Aller au contenu

#1 09-06-2022 16:43:05

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

[Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Bien le bonjour la mulitude.

7WIxxgv7o.01.jpeg
Entre Mellrichstadt et Hendungen (Bavière).

Je voulais aller voir des amis en Bavière. J’ai donc marché 46 jours depuis chez moi à Houilles (Yvelines), du 18 avril au 2 juin, en ce beau printemps 2022.
C’est une balade de 1521 km, soit 326 km en France, 182 en Belgique, 154 au Luxembourg et 859 en Allemagne.
Un bon premier mois sans pluie, du beau temps quasiment tout le temps, j’ai été gâté, je me suis régalé !

Itinéraire.

7WIxz9Ias.02-carte-generale.jpeg

Le tracé suivi en détail : https://www.visugpx.com/NluvQ4UE44. (Sur ma trace, les altitudes ne sont pas calculées partout, je n'ai pas compris pourquoi.)

Mon trajet prend pour colonne vertébrale le sentier européen E3 : il passe en région parisienne mais aussi pas trop loin du village de mes amis.

7WIxAbDgV.02-bis-20220531_115459.s.jpeg
Sur mon parcours, le E3 ne bénéficie d'un balisage spécifique qu'en Allemagne.

Aimant marcher sur de nouvelles voies, je n’attrape le E3 qu’au sud de Laon (Aisne) alors que je sors des territoires déjà arpentés. Il m'emmène jusqu’à la frontière entre le Luxembourg et l’Allemagne. Comme il traverse le Rhin par bac et que je souhaite toujours voyager intégralement à pied, je choisis d’aller plus au nord trouver un pont à Coblence. Je descends ainsi la belle vallée de la Moselle. La remontée de la Lahn puis le sentier E1 me ramènent sur le E3 au nord de Francfort. Je lui reste ensuite fidèle jusqu’à 74 km de ma destination.

7WIxAXbL0.03.jpeg
La Moselle à Karden.

Bien qu'en Allemagne le goût pour la marche et pour la nature mette pas mal de monde sur les chemins pour des sorties à la journée, je n'ai rencontré en tout qu'une douzaine de marcheu.ses itinérant.es. Des pèlerinages vers Rome ou Compostelle (France et Luxembourg), des marches de 3-4 jours le long de la Semois (Belgique) et quelques longues traversées allemandes, sur le E1 en particulier qui parcourt le pays intégralement du nord au sud (et réciproquement).

Cartographie.

J’ai utilisé Iphigénie en France et Osmand à l’étranger. Comme je l’ai déjà fait remarquer, Osmand se révèle souvent incomplet : il manque beaucoup de chemins. Cela reste bien sûr une outil précieux. J’aurais peut-être dû rechercher les geoportails nationaux.

Le géhère 12 français est modifié sur plusieurs dizaines de kilomètres après Amifontaine (Aisne). Pourquoi Iphigénie / IGN au 25000 conserve-t-il l’ancien tracé ? Je paye cette application chaque année, ne puis-je bénéficier des nécessaires actualisations ?

Belgique - Luxembourg – Allemagne.

Les quelques remarques que je m’autorise se fondent sur une expérience limitée. Je ne prétends à aucune généralité.
Pour les français.es qui ne le sauraient pas, ces trois pays possèdent un réseau dense d’itinéraires pédestres balisés, de la longue distance au parcours local. D’ailleurs, sauf erreur et malgré des originaux comme Rousseau, la randonnée pédestre est une invention romantique allemande. Le mot « randonnée », qui ne devrait s’appliquer qu’au long cours, a une étymologie germanique.

7WIxBQhOr.04.jpeg
Du côté d'Idstein (Hesse).

J’ai rencontré dans ces pays un balisage généralement excellent, particulièrement au Luxembourg où des petits panneaux directionnels sécurisent l’orientation à chaque carrefour. En Allemagne, j’ai parfois observé une petite différence de qualité entre les zones touristiques et les sections intermédiaires.

Contrairement aux géhères, géhèrepés et péhères français, le balisage de ces nombreux chemins n’est pas toujours le même (en Belgique, si j’ai bien compris, coexistent géhères et itinéraires locaux). Comme dans les Vosges, de nombreux dessins diversement colorés les identifient. Il faut connaître l’appellation et le logo de l’itinéraire suivi.

7WIxCvFxk.05.s.jpeg
Dans le Taunus ; le E3, c'est la croix bleue, mieux vaut le savoir !

Le plus souvent, aucune signe ne prévient d’un changement de direction et l’information se découvre au carrefour. Si comme moi on n’aime pas s’arrêter, il faut anticiper avec la carte.

Pas de croix non plus pour prévenir d’une erreur. Je me souviens de l’apparition en France, au début des années 80 il me semble, de ce signe de rattrapage qui multiplie la peinture sur les arbres. Cet excès de prise en charge m’avait gêné (ne me parlez pas du GPS !).

Le voyage à pied est facilité par des dispositions pratiques. Ces pays hautement civilisés offrent de multiples bancs, tables de pique-nique, et même, en Allemagne, de nombreux abris plus ou moins grands et pratiques, parfois dotés de feux aménagés, dans lesquels il peut être commode de dormir : je l’ai fait trois fois.

7WIxD97Oj.06.jpeg
Pique nique le long de la Semois du côté de Sainte-Cécile (Belgique).

7WIxDRMyO.07.jpeg
La Rondehütte, abri où j'ai dormi au nord de Trièves.

En Allemagne, mais c’était aussi, me semble-t-il, le cas en Belgique et au Luxembourg, le commerce s’organise autour de supérettes proches des centre-villes et ouvertes de 6 ou 7 h à 20 ou 21 h. Ces larges créneaux m’ont beaucoup simplifié les ravitaillements.
La vie est nettement moins chère en Allemagne qu’en France, en tout cas pour le type de dépenses alimentaires qu’un tel voyage occasionne. En revanche, le Luxembourg m’a paru extrêmement cher mais j’y suis peu resté.

Comme en France, on trouve de l’eau dans les cimetières (pas toujours en Belgique). Entrant en Allemagne, j’ai appris à demander de l’eau, ce qui m’a bien servi et permis quelques belles rencontres.

Enfin sur les rares passages routiers, les automobiles ralentissent dès qu’elles me voient. Et les chiens en promenade sont tenus en laisse ou éventuellement rappelés dès que je suis aperçu. Moins de tension, j'apprécie.

Nature. Paysages.

7WIxECmkf.08.jpeg
Dans la "petite Suisse luxembourgeoise", vallée du Hallerbach.

Mon appétit de paysages est insatiable. Quand je marche tout est beau. Chaque détour du chemin révèle une merveille. Et le printemps est ma saison préférée.

7WIxFfttJ.08-bis.jpeg
Vers Bogny (Ardennes).

J’ai d’abord traversé les vastes ondoiements, parfois forestiers, franciliens puis picards et ardennais. J’ai ensuite longtemps suivi des vallées : un peu de Meuse mais surtout Semois (Belgique), Sûre et Our (Luxembourg), Moselle et Lahn (Allemagne). Ce sont des vallées encaissées et des dénivelés importants profilent les itinéraires pédestres qui les suivent, mention spéciale pour l’accidenté géhère 16 belge en aval de Bouillon (1400 m de D+ le jour de mon entrée en Belgique). C’était superbe mais j’étais content de sortir de cette logique de yoyo sinueux pour entamer deux jours après Coblence la traversée plus rectiligne des massifs anciens qui font de l’Allemagne, que j’ai parcourue d’Ouest en Est, un pays de moyenne montagne : Taunus, Vogelsberg, Rhön, Forêt de Franconie (plusieurs massifs allemands portent le nom de « forêt »), Fichtelgebirge. Mon itinéraire en franchit presque toujours le point culminant : avec ses 1051 m le Schneeberg (Fichtelgebirge) est le point le plus élevé du voyage.

7WIxFOhYV.09.jpeg
La Semois (Belgique) vers Botassart.

7WIxGo2Ou.10.jpeg
En forêt de Franconie (Bavière).

J’ai traversé ces régions principalement en forêt, surtout de hêtres, somptueuses à cette époque. Plus de résineux en Bavière. Ces forêts, belges ou allemandes, sont manifestement exploitées mais je n’ai vu aucune coupe à blanc dans les feuillus. Les arbres abattus semblent sélectionnés dans des couverts respectés. D’ailleurs il m’a semblé que les fûts étaient souvent plus hauts qu’en France.

7WIxH3Hme.11.jpeg
Hêtres au Luxembourg.

Dans les forêts allemandes, on voit des nichoirs partout. De nombreux panneaux incitent au respect des animaux sauvages et certains secteurs restent interdits d’accès (comme au Lauvitel en Oisans). Le printemps est une saison favorable mais je n’ai jamais vu autant de biches, chevreuils, renards, etc. D’autres pratiques de chasse peut-être aussi ? En tout cas le sentiment domine qu’ici l’espace naturel est vécu comme un bien collectif à préserver. Je n’ai vu dans ces trois pays aucune décharge sauvage et très peu de déchets en dehors des poubelles, manifestement vidées régulièrement malgré leur abondance. « Français, encore un effort… ».

7WIxHEwjP.12.jpeg
Massif du Rhön (Hesse).

Par ailleurs, ces pays au riche passé offrent au promeneur un riche patrimoine architectural à admirer. Des villes touristiques rythment ainsi mon parcours : entre autres, Bouillon, patrie de Godefroy, en Belgique, Esch-sur-Sûre ou Vianden au Luxembourg, et, en Allemagne, Traben-Trarbach sur la Moselle ou plus loin Idstein, Butzbach ou la charmante cité médiévale de Fladungen.

7WIxIour1.13.jpeg
Vianden, vallée de l'Our (Luxembourg).


La liste.

Comme je l'ai déjà exprimé, les habituelles « listes de base » comportent des zones incertaines voire contradictoires. J'aimerais essayer d'apporter quelques précisions. La discussion, d'une certaine futilité bien sûr, ne concerne que la marche de plusieurs jours en bivouac. Je ne précise pas l'époque car je n'ai jamais compris le concept « 3 saisons » : chaque voyage est spécifique et mes listes changent donc à chaque fois.

Marcher léger.
Je m'autorise ces redites pour mieux fonder ma réflexion.
Le but est le voyage. Marcher léger est un moyen.
Raisons objectives. Je marche léger pour plus de sécurité, plus de confort, plus de plaisir. Je marche léger parce que marcher plus lourd est inutile et gênant. Je respecte cependant toutes les pratiques et peut comprendre les souffrances rédemptrices mais les sacs lourds le sont souvent par ignorance. Et il faut combattre l'ignorance, merci RL.
Raisons personnelles. Je marche léger parce que l'âge ne me permet pas des sacs lourds. Je marche léger car cela correspond à un choix plus général de ne pas posséder trop, d'acheter le moins possible.

S'alléger.
Le premier et le meilleur moyen de s'alléger est de réduire le nombre d'objets emmenés. Il faut dans un second temps chercher à alléger les objets jugés indispensables.
Certains objets pour moi inutiles, du moins pour l'instant, me semblent absurdes dans une démarche d'allègement : coussin de fesse, oreiller, lampe frontale, savon, dentifrice, doudoune de bivouac, gants, etc. En revanche, je ne saurais me passer d'une liseuse ou d'un sac à armature, absurdes dans une démarche d'allègement. S'alléger est à repenser à chaque fois.

La MUL.
Cet acronyme rigolo (merci Peyo) nous réunit. « Ultra » fleure l'hyperbole de la com' et je suppose que personne ici ne prend l'adverbe au sérieux. Selon moi, est MUL celle ou celui qui part marcher en cherchant à s'alléger. En fait, savoir si je suis MUL ou pas ne m'intéresse pas mais je me trouve heureux de progresser dans cette direction grâce à vous. Merci.

« Liste de base ».
Des pratiques se sont instaurées pour tenter d'objectiver nos échanges concernant les matériels que nous emportons dans nos marches, ainsi que leurs masses. Des sites spécialisés, que je n'utilise pas, mettent en forme les listes et leurs items.
Si j'ai bien compris, on entend par « liste de base » les objets emportés à l'exception des « consommables ». Est consommable ce qui est consommé (ben oui), et souvent renouvelé, en route. La « liste de base » devrait donc être ce que je porte au départ et à l'arrivée.
En principe, la « liste de base » distingue ce qui est porté dans le sac à dos et ce qui est porté sur soi, les vêtements en particulier.
Par exemple, si j'annonce une « liste de base à 4 kg », elle n'inclura ni les chaussures, ni la nourriture.

Fournir une « liste de base ».
De deux choses l'une. Soit cette liste se doit d'être exacte et on fournit chaque item avec sa masse au gramme près, ce que nous faisons toutes et tous. Soit on comprend que cette précision est en fait toute relative et... qu'est-ce qu'on fait ? Soit on coupe les cheveux en douze et demi comme je le fais maintenant, soit on n'en parle plus. Non ?
Ce qui reste certain c'est que peser tous ses items et discuter ici sur ces listes fait progresser.

Ce qui paraît clair.
L'essentiel non consommable en masse de nos listes es le matériel de bivouac. Il intègre donc la liste sans ambiguïté. S'y adjoint ce qui concerne l'alimentation et l'hydratation : réchaud, couverts, bouteilles, etc.
Le sac à dos et les divers contenants apparaissent également même s'il demeure un biais souvent soulevé dans la comparaison des masses des sacs à dos : certains modèles de sacs plus lourds mais mieux conçus ou adaptés font moins ressentir le chargement. Une comparaison strictement objective n'est déjà plus possible.

Les consommables.
Il y a des consommables indiscutables : l'eau, la nourriture et les combustibles. En toute logique, on ne les fait pas entrer dans la liste. Mais on les porte quand même ! Il s'agit d'optimiser au mieux les ravitaillements et de porter le moins possible. C’est cependant rarissime de se retrouver à la fois sans eau et sans nourriture.
D'autres articles ont un statut moins sûr. Faut-il les intégrer ? Petite liste non exhaustive :
- le briquet : il faudrait séparer le combustible qui est un consommable (qui s'allège très lentement)
- le savon et le dentifrice, consommables pourtant souvent intégrés dans les listes
- crème solaire, il ne faudrait intégrer que le contenant dans la liste
- médicaments : cas typique d'items au statut incertain : potentiellement consommables. Si on suit la démarche MUL, on n'emporte pas d'objets « au cas où ». Sauf pathologie chronique, il faudrait donc ne pas emporter de médicaments. En fait, tout va dépendre de la longueur du voyage, des régions fréquentées (présence de pharmacies, etc.) et de la résistance personnelle au « au cas où ».
- articles de réparation : il faudrait séparer ce qui, une fois utilisé, reste porté, comme le duct tape, de ce qui est jeté si on l'utilise, comme, par exemple, certains supports de patchs autocollants pour matelas gonflables.
À noter : l'argent liquide est aussi un consommable hélas. Je suppose que comme moi vous cherchez à vous débarrasser le plus vite possible de la ferraille.

Ce qui est porté dans le sac et ce qui ne l'est pas.
Cette distinction n'est pas claire du tout. En fait, tout est porté finalement. On ressent bien par exemple la différence de masse entre des grosses chaussures montantes et des trails. Pourtant, bien que les trails correspondent mieux à notre démarche, aucune des deux options n'intégrera la « liste de base » car les chaussures ne sont pas dans le sac à dos.
Les vêtements. En fonction des conditions météorologiques, la plupart ne cessent de quitter et de retourner dans le sac. Certains voyages obligent au port permanent de la polaire alors qu'elle restera dans le sac quasiment toute la journée en plaine l'été : la polaire doit-elle être comptée dans le porté ou dans la « liste de base » ? En ce qui me concerne, le seul vêtement qui reste toujours dans le sac est le second slip (= pyjama) : j'emporte en général peu pour le froid et il m'est plus d'une fois arrivé d'enfiler les deux TS et de porter les chaussettes de nuit comme gants. Ma « liste de base » ne doit-elle faire apparaître que ce slip (que je pourrais d'ailleurs aussi porter comme bonnet) ?
Autres objets. La question se pose avec le téléphone, la montre ou d'autres articles portés dans les poches des vêtements ou en bandoulière (matériel photo, etc.). Il m'arrive d'avoir une petite bouteille d'eau dans une poche du pantalon. Exclure ces objets des items de la « liste de base » ne semble pas entièrement logique. Mon téléphone passe tout le temps d'une poche de ceinture du sac à des poches de vêtements. Où c'est-y que je l'inscris dans ma liste ?

Le cas du long cours.
Quand on marche longtemps, certains objets comme les chaussettes ou les chaussures doivent être renouvelés. La masse change alors peut-être.
Sur ce voyage, j'ai perdu mon torchon à vaisselle. J'ai fait sans. Est-ce-que je le laisse dans la liste parce que je l'avais au départ ?
Ma vieille et fidèle montre s'est noyée sous un orage bavarois. Elle a fini dans une poubelle (j'ai découvert avec émerveillement qu'un téléphone, ça donne l'heure). Je la laisse dans la liste ? Je comptabilise sa masse au prorata des journées où je l'ai effectivement portée ?
Dès le troisième jour, un français généreux m'a d'autorité donné une bouteille de Cristalline d'un litre et demi contre une de mes deux Hépar d'un litre qu'il a jetée à la poubelle sous mes yeux horrifiés. J'ai gardé ce nouveau contenant jusqu'à ce que j'en perde le bouchon imperdable. J'ai alors acheté une bouteille allemande. Le plastique allemand c'est deutsche Quälitat : ça se recycle et ça pèse. J'ai ensuite parfois trouvé pratique de racheter une bouteille d'eau minérale. Chaque fois, la masse change. Mais j'ai gardé jusqu'au bout l'Hépar n°1. Comment que je compté-je ?

Conclusion : ma liste.
Je propose une autre forme de liste.
Elle exclut les consommables, y compris les médicaments. La différence de masse avec une liste classique reste certes marginale.
Elle intègre tout le reste sans distinction de ce qui est porté dans le sac ou sur moi.
Vous additionnerez ce que vous vous voudrez si ça vous chante.

Portage - contenants925
Sac à dos Hyperlite Mountain Gear Windrider 2400, moins 2 lanières883
Doublure étanche Nylofume26
Sac en cuben treadlitegear 16cm X 30 cm (petits items)6
Porte-monnaie en cuben treadlitegear5
Portefeuille en cuben treadlitegear5
Couchage1608
1. abri650
Tente Zpacks Plexamid et son sac en cuben435
Mât Zpacks fibre de carbone 121,9 cm74
PolyCree (Arklight légèrement recoupé) 1,5 X 2,15 m60
Piquets (sardines)81
- Toaks - piquet titane en V : 11 g
-  3 Big Agnes – piquets alu DAC : 33 g
-  6 Vargo – piquets titane ultra-léger : 34 g
-  sac du piquet Toaks : 3 g
2. dodo958
Duvet Cumulus Xlite 300 (confort 2 °)465
Bivy Sol escape lite155
Matelas en mousse Plastazote® ArkMat 127 recoupé à 130 cm78
Matelas gonflable Thermarest Neoair Xlite court (119 cm)230
Sac étanche Sea to Summit Ultra Sil 8 l (duvet, bivy, matelas TaR, vêtements)30
Cuisine270
1. la cuisson127
Popote Evernew Mug Pot 50075
Torchon vaisselle (bout de vieux mouchoir en tissu)3
Réchaud alcool Evernew en titane34
Ziploc pour le réchaud rangé dans la popote3
Paravent : feuille d’alu4
Sac de la popote Evernew8
2. le reste95
Contenant alcool : bouteille Breizh Cola 33 cl + ziploc alfapac28
Briquet mini bic, hors combustible (estimation)8
Cuiller Acétal10
Couteau (+ ciseaux et lime à ongles) Victorinox Classic Alox Limited Edition 201917
Sac Sea to Summit nano 8 l pour la nourriture24
Ziploc albal mini pour noix4
Ziploc albal mini pour céréales du diner4
3. hydratation48
Hépar 1 l X 2
Hygiène -santé32
1. Hygiène7
Brosse à dent bambou, manche raccourci3
Masque covid4
2. Pharmacie25
Contenants pour la pharmacie et crème solaire24
Tire tique1
Électronique686
Téléphone Samsung S 10+ + coque + protection écran196
Liseuse Sony PRS–T2 et protection papier bulle166
Lampe Nitecore Tini13
Batterie externe Nitecore NB10000 mAh150
Chargeur solaire Tomtop + protection (1g) et fixation sac (1g)77
Connecteur USB C – micro USB1
Câble USB 60 cm14
Prise murale32
Ziploc Albal mini pour l’alimentation électrique et le kit réparation4
Montre Decathlon Kalenji33
Vêtements2095
Casquette Quechua Equarea47
Tee shirt manches courtes en mérinos Decathlon Trek 500140
Tee shirt MC en polyester (change/pyjama) - cadeau corse124
Polaire Montane Polartec alpha269
Doudoune Mountain Hardwear Ghost Whisperer223
Veste de pluie Haglöfs L.I.M. Jacket men (taille M)227
Pantalon Kiprun (D4) running223
Jupe de pluie polycree faite maison22
Slip X 286
Chaussures de trail Decathlon MT2  (point. 43,5)660
Chaussettes Woolpower Socks 200 X 274
Divers67
CNI, CB, Vitale, européenne d’AM, clés de chez moi (30 g)50
Épingle à nourrice + élastiques4
Kit réparation (TaR : 4 g ; cube Zpacks et contenant : 3g ; duct tape : 3 g)13


    Commentaires sur ma liste.
J'aurais pu me passer de la crème solaire. Je n'en ai mis que deux fois. Je n'attrape pas trop de coups de soleil et le parcours était très forestier. Je ne l'ai prise qu'au dernier moment, mauvais réflexe.
Le masque covid n'a servi que pour le voyage du retour (règlementation allemande).
J'ai déjà fait retour sur certains items de cette liste. Voici quelques nouvelles remarques.

Sac à dos.
Surprise : j'ai coupé des lanières pour moi inutiles (une dizaine de grammes) et le sac est désormais plus lourd que lors de la précédente pesée. Je suppose qu'il s'agit de la crasse accumulée lors de mes nombreux voyages depuis. Je lave pourtant mon sac à chaque retour. Voilà un sujet à creuser : masse de crasse irrattrapable, différences suivant les tissus, terrains, saisons, pratiques, etc.
Á moins qu'il s'agisse d'un problème de balance.

Polycree.
C'est la fin de cette feuille utilisée des centaines de nuits. Je la rafistole au duct tape et me résout la mort dans l'âme à la jeter le dernier jour dans une poubelle bavaroise.

Piquets.
Le piquet Toaks est allégé de trous. La boue s'y colle et ce n'est pas toujours facile à nettoyer : combien de centigrammes supplémentaires ?
On ne chantera jamais trop les louanges des piquets en alu de chez DAC, fournis en ce qui me concerne avec une tente Big Agnes. Les miens doivent approcher les 500 nuits et restent impeccables.

Duvet.
Je suis certain que mon Cumulus, beaucoup utilisé, ne peut plus prétendre à du 2°C confort.
Hypothèse : plus le cuin est élevé, plus la dégradation est rapide.

Matelas gonflable.
Quasi neuf (utilisé lors des sorties du pif), une soudure défectueuse près de la valve provoque une fuite dès la première nuit. Réparation partielle avec le kit. Regonflage(s) toutes les nuits. La loterie Therm a Rest donc (quel fabricant fait aussi léger et isolant en plus solide ?).

Bivy.
Je cherche cette fois pour le couchage une certaine polyvalence. La combinaison duvet/bivy permet de faire face à une large plage de températures. J'ai combiné les deux au début et à la fin et, les nuits les plus chaudes à la mi-mai, j'ai débuté la nuit avec le seul bivy.
Mon SOL escape lite est neuf. Une couture se déchire dès la première nuit. Le duct tape, c'est bien finalement.

Réchaud.
Peu satisfait par mes derniers topnotchs, je me résous à cette triste solution manufacturée. Á noter qu'un topnotch en acier est à peine plus léger que mon réchaud japonais en titane. Je n'ai jamais su creuser des  sillons bien réguliers dans mes topnotchs en alu. Mon réchaud Evernew est stable et je pose la popote directement dessus (un item de moins ?).
Je n'abandonne pas l'option bois et emporte ma popote culottée de suie. Je n'ai pratiqué que deux fois cette solution sympathique et ultra-légère mais laborieuse et peu discrète. J'ai racheté de l'alcool à brûler aux 2/3 de mon parcours et chauffer au bois ensuite n'eut pas été MUL !

7WIxJ6BGd.14.jpeg
En forêt de Retz (Aisne) ; réchaud : 0 g, combustible : 0 g.

Chargeur solaire.
La protection du panneau quand il reste dans le sac est le fin plastique, finalement solide, fourni à la livraison. L'attache sur le sac se fait avec un bout de velcro récupéré sur un panneau Lumtrack (par ailleurs catastrophique). Je charge uniquement la batterie. Mon parcours forestier n'est pas optimal mais avec le beau soleil de cette période, je suis à peu près autonome.

Hygiène.
Je suis assez fier de mes 3g pour presque 7 semaines de marche. On est fier de ce qu'on peut.

Doudoune.
Doute jusqu'à la dernière minute pour savoir si je la prends. Avec des températures proches de 0°C les matins ardennais et bavarois (gelées blanches fin mai), j'ai bien fait.

Pantalon.
Une merveille de confort et de solidité. À 25 euros !

Jupe de pluie.
Une première pour moi. Utilisée trois fois. C'est peu mais raison de plus pour apprécier sa légèreté dans le sac. Ça fonctionne mais l'eau ruisselle sur les jambes sous les genoux. Peut-être n'ai-je pas suffisamment évasé le bas (forme en trapèze). Je m'en passe habituellement sans trop d'inconfort (les pantalons imperméables plusieurs jours, je n'y crois plus).

Chaussures.
Les mêmes que Serval : la classe. Ces trails D4 sont une bénédiction. Accroche exceptionnelle testée sur les pentes accentuées de la Semois et confort incomparable pour moi. Restent en assez bon état après plus de 1550 km (je l'ai avais essayées avant le départ). Rien à voir avec les XT7, D4 aussi, de ma marche hivernale l'an dernier.

Chaussettes.
Deux paires neuves, je découvre cette marque bien connue. Légères, confortables, étonnamment solides. Deux limites pour moi. D'une part, j'ai dû prendre un grammage un peu léger, ce qui devenait gênant avec l'usure des semelles des chaussures. D'autre part, quand il s'est mis à pleuvoir un peu, je les ai trouvées inadaptées une fois mouillées : elles collaient désagréablement, j'allais vers l'ampoule. J'ai racheté une paire plus épaisse pour les deux dernières semaines (mérino + polyester), non intégrée à la liste, eh oui ! Je partirai à l'avenir avec une seule paire Woolpower 200 comme change lors des lavages et pour la nuit.

Hors ligne

#2 09-06-2022 18:30:46

Clem_Ly
Membre
Inscription : 27-08-2020

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Bonsoir pogo, cela fait plaisir de lire ton compte-rendu, simple et épuré comme ta liste, mais qui, entre le récit et les paysages, nous fait partager l'ambiance de ton périple.  smile

Les photos sont parfaitement choisis, j'aime beaucoup les jeux de lumières ou encore le brume matinale qu'on y aperçoit.

En parlant de liste, merci pour les réflexions apportées, comme tu le fais remarquer la subjectivité est toujours présente et il ne faut pas faire de la course au gramme l'objectif premier.

S'alléger c'est parfois aussi s'alourdir physiquement pour s'alléger "mentalement" en rajoutant un item confort ou plaisir comme ta tablette par exemple.

Je suis toujours impressionné par le travail sur ta liste qui te permet de parcourir tant de kilomètres.


Edit sans précision = correction de l'orthographe, de la grammaire, de la syntaxe, mise en forme, etc.

Mon Trombinoscope et mes récits

Hors ligne

#3 09-06-2022 18:34:34

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Salut pogo  smile

Un joli retour thématique et plein de réflexions de bon sens : merci  wink  !

Un itinéraire plein de douceur idéal aux inter-saisons : vivement la retraite que je puisse m'échapper hors des chaleurs estivales ...

"154 (km) au Luxembourg" : ça, c'est une performance !


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#4 09-06-2022 18:59:28

bilqis
MULe de Saba
Lieu : Dans le désert
Inscription : 24-08-2018

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Photos magnifiques, intéressant, instructif et fait réfléchir... Viele Danken big_smile


Sophie

Hors ligne

#5 09-06-2022 20:22:54

Gunnar
à pieds
Inscription : 11-04-2021

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci Pogo, ce retour est un régal  smile .


« Le destin brasse les cartes mais c’est nous qui les jouerons » Bernard Moitessier

Hors ligne

#6 09-06-2022 20:24:00

Dermochelys
Membre
Lieu : Bruxelles
Inscription : 03-02-2022

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci pogo pour ton récit que j'ai bien aimé. J'y ai retrouvé une partie de cette Ardenne belge que j'aime bien smile
Et très intéressant également tes réflexions/commentaires/appréciations concernant ta liste et les besoins sur le long cours!

Hors ligne

#7 09-06-2022 20:58:21

Cat 09
Membre
Inscription : 04-03-2020

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

pogo a écrit :

Je voulais aller voir des amis en Bavière. J’ai donc marché 46 jours depuis chez moi

J'adore !!! Deux petites phrases, qui nous remettent face à une évidence : la marche est d'abord un moyen de se déplacer. Le premier, et le plus simple.

Me fait penser à un très beau passage de la BD Le Droit du Sol, de Davodeau. L'auteur, parcourant lui-même 800km à pieds, croise un marcheur allant dans l'autre sens, à quelques jours de marche de Laguiole. Quelques petites phrases échangées, elles aussi toutes simples. "J'avais des vacances. Je me suis dit : Tiens, pendant mes vacances, si j'allais m'acheter un couteau ?" (texte sans doute inexact, car reproduit de mémoire, je n'ai plus le livre sous les yeux ; j'ai tellement aimé que je le prête sans arrêt !)

Et merci beaucoup pour ce compte-rendu tout doux, tout simple, qui semble bien transmettre ta manière de marcher et de voir le monde.

Hors ligne

#8 09-06-2022 21:51:01

Magic Manu
Magicien itinérant
Inscription : 12-11-2011

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

"Je voulais aller voir des amis en Bavière. J’ai donc marché 46 jours depuis chez moi à Houilles (Yvelines), du 18 avril au 2 juin, en ce beau printemps 2022.
C’est une balade de 1521 km, soit 326 km en France, 182 en Belgique, 154 au Luxembourg et 859 en Allemagne."

Le genre de phrase qui me fait fantasmer!
Les photos sont top! Quel APN as tu? Belle découverte d'un parcours, qui pourtant (Ardennes, Luxembourg...) ne fait pas " à priori" rêver!
Merci à toi!


"Il en faut peu pour être heureux" (Baloo, le Livre de la Jungle)
Le kilt? La meilleure façon d’être en « burnes out »!
Trombi

Hors ligne

#9 10-06-2022 05:20:16

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci tout plein les ami.es pour votre lecture et votre bienveillance,

Clem_Ly, tu développes bien le paradoxe, merci.

Hervé27, oui, je n'ai jamais compris pourquoi les congés devaient principalement se prendre en été. Je n'ai pas compris non plus ta remarque sur le Luxembourg : parce que c'est un petit pays ?

Cat 09, merci pour la citation. Auparavant, je croyais que marcher était une question d'espace mais c'est plutôt une affaire de temps. Si on a le temps, il vaut mieux y aller à pied. Ainsi, non seulement on n'abolit pas l'espace mais on crée du temps. Et on rencontre ou retrouve les êtres et les choses dans leurs justes dimensions.

Magic Manu, en ce qui me concerne, tous les parcours me font rêver dès qu'ils sont pédestres (j'ai marché toutes les rues de Paris et me suis attaqué à Argenteuil et mon coin de banlieue !). Mais je fréquente la montagne avec passion et je comprends que les autres espaces puissent attirer moins.
Mon APN, c'est le téléphone Samsung de la liste. J'ai fait pas mal d'argentique autrefois et je ne trouve pas les performances de mon appareil bien extraordinaires, tu es gentil. Je marche très tôt le matin et la lumière est alors la plus belle, sans compter que j'ai rencontré une météo vraiment exceptionnelle.

Encore merci à toutes et tous.

Hors ligne

#10 10-06-2022 08:56:01

Phil82
Tortouille
Lieu : Montauban
Inscription : 22-08-2019

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

J'adore les photos, qu'est-ce que ça semble paisible... smile
Mais quand j'ai vu que tu parlais de Bavière, je m'attendais à voir des photos de forêts d'épicéas ravagées par le scolyte suite aux périodes de sécheresse de plus en plus fréquentes qui le fait proliférer (sécheresse en Allemagne ces 3 dernières années).

J'ai eu l'occasion d'aller en 2019 en Suisse bohème, une région au nord de la Tchéquie frontalière de la Saxe allemande, et on a marché sur un épais tapis d'aiguilles vertes d'épicéas dans des forêts fantômes (ça devait être tout frais vu que ce scarabée parasite tue un arbre en 5 jours).
Apparemment à ce que j'en lis et comme tu l'as souligné, les allemands sont bien plus soucieux de leurs forêts (1/3 du pays) et un programme de reboisement diversifié de 280.000 hectares a été lancé récemment vu que seuls 2 épicéas sur 10 sont désormais en bonne santé. neutral

Hors ligne

#11 10-06-2022 09:06:24

Hervé27
éMULe
Lieu : Normandie
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

pogo a écrit :

#656037Hervé27, oui, je n'ai jamais compris pourquoi les congés devaient principalement se prendre en été.

Je travaille à mon compte, mes congés signifient donc que je ne gagne rien quand je m'absente ... Dans mon domaine juillet- août est une période très creuse, donc c'est là que je case mes itinérances et que je signifie longtemps à l'avance à mes clients que je n'y serai pour personne. En-dehors de cette période, il me faut rester le plus disponible possible, et je ne m'autorise que quelques longs week-ends si le carnet de commandes est dégarni.

pogo a écrit :

#656037 Je n'ai pas compris non plus ta remarque sur le Luxembourg : parce que c'est un petit pays ?

Je viens de vérifier : 55 km dans sa plus grande largeur, tu as pris le chemin des écoliers (et c'est bien !) ...


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi & Récits
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#12 10-06-2022 13:05:28

chocoboursin
Membre
Inscription : 19-05-2021

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Phil82 a écrit :

#656054J'adore les photos, qu'est-ce que ça semble paisible... smile
Mais quand j'ai vu que tu parlais de Bavière, je m'attendais à voir des photos de forêts d'épicéas ravagées par le scolyte suite aux périodes de sécheresse de plus en plus fréquentes qui le fait proliférer (sécheresse en Allemagne ces 3 dernières années).

J'ai eu l'occasion d'aller en 2019 en Suisse bohème, une région au nord de la Tchéquie frontalière de la Saxe allemande, et on a marché sur un épais tapis d'aiguilles vertes d'épicéas dans des forêts fantômes (ça devait être tout frais vu que ce scarabée parasite tue un arbre en 5 jours).
Apparemment à ce que j'en lis et comme tu l'as souligné, les allemands sont bien plus soucieux de leurs forêts (1/3 du pays) et un programme de reboisement diversifié de 280.000 hectares a été lancé récemment vu que seuls 2 épicéas sur 10 sont désormais en bonne santé. neutral

Je confirme que c'est vraiment ravagé par endroits pour avoir traversé Sumava de long en large l'an dernier.
Beaucoup de chemins ont été abandonnés par manque de temps pour enlever les arbres tombés, d'autre zones sont interdites car les arbres sont morts mais encore debouts et c'est un travail d'abbatage conséquent.
On se retrouve a passer par dessus des dizaines de troncs, parfois c'est des mikados durs a franchir, et il y a meme des maquis de repousses très denses qui font un jungle, où il faut refaire une trace comme on peut.
7PG8nQhxQ.Sumavaa2.s.jpeg

Hors ligne

#13 10-06-2022 18:30:35

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Phil82 a écrit :

je m'attendais à voir des photos de forêts d'épicéas ravagées par le scolyte

J'ai surtout vu des Douglas, moins sensibles à la sécheresse que les épicéas il me semble, et donc peut-être moins attaqués par le scolyte. Mais j'ai croisé de nombreux pièges à scolytes. Cela fonctionne sûrement un peu.

Hors ligne

#14 10-06-2022 19:35:50

SionBhravi
Mul Nul
Inscription : 06-05-2012
Site Web

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

J'ai beaucoup aimé tes réflexions. Merci.


Et toujours, partout, cet irrésistible besoin d'aller voir ce qu'il y a après, surtout si on ne peut s'y rendre qu'à pied.
(Et sortir des GR !)

Hors ligne

#15 10-06-2022 21:37:27

tolliv
Sérénitude
Lieu : Toulouse
Inscription : 06-09-2016
Site Web

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci Pogo pour ce petit retour précis.
J'ai beaucoup aimé la comparaison entre les différents pays.
Je trouve le texte bien rédigé avec des mots bien choisis (mis à part pour "géhères, géhèrepés et péhères" qui m'ont fait sauter 3 battements de coeur alors que tu utilises l'abréviation MUL).
Les photos sont classes et très bien cadrées, on sent ton expérience dans la photographie.


"La vie est trop courte pour être petite"

Mes récits , mes bricolages et quelques idées saugrenues : ---->> ICI <<----

Hors ligne

#16 11-06-2022 05:25:22

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci pour ces nouvelles appréciations bienveillantes.

Tolliv. J'écris "géhère" pour éviter d'avoir à inscrire le copyright obligatoire sur ce mot. Et ça me fait penser, en toute modestie, à Queneau, que j'adore. Pardon pour les problèmes cardiaques engendrés. Et tes appréciations de photographe m'impressionnent.

Hors ligne

#17 12-06-2022 01:29:09

claudius
Membre
Inscription : 02-02-2009

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci d'avoir partager ;

Hors ligne

#18 12-06-2022 08:36:37

tacheton
Membre
Inscription : 05-09-2018

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Magnifique, et une zone méconnue pour nous autres. Tu as fait beaucoup de nuit en dur ? Qu'est ce qu'on trouve là bas ? Des auberges , Gites d'étapes, bed and breakfeast ? ? Campings pour une douche ouverts en cette saison ?
Quand je vois le nombre de camping français qui ne survivent que grace aux hollandais et allemands de passage...

Hors ligne

#19 12-06-2022 10:11:48

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci claudius, merci tacheton pour tes questions, merci tout le monde.

J'ai fait peu de nuits en dur, la météo magnifique n'y incitant pas. Un gîte pèlerin (tout seul dans un immense couvent !) en Allemagne et 4 ou 5 hôtels en tout, pour souffler un peu et prendre une douche.

Je ne prends plus de serviette (ah la MUL !) et ne peux me doucher vraiment dans les campings. Je les ai quand même fréquentés un peu, surtout au Luxembourg par facilité en terrain souvent pentu. J'ai vu beaucoup de campings en effet dans ces pays, tous ouverts. J'ai bivouaqué une nuit sur un "trekkingplatz" aménagé en forêt de Franconie (Bavière), zone de bivouac réservée aux randonneu.ses comme on en trouve parcimonieusement en Belgique ou en forêt de Fontainebleau ; il faut avoir la chance qu'un tel endroit se présente au bon moment. Je n'ai aucun plan et avance au fur et à mesure, ce qui, je pense, ne me permet pas de profiter au mieux des ressources.

J'ai vu des chambres d'hôtes en Allemagne mais ne m'y suis pas arrêté.

Hors ligne

#20 12-06-2022 15:43:07

tacheton
Membre
Inscription : 05-09-2018

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

ok, merci, tu as franchis le Rhin ou ? Pas loin de la Lorelei non ? ça vaut le coup à pied ce coin ?

Hors ligne

#21 12-06-2022 18:56:31

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

J'ai franchi le Rhin sur le pont de Coblence. La Lorelei est un peu plus au sud.

Outre qu'à pied, ça vaut toujours le coup, il y a des itinéraires nombreux et réputés en Allemagne. Comme les sentiers qui suivent la Moselle (il y en a 3 différents !) ou le Rhin (plusieurs itinéraires dont le Rheinsteig qui passe près de la Lorelei).

Hors ligne

#22 13-06-2022 21:02:17

bernard_lyon
Μηδὲν ἄγαν
Lieu : Lyon
Inscription : 16-12-2015

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Salut pogo  smile ,

Merci pour ce récit fort bien rédigé, et pour toutes les réflexions et informations qu'apporte ta liste.
J'ai moi aussi apprécié les photos, leur composition et leur cadrage.

Je suis intrigué par ton système de fixation "velcro" pour le panneau solaire : pourrais-tu en dire plus (une photo peut-être) ? pas peur que le panneau ne se détache ?


Mon trombi | Liste | HRP Banyuls-Alos d'Isil | GR738
"Le soleil n'est jamais si beau qu'un jour où l'on se met en route." (Jean Giono, "Que ma joie demeure")
Modification non explicitée : orthographe ou syntaxe

En ligne

#23 14-06-2022 06:10:39

pogo
Membre
Inscription : 27-03-2017

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci bernard_lyon,

Et voilà :

7WPWC5bbP.20220614_065037.jpeg

En serrant bien sur la sangle en Y de la fermeture par enroulement de mon sac, ça ne bouge pas :

7WPWDowwC.20220614_065037.jpeg

Hors ligne

#24 14-06-2022 08:21:50

bernard_lyon
Μηδὲν ἄγαν
Lieu : Lyon
Inscription : 16-12-2015

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Merci  smile


Mon trombi | Liste | HRP Banyuls-Alos d'Isil | GR738
"Le soleil n'est jamais si beau qu'un jour où l'on se met en route." (Jean Giono, "Que ma joie demeure")
Modification non explicitée : orthographe ou syntaxe

En ligne

#25 05-10-2022 15:55:02

Tommy666
Membre
Lieu : Gers
Inscription : 10-02-2021

Re : [Récit + liste] Printemps 2022, un petit bout d'Europe.

Salut pogo big_smile

Déjà merci beaucoup pour le chouette récit et les photos l'accompagnant. Je suis à l'autre bout de la France donc je me vois mal partir dans ces coins-là mais pourquoi pas un jour en tout cas, ça me donne des idées tout comme ta démarche en général  big_smile

Une petite question technique, si j'ai bien lu tu n'avais qu'un pantalon, le Kiprun running, tout ton parcours ? Tu as l'air de le trouver top, pourrais-tu m'en dire un peu plus ?
Car je recherche un p'tit pantalon léger pour des températures entre 0 et 10-15°C (plutôt en actif, mais pourquoi pas au bivouac aussi, donc je me demandais ton ressenti quand il faisait frisquet avec, voire sa résistance au vent), qui est fait d'une matière assez durable ET des poches zippées avec ceinture élastique. Et après niveau imperméabilité/Séchage bon ben normalement du léger comme ça ça sèche vite ?
Voilà si jamais tu passes par là et tu peux me renseigner  smile

Hors ligne

Pied de page des forums