurs reprises (3 ou 4) j'ai aussi trouvé des abris originaux et déserts. Non privés, bien sûr.

Hors ligne

#12 07-12-2021 13:25:24

Redfish
Chat schizophrène...
Lieu : Marseille
Inscription : 16-11-2017
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Un petit coucou croisé RL/HFR.
Perso je suis preneur d'un récit plus détaillé (avec des anecdotes originales) et plus de photos.
smile

Pour le matos, quelques commentaires, si ça peut t'être utile:

sac étanche (duvet, change, doudoune) : Congelations Zip Lock x 3 (10 g unité), 30 g
> Un ziplock me semble un peu fragile (et de manière général pas très durable) pour le sac de couchage.
Un StS Ultra sil est pour moi un incontournable (le prix reste raisonnable et le poids très contenu).
Peut être fabriqué en IDY facilement...

Veste Imper Respirante: D4 Forclaz MH150, 540 g *
Pèlerine Imper Respirante : McKinley  Oisans, 417g
> Ca fait doublon à mon sens. Un parapluie léger (100/150gr environ) en plus de la veste me semble plus pertinent.
Avec éventuellement une jupe de pluie pour les jambes (70gr).

Gants : 100% soie, 24 g
> Le synthétique est certe un peu plus lourd, mais clairement plus durable (surtout avec l'abrasion des poignées de bâtons de marche).
Je trouve le modèle MT500 à 3€ de D4 parfaitement adaptés (le tactile marche bien, ne bouge pas sur la main sans compresser, sèchent très vite, apport de chaleur suffisant).

Sous-vêtement thermique ML Haut :    Mc Kinley, 192    g
Sous-vêtement thermique Long John Bas: McKinley, 171 g
sac à viande : Mc Kinley Polyester, 285 g
> Avec une tenue thermique pour la nuit, normalement pas besoin de sac à viande.

Tarp : Bâche GSB 4 m * 3 m, 809 g
> Logiquement, 3x3m c'est déjà bien grand en solo...
On trouve des modèles à 500gr tout rond sur AE (Marque 3F UL ou Flame's creed), tu gagneras aussi beaucoup en volume rangé.
Après, ça se fabrique facilement en DIY pour encore plus léger.

Haubans et faitière : Drisse 3 mm 120 kg x 20 m, 108 g
> Cordelette d'escalade D4 2mm, 40gr pour 20m, 4€/10m (existe aussi en réfléchissant au rayon rando, même poids mais plus cher 10€/10m).

Suspente Hamac : 2 x 4.50 m Dyneema 4 mm 1300 kg, 60 g
> Un peu de sangle (10mm de large) reste utile pour les arbres à écorces fragile (et plus efficace/rapide qu'intercaler des petits bouts de bois entre un fil fin et l'écorce).

Tapis sol tout usage: Antigivre pour pare brise Norauto,     72 g
> Un polycree c'est pas mal pour avoir une bonne surface propre/sèche par temps humide (36gr pour 200*100cm).

Popote :    Popote Alu Genérique avec couvercle, 231 g
> Pour alléger, tu as les incontournables Toaks en rapport Q/P (Titane. 550ml suffisent pour faire chauffer l'eau).
Après, si c'est pour vraiment cuisiner, l'alu reste préférable (pour ne pas créer de point chaud au niveau de la flamme, qui fait que la nourriture accroche).

Quart :    Rei avec couvercle, 115g
> Un pot de fromage blanc, dans les 20-30gr avec couvercle (suivant volume).

Cuillère : Cuiller plastique, 20 g
> D4 fait un set de 3 couvert à 2€, la cuillère est top pour 7gr.

Poche à eau 1.5 L : McKinley 1.5 L, 140 g
> Pour le stockage de l'eau, le meileur ratio poids/volume c'est la platypus 2l (2.4l réel au max pour 36gr).

couteau : Herbetz 580512, 79 g
> Est ce qu'un opinel n°8 effilé (26gr) ne suffirait pas ?

Accu+solaire : Xmoov Solargo 15000 mAh, 380 g
> Le panneaux solaire de ces powerbanks est tellement petit que le rendement est anecdotique (1-2W grand max).
Une powerbank d'un côté (180gr pour 10.000mA) et un panneau solaire 5w (80gr) de l'autre est bien plus intéressant...

wink

Hors ligne

#13 07-12-2021 14:29:28

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Super commentaires, Redfish, merci ! prêchant un convaincu sur pas mal d'aspects. Tu m'aides grandement là sur pas mal de points que je voulais améliorer clairement. C'est top.

Alors bien sûr, quelques commentaires et précisions, peut être utiles aux lecteurs, la powerbank, je l'avais déjà, donc, ma foi, par rapport à réinvestir, j'ai décidé de partir avec sur ce trip qui s'est décidé rapidement en mode arrache. Je suis absolument aligné avec le fait que le panneau solaire ne "sert à rien" sur ces powerbanks. Il faut 7 jours de soleil plein pour la recharger, autant dire, jamais en novembre sur nos latitudes. Si je devais faire un trip avec vraiment moins de possibilité de recharger sur le réseau dans les restaus ou à droite à gauche comme je l'ai fait, je prendrais un panneau solaire dédié, et une powerbank moindre, comme tu le mentionne, pour faire tampon de charge sur le panneau solaire. Absolument. Je dois faire une étude de marché sur ce côté panneau, car je n'ai qu'une connaissance très lointaine de ce marché.

Je défends beaucoup la pèlerine + l'imper respi. L'imper respi était bien seule en tant que coupe vent, et dans le brouillard ou la bruine/crachin temporaire, quand la mouillabilité n'est pas trop un problème mais le vent si. Quand on a "simplement besoin d'une beste". Je la portait sur le ML Merinos et la Polaire.
Pour avoir de la mobilité sans être engoncé, c'était top.

La pèlerine est top quand ça drache sévère ou longtemps, elle protège le sac et le voyageur dessous, et ce que j'ai constaté, c'est que ça reste bien ventilé et permet à la veste de rester juste sèche ou moite dessous (ce qui pourrait, j'en convient nuire à la saturation de la membrane de la veste et au final être une illusion d'étanchéité accrue, c'est clair) mais dérive en quelque sorte le ruissellement de la pluie massive et dans le cas de ce voyage, j'ai constaté clairement un aspect positif de l'effet coupe vent additionnel. Ce que j'ai constaté c'est que je suis resté 100% sec et le sac aussi sur 3 jours de pluie continue et de vent glacial. Après, je ne sais pas si une game de vêtement supérieure en imper respi me permettrait d'avoir juste la veste et si le sac n'aurait pas pris l'eau par capilarité dans les bretelles et le dos. A tester. Je ne sais pas. En tous cas, j'ai pu évoluer de nuit, à la frontale, dans des ravins et des bois détrempés, sans glisser, en pouvant me tenir et garder un haut niveau d'agilité.

J'ai fait aussi une journée avec le Tshirt et la pèlerine quand il pleuvait mais ne faisait pas froid et que je longeais une route. Elle m'a énormément protégé des projections d'eau des poids lourds.

Finalement, la pèlerine laisse les mains libres, à l'opposé du parapluie, ce qui a été critique dans la descente des combes de nuits. Je n'aime pas ne pas avoir les mains prises. D'ailleurs je me suis sincèrement posé la question des bâtons de marche sur ce trip, je ne m'en suis vraiment servi que 3 jours pleins, dans du sentier de forêt qui monte et descend, entre Montreau Fault Yonne et Troyes, le reste, je les ai eus, j'avoue, sur le sac la majeure partie du temps et m'en suis plus servi dans des applications du tarp.

Ces remarques valant sur des trips où on est sûrs d'avoir de la pluie toute la journée. Sur un programme plus averse passagère, je pense que je n'aurais pris que la veste et aurait fait confiance au sac à la housse de sac, quitte à m'abriter 20 minutes...

Pour le sac à viande, absolument d'accord sur son aspect dispensable, car je dors toujours "en pyjama", à minima avec Tshirt et calecon, mais sur ce trip il m'a apporté les 1 ou 2 degrés dont j'ai eu besoin avec un sac de couchage de prêt un peu limite pour le programme. J'étais limite confort sur certaines nuits où il a fait -1. Mais ce sac à viande là, tu as raison a un devis poids quasi inaceptable, mais je n'ai pas pu me résoudre à racheter un sac en soie, quand je sais que j'en ai deux au Mexique où je vis usuellement.

Pour le hamac, je pensais trouver de la sangle Dyneema ou Spectra, mais j'avais pas dans mon magasin d'accastillage à Rouen. D'où le 4 mm en drisse. Mais, oui, dans l'absolu, pour vraiment ne rien faire risquer aux arbres, c'est un plus.

Pour le polycree, j'en cherchais, et pas pu en trouver avant mon départ, j'étais trop loin de la GSB bien connue où on en trouve, mais prochain trip ca fera partie des indispensables. Clairement. Sur feuilles mortes trempées, sous bois, et herbe après pluie, ce genre de truc me paraît tout à fait nécessaire pour déballer les affaires etc avant que le hamac soit monté. Bon, oui, c'est possible sans ce tapis, mais c'est vraiment galère. Tu as absolument raison là encore ! Et si on ne monte pas le hamac, je crois que ça fait un super tapis de sol de toute facon.

Pour le tarp, tu as absolument raison, sur ce point, j'adore ta suggestion. 3 x 3 serait idéal, car le 4 m, qui faisait des rabats de 2 m,donc de part et d'autre de la faîtiere n'était pas fondamentalement nécessaire, car j'ai souvent monté relativement "bas" pour donner moins de prise au vent ou à la pluie; et un carré serait mieux pour faire aussi les montages "diamants" du tarp. Totalement d'accord. Par contre 3 m de longueur m'ont paru la bonne dimension par rapport à mon usage et couvraient bien le hamac en longueur, même quand il était monté très plat. Je suis très preneur des références de tissus pour faire un tarp moi même. Ce point est pour moi un énorme poste à améliorer. La bâche GSB est indestructible (beaucoup de ronces quand même sur le parcours que j'ai fait) et donne confiance dans le vent, mais est LOURDE, très bruyante si mal tendue, difficile à plier, et reste totalement trempée au pliage ce qui est très énervant. Et ne sèche pas bien une fois détrempée, donc pue rapidement. Et prend un volume de malade. Donc sur ce point, trouver l’idéal poids volume robustesse en 3 x 3 avec du hauban disons 2 mm dyneema me paraît un progrès urgent que je dois faire. Vous prendriez quel tissus pour faire un tarp de ce genre, un tarp rustique ?

Pour la popote, je cuisine vraiment et je fais même des sortes de petits plats, donc je reste alu. Pour le quart, je voulais trouver un quart en métal, qui permet de chauffer le thé sans avoir lavé nécessairement la popote qui vient de cuire un plat, justement. La ce que je faisais c'est que je lavais la popote en faisant chauffer un peu d'eau que je bois, et ensuite je chauffe la tisane. Un peu fastidieux.

L'opinel, clairement le bon choix au niveau poids, mais j'aime pas du tout ces couteaux. Leur forme de lame, etc, ne m'a jamais correspondu. Je me suis déjà blessé avec. Je pense que c'est une phobie d'enfance mais je ne peux pas... là... non. smile smile smile smile

La platypus, je vais regarder avec attention. Clairement. Qu'en est-il de leur robustesse par rapport à des bouteilles d'eau ? Risque de s’éventrer?

Merci pour tes commentaires, c'est complètement l'aide et les suggestions après expérience personnelle que je recherchais sur ce forum. C'est hyper sympa.

Hors ligne

#14 07-12-2021 15:39:56

tolliv
Sérénitude
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

C'est une chouette balade de 755km quand même.
C'est original de suivre une rivière/fleuve. On doit pouvoir faire ça pour d'autres rivières/fleuves en France.


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits , mes bricolages et quelques idées saugrenues : ---->> ICI <<----

Hors ligne

#15 07-12-2021 16:24:01

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

tolliv a écrit :

#635576C'est une chouette balade de 755km quand même.
C'est original de suivre une rivière/fleuve. On doit pouvoir faire ça pour d'autres rivières/fleuves en France.

Clairement, je pense en particulier à la Loire. Mais elle, je la vois plutôt à la descente en canoë.

Hors ligne

#16 07-12-2021 16:39:18

Serval
Carpe diem
Inscription : 15-06-2018
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

tolliv a écrit :

#635576C'est une chouette balade de 755km quand même.
C'est original de suivre une rivière/fleuve. On doit pouvoir faire ça pour d'autres rivières/fleuves en France.

Au cas où, deux idées de lecture : wink
* Remonter la Marne – Jean-Paul Kauffmann (Fayard, 2013). Sept semaines de randonnée tranquille le long de la Marne depuis sa confluence à la Seine jusqu'à sa source à Balesmes, racontées par un grand connaisseur des vins en général et des Champagnes en particulier, et par ailleurs remarquable écrivain.

* À contre-courant – Antoine Choplin (Paulsen, 2018). Remontée du cours de l'Isère depuis sa confluence au Rhône jusqu'au glacier qui la voit naître, en quatre tronçons parcourus sur les quatre saisons d'une année. L'écriture n'a pas la qualité de celle de J.-P. Kauffmann, mais cela se lit agréablement.

Aucun des deux marcheurs ne bivouaquait, ils ont marché par étapes programmées et l'esprit de MULitude ne les obsède pas wink mais les deux livres sont intéressants.

Dernière modification par Serval (07-12-2021 19:05:46)


(Modification non justifiée = orthographe, typo, etc.)

Trombi | Mes "longues promenades" | Lighterpack 2023
« Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans [les voyages] que j'ai faits seul, et à pied. » (J.-J. Rousseau)

Hors ligne

#17 07-12-2021 16:41:57

Serval
Carpe diem
Inscription : 15-06-2018
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Palacios a écrit :

#635583Clairement, je pense en particulier à la Loire. Mais elle, je la vois plutôt à la descente en canoë.

GR3 wink


(Modification non justifiée = orthographe, typo, etc.)

Trombi | Mes "longues promenades" | Lighterpack 2023
« Jamais je n'ai tant pensé, tant existé, tant vécu, tant été moi, si j'ose ainsi dire, que dans [les voyages] que j'ai faits seul, et à pied. » (J.-J. Rousseau)

Hors ligne

#18 07-12-2021 16:47:24

Redfish
Chat schizophrène...
Lieu : Marseille
Inscription : 16-11-2017
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Palacios a écrit :

#635568Alors bien sûr, quelques commentaires et précisions, peut être utiles aux lecteurs, la powerbank, je l'avais déjà, donc, ma foi, par rapport à réinvestir, j'ai décidé de partir avec sur ce trip qui s'est décidé rapidement en mode arrache.

J'avais bien compris que tu avais pris ce que tu avais de dispo sous la main (pour cet item et biens d'autres).
Mes propositions sont plus d'ordre général, pour une évolution de ta liste dans le futur...
wink

Palacios a écrit :

#635568Je prendrais un panneau solaire dédié, et une powerbank moindre, comme tu le mentionne, pour faire tampon de charge sur le panneau solaire. Absolument. Je dois faire une étude de marché sur ce côté panneau, car je n'ai qu'une connaissance très lointaine de ce marché.

Perso j'aime bien un Nitecore F1 (ou équivalent) et un ou plusieurs accus 18650 (3500mAh) en fonction des besoins, avec un panneau 5W.
C'est léger (31+45+80gr) et modulable.
Ainsi, en montagne été, ou l'ensoleillement est important, peu de nuages et le soleil se lève tot / couche tard, un seul accu 18650 me suffit (en cas de mauvais temps pour 2-3j)... sachant qu'on peut facilement charger le smartphone en direct avec la panneau le matin pendant le petit dej et le rangement, ou le soir pendant le diner et le montage du bivouac.
A l'inverse, en hiver, le panneau solaire est peu rentable, on ne le prendra donc pas (on prendra alors un adaptateur secteur en plus du Nitecore), mais on peut prendre 2, 3 ou 4 accus.

Pour le panneau solaire, tu as une référence qui marche bien dans ma liste été en signature (trouvable sous différent noms/marques pour 10-15€).

Palacios a écrit :

#635568Je défends beaucoup la pèlerine + l'imper respi. L'imper respi était bien seule en tant que coupe vent, et dans le brouillard ou la bruine/crachin temporaire, quand la mouillabilité n'est pas trop un problème mais le vent si. Quand on a "simplement besoin d'une beste".

Dans ce cas, un bon coupe-vent à (100-120gr  et 25-35€ chez D4) sera plus adapté qu'une veste imper-respi.
Plus léger, bien plus respirant, et le côté déperlant suffit pour une pluie fine.
Avantage du coupe-vent, c'est que porté sous le poncho, il évite que la transpiration qui condense sur sa face interne ne vienne te mouiller (la déperlance suffit).

En général on fait (pour le haut):
-Imper respi seul.
Ou
-Poncho + coupe-vent.

Quand ça pleut légèrement, j'utilise maintenant ma jupe de pluie en cape (protège plutôt bien bras/torse/cuisse, y compris le sac à dos) et mon chapeau protège la tête (ca permet d'être moins engoncé qu'avec la capuche, de mieux entendre l'environnement et pas le bruit de plastique... et que l'eau ne s'infiltre au niveau du col, entre la cape et la veste).

Quand il pleut fort, je sors le poncho... et la jupe de pluie passe en jupe.

Palacios a écrit :

#635568Après, je ne sais pas si une game de vêtement supérieure en imper respi me permettrait d'avoir juste la veste et si le sac n'aurait pas pris l'eau par capilarité dans les bretelles et le dos

Il suffit de mettre un liner nylofume dans le sac (20-30gr), et tout son contenu est protégé en une seule fois.
Après, si le tissu du sac à dos s'imbibe d'eau, il peut être plus lourd (on n'a pas ce souci avec un sac à dos fait en tissus étanches).

Palacios a écrit :

#635568Finalement, la pèlerine laisse les mains libres, à l'opposé du parapluie,

Un parapluie de rando s'attache à une bretelle du sac à dos, laissant les mains libres.
Tu as deux super vidéo de notre collègue JR sur le sujet:
https://www.youtube.com/watch?v=ps9x75CkYW0
https://www.youtube.com/watch?v=3NAKkZqJJp0 (Bilan 1 an après)
smile

Palacios a écrit :

#635568Pour le sac à viande, absolument d'accord sur son aspect dispensable, car je dors toujours "en pyjama", à minima avec Tshirt et calecon, mais sur ce trip il m'a apporté les 1 ou 2 degrés

En fait, un drap de soie/synthétique n'apporte même pas 1° de gain en pratique... trop fin.
Par contre, pour la propreté du sac de couchage, bien penser à porter un bonnet (ou un buff), le sébum du cuir chevelu (et donc les cheveux) pouvant encrasser le tissu (réduisant sa respirabilité) et le duvet (réduisant son isolation) tout autant que ta transpiration sur le reste du corps.

Palacios a écrit :

#635568Pour le hamac, je pensais trouver de la sangle Dyneema ou Spectra, mais j'avais pas dans mon magasin d'accastillage à Rouen.

Tu peux acheter des anneaux de sangles dyneema pour l'escalade en magasin de sport. À recouper pour avoir une sangle.
C'est du tubulaire (donc moins optimisé que de la sangle plate), mais ça fait le job.
Tu peux aussi acheter de la sangle en grande surface de bricolage.

Palacios a écrit :

#635568Je suis très preneur des références de tissus pour faire un tarp moi même

Tu as les sites de référence: ExtremTextile (Allemagne), Adventure Expert (Slovanie), Ripsto by the roll (USA).
Pour les tissus: Sinylon 20, 30 ou 40D (suivant poids/prix/résistance souhaitée), Le skytex 27 et 32, polyester PU 210T, etc...
Faut juste passer un peu de mastic silicone dilué au white spirit pour étanchéifier les coutures.

Après, si tu prends un tissu plus lourd que 50gr/m², autant prendre un tarp 3F UL sur Aliexpress.
Pas de travail de couture, poids similaire et ça revient moins cher...

Palacios a écrit :

#635568La bâche GSB est indestructible (beaucoup de ronces quand même sur le parcours que j'ai fait) et donne confiance dans le vent, mais est LOURDE, très bruyante si mal tendue, difficile à plier, et reste totalement trempée au pliage ce qui est très énervant.

Et surtout pas du tout déformable.
Hors, pour certains montages et une toile bien tendue, un peu d'élasticité est indispensable...
Exemple (tarp 3F UL 3x3m en silnylon):
598fb3eb5a.tarp1_24-10-18.jpeg
Plus d'images et explications: https://www.randonner-leger.org/forum/v … 53#p508153

PS: Le silnylon à tendance à retenir un peu l'eau, à l'inverse un polyester PU non... tu la secoues fort et elle est quasi sèche.

Palacios a écrit :

#635568L'opinel, clairement le bon choix au niveau poids, mais j'aime pas du tout ces couteaux. Leur forme de lame, etc, ne m'a jamais correspondu. Je me suis déjà blessé avec. Je pense que c'est une phobie d'enfance mais je ne peux pas... là... non.

M'étant planté la lame dans le pouce en voulant le nettoyer (après avoir coupé du fromage fermier... miam les bactéries en profondeur), cet été, je ne vais pas te contredire.
Après, un coup de lime métal (voir de disqueuse pour les barbares), facile de le transformer en couteau à bout rond.
lol

Palacios a écrit :

#635568La platypus, je vais regarder avec attention. Clairement. Qu'en est-il de leur robustesse par rapport à des bouteilles d'eau ? Risque de s’éventrer?

Pour moi, quasi increvable... plus solide que les bouteilles d'eau minérales classiques.
Et surtout ne prend pas de place une fois vide.

J'utilise la même depuis 4 ans, été comme hiver, toujours comme neuve.

Dernière modification par Redfish (07-12-2021 17:00:43)

Hors ligne

#19 07-12-2021 18:49:41

Nicolas36
Marcheur léger
Inscription : 04-03-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

tolliv a écrit :

#635576C'est une chouette balade de 755km quand même.
C'est original de suivre une rivière/fleuve. On doit pouvoir faire ça pour d'autres rivières/fleuves en France.

Dubrock a suivi la Loire (GR3) en 2019.


Modifications non signalées = Corrections de français

Récits-Listes : Brenne - Ecrins et Queyras - HRP par section

Hors ligne

#20 07-12-2021 19:06:34

tolliv
Sérénitude
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Nicolas36 a écrit :

#635603

tolliv a écrit :

#635576C'est une chouette balade de 755km quand même.
C'est original de suivre une rivière/fleuve. On doit pouvoir faire ça pour d'autres rivières/fleuves en France.

Dubrock a suivi la Loire (GR3) en 2019.

Je pensais surtout à la Garonne car elle passe par chez moi !
(Et même des années elle passe par mon jardin)

Vu sur IGN Rando, 250km.

Dernière modification par tolliv (07-12-2021 19:07:46)


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits , mes bricolages et quelques idées saugrenues : ---->> ICI <<----

Hors ligne

#21 08-12-2021 09:57:14

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Redfish a écrit :

#635591J'avais bien compris que tu avais pris ce que tu avais de dispo sous la main (pour cet item et biens d'autres).
Mes propositions sont plus d'ordre général, pour une évolution de ta liste dans le futur...
wink

Totalement pris dans ce sens. Et justement l'idée de venir en parler c'était pour avoir ce genre de suggestion pour fine tuner cette liste 3 saisons (0° on va dire) qui me paraît relativement polyvalente et sans prise de tête et où j'ai la conviction que je pouvais aller chasser 1 ou 2 kilos et surtout du volume sans trop d'investissement.

Redfish a écrit :

#635591Pour le panneau solaire, tu as une référence qui marche bien dans ma liste été en signature (trouvable sous différent noms/marques pour 10-15€)

.

Je vais regarder de ce pas.


Redfish a écrit :

#635591 Dans ce cas, un bon coupe-vent à (100-120gr  et 25-35€ chez D4) sera plus adapté qu'une veste imper-respi.
Plus léger, bien plus respirant, et le côté déperlant suffit pour une pluie fine.
Avantage du coupe-vent, c'est que porté sous le poncho, il évite que la transpiration qui condense sur sa face interne ne vienne te mouiller (la déperlance suffit).

J'ai hésité à prendre, le jour où j'ai acheté la veste D4, un coupe vent de running et trail Rukka, mais je n'avais pas été convaincu par la déperlance sur le coup, car j'avais pas encore ma cape, mais bon. Effectivement, c'est à tester.

Redfish a écrit :

#635591 Un parapluie de rando s'attache à une bretelle du sac à dos, laissant les mains libres.
Tu as deux super vidéo de notre collègue JR sur le sujet:

Intéressant. Très. Je testerais bien sur une journée pluie normande... juste par curiosité. Cependant au vu des arbres et des taillis que j'ai rencontré sur ce trip, je me pose quand même la question des contorsions et de l'agilité, mais sans doute est-ce acceptable au vu du confort du reste de la marche sous la pluie. Je vais tester avec l'esprit totalement ouvert. Sans compter que j'y vois une petite application de cuisine tranquille à l'abris du vent pour le déjeuner....

Redfish a écrit :

#635591Après, si tu prends un tissu plus lourd que 50gr/m², autant prendre un tarp 3F UL sur Aliexpress.
Pas de travail de couture, poids similaire et ça revient moins cher...

Je vais regarder direct. Alors vu les programmes de discrétions, je me posais la question de si il était dans mon intérêt d'avoir un tarp très camouflé ou au contraire très jaune pétant. J'envisage de m'en servir en sauvage au Mexique aussi. Débat ouvert. Camo ou flashy par rapport à la sécurité vis à vis de Homo Sapiens.

Redfish a écrit :

#635591PS: Le silnylon à tendance à retenir un peu l'eau, à l'inverse un polyester PU non... tu la secoues fort et elle est quasi sèche.

Ce que tu dis du polyester PU est exactement ce que je recherche. Secouer et plier...

PS: Le silnylon à tendance à retenir un peu l'eau, à l'inverse un polyester PU non... tu la secoues fort et elle est quasi sèche.

Redfish a écrit :

#635591 Pour moi, quasi increvable... plus solide que les bouteilles d'eau minérales classiques.
Et surtout ne prend pas de place une fois vide.

J'utilise la même depuis 4 ans, été comme hiver, toujours comme neuve.

Convaincu, je file en prendre une. En gros une 2 L pour la provision d'eau, et une gourde (la pipette m'a convaincu sur ce voyage, car avec ça je n'ai pas la flemme de m'hydrater en marchant, ce que je sais pertinamment je ne ferais pas si il fallait poser le sac ou prendre un récipient).

Merci de ces excellentes suggestions en tous cas, c'est top.

Hors ligne

#22 08-12-2021 14:40:47

Redfish
Chat schizophrène...
Lieu : Marseille
Inscription : 16-11-2017
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Palacios a écrit :

#635637Je vais regarder direct. Alors vu les programmes de discrétions, je me posais la question de si il était dans mon intérêt d'avoir un tarp très camouflé ou au contraire très jaune pétant. J'envisage de m'en servir en sauvage au Mexique aussi. Débat ouvert. Camo ou flashy par rapport à la sécurité vis à vis de Homo Sapiens.

Visible, c'est bien pour les secours.
Discret, c'est mieux vis à vis des humains.
Camo, connotation militaire (et survivaliste), à éviter en rando à mon sens.

Perso, je préfère les abris verts ou gris.
Et je rajoute des fanions orange fluo et réfléchissant en période de chasse.
Pour les secours, mon SOL escape bivy est orange (donc visible uniquement quand nécessaire).

Palacios a écrit :

#635637Ce que tu dis du polyester PU est exactement ce que je recherche. Secouer et plier...

En contrepartie, le polyester PU est moins souple, plus fragile à poids équivalent / plus lourd à résistance équivalente, plus bruyant avec le vent. Mais vu qu'il ne prend pas l'eau, il ne se détend pas quand il fait humide (avec le silnylon il faut parfois retendre l'abri après coup).

Palacios a écrit :

#635637Convaincu, je file en prendre une. En gros une 2 L pour la provision d'eau, et une gourde (la pipette m'a convaincu sur ce voyage, car avec ça je n'ai pas la flemme de m'hydrater en marchant, ce que je sais pertinamment je ne ferais pas si il fallait poser le sac ou prendre un récipient).

Tu as aussi l'option de la flask accrochée à une bretelle du sac à dos (ou dans une poche fixée à la bretelle DIY ou achetée).
La poche à eau dans le dos, avec pipette, le souci est que tu n'a pas de visu sur ton stock d'eau... hors bien gérer son stock permet de gagner beaucoup de poids en ne portant pas inutilement de l'eau (ça implique aussi de bien anticiper les points de ravitaillement d'eau).

Palacios a écrit :

#635637Merci de ces excellentes suggestions en tous cas, c'est top.

De rien, c'est un peu le but du forum d'aider à l'allègement (jamais évident quand on débute).
wink

Bon, ça c'était quelques pistes évidentes pour dégrossir la liste.
Mais il y a moyen d'optimiser partout, même si c'est sur quelques grammes (qui cumulés font des kilos).

Exemple:
-La brosse à dent bambou, une fois le manche coupée, passera à 4-5gr... gain faible, mais gratuit et facile.
Et à l'usage tu verras qu'un manche court n'engendre aucun inconfort.
-Pour la frontale, une Nitecore NU25 modifiée à 31gr (Plus puissante, plus endurante, plus petite que ta Petzl et rechargeable en USB. La led rouge et la led CRI en plus).
-Briquet, un bic mini à 12gr.
-Etc...
T'a encore de la marge et tu verras qu'une liste autour de 5kg n'est pas très compliqué à avoir avec l'expérience (même avec un petit budget).
smile

Dernière modification par Redfish (08-12-2021 14:41:25)

Hors ligne

#23 08-12-2021 17:13:31

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Redfish,
Merci pour les précisions.
Concernant la brosse à dent, en fait des fois j'en prends même pas et je me brosse les dents comme dans les villages de brousse ou en forêt tropicale, je masse mes dents avec la pulpe du doigt, on peut utiliser un peu de sel avec pour l'hygiène bucale. Ça marche extrêmement bien. Donc couper le manche d'une brosse ne me chagrine absolument pas.

Pour la couleur de l'abri, j'aime bien l'approche vert ou sable pour le tarp, donc discret, plus que la bâche bleue GSB, car certains bivouacs gagnent à ne pas être trop vus non plus, avec un ou deux éléments de visibilité qu'on affiche au choix, et qui à mon avis fonctionnent aussi pour les voitures pour les sections voyage en bord de route (au moins 40 km en tout sur mon voyage récent). Je suis assez d'accord avec l'aspect "militaire" du camo qui peut être connotée dans certains endroits du monde. Je suis même allé dans des pays où le motif est simplement interdit, pour des raisons de sûreté, espionage, lutte anti-guerilla, etc...

Je serais très curieux d'avoir un peu plus de retour sur le SOL Escape, car ça c'est un achat qui m'a tenté. Qu'en est-il de la condensation dedans entre le SdC et la paroi du SOL ? Je pensais effectivement à deux trois moment que ce serait pas mal dans le hamac, et dans les cas où la météo est favorable et m'en servir comme sursac dans les endroits où je pouvais me permettre de ne pas monter le tarp (il y en a eu).

Pour le reste, bonne suggestion pour la frontale, vu que la Petzl est à mon frère je cherchais la mienne, et j'en voulais une qui ait du rouge (astronomie).

Edit : j'ai aussi trouvé que mon sac était OK au niveau volume, mais que je devais quand même comprimer à mort et gérer au cm cube près. Ce qui faisait que je mettais beaucoup de temps à sortir et à ranger les affaires. Je dois largement progresser sur ce point. Là aussi, le sac étant d'emprunt, j'en cherche un modèle qui serait intéressant pour ce type d'usage.

Dernière modification par Palacios (08-12-2021 17:15:35)

Hors ligne

#24 08-12-2021 17:47:00

Redfish
Chat schizophrène...
Lieu : Marseille
Inscription : 16-11-2017
Site Web

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Palacios a écrit :

#635697Je serais très curieux d'avoir un peu plus de retour sur le SOL Escape, car ça c'est un achat qui m'a tenté. Qu'en est-il de la condensation dedans entre le SdC et la paroi du SOL ? Je pensais effectivement à deux trois moment que ce serait pas mal dans le hamac, et dans les cas où la météo est favorable et m'en servir comme sursac dans les endroits où je pouvais me permettre de ne pas monter le tarp (il y en a eu).

Tu as son topic dédié, avec beaucoup de retours dessus...
https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=24027

Palacios a écrit :

#635697Edit : j'ai aussi trouvé que mon sac était OK au niveau volume, mais que je devais quand même comprimer à mort et gérer au cm cube près. Ce qui faisait que je mettais beaucoup de temps à sortir et à ranger les affaires. Je dois largement progresser sur ce point. Là aussi, le sac étant d'emprunt, j'en cherche un modèle qui serait intéressant pour ce type d'usage.

Si tu peux garder encore un peu celui-là, ne te presse pas.
Avec l'évolution de ta liste, le volume va beaucoup changé dans les prochaines semaines ou mois.
wink

Après, garder en tête qu'un sac avec un peu de marge niveau volume est appréciable pour:
-Moins compresser son sac de couchage et/ou sans doudoune.
-Pouvoir partir du bivouac rapidement (gros orage, fêtards bruyants qui s'installent à proximité, coin avec trop de sanglier qui arrivent à minuit, matin pluvieux, etc...) et tout mettre en vrac dedans.
-Stocker du ravitaillement pour 5j (ou plus) si grosse étape loin de la civilisation.
-Stocker du ravitaillement peu optimisé niveau volume en fonction des envies (chips !) ou alors par manque de choix (seule micro-épicerie à 100km alentour).
-Pouvoir réutiliser ponctuellement le sac pour de l'hivernal avec neige (où là on devra ranger façon tétris certainement).

Généralement, les sacs avec roll-top sont pas mal pour ça.
Ca permet de grandement moduler le volume...

PS: Les sacs D4 sont en général (toujours ?) surévalué niveau volume.
Ainsi un 40l annoncé en fait en général plutot 35 (voir 32).

Dernière modification par Redfish (08-12-2021 17:49:03)

Hors ligne

#25 08-12-2021 19:44:17

Palacios
Membre
Inscription : 06-12-2021

Re : La Seine, de l'embouchure aux sources - 28 j, 755 km

Redfish a écrit :

#635705
Tu as son topic dédié, avec beaucoup de retours dessus...
https://www.randonner-leger.org/forum/v … p?id=24027

J'y file.

Redfish a écrit :

#635705Avec l'évolution de ta liste, le volume va beaucoup changé dans les prochaines semaines ou mois.
wink

Aucun doute là dessus...

Redfish a écrit :

#635705Après, garder en tête qu'un sac avec un peu de marge niveau volume est appréciable pour:

Toutes ces raisons conduisent mon idée de me trouver un sac moderne du genre 40 à 50 effectif. Je ne veux qu'un sac, qui puisse assurer ces programmes de trek comme celui que viens de faire. Et pour moi la clé est moins de compression et pouvoir être plus rapide. Je suis absolument certain que je ne vais pas profiter du volume supplémentaire pour rajouter de l'inutile. Suis assez discipliné sur ce point. Par contre, par exemple, dans le sac actuel exigu, je ne peux pas mettre confortablement mon petit réchaud à bois en boîte de conserve et son petit sac, ce genre de trucs.
Effectivement, j'étais en train de regarder certains roll top, malgré le fait que j'aime bien les poches à fermeture éclair sur le chapeau, qui sont accessible même avec la housse de pluie, par exemple. Je dois rendre ce D4 à mon frère bientôt qui en a besoin pour ses programmes montagne week end. Le portage du D4 était vraiment confortable, j'ai trouvé. Le seul reproche que je lui fait est que les poches latérales sont peu "ouvrantes" et la poche de ceinture vraiment trop petite. Et je veux changer celui que j'ai depuis 20 ans à la maison (cf photo) qui est un tank que je garde sentimentalement (et il a fait toute l'Afrique, le camp de base de l'Annapurna et le Ladakh... ;-)) et que je n'ai jamais réussi à crever malgré des traitements infâmes.
7S0ZBbBVk.Vieux-sac.s.jpeg
7S10mzyCu.SA_Shangan_Village_01.s.jpeg

Dernière modification par Palacios (08-12-2021 19:51:54)

Hors ligne

Pied de page des forums