Aller au contenu

Annonce

Réservez vos dates pour le Camp d'été 2024 : 10 au 17 août dans le Queyras !

#26 29-08-2022 00:03:12

Ruz boutou
Traîne-savates tout-terrain
Lieu : Brest
Inscription : 03-10-2019

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Salut Bombadyl,
en regardant ta liste, dans la partie "électronique", je ne vois pas de chargeur mural.
J'en déduis que tu parviens à charger ton téléphone, ta mini-powerbank, ta montre et plus ponctuellement la frontale uniquement avec ton panneau solaire.
Ton téléphone dispose d'une batterie de 4500mAhet ta montre 180mAh.
La capacité de la batterie de ta montre est faible mais apparemment ça peut durer plus d'une journée en utilisation GPS/consultation carto d'après ce que j'ai lu.
Ta powerbank a une capacité limitée (3400 mAh) mais te permet de recharger ta montre une quinzaine de fois ou le téléphone 1 fois.
J’imagine que tu limites l'utilisation du tel dans la journée afin de préserver la batterie et que tu n'utilises que ta montre pour la carto lors de la marche.
A priori, par beau temps, ton panneau solaire (courant>1Ah... On est même proche de 2Ah, non ?)te permet de recharger le téléphone et la mini powerbank dans la journée (en 7 ou 8 heures si l'exposition est correcte).
J'aurais voulu savoir si cette configuration t'avait donné satisfaction et si l'absence de chargeur mural n'était pas un handicap dans certaines situations (mauvais temps) même si cette année ce n'était pas vraiment un sujet compte-tenu de la météo ensoleillée.

Dernière modification par Ruz boutou (29-08-2022 00:05:19)


Moins on porte, mieux on se porte !

Liste lighterpack 2022

Hors ligne

#27 29-08-2022 11:25:24

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Salut Ruz boutou,

Bon d'accord, on va égrainer le retour matériel au fil du récit  lol

C'était en effet une nouvelle configuration energétique que je testai cette année.
Un choix délibéré de ne pas prendre de chargeur mural, au profit d'un panneau "puissant" (par rapport à un TomTop) et qui peut etre utilisé toute la journée (par opposition à mon panneau encore plus puissant de l'an dernier mais pliable donc difficile à utiliser en marchant avec du vent).

L'idée de départ était:
- Journée ensoleillée: charge directe du téléphone en marchant. Lorsqu'il est plein (ou 85% car très peu rentable au delà), charge de la powerbank.
- Le soir : recharge de la montre via la powerbank (à peine 10% de décharge pour 100% de recharge de la montre)
- Météo dégradée: puiser dans la powerbank pour le téléphone. Vu que la batterie du téléphone est maintenue quasi-pleine à la fin d'une belle journée, je pense pouvoir tenir 2 jours sans soleil avec mon utilisation normale du telephone = carto limitée aux changements majeurs d'itinéraire, tout le reste étant géré par la montre + photos +1h de prises de notes le soir (c'est ça qui consomme le plus).
- Météo dégradée qui se prolonge : si j'ai pu anticiper (peu probable), je dois pouvoir tenir 4-5j en utilisation réduite du téléphone (sans prises de notes et moins de photos sous la pluie  tongue ). Si j'arrive à moins de 20% de charge du téléphone: pause en refuge et je suis sur que je trouverai bien quelqu'un qui me prete un bloc secteur pendant 1h ou 2...

En pratique:
- Je n'ai pas vu beaucoup de nuages... Les conditions étaient donc exceptionnelement favorables à la charge solaire: 14h de soleil par jour, altitude entre 2000 et 3000m, aucune couverture végétale, soleil dans le dos le matin... Si j'étais pointilleux je dirais qu'il faisait un peu trop chaud en altitude, ce qui a fait chuter le rendement du panneau solaire  big_smile
- Les 2 premiers jours, emporté par mon élan, j'ai laissé le panneau solaire bien rangé dans la poche latérale et non branché => rendement nul  roll
- J'ai donc utilisé ma powerbank (chargée à la maison avant le départ) "par confort" le deuxième soir pour repartir sur de bonnes bases (téléphone + montre).
- Le lendemain matin j'ai installé le panneau en haut du sac pour recharger ma powerbank pendant toute la journée (on commence à s'éloigner de la stratégie de départ...)
- Le 3ème soir j'ai voulu transférer ma récolte d'énergie dans mon téléphone: il a chargé pendant 2 minutes puis la powerbank s'est éteinte. Comme je n'ai aucun voyant indiquant le niveau de charge de la powerbank (boitier AE very cheap), pas moyen de savoir si l'electronique avait laché ou si c'était la charge solaire qui n'avait pas fonctionné. J'ai tenté une recharge de la montre (qui demande un courant de charge bien plus faible), ça a fonctionné 15 minutes puis à nouveau extinction des feux. J'en ai déduis que ce boitier n'était pas fiable (étonnant n'est-ce pas ?  roll ) et je l'ai jeté dans un lac pour gagner du poids eek . Non bien sur, il est allé rejoindre le piolet dans la catégorie "objet porté inutilement".
- A partir de là, j'ai tout misé sur la charge directe: retour forcé à la stratégie initiale.
- Pour la montre (qui enregistre la trace et affiche la carte 12h par jour), 45 minutes de charge pendant la pause déjeuner (courant limité par la montre, le panneau n'est pas exploité à fond, donc temps de charge inchangé avec un voile nuageux). Gros avantage de la montre Garmin qui supporte une charge pendant une activité (pause, reprendre plus tard, charge) contrairement à ma précédente montre TomTom qui arrete l'activité en cours si on la branche...
- Pour le téléphone, la vitesse de charge a pas mal varié selon les jours (orientation du chemin, port USB-C qui se débranche sans que je m'en rende compte...) mais globalement je n'ai eu aucune difficulté à avoir une batterie pleine à chaque fin de journée.
- A tel point que j'ai fini avec cette routine: mon téléphonele matin, ma montre le midi, le téléphone de Tom l'après-midi. Mon téléphone était maintenu entre 60 et 80%. La montre à 100% tous les midis. Le téléphone de Tom entre 30 et 70% (pas utilisé pour la carto ni pour les photos donc moins essentiel, mais beaucoup de prises de notes le soir).

La bonne configuration de branchement pour éviter toute défaillance des connecteurs:
- Côté panneau, le port USB-A est déporté nativement sur le panneau SLAR au bout d'un cable de ~20cm donc aucune solicitation mécanique de ce côté: le branchement est fourré dans la grande poche filet sous le panneau.
- Côté téléphone:
     - dans la poche ceinture au départ (mon cable est long et court le long de la bretelle) => plusieurs deconnexions en marchant, le port USB-C s'est légèrement tordu. Pas bon.
     - dans la poche bretelle à la place de l'une des flasques de 500ml. Le connecteur est donc à la verticale (telephone tête en bas bien sur). Comme le cable est aussi attaché en haut de la bretelle, il n'y a aucun mouvement relatif entre le cable et le téléphone donc aucune solicitation mécanique et le téléphone reste facilement accessible pour prendre les photos (d'ou l'interet d'avoir quand même un cable assez long, il reste branché pendant les photos) => nickel . La deuxième flasque de 500ml ainsi delogée a été remisée avec le piolet et la powerbank et ne m'a absolument pas manqué => piste d'allègement pouce

Le panneau s'est montré très fiable (heureusement) malgré quelques mauvais traitements pour le rentrer en force dans la poche latérale quand je ne m'en servais pas, et quelques legers craquements qui m'ont fait craindre d'avoir un peu trop forcé...

Donc oui, je suis satisfait de ne pas avoir emporté de chargeur mural, et je pense que je m'en serai sorti également si j'avais eu quelques jours de mauvais temps (je ne parle pas d'une semaine complète de pluie bien sur).
Et en cas de besoin, je me dis que prise secteur = plein de gens = forte probabilité de trouver une ame charitable.

Et pour répondre à Karibou31: si tu veux une powerbank 3400 mAh de 70g, choisis un boitier plus fiable parmi les modèles éprouvés du forum/wiki  tongue
Pour ma part, je préfère la charge directe qui exploite plus efficacement l'énergie solaire (x2), à condition que ton téléphone la supporte (facile à tester).


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#28 29-08-2022 13:50:22

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Merci pour ce retour très détaillé !
Pour ma part je suis pour l'instant satisfait du combo powerbank Boulanger + (si long trajet) Panneau 7w "à la Redfish". Mais je n'ai pas testé sur du long terme. J'ai testé le panneau sur 2 jours itinérants en juillet: ça recharge la powerbank dans la journée sans trop se prendre la tête sur le positionnement etc (mais il faisait très beau). Et la powerbank me permet de faire plusieurs charges de montre et de téléphone (plus long, le téléphone). Le seul défaut est que je n'ai pas l'impression que la charge s'arrête quand l'élément destinataire est chargé à 100%.

Pour mon dernier périple de 3 jours, la powerbank m'a permis de ne pas me poser trop de questions et de tout avoir bien chargé quand nécessaire.

Je tiltais sur le poids en revanche car si je trouvais un système aussi efficace mais avec 100g de moins, ça serait top!

Dernière modification par karibou31 (29-08-2022 13:52:00)


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#29 29-08-2022 15:41:46

Ruz boutou
Traîne-savates tout-terrain
Lieu : Brest
Inscription : 03-10-2019

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Merci Bombadyl pour cet éclairage détaillé et ta réflexion fort intéressante.
Autre question, il me semble que tu avais le Inreach mini. Tu ne l'as pas pris cette année ? Peut-être parce que vous étiez deux ?


Moins on porte, mieux on se porte !

Liste lighterpack 2022

Hors ligne

#30 29-08-2022 16:45:47

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Je ne l'ai eu que très brievement... Je l'ai renvoyé peu de temps après l'avoir reçu. Avec la sortie entre temps de la version 2, j'ai préféré temporiser et guetter d'éventuelles soldes.
Au final quand la possibilité d'être 2 a été evoquée, j'ai abandonné l'idée d'en racheter un.
En revanche j'ai embarqué la carte sim de mon téléphone pro (orange), pour avoir 2 fois plus de chances de trouver du réseau (en dual sim). Ca s'est avéré judicieux puisque c'est quasiment la seule qui captait à chaque fois que c'était possible. Pourtant ma carte perso est aussi sensée être sur le réseau orange mais via Auchan Telecom.


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#31 29-08-2022 17:03:00

Ruz boutou
Traîne-savates tout-terrain
Lieu : Brest
Inscription : 03-10-2019

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

D'accord, effectivement mieux valait attendre un peu. Pour le téléphone, bonne idée que la dual Sim pour celles et ceux qui ont accès à deux abonnements. Merci pour tes réponses.


Moins on porte, mieux on se porte !

Liste lighterpack 2022

Hors ligne

#32 29-08-2022 17:23:10

patou
Membre
Inscription : 11-05-2014

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Et me voilà aussi abonnée.
pouce


Mul part ailleurs

Hors ligne

#33 02-09-2022 00:18:44

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

+ 1

moi aussi je suis assise devant le poste bien patiemment

cool cool cool

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#34 04-09-2022 16:45:53

Cat 09
Membre
Inscription : 04-03-2020

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Moi aussi  smile .

Hors ligne

#35 08-09-2022 12:44:54

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Dimanche 10 Juillet 2022 - étape 9 : Andorre

La nuit fut agréable mais à 4h du matin, je suis déjà réveillé.
Je songe à plier bagage pour partir tôt, mais cette année nous sommes deux !
C'est une nouveauté pour moi et une bonne excuse pour grappiller encore un peu de repos avant le lever du jour.
A 6h j'ouvre les volets pour profiter du paysage.
7Z3tjnGVj.IMG_20220710_061105892.jpeg

A 6h15, un trait fin de peinture orange est déposé sur la ligne de crête. Imperceptiblement, elle dégouline sur la falaise, mettant en valeur chaque relief.
7Z3twAMyn.IMG_20220710_063049883_HDR.jpeg

Vers 6h45 je juge l'heure décente pour ranger mes affaires et aller voir si Tom est réveillé.
7Z3tA477A.IMG_20220710_064055159_HDR.jpeg

Je le trouve en train de boucler son sac à dos, il ne reste plus que nos 2 tentes à démonter.
Il est également réveillé depuis un long moment, et attendait le départ.
Un bon point si nos horloges internes sont déjà synchronisées!

A 7h10 nous longeons le lac.
7Z3tIwqFL.IMG_20220710_072022758_HDR.jpeg

Si l'orientation est évidente, le sentier ne l'est pas vraiment. Faut-il rester au plus près de l'eau ou prendre un peu d'altitude au dessus de la corniche ?
Chacun sa technique: Tom tente le bord de l'eau, puis prend de l'altitude lorsque ça coince.
Je préfère la montée à l'ariégeoise dans l'herbe glissante pour prendre un peu de hauteur. A peine une vingtaine de mètres et je retrouve la sente qui a certainement profité de nos regards vers le lac pour bifurquer discrètement à droite.
Le ton est donné: presque 1h pour quitter le lac. Ça doit faire une moyenne de 1.5km/h pour environ zéro mètres de dénivelé "utile". On n'est pas prêts de rattraper Hervé :-)

7Z3tOMZzU.IMG_20220710_074038168_HDR.jpeg

Nous avons décidé de partir sans prendre le petit déjeuner.
C'est ce que j'avais progressivement adopté l'an dernier car je trouve agréable de se mettre en route assez rapidement pour mieux apprécier une pause en chemin.

A 8h15 les estomacs gargouillent déjà et nous sommes au soleil. Il est temps de préparer le petit dèj. Ce matin c'est le menu royal: muesli croustillant aux fruits rouges et au lait entier, saupoudré de sucre de canne.

A 9h nous nous élevons lentement au dessus du lac dans un terrain de gros blocs.
7Z3tTuky9.IMG_20220710_075945762_HDR.jpeg

En passant au dessus de l'étang haut de l'Albe, nous voyons de la fumée s'élever d'un feu de camp qui semble abandonné sur la rive opposée. On s'interroge un moment : Y-a-t-il quelqu'un à proximité caché par les reliefs ? Faut-il redescendre et faire le tour du lac pour aller l'éteindre ? De là où nous sommes, nous ne pouvons pas voir s'il y a encore des flammes ou non. Au bout d'un moment nous repérons au loin un petit groupe qui grimpe en s'éloignant du lac. Vraisemblablement les "propriétaires" du feu qui l'ont éteint un peu sommairement en jugeant qu'il n'y avait plus de danger.
La fumée semble se dissiper progressivement, nous repartons mais pas tout à fait tranquilles d'esprit. Nous nous retournons assez régulièrement dans la montée pour vérifier, en maugréant contre ce groupe peu scrupuleux.

7Z3tX0Gte.IMG_20220710_090627531_HDR.jpeg

Le col de l'Albe nous ouvre la vue sur l'Andorre.
Un bon prétexte pour engloutir une pomme qui alourdit le sac de Tom.

7Z3tZ5O0z.IMG_20220710_093545036.jpeg

En atteignant le collet frontière suivant, nous avons le choix entre le O français et le U Andorran. Je connais déjà le secteur de JOclar et de Fontargente, donc nous irons vers JUclar pour découvrir les sentiers Andorran. Ce n'est qu'une petite incursion pour goûter à l'exotisme de l'étranger et nous avons la ferme intention de  revenir bien vite en Ariège pour pimenter la suite du parcours.

Certains points de vue et passages au dessus des 2 estany de Juclar sont magnifiques.
7Z3u3lTDi.IMG_20220710_100428116_HDR.jpeg

De jolies criques appellent à la baignade.
7Z3u64znV.IMG_20220710_102648527_HDR.jpeg

A l'approche du refuge de Juclar, un petit détour s'impose. Un peu par curiosité certes, mais l'objectif premier est de leur faire don d'une magnifique paire de sandales de randonnée d'à peine 500g.
Tom est ravi d'exercer son Catalan et les sandales sont rapidement acceptées pour diversifier la collection de Crocs.

Pour rejoindre le sentier, ça serait dommage de revenir sur nos pas. On suit donc la petite sente qui part vers l'ouest et mène... aux toilettes. De la, le chemin que l'on cherche à rejoindre est visible mais déjà très en contrebas car la pente est raide. Bon, on a joué, on a perdu. Retour au refuge puis sur le chemin là où on l'a quitté 20 min plus tôt.

Il est déjà 11h. Nous avons fait 5km...

Très vite après la première descente, une petite sente s'échappe sur la droite pour remonter dans l'herbe.
Sans le parcours enregistré sur la montre, je n'aurai même pas vu l'intersection et nous aurions continué tout droit sur le bon chemin en fond de vallée.

C'est d'ailleurs ce que fait le jeune couple de randonneurs que nous venions de doubler.

Au lieu de ça, nous montons.
Puis descendons.
Pour remonter.
Et redescendre.
Le sentier en est à peine un. Étroit et peu marqué. C'est pourtant balisé GPR...
Et moi qui m'attendait à avaler les km sur les bons sentiers Andorran !
Je commence à réaliser que mes temps de marche estimés à partir des statistiques de l'an dernier sont vraiment trop optimistes.
J'avais dit à Cat09 que nous dormirions peut être en Ariège ce soir. À moins d'un tapis roulant sur la prochaine section, on n'atteindra même pas la frontière, sans parler d'un terrain bivoucable de l'autre côté.

Dans la descente vers le Riu del Manegor, on croise un enfant d'une dizaine d'années qui court à grandes enjambées et avale le dénivelé sans effort apparent. Ça force le respect.
15 minutes plus tard, un grand père dégoulinant de sueur nous demande si on a vu passer sa petite fille. La description correspond. Il n'est pas près de la rattraper ! Cruelle jeunesse.

Enfin nous atteignons le Riu qui coule dans un magnifique écrin de verdure. Beaucoup d'eau, du plat, de l'ombre. Des jolies passerelles en bois. Et un bon gros sentier bien roulant d'où arrive le jeune couple doublé juste après le refuge de Juclar... Sur la carte, le trajet direct semblait plus sympa mais en réalité il présentait peu d'intérêt.

Qu'à cela ne tienne, il nous reste encore pas mal de sentiers Andorran à découvrir mais d'abord il nous faut poursuivre la mission du jour: alléger Tom.
Quoi de mieux que des carottes dégustées les pieds dans le ruisseau ?

Oui, cher lecteur qui ne mange que des graines, tu as bien lu. Après les pommes, les carottes !

Les pieds dans l'eau c'est agréable mais ça n'avance pas très vite.
A 13h, il est temps d'attaquer la montée jusqu'à l'étang de la Cabana Sorda que nous atteignons un peu avant 14h pour le pique nique.

L'endroit est très joli mais on n'est pas tout seuls!
À notre arrivée, le meilleur spot se libère : la petite île herbeuse proche du rivage.
Rinçage des vêtements et des marcheurs, séchage des tentes. La belle vie.
7Z3ufzWVp.IMG_20220710_142548739.jpeg

Si seulement on avait du pain frais et du jambon Serrano... Tiens mais c'est exactement ce que contient le sac magique de Tom. On pourrait ouvrir une épicerie ambulante avec le surplus.
Je charrie volontiers mais je suis bien content de profiter de cette abondance de bonne nourriture qui accompagne le début de notre parcours. L'insouciance alimentaire ne sera pas toujours de mise.

Le ventre plein et les pieds au frais, nous quittons "notre" île vers 15h30.
Elle sera très vite conquise par de nouveaux arrivants.
Notre élan de départ est immédiatement interrompu par la rencontre avec 2 hrpistes en sens inverse venus spécialement d'Australie. Nous nous étonnons que nos Pyrénées soient connus à l'autre bout du Globe... Mais j'apprends que la HRP fait partie du "Top 10 most beautiful thru hikes" ! Rien que ça... Selon quel magazine ?
Ne connaissant pas les 9 autres, pour moi c'est le top 1 mais il ne faudrait pas que ça se sache trop... C'est plus joli quand on n'est pas trop nombreux.
D'ailleurs, ils ont été contraints de s'arrêter une semaine car madame à attrapé le Covid à Gavarnie. Les joies de la concentration d'humains.

7Z3unQYTM.IMG_20220710_154838023_HDR.jpeg

Mais où sont les bons sentiers Andorran bien roulants que j'avais imaginés ?
La montée est bien balisée mais on sent clairement l'influence Ariégeoise: aucun virage, ça monte pleine pente.
Pourtant ça n'est pas la place qui manque pour faire de jolis lacets.

Il fait chaud, c'est raide.
Mais à ce rythme ça ne dure pas longtemps.
Le col à 2630m est atteint vers 16h30.

Une nouvelle vallée immense s'offre à nos yeux, encerclée par la crête frontière.

7Z3upZUQQ.IMG_20220710_162737145_HDR.jpeg

Tout au bout à l'opposé de nous ce doit être la collada dels Meners, sous le pic de la Serrera qui sera notre porte vers l'Ariège.
Cet objectif initial nous paraît à ce moment complètement inatteignable pour aujourd'hui.
Qu'importe. Nous verrons jusqu'où nos jambes nous porterons ce soir.

La descente est assez longue mais belle et variée jusqu'au refugi de Coms de Jan.
Au passage, on s'offre une nouvelle pause au premier ruisseau croisé.
Il provient d'une très bonne source à peine quelques mètres plus haut.
C'est frais et nos gourdes étaient vides.

Marcher c'est agréable.
Admirer le paysage avec les pieds dans l'eau fraîche c'est très agréable !
Plus on marche, plus c'est agréable de mettre les pieds dans l'eau.
Ça ressemble fort à un cercle vertueux cette affaire.

Au refuge non gardé on passe une tête à l'intérieur pour visiter.
Une voix féminine m'interpelle : "Tu as des Scarpa mescalito, tu ne serais pas un MUL du forum randonner léger ? C'est quoi ton pseudo ?"

Youpi, voici Laxmi !
On échange nos impressions des sentiers Andorrans. Laxmi est remontée comme une pendule. A cet instant, l'Andorre c'est pas son truc !
Je serai donc heureux d'apprendre en lisant plus tard son récit qu'il y a aussi du bon en ce monde.
Elle a fait un bout du chemin avec Hervé quelques jours plus tôt, et nous demande d'embrasser Cat que nous espérons voir le lendemain sur la crête d'Arial.
Il est 18h. La perspective d'une soirée partagée à la cabane est bien tentante.
Mais on a encore tous les deux des fourmis dans les jambes et il faut que l'on se rapproche de la collada del Meners si on veut avoir une chance de croiser Cat et sa fille demain.
Un petit selfie pour immortaliser cette jolie rencontre, et nous voilà repartis.

7XwqUUtmb.IMG_20220710_175918103_HDR.s.jpeg

Le rythme est très soutenu pour une fin de journée.
Ça monte raide pendant un moment puis on rejoint une sente en balcon et Tom se sent pousser des ailes. J'ai beau faire de grandes enjambées, c'est comme s'il courrait devant à chaque fois que je détourne le regard. Une sorte de 1,2,3 soleil euphorique à l'ombre des montagnes de l'ouest.

On avale ainsi le dernier km alors que les ombres s'étirent.

Avant d'attaquer la dernière montée vers la collada del Meners, l'estany de Ransol nous invite à laver nos efforts du jour sur sa plage encore ensoleillée.

Le temps de l'atteindre et de faire voler nos habits, c'est l'ombre et le vent qui nous accueillent et nous glacent une fois mouillés.
Ayant un petit gant de toilette mouillé pour seule serviette, je laisse le vent me sécher. C'est vivifiant et très efficace, mais plus agréable quand il y a du soleil pour compenser les pertes thermiques !

Il est 19h15.
Il fait enfin froid.
Nous sommes à 2550m.
Nous sommes seuls.
Nous sommes bien.

On explore les abords du lac pour trouver deux emplacements mais il n'y en a qu'un seul qui pourrait convenir à nos tentes.
Tant pis on remonte au dessus du lac sur un promontoire herbeux bien plat, miné par les bouses de vaches mais surtout très venté.

C'est fou comme l'ombre et le vent transforment l'ambiance de la montagne.

Une fois les emplacements choisis soigneusement entre les bouses, on dîne dans un petit creux plus à l'abri du vent.

7Z3uzdaBf.IMG_20220710_202006508_HDR.jpeg

Pour le dessert, nous entamons la plaquette de chocolat à peine fondue.
Ce petit moment de gourmandise deviendra un rituel à chaque repas, midi et soir, soumis à la règle inviolable du rationnement permettant de terminer nos réserves lors du dernier repas avant ravitaillement.

On profite du bon réseau Andorran pour appeler nos familles avant la zone blanche ariégeoise.

Au moment de se coucher, le troupeau de vaches remonte vers nous. Je reste dehors pour leur suggérer de trouver un autre replat pour cette nuit.
Après quelques hésitations ruminantes et des regards peu expressifs que j'ai peine à décrypter, la leadeuse du groupe poursuit son ascension.
Elles remontent le long du torrent et irons passer la nuit juste sous la Collada dels Meners.

La fatigue se fait sentir après plus de 12h sur le chemin.
Même si la progression du jour est loin des statistiques que j'avais en tête, nous ne sommes plus si loin du pic de la Serrera et le rendez-vous avec Cat est encore jouable.
Je l'informe de notre position, mais elle est probablement déjà hors réseau cette nuit de l'autre côté.

Demain, on attaque les choses sérieuses en Ariège !
J’appréhende cette section principalement hors-sentiers, tout en ayant hâte d'y être.

Parcours du jour: -> Trace téléchargeable sur VisuGPX
7Z3sPGK28.Etape9_J1.jpeg

Quelques chiffres:
7Z3sQwbT2.Etape9_J1_bilan.jpeg


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#36 08-09-2022 14:02:03

Hervé27
éMULe
Lieu : Thann, Alsace
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

pouce


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi, Récits & Liste(s)
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#37 08-09-2022 14:26:23

bernard_lyon
Μηδὲν ἄγαν
Lieu : Lyon
Inscription : 16-12-2015

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Que de beaux feuilletons à suivre…  big_smile


"Le soleil n'est jamais si beau qu'un jour où l'on se met en route." (Jean Giono, "Que ma joie demeure")

Mon trombi | Liste | HRP Banyuls-Alos d'Isil | GR738

Hors ligne

#38 08-09-2022 18:03:56

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

"Au lieu de ça, nous montons.
Puis descendons.
Pour remonter.
Et redescendre."

" Mais où sont les bons sentiers Andorran bien roulants que j'avais imaginés ?
aucun virage, ça monte pleine pente.
Pourtant ça n'est pas la place qui manque pour faire de jolis lacets."



Exactement !!!!

ils sont fous ces Andorrans  eek  eek  eek


merci bombadyl

magnifiques photos sur le trait de peinture orange.

si j'en juge par l'inépuisable réserve de tom, vous n'avez manqué de rien. smile smile smile

L.

Dernière modification par laxmimittal (08-09-2022 18:07:53)


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#39 08-09-2022 19:09:39

pap35
Membre
Lieu : Rennes
Inscription : 29-02-2020

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Bombadyl a écrit :

Le ton est donné: presque 1h pour quitter le lac. Ça doit faire une moyenne de 1.5km/h pour environ zéro mètres de dénivelé "utile".

Oh que j'ai trouvé la remontée du lac de Couart longue également !!!

Merci pour le récit, ça me fait revivre mes vacances.

Hors ligne

#40 03-10-2022 23:34:30

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Lundi 11 juillet 2022 - étape 10 : Ariège !

Réveil en douceur vers 5h pour moi.
Je traine un peu sous mes plumes jusqu'à 6h puis je sors profiter des premières lueurs du jour.

7ZI4ihvFM.IMG_20220711_055629066.jpeg

Tom émerge vers 6h40 alors que la peinture à peine chaude dégouline déjà sur les rochers.

7ZI4jX8Ug.IMG_20220711_063342090_HDR.jpeg

Peu après 7h nous grimpons à l'ombre en observant 4 mouflons qui filent avec une aisance déconcertante se réfugier sur les hauteurs.
Le soleil nous trouve au milieu de la montée.

7ZI4lA3aq.IMG_20220711_071956315_HDR.jpeg

Il y a un bel abri pastoral sous la collada dels Meners.
Le lieu est un appel au petit déjeuner en terrasse, à proximité des vaches et des chevaux qui ont dormi là.

7ZI4nETQv.IMG_20220711_074035740_HDR.jpeg

Tom voudrait traire une vache pour ajouter du lait chaud à ses céréales.
Il a déjà trouvé la candidate idéale aux mamelles bien gonflées mais je parviens à l'en dissuader pour éviter l' accident. Je ne suis pas convaincu que la dame se laisserait faire dans son espace de liberté.
Après le séchage partiel des tentes et un copieux bol de muesli au lait en poudre et à l'eau froide, nous sommes prêts à quitter l'Andorre quand arrive un couple hollandais. Ils sont aussi sur la HRP (en sens inverse) et ont déjà rencontré nos Australiens d'hier.
On papote et le temps file. Déjà 8h40, il commence à faire chaud à 2700m d'altitude.
Juste avant la collada dels Meners, on laisse partir à droite un bon sentier qui va vers le pic de la Serrera. C'est aussi notre direction mais on est si près du col, on ne va pas l'éviter !

7ZI4pSJL6.IMG_20220711_074042344.jpeg

Sauf qu'une fois au col, il nous faut faire les cabris sur l'arrête rocheuse pour rattraper enfin le bon sentier bien tracé et plus court que nous avons dédaigné!
Mais ce n'est qu'un préambule pour cette journée sous-titrée "allegro furioso" dans le topo Trans'Pyr.

7ZI4vF4yO.IMG_20220711_091733939_HDR.jpeg

Le pic de Serrère culmine fièrement à 2913m et offre un splendide panorama sur l'Andorre, la crête frontière, l'Aston et au loin le massif du Montcalm et même le massif de Bassiès toujours plus blanc que les autres, sans être enneigé. Il paraît si loin et pourtant nous dormirons à ses pieds dès le lendemain.

7ZI4ymgjA.IMG_20220711_091814228_HDR.jpeg

A partir de là, nous quittons les sentiers et même les sentes.
C'est avec une pointe d’appréhension que j'entraine Tom à plonger dans la fameuse sauvagerie qui fait la renommée de l'Ariège sur la HRP.

Plonger est tout à fait le sentiment qui accompagne la descente du pic de Serrere vers le collet 2702.
La pente est toute douce au départ puis s'incline régulièrement dans un parfait arc de cercle, de telle sorte que l'on ne voit pas vers quoi on se dirige. Seuls les 50 prochains mètres sont visibles et plus on avance, plus la partie visible est pentue.
De quoi alimenter les imaginations fertiles.
Une drôle d'impression qui se termine en apercevant enfin le collet en contrebas. La fin est bien raide mais sans pour autant nécessiter de mettre les mains.

Ayant pris de l'avance dans les parties raides, Tom discute avec 2 français quand j'atteins le collet. Ils ont dormi au Soulanet et viennent d'arriver par le versant français. Ils ont bien galéré pendant plusieurs heures dans un pierrier avant de remonter le couloir herbeux qui débouche ici.

On s'engage donc dans ce couloir herbeux à l'est du point 2702 sur la carte IGN. Cela semble correspondre au descriptif du TransPyr "Portella de la Cebollera, 2702m. Descendre versant Est jusque vers 2615m puis virer à gauche (NO) presque à l'horizontale".

Mais au bout de 10m la carto de la montre m'indique que l'on s'éloigne de la trace préparée à la maison. En effet, la "Portella de la Cebollera" est indiquée plus loin sur le fil de crête et correspondrait plutôt au point 2656m sur la carte IGN et OSM.
Dans le doute, on remonte sur le fil et on explore l’arrête. On peut y progresser facilement sans trop s'exposer et il y a même des traces de passage.

Tom se régale. Il est attiré par les rochers les plus hauts avec beaucoup de vide autour.
Ça n'est pas mon cas. J'aime les crêtes pour les superbes vues qu'elles offrent mais je préfère rester à distance raisonnable du bord des falaises.
La nature ayant horreur du vide, je me méfie...

Une fois arrivés à la vraie "Portella de la Cebollera", on avise un couloir bien raide mais qui semble jouable.

7ZI4AJIpv.IMG_20220711_103447639_HDR.jpeg

Ça passe dans la joie et l'allégresse pour Tom. Lentement mais surement pour moi.
Vu d'en bas, il semblerait que le couloir suivant soit aussi une bonne option à condition d'être facilement accessible par la crête via le versant Andorran.

7ZI4Cd5qk.IMG_20220711_105117064_HDR_tra.jpeg

S'en suis une longue traversée en pierrier qui m'a parue interminable, pour au final ne pas représenter grand chose sur la carte.
Au delà de la navigation à vue et de l'équilibre incertain des blocs, il fallait composer avec de superbes toiles d'araignées tendues entre les rochers. Nous avons choisi de les contourner à chaque fois pour ne pas détruire le travail méticuleux de leurs habitantes.
J'ai été frappé par le nombre d'araignées au mètre carré dans ce décors très minéral. Car il faut bien nourrir tout ce monde et je n'ai pas vu de nuées d'insectes à presque 2600m... Mais peut-être que la canicule a poussé les insectes volants à trouver refuge à l'ombre sous les blocs de pierre.

Toujours est-il que  que cela n'a pas accéléré notre progression.

Une fois sorti du pierrier,  le hors sentier devient très ludique car le terrain permet de choisir sans danger sa trajectoire préférée et nous jouons au jeu de qui trouvera la trajectoire la plus efficace vers le col du Soulanet encore caché derrière plusieurs reliefs.

Ceci dans un décors immense où aucun sentier ni aucun randonneur n'est visible.

7ZI4EOxIQ.IMG_20220711_123501520_HDR.jpeg

Le défaut de nos trajectoires optimisées est qu'elles passent un peu trop haut pour faire le plein d'eau. Le premier ruisseau croisé sur la carte n'en est pas encore un. Le sol est spongieux mais l'eau n'a pas encore convergé en un filet limpide.

Le deuxième ruisseau sur la carte est le bon, peu avant le port de Soulanet.
Il y a quelques bassines pour rincer nos vêtements mais le débit est trop faible pour récupérer facilement de l'eau claire.
L'occasion de tester mon protège-piolet-récupérateur-d-eau bricolé à partir d'un bec anti-goutte pour le vin.

7Xr8D3Xbp.IMG_20220707_143035731.s.jpeg

Bon, ça marche bien pour concentrer l'eau, mais il manque un tamis au bout pour être efficace dans un filet d'eau qui charrie plein de particules !
Il me permet de remplir assez vite ma Platypus mais hors de question de la filtrer directement car on voit difficilement à travers... Je la laisse donc décanter pendant que nous terminons le séchage des tentes et entamons le pique-nique.

7ZI4JXfjz.IMG_20220711_123440645_HDR.jpeg

L'inconvénient du décantage dans une poche souple, c'est que tout se remélange dès que l'on manipule la poche lol

Au final, nous avons vidé la poche et recommencé la collecte dans la grande casserole de Tom, laissé les plus grosses particules tomber au fond avant de verser le "haut" de la casserole dans la poche, jeter le reste et recommencer...
Il y a des fois où l'on sait que l'on s'y prend mal mais on va quand même jusqu'au bout...
Ce n'est qu'après avoir rempli nos gourdes que la technique du t-shirt filtrant m'est revenue à l'esprit.
Descendre 50m plus bas pour avoir un meilleur débit aurait aussi bien fonctionné tongue

Au total cette "petite pause rapide" aura duré 1h40.
Involontairement car aujourd'hui nous avons rendez-vous avec Cat et sa fille. Un rendez-vous quelque part sur les crêtes entre le port de Siguer et l'étang du Rouch, mais dont la probabilité diminue avec la journée qui avance.

En rejoignant la crête frontière vers 14h, je retrouve le réseau Andorran.
SMS de Cat envoyé à 12h depuis le Port Vieil de Siguer.
2ème SMS envoyé à 13h20 depuis le Port de Siguer (le vrai).
Je réponds que nous y serons dans 30min (c'est faux).
Mais Cat n'a plus de réseau car elle est redescendu à l'étang Blaou pour faire une sieste à l'ombre, atteinte par un virus très répandu ces derniers temps.

De notre côté nous avons retrouvé une petite trace qui monte vers le pic de Bagnels.
Un peu avant d'atteindre le sommet, on bascule en versant sud-ouest pour rester à niveau dans une pente herbeuse bien prononcée.
De là, la suite du programme est en vue: un serpentin de crêtes jusqu'au port Vieil de Siguer, puis une montée à flanc sous le pic d'Arial pour rejoindre sa crête.

7ZI4OKoIx.IMG_20220711_141742225_trace.jpeg

A nos pieds l'étang Blaou.
Défi : trouver Cat sur la photo. Moi je n'ai pas vu beaucoup d'ombre...

7ZI4QZJ5B.IMG_20220711_143803282.jpeg

Encore quelques obstacles pour rester sur le fil

7ZI4SLuhK.IMG_20220711_144003604_HDR.jpeg

Si le ciel est d'azur en France, la situation se gâte en Andorre (Laxmi est sous la pluie !)

7ZI4UJyIW.IMG_20220711_150712588_HDR.jpeg

Les nuages noirs me font hésiter. J'ai choisi cet itinéraire dans le but de découvrir cette fameuse crête d'Arial et son couloir qui a fait couler de l'encre sur le forum rl , tout en gardant l'option de contourner l'obstacle s'il s'avérait au dessus de mon niveau.
Mais si la pluie, le vent ou l'orage nous cueillait sur la crête, nous obligeant à rebrousser chemin dans cette pente herbeuse et probablement glissante sous la pluie ?
Est-ce bien raisonnable de s'engager juste par curiosité ?

Je partage tous les éléments en ma possession avec Tom qui me fait une confiance aveugle sur l'itinéraire depuis le départ.
Il est ravi par le parcours sauvage du jour et souhaite continuer par la "voie royale" qui est aussi bien plus courte que les 2 options de contournement proposées: crochet via la Jasse de Belesta et les Lassiès côté Français, ou grand tour par l'Andorre jusqu'au port de l'Albeille.

Nous voici partis à l'assaut de la crête d'Arial, en surveillant du coin de l’œil le rideau de pluie qui semble stationnaire sur l'Andorre.
Ici aussi, chacun sa trajectoire préférée pour cette grimpette à flanc.
Il n'y a pas de sente, mais de grosses touffes d'herbes qui s'alignent par moment donnent l'impression d'une direction à suivre avant de s'évanouir.
Deux pas en avant, un pas sur le côté pour prendre de la hauteur.
Le rythme cardiaque est accéléré par ces grandes enjambées dans la pente raide.
Nous débouchons sur le fil un peu avant le collet 2632. Il nous faut redescendre de quelques mètres pour le rejoindre.
Un immense cairn impossible à manquer ( tongue ) marque l'entrée du fameux couloir.

Verdict vu d'en haut...
Bon bein oui c'est très raide.
Et bien croulant.
Et raide aussi...
Et super long.
Il y a facilement 100m de dénivelé avant que la pente ne diminue.

Que disent les nuages ? Il fait toujours grand beau en France et il pleut toujours au même endroit en Andorre. Tant mieux.

Bon et bein y'a plus qu'à.

Tom se lance en premier car on n'a pas du tout le même "style" de descente.

7ZI50I0l3.IMG_20220711_160608975_HDR.jpeg

Disons juste qu'il accompagne volontiers les pierres dans leur descente. Ils font un bout de chemin ensemble.
Moi je compte plutôt sur elles pour me retenir et elles peuvent aussi compter sur moi.
Il n'y a pas à dire, sa technique est plus rapide et plus gracieuse.
Heureusement, le couloir est libre de tout autre être vivant.
Ça dégringole joyeusement 100m plus bas.
On descend quand même à tour de rôle et Tom se cache régulièrement sur un bord du couloir au cas où une pierre me fausserait compagnie, ce qui arrive par moments malgré toute ma délicatesse envers la gente minérale.

Au fur et à mesure de la descente je gagne un peu un assurance et je finis par m'essayer au ski d'éboulis à la sortie du couloir, avec de beaux plantés de talons. C'est vrai que c'est fun.

Mais avec la pente qui s'adoucit, les petits cailloux cèdent la place à d'autres, moins enclins à se faire rouler. Et déjà il faut songer à ne pas trop descendre, sous peine de devoir remonter. Et dire qu'il y en a qui font ça pour le plaisir !

7ZI53Ntcp.IMG_20220711_162856580_HDR.jpeg

Vu d'en haut, il était impressionnant ce couloir.
Mais vu d'en bas... c'est pire.

7ZI55s2Kx.IMG_20220711_164052143_HDR_tra.jpeg

Quand je pense qu'il y en a qui emmènent leurs enfants dans les dalles couvertes de sable orange plus à droite... eek

Oui mais quelle joie de découvrir le sauvage étang du Rouch derrière le collet suivant !
Il s’apprécie d'autant plus qu'on a l'impression de l'avoir mérité ce petit étang bien caché.

7ZI5ahibx.IMG_20220711_164854933_HDR.jpeg

Après ce parcours de crêtes grandiose et riche en émotions, une baignade s'impose. A peine dévêtus et immergés dans la fraicheur vivifiante, les gris nuages Andorrans passent la frontière et absorbent le soleil.
Changement d'ambiance brutal et si caractéristique de la montagne.
Les eaux limpides perdent immédiatement de leur attrait.
La fraicheur vivifiante devient frissonnante.
Nous voici vite rhabillés et sur le départ.
J'ai troqué mon pantalon de marche contre mon pantalon de pluie, dans l'espoir de le tester ailleurs que sous la douche.

La descente vers le ruisseau de Gnioure est encore bien... Ariégeoise.
Marqué de quelques cairns, la trace serpente dans les gros blocs, passe quelques verrous et se poursuis en travers d'une pente herbeuse qui n'invite pas à la glissade.

Un terrain plutôt hostile pour le tissu noir-translucide du pantalon de pluie que je quitterai à la première occasion. Le soleil domine à nouveau et ça a beau être un vêtement "imper-respirant", ça n'est pas non plus "canicule-proof" !

L'objectif du soir s'impose comme une évidence: le grand replat herbeux sous le port de la Goueille.

7ZI5chKmU.IMG_20220711_175324987_HDR.jpeg

Mais pour l'instant on marche dans la direction opposée pour rejoindre le fond du vallon.
Quelques brebis nous barrent le passage, mais pas de Patou à l'horizon. Heureusement car nous aurions eu grand peine à contourner le troupeau !

Dès que la pente s'adoucit, nous quittons la "trace" pour reprendre la bonne direction. Le terrain devient globalement plat mais parsemé de grosses touffes d'herbe qui nous masquent les reliefs du sol. C'est un peu la loterie à chaque pas.
Nous traversons de nombreux petits affluents qui convergent vers le ruisseau. En enjambant l'un d'eux, plus large que les autres, ma chaussure s'enfonce jusqu'à la cheville dans la boue que je croyais berge.

Petit bonus de fin de journée pour apprécier d'y mettre un terme.

Nous rendons les armes à 19h au premier replat à l'écart de l'eau.
On trouve encore le courage de se laver de la tête aux pieds dans le ruisseau déjà à l'ombre, mais le repas sera vite expédié.

Je suis heureux d'avoir pu découvrir dans de bonnes conditions ces lieux maintes fois imaginés sur la carte et à travers vos récits. Mes attentes étaient fortes pour cette section et... c'est encore mieux en vrai !

Mais ce soir je suis vidé !
Il faut dire qu'en à peine 12h sur le chemin, nous avons visité 2 pays et abattu au moins 33 ... non attend... 23... euh... 13km seulement ?

Parcours du jour: -> Trace téléchargeable sur VisuGPX
7ZI5ezt8Y.Etape10_J2.jpeg

Quelques chiffres:
7ZI5kmi5z.Etape10_J2_bilan.jpeg

Dernière modification par Bombadyl (06-11-2022 17:41:29)


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#41 04-10-2022 07:59:35

WouinWouin
Membre
Lieu : Soignies
Inscription : 30-03-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

J ai fait la même étape mais dans l autre sens. Je suis donc monté à la crête d Arial par cette pente bien raide. Je me disais justement que je n aurais pas aimé la descendre. Il me semble que c est la pente la plus raide que j'ai croisé sur ma HRP.

Une belle étape en Ariège ! On progresse moins vite qu en Andorre, mais le côté sauvage est super plaisant !

Hors ligne

#42 04-10-2022 09:12:36

karibou31
Membre
Inscription : 08-09-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Top cette suite ! J'aime beaucoup ton style d'écriture, c'est rythmé, bien formulé et non dénué d'humour !
Je sens qu'on doit avoir un peu le même style d'appréhension dans les passages un peu trop pierreux et raides  tongue
On attend la suite !


Edit sans précisions = corrections orthographiques

Trombi --- Liste montagne été
Liste printemps / automne

Hors ligne

#43 04-10-2022 09:13:01

Hervé27
éMULe
Lieu : Thann, Alsace
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Salut Bombadyl  smile

Fatigué par la chaude étape de la veille, j'avais renoncé à cet itinéraire au niveau de Soulanet pour basculer vers Andorre. J'espérais me rattraper au retour mais la météo ne l'a pas permis ... Merci de combler cette lacune  wink !


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi, Récits & Liste(s)
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#44 04-10-2022 18:06:55

lasek
Membre
Inscription : 26-05-2015

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

ah, cette étape j'en garde un souvenir assez intense, entre le passage de crêtes, la navigation à vue, le pierrier de l'étang Rouch et le long final pour rallier l'étang fourcat.
le pire c'était le contournement de l'Arial dans la pente herbeuse, certainement plus fatigant que de monter au pic

une variante peu fréquentée, cool d'en voir des photos  big_smile

Hors ligne

#45 04-10-2022 22:32:06

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Merci pour vos messages !

@WouinWouin : c'est vrai qu'une telle pente sur une telle longueur, il n'y en a pas beaucoup d'autres sur la HRP. Il y a plus pentu mais plus court ou il faut mettre les mains... Mais c'est aussi l'instabilité du sol qui rend ce couloir impressionnant.

@Karibou : Merci pour les commentaires sur le style. J'essaye de trouver le bon équilibre entre les infos pratiques qui me semblent importantes pour ceux qui préparent un parcours similaire et le ressenti personnel qui est aussi ce qui m'intéresse dans les récits des autres.

@Hervé: quoi ? Tu n'as pas encore exploré toutes les variantes ? Un bon prétexte pour revenir encore et encore...

@lasek: Oui on laisse pas mal d'énergie dans la montée en diagonale vers la crête d'Arial ! Je me suis fait la réflexion plusieurs fois: quand ça monte fort et qu'il n'y a pas de sentier, on a tendance à forcer le rythme... Comme si le sentier imposait naturellement un rythme plus sage.


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#46 04-10-2022 22:43:31

laxmimittal
Membre
Inscription : 23-10-2016

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

magnifique.

là, c'est vraiment dur.

tu skies dans les cailloux.

c'est super bien raconté;

je me régale.

L.


La touche Majuscule de mon ordinateur fonctionne mal.

Hors ligne

#47 05-10-2022 15:44:05

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Merci Laxmi !


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

#48 10-10-2022 21:39:40

Cat 09
Membre
Inscription : 04-03-2020

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Bombadyl a écrit :

Défi : trouver Cat sur la photo. Moi je n'ai pas vu beaucoup d'ombre...

7ZT7J7ITO.Bombadyl.jpeg

Derrière ce rocher, on a trouvé un recoin où ma gamine s'est calée, assise, et pour moi une espèce de banquette rocheuse à peu près horizontale de 50 cm de large et 1,50 m de long, j'avais donc 20 cm de pieds qui dépassaient juste au dessus du lac. Et non, aucun autre endroit ombragé... M'en fous, j'ai dormi, et je crois que j'aurais dormi n'importe où big_smile !

Bombadyl, super journée vraiment intense, ça me redonne envie d'aller par là !

Hors ligne

#49 10-10-2022 22:00:39

Hervé27
éMULe
Lieu : Thann, Alsace
Inscription : 01-11-2017
Site Web

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Le nouveau jeu 2022 en Pyrénées : trouver Cat09  lol !

7ZT9Bleb5.Cat09.jpeg


Sans peurs à surmonter, l'aventure n'est que promenade

Trombi, Récits & Liste(s)
l'ultralighter più estremo di sempre

Hors ligne

#50 10-10-2022 22:54:54

Bombadyl
Membre
Lieu : Pyrénées
Inscription : 27-05-2021

Re : [Récit + liste] 2ème partie de HRP: L'Hospitalet-Parzan (12.5 étapes)

Merci pour la solution Cat  big_smile

Hervé : Exactement ! En format poche bien sûr. Et en remplaçant le rouge par du violet  tongue


Listes : liste HRP2023

Récits : HRP 2021 -> HRP 2022 -> HRP 2023

Hors ligne

Pied de page des forums